Chapitre 3 THERMOCHIMIE .pdf



Nom original: Chapitre 3 THERMOCHIMIE.pdf
Titre: Microsoft Word - thermochimie.doc
Auteur: Administrateur

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par PScript5.dll Version 5.2 / Acrobat Distiller 6.0 (Windows), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 27/11/2014 à 23:55, depuis l'adresse IP 41.104.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1245 fois.
Taille du document: 86 Ko (6 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


CHIMIE 02. THERMODYNAMIQUE ET CINETIQUE CHIMIQUE
CHAPITRE 3. THERMOCHIMIE
1. DEFINITION
La thermochimie est l’application du premier principe aux réactions chimiques
isothermes et isobares. Le fondement de la thermochimie est l’équation Qp=∆H, qui fournit
une fonction d’état mesurable expérimentalement, reliée à l’énergie du système. Elle étudie la
capacité qu’ont les molécules d’emmagasiner de l’énergie et de l’échanger avec d’autres
molécules dans les processus physiques, ainsi que la production ou l’absorption d’énergie au
cours des réactions physiques et chimiques.
Puisque H ne dépend que des état initial et final, on pourra calculer ∆H pour n’importe
qu’elle réaction, simplement en construisant un chemin de l’état initial à l’état final composé
d’étapes élémentaires pour lesquelles le changement d’enthalpie est connu.
Exemple :
∆H

A
∆HAB

AC

B

C
∆HBC

⇒ ∆H AC = ∆H AB + ∆H BC Et de plus ∆H AC = −∆H CA

Remarque : Le changement d’enthalpie lors d’un
processus chimique, par exemple : A → B → C → A est
nul, puisque état initiale et final sont identique :
∆H A BCA = ∆H AB + ∆H BC + ∆H CA = 0

2. DEFINITION THERMODYNAMIQUE D’UNE REACTION CHIMIQUE
On appelle réaction chimique, du point de vue thermodynamique, la transformation
faisant passer un système d’un état initial avec une composition chimique donnée (réactifs)
vers un état final formé par de nouveaux composés chimiques (Produits). Une réaction
chimique s’écrit sous la forme générale suivante : ν 1 A(*) + ν 2 B(*) → ν 3C(*) + ν 4 D(*) , A, B,C et D
sont des composés chimiques, ν 1 ,ν 2 ,ν 3 et ν 4 sont les coefficients stoechiométriques indiquant
le nombre nécessaire de molécules (de moles) et (*) indique s’il s’agit d’un solide (S), liquide
(l) ou gaz (g).
Exemple : combustion du méthane :

CH 4( g ) + 2O2( g ) → CO2( g ) + 2 H 2O( g )
réactifs

produits

2.1. Définition de la capacité calorifique
La capacité calorifique est la quantité de chaleur qu’il faut fournir pour élever de un
(01) degré la température d’une substance : QP = ∆H .
3. CHALEUR DE REACTION
En pratique, on effectue une réaction chimique en maintenant la température
constante, et souvent, elle se produit soit à volume constant soit à pression constante.
4. CALCUL DE L’ENTHALPIE DE REACTION
• Intérêt : Calcul des installations industrielles,…etc.
9 Réaction exothermique : il faut éventuellement refroidir le milieu réactionnel pour
éviter une explosion ou une détérioration de l’appareillage.
9 Réaction endothermique : il faut chauffer le réacteur pour conserver une réaction à
une vitesse suffisante.
9 En utilisant ∆H, on peut introduire une autre fonction qui permet de prévoir le sens
d’évolution de la réaction.
9 L’enthalpie d’une réaction peut être, d’une part, déterminée expérimentalement, en
calorimétrie (méthode directe), par la mesure de l’effet qui accompagne la réaction. D’autre

