2012 Guide de Vioolooute Paris 2008 .pdf



Nom original: 2012 - Guide de Vioolooute Paris 2008.pdfTitre: Guide des étudiants faluchards parisiensAuteur: ViooLooute

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par LaTeX with hyperref package / pdfTeX-1.40.10, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 26/05/2014 à 21:26, depuis l'adresse IP 213.245.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 3589 fois.
Taille du document: 3.5 Mo (98 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


!
z
ib
ue
on
tr

l,c

Guide de l’´etudiant faluchard parisien
Faluche Lut´ecienne

Ve
r

si

on

de

tr
av
ai

ˆ 
 aout

!
z
ib
ue

R´esum´e

tr
av
ai

l,c

on
tr

Ce guide s’adresse principalement aux e´ tudiants et sympathisants faluchards
en quˆete d’informations.
Outre le code de la faluche auquel sont ajout´ees quelques annexes sur des
e´ l´ements n’´etant plus toujours au code ou bien des explications sur leurs origines, on
y trouve e´ galement des informations sur les autres traditions e udiantines en Europe.
Sont ensuite compil´es quelques conseils pour la couture et pour les pin’s, associ´es a`
des rappels sur l’h´eraldique et sur les couleurs et e´ cussons. La derni`ere partie e plus
sp´ecifique a` la faluche parisienne et contient entre autre la li e des croix telle que
connue a uellement.
Bien e´ videment ce guide n’e pas fig´e dans le marbre donc toute corre ion
d’erreur, d’impr´ecision ou ajout e bienvenu ! . . .

Ve
r

si

on

de

Bonne le ure !

Avertissement sur la version de travail
Merci de pr´eciser LA DATE et le num´ero de la version du guide que vous utilisez
pour les commentaires.

ib
ue

z

Les TODO sont des parties qui ont besoin d’une ou d’un gentil r´eda eur. Soit que
je sois incomp´etent sur la que ion, soit que je ne sois pas motiv´e pour cette partie en
que ion. Si ces parties ne contiennent rien, elles seront probablement supprim´ees si
je fais une Release Candidate :-P

!

Quand vous indiquez des paragraphes, n’h´esitez pas a` ajouter le num´ero et le titre du
paragraphe (dans le source LATEXje n’ai pas les num´eros de page, ni la num´erotation).

on
tr

Les (en cours) sont des parties sur lesquelles moi ou` quelqu’un d’autre e en
train d’avancer. Parfois tr`es vaguement. Les contributions sont donc les bienvenues
e´ galement.
N’h´esitez donc pas a` y contribuer, le tout sera int´egr´e.

l,c

En tout cas merci a` tout ceux qui font des commentaires et contribuent, c¸a fait
avancer le schmilblic :-)

tr
av
ai

ViooLooute
vioolooute@free.fr

Li e des points a` traiter

Ve
r

si

on

de

o TODO : Mettre le code a` jour avec une version plus r´ecente. Cette version e
celle du  et n’a pas e´ t´e modif´ee depuis. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
o D’ou vient le code de la Faluche ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
o De quand datent les premiers codes e´ crits, et en particulier le code national ?
o Cf. intro code de Rouen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
o date ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
o v´erifier et citer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
o TODO : Trouver des images utilisables des insignes (sur fond transparent de
pr´ef´erence) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
o fichier trad/orga fait a` l’arrache. Nombreuses pr´ecisions a` apporter. . . . . . .
o TODO : date d’apparition des GM, en particulier au code nat. . . . . . . . . .
o reprendre le code . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
o rappel hi orique de  ou  lignes sur les grands maitres sous l’ancien r´egime
o rappel hi orique de  ou  lignes sur les grands chamb’ sous l’ancien r´egime
o reprendre le code (apparu en , au  ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
o Relever les diff´erences avec le code national, ainsi que leurs particularit´es et
pourquoi pas un peu d’hi oire ?
Mettre entre une demi page et deux pages, avec de pr´ef´erence des sch´emas.
o Code alsacien : v´erifier, et compl´eter, cf todo suivant (TVA et cie.) . . . . . . .
























!


























Ve
r

si

on

de

tr
av
ai

l,c

on
tr

ib
ue

z

o Pr´eciser un peu plus ce que sont les TVA, comment ils sont choisis pour eˆ tre
TVA, ou pour officier lors d’un e´ vt. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
o Etoffer un peu l’hi oire de la faluche alsacienne. . . . . . . . . . . . . . . . .
o Code de montpellier : v´erifier, et compl´eter . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
o Limoges : Particularit´e des velours, le grand alchimi e ou GA, e charg´e de
la confe ion du jus de faluche. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
o TODO : Limoges : particularit´es autre que le GA ? . . . . . . . . . . . . . . . .
o TODO : Sp´ecificit´es lyonnaises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
o TODO : autre particularit´es de Valence ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
o TODO : Quelles autres particularit´es de ville sont assez notables pour eˆ tre
not´ees ici ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
o Gadzarts (en attente de contribution) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
o Toques du moyen age (en attente de contrib) . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
o Calot des pr´eparationnaires et lyc´ees (en attente de contrib) . . . . . . . . . .
o Traditions en France : Y-en a-t-il d’autres que celles cit´ees ? . . . . . . . . . . .
o TODO : sch´ema ? ? ) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
o TODO : Faire une synth`ese ( page avec sch´ema, max) . . . . . . . . . . . . .
o TODO : description des “louxos”, e´ tudiants Luxembourgeois a` Louvain. ( a
 lignes max) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
o TODO : description de la grande ducale ( a  lignes max) . . . . . . . . . .
o TODO : nommer, v´erifier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
o TODO : trouver un sch´ema ou une photo de Tuna assez simple . . . . . . . .
o TODO : Un peu plus de pr´ecisions, entre autre sur comment diff´erencier
l’universit´e d’origine sur une Tuna. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
o TODO : compl´eter la li e des congr`es . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
o TODO : trouver l’ann´ee de cr´eation de chaque congr`es . . . . . . . . . . . . .
o TODO : Au miniumum : Bacchus, Gambrinus, Franc¸ois Rabelais, mais peuteˆ tre que d’autres personnages ont leur place ici e´ galement. . . . . . . . . .
o TODO : Description de Bacchus et r´ef´erences a` Dionysos. Probablement traiter des Bacchanales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
o TODO : Description de Gambrinus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
o TODO : Description plus pouss´ee de Franc¸ois Rabelais . . . . . . . . . . . . .
o Id´ee de mise en page : Consacrer une page par fili`ere. Ainsi, mˆeme une fois
imprim´e, chacun pourra ajouter les modifications sur sa version papier du
guide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
o TODO : compl´eter les nombreuses dates manquante. . . . . . . . . . . . . . .
o Sur une id´ee dont parlait Gala a` l’automne  :
Recenser les couleurs et modes de couture des principales associations parisiennes repr´esent´ees sur nos faluches.
Autre int´erˆet : les nouvelles assos ne reprendront pas des couleurs d´ej`a
prises. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
o Modifier cette partie pour mettre une li e de r´ef´erences avec un .bib dissoci´e
et permettant de citer plus ais´ement les sources au sein du document. . . .
o cf. fichier france assos-sites.tex (EN COURS) . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
o Partie a` d´eplacer. Ou renommer le niveau n- . . . . . . . . . . . . . . . . . .








z

!

Table des mati`eres


ib
ue

I

Code et traditions

Ve
r

si

on

de

tr
av
ai

l,c

on
tr

 Code National
Article I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Article II . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Article III . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Article IV . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Article V . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Article VI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Rubans circulaires de velours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Rubans circulaires de satin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Article VII . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Le baccalaur´eat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L’embl`eme de la discipline . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Les e´ toiles et palmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Article VIII . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Les insignes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Votre devise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Vos armes personnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Les symboles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Article IX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Article X . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Ruban de ville de facult´e . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Le ruban d’association . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Pour les repr´esentants d’association . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
´
Elus
au conseil d’UFR, conseils d’Universit´e, conseils r´egionaux et nationaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Les rubans de province et ville d’origine . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Article XI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Article XII . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Article XIII . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Article XIV . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Article XV . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Article XVI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Article XVII . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .




































.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

 Autour du code et vie falucharde
. Sp´ecificit´es locales...(TODO) . . . .
.. Code Alsacien . . . . . . . .
.. Code de Montpellier . . . .
.. Autres particularit´es locales
. Ordres . . . . . . . . . . . . . . . .

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.








.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.




















 Congr`es Faluchards
. Calendrier des congr`es . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. Autres e´ v`enements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .





 Personnages traditionnels
. Bacchus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. Gambrinus (TODO) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. Franc¸ois Rabelais (TODO) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .






.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

on
tr

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

Ve
r

si

on

de

tr
av
ai

l,c

 Autres traditions e udiantines
. France . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.. Royaume de la Basoche . . . . . . . . . . . . . . .
.. Bitards (L.S.T.) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.. Gadz’Arts (TODO) . . . . . . . . . . . . . . . . .
ˆ
.. (Toques du Moyen-Age)
(TODO) . . . . . . . . .
.. (Calot des pr´eparationnaires et lyc´ees) (TODO) .
. Belgique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.. Calotte (TODO) . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.. Penne (TODO) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.. Traditions moins r´epandues . . . . . . . . . . . .
. Italie : La Goliardia . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.. Hi oire de la feluca . . . . . . . . . . . . . . . . .
.. Code de la feluca . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. Allemagne : fraternit´es (TODO) . . . . . . . . . . . . . .
. Espagne et Portugal : Tuna . . . . . . . . . . . . . . . . .
.. Hi orique de la tenue et des insignes de la Tuna
. Pays scandinaves (TODO) . . . . . . . . . . . . . . . . .



!

.
.
.
.
.
.
.
.
.

z

.
.
.
.
.
.
.
.
.












ib
ue

 Le code illu r´e et comment´e
. Hi oire (du code) de la Faluche (TODO) . . . .
. Origine et commentaires sur quelques insignes
. Quelques autres insignes . . . . . . . . . . . . .
.. Symboles divers . . . . . . . . . . . . . .
.. Symboles de province . . . . . . . . . . .
. Origines et commentaires divers . . . . . . . . .
.. Couleurs de circulaire . . . . . . . . . .
. Insignes illu r´e (TODO) . . . . . . . . . . . . .
. Organisation de la faluche . . . . . . . . . . . .

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

tr
av
ai

l,c

 Couleurs et h´eraldique
. Bref pr´ecis de le ure h´eraldique d’un blason . . . . . . . . . . .
.. Quelles sont les couleurs utilis´ees en h´eraldique ? . . . . .
.. Comment d´eterminer les couleurs d’une ville/province ?
.. Remarques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
ˆ de France . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. Blasons de Paris et d’Ile
. Couleurs de quelques villes en France . . . . . . . . . . . . . . .
. Blasons et couleurs des anciennes provinces franc¸aises . . . . . .

III

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.














.
.
.
.
.
.
.










z

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

on
tr

 Guide de couture
. Quelques conseils de couture . .
.. Mat´eriel n´ecessaire . . . .
.. Choix du fil . . . . . . . .
.. Choix des rubans . . . . .
.. Couture . . . . . . . . . .
.. Couture des rubans . . . .
.. Couture des e´ cussons . . .
. Conseils pour placer les insignes
. Pin’s . . . . . . . . . . . . . . . . .
.. Renforcement de l’attache
.. S´ecus . . . . . . . . . . . .

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.



Hi orique des croix parisiennes
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.















 Velours
. O ´eo . . . .
. Paramed . .
. Dentaire . .
. Sage-Femme
. M´edecine . .

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.








