Dorian Maillet AL & Europe .pdf



Nom original: Dorian Maillet - AL & Europe.pdfTitre: Microsoft Word - Tour d’horizon de l’Amérique Latine.docxAuteur: Dorian Maillet

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.7.5 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 12/11/2014 à 19:37, depuis l'adresse IP 90.43.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 623 fois.
Taille du document: 1.3 Mo (18 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


 

Dorian  MAILLET  
Géopolitique  

Tour  d’horizon  de  l’Amérique  Latine,  
d’hier  à  aujourd’hui                                  
-­‐                                  
L’Union  Européenne:  Quelles  
perspectives  pour  l’avenir?  

 

 

2013

Table  of  Contents  
Tour  d’horizon  de  l’Amérique  Latine,  d’hier  à  aujourd’hui  ......................................  3  
Introduction  ...........................................................................................................  3  
Histoire  de  l’Amérique  Latine  .................................................................................  4  
Des  premières  populations  à  l’arrivée  de  Christophe  Colomb  ......................................................  4  
Peuples  de  la  Méso-­‐Amérique  .......................................................................................................................  4  
Peuples  d’Amérique  du  Sud  ............................................................................................................................  4  
De  la  «  Conquista  »  aux  premières  déclarations  d’indépendance  ................................................  5  
De  nouveaux  états  soumis  aux  disparités,  aux  alternances  politiques  et  aux  influences  
européennes  et  américaines  .........................................................................................................................  6  

La  Guerre  Froide  et  ses  conséquences  sur  l’Amérique  Latine  ..................................  7  
Préserver  l’Amérique  Latine  du  communisme  .....................................................................................  7  
La  lutte  des  influences  .....................................................................................................................................  7  
Du  communisme  à  l’ultra-­‐libéralisme,  d’Allende  à  Pinochet  ..........................................................  7  
7  années  et  3  politiques  :  Le  cas  du  Pérou  ...............................................................................................  7  
Retour  vers  les  Etats-­‐Unis  et  le  libéralisme  ............................................................................................  8  
L’Amérique  Latine  du  nouveau  millénaire  ..............................................................  8  
De  nouvelles  économies  ..................................................................................................................................  8  
L’ère  de  l’intégration  régionale  ....................................................................................................................  9  
Conclusion  ...........................................................................................................  10  
L’Union  Européenne  :  Quelles  perspectives  pour  l’avenir  ?  ...................................  11  
Remerciements  ....................................................................................................  11  
Introduction  .........................................................................................................  12  
La  construction  de  l’UE  face  à  de  nombreuses  difficultés  ......................................  13  
Des  étapes  franchies  avec  succès  ..............................................................................................................  13  
Rapprochement  du  couple  franco-­‐allemand  .......................................................................................  13  
L’Europe  des  15  face  à  la  mondialisation  .............................................................................................  13  
Un  projet  spectaculaire  :  l’€uro  ................................................................................................................  13  
Le  rêve  européen  à  portée  de  main  pour  les  jeunes  démocraties  ...............................................  14  
Des  difficultés  persistantes  qui  entravent  à  une  véritable  Union  ...............................................  14  
Des  pays  gérés  par  des  majorités  différentes  ......................................................................................  14  
Des  visions  et  intérêts  différents  ...............................................................................................................  14  
Problème  de  représentation  .......................................................................................................................  15  
Quel  avenir  pour  l’Union  Européenne  ?  ................................................................  15  
Des  peuples  en  proie  au  désespoir  ...........................................................................................................  15  
Elargissement  de  l’UE  :  Jusqu’où  irons-­‐nous  ?  ....................................................................................  15  
Des  questions  qui  se  posent  ........................................................................................................................  16  
Conclusion  ...........................................................................................................  18  
 
 
 

2  

 

DORIAN  MAILLET  

Tour   d’horizon   de   l’Amérique   Latine,  
d’hier  à  aujourd’hui  
Introduction  
Avant   de   commencer,   il   est   primordial   de   définir   ce   qu’est   l’Amérique   Latine.  
Comme   son   nom   l’indique,   il   s’agit   de   la   partie   américaine   où   l’on   parle   des  
langues  de  souche  latine  telles  que  le  portugais,  l’espagnol  ou  encore  le  français.  
Sont   concernés   les   Caraïbes,   ainsi   que   l’ensemble   des   pays   situés   au   sud   de   la  
frontière  américano-­‐mexicaine,  à  l’exception  de  la  Guyana  et  du  Suriname  où  l’on  
parle   respectivement   anglais   et   néerlandais.   Le   Québec,   pourtant   francophone,  
n’est  ici  pas  concerné  par  cette  appellation  du  fait  de  sa  situation  géographique.    
 
L’Amérique  Latine  a  une  superficie  d’environ  20  010  600km2.  Sa  population  est  
estimée   à   près   de   600   millions   d’habitants.   Elle   se   répartit   au   sein   de   22   pays,  
comprenant   la   France   à   travers   la   Guyane   française.   Ce   territoire   est   d’ailleurs  
avec   Haïti   le   seul   à   être   francophone.   L’ensemble   des   pays   est   en   fait  
hispanophone,   excepté   le   Brésil   où   l’on   parle   portugais.   D’où   le   surnom  
«  Hispano  America  »  parfois  donné  au  continent.    
 
 
Figure  1:  Les  pays  de  l'Amérique  Latine  hispanophones  (vert),    
lusophones  (orange)  et  francophones  (bleu)  

 

 

DORIAN  MAILLET   3  
 

Histoire  de  l’Amérique  Latine  
Des  premières  populations  à  l’arrivée  de  Christophe  Colomb  
Il   a   existé   plus   d’une   vingtaine   de   civilisations   en   Amérique   Latine,   réparties   aux  
quatre  coins  du  continent.  Les  plus  anciennes  traces  de  vie  humaine  remontent  il  
y  a  plus  de  25000  ans,  près  de  la  ville  actuelle  de  Tuxtla  Gutiérrez  au  Mexique,  et  
plus  généralement  dans  le  sud  du  pays  et  au  Guatemala.    
Peuples  de  la  Méso-­‐Amérique  
Les   premières   traces   de   civilisations   organisées   en   Amérique   Centrale  
remontent   au   XIIIème   siècle   avant   notre   ère  :   Il   s’agit   du   peuple   Olmèque.   Leur  
influence   s’étendait   sur   une   zone   regroupant   le   Mexique   actuel   et   l’Amérique  
Centrale.   Ils   sont   à   l’origine   des   temples   pyramides,   de   l'écriture,   de   l’art,   mais  
également   des   mathématiques,   de   l’astronomie   et   de   l’économie.   Organisés  
territorialement   sous   forme   de   chefferies,   leurs   réalisations   permettent   à  
d’autres  civilisations  d’émerger  telles  que  les  Teotihuacan  où  les  Mayas.  
 
