Journal UMP Sciences Po .pdf



Nom original: Journal UMP Sciences Po.pdfTitre: Microsoft Word - Journal UMP Sciences Po.docAuteur: paul azibert

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.7.5 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 02/12/2014 à 16:00, depuis l'adresse IP 147.210.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 889 fois.
Taille du document: 328 Ko (6 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


1
2

UMP Sciences Po Bordeaux
28 novembre 2014. Édition n°1

Editorial  
 

Bonjour  à  toutes  et  à  tous.  
 
Je  suis  heureux  de  pouvoir,  au  nom  de  l’UMP  Sciences  Po  
Bordeaux,   vous   présenter   le   nouveau   journal   de  
l’association.    
 
Pour   ce   premier   numéro,   nous   rappellerons   les  
fondamentaux  de  notre  parti  et  les  raisons  qui  nous  ont  
motivées   à   créer   une   antenne   de   l’UMP   à   Sciences   Po  
Bordeaux,  avec  ses  spécificités,  ses  courants,  et  sa  vision  
du  parti,  de  l’avenir,  de  la  jeunesse  et  de  la  France.  Mais  
nous  allons  également  nous  baser  sur  le  calendrier  pour  
faire  un  point  sur  les  différents  candidats  à  l’élection  de  
la  présidence  de  l’UMP.    
 
Vous  trouverez  de  plus,  un  article  à  propos  d’Alain  Juppé  
qui   défraie   en   ce   moment   la   chronique   et   enchaîne   les  
prix  et  reconnaissances.    
 
Ce  journal  est  également  un  lieu  d’expression  libre  pour  
les   militants   de   l’UMP   Sciences   Po   Bordeaux,   nous  
aborderons  régulièrement  des  sujets  de  politique  locale,  
nationale   et   internationale,   rédigés   par   les   militants,  
réunis  en  différents  pôles  thématiques.  
 
Les   prochains   numéros,   en   plus   d’articles   de   fond  
compteront   l’agenda   de   notre   association,   comprenant  
notamment  les  rencontres  prévues.  
 
Merci   de   lire   ce   premier   numéro   de   notre   journal   qui  
j’espère  vous  plaira,  je  vous  donne  rendez  vous  pour  les  
prochains  et  vous  invite,  bien  entendu,  à  nous  rejoindre!  
 
Paul  AZIBERT,  
Président  de  l’UMP  Sciences  Po  Bordeaux  
 
Contact  :  paul.azibert@sciencespobordeaux.fr  
 

L’UMP   Sciences   Po   Bordeaux   a   pour   but   de   prôner  
nos   idées   au   sein   de   l’IEP,   d’enrichir   le   débat  
démocratique,   de   diffuser   nos   valeurs   et   de   nous  
battre  pour  les  causes  qui  nous  sont  chères.  
 

En   plus   d’une   branche   militante   nous   avons   un  
objectif  clair  de  réflexion.  Notre  droite  est  une  droite  
d’union,   une   unité   entre   les   familles   de   la   droite   et   du  
centre   qui   comprend   différentes   sensibilités.   C’est  
cette   pluralité   néanmoins   rassemblée   qui   fait   notre  
force  et  notre  richesse.  
 

Notre   devoir   est   de   rester   le   plus   grand   parti  
d’opposition,   mais   surtout   le   premier   parti   de  
proposition   en   France,   face   à   une   politique  
gouvernementale   frustrante,   clivante   et   destructrice  
pour   notre   société,   notre   économie,   notre  
rayonnement.  
 

Attentifs   aux   inquiétudes   et   aux   espoirs,   nous   avons  
pour  priorité  que  chacune  et  chacun  trouve  sa  voie  de  
réussite   dans   notre   société   et   qu'aucun   territoire   ne  
soit  délaissé.    
 

Nous  croyons  au  mérite  et  au  travail.    
 

Nous   défendons   la   construction   d’une   Europe   qui  
rayonne   par   son   économie   et   ses   valeurs   ainsi   que  
par  une  construction  politique  dans  laquelle  la  France  
doit  jouer  un  rôle  majeur.    
 

