certificat PEB .pdf



Nom original: certificat PEB.pdf

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Adobe InDesign CS5.5 (7.5.3) / Adobe PDF Library 9.9, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 01/12/2014 à 19:50, depuis l'adresse IP 81.247.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 478 fois.
Taille du document: 10.6 Mo (16 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Le certificat PEB
Bâtiment résidentiel existant
Cette brochure
répond aux
questions suivantes :
 Un certificat PEB, c’est quoi ?.......... 2
 Quand faut-il

un rapport partiel ? .......................... 3

 Quelle durée de validité ?................ 3
 Quel est le travail

du certificateur ? ............................... 4

 Comment est évaluée

la performance énergétique
d’un logement existant ? ................ 5

 Que renseignent

les indicateurs spécifiques ? ........... 6

 Comment est mesuré

l’impact du logement
sur l’environnement ? .................... 12

 Quelle est l’importance

des preuves acceptables ? ........... 13

 Y a-t-il un lien entre

un audit énergétique PAE2
et un certificat PEB ?....................... 15

 Vous voulez en savoir plus ? ......... 16

Version octobre 2014

Énergie

Brochure explicative

BOnnES PRAtIQUES

la performance énergétique
d’un logement ? .............................. 14

SPW | Éditions

 Comment améliorer

Un certificat PEB, c’est quoi ?
Il s’agit d’un document établi par un certificateur énergétique agréé par la Wallonie, sur base des données
récoltées lors de sa visite du logement. Ce document décrit donc la situation à la date de cette visite.
La performance énergétique du logement est exprimée par plusieurs indicateurs ; des mesures générales
d’amélioration y sont également proposées.
En première page, le certificat PEB reprend les informations suivantes. 

Le numéro de certificat et sa durée
de validité maximale :
tous les certificats sont enregistrés dans la base de
données centrale gérée par le Service public de Wallonie.

Bâtiment résidentiel existant

Ve

Numéro
Numéro ::
xxxxxxxxxxxxxx
Établi
établi le :
25/06/2014
Validité maximale : 25/06/2024

Certificat de Performance énergétique (PEB)

Logementcertifié
certifié
Logement

CP : xxxx

n° ::xx

rsio

Rue : xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

boîte : /

Localité :: xxxxxxxxxxxxxx

Les coordonnées, le type du logement,
une photo extérieure du bâtiment.

Certifié comme : Maison
Maisonunifamilale
unifamiliale

nd

Date de construction : Entre
avant1971
1971et 1980

Performance
Performanceénergétique
énergétique

Indicateurs
indicateursspécifiques
spécifiques

et

5 indicateurs spécifiques :

Besoins en chaleur du logement

La consommation
consommationthéorique
théoriquetotale
totaled’énergie
d'énergieprimaire
primairede
de ce
La
ce logement
est
..............................................36
797 kWh/an
logement
est de
57de
105
kWh/an

élevés

moyens

faibles

ƒƒ Les besoins en chaleur du logement (qui prennent en
compte l’isolation, l’étanchéité à l’air …)
ƒƒ La performance de ou des installations de chauffage
ƒƒ La performance du ou des système(s) de production
d’eau chaude sanitaire
ƒƒ La présence d’un système de ventilation
ƒƒ La présence de systèmes utilisant des énergies
renouvelables ou produisant de l’électricité

minimes

est

excessifs

Surface
: 224

Surfacede
deplancher
plancherchauffé
chauffée
: ......................................................159


Performance des installations de chauffage

Consommation
d’énergie
primaire
: 255
kWh/m².an
Consommationspécifique
spécifique
d’énergie
primaire
: 231
kWh/m².an

médiocre

insuffisante

satisfaisante

bonne

excellente

- sa

A++ Espec ≤ 0

Performance
Performance des
des installations
installations d’eau
d’eau chaude sanitaire

0<Espec ≤ 45 A+
45 < Espec ≤ 85 A
Exigences PEB
85 < Espec ≤ 170
Réglementation 2010
Performance moyenne
du parc immobilier
255 < Espec ≤ 340
wallon en 2010

médiocre

B

insuffisante

absent

E

excellente

très partiel

partiel

incomplet

complet

G

Espec > 510

sol. therm.

sol. photovolt.

biomasse

pompe à chaleur cogénération
pompe

Non valide
xxxxxxxxxxxxxx
Non valide
25/06/2014
sont conformes
relatif
conformes au
au protocole
protocolede
decollecte
collectede
dedonnées
données
relatif
Validité
maximale : 25/06/2024
Non valide

Le certificat n’est valable que s’il est signé par le certificateur qui confirme avoir respecté les règles strictes du
protocole de certification PEB.

à la
la certification
certification PEB
dudu
PEB en
en vigueur
vigueuren
enWallonie.
Wallonie.Version
Version
protocole XXX.
Version duVersion
logicieldu
delogiciel
calcul XXX.
01-sept.-2014.
de calcul 2.1.0.
Date :: 21/10/2014
25/06/2014
Signature ::

Logementcertifié
certifié
Logement

certificatPEB
PEBest
estun
un:document
document
obligatoirelors
lorsdedetout
toutacte
actededevente,
vente,location
locationououopérant
opérant
transfert
réelsur
surununbâtiment
bâtiment
Rue
boîte
/ réel
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

::xxununtransfert
: droit
LeLecertificat
obligatoire
dede
droit
(voy.Article
Article
237/28
CWATUPE
la liste
exhaustive
des visés).
actes Ilvisés).
Il doit
êtreaufourni
au plus
tard
lors du compromis
(voy.
237/28
du du
CWATUPE
pourpour
la liste
exhaustive
des actes
doit être
fourni
plus tard
lors du
compromis
de vente oude
vente
ou lors
l’acte
de bail.
donne des informations
sur la énergétique
performanceduénergétique
du bien
et indique
les mesures
générales
lors
de l’acte
dede
bail.
Il donne
desIlinformations
sur la performance
bien et indique
les mesures
générales
d’améliorations
d’améliorations
qui
apportées. :: xxxxxxxxxxxxxx
:peuvent
xxxx y êtreLocalité
qui
peuvent y êtreCP
apportées.
Cecertificat
certificatPEB
PEBest
estétabli
établi
par
certificateur
agréé
conformément
articles
et suivants
du CWATUPE,
informations
Ce
par
unun
certificateur
agréé
conformément
auxaux
articles
583583
et suivants
du CWATUPE,
sur sur
basebase
des des
informations
et
et données
récoltées
lors
de
la visite
du bâtiment.
données
récoltées
lors
de
la
visite
du
bâtiment.
Certifié
comme
unifamilale
: Maison
Maison
unifamiliale
Pourdedeplus
plus
amples
informations,
consultez
le Guichet
de l’énergie
de votre
région
ou leportail
site portail
de l’énergie
energie.wallonie.be
Pour
amples
informations,
consultez
le Guichet
de l’énergie
de votre
région
ou le site
de l’énergie
energie.wallonie.be

Date de construction : Entre
avant1971
1971et 1980

Les règles obligatoires qui régissent
le certificat PEB

11//15
17

Performance
Performanceénergétique
énergétique

Les coordonnées du certificateur agréé.

Ve

Avant Recast jusqu’au 1er mai 2015

Bâtiment résidentiel existant

Nom/ /Prénom
Prénom:: xxxxxxxxxxx xxxxxxxxx
Nom
Adresse: : xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
Adresse
boîte ::
n°n°: : xx
CP
Localité:: xxxxxxxxxxxx
CP: : xxxx
Localité
Pays
Pays: : xxxxxxxx

r
nd
eu
rsio

Numéro
Numéro ::
Certificat de Performance énergétique (PEB)
Certificateur
agréé
n° Certif-XX-xxxxx
Certificateur
agréé
n° XXXXXX-XX-XXXXX
Je déclare
ce
certificat
déclare que
quetoutes
toutesles
lesdonnées
donnéesreprises
reprisesdans
dans
ce
certificat
Établi
le :
établi

Page figée

val

Utilisation d’énergies
d'énergies renouvelables
Utilisation

F

425 < Espec ≤ 510

bonne

C

D

340 < Espec ≤ 425

satisfaisante

Système de ventilation

231
255
255

C

ns

170 < Espec ≤ 255

Indicateurs
indicateursspécifiques
spécifiques

La consommation
consommationthéorique
théoriquetotale
totaled’énergie
d'énergieprimaire
primairede
de ce
La
ce logement
est
..............................................36
797 kWh/an
logement
est de
57de
105
kWh/an

Consommation
d’énergie
primaire
: 255
kWh/m².an
Consommationspécifique
spécifique
d’énergie
primaire
: 231
kWh/m².an

