pdf pse .pdf



Nom original: pdf pse.pdf
Titre: untitled

Ce document au format PDF 1.6 a été généré par / Acrobat Distiller 9.5.3 (Macintosh), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 05/11/2014 à 21:24, depuis l'adresse IP 90.39.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 38557 fois.
Taille du document: 13.4 Mo (224 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


re

Prévention
Santé
Environnement
3
e

édition

Sylvie Crosnier – Mary Cruçon – Annie Naulleau

>Évaluations
>Fiches
secourisme

w FOUCHER

9782216119585-sommaire.indd 1

les

Corrigé

cahiers
NOUVEAUX

le

04/04/13 19:30

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

Crédits photographiques
p. 23
ph © Phovoir-Images
p. 39
ph © Bordas/Sipa
p. 51
ph © Phovoir-Images
p. 69 gauche
ph © Pierre Gleizes/Rea
p. 69 milieu
ph © Garo/Phanie
p. 69 droite
ph © François Perri/Rea
p. 70 gauche
ph © Phovoir-Images
p. 70 milieu
ph © agefotostock/Hoa-Qui/Gamma-Rapho
p. 70 droite
ph © Hubert Raguet/LookatSciences
p. 75 haut milieu
ph © Nilfisk France
p. 75 haut droite
ph © Louise Oligny/BSIP
p. 75 bas gauche
ph © Glowimages RM/agefotostock
p. 75 bas droite
ph © Edwige/BSIP
p. 76 haut droite
ph © claire-foncet.fr

p. 76 bas gauche
p. 76 bas droite
p. 84
p. 101
p. 105
p. 109
p. 117
p. 119
p. 151
p. 173 gauche
p. 175
p. 193
p. 203
p. 209

ph © See Tsay Yap/Tips/Photononstop
ph © Phovoir-Images
ph © Phovoir-Images
ph © Phovoir-Images
ph © Mary Cruçon
ph © Serge Morillon/INRS
ph © Phovoir-Images
ph © Mary Cruçon
ph © Jouanel Industrie
ph © Yves Cousson/INRS
ph © Phovoir-Images
Éric Notarianni/CIT’images
ph © Phovoir-Images
ph © Phovoir-Images

Conception de la couverture
et de la maquette
Primo & Primo
Composition
Les PAOistes
Illustrations
Didier Crombez
Infographies
Philippe Bouillon
Vincent Landrin
Laure Scellier
Correction
Joëlle Declercq

“Le photocopillage, c’est l’usage abusif et collectif de la photocopie sans autorisation
des auteurs et des éditeurs.
Largement répandu dans les établissements d’enseignement, le photocopillage menace
l’avenir du livre, car il met en danger son équilibre économique. Il prive les auteurs
d’une juste rémunération.
En dehors de l’usage privé du copiste, toute reproduction totale ou partielle de cet
ouvrage est interdite”.

ISBN 978-2-216-11958-5 (Nouvelle édition)
ISBN 978-2-216-11616-4 (1-re édition)
Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, des pages publiées dans le
présent ouvrage, faite sans autorisation de l’éditeur ou du Centre français d’exploitation du Droit de copie (20, rue des
Grands-Augustins, 75006 Paris), est illicite et constitue une contrefaçon. Seules sont autorisées, d’une part, les reproductions
strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective, et d’autre part, les analyses
et courtes citations justifiées par le caractère scientifique ou d’information de l’œuvre dans laquelle elles sont incorporées
(loi du 1er juillet 1992 - art. 40 et 41 et Code pénal - art. 425).
© Éditions Foucher. Malakoff 2013

9782216119585-sommaire.indd 2

04/04/13 19:30

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

e
r
i
a
m
Som
CLASSE DE PREMIÈRE BAC PRO
MODULE 6 Gestion des ressources naturelles et développement durable
Chapitre 1

La gestion de l’eau .................................................................................................................................................... 5

Chapitre 2

La maîtrise de l’énergie

Évaluation 1

.................................................................................................................................................................................. 23

15

.........................................................................................................................................

MODULE 7 Prévention des risques
Chapitre 3

Les risques majeurs ............................................................................................................................................... 25

Chapitre 4

Le bruit

Évaluation 2

..................................................................................................................................................................................

.................................................................................................................................................................... 31

39

MODULE 8 Prévention des risques dans le secteur professionnel
41

Chapitre 5

Les risques professionnels dans l’activité de travail

Chapitre 6

Le risque mécanique

............................................................................................................................................. 49

..........................................................................................

Chapitre 7

Le risque électrique

.............................................................................................................................................. 59

Chapitre 8

Le risque biologique

..............................................................................................................................................

67
77

Chapitre 9

Les risques liés à l’ambiance thermique

Chapitre 10

Les risques liés à l’ambiance lumineuse .............................................................................................................. 83

.............................................................................................................

........................................................................................................ 93

Chapitre 11

Les situations d’urgence en cas d’accident

Évaluation 3

................................................................................................................................................................................. 101

Évaluation 4

................................................................................................................................................................................

105

CCF 1

................................................................................................................................................................................

109

CCF 2

................................................................................................................................................................................. 117

3

9782216119585-sommaire.indd 3

04/04/13 19:30

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

CLASSE DE TERMINALE BAC PRO
MODULE 9 Cadre réglementaire de la prévention dans l’entreprise
Chapitre 12

Le cadre juridique de la prévention

...................................................................................................................

125

.................................................................................................... 131

Chapitre 13

Les acteurs et les organismes de prévention

Chapitre 14

Les accidents du travail et les maladies professionnelles ................................................................................ 139

Chapitre 15

Les démarches et le coût des accidents du travail et des maladies professionnelles .................................. 145

Évaluation 5

................................................................................................................................................................................. 151

MODULE 10 Effets physiopathologiques des risques et prévention
Chapitre 16

Le risque chimique ................................................................................................................................................ 153

Chapitre 17

Le dos et les manutentions .................................................................................................................................. 161

Chapitre 18

Les troubles musculo-squelettiques

Évaluation 6

................................................................................................................................................................................. 175

..................................................................................................................

169

MODULE 11 Approche par le travail
.................................................................................................................................. 177

Chapitre 19

La démarche ergonomique

Chapitre 20

La charge mentale

Évaluation 7

................................................................................................................................................................................. 193

...............................................................................................................................................

185

MODULE 12 Approche par l’accident
...................................................................................................................... 197

Chapitre 21

L’analyse d’un accident du travail

Évaluation 8

...............................................................................................................................................................................

FICHES SECOURISME

.............................................................................................................................................................. 205

CERTIFICATION EN BAC PRO

...............................................................................................................................................

221

...................................................................................................................................................................................... 223

© Éditions Foucher

GLOSSAIRE

203

4

9782216119585-sommaire.indd 4

04/04/13 19:30

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

Chapitre

MODULE 6 :

1

Gestion des
ressources naturelles
et développement
durable

La gestion de l'eau
onsable face à sa consommation d’eau

Objectif : agir en consommateur resp

La terre a soif !
Privées d’école
L’eau ne coule pas partout du robinet. Dans de nombreux pays pauvres
d’Afrique et d’Asie, il faut marcher 5 kilomètres en moyenne, plusieurs fois
par jour, pour accéder à un puits et y remplir des réservoirs. Il faut alors faire
le chemin du retour lourdement chargé. Autant dire que cette corvée difficile
occupe une bonne partie de la journée. De plus, elle est très souvent confiée
aux jeunes filles, qui n’ont pas le temps d’aller à l’école.

Pas facile de partager
Les fleuves n’ont pas de frontières. Ils traversent plusieurs pays et sont
parfois l’objet de conflits entre ces pays pour le partage de leur eau.
L’Euphrate est un fleuve qui prend sa source en Turquie, coule en Syrie et
finit sa course en Irak. Pour en profiter au maximum, la Turquie a construit
sur le fleuve des barrages qui privent la Syrie et l’Irak d’une grande quantité
d’eau. Ce partage inégal des eaux est source de conflits entre les trois pays.

Plus d’eau potable au robinet
Les eaux des rivières de Bretagne sont malades. Elles contiennent une très
forte concentration de nitrates, un produit chimique dangereux pour la
santé. Il provient de l’engrais et du lisier (mélange d’urine et d’excréments
d’animaux) épandus sur les champs pour faire pousser les cultures. De plus,
les nitrates favorisent la prolifération d’algues vertes qui étouffent le milieu
aquatique.
Source : Géo Ado, mars 2009.

Analyser la situation
Activité 1

Le problème posé

1. Cocher le problème correspondant à la situation.
❒ Quels sont les acteurs qui interviennent dans la gestion de l’eau en France ?
❒ Comment est déterminé le prix de l’eau ?
❒ Comment mieux gérer et préserver les ressources en eau de la planète ?

Activité 2

Les éléments de la situation

© Éditions Foucher

2. Renseigner le tableau.

Pourquoi boire de l’eau potable
se révèle-t-il pour certaines
personnes une vraie difficulté ?

L’accès à l’eau
est difficile.

Des conflits naissent
entre les pays pour
le partage de l’eau.

L’eau est polluée
et dangereuse
pour la santé.

Quels sont les pays concernés ?

Les pays d’Afrique
et d’Asie

La Turquie, la Syrie
et l’Irak

La France
(la Bretagne)

5

9782216119585-chap01.indd 5

04/04/13 19:39

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

Mobiliser les connaissances
Activité 3

La répartition des ressources en eau dans le monde
DOC. A Les réserves d’eau de la planète

3. À partir du document A,
3.1. Citer le plus grand réservoir d’eau de la planète.
Les océans.
3.2. Indiquer :
- l’eau utilisable par l’homme :
L’eau douce.
- la provenance de cette eau :
- L’eau douce superficielle.
- L’eau souterraine.
- Les calottes glacières et les glaciers.

4. À partir du document B,
4.1. Renseigner le tableau.

Exemples de pays
Ressources
en eau

abondantes

Brésil

Russie

Canada

peu abondantes

Algérie

Arabie

Iran

4.2. Indiquer la situation de la France : La France est située dans une zone où il y a assez d'eau.

DOC. B La répartition des ressources en eau dans le monde

© Éditions Foucher

Neuf pays se partagent dans le monde 60 % des réserves d’eau.

6

9782216119585-chap01.indd 6

04/04/13 19:40

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

5. À partir du document C, indiquer quatre raisons qui mettent la France à l’abri d’une pénurie d’eau.
- Une pluviométrie abondante.
- Un réseau fluvial important.
- Une réserve conséquente dans les nappes phréatiques.
- La présence de quatre grandes chaînes de montagne.

DOC. C La situation des ressources en eau en France

© Éditions Foucher

Aucun risque de pénurie globale en eau n’est à redouter dans notre pays. Le bilan des ressources internes en eau de
la France s’élève à 170 milliards de mètres cubes par an. Mais, les ressources en eaux françaises sont, comme partout,
inégalement réparties et varient selon les saisons, ce qui explique que certaines régions peuvent connaître des
difficultés en cas de sècheresse.