Pour   cela,   la   force   de   proposition   et   le   dynamisme  
apportés  par  la  jeunesse  sont  essentiels.  
 

La   jeunesse   est   évidemment   un   sujet   qui   nous   est  
cher  et  nous  n’oublions  pas  l’avenir  qu’il  est  de  notre  
responsabilité  de  préparer.  
 

Nous   proposerons   des   conférences,   animées   par   des  
invités   politiques   ou   des   experts,   des   débats,   ainsi  
que  des  moments  d’échange  et  de  convivialité,  moins  
formels,  tout  au  long  de  l’année.  
 

:  UMP  Sciences  Po  Bordeaux      
                             @UMP_ScPoBx    

Etudiant   de   Sciences   Po   Bordeaux,   si   tu   te   sens   une  
conscience   de   droite,   un   désir   d’engagement,   de  
justice  et  que  tu  partages  nos  valeurs,    
1  
Contacte-­‐nous  et  rejoins-­‐nous  !  

Sommaire  :  
Ø  «Alain  Juppé,  partir  si  tôt  pour  avoir  un  temps  d’avance  ?»    
Ø «Bruno  Le  Maire»    
Ø «Nicolas  Sarkozy»    
Ø «Hervé  Mariton,  ou  la  volonté  de  réformer  ce  qu’il  faut,  garder  ce  qui  vaut»    

Alain  Juppé  :  partir  si  tôt  en  campagne  pour  avoir  un  temps  d’avance?  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Alain  Juppé  s’est  lancé  depuis  cet  été  dans  la  course  officielle  pour  la  présidence  de  la  République  et  dévoile  au  fil  de  
l’actualité  ses  «  réflexions  et  propositions  »,  rubriques  de  son  blog  www.al1jup.com  .  Et  le  moins  que  l’on  puisse  dire,  c’est  qu’à  
voir   la   vague   sur   laquelle   il   surfe   depuis   son   annonce,   on   aimerait   tous   se   lancer   dans   la   course   aux   présidentielles  !   Tout  
politique   rêve   d’un   retour   aussi   fracassant   sur   le   devant   de   la   scène,   d’un   tel   engouement,   d’une   nouvelle   mode   lancée,  
visiblement  réservés  au  seul  Alain  Juppé,  jalousé  par  ceux  qui  exercent  ou  ont  exercé  les  plus  hautes  fonctions…  
 

Quelle  est  la  formule  de  cette  popularité  ?  Un  triptyque  simple  :  apaiser,  rassembler,  réformer.  Et  dans  le  bon  ordre  s’il  
vous   plaît  !   A   travers   les   unes   des   journaux   d’information   ou   des   magazines   les   plus   en   vogue   du   moment,   les   émissions   radio  
et  télé,  Alain  Juppé  ne  laisse  personne  indifférent.  Toujours  droit  dans  ses  bottes,  il  en  a  toutefois  changé  de  paire.    
 
Moderne,   humble,   pédagogue,   rassembleur,   Alain   Juppé   semble   avoir   conquis   son   public,   on   rêve   de   transposer   la  
transformation   fulgurante   de   Bordeaux   à   la   France   entière.   Les   éléments   de   sont   programmes   révélés   petit   à   petit,   les   visions  
partagées   ne   sont   jamais   des   éléments   seuls,   indépendants,   des   réformes   à   mener   sans   se   soucier   des   autres   champs  
politiques.   Quand   on   écoute   un   discours   d’Alain   Juppé,   on   pénètre   une   remarquable   machine   intellectuelle   et   rhétorique  ;   agir  
dans   la   précipitation   semble   vain,   faire   des   grands   mouvements   pour   de   petits   résultats,   cela   ne   lui   sied   pas.   Lui,   il   veut   un  
ensemble  bien  organisé,  qui  avance  au  même  rythme,  et  qui  suit  le  même  cap.  C’est  justement  le  nom  donné  à  son  mouvement  
encore  discret,  «  Le  Cap  ».  Alain  Juppé  semble-­‐t-­‐il  alors  devoir  ajouter  au  costume  de  Premier  Ministre  celui  de  Président  à  son  
dressing  ?  En  plus,  à  la  suite  du  prix  d’homme  politique  de  l’année  remis  par  GQ,  il  peut  profiter  de  conseils  avisés  quant  au  
choix  dudit  costume.  
 

