Histoire du Droit Privé (Notes complètes) .pdf



Nom original: Histoire du Droit Privé (Notes complètes).pdfTitre: UntitledAuteur: Louis ADAM

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Preview / Mac OS X 10.6.8 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 16/12/2014 à 08:12, depuis l'adresse IP 87.67.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 654 fois.
Taille du document: 2.4 Mo (161 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


HDP  ʹ  Introduction  

Histoire  du  droit  privé  
 

Contenu  et  objectif  du  cours  
 
 
Seront  principalement  étudiées  les  trois  composantes  de  la  culture  juridique  occidentale  :  le  
droit  romain  (examiné  ici  non  en  lui-­‐même  mais  à  travers  les  lectures  qu'en  ont  laissés  le  Moyen-­‐âge  
et  les  temps  modernes),  le  droit  canonique  (droit  de  l'église)  et  la  coutume,  ainsi  que  leur  influence  
respective  sur  la  formation  de  notre  droit.  
 
 
L'objectif   du   cours   est   de   faire   découvrir   les   bases   historiques   de   notre   droit   privé   en  
retraçant   l'évolution   de   cette   source   et   de   ses   institutions   entre   la   fin   de   l'Empire   romain   et   le  
tournant  des  19ème  et  20ème  siècles.    
 

Etude  du  cours  
 
 
Quelques  recommandations  relatives  à  l'étude  du  cours  :  ne  pas  mémoriser  mais  organiser  
intellectuellement  la  matière  en  revoyant  ses  notes,  en  élaborant  des  résumés,  etc.  Veillez  à  ce  que  
cette  mise  en  ordre  intègre  simultanément  :    
 
ͻ Un   axe   chronologique  :   ne   jamais   confondre   des   époques   différentes   et   donc   se   fixer   des  
repères   fermes,   identifier   les   grandes   dates   et   situer   précisément   les   uns   par   rapport   aux  
autres  les  événements,  les  courants  de  pensée,  etc.  
 
ͻ Un   axe   thématique  :   identifier   précisément   des   concepts   abstraits   et   leurs   éventuelles  
transformations,  repérer  les  différents  passages  du  cours  où  est  traitée  une  même  question  
(le   concept   de   propriété   par   exemple)   et   être   capable   d'en   dégager   tous   les   éléments   de  
manière  à  la  traiter  pour  elle-­‐même.  
 
 
Distinguer   soigneusement   les   registres   de   langage   et   les   niveaux   d'analyse  :   ne   pas  
confondre,   pour   le   même   problème,   les   questions   de   droit   et   les   questions   de   fait;   distinguer  
nettement   le   texte   du  code,   le  commentaire  qu'en  fait  la  doctrine,   l'interprétation  qu'en  donne   la  
jurisprudence,  les  conclusions  qu'en  tire  l'historien.  
 
 
Assimiler  la  "grammaire  élémentaire  du  droit"  :  les  notions  de  droit  réel  et  droit  de  créance,  
contrat  consensuel  et  formel,  etc.  auxquelles  la  première  candidature  initie  mais  qui  seront  utilisées  
constamment   par   la   suite.   Toute   erreur   d'utilisation   de   ces   notions   de   base   est   en   soi   indicative  
d'échec.  
 

Ouvrages  de  références  
 
 
Ouvrages   de   référence  :   >͛ŝŶƚƌŽĚƵĐƚŝŽŶ ŚŝƐƚŽƌŝƋƵĞ ĂƵ ĚƌŽŝƚ   de   Thireau   (droit   privé)   et  
>͛ŚŝƐƚŽŝƌĞ ĚĞƐ ŝŶƐƚŝƚƵƚŝŽŶƐ ĂǀĂŶƚ ϭϳϴϵ  de  François  Saint  Bonnet  (droit  public).  Ceux  deux  ouvrages  se  
situent  à  la  cave  de  la  bibliothèque.    
   

Examen  
 
 
L͛ĞdžĂŵĞŶ  comprend   six   questions  ;   trois   de   taille   moyenne   avec   des   explications   ou  
définition  et  trois  beaucoup  plus  larges  qui  concerne  tout  un  aspect,  tout  un  point  de  la  matière  où  il  
mieux  vaut  mettre  trop  que  pas  assez.    
 
 
1  
 

HDP  ʹ  Introduction  

Introduction  
 

1. >ŝĞŶ ĞŶƚƌĞ ů͛ŚŝƐƚŽŝƌĞ ĚƵ ĚƌŽŝƚ ƉƌŝǀĠ Ğƚ Ě͛ĂƵƚƌĞƐ ĚŝƐĐŝƉůŝŶĞƐ ĚƵ ĚƌŽŝƚ
a) Avec  le  droit  romain  
 
 
Notre  code  civil  belge  a  hérité  de  pas  mal  de  principes  du  droit  romain  ainsi  que  de  plusieurs  
mécanismes  juridiques  propre  à  ce  droit.  Il  en  a  hérité  surtout  dans  la  matière  des  contrats  et  de  la  
propriété.   Au   fond,   le   droit   romain   est   dans   notre   droit   comme   une   grammaire   de   base.   Le   droit  
romain   commence   en   -­‐753   avant   J-­‐ Ğƚ ƐĞ ƚĞƌŵŝŶĞ ĞŶ ϰϳϲ ĂǀĞĐ ůĂ ĐŚƵƚĞ ĚĞ ů͛Empire   Romain  
Ě͛Occident.  Nous  nous  occuperons  durant  ce  cours  de  la  période  allant  de  la  fin  de  cet  empire  à  la  
rédaction  du  Code  civil,  autrement  dit  de  la  période  allant  de  plus  ou  moins  300  à  1804.  
 
 

b) Avec  le  droit  comparé    
 
 
>͛ŽďũĞƚ ĚƵ ĚƌŽŝƚ ĐŽŵƉĂƌĠ ĞƐƚ ĚĞ mettre   en   relation   les   traits   des   systèmes   juridiques  
étrangers  ainsi  que  les  différences  et  ressemblances  entre  les  systèmes  juridiques  actuels  et  passés.  
Il   faut   comprendre   que   les   conceptions   que   nous   nous   faisons   des   systèmes   juridiques   sont  
particulières  ͗ ĞůůĞƐ ƐŽŶƚ ůĞ ĨƌƵŝƚ ĚĞ ů͛ŚŝƐƚŽŝƌĞ͘ ^ŽƵǀĞŶƚ͕ ŽŶ ŶĞ ƉĞƵƚ ĐŽŵƉƌĞŶĚƌĞ ƵŶ ƐLJƐƚğŵĞ ũƵƌŝĚŝƋƵĞ
que  grâce  à  son  histoire.  
 
 
Par  exemple  :  les  Allemands  et  les   Français  ont  hérité  du  droit  romain,  pas  les  Anglais.  Pourquoi  ?  Les  systèmes  
juridiques  allemand  Ğƚ ĨƌĂŶĕĂŝƐ ĚŝƐƉŽƐĞŶƚ ƚŽƵƐ ůĞƐ ĚĞƵdž Ě͛ƵŶ ĐŽĚĞ͘ Ŷ &ƌĂŶĐĞ͕ ůĞ Code  civil  date  de  1804.  En  Allemagne,  cela  
1
sera  fait  en  1900 .   Ŷ ŶŐůĞƚĞƌƌĞ͕ ŝů Ŷ͛LJ Ă ƉĂƐ ĚĞ ĐŽĚĞ͘ >͛ ŶŐůĞƚĞƌƌĞ ĨŽŶĐƚŝŽŶŶĞ ĞŶ ĨĂŝƚ au  travers  des  décisions  des  juges.  
ème
ŽŵŵĞŶƚ ĞdžƉůŝƋƵĞƌ ĐĞƚƚĞ ĚŝĨĨĠƌĞŶĐĞ͕ ĐĞƚƚĞ ĂďƐĞŶĐĞ Ě͛ŝŶĨůƵĞŶĐĞ du   droit   romain  ͍ Ğ Ŷ͛ĞƐƚ ƋƵ͛ĂƵ ϭϯ   siècle   que   les  
pratiques  de  droit  romain  vont  arriver  dans  les  pratiques  judiciaires  après  avoir  fait  leur  retour  dans  les  universités.  A  ce  
ŵŽŵĞŶƚ͕ ĞŶ &ƌĂŶĐĞ͕ Đ͛ĞƐƚ ůĞ ŵŽŵĞŶƚ Žƶ ů͛ŽŶ ĐƌĠĞ ůĞƐ ũƵƌŝĚŝĐƚŝŽŶƐ ƌŽLJĂůĞƐ͘ ĞƐ ũƵƌŝĚŝĐƚŝŽŶƐ ƐĞƌŽŶƚ ŝŶĨůƵĞŶĐĠĞƐ ƉĂƌ le   droit  
ƌŽŵĂŝŶ ĞŶ ƉƌĞŵŝĞƌ ůŝĞƵ ĂƵ ŶŝǀĞĂƵ ĚĞ ůĂ ƉƌŽĐĠĚƵƌĞ͘ /ů ƐĞ ƉĂƐƐĞ ůĂ ŵġŵĞ ĐŚŽƐĞ ĞŶ ůůĞŵĂŐŶĞ͘ ů͛ŽƉƉŽƐĠ͕ ĚĂŶƐ ůĞ ƐLJƐƚğŵĞ
ème
ème
ĂŶŐůĂŝƐ͕ ĐĞ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ĂƵ ϭϯ  siècle  que  les  juridictions  se  créent  mais  au  12  siècle.  Celles-­‐ci  ont  donc  déjà  leur  mode  de  
fŽŶĐƚŝŽŶŶĞŵĞŶƚ͘ >ĞƵƌ ƉƌŽĐĠĚƵƌĞ ĞƐƚ ĚĠũă ƉĞŶƐĠĞ Ğƚ ĐŽŶƐƚƌƵŝƚĞ͕ Ğƚ ĚŽŶĐ ů͛ĂƌƌŝǀĠĞ͕ ŽƵ ƉůƵƚƀƚ ůĞ ƌĞƚŽƵƌ ĚƵ ĚƌŽŝƚ ƌŽŵĂŝŶ
Ŷ͛ŝŶĨůƵĞŶĐĞƌĂ ƉĂƐ ůĞ ƐLJƐƚğŵĞ ĂŶŐůĂŝƐ͘  

 
Cet  exemple  explique  les  différences  entre  les  deux  systèmes.    Ainsi,  certains  concepts  tels  
que  celui  de  propriété  ƐŽŶƚ ŝŶƚƌĂĚƵŝƐŝďůĞƐ Ě͛ƵŶĞ ůĂŶŐƵĞ ă ů͛ĂƵƚƌĞ͘ Ŷ ŶŐůĞƚĞƌƌĞ͕ ůĂ ƉƌŽpriété  (maison,  
ƚĞƌƌĂŝŶ͕ ͙)  a  toujours  un  lien  avec  la  couronne.  Le  terrain  dépend  toujours  plus  ou  moins  de  la  Reine.  
͛ĞƐƚ ĐŽŶĕƵ ƵŶ ƉĞƵ ĐŽŵŵĞ ƵŶ ďĂŝů͘ /ů Ŷ͛LJ Ă ƉĂƐ ĚĞ ƉƌŽƉƌiété  absolue  contrairement  à  chez  nous  dans  
les  limites  du  légal.  On  pourrait  aussi  mentionner  le  cas  des  contrats.    
 
 
Souvent,  les  différences  entre  les  systèmes  juridiques  se  situent  au  niveau  du  droit  privé  car  
celui-­‐ci  régit  les  relations  entre  les  ƉĞƌƐŽŶŶĞƐ Ğƚ Đ͛ĞƐƚ ĚŽŶĐ ůă ƋƵĞ ůĞƐ ĚŝĨĨĠƌĞŶĐĞƐ ĞŶƚƌĞ ůĞƐ ĐƵůƚƵƌĞƐ
ĂƉƉĂƌĂŝƐƐĞŶƚ ůĞ ƉůƵƐ ĨŽƌƚ͘ ͛ĞƐƚ ĚĂŶƐ ůĞ ĚƌŽŝƚ ƉƌŝǀĠ ƋƵĞ ůĞƐ ĐŽŶĐĞƉƚƐ ũƵƌŝĚŝƋƵĞƐ ŶĂŝƐƐĞŶƚ͘ KŶ Ěŝƚ ƋƵĞ ůĞ
droit  privé  est  une  matrice  conceptuelle.  
 
 

c) ǀĞĐ ů͛ĂŶƚŚƌŽƉŽůŽŐŝĞ ũƵƌŝĚŝƋƵĞ  
 
 
>͛ĂŶƚŚƌŽƉŽůŽŐŝĞ ĞƐƚ ůĂ ƐĐŝĞŶĐĞ ƋƵŝ ĠƚƵĚŝĞ ůĞ ĐŽŵƉŽƌƚĞŵĞŶƚ ĚĞƐ ŚŽŵŵĞƐ ĚĂŶƐ ůĞƐ ƐŽĐŝĠƚĠƐ͕
ĚŽŶĐ ů͛ĠƚƵĚĞ ĚĞ ů͛ġƚƌĞ ŚƵŵĂŝŶ Ě͛ƵŶ ƉŽŝŶƚ ĚĞ ǀƵĞ ƐŽĐŝĂůĞ͘ ƚ ĐĞĐŝ Ě͛ƵŶ ƉŽŝŶƚ ĚĞ ǀƵĞ ůĂƌŐĞ ;ĂƵ ŶŝǀĞĂƵ ĚĞ
ů͛ ƚĂƚ ƉĂƌ ĞdžĞŵƉůĞͿ ŽƵ ĠƚƌŽŝƚ ;ĂƵ ŶŝǀĞĂƵ ĚĞ ůĂ ĨĂŵŝůůĞͿ͘
 
 
>͛ĂŶƚhropologie   juridique   concerne   le   droit   dans   ces   sociétés,   il   chercher   à   expliquer  
                                                                                                                     
1

 http://www.rechtslexikon-­‐online.de/Buergerliches_Gesetzbuch_BGB.html  

2  
 

HDP  ʹ  Introduction  
ĐŽŵŵĞŶƚ ůĞ ĚƌŽŝƚ ĨŽŶĐƚŝŽŶŶĞ Ğƚ ƉŽƵƌƋƵŽŝ ůĞ ĚƌŽŝƚ ĞƐƚ ĐĞ ƋƵ͛ŝů ĞƐƚ ĚĂŶƐ ƵŶĞ ƐŽĐŝĠƚĠ ă ƚƌĂǀĞƌƐ ů͛ĠƚƵĚĞ
des   rapports   entre   les   êtres   humains.   Celle-­‐ci   est   vraiment   centrée   sur   les   populations   primitives,  
Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐ĚŝƌĞ ůĞƐ ƉŽƉƵůĂƚŝŽŶƐ ƐĂŶƐ ĠĐƌŝƚƵƌĞ͘ >Ğ ƌƀůĞ ĚĞ ů͛ĂŶƚŚƌŽƉŽůŽŐŝĞ ĚƵ ĚƌŽŝƚ sera  Ě͛ĂůůĞƌ ĞŶ ĨƌŝƋƵĞ͕
dans  des  îles  du  Pacifique  pour  étudier  la  façon  dont  fonctionnent  ces  sociétés.    
 
 
ĞƚƚĞ ĚŝƐĐŝƉůŝŶĞ ;ů͛ĂŶƚŚƌŽƉŽůŽŐŝĞͿ ĞƐƚ née   à   la   fin   du   19ème   siècle.   Au   début,   on   parle   de  
«  ů͛ĂŶƚŚƌŽƉŽůŽŐƵĞ   en   fauteuil  »   car   ceux-­‐ci   étudient   les   civilisations   à   travers   les   livres   qui   les  
décrivent  (récits  Ě͛ĂǀĞŶƚƵƌĞs,  historiques,  etc.)  mais  par  la  suite,  les  anthropologues  vont  se  rendre  
sur  le  terrain.    
 
 
Notons  que  lĂ ŶĂŝƐƐĂŶĐĞ ĚĞ ů͛ĂŶƚŚƌŽƉŽůŽŐŝĞ Ă ƵŶ ůŝĞŶ ĂǀĞĐ ůĂ ĐŽůŽŶŝƐĂƚŝŽŶ͘ KŶ ĚĞŵĂŶĚĞ ĂƵdž
ĂŶƚŚƌŽƉŽůŽŐƵĞƐ Ě͛ŽďƐĞƌǀĞƌ ůĞƐ ƐŽĐŝĠƚĠƐ ƉŽƵƌ ŵŝĞƵdž ůĞƐ ĐŝǀŝůŝƐĞƌ ;ĐŽŵŵĞŶƚ ůĞƐ ŐĞŶƐ ƐĞ ŵĂƌŝĞŶƚ͕ ůĞƐ
systèmes   de   parenté,   etc.)   Cependant,   ces   anthropologues   arrivent   là   avec   leur   conception  
européenne.  Ils  ont  essayé  de  replacer  leur  vocabulaire  là-­‐bas.  Ainsi,  chez  les  aborigènes,  on  a  parlé  
ĚĞ ƉƌŽƉƌŝĠƚĠ ĐŽůůĞĐƚŝǀĞ ĐĂƌ ŝů Ŷ͛LJ Ă ƉĂƐ Ě͛ĂƉƉƌŽƉƌŝĂƚŝŽŶ ĚĞ ůĂ ƚĞƌƌĞ͘ ƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ͕ ĐĞƚƚĞ ƐĐŝĞŶĐĞ ƐĞ ǀĞƵƚ
plus  neutre,  plus  objective.  
 
 
ŚĞnj ůĞƐ ŝŶĚŝĞŶƐ͕ ĚĞƐ ƚƌŝďƵƐ ƐŽŶƚ ŶŽŵĂĚĞƐ͕ Ě͛ĂƵƚƌĞƐ ƐŽŶƚ sédentaires   et   donc   des  
ĂŐƌŝĐƵůƚĞƵƌƐ͘ ĞƐ ĚŝĨĨĠƌĞŶƚĞƐ ƚƌŝďƵƐ ŽŶƚ ĚĞƐ ƌğŐůĞƐ ĚĞ ĚƌŽŝƚ ĚŝĨĨĠƌĞŶƚĞƐ͘ >͛ĂŶƚŚƌŽƉŽůŽŐŝĞ ũƵƌŝĚŝƋƵĞ ĞƐƚ
ĚŽŶĐ ƵŶ ƌĞŐĂƌĚ ĐƌŝƚŝƋƵĞ ƐƵƌ ůĞƐ ĐŝǀŝůŝƐĂƚŝŽŶƐ͘ ^ŽŶ ŝŶƚĠƌġƚ ƌĠƐŝĚĞ ĚĂŶƐ ůĞ ĨĂŝƚ ƋƵ͛ĞůůĞ ŵŽŶƚƌĞ ƋƵĞ le  droit  
naît  en  fonction  des  rapports  humains.  

3  
 

HDP  ʹ  Introduction  

2. Objet  du  cours
 
 
 KŶ Ɛ͛ŝŶƚĠƌĞƐƐĞ ĚĂŶƐ ĐĞ ĐŽƵƌƐ ă ů͛ŚŝƐƚŽŝƌĞ ĞdžƚĞƌŶĞ Ğƚ ů͛ŚŝƐƚŽŝƌĞ ŝŶƚĞƌŶĞ͘ >͛ŚŝƐƚŽŝƌĞ ĞdžƚĞƌŶĞ
ĐŽŶĐĞƌŶĞ ůĂ ĨĂĕŽŶ ĚŽŶƚ ůĞ ĚƌŽŝƚ ƐĞ ƉƌĠƐĞŶƚĞ ĂůŽƌƐ ƋƵĞ ů͛ŚŝƐƚŽŝƌĞ ŝŶƚĞƌŶĞ ĐŽŶĐĞƌŶĞ ůĞ ĐŽŶƚĞŶƵ ĚƵ ĚƌŽŝƚ͘  

a) >͛ŚŝƐƚŽŝƌĞ ĞdžƚĞƌŶĞ  
 
Commençons  par  ů͛ŚŝƐƚŽŝƌĞ ĞdžƚĞƌŶĞ  où  il  est  question  des  sources  du  droit  (trois  sortes)  :  
-­‐
-­‐
-­‐

Au  sens  formel  ou  technique
Au  sens  documentaire
Au  sens  réel

 
Les  sources  au  sens  formel
 
 
Les  sources  au  sens  formel  concernent  la  manière  dont  le  droit  nait͕ Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐dire  le  procédé  
ƚĞĐŚŶŝƋƵĞ ĚĞ ĐƌĠĂƚŝŽŶ ĚĞ ĐĞƚƚĞ ƌğŐůĞ͘ >Ă ĨĂĕŽŶ ĚŽŶƚ ůĞ ĚƌŽŝƚ ŶĂŝƚ Ɛ͛ĂƉƉĞůůĞ ůĂ ƐŽƵƌĐĞ ĨŽƌŵĞůůĞ͘ >ĞƐ
sources  formelles  les  plus  emblématiques  dans  notre  culture  sont  la  loi  et  la  coutume.  Ce  sont  elles  
qui  nous  ont  permis  une  transmission  du  ĚƌŽŝƚ ĚĞƉƵŝƐ ů͛AŶƚŝƋƵŝƚĠ ũƵƐƋƵ͛ă ŶŽƐ ũŽƵƌƐ͘  
 
 
>Ă ůŽŝ ĞƐƚ ƵŶĞ ƐŽƵƌĐĞ ƋƵŝ ǀŝĞŶƚ Ě͛ƵŶ ƉŽƵǀŽŝƌ ƉŽůŝƚŝƋƵĞ ĂƵ ƐĞŶƐ ůĂƌŐĞ͘ ĞƚƚĞ ůŽŝ ĞƐƚ ƉƌŝƐĞ ƐĞůŽŶ
ƵŶĞ ƉƌŽĐĠĚƵƌĞ ĚĠƚĞƌŵŝŶĠĞ Ğƚ ĞůůĞ ĞƐƚ ĠĐƌŝƚĞ͘ Ğ ƋƵŝ ĞƐƚ ƚŽƵƚ ů͛ŝŶǀĞƌƐĞ ĚĞ ůĂ ĐŽƵƚƵŵĞ͘ ^ĞůŽŶ ůĂ
doctrine,  la  coutume  est  censée  être  secrétée  par  le  peuple͘ Ğ ƐŽŶƚ ůĞƐ ŚĂďŝƚƵĚĞƐ Ě͛ƵŶĞ ƐŽĐŝĠƚĠ ƋƵŝ
se  transforment  en  règles  de  droit  selon  un  procédé  non  défini͘ ͛ĞƐƚ donc  une  source  non-­‐écrite.  La  
loi   par   contre   est   ŝƐƐƵĞ Ě͛ƵŶ ƉŽƵǀŽŝƌ ƉŽůŝƚŝƋƵĞ,   selon   un   procédé   déterminé,   et   est   écrite.   Cela   est  
ĂƐƐĞnj ĐĂƌŝĐĂƚƵƌĂů ŵĂŝƐ ĞŶ ŵġŵĞ ƚĞŵƉƐ ĞŶ ĚƌŽŝƚ ďĞůŐĞ͕ ŝů LJ Ă ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ ƚŽƵũŽƵƌƐ ƵŶĞ ƉůĂĐĞ ƉŽƵƌ ůĂ
coutume.    
 
 
Par  exemple,  il  y  a  les  usages  locaux  qui  touchent  plus  à  tout  ce  qui  est  forestier.  Ainsi,  on  a  le  drŽŝƚ Ě͛ĂůůĞƌ ĐŽƵƉĞƌ
autant   de   mettre   cubes   de   bois   chaque   année   dans   un   grand   bois   proche.   La   coutume   est   également   présente   en   droit  
commercial.   En   droit   international   public,   la   coutume   est   une   des   plus   grandes   sources   de   droit.   Celle-­‐ci   concerne  
principalement  le  droit  de  la  mer  et  le  droit  humanitaire.  

