TP station de régulation .pdf



Nom original: TP station de régulation.pdf
Titre: Station de régulation de pression :
Auteur: Tout le Monde

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® Office Word 2007, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 24/10/2014 à 12:19, depuis l'adresse IP 79.86.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1234 fois.
Taille du document: 2.7 Mo (32 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


Station
de régulation
de pression
I – Principes généraux de fonctionnement :

p 3 à 14

1-1 : Fonction d’usage du système :

p3-4

-

Croquis d’ensemble de la machine :
Fonction électrotechnique du système :

1-2 : Cahier des charges :
-

Analyse fonctionnelle – SADT :
Grafcet de coordination des taches :
Organigramme de fonctionnement :

p3
p4

p 5 à 10
p5-6
p7-8
p9

-

Schéma de puissance du système :

p 10

1-3 : Notice de conduite du système :
-

p 11 à 14

Procédure de mise en service :
Description d’un cycle de fonctionnement :
Modes d’arrêt du système :
Règles de sécurité :

p 11
p 12 - 13
p 14
p 14

II – Analyse technologique du système.
Eléments constitutifs de la station de régulation de pression

p 15 à 26

2-1 Sous-système A1 :

p 15 - 16

-

Les voyants / Afficheurs
Partie commande du système

p 15
p 16

2-2 Sous-système A2 :
-

p 17

Le régulateur de pression :

p 17

2-3 Sous-système A3 :
-

p 18 à 20

Le moteur asynchrone triphasé :
La soupape de sécurité

p 18 - 19
p 20

2-4 Sous-système A4 :
-

p 21 à 24

Les pompes :
Les canalisations :
Les vannes :

p 21
p 22
p 23 - 24

2-5 Sous-système A5 :
-

p 25 - 26

Le pressostat :

p 25 - 26

III – Gammes des produits disponibles :

p 27 à 31

3 – 1 : Régulateurs de pression :

p 27

3 – 2 : Moteurs asynchrones triphasés :

p 28

3 – 3 : Soupapes de sécurité :

p 29

3 – 4 : Vannes à billes / boisseau :

p 30

3 – 5 : Pressostats :

p 31

I – Principes généraux de fonctionnement :

La station proposée est chargée en fonction de la demande (variable en débit), d’assurer de
façon instantanée, une distribution d’eau, si possible à pression constante.

2

1 - 1 : Fonction d’usage du système :
-

Croquis d’ensemble de la machine et situation des différents sous-systèmes :

Soupape de sécurité
Pressostat
Régulateur

Tuyauterie et vannes
Moteur
asynchrone
Partie commande

Vanne

Boîtier électrique

Réservoir

La cuve est sous pression ‘Po’ par exemple.
‘Po’ est la grandeur à régler.
La grandeur réglante est le débit d’alimentation.
Les perturbations proviennent de l’utitlisation.
-

Fonction électrotechnique du
système :

Marche forcée :
Principe : seule la pompe à vitesse fixe fonctionne. On ne
contrôle pas la pression. Elle se stabilise d’elle même suivant
le débit.

3

Observation : la pression diminue quand le débit augmente. Il n’y a pas de régulation.

Marche automatique :

Principe : en faisant varier la vitesse de la pompe, la station
maintient la pression amont constante quel que soit le débit.
Observation : la pression reste constante lorsque l’on fait varier le
débit. Il y a régulation.

Rôle du
variateur :


variateur permet de contrôler la vitesse de la pompe pour maintenir la pression
constante.
 La loi de commande du variateur est du type U/f = constante

1- 2 : Cahier des charges :
-

Analyse fonctionnelle – SADT :

Niveau A - 0 :

4

Le

Niveau A 0 :

Légende SADT A0 :

A : Mode de marche automatique / Valeur de
la pression désirée.
B : Réglage du PI et des seuils maximums /
minimums de la pompe.
C : Commande manuelle
Réarmement disjoncteurs.

