IAJ .pdf


Aperçu du fichier PDF iaj.pdf - page 4/71

Page 1 2 3 45671



Aperçu texte


aRendait.   Période   libérale,   développement   des   libertés   il   est   logique   que   les   administrés  
puissent  demander  des  comptes  à  l'Etat  et  à  son  administra$on.  Voilà  la  première  logique,  l'idée  
de   libéralisme.   Oui   mais   il   ne   peut   pas   s'agir   d'une   jus$ce   comme   les   autres,   ceRe   jus$ce  
administra$ve.  Ce  ne  peut  être  la  jus$ce  «  ordinaire »  (la  jus$ce  de  tous  les  jours),  on  pourrait  
dire  la  «  jus$ce  judiciaire »  (la  seule  à  exister  à  ce  moment-­‐là).  
Les   seules   juridic$ons   qui   vont   être   mises   en   place   après   1789   ce   sont   des   juridic$ons  
judiciaires,   de   droit   privé.   Malgré   cela   on   se   dit   qu'on   va   pouvoir   aRaquer   l'Etat.   D'ailleurs   va  
être   votée   une   loi   très   importante,   loi   des   16-­‐24   aout   1790   qui   est   toujours   en   vigueur.   CeRe   loi  
a  interdit  aux  juridic$ons  judiciaires  de  connaître  des  affaires  de  l'administra$on.  En  gros  on  dit  
à   la   jus$ce   judiciaire   qu'elle   ne   peut   connaître   des   affaires   de   l'Etat.   Mais   le   problème   c'est   qu'à  
l'époque  on  n’en  $re  pas  toutes  les  conséquences.  
Dans  un  premier  temps  il  n'y  aura  pas  de  jus$ce  administra$ve  pour  connaître  des  affaires  de  
l'administra$on.   Il   était   possible   quand   même   d'essayer   d'embêter   l’administra$on,   les  
administrés   pouvaient   rédiger   des   requêtes   adressées   au   gouvernement.   On   se   plaignait   de  
l'administra$on   auprès   du   gouvernement   (responsable   de   l'administra$on).   C'est   ce   qu'on  
appelait   la   jus$ce   «  retenue »,   «  ministre-­‐juge ».   La   jus$ce   était   retenue   entre   les   mains   du  
gouvernement.  En  France  on  a  une  administra$on  gigantesque.  Au  cours  du  XIXo  siècle  vont  être  
créées   quelques   juridic$ons   administra$ves   (les   conseils   de   préfecture   par   exemple)   mais   ça  
restera  quand  même  une  jus$ce  peu  développée,  archaïque  et  il  faudra  aRendre  1872,  le  24  mai  
pour   la   mise   en   place   d'une   loi   comportant   le   système   de   jus$ce   déléguée,   une   jus$ce  
administra$ve   indépendante   dont   le   dernier   mot   n'appar$ent   pas   au   ministre   mais   plutôt   au  
juge  administra$f,  à  un  juge  indépendant.  
Voilà   l'explica$on   de   notre   système,   l'ordre   judiciaire   et   l'ordre   administra$f   qui   devient  
pleinement   effec$f   en   1872   avec   son   indépendance.   La   jus$ce   administra$ve   est   une   ins$tu$on  
juridic$onnelle  et  non  administra$ve.  
Deuxième  point  :  les  juridic$ons  post  1789  ne  doivent  rien  aux  juridic$ons  d'ancien  régime.  Les  
principes   fondamentaux   de   la   jus$ce   judiciaire   sont   posés   par   ceRe   fameuse   loi   des   16   et   24  
août  1790.  Quels  sont-­‐ils  ces  principes  ?  La  sépara$on  des  pouvoirs,  le  principe  de  gratuité,  le  
principe   fondamental   du   double   degré   de   juridic$on   (deuxième   jugement).   Tout   au   long   du   XIXo  
siècle   cela   va   évoluer,   il   y   aura   de   grandes   lois   notamment   durant   la   période   napoléonienne  
entre   1804   et   1814.   C'est   à   par$r   de   là   qu'on   aura   les   principales   cartes   judiciaires,   on   va   placer  
des   juridic$ons   sur   tout   le   territoire.   Autre   fait   marquant   qui   va   durer   jusqu'en   1958   c'est   la  
mul$plica$on   des   juridic$ons.   Il   y   a   une   mul$plica$on   des   juridic$ons   spécialisées,   catégories  
de  juridic$on.  Parmi  les  juridic$ons  judiciaires  on  a  le  TGI  puis  le  TI,  puis  le  tribunal  de  proximité.  
Il  y  a  énormément  de  juridic$ons  il  faut  connaître  le  li$ge  parfaitement.  Aujourd'hui  parmi  les  
juridic$ons  judiciaires  il  existe  de  nombreuses  juridic$ons  spécialisées.  On  peut  noter  que  1958  
est   une   date   importante   pour   la   jus$ce   judiciaire,   pour   les   juridic$ons   judiciaires   puisque   la  
jus$ce  judiciaire  fait  l'objet  d'un  réaménagement  avec  la  mise  en  place  de  la  Vo  République.  Que