 
 
Dans  les  systèmes  juridiques  anglais,  la  coutume  est  très  présente.  On  parle  de  common  law,  
Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐dire  le  droit  qui  est  dit  par  le  juge.  Quand  il  y  a  une  lacune  dans  le  droit,  le  juge  crée  du  droit.  
En  Angleterre,  il  y  a  aussi  les  statutes,  éditées  par  le  Parlement.  Mais  celles-­‐Đŝ ŶĞ ĐŽŶƐƚŝƚƵĞŶƚ ƋƵ͛ƵŶĞ
petite  partie  du  droit,  et  portent  surtout  sur  des  matières  économiques.  
 
 
Quel  rapport  avec  le  droit  coutumier  ?  Au  Moyen-­‐âge,  on  dit  que  le  droit  coutumier  vient  du  
peuple  mais  en  fait  il  ƉƌŽǀŝĞŶƚ ĚƵ ũƵŐĞ͘ Ŷ ƚŚĠŽƌŝĞ͕ ůĞ ũƵŐĞ Ěŝƚ ƋƵ͛ŝů ĞƐƚ ů͛ŝŶƚĞƌƉƌğƚĞ ĚƵ ƉĞƵƉůĞ ƋƵŝ ĚŝĐƚĞ
la  coutume.  La  doctrine  a  cependant  ƉƌĠĨĠƌĠ ĚŝƌĞ ƋƵĞ ůĂ ĐŽƵƚƵŵĞ ǀŝĞŶƚ ĚĞ ů͛ŚĂďŝƚƵĚĞ ĚĞƐ ŐĞŶƐ͕ ĂůŽƌƐ
ƋƵ͛ŝů ĂƉƉĂƌĂŠƚ ƋƵ͛ĞůůĞ ĞƐƚ ŝƐƐƵĞ ĚĞƐ ĚĠĐŝƐŝŽŶƐ ĚĞƐ ũƵŐĞƐ͘
 
Les  sources  au  sens  documentaire
 
 
͛ĞƐƚ ůĞ support  du  droit,  la  façon  dont  le  droit  se  présente.  Il   LJ Ă Ě͛ĂďŽƌĚ ůĞƐ livres  publiés  
tels  que  le  Moniteur  Belge  pour  la  loi  et  la  Pasicrisie  pour  la  Cour  de  cassation.  A  coté  de  ceux-­‐ci,  il  y  
a  les  manuscrits  (qui  étaient  surtout  importants  avant  le  16ème  siècle).  La  troisième  sorte  de  source  
documentaire  est  la  source  orale.  Par  exemple,  dans  les  populations  africaines,  il  peut  y  avoir  un  chef  
ƋƵŝ ǀĂ ƉƌĞŶĚƌĞ ĐĞ ƋƵ͛ŽŶ ĂƉƉĞůůĞƌĂŝƚ ƵŶĞ ůŽŝ͕ ŵĂŝƐ ĐĞůůĞ-­‐ci   n͛ĞƐƚ Ɖas   écrite.   Chez   nous,   durant   les  
colonisations,  on  a  créé  des  recueils  de  coutumes  africaines.    
 
4  
 

HDP  ʹ  Introduction  
 
En   conséquence,   la   coutume   peut   être   écrite   et   la   loi   peut   être   non   écrite.   La   source  
électronique  concerne  les  contrats  passés  via  internet,  la  jurisprudence  publiée  sur  le  net,  etc.  
 Les  sources  au  sens  réel
 
 
Celles-­‐ci  ĞdžƉůŝƋƵĞŶƚ ů͛ĞdžŝƐƚĞŶĐĞ Ě͛ƵŶ ĚƌŽŝƚ  ainsi  que  son  contenu.  Ces  sources  réelles  sont  aussi  
appelées   sociologiques͘ ŝŶƐŝ ůĂ ƌĞůŝŐŝŽŶ ƉĞƵƚ ġƚƌĞ ƵŶ ĨĂĐƚĞƵƌ͕ ů͛ĠĐŽŶŽŵŝĞ ĞŶ ĞƐƚ ƵŶ ĂƵƐƐŝ͘ Ŷ ĞĨĨĞƚ͕
ƵŶĞ ƐŽĐŝĠƚĠ Ɛ͛ŽƌŐĂŶŝƐĞ ƐĞůŽŶ ůĞ ĨŽŶĐƚŝŽŶŶĞŵĞŶƚ Ě͛ƵŶĞ ĠĐŽŶŽŵŝĞ ƋƵŝ ůƵŝ ƉĞƌŵĞƚ ĚĞ ƐƵƌǀŝǀƌĞ͘ >Ğ ĚƌŽŝƚ
doit  donc  permettre  à  cette  économie  de  se  développer.  
   

b) >͛ŚŝƐƚŽŝƌĞ ŝŶƚĞƌŶĞ  
 
 
>͛ŚŝƐƚŽŝƌĞ ŝŶƚĞƌŶĞ ĐŽŶĐĞƌŶĞ ůĞ ĐŽŶƚĞŶƵ ĚƵ ĚƌŽŝƚ͘ ͛ĞƐƚ ĐĞ ƋƵŝ ŝŶƚĠƌĞƐƐĞ ůĞƐ ĂĐƚĞƵƌƐ ĚƵ ĚƌŽŝƚ
(juges,  avocats),  ce  sont  les  règles  matérielles.    
 
 
La  première  grande  distinction  dans  le  contenu  du  droit  est  la  différence  entre  le  droit  privé  
et  le  droit  public.  Pour  ce  qui  est  du  droit  privé,  celui-­‐ci  traite  de  trois  grandes  matières  :  les  biens,  la  
ĨĂŵŝůůĞ Ğƚ ůĂ ƉƌŽƉƌŝĠƚĠ͘ >Ğ ĚƌŽŝƚ ƉƵďůŝĐ Ɛ͛ŝŶƚĠƌĞƐƐĞ quant   à   lui   aux   institutions,   à   la   succession   au  
trônĞ͕ ĂŝŶƐŝ ƋƵ͛ĂƵ ŐŽƵǀĞƌŶĞŵĞŶƚ͕ ĞƚĐ͘  
 
 
 

5  
 

HDP  ʹ  Introduction  
 

3. Le  fil  conducteur  du  cours    
 
 
 
Le  fil  conducteur  du  cours  est  le  rapport  entre  le  juge  et  la  norme,  ou  encore  la  lutte  entre  le  
pouvoir  judiciaire  et  le  pouvoir  politique.    
 
Ŷ ĚƌŽŝƚ ďĞůŐĞ͕ ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ͕ ŽŶ ǀŽŝƚ ƋƵĞ ůĂ ũƵƌŝƐƉƌƵĚĞŶĐĞ ƉƌĞŶĚ de  plus  en  plus  de  place  (les  
avocats   se   basent   de   plus   en   plus   sur   celle-­‐ci).   Et   ce   parce   que   la   loi   ne   parvient   pas   à   résoudre  
certains   problèmes   ĚĞ ŶŽƚƌĞ ƐŽĐŝĠƚĠ͘ ͛ĞƐƚ ůĞ ũƵŐĞ ůĞ ƉƌĞŵŝĞƌ ƋƵŝ ĞƐƚ ĐŽŶĨƌŽŶƚĠ ă ĐĞƐ ƉƌŽďůğŵĞƐ͕
avant   que   le   législateur   intervienne.   Le   juge   va   alors   soit   interpréter   la   loi,   soit   lui-­‐même   créer   le  
droit,  ce  qui  est  évidemment  en  contradiction  avec  notre  système.      
 
 
Cette   opposition   entre   la   loi   et   le   juge   créateur   de   normes   est   ancienne.   Elle   commence  
surtout  au  13ème  siècle  (époque  à  laquelle  se  développe  la  coutume).  A  partir  de  là,  il  va  y  avoir  une  
ůƵƚƚĞ ĐŽŶƐƚĂŶƚĞ ĞŶƚƌĞ ůĞ ƉŽƵǀŽŝƌ ĚĞƐ ũƵŐĞƐ Ğƚ ĐĞůƵŝ ĚƵ ƌŽŝ͘ ͛ƵŶ ĐƀƚĠ͕ ŝů LJ Ă ůĞ ũƵŐĞ ƋƵŝ͕ ƋƵĂŶĚ ŝů ƐĞ
ƉƌŽŶŽŶĐĞ͕ ĐƌĠĞ ůĞ ĚƌŽŝƚ ĐŽƵƚƵŵŝĞƌ Ğƚ ĚĞ ů͛ĂƵƚƌĞ ĐƀƚĠ͕  ŝů LJ Ă ůĞ ƌŽŝ ƋƵŝ͕ ă ů͛Ġpoque  donc  au  13ème  siècle,  
commence    à  prendre  des  ordonnances  (ce  qui  correspond,  durant  le  Moyen-­‐âge,  à  la  loi).  Le  roi  va  
ƚŽƵĐŚĞƌ ĚĞƐ ŵĂƚŝğƌĞƐ ĚĞ ĚƌŽŝƚ ƉƌŝǀĠ͘ DĂŝƐ ůĞ ƉƌŽďůğŵĞ͕ Đ͛ĞƐƚ ƋƵĞ ůĞ ĚƌŽŝƚ ĐŽƵƚƵŵŝĞƌ ĐŽŶĐĞƌŶĞ ĂƵƐƐŝ ůĞ
droit  privé.  A  partir  du  13ème,  il  y  a  donc  une  lutte,  une  concurrence  entre  ces  deux  pouvoirs.  Celle-­‐ci  
se  résout  en  1804  quand  le  Code  civil  est  promulgué.  Le  droit  privé  est  entièrement  contenu  dans  un  
seul  livre.  Le  juge  ne  peut  plus  créer  de  droit  et  on  opte  donc  pour  un  pays  où  le  droit  est  codifié.  Le  
droit  est  créé  par  le  pouvoŝƌ ƉŽůŝƚŝƋƵĞ͕ ůĂ ůŽŝ ů͛ĞŵƉŽƌƚĞ͘
 

Plan  du  cours  
   
1.
2.
3.
4.
5.
6.

Fin  dĞ ů͛ ŶƚŝƋƵŝƚĠ  
Début  du  Moyen-­‐âge  
ƉƌğƐ ů͛ĂŶ ϭϬϬϬ ũƵƐƋƵ͛ĂƵdž ϭϯème  et  14ème  siècles  
La  coutume  
Les  temps  modernes  :  pouvoir  royal  et  ordonnances  
La  révolution  et  la  codification  

     
 

6  
 

HDP  ʹ  &ŝŶ ĚĞ ů͛ ŶƚŝƋƵŝƚĠ  

&ŝŶ ĚĞ ů͛ ŶƚŝƋƵŝƚĠ  
 

I.

Utrumque  ius  («  ů͛ƵŶ Ğƚ ů͛ĂƵƚƌĞ ĚƌŽŝƚ  »)  

 
 
Cette  expression  vise  la  dualité  ĞŶƚƌĞ Ě͛ƵŶĞ ƉĂƌƚ ƵŶ ĚƌŽŝƚ ƉƌŽĚƵŝƚ ƉĂƌ ů͛ ŐůŝƐĞ  Ğƚ Ě͛ĂƵƚƌĞ ƉĂƌƚ
un   ĚƌŽŝƚ ƉƌŽĚƵŝƚ ƉĂƌ ů͛ĞŵƉŝƌĞ ƌŽŵĂŝŶ   ŵĂŝƐ ĂƵƐƐŝ ƉĂƌ ů͛ ƚĂƚ ;ĚĞ ŵĂŶŝğƌĞ ŐĠŶĠƌĂůĞ͕ ƉĂƌ ůĞƐ ƉŽƵǀŽŝƌƐ
ƉŽůŝƚŝƋƵĞƐ ƋƵŝ ĂƌƌŝǀĞŶƚ ĂƉƌğƐ ƋƵĞ ů͛ĞŵƉŝƌĞ ƌŽŵĂŝŶ ƐĞ ƐŽŝƚ ĞĨĨŽŶĚƌĠͿ͘ ĞƐ ĚĞƵdž ĚƌŽŝƚƐ ;ͨ  ů͛ƵŶ Ğƚ ů͛ĂƵƚƌĞ
droit  »)  vont  créer  un  système  :  ů͛utrumque  jus.  
 
 
Cette   première   partie   se   divise   en   4   sections  :   ŽŵŵĞŶƚ ŶĂŠƚ ů͛utrumque   jus  ?   Quelles  
conséquences   ce   système   a-­‐t-­‐il   sur   le   droit  ?   Quelles   forces   se   cachent   derrière   ce   système  ?  
ŽŵƉĂƌĂŝƐŽŶ ĂǀĞĐ Ě͛ĂƵƚƌĞƐ ƐLJƐƚğŵĞƐ͕ Ğƚ ĞŶ ƉĂƌƚŝĐƵlier  avec  la  culture  musulmane  
 

A. ŽŵŵĞŶƚ ŶĂŠƚ ů͛ƵƚƌƵŵƋƵĞ ũus  
 
 
Apparition   du   christianisme   au   1er   siècle   PCN.   Les   chrétiens   sont   au   départ   considérés  
comme  une  petite  secte  mais  ils  sont  de  plus  en  plus  nombreux  et  cela  inquiète  les  Romains.  Il  faut  
ƐĂǀŽŝƌ ƋƵ͛ă ZŽŵĞ ŽŶ Ă ƚŽƵũŽƵƌƐ ĂĐĐĞƉƚĠ ůĞƐ ĐƵůƚĞƐ ƉĂŢĞŶƐ ƉŽƵƌ ĂƵƚĂŶƚ ƋƵ͛ŝůƐ ƌĞƐƉĞĐƚĞŶƚ ůĞƐ ĚŝĞƵdž ĚĞ ůĂ
ĐŝƚĠ Ğƚ ů͛ĞŵƉĞƌĞƵƌ͘ Ŷ 27  ACN͕ ƵŐƵƐƚĞ ŝŶƐƚĂƵƌĞ ůĞ ĐƵůƚĞ ĚĞ ů͛ĞŵƉĞƌĞƵƌ.  Celui-­‐ci  veut  le  bien-­‐être  de  
la   Cité,   donc   un   bien-­‐ġƚƌĞ ĐŽůůĞĐƚŝĨ͘ Kƌ ůĂ ƌĞůŝŐŝŽŶ ĐŚƌĠƚŝĞŶŶĞ Ɛ͛ŽƉƉŽƐĞ ă ĐĞ ĐƵůƚĞ ĐĂƌ ĞůůĞ ĞƐƚ
monothéiste   et   puis   elle   est   conquérante.   De   plus,   le   but   final   du   christianisme   est   le   salut   de  
ů͛ŝŶĚŝǀŝĚƵ͕ ƉĂƌ ŽƉƉŽƐŝƚŝŽŶ ĂƵ ƐĂůƵƚ ĐŽůůĞĐƚŝĨ ƌĞĐŚĞƌĐŚĠ ƉĂƌ ůĞƐ Romains.  Les  hostilités  entre  chrétiens  et  
Romains   débutent   à   la   fin   du   1er   siècle   PCN.   Leurs   intensités   vont   varier   dans   le   temps   et   dans  
ů͛ĞƐƉĂĐĞ͘ /ů ĞdžŝƐƚĞƌĂ ĂƵƐƐŝ ƵŶ ŵŽƵǀĞŵĞŶƚ ƉŽƉƵůĂŝƌĞ ĐŽŶƚƌĞ ůĞƐ ĐŚƌĠƚŝĞŶƐ͘  

 
 
Les  choses  se  corsent  quand  Dioclétien  arrive  au  pouvoir  en  284.  On  a  alors  un  changement  
total  de  politique.  DiocléƚŝĞŶ ǀĂ ƉƌĞŶĚƌĞ ů͛ĞŵƉŝƌĞ Ě͛ƵŶĞ ŵĂŝŶ ĚĞ ĨĞƌ Ğƚ ŝů ǀĂ ƐĞ ĐŽŶƐŝĚĠƌĞƌ ĐŽŵŵĞ ƵŶ
ĚŝĞƵ͘ Ŷ ĐŽŶƐĠƋƵĞŶĐĞ͕ ůĞ ĐƵůƚĞ ĚĞ ů͛ĞŵƉĞƌĞƵƌ ĞƐƚ ĞŶĐŽƌĞ ƉůƵƐ ŝŵƉŽƌƚĂŶƚ͘ Le  non-­‐respect  du  culte  de  
ů͛ĞŵƉĞƌĞƵƌ ƐĞƌĂ ĚĠƐŽƌŵĂŝƐ ƌĠƉƌŝŵĠ ƉĂƌ ůĞ ĐŚĞĨ Ě͛ĂĐĐƵƐĂƚŝŽŶ ĂƉƉĞůĠ ͨ  lèse-­‐majesté  ».  >ŽƌƐƋƵ͛ŽŶ ĞƐƚ
accusé   de   lèse-­‐majesté,   on   est   accusé   de   porter   atteinte   à   Rome   en   ne   faisant   pas   le   culte   de  
ů͛ĞŵƉĞƌĞƵƌ͘ Ğ ĐŽŶĐĞƉƚ ĞƐƚ ƚƌğƐ ůĂƌŐĞ͕ ŝů ƉĞƌŵĞƚ ĚŽŶĐ Ě͛ĂĐĐƵƐĞƌ ĚĞ ůğƐĞ-­‐majesté  beaucoup  de  gens,  
dont  les  chrétiens.   ͛ĞƐƚ ůĞ ĐƌŝŵĞ ůĞ ƉůƵƐ ŐƌĂǀĞ  ƋƵ͛ƵŶ ĐŝƚŽLJĞŶ ƉƵŝƐƐĞ ĐŽŵŵĞƚƚƌĞ͘ Ğ ĐƌŝŵĞ ĐŽŶĐĞƌŶĞ
plus  le  droit  public.  >Ğ ũƵŐĞ Ă ĂŝŶƐŝ ůĞ ĚƌŽŝƚ Ě͛ŽƌĚŽŶŶĞƌ ƵŶĞ ĞŶƋƵġƚĞ Ğƚ ůĞ ĐŝƚŽLJĞŶ ƉĞƵƚ ġƚƌĞ ƚŽƌƚƵƌĠ ĐĂƌ
Đ͛ĞƐƚ ĐŽŶƐŝĚĠƌĠ ĐŽŵŵĞ ĚƵ ĚƌŽŝƚ ƉƵďůŝĐ Ğƚ ƉĂƐ ĐŽŵŵĞ ĚƵ ĚƌŽŝƚ ƉƌŝǀĠ͘  
   
 
Au   début   du   4ème   ƐŝğĐůĞ͕ ůĞƐ ĐŚŽƐĞƐ ĐŚĂŶŐĞŶƚ ĐĂƌ ĂƌƌŝǀĞ ů͛ĞŵƉĞƌĞƵƌ ŽŶƐƚĂŶƚŝŶ͘ ĞůƵŝ-­‐ci   se  
convertit  au  christianisme  sous  les  conseils  de  sa  mère  Sainte  Hélène.  Il  comprend  que  les  Chrétiens  
sont  une  force.  Son  but  sera  de  faire  accepter  la  religion  chrétienne.  En  313,  iů ƉƌĞŶĚ ů͛édit  de  Milan.  
Celui-­‐Đŝ Ă ƉŽƵƌ ďƵƚ ĚĞ ƌĞĐŽŶŶĂŝƚƌĞ ůĂ ƚŽůĠƌĂŶĐĞ ĚƵ ĐŚƌŝƐƚŝĂŶŝƐŵĞ͕ ŽŶ ƉĂƌůĞ ĂƵƐƐŝ ĚĞ ů͛ĠĚŝƚ ĚĞ ƚŽůĠƌĂŶĐĞ͘
Il  permet  la  liberté  de  culte  et  de  croyances  pour  toutes  les  religions.    
 
 
Ensuite,   le   christianisme   devient   la  religion  officielle.  On  avait   donc   une   liberté  de   culte  et  
puis,   peu   à   peu,   on   va   être   obligé   de   devenir   chrétien.   ͛ĞƐƚ ů͛ĞŵƉĞƌĞƵƌ dŚĠŽĚŽƐĞ ƋƵŝ͕ Ğn   380,  
ƉƌŽŵƵůŐƵĞ ů͛édit   de   Thessalonique͘ /ů LJ Ěŝƚ ƋƵĞ ƚŽƵƐ ůĞƐ ƉĞƵƉůĞƐ ŐŽƵǀĞƌŶĠƐ ƉĂƌ ů͛ĞŵƉĞƌĞƵƌ ĚŽŝǀĞŶƚ
être  chrétiens.  Eƚ ƋƵĞ ůĂ ƌĞůŝŐŝŽŶ ĐŚƌĠƚŝĞŶŶĞ ĞƐƚ ŽƌŐĂŶŝƐĠĞ ƉĂƌ ůĞƐ ĠǀġƋƵĞƐ ĚĞ ZŽŵĞ Ğƚ Ě͛ ůĞdžĂŶĚƌŝĞ͘
WĂƌ ůĂ ƐƵŝƚĞ͕ ů͛ĠǀġĐŚĠ Ě͛ ůĞdžĂŶĚƌŝĞ ĚŝƐƉĂƌĂŝƚ Ğƚ ŽŶ ĂƉƉĞůůĞ ĚĠƐŽƌŵĂŝƐ ͨ  pape  ͩ ů͛ĠǀġƋƵĞ ĚĞ ZŽŵĞ͘  
 
 
WĂƌ ĐĞƐ ĚĞƵdž ĠĚŝƚƐ͕ ŽŶ ĂĐĐĞƉƚĞ ů͛ŝĚĠĞ ƋƵĞ ůĂ ƌĞůŝŐŝŽŶ ƉƌŽĚƵŝƐĞ ĚƵ ĚƌŽŝƚ͘ ĞƐ ĚĞƵdž ĠĚŝƚƐ ƐŽŶƚ ůĞƐ
conditions  sine  qua  non  ĚĞ ů͛utrumque  jus͘ ƉĂƌƚŝƌ ĚĞ ĐĞƐ ĚĞƵdž ĂĐƚĞƐ͕ ů͛ ƵƌŽƉĞ ĚĞǀŝĞŶƚ ƵŶ ƐLJƐƚğŵĞ ă
deux  têtes  :  le  pape  Ě͛ƵŶ ĐƀƚĠ Ğƚ ů͛ĞŵƉĞƌĞƵƌ  ĚĞ ů͛ĂƵƚƌĞ.    
 
1  
 

HDP  ʹ  &ŝŶ ĚĞ ů͛ ŶƚŝƋƵŝƚĠ  

B. Quelles  sont  les  conséƋƵĞŶĐĞƐ ĞŶ ĚƌŽŝƚ ĚĞ ů͛ƵƚƌƵŵƋƵĞ ũus  ?  
 
 
>͛utrumque   jus   produit   une   dualité   entre   les   deux   droits   produits   par   les   deux   pouvoirs  
politiques  distincts.    
 
 
>Ğ ĐŚƌŝƐƚŝĂŶŝƐŵĞ͕ ǀŝĂ ů͛ ŐůŝƐĞ͕ ƉƌŽĚƵŝƚ ůĞ ĚƌŽŝƚ ĐĂŶŽŶŝƋƵĞ,  jus  canonici,  applicable  en  fonction  
ĚĞ ů͛ĂƉƉĂƌƚĞŶĂŶĐĞ Ě͛ƵŶĞ ƉĞƌƐŽŶŶĞ ă ĐĞƚƚĞ ƌĞůŝŐŝŽŶ͘ >͛ĞŵƉŝƌĞ ƌŽŵĂŝŶ ƉƌŽĚƵŝƚ ĠŐĂůĞŵĞŶƚ ƐŽŶ ĚƌŽŝƚ͕
ƋƵ͛ŽŶ ĂƉƉĞůůĞ ůĞ jus  civile͘ EŽƚŽŶƐ ƋƵ͛ĂƵ ϰème  siècle  PCN,  le  jus  civile  Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ĞŶĐŽƌĞ ĐŽĚŝĨŝĠ͘  
 
 
Saint  Augustin  illustre  par  ses  propos  cette  dualité  du  droit.  Selon  lui,  le  monde  est  constitué  
de  deux  cités  :  la  cité  céleste  ĚĂŶƐ ůĂƋƵĞůůĞ Ɛ͛ĂƉƉůŝƋƵĞ ůĞ jus  canonici  et  la  cité  terrestre  dans  laquelle  
Ɛ͛ĂƉƉůŝƋƵĞ ůĞ ius  civile.    
 