sectionneur

/

5

D: Caractéristique du réseau de distribution / Caractéristique du circuit hydrolique de la
station / Nombre de réservoirs tampons.
E: Réglages capteurs / Réglages maximum / minimum pressostat.
1: Consignes de la pression.
2: Image du débit / Image de pression en amont / aval.
3: Image de la fréquence de rotation pompe vitesse variable / Présence tension / Etat de la
pompe fixe.
4: Consigne pression.
5: Reset variateur automatique ou semi-automatique / Marche forcée / Mise en service
6: Informations pupitre : fréquence de rotation pompe vitesse variable, pression amont / aval,
défauts, états pompes, présence tension, mise en service. (voyants, afficheurs analogiques).
7: Image du débit / Image de pression en amont / aval.
8: Image de la fréquence de rotation pompe vitesse variable / Présence tension / Etat de la
pompe fixe.
9: Etat des contacteurs des moteurs.
10: Commandes variateurs / Information seuil de pression minimum / maximum.
11: Visu LED.
12: Energie électrique.
13: Energie mécanique modulée / Fréquence de rotation fixe ou variable (selon le moteur).
14: Energie calorifique perdue.

-

Grafcet de coordination des taches :

Grafcet de conduite :

6

Grafcet de procédure de fonctionnement normal :

- Schéma de puissance du système :
Grafcet de production normale :

7

Grafcet de vérification pour un bon fonctionnement :

-

Organnigramme de fonctionnement :

8

9

-

Schéma de puissance du système :

10

1 - 3 : Notice de conduite du système :
-

Procédure de mise en service :

Conditions d’utilisation :

-

Locaux : propres, clairs, secs, bien éclairés, sol plat

-

Remplissage en eau : par robinet situé à proximité, et tuyau d’arrosage (lycée)

-

Vidange : manuelle, branchement du tuyau d’arrosage (lycée) vers regard proche

-

Alimentation électrique, câbles de raccordement sur système. Celle-ci devra être
équipée d’une protection différentielle en tête selon Norme, avec disjoncteur de type
SI pour l’utilisation de variateurs électroniques

-

Attention aux surfaces nécessaires
→ station de base
→ option - module de perte de charge

Modes de marche :

1- Mode manuel.
- Sélectionner le mode manuel (Commutateur Auto/Manu).
- Actionner les commutateurs (Hors / En service) de la pompe
- Actionner les commutateurs (Marche/ Arrêt) de la pompe

2- Mode automatique.
Fonctionnement de l’installation à pression constante quelque soit le débit.
Le fonctionnement de l’électro-pompe est asservie à la pression par la carte électronique de
régulation.
La consigne de pression est donnée par le potentiomètre situé sur le pupitre.
- Sélectionner le mode automatique (Commutateur Auto/Manu).
- Actionner les commutateurs (Hors / En service) de la pompe A
- Actionner le commutateur (Hors / En service) du variateur.

11

-

Description d’un cycle de fonctionnement :

Pour réguler un système physique, il faut :
-

Mesurer la grandeur réglée avec un capteur.
Réfléchir à l'attitude à suivre : c'est la fonction du régulateur. Le régulateur compare
la grandeur réglée avec la consigne et élabore le signal de commande.
Agir sur le procédé par l'intermédiaire d'un organe de réglage.

Caractérisation d'une régulation :
Pour qu'une régulation soit correcte, il faut :
-

Qu'elle ne mette pas en péril la stabilité du procédé : une instabilité se caractérise par
des oscillations excessives.
Qu'elle assure une bonne précision : l'écart consigne/mesure doit être le plus faible
possible.
Qu'elle corrige rapidement l'influence d'une perturbations : le temps de réponse
caractérise l'aptitude de la boucle de régulation à suivre les variations de l'écart
consigne/mesure.

Par exemple on veut maintenir une pression de 2 bar dans un réservoir. Il faut pour cela
réaliser une boucle de régulation en pression.
Voici le système dans son ensemble, câblé et opérationnel.

12

Schéma fonctionnel de la boucle de régulation :

Exemple du système BRP/2000 :
Le banc permet d’étudier le fonctionnement d’une boucle de régulation de pression d’air
dans un réservoir 3, alimenté par le réseau d’air comprimé détendu à 2 bar.
Le réglage du débit d’alimentation en d’air 1 est réalisé
par une vanne microdébit. La pression est mesurée sur le
réservoir 3 par un transmetteur de pression relative 4 et
est visualisée sur un manomètre de contrôle 5.
Le régulateur PID 8 contrôle la pression en commandant
l’ouverture de l’électrovanne de régulation 2 placée sur la
fuite.
Les perturbations sont créées en ouvrant la vanne de la
ligne de fuite 6. Une vanne micrométrique règle avec
précision le taux de fuite.
Une soupape de décharge 9 permet un fonctionnement en
toute sécurité.
Le câblage électrique des signaux de commande est
réalisé par fiches sécurité (liaison 4-20 mA) : capteur,
entrée du régulateur, sortie du régulateur, commande de la vanne.

