Mémoire DUTMO 2014 Vandenbrande .pdf



Nom original: Mémoire-DUTMO-2014-Vandenbrande.pdfTitre: Microsoft Word - MémoireDUTMO2014.docx

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.10 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 11/11/2014 à 10:48, depuis l'adresse IP 84.100.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 837 fois.
Taille du document: 6.8 Mo (64 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Département  Universitaire  
de  Formation  Médicale  Continue  et  de  
Développement  Professionnel  Continu  
Faculté  de  Médecine  
Pôle  Recherche  
59045  LILLE  Cedex                                                                                  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Evaluation  par  IRM,  de  l’efficacité  d’une    
technique  unique  de  mobilisation  postéro-­‐antérieure  
des  vertèbres  lombaires  chez  des  patients  
lombalgiques  aigus.  

 
 
 
 
 
 
 
 

Mémoire  déposé  par  Bruno  Vandenbrande,  
en  vue  de  l’obtention  du  Diplôme  Universitaire  de  Thérapie  Manuelle  Orthopédique.  
 
Année  universitaire  2013-­‐2014  
Département  Universitaire  
de  Formation  Médicale  Continue  et  de  
Développement  Professionnel  Continu  
Faculté  de  Médecine  
Pôle  Recherche  
59045  LILLE  Cedex                                                                                  
 

 
 
Auteur  :  
 
Bruno  Vandenbrande,    
 
77  rue  de  la  Barre  59000  LILLE,  tel  :  03.20.31.32.13,  kine.vdb@live.fr  
 
Avec  Paul  THIRY  pour  la  réalisation  des  pratiques  de  Thérapie  Manuelle  Orthopédique  
et  François  REUMONT  pour  l’élaboration  du  protocole  et  l’interrogatoire  des  patients.  
 
 
 
Jury  :  
 
Renaud   HAGE,  Paul   THIRY,  enseignants  au  D.U.  de  Thérapie  Manuelle  Orthopédique  de  
la  Faculté  de  Médecine  de  Lille.  
 
 
 
 
 
Remerciements  :  

 

 
Je   tiens   à   remercier   tout   particulièrement   Renaud   HAGE   et   Paul   THIRY,  
praticiens  et  enseignants  de  Thérapie  Manuelle  Orthopédique,  pour  la  transmission  de  
leur  savoir  et  pour  leur  accueil  lors  des  stages.  
 
 
J’adresse   mes   remerciements   à   Bruno   LELEU,   directeur   de   l’Institut   de  
Formation   en   Masso-­‐Kinésithérapie   du   Nord   de   la   France,   pour   m’avoir   proposé   et  
convaincu  de  suivre  cette  formation.  
 
 
Mes  remerciements  vont  aussi  à  François  REUMONT,  étudiant  en  3ème  année  de  
Masso-­‐Kinésithérapie   à   la   HELHa   (Haute   Ecole   de   Louvain   en   Hainaut),   qui   est   à  
l’initiative   du   sujet   de   ce   mémoire,   à   Frédéric   DIERICK,   Docteur   en   Kinésithérapie   et  
Réadaptation,  enseignant  à  la  HELHa,  son  tuteur  de  mémoire,  pour  toute  l’aide  qu’ils  ont  
bien  voulu  m’apporter  pour  l’élaboration  de  ce  travail.  
 
 
Merci  au  Docteur  Ghislain   VANDENBOSCH  radiologue,  chef  de  service  du  groupe  
GHdC  (Grand  Hôpital  de  Charleroi)  et  à  son  équipe  pour  leur  accueil  et  la  réalisation  des  
examens  IRM.  
 
 
Je   remercie   enfin   mon   épouse   et   mes   enfants  pour  leur  patience  et  leur  soutien  
moral.  

 

 

 

2  

Table  des  matières  
 
TABLE  DES  MATIERES  ..................................................................................................................................  3  
RESUME  .............................................................................................................................................................  4  
ABCTRACT  ........................................................................................................................................................  4  
INTRODUCTION  ..............................................................................................................................................  5  
POPULATION  ET  METHODE  ........................................................................................................................  6  
PATIENTS  .............................................................................................................................................................................  6  
CRITERES  D’INCLUSION/EXCLUSION  ...............................................................................................................................  6  
Critères  d’inclusion  ........................................................................................................................................................  6  
Critères  d’exclusion  .......................................................................................................................................................  7  
LIEU  .......................................................................................................................................................................................  7  
MATERIEL  ............................................................................................................................................................................  8  
METHODE  ............................................................................................................................................................................  8  
Accueil  par  le  1er  thérapeute  (T1)  ...........................................................................................................................  8  
Passage  1ère  IRM  ...........................................................................................................................................................  10  
Prise  en  charge  du  2ème  thérapeute  (T2)  ............................................................................................................  10  
Passage  2ème  IRM  ..........................................................................................................................................................  10  
Rendez-­‐vous  futur  ........................................................................................................................................................  10  
OBJECTIF  DE  L’ETUDE  ......................................................................................................................................................  10  
PHASE  DE  TRAITEMENT  DE  THERAPIE  MANUELLE  ORTHOPEDIQUE  (TMO)  ........................................................  11  
Bilan  de  thérapie  manuelle  ......................................................................................................................................  11  
Installation  du  patient  et  du  thérapeute  ...........................................................................................................  11  
Technique  pratiquée  ...................................................................................................................................................  11  
Durée  d’application  de  la  technique  ....................................................................................................................  13  
RESULTATS  ....................................................................................................................................................  13  
QUESTIONNAIRES  (ANNEXES  7  ET  8)  ..........................................................................................................................  13  
BILANS  CLINIQUES  (ANNEXES  9  ET  10)  ......................................................................................................................  13  
Patient  1  ...........................................................................................................................................................................  13  
Patient  2  ...........................................................................................................................................................................  14  
RESULTATS  DES  IRM  .......................................................................................................................................................  15  
Images  ...............................................................................................................................................................................  15  
Méthode  d’analyse  des  images  ...............................................................................................................................  16  
Résultats  ...........................................................................................................................................................................  17  
DISCUSSION  ....................................................................................................................................................  18  
CONCLUSION  ..................................................................................................................................................  20  
ANNEXES  .........................................................................................................................................................  21  
ANNEXE  1  ..........................................................................................................................................................................  22  
ANNEXE  2  ..........................................................................................................................................................................  34  
ANNEXE  3  ..........................................................................................................................................................................  37  
ANNEXE  4  ..........................................................................................................................................................................  38  
ANNEXE  5  ..........................................................................................................................................................................  39  
ANNEXE  6  ..........................................................................................................................................................................  41  
ANNEXE  7  ..........................................................................................................................................................................  45  
ANNEXE  8  ..........................................................................................................................................................................  50  
ANNEXE  9  ..........................................................................................................................................................................  55  
ANNEXE  10  ........................................................................................................................................................................  59  
BIBLIOGRAPHIE  ............................................................................................................................................  63  

 

3  

 

Résumé  

 
 
De  récents  progrès  en  Imagerie  médicale  par  Résonance  Magnétique  (IRM)  nous  
permettent  à  l’heure  actuelle  d’observer  la  diffusion  de  l’eau  dans  les  tissus    in  vivo.  
Le  disque  intervertébral  étant  une  structure  a  vasculaire,  sa  nutrition  est  fonction  de  ce  
phénomène.   Nous   avons   utilisé   cette   imagerie   afin   de   contrôler   l’action   d’une   seule  
technique   de   Thérapie   Manuelle   Orthopédique   (TMO),   la   mobilisation   par   pressions  
postéro-­‐antérieures   (PA),   pratiquée   pendant   12   minutes   maximum   sur   une   vertèbre  
lombaire   d’un   patient   lombalgique   aigu.   Ce   travail   représente   la   phase   test   du   protocole  
qui   sera   effectué   au   cours   de   l’année   universitaire   2014/2015.   Afin   de   travailler   en  
double   aveugle,   les   patients   ont   été   reçus   par   différents   thérapeutes,   1   étudiant   en  
masso-­‐kinésithérapie,   1   thérapeute   manuel   expérimenté   et   1   radiologue,   chacun  
ignorant   la   pratique   et   les   résultats   des   autres.   Le   test   ne   comportant   que   2   patients  
volontaires,   il   serait   imprudent   de   donner   une   valeur   définitive   aux   résultats,   mais  
l’interprétation  des  examens  physiques  et  des  IRM  montre  une  nette  amélioration  sur  la  
douleur,  les  amplitudes  du  rachis  ainsi  que  le  coefficient  apparent  de  diffusion  de  l’eau  
dans   les   disques   lombaires.   Les   conditions   d’examen   et   de   traitement   ont   été   très  
proches  de  notre  pratique  en  cabinet  mais  il  conviendra  toutefois,  pour  l’étude  finale,  de  
respecter     certaines   remarques   formulées   afin   d’avoir   de   meilleures   données   chiffrées  
comparables.  
 
 

ABCTRACT  
 
 
Recent   advances   in   medical   Magnetic   Resonance   Imaging   (MRI)   allow   us   at  
present  to  observe  the  diffusion  of  water  in  tissues  in  vivo.  
The   intervertebral   disc   being   an   a   vascular   structure,   its   nutrition   is   function   of   this  
phenomenon.   We   used   this   imagery   to   monitor   the   action   of   a   single   technique  
Orthopedic   Manual   Therapy   (OMT),   the   postero-­‐anterior   mobilization   pressure   (PA),  
practiced  during  12  maximum  minutes  on  a  lumbar  vertebra  of  a  patient  acute  low  back  
pain   .   This   work   represents   the   test   phase   of   the   protocol   which   will   be   conducted  
during   the   2014-­‐2015   academic   year.   In   order   to   work   double-­‐blind,   patients   were  
received   by   different   therapists,   1   student   in   physiotherapy,   one   experienced   manual  
physiotherapist   and   one   radiologist,   each   one   being   unaware   of   the   practice   and   the  
results   of   others.   The   test   with   only   two   voluntary   patients,   it   would   be   unwise   to   give   a  
final   value   to   the   results,   but   the   interpretation   of   physical   examinations   and   MRI  
showed  a  significant  improvement  in  pain,  the  amplitudes  of  the  spine  and  the  apparent  
diffusion   coefficient   water   in   the   lumbar   discs.   Examination   conditions   and   treatment  
were  very  close  to  our  office  practice  however  appropriate,  for  the  final  study,  to  meet  
certain  remarks  to  have  better  figures  comparable.  
 