0<Espec ≤ 45 A+

élevés

moyens

faibles

minimes

La consommation spécifique d’énergie primaire par an et par m².
Il s’agit de la consommation théorique totale
médiocre
insuffisante
satisfaisante
bonne
excellente
divisée par
la surface de plancher chauffée.
Performance
Performance des
des installations
installations d’eau
d’eau chaude sanitaire
C’est cette valeur qui est caractérisée par un label.
Performance des installations de chauffage

45 < Espec ≤ 85 A
Exigences PEB
85 < Espec ≤ 170
Réglementation 2010

170 < Espec ≤ 255

Performance moyenne
du parc immobilier
255 < Espec ≤ 340
wallon en 2010

340 < Espec ≤ 425
425 < Espec ≤ 510
Espec > 510

médiocre

B

Système de ventilation

231
255
255

C
D

absent

E

bonnede excellente
Le satisfaisante
certificat
performance énergétique permet à
l’acheteur ou au locataire de comparer de manière
C
objective
la performance énergétique des bâtiments
très partiel
partiel
incomplet
complet
sur le
marché.

insuffisante

Utilisation d’énergies
d'énergies renouvelables
Utilisation

F
G

Certificateur
agréé
n° Certif-XX-xxxxx
Certificateur
agréé
n° CERTIF-P2-01118
Nom/ /Prénom
Prénom:: xxxxxxxxxxx xxxxxxxxx
Nom
Adresse: : xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
Adresse
boîte ::
n°n°: : xx

à noter : les échelles de la performance énergétique et des indicateurs
sont
les mêmes
pourpompe
lesà chaleur
bâtiments
existants et les bâtiments neufs.
sol. therm. sol. photovolt.
biomasse pompe
cogénération
Toutefois, les méthodes de calcul sont légèrement différentes.
Je déclare
déclare que
quetoutes
toutesles
lesdonnées
donnés reprises dans
dansce
cecertificat
certificat
sont conformes
relatifà
conformes au
au protocole
protocolede
decollecte
collectede
dedonnées
donné relatif
àla lacertification
certificationPEB
PEBen
envigueur
vigueur en
en Wallonie.
Wallonie. Version
Version du
du
protocole XXX.
Version duVersion
logicieldu
delogiciel
calcul XXX.
01-sept.-2014.
de calcul 2.1.0.

2

Date :: 21/10/2014
25/06/2014

-

A++ Espec ≤ 0

excessifs

est

Surface
: 224

Surfacede
deplancher
plancherchauffé
chauffée
: ......................................................159


et

La consommation théorique totale du logement,
exprimée en énergie primaire dans des conditions standardisées.

Besoins en chaleur du logement

Quand faut-il un rapport partiel ?
Seuls les logements avec système(s) collectif(s) sont concernés ici.
Le rapport partiel décrit une ou plusieurs installations collectives qui alimentent un ou plusieurs immeubles
comprenant des logements. C’est un document complémentaire indispensable pour établir le certificat PEB de
tout logement concerné par ces installations.
Le rapport partiel est également
réalisé par un certificateur agréé.
Pour établir le certificat PEB d’un
logement de cet immeuble, le certificateur, éventuellement différent de
celui qui a établi le rapport partiel ,
pourra accéder aux informations
contenues dans celui-ci grâce au
numéro et à l’adresse mentionnés
sur le rapport.

Numéro du rapport
partiel

Numéro :
xxxxxxxxxxxxxxx
Établi le :
21/10/2014
Validité maximale : 21/10/2024

Données administratives
Adresse du bâtiment :

Adresse principale et
photo du bien

Rue :
n° :

boîte :

CP :

Localité :

Le rapport partiel reprend les informations relatives à une ou plusieurs installations collectives à plusieurs logements
qui peuvent se trouver dans un ou plusieurs bâtiments.
Il s’agit d’un document officiel dont les informations, centralisées sur une base de données de la Wallonie, servent à
constituer un certificat PEB dans les cas prévus par la réglementation. Le rapport partiel est établi par un certificateur
agréé conformément aux articles 583 et suivants du CWATUPE - à l’article 42 du décret PEB et aux articles 57 et
suivants de l’AGW PEB, sur base des informations récoltées lors de la visite du bâtiment.
La réalisation du rapport partiel représente ainsi une étape indispensable dans la récolte des informations permettant
d’établir la performance énergétique des logements reliés à une ou plusieurs installations collectives.

Évaluation partielle

Définition du rapport
partiel

Installations concernées
installation(s) de chauffage

Il n’y a pas d’indicateur de performance.
En effet, le rapport partiel vise uniquement
à décrire la partie collective des installations.
Comme le nom du document le renseigne,
ces données sont partielles, donc incomplètes pour pouvoir décerner un label.
Les différents labels seront attribués pour
chaque certificat PEB.

Le rapport partiel ne contient pas d’indicateurs de
performance énergétique. En effet, l’évaluation de la
performance énergétique du bâtiment et de ses
installations techniques ne peut être réalisée que
lorsque l’ensemble des informations relatives aux
installations techniques collectives et aux parties
privatives sont collectées.
Les indicateurs seront uniquement affichés sur les
certificats de performance énergétique des logements
concernés par ce rapport et émis par un certificateur
PEB (ce dernier peut ne pas être celui qui a réalisé le
rapport partiel).

Certificateur agréé n° XXXXXX-XXXX
Nom / Prénom :
Adresse :
n° :
boîte : A
CP :
Localité :
Pays : België

Les installations
techniques collectives
concernées par le
rapport sont cochées

installation(s) d’eau chaude sanitaire

système de ventilation

solaire thermique

solaire photovoltaïque

Je déclare que toutes les données reprises dans ce certificat
sont conformes au protocole de collecte de données relatif
à la certification PEB en vigueur en Wallonie. Version du
protocole 01-sept.-2014. Version du logiciel de calcul 2.1.0.
Date : 21/10/2014
Signature :

Pour de plus amples informations, visitez le site http://energie.wallonie.be ou consultez les guichets de l’énergie.

Coordonnées du certificateur ayant établi le
rapport partiel

1/4

Les associations de copropriété sont tenues de mettre gratuitement le rapport partiel à disposition de tout
propriétaire ou titulaire de droit réel d’une partie privative de l’immeuble.

Quelle durée de validité ?
Le certificat PEB et, le cas échéant, le rapport partiel, ont une durée de validité de
10 ans maximum. Cela entraîne plusieurs conséquences.

Publicité

1. Si un nouveau certificat PEB est réalisé, alors le certificat précédent n’est plus valable
et est remplacé par le nouveau.
2. Si un nouveau rapport partiel est réalisé, alors :
- d’une part, le rapport partiel précédent n’est plus valable et est remplacé par ce
nouveau rapport partiel ;
- d’autre part, le certificat basé sur le rapport partiel précédent n’est plus valable et
doit être remplacé par un nouveau certificat basé sur ce nouveau rapport partiel.
3. Si des travaux soumis à permis d’urbanisme (extension, reconstruction,
rénovation…) sont réalisés, alors le certificat précédent n’est plus valable et doit être
remplacé par un nouveau certificat.
4. Si d’autres travaux sont réalisés, alors le certificat et/ou le rapport partiel devraient être
remplacés, dans la mesure où les travaux ont pu avoir un impact sur la performance
énergétique du bâtiment (isolation, systèmes).

3

à partir du
1 janvier 2015,
les indicateurs issus
du certificat PEB
devront être intégrés
dans toute publicité
relative à la vente
ou à la location d’un
bâtiment !
er

Quel est le travail du certificateur ?
Récolte des données
Pour établir un certificat PEB, le certificateur est tenu de suivre scrupuleusement un protocole de collecte des
données. Celui-ci est constitué de règles, de recommandations et d’indications qui guident le certificateur dans
son travail.

Informations relatives à la géométrie et à la
composition des parois du volume protégé.

ƒƒ Installation de chauffage
ƒƒ Installation d’eau chaude sanitaire
ƒƒ Auxiliaires
ƒƒ Refroidissement
ƒƒ Recours à des énergies renouvelables

Caractéristiques
des installations
du logement
Logement à certifier

Ve
rsio

Il prend également en compte des preuves acceptables que peut lui présenter le propriétaire. ffp. 13

Numéro :
xxxxxxxxxxxxxx
établi le :
25/06/2014
Validité maximale : 25/06/2024

Encodage dans le logiciel

nd

Certificat de Performance énergétique (PEB)

Bâtiment résidentiel existant

Descriptions et recommandations – 2 –

Le certificateur encode les diverses données collectées dans le logiciel de
certification PACE. Il respecte les règles spécifiques liées à la certification
comme la prise en compte des données contenues dans les preuves
acceptables ou, lorsqu’il y a un manque d’information, le recours aux valeurs
par défaut générées par le logiciel.

Type

et

Les surfaces renseignées sont mesurées suivant
le protocole de collecte des données défini par l'Administration.