Mais   alors,   comment   se   fait-­‐il   qu’Alain   Juppé   ne   mène   pas   déjà   ses   troupes   ordonnées   vers   l’Elysée,   haranguant   ces  
foules  qui  se  joindraient  alors  à  ce  mouvement  populaire,  à  ce  plébiscite  trans-­‐partisan  ?  
Car  si  Alain  Juppé  a  le  Cap,  a-­‐t-­‐il  les  troupes  qui  peuvent  lui  permettre  de  l’atteindre  ?    C’est  la  question  de  cette  organisation  
qui   se   pose   aujourd’hui,   avec   la   question   du   temps.   Car   Alain   Juppé   a   bien   compris   qu’il   ne   fallait   pas   se   lancer   dans   une  
campagne  précipitamment,  il  respecte  ce  qu’il  a  toujours  déclaré,  et  son  engagement  de  ne  pas  être  président  de  l’UMP  et  en  
même  temps  candidat  à  la  présidentielle.  Un  avantage  temporel  important,  il  n’est  pas  dos  au  mur  et  a  le  temps  de  dévoiler,  
peu  à  peu,  son  programme.  Il  a  le  temps  de  prendre  position  sur  l’actualité,  de  parler  des  militants,  et  des  Français.  Alain  Juppé  
a   le   temps   que   ses   concurrents   potentiels   n’ont   pas.   Déjà,   lorsque   l’UMP   était   dans   la   tourmente,   il   a   été   appelé   en   arbitre.   Lui  
avait  tout  son  temps,  et  malheur  à  ceux  qui  ne  suivraient  pas  ses  recommandations.  Les  protagonistes  en  question  ne  l’ont  pas  
écouté   d’ailleurs.   On   peut   difficilement   dire   qu’ils   s’en   soient   sortis   indemnes.   Et   puis,   pas   d’inimitiés   avec   Alain   Juppé,  car   s’il  
tient   à   une   chose,   c’est   laver   son   linge   sale   en   famille.   Se   livrer   à   la   petite   phrase   qui   apportera   un   court   instant   de   satisfaction  
à  celui  qui  la  prononce,  ce  n’est  pas  son  dada,  car  pour  24h  de  satisfaction  on  peut  payer  les  petites  phrases  très  longtemps.  
 

Mais  si  Alain  Juppé  a  le  temps,  il  faudra  donc  de  notre  côté  que  nous  soyons  patients.  Les  échéances  seront  respectées.  Il  
ne   faut   cependant   pas   trop   tarder   à   nous   décider   à   propos   d’une   ligne   que   nous   désirons   défendre   lors   des   prochaines  
présidentielles,  ligne  qui  doit  pouvoir  concerner  tous  les  sympathisants  de  la  droite.  L’important  pour  le  prochain  candidat  est  
de  pouvoir  apaiser  (et  naturellement,  rassembler  et  réformer).  
 

Paul  AZIBERT
 
 
 

2  

Bruno  Le  Maire  
 
 
 
 
 
 
 
 