Ve
r

si

on

de

 Satins
. (avant afif) . . . . . . .
. AFIF . . . . . . . . . . .
. Interfili`ere . . . . . . .
. Ing´enieurs . . . . . . .
.. Ing´e par e´ cole .
.. Ing´es unifi´es . .
. Sciences . . . . . . . . .
. Ecole de commerce . .
. Droit . . . . . . . . . .
.. Paris V Malakoff
.. Paris II - Assas .
. Catho . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.



!



Couture et couleurs

ib
ue

II

Paris
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

tr
av
ai

 Quelques lieux a` connaˆıtre
. Vinum, Cantum, Sexum . . . . .
.. Ap´eros . . . . . . . . . . .
.. Re aurants . . . . . . . .
.. L`a ou` l’on fe oye . . . . .
. Faluches et insignes . . . . . . . .
.. Chez Mamie ’luche . .
.. Autres sources d’insignes .

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.















.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.


.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.










 Principales associations parisiennes (TODO ?)



V



Ve
r

si

on

de

R´ef´erences



!

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

z

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

ib
ue

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

l,c

IV

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

on
tr

.. Paris V - Descartes . . . . .
.. Piti´e . . . . . . . . . . . . . .
.. Saint Antoine . . . . . . . .
.. PSA (Paris ) . . . . . . . . .
.. Bichat (Paris ) . . . . . . .
.. Lariboisi`ere (Paris ) . . . .
.. Kremlin Bicˆetre (Paris ) .
.. Cr´eteil (Paris ) . . . . . .
.. Bobigny (Paris ) . . . . . .
..Paris Oue . . . . . . . . . .
. Pharma . . . . . . . . . . . . . . . .
.. Pharma Paris V - Descartes
.. Pharma Paris XI . . . . . . .

!
z
ib
ue
on
tr

Premi`ere partie

Ve
r

si

on

de

tr
av
ai

l,c

Code et traditions



z

!

Chapitre 

ib
ue

Code National

on
tr

TODO : Mettre le code a` jour avec une version plus r´ecente. Cette version e
celle du  et n’a pas e´ t´e modif´ee depuis.

Le code a uellement inclu dans ce guide e celui issu du `eme anniversaire de
la Faluche.

l,c

Hi orique du code

D’apr`es les d´ecisions des grand maˆıtres lors :

tr
av
ai

Centenaire de la faluche , Reims les  et  juin 

Etats g´en´eraux de la faluche , Dijon, les ,  et  Juin 
Convention nationale de la faluche , Lille, les , , et  juin 
Congr`es nationaux de la Faluche :

Clermont-Ferrand les , , et  juin  ()
Poitiers les ,  et  juin  ()

de

Nancy les ,  et  juillet  ()
Toulouse les ,  et  juillet  ()
Paris les  juin,  et  juillet  ()

on

Orl´eans les ,  et  Juin  ()
Montpellier les , ,  Juin  ()

si

Reims les ,  et  Juillet  ()

Grenoble les ,  et  Juin  ()

Ve
r

Lille les  juin,  et  juillet  ()
Poitiers les ,  juin, et  juillet  ()
Paris les ,  et  juin  ()
Bordeaux les , ,  juin  ()
Toulouse les , ,  juillet  ()
Lyon les , ,  juillet  ()


Onzain les , ,  juillet  ()
Montpellier les ,  juin et  juillet  ()

Ve
r

si

on

de

tr
av
ai

l,c

on
tr

ib
ue

z

!

Reims les , ,  juillet  ()



ib
ue

z

!

Code

on
tr

Notre b´eret d’´etudiant fut ramen´e de Bologne, en juin , par la d´el´egation
franc¸aise d’un congr`es international d’´etudiants qui, jalouse de voir le chapeau fac¸on
Louis XI des e´ tudiants italiens et la casquette plate des e´ tudiants belges et allemands,
d´ecida d’avoir une coiffure sp´ecifique aux e´ tudiants franc¸ais. Elle adopta le b´eret de
velours des habitants de la r´egion bolognaise, en souvenir du congr`es qui fut, paraˆıt-il,
magnifique.

Article I

tr
av
ai

l,c

La faluche e la coiffe traditionnelle des e´ tudiants de France. Elle a remplac´e la
ˆ
toque datant du Moyen-Age.
Les e´ tudiants franc¸ais l’ont ramen´ee de Bologne, lors
d’un congr`es international d’´etudiants ou` ils adopt`erent le b´eret de velours des habitants de la r´egion bolognaise, le  juin .

Article II

de

La faluche e port´ee de nos jours dans certaines facult´es et e´ coles, d’une mani`ere
habituelle ou a` titre exceptionnel, lors de manife ations e udiantines. On ne l’enl`eve
pas, mˆeme devant un professeur, sauf s’il a le rang de re eur. Elle ne se r´eclame d’aucune appartenance politique ou religieuse.

on

Article III

Ve
r

si

Escholier, il e interdit de faire de la faluche une succursale de monoprix. Elle
doit eˆ tre le parchemin qui s’enorgueillit toujours de nouvelles richesses de l’hi oire
de l’´etudiant. A ce titre un Grand Maˆıtre (peu importe lequel) peut d´ecider de faire
enlever un insigne qu’il juge non repr´esentatif de l’´etudiant.

Article IV
L’´etudiant doit se conformer a` ces dispositions assez larges pour permettre toute
fantaisie, assez ri es pour r´ealiser l’uniformit´e.



Article V

!

La faluche comporte deux parties :
. Le ruban circulaire avec ses embl`emes (cursus e udiantin).
. Le velours noir avec ses rubans et insignes.

z

Article VI

ib
ue

Le ruban circulaire e a` la couleur de la discipline principale. Pour les disciplines
secondaires (double inscription) on placera, sur le bord sup´erieur du ruban de la discipline principale, un ruban plus mince aux couleurs de cette (ou ces) discipline(s)
annexe(s).

on
tr

Voici les couleurs nationalement adopt´ees, bas´ees a` l’origine sur celles des toges
do orales et professorales des universit´es franc¸aises :

tr
av
ai

Chirurgie dentaire
M´edecine
O ´eopathie
Param´edical
Pharmacie
Pr´epas sant´e
Sage femme
V´et´erinaire

Velours violet
Velours rouge
Velours bleu
Velours rose
Velours vert
Velours marron
Velours fuchsia
Velours bordeaux

l,c

Rubans circulaires de velours

de

Rubans circulaires de satin

Ve
r

si

on

´
Admini ration Economique
et Sociale
Archite ure, Beaux-Arts, Cin´ema, Th´eaˆ tre
Droit
´
Ecoles
d’ing´enieurs
´
Ecoles
de commerce
IUT, BTS
IUP
Fili`eres sportives
Lettres, Sciences Humaines et Sociales
Musique et Musicologie
Œnologie
Pr´epas (Taupes, Khˆagne, ...)
Sciences
Sciences e´ conomiques, Ge ion
Sciences politiques


Satin vert clair
Satin bleu
Satin rouge
Satin noir et bleu
Satin rouge et vert
Satin blanc
Satin aux couleurs de la discipline
Satin vert fonc´e
Satin jaune
Satin argent´e
Satin saumon
Satin marron
Satin violet
Satin orange
Satin rouge et bleu

Article VII
Sur le ruban circulaire doivent figurer :

z

Note : Pour les capacitaires, l’embl`eme du baccalaur´eat sera remplac´e par la lettre
C majuscule.

Ve
r

si

on

de

tr
av
ai

l,c

on
tr



ϕ (Phi)
β (B´eta)
ε (Epsilon)
ϕε (Phi Epsilon)
Lettre ou initiale correspondantes
I minuscule apr`
es bac principal

ib
ue

Bac L
Bac ES
Bac S sp´e math ou physique
Bac S sp´e bio
Autres bacs
Bac international

!

Le baccalaur´eat



L’embl`eme de la discipline
AES
´ de bl´e crois´es
Fourchette et Epi
´
Equerre
et compas
Tˆete de sphinx
Palette et pinceau
BTS
Molaire
Chouette a` deux faces
Balance
´
Etoile
et foudre
Caduc´ee mercure
Coq
Globe
Casque de P´ericl`es
IUT
IUP
Caduc´ee mercure
Livre ouvert et plume
Caduc´ee m´edecine
Lyre
Grappe de raisin
Sph´eno¨ıde
Ciseaux
Tˆete de mort crois´ee sur f´emurs
Caduc´ee pharmacie
Ψ (Psi)
ˆ
Croix d’Ankh
Initiales de la fili`ere
Grenouille
Palmes crois´ees de chˆene et de laurier et
Initiales de la fili`ere
Caduc´ee mercure
Parapluie
Masque de com´edie
Tˆete de cheval

de

z

ib
ue

on
tr

l,c

si

on

Sciences e´ conomiques, Ge ion
Sciences politiques
Th´eaˆ tre
V´et´erinaire

!



tr
av
ai

Admini ration e´ conomique et sociale
Agro-alimentaire
Archite ure
Arch´eologie
Beaux-arts, Cin´ema
B.T.S.
Chirurgie dentaire
Pr´epas (Taupes, Khˆagne, ...)
Droit
´
Ecoles
d’ing´enieurs
´Ecoles de commerce
Fili`eres sportives
G´eographie
Hi oire
I.U.T.
I.U.P.
Kin´e
Lettres, Langues
M´edecine
Musique et Musicologie
Œnologie
O ´eopathie
Param´edical
PCEM
Pharmacie
Psychologie
Sage femme
Social
Sociologie
Sciences

Ve
r

Les e´ toiles et palmes
´
Etoiles
– Une e´ toile dor´ee par ann´ee d’´etudes (se place en d´ebut d’ann´ee).
– Une large palme plac´ee a` cot´e de l’´etoile de l’ann´ee pour le major de la promotion.
– Les e´ toiles de disciplines annexes seront de taille plus petite.
– Une e´ toile argent´ee pour les ann´ees redoubl´ees.


!

– Un petit E remplacera l’´etoile de l’ann´ee obtenue par e´ quivalence.
– La premi`ere e´ toile sera plac´ee sur un petit ruban dispos´e de biais, de couleur
bleue pour les facult´es ou e´ tablissements d’´etat, blanche pour les facult´es ca´
tholiques, e´ coles ou in ituts priv´es. Tout changement d’une universit´e d’Etat
a` priv´ee ou inversement sera signifi´e par un nouveau ruban sous l’´etoile de la
nouvelle premi`ere ann´ee.

z

Palmes

tr
av
ai

Article VIII

l,c

on
tr

ib
ue

– Une simple palme a` la fin de chaque cycle (s’il n’y a pas de diplˆome correspondant)
– Une double palme crois´ee de lauriers pour chaque diplˆome obtenu ( DEUG,
DUT, BTS, Licence, Maˆıtrise, diplˆome universitaire, diplˆome d’´etat, . . . ).
– a` cot´e de l’´etoile de l’ann´ee :
– Une tˆete de vache pour tout e´ chec aux examens de la premi`ere session et
r´eussite a` la session de rattrapage.
– Une tˆete de mort pour abandon d’une discipline.
– Une quille pendra du ruban a` l’endroit du cursus ou` aura e´ t´e effe u´e le service
militaire.
– Un drapeau du pays sera plac´e sous l’´etoile de l’ann´ee d’´etude si elle se d´eroule
a` l’´etranger.