 
 
 
 

4  

Introduction  
 
 
La   lombalgie   est   une   douleur   du   bas   du   dos,   la   Société   Française   de  
Rhumatologie   en   donne   une   définition   précise   :   «   Douleur   lombo-­‐sacrée   située   à   la  
hauteur  des  crêtes  iliaques  ou  plus  bas  (pli  fessier),  médiane  ou  latéralisée  avec  possibilité  
d’irradiation  ne  dépassant  pas  les  genoux,  mais  avec  prédominance  de  la  douleur  lombo-­‐
sacrée.  Encore  une  fois,  l’absence  de  radiculalgie  est  un  élément  essentiel  de  la  définition  ».  
 
 
Il  existe  deux  types  de  lombalgies,  on  parle  de  lombalgie   commune  lorsque  les  
causes   responsables   sont   en   rapport   avec   une   origine   mécanique   (hernie   discale,  
arthrose).   Elles   s'opposent   aux   lombalgies   dites   symptomatiques   qui   sont   dues   à   une  
atteinte   non   mécanique   de   la   colonne   vertébrale   (tumeur,   infection,   ostéoporose,  
rhumatisme   inflammatoire),   ou   en   rapport   avec   une   lésion   qui   ne   concerne   pas   la  
colonne  vertébrale  (colique  néphrétique).  
 
La  lombalgie  est  dite  aiguë  (11)  si  la  douleur  est  récente  (moins  de  6  semaines),  
celle-­‐ci   disparaît   assez   rapidement,   avec   ou   sans   traitement.   Si   la   douleur   lombaire  
persiste  plus  de  3  mois  consécutivement,  on  parle  alors  de  lombalgie  chronique.  
 
 
 Malgré   le   développement   des   moyens   diagnostics   et   des   techniques   de  
traitement  de  plus  en  plus  performants,  le  nombre  de  patients  atteints  est  toujours  aussi  
important.   En   témoigne   une   récente   étude   (25)   basée   sur   les   statistiques   de   l'édition  
2010   de   "la   charge   mondiale   de   morbidité"   (étude   soutenue   par   l'Organisation  
Mondiale   de   la   Santé   pour   évaluer   la   mortalité   et   la   perte   de   santé   dues   à   diverses  
maladies).   En   compulsant   les   statistiques   de   187   pays,   des   chercheurs   américains   et  
australiens   ont   déterminé   que   près   d'un   dixième   (9,4%)   de   la   population   mondiale  
souffrait  de  lombalgies.  Ce  résultat  place  la  lombalgie  au  premier  rang  des  pathologies  
en  terme  d'années  de  vies  vécues  avec  une  incapacité,   elle  est  également  à  l'origine  d'un  
tiers  des  invalidités  provoquées  par  le  travail.  
 
 
Les   thérapeutes   manuels   qui   soignent   les   troubles   musculo-­‐squelettiques  
connaissent   bien   cette   pathologie   car   elle   est   extrêmement   présente   dans   leurs   cabinets  
en  ville.  On  y  rencontre  le  plus  souvent  des  patients  atteints  de  lombalgies  chroniques  
ou  victimes  de  lumbagos  à  répétition.    
 
Des  publications  scientifiques  de  plus  en  plus  nombreuses  tendent  à  démontrer  
l’efficacité  des  techniques  de  Thérapie  Manuelle  Orthopédique  (TMO).  Elles  concernent  
le   plus   souvent   les   lombalgies   chroniques   et   associent   la   plupart   du   temps   la   pratique  
associée  de  deux  techniques  (mobilisations  et  exercices).  
 
L’évolution   de   l’Imagerie   médicale   par   Résonnance   Magnétique   (IRM)   relance,  
d’une   certaine   manière,   un   regain   d’intérêt   pour   la   recherche   car   elle   permet  
d’objectiver,   «  in   vivo  »   et   instantanément,   l’action   des   techniques   de   TMO.   Utilisée  
depuis  quelques  années  par  Paul  F.  Beattie  et  al.  (1,3,4,5,6),  elle  lui  a  permis,  entre  autre,  
de   corréler   augmentation   du   coefficient   de   diffusion   de   l’eau   (ADC)   dans   les   disques  
intervertébraux  lombaires  et  diminution  de  la  douleur  chez  les  patients  lombalgiques.      
 
 
Il   nous   semble   important,   à   la   lumière   de   ces   résultats,   de   nous   associer   à   ces  
travaux  de  recherche,  afin  de  mieux  comprendre  l’effet  d’une  technique  en  particulier.    
 

 

5  

 
Le   choix   de   la   technique   testée,   la   mobilisation   par   pressions   postéro-­‐
antérieures   (PA),  s’est  imposé  à  nous  car  elle  est  la  plus  pratiquée  en  TMO  (31,32)  dans  
le  traitement  des  lombalgies.    
Pour   autant,   même   si   son   efficacité   a   été   prouvée   et   ses   modalités   d’application   souvent  
étudiées,   il   n’en   reste   pas   moins   que     l’explication   de   ses   actions   demeure   obscure  :  
effets  mécaniques,  neurophysiologiques,  psychologiques  (7,21,32,40)  et  discutée  (1,16).  
 
Il   nous   a   semblé   opportun   d’étudier   ses   effets   sur   la   lombalgie   aigue   car   à  
l’origine,   un   patient   lombalgique   chronique   débute   sa   pathologie   par   plusieurs   épisodes  
aigus.   Il   est   donc   important   d’approfondir   nos   connaissances   sur   cette   pathologie  
d’autant   qu’à   l’heure   actuelle   nous   avons   trouvé   peu   de   littérature   à   ce   sujet  
(8,11,14,22,23,27).    
 
 
 
Un  protocole  d’étude  (Annexe  1)  a  été  élaboré  au  cours  de  l’année  2013/2014  par  
François  REUMONT,  étudiant  en  3ème  année  de  masso-­‐kinésithérapie  à  la  HELHa  :  
«  L’étude  a  été  conçue  afin  d’évaluer  le  mécanisme  et  l’efficacité  d’une  seule  technique  de  
manipulation  vertébrale  (PA  :  pressions  postéro-­‐antérieures,  Maitland)  comme  traitement  
pour  la  lombalgie  aigue.  L’efficacité  étant  mesurée  par  des  techniques  d’imagerie  médicale  
ainsi  que  par  différents  tests  sensori-­‐moteurs.    
Nous  émettons  l'hypothèse  que  l’intervention  pourrait  être  efficace  pour  réduire  la  douleur  
et  permettre  une  augmentation  de  la  flexion  du  rachis  lombaire.  »  
 
 
Le   travail   qui   suit   présente   la   phase   de   pré-­‐étude,   le   protocole   ayant   été   testé   sur  
2   patients   volontaires   afin   de   révéler   d’éventuelles   erreurs   de   procédure   ou   difficultés  
de  réalisation  avant  son  exécution  prévue  au  cours  de  l’année  universitaire  2014/2015.    
 
 
 

Population  et  Méthode  
 

Patients  
 
 
 
Les  sujets  recrutés  pour  cette  étude  sont  des  2  patients  volontaires,  un  homme  et  
une   femme,   lombalgiques   de   moins   de   6   semaines   avec   un   diagnostic   médical   préalable.  
Ils   ont   été   adressés   par   leur   médecin   de   ville   à   un   masseur-­‐kinésithérapeute   pour  
rééducation  de  lombalgies.  
 
 

Critères  d’inclusion/exclusion  
 
 
 
Les   critères   d’inclusion   et   d’exclusion   à   l’étude   ont   été   inspirés   de   précédents  
articles  publiés  par  Cramer  et  al.  (19)  et  David  G  (20)  en  rapport  avec  notre  protocole.  
 
Critères  d’inclusion  
• Sujets  âgés  de  21  à  69  ans  (>21  pour  être  sûr  du  bon  développement  des  
articulations   zygapohysaires   et   <70   ans   pour   que   le   patient   tolère   la   position  
ventrale  et  la  position  dans  l’IRM)  
 

6  

• Lombalgie   aigue   (région   lombaire   inférieure,   L4-­‐L5,   et/ou   L5-­‐S1).   Ce  
critère   est   déterminé   par   le   thérapeute   examinateur   au   travers   des   plaintes  
subjectives   du   patient   de   l’inspection,   palpation,   évaluation   du   mouvement   et   de  
tests  neuro-­‐dynamiques  
• Histoire  ≤  6  semaines  consécutives  de  douleur  (24)  
• Périodes   ≥   1   mois   sans   douleur   entre   les   épisodes   actuels   et   antérieurs   de  
lombalgie  
• Patient   doit   avoir   eu   d’avantage   de   jours   sans   douleur   que   de   jours   avec  
douleur  dans  l'année  écoulée.  
 
Critères  d’exclusion    
• Sujets  <21ans  ou  >70  ans  
• Aversion  à  la  manipulation  vertébrale  
• Patient  atteint  de  lombalgie  chronique  (douleur  perdurant  depuis  plus  de  
3  mois)  
• Absence  de  site  douloureux  dans  la  région  lombaire  ou  de  symptômes  en  
rapport   avec   une   origine   lombaire   (critère   déterminé   par   le   thérapeute  
examinateur   au   travers   des   plaintes   subjectives   du   patient   de   l’inspection,  
palpation,  évaluation  du  mouvement  et  de  tests  neuro-­‐dynamiques)  
• Douleur  irradiant  en  dessous  du  niveau  des  genoux  
• Symptômes   de   la   «  queue   de   cheval  »   (engourdissements   péri-­‐anaux,  
troubles  génitaux  et  sphinctériens)  
• Fracture,  tumeur  de  la  colonne  vertébrale  
• Antécédents  de  chirurgie  du  rachis  
• Ostéoporose,   pouvant   entrainer   des   risques   de   fracture   liée   à   la  
manipulation  vertébrale    
• Grossesse   ou   allaitement   (l’utilisation   de   l’IRM   et   de   la   manipulation  
vertébrale  exclut  les  femmes  enceintes)    
• Présence   d’une   scoliose   lombaire   dont   l’angle   de   Cobb   >5°   (difficulté  
d’analyse  dans  l'imagerie  des  articulations  zygapophysaires)  
• Des   dispositifs   implantés   qui   pourraient   interagir   avec   le   champ  
magnétique   de   l’IRM   (les   pacemakers,   les   implants   cochléaires   ou   des   clips   pour  
les  anévrismes  cérébraux  ferromagnétiques)  
• Intolérance  à  l’utilisation  d’IRM  (claustrophobie)  
• Problème  de  sécurité  liée  à  la  capacité  de  poids  de  l’équipement  (obésité)  
• Litiges   en   cours   ou   à   venir   (accident   du   travail   ou   accident   de   véhicule   à  
moteur)  
• Maladie   psychiatrique   manque   de   capacité   cognitive   (démence,    
Alzheimer),   abus   d’alcool   ou   de   drogue   (pourrait   nuire   à   la   collecte   des   données   et  
à  la  capacité  de  se  conformer  au  protocole)  
• Ne  parle  pas  couramment  français.  
 

