Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



SAINT AMAND MONTROND iti 2T .pdf



Nom original: SAINT AMAND MONTROND iti 2T.pdf
Titre: Iti 01
Auteur: Lili

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® Office Word 2007, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 12/10/2014 à 15:37, depuis l'adresse IP 217.128.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 434 fois.
Taille du document: 1.4 Mo (12 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


ESCAPADE DANS LE DEPARTEMENT DU CHER
St Amand Montrond – itinéraire 2 - 156 km

A. Saint-Amand Montrond
B. Meillant
C. Dun-sur-Auron
D. Abbaye de Fontmarigny
E. Menetou-Couture
F. Saint-Amand Montrond

A. Saint-Amand Montrond

B. Meillant
http://www.chateau-de-meillant.com/
D’un coté, des douves, des pierres bleues et des tours austères.
De l’autre, une façade de style gothique flamboyant où l’on sent poindre l’influence de la Renaissance Italienne.
Preuve en est, sa tour "dite .du Lion" qui est l’œuvre d’un certain Jocondo, collaborateur de Michel Ange ns dans
la construction de St Pierre de Rome.

C. Dun sur Auron
http://www.tourisme-dunsurauron.com/
office-tourisme.dunsurauron@wanadoo.fr

Office de Tourisme de Dun sur Auron
Place Gustave Vinadelle
18130 Dun sur Auron
Tel:02.48.59.85.26

Le nom celtique de Dun laisse penser à une origine très ancienne: "dunos latinté" qui signifiait "dunum" ou
colline ou lieu fortifié. Et s'il n'a pas été possible de remonter plus avant dans la préhistoire, du moins peut on
, par les armes et objets trouvés dans les tumuli des deux rives de l' Auron, certifier la présence humaine à la
fin de l' âge de bronze (15 siècles avant J.C.) et surtout l'âge de fer (10 à 5 siècles avant J.C.).
Dun répondait admirablement aux besoins de la vie pastorale. Aux ressources agricoles de la champagne
berrichonne s'ajoutaient les pâturages de la vallée d' Auron, les ressources forestières , la pierre d' extraction ,
le minerais de fer à ciel ouvert. La sécurité en cas d'agression était bien garantie par l'éperon calcaire (plus
accusé qu'aujourd'hui) sur lequel le vieux Dun a pris naissance. Dominant d'une trentaine de mètres le cours
profond de l'Auron. Dès le début de notre ère, Dun-sur-Auron manifestait déjà son activité comme étant un
point de passage reliant les principales voies romaines connues : celle d'Avaricum à Clermont passait à St
Germain des Bois, celle d' Avaricum à Lyon. Pendant près de sept siècles.
Dun fut ville royale, la troisième du Berry après Bourges et Issoudun : Dun le Roi, Le nom persista jusqu' à
la révolution de 1793.

1. Place de l'Eglise
L'église de Dun le Roi a possédé dans un beau reliquaire d'argent le cœur de St Vincent patron des
vignerons, donné par le comte Thibault de Sancerre. Ce saint est né au 3 e s en Espagne à Huesca prés de
Tarragone. En 1569, le 29 mai jour de la Pentecôte, des calvinistes (lansquenets Allemands, conduits par
le duc des Deux Ponts) mettent le feu à l'église et firent brûler le reliquaire et son précieux contenu. Les
deux clochers, les charpentes et fenêtres sont détruits, seuls subsistent les murs, piliers et voûtes.

2. Place Bourbon
Prieuré du 15e s.

3. Rue du Bois d'Argent

La rue Bât d'Argent, actuellement du Bois d'Argent,
tire son nom d'une enseigne de bourrelier. L'une des
maisons possède à hauteur du 1er étage une longue
saillie en pierre dont on ne sait si c'était une poulie, un
porte-enseigne ou une gargouille.
En effet, elle
présente à son extrémité un animal soutenant de ses
bras sa mâchoire entr'ouverte sur une chaîne.

4. Rue St Pierre

La maison à pans de bois

A l'extrémité de la rue, nous tournons à droite et descendons dans
La Grande Rue

et arrivons
5. Place Jacques Chartier
Le beffroi, porte de ville dite porte de l'horloge.
Il a été élevé en 1490 et était constitué d'une tour rectangulaire flanquée de deux tourelles aux angles
extérieurs de l'enceinte. L'entrée se fait par un arc brisé sous lequel on distingue la fente de la herse. Rien ne
semble attester de la présence d'un pont-levis. L'ouverture rectangulaire à l'intrados de l'arc d'entrée servait
à jeter des projectiles aux assaillants de la herse.
On peut remarquer sur le mur de droite l'inscription lapidaire "Icy se donne le gris", à laquelle on prête
divers sens.
Le bâtiment de pierre mesure 16,80 m de haut, la seconde tour de bois qui sen de toit 20 m et la girouette
6,20 m pour une hauteur total de 42 m.
On y accède par un escalier et une pone surmontée d'un arc en accolade se situant à l'intérieur gauche de
l'enceinte. L'édifice comprend six étages, dont trois dans les combles; les trois premiers sont desservis par
un escalier à vis. Le premier est à 8 m du sol, sur l'arc, les deux autres sont séparés par un plancher de bois
et éclairés par des fenêtres carrées à meneau unique, donnant sur l'intérieur de l'enceinte. Le deuxième
étage servait d'arsenal, mais aussi de chambre du trésor, étant l'endroit le mieux protégé de la ville. On y
trouve encore des couleuvrines et des fauconneaux. A ce niveau, on accède aussi aux tourelles percées de
meurtrières, .doublées de hourds saillants et couronnées de toits prismatiques. Les trois étages supérieurs
permettent l'accès à la charpente et au toit d'ardoises, qui était couvert de bardeaux jusqu'en 1875.