1 - La gestion de l'eau

9782216119585-chap01.indd 7

7

04/04/13 19:40

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

Activité 4

La qualité de l’eau

6. À partir du document D, nommer :
- l’ouvrage de référence sur lequel le ministère de la Santé s’appuie pour faire respecter les normes de qualité
de l’eau en France.
Le Code de la santé publique.
- l’organisme chargé du contrôle sanitaire de l’eau potable.
L’Agence régionale de la santé (ARS).
7. À partir du document D et de la fiche de synthèse annuelle sur la qualité de l’eau de votre ville :
7.1. Renseigner le tableau.

Résultats de la fiche de synthèse annuelle
sur la qualité de l’eau
Ville de
...................................

Ville de Cucugnan
Paramètres
de qualité

Limite
de qualité

Référence
de qualité

Valeurs
mesurées
moyennes

Conformité
aux normes
oui

Bactériologie

0 germe/
100 mL

Minéralisation

10 germes

Aucune

8,4 mg/L

x

Fluor

1,5 mg/L

0,3 mg/L

x

Pesticides

0,5 µg/L

oui

non

45,2°F

50 mg/L

250 mg/L

Conformité
aux normes

x

Nitrates

Sulfates

non

Valeurs
mesurées

370,4 mg/L

0,21 µg/L

x

x

© Éditions Foucher

7.2. Définir l’eau potable.
Une eau potable est une eau devant satisfaire à un certain nombre de caractéristiques (par exemple
l’absence de germes pathogènes) la rendant propre à la consommation humaine.

8

9782216119585-chap01.indd 8

04/04/13 19:40

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

DOC. D La fiche de synthèse annuelle de la qualité de l’eau de la ville de Cucugnan

Ces
informations
sont fournies
par l'A.R.S.
LR/DT de
l'Aude, en
application du
code de la
santé
publique.

© Éditions Foucher

Source : http://www.ars.languedocroussillon.sante.fr

Remarque : cette fiche est obligatoirement jointe à la facture d'eau et doit être affichée en mairie.

1 - La gestion de l'eau

9782216119585-chap01.indd 9

9

04/04/13 19:40

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

8. Entourer, sur le document E, la ou les étapes qui correspond(ent) au respect des paramètres
microbiologiques et justifier.
L’ozonation et la chloration sont les deux étapes qui permettent l’élimination des micro-organismes
pathogènes.

DOC. E Le traitement de l’eau pour la rendre propre à la consommation

Floculation et décantation
Un coagulant est ajouté à l’eau pour rassembler en flocons les fines particules encore
présentes dans l’eau. Les particules agglomérées sont entraînées par leur poids au
fond des bassins appelés décanteurs.

Ozonation
L’ozone à forte dose a une action bactéricide et
antivirus. Elle rend une partie de la matière organique biodégradable.

Filtration
L’eau traverse un filtre, lit de sable
qui élimine les matières encore
visibles à l’œil nu et/ou un filtre à
charbon actif qui retient les micropolluants comme les pesticides.

Chloration
L’ajout de chlore détruit les dernières bactéries et
maintient une bonne qualité de l’eau tout au long de
son parcours dans les canalisations.

© Éditions Foucher

Dégrillage
et tamisage
Le filtrage de l’eau à
travers les grilles arrête
les gros déchets.

10

9782216119585-chap01.indd 10

08/04/13 14:38

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

9. Identifier, sous chacune des illustrations, la source de dégradation de la qualité de l’eau.

la pollution due
aux déchets

Activité 5

La pollution
urbaine

La pollution
agricole

La pollution
industrielle

La consommation d’eau dans le monde
La consommation d’eau pour l’usage

DOC. F domestique dans différents pays
10. À partir du document F,
10.1. Citer, pour l’usage domestique, le pays qui :
- consomme le plus d’eau :
Les États-Unis.
- consomme le moins d’eau :
Les pays du tiers monde.
10.2. Indiquer deux raisons d’un tel écart de
consommation.
- L’inégalité dans la disponibilité des
ressources.
- La diversité de son utilisation
(sur-consommation des pays industrialisés).

Litre par jour et par personne

États-Unis : 350 l

Espagne : 160 l

Suisse : 206 l

France : 150 l

Italie : 220 l

Allemagne : 150 l

Belgique : 110 l

Suède : 199 l

Grande-Bretagne
135 l

Pays du tiers
monde
20 à 50 l

Source : Bulletin du conseil général de Vendée.

La consommation d’eau

DOC. G dans le monde par secteur
11. À partir du document G, formuler deux
commentaires.
- La consommation d’eau en Afrique est
majoritairement à usage agricole (pays
en voie de développement).

- Dans les pays industrialisés,
la consommation d’eau est majoritairement
à usage domestique.

100 %
80 %
60 %
40 %
20 %
0%
Agriculture

Usage
domestique

Europe

Asie

© Éditions Foucher

Afrique

Industrie

1 - La gestion de l'eau

9782216119585-chap01.indd 11

11

04/04/13 19:40

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

12. À partir du document H,
12.1. Définir le stress hydrique.
Le stress hydrique est la situation des personnes qui disposent de moins de 1 700 m3 d’eau par personne
et par an.
12.2. Commenter l’évolution du stress hydrique de 2005 à 2050 pour l’Asie du Sud.
En 2025, le stress hydrique fera place à une pénurie d’eau qui s’accentuera dans les années 2050.

DOC. H La consommation d'eau explose, les pénuries s’aggravent
Alors que la population mondiale a quadruplé au cours du dernier siècle, la consommation d’eau a été multipliée par huit.
Aujourd’hui, près d’un milliard de personnes souffrent du stress hydrique et 200 à 300 millions sont en situation de pénurie.

Pénurie d'eau : moins de 1 000 m3 par personne par an.
Stress hydrique : moins de 1 700 m3 par personne par an.

13. À partir du document I, et de vos connaissances,
13.1. Citer deux objectifs qui justifient l’attitude de la famille Éco.
- Préserver les ressources en eau dans l’intérêt général.
- Réduire la facture d’eau dans un intérêt personnel.
13.2. À partir de vos factures d’eau, indiquer votre consommation annuelle d’eau, puis comparer avec
la moyenne nationale et formuler un commentaire.

NB : La moyenne nationale de consommation d’eau est de 30 à 35 m3 par an et par personne.

© Éditions Foucher

DOC. I La comparaison des consommations d’eau de deux familles de quatre personnes

12

9782216119585-chap01.indd 12

04/04/13 19:40

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

Proposer des solutions
Activité 6

Les mesures individuelles et collectives pour économiser l’eau

14. À partir du document J et de vos connaissances, renseigner le tableau.

Des actions éco-citoyennes

La salle de bains

Préférer la douche au bain.
Utiliser des régulateurs de débit.
Ne pas laisser couler l’eau pendant le lavage des mains ou le brossage des dents.

Les toilettes

Utiliser les chasses d’eau à double flux.
Supprimer les fuites d'eau.

La cuisine

Ne pas laisser couler l’eau en faisant la vaisselle.
Opter pour un lave-vaisselle économe.
Faire tourner les appareils quand ils sont pleins.
Ne pas rincer la vaisselle avant de la mettre dans le lave-vaisselle.

Le jardin

Laver la voiture au seau plutôt qu’au jet.
Recueillir l’eau de pluie.
Arroser le jardin matin et soir pour éviter les pertes par évaporation.
Biner la terre plutôt qu’arroser.

© Éditions Foucher

DOC. J Les bons gestes pour économiser l'eau

1 - La gestion de l'eau

9782216119585-chap01.indd 13

13

04/04/13 19:40

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

15. Renseigner le tableau en cochant l’action correspondante.

Des mesures collectives pour préserver l’eau

Protéger
Économiser les écosystèmes
l’eau
aquatiques
(action sur
(action sur
la quantité)
la qualité)

Entretien et réfection des réseaux d’adduction et de distribution de l’eau
pour supprimer les fuites
Construction de stations d’épuration avec un taux de dépollution visant
les 100 %
Raccord des usines produisant des déchets biodégradables au réseau urbain
d’égout
Recyclage de l’eau dans les industries
Instauration de périmètres de protection autour des lieux de captage
afin de mieux protéger les nappes
Usage de techniques d’irrigation moderne dans l’agriculture
Apport d’aides financières par les six agences de l’eau pour entreprendre
des travaux de lutte contre la pollution
Responsabilisation des usagers de l’eau
Mise en place sur la facture d’eau d’une taxe de prélèvement en fonction
de la quantité d’eau utilisée
Diminution des sources de pollution d’origine agricole
Mise en place de taxes fondées sur le principe « pollueur-payeur »
Prélèvements effectués dans les milieux aquatiques par la police de l’eau
pour vérifier le taux de pollution
Déclaration à la préfecture d’installation des entreprises présentant
un risque de pollution
Mise en place par les entreprises d’une technologie moins gourmande en eau

La gestion de l'eau
conformes aux normes microbiologiques, organoleptiques,
physico-chimiques. Certaines activités humaines nuisent à la
qualité de l’eau par la pollution qu’elles génèrent.

Les ressources en eau dans le monde

La consommation en eau

L’eau présente sur la planète correspond à 97,5 % d’eau salée
et 2,5 % d’eau douce.
L’eau est inégalement répartie, neuf pays détiennent 60 %
des ressources naturelles renouvelables d’eau douce dans le
monde (Russie, États-Unis, Brésil…) et aujourd’hui, un tiers de
l’humanité vit dans une situation de stress hydrique avec
moins de 1700 m3 d’eau douce par habitant et par an.
En France, aucun risque de pénurie globale en eau n’est à
redouter à l'heure actuelle.

La consommation d’eau douce est majoritairement à usage
agricole dans les pays en voie de développement (Afrique) et
à usage domestique dans les pays industrialisés.

© Éditions Foucher

L’eau potable est une eau qui ne doit pas nuire à la santé
de l’homme à plus ou moins long terme. Pour cela, elle subit
de nombreux traitements depuis son captage jusqu’à son rejet
dans le milieu naturel. Les critères de potabilité doivent être

uDes mesures individuelles pour le citoyen : préférer la
douche au bain, ne pas laisser couler l’eau inutilement, opter
pour des appareils économes, utiliser des régulateurs de
débit, des chasses d’eau à double flux…
uDes mesures collectives qui visent à réduire les pollutions
industrielles : demande d’autorisation pour les industries
présentant un grand risque de pollution, autosurveillance de
leurs rejets, instauration d’un périmètre de protection autour
des captages d’eau potable, principe du pollueur-payeur,
intervention de la police de l’eau…

© Éditions Foucher

La qualité de l’eau

Les mesures pour économiser l’eau

14

9782216119585-chap01.indd 14

04/04/13 19:40

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

Chapitre

MODULE 6 :

2

La maîtrise de l’énergie
Objectif : maîtriser sa consommation

Gestion des
ressources naturelles
et développement
durable

en énergies

Aujourd’hui, chacun des 6 milliards d’habitants de la Terre consomme en
moyenne 1,7 tonne d’équivalent pétrole (tep) par an. Les formes
d’énergie qu’ils utilisent le plus, les énergies fossiles (pétrole, gaz et
charbon), vont bientôt se raréfier. Elles ne se reconstitueront que dans
des millions d’années ! De plus, la consommation toujours plus
importante de ces énergies fossiles libère de grandes quantités de gaz
carbonique (CO2). Ce gaz, en s’accumulant, a tendance à provoquer de
graves bouleversements climatiques. Il n’y a pas de solution miracle à
ces deux problèmes, mais il y a un grand nombre de moyens qui,
conjugués, pourront nous permettre de bien passer le cap difficile qui se
profile. Ce sera à chacun d’entre nous de participer à la résolution de ce
grand défi : continuer d’offrir l’énergie nécessaire à la vie des 9 milliards
de terriens en 2050…

Analyser la situation
Le problème posé

Activité 1

1. Cocher le problème correspondant à la situation.
❒ Quelles sont les énergies renouvelables ?
❒ Quels moyens mettre en œuvre pour limiter sa consommation d’énergie ?
❒ Comment augmenter les émissions de dioxyde de carbone ?

