Genève avril 2013.pdf


Aperçu du fichier PDF geneve-avril-2013.pdf

Page 12329




Aperçu texte


Barbara Kleman, chargée des
mobilités actives à la mairie de
Genève
1. c’est un des aléas de notre système politique, le peuple dans l’idée il est souvent d’accord,
mais après quand il faut toucher au porte-monnaie c’est non ! Mais dans ce projet il n’y avait
pas uniquement les aspects financiers... mais il n’avait pas été très bien compris, et on avait
des contraintes énormes en fait pour heu... pour faire ce projet « 50 rues piétonnes »...
2. quel type de contraintes ?
3. des contraintes d’ordre technique...
4. oui, c’est-à-dire ?
5. c’est-à-dire que si on veut rendre une rue piétonne on doit d’abord enlever les voitures, et
puis nous on a une autre loi qui nous interdit de supprimer du stationnement en surface si on
peut pas le... le retrouver dans un périmètre même en ouvrage...
6. c’est une loi cantonale ?
7. oui ; la confédération elle émet un cadre légal mais c’est souvent délégué après au niveau
des cantons, de faire respecter cette loi fédérale, ses propres outils, son cadre législatif
8. est-ce que ce cadre législatif serait plus contraignant à Genève par rapport à d’autres
villes... ?
9. oui ; je sais qu’à Zurich ou à Berne ils ont aussi cette difficulté, mais à Genève on a quand
même un lobby pro voiture qui est extrêmement conservateur, qui tient quand même le
discours que la voiture c’est la liberté, que dès qu’on touche à la voiture on touche à la
liberté...
10. vous pensez par exemple au GTE1... ?
11. oui, GTE, TCS2 []...
12. et ils auraient combien d’adhérents à Genève ?

1

Groupement Transports et Économie, qui avait lancé un référendum en mars 2012, pour dénoncer le coût du projet, soutenu par
certains commerçants, les milieux économiques, ainsi que des partis politiques de droite contre la piétonisation
2
Touring Club Suisse