madpride .pdf


Nom original: madpride.pdf

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Adobe InDesign CS4 (6.0) / Adobe PDF Library 9.0, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 15/06/2014 à 19:11, depuis l'adresse IP 82.233.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 533 fois.
Taille du document: 998 Ko (1 page).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


LA MARCHE DES FOUS
Le samedi 14 juin, à Paris, à l’appel de plusieurs associations de santé mentale,
avait lieu la 1ère Mad Pride française (entendez la fierté des fous). Un événement nécessaire et salutaire, à en croire les paroles des malades, parents et
soignants présents (500 personnes selon l’AFP). Des paroles où reviennent
sans cesse les mots « reconnaissance », « respect », « intégration », face à une
« normalité » toute puissante.
Le sujet est complexe, méconnu, mais il est urgent de
prendre conscience qu’aujourd’hui encore, une partie
de nos concitoyens est mise à l’écart. On les cache,
on les enferme entre des murs ou dans des camisoles
chimiques, leur existence même est taboue. Aussi,
souhaitons à ce mouvement naissant de grandir
pour enfin remettre les pas si fous à leur place,
parmi nous.
«  En temps que futurs soignants, nous nous sentons concernés par le traitement des malades,
notamment par la médication à outrance. Il faut
apprendre à respecter ces patients, à changer de
point de vue : ils ne sont pas si loin de nos pseudo
normes. »
Christophe et Aurélie, étudiants en psycho.
« J’ai passé deux mois et demie à Saint Anne. Ce qu’on veut
dire, c’est qu’on est comme les autres. On veut se faire voir
dans la rue, dire qu’on est normaux. Comme aux début de
la Gay Pride, nous ne sommes pas assez reconnus. La folie
est un tabou pour la société, mais aussi pour nos familles.
Nous sommes stigmatisés, mais les schizos ne sont pas dangereux !
Il faut changer de regard sur nous. » Charlotte, 26 ans.

« Les fous ne sont pas si fous, ils ne sont pas
méchants. Pour les enfants malades, l’école
a un rôle important à jouer. Un enfant différent est difficilement intégrable dans une
classe de 30, il sera rapidement déscolarisé.
Pourtant, ils sont intelligents. La psychiatrie
est très mal reconnue, du coup les enfants
sont mal diagnostiqués. Restant le seul soutient, les familles se retrouvent désemparées. Mon petit-fils est le plus gentil qui soit,
il est adorable, il y a quelque chose à faire
de lui ! »
Brigitte, grand-mère de Martin, bipolaire.

Paroles recueillies par Besse sur le trajet du cortège, depuis l’hôpital Saint Anne jusqu’à l’Hôtel
de Ville de Paris.


Aperçu du document madpride.pdf - page 1/1




Télécharger le fichier (PDF)


madpride.pdf (PDF, 998 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


madpride
du 20 avril au 26 avril format livret
du 13 avril au 19 avril format livret
3363 p 11
a006712   paroisse st vincent   marcillac avril 1
sed mag n20 1

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.309s