Ces  derniers  apparaissent  au  cours  du  XIème  siècle  avant  JC.  Organisés  sous  forme  
de   cités-­‐états,   ils   n’arriveront   néanmoins   jamais   à   s’unir   politiquement.   Ils   ont  
cependant   exercé   une   forte   influence   culturelle  :   Les   Mayas   sont   en   effet   à  
l’origine   des   villes   les   plus   évoluées   du   continent,   et   innovèrent   dans   les  
domaines   des   mathématiques,   du   calendrier   et   de   l’astronomie.   Ils   possédaient  
par   ailleurs   l’une   des   langues   la   plus   évoluée   d’Amérique,   composée   de  
cryptogrammes   et   gravée   sur   du   bois,   de   la   pierre,   de   la   poterie   ou   encore   écrite  
dans  des  livres.  
L’une  des  dernières  civilisations  à  être  apparue  avant  l’arrivée  des  européens  est  
celle   des   Aztèques,   sédentarisés   au   cours   du   XIVème   siècle   de   notre   ère.   Peu  
considérés   par   les   populations   voisines,   ils   arrivent   néanmoins   à   la   tête   du  
Mexique   grâce   à   leur   puissance   politique   et   de   combat.   Leur   capitale,   Mexico-­‐
Tenochtitlan,  comptait  environ  200  000  habitants  et  était  bâtie  sur  une  île  du  lac  
salé  Texcoco.  Cet  emplacement  est  à  quelques  kilomètres  près  celui  de  la  capitale  
actuelle  du  Mexique.  
Peuples  d’Amérique  du  Sud  
La  première  population  d’Amérique  à  s’être  développée  est  celle  des  Caral  :  Les  
premières  traces  identifiées  remontent  à  3000  ans  avant  JC.  Ils  étaient  installés  
sur  la  côte  nord  de  l’actuel  Pérou  et  possédait  un  groupe  d’agglomérations  dans  
la   vallée   de   la   Supe.   De   nombreux   peuples   se   sont   développés   après   les   Caral  
dans  les  régions  entre  côte  et  Cordillère  des  Andes  :  L’empire  Chimú  sur  le  nord  
du   Pérou,   les   Nazca   et   Paracas   plus   au   sud,   et   les   Tiahuanaco   autour   du   lac  
Titicaca   notamment.   Ses   peuples   sont   dits   «  Andins  »   de   par   cette   situation  
géographique.  
 
La   dernière   civilisation   à   avoir   dominé   les   peuples   Andins   est   celle   des   Incas  :   Ils  
s’installent   au   début   des   années   1400   à   Cuzco,   ville   dont   ils   font   leur   capitale.  
Leurs  villes,  construites  avec  précision,  permettent  à  une  population  estimée  de  
9   à   14   millions   de   personnes   de   se   développer.   Ils   bénéficient   également   d’un  
réseau  routier  avancé  de  près  de  25  000  kilomètres.  L’un  des  domaines  les  plus  
évolués   pour   cette   civilisation   était   l’architecture   et   la   culture   en   terrasse  :   Le  
4  

 

DORIAN  MAILLET  

site  préservé  du  Machu  Picchu  en  est  une  preuve  bien  réelle.  Jusqu’à  l’arrivée  des  
conquistadores,   l’empire   restera   l’un   des   plus   riches   en   or   et   argent,   mais  
également  le  plus  puissant  d’Amérique  du  Sud.  

De  la  «  Conquista  »  aux  premières  déclarations  d’indépendance  
Dans   la   nuit   du   11   au   12   octobre   1492   débarque   Christophe   Colomb   à   San  
Salvador,   la   plus   grande   île   des   Bahamas   actuels.   Ce   jour   marque   l’arrivée   des  
premiers   européens   en   Amérique   Latine   et   aussi   le  
commencement   d’un   bouleversement   majeur   pour   les  
populations  qui  la  composent.  
Suit   une   période   d’exploration   du   continent,   et   la   découverte  
des   différents   peuples   amérindiens.   Les   espagnols  
anéantissent  au  fur  et  à  mesure  les  grands  empires,  grâce  à  
deux   facteurs  :   Ils   sont   tout   d’abord   mieux   armés   et  
possèdent   des   chevaux   qui   créent   la   surprise   et   l’effroi  
lorsque   les   différents   peuples   les   rencontrent.   Ensuite,   les   Figure  2:  Christophe  
rangs  sont  grossis  par  des  mécontents  des  différents  régimes.   Colomb
En  1494,  le  Royaume  de  Castille  et  le  Portugal  se  partagent  le  
Nouveau  Monde  sous  l’égide  du  Pape.  Les  explorations  se  succèdent,  et  en  1519  
Magellan   découvre   et   franchit   un   détroit   en   Argentine   qui   va   lui   permettre   de  
réaliser  le  premier  tour  du  monde.    
 
Les  espagnols  créent  des  institutions  pour  organiser  leurs  nouvelles  provinces  :  
les   vice-­‐royautés.   Chacune   est   gérée   par   un   gouverneur   choisi   par   le   Roi.   Par  
ailleurs,   elles   sont   divisées   en   municipalités   assez   indépendantes   du   fait   de  
l’immensité   du   continent.   L’économie   des   colonies   se   développe   autour   des  
cultures   d’oranges,   de   blé,   de   bovins,   de   chevaux,   de   porcs   et   des   vignes.  
Parallèlement,   les   premières   mines   d’extraction   d’or   dans   les   Antilles   et   les  
Caraïbes   et   d’argent   au   Mexique   voient   le   jour.   La   métropole   espagnole  
souhaitant   conserver   un   monopole   absolu,   le   commerce   entre   les   différentes  
colonies  reste  interdit  jusqu’en  1778.  
 
Les   élites   créoles   s’intéressent   de   plus   en   plus   au   libéralisme.   Loyaux   à   la  
dynastie  des  Bourbons  alors  à  la  tête  de  l’Espagne,  ils  revendiquent  néanmoins  
les  droits  des  peuples.  Au  début  du  XIXème  siècle  Napoléon  1er,  alors  Consul  de  la  
République  Française,  envahit  l’Espagne  et  place  son  frère  Joseph  à  la  tête  de  la  
Couronne.  Une  crise  politique  s’installe  alors  en  Amérique  Latine,  qui  n’accepte  
pas,  à  l’unanimité,  le  nouveau  Roi.    En  1810,  les  républicains  de  Bogota  prennent  
le   pouvoir   en   Nouvelle   Grenade   (Colombie   actuelle)   qui   se   divise   et   se   déchire.  
En  1811,  c’est  au  tour  du  Paraguay  de  devenir  indépendant  mais  pacifiquement,  
puis  au  Venezuela  notamment  grâce  aux  leaders  Francisco  de  Miranda  et  Simon  
Bolivar.  Au  Pérou,  le  vice-­‐Roi  se  voit  renversé  par  les  libéraux  :  L’indépendance  
est  déclarée  par  San  Martin  en  1821.  
Le   Brésil   connaît   une   destinée   tout   à   fait   différente.   La   Couronne   du   Portugal  
s’est   en   effet   réfugiée   dans   la   colonie   lors   de   la   conquête   du   Royaume   par  
Napoléon  1er,  jusqu’en  1820.  Des  protestations  naissent  un  an  plus  tard,  lorsque  
le  Royaume  décide  d’abaisser  «  le  Royaume  associé  »  au  titre  de  simple  colonie.  
Suivent  une  insurrection  et  la  proclamation  de  l’Empire  du  Brésil  en  1822.    

