Scénario .pdf



Nom original: Scénario.pdfTitre: ScénarioAuteur: Etienne HUSSON

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Microsoft Word / Mac OS X 10.6.8 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 23/10/2014 à 11:13, depuis l'adresse IP 89.80.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 498 fois.
Taille du document: 2 Mo (7 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


 
«  Dans  l’Attente  d’un  Nom  »  et  «  Entre  Les  Mailles  »  
présentent  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

«  Le  syndrome  de  la  page  noire.  »  
Un  scénario  de  Etienne  HUSSON  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
POUR  LES  CONCOURS  
 

Ce   projet   de   court-­‐métrage   a   pour   ambition   de  
participer   à   deux   concours.   Le   Nikon   Film   Festival  
2014-­‐2015   sur   le   thème   «  Je   suis   un   choix  »   et   le  
concours   culturel   CROUS   2014-­‐2015   sur   le   thème  
«  lumière  ».    

 

Page 1 sur 7  

SOMMAIRE  :  
Pitch  ..........................................................................................................................................................  2  
Petites  notes  d’intentions  .................................................................................................................  2  
La  référence  narrative,  rythmique,  dramatique  :  ................................................................................  3  
Le  personnage  principal  ...............................................................................................................................  3  
Le  lieu  ..................................................................................................................................................................  3  
Le  temps  diégétique  du  film  ........................................................................................................................  3  
L’image,  le  son,  et  la  musique  ......................................................................................................................  4  
La  durée  ..............................................................................................................................................................  4  
Continuité  dialoguée  -­‐  Séquencier  .................................................................................................  5  
1.  GP  papier  :  .....................................................................................................................................................................  5  
2.  PE  écrivain  :  ..................................................................................................................................................................  5  
3.  PM  sur  le  bureau  dans  le  dos  de  l'écrivain  :  ....................................................................................................  5  
4.  PE  écrivain  :  ..................................................................................................................................................................  5  
5.  GP  papier  :  .....................................................................................................................................................................  6  
6.  PE  écrivain  :  ..................................................................................................................................................................  6  
7.  Séries  de  plans  oniriques  de  l’écrivain  :  ...........................................................................................................  6  
8.  PE  écrivain  :  ..................................................................................................................................................................  6  
9.  Carton  de  fin  :  ...............................................................................................................................................................  6  

 
Pitch  
«  Face  à  sa  feuille,  un  écrivain  cherche  l’inspiration.  Problème,  celle-­‐ci  n’est  nulle  
part…  Jusqu'au  moment  où  elle  arrive  de  partout  »  
 

Petites  notes  d’intentions  

Ce  projet  est  d’ambition  modeste.  Il  ne  raconte   rien  de  très  personnel  et  n’a  donc  pas  pour  
vocation   à   être   un   grand   film.   Il   s’agit   simplement   d’une   réponse   sympathique   à   deux  
concours   dont   les   contraintes   nous   permettait   de   raconter   un   peu   ce   que   vivait   tout  
écrivain  qu’il  soit  connu  ou  anonyme.      
 
Ce  projet  se  veut  donc  être  simple.  Un  huit  clos,  décor  intérieur,  un  tournage  assez  rapide,  
avec  une  équipe  réduite.  De  ce  fait,  ce  document  contient  quelques  écarts  quant  aux  règles  
rédactionnelles  d’un  scénario  habituel.  De  toutes  façons,  l’idée  du  projet  est  que  ce  film  ne  
soit   pas   que   le   résultat   d’une   commande   d’un   réalisateur,   mais   qu’il   soit   le   fruit   d’une  
collaboration  humaine.  Quelques  changements  sont  donc  à  noter  :    
-­‐ Il  n’y  a  pas  de  synopsis  :  140  secondes  de  scénario,  c’est  de  toute  façon  très  court  
à  lire.  
-­‐ La   continuité   dialoguée   n’en   est   pas   une.   C’est   déjà   une   sorte   de   séquencier,  
presque   un   découpage   technique.   Et   encore.   C’est   plus   une   ébauche,   quelques  
choses  qui  va  se  construire  au  fur  et  à  mesure,  avec  l’équipe.  
-­‐ Il   n’y   a   pas   de   «  note   d’intention  »   mais   des   «  petites   notes   d’intentions  »   que  
chaque  participant  au  projet  pourra  venir  compléter.    