Son  expérience  politique  :  
Un  sigle,  BLM,  et  un  slogan,  «  Le  renouveau  c’est  Bruno  ».  On  pourrait  croire  à  un  article  sur  la  dernière  start-­‐up  entrée  
sur   un   le   marché,   et   le   fait   est   que   nous   n’en   sommes   pas   loin.   Ce   marché   c’est   celui   de   la   politique,   et   la   start-­‐up,   c’est  
Bruno  Le  Maire.    
Quoique   start-­‐up   il   l’est   surtout   dans   son   dynamisme,   pour   ce   qui   est   de   son   expérience   politique   ce   n’est   pas   un   petit  
nouveau.  Diplômé  de  l’Ecole  normale  supérieure,  de  Sciences-­‐Po  Paris  et  de  l’ENA,  il  a  épousé  le  parcours  rêvé  de  tout  futur  
ministre.     Et   les   ministères   il   les   côtoie   très   vite   puisque   dès   2002   il   devient   conseiller   auprès   du   ministre   des   Affaires  
étrangères   Dominique   de   Villepin.   Bruno   Le   Maire   le   suit   comme   conseiller   au   long   de   ses   différents   postes   au  
gouvernement  jusqu’en  2007,  il  est  alors  le  directeur  de  cabinet  du  Premier  ministre.  Cette  même  année  il  est  élu  député  
de   l’Eure,   fonction   qu’il   occupe   encore   aujourd’hui.   En   2008   il   fait   son   entrée   au   gouvernement   où   il   est   nommé   secrétaire  
d'Etat  chargé  des  Affaires  européennes  puis  ministre  de  l’Agriculture  de  2009  à  2012.    
En   plus   de   son   expérience   parlementaire   et   gouvernementale,   Bruno   Le   Maire   a   occupé   différents   postes   au   sein   de   l’UMP,  
en  tant  que  conseiller  politique  notamment.  C’est  aujourd’hui  vers  sa  facette  partisane  qu’il  se  tourne,  depuis  le  11  juin  et  
sa   déclaration   de   candidature   à   la   présidence   de   l’UMP.   Opposé   à   Hervé   Mariton   et   Nicolas   Sarkozy,   Bruno   Le   Maire  
compte  bien  «  créer  la  surprise  »  le  29  novembre.  

Son  tour  de  France  
Bruno   Le   Maire   a   la   particularité   d'avoir   fait   une   campagne   de   terrain   :   il   a   en   effet   effectué   une   tournée   dans   les  
fédérations  UMP  de  région  entre  sa  déclaration  de  candidature,  le  11  juin  dernier,  et  l'élection  du  samedi  29  novembre.  Il  
s'est   ainsi   rendu   dans   85   fédérations,   et   en   aura   visité   100   d'ici   à   l'élection,   pour   des   réunions   publiques   de   petite  
envergure,   à   l'opposé   des   shows   à   l'américaine   que   propose   son   principal   rival.   L'ancien   ministre   de   l'agriculture   s'appuie  
également   sur   un   réseau   de   jeunes   étendu   dans   chaque   département   et   qui   partagent   massivement   son   action   sur   les  
réseaux  sociaux.  Sa  campagne,  souvent  qualifiée  d'artisanale,  se  fait  sans  tambours  ni  trompettes.  Il  a  ouvert  une  simple  
permanence   dans   le   15ème   arrondissement   de   Paris   dans   laquelle   sont   à   l'oeuvre   ses   soutiens   les   plus   proches.   Seuls  
quelques  uns  d'entre  eux  l'accompagnent  dans  ses  déplacements  pour  minimiser  les  frais.  Pendant  son  tour  de  France,  il  
n'est   même   pas   rare   que   Bruno   Le   Maire   aille   dîner   chez   l'habitant   !   Il   poste   enfin   régulièrement   sur   le   réseau   social  
Instagram   des   photos   de   lui   au   volant,   allant   d'une   réunion   publique   à   une   autre.   C'est   ainsi   que   plus   de   100   maires,  
principalement   de   province,   ont   signé   un   manifeste   de   soutien   à   Bruno   Le   Maire,   et   ce   certainement   grâce   à   ses   nombreux  
déplacements  sur  le  terrain.  