 
EdžƉƌĞƐƐŝŽŶƐ Ě͛ƵŶĞ ĚƵĂůŝƚĠ ĚĂŶƐ ůĞƐ ĠǀĂŶŐŝůĞƐ ͗ «  Rendez  à  César  ce  qui  est  à  César  et  à  Dieu  ce  
qui  est  à  Dieu  »  ;  «  Mon  royaume  n'est  pas  de  ce  monde  ».  
 
>Ă ĚƵĂůŝƚĠ ĚƵ ĚƌŽŝƚ Ɛ͛ŽƉğƌĞ ă ƚƌŽŝƐ ŶŝǀĞĂƵdž  :    
x Au  niveau  des  sources  du  droit  
x Au  niveau  du  droit  public  
x Au  niveau  du  droit  privé  
 

a. Au  niveau  des  sources  du  droit  
 
 
>Ğ ĚƌŽŝƚ ƌŽŵĂŝŶ Ɛ͛ĞƐƚ Ě͛ĂďŽƌĚ ĐŽŵƉŽƐĠ ĚĞ ƉůƵƐŝĞƵƌƐ ͨ  couches  ».   Par   la   suite,   à   la   fin   de  
ů͛AŶƚŝƋƵŝƚĠ͕ ů͛ŽƵǀƌĂŐĞ ĚĞ ƌĠĨĠƌĞŶĐĞ sera  le  Corpus  juris  civile  adopté  par  Justinien.  
 
 
Le  droit  canonique,  quant  à  lui,  naît  avec  la  religion  chrétienne  mais  est  au  début  très  faible.  
Il  ne  se  structurera  que  vers  le  4ème  siècle.  Le  noyau  de  base  de  ce  droit  est  la  Bible,  qui  constitue  le  
ĚƌŽŝƚ ĚŝǀŝŶ͕ ǀĞŶĂŶƚ ĚĞ ŝĞƵ͘ >Ă ŝďůĞ ĞƐƚ ů͛ĠƋƵŝǀĂůĞŶƚ ĚƵ corpus  juris  civile.  
 
Par  la  suite,  le  droit  humain  va  se  développer.  Dans  celui-­‐ci,  on  trouve  :    
 
x Les   décrétales  :   ce   sont   les   décisions   prises   par   le   pape.   Au   4ème   siècle,   le   pape   répond   en  
effet  à  des  questions  posées  par  les  évêques,  réponses  qui  serviront  à  résoudre  le  problème  
ĞŶ ƋƵĞƐƚŝŽŶ͘ EŽƚŽŶƐ ƋƵ͛ŝů Ɛ͛ĂŐŝƚ ĚƵ même  système  que  celui  des  rescrits  en  droit  romain  :  un  
ƉĂƌƚŝĐƵůŝĞƌ ƉĞƵƚ ƉŽƐĞƌ ƵŶĞ ƋƵĞƐƚŝŽŶ ă ů͛ĞŵƉĞƌĞƵƌ͕ Ğƚ ůĂ ƌĠƉŽŶƐĞ ĚĞ ĐĞůƵŝ-­‐ci   vaudra   comme  
disposition   juridique.   Par   la   suite,   le   pape   prendra   des   actes   qui   auront   une   portée   plus  
générale.    
 
x Les  canons  des  Conciles  ͗ ĐĞ ƐŽŶƚ ůĞƐ ƌğŐůĞƐ ĠĚŝĐƚĠĞƐ ƉĂƌ ůĞƐ ĂƐƐĞŵďůĠĞƐ Ě͛ĠǀġƋƵĞƐ͘  
 
x La   ĚŽĐƚƌŝŶĞ ĚĞ ů͛ ŐůŝƐĞ  ͗ ĞůůĞ ĞƐƚ ĐŽŵƉŽƐĠĞ Ě͛ƵŶĞ ůŝƚƚĠƌĂƚƵƌĞ ;ũƵƌŝĚŝƋƵĞ entre   autresͿ ƋƵ͛ŽŶ
appelle  la  patristique.  La  patristique  rassemble  tous  les  textes  des  pères  de  ů͛ ŐůŝƐĞ͕ ĐΖĞƐƚ-­‐à-­‐
ĚŝƌĞ ůĞƐ ĂƵƚĞƵƌƐ ĐŚŽŝƐŝƐ ƉĂƌ ů͛ ŐůŝƐĞ ƐĞůŽŶ ĚŝĨĨĠƌĞŶƚƐ ĐƌŝƚğƌĞƐ ;ůĞƵƌ ƐĂŝŶƚĞƚĠ͕ ů͛ŽƌƚŚŽĚŽdžŝĞ ĚĞ
leur   pensée,   la   conformité   de   leur   pensée   au   dogme)   et   qui   forment   donc   la   «  pensée  
officielle  ͩ ĚĞ ů͛ ŐůŝƐĞ͘ >ĞƐ ƉğƌĞƐ ĚĞ ů͛ ŐůŝƐĞ  (par  exemple,  Saint  Augustin)  ont  vécu  entre  le  1er  
et   le   6ème   siècle.   On   trouve   souvent   des   règles   juridiques   dans   leurs   écrits,   ce   qui   nous  
intéresse  ici.    
 
 
 
2  
 

HDP  ʹ  &ŝŶ ĚĞ ů͛ ŶƚŝƋƵŝƚĠ  

b. Au  niveau  du  droit  public    
 
 
>͛ ŐůŝƐĞ Ğƚ ů͛ ƚĂƚ ŽŶƚ ĐŚĂĐƵŶ ďĞƐŽŝŶ ĚĞ ƌğŐůĞƐ ŝŶƚĞƌŶĞƐ ƉŽƵƌ ĨŽŶĐƚŝŽŶŶĞƌ͘ Ğs   règles   leur  
seront  spécifiques.  On  a  donc  bien  deux  droits  publics  différents.    
 

c. Au  niveau  du  droit  privé    
 
 
ƉĂƌƚŝƌ ĚĞ ůĂ ĨŝŶ ĚĞ ů͛ ntiquité,   on   a   vu   apparaître   la   distinction   entre   les   matières  
spirituelles,  dont  ů͛ ŐůŝƐĞ Ɛ͛ŽĐĐƵƉĞƌĂ͕ Ğƚ ůĞƐ ŵĂƚŝğƌĞƐ ƚemporelles,  dont  ů͛ ƚĂƚ Ɛ͛ŽĐĐƵƉĞƌĂ͘  
 
 
Ŷ ĞĨĨĞƚ͕ ůŽƌƐƋƵĞ ůĞ ĐŚƌŝƐƚŝĂŶŝƐŵĞ ĂƉƉĂƌĂŠƚ͕ ŝů ǀĂ ƌĠŐůĞƌ ƵŶĞ ƐĠƌŝĞ ĚĞ ŵĂƚŝğƌĞƐ ƋƵĞ ů͛ ŐůŝƐĞ ǀĂ
finalement  se  réserver.  Parmi  celles-­‐ci,  deux  matières  importantes  :  ce  qui  touche  au  mariage  et  ce  
qui   touche   à   la   filiation.   Ainsi,   ů͛ ŐůŝƐĞ ǀĂ ƌĠƉŽŶĚƌĞ ĂƵdž ƋƵĞƐƚŝŽŶƐ  :   Comment   former   le   mariage  ?  
ŽŵŵĞŶƚ ů͛ĂŶŶƵůĞƌ  ?  Elle  ne  permet  pas  le  divorce,  mais  bien  la  séparation  des  époux.  Elle  va  aussi  
répondre  à  la  question  :  Quand  un  enfant  est-­‐il  légitime  ?    
 
 
Ğ ƐŽŶ ĐƀƚĠ͕ ů͛ ƚĂƚ ǀĂ Ɛ͛ŽĐĐƵƉĞƌ ĚĞƐ ŵĂƚŝğƌĞƐ ƚĞŵƉŽƌĞůůĞƐ͘ /ů ĨĂƵƚ ƌĞŵĂƌƋƵĞƌ ƋƵ͛ŝů ĞdžŝƐƚĞ ƵŶĞ
hiérarchie   (plus   ou   moins   implicite)   entre   les   matières   spirituelles   et   les   matières   temporelles,   les  
ƉƌĞŵŝğƌĞƐ ů͛ĞŵƉŽƌƚĂŶƚ ƐƵƌ ůĞƐ ƐĞĐŽŶĚĞƐ͘ >͛ ƚĂƚ Ɛ͛ŽĐĐƵƉĞ ĚŽŶĐ ĞŶ ƋƵĞůƋƵĞ ƐŽƌƚe   des   compétences  
ƌĠƐŝĚƵĂŝƌĞƐ͕ ĚĠůĂŝƐƐĠĞƐ ƉĂƌ ů͛ ŐůŝƐĞ͘ WĂƌŵŝ ĐĞůůĞƐ-­‐ci,  la  question  des  patrimoines,  par  exemple.  Ainsi,  
ů͛ ŐůŝƐĞ Ɛ͛ŽĐĐƵƉĞƌĂ ĚƵ ŵĂƌŝĂŐĞ͕ Ğƚ ů͛ ƚĂƚ͕ ůƵŝ͕ Ɛ͛ŽĐĐƵƉĞƌĂ ĚĞƐ ĐŽŶƐĠƋƵĞŶĐĞƐ patrimoniales   de   ce  
mariage  (régimes  matrimoniaux).    
 
 
Nous   avons   hérité   de   ce   dualisme   au   niveau   du   droit   privé,   que   ce   soit   au   niveau   de   la  
structure  ou  du  contenu.  Ainsi,      
 
x Au  niveau  du  contenu,  on  voit  que  les  conditions  énoncées  par  le  Code  civil  pour  se  marier  
sont   issues   du   droit   canonique.   Précisons   ƚŽƵƚĞĨŽŝƐ ƋƵĞ ĐĞƐ ĐŽŶĚŝƚŝŽŶƐ ƐŽŶƚ ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ
neutres,  dénuées  de  toutes  dispositions  religieuses.  
 
x Au   niveau   de   la   structure,   on   voit   que   les   dispositions   concernant   le   mariage   se   trouvent  
dans  le  premier  livre  1er  du  Code  civil,  alors  que  celles  concernant  les  régimes  matrimoniaux  
se  trouvent  au  troisième  livre.  Ces  deux  matières  sont  pourtant  liées,  mais  on  les  a  séparées  
ĐĂƌ ŽŶ Ă ŐĂƌĚĠ ů͛ŝĚĠĞ ƋƵ͛ŝů Ɛ͛ĂŐŝƚ ĚĞ ŵĂƚŝğƌĞƐ ĚĞ ͨ  nature  »  différente.    
 
 

3  
 

HDP  ʹ  &ŝŶ ĚĞ ů͛ ŶƚŝƋƵŝƚĠ  

C. Quelles  forces  ƐĞ ĐĂĐŚĞŶƚ ĚĞƌƌŝğƌĞ ů͛ƵƚƌƵŵƋƵĞ ũus  ?    
 
 
>͛Ğmpereur  et  le  pape  sont  en  perpétuelle  compétition.  Il  a  Ě͛ĂŝůůĞƵƌƐ existé  plusieurs  crises,  
plusieurs  grandes  tensions  qui  témoignent  de  cette  concurrence.    
 
 
ƉƌĞŵŝğƌĞ ǀƵĞ͕ ŽŶ ƉŽƵƌƌĂŝƚ ĐƌŽŝƌĞ ƋƵĞ Đ͛ĞƐƚ ů͛ĞŵƉĞƌĞƵƌ ƋƵŝ Ă ƉĞƌŵŝƐ ĂƵ ĐŚƌŝƐƚŝĂŶŝƐŵĞ
Ě͛ĞdžŝƐƚĞƌ͘  DĂŝƐ͕ ĞŶ ƌĠĂůŝƚĠ͕ Đ͛ĞƐƚ ůĞ ĐŚƌŝƐƚŝĂŶŝƐŵĞ ƋƵŝ Ă ĂĐĐĞƉƚĠ ƵŶ ĂƵƚƌĞ ƉŽƵǀŽŝƌ ă ĐƀƚĠ ĚĞ ůƵŝ͘ ĞůĂ ĞƐƚ
ĐƵƌŝĞƵdž͕ ĐĂƌ ŐĠŶĠƌĂůĞŵĞŶƚ ůĞƐ ƌĞůŝŐŝŽŶƐ ǀĞƵůĞŶƚ ƌĠŐŝƌ ů͛ĞŶƚŝğƌĞƚĠ ĚĞƐ ƌĂƉƉŽƌƚƐ ŚƵŵĂŝŶƐ͘ KŶ ƉĞƵƚ ǀŽŝƌ
ƋƵĞ Đ͛ĞƐƚ ůĂ ƌĞůŝŐŝŽŶ ƋƵŝ Ă ƚŽůĠƌĠ ƵŶ ĂƵƚƌĞ ƉŽƵǀŽŝƌ ĚĂŶƐ ůa  Bible  :  
 
x Jésus  a  dit  :  «  MŽŶ ƌŽLJĂƵŵĞ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ĚĞ ĐĞ ŵŽŶĚĞ  ͩ͘ /ů Ă ƉƌŽŶŽŶĐĠ ĐĞƚƚĞ ƉŚƌĂƐĞ ĂůŽƌƐ ƋƵ͛ŽŶ
ů͛ĂĐĐƵƐĂŝƚ ĚĞ ǀŽƵůŽŝƌ ƉƌĞŶĚƌĞ ůĞ ƉŽƵǀŽŝƌ͘ WĂƌ ĐĞƚƚĞ ƉŚƌĂƐĞ͕ ŝů Ă ĚĠĐůĂƌĠ ƋƵĞ ƐŽŶ ŵĞƐƐĂŐĞ ƐĞ
trouvait  dans  une  autre  sphère  que  notre  monde,  et  a  donc  décůĂƌĠ ů͛ŝŶĚĠƉĞŶĚĂŶĐĞ ĚĞƐ ĚĞƵdž  
«  royaumes  »,  celui  de  Dieu  et  celui  des  hommes.    
 
x Jésus  a  également  dit  :  «  Rendez  à  César  ce  qui  appartient  à  César  ».  Par  cette  déclaration,  
:ĠƐƵƐ Ěŝƚ Ě͛ŽďĠŝƌ ĂƵ ƉŽƵǀŽŝƌ ƚĞŵƉŽƌĞů͕ ĚĞ ƉĂLJĞƌ ůĞƐ ŝŵƉƀƚƐ ĐĂƌ ŝů Ğdžiste   deux   ordres  
ĚŝĨĨĠƌĞŶƚƐ͘ EŽƚŽŶƐ ƋƵ͛en   prononçant   cette   phrase,   Jésus   prend   un   denier   pour   montrer   la  
ƚġƚĞ ĚĞ ĠƐĂƌ͘ /ů ŶĞ Ěŝƚ ƉĂƐ ƉĂƌ ůă ƋƵ͛ŝů ĨĂƵƚ ƌĞŶĚƌĞ ă ĠƐĂƌ ĞŶ ƉĞƌƐŽŶŶĞ ůĞƐ ŝŵƉƀƚƐ͕ ŵĂŝƐ ďŝĞŶ
au  système  politique  dans  son  ensemble.  On  trouve  ici  la  distinction  entre  le  corps  physique  
du  souverain  et  son  corps  politique.  
 
 
La   Bible   (en   tout   cas   les   évangiles)   a   été   écrite   plusieurs   siècles   avant   les   deux   édits.   Elle  
anticipe  donc  ces  édits,  elle  tolère  avant  eux  la  dualité.  Dès  lors,  Đ͛ĞƐƚ l͛ ŐůŝƐĞ ƋƵŝ ƚŽůğƌĞ ů͛ ƚat,  et  pas  
ů͛ŝŶǀĞƌƐĞ͘ Précisons  cependant  que  ů͛ ŐůŝƐĞ ƚŽůğƌĞ ƵŶ ƉŽƵǀŽŝƌ ƉŽůŝƚŝƋƵĞ Ğƚ ĚŽŶĐ ƵŶ ĚƌŽŝƚ ă ĐƀƚĠ Ě͛ĞůůĞ͕
ŵĂŝƐ ƉĂƐ Ŷ͛ŝŵƉŽƌƚĞ ůĞquel  :  elle  tolère  le  pouvoir  romain  et  partant,  le  droit  romain.    
 
 
Ce  droit  romaiŶ Ă ƚŽƵũŽƵƌƐ ƐƵƌǀĠĐƵ͕ ĚĞƉƵŝƐ ů͛ ŶƚŝƋƵŝƚĠ ũƵƐƋƵ͛ă ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ͘ ƚ ĐĞůĂ ĂůŽƌƐ ƋƵ͛ŝů
a   été   édicté   par   un   pouvoir   politique   qui,   lui,   a   disparu.   Comment   cela   se   fait-­‐il  ?   On   a   donné  
plusieurs  explications  à  cela  :    
 
x >͛ĞdžƉůŝĐĂƚŝŽŶ ĐůĂƐƐŝƋƵĞ Ă ĠƚĠ ĂǀĂŶĐĠĞ ƉĂƌ ůĞƐ ƌŽŵĂŶŝƐƚĞƐ ĨƌĂŶĕĂŝƐ ĂƵ ϭϳème  siècle,  et  ce  suite  à  
ƵŶ ĚĠďĂƚ ĂǀĞĐ ůĞƐ ƌŽŵĂŶŝƐƚĞƐ ĂůůĞŵĂŶĚƐ͘ ů͛ĠƉŽƋƵĞ͕ ĐĞƵdž-­‐Đŝ ƉƌĠƚĞŶĚĂŝĞŶƚ ƋƵĞ ů͛ĞŵƉĞƌĞƵƌ
allemand   était   le   continuateur   des   empereurs   romains,   et   que   donc   tous   les   pays   qui  
utilisaient  le  droit  romain  à  cette  époque  étaient  sous  son  pŽƵǀŽŝƌ͕ ƉƵŝƐƋƵ͛ŝů ĠƚĂŝƚ ůƵŝ-­‐même  
le   continuateur   du   pouvoir   politique   qui   avait   édicté   ce   droit.   Les   romanistes   français  
refusaient  évidemment   cette  théorie.  Les   allemands  disaient   «  Ratione  imperii  »  (en  raison  
ĚĞ ů͛ĞŵƉŝƌĞ),  donc  que  le  droit  romain  était  ĞŶ ǀŝŐƵĞƵƌ ĞŶ ǀĞƌƚƵ ĚĞ ů͛ĞŵƉĞƌĞƵƌ͘ >ĞƐ ĨƌĂŶĕĂŝƐ
vont   alors   répondre   «  Non   ratione   imperii   sed   imperio   rationis  (ŶŽŶ ĞŶ ƌĂŝƐŽŶ ĚĞ ů͛ĞŵƉŝƌĞ͕
ŵĂŝƐ ƉĂƌ ů͛ĞŵƉŝƌĞ ĚĞ ůĂ ƌĂŝƐŽŶ).  Ceci  veut   dire  que,  selon  les   français,  le  droit   romain  était  
toujours  en  vigueur  nŽŶ ƉĂƐ ƉĂƌĐĞ ƋƵĞ ů͛ĞŵƉĞƌĞƵƌ ĂůůĞŵĂŶĚ ůĞ ǀŽƵůĂŝƚ͕ ŵĂŝƐ ďŝĞŶ ƉĂƌĐĞ ƋƵ͛ŝů
est  tout  à  fait  rationnel,  et  donc  universel.  Par  sa  rationalité,  le  droit  romain  est  applicable  à  
tous,  indépendamment  du  pouvoir  en  place,  ce  qui  explique  sa  permanence  dans  le  temps.  
DĂŝƐ ŽŶ ƐĂŝƚ ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ ƋƵĞ ůĞ ĚƌŽŝƚ͕ ƋƵĞů ƋƵ͛ŝů ƐŽŝƚ͕ ŶĞ ǀĂƵƚ ũĂŵĂŝƐ ƉŽƵƌ ƚŽƵƐ͕ ƋƵ͛ƵŶ ĚƌŽŝƚ
universel  est  impossible.    
 
x Une  autre  explication,  antérieure  au  17 ème  siècle,  au  pourquoi  le  droit  romain  a-­‐t-­‐il  subsisté  
est  donnée  par  les  glossateurs.  Ils  vont  poser  une  question  philosophique  et  vont  trouver  un  
fondement   théologique   pour   justifier   la   redécouverte   du   droit.   Les   glossateurs   ont  
redécouvert   le   digeste   de   Justinien   et   ils   le   travaillent.   Mais   ils   doivent   répondre   à   la  
question  du  pourquoi  ils  le  travaillent,  sur  quelle  légitimité  fondent-­‐ils  leur  travail  ?  Ils  vont  
4  
 

HDP  ʹ  &ŝŶ ĚĞ ů͛ ŶƚŝƋƵŝƚĠ  
trouver  une  réponse  théologique  à  cette  question  :  par  ĐĞ ƋƵ͛ŝů Ă Ěŝƚ ;ǀŽŝƌ ci-­‐dessus),  Jésus  a  
accepté,  a  validé  le  droit  romain,  et  pas  un  autre  droit.  Un  autre  argument  est  que  Jésus  est  
ŶĠ ă ĞƚŚůĠĞŵ ƉĂƌĐĞ ƋƵĞ ƐŽŶ ƉğƌĞ :ŽƐĞƉŚ ĚĞǀĂŝƚ ƐĞ ƌĞŶĚƌĞ ă ů͛ĞŶĚƌŽŝƚ ĚĞ ƐĂ ŶĂŝƐƐĂŶĐĞ ƉŽƵƌ
participer  au  recensement  organisé  par  les  Romains.  Ainsi,  le  lieu  de  naissance  de  Jésus  est  
du   au   droit   romain  :   par   là,   selon   les   glossateurs,   Dieu   a   montré   qƵ͛ŝů ĂĐĐĞƉƚĂŝƚ ůĞ ĚƌŽŝƚ
romain.  
 
 

 

5  
 

HDP  ʹ  &ŝŶ ĚĞ ů͛ ŶƚŝƋƵŝƚĠ  

D. ComƉĂƌĂŝƐŽŶ ĂǀĞĐ Ě͛ĂƵƚƌĞƐ ƐLJƐƚğŵĞƐ  et  en  particulier  avec  la  culture  musulmane    
 
 
>͛utrumque   jus   est   unique͘ ͛ĞƐƚ ĐĞ ƋƵŝ ĐĂƌĂĐƚĠƌŝƐĞ ŶŽƚƌĞ ŵŽĚĞ ĚĞ ƉĞŶƐĠĞ ũƵƌŝĚŝƋƵĞ
ĞƵƌŽƉĠĞŶ͘ ŽŵŵĞ ŽŶ ů͛Ă Ěŝƚ͕ ůŽƌƐƋƵ͛ƵŶĞ ƌĞůŝŐŝŽŶ ŶĂŠƚ,  elle  a  en  général  vocation  à  produire  du  droit  
ƋƵŝ Ɛ͛ĂƉƉůŝƋƵĞ ă ƚŽƵƚĞ ůĂ ƐŽĐŝĠƚĠ,  ce  qui  est  le  cas  de  l͛ŚŝŶĚŽƵŝƐŵĞ  ou  encore,  le  confucianisme.    
 