Le velour peut comporter :

Les insignes

on

de

– Des associations e´ tudiantes.
– Des congr`es auxquels vous avez particip´e, a` condition que ceux-ci soient con itu´es
de mat´eriaux nobles (tissus, m´etaux).
– Des villes ou` vous avez s´ejourn´e pour motifs e´ tudiants.
– De tous les e´ tablissements scolaires auxquels vous avez appartenu.
– De tous les clubs auxquels vous avez appartenu et auxquels vous appartenez.

si

Votre devise

Ve
r

En grec, en latin, en franc¸ais, en h´ebreu, en langue r´egionale, en patois. . . s’inscrit
en toutes lettres dans la langue correspondante, sur le velours du frontal a` l’occipital
a` la gauche du ruban de province natale.



Vos armes personnelles
Les symboles

Amour de la navigation
a` l’endroit, c´elibataire
a` l’envers, cœur pris
Bizut´e : a` l’envers, l’a e´ t´e
a` l’endroit, ne l’a pas e´ t´e
Chanceux aux examens
Radin
Chanceux
Perte de la virginit´e masculine
Amour des plaisirs de la table
Amour du bon vin
Amour de la musique
Amour de la peinture
Mari´e(e)
Amour de la litt´erature
Perte de la virginit´e f´eminine
Polyglotte
a` l’endroit, amour de l’anatomie
a` l’envers, amour de l’anatomie du sexe
oppos´e
a` l’envers avec une pointe de diamant
entre les jambes, homosexuel

on
tr

tr
av
ai

´ de bl´e crois´e d’une faucille
Epi
´ de bl´e
Epi
Fer a` cheval
Feuille de vigne
Fourchette
Grappe de raisin
Lyre
Palette vernie
Pendu
Plume
Rose
Sphinx
Squelette

l,c

Cochon

ib
ue

z

Ancre
Chameau

de

Insignes d´ecern´es par le Grand Maˆıtre :
Bacchus

on

Bouteille de bordeaux

Ve
r

si

Bouteille de Champagne
Chouette
Cl´e de sol
Coq
Cor de chasse
Fourchette sur ruban bleu
Hache

Poule
Singe
Sou trou´e

!

Insignes :

Dignit´e dans l’ivresse (retournable et retirable)
Cuite certifi´ee (possibilit´e de coefficient
multiplicateur)
Coma e´ thylique certifi´e
Oiseaux de nuit
Digne chanteur de paillarde
Grande gueule, sachant l’ouvrir
Grand chasseur devant l’Eternel
Cordon bleu
Prise de guerre (a e exceptionnel, a` ne
pas confondre avec vandalisme)
Fille tr`es chaude
Qu´emandeur d’insignes, empˆeche de recevoir tout autre insigne.
Nuit pass´ee au po e pour motif e´ tudiant


´ ee
Ep´
Fl`eche

Fin baiseur
´
Ejaculateur
pr´ecoce (d´ecern´ee par la
fille)
A e laborieux et difficile
Experte

ib
ue

z

Lime
Pens´ee

!

Insignes d´ecern´es par le ou la partenaire :

Insigne plac´e sur le ruban d’association :
Abeille

Travail et minutie associatif

on
tr

Article IX

l,c

Lors d’une garde assur´ee par un e´ tudiant en sant´e tout passage de vie a` tr´epas sera
san ionn´e par une faux plac´ee sur le velours noir.

Article X

tr
av
ai

Sur le velours figurent aussi les rubans sup´erieurs de gauche a` droite, du frontal a`
l’occipital :

Ruban de ville de facult´e

de

Ruban perpendiculaire a` celui de l’association, aux couleurs de la ville de facult´e,
surmont´e d’un e´ cusson en toile. L’´etudiant changeant de ville de facult´e (France ou
e´ tranger) placera parall`element et en arri`ere du pr´ec´edent, un ruban surmont´e d’un
e´ cusson, aux couleurs de sa nouvelle ville universitaire, et l’ann´ee de changement en
chiffres.

on

Le ruban d’association

si

Rubans aux couleurs de l’association pr´ecisant la place occup´ee par l’´etudiant.

Pour les repr´esentants d’association

Ve
r

a – Pour les membres du conseil d’admini ration et du bureau d’association r´egionale :
un ruban aux couleurs de la ville d’´ele ion.

b – Pour les e´ lus et d´el´egu´es au plan national :
– pour les membres du conseil d’admini ration des associations, unions, f´ed´erations
nationales : un ruban tricolore.
– pour les membres de bureau : un ruban tricolore avec un filet blanc de chaque
cot´e.


– pour le pr´esident : un ruban tricolore avec une bande blanche de chaque cot´e.
c – Pour les e´ lus ou d´el´egu´es au plan europ´een : les couleurs de l’Europe.
d – Pour les e´ lus ou d´el´egu´es au plan international : les couleurs de l’O.N.U.

ib
ue

z

´
Elus
au conseil d’UFR, conseils d’Universit´e, conseils r´egionaux et
nationaux

!

Le d´el´egu´e placera le ruban de plus haut grade.

L’´elu placera, du frontal a` l’occipital, un ruban de couleur jaune dont l’extr´emit´e
occipital sera laiss´ee libre. Sur ce pendentif seront plac´ees, a` raison d’un insigne par
mandat :
grenouille argent´ee : pour les e´ lus au conseil d’UFR
tortue argent´ee : pour les e´ lus au CROUS
tortue dor´ee : pour les e´ lus au CNOUS

on
tr

grenouille dor´ee : pour les e´ lus au conseil d’Universit´e

les initiales des autres conseils (CNESER, OVE, ...)

l,c

e´ toile dor´ee : pour les VP e´ tudiant d’universit´e

e´ toile argent´ee : pour les VP e´ tudiant d’UFR ou de CA d’IUT

tr
av
ai

e´ toile dor´ee (sur un petit ruban bleu) par mandat de d´el´egu´es mutuali es

Les rubans de province et ville d’origine

Surmont´es des e´ cussons en toile correspondants.

de

Article XI

si

on

La faluche montpelli´eraine se di ingue par la pr´esence de quatre crev´es aux couleurs de la discipline principale e´ tudi´ee, divisant ainsi le couvre-chef en quatre parties
de velours noir e´ gales. Ce privil`ege e r´eserv´e aux seuls e´ tudiants de l’Universit´e
de Montpellier, en hommage a` Rabelais qui fit ses e´ tudes de m´edecine a` Montpellier au XVI`eme si`ecle. Il enseigna la m´edecine a` Montpellier qui e la plus ancienne
Universit´e franc¸aise (XII`eme si`ecle).
Les disciplines m´edicales ont conserv´e les couleurs traditionnelles.

Ve
r

M´edecine
Pharma
Chirurgie-dentaire
Param´edicale

 crev´es bordeaux
 crev´es verts
 crev´es bordeaux et  crev´es violets
 crev´es roses



Article XII
Tout e´ tudiant ayant, au cours de sortie, repas ou soir´ee, tir´e un coup en bonne et
due forme, devra mettre a` l’int´erieur de sa faluche :
une carotte , signe de son a e valeureux et digne du grand baisouillard qu’il e .

!

ˆ
un poireau pour une pipe dument
accomplie.

z

un navet , pour l’enculage.

ib
ue

une betterave , pour un cunnilingus.

on
tr

Ceci sous l’œil attentif des anciens, dignes contrˆoleurs des a es accomplis. Ils
contrˆoleront en particulier que l’´etudiant e´ tait sorti couvert. Pour tout d´epucelage, il
aura droit, suivant l’endroit, a` deux l´egumes plac´es en X. En esp´erant voir les faluches
se transformer durant les ann´ees e udiantines, en de v´eritables potagers.

Article XIII

Article XIV

tr
av
ai

l,c

Dans chaque facult´e ou e´ cole, il sera proc´ed´e a` l’´ele ion d’un Grand Maˆıtre, choisi
par les faluchards au vu de ses m´erites, et dont la tˆache principale sera de veiller a`
l’application des principes de base qui r´egissent le port de la faluche.
Sa di in ion e une croix du m´erite e´ maill´ee blanc soutenue par un ruban aux
couleurs de la discipline. Lui seul e en mesure de d´ecerner le Bacchus, l’abeille, la
chouette, le coq, . . . (voir article VIII).
Il doit en outre certifier, avec le concours de trois autres porteurs de faluches, l’acquisition de bouteilles.

de

Toute faluche devra eˆ tre baptis´ee sous l’oeil attentif du Grand Maˆıtre ou des anciens.

on

Article XV

si

La faluche doit eˆ tre port´ee dans toute c´er´emonie : repas, soir´ees, sorties e udiantines, . . .

Ve
r

Article XVI
Toute pucelle effarouch´ee ou donzelle a` la jambe mutine demandant a` voir le potager particulier (int´erieur de la faluche) d’un e´ tudiant, devra comme il se doit, en passer
ˆ dudit e´ tudiant, choisissant le lieu, le jour et l’heure. La
par les armes suivant les gouts
faluche repr´esentant la vie d’un e´ tudiant, toute personne mettant une faluche ne lui
appartenant pas devra subir une e´ preuve qu’aura choisi le propri´etaire de la faluche
en que ion.


Article XVII

Ve
r

si

on

de

tr
av
ai

l,c

on
tr

ib
ue

z

Les Grands Maˆıtres,

!

La faluche e un attribut qui doit eˆ tre respe ´e par tous. Des san ions pourront
eˆ tre prises pour tout non-respe vis-`a-vis d’une faluche. D’autre part, tout e´ tudiant
surpris en train de baptiser sans eˆ tre porteur d’une faluche sera lui-mˆeme consid´er´e
comme imp´etrant. A ce titre, il encourt les pires s´evices . . .



tr
av
ai

l,c

on
tr

Le ruban circulaire (art. VI et VII)

ib
ue

z

!

Annexes

Figure . – Vue de face

L´egende de la figure . :

de

 : Armes personnelles : d’avant en arri`ere
– Insigne de la discipline
– BAC + ann´ee d’obtention
– Initiales en majuscules
´
 : Etoile
de bizuth sur ruban en biais
 : Une e´ toile par ann´ee

on

 : Palme de fin de er cycle

si

Le velour

Ve
r

L´egende de la figure . :

A : Cˆot´e officiel - Titres et insignes officiels (art. VIII § et X § a` )
a Ruban aux couleurs de la ville de facult´e surmont´e de l’´ecusson en toile
b Ruban d’association :
b : Simple adh´erent de l’association
´ ou coopt´e au sein de l’association
b : Elu


!
z
ib
ue
on
tr
l,c
tr
av
ai
de
on
si
Ve
r

Figure . – Vue du dessus



c Ruban des repr´esentants d’associations
d Ruban de conseil d’U.F.R. ou d’universit´e
B : Cˆot´e officiel badges de congr`es
C : Cˆot´e personnel (art. VIII § a`  et X §) : coq, cochon, squelette, chameau ...

!

e Couleur de la province natale

ib
ue

z

f Couleur de la ville natale
´
g Ecusson
de la ville natale
´
h Ecusson
de la province natale

Ve
r

si

on

de

tr
av
ai

l,c

on
tr

D : Cˆot´e voyage



ib
ue

Le code illu r´e et comment´e

z

!

Chapitre 

Hi oire (du code) de la Faluche (TODO)

D’ou vient le code de la Faluche ?

l,c

.

on
tr

En particulier tous ceux qui ne sont pas ou plus au code national.
Dans ce chapitre e d’abord relat´e une br`eve hi oire du code de la faluche. Les
se ions suivantes expliquent ou commentent les origines de certains e´ l´ements de la
faluche, en insi ant tout particuli`erement sur les insignes et sur les

tr
av
ai

De quand datent les premiers codes e´ crits, et en particulier le code national ?
Cf. intro code de Rouen

.