DORIAN  MAILLET   5  
 

De  nouveaux  états  soumis  aux  disparités,  aux  alternances  politiques  et  aux  
influences  européennes  et  américaines  

Du  fait  d’une  application  au  sens  stricte  du  libéralisme,  l’ensemble  des  terres  et  
propriétés   appartiennent   généralement   à   1   ou   2%   de   la   population.   Nait   alors  
une   classe   de   propriétaires   riches   et   puissants  :   Ils   sont   en   effet   les   principaux  
employeurs   et   sources   de   revenus   des   populations.   Engagés   politiquement,   ils  
deviennent   ultra-­‐présents   dans   les   hautes   sphères   des   Etats.   Nait   alors   une  
situation  d’oligarchie.  
 
L’Amérique   Latine   vit   également   une   période  
d’instabilité   concernant   les   différentes   frontières  
qu’elle   contient.   Bolivar   impulse   la   création   de   la  
Grande   Colombie,   correspondant   au   territoire   de  
l’ex   Nouvelle   Grenade.   De   nouvelles   volontés   de  
regroupement   immergent   alors,   telles   la  
République   Centre-­‐Américaine   et   les   Etats-­‐Unis  
du   Sud.   Elles   ne   verront   néanmoins   jamais   le   jour.  
Des   régimes   dirigés   par   des   militaires   naissent  
Figure   3:   Carte   de   la   Grande   dans   certains   pays,   via   d’anciens   généraux  
Colombie  de  Bolivar
victorieux   tel   Ramon   Castilla   au   Pérou.   Dans  
d’autres   pays,   conservateurs   et   libéraux   se  
succèdent  à  la  tête  de  l’Etat,  mais  ni  les  uns  ni  les  autres  n’appliqueront  de  réelles  
politiques   sociales.   Des   contestations   populaires   naissent   parfois,   comme   en  
Colombie  en  1890,  mais  sont  généralement  durement  réprimées.  Ce  sera  le  cas  
cette   année,   où   plus   de   100   000   manifestants   trouvèrent   la   mort.   Seuls   quelques  
états  sont  réellement  démocratiques,  comme  l’Uruguay.  
 
Les  nouveaux  états  souverains  font  également  face  au  néocolonialisme.  En  effet,  
les  pays  d’Europe  (hors  Espagne)  sont  à  la  recherche  de  nouveaux  marchés  et  de  
matières   premières.   En   1823,   les   Etats-­‐Unis,   tout   aussi   intéressés   par   la   richesse  
des  terres  du  sud,  instaurent  deux  principes  dits  «  Monroe  »  :  Le  premier  ferme  
et   interdit   toute   tentative   de   colonisation   de   la   part   d’un   état   européen.   Le  
second  énonce  les  liens  d’amitiés  entre  les  deux  parties,    en  précisant  que  toute  
intervention  sur  le  sol  sud-­‐américain  serait  considérée  comme  une  manifestation  
inamicale   envers   les   EUA.   En   1903,   ce   même   pays   rachète   les   concessions   du  
Canal   de   Panama,   qui   permet   de   traverser   le   continent   en   Amérique   Centrale.  
L’arrivée   de   Roosevelt   en   1933   marque   un   tournant  :   Il   met   en   place   la   politique  
de  bon  voisinage.  Certaines  nationalisations  et  atteintes  aux  intérêts  américains  
sont   autorisées,   et   l’amendement   Platt   est   abrogé  :   L’ingérence   des   Etats-­‐Unis  
dans  la  République  de  Cuba  est  terminée,  les  troupes  américaines  se  retirent.    
 
Quelques  années  après,  la  seconde  guerre  mondiale  éclate  :  L’Europe  passe  sous  
domination   nazie   en   quelques   mois.   Du   côté   Pacifique,   le   Japon   s’étend   sur  
l’Indochine,   la   Mongolie   et   l’Indonésie   notamment.   En   1942,   le   Brésil   et   le  
Mexique  déclarent  la  guerre  à  l’Axe.  La  fin  du  conflit  en  1945  voit  l’émergence  de  
deux  grandes  puissances  :  Les  Etats-­‐Unis  d’Amérique  et  l’URSS.  C’est  le  début  de  
la  Guerre  Froide.    

6  

 

DORIAN  MAILLET  

La  Guerre  Froide  et  ses  conséquences  sur  l’Amérique  Latine  
Préserver  l’Amérique  Latine  du  communisme  
Tels  sont  les  objectifs  premiers  des  Etats-­‐Unis  au  lendemain  de  la  seconde  guerre  
mondiale.  La  bipolarisation  du  monde,  entre  libéraux  et  socialistes  prend  en  effet  
de   plus   en   plus   d’ampleur.   Sous   l’impulsion   des   USA,   le   pacte   de   Rio   est   signé   en  
1947.  Aussi  appelé  Traité  Interaméricain  d’Assistance  Réciproque,  sa  principale  
disposition   est   le   règlement   de   manière   pacifique   des   problèmes   entre   états  
membres,   et   une   assistance   en   cas   d’attaque   extérieure  :   Lancer   une   attaque  
contre  l’un,  s’est  s’attaquer  à  tous.  Il  s’agit  d’une  stratégie  de  domination  pour  les  
Etats-­‐Unis  et  de  préservation  de  ses  avantages  sur  le  continent.    

La  lutte  des  influences  
Ce   traité   n’empêchera   néanmoins   pas   l’URSS   d’intervenir   auprès   des   états   de  
l’Amérique   Latine.   Alors   qu’une   dictature   pro-­‐américaine   est   en   place   à   Cuba   via  
Batista,  elle  est  renversée  en  1959  par  Fidel  Castro  avec  l’appui  des  russes  et  du  
Che   Guevara.   Place   privilégiée   au   cœur   des   Caraïbes,   le   nouvel   état   socialiste  
ferme   immédiatement   ses   frontières,   interdit   le   tourisme,   réforme   les  
propriétés…     Les   Etats-­‐Unis   lèvent   un   embargo   international   et   tentent   ensuite  
de  reprendre  l’île,  sans  succès.  Avec  le  commencement  de  la  crise  des  missiles,  la  
relation  entre  les  américains,  les  cubains  et  les  russes  et  plus  que  tendue.  
 