Lieu  
 
 
La   phase   de   test   de   cette   étude   a   été   pratiquée   à   l’hôpital   Notre   Dame,   dans   le  
service   du   Docteur   VANDENBOSCH,   chef   de   service   de   radiologie   du   groupe   GHdC  
(Grand  Hôpital  de  Charleroi).  
 

7  

 
L’interrogatoire   des   sujets,   les   bilans   et   les   soins   ont   été   pratiqués   dans   une   salle  
d’examens  non  loin  de  la  salle  de  radiologie  où  ont  été  pratiquées  les  IRM.  
 
Une  salle  d’attente  a  permis  aux  sujets  de  patienter  entre  les  différentes  phases  
du  protocole.  
 

Matériel  
 
 
Les  soins  on  été  pratiqués  dans  une  salle  équipée  d’une  table  classique  d’examen  
médical  avec  dossier  inclinable,  marchepieds  et  coussins.  
 
 
Nous  avions  pris  une  balance  à  aiguille  type  pèse-­‐personne  afin  que  le  thérapeute  
manuel   puisse,   pour   information,   quantifier   la   pression   exercée   lors   de   son   traitement  
par  mobilisation  postéro-­‐antérieure.  
 
 
L’IRM   a   été   effectuée   à   l’aide   d’un   appareil   Scanner   IRM   3.0   TESLA   (Siemens,  
Munich,   Allemagne),   la   gestion   et   l’analyse   des   images   3D   avec   le   système   Telemis-­‐
Medical  (Louvain-­‐la-­‐Neuve,  Belgique).  
 

Méthode  

 
 
Les  sujets  ont  été  pris  en  charge  par  différents  thérapeutes,  2  kinésithérapeutes  
(1   étudiant:   T1   et   un   thérapeute   manuel   expérimenté  :   T2)   et   1   radiologue   (R1),   chacun  
de  ces  thérapeutes  ignorant  les  résultats  des  différents  tests  ou  examens  pratiqués  par  
les  autres.  
 
Accueil  par  le  1er  thérapeute  (T1)  
 
 
Lors   de   leur   arrivée,   les   patients   ont   été   accueillis   par   T1   qui   leur   a   exposé  
l’objectif   de   l’étude,   expliqué   le   déroulement   de   la   procédure   et   recueilli   leur  
approbation  par  signature  d’un  formulaire  de  consentement  éclairé  (Annexe  2).    
 
Ensuite,   T1   a   rempli   avec   chacun   d’eux   différents   questionnaires   dont   les  
spécificités  ont  permis  de  qualifier  et  quantifier  les  douleurs  ressenties  et  de  confirmer  
leur  inclusion  dans  l’étude.  
 
• Echelle  visuelle  analogique  ou  EVA  
 
 
Les   échelles   de   mesure   de   la   douleur   visent   à   recueillir   des   informations  
reproductibles,   valides   et   sensibles   aux   effets   du   traitement.   Elles   permettent   de  
comparer  l’intensité  de  la  douleur  à  différents  moments  chez  un  même  patient.  
En  aucun  cas  elles  ne  peuvent  être  utilisées  pour  effectuer  des  comparaisons  d’un  patient  à  
l’autre.  
 
L’EVA   se   présente   sous   la   forme   d’une   réglette   à   2   faces   orientées   de   gauche   à  
droite  sur  laquelle  se  déplace  un  curseur.    
 
 
 

 

8  

 
 

 
 
 

Fig.  1  :  recto,  destiné  au  patient    

 

 

 
Fig.  2  :  verso,  utilisé  par  l’examinateur  pour  quantifier  l’intensité  de  la  douleur  

• Questionnaire  de  Saint-­‐Antoine  ou  QDSA  (Annexe  3)  
 
 
Le  QDSA  est  une  échelle  verbale  multidimensionnelle,  il  a  été  traduit  du  «  Mac  Gill  
Pain  Questionnaire  »  par  François  Boureau  (9).  Il  est  destiné  à  apprécier  la  description  
qualitative  d’une  douleur  ainsi  que  la  notion  de  son  intensité  et  de  son  vécu  (anxieux  et  
dépressif).  Il  comporte  61  qualificatifs  répartis  en  16  sous-­‐classes  :  9  sensorielles  (A  à  I),  
7  affectives  (J  à  P)  et  une  évaluative  (Note).  
 
L’intérêt  pratique  de  ce  questionnaire  est  qu’il  permet  de  préciser  la  sémiologie  
sensorielle  d’une  douleur.  Ainsi,  une  description  à  type  de  «  décharges  électriques  »  ou  
de   «  coup   de   poignard  »   peut   orienter   vers   un   mécanisme   de   douleur   par  
désafférentation.    
 
• DN4  (Annexe  4)  
 
 
Le  questionnaire  DN4  (9)  permet  d’exclure  toute  lombalgie  spécifique  car  c’est  un  
outil  de  dépistage  des  douleurs  neuropathiques.  
 
Il  comporte  7  items  pour  l’interrogatoire  du  patient  et  3  items  d’examen  clinique,  
chacun   d’entre   eux   doit   apporter   une   réponse   OUI=1   ou   NON=0.   Un   score   égal   ou  
supérieur  à  4/10  rend  le  test  positif  (douleur  neuropathique).    
 
• DALLAS  (41)  (Annexe  5)  
 
 
L'échelle   DRAD   (Douleur   du   Rachis   :   auto-­‐questionnaire   de   Dallas)   est   la  
traduction   française   du   Dallas   Pain   de   Lawlis   (30),   échelle   de   qualité   de   vie   spécifique  
des  lombalgies  chroniques.    
 
Ce   questionnaire   a   été   conçu   pour   permettre   au   médecin   de   savoir   dans   quelle  
mesure  la  vie  de  son  patient  est  perturbée  par  sa  douleur.    
 
L'évaluation   chiffrée   se   fait   en   attribuant,   pour   chaque   question,   la   valeur   0   au  
segment  le  plus  à  gauche,  1  au  segment  voisin,  2  au  segment  voisin,  etc.  jusqu'au  dernier  
segment.   Ces   valeurs   élémentaires   sont   additionnées   et   multipliées   par   un   facteur  
constant  pour  évaluer  le  retentissement  de  la  douleur  sur  chaque  domaine  de  la  qualité  
 

9  

de   vie.   On   obtient   ainsi,   pour   chaque   domaine,   une   estimation   en   pourcentage   du  
retentissement  de  la  douleur  chronique.  
 
Passage  1ère  IRM  
 
 
Le   sujet   a   été   ensuite   accompagné   en   salle   de   radiologie   où   il   a   été   pris   en   charge  
par   un   R1   pour   la   prise   de   clichés   d’IRM,   nous   avions   juste   demandé   à   ce   dernier   de  
cibler  la  région  lombaire.  
 
Prise  en  charge  du  2ème  thérapeute  (T2)  
 
 
Une   fois   la   1ère   IRM   passée,   le   sujet   a   été   pris   en   charge   par   T2   afin   de   réaliser   un  
bilan  clinique  puis  le  traitement  manuel.  
 
T2   a   ensuite   réalisé   comme   traitement   manuel   la   technique   de   mobilisation  
postéro-­‐antérieure,  sur  une  ou  plusieurs  vertèbres  lombaires.    
 
Pendant   ce   temps,   un   3ème   thérapeute   manuel   (moi-­‐même),   a   collecté   les  
informations  recueillies  lors  du  bilan  ainsi  que  les  modalités  d’exécution  de  la  technique  
(localisation,  durée,  intensité  et  direction  des  pressions  exercées  par  T2).  
 
 
Enfin,   une   réévaluation   a   été   effectuée   par   T2,   pour   objectiver   cliniquement  
l’efficacité   du   traitement,   par   la   diminution   des   douleurs   et   l’amélioration   des   signes  
comparables   (augmentation   des   amplitudes   de   mouvements   actifs   et   des   tests  
neurodynamiques).  
 
Passage  2ème  IRM  
 
 
Nous   avons   demandé   à   R1   de   bien   vouloir   effectuer   une   nouvelle   IRM,   dans  
l’heure   qui   a   suivi   le   traitement   effectué   par   T2,   dans   les   mêmes   conditions   que   la  
première  prise.  
 
 
Rendez-­‐vous  futur  
 
   
 
Un  rendez-­‐vous  a  été  fixé  2  à  3  mois  après  l’expérimentation  afin  de  remplir  un  
nouveau  questionnaire  de  DALLAS.  
 
 

Objectif  de  l’étude  
 
 
 
L’hypothèse   émise   est   que   la   pratique   d’une   seule   technique   de   thérapie  
manuelle   serait   efficace   pour   réduire   la   douleur   et   permettre   une   augmentation  
d’amplitude  de  la  flexion  du  rachis  lombaire.  
 
 
Cette  étude  est  ciblée  sur  une  pathologie  particulière  :  la  lombalgie  aigue,  douleur  
de   la   région   lombaire   inférieure   en   L4-­‐L5   et   L5-­‐S1,   sans   irradiation   en   dessous   des  
genoux.  
 

10  

 
 
La   technique   testée   est   la   mobilisation   vertébrale   par   pressions   postéro-­‐
antérieures,  technique  la  plus  pratiquée,  donc  bien  connue  des  thérapeutes  manuels.  
Ses  effets  ont  été  étudiés  à  de  nombreuses  reprises  et  des  articles  relativement  récents  
ont   montré   l’effet   immédiat   de   cette   technique   dans   la   diminution   de   la   douleur   et   le  
gain  d’amplitude  de  mouvements  actifs  (1,3,34,35,36).  
 
 
Enfin,  les  études  de  Powers  et  al.  (34,35)  et  Beattie  et  al.  (2,3,4,5,6)  ont  montré,  
entre  autre,  l’intérêt  de  l’usage  de  l’IRM  comme  moyen  d’objectivation  des  résultats.  
 

Phase  de  traitement  de  thérapie  manuelle  orthopédique  (TMO)  
 
 
La   description   du   temps   de   traitement   qui   va   suivre,   correspond   au   passage   du  
sujet  «  entre  les  mains  »  du  thérapeute  manuel  expérimenté  T2.  Elle  consiste  à  détailler  
le  bilan  et  la  technique  de  traitement  pratiquée.  
 
