Genève avril 2013.pdf


Aperçu du fichier PDF geneve-avril-2013.pdf

Page 1...3 4 56729




Aperçu texte


45. alors l’automobile heu... [silence prolongé] ouais... c’est... [rire] moi je trouve qu’il y a
vraiment beaucoup de... il y a quand même de l’abus, surtout les automobiles qui... qui
déchargent sur des pistes ou bandes cyclables, ce qui est autorisé mais gêne beaucoup...
46. sur le trottoir également ?
47. ouais ! ouais !
48. d’accord ! je dirais, que c’est la contagion culturelle... ?
49. ça joue quand même un rôle, et puis c’est vrai que par rapport à la mobilité les gens ont un
rapport très émotionnel, ils ont besoin, ils y ont droit... dès qu’on modère quelque chose on
les entrave...
50. l’association ATE espérait beaucoup de ce projet, sans faire de jeu de mots est-ce que ATE
n’est pas atterrée après le résultat référendaire de septembre 2012 ? comment percevez-vous
l’association actuellement ?
51. non je ne pense pas qu’ils sont atterrés parce que ce sont des gens qui sont actifs, qui ont
des représentants dans les exécutifs, au niveau politique, donc ils savent très bien heu...
comment ça se passe, comment les choses sont perçues, heu... franchement quand il y a eu
les résultats heu... ils ont été très déçus... mais heu... je ne sais pas, je pense qu’une partie s’y
attendait quand même hein... en tout cas nous, les techniciens qui travaillent dans
l’aménagement urbain et les mobilités on pensait bien que ça n’allait pas passer... à la
votation populaire...
52. je repose la question, si la chose devait être refaite, à votre avis quels ingrédients auraient été
nécessaires pour que le projet réussisse, dans le contexte du projet avorté de parking central
« clés de rives » ? 23.51
53. bon je vous donne mon avis personnel [rire]... je suis pas... je fais pas de la politique... mais je
pense qu’effectivement il faut peut être plus tenir compte... enfin moi je pense qu’un
changement trop radical des habitudes, les gens ça les perturbe et ils ont peur quoi !... donc
quand ils ont peur ils ont une réaction de refus et de rejet... ça c’est clair, enfin je veux dire
c’est un peu intrinsèque à l’homme... heu, avec une solution plus dans le donnant –
donnant... je pense qu’il aurait fallu aussi réfléchir à l’idée du parking : est-ce que c’est
vraiment un parking ou est-ce qu’il faut réfléchir à un parking qui peut se moduler, ou on
décide quand on veut créer un parking c’est peut être à 350 places, puis dans 10 ans il en
aura plus que 200 et puis les 150 places on les attribue à autre chose, du stockage, de l’auto
partage... donc des scénarios plus modulables, qui auraient peut être fait moins peur aux
partis Verts et pro mobilités douces, et qui auraient quand même rassuré les partis
conservateurs...