WA140920.pdf


Aperçu du fichier PDF wa140920.pdf - page 16/16

Page 1...14 15 16



Aperçu texte


REPORTAGE ENQUÊTE

par Fabrice Rougier

APRÈS 15 ANNÉES À CALAS, L'ÉCURIE LARRIVIÈRE QUITTE LA PISTE

“Le système ne tourne qu’autour de quelques grandes écuries”
Le tribunal vient d'ordonner la cessation d'activité de l'écurie entraînée par l'entraîneur de galop Thierry Larrivière. Le 24 septembre à Hyères, le
professionnel de Calas sellera ses derniers partants. Hausse de la TVA, charges de plus en plus lourdes, politique menée par France Galop que
beaucoup jugent "élitiste" ...Immersion dans les profondeurs du galop, en eaux troubles.
«J'ai bouffé deux magasins sur Bordeaux, la maison
de mes parents, alors vous savez ils ne me prendront
pas ce que je n'ai plus». L'entraîneur de galop
Thierry Larrivière va quitter le 24 septembre, à l'issue
d'une dernière réunion hiéroise, le mundillo des
courses de galop. Comme beaucoup l'ont fait avant
lui... Comme certains le feront prochainement si rien
ne vient bousculer une organisation fratricide !
Cette cessation d'activité n'arrive pas au premier
venu. Thierry Larrivière traîne dans ses bagages les
plus beaux trophées qu'on peut remporter sur les
hippodromes marseillais. Quoi qu'il arrive, personne
ne lui arrachera notamment des mains son
"Trabaud" obtenu avec Broken In Light en 2009, une
pure production de son élevage. Mais aux courses, le
bonheur est souvent éphémère et la descente aux
enfers vertigineuse.
"Tous sur la corde raide"
«J'ai toujours terminé parmi les 50 premiers
entraîneurs de galop de l'hexagone. Mais cette
année j'ai fait moins de gagnants que d'habitude. Et
comme nous sommes submergés de charges...»
Fiscalité, TVA, des bâtons qui font mal, très mal. «Le
passage de la TVA à 20% a précipité les choses. Les
petits propriétaires ont réduit la voilure et les plus
gros portefeuilles ont réclamé des arrangements
qu'il m'a fallu accepter pour survivre. Nous sommes
tous concernés. Tous sur la corde raide ! C'est un
métier de passion et de chance. Alors, personne
n'ose en parler. Beaucoup souffrent en silence.
Quand on doit trop d'argent à la MSA ou en TVA, je
crois qu'il faut faire preuve de sagesse et tout
arrêter, avant de perdre le peu qu'il me reste»,
explique le professionnel de Calas, qui aurait
cependant pu poursuivre comme si de rien n'était.
«J'ai opté pour une cessation de paiement plutôt
qu'un plan de redressement sur une dizaine
d'années. Quand j'entraînais soixante chevaux,
quinze personnes travaillaient à l'écurie. Aujourd'hui, je n'ai plus que vingt éléments tout en ayant
SAMEDI À
MAUQUENCHY

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16

Chevaux
UKITO VERDERIE
TOMORROW CUT (D4)
TESSA D'ARCY
TILLEUL D'ANJOU
URETI
UREUS FELLA
SOLO DU TRIO (DP)
URBERG
UNITED POINIERE (D4)
TANAIS D'ARRY (DP)
UGOLINVIEL
TOSCA DU CHATELET (DA)
SMILE
UNIFLOSA BELLA
UMSARA
TAMARRO (DA)