Les éléments de la situation

Activité 2

2. Renseigner le tableau à partir de la situation.

Quoi ?
Quelle est la nature du problème ?

Qui ?
Qui est concerné par le problème ?

Où ?
Dans quel lieu ?

© Éditions Foucher

Quand ?
Comment ?
De quelle façon arrive le problème ?

La raréfaction des énergies fossiles
Les habitants de la Terre
Sur la Terre
Dans les années futures

Par l'utilisation toujours croissante des énergies fossiles

15

9782216119585-chap02.indd 15

04/04/13 19:45

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

Mobiliser les connaissances
Activité 3

Les différentes énergies : renouvelables et non renouvelables

3. À partir du document A, renseigner le tableau.

Énergies
non renouvelables
- Gaz (épuisé en 2070 environ)
- Pétrole (épuisé en 2050 environ)
- Charbon (épuisé en 2160 environ)
- Uranium

renouvelables
- Bois
- Énergie solaire
- Eau
- Vent
- Biomasse
- Énergie terrestre

DOC. A Les différentes sources d’énergie

© Éditions Foucher

Si l’on considère le système Terre et l’échelle de vie humaine, l’énergie est dite renouvelable si elle se renouvelle, c'està-dire revient sous la même forme, à l’échelle de temps de l’homme ou si la source d’énergie utilisée n’est pas épuisable
à l’échelle de vie de l’espèce humaine. Ainsi la plupart des énergies sont renouvelables, à l’exception des combustibles
fossiles ou hydrocarbures dont la période de formation est largement supérieure au temps de vie d’une génération
humaine.

16

9782216119585-chap02.indd 16

04/04/13 19:45

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

Activité 4

La répartition des ressources en énergie non renouvelables

4. À partir du document B, formuler deux commentaires.
- Les réserves énergétiques mondiales sont réparties de manière très inégale.
- En Europe, il y a très peu de réserves en pétrole. À l’inverse, il y en a beaucoup au Moyen-Orient.

DOC. B La répartition des ressources en énergie fossile*

* En Mtep (mégatonne équivalent pétrole).

Activité 5

La consommation d'énergie

5. À partir du document C, formuler un commentaire sur :

- les énergies renouvelables :
Les énergies renouvelables sont très
peu utilisées. Cependant, on constate
une augmentation constante.

DOC. C

L’évolution de la consommation mondiale
(en % Mtep)*

Pétrole
Gaz naturel

- les énergies non renouvelables :
Le pétrole représente le tiers des
énergies consommées. L’utilisation
du gaz est toujours en augmentation
depuis 25 ans.

Charbon
Électronucléaire
Hydroélectricité

© Éditions Foucher

Énergies
renouvelables

1980

1985

1990

1995 2000 2005

42 %

37 %

37 %

38 %

38 %

37%

20 %

22 %

23 %

24 %

25 %

25 %

34 %

37 %

36 %

34 %

32 %

34 %

0,8 %

1,5 %

1,8 %

2,0 %

2,3 %

1,94 %

2,0 %

2,1 %

2,1 %

2,3 %

2,1 %

2,15 %

0,04 % 0,06 % 0,13 % 0,17 % 0,21 % 0,26 %

* Mtep : mégatonne équivalent pétrole.

2 - La maîtrise de l'énergie

9782216119585-chap02.indd 17

17

04/04/13 19:45

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

La consommation d’énergie
dans le monde par habitant

DOC. D
6. À partir du document D,
6.1. Indiquer, par ordre décroissant, les trois plus
gros consommateurs d’énergie.
- Les États-Unis.
- La Russie.
- Le Japon.
6.2. Comparer la consommation en énergie
de la France par rapport au niveau mondial
et formuler un commentaire.
En France, la consommation en énergie par
habitant est 2,5 fois supérieure
à la consommation mondiale.

Énergie primaire par habitant
tep
9
8
7
6
5
4
3
2
1
0
Union
Russie
européenne

États-Unis

Brésil

Chine

Japon

Inde

Af. SS*

Mondial

France

*Afrique Sub-saharienne

DOC. E
7. À partir du document E et de vos connaissances, citer pour le logement quatre sources
de consommation d’énergie.
- Le chauffage.
- L’éclairage.
- Les appareils électroménagers (lave-linge…).
- La production d’eau chaude.

La consommation d’énergie
en France

Énergie
consommée pour

Énergie
nécessaire
à la production des biens
et services
que j’achète

me loger

travailler
me déplacer

Source : Brochure Débat national sur les énergies.

Activité 6

Les conséquences de la consommation d’énergie

8. Sur le document F, encadrer les gaz rejetés par les énergies non renouvelables.

DOC. F Toutes les énergies polluent
Effet de serre
(CO2)

Pollution atmosphérique
(SO2 + NOx + particules)

Déchets nucléaires
(radio-isotopes)

Autres*

Charbon
Pétrole
Gaz naturel
Bois et déchets urbains
Nucléaire
Renouvelables (sauf bois
et déchets urbains)

: polluant

: non polluant

Source : Brochure Débat national sur les énergies.

© Éditions Foucher

* Chlore, métaux lourds, pollutions sonores, pollution de l'eau, gênes visuelles, risques liés au transport
et à la distribution, gestion des déchets, risques de terrorisme...

18

9782216119585-chap02.indd 18

04/04/13 19:45

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

9. À partir du document G, indiquer les conséquences de l’émission de CO2 pour la planète.
Le rejet de CO2 provoque une accentuation de l’effet de serre, d’où un réchauffement
de la planète.

DOC. G L’effet de serre, un phénomène naturel accentué par la pollution

Couc

h e d'ozo n

e

c h e de g az
Cou

Environ
Environ
17 km
50 km
Troposphère Stratosphère

Une partie du rayonnement solaire est arrêtée
par la couche d’ozone.
L’autre partie des rayons est absorbée par la Terre
et l’atmosphère. Grâce à cette énergie, la Terre se
réchauffe.
La Terre émet à son tour de la chaleur sous forme
de rayons infrarouges. Une partie de ces rayons est

bloquée par la couche de gaz. Ce phénomène est naturel.
Il permet de maintenir une température moyenne de 15 °C
sur Terre. Sans l’effet de serre, elle serait de –18 °C.
L’accroissement de la concentration de gaz à effet
de serre (C02) retient dans l’atmosphère davantage
de rayonnements infrarouges. Cela entraîne
un réchauffement de la planète.

10. Nommer, sur le schéma, les conséquences du phénomène identifié à la question 9.

Fonte des glaces

Agriculture perturbée

Tempêtes
Incendies

© Éditions Foucher

Inondations

Zones désertiques

Hausse du niveau de la mer
et disparition de certaines
zones cotières
2 - La maîtrise de l'énergie

9782216119585-chap02.indd 19

19

04/04/13 19:45

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

Proposer des solutions
Activité 7

Des mesures individuelles

11. Renseigner le tableau.

Postes qui consomment
de l’énergie
dans le logement

Gestes éco-citoyens

Postes qui consomment
de l’énergie
dans le logement

Gestes éco-citoyens

Le chauffage

L’éclairage : 15 % de la
consommation

- Éteindre la lumière dans
les pièces inoccupées.
- Éviter de laisser
les fenêtres ouvertes.

- Nettoyer les luminaires
et les lampes régulièrement.

- Préférer une température
à 19 °C et mettre un pull.

- Utiliser des ampoules
à économie d'énergie.

Les appareils producteurs
de froid comptent pour un
tiers de la consommation.

- Choisir des appareils
de classe A.

Le lave-linge, le lavevaisselle et le sèche-linge
représentent environ 25 %
de la consommation
électrique.
- Éviter de faire fonction-

- Dégivrer régulièrement
les appareils.

ner les appareils à moitié
pleins.

- Attendre que les plats
cuisinés aient refroidi
avant de les placer dans
le réfrigérateur.

- Privilégier les cycles économiques.

Les appareils en veille
consomment même si l’on
ne s’en sert pas.

La production
d’eau chaude

- Préférer une douche
à un bain.

© Éditions Foucher

- Éteindre les appareils.

20

9782216119585-chap02.indd 20

04/04/13 19:45

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

12. À partir du document H, justifier le fait que le véhicule Xxx contribue à limiter la pollution atmosphérique
et à économiser l’énergie non renouvelable.
Peu d’émission de CO2 (110 g/km) et une consommation de carburant faible 4,2 l /100 km.

DOC. H L’étiquette Énergie/CO2
L’étiquette Énergie/CO2

Consommation de carburant et émission de CO2
Marque : VOITURE
Modèle : Xxx
Version : 5P

1,4 HDi

Énergie : Diesel

Consommation
de carburant

Consomation mixte :

4,2 l / 100 km
Consomation urbaine : 5,3 l / 100 km
Consomation extra-urbaine : 3,6 l / 100 km

CO2

Le CO2 (dioxyde de carbone) est
le principal gaz à effet de serre
responsable du changement climatique.

110 g / km

Émissions de CO2 faible
inférieures ou
égales à 100 g / km
de 101 à 120 g / km

de 121 à 140 g / km

de 141 à 160 g / km

A
B
C
D

de 161 à 200 g / km
de 201 à 250 g / km

supérieures à 250 g / km

L’étiquette Énergie/CO2 est apposée depuis mai 2006 sur tout
véhicule particulier neuf exposé
dans les lieux de vente en France.
L’objectif de cette mesure était de
proposer des améliorations à la
Directive européenne 1999/94
relative à l’information sur la
consommation de carburant et les
émissions de CO2 des voitures particulières neuves.
Comportant sept classes de couleurs différentes, l’étiquette
Énergie/CO2 permet à tout acheteur potentiel d’une automobile
d’être renseigné de manière lisible
et comparative sur ses émissions
de dioxyde de carbone (CO2).
Figurent également sur l’étiquette
les consommations de carburant.
Rappelons que moins on consomme de carburant, moins on émet
de CO2 et moins on contribue au
changement climatique.