13

-

Modes d’arrêt du système :

Mise hors service du variateur :
Une seule pompe est en marche sur le secteur jusqu'à la remise en service.
Réglage des paramètres de régulation et de la consigne : Ils se règlent par la console de
dialogue Magélis. Cette opération nécessite une autorisation par mot de passe
Marche de mesure :
Il est possible de mettre hors service la régulation et de régler la fréquence du courant
délivré par le variateur manuellement pour relever des caractéristiques de l’installation. Cette
opération est décrite en page 8/12 Il faut pour cela être en >mode automatique...

-

Règles de sécurité :

Utilités et raccordements :
-

Electricité Réseau 240 V, monophasé, 50 Hz. Puissance : 0,5 kW. Unité équipée d’une
prise standard 2P + T.

-

Air comprimé : Qualité : air instrumentation (sec et déshuilé). Pression de service 2
bar. Unité équipée de raccords pneumatiques pour tubes 6 x 8.

Les unités devront être de préférence :
-

Unité montée et testée en usine : tests de bon fonctionnement électrique et hydraulique
réalisés avant départ usine.

-

Unité livrée avec un dossier technique (schémas, liste des pièces détachées,
documentation des matériels installés, schémas électriques).

-

Unité livrée avec un manuel pédagogique présentant les différentes manipulations
ainsi que les rappels de cours, le mode opératoire et les résultats expérimentaux s’y
rapportant.

Les conditions de garantie :
Les unités sont garanties un an à compter de la date de livraison ou de la mise à disposition du
matériel dans nos locaux.
Conditions générales de vente et garantie disponibles sur simple demande.

14

II – Analyse technologique du système.
Eléments constitutifs de la station de régulation de pression :
(sous-systèmes A1 à A5 du SADT)

a. Sous-système A1 :

Nom : Voyants / Afficheurs
Fonction : Communiquer avec le système
Commandes : Mode de marche automatique, valeur de la pression désirée
Flux entrant : - Consignes de la pression par l’utilisateur.
- Image du débit / Image de pression en amont / aval
- Image de la fréquence de rotation pompe vitesse variable / Présence tension /
Etat de la pompe fixe.
Flux sortant : - Consigne pression.
- Reset variateur automatique ou semi-automatique / Marche forcée / Mise en
service
- Informations pupitre : fréquence de rotation pompe vitesse variable, pression
amont / aval, défauts, états pompes, présence tension, mise en service.
(voyants, afficheurs analogiques).

-

Les voyants / Afficheurs :

Significations du matériel utilisé :

15

-

Partie commande du système :

La partie commande comprend :
- 1 armoire électrique équipée en partie
latérale de son pupitre opérateur
- 1 console de dialogue Magélis tactile
programmée.
- 1 automate communicant : type Twido
éthernet + cordon de liaison PC
- 1 contacteur général de coupure des
énergies
- 2 ampèremètres avec transformateur de
courant
- Relais de contrôle sens de rotation des
phases et chutes de tension
- Affichages : vitesse Var., débit,
pression sur Magélis
- Transformateurs de tension
- Variateur de type ATV 61 + console +
cordon com.
- 2 compteurs horaires
- Prises de mesures déportées tension / arrivée secteur tension / intensité, mesurées aux bornes
des moteurs.
- Boutons de commande : mode Manuel, Marche/Arrêt, sélection des pompes en commande
directe ou par variateur, permutation en charge (pour la maintenance) ou mode automatique
(exploitation)
- Signalisations pour l’ensemble du système : 1 synoptique de l’ensemble du système et 1
programme d’exploitation du système sous logiciel Powersuite (programme déposé APP).

16

b. Sous-système A2 :

Nom : Régulateur de pression
Fonction : Traiter les données
Commandes : Réglage du PI et des seuils maximums / minimums de la pompe.
Flux entrant : - Consigne pression.
- Image du débit / Image de pression en amont / aval.
- Image de la fréquence de rotation pompe vitesse variable / Présence tension
Etat de la pompe fixe.
Flux sortant : - Commandes variateurs / Information seuil de pression minimum / maximum.
- Visu LED.

