IAJ .pdf


Aperçu du fichier PDF iaj.pdf - page 5/71

Page 1...3 4 56771



Aperçu texte


faut-­‐il  noter  de  1958  ?
Il  est  bien  indiqué  dans  la  Cons$tu$on  (document  fondateur  de  notre  système)  quelques  ar$cles  
consacrés   à   la   jus$ce   judiciaire   principalement.   Il   y   est   indiqué   que   la   jus$ce   n'est   qu'une  
autorité.  On  dit  à  la  jus$ce  qu'en  réalité  si  Montesquieu  disait  qu'il  y  avait  trois  pouvoirs,  nous  
on  pense  qu'il  n'y  en  a  que  deux  :  le  législa$f,  l'exécu$f.  La  jus$ce  n'a  pas  de  pouvoir,  c'est  une  
autorité,   un   ensemble   d'ins$tu$ons   ayant   une   puissance   nulle   elle   ne   crée   rien.   Le   régime   de  
1958  s’il  fait  une  place  à  la  jus$ce  judiciaire  dans  la  cons$tu$on  il  lui  rappelle  quand  même  sa  
place.  Aujourd'hui  on  a  plusieurs  disposi$ons  qui  concernent  la  jus$ce  judiciaire  notamment  afin  
de  garan$r  son  indépendance.  Pour  terminer  sur  1958,  le  pouvoir  permet  de  créer  alors  que  la  
jus$ce   ne   crée   rien   du   tout   et   le   juge   n'est   qu'une   autorité.   La   cons$tu$on   française   a   prévu  
aussi   des   juridic$ons   jusque-­‐là   inconnues.   Ces   juridic$ons   font   par$e   de   la   jus$ce   mais   ce   ne  
sont  pas  des  juridic$ons  judiciaires  ni  administra$ves.  
Juridic$ons   administra$ves   :   au   départ   ces   juridic$ons   n'existent   pas.   On   a   quand   même   des  
juridic$ons   administra$ves   qui   vont   être   créées   juste   après   les   Révolu$on   (on   reste   dans   un  
système  de  jus$ce  retenue)  notamment  des  juridic$ons  qui  sont  créées  en  l'an  VIII  (entre  1792  
et  1800...).  Il  faut  aRendre  1872  pour  avoir  une  véritable  jus$ce  administra$ve  déléguée.  Jus$ce  
administra$ve   au   sommet   de   laquelle   il   y   aura   le   Conseil   d'Etat   qui   avait   été   créé   en   l'an   VIII.  
(Affaire   Lambert,   le   conseil   d'Etat   a   tranché).   Ce   Conseil   d'Etat   est   la   juridic$on   administra$ve  
suprême.  La  jus$ce  administra$ve  connaîtra  une  évolu$on  importante  en  1953  avec  la  créa$on  
des  tribunaux  administra$fs  qui  existent  toujours  aujourd'hui.  Et  enfin  dernière  évolu$on,  la  loi  
du  31  décembre  1987  avec  la  créa$on  des  cours  administra$ves  d'appel.  

Sec$on  1  :  Les  grands  principes  de  la  jus$ce  française
Ces   grands   principes   concernent   l'ensemble   de   la   jus$ce   mais   ils   concernent   par$culièrement   la  
jus$ce  judiciaire  c'est  à  dire  celle  qui  connait  des  affaires,  des  li$ges  entre  les  personnes  privées.  
On  les  retrouve  en  ma$ère  de  jus$ce  administra$ve  mais  de  manière  beaucoup  moins  flagrante.  
CeRe   jus$ce   présente   plusieurs   aspects   mais   on   va   essayer   de   se   focaliser   sur   deux   de   ces  
aspects.  On  a  un  aspect  organique  qui  est  en  gros  l'étude  des  juridic$ons  ainsi  que  du  personnel  
de   la   jus$ce.   Il   y   a   aussi   un   aspect   matériel,   purement   fonc$onnel   c'est   à   dire   ;   à   quoi   sert   la  
jus$ce  ?  Que  fait-­‐elle  ?  Quel  est  son  rôle  ?  
La  jus$ce  ne  fait  pas  que  trancher  les  li$ges  elle  essaye  de  trouver  les  solu$ons.  On  ne  va  pas  
voir   un   juge   seulement   pour   trancher   les   li$ges   parfois   on   fait   une   demande   et   on   essaye   de  
concilier   c'est   la   jus$ce   gracieuse   elle   sert   à   entériner   des   demandes,   valider   des   situa$ons.   Ces  
grands  principes  concernent  l'aspect  organique  et  fonc$onnel  à  la  fois.
Ce  qu'il  faut  savoir  aussi  c'est  qu'aujourd'hui  ces  grands  principes  ne  procèdent  pas  uniquement  
du  droit  français  interne.  Le  juge  français,  la  jus$ce  française  n'a  plus  le  monopole  de  la  jus$ce,  
des  décisions  de  jus$ce.  La  jus$ce  française  se  voit  débordée  par  d'autres  jus$ces  sachant  que  
ces   nouveaux   systèmes   juridic$onnels   influencent   la   jus$ce   française.   Pourquoi   ?   Il   s'agit   de