Ses  objectifs  pour  l’UMP  
 

Tout  comme  l’indique  son  slogan  de  campagne,  Bruno  Le  Maire  vise  le  renouveau  de  l’UMP.  Dans  une  lettre  adressée  aux  
responsables  du  parti,  le  candidat  expose  clairement  son  ambition  de  “reconstruire  avec  vous  un  parti  digne  et  crédible.”  
Pour  ce  faire,  plusieurs  pistes  sont  suivies.  Tout  d’abord,  remobiliser  les  militants:  consultations  régulières,  possibilité  de  
soumettre  des  propositions  et  de  débattre  avec  des  élus,  Bruno  Le  Maire  mise  sur  une  intégration  majeure  des  partisans  
dans   la   vie   du   parti.   Vient   ensuite   la   volonté   de   recomposer   un   parti   exemplaire,   efficace,   grâce   à   plus   de   transparence  
(notamment   la   réalisation   d’un   audit   détaillé   des   comptes   de   l’UMP   chaque   année   par   une   commission   indépendante,   et  
nous  publierons  cet  audit  sur  le  site  Internet  du  parti)  et  un  projet  clair.  Enfin,  le  candidat  aspire  à  un  parti  plus  dynamique  
et   moderne,   entre   autre   à   travers   le   site   internet   du   parti   et   les   réseaux   sociaux   et   la   recherche   de   nouveaux   adhérents.  
Afin   de   mener   à   bien   son   objectif   de   renouveau,   Bruno   Le   Maire   compte   donc   sur   l’enthousiasme     et   le   talent   de   ses  
équipes,   l’implication   des   militants   et   particulièrement   des   jeunes   ainsi   que   sur   une   mobilisation   générale   pour   une  
reconquête  politique  sur  la  gauche.  Les  élections  pour  la  présidence  de  l’UMP  du  29  novembre  prochain  montreront  si  sa  
stratégie  de  campagne  a  conquis  ses  interlocuteurs  et  si  elle  a  été  suffisante  pour  dépasser  ses  adversaires.  
 

Pauline  BOYER,  Jeanne  GARIN,  Colombe  PRACHE  

3  

Nicolas  Sarkozy  
 
 
 
 
 
