Dossier de Presse Cancion con Todos 03 06 2014 .pdf



Nom original: Dossier de Presse - Cancion con Todos 03 06 2014.pdfAuteur: Eye HAIDARA

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Impress / OpenOffice.org 3.3, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 03/06/2014 à 12:29, depuis l'adresse IP 78.192.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1260 fois.
Taille du document: 2.8 Mo (22 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Du 4 juin au 14 juin 2014
L'Ambassade du Costa Rica et l'Association Jour et Nuit Culture fêtent 
La Semaine de l'Amérique Latine et des Caraïbes

Jour et Nuit Culture
9, place Saint-Michel 75006 Paris

Dossier de Presse

À PROPOS
De L'Amérique Latine et des Caraïbes
Si en 2011, le 31 mai avait été décrété
Journée de l'Amérique Latine et des
Caraïbes par les Sénateurs, 2014 marque
la première année où l'on célèbre la
Semaine de l'Amérique Latine et des Caraïbes.
Alors que la Journée, et à présent la
Semaine, de l'Amérique Latine et des Caraïbes
vise à rapprocher la France des pays de
ce que l'on appelait jadis le Nouveau
Monde ,
elle
pérennise
également
l'attachement qu'ont ces pays pour la
France des Lumières et des idéaux
révolutionnaires depuis le XIXème siècle,
notamment depuis l'avènement des
mouvements
d'indépendance
des
différentes nations du joug colonial.

Parmi les trente-trois pays d'Amérique Latine
et des Caraïbes, le Costa Rica, dont le
drapeau tricolore a été dessiné selon le modèle
français, pionnier du développement durable,
démocratie stable et attachée aux droits de
l’Homme, entretient des relations avec la
France depuis 1848.
C'est dans ce contexte que l'Ambassade du
Costa Rica, faisant suite à la demande
d'Anabelle Núñez et de Rodolfo Oviedo Vega,
avec le concours de l'Association Jour et
Nuit Culture vous présente, du 4 au 15 juin,
Canción con Todos.

À PROPOS (suite)
Canción con Todos

la (re)découverte de ces artistes à l'affche et
Dans le cadre des activités visant à de leurs oeuvres de peinture, de dessin, de
célébrer la Semaine de l'Amérique Latine et photographie, de sculpture, de vidéogramme
des Caraïbes, Canción con Todos n'est pas ou de musique.
une exposition collective ordinaire mais
Comité organisateur de Canción con Todos
un éloge à la diversité.
Anabelle Núñez | Rodolfo Oviedo Vega
En effet, rassemblant dix-neuf artistes de
Jour et Nuit Culture
douze nationalités différentes, Canción con
Todos est l'une des rares rencontres
Après une fn d'année éprouvante du fait du
témoignant de la richesse des univers et transfert de la résidence (qui se trouvait rue
infuences de ces artistes contemporains Saint-Charles, Paris 15e), l'association Jour
d'Amérique Latine et des Caraïbes à et Nuit Culture ouvre un chapitre avec cette
travers leurs différents modes
exposition dans ses nouveaux locaux mitoyens
d'expression et pratiques.
à la Fontaine Saint-Michel, en plein centre de
Paris.
Au moyen de deux œuvres par artiste,
Canción con Todos est donc une invitation à

Artistes à l'affiche de Canción con Todos
Argentine 
ATENEA | Mirta Dubischar |
Olympia Dubischar
Brésil 
Robritto
Chili 
Alejandro Saga | Gloria Tapia
Costa Rica 
Anabelle Núñez
Cuba
Alejandro Sardiñas
Equateur
Fernando Andrade

Guatemala
Jayro Bustamante | Erick Gonzales
Mexique
Alberto Ramirez
Panama
Javier Gomez
Pérou 
Joan Luis
République Dominicaine
Chichi Reyes
Salvador
Oscar Flores (guitare)
Guillermo Perdomo
Ahtzic Silis | Rodolfo Oviedo Vega