1

Résumé de cours présenté par Mr MOUSSACEB

part, par calcul (méthode indirecte), à partir des grandeurs déjà connues (tables
thermodynamique). Notamment : ∆H de formation, de combustion, de liaison…etc.
4.1. Etat standard –Enthalpie standard de formation
4.1.1. Etat standard ou état de référence
Afin de comparer les effets thermiques des différents réactions, il convient de définir
les condition dans les quelles ces réactions sont effectuées.
Un corps est à l’état standard (état de référence), s’il est à l’état pur, pris dans son état
physique le plus stable sous la pression de 1 atm et une température déterminée, généralement
à 298K. L’état standard est distingué par le symbole «° » lorsque une réaction se réalise dans
ces conditions (réactifs et produits sont à l’état standard), on parle « d’enthalpie standard de
réaction » notée ∆H R0 .
0
Ainsi, l’enthalpie standard d’une réaction s’écrit : ∆H T0 si T=298K, on écrit ∆H 298
.
Exemple : l’état standard à 298 K de l’Oxygène est : O2 (gaz) ; celui du carbone est : C(graphite).
1
Soit l’équilibre chimique suivant : CO( gaz ) + 1 2 O2 ( gaz ) ←
⎯→
CO2 ( gaz ) , dans le calcul de
l’enthalpie standard de réaction ∆H T0 , on considère que :
9 La réaction est totale dans le sens (1) ;
9 Etat initial : 1 mole de CO(gaz) sous PCO=1 bar et ½ O2(gaz) sous PO2=1 bar (CO
et O2 sont pris isolements).
9 Etat final : 1 mole de CO2 (gaz) sous PCO2 (gaz)=1 bar.
4.1.2. Enthalpie standard de formation
Quand il s’agit de la réaction de formation d’un composé à partir de corps simples pris
dans l’état standard ; on parle d’enthalpie standard de formation de ce composé notée : ∆H 0f ,
on définit aussi l’enthalpie molaire standard de formation comme étant la chaleur dégagée ou
absorbée, lors de la formation d’une mole du composé, sous 1 bar à partir des éléments (corps
simples) dans leur état standard. Son unité dans le S.I est le : KJ.mol-1. On entend par corps
simples : O2(gaz), H2(gaz), N2(gaz), S(s),…etc.
Remarque : l’enthalpie molaire standard de formation de tous les éléments (corps simples),
pris dans leur état standard, est nulle : ∆H 0f (corps simples) = 0
Exemple : l’oxygène se trouve à T=298K à l’état diatomique gazeux : O2(gaz) : ∆H 0f (O2 ) = 0
9 Réaction de formation de H2O(l) : H 2( g ) + 1 2 O2( g ) → H 2O(l )

∆H 0f ( H 2O(l ) ) ;

9 Réaction de formation de CO2 gaz : C( s ) + O2 ( g ) → CO2( gaz )
∆H 0f (CO2 ) .
4.2. Détermination des enthalpies molaires standard de réaction : loi de HESS (1802-1850)
4.2.1. Utilisation des enthalpies de réaction
Puisque l’enthalpie, H, ne peut être estimée et puisque seule la variation ∆H peut
0
l’être, on définit arbitrairement une référence, appelée l’enthalpie standard de réaction: ∆H 298
.
L’état standard d’une substance est représenté par sa forme la plus stable à la pression
d’une atmosphère et 298K. L’enthalpie standard de réaction correspond à la variation
d’enthalpie dans les conditions T.P.V observé e au cours de la réaction.
0
Exemple : [a] C( graphite + O2( gaz ) → CO2( g )
∆H 298
= −393.13Kjmol −1 ;
[b] COg + 1 2 O2( g ) → CO2( g )

0
∆H 298
= −282.69 Kjmol −1

1
2

Quelle est l’enthalpie standard de la réaction [c] ? C( graphite + O2( gaz ) → CO( g )

0
∆H 298
?

La loi de HESS ou encore le principe de l’état initial et de l’état final, stipule que la
variation d’enthalpie d’un système est indépendante du chemin suivi (loi énoncée en 1840).
Remarquons qu’en soustrayant l’équation [a] de l’équation [b], on obtient l’équation
0
0
0
0
[c], donc : ∆H 298
(a ) − ∆H 298
(b) = ∆H 298
(c) , − 393.13 + 282.69 = ∆H 298
(c) = −110.44 Kjmol −1
2

Résumé de cours présenté par Mr MOUSSACEB

Notons que la loi de Hess est valable pour toute fonction d’état.
∆H2980=-393.13Kjmol-1
C(graphite)+O2 (g)

CO2 (g)

∆H2980

∆H2980=-282.69Kjmol-1
CO(g)+1/2 O2 (g)

4.2.2. Utilisation des enthalpies de formation
La loi de HESS permet de comparer une réaction en une suite de réaction selon le
chemin :
9 Décomposition de tous les réactifs en éléments stables, et
9 Reconstitution de tous les produits à partir de ces éléments.
Soit la réaction : HCOOH (l ) → CO( g ) + H 2O(l )
∆H r0 ?