Parallèlement,  les  guérillas  révolutionnaires  se  multiplient  au  grand  damne  des  
USA,  comme  au  Pérou.  Les  communistes  visent  les  populations  étudiantes  mais  
aussi  indiennes  :  Les  répressions  se  multiplient,  et  sont  souvent  sanglantes.  Pour  
enrayer   les   dictatures   communistes   naissantes,   les   Etats-­‐Unis   décident   de   les  
remplacer   par   des   dictatures   pro-­‐américaines.   Cela   sera   à   l’origine   de   coups  
d’états   tout   aussi   sanguinaires,   comme   au   Chili   avec   Augusto   Pinochet.   Ces  
transitions   à   la   tête   des   états   créent   de   forts   bouleversements   aussi   bien  
économiques  que  sociaux.  
Du  communisme  à  l’ultra-­‐libéralisme,  d’Allende  à  Pinochet  
En   1973,   le   général   Pinochet   assiège   puis   bombarde   le  
palais   présidentiel   chilien   avec   l’aide   de   l’armée.   Le  
président   Salvador   Allende,   élu   trois   ans   plus   tôt,   est  
renversé  et  se  suicide  dans  le  palais  de  la  Moneda.  Une  
transformation  totale  du  pays  suit  :  Pinochet  adopte  une  
politique   ultra   libérale   calquée   sur   le   Fond   Monétaire  
International.   Il   a   la   volonté   d’attirer   les   capitaux   Figure  4:  A.  Pinochet
étrangers   pour   redynamiser   l’économie   nationale.   Il  
adopte  une  monnaie  forte  et  rend  libre  les  achats  et  vente  de  propriétés  :  Le  pays  
devient  alors  un  moteur  économique  local.  
7  années  et  3  politiques  :  Le  cas  du  Pérou  
A   l’inverse   du   Chili,   le   Pérou   a   été   renversé   en   1968   par   un   socialiste  :   Juan  
Velasco   Alvarado.   Dès   lors   commence   la   nationalisation   des   banques   et  
industries,   ainsi   que   l’interdiction   de   l’ensemble   des   symboles   occidentaux.   Les  
capitaux  fuient,  au  contraire  de  l’URSS  qui  s’installe  dans  le  pays  pour  profiter  de  
l’or,  du  pétrole  et  du  plutonium.  L’achat  d’armes  auprès  de  Castro  et  des  russes  
élève  le  Pérou  au  titre  de  puissance  militaire.    
DORIAN  MAILLET   7  
 

A  peine  sept  ans  plus  tard  et  alors  que  le  pays  vit  une  période  noire,  le  général  
Francisco   Cerruti,   président   du   conseil   des   ministres,   relève   Alvarado   de   ses  
fonctions.   Le   socialiste,   affaibli   physiquement,   précisera   dans   une   dernière  
intervention   ne   pas   vouloir   opposer   de   résistance.   Une   politique   libérale   à  
l’image  de  celle  de  Pinochet  est  alors  mise  en  place.  

Retour  vers  les  Etats-­‐Unis  et  le  libéralisme  

Figure  5:  A.  Fujimori

A   l’aube   de   l’éclatement   de   l’URSS,   certains   pays   de   gauche  
tels   le   Venezuela,   le   Brésil   ou   la   Bolivie   se   tournent   à  
nouveau   vers   les   Etats-­‐Unis.   Une   nouvelle   géopolitique   du  
continent   américain   se   dessine,   avec   le   retour   des   USA   en  
tant  que  partenaire  commercial.    
Au   Pérou,   où   une   dictature   maoïste   sanglante   a   sévi   entre  
1980   et   1990,   le   japonais   Alberto   Fujimori   est   élu   pour  
redresser  le  pays.  Appliquant  une  politique  ultra-­‐libérale,  il    
lutte   contre   l’hyperinflation   et   privatise   les   grandes  
industries  du  pays.  Le  pays  possède  alors  l’économie  la  plus  
moderne  du  continent.  
 

L’Amérique  Latine  du  nouveau  millénaire  
De  nouvelles  économies  

Les  pays  d’Amérique  Latine  veulent  tous  rompre  avec  le  passé,  et  se  rapprochent  
alors   du   Fond   Monétaire   International   pour   dynamiser   leurs   économies.  
L’Argentine   et   le   Pérou   seront   les   deux   premiers   à   rejoindre   l’organisation,   en  
1980.  Cette  dernière  devient  le  principal  partenaire  des  états,  dont  elle  devient  
omniprésente  dans  les  domaines  économiques  et  monétaires  :  Elle  joue  un  rôle  
primordial   en   prêtant   de   l’argent,   souvent   à   taux   élevés.   Le   continent   devient  
completement   dépendant   de   l’organisation,   et   c’est   pourquoi   elle   énonce   dix  
principes   à   son   encontre,   qu’il   doit   absolument   respecter   pour   sortir   la   tête   de  
l’eau  :  
o Adopter  une  discipline  budgétaire  stricte  
o Réorienter  les  dépenses  publiques  
o Mettre  en  place  des  réformes  fiscales  
o Libéraliser  les  capitaux  pour  stopper  les  fuites    
o Adopter  des  taux  de  change  réalistes  
o Libéraliser  les  échanges  avec  les  régions  et  les  pays  
o Eliminer  toutes  les  barrières  aux  investissements  directs  à  l’étranger  
o Privatiser  tout  ce  qui  n’est  pas  régalien  
o Rendre  accessible  le  droit  à  la  propriété,  comme  l’énoncent  les  Droits  de  
l’Homme  ainsi  que  les  normes  internationales  en  place  
o Opter  pour  la  dérégulation  
 
 En   1982   de   nombreux   pays   sont   touchés   par   une   crise   sévère.   Grâce   aux  
politiques   ci   dessus   mises   en   place   deux   ans   plus   tard,   les   exportations   vont  
quand   même   augmenter   de   20%   grâce   à   la   hausse   du   cours   du   cuivre.  
Néanmoins,  les  entreprises  ne  sont  pas  préparées  à  l’ouverture  internationale,  et  
la   compétitivité   n’arrive   pas   à   suivre  :   On   assiste   à   la   hausse   des   inégalités  
8  

 

DORIAN  MAILLET  

sociales,  les  mêmes  que  celles  vues  auparavant,  à  l’époque  coloniale.  L’Etat,  qui  
était  alors  encore  présent  dans  les  entreprises,  créé  indirectement  une  nouvelle  
classe   sociale  :   Les   fonctionnaires.   Ces   derniers   ont   en   effet   investi   dans   les  
différentes  entreprises  via  leur  employeur.  
 
La  réponse  du  FMI  est  immédiate  :  Il  faut  absolument  continuer  à  privatiser  les  
entreprises.   Ainsi   le   Mexique   privatise   98%   des   entreprises   publiques,   faisant  
passer   leur   nombre   de   11   000   à   200   seulement.   En   1994,   le   nouvel   accord   de  
libre   échange   nord   américain,   l’ALENA,   permet   la   suppression   progressive   des  
barrières  douanières  entre  Canada,  Etats-­‐Unis  et  Mexique.  Il  va  ainsi  permettre  
une  dynamisation  du  pays  situé  entre  Amérique  du  Nord  et  du  Sud.    
 