Argentine
ATENEA
www.ateneadesign.fr | http://atenea.fr/
Née à Buenos Aires de parents artistes, et
naturalisée Française, ATENEA a passé quatre
ans en Argentine où elle travailla pour des studio
et agences de production audiovisuelle. À son
retour à Paris, elle démarra une carrière dans
l'univers du jeux vidéo comme directrice
artistique.
En 2011, parallèlement à l'activité d'illustratrice
et de graphiste, inspirée par des questions
d’ordre métaphysique, elle décide de revenir aux
fondamentaux avec la photographie et le dessin
contemporain réalisé à la plume, au fusain, au
plomb tout en côtoyant la trace du pinceau, des
tâches, spirales linéales se répétant créant un
rythme de fond sur papier et/ou sur toile.
Entre polymorphismes, évocation du corps, de
l'espace, résonances, intemporalité, paradoxes de
la délicatesse du traité graphique, et
confrontations, l'espace se peuple d'un travail
intuitif et spontané.

À l'occasion de Canción con Todos, ATENEA
présente deux dessins sur papier en technique mixte
(acrylique, crayon, encres) : « Temporal en el
Obelisco »(à gauche) qui est une évocation des fortes
tempêtes s’abattant régulièrement sur Buenos Aires
et la petitesse de la société humaine face à la toute
puissance des éléments ; et, «Romantissimo
Rioplatense Siglo XXI» / «Los rioplatenses» ou les
dilemmes et les confits d’aujourd’hui. De Buenos
aires à Montevideo, l’esprit et la créativité
d’opportunisme et d’urgence innovent et surprennent
régulièrement le reste du monde. Telle une nouvelle
vague neo-romantique insuffant de nouveaux
modèles économiques et sociaux, totalement
innovants et porteurs d’espoir.

Argentine
Mirta Dubischar
Mirta Dubischar a une trajectoire multiple. Elle est issue d'un parcours riche en expériences, de
voyages culturels réalisés avec l'ambition de réunir dans un monde imaginaire les connaissances
acquises avec des techniques multiples - dont certaines de son invention- que l'on retrouve tout au
long de son oeuvre. Diplômée des Beaux-Arts de Buenos-Aires, elle étudie le piano classique,
l'ethnologie, l'archéologie et la psychologie analytique. 
Après un périple en Europe, elle s'établit défnitivement à Paris en 1972 et touchera à de
nombreux domaines des arts plastiques y compris la restauration de tableaux. Son activité s'élargit
par la suite au travers de nombreuses commandes en France et à l’étranger avec la réalisation de
fresques monumentales originales. Décors, reconstitutions historiques, et sa dernière réalisation :
une chapelle entièrement peinte durant six années. C'est aujourd'hui l'image-langage qui attire son
attention, domaine sujet aux interprétations et révélations dans la lecture de toute création.
L'histoire, voire les témoins archéologiques qui peuplent son langage pictural et graphique,
témoignent de sa créativité. Mirta Dubischar dirige actuellement sa recherche via l’interprétation et
la suggestion psychanalytique, et consacre sa création à l'inconscient-conscient identitaire de l'être
multiple et complexe.
Canción con Todos est une exposition qui sort également de l'ordinaire pour Mirta Dubischar
puisqu'elle expose pour la première fois avec ses deux flles ATENEA et Olympia. Elle présente
deux tableaux réalisés à la peinture à l'huile sur toile : « Domingo en el Delta » et « Miranda
volverá ».

