Genève avril 2013.pdf


Aperçu du fichier PDF geneve-avril-2013.pdf

Page 1 2 34529




Aperçu texte


24. est-ce que suite au résultat référendaire la politique piétonne de la ville va changer ?
25. oui ! [rires] honnêtement oui parce que...
26. on peut parler d’un gel de la politique... ?
27. alors pour l’instant c’est mis de côté effectivement, par contre la ville reste engagée dans le
processus d’agenda 21, elle a ses objectifs de réduction d’émission de CO2... la ville continue
à promouvoir les mobilités douces, mais on est obligé de changer le fusil d’épaule, de laisser
retomber l’émotionnel, d’essayer de débloquer ça... mais ce sera vraiment une solution
politique... les techniciens feront des propositions... mais pour l’instant on est gêné...
28. est-ce que depuis septembre dernier vous pouvez analyser les réactions des autres villes
suisses et de leurs associations défendant les mobilités alternatives à l’automobile ?
29. elles ont été déçues, ça c’est clair et je ne sais pas si elles ont un autre plan de bataille, une
des associations principales pour les mobilités douces/actives, Trafic 4... eux ils font surtout
du lobbying à Berne, au niveau du parlement fédéral, après ils ont leur représentants dans
les antennes, notamment à Genève... donc ils continuent leur lutte, à faire du lobbying... Le
parking dont je vous parlais, « clés de rives », nous on attend, mais ça discute toujours hein...
30. c’est quand même curieux qu’en matière urbanistique on réalise comme ça des parkings en
centre ville, amenant forcément la circulation en cœur de ville... est-ce qu’on ne serait pas
proche de l’absurdité... ?
31. c’est pour ça que les Verts étaient contre ce projet des « clés de rives », c’est eux qui ont
principalement fait capoter ce projet, parce qu’évidemment c’est un aspirateur à voiture
trop près du centre, mais heu... moi qui suis plutôt en faveur de développer la mobilité
douce, la piétonisation dans le cœur de la ville... il faut prendre en compte aussi les réalités...
je trouve que ce projet de parking en ouvrage... alors bien sûr un projet extrêmement cher,
mais ça aurait quand même permis de débloquer la situation et de faire avancer un petit
peu...
32. donc une espèce de stratégie de donnant-donnant ?
33. ouais ! c’est un peu ça, en Suisse on est tout le temps dans le compromis... les maires dans
les villes ils n’ont pas du tout le même pouvoir qu’en France... c’est-à-dire que le maire d’une
ville a un pouvoir de représentation ; dans la structure administrative de la ville il y a des
départements, actuellement le maire, Mr Pagani, il est président du département de
l’aménagement et des constructions, donc ce qui touche à la mobilité, mais son mandat ne

« actif-trafiC », regroupant plus de 6000 membres, L’association a été fondée en 1990 en vue de diviser le trafic motorisé individuel par
deux en l’espace de dix ans, indique son site : http://www.actif-trafic.ch/Qui-sommes-nous.html
4