IAJ .pdf


Aperçu du fichier PDF iaj.pdf - page 3/71

Page 1 2 34571



Aperçu texte


à  part,  ils  sont  des  agents  de  l'état  tout  en  étant  indépendants  de  l'état.  
Ce   schéma   semble   montrer   que   le   procès   est   d'abord   une   affaire   d’individus,   de   personnes  
privées.  Le  droit  à  des  des$nataires,  il  est  là  pour  être  appliqué  par  des  des$nataires  ;  il  y  a  trois  
séries   de   des$nataires   :   les   objets   (biens   meubles),   les   personnes   physiques   et   les   personnes  
morales  (groupements  de  personnes  physiques).  Les  personnes  morales  se  divisent  en  deux  ;  de  
droit  public  ou  privé).  Au  départ  le  schéma  montre  que  le  procès  est  une  affaire  d’individus,  les  
premières   juridic$ons   au   sens   historique   du   terme   ont   été   les   juridic$ons   de   droit   privé.   On  
envisageait   que   les   conflits   de   droit   privé   pour   plusieurs   raisons   :   A   l'époque   on   n'établissait   pas  
de  dis$nc$on  entre  une  faute  qui  a  été  commise  et  qui  causait  un  dommage  et  une  infrac$on,  le  
résultat  était  le  même  il  fallait  réparer.  Aujourd'hui  on  établit  ceRe  dis$nc$on  aujourd'hui  on  a  
des   fautes   qui   peuvent   être   réparées,   qu'on   aurait   pu   commeRre   et   les   infrac$ons   et   c'est   là  
qu'on   retrouve   le   droit   pénal,   c'est   les   infrac$ons   tout   ce   qui   est   interdit   et   qui   est   assor$   à   une  
sanc$on  pénale.  
L'interdic$on   est   assor$e   de   sanc$on   pénale   (amende,   prison...).   La   faute   crée   un   droit   à  
répara$on   (dommages   et   intérêts)   alors   que   l'infrac$on   est   davantage   envisagée   comme  
impliquant   une   puni$on.   Au   départ   les   juridic$ons   étaient   des   juridic$ons   de   droit   privé   qui  
n'établissaient   pas   la   dis$nc$on   entre   la   faute   et   l’infrac$on,   peu   importait.   Aujourd'hui  
lorsqu'on  commet  une  infrac$on,  on  a  le  droit  pénal,  on  est  puni  parce  qu'on  a  causé  un  trouble  
à   l'ordre   public   et   non   parce   qu'on   a   causé   un   dommage   à   une   vic$me.   Mais   comme  
historiquement  il  n'y  avait  pas  ceRe  dis$nc$on  on  a  quand  même  gardé  les  juridic$ons  pénales  
dans  les  juridic$ons  judiciaires.  
Autre  idée,  c'est  qu’auparavant  on  n’imaginait  pas  qu'il  puisse  y  avoir  des  li$ges  de  droit  public.  
Qu'il  y  ait  des  li$ges  dans  le  cadre  du  travail,  du  mariage  c'était  envisageable  mais  on  n’imaginait  
pas  des  li$ges  entre  citoyens  et  puissance  publique.  On  était  dans  des  régimes  monarchiques  on  
a  même  eu  des  monarchies  de  droit  divin  donc  comment  imaginer  qu'on  puisse  aRaquer  l'état.  
C'était  le  régime  qui  empêchait  ces  idées  d'émerger.  
En   outre   on   peut   considérer   que   l'Etat   et   son   administra$on   poursuivant   l'intérêt   général,   il  
serait  un  peu  contreproduc$f  de  les  aRaquer.  Il  y  a  d'abord  la  logique  «  souveraineté »  puis  la  
logique   «  financière »   si   l'état   et   son   administra$on   sont   condamnés   ils   vont   payer   mais   c'est  
nous  qui  payons  au  final.  Si  des  policiers  font  une  course  poursuite,  un  par$culier  est  blessé,  ils  
ne  l'ont  pas  fait  exprès,  pourquoi  condamner  le  policier  ?  Forcément  le  fonc$onnement  de  l'Etat  
peut  causer  des  dommages  et  on  ne  pouvait  pas  condamner  à  chaque  fois.  
Comment  cela  s'est  développé  ?  
Les  choses  ont  changé  à  la  Révolu$on  française.  Pas  aussi  rapidement  que  prévu.  La  révolu$on  
française  fait  table  rase  de  la  jus$ce  telle  qu'on  la  connaissait  avant  1789,  une  nouvelle  jus$ce  se  
met   en   place   et   seuls   les   tribunaux   de   commerces   sont   maintenus.   On   supprime   l'ancien  
système  et  on  en  met  en  place  un  nouveau.  Dans  un  premier  temps  ne  seront  mises  en  place  
que   les   juridic$ons   de   droit   privé,   judiciaires.   Les   premières   juridic$ons   administra$ves   seront  
créées  un  peu  plus  tard.  Pourquoi  ?  C'est  un  peu  logique,  on  sort  de  la  période  révolu$onnaire  il  
devient   normal   de   demander   des   comptes   en   jus$ce   à   l'Etat   et   à   son   administra$on,   on   s'y