-

Le régulateur de pression :

Principe de fonctionnement :
Les régulateurs de pression équilibrés par un ressort fonctionnent
selon le principe de comparaison des forces. A la résistance d’une
membrane s’oppose la force d’un ressort de réglage. A la suite d’un
soutirage, l’équilibre est rompu, la pression aval chute, donc aussi la
force qui s’excerce sous la membrane. La force du ressort devient
alors prépondérante et la vanne a tendance à s’ouvrir. La pression de
sortie tend ainsi à nouveau à augmenter jusqu’à atteindre un nouvel
équilibre. La pression amont est sans influence, que la vanne tende à
s’ouvrir ou à se fermer. Les fluctuations de la pression amont sont
donc sans influence sur la pression aval !
Exécution :
Le régulateur de pression comprend:
- l un corps avec sorties taraudées
- l un piston
- l guide de piston avec raccord pour
manomètre G 1/4”

- l membrane
- l ressort de tarage
- l chape avec dispositif de réglage
- l pour manomètre, voir accessoires

On tiendra compte de la nature du matériau du régulateur (énéralement en laiton, NBR ou
acier) et du domaine d’utilisation adapté.

Caractéristiques du matériel utilisé :
Température de service: max. 70°C
Pression nominale: PN 40
Chute de pression: min. 1 bar
Raccordement: 1/4” à 2”

17

c. Sous-système A3 :

Nom : Equipement BT
Fonction : Gérer l’énergie électrique
Commandes : - Reset variateur automatique ou semi-automatique / Marche forcée / Mise en
Service
- Commandes variateurs / Information seuil de pression minimum / maximum.
- Commande manuelle sectionneur / Réarmement disjoncteurs.
Flux entrant : - Energie électrique
Flux sortant : - Image de la fréquence de rotation pompe vitesse variable / Présence tension
Etat de la pompe fixe.
- Etat des contacteurs des moteurs.
- Energie mécanique modulée / Fréquence de rotation fixe ou variable
(selon le moteur).
- Energie calorifique perdue.

-

Le moteur asynchrone triphasé :

Généralités :

Le moteur asynchrone triphasé est largement utilisé dans l'industrie, sa simplicité de
construction en fait un matériel très fiable et qui demande peu d'entretien. Il est constitué
d'une partie fixe, le stator qui comporte le
bobinage, et d'une partie rotative, le rotor
qui est bobiné en cage d'écureuil. Les
circuits magnétiques du rotor et du stator
sont constitués d'un empilage de fines
tôles métalliques pour éviter la circulation
de courants de Foucault.

18

Le couple varie
avec la fréquence de
rotation
pour
le
moteur et pour la
charge entraînée. Les
caractéristiques
du
moteur et de la charge
se croisent au point
de
fonctionnement
pour
lequel
les
couples moteur et
résistant
sont
identiques.
Le bobinage :
Les bobines sont logées dans les encoches du stator. S'il y a une paire de pôles magnétique
pour chacune des trois phases, la fréquence de synchronisme est
alors de 3000 tr/mn. si on augmente le nombre de paires de pôles, il
est possible d'obtenir des moteurs avec des fréquences de rotation
différentes.
1 paire de pôles => 3000 tr/mn
2 paires de pôles => 1500 tr/m

Le branchement des bobines sur le réseau se fait au niveau de la
plaque à borne située sur le dessus du moteur. On dispose ainsi de
6 connexions, une pour chacune des extrémités des trois bobines.
Les bornes sont reliées aux bobines selon le schéma ci-contre.