 
Ce   dernier   à   proprement   parler   Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ƵŶĞ ƌĞůŝŐŝŽŶ ŵĂŝƐ ŝů ĐŽŶƐƚŝƚƵĞ ŶĠĂŶŵŽŝŶƐ ƵŶ
ensemble   de   règles   apƉůŝĐĂďůĞ ă ƚŽƵƐ ůĞƐ ƌĂƉƉŽƌƚƐ ŚƵŵĂŝŶƐ͘ >Ğ ĐŽŶĨƵĐŝĂŶŝƐŵĞ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ĚĂŶƐ ƵŶĞ
ŽƉƚŝƋƵĞ ĚĞ ũƵƐƚŝĐĞ͕ ŵĂŝƐ ƉůƵƚƀƚ Ě͛ŚĂƌŵŽŶŝĞ͕ Ě͛ĠƋƵŝůŝďƌĞ͘ ͛ĞƐƚ ƉŽƵƌƋƵŽŝ ůĞƐ ũƵƌŝĚŝĐƚŝŽŶƐ ĐŚŝŶŽŝƐĞƐ ŶĞ
Ɛ͛ŽĐĐƵƉĞnt  quasiment  que  du  pénal,  et  pas  du  civil.  Dans  ces  deux  sociétés,  on  n͛Ă ƉĂƐ ƵŶ ƚĞƌŵĞ ƋƵŝ
signifie   «  droit  »,   mais   un   terme   qui   recouvre   à   la   fois   le   droit   et   la   morale,   les   croyances.   Les  
religieux  y  sont  aussi  juristes͘ /ů Ŷ͛ĞdžŝƐƚĞ ĚŽŶĐ ƉĂƐ ĚĞƵdž ĐŽƌƉƐ ĚĞ ƌğŐůĞƐ͕ ŵĂŝƐ ƵŶ ƐĞƵů͘  
 
 
Enfin,   il   y   a   l͛/ƐůĂŵ qui   est   né   au   début   du   7ème   siècle,   par   un   message   fondateur   reçu   par  
Mahomet   de   Dieu.  Il  écrit  ce   message  dans  les   sourates,  qui  forment   le   Coran.  A  cette  époque,   la  
région   est   éclatée   en   de   nombreuses   petites   tribus   guerrières   qui   veulent   conquérir   les   autres.  
Mahomet  va  prenĚƌĞ ůĂ ƚġƚĞ ĚĞ ů͛ƵŶĞ Ě͛ĞůůĞƐ͕ ĚĞǀĞŶĂŶƚ ĂŝŶƐŝ ƵŶ ĐŚĞĨ ă ůĂ ĨŽŝƐ ƉŽůŝƚŝƋƵĞ Ğƚ ƌĞůŝŐŝĞƵdž͘
ŝŶƐŝ͕ ĚğƐ ƐĂ ŶĂŝƐƐĂŶĐĞ͕ ů͛/ƐůĂŵ ŶĞ ĚŝƐƚŝŶŐƵĞ ƉĂƐ ůĞ  politique  du  religieux.  
 
/ů Ŷ͛ĞdžŝƐƚĞ ĚŽŶĐ ƉĂƐ ĚĞ ĚƵĂůŝƚĠ͘ ZĞƉƌĞŶŽŶƐ ůĞƐ ƚƌŽŝƐ ŶŝǀĞĂƵdž ǀƵƐ ƉůƵƐ ŚĂƵƚ  :    
 
x Au  niveau  du  droit  public  :  quand  Mahomet  meurt,  on  se  demande  qui  va  lui  succéder,  qui  
va   gouverner   et   interpréter   le   Coran.   Son   successeur   sera   donc   bien   un   chef   politique   et  
religieux.  Les  luttes  pour  sa  succession  vont  créer  deux  grands  courants  :  les  sunnites  (90%)  
et  les  chiites  (10%).  Les  successeurs  de  Mahomet  sont  appelés  les  califes.    
 
x Au  niveau  du   droit   privé  :  le  droit  de   la  famille,   par  exemple,  est  réglé   par  le  Coran  et  son  
interprétation.  On  y  retrouve   les  mêmes   subdivisions  que   chez  nous  (bien,   personne,   etc.)  
mais,  en  plus  de   ces  matières,   on  retrouve  des   règles  concernant   les   prières,   ou  encore   le  
pèlerinage.  Ceci  est  normal  pour  les  musulmans  :  toutes  les  règles  énoncées  sont  issues  de  
Dieu,  alors  pourquoi  les  distinguer  ?    
 
x Au  niveau  des   sources  du  droit  :  le  calife  légifère   très  peu.  Le   droit  musulman  est  contenu  
ĚĂŶƐ ůĞ ŽƌĂŶ Ğƚ ƐĞƐ ŝŶƚĞƌƉƌĠƚĂƚŝŽŶƐ͕ ĐĞ ƋƵ͛ŽŶ ĂƉƉĞůůĞ ůĞ fiqh.  On  ne  peut  pas  traduire  ce  mot  
par  «  droit  »,  cela  ne  serait  pas  juste  car  le  fiqh  contient  des  dispositions  religieuses.  On  peut  
donc  plutôt  le  définir  comme  un  savoir  doctrinal,  élaboré  par  les  écoles.  Puisque  le  Coran  est  
ůĞ ŵĞƐƐĂŐĞ ĚĞ ŝĞƵ͕ ůĞ ĚƌŽŝƚ ŵƵƐƵůŵĂŶ Ŷ͛ĂĐĐĞƉƚĞ ƉĂƐ ů͛ŝŶĨůƵĞŶĐĞ ĞdžƚĠƌŝĞƵƌĞ Ě͛un  autre  droit.  
Mais,  curieusement,  les  musulmans  trouvent  plus  ou  moins  les  mêmes  réponses  que  nous  
aux  problèmes  de  droit.    
 
 

6  
 

HDP  ʹ  &ŝŶ ĚĞ ů͛ ŶƚŝƋƵŝƚĠ  

II.

Tableau  des  sources  du  droit  à  la  fin  de  l'Antiquité  et  à  l'aube  
du  Moyen  Âge    

 
 
EŽƵƐ ĂůůŽŶƐ ŵĂŝŶƚĞŶĂŶƚ ǀŽŝƌ ƵŶĞ ĐůĂƐƐŝĨŝĐĂƚŝŽŶ ĚĞƐ ƚƌŽŝƐ ƚLJƉĞƐ ĚĞ ĚƌŽŝƚ ƋƵŝ Ɛ͛ĂƌƚŝĐƵůĞŶƚ ĐŚĞnj
ŶŽƵƐ ĚĞƉƵŝƐ ů͛ĂŶƚŝƋƵŝƚĠ ũƵƐƋƵ͛ĞŶ ϭϴϬϰ͘ ĞƐ ƚƌŽŝƐ ƐŽƌƚĞƐ ĚĞ ĚƌŽŝƚ ƐŽŶƚ ĚŽŶĐ ůĞƐ ƐƵŝǀĂŶƚĞƐ  :    
 
1) Le   droit   canonique  ͗ ŝů ĞƐƚ ƉĞƵ ĚĠǀĞůŽƉƉĠ ĚƵƌĂŶƚ ů͛ĂŶƚŝƋƵŝƚĠ͕ ƉƵŝƐ ƐĞ   développe   de   plus   en  
plus.   Les   trois   sources   du   droit   humain   (voir   plus   haut)   vont   se   développer   et   prendre  
ĐŚĂĐƵŶĞ ĚĞ ů͛ĂŵƉůĞƵƌ͘ >ĞƐ ϭϮème   et   13ème   sŝğĐůĞƐ ĐŽƌƌĞƐƉŽŶĚĞŶƚ ă ů͛ąŐĞ Ě͛Žr   du   droit  
canonique.    En  1804,  nous  allons  laïciser  notre  droit  (cette  laïcisation  commence  en  réalité  
en   1789,  mais   la   période   de   1789   à  1804   est   une   période   floue)   et   rappelons   que   le   droit  
ĐĂŶŽŶŝƋƵĞ ŶĞ Ɛ͛ĂƉƉůŝƋƵĞ ĚŽŶĐ ƋƵ͛ĂƵdž ƉĞƌƐŽŶŶĞƐ ƋƵŝ ůĞ ĚĠĐŝĚĞŶƚ͘  
 
2) Le  droit  romain  :  iů ĨŽŶĐƚŝŽŶŶĞ ďŝĞŶ ă ůĂ ĨŝŶ ĚĞ ů͛ĂŶƚŝƋƵŝƚĠ͘ /ů ĚŝƐƉĂƌaît  quasiment  vers  les  5ème  
et  6ème  siècles,  pour  ne  revenir  que  vers  le  11ème,  12ème  siècle.    
 
3) La  coutume  :  elle  apparaît  aux  12ème  et  13ème  siècles,  avant  on  en  parle  peu.    
 
Comment  classer  ces  trois  composantes  de  notre  culture  juridique  ?    
 
a) Distinction  entre  droit  savant  et  droit  populaire  :  
 
 
LĞ ĚƌŽŝƚ ƐĂǀĂŶƚ ƌĞƉŽƐĞ ƐƵƌ ƵŶ ĐŽƌƉƵƐ ĠĐƌŝƚ͘ /ů ƉĞƵƚ ġƚƌĞ ĠƚƵĚŝĠ ă ů͛ƵŶŝǀĞƌƐŝƚĠ Ğƚ ĞƐƚ ĠĐƌŝƚ ĞŶ
ůĂƚŝŶ͘ /ů Ɛ͛ĂŐŝƚ ĚƵ ĚƌŽŝƚ ĐĂŶŽŶŝƋƵĞ Ğƚ ĚƵ ĚƌŽŝƚ ƌŽŵĂŝŶ͘ ů͛ŝŶǀĞƌƐĞ͕ ůe  droit  populaire  vient  «  du  peuple  »  
(voir  plus  haut),  il  se  forme  petit  à  ƉĞƚŝƚ͘ /ů Ɛ͛ĂŐŝƚ ĚĞ ůĂ ĐŽƵƚƵŵĞ͘  
   
b) Distinction   entre   les   matières   spirituelles   (le   droit   canonique)   et   les   matières  
temporelles  (le  droit  romain  et  la  coutume)  
 
 
Cette   configuration   apparait   au   13ème   siècle,   mais   ce   scénario   est   déjà   écrit   avant   cela.  
Pourquoi  apparait-­‐elle  si  tard  ?  Pourquoi  y  a-­‐t-­‐il  une  coupure  entre  le  moment  où  le  droit  romain  est  
le  plus  fort  et  le  moment  où  les  trois  composantes  apparaissent  ?  Deux  facteurs  expliquent  cela  :  un  
ĨĂĐƚĞƵƌ Ě͛ŽƌĚƌĞ ŝŶƚĞůůĞĐƚƵĞů Ğƚ ƵŶ ĨĂĐƚĞƵƌ Ě͛ŽƌĚƌĞ ƉƌŽĐĞƐƐƵĞů͘  
 
 
>Ğ ĨĂĐƚĞƵƌ Ě͛ŽƌĚƌĞ ŝŶƚĞůůĞĐƚƵĞů  :   il   y   a   eu   une   régression   du   droit   romain   car   il   existait  
ďĞĂƵĐŽƵƉ Ě͛ŝůůĞƚƚƌĠƐ ĐŚĞnj ůĞƐ ĨƌĂŶĐƐ͕ ƋƵŝ ŽŶƚ ƐƵĐĐĠĚĠ ĂƵdž ƌŽŵĂŝŶƐ͘ >ĞƐ ĐŚĞĨƐ ĨƌĂŶĐƐ ĠƚĂŝĞŶƚ ĚĞƐ
guerriers,  pas  des  savants.  Seuls  ůĞƐ ŵĞŵďƌĞƐ ĚĞ ů͛ ŐůŝƐĞ ƐĂǀĞŶƚ ůŝƌĞ͕ Ğƚ ůĞ ƌĞƐƚĞ ĚĞ ůĂ ƐŽĐŝĠƚĠ ĞƐƚ ĞŶ
recul.  A  cette  époque,  le  centre  culturel  se  déplace  en  Orient,  où  les  Byzantins  se  développent.  Le  
droit  souffrira  de  cette  situation.    
 
 
>Ğ ĨĂĐƚĞƵƌ Ě͛ŽƌĚƌĞ ƉƌŽĐĞƐƐƵĞů  :  la  régression  du  droit  est  aussi  due  à  la  procédure  judiciaire  
utilisée   par   les   francs,   qu͛ils   appellent   «  procédure   archaïque  »   (à   ne   pas   confondre   avec   la  
ƉƌŽĐĠĚƵƌĞ ĂƌĐŚĂŢƋƵĞ ĚĞƐ ZŽŵĂŝŶƐͿ͘ ĞƚƚĞ ƉƌŽĐĠĚƵƌĞ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ƌĂƚŝŽŶŶĞůůĞ͕ ĂƵ ĐŽŶƚƌĂŝƌĞ ĚĞ ĐĞůůĞ
utilisée  par  les  Romains.  Le  droit  en  souffrira  également.    
 
 
Cette  coupure  dont  a  parlé  correspond  donc  à  une  période  de  régression  du  droit.    
 

7  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  

Le  haut  Moyen  Age  
 
 
 
/ů Ɛ͛ĂŐŝƚ Ě͛ƵŶĞ ĠƉŽƋƵĞ ĐŚĂƌŶŝğƌĞ͕ Đ͛ĞƐƚ ůĂ ĨŝŶ ĚĞ ů͛ĞŵƉŝƌĞ ƌŽŵĂŝŶ Ğƚ ůĞ ĚĠďƵƚ ĚĞƐ ƚĞŵƉƐ
ďĂƌďĂƌĞƐ ;ƉĠƌŝŽĚĞ ĨƌĂŶƋƵĞͿ͘ ĞƚƚĞ ĞƚŚŶŝĞ ǀĂ Ɛ͛ĂĨĨŝƌŵĞƌ Ğƚ ĚĞǀŝĞŶƚ ƉƌŽŐƌĞƐƐŝǀĞŵĞŶƚ ĚŽŵŝŶĂŶƚĞ͘  
Il  y  a  trois  périodes  qui  constituent  le  Moyen  Age  :    
 
ͻ Le  haut  Moyen  Age  :     CĞ ƐŽŶƚ ůĞƐ ƚĞŵƉƐ ƋƵŝ ƐƵĐĐğĚĞŶƚ ŝŵŵĠĚŝĂƚĞŵĞŶƚ ă ůĂ ĨŝŶ ĚĞ ů͛ĞŵƉŝƌĞ
 
 
 
ƌŽŵĂŝŶ Ğƚ Ɛ͛ĂĐŚğǀĞ ă ů͛ĂŶ ϭϬϬϬ  
ͻ Le  moyen  Age  central  :    11  et  12ème  siècles  
ͻ Le  bas  Moyen  Age  :     C͛ĞƐƚ ĐĞůƵŝ ƋƵŝ ĞƐƚ ůĞ ƉůƵƐ ƉƌğƐ ĚĞ ŶŽƵƐ͕ Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐dire  du  13ème  siècle  au  
 
 
 
15ème  siècle    
 
 

I.

Les  structures  économiques,  sociales  et  politiques  

1. Installation   des   peuples   germaniques   en   Europe,   un   système   de   production  
agricole  sur  les  bases  de  la  villa  romaine    
 
 
La  société  germanique  est  une  société  qui  repose  sur  des  structures  économiques  et  sociales  
et   qui   se   caractérisent   (au   départ)   par   une   régression   du   phénomène   urbain   (Rome   ou   Grèce).   A  
ƉĂƌƚŝƌ ĚĞƐ ƚĞŵƉƐ ďĂƌďĂƌĞƐ͕ ůĂ ǀŝůůĞ ĐŽŶƚŝŶƵĞ Ě͛ĞdžŝƐƚĞƌ ŵĂŝƐ ƵŶ ƉĞƵ ĚĞ ŵĂŶŝğƌĞ ĨĂŶƚŽŵĂƚŝƋƵĞ͘ ůůĞ
Ŷ͛ĞdžŝƐƚĞ ƉůƵƐ ƋƵĞ ĐŽŵŵĞ ƵŶ ůŝĞu  de  pouvoir  plus  ou  moins  fortifié.  La  vie  sociale  se  passe  désormais  
ă ůĂ ĐĂŵƉĂŐŶĞ Ğƚ Ɛ͛LJ ŵĞƚ ĞŶ ƉůĂĐĞ ƵŶ ƐLJƐƚğŵĞ ƋƵŝ ǀĂ ĚƵƌĞƌ ũƵƐƋƵ͛ă ůĂ ƌĠǀŽůƵƚŝŽŶ ĨƌĂŶĕĂŝƐĞ  :   la  
ƐĞŝŐŶĞƵƌŝĞ͘ ͛ĞƐƚ ƵŶĞ ĐŚŽƐĞ ƋƵĞ ů͛ŽŶ ƉĞƵƚ ƐĞ ƌĞƉƌĠƐĞŶƚĞƌ ĐŽŵŵĞ ƵŶĞ ĚĠĐŽŵƉŽƐŝƚŝŽŶ ĚĞ ĐĞƚƚĞ unité  
Ě͛ĞdžƉůŽŝƚĂƚŝŽŶ ƋƵĞ ůĞƐ ƌŽŵĂŝŶƐ ĂǀĂŝĞŶƚ ĐƌĠĠ͘ ĞƚƚĞ ƵŶŝƚĠ Ě͛ĞdžƉůŽŝƚĂƚŝŽŶ ƋƵ͛ŽŶ ĂƉƉĞůůĞ ůĂ ǀŝůůĂ͘  
 
 
Une   villa   romaine   était,   selon   certains   historiens,   une   espèce   de   camp   de   concentration,  
Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐dire  que  dans  la  villa  romaine  il  y  a  une  seule  personne  qui  est  citoyen  romain,  on  parle  de  
dominus.  Il  est  le  seul  homme  libre  avec  sa  femme  et  ses  enfants  et  sous  ses  ordres  travaillent  une  
ĂƌŵĠĞ Ě͛ĞƐĐůĂǀĞƐ ĚŽŶƚ ĐĞƌƚĂŝŶƐ ƐƵƌǀĞŝůůĞŶƚ ůĞƐ ĂƵƚƌĞƐ͘ ĞƚƚĞ ĂƌŵĠĞ Ě͛ĞƐĐůĂǀĞƐ ĐƵůƚŝǀĞ ůĂ ƚĞƌƌĞ ĂƵ ƉƌŽĨŝƚ
du  dominus  lequel  est  lui-­‐même  en  général  un  ancien  soldat  romain.  Il  verse  un  impôt  à  ce  qui  reste  
ĚĞ ů͛ ƚĂƚ ƌŽŵĂŝŶ͘ ĞƚƚĞ ǀŝůůĂ ƌŽŵĂŝŶĞ ƐĞ ĚĠĐŽŵƉŽƐĞ ĚğƐ ůĂ ĨŝŶ ĚĞ ů͛ĞŵƉŝƌĞ ƌŽŵĂŝŶ͘ >͛ĞƐĐůĂǀĂŐĞ
(servuus)   tend   à   changer   de   statut.   Notons   que   servuus   va   donner   serf   en   français.   Le   serf   est  
ƋƵĞůƋƵ͛ƵŶ ƋƵŝ ĞƐƚ ƵŶĞ ĞƐƉğĐĞ Ě͛ĞƐĐůĂǀĞ ŵĂŝƐ ŝů Ŷ͛ĞƐƚ ƉůƵƐ ůŝĠ ϮϰŚͬϮϰ ĂǀĞĐ ƐŽŶ ŵĂŠƚƌĞ ;ƚŽƵũŽƵƌƐ
servile).  Il  commence  à  avoir  une  vie  privée.  Les  mots  servuus  et  dominus  changent  de  sens.  On  parle  
maintenant  de  seigneur  et  non  plus  de  propriétaire.    
 
 
͛ĂŝůůĞƵƌƐ ůĞƐ ƐĞƌĨƐ ŶĞ ĐŽŶƐƚŝƚƵĞŶƚ ƉůƵƐ ĚğƐ ĐĞƚƚĞ ĠƉŽƋƵĞ ůă ůĂ ƚŽƚĂůŝƚĠ ĚĞ ůĂ ƉŽƉƵůĂƚŝŽŶ ĐĂƌ ă ůĂ
ĨŝŶ ĚĞ ů͛ĞŵƉŝƌĞ ƌŽŵĂŝŶ ƐŽŶƚ ĂƉƉĂƌƵƐ ĚĞƐ ĐŽůŽŵďƐ.  Notons  que  «  serf  »  ne  veut  pas  dire  «  paysan  ».  
:ƵƐƋƵ͛ĞŶ ϭϳϴϵ͕ ůĞ ƐĞƌĨ ĐĞ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ůĞ ƉĂLJƐĂŶ ĚƵ Moyen  AŐĞ͕ Đ͛ĞƐƚ ůĂ ĐŽŶĚŝƚŝŽŶ ĚĞ ƉĂLJƐĂŶŶĞ ůĂ ƉůƵƐ
ĚĠĨĂǀŽƌĂďůĞ ƋƵŝ ĞdžŝƐƚĞ ĚĂŶƐ ĐĞƚƚĞ ƐŽĐŝĠƚĠ ŵĂŝƐ Ě͛ƵŶĞ ƉĂƌƚ ĐĂ ƐŝŐŶŝĨŝĞ ƋƵ͛ŝů LJ ĞŶ Ă Ě͛ĂƵƚƌĞƐ ƋƵŝ ŶĞ ƐŽŶƚ
pas  sous  la  condition  servile.  Le  serf  lui-­‐ŵġŵĞ Ŷ͛ĞƐƚ ƉůƵƐ ƵŶ ĞƐĐůĂǀĞ͘  
 
 

2. Le  village  :  la  réserve  et  le  manse;  le  seigneur  (dominus),  les  paysans  dépendants  et  
les  serfs  (servi)  
 
 
En   réalité,   cette   seigneurie   est   une   organisation   où   la   condition   des   personnes   importe  
moins  que  la  condition  des  terres  (réserve  seigneuriale)͘ ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐dire  que  le  seigneur,  dominus,  a  en  
ƉƌŽƉƌĞ ůĂ ƉůƵƐ ŐƌĂŶĚĞ ƉĂƌƚŝĞ ĚĞƐ ƚĞƌƌĞƐ ĚĞ ĐĞ ƋƵ͛ŽŶ ĐŽŵŵĞŶĐĞ ă ĂƉƉĞůĞƌ ůĞ ǀŝůůĂŐĞ ;ǀŝĞŶƚ ĚĞ ǀŝůůĂ  :  
1  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
mots  changent  de  sens).    
 