Pertes par les parois - suite
Dénomination

Surface

Justification

5 Parois dont la présence d'isolation est inconnue
recommandations : à isoler (si nécessaire après avoir vérifié le niveau d’isolation existant).
P1

Plancher sur sol
Bâtiment principal

41,5 m²

P3

Plancher
Annexe

12,6 m²

Numéro :
Texte personnalisé
Établi le :
Validité maximale :

Texte personnalisé

Descriptions et recommandations -4Pertes par les fuites d’air
Pertes par les fuites d’air
Améliorer l'étanchéité
l’étanchéité à l'air
l’air participe
participe à la performance énergétique du bâtiment, car,
car, d'une
d’une part,
part, ilil ne
ne faut
faut pas
pas
réchauffer l'air
l’air froid qui s'insinue
s’insinue et,
et, d'autre
d’autre part,
part, la
la quantité
quantité d'air
d’air chaud
chaud qui
qui s'enfuit
s’enfuit hors
hors du
du bâtiment
bâtimentest
estréduite.
réduite.
réalisation
Réalisation d'un
d’un test d'étanchéité
d’étanchéité à l'air.
l’air



† Non
Débitpar
de défaut
fuites par
: 12 m³/h.m²
Non : valeur
: 12défaut
m³/h.m²
† Oui
Oui

En fonction des éléments relevés sur le terrain, un certain nombre de recommandations
sont émises de manière automatique par le logiciel et indiquées dans le certificat PEB
dans un cadre sur fond vert pâle.

Recommandations :: L'étanchéité
L’étanchéitéààl'air
l’airdoit
doitêtre
êtreassurée
assuréeen
encontinu
continusur
surl'entièreté
l’entièretéde
delalasurface
surfacedu
duvolume
volumeprotégé
recommandations
protégé
et, principalement,
niveau
des raccords
les différentes
parois (pourtours
deangles,
fenêtre,jonctions,
angles,
et,
principalement,
au niveauaudes
raccords
entre les entre
différentes
parois (pourtours
de fenêtre,
jonctions, percements
là que des
l’essentiel
des fuites
d’air se situe.
percements
…) car c'est…)
là car
quec’est
l'essentiel
fuites d'air
se situe.
Commentairedu
ducertificateur
certificateur
Commentaire
Les châssis plus récents (salle
de bainrécents
de l'étage
et porteun
d'entrée)
présentent
un meilleur
Les châssis
présentent
bon niveau
d'étanchéité
à l'air. niveau d'étanchéité à l'air.
Toutefois le protocole de certification PEB ne permet pas de tenir compte de cette amélioration d'étanchéité à l'air
Toutefois le protocole de certification
PEB ne
pas de àtenir
de cette amélioration d'étanchéité
vu qu'aucun
testpermet
d'étanchéité
l'air compte
n'a été réalisé.
à l'air vu qu'aucun test n'a été réalisé.

Pertes par ventilation
Pour qu’un logement soit sain, il est nécessaire de remplacer l’air intérieur vicié (odeurs, humidité, etc…) par de
l’air extérieur, ce qui inévitablement induit des pertes de chaleur. Un système de ventilation correctement
dimensionné et installé permet de réduire ces pertes, en particulier dans le cas d’un système D avec récupération
de chaleur.
Votre logement n’est équipé que d’un système de ventilation partiel ou très partiel (voir plus loin).
En complément de ce système, une aération suffisante est nécessaire, par simple ouverture des fenêtres. C’est
pourquoi, dans le cadre de la certification, des pertes par ventilation sont comptabilisées.

Le certificateur peut ajouter des commentaires. Il y engage sa responsabilité d’expert.
Ceux-ci apparaissent en dessous de l’analyse du poste dans un cadre sur fond jaune pâle.

Système D avec
récupération de chaleur

Ventilation
à la demande

Non
Oui

Preuves acceptables
caractérisant la qualité d’execution

Non
Oui

Non
Oui

C’est ce logiciel qui génère automatiquement les différents résultats
présentés dans le certificat PEB.
Le certificateur enregistre électroniquement le certificat dans la base de
données de l’Administration.

0%

9/17

Ru
CP
Ce

e:

:

rtifi

Dat

e de

Lo

é co

ca

mm

co

ns

e:

truc

tio

lité

Mai

:

Lo

so

n:

ifa



m

en

t ce

:

rtif



bo

îte

Ind

so

icat

ins

sifs

en

eu

Le document final est composé d’une quinzaine de pages (le nombre est variable
suivant les particularités du logement). Le certificateur le transmet par courrier,
au plus tard dans les 30 jours à partir de la date de dépôt dans la base de
données de l’Administration.

man

25

5

ce



insuff
t
trè

ns

ifiq

ues

loge

t

de

faible

s

ch

au

aisan

latio

isante
stèm satisfais
e de ante
ve
nt
ila

Sy

absen

ns

satisf

stal

éc

men

latio

isante

te

d’ea

e

bonn

e

u ch

s pa
XX
lors . Ar at
bonn
Util
rtiel
XX
e
qu de ticle PEB
isat
tio
sol.
n
Ce i peuv l’act 237/ est
ion
the
do certi en e de 28 duun do
d’én partiel
rm.
t
Je
Po nnée ficat y êt bail.
CW cum
ergi
ur
re
sol.
so décl
ap Il do AT en
de s réco PEB
es
photo
incom
plus lté est porté nn UPE t ob
reno
à la nt co are qu
e
lig
volt.
ple
am es lo étab es des pour at
t
prot ce nfor e to
uv
ples rs li pa .
info la oire
elab
de
bio
oc rtifica mes utes
rm liste lors
info la r un
comp
ma
ole
Da
les
atio ex de
tio au pr les
sse
rm visite certi
te
01
let
ha
n
ns
to
atio
-sep PE otoc donn
fic
pomp
su ustiv ut
Sign : 21/1
ns du bâ ateu
ac
r la
t.-20 B en ole ée
, co
0/20

atur
pe e des te de
ns timen r ag
chale
14 vigu de s repr
rfo
ulte
14
réé
ac
e
ve
.
co
t.
rm
ur
Ve
:
te
z le
co
an s vis nte,
rsio eur llect ises
cogé
nfor
Gu
ce
lo
n du en e de dans
nérat
mém
ich
én és). catio
ergé Il do n
et
ion
logi Wallo donn ce ce
en
de
tiq it êt ou
t au
l’é
ciel ni
ée rti
op
ue
ne
x ar
de e. Ve s re ficat
du re fo éran
rgie
tic
la
bien urni t
ca
les
de
un
lcul rsio tif
au
vo
58
et
tre
3 et
2.1. n du
indi plus trans
régi
0.
su
qu tard fert
iva
on
e le
de
nts
ou
s m lors
dr
du
le
esur du oit ré
sit
CW
e po
es com el
AT
gé prom sur
UP
rta

il de
E,
rale is un bâ
su
r ba
l’é
s d’ de ve tim
ne
se
am nt en
rgie
de
éli e ou t
s in
en
orat
ergi
form
ions
e.w
atio
all
ns
on
et
ie.
be

ffag

au

de

sa

excel

len

nita

ire

excel

len

te

te

minim

es

:

eur

4

cre

sp

r du

yens

stal

insuff
de

mo

s in

s in

dio

1/17

Le certificateur peut (mais ne doit pas) expliquer le contenu au
demandeur.

cre

rs

ch

aleu

élevé
man s
ce
de

rfor

dio

rfor

ale

:/

Version de test - sans val

Be

exces

Pe

Pe

Nom Cer
tifi
Ad
/
ca
ress Prén
teu

om
e:
r ag
:
CP
:
réé
Pa :

bo
ys
XX
îte
:
XX
XX
Lo :
Le
ca
-XX
lité
(voy certi
-X
fic
:

Nu
Étab méro
Va li le :
lid
ité :
max
im

gem

n un

En

La
ila
tre
le
Pe
loge co ns
19
rfor
71
men om
et
man
t es m at
19
t de io n
80
Su
ce
rfa
57 th éo
én
ce
10
de
erg
5 kWriq ue
plan
étiq
Co
h/an to ta
ch
ns
er
ue
le
om
ch
d’ én
mat
au
ffé
ion
er gi
: 22
sp
e pr
éc
4m
ifiqu
im
²
ai re
e d’
én
de
ergi
ce
e pr
im
air
e:
25
5 kW
h/m
².a
n

Transmission du rapport

8 /15

Diminution globale des pertes de ventilation

Comment est évaluée la performance énergétique d’un logement existant ?
Conditions standardisées
Pour comparer objectivement des logements entre eux, indépendamment du comportement des occupants,
des conditions standardisées ont été établies ainsi que des conditions climatiques d’une année-type.
ƒƒConfort : la température est supposée être maintenue à 18°C dans tout le volume protégé pendant toute la
durée de chauffe. En pratique, cela correspond à une moyenne raisonnable entre les différents locaux (les
salles de bains sont plus chauffées que les chambres) et entre le jour et la nuit.
ƒƒQualité de l’air : pour tenir compte d’une qualité d’air suffisante, un taux de renouvellement de l’air est pris
en compte, même en l’absence d’un système de ventilation (forfait en fonction de la taille du logement).
ƒƒBesoins en eau chaude sanitaire : ceux-ci sont également calculés sur base d’un forfait en fonction de la taille
du logement (considérant que plus un volume est grand, plus il peut accepter d’occupants).
La méthode de calcul évalue, dans ces conditions, la consommation d’énergie nécessaire pour le chauffage,
l’eau chaude sanitaire, les auxiliaires (circulateur, ventilateur…) et, éventuellement, le refroidissement. Les
consommations des équipements électroménagers et de l’éclairage ne sont pas pris en compte.