¾ Commençons par décomposer l’acide formique en ses éléments stables, puis
recomposons ces éléments pour donner les produits.
HCOOH (l ) → H 2( g ) + C graphite) + O2( g )

∆H R0 = ∆H 0 (réactifs)

H 2( g ) + C graphite ) + O2( g → CO( g ) + H 2O(l )

∆H R0 = ∆H 0 ( produits )

Remarque : On définit arbitrairement que la chaleur de formation des éléments les plus
stables dans les conditions standard T.P.N, est nulle, ainsi : H 2( g ) + C graphite) + O2( g ) → HCOOH (l ) ,
∆H R0 = ∆H 0f ( HCOOH (l ) ) − ∆H 0f ( H 2( g ) ) − ∆H 0f (C graphite ) − ∆H 0f (O2( g ) ) ⇒ ∆H R0 = ∆H 0f ( HCOOH (l ) )

Et le ∆H 0 (réactifs) = −∆H 0f ( HCOOH (l )
1
2

De la même manière: H 2( g ) + O2( g ) → H 2O(l )
1
2

Et C( graphite) + O2( g ) → CO( g )

∆H 0f ( H 2O(l ) ) = ∆H R0

∆H 0f (CO( g ) ) = ∆H R0

¾ Construisons le cycle de BORN-HABER suivant :
H 2( g ) + C graphite ) + O2( g )
∆H 0f ( HCOOH (l ) )

∆H 0f (CO( g ) ) + ∆H 0f ( H 2O(l ) )

∆H R0

HCOOH (l )

CO( g ) + H 2O(l )

De ce cycle en déduit que: ∆H 0f ( HCOOH (l ) ) + ∆H R0 = ∆H 0f (CO( g ) ) + ∆H 0f ( H 2O(l ) )
∆H R0 = ∆H 0f (CO( g ) ) + ∆H 0f ( H 2O(l ) ) − ∆H 0f ( HCOOH (l ) ) ,



cette démonstration est valable pour

n’importe laquelle des réactions chimiques : ∆H R0 = ∑ ∆H 0f ( produits ) − ∑ ∆H 0f (réactifs)
Résumé :
La loi de HESS permet le calcul de la variation d’enthalpie d’une réaction chimique à
partir des enthalpies de formation des différents constituants, soit la réaction suivante :
ν 1 A(*) + ν 2 B(*) → ν 3C(*) + ν 4 D(*)
réactifs

Avec : ∑

produits
∆H 0f

=∑

ν i ∆H 0f ( Ai )i

∆H T0

?

la loi de HESS donne ∆HT0 = ∑ ∆H 0f ( produits) − ∑ ∆H 0f (réactifs)

ν i : coefficients stoechiométriques ou bien ∆HT0 = ∑ν i ∆H 0f ( Ai )i .

3

Résumé de cours présenté par Mr MOUSSACEB

Exemple 1:
∆H 0

T
C2 H 4( g ) + 3O2 ⎯⎯⎯
→ 2CO2( g ) + 2 H 2O(l ) ⎯⎯ ⎯ ⎯⎯→ ∆H T0 = 2∆H 0f (CO2( g ) ) + 2∆H 0f ( H 2O(l ) ) − ∆H 0f (C2 H 4( g ) )

Loi de HESS

Exemple 2:
∆H 0

T
C3 H 8( g ) + 5O2( g ) ⎯⎯ ⎯ ⎯ ⎯ ⎯
⎯ ⎯ ⎯→ 3CO2( g ) + 4 H 2O(l )

− ∆H 0f (C3 H 8( g ) )