8
12
14
5
13
16
6
15

URBERG
TOSCA DU CHATELET
UNIFLOSA BELLA
URETI
SMILE
TAMARRO
UREUS FELLA
UMSARA

Repéré sur
les pistes
par nos
reporters
16

conservé douze salariés. Que fallait-il faire ?
Licencier à tour de bras ? Comment aurais-je pu
payer les 50 000 € d'indémnités quand on n'a déjà
pas les moyens de régler ses cotisations ? Mon
départ est donc un choix personnel. J'ai 60 ans et les
perspectives pour rebondir sont trop minces. Quand
tu te lèves tous les matins en sachant que tu dois de
l'argent, ça devient vite invivable. C'est dur, mais je
n'ai pas envie de me battre plus longtemps. Donc
j'irai pointer au chômage et mon personnel percevra
85% de son salaire actuel. L'avenir ne me fait pas
peur. J'ai toujours trouvé du travail. Il est temps de
changer de voie, j'ai suffisamment brassé de vent
pendant que d'autres se gavent à côté. Au lieu
d'être patron, j'aurais mieux fait de travailler dans
une grosse écurie de groupe, puisque le système ne
tourne qu'autour d'elles. J'ai eu une proposition
pour partir entraîner au Maroc, mais je n'ai pas envie
d'y aller. Je suis écoeuré», précise amer Thierry. Son
effectif va donc se dissoudre et intègrera en partie
les boxes de Ronny Martens, Pascal Marion,
Stéphane Labate ou Bertrand Dutruel. L'entraîneur
marseillais n'est qu'un arbre masquant une vaste
forêt. Selon une projection qui agite la corporation,
«entre 10 et 25% des entraîneurs pourraient cesser
leur activité dans l'année qui vient».
L'AEP tire le signal d'alarme
Un chiffre qui fait froid dans le dos et qui interroge
toute une profession. L'ex entraîneur d'obstacles
Frédéric Danloux, aujourd'hui devenu secrétaire de
l'Association des Entraîneurs Propriétaires (AEP) tire
le signal d'alarme. Selon lui, une vraie catastrophe se
profile si la société mère, France Galop, ne veut rien
entendre de la marche funèbre qui couve. «Trois
raisons résument à elles seules le malaise actuel que
rencontrent les entraîneurs. La première c'est la
hausse de la TVA à 20%. Mécaniquement, cela a
provoqué une augmentation des factures de 13%.
L'entraîneur est alors confronté à un vrai dilemme.
Soit le propriétaire s'acquitte de cette hausse, au

RÉUNION 4
COURSE 6
Drivers
S/A
P. Toutain
M6
F. Girouard
H7
G. Gelormini
F7
Mme M. A. Goetz H 7
A. Barrier
M6
J. M. Bazire
M6
G. Maillard
H8
J. Verbeeck
M6
D. Héon
F6
D. Brohier
F7
J. De Michiel
M6
M. Charuel
F7
J. F. Popot
H8
A. Wiels
F6
G. Cardine
F6
Ch. Gallier
H7

risque de se séparer de chevaux en compensation,
soit il exige de la part de l'entraîneur de régler en
partie ou en totalité le différentiel. Le prestataire de
services qu'est l'entraîneur se retrouve alors avec un
montant hors taxe qui diminue alors que ses charges
augmentent considérablement depuis 2010/2011
(foin, céréales, électricité, eau,...). La disparition de
l'exonération de charges sur les heures
supplémentaires est également une catastrophe.
Tous les entraîneurs ont adhéré à ce système qui
permettait de conserver 39h de travail. Du jour au
lendemain c'est un coup de poignard qui a été
asséné aux métiers de main d'oeuvre comme le
nôtre. Résultat, les 39 heures ont été maintenues
quasiment partout, ce qui a amorcé une explosion
en coût de personnel dès janvier 2013. La troisième,
et pas la moindre, c'est la politique que mène France
Galop depuis 1996. La décentralisation a permis,
depuis 2000, d'augmenter les allocations des courses
de province. Seulement, cette majoration ne s'est
réellement portée que sur les épreuves de sélections
(courses à conditions de niveaux "D" et "B", listeds
et courses de Groupes). Les allocations des épreuves
classiques ont alors évolué de 50 à 100% entre 1996
et 2012, alors que les réclamers et handicaps, qui
nourrissent l'essentiel de la profession, ont connu un
léger sursaut de moins de 30%. On a donc favorisé
une minorité de chevaux», s'insurge Frédéric
Danloux qui sait également devenir un très bon prof
de maths.
"Mieux répartir les allocations"
«En 2011, 6,4% des entraîneurs - représentant
19,1% de la totalité des chevaux de courses de galop
en France - se sont partagé 42,5% des gains.
Cherchez l'erreur ! Si, demain, France Galop ne
décide pas de faire une répartition équitable des
allocations, on va à toute vitesse dans un mur. C'est
terrible ! Des dossiers comme celui de Thierry
Larrivière, j'en ai un par semaine qui arrive sur mon
bureau. Et des cas autrement plus dramatiques !»,

