MEMOIRE RAPPORT H NATURE DANS LA PERMACULTURE.pdf


Aperçu du fichier PDF memoire-rapport-h-nature-dans-la-permaculture.pdf - page 7/83

Page 1...5 6 78983



Aperçu texte


PARTIE I : QUESTIONS DE RECHERCHE ET OUTILS
1) Définition de l’objet d’étude : la permaculture
1.1. Histoire de la permaculture
Le mot « permaculture » - contractant les termes « permanent » et « agriculture » - a
été utilisé pour la première fois par les Australiens Bill Mollison et David Holmgren en 1978,
dans leur ouvrage Permaculture One3. Ils y définissent la permaculture comme étant « un
système évolutif, intégré, d’auto-perpétuation d’espèces végétales et animales utiles à
l’homme. C’est, dans son essence, un écosystème agricole complet, façonné sur des exemples
existants, mais plus simple. »4
Le terme fait donc référence, dans un premier temps, à un ensemble de techniques culturales
et d’aménagement de l’espace, ayant pour caractéristiques principales l’observation et la
reproduction d’écosystèmes naturels. Outre la dimension « culturale », ce premier ouvrage
prend déjà en considération une dimension sociétale: on y trouve un constat critique à propos
de l’agriculture moderne, ainsi que du contexte social, politique et économique de la société
occidentale (australienne). Ainsi, les auteurs précisent : « Nous avons pris en compte les
problèmes posés par le chômage et la retraite anticipée, les névroses urbaines, et les
sentiments d’impuissance et d’absence du but ressentis par beaucoup dans le monde
contemporain. »5
Progressivement, la permaculture va donc acquérir une signification plus large, et
englober un ensemble de principes et de techniques s’appliquant à de nombreuses sphères de
l’activité humaine. Cette approche plus globalisante est rendue célèbre par David Holmgren,
qui a illustré ses propos par un schéma en forme de fleur à 7 pétales6, entremêlés et
interdépendants, chacun représentant une sphère de l’activité humaine : « la gestion de la
nature et de la terre », « l’habitat », « les outils et la technologie », « la culture et l’éducation»,
« la santé et le bien-être spirituel », « la finance et l’économie », « le régime foncier et la
gouvernance des communautés »7. Dans sa version détaillée, le schéma décrit une série de
propositions concrètes pour gérer au mieux chaque sphère d’activité humaine, selon les
3

MOLLISON, Bill et HOLMGREN, David, 1978. Permaculture 1. Une agriculture pérenne pour l’autosuffisance et
les exploitations de toutes tailles. Éditions Debard (1986 pour l’éd. Française).
4
Idem, p.15
5
Idem, p.16
6
Cf. annexe 1
7
HOLMGREN, David, 2002. Permaculture. Principles & Pathways Beyond Sustainability. Holmgren Design
Services, p. xx (traduction personnelle).

6