Caractéristiques du matériel utilisé :

-

2 petits moteurs asynchrones :

DIVA 400 F/N
Tension 220V ; 2,5A
2850 trs/min
Classe F
-

1 moyen moteur asynchrone :

DIVA 1300 F TB
Tension 220/380V ; 3,8/2,2A
2850 trs/min
Classe F

19

-

La soupape de sécurité :

Principe de fonctionnement :
Les soupapes de sécurité évacuent l’éventuel
surplus d’énergie du système à protéger afin de
limiter la pression maximale dans l’appareil
qu’elles protègent à une pression admissible par
celui-ci.
Une soupape est un organe de sécurité dont le
fonctionnement est exceptionnel. Sa position
normale est la position fermée. Une soupape est
conçue pour évacuer un débit gazeux car à
volume égal on évacue plus d’énergie (pneumatique) en phase gaz qu’en phase liquide.
Par exemple, une soupape permet la sortie de la vapeur lorsque la pression atteint un certain
seuil dans un autocuiseur. Une petite bille fermée par un ressort fait office de soupape de
sûreté dans le cas où la soupape tournante (celle qui siffle) serait bloquée. Le ressort est taré
de manière à libérer l'ouverture de la bille à une certaine valeur de pression admissible par
l'autocuiseur.

Coupe soupape de sécurité :

20

d. Sous-système A4 :
Nom : Pompe / Canalisations
Fonction : Mettre sous pression
Commandes : - Caractéristique du réseau de distribution / Caractéristique du circuit
hydrolique de la station / Nombre de réservoirs tampons.
- Energie mécanique modulée / Fréquence de rotation fixe ou variable
(selon le moteur).
Flux entrant : - Eau stockée
Flux sortant : - Energie calorifique perdue.
- Eau sous pression

-

Les pompes :

Généralités :
Les pompes répondent toutes au même besoin, déplacer un
liquide d’un point à un autre. Pour déplacer ce liquide il faut lui
communiquer de l'énergie. Les pompes remplissent cette fonction.
Le moteur qui alimente les pompes transforme l'énergie thermique
ou électrique en énergie mécanique pour permettre le mouvement
des organes des pompes. Cette énergie mécanique est retransmise
au fluide. Cette énergie fluide se traduit sous forme de débit
(énergie cinétique) et de pression (énergie potentielle). Ces
énergies vont s'échanger et se consommer dans les circuits de
l'installation

Caractéristiques :
- On veut étudier le fonctionnement de la station :
- Le site comprend 1 pompe
- Des capteurs de pression permettent de mesurer la dépression à l'aspiration et la pression au
refoulement de la même pompe.
- Une vanne de régulation et un débitmètre électromagnétique, permettent d'appréhender une
boucle de régulation, et de tracer la courbe de la pompe.
- En outre, on dispose d'indicateurs de puissance active pour la pompe.
- Celle-ci est associée à un variateur de fréquence.
- Tous les indicateurs de tableau sont équipés d'une sortie analogique destinée à une
supervision sur micro-ordinateur.
- L'ensemble est disposé sur un châssis commun à tous les éléments, et s'alimente en
monophasé.

21

-

Les canalisations

Généralités :
Une canalisation (ou pipeline en anglais francisé) est une conduite
destinée à l'acheminement de matières gazeuses, liquides, solides ou
polyphasiques, d'un endroit à un autre.
Le diamètre nominal d'une canalisation peut aller de trente millimètres
environ (un pouce un quart) pour des fluides spéciaux jusqu'à plus de
trois mètres vingt (soixante huit pouces) pour les adductions d'eau.
Lorsqu'une canalisation a un très petit diamètre (moins de trente
millimètres environ), on parle plutôt de tuyauterie
Pour l'eau industrielle, il s'agit de conduite ou d'émissaire.

Caractéristiques :
Les matériaux constitutifs d'une canalisation dépendent de la nature et de l'état des produits
qu'elle doit acheminer.
L'alimentation en eau et les systèmes d'évacuation des eaux usées doivent faire l'objet d'une
conception attentive, qui interdise toute contamination de l'eau et toute pénétration à
l'intérieur des locaux d'émanations en provenance des égouts. Tous les branchements
d'installations et d'appareils sur l'alimentation en eau courante doivent être équipés de
dispositifs interdisant que des produits polluants ne refluent dans les canalisations. Des
soupapes de sécurité (de surpression) doivent être installées sur les chauffe-eau pour prévenir
toute explosion du fait d'une régulation défaillante.

22

-

Les vannes :

Généralités :
Une vanne est un dispositif qui sert à arrêter ou modifier le débit d'un fluide liquide
Le terme synonyme de robinet est parfois utilisé pour des appareils de petites dimensions,
montés sur des canalisations.

Principes :
On doit pouvoir avoir une vanne appropriée à
l’application. Pour cela, on doit pouvoir répondre aux
critères suivants :
-

Quel type de fluide le système transporte-t-il ?