prévient le secrétaire d'une association qui entend
réagir en posant ses revendications. «Il faut aller vite.
Tous les entraîneurs qui travaillent avec des
propriétaires imposables en France sont voués à vivre
une période très délicate. Il faut urgemment
renégocier cette TVA avec l'Etat et avant tout avec
Bruxelles. Ensuite, France Galop doit prendre la
mesure du séisme en réinjectant rapidement des
allocations dans les petites et moyennes épreuves.
Un adage dit qu'en période de crise il faut aider les
plus faibles. Donc stopper cette politique unilatérale.
Au galop, il existe deux catégories. Il y a ceux qui
font de l'élite comme messieurs Fabre, Bary,
Rouget,... et puis il y a tous les autres. D'une
catégorie à l'autre, on ne fait pas le même métier !».
Forcément, on se casse plus facilement la figure
quand on est du mauvais côté de la barrière. «Ce
n'est pas un hasard si entre septembre 2013 et
septembre 2014, on a perdu 230 chevaux en France,
reprend Frédéric Danloux. Généralement, quand un
entraîneur arrête d'exercer, les deux tiers de son
effectif disparaît également. Dans ce métier, et c'est
déjà ça, on a su conserver des liens affectifs très forts
entre les propriétaires et les entraîneurs. De ce fait,
et au regard de la situation, beaucoup en profitent
alors pour tout arrêter».
Un vaste chantier s'ouvre sur toute une profession. Il
faudra du temps et surtout de la concertation. En
attendant, prisonniers dans l'étau, de nombreux
maillons de la chaîne se lamentent d'assister à un
spectacle de plus en plus dépourvu de partants,
Hyères et Carpentras étant récemment pris en
otages. Quand la partie prend une sale tournure, il
faut au moins essayer de modifier les règles du jeu.
Dans ce milieu qui bénéficie aussi de l'inconditionnel
élan des masses populaires, le partage des richesses
ne serait que justice.

PRIX
MARCEAU DECLE - 18H00
25.000 Euros - Attelé. - Course F, 2.850 mètres. Pour 6, 7 et 8 ans, n'ayant pas gagné 159.000. - Recul de 25 m. à 78.000.

Origines
Kitko et Maud Du Cap Vert
Mercenaire et Ivida
Karikal et Etoile D'Arcy
Du Bois De Santal et Idéale Lionnaise
Niky et Mélusine Jiel
And Arifant et Jeanne's Fella
Jag De Bellouet et Denoves
Diamant Gédé et Hestia D'Em
Land Du Coglais et Chaitane Poinière
Magot Du Ravary et Duchesse D'Arry
Olitro et Ingouville
Chef Du Chatelet et Naomi Du Chatelet
Hasting et Grace Du Coglais
Jag De Bellouet et Koctiflosa Gédé
Kepler et Jixie Du Vivier
Opus Viervil et Kality Street

Gains
66.430
68.040
73.480
74.160
75.070
76.250
76.550
76.870
77.520
150.310
152.460
152.830
155.830
156.950
158.150
158.510

Tps Rec.
1'16"5
1'13"1
1'15"6
1'15"7
1'15"3
1'14"4
1'15"9
1'13"2
1'15"3
1'15"4
1'13"5
1'13"5
1'14"1
1'13"6
1'15"0
1'14"5

Dist.
2.850
2.850
2.850
2.850
2.850
2.850
2.850
2.850
2.850
2.875
2.875
2.875
2.875
2.875
2.875
2.875

Propriétaires
Ecurie De La Verderie
Ecurie Du Mont Joly
Mlle M. Goetz
P.J. Goetz
L. Vincent
Ecurie Le Tremont
Ecurie De La Laize
Ecurie Adriaens
D. Héon
D. Brohier
Ecurie Jean-Pierre Viel
Ecurie Gérard Jouenne
V. Langenais
Ecurie J.P. Marmion
Th. Simon
Ecurie Christophe Gallier

Entraîneurs
P. Toutain
R.C. Larue
Mlle M. Goetz
P. J. Goetz
P. Derycke
F. Souloy
G. Maillard
G. Adriaens
D. Héon
D. Brohier
J. P. Viel
Ch. Jouenne
J. F. Popot
J. P. Marmion
G. Cardine
Ch. Gallier