Le  21  Septembre  2014,  Nicolas  Sarkozy  est  de  retour  dans  la  vie  politique  française.  Il  annonce  sa  candidature  à  la  
présidence  de  l'UMP  le  soir  même  chez  Laurent  Delahousse.  Il  a  «  tiré  les  leçons  du  passé  »,  il  a  «  beaucoup  réfléchi  »  et  
revient  en  force  pour  refonder  son  parti  car  «  le  temps  d’un  nouveau  départ  pour  notre  famille  politique  est  venu  ».  Retour  
sur  son  programme,  son  projet  politique  et  ses  réformes  pour  redresser  la  France.  
Refonder  l'UMP  pour  mieux  refonder  la  France  
Refonder   l'UMP,   voici   ce   qui   tient   particulièrement   à   cœur   à   N.   Sarkozy.   Selon   l'ancien   chef   de   l’État,   il   faut   tout  
changer  «  du  sol  au  plafond  »  et  créer  un  vaste  rassemblement  sans  juppéistes,  sarkozistes  et  fillionistes,  clans  qui  tant  ont  
divisé  l'UMP...  N.  Sarkozy  envisage  de  constituer  2  équipes  :  une  équipe  destinée  à  la  communication  du  parti  et  au  combat  
médiatique  contre  la  politique  du  gouvernement  actuel,  et  une  autre  équipe  destinée  au  côté  plus  administratif  dans  le  but  
de  faire  tourner  la  machine  UMP.  De  plus,  il  souhaiterait  mettre  en  place  un  système  plus  participatif  quant  à  la  prise  de  
décision  sur  des  sujets  sensibles.  Concrètement,  les  militants  pourront  voter  sur  Internet  pour  trancher  sur  des  questions  
difficiles   telles   que   la   loi   Taubira,   avant   que   le   président   du   parti   ne   prenne   position.   Une   structure   inédite   et   un  
renforcement  de  la  parole  des  militants  :  c'est  la  nouvelle  formule  que  propose  N.  Sarkozy.  
Des  mesures  concrètes  pour  redresser  l'économie.  Depuis  le  début  de  sa  campagne,  le  candidat  a  annoncé  des  mesures  
phares,  voir  «  chocs  »,  pour  répondre  aux  défis  économique  que  notre  pays  connaît.  Il  veut  «  se  focaliser  sur  la  croissance  
et   la   création   de   richesse   ».   Il   veut   redonner   le   goût   de   la   réussite   aux   français,   la   prise   de   risque,   valoriser   l'initiative  
personnelle   ...   L'ancien   Président   souhaite   notamment   revoir   la   fiscalité   des   entreprises   en   fonction   de   nos   concurrents  
pour  relancer  notre  compétitivité  et  regagner  des  parts  de  marché.  Il  comprend  que  «  nous  pouvons  avoir  des  différences  
de   compétitivité   avec   l'Inde   ou   la   Chine,   mais   certainement   pas   avec   l'Allemagne,   l’Angleterre   et   la   Belgique   ».   Ajoutons  
aussi  que  N.Sarkozy  veut  que  la  France  reste  une  terre  de  production,  une  terre  industrielle.  Pour  (re)créer  une  égalité  de  
concurrence,  il  prône  une  baisse  massive  des  charges  sur  les  emplois  industriels  et  répercuter  le  manque  à  gagner  de  l’État  
sur  la  consommation.  Mais  ce  débat  sur  les  baisses  de  charges  s'entremêle  avec  celui  de  la  dépense  publique.  Sur  ce  sujet,  
le  candidat-­‐Sarkozy  voudrait  faire  baisser  le  taux  du  PIB  utilisé  pour  les  dépenses  publiques  (soit  57%)  à  50%  au  bout  de  5  
ans.  À  cela,  il  ajoute  que  si  les  gouvernements  veulent  dépasser  ce  nouveau  plafond,  il  sera  fait  en  sorte  qu'ils  ne  pourront  
pas  les  financer  ni  en  augmentant  les  impôts,  ni  en  empruntant.  
Sur  des  questions  plus  sociétales,  l'ancien  chef  de  l’État  se  positionne  clairement  
Quand   il   s'agit   de   s'exprimer   sur   la   loi   Taubira,   le   candidat-­‐Sarkozy   n'y   va   pas   de   main   morte   :   «   quand   vous   parlez  
de   la   loi   Taubira,   ce   mot   est   devenu   un   symbole.   Celui   du   sectarisme   (…),   c'est   effrayant.   La   famille   n'est   pas   un   choix  
politique  de  droite,  conservateur,  bourgeois.  (…)  Il  y  aura  un  travail  de  réécriture  car  nous  ne  pouvons  pas  accepter  la  GPA  
(pour   tous   les   couples).   Par   conséquent,   il   va   falloir   mettre   des   verrous   »,   «   il   faudra   l'abroger   ».   Il   veut   défendre   un   projet  
ambitieux   pour   la   famille   qui   définit   clairement   ses   attentions   sur,   par   exemple,   le   plafonnement   du   quotient   familial,   la  
prime   à   la   naissance,   les   congés   maternités,   sur   les   emplois   familiaux.   De   plus,   N.Sarkozy   s'explique   sur   le   mariage  
homosexuel  :  il  se  veut  rassembleur  et  ne  veut  pas  raviver  les  anciennes  tensions  qui  ont  divisé  les  français.  Le  thème  de  la  
politique  d'immigration  a  aussi  été  abordé  par  l'ancien  chef  de  l’État.  Selon  lui,  il  faudrait  à  la  fois  se  préoccuper  de  «  ceux  
qui  sont  ici,  qui  sont  français  »  pour  les  intégrer  au  mieux  dans  notre  société,  dans  notre  République  et  à  la  fois  «  maîtriser  
les   flux   d'immigration   »   car   les   deux   vont   de   pairs.   Il   faudrait   aussi   traiter   les   étrangers   en   situation   régulière   et   les  
clandestins  de  façons  différentes  car  normalement,  ils  n'auraient  pas  à  avoir  les  même  droits,  sinon  à  quoi  cela  servirait-­‐il  
d'avoir  des  papiers  ?  Réponse  claire  et  précise:  «  ceux  qui  sont  en  situation  illégale  ont  vocation  à  être  expulser  ».  
Le   candidat-­‐Sarkozy   a   pour   priorité   de   revoir   le   fonctionnement   et   l'organisation   de   l'UMP   pour   pouvoir   créer   un  
alternative   crédible   face   au   gouvernement   et   à   Marine   Le   Pen.   Ce   sont   les   deux   défis   auxquels   N.Sarkozy   tente   de  
répondre   dans   son   programme   pour   la   présidence   de   l'UMP.   Va-­‐t-­‐il   convaincre   les   militants   ?   Réponse   le   29   Novembre  
prochain.  
Jeromine  DA  PRAT,  Gaetan  INARD  

4  

Hervé  Mariton    ou  la  volonté  de  «  Réformer  ce  qu’il  faut,  conserver  ce  qui  vaut  »  
 
 

 
 

 

En   juin   dernier,   dans   une   interview   au   «Figaro»,   Hervé   Mariton   était   le   premier   à   se   déclarer   candidat   à   la  
présidence  de  l’UMP.  
 