 
Les  paysans  qui  ĚĠƉĞŶĚĂŶƚ ĚĞ ůĂ ƐĞŝŐŶĞƵƌŝĞ ǀŽŶƚ ŽĐĐƵƉĞƌ ĐĞ ƋƵ͛ŽŶ ĂƉƉĞůůĞ ĚĞƐ ŵĂŶƐĞƐ  (unité  
ĚĞ ƐƵƉĞƌĨŝĐŝĞ ĂŐƌĂŝƌĞ ĐĂůĐƵůĠĞ ĚĞ ŵĂŶŝğƌĞ ƚĞůůĞ ƋƵ͛ĞůůĞ ĐŽƌƌĞƐƉŽŶĚĞ ă ůĂ ĐĂƉĂĐŝƚĠ ĚĞ   ƚƌĂǀĂŝů Ě͛ƵŶĞ
famille   et   de   ses   besoins   de   consommation).   Par   famille,   il   faut   comprendre   ĐĞ ƋƵ͛ŽŶ entend  
ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ ;ĐŽƵƉůĞ Ğƚ ĞŶĨĂŶƚƐͿ͘  
 
 
Le  système  fonctionne  ƐƵƌ ů͛ĞƐƐĞŶƚŝĞů ƐƵƌ ů͛ĂƵƚŽĐŽŶƐŽŵŵĂƚŝŽŶ͘ Cependant,  on  produit  quand  
ŵġŵĞ ƵŶ ƉĞƵ ƉůƵƐ ƋƵĞ ĐĞ ƋƵ͛ŽŶ consomme.   Chaque   tenure   est   liée   à   la   seigneurie   par   une  
obligation  réelle  (assise  sur  la  terre),  qui  peut  être  une  obligation  de  service  (corvée)  et/ou  de  verser  
des  denrées  au  seigneur,  donc  la  seigneurie  se  nourrit  de  cette  obligation  de  service.  La  seigneurie  
ƌƵƌĂůĞ ĞƐƚ ůĞ ƐLJƐƚğŵĞ ƐƵƌ ůĞƋƵĞů ǀĂ ĨŽŶĐƚŝŽŶŶĞƌ ů͛ĠĐŽŶŽŵŝĞ ĚĞƐ ĐĂŵƉĂŐŶĞƐ ƉĞŶĚĂŶƚ ĚĞƐ ƐŝğĐůĞƐ͘  
 
 

3. Le  régime  domanial  classique  et  formes  non  classiques  du  régime  domanial  
 
 
Il   y   à   côté   du   régime   classique,   des   régimes   non-­‐classiques   mais   ils   sont   très   difficiles   à  
ĐĞƌŶĞƌ ĐĂƌ ŶŽƵƐ Ŷ͛ĂǀŽŶƐ ƉƌĞƐƋƵĞ ƉĂƐ ĚĞ ĚŽĐƵŵĞŶƚĂƚŝŽŶ ĠĐƌŝƚĞ͘ >ĞƐ seigneuries  que  nous  connaissons  
le   mieux   sont   les   seigneuries   ecclésiastiques͘ ů͛ĞdžƚĠƌŝĞƵƌ͕ ŝů ĞdžŝƐƚĂŝƚ ƐƸƌĞŵĞŶƚ ĚĞƐ ƌĂƉƉŽƌƚƐ ĚĞ
dépendance   qui   étaient   plus   larges.   Il   y   a   même   eu   cĞ ƋƵ͛ŽŶ ĂƉƉĞůůĞ ĚĞƐ ĂůůĞƵdž ;ƚĞƌŵĞ Ě͛ŽƌŝŐŝŶĞ
ŐĞƌŵĂŶŝƋƵĞͿ͕ Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐ĚŝƌĞ ĚĞƐ ƚĞƌƌĞƐ ĐŽŵƉůğƚĞŵĞŶƚ ůŝďƌĞƐ ĚŽŶĐ ƋƵŝ Ŷ͛ŽŶt   pas   de   seigneurs.   Il   est  
ŚĂƵƚĞŵĞŶƚ ǀƌĂŝƐĞŵďůĂďůĞ ƋƵ͛ŝů Ăŝƚ ƐƵďƐŝƐƚĠ ƵŶĞ ƉƌŽƉƌŝĠƚĠ ƉĂLJƐĂŶŶĞ ĚŽŶƚ ůĞ ƐƚĂƚƵƚ ĠǀŽƋƵĞ ůĂ
propriété  romaine  ou  actuelle  (544  Code  civil).  Cette  propriété  libre  a  existé  pour  sûr  au  Moyen  Age  
mais   on   ne   sait   pas   dans   quelle   proportion.   >͛ŽƌŐĂŶŝƐĂƚŝŽŶ ƉƌŝŶĐŝƉĂůĞ ƌĞƐƚĞ ĠǀŝĚĞŵŵĞŶƚ
ů͛organisation  en  seigneuries.    
 
 
Incontestablement   il   y   a   des   échanges   mais   ceux-­‐ci   sont   dans   une   faible   proportion,   le  
ƉƌŝŶĐŝƉĞ Đ͛ĞƐƚ ů͛ĂƵƚŽĐŽŶƐŽŵŵĂƚŝŽŶ Ğƚ ůĞ ƉƌĠůğǀĞŵĞŶƚ ƐĞŝŐŶĞƵƌŝĂůĞ͘ Une   grande   différence   entre   le  
haut   Moyen   AŐĞ Ğƚ ůĞ ĐĞŶƚƌĂů ĞƐƚ ƋƵ͛ŝů Ŷ͛LJ Ă ƉĂƐ ĚĞ ĐŽŵƉůĠŵĞŶƚĂƌŝƚĠ ĚƵ ƚƌĂǀĂŝů ĞŶƚƌĞ ǀŝůůĞƐ Ğƚ
campagne  ou  entre  telles  régions  et  telles  autres.    
 
 

4. L'organisation   politique   :   le   populus   francus   (extensions   successives   du   monde  
franc,  Clovis  soumet  les  royaumes  barbares  concurrents;  l'adjectif  "franc"  passe  de  
la  désignation  d'une  ethnie  à  celle  de  la  liberté)  
 
 
^Ƶƌ ĐĞƚƚĞ ƐƚƌƵĐƚƵƌĞ ĠĐŽŶŽŵŝƋƵĞ ƋƵŝ ƐĞ ĨŽƌŵĞ ƐƵƌ ůĂ ĚĠĐŽŵƉŽƐŝƚŝŽŶ ĚĞ ů͛ĠƉŽƋƵĞ ƌŽŵĂŝŶĞ se  
met  en  place  un  système  politique  ƋƵŝ ĞƐƚ ĐŽŵƉůğƚĞŵĞŶƚ ĚŝĨĨĠƌĞŶƚ ĚƵ ƐLJƐƚğŵĞ ƌŽŵĂŝŶ ƉĂƌĐĞ ƋƵ͛ŝů ĞƐƚ
ĨŽŶĚĠ ƐƵƌ ƵŶĞ ŝĚĠĞ ƋƵŝ Ɛ͛ĞdžƉƌŝŵĞ ĂǀĞĐ ƵŶ ƚĞƌŵĞ ůĂƚŝŶ ;ŽŶ ĠĐƌŝƚ ƚŽƵũŽƵƌƐ ƋƵĞ ůĞ ůĂƚŝŶ͕ ŽŶ Ŷ͛ĠĐƌŝƚ ƉĂƐ ůĞƐ
langues   du   peuple).   Le   populus   change   de   sens   parĐĞ ƋƵ͛ŝů ƌĞŶǀŽŝĞ ă ů͛ĞƚŚŶŝĞ͘ >Ğ populus   francus  
(peuple  franc)  va  être  une  grande  unité  politique  qui  renvoie  ă ƵŶĞ ĞƚŚŶŝĞ ƋƵŝ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ Ŷ͛ŝŵƉŽƌƚĞ
laquelle.  Chez  nous,  extrême  nord  dĞ ů͛ĞŵƉŝƌĞ ƌŽŵĂŝŶ͕ ƐƵƌ ůĞƐ ďŽƌĚƐ ĚƵ ZŚŝŶ Ğƚ ĚĞ ůĂ DĞƵƐĞ Ğƚ ƉƵŝƐ
progressivĞŵĞŶƚ Ɛ͛ĠƚĞŶĚ ǀĞƌƐ ů͛ŽƵĞƐƚ͘  
 
 
Le   mot   franc   au   départ   est   un   mot   germanique   et   son   sens   semble   avoir   été   «  sauvage  »,  
ĚŽŶĐ ƵŶ ƌĞĚŽƵďůĞŵĞŶƚ ĚĞ ů͛ĂƉƉĞůůĂƚŝŽŶ ďĂƌďĂƌĞ͘ &ƌĂŶĐƵƐ Ă ĨŝŶŝ ƉĂƌ ĚĠƐŝŐŶĞƌ ƵŶ ŐƌŽƵƉĞ͕ ůĞƐ ŐĞƌŵĂŝŶƐ
du  Nord  par  opposition  ă Ě͛ĂƵƚƌĞƐ ƉĞƵƉůes  barbares  (comme  les  visigots  qui  avaient  créé  un  royaume  
ĞŶ &ƌĂŶĐĞ ĚƵ ^ƵĚ Ğƚ ƉƵŝƐ ĞŶ ƐƉĂŐŶĞͿ͘ ůůĞ Ă ƉƌŽŐƌĞƐƐŝǀĞŵĞŶƚ ĂďƐŽƌďĠ ůĞƐ ĂƵƚƌĞƐ Ğƚ ĚĞǀŝĞŶƚ ů͛ĞƚŚŶŝĞ
dominante.  Francus  change  encore  de  sens  et  veut  dorénavant  dire  libre.  Sont  assimilés  aux  francs,  
tous  les  homes  libres  dans  cet  espace.  Les  francs  sont  des  libres  mais  la  notion  de  liberté  associée  à  
ůĂ ŶŽƚŝŽŶ Ě͛ĂƉƉĂƌƚĞŶĂŶĐĞ ĂƵ ƉĞƵƉůĞ ĨƌĂŶĐ͕ ĐĞƚƚĞ ŶŽƚŝŽŶ ǀĂ ĠǀŽůƵĞƌ͘  
2  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
 
 
Ğ ŶŽƵǀĞĂƵ͕ Đ͛ĞƐƚ ƵŶ ƉŚĠŶŽŵğŶĞ ƋƵ͛ŽŶ ĚĞǀŝŶĞ ă ƚƌĂǀĞƌƐ ƵŶĞ ĚŽĐƵŵĞŶƚĂƚŝŽŶ ƋƵŝ Ŷ͛ĞƐt  pas  
très  abondante.  Baptême  de  Clovis  en  496.  Au  début,  le  peuple  franc  ressemble  à  ce  que  devait  être  
ůĞ ƉĞƵƉůĞ ŐĞƌŵĂŶŝƋƵĞ͕ Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐ĚŝƌĞ ƵŶ ƚƌğƐ ŐƌĂŶĚ ŶŽŵďƌĞ Ě͛ŚŽŵŵĞs  libres  qui  combattent  à  pied.  Au  
fur   et   à   mesure   que   le   haut   Moyen   Age   se   développe   (dĞ ů͛époque   mérovingŝĞŶŶĞ ă ů͛ĠƉŽƋƵĞ
carolingienne),   pĞƵ ă ƉĞƵ͕ ů͛ŝŶĨĂŶƚĞƌŝĞ ĐĞƐƐĞ Ě͛ġƚƌĞ ůĂ ƌĞŝŶĞ ĚĞƐ ďĂƚĂŝůůĞƐ͘ ůůĞ ůĞ ĐğĚĞ ĚĞǀĂŶƚ ůĂ
ĐĂǀĂůĞƌŝĞ ƋƵŝ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ĞŶĐŽƌĞ ůĂ ĐŚĞǀĂůĞƌŝĞ͘ DĂŝƐ ă ů͛ĠƉŽƋƵĞ ĚĞ ŚĂƌůĞŵĂŐŶĞ͕ ů͛ĂƌŵĠĞ ĞƐƚ ƚƌğƐ
largement   composée   de   cavaliers͕ ů͛ŝŶĨĂŶƚĞƌŝĞ Ŷ͛ĠƚĂŶƚ ƉůƵƐ ƋƵ͛ƵŶĞ ƚƌŽƵƉĞ ĂĐĐĞƐƐŽŝƌĞ͘ >Ă ŶŽƚŝŽŶ ĚĞ
ůŝďĞƌƚĠ ƚĞŶĚ ă ƐĞ ƌĠĚƵŝƌĞ͘ KŶ ƉĂƐƐĞ Ě͛ƵŶ ƉĞƵƉůĞ ĨƌĂŶĐ ă ƵŶĞ ĂƌŝƐƚŽĐƌĂƚŝĞ ŵŝůŝƚĂŝƌĞ͕ ƵŶ ŶŽŵďƌĞ ĚĞ
personnes   qui   se   réduit,   ceux   qui   constituent   la   pièce   maîtresse   que   constitue   désormais   la  
cavalerie,  ceux-­‐là  forme  aussi  une  aristocratie  et  essaye  de  se  réserver  le  statut  de  libre,  ce  qui  tend  
ă ƐĞ ƌĂƉƉƌŽĐŚĞ ĚĞ ů͛ŝĚĠĞ ĚĞ ŶŽďůĞƐƐĞ͘ >Ğ populus  est  un  cercle  de  personnes  (nombre  réduit  des  gens  
libres)  et  Ɛ͛ŝĚĞŶƚŝĨŝĞ ă ĐĞƵdž ƋƵŝ ŽŶƚ ĚĞƐ ƐĞŝgneuries.    
 
 

5. >Ă ƌŽLJĂƵƚĠ ͗ ůĞ ƌŽŝ ĐŽŵŵĞ ĐŚĞĨ ŵŝůŝƚĂŝƌĞ ;ƌĠƵŶŝŽŶƐ ĚĞƐ ĂƌŵĠĞƐ͕ ŶŽƚŝŽŶ Ě͛ĂůůĠŐĞĂŶĐĞͿ
et  charismatique  
 
 
Il   y   a   donc     une   convergence   entre   le   statut   de   libre,   de   combattants   à   cheval,   et   cette  
aristocratie   influente.   Ce   peuple   franc   a   une   structure   politique,   il   a   des   institutions.   Il   y   a   bien  
ĠǀŝĚĞŵŵĞŶƚ ůĞ ƌŽŝ͘ Ƶ ƉŽŝŶƚ ĚĞ ǀƵĞ ŐĞƌŵĂŝŶ͕ ƵŶ ƌŽŝ ĞƐƚ Ě͛ĂďŽƌĚ ƵŶ ĐŚĞĨ ĚĞ ŐƵĞƌƌĞ͕ Đ͛ĞƐƚ ƉƌĠĐŝƐĠŵĞŶƚ
ĚĞ ŵĞŶĞƌ ĂƵ ĐŽŵďĂƚ ůĞƐ ŚŽŵŵĞƐ ůŝďƌĞƐ͘ ͛ĞƐƚ aussi  en  même  temps  un  maître  de  la  paix,  et   de  la  
ƉƌŽƐƉĠƌŝƚĠ ă ů͛ŝŶƚĠƌŝĞƵƌ͘  
 
 
͛ĞƐƚ ĚŽŶĐ ƵŶ ĐŚĞĨ ŝŶǀĞƐƚŝ ĚĞ ĐĞƌƚĂŝŶƐ ĂƚƚƌŝďƵƚƐ ƋƵŝ ƐĞ ƐŝƚƵĞŶƚ ĚĂŶƐ ů͛ŽƌĚƌĞ ĚƵ ƌĞůŝŐŝĞƵdž͘ /ů
ŐĂƌĂŶƚŝƚ ů͛équilibre   des   forces   naturelles.   Les   relations   entre   les   dieux   et   les   hommes.   Il   est  
ƌĞƐƉŽŶƐĂďůĞ ĚĞ ůĂ ƉƌŽƐƉĠƌŝƚĠ ĚĂŶƐ ƚŽƵƚĞƐ ůĞƐ ĚŝƌĞĐƚŝŽŶƐ Žƶ ŽŶ ƉĞƵƚ ů͛ĂƉĞƌĐĞǀŽŝƌ͘ ĞƐ ĨŽŶĐƚŝŽŶƐ
religieuses  ont  été  bien  observées  dans  les  monarchies  germaniques.  Au  10ème  siècle,  il  y  a  des  rois  
de   Suède   qui  ont   été   tué  par   leurs   sujets   les   années   de   mauvaise   récolte.   Il   est   considéré   comme  
ƌĞƐƉŽŶƐĂďůĞ͘ ^͛ŝů LJ ƵŶĞ ĐĂƚĂƐƚƌŽƉŚĞ͕ Đ͛ĞƐƚ ůĂ ĨĂƵƚĞ ĚƵ ƌŽŝ͘ /ů LJ Ă ĂůŽƌƐ ƵŶ ƌĠŐŝĐŝĚĞ ƌŝƚƵĞů͘  
 
 
Notons   que   chez   les   mérovingiens,   les   traces   de   ce   côté   magique   Ŷ͛ĂƉƉĂraissent   pas   aussi  
nettement.    
 
 
6. L'évolution  de  la  royauté,  religion  chrétienne  et  renforcement  du  pouvoir  royal  
 
 
Cette   dimension   un   peu   extraterrestre   de   la   monarchie   il   va   falloir   la   reconstruire   dans   le  
monde  chrétien.  Cette  reconstruction  se  fait  en  trois  temps.    
 
6.1. Le  baptême  de  Clovis  (496)  
 
 
Le  chef  franc  le  plus  remarquable  a  été  Clovis  ƋƵŝ Ɛ͛ĞƐƚ ĐŽŶǀĞƌƚŝ  au  christianisme.  Il  reçoit  le  
ďĂƉƚġŵĞ ĞŶ ϰϵϲ Ğƚ ŝů ĞƐƚ Ě͛ĂŝůůĞƵƌƐ ůĞ ƉƌĞŵŝĞƌ ĐŚĞĨ ďĂƌďĂƌĞ ă ġƚƌĞ ǀƌĂŝŵĞŶƚ ĐĂƚŚŽůŝƋƵĞ ;à  proprement  
parler).  La  conversion  de  Clovis  est  un  événement  majeur  car  il  entraîne  ipso  facto  la  conversion  de  
tout  le  peuple.    
 
6.2. Le  sacre  (750)  
   
 
La  deuxième  étape  se  situe  au  moment  du  changement  de  dynastie  où  des  officiers  du  palais  
ĨŽŶƚ ƵŶĞ ĞƐƉğĐĞ ĚĞ ĐŽƵƉ Ě͛ĠƚĂƚ͘ Il   réduise  le  rôle   du  roi  et  finisse  par  les   faire  disparaître.   En  750,  
3  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
Pépin   le   Bref   décide   de   se   faire   sacrer,   il   invente   un   rituel   chrétien   qui   permet   de   conférer   au   roi  
cette  dimension  charismatique  (charisma  :  huile).    
 
 
La   bible   enseigne   que   les   rois   hébreux   ont   été   institués   dans   leur   fonction   royale   par   un  
ƌŝƚƵĞů ĚĞ ů͛ŽŶĐƚŝŽŶ ;ƌŝƚƵĞů ĚƵ ƐĂĐƌĞͿ͘ Ğ ƌŝƚƵĞů ĚƵ ƐĂĐƌĞ ĞƐƚ ƌĞĐŽŶƐƚƌƵŝƚ ƉĂƌ WĠƉŝŶ ůĞ ƌĞĨ Ğƚ ă ƉĂƌƚŝƌ ĚĞ ůă
ŝů ŶĞ ƐŽƌƚŝƌĂ ƉůƵƐ ĚĞ ů͛ƵŶŝǀĞƌƐ ŵĞŶƚĂůĞ ĚĞ ů͛ŽĐĐŝĚĞŶƚ͕ ƋƵ͛ƵŶ ƌŽŝ ůĠŐŝƚŝŵĞ ĞƐƚ ƵŶ ƌŽŝ ƋƵŝ  Ă ƌĞĕƵ ů͛ŽŶĐƚŝŽŶ
ƐĂĐƌĠĞ͘ YƵ͛ƵŶ ƌŽŝ Ăŝƚ quelque   chose   ĚĞ ĚŝǀŝŶ͕ ƋƵ͛ŝů ƐŽŝƚ ƉůƵƐ ĞŶ ĐŽŵŵƵŶŝĐĂƚŝŽŶ ĂǀĞĐ ŝĞƵ ƋƵĞ ůĞƐ
autres  hommes  entre  dans  la  tête  des  gens.    
 
6.3. Le  couronnement,  renovatio  imperii  (800)  
 
 
Ŷ ϴϬϬ͕ ŚĂƌůĞŵĂŐŶĞ ĞƐƚ ĐŽƵƌŽŶŶĠ ĞŵƉĞƌĞƵƌ͘ ͛ĞƐƚ ĐĞ ƋƵ͛ŽŶ ĂƉƉĞůůĞ ĞŶ ůĂƚŝŶ ůĂ renovatio  
imperii  ;ƌĞŶŽƵǀĞůůĞŵĞŶƚ ĚĞ ů͛ĞŵƉŝƌĞͿ͘ ͛ĞƐƚ ů͛ŝĚĠĞ ƋƵĞ ŚĂƌůĞŵĂŐŶĞ ĞƐƚ ƌŽŝ Ğƚ ĞŵƉĞƌĞƵƌ et  après  lui,  
ƐĞƐ ƐƵĐĐĞƐƐĞƵƌƐ ĂůůĞŵĂŶĚƐ ƐŽŶƚ ĠŐĂůĞŵĞŶƚ ƌŽŝ Ğƚ ĞŵƉĞƌĞƵƌ͘ >͛ŝĚĠĞ ŝŶŝƚŝĂůĞ ĞƐƚ ĚĞ ƌĞŶĚƌĞ ǀŝĞ ă
ů͛ĞŵƉŝƌĞ ƌŽŵĂŝŶ Ě͛ŽĐĐŝĚĞŶƚ.  Charlemagne  et  le  clergé  romain  essayent  de  reformer  le  couple  existant  
ă ůĂ ĨŝŶ ĚĞ ů͛ĞŵƉŝƌĞ ƌŽŵĂŝŶ ;ƵŶ ĐŚĞĨ ƐƉŝƌŝƚƵĞů Ğƚ ƵŶ ĐŚĞĨ ƚĞŵƉŽƌĞůͿ͘ ĞůĂ Ŷ͛ĂũŽƵƚĞ ƉĂƐ ŐƌĂŶĚ-­‐chose  du  
ĨĂŝƚ ĚĞ ĐĞƚƚĞ ƉƌŽĐůĂŵĂƚŝŽŶ Ě͛ƵŶ ƌĞŶŽƵǀĞĂƵ ĚĞ ƚLJƉĞ ŝŵƉĠƌŝĂůĞ ŵĂŝƐ ŝů LJ ĞŶ germe  quelque  chose͕ Đ͛ĞƐƚ
la  renaissance  du  droit  romain.  
 
 
ŽŶĐ ŽŶ ĂƐƐŝƐƚĞ ĨŝŶĂůĞŵĞŶƚ ă ƵŶ ƉƌŽĐĞƐƐƵƐ Ě͛ƵŶĞ ĞƚŚŶŝĞ͕ ĚĞ ĐŚƌŝƐƚŝĂŶŝƐĂƚŝŽŶ ĚĞ ĐĞƚƚĞ ĞƚŚŶŝĞ
et  de  construction  christianisée  de  la  fonction  de  monarque,  de  chef.    
 
 

4  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  

II.

L'organisation  et  le  personnel  judiciaires  

1. Les  officiers  locaux  du  roi  :  comtes,  évêques  et  vicaires  (ou  centeniers)  
 
 
ĞƚƚĞ ŵŽŶĂƌĐŚŝĞ ĨƌĂŶƋƵĞ Ă ĠŐĂůĞŵĞŶƚ ƵŶ ĐĞƌƚĂŝŶ ŶŽŵďƌĞ Ě͛ŝŶƐƚŝƚƵƚŝŽŶƐ͘ /ů LJ Ă ĚĞƐ
ŝŶƐƚƌƵŵĞŶƚƐ ĚĞ ƚƌĂŶƐŵŝƐƐŝŽŶ͘ ͛ĞƐƚ ĞƐƐĞŶƚŝĞůůĞŵĞŶƚ ƵŶ ĐŽƌƉƐ Ě͛ŽĨĨŝĐŝĞƌƐ ƌŽLJĂƵdž ƋƵŝ ƉĞƌŵet   au  
ƉŽƵǀŽŝƌ ĚĞ Ɛ͛ĞdžƉƌŝŵĞƌ ƐƵƌ ů͛ĞŶƐĞŵďůĞ ĚƵ ƚĞƌƌŝƚŽŝƌĞ͘  
 
 
Le   royaume   est   divisé   en   un   certain   nombre   de   pagus   ;ƉĂLJƐͿ͘ >Ă ƐƵƉĞƌĨŝĐŝĞ Ě͛ƵŶ ƉĂŐƵƐ
ĐŽƌƌĞƐƉŽŶĚ ƉƵƐ ŽƵ ŵŽŝŶƐ ă ů͛ĞdžƚĞŶƐŝŽŶ ƚĞƌƌŝƚŽƌŝĂůĞ Ě͛ƵŶĞ ƉƌŽǀŝŶĐĞ ĂĐƚƵĞůůĞ͘ ĂŶƐ ĐŚĂƋƵĞ ƉĂLJƐ͕ ŽŶ
trouve  un  comte  et  chaque  comté  est  aussi  divisé.    
 