Argentine
Olympia Dubischar
www.olympia-photo.com
Pour cette exposition marquante, Olympia
Dubischar a voulu présenter deux photos assez
différentes et malgré tout complémentaires :
« Toutes tripes dehors » : les montagnes rouges
de la région d'Humahuaca en Argentine (le
Cerro Hornocal) composent un camaïeu de
rouges,
ocres,
jaunes ;
et,
« Grisaille » - un camaïeu de gris - prise dans les
environs du lac Perito Moreno en Patagonie.
Ces deux photos sont assez graphiques et
rappellent les motifs des tissus sud-américains,
elles sont représentatives de cette variété et à la
Après 17 années passées au sein de Canal+, elle fois unité entre les peuples qui le composent.
consacre désormais sa nouvelle vie à la
photographie et aux voyages. Le succès
rencontré par les expositions photo réalisées à
l’issue de son tour du monde (8 mois en solo en
Amérique du Sud et en Asie) lui ont permis de
mettre le pied à l’étrier pour de nouvelles
aventures en accord avec ses passions.
Née en Andorre de parents argentins artistes
peintres, Olympia Dubischar se défnit
aujourd’hui comme une « Photo-Globe-Trotteuse
». C'est qu'à partir de ses 15 ans lorsque son père
lui offre son ancien refex qu'elle commence à
archiver ses voyages en photos. Quelques années
plus tard, c’est à l’aide de son compact puis d'un
refex numérique (D90) qu'elle capte sans
relâche les paysages, les personnes et les
moments qui rythment sa vie de papillon
voyageur.

Brésil
Robritto
http://www.robritto.com.br/
Né à São Luis, Roberto Brito dit Robritto, est
un artiste plasticien autodidacte qui tente
d’évoluer vers de nouvelles techniques et
textures à travers l’observation et la réfexion
Pour Canción con Todos, il nous présente deux
œuvres de peinture à l'huile sur toile réalisées en
2010.
« BOI DE AXIXA » : Figure mythologique dans
différentes cultures, le taureau a été considéré
par les esclaves et indigènes comme le symbole
de force et d'endurance. C'est pourquoi toute la
scène tourne autour de lui. La personne portant
le costume de l'animal est appelée « le noyaux ».
Ce costume est orné de broderies et
d'accessoires. Certains étalent faste et apparat en
le surchargeant de paillettes, de perles et de
motifs exubérants. D'autres préfèrent les
broderies simples et sobres.

«CABOCLO DE PENAS » : « Brincantes »
sont ces hommes des tribus indiennes qui lors
de leurs rituels se déguisent avec des plumes et
portent un grand chapeau ou « coca » qui est
également fait de plumes. Ils ont pour mission
de localiser et d'arrêter le fugitif Chico. Dans la
présentation du « Bumba Meu Boi » il offre un
bel effet visuel en raison de la beauté de leurs
vêtements et la chorégraphie qu'ils exécutent.

Chili
Alejandro Saga
http://alejandrosaga.jimdo.com/
Artiste plasticien autodidacte, il a fréquenté le cercle des artistes de renommée nationale de la ville
de Los Angeles (Chili) où il apprit les bases de la peinture à l’huile. En 2005, il décide de venir en
France en vue d’élargir et d'approfondir ses connaissances sur la création artistique dans toutes ses
formes. Alors même que ses peintures s'inspiraient des grands maîtres tels que Goya et Picasso, il
entra peu à peu dans l’univers de l’installation. Il crée des installations de manière spontanée avec
des éléments trouvés sur place et dans la ville, tout en s’intéressant à l’œuvre de Christo, Arman et
Tadashi Kawamata. Aujourd’hui, il vit et travaille à Paris.
Il est l'un des cofondateurs de l’association «Jour et Nuit Culture».
Sa recherche artistique s’équilibre entre la peinture et l’installation révélant une interdépendance
logique et mutuellement constructive. Répétition du motif graphique et de l’objet, abstraction de la
composition et fguration sont autant de notions qu’il aborde dans ces deux médiums pour converger
vers la recherche de la ligne, la profondeur et le mouvement. En outre, son travail puise sa source du
questionnement de l'humain d'aujourd’hui.
Au moyen des deux œuvres qu'il expose à l'occasion de Canción con Todos, il rend hommage au peuple
SELK’NAM, jadis des habitants de l’extrême-sud du continent sud-américain et originaires de la
Terre de Feu.