L’industrialisation   remarquable   du   continent   à   travers   le   PIB   (35%   du   PIB   du  
Brésil)  cache  une  réelle  disparité  géographique.  Ainsi  certains  pays  vont  mettre  
en   place   des   politiques   d’accueil   poussées,   et   ainsi   dynamiser   durablement   leurs  
économies,   comme   au   Brésil   en   Argentine   et   au   Chili.   A   contrario,   d’autres  
restent  encore  titulaires  des  ressources  dont  ils  disposent,  comme  en  Bolivie  ou  
au  Venezuela.  Il  est  néanmoins  important  de  noter  que  la  monnaie  de  référence  
est   le   dollar   américain,   et   que   chaque   monnaie   locale   est   assez   forte   pour   faire  
face  à  celui-­‐ci.  

L’ère  de  l’intégration  régionale  
Comme   l’a   préconisé   le   FMI,   l’Amérique   Latine   opte   rapidement   pour  
l’intégration   régionale   à   travers   diverses   institutions.   Plusieurs   types  
d’organisation  aux  objectifs  différents  entrent  en  vigueur  petit  à  petit  :  la  Banque  
Interaméricaine   de   Développement,   l’Association   des   Etats   des   Caraïbes,   la  
Communauté  Andine  des  Nations,  la  Communauté  des  Caraïbes…  Ils  ont  tous  des  
noms   très   évocateurs   de   leurs   objectifs  :   Le   développement   géographique   par  
l’union.  La  plus  représentative  de  ces  organisations  est  le  MERCOSUR.  
 
Autrement  appelé  Marché  Commun  des  Pays  du  Sud,  il  a  
pour   modèle   l’Union   Européenne.   Développé  
conjointement   par   le   Brésil,   l’Argentine,   l’Uruguay   et   le  
Paraguay  en  1991,  il  compte  depuis  2012  le  Venezuela  et  
peut   être   bientôt   la   Bolivie   qui   a   fait   une   demande  
d’adhésion.   Il   a   été   établi   par   le   traité   de   l’Asunción,   qui   précise  :   «   La   libre  
circulation   des   biens,   services   et   des   facteurs   productifs   entre   les   pays   dans  
l'établissement   d'un   arsenal   externe   commun   et   l'adoption   d'une   politique  
commerciale   commune,   la   coordination   de   politiques   macroéconomiques   et  
sectorielles  entre  les  États  et  l'harmonisation  des  législations  pour  atteindre  un  
renforcement  du  processus  d'intégration  ».  
S’il   a   prit   une   place   non   négligeable   aux   seins   des   relations   entre   pays   sud-­‐
américains,  il  lui  manque  encore  le  pouvoir  institutionnel.  
 
 

DORIAN  MAILLET   9  
 

Conclusion  

L’Amérique   Latine   a   vu   en   six   siècles   sa   terre   se   transformer.   Des   Aztèques   au  
Mexique,   des   Incas   au   Pérou,   sans   oublier   les   grandes   conquêtes,   au   bilan  
humain   bien   désastreux.   Que   serait   le   continent   aujourd’hui   si   les   espagnols  
n’avaient  pas  anéantis  les  grands  empires  ?  Et  si  Napoléon  n’avait  pas  placé  son  
frère  à  la  tête  de  l’Espagne  ?    
 
Aujourd’hui  en  tout  cas,  l’Amérique  Latine  n’échappe  pas  à  la  crise  mondiale.  La  
demande   externe   est   moins   forte,   et   le   cours   des   matières   premières   est   à   la  
baisse.  Le  Brésil  a  été  le  premier  pays  touché,  suivi  du  Chili  puis  de  l’ensemble  du  
continent.    
 
Si  certains  tels  que  l’Argentine  annoncent  une  croissance  nulle  et  une  inflation  de  
25%,  d’autres  tirent  encore  bien  leur  épingle  du  jeu  tel  le  Mexique.  Sa  croissance  
estimée   pour   2014   est   de   3,8%.   Cela   peut   s’expliquer   par   la   zone   d’influence   des  
Etats-­‐Unis,  et  aussi  grâce  à  la  main  d’œuvre  à  prix  modéré  qu’offre  le  pays.  Reste  
à   savoir   comment   s’annoncent   les   décennies   à   venir,   avec   notamment   les   grands  
évènements  sportifs  de  2014  et  2016  au  Brésil  :  Auront  ils  un  impact  positif  sur  
le  pays  ?  Et  le  continent  ?    
 

10  

 

DORIAN  MAILLET  

L’Union  Européenne  :  Quelles  
perspectives  pour  l’avenir  ?  
Remerciements  
J’ai  eu  la  joie  lors  de  cette  recherche  documentaire  de  rencontrer  et  de  discuter  
avec   des   acteurs   de   l’Union   Européenne.   C’est   grâce   à   leur   travail,   mais   surtout   à  
leur   volonté   qu’elle   peut   avancer.   A   ce   titre   je   tiens   particulièrement   à   les  
remercier.  
 
 
 

Mme  Françoise  GROSSETÊTE  
Député  Européenne  pour  les  régions  Rhône  Alpes,  PACA  et  
Corse  
 

 

 

M.  Ingo  ESPENSCHIED  
Journaliste  et  expert  des  relations  franco-­‐allemandes  et  
européennes  
 
 
 
 

M.  Alain  MOYNE-­‐BRESSAND  
Député-­‐Maire  de  Crémieu,  Isère  
 
 
 
 

Le  Comité  de  Jumelage  de  Bourgoin-­‐Jallieu

 
 
DORIAN  MAILLET   11  
 

Introduction  

L’Europe  est  le  fruit  d’un  idéal  humaniste  et  pacifique  :  Il  s’agissait  de  créer  les  
«  Etats-­‐Unis   d’Europe  »,   selon   la   formule   de   Victor   Hugo.   Au   lendemain   de   la  
seconde  guerre  mondiale,  un  nouvel  espoir  est  né,  via  la  volonté  de  dépassement  
des  antagonismes  nationaux  et  pour  une  paix  durable.  Robert  Schuman,  Konrad  
Adenauer,   Alcide   De   Gasperi,   Winston   Churchill   et   Jean   Monnet   s’engagèrent  
alors  pour  la  création  d’une  organisation  structurée  de  l’Europe  de  l’Ouest.  Le  9  
mai   1950   nait   la   Communauté   Européenne   du   Charbon   et   de   l’Acier   (CECA)  
placée  sur  une  Haute  Autorité  commune.    
 
L’impulsion   est   lancée.   Les   six   états   fondateurs   à   savoir   la   Belgique,   la  
République  Fédérale  d’Allemagne,  la  France,  l’Italie,  le  Luxembourg  et  les  Pays-­‐
Bas   décident   la   création   de   la   Communauté   Européenne   de   l’Énergie   Atomique  
(EURATOM)   et   de   la   Communauté   Économique   Européenne   (CEE).   Cela   a   été  
rendu   possible   par   le   Traité   de   Rome,   ratifié   en   1957.   Ses   objectifs   sont   la  
création   d’un   marché   commun,   et   de   politiques   agricoles   et   commerciales  
communes.    Ainsi  sont  posées  les  premières  pierres  de  l’Union  Européenne.  
 