Méthode de calcul
Le principe de la méthode de calcul est synthétisé dans le schéma ci-dessous.
Besoins en chaleur
du logement

+
+
+
+
=

ffp. 6, 7
énergie primaire

Pertes de l’installation
de chauffage

ffp.8

Besoins de chaleur pour produire
l’eau chaude sanitaire (ECS) et
pertes de l’installation

ffp. 9

Consommation d’énergie
des auxiliaires
Consommation d’énergie pour
le refroidissement
Apports solaires thermiques pour
ffp. 10
l’ECS et/ou le chauffage
énergie finale consommée

+

Autoproduction
d’électricité
Pertes de transformation

=
Consommation annuelle
d’énergie primaire du logement

ffp. 10, 11

C’est l’énergie qui est
prélevée à la planète.
Les pertes pour transformer
les « matières premières
énergétiques » en énergie
utilisable dans le logement
sont prises en compte.
L’électricité est fortement
impactée par cette prise en
compte car les pertes de
transformation en centrale
sont très importantes : en
effet, pour obtenir 1 kWh
d’électricité sur le réseau, il
faut consommer 2,5 kWh
d’énergie primaire.
Actuellement, pour les
autres énergies utilisées
dans le logement, la
méthode de calcul considère
ces pertes de transformation
comme négligeables.

Le total obtenu représente
la consommation théorique annuelle,
exprimée en énergie primaire.
Il est important de signaler que le résultat obtenu est une consommation théorique en énergie primaire.
Par nature, celle-ci ne correspond pas à la consommation réelle du logement.
5

Que renseignent les indicateurs spécifiques ?
Les indicateurs spécifiques donnent des informations sur :
les besoins en chaleur du logement (aussi appelés
besoins nets en énergie pour le chauffage) qui
dépendent de la qualité de l’enveloppe : isolation
thermique, étanchéité à l’air, apports solaires… ;

ffp. 6, 7

la performance des installations de chauffage :
depuis la chaudière en passant par les tuyauteries, les
appareils d’émission et la régulation ;

ffp. 8

la performance des installations d’eau chaude
sanitaire : depuis le générateur en passant par les
tuyauteries, le mode de régulation et le stockage ;

ffp. 9

la présence éventuelle d’un système de ventilation
garantissant la qualité de l’air dans le logement ;
l’existence ou non d’installations recourant
à des énergies renouvelables et/ou produisant
de l’électricité.

ffp. 7, 9

ffp. 10, 11

Ces indicateurs sont repris de l’exemple présenté en page 2

Besoins en chaleur du logement
Pertes par les parois

+
Pertes par les fuites d'air

+
Pertes par la ventilation

Apports solaires par les vitrages

Apports internes

=
Besoins en chaleur du logement

Ces besoins sont les apports
de chaleur à fournir par le
chauffage pour maintenir
constante la température
intérieure du logement.
Ces apports sont nécessaires
pour compenser les pertes
ƒƒpar transmission à travers
l’enveloppe,
ƒƒpar ventilation,
ƒƒpar manque d’étanchéité
à l’air,
diminuées des gains
ƒƒsolaires,
ƒƒinternes.

Une échelle permet de définir ces besoins : depuis des besoins jugés excessifs (supérieurs à 250 kWh/m².an)
jusqu’à des besoins jugés minimes (égaux ou inférieurs à 60 kWh/m².an).

Besoins en chaleur du logement
>250

≤ 250

≤ 120

≤ 90

≤ 60

excessifs

élevés

moyens

faibles

minimes

6

L’indicateur s’exprime en
kilowattheure par m²
de plancher chauffé
et par an.

3 postes des besoins en chaleur du logement sont développés dans le certificat.
Pertes
par les parois

Pour prendre en compte la présence d’une isolation dans une paroi, le certificateur PEB doit se baser sur une observation sur place ou sur une preuve acceptable qui lui est fournie par le propriétaire.
La présence d’un isolant a une influence majeure sur la performance
énergétique d’une paroi et donc sur celle du logement.
Un mur massif en moellons de 60 cm est moins performant qu’une paroi de
20 cm comprenant une couche d’isolation de 5 cm.
5 classes de parois sont reprises dans le certificat PEB.
Pour chacune, le certificat décrit les parois concernées, leur surface et
génère une recommandation.
1. Parois présentant un très bon niveau d’isolation
2. Parois avec un bon niveau d’isolation
3. Parois avec isolation insuffisante ou d’épaisseur inconnue
4. Parois sans isolation
5. Parois dont la présence d’isolation est inconnue

Pertes
par les fuites d’air

Seul un rapport de test d’étanchéité à l’air, réalisé conformément aux prescriptions en vigueur et transmis au certificateur, permet d’éviter la valeur par défaut
(en général pénalisante) définie par le protocole de certification.
Assurer l’étanchéité à l’air de son logement permet d’améliorer sa
performance énergétique.
Pour ce faire, il faut minimiser les fuites d’air qui sont la cause de déperditions
de chaleur et d’infiltrations d’air froid.
Un manque d’étanchéité à l’air peut aussi être l’origine de pénétration
d’humidité dans certaines parois et, de ce fait, de formation de moisissures.
Enfin, les infiltrations d’air peuvent aussi dégrader la performance des
isolants mis en place.

Pertes
par ventilation

Le système de ventilation double flux, avec récupérateur de chaleur (appelé
aussi échangeur de chaleur), permet de réduire les pertes par ventilation.
Même si ventiler entraîne, dans tous les cas de figure, des pertes d’énergie,
il s’agit d’un poste indispensable pour garantir la qualité de l’air intérieure
et l’hygiène des lieux.
Avec ou sans système de ventilation, des pertes par ventilation sont
comptabilisées ; elles sont établies de façon forfaitaire sur base du volume
protégé défini par le certificateur PEB.
Les systèmes suivants permettent de limiter les pertes par ventilation :
1. système D avec récupération de chaleur,
si preuve acceptable sur le rendement de l’échangeur.
2. système de ventilation à la demande,
si preuve acceptable de la présence d’un tel système.
3. qualité d’exécution du système,
si preuve acceptable du type rapport de test.
7

Que renseignent les indicateurs spécifiques ?

Suite

Performance des installations de chauffage

Les données récoltées permettent de caractériser les
performances des différentes parties d’une installation
de chauffage :
ƒƒproduction (chaudière, pompe à chaleur …) ;
ƒƒdistribution (tuyauteries …) ;
ƒƒémission (radiateur, convecteur … ) ;
ƒƒainsi que la régulation (vannes thermostatiques, thermostat d’ambiance …).

C’est toujours sur base du protocole que le
certificateur collecte les données sur le système
de chauffage :
ƒƒ combustible utilisé ;
ƒƒ type de générateur ;
ƒƒ présence d’un label ;
ƒƒ isolation des conduites ;
ƒƒ type de régulation du générateur ;
ƒƒ présence de vannes thermostatiques ;
ƒƒ présence d’un thermostat d’ambiance ;
ƒƒ …

Les observations effectuées par le certificateur peuvent
être complétées :
†† par des preuves acceptables fournies par le
demandeur :
ƒƒfiche technique d’un appareil ;
ƒƒfacture d’installation d’une chaudière ;
ƒƒdossier de prime régionale pour l’installation d’une
chaudière à condensation ;
ƒƒ …
†† par des tests sur l’installation permettant, notamment, de déterminer le type de régulation.

En fonction des caractéristiques encodées, le logiciel
évalue le rendement*. La performance de l’installation
avec toutes ses parties est définie par un rendement
global en énergie primaire**.

Une échelle permet de situer ce rendement global en énergie primaire : depuis un rendement jugé médiocre
(inférieur à 50 %) jusqu’à un rendement jugé excellent (égal ou supérieur à 80 %).

Performance des installations de chauffage
< 50

≥ 50

≥ 60

≥ 70

≥ 80

médiocre

insuffisante

satisfaisante

bonne

excellente

L’indicateur s’exprime en
pourcent [%].