Bilan  de  thérapie  manuelle  
 
 
Le   bilan   réalisé   est   un   bilan   de   thérapie   manuelle   orthopédique   selon   le   plan  
établi   par   R.   HAGE   et   P.   THIRY,   enseignants   au   Diplôme   Universitaire   de   Thérapie  
Manuelle   Orthopédique   de   la   faculté   de   médecine   de   Lille   II   (Annexe   6)   et   inspiré   de  
Maitland  (31).  
 
Ce   bilan   a   pour   but   de   récolter   des   informations,   d’abord   subjectives  
(interrogatoire),  puis  objectives  (bilan  physique),  afin  de  confirmer  l’origine  lombaire  de  
la  symptomatologie  douloureuse  du  patient.    
 
Il   a   donc   permis   à   T2,   par   ses   résultats,   de   confirmer   l’inclusion   du   sujet   puis  
d’établir   un   certain   nombre   de   signes   comparables   (EVA,   mouvements   actifs,  
mouvements   passifs   accessoires,   tests   neurodynamiques)   qui   ont   objectivé,   lors   de   la  
réévaluation  du  sujet,  l’effet  positif  du  traitement  manuel.  
 
Installation  du  patient  et  du  thérapeute  
 
 
Le  patient  est    installé  en  décubitus  ventral,  avec  coussins  sous  les  épines  iliaques  
antérieures  (évite  la  rotation  antérieure  du  bassin)  et  sous  les  pieds,  afin  de  lui  proposer  
une  position  de  confort  maximal  et  d’obtenir  un  relâchement  musculaire  optimal.    
 
Le   thérapeute   sera   positionné   latéralement,   à   hauteur   de   la   région   lombaire   à  
mobiliser.  
 
Technique  pratiquée  
 
 
 
Dans  cette  étude,  la  mobilisation  postéro-­‐antérieure  (PA)  est  l’unique  technique  
pratiquée  au  cours  des  traitements  prodigués  par  le  thérapeute  manuel  expérimenté.  
 
Cette   technique   de   mobilisation   des   articulations   est   la   plus   utilisée   par   les  
thérapeutes   manuels   et   est   couramment   retrouvée   dans   la   littérature,   aussi   bien   pour  
l’étude  de  ses  effets  (28,32,38)  que  de  ses  modalités  d’application  (31,32,33,37).    

 

11  

 
Le   physiothérapeute   localise   le   processus   épineux   à   mobiliser   et   applique   une  
pression  avec  une  composante  verticale  pure  vers  le  sol,  on  parle  alors  de  PA  centrales.    
Les   avant-­‐bras   du   physiothérapeute   sont   toujours   orientés   dans   l’axe   du   mouvement  
appliqué,   parallèlement   au   plan   de   l’articulation   afin   de   créer   des   mouvements   de  
glissements.  
 
Elles   peuvent   être   utilisées   avec   une   composante   crâniale   pour   favoriser   la  
flexion,   une   composante   caudale   pour   l’extension   ou   encore   une   composante   latéro-­‐
latérale  pour  la  rotation.    
 
Elles   peuvent   enfin   être   pratiquées   sur   les   massifs   articulaires   ou   sur   les  
processus  transverses  à  droite  ou  à  gauche,  on  les  appelle  alors  les  PA  unilatérales  (avec  
les  mêmes  composantes  que  précédemment).    
 
D’autre   part,   différentes   prises   peuvent   être   utilisées   pour   les   techniques   de  
mobilisations   accessoires   au   niveau   lombaire,   les   principales   sont   la   prise   pisiforme   (ou  
hamulus  de  l’hamatum)  ou  celle  des  pouces  (appui  des  faces  palmaires),  cette  dernière  
étant   davantage   utilisée   lors   de   l’évaluation   et   lors   de   mobilisations   douces.   Pour  
produire   une   force   plus   grande,   il   est   préférable   d’utiliser   une   prise   pisiforme,   car   la  
pression   générée   sera   distribuée   sur   toute   la   surface   de   contact,   augmentant   ainsi   le  
confort  de  la  prise  pour  le  physiothérapeute  et  pour  le  patient  (32,37).    
 
Enfin,   ces   mouvements   passifs   oscillatoires   ont   un   rythme   d’exécution   entre   un  
mouvement  en  deux  secondes  et  deux  à  trois  mouvements  par  seconde  selon  le  cas,  en  
utilisant   une   petite   ou   une   grande   amplitude   d’oscillations   (grades   1   à   4)   et   sont  
appliqués  à  diverses  portions  de  l’amplitude  de  mouvement  (15,29,31,37).  
 
 

Fig  3  :  Exemple  de  prise  pisiforme  pour  les  PA  

 
 
 
Dans   cette   étude,   le   physiothérapeute   T2   a,   comme   lors   d’un   traitement   à   son  
cabinet,  l’initiative  des  modalités  d’application  de  ces  PA,  les  composantes  de  rythme  et  
d’amplitude   variant   en   fonction   de   son   ressenti   (diagramme   de   mouvements   (31,37))   et  
de  l’évolution  des  douleurs  du  patient.  
 
Il  applique  d’abord  une  pression  postéro-­‐antérieure  sur  l'apophyse  épineuse   ou  
une   articulaire   postérieure   de   chaque   vertèbre   lombaire   en   utilisant   quelques  
mouvements  de  faible  amplitude  (grade  I  à  II)  à  la  recherche  de  la  douleur  du  patient  ou  
de  mobilité  anormale.    
 
Si   la   douleur,   motif   de   consultation   n’est   pas   ressentie,   le   thérapeute   change  
d’endroit  ou  procède  à  une  pression  postéro-­‐antérieure  de  grade  supérieur,  en  utilisant  
une  plus  grande  amplitude  (grades  II  à  IV).    
 
Une   fois   que   le   niveau   vertébral   responsable   des   symptômes   est   identifié,  
l’intervention  peut  commencer.  
 

12  

Durée  d’application  de  la  technique  
 
 
Différentes  études  récentes  font  référence  à  un  temps  d’application  efficace  d’une  
technique  de  thérapie  manuelle.  En  effet,  Beattie  et  al.   (2)  a  montré  en  2009  que  le  fait  
de   pratiquer   des   PA   pendant   10   minutes   permettait   d’hydrater   le   disque   L5-­‐S1,  
comparativement  à  une  position  ventrale  maintenue  le  même  temps.  En  2010,  une  autre  
étude   du   même   auteur   (3),   associant   les   PA   à   d’autres   techniques   de   mobilisation,   a  
confirmé  l’efficience  de  ce  temps  thérapeutique.  
 
 
Il  a  donc  été  proposé  d’étudier  un  temps  de  pratique  de  6  à  12  minutes  maximum  
afin  de  rester  sur  les  mêmes  bases  pratiques,  les  2  minutes  supplémentaires  permettant  
de  «  couvrir  »  d’éventuels  aléas  d’application.    
 
 
 

Résultats  
 
 

Questionnaires  (Annexes  7  et  8)  

 
 
Les   résultats   des   questionnaires   ont   permis   d’accepter   les   2   sujets   dans   cette  
étude,    un  prochain  rendez-­‐vous  (2  à  3  mois  après  l’étude  initiale)  est  prévu  pour  faire  
remplir  aux  patients  un  nouveau  questionnaire  de  DALLAS.  
 

Bilans  cliniques  (Annexes  9  et  10)  
 
 
Dans  les  2  cas,  le  thérapeute  a  confirmé  lors  du  bilan  une  origine  lombaire  basse  
aux  sites  douloureux  que  présentaient  les  patients.    
 
Les   sites   comparables   (EVA,   limitations   douloureuses   de   la   mobilité   active  
rachidienne,   tests   neurodynamiques)   ont   permis   au   praticien   d’objectiver   une   nette  
amélioration  après  réalisation  des  pressions  postéro-­‐antérieures.  
 
Patient  1  
 
Bilan  initial  
 
 
Nous  avions,  au  départ,  une  EVA  debout  cotée  à  6/10,  une  limitation  de  mobilité  
du   rachis   plus   ou   moins   importante   dans   toutes   les   directions,   et   un   test  
neurodynamique   (12,13,31)   d’élévation   jambe   tendue   ou   SLR   (Straight   Leg   Raise   test)  
positif  à  gauche  (limitation  douloureuse  à  45°  révélant  le  site  lombaire  1).  
 
 
 

 

13  

 
Technique  
 
 
Des   mobilisations   postéro-­‐antérieures   axiales   ont   été   pratiquées   uniquement   sur  
l’épineuse  de  L5,  seuls  la  direction  et  l’amplitude  des  pressions  ont  changé  pendant  les  
12  minutes  de  traitement  imparties.  
 
Le  thérapeute  a  essentiellement  utilisé  un  grade  III  (équivalent  à  une  variation  de  
pression  de  10  à  19kg  sur  la  balance)  pendant  ses  mobilisations  (31,37).  
 
 
Bilan  final  
 
 
Après  traitement,  le  SLR  gauche  était  négatif  (même  amplitude  qu’à  droite  et  sans  
douleur),   l’EVA   debout   était   de   0/10   et   seules   l’extension   et   la   latéroflexion   droite  
représentaient  une  gêne  en  fin  d’amplitude.    
 
Patient  2  
 
Bilan  initial  
 
 
L’EVA   était   de   4/10,   une   restriction   de   mobilité   rachidienne   était   marquée   par   la  
douleur   dans   tous   les   secteurs,   surtout   en   extension,   latéroflexion   gauche   et   rotation  
gauche.   Là   aussi,   un   test   neurodynamique   était   positif   à   gauche,   il   s’agissait   du   PKB  
(Prone  Knee  Bend  test)  limité  à  90°  de  flexion  du  genou  en  décubitus  ventral.  
 
 
Technique  
 
 
Le   thérapeute   a   ici   pratiqué   des   PA   principalement   en   L4,   latéralisées   à   gauche  
selon   des   grades   de   pression   évoluant   de   II   à   IV+   et   une   direction   caudale   (une   pression  
de  grade  III+  équivalent  à  une  variation  de  pression  de  15  à  22kg  sur  la  balance).    
 
En  début  de  traitement,  T2  a  effectué  des  PA  sur  L2  pendant  1mn10  pour  revenir  
ensuite  en  L4  et  a  pratiqué  pendant  une  quinzaine  de  secondes  des  mobilisations  infra  
douloureuses  du  Nerf  Fémoral  gauche  à  cause  d’irradiations  au  genou.  
 