 
 

Figure   6:   Les   six   pays   composant   la   Communauté  
Économique  Européenne  en  1957

12  

 

DORIAN  MAILLET  

La  construction  de  l’UE  face  à  de  nombreuses  difficultés  

Unir  des  pays  déchirés  et  dévastés  au  lendemain  de  la  seconde  guerre  mondiale  
n’est   pas   une   chose   aisée.   Le   couple   franco-­‐allemand,   moteur   du   projet   de  
création   d’une   union   entre   les   pays   d’Europe   occidentale,   a   par   exemple   connu  
trois  guerres  en  à  peine  cent  ans  !  

Des  étapes  franchies  avec  succès  
Rapprochement  du  couple  franco-­‐allemand  
L’Allemagne   devient   rapidement   la   première  
puissant  
européenne,  
aussi  
bien  
démographiquement   qu’économiquement.   Les  
liens   entre   les   deux   pays   se   resserrent   et   ils  
tentent   d’adopter   des   stratégies   communes.  
Pour   ce   faire,   un   rééquilibrage   des   relations  
Paris-­‐Berlin   est   nécessaire  :   La   responsabilité   de  
la   France   sur   l’Allemagne   s’efface,   et   le   premier   Figure   7:   Le   président   français   F.  
et   le   chancelier   allemand  
mets   fin   à   sa   tutelle   sur   le   second.   Le   Mitterrand  
H.  Kohl  à  Verdun  en  1984
quadripartisme   d’après   guerre   est   terminé,  
même   si   la   France   conserve   trois   différences  
majeures  :  Elle  détient  toujours  le  feu  nucléaire,  un  siège  permanent  au  Conseil  
de  Sécurité  de  l’ONU  et  des  relations  privilégiées  avec  de  nombreux  pays  via  la  
francophonie.   Le   Traité   de   Moscou   de   1990   fixera   pour   de   bon   la   position   de  
l’Allemagne  sur  la  scène  européenne  et  internationale.    
L’Europe  des  15  face  à  la  mondialisation  
1995   marque   la   date   du   premier   élargissement   de   l’Union   Européenne   avec  
l’adhésion  de  l’Autriche,  de  la  Finlande  et  de  la  Suède.  Cette  date  est  aussi  celle  
d’une   prise   de   conscience   des   défis   croissants   de   la   mondialisation   auxquels   doit  
faire  face  l’Union.  Pour  certains,  les  profonds  changements  du  tissu  économique  
donne  lieu  à  des  problèmes  sociaux  et  chocs  culturels.  Le  chômage  augmente  et  
les   pensions   de   retraite   coûtent   cher   aux   différentes   économies  :   Des   réformes  
sont  réclamées  par  l’opinion  publique.  
L’Union   adopte   alors   «  la   Stratégie   de   Lisbonne  »   en   mars   2000,   dans   l’objectif  
premier   de   faire   face   aux   Etats-­‐Unis   et   aux   nouveaux   pays   industrialisés.   C’est  
aussi   l’occasion   de   promouvoir   l’innovation   et   l’investissement   au   sein   des  
entreprises.   La   dernière   étape   du   plan   est   la   mise   en   place   de   la   monnaie   unique  
en  2002  :  l’Euro.  
Un  projet  spectaculaire  :  l’€uro  
Tout   commence   en   1971,   alors   que   les   Etats-­‐Unis   décident   de   supprimer   la  
relation   fixe   entre   l’étalon-­‐or   et   e   dollar.   Le   système   de   taux   de   change   fixe   et  
révolu.   Les   banques   centrales   et   la   CEE   mettent   en   place   le   système   monétaire  
européen  afin  de  réduire  à  2,25%  les  marges  de  fluctuations  entre  les  différentes  
devises   européennes.   En   1989   à   Madrid,   les   dirigeants   de   l’UE   créent   l’Union  
économique   et   monétaire,   à   l’origine   de   l’Euro   et   qui   sera   intégré   au   traité   de  
Maastricht.  L’Euro  est  adopté  le  1er  janvier  2002  dans  les  douze  pays  de  la  zone  
euro  :   La   devise   prend   alors   le   statut   de   grande   monnaie   de   paiement   face   au  
dollar.    
DORIAN  MAILLET   13  
 

Le  rêve  européen  à  portée  de  main  pour  les  jeunes  démocraties  
Un   élargissement   sans   précédent   dans   l’histoire   de   l’Union   Européenne   est   en  
marche.   Les   anciens   pays   dits   «  démocratiques  »   du   bloc   soviétique   à   savoir   la  
Hongrie,  la  Pologne,  la  République  Tchèque  et  la  Slovaquie,  les  trois  pays  baltes,  
la   Slovénie,   Chypre   et   Malte   frappent   à   la   porte   de   l’Union   et   l’intégrent   en   2004.  
En   2007,   c’est   au   tour   de   la   Bulgarie   et   de   la   Roumanie   de   rejoindre   ce   beau  
projet.  La  volonté  des  parlementaires  européens,  mais  aussi  la  réelle  volonté  de  
ces   jeunes   démocraties   de   relancer   leurs   économies   fait   grimper   le   nombre  
d’états  membres  à  27.    
Mais  les  institutions  et  traités  n’avaient  pas  prévu  une  
gouvernance  à  tant,  et  prendre  des  décisions  devient  
archaïque.     En   juin   2004   est   alors   signé   le   projet   de  
Constitution   Européenne   qui   se   substituerait   aux  
traités   existants.   Mais   les   peuples   français   et  
néerlandais   refusent   par   référendum   d’adhérer   au  
Traité  de  Rome.    
Face   à   cet   échec   est   créé   et   ratifié   le   Traité   de  
Lisbonne   en   2007.   Mis   en   place   en   2009,   il   ne   se   substitue   pas   aux   précédents  
mais   les   modifie   amplement,   et   prend   en   compte   une   grande   partie   des   idées  
proposées  dans  la  Constitution.  Les  nouveautés  comprennent  la  nomination  d’un  
président   permanent   du   Conseil   européen,   celle   d’un   haut   représentant   de  
l’Union  pour  la  politique  de  sécurité  mais  aussi  pour  les  affaires  étrangères.    

