IAJ .pdf


Aperçu du fichier PDF iaj.pdf - page 1/71

Page 12371



Aperçu texte


Ins$tu$ons  administra$ves  et  juridic$onnelles
Par$e  I  :  Ins$tu$ons  juridic$onnelles
Introduc$on  :
La  jus$ce  a  en  France  une  mauvaise  réputa$on.  Avant  1789  la  jus$ce  avait  mauvaise  réputa$on  
puisque  elle  était  arbitraire  et  surtout  parce  qu'elle  entretenait  une  sorte  de  confusion  des  rôles  
des   fonc$ons.   Elle   était   une   jus$ce   de   «  classes  ».   Pour   être   magistrat   (personnes   qui   ont   le  
statut  de  magistrat  sans  être  forcément  juge)  aujourd'hui  il  faut  passer  un  concours,  à  l'époque  
avant   1789   ce   n'était   pas   le   cas   la   jus$ce   n'était   pas   un   service   public   et   donc   il   y   avait   des  
magistrats  qui  n'avaient  pas  les  compétences  pour  le  faire,  on  parlait  de  la  vénalité  des  offices  (il  
fallait   payer   pour   devenir   magistrat).   Il   y   avait   une   confusion   des   fonc$ons,   à   la   veille   de   la  
révolu$on  française  certaines  juridic$ons  étaient  non  seulement  des  juridic$ons  mais  aussi  des  
assemblées  législa$ves  (parlements  d'ancien  régime).  
A   l'époque   on   avait   plusieurs   parlements.   CeRe   confusion   des   fonc$ons   est   évidemment  
contraire   au   principe   de   sépara$on   des   pouvoirs   (législa$f,   exécu$f   et   judiciaire).   Ques$on   :  
Pourquoi   la   jus$ce   a-­‐t-­‐elle   encore   mauvaise   réputa$on   aujourd'hui   alors   que   le   système   a   été  
complètement   révisé   après   la   Révolu$on   ?   Seule   la   sociologie   nous   montre   en   réalité   que   la  
jus$ce   a   toujours   mauvaise   réputa$on   dans   la   mesure   où   elle   reste   une   ins$tu$on   méconnue  
puisque   le   citoyen   ne   connaît   en   général   que   les   ins$tu$ons   poli$ques   et   administra$ves   plus  
que   les   ins$tu$ons   juridic$onnelles.   La   jus$ce   reste   pour   certains   une   inconnue   et   pour   les  
autres   la   méfiance   est   toujours   là   et   est   en   par$e   jus$fiée   parce   que   si   on   regarde   les  
sta$s$ques   et   qu'on   compare   la   jus$ce   française   à   celle   d'autres   pays   on   se   rend   compte   que  
notre   jus$ce   manque   cruellement   de   moyens   financiers.   Ce   déficit   financier   fait   mauvaise  
réputa$on  à  la  jus$ce  française.  
Aujourd'hui  la  jus$ce  bénéficie  de  solides  garan$es  d'indépendance  et  les  juges  sont  censés  être  
impar$aux.  CeRe  no$on  d'ins$tu$on  juridic$onnelle  renvoie  à  la  no$on  de  jus$ce  qui  comporte  
plusieurs   sens.   On   va   aborder   un   seul   sens   du   mot   jus$ce   ;   c’est   une   ins$tu$on   chargée   de  
trancher  des  li$ges  selon  des  procédures  et  des  règles  de  droit.  En  France  on  a  essen$ellement  3  
grandes   procédures,   la   procédure   civile   (concernant   les   affaires   civiles),   la   procédure   pénale  
(règles   permeRant   de   juger   in   fine   quelqu'un   qui   aurait   commis   une   infrac$on)   et   enfin  
troisième  grande  procédure  ;  la  procédure  administra$ve  conten$euse  (c'est  la  procédure  qu'il  
faut  suivre  pour  aller  en  jus$ce  lorsqu'on  aRaque  l'état  ou  une  administra$on).  On  a  des  règles  
de  droit  diverses  et  variées.  
En  principe,  de  manière  logique  on  peut  constater  qu'il  existe  deux  types  de  conflits  ;  premier  
type   de   conflit   un   individu   en   conflit   à   un   autre.   Il   s'agit   d'un   li$ge   privé,   privé   au   sens   «  cela  
relève   du   droit   privé  ».   Si   c'est   une   personne   contre   une   autre   personne,   on   a   un   li$ge   privé   qui