IAJ .pdf


Aperçu du fichier PDF iaj.pdf - page 6/71

Page 1...4 5 67871



Aperçu texte


l'ouverture   interna$onale   du   droit   français.   La   France   a   adhéré   comme   la   plupart   des   pays   au  
monde   à   des   organisa$ons   interna$onales   et   parfois   on   le   verra   ceRe   adhésion   emporte   la  
reconnaissance  d'une  jus$ce  étrangère.  On  a  deux  systèmes  très  connus,  le  système  de  l'Union  
Européenne  avec  ses  juridic$ons  mais  aussi  le  système  de  la  Conven$on  européenne  des  droits  
de   l'Homme.   En   gros,   pour   faire   simple   des   français   ont   le   droit   de   saisir   des   juridic$ons  
étrangères   comme   la   cour   européenne   des   droits   de   l'Homme.   Des   français   ou   des  
ressor$ssants  peuvent  saisir  ces  juridic$ons.  Il  arrive  que  la  France  soit  condamnée  par  la  jus$ce  
européenne  pour  méconnaissance  de  ses  engagements.  
La   Cour   européenne   des   droits   de   l'Homme   a   récemment   été   saisie   par   les   parents   de   M.  
Lambert  et  c'est  ceRe  Cour  qui  rendra  une  décision  défini$ve.  On  garde  en  tête  que  la  France  n'a  
plus  le  monopole  de  la  jus$ce  et  les  français  peuvent  agir  devant  des  juridic$ons  interna$onales  
sachant  que  par  défini$on  le  droit  européen  mais  le  droit  interna$onal  de  manière  plus  générale  
a  une  force  supérieure  au  droit  interne.  A  certaines  condi$ons  bien  entendu.  Si  la  France  peut  
être   condamné   c'est   que   les   engagements   auxquels   elle   a   adhéré   sont   supérieurs   au   droit  
interne.  Le  système  de  la  Conven$on  européenne  des  droits  de  l'homme  a  consacré  un  certain  
nombre  de  principes  en  ma$ère  de  jus$ce  et  notamment  tout  ce  qui  concerne  le  droit  au  procès  
équitable.  
 L'UE  =  28  états  et  CEDH  =  48  états.

Paragraphe  1  :  Les  caractéris$ques  de  l'organisa$on  juridic$onnelle
On   va   s'intéresser   aux   juridic$ons.   Concernant   l'organisa$on   juridic$onnelle   il   faut   établir   une  
dis$nc$on   entre   d'une   part   des   principes   applicables   aux   juridic$ons   et   d'autre   part   des  
principes  applicables  aux  magistrats.  

1. Les  juridic$ons
Concernant  les  juridic$ons,  quels  sont  les  principes  généraux  ?  Premier  principe,  première  idée  
c'est  le  principe  dit  de  collégialité.  C'est  un  principe  fondamental,  qu'est  ce  qu'il  implique  ?  En  
principe  les  jugements  (rendus  par  les  tribunaux),  les  arrêts  (rendus  par  les  cours)  doivent  être  
rendus  par  des  juridic$ons  cons$tuées  de  plusieurs  magistrats.  En  général  il  y  en  a  trois,  il  peut  y  
arriver   qu'il   y   en   ait   plus   notamment   en   cour   d'assises.   Pourquoi   trois   magistrats   pourquoi   ce  
principe   ?   C'est   un   principe   presque   logique,   un   principe   de   tempérance   puisqu'on   a   toujours  
es$mé  qu'un  jugement,  un  arrêt  rendu  par  trois  magistrats  sera  plus  équilibré  qu'un  jugement  
rendu  par  un  juge  unique.  Un  certain  nombre  de  systèmes  juridiques  connaissent  le  juge  unique,  
notamment  dans  les  pays  anglo-­‐saxons  où  on  connaît  des  forma$ons  simples  avec  juge  unique.  
Le  système  français  connaît  un  certain  nombre  d'excep$ons  à  la  collégialité.  Il  existe  de  plus  en  
plus   de   forma$ons   à   juge   unique   notamment   pour   les   pe$ts   li$ges,   au   tribunal   d'instance   par  
exemple,   en   ma$ère   aussi   de   divorce   bien   souvent,   de   plus   en   plus   dans   le   cadre   de   la