Origine et commentaires sur quelques insignes

de

Cette partie du guide regroupe l’origine des insignes pour lesquels cette information e connue avec une probabilit´e relativement bonne. On y trouvera e´ galement
quelques commentaires sur les insignes, voire mˆeme des moyens mn´emotechniques
pour se souvenir de leur signification.

si

on

Volant (amour de la conduite) : Le volant e a` l’origine l’insigne pour les condu eurs
d’´elite dans l’arm´ee. Cette insigne e parfois port´e pour condu eur de fin de
soir´ee .
On voit parfois e´ galement le volant plac´e pour condu eur de fin de soir´ee, le volant e´ tant enlev´e par morceaux en cas d’accidents.

Ve
r

Sphinx (polyglotte) : Le sphinx e a` l’origine l’insigne pour le brevet de tradu eur
des interp`etes militaires.
Pendu (mari´e) : L’expression avoir la corde au cou e parfois utilis´ee pour quelqu’un qui e mari´e.

Chameau (cœur pris ou non) : C’e en fait un dromadaire puisqu’il n’a qu’une seule
bosse.



date ?

!

Comme moyen mn´emotechnique pour se souvenir de la signification de la direction de ses pattes, on peut se dire que s’il e a` l’endroit il peut alors traverser
le d´esert , et la personne e donc c´elibataire. A l’envers il aura un peu plus de
mal a` avancer.
Notons au passage qu’il a exi ´e une e´ poque ou` le chameau n’´etait retourn´e que
lorsque l’on e´ tait pris dans l’antichambre du mariage , mais ce n’e a uellement plus le cas.

on
tr

ib
ue

z

Parapluie (Emb`eme des e´ tudiants en sciences politique) :
L’une des explications possible du parapluie pour les e´ tudiants en Sciences Politique e li´ee aux duels entres e´ tudiants. Suite a un trop grand nombre de morts,
les duels a` Paris (et en d’autres coins de France) ont e´ t´e rapidement interdits.
Cependant les e´ tudiants de Science Po n’´etaient pas tr`es ouverts a` la critique
bon nombre voulaient toujours en d´ecoudre. Le duel a` l’´ep´ee e´ tant interdit, ils
ont d´ecid´e de continuer mais a coup de parapluie. Ce serait ainsi cette tradition
interne qui e devenu leur symbole.
Une autre hypoth`ese e l’origine sociale e´ lev´ee de nombreux e´ tudiants en Sciences
Politiques.

l,c

Tortue (´elu au CROUS) : Pour la lenteur du CROUS. (Mythe ou r´eelle origine ? c’e
en tout cas un bon moyen mn´emotechnique)

tr
av
ai

Grenouille (embl`eme de la sociologie) : L’explication la plus souvent donn´ee e celleci e en rapport au batracien : Plong´ee dans l’eau bouillante, la grenouille a le
r´eflexe de s’en e´ chapper en sautant, mais plong´ee dans l’eau froide elle peut eˆ tre
e´ bouillant´ee a` mort avant qu’elle r´ealise qu’elle e en grave danger . Transposez
la grenouille en peuple et l’eau chaude en th´eories extr´emi es et vous obtenez
un apologue qui illu re un des grands principes de la sociologie. Ce serait pour
cette raison que la grenouille en serait l’embl`eme.

Ve
r

si

on

de

Abeille (labeur et minutie) : L’abeille e un inse e qui consacre sa vie a` son labeur
et dont les tˆaches pr´ecises e´ voluent. On retrouve cet insigne a` diff´erents endroits
d’une faluche comme symbole de labeur et minutie dans le domaine correspondant.
Le d´ecernement de l’abeille e souvent soumis a` la r´eussite aux examens, le
principe e´ tant qu’un faluchard e un e´ tudiant avant tout, et qu’en aucun cas la
vie associative ou autre ne doit passer avant les e´ tudes.
Sur un circulaire, il symbolise un parcours parfait : ni e´ toile argent´ee, ni crˆane,
ni tˆete de vache, et des diplˆomes correspondant aux cursus.
Sur le velours il peut apparaˆıtre a` plusieurs endroits diff´erents.
sur ruban d’association : (g´en´eralement d´ecern´e par un GM sur d´ecision du pr´esident
de l’association en que ion) Labeur et minutie dans le monde associatif, et en
g´en´eral dans son asso.
sur ruban d’´elu (rare) : Labeur et minutie parmis les e´ lus, si´egeant a` toutes les
r´eunions et ayant eu plusieurs repr´esentations a` son a if.
sur e´ cusson de ville (rare) : Labeur et minutie a` repr´esenter sa ville ailleurs en
France et a` e´ tranger.



Potager : L’origine des legumes du potager serait la suivante : vers la fin du

.

Quelques autres insignes

on
tr

ib
ue

z

si`ecle les e´ tudiants d’origine mode e e´ taient souvent log´es en ville chez des logeuses poss´edant de grandes maisons non occup´ees. La logeuse pr´eparait le soir
la base de la soupe, a` apportant les pommes de terre (ce qui explique qu’il n’y ait
pas de pomme de terre dans le potager faluchard). Les e´ tudiants eux, devaient
ramener le re e des l´egumes : carottes, poireaux, navets, . . . . L’hi oire raconte
que les e´ tudiants, ne pouvant pas parler de leurs exploits sexuels a` table devant
la logeuse, d´ecid`erent de donner des significations a` leur l´egumes, et du coup de
ramener le soir le l´egume correspondant a` leur e´ ventuelle aventure de la veille :
tirer un coup, sodomie, fellation . . . .
Certains l´egumes, comme le choux fleur par exemple, ont e´ t´e rajout´es bien apr`es.

!

XIXeme

Symboles divers

tr
av
ai

..

l,c

Ces insignes ne sont pour la plupart pas ou plus au code, ou bien suffisament
rare pour eˆ tre rappel´es. On d´ecrira quelques insignes divers, en s´eparant ceux qui
repr´esentent sp´ecifiquement des r´egions ou des particularit´es locales.

Ces insignes ne font pas ou plus partie du code national. Ils sont
Ballon et cornue : Symbole des e´ tudiants en sciences pratiquant la chimie.
Quille : Une quille pendra du ruban a` l’endroit du cursus ou` aura e´ t´e effe u´e le
service militaire. (Code du )
Escargot : Lenteur a` la tˆache.

de

Ecureuil : Membre d’une junior entreprise.
Fraise : Femme enceinte.

Tˆete de taureau sur ruban rose : G´eniteur d’une fille.

on

Tˆete de taureau sur ruban bleu : G´eniteur d’un garc¸on.
Cupidon : Fianc´e (code lyonnais).

si

Pendu : Mari´e.

Potence (sans pendu) : Divorc´e.

Ve
r

Lacet de cuir : Sado-maso.
Cocotte en papier : Grand s´echeur de cours. E en g´en´eral d´ecern´e sous condition de
r´eussite aux examens.
ski : Amour du ski ou amour de la montagne.
voilier : amour de la navigation.



..

Symboles de province

Les insignes ou symboles suivants sont parfois port´es pour marquer l’attachement
a` une certaine province (usuellement celle d’origine du faluchard).
Chardon : Insigne port´e par les lorrains.

!

Hermine : Insigne port´e par les bretons

z

Houe : Insigne port´e par les limougeauds.

ib
ue

Lion h´eraldique : Insigne port´e par les lyonnais.
Lion normand : Insigne port´e par les normands.

Sabot : Insigne port´e par les e´ tudiants bretons mont´es a` Paris pour leurs e´ tudes.
Sanglier : Insigne port´e par les ardennais.
Ta evin : Insigne port´e par les bourguignons.

on
tr

Pompon rouge : Port´e au centre de la faluche pour les villes portuaires royales. C’e
surtout une tradition nantaise, qui a e´ t´e reprise par certaines autres villes portuaires.

.

Couleurs de circulaire

tr
av
ai

..

l,c

Origines et commentaires divers

Il e souvent dit que les couleurs de circulaire sont issues des toges do orales de
la discipline correspondant telles qu’elles exi aient, et que l’on retrouve parfois sur
les toges des titulaires de palmes acad´emiques. Les couleures des diff`erentes fili`eres
sont e´ galement issues des couleurs militaires associ´es a` chaque m´etier.
Certaines couleurs et mati`ere ont une explication plus pr´ecise.

de

Velour (sant´e) : Le velour e la mati`ere des circulaire de sant´e car le sang ne s’y
attache pas et ne tˆache ainsi pas le tissus. Cela viendrait en particulier des uniformes des officiers de sant´e dans les arm´ees napol´eoniennes  :
Les officiers de sant´e, quelle que soit leur fon ion - m´edecin, chirurgien ou pharmacien, qu’ils exercent aux arm´ees ou dans les hˆopitaux militaires - ont un uniforme
propre, inspir´e de celui des officiers d’´etat-major. C’e a` partir de l’an VI, sous le Directoire, que cet uniforme e port´e par tous les officiers de sant´e. Il sera tr`es peu modifi´e
sous l’Empire.
L’habit e de drap bleu national piqu´e de blanc ; les collets, revers et parements sont de
velours : noir pour les m´edecins, cramoisi pour les chirurgiens et vert bouteille pour
les pharmaciens. La ve e et la culotte sont du mˆeme drap que l’habit pour les m´edecins.
La ve e e rouge chez les chirurgiens et verte chez les pharmaciens. La culotte e´ tant
bleue comme l’habit.

Ve
r

si

on



Les diverses classes d’officiers de sant´e sont diff´erenci´ees par les boutonni`eres du collet,
des revers et des parements et par des broderies fix´ees sur le pourtour de l’habit. Le

. La sant´e aux arm´ees. L’organisation du service et les hˆopitaux. Grandes figures et dures r´ealit´es.
(`ere partie) (Jacques Sandeau). http://www.napoleon.org/fr/salle_lecture/articles/files/
santeauxarmees_sn_sandeau.asp (Le texte en gras a e´ t´e ajout´e)



chapeau e uni avec plumet rouge. Ils portent des bottes a` retourn´es rabattus et ont une
e´ p´ee d’officier d’infanterie.

v´erifier
Bleu et Noir (ing´enieurs) : le circulaire bleu et noir e commun aux faluchards et aux et
setraditions belges . Les premiers techniciens a` avoir eu la d´enomination d’ing´enieursciter

.

!

ib
ue

Insignes illu r´e (TODO)

Organisation de la faluche

on
tr

TODO : Trouver des images utilisables des insignes (sur fond transparent de
pr´ef´erence)

.

tr
av
ai

l,c

GM (Grand Maˆıtre) : les grands maˆıtres exi ent maintenant () dans la plupart
des villes. Ce sont des faluchards comme les autres, g´en´eralement e´ lus parmis
leurs pairs. Ils sont soit issus d’une fili`ere en particulier, soit regroupent plusieurs fili`eres. L’apparition des GM date des ann´ees , et e au code national
depuis ? ? ? ?
reprendre le code

rappel hi orique de  ou  lignes sur les grands maitres sous l’ancien
r´egime
//`a valider par God-Rouen.

de

GC (Grand Chambelan) : le grand chambellan e g´en´eralement choisi par son grand
maˆıtre pour l’aider dans sa tˆache d’organisation des faluchards dont il e responsable.

on

rappel hi orique de  ou  lignes sur les grands chamb’ sous l’ancien
r´egime

//`a valider par God-Rouen.

si

reprendre le code (apparu en , au  ?

Ve
r

GA (Grand Alchimi e) : on trouve dans quelques villes un grand alchimi e charg´e
de la confe ion du jus de faluche. Il e normalement le seul a` en connaˆıtre la
recette.



fichier
trad/orga
fait
a`
l’arrache.
Nombreuses
pr´ecisions
a`
apporter.

z

raient les mineurs responsables des conduits d’a´eration dans les mines, pour
amener l’air dans les galleries. Le bleu et le noir serait ainsi une r´ef´erence au ciel
(bleu, en haut) et a` la mine (noir, en bas).