B

E
F
G

Émissions de CO2 élevées

© Éditions Foucher

La consommation de carburant et les émissions de CO2 d’un véhicule sont fonction non seulement de son
rendement énergétique, mais également du comportement au volant et d’autres facteurs non techniques.
Les informations sur les consommations de carburant et les émissions de CO2 de tous les modèles de
voitures particulières neuves, contenues dans le guide de l’ADEME, peuvent être obtenues gratuitement
dans tous les points de vente, auprès de l’ADEME et consultées sur le site internet : www.ademe.fr

13. Citer trois mesures individuelles pour limiter la consommation d’énergie liée à l’utilisation d'un véhicule
motorisé (automobile, scooter…).
- Pratiquer le covoiturage.
- Conduire en souplesse.
- Faire entretenir son véhicule régulièrement.
2 - La maîtrise de l'énergie

9782216119585-chap02.indd 21

21

04/04/13 19:45

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

Activité 8

Des mesures collectives

14. À partir du document I et de vos connaissances, lister trois mesures prises par l’État pour économiser
les réserves d’énergie non renouvelables.

DOC. I Les mesures de l’État
- Le système bonus/malus pour les véhicules
en fonction du taux d’émission de CO2.

- La présence obligatoire de l’étiquette Énergie/
CO2 sur les appareils électroménagers,
sur les véhicules et pour les logements.

- Les crédits d’impôt pour les systèmes de
chauffage utilisant des énergies renouvelables.

L’étiquette Énergie/CO2 est obligatoire pour les appareils
électroménagers et les véhicules. Dans le cadre des diagnostics de performance énergétique (DFE), cette obligation a été
mise en place pour les logements.
Le vendeur ou le loueur doit donc communiquer cette information dans les annonces publiées dans la presse ou sur
Internet.
Une des premières mesures issues du Grenelle
Environnement, annoncée en décembre 2007 par JeanLouis Borloo, a été le système bonus malus. Il vise à récompenser, via un bonus, les acquéreurs de voitures neuves
émettant le moins de CO2, et à pénaliser, via un malus, ceux
qui optent pour les modèles les plus polluants. Le bonus des
uns est ainsi financé par le malus des autres.

La maîtrise de l’énergie
Les conséquences de la consommation d’énergie non
renouvelable
On distingue :
u les énergies non renouvelables qui disparaissent quand
on les utilise. Elles sont constituées de substances qui mettent
des millions d’années à se reconstituer (pétrole, charbon,
gaz, uranium).
u les énergies renouvelables qui sont presque inépuisables
(soleil, eau, vent, chaleur de la terre, bois).

La répartition et la consommation des ressources en
énergies non renouvelables

Les mesures de prévention
Pour diminuer la consommation d’électricité, chaque citoyen
doit adopter des gestes simples comme utiliser des ampoules
à économie d’énergie, réduire son chauffage en cas d’absence,
dégivrer régulièrement son réfrigérateur, ne pas laisser ses
appareils en veille…
L’État met en place différentes mesures telles que le bonus
écologique pour les véhicules neufs, des crédits d'impôt pour
les citoyens qui font installer des systèmes de chauffage
utilisant des énergies renouvelables, l'étiquette « énergie » sur
les appareils, véhicules et logements.
© Éditions Foucher

Les énergies fossiles sont réparties de façon très inégale dans
le monde. La consommation mondiale par habitant est deux
fois et demi moins élevée qu’en France.

La consommation d’énergie non renouvelable contribue
fortement à la production de dioxyde de carbone (CO2)
responsable de l’augmentation de l’effet de serre. Ce dernier a
des conséquences graves sur la planète :
u augmentation de la température ;
u élévation du niveau des mers du globe ;
u catastrophes naturelles (cyclones, tempêtes, canicules,
inondations).

© Éditions Foucher

Les différentes énergies

22

9782216119585-chap02.indd 22

04/04/13 19:45

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

MODULE 6

Gestion des ressources naturelles
et développement
durable

Nom de l’élève :
Date :

...................................................................................

1

Évaluation

................................................................................................................

Situation 1
La qualité de l’eau en France laisse à désirer
Près de deux millions de personnes en France reçoivent une eau non
conforme aux réglementations, car trop polluée, a alerté mardi l’association de consommateurs UFC-Que choisir, mettant en cause l’agriculture,
à l’origine de près de 70 % des pollutions. Si quasiment aucune pollution
n’est relevée dans les grandes villes ou les villes de taille moyenne, 2 750 communes reçoivent de l’eau
non conforme en France métropolitaine, essentiellement dans des zones d’agriculture intensive. Les
pesticides sont responsables de l'essentiel des pollutions d'origine agricole (60 %) et leur utilisation
dans l'agriculture n'a pas diminué en 10 ans, dénonce l'association.
Source : UFC-Que choisir, mars 2012.

Situation 2
Quand le bureau passe en mode éco !
Treize millions d’employés de bureau et de salariés administratifs prennent chaque jour de la semaine
le chemin de leur lieu de travail, le plus souvent éloigné de leur domicile. […] Conséquence : le trajet
moyen domicile-travail atteint aujourd’hui 15 km. Nous parcourons donc chaque année 6 600 km […],
avec à la clé l’émission de 1,4 tonne de CO2 par personne soit 12 millions de tonnes chaque année. […]
Autres facteurs essentiels : le chauffage et la climatisation. Les immeubles et tours du secteur tertiaire,
qui datent pour la plupart des années 1980, souffrent d’une conception obsolète, avec le plus souvent
des systèmes de chauffage central au fioul – gourmands et polluants. Même si ces équipements tendent
à être remplacés par des centrales au gaz, le bilan énergétique et environnemental est loin d’être
satisfaisant. [...] Côté climatisation, la situation n’est pas meilleure. […] Le troisième « point noir » de
l’impact environnemental des bureaux est lié à la consommation d’électricité. En la matière, pas de
miracle : la fée électricité est largement sollicitée, avec des appareils électroniques qui, s’ils sont moins
gourmands que leurs ancêtres, tendent à se multiplier. […]
Source : ADEME & vous, n°57, juillet-août 2012.

Analyser la situation
1 Formuler le problème sous forme d'une question.
Comment se comporter en citoyen responsable pour préserver la planète ?
2

À partir des deux situations, renseigner le tableau.

Situation n°1
Qui ?
Qui est concerné ?

Quoi ?
Quelle est la nature
du problème ?

Deux millions de Français

Employés de bureau et salariés administratifs

Dans certaines communes, eau non
conforme à la réglementation car
trop polluée

- Émissions de CO2
- Consommation d’énergie primaire
- Consommation forte d’électricité

Utilisation de pesticides

- Trajet domicile-travail
- Conception obsolète des équipements
de chauffage et climatisation
- Augmentation d’appareils électroniques

© Éditions Foucher

Comment ?
Quelles sont
les origines
du problème ?

Situation n°2

Évaluation 1 - Module 6

9782216119585-chap02.indd 23

23

04/04/13 19:45

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

Mobiliser les connaissances
3

Nommer le gaz responsable de l’effet de serre.
Le dioxyde de carbone (CO2) est le gaz responsable de l’effet de serre.

4

Citer trois conséquences de l’effet de serre.
- Agriculture perturbée.
- Hausse du niveau de la mer et disparition de certaines zones côtières.
- Fonte des glaces.

5

À partir du document A, indiquer, pour votre département, le pourcentage de population
alimentée par une eau non conforme :

6

Surligner, dans le document A, l’origine de la pollution la plus importante.

7 Définir une eau potable.
Une eau potable est une eau
limpide, inodore et sans saveur.
Elle ne doit pas contenir plus de
2 g/L de sels minéraux, ni de
substances indésirables ou toxiques
pouvant nuire à la santé de l’homme
à plus ou moins long terme. Elle doit
être exempte de germes pathogènes.

DOC. A La qualité de l'eau du robinet

Proposer des solutions
8

Renseigner le tableau.

Pour diminuer la
consommation énergétique

Pour diminuer la production
de gaz à effet de serre

Pour éviter la pollution
de l’eau

- Ne pas laisser les appareils électriques en veille.
- Préférer une température à
19° C et mettre un pull.
- Éviter de laisser les fenêtres
ouvertes.

- Faire du covoiturage.
- Utiliser les transports en commun.
- Préférer l’achat d’une voiture à
faible émission de CO2.

- Réduire l’utilisation de pesticides et d’insecticides.
- Utiliser un désherbeur thermique.

© Éditions Foucher

Deux mesures individuelles pour agir en citoyen responsable

24

9782216119585-chap02.indd 24

04/04/13 19:46

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

Chapitre

3

MODULE 7 :

Prévention
des risques

Les risques majeurs
Objectif : adopter un comportement

responsable face aux risques majeurs

Le 21 septembre 2001, à 10 h 17, l'usine AZF (AZote Fertilisants) de
Toulouse a été détruite par l'explosion d'un stock de nitrate d'ammonium.
L’explosion a entraîné la mort de 30 personnes, faisant 2 500 blessés et
de lourds dégâts matériels. La détonation a été entendue à 80 km
de Toulouse. Un séisme de magnitude 3,4 a été enregistré.
Le 8 juillet 2008, une fuite de 6,25 m³ de produits radioactifs a été
constatée sur le site nucléaire du Tricastin, dans la vallée du Rhône, un
taux de 12 g d'uranium par litre (soit 75 kg) a été relevé. Des arrêtés
préfectoraux ont été pris pour interdire l'usage de l'eau, la baignade,
les activités nautiques, la pêche et l'irrigation dans le secteur de
Bollène. Le 23 juillet 2008, lors d'une opération de maintenance
réalisée sur le réacteur 4 du site nucléaire, des substances radioactives
se sont échappées contaminant très légèrement une centaine de
salariés sur le site.
La tempête la plus violente depuis 1999 a privé d'électricité plus
de 600 000 foyers dans le sud de la France. L'Espagne, l'Italie et
le Portugal ont également été durement touchés.

Analyser la situation
Activité 1

Le problème posé

1. Cocher le problème posé par les trois situations.
❒ Quelle est la peine infligée au groupe Total après l’explosion d’AZF ?
❒ Quelle est la conduite à tenir face aux risques majeurs ?
❒ Quelles sont les prévisions en termes de catastrophes naturelles ?

Activité 2

Les éléments de la situation

2. Renseigner le tableau à partir des trois situations décrites.

Situations

Danger

© Éditions Foucher

(cause)

Dommages
(conséquences)

Nitrate d'ammonium

Produits radioactifs

Tempête

30 morts
2 500 blessés
Dégâts matériels

Contamination des salariés
Usage de l'eau, pêche,
Coupure d'électricité
baignade, irrigation
pour 600 000 foyers
interdits

25

9782216119585-chap03.indd 25

04/04/13 19:53

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

Mobiliser les connaissances
Activité 3

Les familles de risques

3. À partir du document A, compléter le tableau, puis surligner les situations qui correspondent
au risque majeur.

