IAJ .pdf


Aperçu du fichier PDF iaj.pdf - page 7/71

Page 1...5 6 78971



Aperçu texte


délinquance  également  ou  en  ma$ère  administra$ve.  Il  s'agit  de  gagner  du  temps.  Quel  est  le  
bon  système  ?  Sous  l'ancien  régime  un  certain  nombre  de  forma$ons  étaient  à  juge  unique  ce  
qui  a  laissé  un  goût  amer.  Le  système  de  la  collégialité  effec$vement  est  paré  d'un  grand  nombre  
de  vertus.  
On   va   les   relever,   il   s'agit   de   se   protéger   contre   les   défaillances   individuelles   qu'elles   soient  
volontaires   ou   involontaires   d'un   seul   juge   qui   pourrait   être   corrompu   ou   fa$gué/malade   etc.   La  
collégialité  nous  préserve  davantage  des  erreurs  judiciaires.  On  parle  souvent  de  la  solitude  du  
juge  d’instruc$on,  ce  sont  les  magistrats  les  plus  connus  puisque  ce  sont  eux  qui  enquêtent  pour  
les   délits   importants,   ce   sont   eux   qui   placent   en   examen   etc...   On   a   beaucoup   contesté   ceRe  
méthode   du   juge   d'instruc$on   notamment   avec   l'affaire   D'Outreau.   L'affaire   impliquait   une  
vingtaine  de  personnes  on  avait  des  gens  très  peu  instruits  et  des  notables,  l'affaire  impliquait  
toutes   ces   personnes   dans   une   affaire   de   pédophilie   organisée.   Une   large   par$e   des   gens   qui  
avaient  été  mises  en  cause  ont  été  acquiRés.  On  a  considéré  que  ceRe  «  erreur »  était  due  à  la  
solitude   du   juge   d'instruc$on.   Est-­‐ce   vrai   ?   Oui   et   non,   le   juge   d'instruc$on   est   effec$vement   un  
juge  solitaire  néanmoins  il  n'était  pas  le  seul  pour  le  processus  judiciaire  il  y  avait  le  procureur  de  
la  République,  d'autres  magistrats  mais  le  fonc$onnement  était  un  peu  trop  solitaire  à  certains  
moments  de  la  procédure.  
Autre   avantage   de   la   collégialité,   elle   permet   d'assurer   la   forma$on   de   jeunes   magistrats,   un  
juge  expérimenté  préside  et  les  magistrats  sont  plus  jeunes.  Une  décision  rendue  par  trois  juges  
a  plus  d'autorité  morale  qu'une  décision  rendue  par  un  juge  unique.  Autre  avantage  de  la  jus$ce  
collégiale,  cela  vaut  surtout  pour  le  domaine  pénal  il  s'agit  finalement  d'éviter  de  faire  porter  la  
condamna$on  sur  les  épaules  d'un  seul  juge.  Il  y  a  d'autres  avantages.  
Si  on  les  étudie  on  se  rend  compte  qu'aucun  n'est  véritablement  convaincant.  On  se  demande  
pourquoi   diluer   la   responsabilité   ?   Est-­‐ce   qu'un   délibéré   à   trois   permet   d'obtenir   une   décision  
plus  modérée  ?  Les  forma$ons  à  juge  unique  ne  semblent  pas  plus  sévères  que  les  forma$ons  
collégiales.   La   collégialité   aujourd'hui   est   moins   importante   elle   connaît   de   nombreuses  
excep$ons,   parce   que   on   veut   être   plus   rapide.   Du   coup   à   par$r   du   moment   où   la   jus$ce   à   juge  
unique   s'est   développée,   même   si   cela   reste   une   excep$on,   il   semble   que   l'on   ait   diminué   le  
recrutement  de  nouveaux  magistrats  et  qu'on  ait  rendu  plus  difficile  l'accès  à  la  magistrature.  On  
va   simplement   noter   qu'il   y   a   toujours   eu   de   nombreux   exemples   de   jus$ce   à   juge   unique,   le  
premier   est   très   ancien   c'est   depuis   1810   avec   l'instaura$on   des   juges   d'instruc$on.   Ces   juges  
qui  sont  chargés  de  rassembler  des  éléments  de  preuve  à  charge  et  à  décharge  dans  le  domaine  
pénal.   Ce   côté   juge   unique   a   été   tempéré   puisque   ses   décisions   aujourd'hui   peuvent   être  
contestées   mais   depuis   la   fin   de   la   seconde   guerre   mondiale   on   a   développé   le   recours   à   des  
juges  uniques,  on  a  le  JAF  notamment,  le  juge  des  enfants...  L'idée  bien  entendu  a  été  de  réduire  
les  délais  de  jugement,  de  désengorger  les  juridic$ons.  
Deuxième   principe   c'est   le   principe   de   la   fixité   et   de   la   permanence   des   juridic$ons.   Sous  
l'ancien   régime   il   y   avait   de   nombreuses   juridic$ons   i$nérantes.   Ces   juridic$ons   tenaient   des  
sessions.  Depuis  la  Révolu$on  les  juridic$ons  sont  fixes  et  permanentes,  elles  siègent  au  même  
endroit  du  1  er  janvier  au  31  décembre.  Il  existe  ce  que  l'on  appelle  des  audiences  foraines  c'est