3∆H 0f (CO2( g ) ) + 4∆H 0f ( H 2O(l ) )

3C graphite + 4 H 2( g ) + 5O2( g )

La loi de HESS donne :

∆H T0

= 3∆H 0f (CO2( g ) ) + 4∆H 0f ( H 2 O(l ) ) − ∆H 0f (C3 H 8( g ) )

4.3. INFLUENCE DE LA TEMPERATURE SUR LES CHALEURS DE REACTION –
LOI DE KIRCHHOFF (1824-1887)
4.3.1. Capacité calorifique molaire
Soit une mole d’un corps pur : la quantité d’énergie calorifique nécessaire pour élever,
à pression constante, la température de ce corps de 1°C, notée Cp, est appelée : capacité
calorifique molaire à pression constante.
La variation d’enthalpie correspondant à une évolution de température dT, à pression
constante, est donc : dH = C P dT Avec : C P = (

∂H
) p , si on travail à volume constant : cette
∂T

quantité est Cv : capacité calorifique molaire à volume constant.
La variation d’énergie interne est : dU = CV dT Avec : CV = (

∂U
)v
∂T

4.3.2. Calcul des chaleurs de réaction à différentes températures
Considérons une réaction chimique effectuée à pression constante et symbolisée par :
ν 1 A(*) + ν 2 B(*) → ν 3C(*) + ν 4 D(*)
réactifs

produits

∆H T0 ?

, en désignant par C P0i la capacité calorifique molaire

standard à pression constante d’un constituant Ai, il découle de la définition précédente :
d (∆H 0 )
= ∆C P0 Avec ∆C P0 = ∑ν i C P0i , de même pour
dT
i

d (∆U 0 )
= ∆CV0 Avec ∆CV0 = ∑ν i CV0i , si
dT
i

∆U0,

on connaît ∆H 0 (T0 ) et que l’on désire calculer ∆H 0 (T ) , il suffit d’intégrer l’équation :
T

∆H 0 (T ) = ∆H 0 (T0 ) + ∫ ∆C P0 dT

LOI DE KIRCHHOFF

T0

4.3.2.1. Démonstration
Soit la réaction :
∆H 0 (T )

0
ν1 A(*) +ν 2 B(*) ⎯⎯⎯⎯


↑ ∆H1

ν 3C(*) +ν 4 D(*)

↑ ∆H2

↓ ∆H3

∆H (T )
ν1 A(*) +ν 2 B(*) ⎯⎯
⎯⎯→
0

à

la

températur
e

T0

∆H 0 (T )

0
⎯⎯⎯⎯
→ produits

⇔ ↑ ∆H1 + ∆H2

↓ ∆H4

ν 3C(*) +ν 4 D(*)

réactifs

T0

↓ ∆H3 + ∆H4
∆H (T )
0

à

la

températur
e

T

réactifs

⎯⎯⎯⎯→ produits

T

On supposera que les constituants ne subissent pas de changement d’état, donc :
∆H 0 (T ) = ∆H 0 (T0 ) + ∆H1 + ∆H 2 + ∆H 3 + ∆H 4 ⇒
T0

T0

T

T

T

T0

T0

∆H 0 (T ) = ∆H 0 (T0 ) + ∫ν 1C P ( A1 )dT + ∫ν 2C P ( A2 )dT + ∫ν 3C P ( A3 )dT + ∫ν 4C P ( A4 )dT
T
T

T

T0

T0

⇒ ∆H 0 (T ) = ∆H 0 (T0 ) − ∫ (ν 1C P ( A1 ) + ν 2C P ( A2 ))dT + ∫ (ν 3C P ( A3 ) + ν 4C P ( A4 ))dT
T

⇒ ∆H 0 (T ) = ∆H 0 (T0 ) + ∫ [(ν 3C P ( A3 ) + ν 4C P ( A4 )) − (ν 1C P ( A1 ) + ν 2C P ( A2 ))]dT ,

ou bien :