Chili
Gloria Tapia
Née à Valparaiso où elle suit ses premières
études d'art à l'Atelier des Beaux Arts, elle
suivra en 1993 sa famille pour s'installer à
Madrid (Espagne). Sa première exposition de
photographies en noir et blanc s'intitulera
Survivre à Madrid (Arteopolis). Par ailleurs, elle
exposera à plusieurs reprises avec le collectif des
Artistes en Exil de la Croix-Rouge espagnole.
Quelques années plus tard, elle participera à
l'exposition Cinco Eléments à Barcelone.
En France, grâce aux Rencontres photographiques
de Castelfranc à Toulouse, elle présentera ses
clichés lors de l´exposition Viaje al Color de
Barcelona. Depuis l'année dernière, elle explore le
milieu artistique parisien en participant via le
collectif de l'AMAP à l'exposition Visions de Paris
à la Maison du Chili, puis l'exposition DemeterPachamama à l'espace Cinko, Mes Bagages lors du
festival interculturel de Paris8 et Echappe toi de la
vitrine à la Maison des femmes de Montreuil.

« Tandis qu'à la lumière de la journée, les ombres
s'allongent dans le bruit de la ville, la nuit
surprise par le calme et la lune par les couleurs
résultant de l'obscurité, moi en attendant, je
place délicatement le mannequin solitaire,
symbole de la femme moderne, plastifé,
domestiqué. »

Costa Rica
Anabelle Núñez
http://anabellenunez.com/
Mode et Anonymat, les clefs d'Anabelle Núñez-Blanco

Anabelle Núñez nous parle à travers ses fgures humaines, féminines ou androgynes peintes à
l'huile. Elles ont toutes des couleurs de peau irréelles, créant ainsi neutralité et anonymat. Peignant
deux personnages dans un même tableau, deux entités silencieuses qui observent ensemble un
monde en mouvement, chacune avec sa propre réalité qui est à la fois indissociable d'un même
concept, comme le sont les deux côtés d'une pièce de monnaie. Personnages vêtus de tissus élégants
délicatement peints où ses plis nous rappellent les créations des grands stylistes de la haute couture.
L'artiste ne donne pas de titres à ses tableaux, elle préfère qu'ils ne nous racontent pas leur réalité,
en laissant à chacun y faire sa propre interprétation.

Cuba
Alejandro Rodriguez Sardiñas
Diplômé de l’Académie des Beaux-arts de San Alejandro en 1992, Alejandro Rodriguez Sardiñas
est né à La Havane en 1973. Il vit et travaille à Nice. Les paysages qu’il réalise avec un étonnant
talent de dessinateur et de coloriste sont composés selon une perspective très particulière qui donne
l’impression de les survoler. Ils ont fait l’objet de nombreuses expositions et sont présents dans de
nombreuses collections privées et publiques d’Europe, des Amériques, d’Afrique et d’Asie.
Forêts luxuriantes, steppes arborées ou mangroves, ils peuvent s’inspirer de paysages qu’il a connus
à Cuba ou en Guyane. Mais ce sont avant tout des paysages intérieurs, comme arrachés au temps.
Derrière le silence et l’immobilité de l’azur, qui les caractérisent, se joue une vie intense. Ces toiles
peuvent donner l’illusion du rendu photographique. Elles procèdent bien plutôt d’une vision.
Dans les paysages d’Alejandro Rodriguez Sardiñas, le centre est partout, la circonférence nulle
part. L’objectivité est trop prodigieuse pour que ces paysages puissent se rattacher à l’objectivité.
Cette chose immobile dans le vide, c’est le paysage pur du champ intérieur. Comme si l’objet vu se
retirait du monde visible.
Les toiles récentes représentent un tournant dans le travail de l’artiste. Alejandro Rodriguez
Sardiñas dénonce désormais avec force les atteintes qui sont perpétrées à l’encontre de la nature et
plus particulièrement de la forêt. Le style de ses œuvres s’en trouve également transformé. Plus
véhémentes, ses toiles gagnent en expressivité.