* Le rendement est le rapport entre la quantité d’énergie obtenue à la sortie d’un poste et celle fournie à l’entrée de ce poste. Plus le
rendement est élevé plus le poste est efficace d’un point de vue énergétique. Il s’exprime en pourcent.
** énergie primaire : ffp. 4

8

Performance des installations d’eau chaude sanitaire
Il s’agit des installations qui fournissent l’eau chaude
pour la salle de bain et la cuisine.
Les données récoltées permettent de caractériser la
performance des différentes parties d’une installation
d’eau chaude sanitaire :
ƒƒproduction (chaudière, chauffe-eau …) ;
ƒƒstockage éventuel (ballon … ) ;
ƒƒdistribution (tuyauteries …).

Sur base du protocole, les données suivantes
sont collectée :
ƒƒ combustible utilisé ;
ƒƒ type de générateur ;
ƒƒ longueur des conduites ;
ƒƒ présence d’une boucle d’eau chaude sanitaire ;
ƒƒ points de puisage (seuls les éviers de cuisine,
baignoires et douches sont pris en compte) ;
ƒƒ …

De façon similaire au chauffage des locaux, le rendement
global en énergie primaire découle des données encodées
par le certificateur dans le logiciel de certification.
Une échelle permet de situer ce rendement global en
énergie primaire : depuis un rendement jugé médiocre
(inférieur à 30 %) jusqu’à un rendement jugé excellent
(égal ou supérieur à 60 %).

Performance des installations d’eau chaude sanitaire
< 30

≥ 30

≥ 35

≥ 40

≥ 60

médiocre

insuffisante

satisfaisante

bonne

excellente

L’indicateur s’exprime en
pourcent [%].

Système de ventilation
La qualité de l’air intérieur est primordiale pour la santé des occupants et pour la salubrité du bâtiment (évacuation
de la vapeur d’eau, des odeurs…) et parfois aussi, pour des raisons de sécurité (suivant les équipements de
chauffage).
Il existe 4 systèmes de ventilation.
Le principe consiste à amener de l’air neuf
dans les locaux secs via des ouvertures d’alimentation réglables (OAR) ou mécaniques
(OAM), de le transférer par des ouvertures
de transfert (OT) vers les locaux humides où
il est évacué via des ouvertures d’évacuation
réglables (OER) ou mécaniques (OEM).

Système A
alimentation
et évacuation naturelles

Système B
alimentation mécanique
et évacuation naturelle

Système C
alimentation naturelle
et évacuation mécanique

Système D
alimentation et
évacuation mécaniques

Le certificateur doit vérifier la présence des ouvertures d’alimentation et d’évacuation d’air mais non la conformité
du système aux prescriptions réglementaires et/ou règles de l’art.

Système de ventilation

absent

très partiel

C

C

C

partiel

incomplet

complet

Le certificat PEB ne donne
pas de label de qualité sur
le système de ventilation
mais signale simplement
s’il est complet ou non.

Si le système est « partiel », « incomplet » ou « complet », le type de système est mentionné dans le label.
9

Que renseignent les indicateurs spécifiques ?

Suite

Utilisation d’énergies renouvelables
Sur base du protocole, les données récoltées permettent de caractériser les éventuelles installations utilisant des
énergies renouvelables et/ou produisant de l’électricité. Ces données auront une incidence sur la consommation
théorique annuelle.

Utilisation d'énergies renouvelables

PAC
sol. therm.

sol. photovolt.

Installation solaire
thermique

biomasse

pompe à chaleur cogénération

Le certificat PEB ne donne
pas de label de qualité
sur ces installations mais
signale simplement leur
présence.

Une telle installation permet de chauffer de l’eau pendant toute l’année
(essentiellement en été et partiellement en hiver), au départ d’une source
d’énergie renouvelable et gratuite : le rayonnement solaire.

Données à récolter par le
certificateur :
ƒƒsurface de capteurs ;
ƒƒinclinaison ;
ƒƒorientation ;
ƒƒinstallations desservies (eau
chaude sanitaire et/ou
chauffage).
Le certificateur ne doit pas
préciser le type de capteurs
solaires (capteurs plans, à
tubes…).
@ SPW-SG/J-L CARPENTIER

Installation solaire
photovoltaïque

Les panneaux photovoltaïques transforment le rayonnement solaire en
électricité.

Données à récolter par le
certificateur :
ƒƒpuissance crête des panneaux
(sur base d’une preuve acceptable uniquement, à fournir
par le demandeur du
certificat) ;
ƒƒinclinaison ;
ƒƒorientation.

@ SPW-SG/J-L CARPENTIER

10

biomasse

Le terme biomasse concerne tout combustible d’origine végétale de type
bûches, plaquettes, granulés (pellets, céréales…) ou autres (paille, sciure…).
Les appareils de chauffage peuvent être des poêles, des cassettes/inserts,
des chaudières ou encore une unité de cogénération.
Données à récolter par le certificateur :
ƒƒtype de combustible ;
ƒƒtype d’appareil ;
ƒƒdate de fabrication ;
ƒƒtype de foyer (montant ou inversé) ;
ƒƒsituation de l’appareil (à l’intérieur du volume protégé ou non) ;
ƒƒtype de régulation.

Source : poele-ecofire-mini-de-Palazetti

PAC

Pompe à chaleur

La pompe à chaleur (PAC) est une machine permettant de puiser la chaleur
de l’air extérieur, du sol ou de l’eau à basse température et de la restituer a
l’intérieur du logement à plus haute température.
Données à récolter par le certificateur :
ƒƒtype de PAC (air/eau, sol/eau…) ;
ƒƒénergie utilisée (électricité…) ;
ƒƒsystème d’émission (radiateur, chauffage sol...).

Unité extérieure d’une PAC air/air ou air/eau

Unité de
cogénération

Si des informations n’ont pu être fournies sous forme de preuve
acceptable, un coefficient de performance (COP saisonnier) par défaut
est considéré.
Si le système est réversible, il est à la fois comptabilisé comme pompe à
chaleur et comme système de refroidissement actif.
Ce système ne sera reconnu comme source d’énergie renouvelable qu’à
partir d’un certain COP saisonnier et d’une proportion suffisante du
logement chauffé par ce moyen.
La cogénération permet la production combinée de chaleur et d’électricité.
Un moteur (gaz, diesel Stierling) est couplé à une génératrice de courant
électrique. Les pertes thermiques du moteur sont récupérées pour assurer le
chauffage des locaux et/ou la production d’eau chaude sanitaire.
Données à récolter par le certificateur :
ƒƒénergie utilisée ;
ƒƒpuissance thermique de l’installation ;
ƒƒtype de moteur ;
ƒƒvolume du ballon tampon ;
ƒƒ…

Unité de micro-cogénération

11

Comment est mesuré l’impact du logement sur l’environnement ?
Les tensions et incertitudes économiques et géopolitiques sur les « matières premières » énergétiques (pétrole,
gaz, uranium…), la recherche d'une indépendance énergétique, la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre
et la réduction des pollutions imposent de plus en plus une utilisation plus rationnelle des énergies ; ces objectifs
convergent également vers une utilisation accrue des énergies renouvelables.
Rappelons aussi que l’énergie la moins polluante est celle que l'on n'a pas consommée. Les investissements
qui conduisent à réduire la facture énergétique d’un logement sont largement bénéfiques, aussi bien pour le
portefeuille des occupants que pour l'environnement.
Pour sensibiliser les citoyens à l’impact environnemental, le certificat évalue dès à présent les émissions de CO2 du
logement à certifier.

Pour fournir 1 kWh électrique dans un logement, les
centrales électriques doivent en consommer 2,5 d’où une
énorme quantité de C02 rejetée.

Consommer des
énergies fossiles
rejette du CO2
dans les fumées.

Recourir à des énergies renouvelables
(panneaux solaires, biomasse, énergie du sol
via PAC…) permet de minimiser les impacts
négatifs sur l’environnement (entre autres en
réduisant les rejets de CO2).

Émissions annuelles de CO2
calculée par le logiciel de
certification, sur base des
énergies utilisées.

Le CO2 relâché dans l’atmosphère a été capté plusieurs millions d’années
auparavant et influence fortement l’effet de serre.

émissions annuelles de CO2 du logement

/

Surface de plancher chauffée

10 551 kg CO2 /an

224 m²

=
émissions spécifiques de CO2

47 kg CO2 /m².an

Par exemple, une maison récente (K 37) aura un niveau d’émission de l’ordre de 30 kg CO2 /m².an si le chauffage et la production d’eau chaude
sanitaire sont assurés par une chaudière gaz à condensation. Ce niveau sera d’environ 4 kg CO2 /m².an si on utilise plutôt une chaudière à pellets.

