Dorian Maillet AL & Europe.pdf


Aperçu du fichier PDF dorian-maillet-al-europe.pdf

Page 1...5 6 78918




Aperçu texte


La  Guerre  Froide  et  ses  conséquences  sur  l’Amérique  Latine  
Préserver  l’Amérique  Latine  du  communisme  
Tels  sont  les  objectifs  premiers  des  Etats-­‐Unis  au  lendemain  de  la  seconde  guerre  
mondiale.  La  bipolarisation  du  monde,  entre  libéraux  et  socialistes  prend  en  effet  
de   plus   en   plus   d’ampleur.   Sous   l’impulsion   des   USA,   le   pacte   de   Rio   est   signé   en  
1947.  Aussi  appelé  Traité  Interaméricain  d’Assistance  Réciproque,  sa  principale  
disposition   est   le   règlement   de   manière   pacifique   des   problèmes   entre   états  
membres,   et   une   assistance   en   cas   d’attaque   extérieure  :   Lancer   une   attaque  
contre  l’un,  s’est  s’attaquer  à  tous.  Il  s’agit  d’une  stratégie  de  domination  pour  les  
Etats-­‐Unis  et  de  préservation  de  ses  avantages  sur  le  continent.    

La  lutte  des  influences  
Ce   traité   n’empêchera   néanmoins   pas   l’URSS   d’intervenir   auprès   des   états   de  
l’Amérique   Latine.   Alors   qu’une   dictature   pro-­‐américaine   est   en   place   à   Cuba   via  
Batista,  elle  est  renversée  en  1959  par  Fidel  Castro  avec  l’appui  des  russes  et  du  
Che   Guevara.   Place   privilégiée   au   cœur   des   Caraïbes,   le   nouvel   état   socialiste  
ferme   immédiatement   ses   frontières,   interdit   le   tourisme,   réforme   les  
propriétés…     Les   Etats-­‐Unis   lèvent   un   embargo   international   et   tentent   ensuite  
de  reprendre  l’île,  sans  succès.  Avec  le  commencement  de  la  crise  des  missiles,  la  
relation  entre  les  américains,  les  cubains  et  les  russes  et  plus  que  tendue.  
 
Parallèlement,  les  guérillas  révolutionnaires  se  multiplient  au  grand  damne  des  
USA,  comme  au  Pérou.  Les  communistes  visent  les  populations  étudiantes  mais  
aussi  indiennes  :  Les  répressions  se  multiplient,  et  sont  souvent  sanglantes.  Pour  
enrayer   les   dictatures   communistes   naissantes,   les   Etats-­‐Unis   décident   de   les  
remplacer   par   des   dictatures   pro-­‐américaines.   Cela   sera   à   l’origine   de   coups  
d’états   tout   aussi   sanguinaires,   comme   au   Chili   avec   Augusto   Pinochet.   Ces  
transitions   à   la   tête   des   états   créent   de   forts   bouleversements   aussi   bien  
économiques  que  sociaux.  
Du  communisme  à  l’ultra-­‐libéralisme,  d’Allende  à  Pinochet  
En   1973,   le   général   Pinochet   assiège   puis   bombarde   le  
palais   présidentiel   chilien   avec   l’aide   de   l’armée.   Le  
président   Salvador   Allende,   élu   trois   ans   plus   tôt,   est  
renversé  et  se  suicide  dans  le  palais  de  la  Moneda.  Une  
transformation  totale  du  pays  suit  :  Pinochet  adopte  une  
politique   ultra   libérale   calquée   sur   le   Fond   Monétaire  
International.   Il   a   la   volonté   d’attirer   les   capitaux   Figure  4:  A.  Pinochet
étrangers   pour   redynamiser   l’économie   nationale.   Il  
adopte  une  monnaie  forte  et  rend  libre  les  achats  et  vente  de  propriétés  :  Le  pays  
devient  alors  un  moteur  économique  local.  
7  années  et  3  politiques  :  Le  cas  du  Pérou  
A   l’inverse   du   Chili,   le   Pérou   a   été   renversé   en   1968   par   un   socialiste  :   Juan  
Velasco   Alvarado.   Dès   lors   commence   la   nationalisation   des   banques   et  
industries,   ainsi   que   l’interdiction   de   l’ensemble   des   symboles   occidentaux.   Les  
capitaux  fuient,  au  contraire  de  l’URSS  qui  s’installe  dans  le  pays  pour  profiter  de  
l’or,  du  pétrole  et  du  plutonium.  L’achat  d’armes  auprès  de  Castro  et  des  russes  
élève  le  Pérou  au  titre  de  puissance  militaire.    
DORIAN  MAILLET   7