Dorian Maillet AL & Europe.pdf


Aperçu du fichier PDF dorian-maillet-al-europe.pdf

Page 1...4 5 67818




Aperçu texte


De  nouveaux  états  soumis  aux  disparités,  aux  alternances  politiques  et  aux  
influences  européennes  et  américaines  

Du  fait  d’une  application  au  sens  stricte  du  libéralisme,  l’ensemble  des  terres  et  
propriétés   appartiennent   généralement   à   1   ou   2%   de   la   population.   Nait   alors  
une   classe   de   propriétaires   riches   et   puissants  :   Ils   sont   en   effet   les   principaux  
employeurs   et   sources   de   revenus   des   populations.   Engagés   politiquement,   ils  
deviennent   ultra-­‐présents   dans   les   hautes   sphères   des   Etats.   Nait   alors   une  
situation  d’oligarchie.  
 
L’Amérique   Latine   vit   également   une   période  
d’instabilité   concernant   les   différentes   frontières  
qu’elle   contient.   Bolivar   impulse   la   création   de   la  
Grande   Colombie,   correspondant   au   territoire   de  
l’ex   Nouvelle   Grenade.   De   nouvelles   volontés   de  
regroupement   immergent   alors,   telles   la  
République   Centre-­‐Américaine   et   les   Etats-­‐Unis  
du   Sud.   Elles   ne   verront   néanmoins   jamais   le   jour.  
Des   régimes   dirigés   par   des   militaires   naissent  
Figure   3:   Carte   de   la   Grande   dans   certains   pays,   via   d’anciens   généraux  
Colombie  de  Bolivar
victorieux   tel   Ramon   Castilla   au   Pérou.   Dans  
d’autres   pays,   conservateurs   et   libéraux   se  
succèdent  à  la  tête  de  l’Etat,  mais  ni  les  uns  ni  les  autres  n’appliqueront  de  réelles  
politiques   sociales.   Des   contestations   populaires   naissent   parfois,   comme   en  
Colombie  en  1890,  mais  sont  généralement  durement  réprimées.  Ce  sera  le  cas  
cette   année,   où   plus   de   100   000   manifestants   trouvèrent   la   mort.   Seuls   quelques  
états  sont  réellement  démocratiques,  comme  l’Uruguay.  
 
Les  nouveaux  états  souverains  font  également  face  au  néocolonialisme.  En  effet,  
les  pays  d’Europe  (hors  Espagne)  sont  à  la  recherche  de  nouveaux  marchés  et  de  
matières   premières.   En   1823,   les   Etats-­‐Unis,   tout   aussi   intéressés   par   la   richesse  
des  terres  du  sud,  instaurent  deux  principes  dits  «  Monroe  »  :  Le  premier  ferme  
et   interdit   toute   tentative   de   colonisation   de   la   part   d’un   état   européen.   Le  
second  énonce  les  liens  d’amitiés  entre  les  deux  parties,    en  précisant  que  toute  
intervention  sur  le  sol  sud-­‐américain  serait  considérée  comme  une  manifestation  
inamicale   envers   les   EUA.   En   1903,   ce   même   pays   rachète   les   concessions   du  
Canal   de   Panama,   qui   permet   de   traverser   le   continent   en   Amérique   Centrale.  
L’arrivée   de   Roosevelt   en   1933   marque   un   tournant  :   Il   met   en   place   la   politique  
de  bon  voisinage.  Certaines  nationalisations  et  atteintes  aux  intérêts  américains  
sont   autorisées,   et   l’amendement   Platt   est   abrogé  :   L’ingérence   des   Etats-­‐Unis  
dans  la  République  de  Cuba  est  terminée,  les  troupes  américaines  se  retirent.    
 
Quelques  années  après,  la  seconde  guerre  mondiale  éclate  :  L’Europe  passe  sous  
domination   nazie   en   quelques   mois.   Du   côté   Pacifique,   le   Japon   s’étend   sur  
l’Indochine,   la   Mongolie   et   l’Indonésie   notamment.   En   1942,   le   Brésil   et   le  
Mexique  déclarent  la  guerre  à  l’Axe.  La  fin  du  conflit  en  1945  voit  l’émergence  de  
deux  grandes  puissances  :  Les  Etats-­‐Unis  d’Amérique  et  l’URSS.  C’est  le  début  de  
la  Guerre  Froide.    

6  

 

DORIAN  MAILLET