Page 2 sur 7  

La  référence  narrative,  rythmique,  dramatique  :  

 
Ce   projet   de   film   s’inspire   fortement   d’un   court-­‐métrage   de   Pierre   Etaix   nommé  
«  Rupture  »   (à   voir   à   cette   adresse  :   https://www.youtube.com/watch?v=orX3qV2Bskw),  
et   dans   une   moindre   mesure,   à   la   série   des   Formïcas   qu’a   réalisé   Entre   Les   Mailles  
(notamment  au  niveau  du  comique  d’attente).  Une  réplique  du  protagoniste  («  ouais,  ouais,  
ouais  »   s’inspire   aussi   d’un   extrait   de   «  la   vie   est   un   long   fleuve   tranquille  »  :  
https://www.youtube.com/watch?v=KxeQisjXDjo    
 

Le  personnage  principal  

Pensé   à   priori   pour   être   un   homme   (comme   le   rôle   de   Pierre   Etaix   dans  
«  Rupture  »),  le  personnage  principal  est  en  fait  asexué.  Il  peut  très  bien  être  interprété  par  
une  femme,  et  cette  possibilité  ne  doit  pas  être  oubliée  lors  du  casting.  Ce  qui  caractérise  
avant   tout   notre   protagoniste,   c’est   plutôt   son   côté   «  burlesque   et   attachant  ».   Burlesque,  
parce  que  notre  personnage  est  dans  son  monde.  Il  ne  se  rend  pas  compte  qu’il  est  observé,  
et   qu’on   entend   ses   monologues.   Attachant,   parce   qu’il   se   dégage   de   son   caractère   une  
certaine   innocence,   une   certaine   sincérité,   qui   est   finalement   assez   commune   à   chacun  
d’entre  nous  :  qui  n’a  pas  connu  ces  petits  moments  d’errements  où  on  repense  le  monde,  la  
bouche   ouverte,   les   yeux   dans   le   vide,   en   fixant   un   collègue   qui   lui   se   demande   ce   qui   nous  
arrive  ?    
Ce   côté   vieil   enfant   (vieux   garçon   ou   vieille   fille   donc)   doit   donc   ressortir   du  
personnage.   Avec   évidemment,   le   lot   de   maladresse,   de   folie,   et   d’inexpérimentation   que  
cela  comprend…    

Le  lieu  
 
L’intégralité  du  film  se  déroule  dans  une  seule  pièce  :  le  bureau  de  l’écrivain.  Cette  
volonté  de  faire  un  huit  clos  s’exprime  par  la  volonté  de  montrer  un  personnage  «  renfermé  
sur   son   propre   monde  ».   Le   bureau   devra   donc   représenter   le   monde   intérieur   du  
protagoniste.  Un  espace  confiné  avec  un  grand  bureau,  un  tapis  de  bambou,  un  fauteuil  de  
ministre   en   cuir   noir,   une   grosse   bibliothèque   pleine   de   livre,   une   lumière   jaune   qui   se  
mélange   avec   les   couleurs   «  bois   brun  »   des   meubles   et   qui   donnent   à   la   scène   une  
ambiance  chaleureuse.  
 

Le  temps  diégétique  du  film  
Le  film  ne  se  passe  pas  dans  un  espace  temps  clairement  définit.  C’est  une  fiction  qui  
de   ce   point   de   vue,   ne   colle   pas   forcément   à   la   réalité.   Nous   sommes   dans   le   mythe   de  
l’écrivain  et  de  son  atelier,  et  celui-­‐ci  n’a  pas  d’époque.  Malgré  tout,  étant  donné  que  notre  
protagoniste  est  censé  être  un  vieux  garçon  (ou  une  vieille  fille)  et  que  son  bureau  tend  à  
montrer  sa  psychologie,  il  est  important  que  plusieurs  éléments  montrent  ce  côté  vieillot.  
Au  niveau  des  accessoires,  il  n’y  a  ni  ordinateur,  ni  machine  à  écrire.  Simplement  du  papier  
et   des   stylos.   Au   niveau   des   habits,   là   encore,   il   faut   que   ça   soit   des   habits   un   peu   démodés,  
qui   fassent   plus   vieux   que   ce   qu’est   le   protagoniste.   En   fait,   de   façon   générale,   il   faut   qu’il   y  
ait   un   décalage   entre   l’écrivain   (un   personnage   enfantin,   introverti,   sympathique,   etc.)   et   le  
monde  autour  de  lui  (qui  représente  des  choses  plus  sérieuses,  le  travail,  le  monde  adulte,  
le  serieux,  etc.).  C’est  de  ce  décalage  que  se  jouera  le  burlesque  du  film.  
 

