FemmeDouceA4.pdf


Aperçu du fichier PDF femmedoucea4.pdf

Page 1 2 3 4 5 6 7 8




Aperçu texte


Vivre sa vie (1962) offre un parallèle tentant avec celui d’Une Femme
douce (1969) dans la trajectoire de Nana, incarnée par Anna Karina.
À tel point que le sujet secret du film serait pour ainsi dire la
prostitution. Si la première, Nana, faute d’argent et tout aussi jeune
et d’une beauté troublante, se lie à un maquereau et en vient
à se prostituer, la seconde, «Elle» (Dominique Sanda), dont on
n’entendra jamais le nom, pour les mêmes raisons, se marie
à un prêteur sur gages pour subvenir à ses besoins.
Du commerce des corps à l’œuvre dans la prostitution
à la sujétion par le mariage, Bresson comme Godard dissèquent
par le menu la domination masculine que la possession de
l’argent autorise, voire encourage.
Des bifurcations distinctes, à l’horizon rétréci, conduiront à une
issue fatale qui s’achèvera, pour ces deux personnages féminins,
à terre, sur le bitume. Les fins tragiques, contenues dans la ferme
affirmation de leurs titres — l’une morte par balle pour Nana,
victime d’un règlement de compte de film noir, et pour l’héroïne
de Bresson, par une envolée ultime par défenestration — se
répondent, en ce que la mort de l’une clôt le film Vivre sa vie, et
pour Une Femme douce, lui sert d’ouverture tout en énigme [fig.1].
«C’est de captivité et d’évasion dont il est question, et à ce titre
Une Femme douce offre un parfait condensé des obsessions bressoniennes»a, ainsi que le rappelle Amélie Dubois.
Rêves irréductibles et fins tragiques

Au détail près, la publicité-presse du film Vivre sa vie pourrait
décrire avec la même concision le parcours de l’héroïne du film
de Bresson, qui, deux ans plus tôt, fait appel à Godard pour réaliser
la bande annonce de Mouchette, pour, on l’imagine, son art du
raccourci et la fulgurance de son montage.
Ainsi l’itinéraire de «la femme douce» de Bresson pourrait-il
être ciselé selon ce même découpage, en changeant, à peu de

[fig.1]

2

Mortes sur le bitume. Photogrammes des films Une Femme douce à g., et de Vivre sa vie à dr.