 
Bilan  final  
 
 
Après   traitement,   le   PKB   était   amélioré   mais   restait   douloureux   à   110°   de   flexion  
du   genou   à   gauche.   L’EVA   debout   passait   de   4   à   1-­‐2/10   et   à   part   la   latéroflexion   et   la  
rotation   droites   qui   devenaient   normales   (avec   surpression),   les   autres   secteurs   de  
mobilité  étaient  améliorés  pour  n’être  limités  qu’en  toute  fin  d’amplitude.  
 
 
En   conclusion,   la   seule   technique   de   mobilisation   par   pressions   postéro-­‐
antérieures   pratiquée   pendant   12   minutes   par   un   thérapeute   manuel   confirmé   a   permis  
dans   les   2   cas   de   diminuer   les   douleurs   et   d’améliorer   les   amplitudes   articulaires  
rachidiennes,  les  résultats  étant  plus  flagrants  pour  le  sujet  1.  
 
 

 

14  

Résultats  des  IRM  

 
 
Les   clichés   ont   été   interprétés   ultérieurement   par   François   REUMONT,   sous   le  
contrôle  du  Docteur  VANDENBOSH,  les  2  thérapeutes  ne  connaissant  pas  la  localisation  
précise  du  traitement  réalisé.    
 
L’intérêt  était  d’observer  la  trophicité  des  différents  tissus  musculo-­‐squelettiques  
de  la  région  lombaire  afin  d’objectiver  d’éventuelles  améliorations  entre  les  images.  
 
Images  
 
 
 

Avant  traitement                                                                                                                Après  traitement  
Fig.  4  :  IRM  sujet  1  

 

 

15  

 

Avant  traitement                                                                                                                Après  traitement  
Fig.  5  :  IRM  sujet  2  
Méthode  d’analyse  des  images  
 
 
Nous   avons   utilisé,   les   séquences   de   diffusion   pour   quantifier   les  
micromouvements   des   molécules   d’eau   au   sein   des   disques   intervertébraux   (DIV)     de   la  
colonne   lombaire.   Le   coefficient   apparent   de   diffusion   de   l’eau   (ADC)   est   bien   connu  
maintenant,   il   permet   d’obtenir   l’image   de   la   mobilité   des   molécules   d’eau   dans   les  
disques  et  de  matérialiser  ainsi  leur  hydratation  (2,3,4,5,6,26).    
 
Pour   la   prise   de   mesure   de   l’ADC   des   DIV   de   la   colonne   lombaire,   il   a   été   décidé   de  
prendre  3  curseurs  de  0.2  cm²  de  surface,  disposés  de  la  façon  suivante  :    
• un  au  centre  du  DIV  (curseur  2)    
• deux   autres   disposés   antérieurement   et   postérieurement   par   rapport   au  
premier  curseur  (curseurs  1  et  3)    
       
       
 
 
 
 
                                   
 
 
 

 

 

 

 
 

 
 

 
 

Corps  vertébral  
sus-­‐jacent  

 

 

 
   
Corps  
v
ertébral  
  Sous-­‐jacent  
 

                     Crânial            
 
 

               
           Postérieur    

Fig.  4  :  placement  des  curseurs  au  sein  du  DIV  
 
 

16  

Résultats  
 
 
 
Mesure  des  curseurs   Mesure  des  curseurs    
1  /  2  /  3  
1  /  2  /  3  
Variations  en  %  
Avant  traitement  
Après  traitement  
L1/L2  
1428  -­‐1753  -­‐  1648  
1628  –  1709  –  1742    
↑5.2%  
L2/L3  
1155  –  1760  –  1532  
1276  -­‐1789  -­‐  1616  
↑5.3%  
L3/L4  
1250  –  1453  –  1117  
1265  –  1524  –  1540    
↑13.3%  
L4/L5  
553  –  879  -­‐  298  
606  –  836  –  632    
↑19.8%  
L5/S1  
1267  –  1454  -­‐  1283  
875  –  1079  –  1209    
↓21%  
Tableau  1  :  Résultat  des  mesures  de  l’ADC  des  DIV  chez  le  sujet  1  

Disque  
Intervertébral  

Unité  de  mesure  :  seconde/mm²  

 
Mesure  des  curseurs  
Mesure  des  curseurs    
Disque  
1  /  2  /  3  
1  /  2  /  3  
Variations  en  %    
Intervertébrale  
Avant  traitement  
Après  traitement  
L1/L2  
647  –  1008  -­‐  948  
801  –  1118  -­‐  1004  
↑12.3%  
L2/L3  
1129  –  1897  -­‐  1800  
1350  –  1868  -­‐  1573  
↓0.7%  
L3/L4  
632  –  1062  –  792    
648  –  937  -­‐  810  
↓3.6%  
L4/L5  
265  –  421  -­‐  958  
671  –  1094  -­‐  1076  
↑72.8%  
L5/S1  
1243  –  1106  –  806  
1084  –  892  –  1177    
↓0.06%  
Tableau  2  :  Résultat  des  mesures  de  l’ADC  des  DIV  chez  le  sujet  2  
Unité  de  mesure  :  seconde/mm²  
 
 
 

 
En  conclusion,  les  mesures  par  IRM  du  coefficient  apparent  de  diffusion  au  niveau  
des   disques   intervertébraux   lombaires,   pour   ces   2   sujets,   nous   montre   une  
réhydratation  de  certains  disques  chez  les  2  sujets  alors  que  d’autres  se  déshydratent.    
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

17  

Discussion  
 
 
L’objectif  de  ce  travail  est  de  valider  le  protocole  d’étude  sur   l’efficacité,  contrôlée  
par   IRM,   d’une   technique   unique   de   mobilisation   postéro-­‐antérieure   des   vertèbres  
lombaires  chez  des  patients  lombalgiques  aigus.  
 
 
La   procédure   s’est   déroulée   de   façon   très   satisfaisante,   les   patients   ont   été  
accueillis  et  les  différents  tests  et  examens  ainsi  que  la  pratique  de  la  technique  se  sont  
déroulés  comme  annoncé.    
 
 
Concernant   les   questionnaires,   il   a   été   prévu   de   revoir   les   patients   2   à   3   mois  
après  le  jour  du  test  afin  de  remplir  un  nouveau  questionnaire  DALLAS.    
Ce  rendez-­‐vous  à  distance  permet  de  confirmer  l’implication  des  sujets  dans  le  protocole  
et  d’exclure  ceux  dont  la  lombalgie  se  serait  chronicisée  (douleur  de  plus  de  3  mois).  Je  
préconise  le  respect  d’un  délai  de  3  mois,  cela  impliquant  qu’aucun  soin  complémentaire  
ne  soit  prodigué  entre  temps,  aussi  bien  physique  que  médicamenteux.  
 
 
Concernant   l’examen   pratiqué   avant   et   après   la   réalisation   de   la   technique  
thérapeutique,  des  dysfonctions  sont  à  noter  :  
• Tout  d’abord,  lors  du  bilan  physique,  il  était  prévu  de  placer  un  plot  en  bois  de  10  
cm  entre  les  pieds  du  patient  afin  d’avoir  une  standardisation  de  l’écartement  pendant  
l’évaluation  des  amplitudes  articulaires.  Cela  n’a  pas  été  fait,  mais  T2  mettant  son  propre  
pied   à   la   place   de   la   cale,   cela   ne   me   semble   pas   être   problématique,   il   conviendra  
toutefois  de  standardiser  la  procédure.  
• Ensuite,   nous   n’avons   pas   pris   de   mesures   centimétriques   lors   de   cet   examen  
rachidien.  Il  nous  est  dès  lors  difficile  d’objectiver  avec  précision  l’amélioration  de  cette  
mobilité   active.   Je   pense   que   cette   prise   de   mesures   (à   l’aide   d’un   mètre   ruban)   nous  
permettra   d’obtenir   des   données   chiffrées   plus   facilement   comparables   aux   autres  
résultats.   Attention   toutefois   à   la   prise   de   mesures   expliquée   dans   le   protocole   pour  
l’extension,  je  proposerais  plutôt  la  pratique  du  test  d’Elsensohn  qui  mesure  la  distance  
mur-­‐sternum  du  patient.  
 

 
Fig.  5  :  test  d’Elsensohn  pour  mesurer  l’extension  rachidienne  
 
 
 
 
 

 

18  

• D’autre   part,   un   test   de   test   Schober-­‐Lassere   me   semble   intéressant   car   il    
objective  la  flexion  du  segment  lombaire  uniquement,  ce  qui  est  cherché  au  départ.  Les  
conditions   sont   identiques   au   test   Schober   lombaire,   le   repère   étant   situé   à   15   cm   au-­‐
dessus   de   la   ligne   inter-­‐épines   iliaques   postéro-­‐supérieures   et   l’augmentation   normale  
est  en  principe  de  +7  cm.  
 
 

 
 

                                                             
Départ                                                                                                                                                        Arrivée  
Fig.6  :  test  Schober-­‐Lassere  

 

• Enfin,   il   était   prévu   de   réaliser   un   SLUMP   test   (12,13,31,39).   Ce   test   permet    
d’examiner   les   structures   neuro-­‐méningées   dans   le   canal   rachidien   et   appartient  
aujourd’hui   à   la   batterie   de   tests   neurodynamiques.     Il     n’a   pas   été   pratiqué   pendant  
l’examen,   pourtant,   il   pourrait   être   un   critère   supplémentaire   d’exclusion   des   patients  
positifs.  Je  propose  donc  qu’il  soit  effectué  de  manière  systématique  avant  le  traitement.  
 
 
La   pré-­‐étude   ne   comportant   que   2   sujets,   il   est   difficile   à   ce   stade   de   critiquer   les  
résultats  obtenus  lors  des  différents  tests.    
 
L’examen   et   la   réévaluation   ont   toutefois   montré   de   manière   flagrante   une  
amélioration   quant   à   la   diminution   des   douleurs   et   l’augmentation   des   amplitudes  
articulaires,  plus  pour  le  1er  sujet  que  pour  le  2ème.  La  différence  d’âge  existante  et  l’état  
articulaire  expliquent  peut-­‐être  cet  écart.    
 
 
 
Le   choix   de   la   technique   thérapeutique   semble   donc   avoir   été   judicieux   sur   le  
plan  des  résultats  physiques  mais  qu’en  est-­‐il  des  résultats  de  l’IRM  ?  
 