Page 3 sur 7  

L’image,  le  son,  et  la  musique  

 
Là  encore,  l’idée  est  de  montrer  une  image  un  peu  vieillit.  Non  pas  au  niveau  de  la  
qualité  de  la  bobine  (comme  dans  les  films  de  Charlie  Chaplin),  mais  plus  au  niveau  du  
format  de  l’image  (en  4/3  et  non  en  16/9).  Au  niveau  esthétique,  la  colorimétrie  du  film  
sera  légèrement  teintée  en  sépia,  avec  des  couleurs  marquées  mais  pas  saturées,  un  peu  
comme  l’image  du  film  «  Le  Grand  Amour  »  de  Pierre  Etaix  
(https://www.youtube.com/watch?v=n8EXmAoadsA)    
 
Au  niveau  du  son,  l’idée  est  que  le  film  soit  presque  muet  afin  que  les  pantomimes  
du  protagoniste  puissent  être  burlesque.  Malgré  tout,  comme  dans  le  court-­‐métrage  
«  Rupture  »,  un  bruitage  sera  fait  en  post-­‐production  pour  relever  certains  passages  du  
film.  Le  design  sonore  se  devra  de  créer  une  certaine  atmosphère  qui  souligne  donc  le  côté  
burlesque  des  sketchs,  mais  qui  accentue  aussi,  par  le  biais  de  bruitage  non  réaliste  comme  
dans  «  Rupture  »,  le  fait  que  l’espace  temps  du  film  n’est  pas  définit  mais  est  plus  de  l’ordre  
de  l’intemporel,  du  mythe,  etc.  Enfin,  en  bruit  de  fond,  pendant  toute  la  durée  du  film,  il  y  
aura  un  chronomètre  qui  sera  lancé  par  le  protagoniste  (par  le  biais  de  sa  montre)  et  qui  se  
finira  à  la  fin  du  film  (au  carton  final).  Ce  son  de  chronomètre  symbolise  le  début  et  la  fin  du  
temps  de  travail  de  l’écrivain  (et  du  film),  il  renvoi  aussi  à  la  contrainte  des  concours  (140  
secondes)  et  donc  à  l’idée  que  le  temps  du  film  va  être  court  et  compté.  Il  crée  aussi  un  
décalage  entre  un  temps  pressé  et  un  écrivain  qui  lui  prend  son  temps,  afin  d’augmenter  
encore  le  burlesque  du  film.  
 

La  durée  

 
Pour  des  raisons  pratiques  (les  modalités  du  Concours  Nikon),  le  film  ne  devra  pas  
excéder  140  secondes.  Si  jamais  il  les  dépasse,  celui-­‐ci  ne  pourra  concourir  qu’à  l’appel  à  
film  du  CROUS.  
 
 

Page 4 sur 7  

 

Continuité  dialoguée  -­‐  Séquencier  
1.  GP  papier  :  
Sur  une  page  blanche  d'un  cahier,  un  dessin  au  stylo  bic  et  au  feutre  représente  le  logo  du  
concours  Nikon  «  Je  suis  un  choix  »  (ou  du  concours  CROUS  2015  :  «  Lumières  »).  En  
dessous,  il  y  a  le  titre  du  film  «  Je  suis  un  choix  dramaturgique  »  (pour  le  concours  Nikon)  
ou  «  une  lumineuse  sombre  inspiration  »  ou  (pour  le  concours  CROUS).  Puis,  une  main  
tourne  la  première  page  du  cahier.  
 
2.  PE  écrivain  :  
Devant  un  bureau  où  est  posé  le  cahier,  un  écrivain  regarde  sa  montre  à  son  poignet.  Il  
presse  un  bouton  et  active  un  chronomètre.  
 
L'écrivain  :  
«  Et  top,  c'est  partie  !  »  

3.  PM  sur  le  bureau  dans  le  dos  de  l'écrivain  :  
L'écrivain  pose  sa  montre  à  côté  de  sa  trousse  et  de  ses  stylos.  Puis  il  porte  son  stylo  jusqu’à  
sa  feuille,  et  se  rétracte.  Moment  d’hésitation.  L’écrivain  repose  son  style  à  côté  de  sa  
trousse  et  commence  à  tapoter  ses  doigts  sur  les  cotés  de  sa  feuille.  

4.  PE  écrivain  :  
L'écrivain  regarde  sa  feuille  et  tapote  toujours  des  doigts,  puis  après  5  secondes  :  
 
L'écrivain  :  
«  Ouais,  ouais,  ouais...  »  
Il  pousse  un  soupire,  puis  après  5  nouvelles  secondes  d'attentes  :  
 
L'écrivain  :  
«  Ouais,  ouais,  ouais...  Et  ben  ça  va  pas  être  simple  »  
(au  niveau  du  jeu,  un  peu  comme  dans  cet  extrait  :  https://www.youtube.com/watch?v=XTXO0oBmlds  )  

 
 
[Fondu  enchainé  –  ellipse  temporelle]  

 
L'écrivain  est  toujours  devant  son  bureau,  dans  une  position  légèrement  différente.  Il  lève  
le  doigt  en  l’air,  monte  les  sourcils,  et  se  met  à  sourire  largement.  Puis  il  reprend  son  stylo  
et  se  penche  sur  sa  feuille.    