TODO :
date
d’apparition
des
GM,
en
particulier
au
code
nat.

ib
ue

Autour du code et vie falucharde

z

!

Chapitre 

.

on
tr

Nous pr´esenterons ici quelques sp´ecificit´es locales reconnues ou non, puis quelques
e´ l´ements int´eressants a` connaˆıtre a` propos de la vie falucharde.

Sp´ecificit´es locales...(TODO)

de

tr
av
ai

l,c

Cette se ion pr´esente quelques-unes des particularit´es locales par rapport au code
national.
L’exi ence d’un code national ne date pas de l’origine de la faluche, et mˆeme depuis lors, avant d’ˆetre largement diffus´e, certaines villes en ont eu des interpr´etations
et applications diff´erentes, souvent a` l’origine des sp´ecificit´es locales ici d´ecrites. Ces
particularit´es viennent g´en´eralement compl´eter le code national, ajoutant quelques
sp´ecificit´es ou us propres a` la ville.
Seront d’abord pr´esent´ees les deux faluches reconnues dans le code national de
part leur hi oire (Alsace et Montpellier), puis quelques-unes des principales particularit´es de villes.
Relever les diff´erences avec le code national, ainsi que leurs particularit´es et
pourquoi pas un peu d’hi oire ?
Mettre entre une demi page et deux pages, avec de pr´ef´erence des sch´emas.

on

Le code national ne reconnait que quelques codes locaux : le code alsacien et le code
montpellierain. Il y a cependant de nombreuses particularit´es locales. Nous commencerons donc par les codes reconnus avant de pr´esenter bri`evement d’autres particularit´es que l’on peu trouver sur les faluches de quelques villes.

si

..

Ve
r

Code Alsacien

Code alsacien : v´erifier, et compl´eter, cf todo suivant (TVA et cie.)

La faluche alsacienne comporte six passants, qui tiennent le circulaire.
Il n’y a pas de croix (ni GM, ni GC a` fortiori), et les bapt`emes sont organis´es par les
parrains-marraines, et surveill´es par les T.V.A. (Tr`es V´en´erables Anciens).
. Les particularit´es de couleurs n’ont volontairement pas e´ t´e prises en compte.



z

La Faluche Alsacienne date de  pour montrer leur attachement aux valeurs
franc¸aises (Peit rappel hi orique : l’Alsace e´ tait allemande a` cette date).
Etoffer un peu l’hi oire de la faluche alsacienne.

!

Peuvent devenir TVA les faluchards de plus de  ans, apr`es cooptation par d’autres
TVA.
Pr´eciser un peu plus ce que sont les TVA, comment ils sont choisis pour eˆ tre
TVA, ou pour officier lors d’un e´ vt.

Figure . – Sch´ema de la faluche Alsacienne

si

on

de

tr
av
ai

l,c

on
tr

ib
ue

La figure . (extraite du code alsacien) repr´esente la couture d’une faluche alsacienne. On y remarque en particulier la description des passants sur le circulaire.

Ve
r

..

Code de Montpellier

Code de montpellier : v´erifier, et compl´eter

` Montpellier, la faluche comporte quatre crev´es sur le dessus de la faluche. Ils
A
s´eparent ainsi le velours en quatre parties e´ gales. La figure ., repr´esente ainsi la
couture d’une faluche en suivant le code de Montpellier.



Couleurs sp´ecifiques a` Montpellier

Crev´es montpellierains

ib
ue

...

z

Notons en particulier que tous les circulaires sont en satin y compris pour les
e´ tudiants dans des disciplines de sant´e (il n’y a pas de circulaires de velours).
Pour ce qui a trait aux couleurs :
– Les e´ tudiants en psychologie ont un circulaire jaune et violet.
– Les crev´es des e´ tudiants ing´enieurs sont en violet comme les sciences, mˆeme si
leur circulaire e le bleu et noir traditionnel.

on
tr

Ces crev´es, sortes de rubans de tissus, partent du centre de la faluche et vont jusqu’au circulaire. C’e une tradition locale qui rend hommage a` Rabelais qui fit ses
e´ tudes a` la Facult´e de M´edecine de Montpellier au XVIeme si`ecle, mais leur origine
exa e re e inconnue. Ils sont g´en´eralement de la couleur du circulaire, avec cependant quelques diff´erences par rapport au code national.
Les quatre crev´es d´elimitent quatre parties sur le velour de la faluche.
Partie association : Associations dont le faluchard e membre.

tr
av
ai

Partie perso : Insignes & cie.

l,c

Partie origines : Rubans bicolore et e´ cussons de ville et de r´egion. Il n’y a par contre
pas d’´ecusson de ville de bapt`eme (on reconnait aux crev´es).
Partie e´ change : Pin’s.

!

...

Ve
r

si

on

de

La partie perso e en frontal, et la partie origine en occipital. Les e´ changes sont sur la
gauche, et la partie associations sur la droite.



!
z
ib
ue
on
tr
l,c
tr
av
ai
de
on
si
Ve
r

Figure . – Sch´ema de la faluche Montpellieraine



..

Autres particularit´es locales

...

Bordeaux

...

tr
av
ai

l,c

on
tr

ib
ue

z

!

La principale particularit´e des faluches satin bordelaises e la devise brod´ee sur le
circulaire, en dessous du surnom.
Les faluchards satin de Bordeaux appliquent le Code National. La faluche satin actuelle y date de la fin des ann´ees  et e issue des faluchards en sciences avec
l’arriv´ee d’un GM baptis´e en ext´e lors d’un congr`es associatif. Ce GM a offici´e pendant
pr`es d’un an et demi pour l’ensemble des fili`eres en satin. L’absence d’anciens, et donc
d’hi oire falucharde en satin, associ´ee aux moyens de communication plus rudimentaires a` l’´epoque ont impliqu´es des interpr´etations sans beaucoup de rep`eres, en se
basant surtout sur la tradition orale.
` cette e´ poque, une couturi`ere pr`es de la fac de sciences qui proposait de broA
der les circulaires pour un prix vraiment bas. Certains faluchards (principalement les
sciences et les blanc) ont donc choisi de faire broder leur circulaire, soit enti`erement,
soit en partie (par exemple pour les insignes difficiles a` trouver ou les long circulaires).
Avec le temps la devise sur le circulaire e re ´ee, et s’e impos´ee comme particularit´e.
Une autre particularit´e notable e celle des couleurs des rubans de Bordeaux :
personne n’a les bonnes . En effet, les carabins portent le blanc et le bleu marine
(couleurs des girondins de Bordeaux, no comment...), les pharmas portent le bordeaux
et le bleu marine, et les autres portent le bordeaux et blanc.
Pourquoi sont-elles fausses ? Le bordeaux et le bleu marine n’exi ent pas en h´eraldique.
Normalement, les couleurs sont le rouge et le blanc, il suffit de regarder sur n’importe
quel blason dessin´e dans les bonnes dimensions, que ce soit l’ancien (trois l´eopards,
pas de tapis de lys) ou l’a uel (un seul l´eopard, trois lys remplac¸ant l’ancien tapis).

Lille

de

Rien ne pend de la faluche lilloise, sauf :
Les croix : GM, GC, . . . .
La quille : cf. ..

on

Le pendu (par d´efinition un pendu pend. . . )
Le ruban d’´elu

Ve
r

si

Le ruban de la grande coupeuse : Le ruban de la grande coupeuse e un ruban qui
pend sur le circulaire, sous l’´etoile de l’ann´ee ou elle e devenue grande coupeuse.Ce serait une particularit´e de droit.Elle e en charge de v´erifier que les
faluches sont corre ement cousues, que ce soit le jour du bˆapteme ou plus tard.
Sinon, elle peut, comme son titre l’indique, couper le ou les rubans en que ion.

Le ruban de puceau officiel Le ruban de puceau officiel e lui aussi un particularit´e de droit. La personne e´ tant puceau officiel porte un ruban de  centim`etres
exa ement qui passe du frontal a` l’occipital et qui pend. Pendant un an cette
personne n’a pas le droit d’approcher quelqu’un du sexe oppos´e a` moins de 


Limoges (TODO)

ib
ue

...

z

!

centim`etres, sinon une personne appel´ee Grande Prˆetresse des Moeurs e charg´ee
de le punir.
Le grelot
Le ruban de longues e´ tudes

Limoges : Particularit´e des velours, le grand alchimi e ou GA, e charg´e de la
confe ion du jus de faluche. . . .

...

on
tr

TODO : Limoges : particularit´es autre que le GA ?
Lyon (TODO)

TODO : Sp´ecificit´es lyonnaises
Nice

l,c

...

de

tr
av
ai

La principale particularit´e de la faluche nic¸oise concerne l’organisation de la faluche que l’on y trouve, avec l’exi ence des Chevaliers.
Les Chevaliers nic¸ois, ne sont pas vraiment un ordre, mais plutˆot l’organe ex´ecutif,
organisationnel et traditionnel de la Faluche nic¸oise.
Ils sont , mˆales et femelles confondus, et il exi e des r`egles assez ri es.
Les Chevaliers portent un kilt long, descendant jusqu’au genoux, des chaussures de
montagne ou militaire et de grosses chaussettes de laine. Les kilts doivent eˆ tre port´es
comme des vrais, a` poil en dessous e´ videmment.
Les Chevali`eres portent une mini-jupe a` motif e´ cossais, des bottes a` talon, des bas
r´esille avec porte jarretelles et ring.
Le GM et ses deux GCs sont nomm´es parmi les  chevaliers. Les kilts se transmettent
par d´ecision des  chevaliers.
Poitiers

on

...

Ve
r

si

Poitiers e une ville riche en traditions e udiantines. Hormis la faluche, on y
trouve e´ galement l’ordre du v´en´er´e bitard (LST !) d´ecrit .. et le Royaume de la Basoche, d´ecrit ... Ces derniers portent d’ailleurs e´ galement des faluches, mais qui ne
r´epondent pas aux mˆeme traditions que la faluche, et donc pas exa ement aux mˆeme
codes, mˆeme si des similitudes peuvent eˆ tre observ´ees.
Parmis les sp´ecificit´es de le faluche de Poitiers, notons :
– Tout les rubans sont tress´es. parce que c’e plus beau ! (cela daterait de Gollus, GM poitevin, qui aurait trouv´e que c’´etait mieux ainsi, puis imit´e par ses
amis faluchards, se transformant finalement en une particularit´e de ville).
– Pas d’initiales sur le circulaire.
– En tant que ville de cr´eation de l’Ev`eque du Sud, c’e la ville ou` il y e nomm´e.


...

Tours

...

on
tr

ib
ue

z

!

Les faluchards de la ville de Tours ont, mis a` part les usuels grand maˆıtres et grand
chambellans, plusieurs autres croix qui assi ent, voir remplacent les GM pour certaines c´er´emonies.
– Grand Alchimi e : charg´e de pr´eparer la Mixture (san ion) pendant les baptˆemes.
Il e choisi par le GM pour l’´epauler.
– Grand Sulfateur : charg´e de donner la san ion (chez les carabins).
– Grand Evangelisateur : Il n’e pas nomm´e, mais le GE a uel nomme son successeur. Cela vient de St-Martin, un Evˆeque de Tours en  dans les villes et campagnes prˆecher la bonne parole. Il y a quelques ann´ees, des faluchards ont repris
ce principe pour d´esigner quelqu’un qui serait charg´e des adoptions/confirmations.
Celui-ci porte une croix au m´erite sur un e´ cusson du tombeau Saint-Martin (`a
Tours).
Valence

TODO : autre particularit´es de Valence ?