12

Quelle est l’importance des preuves acceptables ?
Il est utile de bien préparer la venue du certificateur. En effet, certains documents peuvent attester d’une bonne
performance énergétique et améliorer les résultats du certificat. Sans preuve, mais il n’y en a pas toujours, ce sont
des valeurs par défaut, souvent pénalisantes, qui sont prises en compte dans le logiciel de certification.
Le certificateur doit mentionner dans le certificat PEB les preuves acceptables utilisées.
A cet effet, le certificateur doit transmettre 5 jours avant la visite (pour autant que la date de commande le
permette) un document dans lequel est fournie la liste des documents pouvant servir de preuves acceptables.

Impact d’une preuve acceptable sur le certificat PEB
En conformité avec le protocole de collecte des données, des preuves
acceptables peuvent être fournies pour les postes suivants :

Postes

Isolation
thermique
étanchéité
à l’air

Deux bâtiments identiques, mais dont l'un est bien documenté par des
preuves acceptables et l'autre pas, ne recevront pas le même certificat PEB.

Certificat de Performance énergétique (PEB)

Bâtiment résidentiel existant

Certificat de Performance Énergétique (PEB)

Bâtiment résidentiel existant

Ve

Logement
certifié
Logement
certifié
boîte: :/
boîte

Logement
certifié
Logement
certifié
Rue : xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
Rue

Localité :: xxxxxxxxxxxxxx
Localité

CP : xxxx
CP

Certifié comme
comme:: Maison
Maisonunifamilale
unifamiliale
Certifié

indicateurs
spécifiques
Indicateurs
spécifiques

faibles
faibles

Surfacededeplancher
plancher
chauff:ée
: ......................................................159

Surface
chauffé
224


Performancedes
desinstallations
installationsdedechauffage
chauffage
Performance

Consommation
spécifique
d’énergie
primaire
: 231
kWh/m².an
Consommation
spécifique
d’énergie
primaire
: 255
kWh/m².an
insuffisante
insuffisante satisfaisante
satisfaisante

bonne
bonne

excellente
excellente

bonne
bonne

excellente
excellente

Exigences PEB
85 < Espec ≤ 170
Réglementation 2010

insuffisante
insuffisante satisfaisante
satisfaisante

bonne
bonne

excellente
excellente

170 < Espec ≤ 255

Performance moyenne
du parc immobilier
255 < Espec ≤ 340
wallon en 2010

C

D
absent
absent

E

très
trèspartiel
partiel

partiel
partiel

incomplet
incomplet

complet
complet

340 < Espec ≤ 425

sol.
sol.therm.
therm. sol.sol.photovolt.
photovolt.

biomasse
à chaleur
biomasse pompe
pompe
à chaleur cogénération
cogénération

170 < Espec ≤ 255

C

partiel
partiel

incomplet
incomplet

complet
complet

sol.
sol.therm.
therm. sol.sol.photovolt.
photovolt.

biomasse
à chaleur
biomasse pompe
pompe
à chaleur cogénération
cogénération

Je
dans ce
ce certifi
certificat
Jedéclare
déclareque
quetoutes
toutes les
les données
données reprises
reprises dans
cat
sont
sontconformes
conformesau
auprotocole
protocolede
decollecte
collectede
dedonnées
donnéesrelatif
relatif
ààlalacertification
Version du
du
certification PEB
PEB en
en vigueur
vigueur en
en Wallonie.
Wallonie. Version
protocole
Version
dude
logiciel
calcul 2.1.0.
protocole01-sept.-2014.
XXX. Version du
logiciel
calculde
XXX.
Date : 21/10/2014
Date : 25/06/2014
Signature
Signature: :

LeLecertificat
obligatoire
lors
dede
tout
acte
dede
vente,
location
ou ou
opérant
un un
transfert
de droit
réelréel
sur sur
un un
bâtiment
certificatPEB
PEBest
estunundocument
document
obligatoire
lors
tout
acte
vente,
location
opérant
transfert
de droit
bâtiment
(voy.
237/28
du du
CWATUPE
pourpour
la liste
des actes
doit être
fourni
au plus
tard
dutard
compromis
vente ou de
(voy.Article
Article
237/28
CWATUPE
la exhaustive
liste exhaustive
desvisés).
actesIlvisés).
Il doit
être
fourni
aulors
plus
lors dude
compromis
lors
de l’acte
de de
bail.
Il donne
des Ilinformations
la performance
duénergétique
bien et indique
mesures
générales
d’améliorations
vente
ou lors
l’acte
de bail.
donne des sur
informations
sur laénergétique
performance
du les
bien
et indique
les mesures
générales
qui
peuvent y être qui
apportées.
d’améliorations
peuvent y être apportées.
CeCecertificat
PEB
estest
établi
parpar
unun
certificateur
agréé
conformément
aux aux
articles
583 et
suivants
du CWATUPE,
sur base
des informations
et
certificat
PEB
établi
certificateur
agréé
conformément
articles
583
et suivants
du CWATUPE,
sur base
des informations
données
récoltées
lors de
la visite
bâtiment.
et données
récoltées
lors
de la du
visite
du bâtiment.
Pour
plus
amples
informations,
consultez
le Guichet
de l’énergie
de votre
ou le site
l’énergie
energie.wallonie.be
Pourdede
plus
amples
informations,
consultez
le Guichet
de l’énergie
de région
votre région
ouportail
le site de
portail
de l’énergie
energie.wallonie.be

Solaire
thermique

r

1/117/15

Page figée

G

très
trèspartiel
partiel

Utilisation
Utilisationd’énergies
d'énergiesrenouvelables
renouvelables

F

eu

certificatPEB
PEBest
estunundocument
document
obligatoire
lors
tout
acte
vente,
location
opérant
transfert
de droit
un bâtiment
LeLecertificat
obligatoire
lors
dede
tout
acte
dede
vente,
location
ou ou
opérant
un un
transfert
de droit
réelréel
sur sur
un bâtiment
(voy.
237/28
du du
CWATUPE
pourpour
la liste
des actes
doit être
fourni
au plus
tard
dutard
compromis
vente ou de
(voy.Article
Article
237/28
CWATUPE
la exhaustive
liste exhaustive
desvisés).
actesIlvisés).
Il doit
être
fourni
aulors
plus
lors dude
compromis
lors
de l’acte
de de
bail.
Il donne
des Ilinformations
la performance
duénergétique
bien et indique
mesures
générales
d’améliorations
vente
ou lors
l’acte
de bail.
donne des sur
informations
sur laénergétique
performance
du les
bien
et indique
les mesures
générales
qui
peuvent y être qui
apportées.
d’améliorations
peuvent y être apportées.
CeCecertificat
PEB
estest
établi
parpar
unun
certificateur
agréé
conformément
aux aux
articles
583 et
suivants
du CWATUPE,
sur base
des informations
et
certificat
PEB
établi
certificateur
agréé
conformément
articles
583
et suivants
du CWATUPE,
sur base
des informations
données
récoltées
lors de
la visite
bâtiment.
et données
récoltées
lors
de la du
visite
du bâtiment.
Pour
plus
amples
informations,
consultez
le Guichet
de l’énergie
de votre
ou le site
l’énergie
energie.wallonie.be
Pourdede
plus
amples
informations,
consultez
le Guichet
de l’énergie
de région
votre région
ouportail
le site de
portail
de l’énergie
energie.wallonie.be

absent
absent

E

Nom
Nom/ /Prénom
Prénom: : xxxxxxxxxxx xxxxxxxxx
Adresse
Adresse: : xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
n°n°: : xx
boîte
boîte ::
CP
Localité :: xxxxxxxxxxxx
CP: : xxxx
Localité
Pays
Pays: Belgique
: xxxxxxxx

excellente
excellente

r

Date
Date: :21/10/2014
25/06/2014
Signature
Signature: :

D

Certificateur
agréé
n° XXXXX-XX-XXXXX
Certificateur
agréé
n° CERTIF-XX-xxxxx

JeJedéclare
dans ce
ce certificat
certificat
déclareque
quetoutes
toutesles
les données
données reprises
reprises dans
sont
sontconformes
conformesau
auprotocole
protocolede
decollecte
collectede
dedonnées
donnéesrelatif
relatif
ààlalacertification
Version du
du
certification PEB
PEB en
en vigueur
vigueur en
en Wallonie.
Wallonie. Version
protocole
Version
dude
logiciel
calcul 2.1.0.
protocole01-sept.-2014.
XXX. Version du
logiciel
calculde
XXX.

bonne
bonne

C

eu

Nom/ /Prénom
Prénom: : xxxxxxxxxxx xxxxxxxxx
Nom
Adresse
Adresse: : xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
n°n°: : xx
boîte
boîte ::
CP
Localité :: xxxxxxxxxxxx
CP: : xxxx
Localité
Pays
Pays: : xxxxxxxx