T0

4

Résumé de cours présenté par Mr MOUSSACEB

T

T

T

T0

T0

, ⇒ ∆H 0 (T ) = ∆H 0 (T0 ) + ∫ CP ( produits)dT − ∫ CP (réactifs)dT ⇒ ∆H 0 (T ) = ∆H 0 (T0 ) + ∫ (CP ( produits) − CP (réactifs))dT
T0
T

⇒ ∆H 0 (T ) = ∆H 0 (T0 ) + ∫ ∆C P0 dT Avec ∆C P0 = ∑ν i C P0I

LOI

DE KIRCHHOFF

i

T0

Remarques :
• Les Cp sont généralement en fonction de la température, si non l’expression
KIRCHHOFF dévient : ⇒ ∆H 0 (T ) = ∆H 0 (T0 ) + ∆CP0 (T − T0 ) .
• Dans le cas où il y a un changement de phase dans l’intervalle [T0, T], on doit tenir
compte des enthalpies de changement de phases dans le calcul.
• Les C P0 sont données par les formules empiriques de la forme : C P0 = a + bT + cT −2 + dT 2
en J.mol-1K-1, les constantes a, b, c et d sont tabulées.
Exemple :
Considérons la réaction de synthèse de l’iodure d’Hydrogène :

1
1
H 2( g ) + I 2( g ) → HI ( g )
2
2

Les grandeurs thermodynamique, à T0=298K, pour les trois gaz supposés parfait sont
indiquées dans le tableau ci-dessous :
Constituants
H2
I2
HI
0
−1
0
62.1
25.9
∆H f ( Kjmol )
C P0 ( jmol −1K −1 )

28.8

36.8

29.1

T

La loi de KIRCHHOFF donne : ∆H0 (T) = ∆H0 (T298) + ∫ ∆CP0dT , soit : ∆H0(T) = ∆H0(T298) + ∆CP0 (T − T298) ,
298

d’après

les

données

précédentes,

on

peut

1
∆H 0 (T298 ) = ∆H 0f ( HI ) − ∆H 0f ( I 2 ) = −5.15 Kjmol −1 et :
2
1 0
1
0
0
∆C P = 1C P ( HI ) − C P ( I 2 ) − C P0 ( H 2 ) = −3.4 jmol −1K −1 ⇒ ∆H T0 = −4.136 − 0.0034T
2
2

calculer :

( Kjmol −1 )

4.4. ENTHALPIE DE COMBUSTION
L’enthalpie standard de combustion d’un composé ou d’un corps simple est la
0
variation d’enthalpie ∆H combustion
accompagnant la réaction d’oxydation par O2 jusqu’à la
H Comb
formation de CO2 (gaz) et de H2O (liquide) : Corps + nO2( g ) ⎯∆⎯

⎯→ n1CO2( g ) + n2 H 2O(l ) .
0

1
4

n
2

H COMB
Exemple : Soit la réaction suivante : Cm H n + (m + n)O2 ⎯∆⎯
⎯⎯→ mCO2 + H 2O ⇒
0

n
n
0
0
∆HCOMB
= m∆H 0f (CO2' g) ) + ∆H 0f (H2O(l ) ) − ∆H 0f (CmHn ) ⇒ ∆H 0f (CmHn ) = m∆H 0f (CO2' g) ) + ∆H 0f (H2O(l ) ) − ∆HCOMB
2
2

4.5. ENTHALPIE DE CHANGEMENT DE PHASE
∆H 0

fusion
solide ⎯⎯ ⎯
⎯→ liquide

0
Avec; ∆H 0fusion = − ∆H solidifica
tio φ 0

∆H 0

on
liquide ⎯⎯vaporisati
⎯ ⎯⎯
→ vapeur

∆H 0

ation
solide ⎯⎯sub
⎯lim⎯
⎯→ vapeur

0
0
Avec; ∆H vap
= −∆H liquifacti
on φ 0
0
0
Avec; ∆H sub
lim ation = − ∆H condensation φ 0

4.5. ENERGIE (OU ENTHALPIE) DE LIAISON
L’énergie de liaison est définit comme étant la variation d’enthalpie accompagnant la
formation d’une liaison à partir des atomes isolés à l’état gazeux, sous 1 atmosphère. C’est
une énergie libérée, elle est donc toujours négative, elle s’exprime en J/mol. La réaction de
formation d’une liaison s’écrit comme suit : A ( g ) + B ( g ) → A − B ( g ) , ∆ H A0 − B OU E A − B ,
Avec A et B sont des atomes.
5