Avant de choisir une vanne, considérez le type de
fluide transporté par le système. Le fluide est-il visqueux
ou dilué ? S'agit -il d'un gaz ou d'un liquide ? Est-il
corrosif ou inerte ? Ces variables peuvent affecter les
composants et le fonctionnement du système.
-

Quelles sont les conditions de fonctionnement du système ?

Les conditions de fonctionnement du système comme la température ou la pression
constituent également des facteurs importants dans le choix d'une vanne. Les composants en
plastique peuvent rétrécir et causer des fuites, absorber l'eau ou d'autres fluides du système et
devenir cassants à basse température. De plus, la pression différentielle peut affecter
l'étanchéité.
-

La vanne sera-t-elle utilisée de manière intensive ?

Si vous avez besoin d'une vanne se comportant de manière fiable dans un système où elle
sera utilisée de manière intensive, envisagez le choix d'une vanne homologuée ou certifiée
pour une telle utilisation et assurez-vous qu'elle satisfait aux codes et normes en vigueur dans
l'industrie
-

Quelles doivent être les caractéristiques spécifiques de la conception de la vanne ?

Après avoir examiné les caractéristiques du fluide et les conditions de fonctionnement, il est
également important de connaître les caractéristiques de conception essentielles pour
l'efficacité de la vanne. Si les fabricants de vannes ne peuvent pas contrôler les paramètres de
conception de votre système comme le fluide ou les conditions de fonctionnement, ils peuvent
en revanche contrôler les caractéristiques de conception qui affectent les performances de la
vanne.

23

-

Dimensionnement des vannes :

La taille d'une vanne est souvent décrite par la
dimension nominale de son raccordement d'extrémité.
Mais pour la plupart des systèmes fluides, le débit
admissible pour une vanne est une mesure plus
importante. Les principes de calcul du débit impose que
certains aspect du passage d'écoulement soient connus,
notamment :
1.
2.
3.
4.

La taille et la forme de l'orifice et du passage d'écoulement
Le diamètre interne du tuyau ou du tube
Les caractéristiques du fluide, telles que sa densité et sa température
La chute de pression entre l'entrée et la sortie.

-

Quelles procédures d'installation devrez-vous suivre ?

Lorsque vous avez sélectionné la vanne appropriée pour votre application, envisagez la
façon de l'installer et recherchez les caractéristiques qui maximiseront son efficacité et
minimiseront les problèmes d'entretien. Une mauvaise installation affectera la performance et
la fiabilité. Voici quelques suggestions :
1.

Installez les vannes avec des montages en
panneau, par la base ou avec des supports
spéciaux. Rappelez-vous que les montages de
vannes doivent supporter des sollicitations
externes comme la dilatation du système et
doivent absorber le couple d'actionnement de la
vanne de manière à ce que la contrainte ne soit
pas reportée sur les raccordements d'extrémité,
les tuyaux ou les tubes.
2.
Installez une vanne de sorte que celle-ci soit
maintenue par le montage et non pas par le système de tubes ou de tuyauterie.
3.
Installez les vannes afin de pouvoir facilement les voir, les atteindre et les protéger
de tout dégât accidentel et de toute manipulation intempestive
4.
Installez les vannes de façon à ce que le fluide s'écoule dans la direction de la flèche.
N'installez pas les vannes dans des endroits où elles pourraient servir de repose-pieds ou de
portemanteau.

Caractéristiques des produits du système :
Vannes COMER
D40 PN16
DN 32 ¼ PVC

24

e. Sous-système A5 :

Nom : Capteur de pression / pressostat
Fonction : Acquérir les états du système
Commandes : - Réglages capteurs / Réglages maximum / minimum pressostat.
Flux entrant : Flux sortant : - Image du débit / Image de pression en amont / aval.

-

Le pressostat :

Généralités :
Ils sont destinés à contrôler ou réguler une pression
ou une dépression dans un circuit pneumatique ou
hydraulique.
L’appareil transforme un changement de pression en
un signal électrique. Lorsque la pression ou la
dépression atteint la ou les valeurs de réglage, le
contact électrique change d’état.