Voici quelques particularit´es sur les faluchards de la ville de Valence :

tr
av
ai

l,c

Parrains/Marraines : Les imp´etrants valentinois d´ecouvrent leurs parrains et marraines le soir mˆeme, au cours dela c´er´emonie de faluchage. Ils sont impos´es par
les GM au vu de leur m´erite. La c´er´emonie se s´epare en deux parties : d’abord le
faluchage, puis le baptˆeme, qui se termine avec le serment.
Tresse de parrainage : Les fillots et fillotes doivent faire une tresse entre  et  cm
aux couleurs de leurs villes et r´egion d’origine (donc minimum  brins), en y
mettant leur surnom, date de faluchage ainsi qu’un message personnel.
...

Grenoble

de

Initiales en grandes lettres brod´ees : Les grandes lettres brod´ees pour les initiales
sont la plus apparente des sp´ecificit´es (elles peuvent parfois changer de couleur).
La signification qui nous a e´ t´e donn´ee e : C’e parce que c’e joli ! .

on

Surnoms : Les surnoms ne sont pas d´ecern´es a` la fin du baptˆeme.

si

pin’s Chartreuse : Les rubans de la ville de Grenoble ont l’honneur de supporter le
pin’s Chartreuse en r´ef´erence a` l’´etroite relation qui unit les faluchards grenoblois et cette divine boisson.

Ve
r

Tresse de parrainage : Une tresse de parrainage e offerte au parrain-marraine lorsqu’il e ime leur travail accompli. Celle-ci comporte  brins, aux couleurs de la
fili`ere et des couleurs de la ville d’origine. Cette coutume e issue de Valence
(qui elle a  brins, cf. ?? ).

Ruban de GC : La di in ion du GC e un ruban aux couleurs de la discipline, taill´e
en pointe du cˆot´e officiel. Il ne porte par contre pas de croix.
Tous les GM sont Vice Pr´esident de l’Association des Faluchards Grenoblois (AFG).



Absence de serment : Par ailleurs il n’y a pas de serment du faluchard a` la fin du
baptˆeme. De ce fait un faluchard grenoblois assi ant a` des baptˆemes ou des intronisations en ext´erieurs ne se devra pas d’enlever sa faluche lors de sa d´eclamation,
mˆeme s’il n’y a pas de cara `ere obligatoire a` cela.

!

Sexum : Le sexum inclut la danse du faluchard, pour les voyeurs ce ne sera qu’au
cours des intros que le membre trempera dans un verre de chartreuse.
Nantes

z

...

de

tr
av
ai

l,c

on
tr

ib
ue

La particularit´e la plus visible de la faluche nantaise e le pompon rouge de marin,
plac´e au centre. Il symbolise toutes les villes portuaires de la marine royale, mais
Nantes a e´ t´e la premi`ere ville a` le mettre sur une faluche, ce qui a depuis e´ t´e repris
par Bre et Toulon. Les adopt´es et confirm´es nantais ont e´ galement le droit de le
porter, chose consid´er´ee comme bien plus symbolique que l’´ecusson de ville.
La seconde particularit´e importante de Nantes e que les parties personnelles et
e´ tudiantes du velours sont invers´ees. La l´egende voudrait que les nantais ne savent
pas lire un fax (ou que les angevins ne savent pas envoyer un fax, selon le cˆot´e ou` l’on
se trouve). En v´erit´e, il s’agirait plutˆot d’une volont´e de ne pas faire comme les autres.
Quelques autres particularit´es :
´ portent comme embl`eme le caduc´ee mercure, suivi de la ba– Les Sciences Eco
lance et du glaive des e´ tudiants en Droit. Cette particularit´e date des ann´ees ,
´ apr`es
lorsque la corpo Droit h´ebergea l’association des e´ tudiants en Sciences Eco
que leurs locaux aient pris feu.
– La tˆete de mort sur circulaire e utilis´ee apr`es l’´etoile pour signifier l’´echec de
l’ann´ee. L’abandon de la fili`ere sera symbolis´e par une tˆete de mort sur f´emurs
crois´es.
– Contrairement a` beaucoup de villes, les nantais ne portent pas sy ´ematiquement
leur faluche au cœur lors du serment. Le faire signifie que l’on d´esapprouve le
baptˆeme, et que l’on ne pense pas que l’imp´etrant m´erite sa faluche. Cependant,
lors de baptˆemes dans d’autres villes, les nantais s’adaptent bien sur a` la tradition locale et se d´ecouvrent si les officiants le demandent.
... Marseille

Ve
r

si

on

La faluche marseillaise e r´eput´ee comme e´ tant la plus grande de France. On
peut ainsi croiser des faluchards dont le couvre-chef tombe parfois presque jusqu’`a
l’´epaule.
Les faluchards marseillais ont e im´es n´ecessaires d’ajouter au code national un
certain nombre d’insignes. En voici quelques-uns :
Marteau et maillet : Embl`eme des e´ tudiants en con ru ion m´ecanique.
Mammouth dor´e : Faluchard gardien des traditions.
Mammouth argent : GM gardien des taditions.
Boules : Amour de la p´etanque.
Ballon de foot : Amour du foot.
 masses : Bricoleur.


Escargot : Lenteur dans l’a e (d´ecern´e par le partenaire).x
...

[...] autres ? (TODO)

Ve
r

si

on

de

tr
av
ai

l,c

on
tr

ib
ue

z

!

TODO : Quelles autres particularit´es de ville sont assez notables pour eˆ tre not´ees
ici ?



Ordres

ib
ue

z

Les ordres sont nombreux dans la faluche, et d´ecrivent des particularit´e
G´en´eralement port´es et d´ecrits dans la partie personelle , ils ne font pas partie
du code national. Il a e´ t´e d´ecid´e lors de la r´eunion du 109eme anniversaire de la Faluche
de ne conserver que l’ordre des Grelotteurs et l’ordre des Charlottes, et qu’aucun ordre
ne serait d´esormais ajout´e au code.
Les ordres n’auraient pas grand sens dans le code de la faluche en tant que tradition
e udiantine : ce sont souvent des d´elires plus ou moins p´erennes de faluchards se
connaissant bien.

!

.

on
tr

Nous d´ecrivons ici quelques-uns des principaux ordres que l’on croise en faluche.
Sont donn´ees quelques explications minimales et signes de reconnaissance quand il
exi ent.
Beaucoup d’autres ordres exi ent ou ont exi ´es. Comme toujours, les traditions orales
vous permettront d’en savoir plus sur le sujet !
Voici donc quelques ordres que l’on peut parfois croiser chez les faluchards, en commenc¸ant
par les deux seuls ordres reconnus par le code national depuis le 109eme anniversaire
de la faluche, et en poursuivant avec quelques autres.

de

tr
av
ai

l,c

Grelotteurs (tresse avec un grelot a` l’extr´emit´e) : Ces intr´epides faluchards qui ont
fait serment de bannir l’eau, liquide pathog`ene s’il en e , de toutes leurs soir´ees
e udiantines, arborent un grelot dor´e soutenu par des cordelettes tress´ees aux
couleurs de la facult´e dudit faluchard et de la facult´e du Grand Grelotteur qui
l’a baptis´e. Pourquoi intr´epides ? Car certains de nos amis faluchards, en plein
D´ecembre, n’h´esitaient pas, alors que la temp´erature s’approchait dangereusement du z´ero absolu (ah ! ces villes du nord !), a` briser la glace qui se formait a`
la surface des fontaines de Clermont-Ferrand par exemple, pour s’y plonger nus
et y recevoir le baptˆeme ! On intronise par ville un Grand Grelotteur, seul apte
a` baptiser au sein de cet ordre, et qui arbore une cordelette suppl´ementaire de
couleur blanche, ainsi que trois grelots (deux dor´es et un argent´e).
Charlottes (nœud noir, a` l’arri`ere de la faluche) : Ces charmantes demoiselles portent
fi`erement a` l’arri`ere de leur Faluche un joli noeud noir, marquant leur refus du
potager (certains faluchards, demanderaient aussi a` rentrer dans cette ordre).

on

Quelques ordres non reconnus par le code national mais que l’on croise fr´equemment :

si

Minis (nœud rose) : Personnes de petite taille (Femmes de moins de m, Hommes
de moins de m).

Ve
r

Titans (un pin’s particulier (pas d’image dispo)) : En r´eponse aux minis, personnes
de grande taille (Femmes de plus de m, Hommes de plus de m).
Narcoleptiques (Nounours crois´e flˆeche) : Tombent au sol d`es qu’ils entendent Narcolepsie ! , et ne se rel`event qu’au cri d’un exitant quelconque.
GT, Grandes Targets (croix en bouchon de champagne) : sales.
L’insigne des GT e une target pendant de la faluche, en forme de croix faite
avec un muselet de bouchon compress´e.



z

Buffalo & Geronimo (tˆete de taureau sur sou trouv´e / tˆete d’indien) :
Ne peuvent boire que de la main avec laquelle ils n’´ecrivent pas. Ce n’e pas
uniquement un ordre mais un jeu e´ tudiant plus g´en´eralement r´epandu.
Les gauchers sont Geronimo, et les droitiers Buffalos.

!

OGM, Ordre des Grosses Merdres (cape verte mouchet´ee) : plus sales ;-)
Ne portent officiellement aucun insigne di in if, si ce n’e parfois une cape
vert mouchet´ee pour le decorum. Leur illu re origine date de ann´ee .

Ve
r

si

on

de

tr
av
ai

l,c

on
tr

ib
ue

Mais les ordres sont e´ videment bien plus nombreux et il serait impossible et dans
tout les cas ridicules de tous les citer.
Citons n´eanmoins pour illu rer cette vari´et´e exitante les Poissons Rouge (ayant une
tr`es mauvaise m´emoire), les Bisounours (pleins de calins et d’arcs en ciels), les PCI
(Pure Cha es et Innocents, ou pas. . . ), les TTJ (Tasse Ton Joint), les Haiduk, le D´esordre (non-ordre paradoxal exi ant, ou pas), . . .



..

France

on
tr

.

ib
ue

Autres traditions e udiantines

z

!

Chapitre 

Royaume de la Basoche

Ve
r

si

on

de

tr
av
ai

l,c

En , sous Philippe le Bel, en pleine p´eriode m´edi´evale, le peuple subissait
le couroux du pouvoir royal. Sans joie ni plaisir, les seules di ra ions exi antes ne
reposaient qu’en de rares foires et spe acles gratuits.
S’insurgeant contre cette situation, en marge du pouvoir Royal, le royaume de Basoche fut cr´ee. Celui ci reunissait les preux Basochards , ce qui signifie gens de
Droit . Cette joyeuse association avait pour but de divertir le peuple franc¸ais en se
moquant du pouvoir Royal. Cependant, le sage Roi de Basoche poussa la farce tellement loin, que le Roi de France le fit fesser en place publique.
Ce royaume perdura jusqu’a la r´evolution franc¸aise, ou` il fut interdit comme tout
ce qui avait trait au pouvoir royal.
Toutefois, en , un e´ tudiant en droit de la facult´e de Poitiers, qui devint professeur par la suite, M. Philippe R´emy, remis le Royaume de Basoche au gout du jour... et
depuis le royaume perdure.
Ayant comme devise Boire Bite et Bien , ils portent trois “B” dor´es sur leurs
faluches, et une cape en guise d’apparat, de diff´erente couleur selon les grades, mais
souvent noire. Les basochards se con ituent en une cours parodique. On y retrouve
ainsi autour du roi une arm´ee, une e´ glise, auquel sont ajout´es des clercs, pr´evots, et
diverses personnes con ituant dans la dit cours du roi.
Cela dit, il ne faut pas confondre le Royaume de la Basoche, en France avec l’ordre de
la Basoche, des e´ tudiants en droit de Li`ege en Belgique.
Basoche, vient du mot latin basilica, palais royal. Lorsque les rois de France habitaient le Palais de ju ice, les juges, les avocats, les procureurs et tous les gens de ju ice
furent d´esign´es sous le nom de clercs de la basoche (c’e a` dire clercs du Palais).