Situations

Familles de risques

Situation

, page 25

Risques technologiques

Situation

, page 25

Risques technologiques

Situation

, page 25

Risques naturels

Le chauffeur du camion qui a fauché mortellement
un adolescent de 16 ans et blessé grièvement son père
mardi soir sur l'autoroute A 34 a été « contrôlé positif Risques de la vie quotidienne
aux stupéfiants ».
Ouest-France, 23/07/2009.

Chez les tout-petits, c'est l'intérieur de la maison
qui présente le plus de risques, soit 80 % des accidents
de la vie courante : brûlures, empoisonnements, Risques de la vie quotidienne
chutes, noyades, électrocutions... Les dangers sont
nombreux et varient selon l'âge de l'enfant.
En fin de journée, la victime, un manœuvre de
chantier, était occupée à ranger du matériel. C’est en
cheminant en bordure de la fouille qu’elle a été
entraînée dans le fond de la tranchée et partiellement Risques de la vie professionnelle
ensevelie par l’éboulement de la paroi. Elle souffre
de diverses fractures.
D’après Base de données Epicéa INRS.

DOC. A Les cinq grandes familles de risques
Les différents types de risques auxquels chacun de nous peut être exposé sont regroupés en cinq grandes familles :
- les risques naturels : avalanches, feux de forêt, inondations, mouvements de terrain, cyclones, tempêtes, séismes
et éruptions volcaniques ;
- les risques technologiques : d'origine anthropique, c’est-à dire liés à l’homme, qui regroupent les risques industriels,
nucléaires, biologiques, ou encore les ruptures de barrage... Dans la même famille, il existe aussi les risques de transports collectifs (de personnes ou de matières dangereuses). On en fait parfois un cas particulier car les enjeux varient
en fonction de l'endroit où se déroule l'accident ;

- les risques de la vie quotidienne (accidents domestiques, accidents de la route...) ;
- les risques de la vie professionnelle (accidents du travail et maladies professionnelles) ;
- les risques liés aux conflits.
Seules les deux premières catégories font partie de ce qu'on appelle le risque majeur.

© Éditions Foucher

Exemple de plaques apparaissant à l'avant et à l'arrière
des véhicules transportant des matières dangereuses.

26

9782216119585-chap03.indd 26

04/04/13 19:53

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

Activité 4

Les caractéristiques du risque majeur

4. À l’aide du document B,
4.1. Replacer, sous chaque illustration, les deux éléments qui définissent un risque majeur.

Aléa

+

Enjeu

=

Risque majeur

4.2. Nommer les deux critères qui caractérisent le risque majeur.
- Faible fréquence.
- Forte gravité.

DOC. B Des généralités sur le risque majeur
Le risque majeur est la possibilité d'un événement
d’origine naturelle ou anthropique, dont les effets peuvent
mettre en jeu un grand nombre de personnes, occasionner
des dommages importants et dépasser les capacités de
réaction de la société.
L'existence d'un risque majeur est liée :
à la présence d'un événement appelé « aléa », qui est la
manifestation d'un phénomène naturel ou anthropique ;

Activité 5

à l'existence d'enjeux, qui représentent l'ensemble des
personnes et des biens (ayant une valeur monétaire ou
non monétaire) pouvant être affectés par un phénomène.
Les conséquences d'un risque majeur sur les enjeux se
mesurent en termes de vulnérabilité.
Un risque majeur est caractérisé par sa faible fréquence
et par son énorme gravité.
Source : www.risquesmajeurs.fr

Le risque majeur dans ma commune ou mon département

5. À l’aide du document C, justifier l’appellation « entreprise classée Seveso ».
Cette appellation caractérise une entreprise qui présente des risques d'accidents majeurs, identiques
à ceux produits par la catastrophe de 1976 à Seveso en Italie.

DOC. C Les installations classées
produits dangereux qu'elles accueillent. Il existe ainsi
deux seuils différents classant les entreprises en
« Seveso seuil bas » ou en « Seveso seuil haut ». La directive européenne Seveso fait suite au rejet accidentel de
Dioxine en 1976 sur la commune de Seveso en Italie. Cet
accident a incité les États européens à se doter d’une
politique commune en matière de prévention des risques
industriels majeurs. Le 24 juin 1982, la directive dite
Seveso a demandé aux États et aux entreprises d’identifier les risques associés à certaines activités industrielles
dangereuses et de prendre les mesures nécessaires pour
y faire face.

© Éditions Foucher

Toute exploitation industrielle ou agricole susceptible de
créer des risques ou de provoquer des pollutions ou nuisances, notamment pour la sécurité et la santé des riverains, est une installation classée. Par exemple : des usines, des élevages, des entrepôts, des carrières… Il existe
trois types de classement :
- entreprise soumise à déclaration en préfecture (activités les moins polluantes et les moins dangereuses) ;
- entreprise soumise à autorisation (risques ou pollutions
importants) ;
- entreprise classée Seveso : les entreprises sont classées « Seveso » en fonction des quantités et des types de

3 - Les risques majeurs

9782216119585-chap03.indd 27

27

04/04/13 19:53

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

6. Consulter le site macommune.prim.net/index.php et renseigner le tableau.

Ma commune

Des risques majeurs

Une ou des entreprise(s)
classée(s) Seveso

Activité 6

Mon département

Exemple (St-Barthélémy d'Anjou) :
Exemple (Maine-et-Loire) :
- mouvement de terrain
- inondation
- transport de marchandises dan- mouvement de terrain
gereuses
Seuil haut : entreprise de froid
et climatisation (Cesbron)

Seuil haut : entreprise
d'hydrocarbures CCMP
à Bouchemaine

La maîtrise des risques majeurs

7. À partir de l’exemple d’un site industriel classé Seveso, l’usine Hydro Agri France située en Bretagne,
retrouver les quatre actions nécessaires à la maîtrise des risques majeurs.
Action 1 : RÉDUIRE LE DANGER À LA SOURCE (ou renforcer la sûreté des installations)

Usine Hydro Agri France
(Fabrication d’engrais)
Cuvette de rétention autour du stockage d’ammoniac
permettant de contenir un épandage accidentel
de ce produit et de limiter les distances de risques
consécutifs à la formation d’un nuage toxique.
Source : DRIRE La maîtrise des risques industriels dans la zone portuaire
de Montoir-Donges.

28

9782216119585-chap03.indd 28

Source : DRIRE La maîtrise des risques industriels dans la zone portuaire de Montoir-Donges.

© Éditions Foucher

Action 2 : LIMITER L'URBANISATION AUX ALENTOURS DES SITES INDUSTRIELS

04/04/13 19:53

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

Action 3 : PRÉVOIR ET METTRE EN ŒUVRE DES MOYENS DE SECOURS ADAPTÉS

Le POI (Plan
d'opération interne)
L’industriel assure
le premier niveau
d’intervention
au moyen de ses
équipes spécialisées,
appuyées par les
sapeurs-pompiers.

Le PPI (Plan particulier d'intervention)
Le préfet déclenche puis coordonne
l’intervention des moyens lourds de
secours publics : corps de sapeurspompiers, protection civile, services
médicaux d’urgence, services de police
et de gendarmerie…
Les populations voisines de l’usine sont
alertées.

Action 4 : AVOIR LES BONS RÉFLEXES (ou informer le citoyen de la conduite à tenir)

risque faible

risque fort

précaution

danger
persistant

Codes de vigilance
risque moyen

vigilance

risque très fort,
interdiction

interdiction

retour à la normale,
prudence

Son modulé

Début de l’alerte sonore
Sirène à son modulé

Signal national d'alerte

Sirène d’alerte

Son continu
Fin d’alerte
Sirène à son continu

FAIRE

Consignes

© Éditions Foucher

à respecter

30 sec

NE PAS FAIRE

Mettez-vous
à l’abri dans
le bâtiment
le plus proche.

N’allez pas
chercher les
enfants à l’école.
Ils seront mis en
sécurité par les
enseignants.

Fermez tout.
Fermez les
ouvertures,
calfeutrez les
aérations, arrêtez
les ventilations,
ne restez pas à côté
des vitres.

Ne téléphonez pas.
Le réseau
téléphonique doit
rester libre pour les
services de secours.

Écoutez la radio.
France Bleu, France
Inter ou France Info
pour être informé
sur la nature du
risque, les consignes
spécifiques et
l’évolution de
la situation.

Ne fumez pas.
Évitez toute
flamme ou
étincelle.

3 - Les risques majeurs

9782216119585-chap03.indd 29

29

04/04/13 19:53

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

Proposer des solutions
Activité 7

La conduite à tenir face à des risques majeurs

8. Pour les trois situations d’introduction,
8.1. Cocher le signal d’alerte possible pour les citoyens.

AZF ou risque toxique
(situation

Produits radioactifs

)

(situation

Tempête

)

(situation

)

Code de vigilance
(informations nationales)
Son modulé

Signal national d'alerte

8.2. Cocher la bonne réponse concernant l’attitude à prendre en cas d’accident lié à des risques majeurs.

Attitudes à respecter

VRAI

FAUX

Je me tiens informé, si je n’ai pas reçu des services de police ou de la mairie
des consignes particulières.
Je cours chercher les enfants à l’école.
Je préviens, par téléphone, tout mon entourage de la situation dangereuse.
Je ne me déplace qu’en cas de nécessité, ou sur ordre des autorités en cas d’évacuation.
Je me confine dans un local en calfeutrant toutes les ouvertures et les aérations.
Je me rapproche du lieu du sinistre pour pouvoir porter secours aux victimes
et informer les secours.
Je fume pour me calmer.
Je laisse le réseau téléphonique libre.
Je peux sortir quand j’entends le son continu du signal d’alerte.

Les risques majeurs

Les familles de risques

C’est la possibilité d’un événement d’origine naturelle ou
anthropique, dont les effets peuvent mettre en jeu un grand
nombre de personnes, occasionner des dommages importants
et dépasser les capacités de réaction de la société. Il est
caractérisé par sa faible fréquence et son énorme gravité.

ou liés au transport de matières dangereuses, à la rupture de
barrage) ;
u les risques naturels (inondations, séismes, éruptions volcaniques, avalanches, mouvements de terrain, feux de forêt,
cyclones et tempêtes) ;
u les risques de la vie quotidienne ;
u les risques professionnels ;
u les risques liés aux conflits.
Seules les deux premières catégories font partie du risque majeur.

Les composantes du risque majeur

La prévention et la conduite à tenir

Le risque majeur

u Le risque est la combinaison de l’aléa et des enjeux, c’està-dire l’éventualité de la réalisation de la catastrophe.

u l’aléa, cause capable d’engendrer une catastrophe ;
u l’enjeu : les personnes et les biens concernés.

Depuis 1982, la préfecture prend des mesures pour faire face
aux risques éventuels des entreprises classées Seveso : réduire
le danger à la source, limiter l’urbanisation aux alentours,
organiser les moyens de secours, informer les citoyens sur les
bons réflexes à adopter.