 
Lorsqu’on   regarde   les   2   tableaux,   l’analyse   des   mesures   du   coefficient   apparent  
de  diffusion  de  l’eau  dans  les  disques  intervertébraux  semble  globalement  positive.  On  a  
en   effet   dans   le   1er   cas,   une   variation   de   +22,6%   de   l’ADC   sur   l’ensemble   des   disques  
lombaires   et     de   +   82,14%   dans   le   2ème   cas.   Ces   résultats   sont   donc   plus  
qu’encourageants  pour  la  suite  de  notre  étude  et  confirment  l’hypothèse  de  départ.    
 
Pour   autant,   en   observant   le   détail   de   la   variation   de   l’ADC   par   rapport   à   la  
localisation  des  PA,  les  résultats  paraissent  plus  surprenants.    
 
En   effet,   dans   le   cas   1,   les   pressions   ont   été   effectuées   sur   L5,   mobilisant  
directement   les   disques   L4L5   et   L5S1,   et   si   on   a   +19,8%   au   niveau   L4L5,   on   a  
paradoxalement   -­‐21%   en   L5S1.   Dans   le   cas   2,   les   PA   ont   été   effectuées   sur   L4,   on  
observe  -­‐3,6%  en  L3L4  et  +72,8%  en  L4L5.  
Beattie   et   al.   (2,3,4,5,6)   rapportent   dans   leurs   différentes   études   qu’un   disque  
intervertébral   «  abimé  »   a   plus   de   capacité   à   voir   son   ADC   augmenté   par   rapport   à   un  
 

19  

disque   sain.   Cela   pourrait   être   une   explication   mais   elle   ne   se   vérifie   pas   dans   les   cas  
présents.  Ces  résultats  devront  être  interprétés  avec  un  plus  grand  nombre  de  cas.  
 
 
Enfin,  quelques  réflexions  personnelles  :  
 
• Au   vu   du   gain   d’amplitude   rachidienne   des   2   sujets,   l’hypothèse   de  
départ  ne  ciblant  que  la  flexion  est  probablement  à  élargir  dans  toutes  les  directions.  
• Concernant  l’IRM,  ne  pourrait-­‐on  pas  en  profiter  pour  ajouter  un  calcul  
de   l’angle   des   plateaux   vertébraux   lombaires   dans   le   plan   sagittal   comme   l’a   fait   C.M.  
Powers  et  al.  (35)  ?    
• D’autre  part,  les  résultats  de  l’interprétation  de  l’imagerie  ne  concerne  
que  les  DIV,  n’y  a  t’il  pas  la  possibilité  d’observer  d’autres  modifications  au  niveau  des  
articulations  zygapohysaires  par  exemple  (19)  ou  au  niveau  musculaire  ?    
• S’il   était   vérifié   que   certains   disques   directement   mobilisés   ne   se  
réhydratent   pas,   ne   pourrait-­‐on   pas   incriminer   la   vitesse   d’exécution   des   PA  ?   Il   est  
physiquement   compréhensible   que   des   PA   exercées   sur   un   rythme   beaucoup   plus   lent  
permettraient   à   DIV   fortement   déshydraté   d’augmenter   plus   facilement   son   ADC   par  
effet  d’aspiration.    
• Enfin,   qu’en   est-­‐il   de   l’augmentation   de   l’ADC   au   niveau   des   DIV  
lombaires  après  un  traitement  de  plusieurs  séances  par  exemple,  et  de  sa  durée  dans  le  
temps?  
 
 
 
 

Conclusion  
 
 
Ce  travail  a  consisté  à  tester  et  valider  la  mise  en  place  d’un  protocole  d’étude  qui    
a   été   élaboré   cette   année   par   François   REUMONT,   étudiant   en   3ème   année   de   masso-­‐
kinésithérapie  à  la  HELHa.    
 
L’hypothèse   émise   est   que   la   pratique   d’une   seule   technique   de   thérapie  
manuelle   orthopédique  :   la   mobilisation   par   pressions   postéro-­‐antérieures,   serait  
efficace   pour   réduire   la   douleur   et   permettre   une   augmentation   d’amplitude   de   la  
flexion  du  rachis  lombaire  chez  des  patients  souffrant  de  lombalgies  aigues.  
 
Le   test   pratiqué   sur   2   patients   volontaires   est   positif,   tant   sur   la   méthode   de  
déroulement   du   protocole   que   sur   le   plan   des   résultats   cliniques   (diminution   des  
douleurs   et   augmentation   des   amplitudes   rachidiennes)   et   du   contrôle   par   IRM  
(augmentation   du   coefficient   apparent   de   diffusion   de   l’eau   dans   les   disques  
intervertébraux).  
 
J’ai   proposé   quelques   modifications   et   de   possibles   évolutions   de   l’étude   qui  
s’effectuera  lors  de  l’année  universitaire  2014-­‐2015.    
 
 
 
 
 
 
 

20  

 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Annexes  

21  

 

Annexe  1  
 
 

PROTOCOLE

Evaluation du
mécanisme et de
l’efficacité d’une seule
manipulation vertébrale
comme traitement pour
la lombalgie aiguë à
l’aide de l’imagerie par
résonance magnétique

Reumont François
Promoteur : F. Dierick
Copromoteur : P. Thiry
 

22  

Table des matières
 
1.   APERÇU  DU  PROJET  ............................................................................................................................  24  
2.   CRITERES  D’INCLUSION  :  ...................................................................................................................  24  
3.   CRITERES  D’EXCLUSION  :  ..................................................................................................................  24  
4.   MATERIEL  ET  METHODE  :  ................................................................................................................  25  
5.   QUESTIONNAIRES  :  .............................................................................................................................  26  
I.   EVA  :  ECHELLE  VISUELLE  ANALOGIQUE,  EVALUANT  DE  MANIERE  QUANTITATIVE  L’INTENSITE  DE  LA  
DOULEUR  :  .........................................................................................................................................................................  26  
II.   QUESTIONNAIRE  DE  SAINT  ANTOINE    (QUALITATIF)  .......................................................................................  26  
III.  
DN4  ......................................................................................................................................................................  28  
IV.  
DALLAS  ..............................................................................................................................................................  29  
6.   TESTS  MUSCULO-­‐SQUELETTIQUES  :  ..............................................................................................  31  
I.   FLEXION  DU  TRONC  AVANT  APPARITION  DE  LA  DOULEUR  ...............................................................................  31  
II.   EXTENSION  DU  TRONC  AVANT  APPARITION  DE  LA  DOULEUR  ..........................................................................  31  
III.  
LATEROFLEXION  DU  TRONC  AVANT  APPARITION  DE  LA  DOULEUR  ...........................................................  31  
7.   TEST  NEURO-­‐DYNAMIQUE  :  .............................................................................................................  31  
I.   SLUMP  TEST  :  .........................................................................................................................................................  31  
8.   MANIPULATION  VERTEBRALE  :  ......................................................................................................  32  
9.   TECHNIQUE  D’IMAGERIE  MEDICALE  :  ...........................................................................................  33  

 

 

23  

1.

Aperçu  du  projet

Cette étude se base sur une population de 10-15 personnes (x femmes et y hommes) âgées de … à …. ans,
atteintes de lombalgie aigue diagnostiquée par (……….). L’étude a été conçue afin d’évaluer le mécanisme et
l’efficacité d’une seule technique de manipulation vertébrale (PA : pressions postéro-antérieures, Maitland)
comme traitement pour la lombalgie aigue. L’efficacité étant mesurée par des techniques d’imagerie médicale
ainsi que par différents tests sensori-moteurs.
Par définition, la lombalgie est une douleur de localisation lombaire, c’est-à-dire entre T12 et la charnière
lombosacrée. Or on sait par expérience qu’il existe des irradiations douloureuses, issues de l’atteinte des
segments lombaires. En effet, il est fréquent de voir une souffrance discale basse, irradiée dans la région fessière
voire jusqu’au genou. Il semble donc logique d’étendre les douleurs lombalgiques jusqu’au genou.    
La définition se rapprochant le plus de la réalité est celle proposée par la Société Française de
Rhumatologie : « Douleur lombo-sacrée située à la hauteur des crêtes iliaques ou plus bas (pli fessier),
médiane ou latéralisée avec possibilité d’irradiation ne dépassant pas les genoux, mais avec prédominance de la
douleur lombo- sacrée. Encore une fois, l’absence de radiculalgie est un élément essentiel de la définition. »
Il existe deux grandes catégories de lombalgie (douleur au bas du dos). Les lombalgies dites spécifiques (ou
secondaires) et les lombalgies dites non-spécifiques (ou communes). Cette étude s’intéressera d’avantage à ces
dernières. La lombalgie commune s’oppose à la lombalgie spécifique qui est caractérisée par la mise en évidence
d’une lésion organique, à l’origine des troubles. Ces lombalgies symptomatiques peuvent ainsi traduire un
processus tumoral, inflammatoire, infectieux, métabolique ou dystrophique.
Nous émettons l'hypothèse que l’intervention pourrait être efficace pour réduire la douleur et permettre une
augmentation de la flexion du rachis lombaire.

2.

Critères  d’inclusion  : (Gregory D Cramer, may 2012)1
I.

Lombalgie aigue (région lombaire inférieure, L4/L5, et / ou L5/S1). Ce critère a été déterminé
par le médecin examinateur à travers les plaintes subjectives du patient et en utilisant
l’inspection, la palpation et l'évaluation du mouvement

II.

Une période de ≤ 6 semaines consécutive de douleur

III.

≥ 1 mois sans douleur entre les épisodes actuels et antérieurs de lombalgie

IV.

Le patient doit avoir eu d’avantage de jours sans douleur que de jours avec douleur dans l'année
écoulée

3.

Critères  d’exclusion  : (Gregory D Cramer, May 2012) (David G)2

                                                                                                               

1  Gregory D Cramer, Magnetic Resonance Imaging Zygapophyseal Joint Space Changes (Gapping) in Low Back Pain Patients Following
Spinal Manipulation and Side-Posture Positioning: A Randomized Controlled Mechanisms Trial With, Journal of Manipulative and
Physiological Therapeutics May 2013, p206 )  

 

24  

I.
II.

Aversion à la manipulation vertébrale
Patient atteint de lombalgie chronique (douleur perdurant depuis plus de 3 mois)

III.

Douleur irradiant en dessous du niveau des genoux

IV.

Fracture de la colonne

V.
VI.

Chirurgie du rachis
Ostéoporose, pouvant entrainer des risques de fracture liée à la manipulation vertébrale

VII.

Grossesse (l’utilisation de l’IRM et de la manipulation vertébrale exclut les femmes enceintes)

VIII.