Equateur
Fernando Andrade
http://andradef-art.com/
Né d'un père artiste peintre à Quito, Fernando
Andrade est un artiste autodidacte dont la
démarche ne peut se concevoir sans les icônes
qui lui permettent à la fois de glorifer les héros
de bandes dessinées et les dieux qui l’ont hanté
pendant de nombreuses nuits lors qu'il était
enfant. Ce sont ces chimères enfantines qu'il
transcrit dans son langage d'adulte et présente
aujourd'hui.
« Cantuña » : En vertu de la légende la plus
répandue chez les habitants de Quito,
Cantuña fut un constructeur indigène qui, pour
pouvoir fnir la construction de l’église de San
Francisco dans les délais, aurait vendu son âme
au diable. Le diable envoya ses serviteurs pour
l’aider à construire l’église toute la nuit.
Cependant, juste avant le lever du soleil,
Cantuña enleva une seule pierre de la structure,
ce qui signifa que l'église ne fut jamais achevée,
et contraignant le diable à lui rendre son âme.

« Ekeko » : Ekeko est un dieu Tiwanakan
(civilisation précolombienne). En réalité, il est le
dieu de l'abondance et de la prospérité dans la
mythologie et le folklore populaire de la région
andine de l’Altiplano. Son culte est célébré
chaque 24 janvier à La Paz, en Bolivie. En
Bolivie, au Pérou, en Equateur et dans les pays
voisins (comme au nord de l'Argentine et au
nord du Chili), Ekeko est un dieu traditionnel de
la chance et de la prospérité. En Equateur, on lui
donne une cigarette comme offrande pour qu’il
octroie de la chance et autres richesses à ceux
qui le vénèrent.

Guatemala
Jayro Bustamante
Né au Guatemala, Jayro Bustamante fait ses études de communication à l’Université de San
Carlos de Guatemala. Il débute sa carrière professionnelle à l’agence de publicité Ogilvy & Matter
pour laquelle il réalise plusieurs spots publicitaires. Il s’installe ensuite à Paris pour suivre des études
au CLCF (Conservatoire de Cinéma Français) afn de devenir réalisateur.
Il suit également une formation de scénariste à Rome au centre expérimental de la cinématographie.
Actuellement, il donne des cours d’animation cinématographique «stop motion» à l’Université de la
Sorbonne et il réalise des flms au Guatemala.
Ses court-métrages ont été primés dans de nombreux festivals. Le plus récent, « Cuando Sea
Grande », a obtenu le prix de la qualité du Centre national du cinéma français. Son scénario, « El
Escuadron de la Muerte », a été sélectionné aux festivals de Saint-Sébastien, de Guadaljara, de
Carthagène, de Biarritz, d’Amiens et de NALIP, à Los Angeles. Actuellement, il travaille l’édition de
son flm IXCANUL, une histoire qui se déroule dans une communauté Maya Cakchiquel.
BASURA est une série de collages réalisés à partir d’images recyclées de magazines de mode.
Chaque élément découpé a été rassemblé et intégré dans un univers coloré qui satirise la société de
consommation. Les objets omniprésents forment une marée dans laquelle les humains se noient
volontairement dans la fureur d’accaparer la plus grande quantité de « déchets » possible. Comme
dans les plans d’un flm, l’œuvre fnale – une photo réunit tous les éléments sous un aspect lisse pour
nous donner cette sensation de « bien fni » qui nous plait tant dans les pages froides de la publicité.