© Éditions Foucher

u Les risques technologiques (d’origine nucléaire, industrielle,

30

9782216119585-chap03.indd 30

04/04/13 19:53

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

Chapitre

4

MODULE 7 :

Prévention
des risques

Le bruit
Objectif : prévenir les risques liés au

bruit

La « consommation » de musique amplifiée est aujourd’hui en pleine
expansion : de plus en plus de jeunes vont en concert, en discothèque
et écoutent quotidiennement un baladeur. Le baromètre Santé
environnement de l’Inpes indique en effet que huit jeunes sur dix se
sont rendus à un concert, dans une discothèque ou ont pratiqué de la
musique au cours des douze derniers mois. Quant à l’écoute d’un
baladeur, elle s’est généralisée au cours des dernières années,
notamment grâce au format MP3. […]
Ces expositions peuvent s’avérer risquées à court, moyen et long
termes. La généralisation de l’écoute de musique amplifiée est loin
d’être anodine. D’après les études françaises et internationales,
environ 10 % des jeunes de moins de 25 ans souffrent de troubles de
l’audition. Si aujourd’hui ce chiffre ne paraît pas alarmant, les récentes
études montrent toutefois que les jeunes de moins de 25 ans sont de
plus en plus nombreux à souffrir de troubles auditifs.
www.france-acouphenes.org/
Extrait de l’interview exclusive de l’INPES pour France Acouphènes dans le cadre
de la campagne de prévention des risques auditifs liés à la musique amplifiée.

Analyser la situation
Activité 1

Le problème posé

1. Formuler le problème sous forme d'une question.
Comment préserver son audition tout en écoutant de la musique amplifiée ?

Activité 2

Les éléments de la situation

© Éditions Foucher

2. Renseigner le tableau à partir de la situation.

La nature du problème

L’écoute de la musique amplifiée

Le public concerné

Les jeunes de moins de 25 ans

Les circonstances

Les concerts / discothèques / baladeurs

Les conséquences

Les troubles de l’audition

31

9782216119585-chap04.indd 31

04/04/13 19:51

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

Mobiliser les connaissances
Activité 3

Les caractéristiques physiques du bruit

3. À partir du document A, cocher la bonne réponse.
- Le son est
❒ un ensemble de vibrations qui se déplacent sous forme d’ondes.
❒ un ensemble de sons qui engendrent une sensation auditive gênante.
- Le niveau sonore perçu par l’oreille humaine s’exprime en
❒ hertz (Hz).
❒ décibel (A) (dB(A)).

❒ watt/m².

- La fréquence d’un son indique s’il est
❒ fort ou faible.
❒ aigu ou grave.
- L’oreille humaine perçoit des sons compris entre
❒ 20 et 20 000 Hz.
❒ 250 et 3 500 Hz.
- L’intensité du son est proportionnelle à l’amplitude de la vibration.
❒ Vrai.
❒ Faux.
- Le son le plus aigu est






DOC. A Les paramètres qui caractérisent le bruit
Le bruit est un ensemble de vibrations qui se déplacent sous forme d’ondes.

L’intensité

La fréquence
Échelle des fréquences (en hertz)

Bruit faible
Amplitude en dB(A)

20 Hz

Temps
en seconde

200 Hz

Sons
inaudibles

2 000 Hz

20 000 Hz
Sons
inaudibles

Sons audibles

Bruit fort
Amplitude en dB(A)

Infra-sons

Sons
graves

Sons
médium

Sons
aigus

Ultra-sons

Temps
en seconde

L’intensité sonore se mesure en décibel (dB) à l’aide
d’un sonomètre. Pour prendre en compte la sensibilité de l’oreille humaine par rapport aux fréquences,
le dB(A) est utilisé.

C’est la caractéristique qui permet de distinguer
un son aigu d’un son grave. Il s’agit du nombre
de vibrations périodiques par seconde de la source
sonore. Elle se mesure en Hertz (Hz).

Remarque : les fréquences de la parole sont comprises entre
500 et 2 000 hertz.

© Éditions Foucher

C’est la caractéristique qui permet de distinguer
un son fort d’un son faible. Il s’agit de l’amplitude
de la vibration.

32

9782216119585-chap04.indd 32

04/04/13 19:51

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

Activité 4

Les sources de bruit au quotidien

4. À partir du document B, indiquer :
- le seuil de nocivité : 80 dB(A)
;
- le seuil de la douleur : 120 dB(A) .

DOC. B L’échelle des bruits en dB(A)

5. Indiquer, sous les illustrations, les paramètres
qui rendent le bruit dangereux pour l’homme.

Une durée
d’exposition
importante.

Un niveau sonore
élevé.

Un son aigu.

Activité 5

Un son impulsionnel
inattendu.

L’appareil auditif et son fonctionnement

6. À partir du document C,
6.1. Annoter le schéma de l’oreille.
6.2. Entourer, en rouge, l’organe renfermant les cellules auditives et, en vert, l’organe de l’équilibre.
Enclume

4
5

Marteau

3

Étrier
6

Fenêtre ovale
Vestibule

7

8

© Éditions Foucher

Pavillon
Conduit auditif

Cochlée ou limaçon

2

9

Nerf auditif

1

10

Tympan

11

oreille

externe

oreille

moyenne

oreille

interne

Trompe d'Eustache
4 - Le bruit

9782216119585-chap04.indd 33

33

04/04/13 19:51

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

DOC. C

La description de l'appareil auditif

L’oreille est constituée de trois parties ; l’oreille
externe, l’oreille moyenne, l’oreille interne, autrement
dit un capteur, un micro et un ampli-tuner.
Un capteur
L’oreille externe capte les ondes sonores qui se
propagent vers l’oreille interne. Elle est la seule
partie en communication directe avec l’extérieur.
Elle est composée du pavillon et du conduit auditif.
Son rôle est de transmettre les sons vers le tympan.
C’est une structure de transmission, de protection et
de résonance.
Un micro
L’oreille moyenne conjugue une fonction de
protection et de transmission mécanique. Les
vibrations arrivent au tympan qui agit comme un
micro. Ces vibrations sont ensuite transmises à la
chaîne des osselets (le marteau, l’enclume et l’étrier)
et répercutées jusqu’à la fenêtre ovale, préambule
de la cochlée. Elle communique avec la gorge par la
trompe d’Eustache.

Un ampli tuner
Dans l’oreille interne siègent les mécanismes de la
perception. Remplie de liquide, l’oreille interne est
constituée de deux groupes d’organes : la cochlée,
ou limaçon, ressemblant à une coquille d’escargot et
renfermant environ 15 000 cellules ciliées, et le
vestibule constituant l’organe de l’équilibre. Les
vibrations transmises à la fenêtre ovale mettent en
mouvement le milieu liquide contenu dans la cochlée.
La pression du liquide interne met à son tour en
mouvement les cils des cellules ciliées. Ces cellules,
sortes d’algues qui vont et viennent sous l’effet
d’une vague, amplifient les vibrations sonores et les
sélectionnent par fréquence, de la plus grave à la
plus aiguë. Elles convertissent l’énergie mécanique
des ondes sonores en influx nerveux. Le nerf auditif
prend le relais pour transmettre cet influx nerveux
au cerveau qui décode et interprète les messages
reçus.

Source : www.audition-infos.org

6.3. Indiquer, sur le schéma, le nom et le rôle des différentes parties du système auditif.

5

Nom : le cerveau
......................................................



1


Nom
: le pavillon
.................................



Rôle
: capter les sons.
.................................

.................................

Rôle : décoder et interpréter
......................................................



le message.
......................................................

2


.................................


Nom
: les osselets
.................................
Rôle
: transmettre
.................................
les vibrations.
.................................

4

Nom : le nerf auditif
...................................................



Rôle : transmettre l'influx
...................................................



nerveux.
...................................................

.................................

3

● Nom : les cellules auditives
...................................................................
xxx

émettre des signaux codés

Rôle :
...................................................................
xxx


(impulsions électriques).

...................................................................

© Éditions Foucher

de la cochlée
...................................................................
xxx

34

9782216119585-chap04.indd 34

04/04/13 19:51

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

Les effets du bruit sur l’appareil auditif

Activité 6

7. À l’aide du dictionnaire, définir les termes suivants :
Hyperacousie

Acouphène

C’est une exagération
de l’acuité auditive.

C’est une sensation auditive
anormale (sifflements,
bourdonnements) qui n’est
pas provoquée par un son
extérieur.

8. Sur les schémas :
8.1. Indiquer, à partir des définitions données, le type de surdité dont il s’agit (perception ou transmission).
8.2. Nommer, à partir des illustrations, chaque cause de la surdité.
8.3. Relier chaque type de surdité aux causes correspondantes.

Les deux types de surdité

Les causes de la surdité

Surdité de TRANSMISSION

Cils des cellules
auditives endommagés

Elle est due à une
lésion de l'oreille
externe ou moyenne.
Le déficit porte
sur les sons graves.

Tympan déchiré

Surdité de PERCEPTION

Fracture des osselets
ou déboîtement

Elle est due à une lésion
de l'oreille interne.
Le déficit porte
sur les sons aigus.
Cette surdité
est irréversible.

Tumeur du nerf
auditif

9. À partir du document D, indiquer les fréquences pour lesquelles il y a une perte auditive sur :
l’oreille gauche : entre 2 700 et 8 000 Hz ;
l’oreille droite : entre 3 000 et 6 000 Hz
.

DOC. D L'audiogramme de Julien, consommateur de musique amplifiée
Oreille gauche

– 10

0

0

10

10

20

20

30
40
50
60
70
80
90

100

Zone à l’intérieur de laquelle
l’audition est considérée
comme normale.

Perte auditive en décibels (A)

Perte auditive en décibels (A)

© Éditions Foucher

– 10

Oreille droite

Fréquences testées en hertz
500 1 000 2 000 3 000 4 000 6 000 8 000

Fréquences testées en hertz
500 1 000 2 000 3 000 4 000 6 000 8 000

30
40
50
60
70
80
90

100

4 - Le bruit

9782216119585-chap04.indd 35

35

04/04/13 19:51

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

10. À partir des documents D et E, indiquer et justifier le stade de surdité de Julien.
Stade 1 : car les fréquences de la parole sont peu touchées.

DOC. E Les stades de la surdité

Perte d’audition en décibels (A)

Fréquences d’audition en hertz

0
10
20
30
40
50
60
70
80
90
100
110

125 250 500 1 000 2 000 4 000

Activité 7

1er stade : le sujet ne se rend pas compte de sa perte
d'audition, car les fréquences de la parole (500 à
2 000 hertz environ) sont peu touchées.
2e stade : les fréquences aigües de la conversation sont

zone de
conversation
à1m

touchées. Le sujet devient "dur d'oreille". Il ne comprend
plus distinctement ce qui se dit.

3e stade : la surdité est profonde et irréversible.

Source : Vos gueules les décibels, INRS ED 70.