Page 5 sur 7  

5.  GP  papier  :  
L'auteur  écrit  le  titre  de  son  projet,  au  centre  de  la  page  blanche  :  «  Syndrome  de  la  page  
blanche  ».    
 
6.  PE  écrivain  :  
L'écrivain  regarde  sa  feuille,  sourit  (d'une  façon  assez  expressive  pour  qu'on  voie  qu'il  est  
fier  de  lui)  et  repose  sa  feuille  sur  son  bureau  pour  la  contempler.  Silence.  
 
L’écrivain  regarde  sa  feuille  et  cligne  des  yeux  plusieurs  fois.  Silence.  
 
Silence  qui  dure  pendant  5  secondes.  Puis,  l’écrivain,  alors  perdu  dans  ses  pensées,  se  
réveille  en  laissant  échapper  un  petit  son.  Il  se  repenche  sur  sa  feuille  et  se  remet  à  écrire.  
 
 
[Fondu  enchainé  –  ellipse  temporelle]  
 
7.  Séries  de  plans  oniriques  de  l’écrivain  :  
L’écrivain  est  avec  sa  feuille  et  son  stylo.  Il  rejoue  des  scènes  (tragique,  épique,  de  suspens,  
d’horreur,  d’action,  d’amour,  etc.)  qu’il  imagine  et  qui  sont  portés  chacune  d’entre  elles  par  
des  musiques  un  peu  stéréotypé  (à  fond  dans  le  pathos  et  dans  le  signifié).  Toutes  les  
scènes  sont  coupées  par  des  rapides  petits  fondus  enchainés.    
 
[Fondu  enchainé  –  ellipse  temporelle]  

8.  PE  écrivain  :  
L'écrivain  est  toujours  en  train  d'écrire.  Désormais,  sa  feuille  est  gribouillée  de  partout.  Il  y  
a  des  déchets  de  papiers,  de  stylos,  et  des  morceaux  de  gommes  sur  tout  le  bureau  et  même  
au  sol.    
 
L’écrivain  relève  sa  tête  et  regarde  sa  copie.  Après  un  court  instant,  il  se  rebaisse  en  sortant  
sa  langue  de  sa  bouche,  comme  pour  montrer  que  ce  qu’il  allait  faire  demandait  beaucoup  
de  minutie,  rature  quelque  chose  au  centre  de  sa  copie.  Puis,  il  se  relève,  repose  son  stylo,  
reprend  sa  feuille,  y  tape  dessus  avec  sa  main  droite  et  pousse  un  «  ahhh  »  de  satisfaction.  
Enfin,  il  fait  pivoter  sa  chaise  et  se  retourne  face  caméra  pour  présenter  son  travail  au  
spectateur.    
 
[Travelling  avant  de  la  caméra  qui  se  rapproche  peu  à  peu  du  cahier  de  l’écrivain]  
La  feuille  de  l’écrivain  est  complètement  noircie  par  des  écrits,  des  taches  d’encres  et  des  
ratures.  Au  centre  de  celle-­‐ci,  le  titre  écrit  en  gros  n’est  plus  «  Syndrome  de  la  page  
blanche  »  mais  «  Syndrome  de  la  page  noir  ».  
 
9.  Carton  de  fin  :  
En  blanc  sur  fond  noir,  une  des  citations  suivantes  :  
 

Page 6 sur 7  

CONCOURS  NIKON  :  
«  Les  choix  dramaturgiques,  c’est  comme  le  ketchup.    
Au  début,  on  attend,  on  attend,  et  ça  ne  vient  pas.    
Et  puis,  quand  ça  arrive,  ben…  ça  arrive  tout  en  même  temps  ».  
Un  écrivain.  
CONCOURS  CROUS  :  
«  La  lumière  quand  on  écrit,  c’est  comme  le  ketchup.    
Au  début,  on  attend,  on  attend,  et  ça  ne  vient  pas.    
Et  puis,  quand  ça  arrive,  ben…  ça  arrive  tout  en  même  temps  ».  
Un  écrivain.  
 

Page 7 sur 7  


Aperçu du document Scénario.pdf - page 1/7
 
Scénario.pdf - page 2/7
Scénario.pdf - page 3/7
Scénario.pdf - page 4/7
Scénario.pdf - page 5/7
Scénario.pdf - page 6/7
 




Télécharger le fichier (PDF)


Scénario.pdf (PDF, 2 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


scenario
critique de la filmo de wes anderson
redboxfanfiction by quicky 107
scenario lenfer est pave 1
programme printemps des chapiteaux
topomecano 1