Des  difficultés  persistantes  qui  entravent  une  véritable  Union  
Des  pays  gérés  par  des  majorités  différentes  
Trouver   des   accords   entre   les   pays   peut   devenir   très   compliqué   lorsque   ces  
derniers  ne  sont  pas  gouvernés  par  des  partis  en  concordance.  En  mai  2012,  la  
France  est  passée  par  exemple  à  gauche,  et  doit  faire  à  une  Allemagne  dirigée  par  
Angela  Merkel…de  droite.  Et  c’est  le  cas  pour  de  nombreux  pays,  tels  l’Autriche  et  
la   Hongrie,   ou   encore   l’Irlande   et   le   Royaume   Uni.   Face   à   la   crise,   les   idées   ne  
sont   pas   les   mêmes,   et   ralentissent   parfois   la   prise   de   décisions   pourtant  
fondamentales.    
Une   des   solutions   serait   de   donner   un   peu   plus   de   pouvoir   au   Parlement  
Européen  et  ainsi  se  séparer  d’un  peu  de  souveraineté.  Si  l’idée  peut  déplaire  à  
beaucoup,   elle   permettrait   pourtant   de   dépasser   les   frontières   politiques   et   de  
faire  avancer  l’Europe.  Par  ailleurs  cela  rendrait  les  élections  européennes  plus  
importantes   aux   yeux   des   différents   peuples  :   Elles   ne   recueillent   en   effet   que  
très   peu   d’attention   et   ont   les   plus   forts   taux   d’abstention   toutes   élections   et  
pays  confondus.    
Des  visions  et  intérêts  différents  
Avec   l’arrivée   de   la   Croatie   en   2013,   l’UE   compte   désormais   28   membres.   Et  
malgré  tout,   ils   restent   souvent   opposés,   notamment   à   cause   des   guerres   du  
passé,  qui  ont  laissé  de  lourdes  traces.  Il  ne  s’agit  finalement  pas  d’amitié,  mais  
de   partenariats   entre   les   pays  :   Certains   sont   parfois   concurrents   dans   certains  
domaines,   notamment   économiques  !   Chacun   voit   en   fonction   de   ses   calculs,  
intérêts  nationaux  et  autres  opportunités,  ce  qui  représente  un  frein  de  taille.    
C’est   sans   compter   les   différentes   visions   géopolitiques,   variant   d’un   état   à  
l’autre  :   L’Allemagne   va   par   exemple   voir   un   allié   de   taille   en   la   Russie   et  
14  

 

DORIAN  MAILLET  

Vladimir   Poutine,   au   grand   damne   de   pays   tels   la   Pologne   ou   la   Lettonie,  
anciennes   «  démocraties  »   du   bloc   soviétique.   Ces   derniers   soutiendraient   plus  
volontiers  l’Ukraine  et  la  Biélorussie,  ce  qui  est  impensable  pour  d’autres  à  cause  
de   leur   instabilité   politique   et   autres   démarches   peu   démocratiques.   Sans  
compter  sur  le  cas  de  la  Turquie,  qui  a  fait  sa  candidature  en  1987  :  Certains  s’en  
réjouissent,   d’autres   craignent   les   différences   culturelles   et   une   possible  
frontières  avec  des  pays  en  guerre  telle  la  Syrie.  
Problème  de  représentation    
L’Union   Européenne   est   représentée   par   plusieurs   membres   dans   les   grandes  
institutions   internationales,   comme   au   G20   où   sont   présents   l’Italie,   l’Allemagne,  
la   France,   le   Royaume-­‐Uni   et   l’Union   Européenne.   C’est   le   même   cas   à  
l’Organisation  des  Nations  Unies,  ou  au  G8  par  exemple.    
La   question   se   pose   quant   à   la   représentation   de   l’ensemble   des   pays   par   une  
délégation,  et  ainsi  l’élever  au  niveau  des  grandes  puissances  de  ce  monde  tel  le  
Japon   ou   les   Etats-­‐Unis.   Cela   aiderait   par   ailleurs   à   prendre   des   décisions  
communes,  si  une  réforme  institutionnelle  est  engagée.  

Quel  avenir  pour  l’Union  Européenne  ?  
Des  peuples  en  proie  au  désespoir  
Les   problèmes,   qu’ils   soient   économiques   ou   sociaux   se   multiplient,   et   l’Union  
doit  y  faire  face  si  elle  veut  rester  soudée.  La  crise  de  2008  a  affaibli  nombre  de  
régions   et   fait   bondir   le   chômage.   Conséquence  :   Le   changement   de   nombreux  
gouvernements  comme  à  la  tête  de  l’Espagne  ou  de  la  France.  Cela  a  renforcé  ou  
fait  apparaitre  certaines  divergences  majeures  au  plan  politique.    
C’était   sans   compter   sur   le   conflit   Syrien,   qui   a  
démontré   au   monde   entier   l’impossibilité   pour  
l’Europe  d’avoir  une  stratégie  militaire  commune  :  
Alors   que   la   France   appelait   à   l’intervention,   les  
autres   nations   paraissaient   beaucoup   plus  
réservées.   Pour   le   plus   grand   plaisir   du  
«  Président  »   Syrien   Bachar   El-­‐Assad,   qui   profitant  
de   la   situation   s’est   offert   le   plaisir   de   menacer   la  
France   de   représailles   en   cas   d’intrusion   sur   le  
territoire.   Quelle   place   à   désormais   l’Union  
Européenne  sur  la  scène  militaire  internationale  ?  
Par   ailleurs,   elle   doit   faire   face   à   un   mal   maintenant   grandissant  :   La   montée   des  
partis  extrémistes.  En  France  et  en  Grèce  par  exemple,  avec  l’élection  de  députés  
de  l’extrême  droite.  Mais  également  en  Slovaquie  où  un  homme  a  créé  la  surprise  
en  étant  élu  Président  d’une  région  du  centre  du  pays.  Il  appartient  au  Slovenska  
Pospolitost,  l’équivalent  du  Front  National  français.  
Figure   8:   Déclaration   de   Monsieur  
F.   Hollande   à   propos   du   conflit  
syrien,    le  23  Août  2013

Elargissement  de  l’UE  :  Jusqu’où  irons-­‐nous  ?  
Les   frontières   géographiques   de   l’Union   Européennes   ont   été   repoussées   au   fil  
des  nouvelles  adhésions  à  l’organisation.  La  perception  des  frontières  «  ultimes  »  
dépend   des   pays   et   aussi   de   l’opinion   publique.   Ainsi   comme   cité   auparavant,   les  
pays   baltes   et   la   Pologne   souhaiteraient   voir   l’Ukraine   à   leurs   côtés,   mais   ses  
DORIAN  MAILLET   15  
 

propres  voisins  comme  le  Belarus  à  la  situation  politique  délicate  et  la  Moldavie  
à  la  position  stratégique  posent  certains  problèmes.  Même  cas  de  figure  pour  la  
Turquie   vis-­‐à-­‐vis   des   états   caucasiens   tels   la   Géorgie   ou   l’Arménie.   La   Russie  
quant  à  elle  pose  un  problème  différent  :  Comment  l’intégrer  sans  déséquilibrer  
politiquement   et   géographiquement   l’Union   Européenne  ?   C’est   pourquoi   a   été  
créé   le   Conseil   de   l’Europe,   qui   compte   quarante-­‐sept   membres   mais   qui   est  
totalement  indépendant  de  l’Union  Européenne.    
Certains  états,  pourtant  au  cœur  géographique  de  l’UE,  n’en  font  pas  partie  tels  la  
Norvège,   la   Suisse   ou   encore   le   Liechtenstein.   S’ils   remplissent   les   conditions  
nécessaires  à  l’adhésion,  leur  opinion  publique  n’y  consent  pas  à  l’heure  actuelle.  
 