Présence d’une scoliose lombaire Supérieur à 5° (=angle de cobb’s) à cause de la difficulté
dans l'imagerie des articulations zygapophisiaires

IX.

Des dispositifs implantés qui pourraient interagir avec le champ magnétique de l’IRM (les
pacemakers, les implants cochléaires ou des clips pour les anévrismes cérébraux ferromagnétiques)

X.
XI.
XII.

Intolérance à l’utilisation d’IRM (claustrophobie)
Problème de sécurité liée à la capacité de poids de l’équipement (obésité)
Abus d’alcool ou de drogue (pourrait nuire à la collecte des données et à la capacité de se
conformer au protocole)

4.

XIII.

Maladie psychiatrique ou manque de capacité cognitive (démence / Alzheimer/…)

XIV.

Ne parle pas couramment français

Matériel  et  Méthode  :  

Un total de (…..) participants atteints de lombalgie aiguë sont recrutés par … dans le service … . Le
recrutement des patients se fera selon les critères d’inclusion et d’exclusion dictés par l’étude. Avant toute
manipulation, toutes les procédures ont été expliquées à chaque sujet et, en connaissance de cause, chacun aura
signé un formulaire de consentement éclairé. De plus, tous les sujets de l’étude ont reçu les mêmes modalités de
soins pendant la phase de traitement du projet.
Chaque patient passe entre les mains de deux thérapeutes. Le premier (T1) s’occupe de remplir les différents
questionnaires avec le patient (DN4, EVA, questionnaire de Saint-Antoine, DALLAS). Le second (T2), n’ayant
aucune connaissance des résultats fourni par les questionnaires, s’occupe des différents tests musculosquelettiques (flexion, extension et latéroflexion du tronc en position debout) et d’un test neuro-dynamique
(SLUMP test).
Ensuite, le sujet passe par l’imagerie médicale dans le service de (……..) où il passe une imagerie par
résonnance magnétique.
Une fois tous ces tests effectués, le patient se soumettra à la manipulation vertébrale (PA : pressions
postéro-antérieures, Maitland) réalisée par T2. Notons qu’à ce moment-ci le thérapeute manuel n’est pas au
courant des conclusions de l’IRM initiale.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         
2  David G, Wilder Effect of spinal manipulation on sensorimotor functions in back pain patients: study protocol for a randomised controlled
trial, P.4  

 

25  

Pour terminer, il lui sera demandé de repasser par l’imagerie médicale dans l’heure qui suit afin de
visualiser et d’évaluer les éventuelles améliorations qui découlent du traitement. Pendant cette heure, il est
demandé au patient de répondre à nouveau aux différents questionnaires et de repasser les différents tests
(musculo-squelettique et neuro-dynamique).
5.

I.

Questionnaires  :

EVA  :   échelle   visuelle   analogique,   évaluant   de   manière   quantitative   l’intensité   de   la   Douleur   :
(ACADEMIC EMERGENCY MEDICINE • December 2001)3
L'échelle visuelle analogique ou EVA est une réglette qui permet au patient d’autoévaluer la douleur
ressentie au moyen d’un curseur. D’un côté de la réglette se trouve un curseur que le patient déplace de
l’extrémité « pas de douleur » à l’extrémité «douleur maximale imaginable». Au verso de la réglette, le
thérapeute peut évaluer la douleur ressentie par le patient, à l’aide d’une graduation en millimètres.

 
Figure  1  :  échelle  visuelle  analogique  

II.

4

Questionnaire  de  saint  Antoine    (qualitatif) : (Bourreau at al, 1984)

Le QDSA (Questionnaire Douleur Saint-Antoine) est un questionnaire d'adjectifs qui a été traduit du
Mac Gill Pain Questionnaire par François Boureau et qui permet au patient de qualifier le type et l’intensité
de la douleur

                                                                                                               
3  ACADEMIC

EMERGENCY MEDICINE • December 2001, Volume 8, Number 12  
 Bourreau  F.,  Luu  M.,  Doubrere  J.F.,  Gay  C.  –  Elaboration  d’un  questionnaire  d’auto-­‐évaluation  de  la  douleur  par  liste  de  qualificatifs.  
Comparaison  avec  le  Mc  Gill  Pain  Questionnaire  de  Melzack.  Thérapie,  1984,39,  119-­‐139.      
4

 

 

26  

 
Figure  2  :  Selon  la  société  française  de  Rhumatologie  :  http://www.rhumatologie.asso.fr/03-­‐
Services/instruments-­‐pratiques/Douleur_St_Antoine.html

 

27  

III.

DN4
Le questionnaire DN4 est utilisé dans l’étude afin d’exclure les douleurs lombaires de type neuropathique (=

type lombalgie spécifique).

 
Figure  3  :  selon  la  société  française  de  Rhumatologie  :  http://www.rhumatologie.asso.fr/03-­‐
Services/instruments-­‐pratiques/questionnaireDN4.html

 

28  

IV.

DALLAS (F. Wilhelm at al, Mars 2009)5

                                                                                                               
5  F.Wilhelm  at  al,  Sensitivity  to  change  of  the  Quebec  Back  pain  disability  scale  and  the  Dallas  pain  questionnaire.  Mars  2009  

 

29  

 

30  

6.

Tests  musculo-­‐squelettiques  :
Flexion  du  tronc  avant  apparition  de  la  douleur

I.

On positionne le patient debout, genoux en extension stricte. En vue d’une standardisation de la mesure, on
demandera au patient de coller ses pieds contre un plot en bois de 10 cm de largeur. On lui demande ensuite de
fléchir le tronc tout en lui précisant de bien enrouler une à une les vertèbres en essayant d’aller toucher ses
orteils, jusqu’à l’apparition d’une douleur. Pour finir, le thérapeute notera la mesure de la distance séparant la
pointe des doigts et le sol.
Extension  du  tronc  avant  apparition  de  la  douleur

II.

On positionne le patient debout genoux, en extension stricte. En vue d’une standardisation de la mesure, on
demande au patient de coller ses pieds contre un plot en bois de 10 cm de largeur. On lui demande ensuite une
extension de la colonne en laissant pendre les bras à la verticale. Le thérapeute devra faire attention à bien fixer
le bassin du patient afin de ne regarder que l’extension de la colonne. Pour finir, le thérapeute notera la mesure
de la distance séparant la pointe des doigts et le sol.
Latéroflexion  du  tronc  avant  apparition  de  la  douleur  

III.

On mesure la distance sur laquelle se déplace la main le long du membre inferieur lors d’une flexion latérale
du tronc.

7.

I.

Test  neuro-­‐dynamique  :
SLUMP  test  :

Le SLUMP test met donc en tension toutes les structures du système nerveux central et périphérique de par
ses insertions au niveau proximal sur le crâne et au niveau caudal par ses insertions terminales sur les orteils.
(Shacklock, 2005)6

                                                                                                               
6

Shacklock, 2005 La neurodynamique clinique - Un nouveau concept de thérapie manuelle dans le traitement des problèmes du système
locomoteur. Adelaide: Elsevier.

 

31  

Un but de l'utilisation de ce test dans l'évaluation du patient est de stimuler mécaniquement et déplacer les
tissus neuronaux afin de se faire une idée de leur mobilité et de la sensibilité aux contraintes mécaniques. En
présence d’une pathologie, le but du traitement par l'intermédiaire de ce test est d'améliorer les fonctions
mécaniques et physiologiques du patient. (Sharcklock, 1995)7
v Différentes étapes du SLUMP (J.Walsh at al, 2007)8 et (Sharcklock, 2005)
-

1ère étape : on positionne le patient assis en bord de table, les jambes dans le vide, avec les mains
mises l’une sur l’autre dans le dos. Le thérapeute vient ensuite verticaliser le sacrum.

-

2ème étape : le patient s’avachit (« to slump » en anglais) et le thérapeute isole le mouvement en
flexion complète de la colonne lombaire et thoracique. Le thérapeute doit s’assurer que le sacrum soit
toujours verticalisé.

-

3ème étape : le patient fléchit la colonne cervicale au maximum, puis le thérapeute vient exercer une
pression au niveau de la nuque et des épaules.

-

4ème étape : il est demandé au patient d’effectuer une extension du genou

-

5ème étape : dans une position maximale d’extension de genou, le patient ajoute une flexion dorsale de
cheville et le thérapeute applique une pression sur la face plantaire au niveau des métatarses.

-

6ème étape :   le sujet est invité à maintenir la position de ses membres inférieurs pendant que
l’extension cervicale est permise. Tout changement de symptôme doit être noté. Le patient doit
théoriquement être en mesure d’allonger l’extension du genou après le relâchement de la flexion
cervicale.

8.

Manipulation  vertébrale  :  

Les sujets ont été traités par les méthodes décrites par Maitland at al9.
Le patient sera positionné en décubitus ventral avec un coussin. Cette cale (coussin) devra être placée sous
les épines iliaques antérieures pour éviter la rotation du bassin ou en dessous de la vertèbre à mobiliser. Le
thérapeute est positionné latéralement et à hauteur de la vertèbre à mobiliser.
Prise de main : l’appui de la main est réalisé avec le pisiforme ou l’hamulus de l’hamatum ; l’autre main
venant en appui sur sa face dorsale. Il est préférable d’utiliser un renfort métacarpien avec l’espace du 2e et du
3e doigt qui évitera les tendinopathies du poignet.
Tout d'abord, l'investigateur applique une pression postéro-antérieure sur l'apophyse épineuse de chaque
vertèbre lombaire en utilisant 1 ou 2 mouvements de faible amplitude (grade I). Pour chaque niveau, le patient
doit expliquer s’il perçoit un malaise semblable à celui vécu lors d’une extension de la colonne lombaire en
position debout. Si les sujets n'ont signalé aucune gêne due à la pression, le thérapeute procède à une pression
postéro-antérieure de grade supérieur, en utilisant une plus grande amplitude (grades II à IV). Une fois que le
niveau vertébral est identifié par la reproduction de l’inconfort, l’intervention peut commencer.