Depuis,   le   député   UMP   de   la   Drôme   a   donné   plus   de   80   réunions   publiques   en   espérant   remporter   le   scrutin   du  
29  novembre  prochain.    
 
Pour   se   différencier   des   ses   concurrents,   Bruno   Le   Maire   et   Nicolas   Sarkozy,   il   n’hésite   pas   à   mettre   en  
avant  le  fait  qu’il  est  le  seul  qui  ne  se  présentera  pas  aux  primaires  s’il  est  élu.  Il  pense  que  c’est  la  seule  
façon  de  se  battre  efficacement  pour  l’unité  du  parti  et  de  garantir  de  façon  dynamique  l’élaboration  d’un  projet  
assurant  l’alternance  en  2017.  
 
En  effet,  il  veut  «  donner  du  temps,  de  l’énergie  et  de  l’argent  pour  faire  vivre  l’UMP».  Ainsi,  pour  regagner  
la   confiance   des   français   et   mettre   fin   à   la   succession   de   crises   qui   discrédite   l’UMP,   il   souhaite   adopter   des  
mesures  de  transparence  et  faire  converger  les  ambitions  et  les  intérêts  individuels  avec  le  collectif.  ll  désire  par  
exemple  élaborer  une  charte  de  bienveillance  que  les  principaux  dirigeants  du  parti  devront  respecter.  Il  assure  
également  qu’il  veillera  à  ce  que  tous  les  candidats  aux  primaires  aient  un  égal  accès  aux  moyens  du  parti.    
 
En  deuxième  lieu,  il  entend  construire  un  projet  solide  et  crédible  pour  assurer  l’alternance  en  2017  qui  
permettrait   de   s’engager   plus   efficacement   dans   l’économie   globalisée   tout   en   préservant   les   valeurs   et  
l’identité  française.  
 
Pour   mettre   en   œuvre   dynamiquement   ce   projet,   Hervé   Mariton   propose   de   multiplier   les   échanges   à  
l’intérieur   du   parti   avec   les   militants   et   en   créant   des   groupes   thématiques   mais   aussi   à   l’extérieur   en  
échangeant  avec  les  élus  locaux,  les  députés  UMP  européens  ou  encore  avec  d’autres  organisations  politiques.  Il  
entend   redresser   l’économie   en   donnant   plus   de   libertés   aux   agents   économiques   afin   qu’ils   puissent   se  
développer  et  s’adapter  à  un  monde  en  perpétuel  mouvement.  
 
Enfin,   Hervé   Mariton   affirme   être   «   pour   la   présidence   de   l’UMP,(…)   le   candidat   le   plus   clair   sur   les  
convictions  »,  «  le  candidat  le  plus  clair  sur  le  terrain  des  projets  ».  Effectivement,  il  déclare  par  exemple  être  
favorable  à  la  retraite  à  65  ans  et  ne  pas  hésiter  à  remettre  en  question  le  mariage  pour  les  personnes  de  même  
sexe  et  plus  généralement  vouloir  que  la  droite  reprenne  en  main  l’ensemble  des  questions  de  société.  
 
A.T.  

5  

6


Journal UMP Sciences Po.pdf - page 1/6
 
Journal UMP Sciences Po.pdf - page 2/6
Journal UMP Sciences Po.pdf - page 3/6
Journal UMP Sciences Po.pdf - page 4/6
Journal UMP Sciences Po.pdf - page 5/6
Journal UMP Sciences Po.pdf - page 6/6
 




Télécharger le fichier (PDF)


Journal UMP Sciences Po.pdf (PDF, 328 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


journal ump sciences po
les republicains
exclusif primaire ump juppe passe devant sarkozy
odoxa pour itele cqfd et le parisien aujourdhui en france bilan du retour de nicolas sarkozy
j ecris a de calan 2
candidats primaire

Sur le même sujet..