Lettre ouverte au PDC et aux membres du parlement fédéral .pdf


Nom original: Lettre ouverte au PDC et aux membres du parlement fédéral.pdfTitre: Microsoft Word - Lettre ouverte au PDC et aux membres du parlement fédéral.docx

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.9.2 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 23/05/2014 à 08:59, depuis l'adresse IP 130.223.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 859 fois.
Taille du document: 58 Ko (2 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


 

 

Lettre  ouverte  au  PDC  et  aux  membres  du  parlement  fédéral  
 
Mesdames,  Messieurs,    
Dans  son  initiative  «  Pour  le  couple  et  la  famille  –  non  à  la  pénalisation  du  mariage  »,  le  
parti   démocrate-­‐chrétien   souhaite   faire   disparaître   les   désavantages   que   connaissent  
aujourd’hui   les   couples   mariés   par   rapport   aux   couples   en   concubinage,   à   savoir   au  
niveau  des  impôts.  Jusqu’ici  tout  va  bien  et  nous  osons  imaginer  que  cette  proposition  
rencontre  un  large  appui  au  sein  du  parlement,  dans  la  population  et  auprès  des  cantons.  
Là  où  le  bât  blesse,  c’est  que  cette  initiative  tente  surtout  de  confisquer  le  débat  sur  le  
mariage   gay,   sous   le   couvert   d’un   cadeau   fiscal,   puisqu’elle   définit   le   mariage   comme  
l’union  durable  et  réglementé  par  la  loi  entre  un  homme  et  une  femme.    
Il   s’agit   là   d’une   manœuvre   politique   grossière   et   choquante.   La   question   n’est   pas   de  
savoir  si  l’on  est  pour  ou  contre  le  mariage  pour  tous,  mais  si  l’on  veut  que  le  peuple  se  
prononce  sur  ce  sujet  sans  un  véritable  débat  de  fond.    
Cette   initiative   pose   aussi   un   problème   au   sujet   de   l’unité   de   matière,   soit   l'on   considère  
qu'une  définition  du  mariage  ("Le  mariage  est  l’union  durable  et  réglementée  par  la  loi  
d’un   homme   et   d’une   femme")   est   nécessaire   pour   la   compréhension   des   deuxième   et  
troisième  phrases  qui  portent  sur  l'interdiction  de  la  discrimination  fiscale  et  sociale  et  
alors,  il  n'y  a  pas  violation  de  l'unité  de  la  matière.  
Soit   l'on   considère   que   cette   définition   n'est   pas   nécessaire   (tout   le   monde   sait   ce   qu'est  
un  mariage),  et  on  interprète  la  première  phrase  comme  ayant  une  portée  dépassant  ce  
nouvel   article   (et   visant   à   ancrer   dans   l'ordre   juridique   une   définition   "étroite"   du  
mariage),  et  alors  il  y  a  violation  de  l'unité  de  la  matière.  
Visiblement   -­‐   et   sans   discuter   la   question   -­‐   le   Conseil   fédéral   a   fait   la   première  
interprétation  du  texte.  Il  semble  pourtant  que  l'initiative  garderait  tout  son  sens  sans  la  
première  phrase.  Le  mariage  est  déjà  mentionné  aux  articles  14  et  38  de  la  constitution  
sans  qu'une  définition  n'ait  été  jugée  nécessaire.  Donc,  nous  pencherions  plutôt  pour  la  
seconde   interprétation,   à   savoir   une   définition   autonome   et   donc   une   violation   du  
principe  de  l'unité  de  la  matière.  Concrètement,  il  est  évident  que  si  le  texte  était  accepté  
et  si  l'on  proposait  un  jour  le  mariage  homosexuel,  ses  opposants  s'appuieraient  sur  ce  
texte  pour  plaider  l'inconstitutionnalité  du  mariage  homo.      
De   plus,   cette   initiative   violerait   le   principe   de   l’unité   de   matière,   si   l’on   s’en   tient   à   la  
définition   de   Jean-­‐François   Aubert,   professeur   de   droit   constitutionnel,   qui   souligne   que  
ce   principe   est   violé   lorsqu’une   initiative   «  contient   au   moins   deux   points   et   qu'un  
citoyen   peut   vouloir   l'un   sans   vouloir   l'autre,   et   vouloir   l'autre   sans   vouloir   le  
premier  »1.  
 
                                                                                                               
1  J-­‐F  Aubert,  Traité  de  droit  constitutionnel,  1967,  volume  1,  page  153-­‐154  

 

 

 

 
Dès   lors,   les   soussignés   rappellent   que   le   parlement   a   le   pouvoir   de   désigner   une  
initiative   comme   nulle,   lorsque   celle-­‐ci   contrevient   au   principe   d’unité   de   matière,  
pouvoir  qu’il  a  déjà  décidé  d’exercer  quatre  fois  par  le  passé.    
 
 
Dans  l’attente  d’une  prise  de  position,  que  nous  espérons  positive,  nous  vous  adressons  
nos  meilleurs  salutations.    
   
Pour  les  jeunes  libéraux-­‐radicaux  fribourgeois,  Yannick  Gigandet  
Pour  les  jeunes  libéraux-­‐radicaux  vaudois,  Oriane  Engel  
Pour  les  jeunes  libéraux-­‐radicaux  genevois,  Nadège  Salzmann  
Pour  les  jeunes  libéraux-­‐radicaux  neuchâtelois,  Sonia  Barbosa  
Pour  les  jeunes  libéraux  radicaux  valaisans,  Méryl  Genoud  
Pour  les  jeunes  libéraux-­‐radicaux  tessinois,  Matthias  Bizzaro    
 
Contact  :    
Yannick  Gigandet,    079/885.31.18  
Valentin  Bard,  079/575.32.34  

 


Aperçu du document Lettre ouverte au PDC et aux membres du parlement fédéral.pdf - page 1/2

Aperçu du document Lettre ouverte au PDC et aux membres du parlement fédéral.pdf - page 2/2




Télécharger le fichier (PDF)





Documents similaires


lettre ouverte au pdc et aux membres du parlement federal
societes commerciales youssef knani tape
simone veil la communaute et l identite europeenne
astrologie karmique
nikiema matrice
le grand oeuvre alchimique

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.157s