Guatemala
Erick Gonzales
http://www.erick-gonzalez.blogspot.com
Né au Guatemala, Erick Gonzalez fait des études de communication sociale et commence sa
carrière d’artiste visuel en tant que peintre dans son pays. En 1999, il fait son premier voyage en
France où il s’installe fnalement en 2004. À la recherche de nouvelles formes d’expression
artistique, il expérimente et diversife ses techniques (sérigraphie, pochoir, transferts, photo, readymade, installations) afn de trouver l’harmonie entre le support et le concept. Il multiplie les
expositions entre les deux continents : siège de L’UNESCO à Paris où il représente le Guatemala
dans le cadre du “Festival de la Diversité Culturelle”, Conseil de l’Europe, Salon International du
groupe Renault, en tant qu’invité d’honneur, The Arts Club of London, exposition organisée par
l’Ambassade du Guatemala à Londres, Biennale d’art Paiz, au Guatemala en 2006 et Juannio au
Guatemala en 2012 et 2013. Ses oeuvres ont également été présentées en Espagne, en Allemagne et
en Norvège. Actuellement, il vit et travaille à Paris.
Les œuvres présentées à l'occasion de Canción con Todos :
- « Fragile » est une œuvre réalisée en 2014 sur du carton d'emballage avec du fusain.
Erick Gonzalez a choisi cette œuvre car il voulait « mettre en évidence la fragilité de la vie, du corps
et de tout ce qui nous entoure » et le « choix du support renforce le concept. »
- « I believe in sudamerica » est une peinture mixte sur toile. « Cette œuvre parle d’elle-même,
je crois vraiment en tous ces gens qui font bouger le monde malgré la complexité de notre histoire et
malgré tous les mauvais cotés de nos sociétés latino américaines. »

Mexico
Alberto Ramirez
Né au Mexique en novembre 1959, Alberto Ramirez s'est installé à Paris depuis 1983. Alberto
Ramirez a exposé dans la plupart des pays européens : en France, bien sûr, dans des galeries du
quartier du Marais au siège de l’Unesco, mais aussi en Allemagne, Hollande, Angleterre et Belgique.
Il a présenté plusieurs expositions au Japon (Tokyo et Nagoya) et a exposé aux EtatsUnis,
principalement dans des foires d’art contemporain (Chicago, Miami), au «Centro de la Raza » à
Washington et au centre culturel mexicain de San Antonio (Texas). Il a également participé à des
expositions collectives au Canada et dans les Caraïbes. Au Mexique, il a exposé régulièrement à la
Fondation Casa Lamm et dans des Musées d’Art dans les villes de Mexico, Oaxaca et Guanajuato. Il
a reçu un prix spécial du jury lors de la première Biennale d’Art du Musée d’Art Contemporain de
Monterrey, au Mexique.
En 2005, il a été lauréat de la société des artistes français et du salon des Artistes indépendants de
Ville d’Avray. Dans le travail d'Alberto Ramirez, la présence humaine a peu à peu cédé la place à la
force d’expression de la terre dans son sens le plus large : la matière et l’inspiration alimentent sa
veine créative actuelle et nourrissent l’essence même de son œuvre.
Pour Canción con Todos, les deux toiles que présente Alberto Ramirez s'appellent « Diptyques ». Les
œuvres, mesurant 130 sur 54 cm, ont été réalisées sur lin avec de la peinture à l'huile et pigments.

Panama
Javier Gomez
www.JavierGomezStudio.com
Né au Panama, Javier Gomez s'est installé à
New York depuis 2004. Après ses études à
l'Université de New York, il travailla auprès du
photographe de mode, Steven Klein, en tant
qu'assistant photographe. Mais ce n'est que
lorsqu'il travailla aux côtés de Colin Cowie qu'il
réalisa qu'il était enfn temps pour lui de voler de
ses propres ailes.
Javier Gomez a sa propre vision du monde
lorsqu'il se trouve derrière l'objectif de son
appareil. Il se borne à remodeler la matière
organique et les détails architecturaux en
quelque chose de plus ostensible et les
décompose pour en faire éclater les couleurs, les
lignes, les contours et la texture.
Javier Gomez cherche à créer des images qui
peuvent pénétrer notre subconscient à travers la
compréhension
entre
ratio
et
formes
géométriques, et par conséquent promouvoir
notre connexion avec le monde naturel.