Résumé de cours présenté par Mr MOUSSACEB

Exemple:
H H0 − Cl
• Soit la réaction suivante : H ( g ) + Cl( g ) ⎯∆⎯
⎯⎯→ H − Cl ,

0

∆H H − Cl = −431Kjmol

−1

,

0

∆H H − Cl

est

différentes de l’enthalpie standard de formation de HCl qui est définie par rapport aux
corps simples H2(g) et Cl2(g), ∆H 0f ( HCl ) = −92 Kjmol −1 .
Remarques :
• Plus la variation d’enthalpie mise en jeu est grande, plus la liaison est forte ;
• ∆H A0 − B dépend de la liaison A-B, mais aussi de l’environnement. Exemple : la liaison
O-H : ∆HO0 − H = −498Kjmol−1 dans H 2O (H − OH) et ∆HO0−H = −377Kjmol−1 dansCH3OH (H − O − CH3) ;
• Dans les tables, on donne généralement une valeur moyenne sur un très grand nombre
de composés comportant cette liaison.
4.6. ENTHALPIE DE DISSOCIATION DE LIAISON (OU ENTHALPIE D’ATOMISATION)

Elle correspond à la réaction de dissociation de la liaison covalente A-B :
A − B( gaz ) → A( g ) + B( g ) ∆H A0 − B , naturellement, l’enthalpie molaire de dissociation ∆H H0 − Cl est
opposée à l’énergie de liaison : ∆H A0 − B = − E A − B (ou − ∆H A0 − B ) φ 0 ; car il faut fournir de
l’énergie pour casser la liaison.
Exemple :
Calculer l’enthalpie molaire standard de formation de l’acide chlorhydrique gazeux, à
298K, à partir des enthalpies de liaison suivantes en Kjmol-1.
∆H H0 − Cl = −428 Kjmol −1 ,
0
−1
∆H H0 − H = −432 Kjmol −1 et ∆H Cl
− Cl = −240 Kjmol .
1
H2(g)
2
−1
↓ ∆HH0 −H
2
H(g)
+

1
+ Cl2(g)
2
−1 0
↓ ∆HCl−Cl
2
Cl(g)

H
⎯∆⎯
⎯→
0

HCl(g)

∆HH0 −Cl

1
1
0
−1
∆H 0 = ∆H H0 −Cl − ∆H H0 − H − ∆HCl
−Cl = −92Kjmol .
2
2

4.6. ENERGIE RETICULAIRE D’UN CRISTAL IONIQUE
C’est l’énergie de formation du cristal ionique à partir de ses ions pris à l’état gazeux.
C’est une énergie de cohésion pue possède le réseau cristallin, notée : Er.
Er
Exemple : A(+g ) + B(−g ) ⎯⎯→
A+ B − ( s °
Remarques :
• L’énergie d’ionisation, Ei, d’un atome est l’énergie qu’il faut fournir à cet atom pour
Ei
lui arracher un électron : A ⎯⎯→
A+ + e − ;
• L’affinité électronique d’un atome est l’énergie libérée lorsque cet atome capte un
Ae
B− .
électron : B + e − ⎯⎯→
• On peut imaginer un autre processus pour former un cristal ionique à partir des corpos
simples d’où la relation qui existerait entre Er et ∆Hf0 de ce cristal.
Exemple :

Na(g)

1
+ Cl2(g)
2
−1
↓ ECl−Cl
2
+ Cl(g)

↓ Ei

Ae

Na(s)
↓ ∆Hsub

Na(+g)

+

∆H 0

f
⎯⎯⎯


NaCl

∆H 0f = ∆H SUB + Ei −

Er

1
ECl − Cl + Ae + Er
2

Cl(−g)

6

Résumé de cours présenté par Mr MOUSSACEB



Documents similaires


td tch
chapitre 5 equilibre chimique
corrige concours test 2016
chap ii thermo
correction thermo
2


Sur le même sujet..