 
Centena  (la  centaine)  est  une  unité  qui  au  départ  comprenait  une  centaine  de  combattants  
et  puis  qui  devient   une   subdivision  du  comté.  Ce  baillage   territorial  du  royaume,   sur  ces  unités   se  
forme   une   organisation   judiciaire   embryonnaire.   Le   comte   ou   le   centenier   (=   vicaire,   vicaria)  
convoque  les  militaires.  Cette  subdivision  militaire  est  aussi  une  subdivision  judiciaire.    
 
 

2. Le  thing  comme  assemblée  des  hommes  libres  
 
 
Cette  subdivision  militaire  est  également  judiciairĞ͕ Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐ĚŝƌĞ ƋƵ͛ă ĐŚĂƋƵĞ ŶŝǀĞĂƵ͕ ŝů LJ Ă ƵŶ
tribunal   :   une   des   fonctions   de   cette   assemblée   est   de   trancher   les   différends   entre   les   hommes  
libres  de  la  Centaine  ou  du  Comté.  
 
 
A   date   fixe,   deux   fois   par   an   au   début   (printemps   et   automne),   le   Comte   ou   le   Centenier  
ƌĠƵŶŝƚ ůĞƐ ŚŽŵŵĞƐ ƋƵŝ ƐŽŶƚ ĚĂŶƐ ƐĂ ĚĠƉĞŶĚĂŶĐĞ ƉŽƵƌ ƚĞŶŝƌ ƵŶĞ ĂƐƐĞŵďůĠĞ ƋƵ͛ŽŶ ĂƉƉĞůůĞ ůĞ ͨ thing  
͕ͩ ŝů Ɛ͛ĂŐŝƚ Ě͛ƵŶ ŵŽƚ ŐĞƌŵĂŶŝƋƵĞ͕ ƉĂƌĨĂŝƚĞŵĞŶƚ ĐŽŶƐĞƌǀĠ ƉĂƌ ůĂ ĚŽĐƵŵĞŶƚation.  Les  textes  juridiques  
ŽŶƚ ĐŽŶƐĞƌǀĠ ůĞ ŵŽƚ ŐĞƌŵĂŶŝƋƵĞ ƋƵŝ ĞdžŝƐƚĞ Ě͛ĂŝůůĞƵƌƐ ƚŽƵũŽƵƌƐ ĚĂŶƐ ůĞƐ ůĂŶŐƵĞƐ ŐĞƌŵĂŶŝƋƵĞƐ
actuelles  (das  thing  :  tribunal  en  allemande).  
 
 
>Ă ĐĂƌĂĐƚĠƌŝƐƚŝƋƵĞ ĚƵ ƐLJƐƚğŵĞ ĞƐƚ ƋƵ͛ŽŶ ĞƐƚ ă ůĂ ĨŽŝƐ juge  et  justiciable.  Il  y  a  dans  la  société  
de   cette   époque   une     justice   à   deux   vitesses   :   les   non-­‐ůŝďƌĞƐ͕ Ě͛ƵŶĞ ƉĂƌƚ Ğƚ ĐĞƵdž ƋƵŝ ƐŽŶƚ ĚĂŶƐ ůĂ
ƐĞŝŐŶĞƵƌŝĞ͕ Ě͛ĂƵƚƌĞ ƉĂƌƚ͘ /ů LJ Ă ƵŶĞ ŐƌĂŶĚĞ ƉĂƌƚŝĞ ĚĞ ůĂ ƉŽƉƵůĂƚŝŽŶ ĚŽŶƚ ŶŽƵƐ ŶĞ ƉŽƵǀŽŶƐ ƉĂƐ
ƉĞƌĐĞǀŽŝƌ ĐŽŵŵĞŶƚ Ɛ͛ŽƌŐĂŶŝƐĂŝƚ ƐĂ ǀŝĞ ũƵĚŝĐŝĂŝƌĞ͕ ŵĂis  nous  pouvons  voir  la  partie  supérieure  de  la  
société.  
 
 
Ces   gens-­‐ůă ƐŽŶƚ ă ůĂ ĨŽŝƐ ũƵŐĞƐ Ğƚ ũƵƐƚŝĐŝĂďůĞƐ ͗ Đ͛ĞƐƚ ů͛ĂƐƐĞŵďůĠĞ ĚĞƐ ŚŽŵŵĞƐ ůŝďƌĞƐ ƋƵŝ
tranche   des   litiges.   Dans   son   ressort,   sa   circonscription,   le   centenier   ou   le   comte   est   juge  
(représentant  du  Roi)  mais  ne  fait  en  réalité  que  présider  le  tribunal,  présider  les  débats.  
 
Ŷ ĨŝŶ ĚĞ ƉĂƌĐŽƵƌƐ͕ ƋƵĂŶĚ ŝů LJ Ă ƵŶĞ ĚĠĐŝƐŝŽŶ ă ƉƌĞŶĚƌĞ͕ Đ͛ĞƐƚ ů͛ĞŶƐĞŵďůĞ ĚĞ ů͛ĂƐƐĞŵďůĠĞ ƋƵŝ ƐĞ
ƉƌŽŶŽŶĐĞ ĚĂŶƐ ƵŶ ƐĞŶƐ ŽƵ ĚĂŶƐ ƵŶ ĂƵƚƌĞ Ğƚ ĐĞ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ůĞ ƉƌĠƐŝĚĞŶƚ ƋƵŝ ĚĠĐŝĚĞ͘   Dans   les   autres  
causes,   tous   les   hommes   libres   sont   assesseurs   de   ce   Comte,   de   ce   Centenier   qui   dirige   les  
opérations.  
 
 

3. Hiérarchie  judiciaire  correspondant  à  la  hiérarchie  sociopolitique  et  militaire,  mais  
absence  d'appel  
 
 
La   structure   des   institutions   judiciaires   donne   une   impression   de   structure   en   pyramide   :  
Ě͛ĂďŽƌĚ ůĞ ƌŽŝ Ğƚ ůĞ ƚƌŝďƵŶĂů ĚƵ ƉĂůĂŝƐ͕ ĞŶƐƵŝƚĞ ůĞƐ ƚƌŝďƵŶĂƵdž ĚĞ ĐŚĂƋƵĞ ĐŽŵƚĞ ĚĂŶƐ ƐŽŶ ĐŽŵƚĠ Ğƚ ĞŶĨŝŶ
les  tribunaux  de  chaque  centenier  ou  vicaire  dans  sa  circonscription.    
5  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
 
 
 
Mais   il   ne   faudrait   ƉĂƐ ƐĞ ƌĞƉƌĠƐĞŶƚĞƌ ĐĞƚƚĞ ƐƚƌƵĐƚƵƌĞ ĞŶ ƉLJƌĂŵŝĚĞ ă ů͛ŝŵĂŐĞ ĚĞ ůĂ ŶƀƚƌĞ͕
Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐ĚŝƌĞ ƋƵ͛ŽŶ ŶĞ ǀĂ ƉĂƐ ĞŶ ĂƉƉĞů Ě͛ƵŶĞ ũƵƌŝĚŝĐƚŝŽŶ ă ů͛ĂƵƚƌĞ ͗ ĐŚĂƋƵĞ ũƵƌŝĚŝĐƚŝŽŶ Ă ƵŶ ĐŚĂŵƉ ĚĞ
ĐŽŵƉĠƚĞŶĐĞ ĚĠƚĞƌŵŝŶĠ ƉĂƌ ůĞ ŶŝǀĞĂƵ ĚĞƐ ŝŶĚŝǀŝĚƵƐ ĚĂŶƐ ů͛ĠĐŚĞůůĞ ƐŽĐŝĂůĞ͘  
 
 

4. Le  dédoublement  de  la  fonction  judiciaire:  le  thunginus  (roi,  comte,  vicaire)  et  les  
"jugeurs":  liberi  homines,  rachimbourgs  (avant  780),  échevins  (après  780)  
 
 
La  fonction  de  juger,  à  cette  époque,  est  dédoublée.  Elle  est  exercée  non  pas  par  une  seule  
personne  ou  un  collège  de  personnes  qui  feraient  la  même  chose  mais  elle  est  cassée  en  deux.  
 
 
ů͛ŝŶƚĠƌŝĞƵƌ ĚƵ dŚŝŶŐ͕ ůĂ ƌĠĂůŝƚĠ ĚƵ ƉŽƵǀŽŝƌ ĞƐƚ ĞdžĞƌĐĠĞ ŶŽŶ ƉĂƐ ƉĂƌ ĐĞůƵŝ ƋƵŝ ƉƌĠƐŝĚĞ,  donc  
ĐĞůƵŝ ƋƵ͛ŽŶ ĂƉƉĞůůĞ ƚŚƵŶŐŝŶƵƐ ;ZŽŝ͕ ĐŽŵƚĞ͕ ǀŝĐĂŝƌĞͿ͕ mais  par  la  collectivité  de  tous  les  hommes  libres,  
tout  le  monde.  Cependant,  on  commence,  au  fil  du  temps,  par  voir  apparaître  des  personnages  qui  
sont  des  «  ĂƐƐĞƐƐĞƵƌƐ ͕ͩ ĚĞƐ ŐĞŶƐ ƋƵŝ ǀŽŶƚ ŝŶƚĞƌǀĞŶŝƌ ă ů͛ĂƉƉƵŝ ĚƵ ũƵŐĞ͘  
 
 
Avant  780,  on  parle  de  rachimbourgs.  Ce  terme  est  formé  sur  deux  termes  germaniques,  le  
ďƵƌŐ͕ Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐ĚŝƌĞ ůĂ ĐĂƵƚŝŽŶ Ğƚ ƌĂĐŚĞŶ͕ Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐ĚŝƌĞ ƉĂLJĞƌ͘ ^ŝ ů͛ŽŶ ĐŽŶĚĂŵŶĞ ƋƵĞůƋƵ͛ƵŶ͕ ĐĞƐ ŐĞŶƐ
garantissent  le  paiement.  
 
 
Après   780,   on   parle   des   scabini   (=   échevins)   :   schaffenreden   (auteurs   des   règlements   des  
conflits)  =  assesseurs  dans  un  tribunal.  
 
 

5. Exemple  du  dédoublement  (survivance)  :  origines  du  jury  
 
 
Le  thunginus  (Roi,  Comte,  Vicaire)  a  donc  également  une  fonction  de  sentence,  distinguée  de  
la  fonction  de  présidence  :  ce  système  a  subsisté  en  Angleterre,  et  par  la  suite  aux  Etats-­‐hŶŝƐ͘ /ů Ɛ͛ĂŐŝƚ
du  jury.  
 
 
Continuité   complète   depuis   le   haut   Moyen   Age,   le   personnage   qui   dirige   le   «   thing   »   va  
Ɛ͛ĂĐĐŽŵƉĂŐŶĞƌ ĚĞ douze  autres  qui    vont    remplacer    les    échevins,    constituer    un    jury    avec    cette    
ĚŝƐƚŝŶĐƚŝŽŶ ĚĞƐ ĚĞƵdž ĨŽŶĐƚŝŽŶƐ ͗ ƉƌĠƐŝĚĞŶƚ ĚĞ ƐĠĂŶĐĞ ƋƵŝ ƐƵƉĞƌǀŝƐĞ ů͛ĠǀŽůƵƚŝŽŶ ĚĞƐ ĚĠďĂƚƐ Ğƚ ůĞ ũƵƌLJ
qui  est  le  véritable  organe  de  décision.  
 
 
Cette  division  entre  le  juge  unique  et  le  jury  remonte  sans  aucune  interruption  à  la  situation  
au  Moyen  Age.    
 
 
 
 
 
 
 

6  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  

III.

Les  sources  du  droit  

 
 
ĞƐ ƉŽƉƵůĂƚŝŽŶƐ ƐŽƵŵŝƐĞƐ ă ů͛ ŵƉŝƌĞ ĚĞ ůŽǀŝƐ Ğƚ ĚĞ ƐĞƐ ƐƵĐĐĞƐƐĞƵƌƐ͕ ŽŶƚ ů͛ĠƋƵŝǀĂůĞŶƚ Ě͛ƵŶ
ĚƌŽŝƚ Ğƚ ŽŶƚ ĚĞƐ ƐŽƵƌĐĞƐ ĚƵ ĚƌŽŝƚ ͗ ͨ YƵĞ ĚĞǀŝĞŶƚ ůĞ ĚƌŽŝƚ Ğƚ ůĞƐ ƐŽƵƌĐĞƐ ĚƵ ĚƌŽŝƚ ă ůĂ ĨŝŶ ĚĞ ů͛ ŵƉŝƌĞ
romain  »  ?  Il  y  a  deux  grandes  branches  des  sources  du  droit  :  la  branche  canonique  et  la  branche  
laïque.    
 
 
1. Droit  canonique  
1.1. La  formation  du  droit  canonique    
1.1.1. Droit  divin  
1.1.1.1. Le  droit  divin  révélé  :  l'Ancien  et  le  Nouveau  Testament  
 
 
>Ğ ĚƌŽŝƚ ĐĂŶŽŶŝƋƵĞ ĞƐƚ ƉŽƐĠ ƉĂƌ ů͛ ŐůŝƐĞ Ğƚ ĐŽŶĐĞƌŶĞ ůĞƐ ŵĂƚŝğƌĞƐ ƐƉŝƌŝƚƵĞůůĞƐ͕ ĐĞůůĞƐ-­‐ci   sont  
ƉŽƵƌ ƌĂƉƉĞů ĚĠĐůĂƌĠĞƐ ƐƉŝƌŝƚƵĞůůĞƐ ƉĂƌ ů͛ ŐůŝƐĞ͘ /ů LJ Ă ƵŶĞ ŝŶƐƉŝƌĂƚŝŽŶ ƌĞůŝŐŝĞƵƐĞ Ğƚ Đ͛ĞƐƚ ƉŽƵƌƋƵŽŝ ůĞƐ
ĐĂŶŽŶŝƐƚĞƐ ĚĠĨŝŶŝƐƐĞŶƚ ůĂ ƐŽĐŝĠƚĠ ĞŶ ĨŽŶĐƚŝŽŶ Ě͛ƵŶ ĂƵƚƌĞ  ŵŽŶĚĞ͕ ĚĞ ů͛ĂƵ-­‐delà,  un  autre  monde  que  les  
chrétiens  sont  amenés  à  atteindre.  Par  les  règles  canoniques,  on  veut  assurer  le  bien  des  hommes  
ĚĂŶƐ ů͛ĂƵƚƌĞ ŵŽŶĚĞ͘  
 
 
La  théologie,  science  du  divin,  se  divise  en  deux  grandes  branches  :    
 
ͻ Théologie  dogmatique  ͗ ĞŶƐĞŝŐŶĞ ĐĞ ƋƵ͛ŝů ĨĂƵƚ ĐƌŽŝƌĞ  
ͻ Théologie   morale  ͗ ĞŶƐĞŝŐŶĞ ĐĞ ƋƵ͛ŝů ĨĂƵƚ ĨĂŝƌĞ͕ ĚŽŶĐ ůĞƐ ƉƌĠĐĞƉƚĞƐ ƋƵĞ ĚŽŝǀĞŶƚ ƐƵŝǀƌĞ ůĞƐ
chrétiens  pour  gagner  le  salut.  Cette  théologie  morale  se  divise  elle-­‐même  entre  
o For  interne  :  tribunal  de  la  conscience  
o For   externe  :   Tribunal     tout     court   :     les     prescriptions     de     droit     canonique     qui    
définissent    à    quelles  conditions    un    mariage    existe    juridiquement    ou    pas,    sont    
ƐƵƐĐĞƉƚŝďůĞƐ Ě͛ġƚƌĞ ĂƉƉůŝƋƵĠĞƐ ĚĞǀĂŶƚ ůĞƐ ƚƌŝďƵŶĂƵdž  
 
 
Le  droit  divin  est  un  droit  légiféré.  /ů LJ Ă ƵŶ ůĠŐŝƐůĂƚĞƵƌ͕ ŝů Ɛ͛ĂŐŝƚ ĚĞ ŝĞƵ͘ WŽƵƌ ůĞƐ ,ĠďƌĞƵdž͕ ĞŶ
intervenant  de  différentes  manières  à  travers  les  prophètes.  Pour  les  chrétiens,  à  travers  les  paroles  
de  Jésus-­‐Christ  retranscrites  dans  le  nouveau  testament.    
 
 
>͛ĂŶĐŝĞŶ ƚĞƐƚĂŵĞŶƚ  ĞƐƚ ů͛ĞŶƐemble   des   révélations   faites   avant   le   Christ   aux   Hébreux.  
Ensuite,  la  deuxième  partie  est  ce  qui  se  rapporte  à  la  vie  du  Christ,  le  nouveau  Testament,  qui  en  
ŐƌĂŶĚĞ ƉĂƌƚŝĞ Ě͛ĂŝůůĞƵƌƐ ĞƐƚ ƵŶĞ ƌĠǀĠůĂƚŝŽŶ ĂƵ ƐĞŶƐ ƉƌĞŵŝĞƌ ĚƵ ƚĞƌŵĞ ;ƌĞǀĞůĂƌĞ  =   retirer   le   voile).  
Jésus  dévoile  le  sens  des  anciens  textes.  
 
1.1.1.2. Le  droit  divin  naturel,  construction  intellectuel  du  bas  Moyen  Age  visant  à  l'intégration  
de  la  philosophie  antique  et  à  la  conciliation  de  la  foi  et  de  la  raison  
 
 
Au  fil  du  temps,  mais  surtout  au  milieu  du  MoyĞŶ ŐĞ͕ ŽŶ ĂĚŽƉƚĞ ů͛ŝĚĠĞ ƋƵĞ ůĞ ĚƌŽŝƚ ĚŝǀŝŶ ƐĞ
ŶĞ Ɛ͛ĞdžƉƌŝŵĞ ƉĂƐ ƐĞƵůĞŵĞŶƚ ƉĂƌ ůĂ ƌĠǀĠůĂƚŝŽŶ ŵĂŝƐ ƋƵ͛ŝů Ɛ͛ĞdžƉƌŝŵĞ ĂƵƐƐŝ ƉĂƌ ůĂ ŶĂƚƵƌĞ͘ ĞůůĞ-­‐ci  ayant  
ĠƚĠ ĐƌĠĠĞ ƉĂƌ ŝĞƵ͕ ĞůůĞ ƌĞĨůğƚĞ ůĂ ǀŽůŽŶƚĠ ĚĞ ĐĞůƵŝ ƋƵŝ ů͛Ă ĐƌĠĠĞ͘  
 
 
^͛ŝů ĞƐƚ ƉŽƐƐŝďůĞ ĚĞ ƐĂƵǀĞƌ ů͛ƈƵǀƌĞ Ě͛ƵŶ ĐĞƌƚĂŝŶ ƉŚŝůŽƐŽƉŚĞ ĚĞ ů͛ ŶƚŝƋƵŝƚĠ͕ ƋƵŽŝƋƵ͛ŝů Ăŝƚ ĠƚĠ
ƉĂŢĞŶƐ͕ Đ͛ĞƐƚ ƉĂƌĐĞ ƋƵĞ ĚĂŶƐ ůĂ ŵĞƐƵƌĞ Žƶ ĐĞƐ ƉŚŝůŽƐŽƉŚĞƐ ƐĞ ƐŽŶƚ ƉĞŶĐŚĠƐ ƐƵƌ ůĂ ŶĂƚƵƌĞ͕ ŝůƐ ŶĞ
pouvaient  pas  se  tromper  de  beaucoup.  Donc  leur  travail  peut  être  conservé  dans  la  mesure  où  il  est  
suƐĐĞƉƚŝďůĞ ĚĞ Ɛ͛ŝŶĐŽƌƉŽƌĞƌ ĂƵ ƌĞƐƚĞ ĚƵ système  chrétien.  
 
 
ĞƚƚĞ ŝĚĠĞ Ě͛ƵŶ ĚƌŽŝƚ ĚŝǀŝŶ ŶĂƚƵƌĞů͕ ĞůůĞ Ă ƐƵƌƚŽƵƚ ĠƚĠ ĚĠǀĞůŽƉƉĠĞ ă ƉĂƌƚŝƌ ĚƵ DŽLJĞŶ ŐĞ͘
7  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
Dans   le   premier   christianisme,   donc   celui   qui   suit   la   résurrection   du   Christ,   le   droit   divin   repose  
presque  ƋƵ͛ĞdžĐůƵƐŝǀĞŵĞŶƚ ƐƵƌ ůĞƐ ƚĞdžƚĞƐ ƌĠǀĠůĠƐ͘  
 
1.1.2. Droit  humain:  le  ius  humanum  antiquum  (première  période:  droit  ancien  de  l'antiquité)  
1.1.2.1. La  patristique  
 
 
La  doctrine  se  demande  comment  donner  sens  à  ces  textes  qui  composent  la  Bible,  qui  sont  
un  héritage   du  passé,   parfois  très  lointain,  qui  sont  parfois  contradictoires.  Et   puis  il  faut   arriver  à  
révéler  la  couche  nouvelle  qui  parfois  est  dans  la  lignée  de  l͛ĂŶĐŝĞŶŶĞ Ğƚ ƉĂƌĨŽŝƐ Ɛ͛ĞŶ ĂĨĨƌĂŶĐŚŝƚ͘  
 
 
>Ă ƉĂƚƌŝƐƚŝƋƵĞ ĞƐƚ ůĂ ĚŽĐƚƌŝŶĞ ĚĞƐ ƉğƌĞƐ ĚĞ ů͛ ŐůŝƐĞ͘ hŶ ƉğƌĞ ĚĞ ů͛ ŐůŝƐĞ ĞƐƚ ƋƵĞůƋƵ͛ƵŶ ƋƵŝ ƐĞ
signale  par  deux  caractéristiques  :  sainteté  de  sa  vie  et  il  faut  que  la  doctrine  ait  été  reconnue  par  
ů͛ ŐůŝƐĞ͘ &ŝŶĂůĞŵĞŶƚ͕ ůĞ ƉƌŽĐĞƐƐƵƐ ĚĞ ƌĞĐŽŶŶĂŝƐƐĂŶĐĞ ĚĞ ůĂ ƋƵĂůŝƚĠ ĚĞ ůĂ ĚŽĐƚƌŝŶĞ ĚĞƐ ƉğƌĞƐ ĚĞ ů͛ ŐůŝƐĞ
Ă ĠƚĠ ĞdžƚƌġŵĞŵĞŶƚ ĐŽŵƉůŝƋƵĠ͘ >ĞƐ ƉğƌĞƐ ĚĞ ů͛ ŐůŝƐĞ ĚĞ ů͛ ŶƚŝƋƵŝƚĠ ;^ĂŝŶƚ ƵŐƵƐƚŝŶ͕ ͙Ϳ ŶĞ ƐĂǀĂŝĞŶƚ
ĠǀŝĚĞŵŵĞŶƚ ƉĂƐ ƋƵ͛ŝů ĂůůĂŝƚ ůĞ ĚĞǀĞŶŝƌ͘ YƵĂŶĚ ŽŶ ůŝƚ ůĞƵƌ ƈƵǀƌĞ͕ ŽŶ ƐĞ ƌĞŶĚ ĐŽŵƉƚĞ ƋƵ͛ŝůƐ ĠƚĂŝĞŶƚ
ĂŶdžŝĞƵdž ;ĐŽŵŵĞŶƚ ĚŝƐĐƌŝŵŝŶĞƌ ůĞ ũƵƐƚĞ ĚĞ ů͛ŝŶũƵƐƚĞͿ͕ Đ͛ĠƚĂŝƚ ĚĞƐ ŐĞŶƐ ƚŽƵƌŵĞŶƚĠ ĐŽŵŵĞ ů͛ĞƐƚ ůĞƵƌ
ƈƵǀƌĞ ŐĠŶĠƌĂůĞŵĞŶƚ͘ YƵĂŶĚ ŽŶ ůĞƐ ƌĞůŝƚ͕ ŝůƐ Ŷ͛ŽŶƚ ũĂŵĂŝƐ ĠƚĠ ŽƌƚŚŽĚŽdžĞƐ ĚĞ ďŽƵƚ ĞŶ ďŽƵƚ͘ >Ğ
processus  de  sélection  a  été  très  long,  ƋƵŝ Ɛ͛ĞƐƚ ĨĂŝƚ ĂƉƌğƐ ĐŽƵƉ͕ ƋƵŝ ƉĞƌŵĞƚ ĚĞ ĚĠƚĞƌŵŝŶĞƌ ƋƵĞ ƉĂƌ
ĞdžĞŵƉůĞ ^ĂŝŶƚ ƵŐƵƐƚŝŶ ĞƐƚ ŝŶĐŽŶƚĞƐƚĂďůĞŵĞŶƚ ƵŶ ƉğƌĞ ĚĞ ů͛ ŐůŝƐĞ͘  
 
 
Ƶ Ĩŝů ĚƵ ƚĞŵƉƐ͕ Ɛ͛ŝŵƉŽƐĞ ƵŶ ĐŽƌƉƐ ĚĞ ĚŽĐƚƌŝŶĞ͕ ƵŶ ĐŽƌƉƐ Ě͛ŚŽŵŵĞƐ ĂƵdžƋƵĞůƐ ƐĞ ƌĞĐŽŶŶĂŝƚ
cette  orthodoxie.  Une  tradition  qui  implŝƋƵĞ ů͛ŝĚĠĞ Ě͛ƵŶĞ ŚŝĠƌĂƌĐŚŝĞ ĞĐĐůĠƐŝĂƐƚŝƋƵĞ Ğƚ ĚŽŶĐ ĐĂƉĂďůĞ
de  faire  ce  travail  de  tri.    
 