                                                                                                               
7

Sharcklok M , Neurodynamics, physiotherapy, janvier 1995, vol 81, n°1
J. Walsh at al, Slump Test: Sensory Responses in Asymptomatic Subjects, The Journal of Manual & Manipulative Therapy, Vol. 15 No. 4
(2007), 231–238  
9  Maitland  GD.  Maitland's  Vertebral  Manipulation.  7th  ed.  Philadelphia,  PA.  Elsevier.  2005  
8

 

32  

L’application est assurée par un thérapeute manuel expérimenté. Celui-­‐ci aura ses épaules au-­‐
dessus de ses mains pour garantir la verticalité de la force et pour que cette dernière soit obtenue par les
oscillations du tronc du praticien. Le mouvement ne vient en aucun cas des muscles de la main du thérapeute
manuel, ce qui lui permet de ressentir entièrement le mouvement de la colonne vertébrale par l’intermédiaire de
ses pouces.
En fonction du ressenti du patient, le thérapeute appliquera un traitement de 6 minutes minimum à 12
minutes maximum à raison d’un mouvement toutes les deux secondes. Le grade et la direction de la manœuvre
sera décidé par le thérapeute T2 en fonction du patient et de l’étendue de sa pathologie.
Grade I – Small amplitude rhythmic oscillating mobilization in early range of movement
Grade II - Large amplitude rhythmic oscillating mobilization in midrange of movement
Grade III - Large amplitude rhythmic oscillating mobilization to point of limitation in
range of movement
Grade IV - Small amplitude rhythmic oscillating mobilization at endrange of movement
Grade V (Thrust Manipulation) - Small amplitude, quick thrust at endrange of
movement

9.

Technique  d’imagerie  médicale  :

Afin de travailler en double aveugle, la prise et le traitement de l’image se font par deux radiologues
différents. Le premier établit le protocole de prise de l’image et s’occupe de la prise des différents clichés. Le
second s’occupe de protocoler les différents clichés tout en ayant comme indications de s’intéresser à la
trophicité des tissus ainsi qu’au niveau musculo-squelettique de la colonne lombaire.
 
 
 
 

 
 
 

 

33  

 

 

 

Annexe  2  

 

34  

 

 

35  

 

 

36  

Annexe  3  

Selon  la  société  française  de  Rhumatologie  :    
http://www.rhumatologie.asso.fr/03-­‐Services/instruments-­‐
pratiques/Douleur_St_Antoine.html  
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

37  

 
 

 
 

 

Annexe  4  

 

38  

Annexe  5  

 

Douleur du Rachis : Auto-questionnaire de Dallas ( D.R.A.D.)
Version française validée par la Section Rachis de la S.F.R.

Nom :

Prénom :

Sexe : F ! M !

Date :

A lire attentivement : ce questionnaire a été conçu pour permettre à votre médecin de savoir dans quelle mesure votre vie est
perturbée par votre douleur. Veuillez répondre personnellement à toutes les questions en cochant vous-même les réponses.
Pour chaque question, cochez en mettant une croix (X ) à l’endroit qui correspond le mieux à votre état sur la ligne continue ( de
0% à 100%, chaque extrémité correspondant à une situation extrême).

1. La douleur et son intensité :
Dans quelle mesure avez-vous besoin de traitements contre la douleur pour vous sentir bien ?
pas du tout
parfois
0 %(

tout le temps
)100%

2. Les gestes de la vie quotidienne :
Dans quelle mesure votre douleur perturbe-t-elle les gestes de votre vie quotidienne (sortir du lit, sa brosser les
dents, s'habiller, etc ) ?
pas du tout ( pas de douleur)
moyennement
je ne peux pas sortir du lit
0 %(
)100%
3. La possibilité de soulever quelque chose:
Dans quelle mesure êtes-vous limité(e) pour soulever quelque chose ?
pas du tout ( comme avant)
moyennement
0 %(

je ne peux rien soulever
)100%

4. La marche :
Dans quelle mesure votre douleur limite-elle maintenant votre distance de marche par rapport à celle que vous
pouviez parcourir avant votre problème de dos ?
je marche
comme avant
0 %(

presque comme
avant

5. La position assise :
Dans quelle mesure votre douleur vous gêne-t-elle pour rester assis(e) ?
pas du tout
moyennement
(pas d’aggravation de la douleur)
0 %(

presque plus

plus du tout
)100%

je ne peux pas rester assis (e)
)100%

6. La position debout :
Dans quelle mesure votre douleur vous gêne-t-elle pour rester debout de façon prolongée ?
pas du tout
moyennement
je ne peux pas rester debout
(je reste debout comme avant)
0 %(
)100%
7. Le sommeil :
Dans quelle mesure votre douleur gène-t-elle votre sommeil ?
pas du tout
moyennement
je ne peux pas dormir du tout
( je dors comme avant)
0 %(
)100%
Total X 3 = -------------% de répercussion sur les activités quotidiennes

Version française de l’échelle de Dallas adaptée par la Section Rachis de la Société Française de Rhumatologie- Juillet 97

 
 

 

39  

8. La vie sociale
Dans quelle mesure votre douleur perturbe-t-elle votre vie sociale (danses, jeux et divertissements, repas ou soirées
entre amis, sorties, etc….) ?
pas du tout
moyennement
je n’ai plus aucune activité sociale
(ma vie sociale est comme avant)
0%(
100%)
9. Les déplacements en voiture:
Dans quelle mesure la douleur gêne-t-elle vos déplacements en voiture ?
pas du tout
moyennement
(je me déplace comme avant)
0%(

je ne peux me déplacer en voiture
100%)

10. Les activités professionnelles
Dans quelle mesure votre douleur perturbe-t-elle votre travail ?
pas du tout
moyennement
je ne peux pas travailler
(elle ne me gêne pas)
0%(
100%)
Total X 5 = --------------% de répercussion sur le rapport activités professionnelles/loisirs
11. L’anxiété /Le moral:
Dans quelle mesure estimez-vous que vous parvenez à faire face à ce que l'on exige de vous ?
je fais entièrement face
moyennement
je ne fais pas face
(pas de changement)
0%(
100%)
12. La maîtrise de soi :
Dans quelle mesure estimez-vous que vous arrivez à contrôler vos réactions émotionnelles ?
je les contrôle entièrement
moyennement
je ne les contrôle pas du tout
( pas de changement)
0%(
100%)
13. La dépression
Dans quelle mesure vous sentez-vous déprimé(e) depuis que vous avez mal ?
je ne suis pas déprimé(e)
je suis complètement déprimé(e)
0%(
100%)
Total X 5 = --------------% de répercussion sur le rapport anxiété/dépression
14. Les relations avec les autres
Dans quelle mesure pensez-vous que votre douleur a changé vos relations avec les autres ?
pas de changement
changement radical
0%(
100%)
15. Le soutien dans la vie de tous les jours
Dans quelle mesure avez-vous besoin du soutien des autres depuis que vous avez mal (travaux domestiques,
préparation des repas, etc..) ?
aucun soutien nécessaire
soutien permanent
0%(
100%)
16. Les réactions défavorables des proches
Dans quelle mesure estimez-vous que votre douleur provoque, chez vos proches, de l’irritation, de l’agacement, de la
colère à votre égard ?
pas du tout
parfois
tout le temps
0%(
100%)
Total X 5 = --------------% de répercussion sur la sociabilité

Version française de l’échelle de Dallas adaptée par la Section Rachis de la Société Française de Rhumatologie- Juillet 97

 
 
 
 
 

 

40  

Annexe  6  

 

Nom$/Prénom:$$
!
Date!de!naissance!:!!
Profession!:!!

Adresse!!

Passion(s)/sport(s)/autre!activité!:!

Genre$du$problème$:$
$
$
$
$

Date d’examen :

C/O
Définissez!les!sites!selon!:!
!!!!!!!!!!!!!!!!Constant!
!!!!!!!!!!!!!!!!Intermittent!!
!!!!!!!!!!!!!!!!Variable!
!!!!!!!!!!!!!!!!Invariable!
!!!!!!!!!!!!!!!!Superficiel!
!!!!!!!!!!!!!!!!Profond!
!!!!!!!!!!!!!!!!Aigu!
!!!!!!!!!!!!!!!!Sourd!
!!!!!!!!!!!!!!!!Lancinant!
!!!!!!!!!!!!!!!!Dérangeant!
!!!!!!!!!!!!!!!!Brûlure!
!!!!!!!!!!!!!!!!Electrique!

Vertiges
Signes médullaires
Fourmillements
Tousser
Eternuer

Après l’examen
neurologique :
Sensibilité/Dermatomes

1

 

 

 

41  

Histoire récente : Spontanée (New Use / Over Use / Misuse / Disuse / Abuse), Traumatique

Dans quelle phase est le patient (!,!",!#$)
Histoire ancienne :

Traitements déjà effectués :

Comportement :
SIN
ROM
EOR
Momentary Pain
Ce qui aggrave (temps pour symptômes ! ; temps pour symptômes ") ?

Latency

Ce qui soulage (après combien de temps) ?

Sur 24h ?

AM/PM ?

Pendant la nuit ?
Position de couchage ?
Traitements Suivis ?
2

 

 

 

42  

Questions$spéciales$:$
Etat!de!santé!générale!:!
!
Perte!de!poids!:!
!
Maladie(s)!:!
!
ATCD!:!
!
Médicaments!:!
!
Injections!:!
!
Corticoïdes!:!
!

Examen(s)!complémentaire(s)!?!
!

P/E
Evaluation subjective de la douleur : ….. /10
Observation

Mouvements Actifs (Amplitude ; Sites d*/Signes Comparables)

Tests « si nécessaires » (instabilité, artère vertébrale)
Tests « si nécessaires » Examen neurologique
Tests Neurodynamiques

Mouvements Passifs Accessoires/Physiologiques

3

 
 

 

 

43  

Suivis des traitements et //

4

 
 
 
 
 

 

44  

Annexe  7  

 
Réponses  aux  questionnaires  du  Patient  1  
 

 
 

 

 

45  

 

 

 

46  

 
 
 
 

 

 

47  

 
 
 

 

 

48  

 
 
 
 
 
 

 

49  

Annexe  8  

 
Réponses  aux  questionnaires  du  Patient  2  
 
 

 
 

50  


Aperçu du document Mémoire-DUTMO-2014-Vandenbrande.pdf - page 1/64
 
Mémoire-DUTMO-2014-Vandenbrande.pdf - page 3/64
Mémoire-DUTMO-2014-Vandenbrande.pdf - page 4/64
Mémoire-DUTMO-2014-Vandenbrande.pdf - page 5/64
Mémoire-DUTMO-2014-Vandenbrande.pdf - page 6/64
 




Télécharger le fichier (PDF)


Mémoire-DUTMO-2014-Vandenbrande.pdf (PDF, 6.8 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


memoire dutmo 2014 vandenbrande
lombalgies
livret jeppa programme
planning soutenances memoires salle 11 ceeso lyon 2015
dossier spondylarthro avec reponses
chapitre iv   les ortheses

Sur le même sujet..