Espec > 510

Avant Recast jusqu’au 1er mai 2015

G

425 < Espec ≤ 510

insuffisante
insuffisante satisfaisante
satisfaisante

Système
Systèmede
deventilation
ventilation

C

val

Utilisation
Utilisationd’énergies
d'énergiesrenouvelables
renouvelables

F

151
151
151

B

médiocre
médiocre

Eau chaude
sanitaire

ns

Système
Systèmede
deventilation
ventilation

255
231
255

C

Certificateur
agréé
n° XXXXXX-XX-XXXXX
Certificateur
agréé
n° Certif-XX-xxxxx

Avant Recast jusqu’au 1er mai 2015

minimes
minimes

- sa

Espec > 510

B

insuffisante
insuffisante satisfaisante
satisfaisante

val

425 < Espec ≤ 510

faibles
faibles

45 < Espec ≤ 85 A
médiocre
médiocre

ns

340 < Espec ≤ 425

moyens
moyens

Performance
Performancedes
desinstallations
installationsd’eau
d’eauchaude
chaudesanitaire
sanitaire

0<Espec ≤ 45 A+

45 < Espec ≤ 85 A

170 < Espec ≤ 255

élevés
élevés

Performance
Performancedes
desinstallations
installationsdedechauffage
chauffage

médiocre
médiocre

- sa

A++ Espec ≤ 0

Performance
Performancedes
desinstallations
installationsd’eau
d’eauchaude
chaudesanitaire
sanitaire

0<Espec ≤ 45 A+

excessifs
excessifs

Consommation
spécifique
d’énergie
primaire
: 151
kWh/m².an
Consommation
spécifique
d’énergie
primaire
: 151
kWh/m².an

médiocre
médiocre

A++ Espec ≤ 0

Besoins
Besoinsen
enchaleur
chaleurdu
dulogement
logement

La consommation
consommationthéorique
théoriquetotale
totaled’énergie
d'énergieprimaire
primairededece
La
ce logement
797 kWh/an
logement
est deest
33de
863..............................................36
kWh/an
minimes
minimes

est

moyens
moyens

et

élevés
élevés

est

excessifs
excessifs

Indicateurs
spécifiques
Indicateurs
spécifiques

et

Besoinsen
enchaleur
chaleurdu
dulogement
logement
Besoins

La consommation
consommationthéorique
théoriquetotale
totaled’énergie
d'énergieprimaire
primairededece
La
ce logement
797 kWh/an
logement
est deest
57de
105..............................................36
kWh/an
Surfacededeplancher
plancher
chauffée
: ......................................................159

Surface
chauffé
: 224


Performanceénergétique
énergétique
Performance

Chauffage

nd

nd

Date de
de construction
construction:: avant 1971
Date

Performanceénergétique
énergétique
Performance

Performance moyenne
du parc immobilier
255 < Espec ≤ 340
wallon en 2010

boîte: :/
boîte

Localité : xxxxxxxxxxxxxx

Certifié comme
comme : Maison
Maisonunifamilale
unifamiliale
Certifié

Date de
de construction
construction:: Entre
avant1971
1971et 1980
Date

Exigences PEB
85 < Espec ≤ 170
Réglementation 2010

n°:: xx


rsio

CP :: xxxx
CP

n°:: xx


rsio

Rue : xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
Rue

Ventilation

Numéro: :
xxxxxxxxxxxxxx
Numéro
Établilele: :
25/06/2014
Établi
Validitémaximale
maximale: : 25/06/2024
Validité

Ve

Numéro: :
xxxxxxxxxxxxxx
Numéro
établilele: :
25/06/2014
Établi
Validitémaximale
maximale: : 25/06/2024
Validité

Solaire
photovoltaïque

1/118/15

Page figée

85 < Espec ≤ 170

B

Cogénération

En l’absence de preuves acceptables, ce sont des valeurs par défaut, toujours peu favorables, qui seront prises
en compte dans le certificat. Si l’on veut que le certificat reflète la juste valeur du bâtiment, il faut essayer de
ne laisser aucun choix inconnu en apportant des preuves acceptables ou en faisant des tests dont les résultats
seront présentés au certificateur.
Il y a donc un grand intérêt à bien conserver les traces des interventions énergétiques réalisées sur un bien
afin de pouvoir les présenter au certificateur en temps voulu, notamment des photos des travaux réalisés, des
factures et des demandes de primes...

13

Comment améliorer la performance énergétique d’un logement ?
Le certificat PEB présente des recommandations tout au long de l’analyse des différents postes du bilan
énergétique du logement. Elles sont peu nombreuses et attribuées de façon automatique.
Pour aller plus loin, il est conseillé de recourir à la procédure d’avis énergétique (PAE).
Cette procédure volontaire vise l’amélioration énergétique d’un logement grâce à des recommandations très
concrètes et chiffrées.
Elle est réalisée par un auditeur agréé PAE qui établit un rapport d’audit énergétique détaillé.

Améliorations sur base de l’audit

Avant label G

Après

LABEL C

Grâce à ce rapport d’audit, vous aurez des informations sur
ƒƒles différentes améliorations permettant d’augmenter le confort de votre logement tout en diminuant votre
facture énergétique ;
ƒƒun ordre de priorité de ces interventions ;
ƒƒune estimation du temps de retour de chaque intervention.
Le rapport d’audit donne aussi, dans certains cas,
l’accès à des primes régionales.
Il est accompagné d’une brochure explicative qui
permet de mieux comprendre ses contenus mais
aussi de mieux appréhender les techniques d’amélioration proposées.
De plus l’auditeur vient présenter et expliquer
personnellement le rapport auprès du demandeur.
De façon plus générale, le rapport d’audit vous
permettra aussi de participer à la préservation de
l’environnement en diminuant vos émissions de
CO2 et d’inscrire progressivement votre logement
dans les objectifs régionaux et européens visant la
performance énergétique des bâtiments.
14

Y a t-il un lien entre un rapport d’audit PAE2 et un certificat PEB ?
Le rapport d’audit PAE2 et le certificat PEB sont deux documents bien distincts.

Rapport d’audit
énergétique

Certificat de performance
énergétique

C’est une démarche volontaire d’un propriétaire
pour améliorer la performance énergétique d’un
logement ou d’un immeuble à appartements.

Il s’agit d’une démarche obligatoire d’un propriétaire en cas de vente ou de location d’un logement.

Son objectif est d’aider à l’amélioration énergétique d’un logement ou d’un bâtiment à l’aide de
recommandations chiffrées très concrètes.

Son objectif est d’informer le futur acquéreur ou
locataire sur les caractéristiques énergétiques du
logement au travers d’un label général (de G jusque
A++) et d’indicateurs spécifiques. Il permet aussi
de comparer de manière objective la performance
énergétique des bâtiments sur le marché.

Il est établi et expliqué par un auditeur pae2. Tous
les auditeurs PAE2 sont certificateurs PEB.

Il est établi par un certificateur PEB et envoyé par
courrier postal.

Il fait l’objet d’une prime régionale et permet d’en
activer d’autres.

Il ne fait l’objet d’aucune prime.

Les informations données par le demandeur peuvent
être considérées, de manière générale, comme vraies
par l’auditeur et sont reprises dans l’audit.

Toutes les données prises en compte sont basées sur
des constatations visuelles, des tests ou des documents de preuves dites acceptables, ou à défaut, sur
des valeurs forfaitaires.

Votre rapport d’audit sera établi sur base de vos
consommations réelles reprises sur vos factures énergétiques. Toutefois, dans certains cas spécifiques,
votre auditeur devra établir son rapport sur base de
consommations théoriques.

Toutes les consommations sont établies dans des
conditions standardisées.
Certificat de Performance énergétique (PEB)

Numéro
Numéro::
xxxxxxxxxxxxxx
Établi
établilele::
25/06/2014
Validité
Validitémaximale
maximale:: 25/06/2024

Ve

Bâtiment résidentiel existant
Logementcertifié
certifié
Logement

CP
CP:: xxxx


n° :: xx

rsio

Rue
Rue:: xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

boîte
boîte :: /

Localité
Localité : xxxxxxxxxxxxxx

Certifié
Certifiécomme
comme:: Maison
Maisonunifamilale
unifamiliale

Performance
Performanceénergétique
énergétique
Audit n° : A20130227-TEST-A

Rapport d’audit énergétique

N° : 21

Localité : Limelette

Volume protégé :

633 m³

Surface de déperdition (AT) :

472 m²

Surface de plancher chauffé (Ach) :

moyens
moyens

faibles
faibles

minimes
minimes

170 < Espec ≤ 255

Performance moyenne
du parc immobilier
255 < Espec ≤ 340
wallon en 2010

216 m²
Niveau K 119

selon PAE 2

425 < Espec ≤ 510
Espec > 510

médiocre
médiocre

B

0%

selon PAE 2

Nom / Prénom :
Rue :
N° :
CP :

Avant Recast jusqu’au 1er mai 2015

Auditeur agréé n° : CERTIF-P1-00003

Nom / Prénom :
Rue :
N° :
CP :

excellente
excellente

Date et signature de l’auditeur

Boîte :
Localité :

Les informations reprises dans ce rapport sont le résultat de l’application de la procédure d’avis énergétique (PAE 2) visant à évaluer la performance énergétique d’un logement.

satisfaisante
satisfaisante

bonne
bonne

excellente
excellente

C
absent
absent

E

très
trèspartiel
partiel

partiel
partiel

incomplet
incomplet

complet
complet

Utilisation
Utilisationd’énergies
d'énergiesrenouvelables
renouvelables

F
G

sol.
sol.therm.
therm.

