notes cours Q4 2014 chap 1 2.pdf


Aperçu du fichier PDF notes-cours-q4-2014-chap-1-2.pdf - page 3/31

Page 1 2 34531


Aperçu texte


Ainsi donc, les nucléotides s’apparient toujours de la même façon en fonction de la structure
de la base purine ou pyrimidine. Un C s’associera toujours avec un G ou un A avec un T ou
encore un A avec un U lorsqu’il s’agit de ribonucléotide. Cette capacité d’appariement des
bases de l’ADN est très importante et est largement utilisée en diagnostic moléculaire et
génétique. En solution, deux brins d’ADN dont les séquences sont complémentaires
formeront toujours un duplex par appariement des bases selon la règle CG, AT. De tels
appariements pourront avoir lieu entre deux molécules d’acide nucléique voire même à
l’intérieur d’une même molécule si certaines des séquences sont compatibles et
complémentaires. Ainsi, au sein d’une molécule d’ARN, des séquences complémentaires
auront tendance à s’apparier pour former des structures « en épingle à cheveux » ou « en
boucle », comme c’est le cas par exemple pour les ARNt ou les miARN.

Dès lors, au laboratoire, si on dénature un ADN double brin soit en le soumettant à une
température élevée soit en le plaçant en milieu alcalin, on obtiendra de l’ADN simple brin par

3