La  stabilité  et  la  sécurité  des  pays  voisins  sont  des  questions  primordiales  pour  
l’UE  qui  souhaite  éviter  les  risques  d’insécurité  tels  l’immigration  clandestine,  le  
développement   du   crime   organisé   ou   du   terrorisme   et   la   dégradation  
environnementale.   Dans   l’optique   d’un   rapprochement   sans   adhésion,   l’Union  
Européenne  a  développé  une  nouvelle  politique  européenne  de  voisinage  (PEV).  
Deux  groupes  se  distinguent  :  Le  sud  est  du  continent  avec  l’Arménie,  le  Belarus  
ou   encore   l’Ukraine,   et   le   sud   méditerranéen   avec   l’Algérie,   Israël   ou   encore   le  
Maroc.   Ils   peuvent   ainsi   bénéficier   d’accords   bilatéraux   de   partenariat   et   de  
coopération.   En   échange,   ils   se   doivent   d’adopter   certaines   valeurs   telles   la  
démocratie,  le  respect  des  droits  de  l’homme  et  la  réduction  de  la  pauvreté.  

Des  questions  qui  se  posent  
Jean   Monnet,   l’un   des   pères   fondateurs   de   l’Union  
Européenne,   considérait   les   communautés   comme  
étant   «  les   formes   d’organisations   du   monde   de  
demain1  ».   Mais   peut   on   considérer   en   2013   que   l’UE  
est   toujours   un   projet   pertinent   face   à   la  
mondialisation  ?   Alors   que   nous   sommes   plus   de   500  
millions  d’européens,  comment  valoriser  leur  potentiel  
malgré   des   langues,   des   valeurs   et   des  
intérêts  différents  ?  
Alors  que  les  couvertures  se  tirent  vers  chacun  lorsque  
les   intérêts   sont   menacés,   ne   pourrait   on   pas   espérer   la  
création   d’un   espace   politique   commun  ?   Serons   nous  
un  jour  européen,  tout  en  restant  profondément  attaché   Figure  9:  Jean  Monnet
à  son  pays,  à  sa  culture  et  à  ses  traditions  ?  Une  certaine  
angoisse   est   partagée   à   travers   de   nombreuses   régions   à   travers   l’Europe,   même  
s’il   n’a   jamais   été   question   de   suppression   ou   de   disparition   des   nations.   De   ce  
fait,  sera-­‐t-­‐il  possible  un  jour  de  continuer  d’aller  de  l’avant,  grâce  à  une  volonté  
des  Etats  et  peuples  de  l’Union  Européenne  ?  
Et   concernant   la   mondialisation,   comment   l’Europe   peut-­‐elle   protéger   ses  
marchés   et   sa   volonté   environnementale   face   aux   géants   tels   les   Etats-­‐Unis   ou   le  
Japon,   mais   aussi   envers   les   nouvelles   puissances   telles   le   Brésil   et   la   Chine  ?  
L’Union  doit  jouer  un  rôle  sur  la  scène  internationale  dans  ce  domaine,  et  aussi  
dans   ceux   de   la   diplomatie   et   de   l’armée  :   Nos   dirigeants   communautaires  
                                                                                                               
1  Jean  Monnet,  Mémoires,  1976  
16  

 

DORIAN  MAILLET  

doivent   avoir   plus   de   pouvoir   tout   en   restant   cohérents,   pour   être   en   mesure  
d’adopter  des  décisions  fortes.    
De   nombreuses   questions   restent   en   suspens,   et   doivent   pourtant   trouver   une  
réponse   le   plus   rapidement   possible.   Car   si   l’Europe   piétine,   c’est   car   elle   n’a   pas  
une   voix   commune   en   la   personne   d’un   dirigeant   ou   d’un   conseil  
communautaire.  

 

 

DORIAN  MAILLET   17  
 

Conclusion  

L’Union  Européenne  a  su  marquer  l’international  par  son  unité  et  ses  avancées  :  
La   monnaie   unique   en   est   une   preuve  !   En   1999,   onze   pays   réunis   par   l’Union  
économique   et   monétaire   décident   d’adopter   l’Euro.   Une   décision   forte,  
positionnant   la   communauté   auprès   de   puissances   économiques   tels   les   Etats-­‐
Unis  d’Amérique  et  le  dollar.  Le  refus  de  la  Constitution  Européenne  par  les  Pays-­‐
Bas   et   la   France   marquera   un   premier   arrêt   à   la   construction,   qui   peinera   dès  
lors  à  avancer  conjointement.  
 
L’un   des   atouts   majeurs   de   l’Union   Européenne   reste   le   rayonnement   de   ses  
valeurs,  telles  les  droits  de  l’homme,  le  respect  du  droit,  le  maintien  de  minimum  
sociaux   et   la   protection   de   l’environnement.   Si   elle   ne   représente   pas   un   modèle,  
elle  reste  néanmoins  une  référence  notamment  pour  les  pays  d’Amérique  Latine.  
Les   défis   ont   évolué   avec   le   temps  :   Elle   doit   désormais   adopter   des   politiques  
adéquates   face   au   vieillissement   de   sa   population,   tout   en   intégrant   les  
différentes   vagues   d’immigration,   en   restant   performant   scientifiquement   et   en  
restant  un  espace  de  liberté.  
 
Elle   doit   par   ailleurs   miser   sur   la   jeunesse  :   Certains   n’ont   connu   que   l’Union  
Européenne   et   se   sentent   autant   français,   belges,   italiens   ou   polonais  
qu’européens.   Ils   représentent   l’avenir   de   l’Europe,   et   impulseront   peut   être   la  
création   d’une   fédération  :   Peut   être   auront   ils   la   volonté   de   créer   les   «  Etats-­‐
Unis  d’Europe  »,  si  chers  à  Victor  Hugo  ?  
 
 

Figure  10:  Drapeau  de  l'Union  Européenne

18  

 

DORIAN  MAILLET  


Dorian Maillet - AL & Europe.pdf - page 1/18
 
Dorian Maillet - AL & Europe.pdf - page 2/18
Dorian Maillet - AL & Europe.pdf - page 3/18
Dorian Maillet - AL & Europe.pdf - page 4/18
Dorian Maillet - AL & Europe.pdf - page 5/18
Dorian Maillet - AL & Europe.pdf - page 6/18
 




Télécharger le fichier (PDF)


Dorian Maillet - AL & Europe.pdf (PDF, 1.3 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


dorian maillet al europe
amerique usa bresil
ch 3 i cours geo ts 1
europe fiches 1
2nd hist t1 cours complet l1 l2 2018 2019
tract mobilisation 20juin2015