12,5 t.CO2/an

insuffisante
insuffisante

D

Certificateur
agréé
n° Certif-XX-xxxxx
Certificateur
agréé
n° XXXXXX-XX-XXXXX

Performance énergétique des systèmes de production d’eau chaude sanitaire (ECS)

Demandeur

bonne
bonne

Système
Systèmede
deventilation
ventilation

255
231
255

C

Performance énergétique des systèmes de chauffage

Émissions de gaz carbonique (CO2)

satisfaisante
satisfaisante

45 < Espec ≤ 85 A
Exigences PEB
85 < Espec ≤ 170
Réglementation 2010

Besoins nets en énergie pour le chauffage

Pourcentage de la consommation couverte par des énergies renouvelables

insuffisante
insuffisante

Performance
Performancedes
desinstallations
installationsd’eau
d’eauchaude
chaudesanitaire
sanitaire

0<Espec ≤ 45 A+

340 < Espec ≤ 425

Niveau d’isolation globale du volume protégé

Boîte :
Localité :

élevés
élevés

Performance
Performancedes
desinstallations
installationsde
dechauffage
chauffage

médiocre
médiocre

A++ Espec ≤ 0

Année de construction : avant 1971 ou inconnu

Boîte :

excessifs
excessifs

Consommation
spécifique
d’énergie
primaire
: 255
kWh/m².an
Consommation
spécifique
d’énergie
primaire
: 231
kWh/m².an

AUDIT COMPLET DE TYPE 1 avec certificat PEB n° VERSIONTEST

CP : 1342

Évaluation
du bien
en date du
21.09.2012

Surface
chauffé
: 224

Surfacededeplancher
plancher
chauffée
: ......................................................159


Nom/ Prénom
/ Prénom: : xxxxxxxxxxx xxxxxxxxx
Nom
Adresse: : xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
Adresse
boîte :
n°n°: : xx
boîte
CPCP: : xxxx
Localité : xxxxxxxxxxxx
Pays
Pays: : xxxxxxxx

sol.
sol.photovolt.
photovolt.

biomasse
biomasse pompe
pompeààchaleur
chaleur cogénération
cogénération

Je
toutes les
lesdonnées
donnéesreprises
reprisesdans
danscececertificat
certificat
Je déclare que toutes
sont
de collecte
collectede
dedonnées
donnéesrelatif
relatif
sont conformes
conformes au protocole de
àà lala certification
PEB en
en vigueur
vigueur en
enWallonie.
Wallonie.Version
Versiondudu
certification PEB
protocole
Version
de calcul 2.1.0.
protocole 01-sept.-2014.
XXX. Version du
logicieldu
delogiciel
calcul XXX.
Date
Date :: 21/10/2014
25/06/2014
Signature :
Signature

certificat
PEB
document
obligatoire
lors
tout
acte
vente,
location
opérant
transfert
droit
réel
bâtiment
LeLe
certificat
PEB
estest
unun
document
obligatoire
lors
dede
tout
acte
dede
vente,
location
ouou
opérant
unun
transfert
dede
droit
réel
sursur
unun
bâtiment
(voy.
Article
237/28
du CWATUPE
la exhaustive
liste exhaustive
desvisés).
actes Ilvisés).
Il doit
être
au lors
plusdutard
lors du compromis
(voy.
Article
237/28
du CWATUPE
pourpour
la liste
des actes
doit être
fourni
aufourni
plus tard
compromis
de vente ou de
vente
ou lors
de bail.
donne des informations
sur laénergétique
performanceduénergétique
du bien
et indique
les mesures
générales
lors
de l’acte
de de
bail.l’acte
Il donne
des Ilinformations
sur la performance
bien et indique
les mesures
générales
d’améliorations
d’améliorations
peuvent y être apportées.
qui
peuvent y être qui
apportées.
certificat
PEB
établi
certificateur
agréé
conformément
articles
et suivants
du CWATUPE,
sur base
des informations
CeCe
certificat
PEB
estest
établi
parpar
unun
certificateur
agréé
conformément
auxaux
articles
583583
et suivants
du CWATUPE,
sur base
des informations
et
et données
récoltées
lors
de la du
visite
du bâtiment.
données
récoltées
lors de
la visite
bâtiment.
Pour
plus
amples
informations,
consultez
le Guichet
de l’énergie
de votre
ou le
site portail
de l’énergie
energie.wallonie.be
Pour
dede
plus
amples
informations,
consultez
le Guichet
de l’énergie
de votre
régionrégion
ou le site
portail
de l’énergie
energie.wallonie.be

Page figée

1 17
/15
1/

Si vous demandez un audit énergétique PAE2 pour une maison unifamiliale, le certificat PEB est fourni en
même temps que le rapport d’audit.
Vous bénéficiez ainsi des deux documents en une seule fois. étant donné que tous les auditeurs PAE2 sont
certificateurs PEB, ce travail est dès lors réalisé par la même personne.
15

-s

Descriptif
du bien

Certificat PEB d’origine n° :

MAISON UNIFAMILIALE

Rue : Avenue Pierre Holoffe

Indicateurs
indicateursspécifiques
spécifiques
Besoins
Besoinsen
enchaleur
chaleurdu
dulogement
logement

La
Laconsommation
consommationthéorique
théoriquetotale
totaled’énergie
d'énergieprimaire
primairede
dece
logement
est deest
57de
105..............................................36
kWh/an
ce logement
797 kWh/an

Date de modification : 27.02.2013

Version du logiciel 2.0.0#80

Type de bâtiment :
Type d’audit :

1

Date d’enregistrement : 27.02.2013

est
et

nd

Date
Datede
deconstruction
construction:: Entre
avant1971
1971et 1980

SPW | Éditions

Vous voulez en savoir plus ?
Cette brochure a été conçue et réalisée par :

 Centre interdisciplainaire

de formation de formateurs de
l’Université de Liège (CIFFUL)
Paul Wagelmans
Jean-Marc Guillemeau
Jean Wagelmans
Université de Liège

Comité de lecture

 Service public de la Wallonie
DGo4 - SPW
Jean-Claude Matagne
Benoit fourez
Magali Malaise
frédéric Dozot
Monique Glineur

 Centre scientifique
et technique
de la construction
(CStC)
nicolas Heijmans

 Institut de conseil et

d’études en développement
durable (ICEDD)
frédéric Renard
Raphael Capart

Pour tous renseignements complémentaires sur
la certification énergétique des bâtiments,
consultez le site portail de l’énergie en Wallonie :
http://energie.wallonie.be > rubrique
« Vendre, Acheter un bâtiment »
Vous y trouverez :

 la liste des certificateurs PEB agréés ;
 les documents à préparer pour la visite du

certificateur pouvant servir de preuve acceptable ;

 la présente brochure explicative ;
 les textes réglementaires qui concernent la
certification des bâtiments existants.

n’hésitez pas à contacter
le Guichet de l’énergie le plus proche.
Il pourra vous orienter et/ou vous conseiller
efficacement.
Pour obtenir les coordonnées des Guichets :
http://energie.wallonie.be - 078 15 00 06
Le n° Vert du SPW : 0800 11 901

 EnergySuD

Université de Liège
Christelle Huberty
Marie-faustine Kezimana
Stéphane Monfils

 Institut énergie

Université de Mons
Adeline De Meyer
Caroline Mouton

SPW | Éditions, Bonnes pratiques
Ghislain Géron - Chaussée de Liège 140-142 - 5100 JAMBES
Dépôt légal : D/2014/11802/59

Direction générale opérationnelle de l’Aménagement du
territoire, du Logement, du Patrimoine et de l’Énergie
Département de l’Énergie et du Bâtiment durable
Chaussée de Liège, 140-142
5100 namur (Jambes)
tél.: 081 48 63 04
fax : 081 48 63 11



Télécharger le fichier (PDF)










Documents similaires


peb
certificat peb 1
cv charouite chihab eddine mini
ouggqom
sm73 def
fiche produit air air kaysun tendances enr habitat

Sur le même sujet..