6. Rue Saint Vincent

Maison Renaissance dite de Charles VII ou le Château Vieux
De cet ensemble on ne peut voir que la façade. Dans cette maison, en novembre 1618 fut hébergée
Jeanne de Chantal qui fut canonisée Sainte-Chantale. Elle fut utilisée comme poste aux lettres en 1778 et
comme prison publique lors de la révolution.

7. Rue Porte Basse
Entrée médiévale primitive au Nord de la ville, mes constructions se sont appuyées contre l'ancienne
enceinte. Elle est maintenant simplement matérialisée par deux pilastres depuis 1786.
8. Les vestiges de la 1ère enceinte - Le Châtelet
ou château-fort, dont il ne subsiste qu'une partie de l'enceinte, était l'habitation des seigneurs. Il se situe sur
un promontoire surplombant l'Auron.

La grosse tour construite en 1201.

Vue sur les anciennes fortifications de la première enceinte avec ses 3 tours. Le rempart a été reconstruit
au 16e siècle. L'apparence des tours est analogue à celles des tours de l'enceinte du 12 e siècle de Bourges.
La tour du Berger (Bergier) a été reconstruite selon son ancien modèle en 1625.

9. Place du Châtelet
Ancienne maison du 15e s.

Egalement le musée du canal de Berry, plus précisément canal du Duc de Berry
Bien que l’idée de creuser un canal entre la Loire et le Cher remonte au 15e , il fallut attendre le début
du 19e pour voir se réaliser le canal du Berry.
Sa pente de 245 mètres, pour une longueur totale de 320 kilomètres, a exigé l’installation de 115 écluses
soit une tous les trois kilomètres.
Il permettait notamment de transporter le charbon destiné aux usines métallurgiques de la région. A son
apogée en 1865, ce sont près de 900 péniches qui l’empruntaient régulièrement. En 1939, elles ne sont
plus que 165... Et ce qui devait arriver arriva : en 1953, un décret ferme définitivement le canal à la
navigation. De nos jours, seule une quinzaine de kilomètres est encore navigable. Notamment autour de
Vierzon où des promenades en bateau sont organisées. Des travaux devraient être entrepris pour rendre
exploitable la liaison Bourges / Noyers.

Par la rue et la Place Pierre Brun, nous atteignons

10. Rue Porte Neuve

Maison dite hotel du sauvage
C'est dès le 14e, la maison la plus haute de la ville.
Les pans de bois n'apparaissent que sur une
partie de la façade. Construite pour la famille
Duvergier, notaire à Dun (armoiries sur une
cheminée visible au 19e siècle), cette maison est
transformée en hôtel de voyageurs et appelée
hôtel du sauvage ; elle est par la suite divisée en
2 logements distincts ; rez-de-chaussée sur rue
transformé au 20e siècle

porte du 17e s.

D. Abbaye de Fontmarigny
N47° 02′ 46″
E2° 54′ 55″
La sérénité d'une abbaye cistercienne. Cette abbaye s'affilia à l'Ordre de Cîteaux en 1149.Grace à la sidérurgie
Fontmorigny connaît dès le Moyen-âge un important essor économique. Les parties les plus anciennes de
l'édifice datent de la seconde partie du 12e s. alors que les bâtiments conventuels furent reconstruits au 18e s.
On peut admirer sur ce site empreint de sérénité l'église, le réfectoire des convers, les ruines du cloître, le
vivier...

E. Menetou-Couture
Au milieu du village, au sein d'un parc aux arbres centenaires, le Donjon, pièce maîtresse du château de
Menetou-Couture dresse son imposante silhouette à plus de 30 mètres au-dessus du Val d'Aubois.

Construit vers 1460 par Philippe et Jean de Villaines, il a été peu
remanié et demeure un rare spécimen d'habitation seigneuriale
militaire du XVe siècle. Il a conservé une remarquable charpente
en forme de nef de bateau et des cheminées monumentales pures et
vigoureuses.

F. Saint Amand Montrond


Documents similaires


saint amand montrond iti 2t
saint amand montrond iti 1 t
z viste dans le departement du cher les localites de
saint amand montrond iti 3t
saint amand montrond iti 4t
chalivoy milon


Sur le même sujet..