Pour Canción con Todos, Javier Gomez propose
quatre photographies de ses collections Organic
Abstract et Sacred Geometry (de gauche à droite):
- « Frozen Memory » ;
- « Enlightenment » ;
- « Rainbow » ; et
- « Fleur de Lys ».

Pérou
Joan Louis
http://joanlouis.de/
Né au Pérou, inspiré par Meine, Joan Luis a grandi entre réalité et fantasme puisque l'histoire du
Pérou est caractérisée par de nombreuses histoires légendaires. Enfant, il a été fasciné par ces
histoires. Adulte, il rêvent encore de ces légendes. Ses pensées sont hantées par les formes des
différents paysages qu'il a vus au Pérou, les sublimes couleurs de la nature qui dessinent la vie de la
faune et fore de ce pays.
Joan Luis voit son travail comme une forme de dialogue. Chacune de ses peintures contient un
message visuel pour le spectateur. Ses tableaux sont composés de ses pensées et de ses rêves.
Chaque élément a une fonction indépendante dans l’ensemble de la composition. Pour l'artiste, c'est
un rêve, pour d'autres une fantaisie pure.

République Dominicaine
Chichi Reyes
http://chichireyes.com/
Né en 1973, Rafael Alejandro Reyes Diaz dit Chichi Reyes, est originaire de Saint-Domingue. Son
père le poussa à développer un esprit créatif et inquisiteur. À douze ans, il sera inscrit à l'École des
Beaux-Arts de Saint-Domingue mais en raison de son jeune âge, il ne pourra obtenir son diplôme.
Ce n'est que plusieurs années plus tard que Chichi Reyes sera admis à l'École de Altos de Chavon,
réalisant ainsi sa première exposition solo dans l'ancienne galerie d'Art Nouveau. Après l'obtention
de son diplôme en art plastique, il entreprend une carrière indépendante tout en marquant une
période fgurative - l'introduction d'un désir abstractionnisme créative.
En 2003, Chichi Reyes sera l'unique étranger invité à La Havane, aux célébrations visant à rendre
hommage à la Vierge de la Charité de Cobre.

Salvador
Ahtzic Silis
http://www.ahtzic.com/
Ahtzic Silis est un artiste plasticien et designer
dont les techniques (fer forgé, céramique,
photographie, etc.) lient la sculpture, le
graphisme et l’architecture d'intérieur. Il fait
partie d’une génération désenchantée, celle des
enfants de la guerre puisque né au Salvador en
Novembre 1972. Dans l’Art, il a trouvé le moyen
de se découvrir tout en s’engageant dans une
lutte : celle de l’Art en tant que mode de vie.

intérieur de changer le monde, le désir que l'art
puisse être un outil qui nous permette de trouver
des solutions aux problèmes sociaux qui
caractérisent notre monde, en nous transformant
en protagonistes d'un changement qui nous « 
autorise », à transgresser les frontières internes
qu'on a créées et ainsi inventer, produire et
maintenir des richesses culturelles solides et
surtout représentatives.

Créer lui permet de chercher des réponses aux
questions qu’il se pose. Et il n’aime pas essayer
d’apporter des explications sur le pourquoi de
ses créations ; il crée pour exprimer ce qu’il ne
dit pas, ne sait pas dire, ne peut pas dire. À
chacun de faire sa propre lecture, de trouver son
chemin, ses réponses dans les volutes du fer
forgé, dans les glyphes mayas dont s’inspire
Ahtzic Silis.