1.1.2.2. La   tradition   :   principe   d'interprétation   par   voie   d'autorité   de   l'Ecriture   sainte   (principe  
que  rejettera  plus  tard  le  protestantisme)  
 
 
>Ğ ƉƌŽďůğŵĞ Ě͛ŝŶƚĞƌƉƌĠƚĂƚŝŽŶ de   la   Bible   ne   relève   pas   de   la   conscience   individuelle   du  
ĐŚƌĠƚŝĞŶ͘ Ğ ƉƌŽďůğŵĞ ƌĞůğǀĞ Ě͛ƵŶĞ ĚŽĐƚƌŝŶĞ ĂƵƚŽƌŝƐĠĞ͘ >ĞƐ ƚĞdžƚĞƐ ĚĞ ůĂ ŝďůĞ ƐŽŶƚ ĚŝĨĨŝĐŝůĞƐ͕ ŝů ĨĂƵƚ
ƉĂƌĨŽŝƐ Ɛ͛ĠůŽŝŐŶĞƌ ďĞĂƵĐŽƵƉ ĚƵ ƐĞŶƐ ůŝƚƚĠƌĂů͘ >Ğ ƉƌŽĐĞƐƐƵƐ ĚĞ ƐĠůĞĐƚŝŽŶ ĚĞƐ ƉğƌĞƐ ĚĞ ů͛ ŐůŝƐĞ repose  
sur  la  tradition.    
 
 
Ğ ƋƵĞ ǀŽŶƚ ĚŝƌĞ ůĞƐ ƉƌŽƚĞƐƚĂŶƚƐ͕ ů͛ ŐůŝƐĞ ĚğƐ ůĞƐ ƉƌĞŵŝĞƌƐ ƚĞŵƉƐ Ɛ͛ĞƐƚ ĞŶƚŝğƌĞŵĞŶƚ
fourvoyée͕ ƉĂƌĐĞ ůĂ ƚƌĂĚŝƚŝŽŶ Ŷ͛ĞdžŝƐƚĞ ƉĂƐ͕ ůĂ ŚŝĠƌĂƌĐŚŝĞ ĞĐĐůĠƐŝĂƐƚŝƋƵĞ Ŷ͛ĞdžŝƐƚĞ ƉĂƐ Ğƚ ůĞƐ ƉğƌĞƐ ĚĞ
ů͛ ŐůŝƐĞ ƐŽŶƚ ĚĞƐ ŚŽŵŵĞƐ ĐŽŵŵĞ ůĞƐ ĂƵƚƌĞƐ et  ont  pu  se  tromper.    
 
 
Ğ ƋƵŝ ĞŶƚƌĂŝŶĞƌĂ ĐŽŵĞ ĐŽŶƐĠƋƵĞŶĐĞ ƋƵĞ Ě͛ƵŶ ƉŽŝŶƚ ĚĞ ǀƵĞ ƉƌŽƚĞƐƚĂŶƚ ƉƵƌ͕ ŝů Ŷ͛LJ Ă ƉůƵƐ ĚĞ
droit  canonique.  /ů Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ƉŽƐƐŝďůĞ ĚĞ ƚŝƌĞƌ ƵŶ ĚƌŽŝƚ ƚŝƌĠ ĚĞ ů͛ĠĐƌŝƚƵƌĞ ƐĂŝŶƚĞ͘ >Ă ŵŽƌĂůĞ ŶĞ Ɛ͛ĂĚƌĞƐƐĞ
ƉůƵƐ ƋƵ͛ĂƵ ĨŽƌ ŝŶƚĞƌŶĞ͘ DĂƌƚŝŶ >Ƶƚher   a   dit  :   tout   juriste   est   un   ennemi   du   Christ.   Ce   qui   concerne  
ƐƵƌƚŽƵƚ ůĞƐ ĐĂŶŽŶŝƐƚĞƐ ŵĂŝƐ ŝů ŶĞ ĨĂŝƐĂŝƚ ƉĂƐ ůĂ ĚŝƐƚŝŶĐƚŝŽŶ͘ >Ă ƐĞƵůĞ ƌğŐůĞ ƋƵŝ ŝŵƉŽƌƚĞ Đ͛ĞƐƚ ůĂ ŵŽƌĂůĞ͘    
 
1.1.2.3. La  législation:  canons  des  conciles  et  décrétales  des  papes  
 
 
La   patristique   est   devenue   la   première   source   du   droit   canonique.   Ensuite,   la   deuxième  
grande   source   de   droit   canonique͕ Đ͛ĞƐƚ ůĂ ůŽŝ͕ Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐ĚŝƌĞ ůĂ ŶŽƌŵĞ ƋƵŝ ĞƐƚ ƉŽƐĠĞ ƉĂƌ ů͛ĂƵƚŽƌŝƚĠ
ĞĐĐůĠƐŝĂƐƚŝƋƵĞ͘ /ů LJ Ă ĚĞƐ ĐŽŶĐŝůĞƐ ƋƵŝ ƐĞ ƌĠƵŶŝƐƐĞŶƚ ƋƵŝ ƐŽŝƚ ƐŽŶƚ ƈĐƵŵĠŶŝƋƵĞƐ ĚŽŶĐ ƌĠƵŶŝssent  tous  
ůĞƐ ĠǀġƋƵĞƐ ĚĞ ůĂ ĐŚƌĠƚŝĞŶƚĠ͕ ƐŽŝƚ ƌĠŐŝŽŶĂƵdž͘ ĐƀƚĠ ĚĞƐ ĐŽŶĐŝůĞƐ͕ ĠŵĞƌŐĞ ů͛ŝĚĠĞ ĚĞ ƉĂƉĞ͘ /ů ĞƐƚ ǀƵ
ĐŽŵŵĞ ůĞ ƐƵĐĐĞƐƐĞƵƌ ĚĞ WŝĞƌƌĞ͘ >͛ĠǀġƋƵĞ ĚĞ ZŽŵĞ ƉƌĞŶĚƌĞ ůĞ ŶŽŵ ĚĞ ƉĂƉĞ Ğƚ ƉƌĞŶĚƌĂ ĚĞƐ
ĚĠĐƌĠƚĂůĞƐ͕ Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐dire  des  législations  pontificales.    
 
 
8  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
1.2. Le  déclin    
 
 
>Ğ ĐŽƌƉƐ ĚĞ ů͛ ŐůŝƐĞ ĂƵ ŵŽŵĞŶƚ Žƶ ů͛ĞŵƉŝƌĞ ƌŽŵĂŝŶ Ɛ͛ĞĨĨŽŶĚƌĞ ĞƐƚ ƚƌğƐ ďŝĞŶ ŽƌŐĂŶŝƐĠ͘ ƚ
maîtrise  un  droit  écrit  qui  est  déjà  très  technique  et  très  profondément  pensé  avec  une  organisation  
des  sources  du  droit.    
 
 
A  partir  du  haut  Moyen  Age,  ů͛ ŐůŝƐĞ ĞƐƚ ĨƌĂƉƉĠĞ ƉĂƌ ůĞ ĨĂŝƚ ƋƵĞ Ě͛ĂďŽƌĚ ůĂ ƐŽĐŝĠƚĠ ůĂŢƋƵĞ ƐĞ
ĚĠĐŽŵƉŽƐĞ͘ /ů ŶĞ ƌĞƐƚĞ ƋƵĞ ůĞƐ ďĂƌďĂƌĞƐ͘ >͛ ŐůŝƐĞ ĞƐƚ ĂƵƐƐŝ ĨƌĂƉƉĠĞ ƉĂƌ ůĞ ƌĞĐƵů ĐƵůƚƵƌĞů ŐĠŶĠƌĂů͘
>͛ĂŶĐŝĞŶŶĞ ĐƵůƚƵƌĞ ĂŶƚŝƋƵĞ ŶĞ ƐĞ ƚƌĂŶƐŵĞƚ ƉůƵƐ͘ ͛ĞƐƚ ĚĂŶƐ ů͛ ŐůŝƐĞ ƋƵ͛ŽŶ ƚƌŽƵǀĞ ůĞƐ ŐĞŶƐ Ƌui  écrivent  
ĞŶĐŽƌĞ͘ ƉĂƌƚŝƌ ĚƵ ŚĂƵƚ DŽLJĞŶ ŐĞ͕ ů͛ĂůƉŚĂďĠƚŝƐĂƚŝŽŶ Ŷ͛ĞdžŝƐƚĞ ƉŽƵƌ ĂƵƐƐŝ ĚŝƌĞ ƉůƵƐ ƉĂƌŵŝ ůĞƐ ůĂŢĐƐ͘ /ůƐ
ŶĞ ƌĞĐŽŵŵĞŶĐĞƌŽŶƚ ă ůŝƌĞ Ğƚ ă ĠĐƌŝƌĞ ƋƵ͛ă ƉĂƌƚŝƌ ĚƵ ϭϮèmesiècle.    
 
 
Désormais,   ce   sont   surtout   les   moines   qui   sont   les   conservateurs   et   continuateurs   de   la  
culture.   Seuls   les   moines   vont   finalement   copier   les   textes   et   assurer   la   transmission   des  
ĐŽŶŶĂŝƐƐĂŶĐĞƐ͘ /ů Ŷ͛LJ Ă ƉůƵƐ ŐƌĂŶĚ ĐŚŽƐĞ ĚƵ ĐƀƚĠ ĚĞ ůĂ ƉƌŽĚƵĐƚŝŽŶ͘ ĂŶƐ ůĞ ŵġŵĞ ƚĞŵƉƐ͕ ůĂ ĚŝƐĐŝƉůŝŶĞ
ĞĐĐůĠƐŝĂƐƚŝƋƵĞ ƐĞ ƌĞůąĐŚĞ͘ >͛ĂƵƚŽƌŝƚĠ ĚƵ ƉĂƉĞ ĚĞ ůĂ ĨŝŶ ĚĞ ů͛ĂŶƚŝƋƵŝƚĠ ĚŝŵŝŶƵĞ͕ ůĞƐ ĠǀġƋƵĞƐ ƐŽŶƚ ůŽŝŶ ĚĞ
lui  obéir  en  fermant  les  yeux.  
 
 
hŶ ƌĞĐƵů ĚĞ ůĂ ůŽŝ͘ >Ğ ƉĂƉĞ Ŷ͛Ă ƉůƵƐ ƋƵ͛ƵŶ ƉƌĞƐƚŝŐĞ ƐLJŵďŽůŝƋƵĞ͘ /ů ĠŵĞƚ ĞŶĐŽƌĞ ĚĞ ƚĞŵƉƐ ĞŶ
ƚĞŵƉƐ ĚĞƐ ĚĠĐƌĠƚĂůĞƐ ŵĂŝƐ ŝů Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ƚƌğƐ ŽďĠŝ͘ >ĞƐ ĐŽŶĐŝůĞƐ ƐĞŵďůĞŶƚ ĂĨfranchis  complètement  de  la  
ƚƵƚĞůůĞ ƉŽŶƚŝĨŝĐĂůĞ͘ /ů Ŷ͛LJ Ă ƉůƵƐ ĚĞ ĐŽŶĐŝůĞ ă ů͛ĠĐŚĞůůĞ ĚĞ ůĂ ĐŚƌĠƚŝĞŶƚĠ ĞŶƚŝğƌĞ͘  
 
 
ŽŵŵĞ ƉĞƌƐŽŶŶĞ Ŷ͛ĠĐƌŝƚ ƉůƵƐ͕ ůĞƐ ƌŽŝƐ ďĂƌďĂƌĞƐ͕ ĐĞƵdž ƋƵŝ ƐĂǀĞŶƚ ĞŶĐŽƌĞ ĠĐƌŝƌĞ͕ Ɛ͛ĂƉƉƵŝĞŶƚ ƐƵƌ
les  élites  et  demandent  aux  conciles  de  jouer  lĞ Ě͛ƵŶĞ ƐŽƌƚĞ Ě͛ŝŶƐƚĂŶĐĞ ůĠŐŝƐůĂƚŝǀĞ͘ /ů ůĞƵƌ ĚĞŵĂŶĚĞ ĚĞ
ĨĂŝƌĞ ůĞƵƌ ƚƌĂǀĂŝů ĚŽŶĐ ĚĞ ƉƌŽĚƵŝƌĞ ĚĞ ůĂ ŶŽƌŵĞ ƉŽƵƌ ů͛ĞŶƐĞŵďůĞ ĚĞ ůĂ ƐŽĐŝĠƚĠ͘ YƵĂŶĚ ŽŶ ƌĞŐĂƌĚĞ ůĞƐ
ĐĂŶŽŶƐ ĚĞƐ ĐŽŶĐŝůĞƐ ĚĞ ů͛ĠƉŽƋƵĞ͕ ŽŶ ƐĞ Ěŝƚ ƋƵ͛ŝŶĐŽŶƚĞƐƚĂďůĞŵĞŶƚ ŝů LJ Ă ƵŶĞ ƐŽƌƚĞ ĚĞ ĚŝƐĐŽŶƚŝŶƵŝƚĠ͘
ŝŶƐŝ͕ ĞŶ ŵĂƚŝğƌĞ ĚĞ ŵĂƌŝĂŐĞ͕ ů͛ ŐůŝƐĞ ƉƌŝŵŝƚŝǀĞ ĂǀĂŝƚ ĨŽŶĚĠ ůĞ ƉƌŝŶĐŝƉĞ ĚĞ ů͛ŝŶĚŝƐƐŽůƵďŝůŝƚĠ Ğƚ ă
ů͛ĠƉŽƋƵĞ ĐĂƌŽůŝŶŐŝĞŶŶĞ͕ ŽŶ Ŷ͛LJ ƌĞŐĂƌĚĞ ƉůƵƐ ĚĞ Ɛŝ ƉƌğƐ͘  
 
1.3. Les  collections  canoniques    
 
 
ĂŶƐ ĐĞƐ ƐŽĐŝĠƚĠƐ͕ Žƶ ů͛ĠĐƌŝƚƵƌĞ Ɛ͛ĞƐƚ ƌĂƌĠĨŝĠĞ͕ ŽŶ Ŷ͛ĂƌƌŝǀĞ ƉůƵƐ ă ĚŽminer  les  textes  laissés,  on  
Ŷ͛ĂƌƌŝǀĞ ƉůƵƐ ă ĚŽŵŝŶĞƌ ůĂ ĚŽĐƵŵĞŶƚĂƚŝŽŶ ůĂŝƐƐĠĞ ƉĂƌ ůĂ ƉĂƚƌŝƐƚŝƋƵĞ ĂƵƚŽƌŝƐĠĞ͘ KŶ ǀĂ ĂůŽƌƐ ƐĞ ŵĞƚƚƌĞ ă
ĨĂŝƌĞ ĚĞƐ ĂďƌĠŐĠƐ͘ KŶ ǀĂ ƉƌĞŶĚƌĞ ůĞƐ ƉĂƐƐĂŐĞƐ ŝŵƉŽƌƚĂŶƚƐ Žƶ Ɛ͛ĞdžƉƌŝŵĞ ƵŶĞ ŶŽƌŵĞ͕ ƵŶĞ ŽƉŝŶŝŽŶ͘ KŶ
va  prendre  ses  passages  de  ů͛ƈƵǀƌĞ Ě͛Žƶ ŝůƐ ƐŽŶƚ ĞdžƚƌĂŝƚƐ Ğƚ ŽŶ ǀĂ ůĞƐ ŵĞƚƚƌĞ ďŽƵƚ ă ďŽƵƚ͘  
 
 
WƌĞŶŽŶƐ ů͛Ğxemple   de   la   Dionysiana,   la   première   des   grandes   collections  
canoniques.  Denis   le   Petit   est   un   personnage   célèbre   en   tant   que   chronologiste   (et   moins   en   tant  
que  juriste).  Il  se  posait  le  problème  du  temps  :   Quand   le   Christ   est-­‐il   né  ?   Pâques  ?   ͛ĞƐƚ   lui   qui   a  
fixé   le   moment   de   la   naissance   du   Christ.   Il   était   un   homme   qui   avait   le   sens   du   système,   mais  
surtout  du  temps.  Sa  collection  canonique  est  dominée  par  l͛Žďsession  du  temps  :  situe  les  auteurs  
par  rapport  au   temps.  Les  fragments  extraits  des  différents  auteurs   (auctoritates)   sont   classés   par    
ordre   chronologique   (si   on   cherchait   le   droit   du   mariage,   il   fallait   tourner   les  pages   pour   noter   où  
un   fragment   extrait   d͛ƵŶ   père   de   l͛ glise   qui   concernait   le   mariage)   et   non   par   ordre  
systématique   (classement   par   thèmes).   Même   défaut   qui   va   durer   pendant   cinq   siècles   :   ces  
fragments  ne  sont  pas  regroupés  par  thèmes,  et  il  est  donc  impossible  de  classer  le  droit  canonique  
en  systèmes.    
 
 
Justinien,  lui,  avait  regroupé  les  fragments  par  thème.  
 
 
9  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
1.4. Les  falsifications:  les  fausses  décrétales  
 
 
L͛Ğffet  de  brouillard  sera  encore  accentué  par  la  production  de  faux  :  les  falsifications.  On  va  
voir   arrivé   des   législateurs   occultes   qui   introduisent   des   faux   canons,   des   faux   fragments.   La  
ĐŽůůĞĐƚŝŽŶ ůĂ ƉůƵƐ ĐŽŶŶƵĞ ĞƐƚ ĐĞůůĞ Ě͛Isidore  le  marchand.   ͛ĞƐƚ ůĂ ƉĠŶƵƌŝĞ ĚĞ ŶŽƌŵĞ ;ŝů Ŷ͛LJ Ă ƉůƵƐ ĚĞ
législateur   qui   fait   autorité)   qui   explique   ces   falsifications.   On   fabrique   des   règles   au   nom   de  
légŝƐůĂƚĞƵƌƐ ƋƵŝ ŽŶƚ ǀĠĐƵ ŝů LJ Ă ůŽŶŐƚĞŵƉƐ͘ ĞƐ ĨĂƵƐƐĞƐ ĚĠĐƌĠƚĂůĞƐ Ɛ͛ŝŶĐŽƌƉŽƌĞŶƚ ĂƵdž ǀƌĂŝƐ ƚĞdžƚĞƐ͘ >Ă
norme  est  aussi  le  produit  de  ces  falsifications.    
 