Les effets extra auditifs du bruit

11. Nommer pour chacun des effets du bruit, les organes ou appareils ou systèmes concernés.

Système nerveux

Organes des sens : les yeux

Appareil cardiovasculaire

Appareil digestif

© Éditions Foucher

Système immunitaire

36

9782216119585-chap04.indd 36

04/04/13 19:51

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

12. À partir de vos connaissances, renseigner le tableau.

Conséquences du bruit
sur la vie sociale

sur la vie professionnelle

- Difficultés à communiquer
- Isolement

- Difficultés à se concentrer
- Augmentation du risque d’accident

Proposer des solutions
Activité 8

La prévention des risques auditifs liés à l’écoute de la musique amplifiée

13. À partir du document F et du site www.ecoute-ton-oreille.com/, renseigner le tableau.

Mesures de prévention pour l’écoute de la musique amplifiée
Mesures individuelles
Mesures collectives
Pour les utilisateurs de baladeurs

Limitation
du niveau sonore
à 105 dB(A) dans
les discothèques
et les concerts

Ne pas régler
le volume
au maximum

En concerts, en discothèques

S’éloigner
des enceintes

Faire des pauses
Limitation de
la puissance sonore
des baladeurs
à 100 dB(A)

Diminuer la durée
d’écoute

Porter des bouchons
d’oreilles

DOC. F Les jeunes et la musique

© Éditions Foucher

Les baladeurs
Ce n’est pas l’appareil qui est en cause (à un niveau de
70 dB(A), il ne présente en principe aucun danger pour
l’oreille), mais la durée de l’écoute et le niveau sonore. Or
20 % des usagers disent l’utiliser plus de cinq heures par jour
à pleine puissance ! Un crime pour l’oreille, quand on sait qu’il
suffit de deux heures d’écoute à 90 dB(A) pour provoquer
des troubles auditifs durables. Légalement, la puissance
sonore des baladeurs ne doit pas dépasser 100 dB(A).
Les discothèques
La loi impose, dans tous les lieux musicaux, une limitation
du niveau sonore à 105 dB(A). Mais mieux vaut ne pas en

abuser : au bout de cinq heures dans de telles conditions,
un jeune peut se retrouver avec l’oreille d’un vieillard. Dans
le meilleur des cas, il lui faudra 10 heures pour récupérer
son audition initiale.
Les concerts
Rock ou techno, ils frôlent l’overdose sonore : la musique
peut y atteindre des pointes dépassant les 120 dB(A)
et même grimper jusqu’à 138 dB(A) devant la scène et
à 139,5 dB(A) à proximité des baffles. Ce niveau équivaut
à celui d’un turboréacteur au banc d’essai.
Source : Prévention BTP n°43.

4 - Le bruit

9782216119585-chap04.indd 37

37

04/04/13 19:51

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

14. À partir du schéma,
14.1. Nommer les trois types d’action possible sur le bruit.
14.2. Proposer, pour chaque action, une mesure de prévention.

la réception

l'émission

porter des bouchons
d'oreilles

diminuer le niveau
sonore

la propagation
isoler la chambre

Les effets du bruit

Les mesures de prévention

Les caractéristiques physiques du bruit

uL’appareil auditif transforme une vibration sonore en
signal électrique au niveau des cellules auditives
situées dans la cochlée. Ce signal est ensuite conduit
au cerveau par le nerf auditif, pour être interprété.
uEn fonction de l’intensité et de la durée d’exposition,
le bruit a des effets sur l’appareil auditif : fatigue qui
peut se traduire par des acouphènes, une hyperacousie,
une baisse de l’acuité auditive pouvant aller jusqu’à
une surdité. L’oreille n’est pas la seule cible du bruit :
le système nerveux, l’appareil cardiovasculaire, l’ap-

Pour prévenir les risques liés à l’écoute de la musique
amplifiée, il convient d’agir :
usur l’environnement : réglementer les lieux de
musique amplifiée, le niveau sonore maximum émis par
les baladeurs ;
usur les comportements : limiter la durée d’écoute,
régler le volume sonore à moitié du volume maximum
pour les utilisateurs de baladeurs… Lors des concerts
et en discothèques, s’éloigner des enceintes, faire des
pauses, porter des bouchons d’oreilles.

© Éditions Foucher

Les deux paramètres qui caractérisent le bruit sont la
fréquence, qui se mesure en Hertz (Hz), et l’intensité,
qui se mesure en décibels (dB). Pour prendre en compte
le niveau réellement perçu par l'oreille, on utilise un
décibel physiologique, appelé décibel A [dB(A)].

pareil digestif et la vue peuvent aussi être perturbés.
Le bruit provoque également d'autres atteintes sur
l’organisme :
- atteintes physiologiques (troubles cardiaques, digestifs,
du sommeil…) ;
- atteintes psychologiques (fatigue, nervosité…) ;
- baisse de la concentration entraînant des répercussions
sur le travail.

© Éditions Foucher

Le bruit

38

9782216119585-chap04.indd 38

04/04/13 19:51

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

MODULE 7

Prévention
des risques

Nom de l’élève :
Date :

...................................................................................

Évaluation

2

................................................................................................................

Situation
AZF : 10 ans après, quelles conséquences sanitaires ?
Ce mercredi 21 septembre 2011 marque les 10 ans de l’explosion d’un stock de
nitrate d’ammonium à l’intérieur de l’usine AZF de Toulouse. La déflagration avait
entraîné la mort de 31 personnes, et en avait blessé plus de 2 500 autres. Une décennie plus tard, la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) et l’Institut de veille
sanitaire (InVS) continuent d’étudier, à travers une cohorte de 3 006 volontaires, les
impacts sanitaires de ce drame. Toutes les études conduites font état d'une forte
prévalence des troubles de l'audition parmi la population toulousaine. Fin 2005,
33 % des hommes et 27 % des femmes souffraient toujours d'acouphènes. Quant à l'hyperacousie – une
affection pourtant rare –, elle concernait jusqu'à 30 % des hommes et 39 % des femmes de la cohorte.

Analyser la situation
1

À partir de la situation, renseigner le tableau.

Qui ?
Qui est concerné ?

Quoi ?
Quelle est la nature du problème ?

Comment ?
Quelle est l’origine du problème ?

Un pourcentage de la population
toulousaine à partir d’un suivi de cohorte
de 3 006 volontaires victimes.
Les troubles de l’audition (acouphènes
et hyperacousie).
L’explosion d’un stock de nitrate
d’ammonium à l’intérieur de l’usine AZF
de Toulouse.

2

Nommer les organismes chargés d’étudier les impacts sanitaires de ce drame.
- La Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM).
- L’Institut de veille sanitaire (InVS).

Mobiliser les connaissances
3

Cocher la famille de risques à laquelle appartient la situation.

© Éditions Foucher

❒ Risques naturels
❒ Risques technologiques
❒ Risques de la vie quotidienne
❒ Risques professionnels

4 Préciser s’il s’agit d’un risque majeur, puis justifier.
L’explosion d’un stock de nitrate d’ammonium à l’intérieur de l’usine AZF de Toulouse correspond
à un risque majeur car elle a :
- occasionné des dommages importants ;
- dépassé les capacités de réaction de la société ;
- touché un grand nombre de personnes.
Évaluation 2 - Module 7

9782216119585-chap04.indd 39

39

04/04/13 19:51

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

5

Cocher le signal qui prévient d’un risque majeur.



30 sec

6 Citer les deux paramètres qui caractérisent le bruit.
- L’intensité
- La fréquence.
7

Relier le mot à la définition correspondante.
Sifflements ou bourdonnements d’oreille qui ne sont
pas provoqués par un son extérieur.
Acouphène
Exagération de l’acuité auditive.

8

À partir du document A,

8.1. Renseigner le tableau :

Appareil auditif
Rôle dans l’audition

Oreille externe
Capter l’onde sonore

Oreille moyenne

Oreille interne

Transmettre l’onde sonore Décoder l’onde sonore

8.2. Indiquer le rôle du nerf auditif :
Son rôle est de transmettre l’influx nerveux.

DOC. A Le schéma de l'oreille
Étrier
Fenêtre ovale
Vestibule
Pavillon
Marteau
Conduit auditif

Nerf auditif
Enclume
Cochlée ou limaçon
Trompe d'Eustache
Fenêtre ronde
Tympan

Proposer des solutions
Proposer une action qui aurait pu :
- diminuer le nombre de personnes atteintes de troubles auditifs suite à l’explosion de l’usine AZF :
limiter l’urbanisation aux alentours des sites industriels ;
- éviter l’explosion de l’usine AZF :
renforcer la sûreté des installations.

© Éditions Foucher

9

40

9782216119585-chap04.indd 40

04/04/13 19:51

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

Chapitre

5

MODULE 8 :

Les risques professionnels
dans l'activité de travail

Prévention des risques
dans le secteur
professionnel

ail à partir des dangers
on
en vue de proposer des actions de préventi

Objectif : analyser une situation de trav

Marc, chauffeur-livreur dans l’entreprise Assoif, doit assurer chaque
jour l’acheminement de boissons en fûts dans des cafés, hôtels et
restaurants. Sans aucun moyen de manutention, dans 70 % des cas,
il doit emprunter des escaliers raides et exigus pour aller stocker les
produits. Au cours d’une livraison dans une cave, il rate une marche et
sa chute provoque une entorse de la cheville.

Analyser la situation
Les éléments de la situation

Activité 1

1. À partir de la situation professionnelle de Marc, renseigner le tableau.

Qui ?
Qui exerce l’activité ?

Quoi ?
Quelle est l’activité de l’opérateur ?

Où ?
Où est exercée l’activité ?

Quand ?
Quand est exercée l’activité ?

© Éditions Foucher

Comment ?
Avec quels moyens est exercée l’activité ?

Marc

Chauffeur-livreur de boissons en fûts dans les cafés,
hôtels et restaurants

Entreprise Assoif

Tous les jours

Véhicule

41

9782216119585-chap05.indd 41

04/04/13 19:47

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

Mobiliser les connaissances
Activité 2

De l’identification du danger à l’apparition du dommage

2. Replacer, face à la définition correspondante, chaque élément de la situation r : un salarié se déplace dans
l’atelier près d’une flaque d’huile – une flaque d’huile sur le sol – une entorse – chute de plain-pied – un salarié
glisse sur une flaque d’huile.

Quelques définitions
(Normes NF EN 292–1&2
et NF EN 1050)

Exemples
Situation e

Situation r

Danger ou (phénomène dangereux) :
cause capable de provoquer une
lésion ou une atteinte à la santé.

Une flaque d’huile sur le sol

Situation dangereuse : toute situation dans laquelle une personne est
exposée à un ou plusieurs dangers.

Un salarié se déplace
dans l’atelier près d’une
flaque d’huile

Événement dangereux (déclencheur) : événement susceptible de
causer un dommage pour la santé.

Un salarié glisse sur
une flaque d’huile

Risque : combinaison de la gravité
et de la probabilité d’apparition
d’une lésion ou d’une atteinte à la
santé pouvant survenir dans une
situation dangereuse.

Chute de plain-pied

Dommage : lésion et/ou atteinte à la
santé.