..

Bitards (L.S.T.)

L’ordre du V´en´er´e Bitard (Lou´e Soit-Il !) e une tradition e´ tudiante propre a` la
ville de Poitiers et comporte son code sp´ecifique, bien que les insignes et les rubans de
circulaires correspondent globalement (`a de rares exceptions) a` ce que l’on trouve pour


Grade

Blanc
Vert

Novice
Chabousse

Rouge
Rouge avec chevron bleu

Chevalier
Commandeur

z

Couleur

!

Figure . – grades des bitards

ib
ue

Figure . – Repr´esentation du v´en´er´e
Cama¨ıeu
Grand Bitardier Bitard (LST !)
Bleu avec un col d’hermine Grand Mai re

..

de

tr
av
ai

l,c

on
tr

la faluche. C’e un ordre tr`es hi´erarchis´e, officialis´e en  mais qui exi e depuis le
moyen-ˆage, et dont l’objet e de rendre un culte au Bitard, demi-Dieu des escholiers
de Poitiers. Le Bitard e un animal dot´e d’une tˆete de fouine, d’un corps de carpe, de
plumes de dinde et de paon, et pattes de li`evre et de palmes acad´emiques (figure . )
Les bitards sont bitards a` vie et reconnaissables a` leur Faluche noire orn´ee de chevrons de couleur et a` leur cape qui indique la position dans l’ordre (cf. .). Les chevrons de leur faluche forment un V vers le frontal.
Il e a` noter que l’ordre e tr`es rigoureux en ce qui concerne le respe de la position, la punition g´en´eralement ordonn´ee e un cul-sec au vin rouge. L’ordre organise
une fois par an La Semaine Bitarde qui se d´eroule la premi`ere semaine d’Avril
dans la bonne ville de Poitiers (rebaptis´ee Bitardbourg a` cette occasion), et dont le
point d’orgue e la recherche de la atue du V´en´er´e Bitard dans la forˆet de Ligug´e.
Celui qui trouve le Bitard devient le nouveau Grand Bitardier pour l’ann´ee a` s’´ecouler.
L’ordre e presque exclusivement masculin, a` l’exception des chabousses qui sont
les seules filles de l’ordre, dont la place e (comme montr´e sur le tableau ci-dessus),
entre les novices et les chevaliers (c’e a` dire entre des jouets et le premier vrai grade
de l’Ordre du V´en´er´e Bitard (LST !))

Gadz’Arts (TODO)

on

Gadzarts (en attente de contribution)

ˆ
(Toques du Moyen-Age)
(TODO)

si

..

Ve
r

Toques du moyen age (en attente de contrib)

..

(Calot des pr´eparationnaires et lyc´ees) (TODO)

Calot des pr´eparationnaires et lyc´ees (en attente de contrib)

Dans quelques lyc´ees, pour les taupins en g´en´eral. Cf. Mamie Luche qui les fourni
en insignes e´ galement.


Traditions en France : Y-en a-t-il d’autres que celles cit´ees ?
cf. Strasbourg et le banquet europ´een qui ont d´ej`a fait un certain boulot l`a dessus.

Belgique

..

ib
ue

z

On trouve plusieurs traditions e udiantines en Belgique : les calotins et les penn´es
sont probablement les deux plus r´epandues Il exi e cepedant de nombreux autres
folklores comme les louxos, la grand ducale ou bien les cercles et ordres dont les
e´ tudiants font parfois partie, mˆeme parfois apr`es leur vie e´ tudiante finie.

!

.

Calotte (TODO)

on
tr

TODO : sch´ema ? ? )

Hi orique de la calotte

tr
av
ai

...

l,c

La calotte e , avec la penne, une des coiffes Belges les plus r´epandues. C’e a`
l’origine la coiffe traditionnelle folklorique des e´ tudiants belges dans les universit´es
catholiques.
La devise des calott´es e : Sans peur ni bravade .
En voici une br`eve description.

...

de

En , les e´ tudiants des e´ coles sup´erieures catholiques cherchent a` se doter d’un
couvre-chef. A l’´epoque il y avait la penne (port´ee par les e´ tudiants belges) qui faisait,
selon eux, trop voyou, et la faluche jug´ee trop franc¸aise, trop chic. Edmont Carton de
Wiart propose alors une toque d’a rakan, inspir´ee des bonnets volontaires de 
ou bien des colback des zouaves pontificaux. C’e donc a` partir de cette date, que
l’on commence a` compter les ann´ees de calotte. C’e aussi cette ann´ee-l`a que l’Ordre
Souverain de la Calotte e fond´e.
Les diff´erentes calottes

on

Calotte de Gand et Leuven : Calotte dont le velours du calot e blanc, port´ee par un
tout petit nombre d’´etudiant. C’e une calotte a` la fois r´egionale et d’ordre. Elle
e exclusivement masculine.

Ve
r

si

Calotte de li`ege : Calotte dont le velours du calot e e´ meraude (vert). Elle e d´ecern´ee
a` l’int´erieur de deux ordres (exclusivement masculins) : l’Ordre du Tor´e et l’Ordre
du grand S´eminaire. Les porteurs de cette calotte sont g´en´eralement d´ej`a penn´es.

Calotte montoise : a` la base, les e´ tudiants catholiques montois portent la penne. Avant
, les e´ tudiants d´esireux de porter une calotte, devaient aller la passer a` Namur ou LLN (Louvain-la-Neuve). Puis un ordre e cr´ee´ afin de promouvoir le
port de la calotte a` Mons
La banane radieuse : Calotte dont la couronne e en peau de l´eopard, apparue en
 et rattach´ee a` l’Ordre tr`es souverain de la banane radieuse. Cette calotte e



port´ee par les e´ tudiants n´es en Afrique ou y ayant v´ecu au moins  ans.Le passage
de cette calotte e quelque peu diff´erent de celui des calottes en a rakan.

...

Les parties de calottes

ib
ue

z

le calot : sur le dessus de la calotte, fait de velours lie-de-vin (bordeaux) pour louvain,
lauvain-la-neuve, Namur et Bruxelles, e´ meraude (vert) pour li`ege, et blanc pour
Gand. On y retrouve le nœud hongrois (ou lac d’amour carr´e) qui repr´esente
les piliers de la calotte : tol´erance, catholicisme, solidarit´e, folklore. On peut y
mettre les lettres de l’ordre auquel on appartient.

!

calotte honorifique : N’exigent pas d’´epreuvres et sont remises a` certaines personnalit´es.

tr
av
ai

l,c

on
tr

La couronne : En a rakan ou bien en peau de l´eopard. Celle-ci se divise en quatre
parties (certaines sont invers´ees a` LLN). Elle se lit dans le sens des aiguilles
d’une montre, le croisillon vers le porteur : la partie acad´emique (avant gauche
(par rapport au le eur)ou` l’on retrouve les symboles de la fili`ere de fin de secondaire (terminale en France), les e´ toiles (dor´ees ou argent´ees), les po es de
comit´e/cercle/association, la partie officielle (arri`ere gauche) ou` l’on retrouve
les diff´erents pin’s de cercles, d’´ev`enements, la partie personnelle (arri`ere droit)
ou` l’on retrouve les diff´erents insignes achet´es ou d´ecern´es et en fin la partie facultaire (avant droit) ou` se trouvent l’ann´ee de passage de la calotte (calcul´ee a`
partir de l’ann´ee de cr´eation donc), les lettres du cercle (ou e´ cole, ou r´egionale)
donc lequel on passe la calotte, l’insigne de sa r´egion et les lettres de la r´egionale
ou bien de l’ordre dans lequel on s’e fait intronis´e apr`es.
Le croisillon : a` l’avant de la calotte, interse ion de la bande nationale (le drapeau
belge) et de la bande r´egionale (soit les couleurs de la ville, de l’´ecole, de la
commune ou bien de l’´ecole). On peut parfois y retrouver la bande papale (jaune
et or) une couronne a` Namur, ou bien le centre de l’Ordre auquel le propri´etaire
appartient.

on

de

Le ruban facultaire : a` l’arri`ere de la calotte, entre la partie folklorique et personnelle,
la couleur varie en fon ion des fili`eres, par-dessus on retrouve parfois l’insigne
facultaire. En cas de changement d’´etude, la deuxi`eme bande se met a` gauche de
la premi`ere et un bout de tissus de mˆeme couleur doit se trouver en dessous de
l’´etoile correspondante dans la partie acad´emique.

Ve
r

si

L’int´erieur : dit le jardin secret, recouvert d’une doublure perc´ee lors du d´epucelage
(lorsque l’imp´etrant rec¸oit sa calotte), celle-ci e perc´ee de part en part a` Gand
et Leuven (les calots blancs).

..

Penne (TODO)

La penne e la coiffe traditionnelle folklorique des e´ tudiants belges dans les uni´
versit´es non catholiques d’Etat
(par exemple a` l’Universit´e Libre de Bruxelles ou a`
l’Universit´e de Li`ege).
C’e une coiffe ronde proche de la calotte, mais qui poss`ede une visi`ere de taille
variable (entre cm et cm g´en´eralement).


z

!
TODO : Faire une synth`ese ( page

avec sch´ema, max)

l,c

on
tr

http://fr.wikipedia.org/wiki/Penne_%folklore%
+ d’autres sources
+ sch´ema (ou image)

ib
ue

Figure . – Exemple de calotte

tr
av
ai

Figure . – Exemple de penne

de

Figure . – Autre xemple de penne

Traditions moins r´epandues

...

Luxembourgeois de Louvain : Louxos ? ? (TODO)

on

..

Ve
r

si

TODO : description des “louxos”, e´ tudiants Luxembourgeois a` Louvain. ( a 
lignes max)

...

Grand-Ducale (TODO)

TODO : description de la grande ducale ( a  lignes max)
http://www.louvain.lu/historique/historique.htm



..

Italie : La Goliardia
Hi oire de la feluca

Code de la feluca

on
tr

..

ib
ue

z

En  l’universit´e de Bologne faisait son e` me anniversaire. Pour l’occasion
les e´ tudiants bolognaises d´ecident de s’habiller avec un couvre-chef : l’orsina. C’e
un couvre-chef en laine a` bord relev´e en forme de calotte. Cependant, en , les
e´ tudiantes universitaires de Padoue adoptent la feluca utilis´ee jusqu’`a aujourd’hui.
La feluca e un couvre-chef du XIV`eme si`ecle qui rappelle le chapeau de Robin des
bois. C’´etait le chapeau des voyageurs, en souvenir des universitaires d’autrefois qui
e´ taient appel´e clerici vagantes, puisque ils voyagent d’universit´e en universit´e partout
en Europe.

!