Principes de fonctionnement :
Les pressostats et vacuostats XML électromécaniques
Un affichage des niveaux de pression en face avant et un dispositif de visualisation par LED
facilitent le réglage et le diagnostic.
Ils sont adaptés pour une multitude de fluides (chauds, corrosifs, viscosité élevée) et pourront
donc être installés dans bon nombre d’applications industrielles. Un dispositif de laminage les
rend insensibles aux coups de bélier.
Ils disposent également de multiples accessoires, dont un capot de protection qui peut être
plombé, bloquant les vis de réglage, ce qui facilite l’installation et augmente la sécurité.
Les pressostats et vacuostats XML-E électroniques
L’offre comprend 1 calibre de vide, et 7 calibres de pression jusqu’à 600 bar. Ils vous
offrent la précision et les performances : 0,5% de l’étendue de la mesure, un différentiel
réglable de 2 à 98% de la plage, une endurance de 10 à 50 millions de manoeuvres, une dérive
extrêmement faible; le réglage est définitif pour la durée de vie de l’appareil.

25

Schéma de principe :

Caractéristiques du matériel utilisé :
XMJ – A012 (IP 66)
Selon niveau de réglage nécessaire, exemples :
- pression < 8 bar = XML-A/B/C010,
- pression > 8 bar = XML-A/B/C020.

26

III – Gammes des produits disponibles :

3 – 1 : Régulateurs de pression :
Ce sont toutes pour la plupart des marques de fabrication anglaises.
-

CUBEAIR

-

AirCom

-

Bronkhorst

-

Parker

-

ControlAir

-

Beswik

-

TESCOM

-

Regada

27

3 – 2 : Moteurs asynchrones triphasés :
Il y a actuellement plus de 8000 exposants de MAT dans le monde. Voici les plus
importantes :
-

BALDOR

-

Orientalmotor

-

Leroy-Somer

-

WEG

-

Transtechno

-

MGMrestop

-

VEM

-

TECO

-

Lafert

-

CEMP

-

Dunkermotoren

-

TEE

28

3 – 3 Soupapes de sécurité :
Dans l'industrie, les dispositifs de protection contre les surpressions répondent généralement
à des normes, lois ou directives. Les principales sont :
-

ASME (American Society of Mechanical Engineers) Boiler & Pressure Vessel Code,
Section VIII, Division 1

-

API Recommended Practice 520 et API Standard 526 (pression > 1 barg), API
Standard 2000 (dépression et basse pression > 1 barg)

-

ISO 4126 (International Organisation for Standardisation)

-

EN 764-7 édité par CEN (Comité Européen de Normalisation)

-

AD-Merkblatt (en Allemagne)

Les principaux fabricants de soupapes de sûreté (pression > 1 bar) dans le monde sont :
-

Dresser Consolidated (USA)

-

Leser (Allemagne)

-

Sapag (France)

-

Bopp & Reuter (Allemagne)

-

H+ Valves (France)

-

Sempell (Allemagne)

-

Crosby (USA

-

Broady (Angleterre)

-

Sarasin-RSBD (France)

-

Triangle (Angleterre)

-

Anderson-Greenwood (USA)

-

Tai (Italie)

-

Farris (Canada)

-

Ast (Italie)

-

Fukui (Japon)

-

Carraro (Italie)

-

Toa (Japon)

-

Parcol (Italie)

Les principaux fabricants de soupapes de sûreté de dépression et basse pression (pression <
1 bar) dans le monde sont :
-

Sarasin-RSBD (France)

-

Whessoe-Varec (USA)

-

3B Controls (Angleterre)

-

Protectoseal (USA)

-

Marvac (Angleterre)

-

Rampini (Italie)

29

3 – 4 Vannes à billes / boisseau :
-

Bola-tek

-

Cepex

-

Conbraco

-

Dwyer

-

Dome-Valve

-

HYDAC

-

FG-inox

-

EFFEBI

-

Parker

-

Hayward

-

SchuF

30

3– 5 Pressostats :

-

CCSdualsnap

-

Airtrolinc

-

Pressureswitch

-

Beck

-

Euroswitch

-

Mamcos-witches

-

Elettrotet

-

Ueonline

-

SUCO

31

32



Documents similaires


injection l jetronic porsche 944
dossier symboles hydrauliques 1
2011 08 01 09 09 10 capteur et sonde sur tdi
injection k jetronic porsche 924
y1abwb9
machine frigo


Sur le même sujet..