Une entorse

3. Compléter le schéma du principe d’apparition d’un dommage à partir de la situation.
2

3

Situation dangereuse
Marc emprunte des escaliers raides et
exigus pour aller stocker les produits.

Opérateur

Danger
Escaliers raides et exigus

4

Dommage
Entorse de la cheville

Marc

© Éditions Foucher

1

Événement dangereux
Marc rate une marche des escaliers.

42

9782216119585-chap05.indd 42

04/04/13 19:47

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

4. Renseigner le tableau.

Situation de Julie

Situation de Baptiste
Baptiste travaille dans un atelier automobile 7 heures par jour où il effectue
de nombreux déplacements.

Danger

Aires de circulation encombrées

Fosse

Situation dangereuse

Julie se déplace sur les aires
Baptiste se déplace à proximité
de circulation encombrées pour
de la fosse.
assurer l’approvisionnement des postes.

Événement dangereux

Julie heurte un objet qui encombre
l’aire de circulation et perd l’équilibre.

Baptiste tombe dans la fosse.

Risque

Chute de plain-pied

Chute de hauteur

Dommage

Fracture ou hématome…

Mort ou fracture de la colonne
vertébrale…

© Éditions Foucher

Une heure par jour, Julie est chargée
d’assurer l’approvisionnement des
postes de travail. Les aires de circulation sont encombrées en permanence.

5 - Les risques professionnels dans l'activité de travail

9782216119585-chap05.indd 43

43

04/04/13 19:47

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

L’estimation du risque

Activité 3

5. À partir du document A, renseigner le tableau.

Situation
de Marc

Situation
de Julie

Situation
de Baptiste

Niveau de gravité
du dommage

4

2

4

Niveau de probabilité
d’apparition du dommage

4

2

4

Estimation du risque

L’estimation du risque

DOC. A

L’estimation du risque se fait selon deux critères :
– la gravité du dommage ;
– l’estimation de la probabilité d’apparition du dommage.
Estimation de la gravité
1. Faible :
accident du travail (AT)
ou maladie professionnelle
(MP) sans arrêt du travail
2. Moyenne :
AT ou MP avec arrêt
du travail
3. Grave :
AT ou MP entraînant
une incapacité permanente
partielle (IPP)
4. Très grave :
AT ou MP mortel

Estimation de la probabilité d'apparition du dommage
Fréquence et/ou
durée d'exposition
au danger

Probabilité
d'apparition d'un
événement dangereux

Probabilité
d'apparition
du dommage

1. très improbable

Faible

Durée d'exposition
rare et/ou courte

Élevée

2. improbable

Départ
3. probable

Faible

Durée d'exposition
fréquente et/ou longue

Élevée

4. très probable

L’évaluation du risque

Activité 4

6. À partir du document B, cocher la réduction du risque qui s'applique.

Situation
de Marc

Évaluation du risque

Situation
de Julie

Situation
de Baptiste

Réduction
du risque nécessaire
Réduction du risque
non nécessaire

L'évaluation du risque

DOC. B

NIVEAU DE GRAVITÉ
DU DOMMAGE
très grave u

t

moyen r
faible

réduction
du risque
nécessaire

réduction
du risque
non nécessaire

e

NIVEAU DE
PROBABILITÉ
D'APPARITION
DU DOMMAGE

e

r

t

u

très improbable

improbable

probable

très probable

Source : INRS.

© Éditions Foucher

grave

44

9782216119585-chap05.indd 44

04/04/13 19:47

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

Proposer des solutions
Activité 5

Les mesures de prévention

7. À l’aide du document C, proposer au moins trois mesures pour chaque situation.

Situation
de Marc

Type de prévention

avec
suppression
du danger

Niveau 1

Niveau 2

© Éditions Foucher

Niveau 3

- Ascenseurs

Situation
de Julie

Situation
de Baptiste

- Séparer les aires
- Installation
de circulation
d’un pont
et les lieux
élévateur
de stockage

Prévention
intrinsèque

avec
réduction
du danger

- Élargissement
de l’escalier

collective

- Monte-charge
escalier

individuelle

- Chaussures
antidérapantes

- Matérialiser
les aires
de circulation

- Platelage
automatique
- Barrières

- Panneau
interdisant
de déposer
du matériel
sur les aires
de circulation

- Affiche sur
les risques
de chute
- Panneau
informant
la présence
de la fosse

Protection

Formation et/ou information
de l'opérateur

- Panneau
signalant
les escaliers
raides
et exigus

5 - Les risques professionnels dans l'activité de travail

9782216119585-chap05.indd 45

45

04/04/13 19:47

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

Les trois niveaux de prévention

DOC. C

Supprimer le danger

NIVEAU 1 : Prévention intrinsèque

Situation
dangereuse

Événement
dangereux

Danger

AVANT

APRÈS

Opérateur

Dommage

Réduire le danger
Situation
dangereuse

Événement
dangereux

Danger

AVANT

APRÈS

Opérateur

Dommage

Protéger les opérateurs du danger

individuelle

NIVEAU 2 : Protection
collective

Situation
dangereuse

Événement
dangereux

Danger

Opérateur

Dommage

Équiper l'opérateur pour éviter les dommages ou les réduire

Situation
dangereuse

Événement
dangereux

Danger

Opérateur
ou

Dommage

Dommage

Situation
dangereuse

Danger

!

Événement
dangereux

Opérateur

Dommage

© Éditions Foucher

NIVEAU 3 : Formation
et/ou information
de l’opérateur

Former ou informer pour éviter l'événement dangereux

46

9782216119585-chap05.indd 46

04/04/13 19:47

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

Activité 6

Les critères de choix des mesures de prévention

Portée de la mesure

Délai d’application

Coût pour l’opérateur

Adhésion de l’opérateur

Coût pour l’entreprise

Urgence de la mesure

Respect de la réglementation

Répercussion sur la qualité
des produits

Efficacité

Mesures
de
prévention

Stabilité de la mesure

Critères
de choix

Non-déplacement du risque

8. Reporter les mesures de prévention définies pour la situation de Marc et, pour chacune d’elles, apprécier
par (+) ou (–) leur intérêt.

+

+

+



+

+





+

+

+

+

+

+



+

+



+

+

+

+

+





+





+

+







Prévention intrinsèque
Ascenseur

Protection
Monte-charge

Formation et/ou information
de l’opérateur

© Éditions Foucher

Panneau informant de l’escalier
raide et exigu

5 - Les risques professionnels dans l'activité de travail

9782216119585-chap05.indd 47

47

04/04/13 19:47

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

9. Appliquer l’ensemble de la méthodologie à partir d’un danger identifié dans votre secteur professionnel en
utilisant le principe de la fiche du document D.

DOC. D

Un exemple de fiche pour évaluer les risques

Description de la situation de travail
Danger
Situation dangereuse
Événement dangereux
Dommages corporels ou matériels
Estimation
du risque

Estimation de la gravité
du dommage

n°………

Estimation de la probabilité
d’apparition du dommage

n°………

Évaluation du risque
Mesures de prévention existantes
Prévention intrinsèque
Mesures de prévention
proposées

Protection collective
Protection individuelle
Information et formation
de l’opérateur

MÉMO

Les risques professionnels
dans l'activité de travail
L’estimation du risque

De l’identification du danger
à l’apparition du dommage
uDanger (ou phénomène dangereux) : cause capable
de provoquer une lésion ou une atteinte à la santé.
uSituation dangereuse : toute situation dans laquelle
une personne est exposée à un ou plusieurs dangers.
uÉvénement dangereux (déclencheur) : événement
susceptible de causer un dommage pour la santé.
uRisque : combinaison de la gravité et de la probabilité
d’apparition d’une lésion ou d’une atteinte à la santé
pouvant survenir dans une situation dangereuse.
uDommage : lésion et/ou atteinte à la santé.

L’évaluation du risque
Cette étape consiste à mettre en relation le niveau de
gravité et le niveau de probabilité d’apparition du dommage. Ensuite, c’est l’entreprise qui détermine la zone
où la réduction du risque est nécessaire.

Le choix des mesures de prévention
Après avoir listé les mesures de prévention existantes,
il est possible de les classer selon trois niveaux de
prévention, du plus efficace vers le moins efficace :
ula prévention intrinsèque ;
ula protection collective et individuelle ;
ula formation et/ou l’information de l’opérateur.
Chaque entreprise choisira ses mesures de prévention
en fonction de critères spécifiques.

© Éditions Foucher

Le décret n° 2001–1016 du 05/11/2001 rend obligatoire la création d’un document relatif à l’évaluation
des risques pour la santé et la sécurité des travailleurs.
Il s'agit du document unique qui doit être mis à jour
au moins chaque année.

L’estimation du risque prend en compte deux critères :
ula gravité du dommage ;
ula probabilité d’apparition du dommage.

48

9782216119585-chap05.indd 48

04/04/13 19:47

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES

Chapitre

6

MODULE 8 :

Prévention des risques
dans le secteur
professionnel

Le risque mécanique
ue

Objectif : prévenir le risque mécaniq

Simon, 25 ans, intérimaire, a été embauché pour une durée de huit
jours dans l’entreprise de monsieur Pliage. En effet, cet entrepreneur
a agrandi son entrepôt et doit déménager une partie du stock. Simon
est chargé de manutentionner toute la journée des tôles non ébavurées.
Le manipulateur-basculeur et le pont roulant ne sont pas toujours
disponibles, ce qui l’oblige à utiliser le chariot manuel. À la fin de
la première journée, pour terminer plus rapidement son travail,
il manutentionne deux tôles à la fois. Brusquement, l’une d’elles lui
glisse des mains et lui provoque une entaille importante au niveau des
phalanges.

Analyser la situation
Activité 1

Le problème posé

1. Cocher le problème décrit dans la situation de travail de Simon.
❒ Comment retrouver un travail de manutentionnaire ?
❒ Comment se protéger des risques mécaniques et de leurs conséquences ?
❒ Comment créer son entreprise dans le secteur de la métallurgie ?

Activité 2

L'évaluation du risque

2. À partir de la situation de Simon, compléter le schéma du principe d’apparition d’un dommage.
2

3

Situation dangereuse
Simon manutentionne des tôles non
ébavurées.
1

Danger
Tôles non ébavurées.

4

Événement dangereux
Une tôle glisse des mains.

Opérateur
Simon

Dommage
Entaille importante au niveau des phalanges.

© Éditions Foucher

3. Renseigner le tableau à partir des éléments donnés dans la situation (se reporter au chapitre 5, si besoin).

Estimation du risque

Évaluation du risque

9782216119585-chap06.indd 49

Estimation de la gravité
du dommage

Niveau de gravité n° 2

Estimation de la probabilité
d’apparition du dommage

Niveau de probabilité d’apparition du dommage n° 4
Réduction du risque nécessaire

49

04/04/13 19:55

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES



Documents similaires


1309329855
p001 asso routard 1
rapport final ra conso a risque
energie les cles pour un debat public reussi
recours gracieux federation de peche janvier 2014
fichier pdf sans nom 15