.

on

de

tr
av
ai

l,c

L’´etudiant de premi`ere ann´ee, appel´e matricola, doit recevoir en cadeau la feluca
par le faluchards de son groupe. La feluca e initialement rigide ; pendant le rituel
de baptˆeme elle e mouill´ee avec du vin rouge, en suite pli´ee plusieurs fois pour
eˆ tre finalement remodel´e dans sa forme finale. Le bord a` l’int´erieur e d´echir´e et jet´e
aux autres faluchards. Il s’appelle scalpo (le scalp) et celui qui l’attrape l’accroche a`
son cordon. La feluca subit cette violence pour rappeler a` son propri´etaire les origines
humbles des e´ tudiants, qui sont trop souvent oubli´ees. Chaque feluca e orn´ee avec
une fleur de lys ylis´ee, cousue sur le frontal de la couronne, et symbole de puret´e et
repr´esente les trois divinit´es de la goliardia (la Faluche italienne) : Bacchus, Tabac et
Venus. La fleur de lys e cependant d´echir´ee dans quelques villes.
L’´etudiant matricola doit porter la feluca sans rien y ajouter, en symbole de la virginit´e (morale) du jeune e´ tudiant. La deuxi`eme ann´ee le matricola devient fagiolo (haricot) et il peut attacher a` sa feluca un maximum de sept babioles, dont aucune ne doit
pendre. En troisi`eme ann´ee on n’a plus de limites. L’´etudiant de derni`ere ann´ee peut
coudre une frange dor´ee sur une cot´e de sa feluca, et apr`es le diplˆome il peut coudre
de l’autre cot´e une deuxi`eme frange.
Au contraire de la faluche franc¸aise en Italie il n’y a pas de pin’s obligatoire ou
symbolique, et chaque faluchard peut attacher les pin’s qu’il veut. Cependant, en Italie on consid`ere que la feluca e l’ˆame de son propri´etaire et donc c’e a` lui de l’orner
avec des babioles qui sont importantes pour lui-mˆeme.

Ve
r

si

Les couleurs de la feluca changent en fon ion de la facult´e ou` il e´ tudie, mais on
n’as pas forcement le mˆeme code dans toutes les villes d’Italie. Voici une br`eve li e a`
titre d’exemple :
Litt´erature : Blanc

Philosophie : Blanc / Rose (Pise)
Loi : Bleu
Ing´enierie : Noir
M´edecine : Rouge
Sciences : Vert


Math´ematique : Vert
´
Economie
: Jaune
Science Politique : Violet / Bleu sombre (Bologne)

.

Allemagne : fraternit´es (TODO)

ib
ue

z

Les e´ tudiants de Pise et Sienne sont les seuls a` couper la pointe de la feluca, en
m´emoire des e´ tudiants de leurs villes qui sont morts le  mai  pendant la bataille
de r´esi ance aux autrichiens envahisseurs a` Curtatone et Montanara.

!

Beaux Arts : C´ele e / Cyan clair (Bologne)

.

Espagne et Portugal : Tuna

on
tr

Combats au sabre, maisons financ´ees par les anciens des fraternit´es ou` vivent les
e´ tudiants.
TODO : nommer, v´erifier

l,c

TODO : trouver un sch´ema ou une photo de Tuna assez simple

tr
av
ai

TODO : Un peu plus de pr´ecisions, entre autre sur comment diff´erencier l’universit´e d’origine sur une Tuna.
Groupes de musiciens parcourant les villes pour financer leurs e´ tudes. Leur costume, de velours noir, indique leur universit´e d’origine.
Il comporte e´ galement une cape, sur le devant de laquelle sont brod´es les e´ cussons
des villes ou` ils sont pass´es. On trouve sur l’arri`ere de la cape des rubans qui sont eux
offerts par leurs partenaires.
El´ements du co ume :

de

´ : Pourpoint de velours noir
Jubon
¨
Pantalon (bombacho ou greguescos
: corsaire ou haut de chausses
Beca : e´ charpe

on

Capa : cape

Hi orique de la tenue et des insignes de la Tuna

si

..

Ve
r

La tenue des e´ tudiants fut r´egul´ee pendant des si`ecles par les r`eglementations
di ´ees par l’Universit´e. On y limitait l’usage de certains tissus et ornements, e´ loign´es
de la sobri´et´e et de l’au ´erit´e qui devaient r´egir la vie scolaire. Le cara `ere cl´erical de
l’in itution conduit a` la g´en´eralisation de la loba , le manteo (grande cape) et le
bonete (barrette), vˆ
etements d’usage quotidien. La d´et´erioration subie par le costume par le passage du temps, loin de supposer un probl`eme e´ tait consid´er´e comme
une preuve de di in ion et d’anciennet´e. L’influence de la mode se laisse remarquer
parfois. Malgr´e les interdi ions, les e´ tudiants avaient l’habitude de sortir vˆetus de


cape et casquette et quelques e´ l´ements, comme les chapeaux a` larges bords, furent
ajout´es a` la tenue.
En janvier , Charles III interdit l’usage de la longue cape, chapeaux ronds, et
chapeaux a` rabats, et oblige a` sub ituer ses vˆetements par la cape courte ou redingote, po iche ou ses propres cheveux, et un tricorne . Apr`es les troubles qui se sont
produits dans le Mot´ın de Elquilache la r`egle re a sans effet, mais les airs (allures)
europ´eens que l’on pr´etendait introduire finirent par arriver dans la population. Le 
juillet , une nouvelle loi interdit les chapeaux gachos ou chambergos a`
tout ceux qui sont vˆetus de vˆetements longs, de soutanes et de grandes capes, demandant qu’ils portent tous le tricorne. Le tricorne franc¸ais fut adopt´e finalement par les
e´ tudiants et arriva a` eˆ tre tant r´epandu qu’il se convertit, avec la grande cape, en un
symbole d’identit´e. Pour essayer d’uniformiser la tenue, la r´esolution royale de 
d´etermine les co umes que doivent porter les e´ tudiants de toutes les Universit´es du
Royaume. Comme mentionn´e, en  l’uniforme scolaire fut supprim´e. Plus tard,
les e´ tudiants de Salamanque e´ lev`erent plusieurs expos´es au gouvernement de la Nation
pour essayer de le r´ecup´erer mˆeme si tous furent refus´es. Le th´eaˆ tre lyrique du XIXeme
montra une image des tunas dans laquelle se fondait le mouvement picaresque et
le romantisme, arch´etype dont h´erit`erent les nouvelles Tuna lib´erales.
Les e udiantinas de Carnaval ont r´ecup´er´e le tricorne et la grande cape, auxquels ils ajout`erent d’autres vˆetements de divers yles et e´ poques. Ils avaient l’habitude de porter un pourpoint et une culotte en velours ou un drap noir, a` gorge
ou rabat blanc, une ceinture avec une boucle argent´ee, des bas et chaussures noirs,
et des insignes allusives a` leurs facult´es respe ives. Ils cousaient au chapeau une
cuill`ere comme symbole des sopi as et sur le co ume des rubans offerts en preuve
d’amour ou d’affe ion. La Tuna disposait de son propre drapeau ou` l’on plac¸ait les cravates avec lesquelles ils e´ taient courtis´es par les autorit´es, personalit´es et pr´esidentes.
Dans certaines occasions, en plus du drapeau, ils utilisaient les insignes des diff´erentes
facult´es pour repr´esenter l’Universit´e.
La r´eorganisation de la Tuna apr`es la guerre de  emporta avec elle la perte
du tricorne et la modification de quelques e´ l´ements d’identification. Le Sindicato
de E udiantes Universitarios (Syndicat des e´ tudiants universitaires), incorpora son
e´ cusson a` la poitrine du pourpoint et g´en´eralisa le ruban de couleur comme signe
di in if entre facult´es.
Pour maintenir une uniformit´e entre les diff´erents groupes la tenue fut r´egul´ee
avec la r`eglementation de . Mais l’augmentation du nombre de Tuna requi´erait un
e´ l´ement diff´erenciateur, c’e pour cela que l’on adopta la bourse des anciens coll´egiens
de Salamanque. Dans l’ensemble, le pourpoint re a le mˆeme jusqu’en . Cette
ann´ee l`a, la Tuna de Di rito (de di ri ) remplac¸a la tenue par celle que portent
a uellement toutes les Tunas de Salamanque. Il s’agit d’un co ume noble de yle
si`ecle d’or avec des anachronismes, compos´e d’un pourpoint noir avec du velours faroles , couleur de la bourse, des culottes ou des slips de velours noir aussi et des bas
et chaussures noirs. Les capes se remplirent d’´ecussons des lieux visit´es et d’une multitude de rubans cousus en rosaces voyantes. La gorge ( gola ) disparut et le drapeau
perdit progressivement ses cravates. En cette derni`ere p´eriode, il faut remarquer la
c´el´ebration de mariages auxquels le fianc´e se mariait vˆetu du co ume de Tuno. Les
compagnons devaient arriver a` la c´er´emonie vˆetu de mˆeme, con ituant les dites bo-

Ve
r

si

on

de

tr
av
ai

l,c

on
tr

ib
ue

z

!





das de Tuna .

Pays scandinaves (TODO)

Ve
r

si

on

de

tr
av
ai

l,c

on
tr

ib
ue

z

Finlandais et Su´edois portent des combinaisons ( over-all en anglais) (nom ? ?)
codifi´ees en fon ion de leurs discipline, et de leur universit´e. A l’in ar des tocas
espagnoles, ils y cousent les e´ cussons des villes ou` ils sont all´es.

!

.



z

!

Chapitre 

ib
ue

Congr`es Faluchards

Calendrier des congr`es

tr
av
ai

.

l,c

on
tr

Les congr`es con ituent une part importante de la vie falucharde. Mettant a` profit leurs week-ends , les faluchards se retrouvent par monts et par vaux pour fe oyer
dans la plus grande tradition dionysienne. Tout au long de l’ann´ee les rendez-vous
sont nombreux. Mˆeme si les dates sont variables, voici tout de mˆeme une chronologie
(tr`es) approximative des principaux congr`es faluchards :

TODO : compl´eter la li e des congr`es

TODO : trouver l’ann´ee de cr´eation de chaque congr`es

Ve
r

si

on

de

Rabelaisienne (Tours) : entre mi-f´evrier et mi-mars. (depuis )
C’e g´en´eralement le premier congr`es de l’ann´ee apr`es la tr`eve hivernale.
Orgies (Bordeaux) : mars/avril, souvent pendant le week-end de Pˆaques.
AFG (Grenoble) : premier week-end d’avril.
Week-end FADA (Faluchards Associatifs Drˆome Ard`eche) : avril/mai
WEGE (Week-End du Grand E ) : fin avril.
Le WEGE e organis´e chaque ann´ee par une ville diff´erente du Grand E .
WET (Troyes) Week End Troyen (depuis :  ?  ?), d´ebut mai
WEGA (Paris) : d´ebut juin.
Le WEGA (Week-end du grand ALF) a pris la suite du WE de l’AFIF (Asso
des faluchards interfili`eres, nationale). Le premier WEGA a eu lieu en .
Week-end Aurjie (Montpellier) : mi-juin.
Congr`es anniversaire : premier week-end de juillet.
Ce congr`es e organis´e chaque ann´ee dans une ville diff´erente. Le samedi matin
e entre autre l’occasion pour les GM de se retrouver pour apporter des modifications au code national. C’e e´ galement a` cette occasion qu’e choisi la ville
qui organisera le congr`es anniversaire de l’ann´ee suivante. Le samedi apr`es-midi
a lieu le monˆome , ou balade dans la ville.



Aperçu du document 2012 - Guide de Vioolooute Paris 2008.pdf - page 1/98

 
2012 - Guide de Vioolooute Paris 2008.pdf - page 3/98
2012 - Guide de Vioolooute Paris 2008.pdf - page 4/98
2012 - Guide de Vioolooute Paris 2008.pdf - page 5/98
2012 - Guide de Vioolooute Paris 2008.pdf - page 6/98
 




Télécharger le fichier (PDF)




Sur le même sujet..