Performances
2a 2a Aa 6a Da 9a
6a 6a 5a 0a 9a 5a
4a 3a 3a 0a 2a 4a
7a Da 2a Da Da Da
3a 3a 3m Aa Dm 6a
Da 5a 9a 7a Da Da
0a 5a 0a 2a 5a (13) Da
2a 1a 5a 4a 2a 8a
0a Da Da Da 3a 6a
0a 6a 6a 0a 3a 6a
9m 3m 2a 4m 1m 4a
2a 7a 2a 1a 2a 3a
2a 0a 0a Da 0a Da
2a 4a 3a Da 4a 2a
1a 0a 8a 0a 5a 1a
Da 7a 0a 2a 6a 0a

L’opinion du Veinard

En regain de forme actuellement. Des moyens avérés. Dans un champ...
1
Ne possède aucune marge dans cette catégorie. Chance secondaire ici...
2
Reste sur plusieurs performances valables. Dans ce lot, peut prendre une place ! 3
Pas de tous les jours mais pas dénué de moyens non plus. Affaire d'impression... 4
Ses derniers résultats sont bons. Un lot dans ses cordes. Dernière minute !
5
Revient bien après avoir connu des ennuis de santé. Méfiez-vous en !
6
Un sujet de qualité. Revient bien après une longue absence. Le regret...
7
Découvre un engagement en or. Au top actuellement. Chuchoté. Repéré !
8
Seule la qualité de l'engagement nous empêche de l'écarter totalement...
9
Irrégulière mais n'a pas été ridicule cet été. A ne pas sous-estimer trop vite.
10
Doué dans les deux spécialités. Doit rendre la distance. A inclure dans un champ. 11
Une jument de classe. A réalisé de sacrés performances cette année. Priorité ! 12
Du mieux dernièrement dans un lot qui tenait la route. Autre regret...
13
Court souvent à bon escient. Sage, va une nouvelle fois être dans le coup !
14
S'adapte à tous les tracés. Performante ferrée. Notre outsider préféré !
15
Remarqué à plusieurs reprises depuis cet été. Pour une place à belle cote !
16

Le conseil du pro : Pierre Vercruysse

La synthèse
du statisticien

«Dans ce Pick5 qui a réuni un lot très homogène, Urberg vraiment bien placé, me semble être une base solide car il s’agit d’un trotteur très régulier. Je lui oppose Tosca du Châtelet visiblement au mieux et qui n’a peut-être pas encore les gains en rapport avec
ses moyens, à l’image d’Uniflosa Bella, une “Marmion” qui a largement le niveau d’une telle course et d’Ureti qui vient de très
bien courir à Chartres en faisant justement jeu égal avec Tosca du Châtelet, l’une de mes favorites. Ensuite, je me méfie de Smile
qui dépend d’un entraînement dont tous les pensionnaires sont en grande forme, Tamarro idéalement placé à 490 euros de la qualification, Ureus Fella, un “Souloy” confié à JMB, et enfin Umsara dont j’ai entendu le plus grand bien.»

Urberg (n°8) qui reste sur toute une série de bonnes performances, trouve une nouvelle fois des conditions de
course particulièrement favorables pour faire l’arrivée. Joint par téléphone, son driver Jos Verbeeck affiche une
confiance sans réserve : «Je viens de le driver il y a une dizaine de jours au Croisé-Laroche et j'avoue qu’il m’a bien
plu. C’est un trotteur assez sûr et qui sait finir ses courses. J’ai consulté l’opposition, et elle n’est pas plus relevée
qu’en dernier lieu. Pour moi, il ne va pas taper loin.»
Abonnez-vous au journal en appelant le

08 99 70 98 98 du lundi au vendredi de 9h30 à 12h30

(D4) : Déferré des antérieurs et postérieurs
(DA) : Déferré des antérieurs
(DP) : Déferré des postérieurs

8
5
16
14
12
11
3
15

URBERG
URETI
TAMARRO
UNIFLOSA BELLA
TOSCA DU CHATELET
UGOLINVIEL
TESSA D'ARCY
UMSARA

Dernière minute
5 URETI

Le pronostic du Veinard
8
14
12
5
6
15
16
3

Je choisis :
URBERG
UNIFLOSA BELLA
Outsiders :
TOSCA DU CHATELET
URETI
UREUS FELLA
UMSARA
TAMARRO
TESSA D'ARCY

SARL de Presse LV Quotidien - Directeur de la rédaction : Thierry Léger - CPPAP : 1214K84081 - ISSN 1263-6053
Photos Scoop Dyga - Imprimerie : R.P.N. 36/40 Bvd Robert Schuman 93190 Livry-Gargan - Distribué par Presstalis - Dépôt légal à parution