Pour Canción con Todos, Ahtzic Silis nous
présente « Flores y Espinas », une œuvre
collective réunissant 71 artistes qui espèrent
apporter
leur
contribution
à
l’enrichissement et au
développement
d’un
espace de vie, lieu de
partage et d’échange,
nécessaire à l’aventure
humaine.

À cette recherche artistique, s'ajoute un désir

Salvador
Rodolfo Oviedo Vega
http://oviedovega.com
Rodolfo Oviedo Vega est un de ces grands voyageurs : baroudeur de l’Amérique centrale, du
Salvador au Chili en passant par l’archipel de San Blas ; l’artiste a parcouru l’Inde, ayant vécu au
Kérala puis sur l’Himalaya ; il a sillonné l’Europe et a exposé ses œuvres à Paris, à Madrid, à
Tallinn, à Milan et, plus récemment à Dublin.
Le souvenir de ses voyages et des lieux où Rodolfo Oviedo Vega a vécu sont matérialisés dans ses
toiles. Le processus de création est un assemblage complexe conjuguant une poétique fne et une
maîtrise technique, chargée de références à l’histoire de l’art. Chacune de ses œuvres se donne
comme un véritable espace poétique résultant d’opérations esthétiques multiples. D’abord, l’artiste
travaille le dessin du lieu habité, conçu selon des perspectives aériennes ou en point de fuite.
Ensuite, vient la recherche de matériaux propres aux mondes qu’il a parcourus et qui seront intégrés
dans l’œuvre : soie, fl d’argent, broderies indiennes, sable de l’Himalaya ou des plages du Salvador,
écorces de cocotier, feuille de bananier...
Ces collages mettent en relief des textures créant un nouvel espace plastique, véritable réminiscence
de l’univers éprouvé par l’artiste. Les couleurs et les matières réunies recouvrent peu à peu le dessin
initial et font basculer l’œuvre du réalisme à l’abstraction géométrique. L’artiste revient encore et
toujours sur sa toile, en sculptant la matière, en la renforçant ou en la creusant et en ajoutant
systématiquement une tâche. Tâche de peinture, de vin, d’encre vitrail ou de brou de noix, elle vient
casser la rigueur des plans architecturaux pour symboliser la vie. C’est pourquoi, sans pouvoir les
qualifer de lyriques, on place les œuvres de Rodolfo Oviedo Vega comme profondément sensibles,
humaines et émotionnelles, tout en demeurant abstraites.

INFORMATIONS PRATIQUES
JOUR ET NUIT CULTURE
Adresse
9, Place Saint-Michel - 75006 Paris
M °Saint Michel, ligne 4 – RER B/C
+33 (0) 6 52 62 91 67
http://jouretnuitcollectifa.wix.com/jouretnuit
Contacts
Rodolfo Oviedo Vega
+33 (0) 7 81 21 11 04 - jouretnuit.collectifartistique@gmail.com
Horaires d'ouverture
Mardi au dimanche : 14h00 à 20h00 - Fermeture le lundi
 
Entrée libre


Aperçu du document Dossier de Presse - Cancion con Todos 03 06 2014.pdf - page 1/22
 
Dossier de Presse - Cancion con Todos 03 06 2014.pdf - page 2/22
Dossier de Presse - Cancion con Todos 03 06 2014.pdf - page 3/22
Dossier de Presse - Cancion con Todos 03 06 2014.pdf - page 4/22
Dossier de Presse - Cancion con Todos 03 06 2014.pdf - page 5/22
Dossier de Presse - Cancion con Todos 03 06 2014.pdf - page 6/22
 




Télécharger le fichier (PDF)


Dossier de Presse - Cancion con Todos 03 06 2014.pdf (PDF, 2.8 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


dossier de presse cancion con todos 03 06 2014
la lupuna
la lupuna 1
dossier de presse corps de cendres
dossier artistique elsa duault fr
agenda semaine du 8 au 16 fevrier 2014

Sur le même sujet..