 
͛ĂŝůůĞƵƌƐ͕ Đ͛ĞƐƚ ĚĞǀĞŶƵ ĚĞƐ ƐŽƵƌĐĞƐ ĚƵ ĚƌŽŝƚ ƋƵŝ ŶŽƵƐ ŽŶƚ ŝŶĨůƵĞŶĐĠĞƐ͘ WƌĞŶŽŶƐ ů͛ĞdžĞŵƉůĞ ĚĞ
la   réintégrĂŶĚĞ͘ >ŽƌƐƋƵĞ ƋƵĞůƋƵ͛ƵŶ ƐĞ ǀŽŝƚ ĚĠƉŽƐƐĠĚĞƌ͕ ŝů ĚŽŝƚ ƉƌŽƵǀĞƌ ůĂ ǀŽŝĞ ĚĞ ĨĂŝƚ Ğƚ ŶŽŶ ƉĂƐ
ƉƌŽƵǀĞƌ ƋƵ͛ŝů ĠƚĂŝƚ ĞŶ ƉŽƐƐĞƐƐŝŽŶ ĚĞ ůĂ ĐŚŽƐĞ͘ /ů ĚŽŝƚ ũƵƐƚĞ ƉƌŽƵǀĞƌ ƋƵ͛ŝů Ă ĠƚĠ ƵƐĠ ĚĞ ůĂ ǀŝŽůĞŶĐĞ
ĞŶǀĞƌƐ ůƵŝ ƉŽƵƌ ůĞ ĚĠƉŽƐƐĠĚĞƌ ĚĞ ůĂ ĐŚŽƐĞ͘ ĞĐŝ ǀŝĞŶƚ Ě͛ƵŶĞ ĨĂƵƐƐĞ ĚĠĐƌĠƚĂůĞ ƋƵ͛ŽŶ ĂƉƉĞůůĞ
reintegranda.   En   cas   de   dépossession   par   la   violence,   celui   qui   a   été   dépossédé   doit   être   rétabli  
ĂǀĂŶƚ ƚŽƵƚĞ ĂƵƚƌĞ ĐŚŽƐĞ͘ ĞƚƚĞ ĂĐƚŝŽŶ ĞŶ ũƵƐƚŝĐĞ Ɛ͛ĞƐƚ ƚƌĂŶƐŵŝƐĞ Ğƚ ĚĞ Ĩŝů ĞŶ ĂŝŐƵŝůůĞ͕ ĞůůĞ Ă ĨŝŶŝ ƐĞ
ƚƌŽƵǀĞƌ ĚĞƐ ƚĞƌƌĂŝŶƐ Ě͛ĞdžƉůŽŝƚĂƚŝŽŶ Ğƚ ĂǀŽŝƌ ĚĞƐ ƵƚŝůŝƚĠƐ ƉƌĂƚŝƋƵĞƐ ĂƵ ƉŽŝŶƚ ƋƵ͛ŽŶ ƉĞƵƚ ĞŶĐŽƌĞ
ů͛ŝŶǀŽƋƵĞƌ͘  
 
 
Le  bƵƚ ĚĞ ů͛ĂĐƚŝŽŶ ƉŽƐƐĞƐƐŽŝƌĞ ĞƐƚ ĚĞ ƉƌŽƚĠŐĞƌ ůĞ ƉƌŽƉƌŝĠƚĂŝƌĞ ůƵŝ-­‐même.  Le  plus  souvent,  celui  
qui  a  la  chose  en  main  est  le  véritable  propriétaire.  Il  est  en  effet  difficile  de  prouver  la  propriété  de  
son   titre.   En   droit   actuel   ou   en   ancien   droit   français,   on   distingue   trois   différentes   actions  
possessoires  ͗ ůĂ ĐŽŵƉůĂŝŶƚĞ͕ ůĂ ĚĠŶŽŶĐŝĂƚŝŽŶ ĚĞ ŶŽƵǀĞůůĞ ƈƵǀƌĞ Ğƚ ůĂ ƌĠŝŶƚĠŐƌĂŶĚĞ͘  
 
 
>Ă ĚĠŶŽŶĐŝĂƚŝŽŶ ĚĞ ŶŽƵǀĞůůĞ ƈƵǀƌĞ Ŷ͛ĞƐƚ ƋƵ͛ƵŶĞ ǀĂƌŝĂŶƚĞ ĚĞ ůĂ ĐŽŵƉůĂŝŶƚĞ͘ ůůĞ ŝŶƚĞƌǀŝĞŶƚ
lorsque  le  trouble  possessoire  est  lié  à  une  construction.  Par  exemple,  mon  voisin  construit  sur  mon  
ƚĞƌƌĂŝŶ͕ ũ͛ŝŶƚĞŶƚĞ ƵŶĞ ĂĐƚŝŽŶ ƋƵŝ ĚĠŶŽŶĐĞ ůĂ ŶŽƵǀĞůůĞ ƈƵǀƌĞ ƋƵŝ ǀĂ ĂǀŽŝƌ ƉŽƵƌ ĞĨĨĞƚ Ě͛ĂƌƌġƚĞƌ ůĞ ƚƌĂǀĂŝů
ĚĞ ĐŽŶƐƚƌƵĐƚŝŽŶ ĞŶ ĐŽƵƌƐ Ğƚ Ě͛ŽďůŝŐĞƌ ůĂ ĚĠŵŽůŝƚŝŽŶ ũƵƐƋƵ͛ă ĐĞ ƋƵĞ ůƵŝ ĂŐŝƐƐĞ ĂƵ ƉĠƚŝƚŽŝƌĞ Žƶ ŝů
apportera   la   preuve   de   sa   propriété.   Le   demandeur   doit   démontrer   que   pendant   une   année   au  
moins  (celle   qui  précède   le  trouble  possessoire)   il  a  été   pleinement   en  possession  de   la  chose   (en  
ŐĠŶĠƌĂů ŝŵŵĞƵďůĞͿ ĚŽŶĐ ƋƵ͛ŝů Ă ĞdžĞƌĐĠ ƐƵƌ ĐĞƚ ŝŵŵĞƵďůĞ ƚŽƵƚĞƐ ůĞƐ ƉƌĠƌŽŐĂƚŝǀĞƐ ĞdžĞƌĐĠĞƐ
normalement  par  un  propriétaire.    
 
 
hŶĞ ĐŽŶƐĠƋƵĞŶĐĞ ĚĞ ů͛ĞdžŝŐĞŶĐĞ ĚĞ ĚĠŵŽŶƚƌĞƌ ƐĂ ƉŽƐƐĞƐƐŝŽŶ ĞƐƚ ƋƵ͛ŽŶ ĚŽŝƚ ĂǀŽŝƌ ĞdžĞƌĐĠ ůĞƐ
ƉƌĠƌŽŐĂƚŝǀĞƐ Ě͛ƵŶ ƉƌŽƉƌŝĠƚĂŝƌĞ ĞŶ ŶŽŵ ƉƌŽƉƌĞ͘ Ğ ƋƵŝ ĞdžĐůƵƚ ĚŽŶĐ ĚƵ ďĠŶĠĨŝĐĞ ĚĞ ů͛ĂĐƚŝŽŶ ƉŽƐƐĞƐƐŽŝƌĞ
ƋƵĞůƋƵ͛ƵŶ ƋƵŝ ŶĞ ƉŽƐƐğĚĞ ƉĂƐ ƉŽƵƌ ůƵŝ-­‐ŵġŵĞ͘ WĂƌ ĞdžĞŵƉůĞ͕ ůĞ ůŽĐĂƚĂŝƌĞ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ƚŝƚƵůĂŝƌĞ Ě͛ƵŶ ĚƌŽŝƚ
réel.  Il  a  juste  un  contrat  ĂǀĞĐ ůĞ ďĂŝůůĞƵƌ͘ /ů Ŷ͛Ă ƉĂƐ ĚĞ ƚŝƚƌĞ ƐƵƌ ůĂ ĐŚŽƐĞ͘ /ů ŶĞ ƉŽƐƐğĚĞ ƉĂƐ pro  suo  
mais   pro   alieno͕ ĚŽŶĐ Ɛ͛ŝů ĞdžĞƌĐĞ ĚĞƐ ƉƌĠƌŽŐĂƚŝǀĞƐ ƋƵŝ ƉĞƵǀĞŶƚ ƐĞ ĐŽŶĨŽŶĚƌĞ ĂǀĞĐ ĐĞůůĞƐ ĚƵ
propriétaire,   il   ne   les   exerce   pas   en   son   nom.   Un   locataire   ne   peut   en   conséquence   exercer   une  
ĂĐƚŝŽŶ ƉŽƐƐĞƐƐŽŝƌĞ͘ ^ŝ ĐĞ ĚĞƌŶŝĞƌ ĐŽŶƐƚĂƚĂŝƚ ƵŶ ƚƌŽƵďůĞ ƉŽƐƐĞƐƐŽŝƌĞ͕ ŝů ĂůŽƌƐ ĚĞǀƌĂŝƚ Ɛ͛ĂĚƌĞƐƐĞƌ ĂƵ
propriétaire,  le  bailleur,  qui  pourra  intenter  une  action  possessoire.    
 
 
La   complainte   et   sa   variante   sont   des   actions   possessoires   au   sens   étroit,   elles   protègent  
donc   le   possesseur.   En   revanche,   la   réintégrande,   bien   que   considérée   comme   action   possessoire  
;ĐĂƌ ĞůůĞ Ă ůĞ ŵġŵĞ ďƵƚͿ Ŷ͛ĞŶ ĞƐƚ ƉĂƐ ƵŶĞ ĂƵ ƐĞŶƐ ĠƚƌŽŝƚ ĐĂƌ ůĞ ĚĞŵĂŶĚĞƵƌ Ŷ͛Ă ƉĂƐ ă ƉƌŽƵǀĞƌ ƐĂ
ƉŽƐƐĞƐƐŝŽŶ͘ /ů Ŷ͛Ă ƉĂƐ ă ĨĂŝƌĞ ůĂ ƉƌĞƵǀĞ ƋƵĞ ƉĞŶĚĂŶƚ ů͛ĂŶŶĠĞ ƋƵŝ ƉƌĠĐğĚĞ ůĞ ƚƌŽƵďůĞ ŝů Ă ĞdžĞƌĐĠ ĞŶ ƐŽŶ
ŶŽŵ ƉƌŽƉƌĞ ůĞƐ ƉƌĠƌŽŐĂƚŝǀĞƐ Ě͛ƵŶ ƉƌŽƉƌŝĠƚĂŝƌĞ͘ /ů ĚŽŝƚ ũƵƐƚĞ ƉƌŽƵǀĞƌ ƋƵ͛ŝů LJ Ă ĞƵ ƵŶ ĂĐƚĞ ĚĞ ǀŝŽůĞŶĐĞ͕
que  le  trouble  possessoire  est  dû  à  une  violence,  à  une  voie  de  fait.  Le  demandeur  en  réintégrande  
Ŷ͛Ă ƉĂƐ ă ƉƌŽƵǀĞƌ ƐĂ ƉŽƐƐĞƐƐŝŽŶ͘ ŝŶƐŝ ĚŽŶĐ͕ ůĞ ůŽĐĂƚĂŝƌĞ ;ƐŝŵƉůĞ ĚĠƚĞŶƚĞƵƌ͕ ƋƵŝ ƉŽƐƐğĚĞ pro  alieno)  a  
ůĂ ĨĂĐƵůƚĠ Ě͛ŝŶƚĞŶƚĞƌ ůĂ ƌĠŝŶƚĠŐƌĂŶĚĞ ĐĂƌ ŝů Ŷ͛Ă ƉĂƐ ă ĨĂŝƌĞ ůĂ ƉƌĞƵǀĞ ĚĞ ƐĂ ƉŽƐƐĞƐƐŝŽŶ͘  
 
 
͛Žƶ ǀŝĞŶŶĞŶƚ ĐĞƐ ĂĐƚŝŽŶƐ  ͍ ůůĞƐ ƉƌŽǀŝĞŶŶĞŶƚ Ě͛ƵŶĞ ƚƌğƐ ǀŝĞŝůůĞ ŚŝƐƚŽŝƌĞ͘ >Ă ĐŽŵƉůĂŝŶƚĞ Ă ƐĂ
10  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
source   dans   une   action   anglaise,   une   action   de   common   law.   Elle   a   ensuite   été   copiée   sur   le  
continent   par   les   rois   français   vers   le   13ème   siècle.   La   réintégrande   a   quant   à   elle   une   origine   plus  
ancienne.  Les  textes  sur  lesquels  les  juges  français  se  sont  basés  sont  de  droit  canonique.  Mais  en  
ĨĂŝƚ Đ͛ĞƐƚ ƵŶ ĨĂƵdž ƋƵŝ Ă ĠƚĠ ĨĂďƌŝƋƵĠ ǀĞƌƐ ůĞ ŵŝůŝĞƵ ĚƵ ϵème  siècle  par  un  moine  qui  souffrait  (comme  
pas  mal  de  moines  de  l͛ĠƉŽƋƵĞͿ ĚĞƐ ĞdžĂĐƚŝŽŶƐ ĨĂŝƚĞƐ ƉĂƌ ůĞƐ ůĂŢĐƐ͕ ůĞƐ ƐĞŝŐŶĞƵƌƐ ƋƵŝ ŵĞƚƚĂŝĞŶƚ ƉĂƌĨŽŝƐ
ůĂ ŵĂŝŶ ƐƵƌ ůĞƐ ďŝĞŶƐ ĚĞ ů͛ ŐůŝƐĞ ;ƋƵŝ Ŷ͛ĂǀĂŝƚ ƉĂƐ ůĂ ƉŽƐƐŝďŝůŝƚĠ ĚĞ ƌĠƉůŝƋƵĞƌ ƉĂƌ ůĂ ĨŽƌĐĞͿ͘ hŶ ŵŽŝŶĞ Ă
donc  fait  un  faux  décret  qui  dit  que  celui  qui  a  été  dépouillé  par  la   force  doit  être  rétablit  dans  sa  
ƉŽƐƐĞƐƐŝŽŶ͕ ƉĞƵ ŝŵƉŽƌƚĞ ĚŽŶĐ ůĂ ƋƵĞƐƚŝŽŶ ĚĞ ƐĂǀŽŝƌ Ɛ͛ŝů ĞƐƚ ƉƌŽƉƌŝĠƚĂŝƌĞ ŽƵ ŶŽŶ͘ /ů LJ Ă ƵŶĞ ƐĞƵůĞ ĐŚŽƐĞ
à  faire  ;  corriger  les  effets  de  la  force  et  rétablir  les  choses  antérieures.  Ce  principe  a  été  posé  par  ce  
faussaire  qui  a  rédigé  des  «  décrétales  ͩ͘ ͛ĞƐƚ ƵŶ ĨĂƵdž ŚŝƐƚŽƌŝƋƵĞ ŵĂŝƐ Đ͛ĞƐƚ ĚĞǀĞŶƵ ƵŶ ǀƌĂŝ ũƵƌŝĚŝƋƵĞ
car  les  décrétales  ont  été  intégrées  au  droit  canonique.    
 
 
>͛ĠƉŽƋƵĞ ĚƵ ŵŽLJĞŶ-­‐âge  est  une  époque  de  recul  intellectuel  par  rapport  à  ce  qui  se  mettait  
en  place  à  lĂ ĨŝŶ ĚĞ ů͛ĂŶƚŝƋƵŝƚĠ͘ Ŷ ĚƌŽŝƚ ĐĂŶŽŶŝƋƵĞ͕ ůĞ ƐLJƐƚğŵĞ ĚĞ ƐŽƵƌĐĞ ŵĂƌĐŚĂŝƚ ďŝĞŶ͕ ŵĂŝƐ ŝů Ŷ͛ĞƐƚ
maintenant  plus  respecté.    
 
 

2. Droit  laïc  
2.1. Les   lois   des   royaumes   barbares   du   sud   (Visigoths,   Burgondes,   Lombards)   :   l'influence   du  
modèle  législatif  romain  
 
 
En  droit   laïc,   que   se   passe-­‐t-­‐il  ͍ >ĞƐ ďĂƌďĂƌĞƐ ĞŶǀĂŚŝƐƐĞŶƚ ů͛ĞŵƉŝƌĞ ƌŽŵĂŝŶ͘ ŽŵŵĞŶƚ ĐƌĠĞƌ
du   droit  ͍ >Ğ ƉŚĠŶŽŵğŶĞ ƋƵŝ ƐĞ ŵĂŶŝĨĞƐƚĞ ă ů͛ĠƉŽƋƵĞ͕ Đ͛ĞƐƚ ƵŶĞ ĞƐƉğĐĞ ĚĞ ƚĞŶƚĂƚŝǀĞ ĚĞƐ ƌŽŝƐ
barbares  de  se  créer  un  ordre  législatif  à  la  romaine  et  de  se  donner  des  lois  écrites  calquées  sur  les  
ĐŽĚĞƐ ƌŽŵĂŝŶƐ ;ĐŽĚĞƐ Ě͛ĂǀĂŶƚ :ƵƐƚŝŶŝĞŶͿ͕ ůĞƐ ĐŽĚĞƐ ŚĞƌŵŽŐĠŶŝĞŶ Ğƚ ŐƌĠŐŽƌŝĞŶ Ğƚ ůĞ ĐŽĚĞ ƚŚĠŽĚŽƐŝĞŶ͘
KŶ ƌĞƚƌŽƵǀĞ ĚŽŶĐ ů͛ŝĚĠĞ ĚƵ ƌŽŝ ůĠŐŝƐůĂƚĞƵƌ͘  
 
2.2. Les  leges  romanae  et  la  conservation  d'éléments  de  droit  romain  
 
 
Cette  législation  va  être  construite  de  manière  différente  dans  les  royaumes  barbares  du  sud  
et   ceux   du   nord.   Chez   les   barbares   du   sud,   les   visigots,   les   rois   promulguent   à   peu   près  
simultanément  deux  catégories  de  lois,  une  lex  romana  ;ůŽŝ ă ů͛ƵƐĂŐĞ ĚĞƐ ƌomains,  en  fait  un  abrégé  
ĚĞ ƐŽƵƌĐĞƐ ƌŽŵĂŝŶĞƐ͕ ĚĞ ĐŽĚĞƐ ƌŽŵĂŝŶƐ ĚŽŶƚ ůĞ ĐŚĂŵƉ Ě͛ĂƉƉůŝĐĂƚŝŽŶ ĞƐƚ ŶŽƌŵĂůĞŵĞŶƚ ƌĠƐĞƌǀĠ ĂƵdž
romains  conquis)  et  une  lex  barbara  (une  loi  qui  se  définit  par  elle-­‐même  comme  non  romaine  et  à  
ů͛ƵƐĂŐĞ ĚĞƐ ďĂƌďĂƌĞƐ Ğƚ ƋƵŝ ĞdžƉƌŝŵĞ ů͛ĠŵĞƌŐĞŶĐĞ ĚĞ ƌğŐůĞƐ ŶŽƵǀĞůůĞƐ͕ ĚĞ ƌğŐůĞƐ ƋƵŝ Ŷ͛ŽŶƚ ƉůƵƐ ƌŝĞŶ ă
ǀŽŝƌ ĂǀĞĐ ů͛ĂƉƉŽƌƚ ĚĞ ů͛ĂŶƚŝƋƵŝƚĠ͘ ůůĞ ĞƐƚ ĠĐƌŝƚĞ ĞŶ ůĂƚŝŶ͕ ĂǀĞĐ ƋƵĞůƋƵĞƐ ŵŽƚƐ ŐĞƌŵĂŶŝƋƵĞƐͿ͘ KŶ ƐĞŶƚ
ƋƵ͛ŝů Ă ƚŽƵƚ ĚĞ ŵġŵĞ ƵŶĞ ŝŶĨůƵĞŶĐĞ ĚĞƐ ƉŽƉƵůĂƚŝŽŶƐ ŐĞƌŵĂŶŽƉŚŽŶĞƐ ŵĂŝƐ ů͛ŝĚĠĞ ƋƵŝ ĚŽŵŝŶĞ ĞƐƚ que  
Đ͛ĞƐƚ ůĞ ƌŽŝ ƋƵŝ ůĠŐŝĨğƌĞ ƉŽƵƌ ĚĞƵdž ĐĂƚĠŐŽƌŝĞƐ ĚĞ ůĂ ƉŽƉƵůĂƚŝŽŶ͘ ͛ĞƐƚ ůĞ ƉƌŝŶĐŝƉĞ ĚĞ ůĂ ƉĞƌƐŽŶŶĂůŝƚĠ ĚĞƐ
lois,  un  principe  qui  est  sous-­‐ũĂĐĞŶƚ ĂƵ ƐLJƐƚğŵĞ ƋƵŝ ĞdžŝƐƚĞƌĂ ũƵƐƋƵ͛ĂƵdž ĞŶǀŝƌŽŶƐ ĚĞ ů͛ĂŶ ϭϬϬϬ͘ ͛ĞƐƚ ƵŶ
ƉƌŝŶĐŝƉĞ ĚŽŶƚ ŝů ĞƐƚ ƚƌğƐ ĚŝĨĨŝĐŝůĞ Ě͛ŝŵĂŐiner  le  fonctionnement  si  on  le  prend  au  pied  de  la  lettre,  mais  
il  est  quand  même  sous-­‐jacent  au  système.  Le  modèle  du  roi  législateur  est  un  modèle  romain.  Les  
ƌŽŝƐ ďĂƌďĂƌĞƐ ŽŶƚ ĐŽƉŝĠ ůĞƐ ĞŵƉĞƌĞƵƌƐ ƌŽŵĂŝŶƐ͘ >ĞƵƌ ůĠŐŝƐůĂƚŝŽŶ Ɛ͛ĞdžƉƌŝŵĞ Ě͛ĂŝůůĞƵƌƐ ĞŶ ůĂƚŝŶ͘    
 
2.3. La  législation  des  Francs  saliens  :  le  problème  de  l'origine  de  la  Loi  salique  
 
 
ǀĂŶƚ ƚŽƵƚĞ ĂƵƚƌĞ ĐŚŽƐĞ͕ ŶŽƚŽŶƐ ƋƵĞ ůŽƌƐƋƵ͛ŽŶ ƉĂƌůĞ ĚĞ ůĂ >Žŝ ƐĂůŝƋƵĞ͕ ĚĂŶƐ ĐĞ ĐŽŶƚĞdžƚĞ͕ ŽŶ
est  très  loin  du  droit  belge  actuel.    
 
 
>͛ƵŶĞ ĚĞƐ ůŽŝƐ ďĂƌďĂƌĞƐ ůĂ ƉůƵƐ ŝŵƉŽƌƚĂŶƚĞ ĞƐƚ ůĂ ůŽŝ ƐĂůŝƋƵĞ ;ĚŽŶĐ ůĂ ůŽŝ ĚĞƐ ƐĂůŝĞŶƐͿ͘ Ɛƚ-­‐ce  
que  cette  loi  salique  correspond  au  même  modèle  que  les  lois  barbares  du  Sud  ?  Pendant  longtemps  
ŽŶ ů͛Ă ĐƌƵ ;ũƵƐƋƵĞ ĚĂŶƐ ůĞƐ ĂŶŶĠĞƐ ϭϵϵϬͿ͘ Ğ ƋƵŝ ĠƚĂŝƚ ĞŶƐĞŝŐŶĠ͕ Đ͛ĞƐƚ ůĂ ŵġŵĞ ĐŚŽƐĞ ƋƵ͛ŽŶ ĚŝƐĂŝƚ ĚĞƐ
11  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
visigots  ͗ ŝů LJ Ă ƵŶĞ ŵŽŶĂƌĐŚŝĞ ƋƵŝ ĠŵĞƌŐĞ Ğƚ ƋƵŝ Ɛ͛ĂĨĨŝƌŵĞ ƐƵƌƚŽƵƚ ĂǀĞĐ ůŽǀŝƐ ƋƵŝ ƉƌŽŵƵůŐƵĞ ůĂ ůŽŝ
salique   en   507-­‐ϱϭϭ͘ KŶ Ɛ͛ĞƐƚ ƚŽƵƚ ĚĞ ŵġŵĞ ĂƉĞƌĕƵ ƋƵ͛ŝů LJ ĂǀĂŝƚ ƵŶĞ ĚŝĨĨĠƌĞŶĐĞ ĞŶƚƌĞ ĐĞ ƋƵ͛ŽŶ
observait  dans  le  monde  des  francs  et  ailleurs.  Il  existe  une  loi  romaine  chez  les  bourbons,  il  y  a  une  
ůŽŝ ƌŽŵĂŝŶĞ ƉƵďůŝĠĞ ƉĂƌ ůĞƐ ƌŽŝƐ ǀŝƐŝŐŽƚ ŵĂŝƐ ŝů Ŷ͛LJ Ă ƉĂƐ ĚĞ ůŽŝ ƌŽŵĂŝŶĞ ƉƵďůŝĠĞ ƉĂƌ ůĞƐ ƌŽŝƐ ĚĞƐ ĨƌĂŶĐƐ͘
De  plus,  cette  loi  salique  est  de  toutes  les  lois  barbares  celle  qui  Ă ů͛Ăŝƌ Ě͛ġƚƌĞ ůĂ ƉůƵƐ ƉƌŝŵŝƚŝǀĞ͘ ůůĞ
est   dépouillée   de   toute   construction   stylistique   (elle   a   le   texte   le   plus   primaire)   et   elle   est   le   plus  
imprégnée  de  vocabulaire  germanique.    
 
2.3.1. Les  couches  rédactionnelles  de  la  Loi  salique  
 
 
Il  y  a  dans  cette  loi  salique  une  chronologie  du  texte.  Avant  1990,  on  distinguait  trois  niveaux  
dans  cette  chronologie  :    
 
2.3.1.1. Le  Pactus  legis  salicae  (507-­‐511)  et  les  gloses  malbergiques  
 
 
Le  pactus  legis  salicae  qui  est  composé  de  65  titres.    
 
2.3.1.2. La  version  longue  et  les  capitulaires  (VIe-­‐VIIIe  s.)  
 
 
De   ce   noyau   primitif   on   a   ensuite   fait   une   version   longue   composée   de   100   titres.   Cette  
version  contient   donc   le  pacte  primitif  augmenté   des  capitulaires,   qui  sont   les  législations  des   rois  
postérieurs  à  Clovis.    
 
2.3.1.3. La  version  réformée  de  Charlemagne  (lex  salica  emendata)  
 
 
Enfin,  il  y  a  la  troisième  version  dite  «  caroline  »  ou  la  carolina  en  latin.  Elle  est  une  refonte  
ĚƵ ƚĞdžƚĞ ƉƌŽĚƵŝƚĞ ă ů͛ĠƉŽƋƵĞ ĚĞ ŚĂƌůĞŵĂŐŶĞ͘ KŶ Ă ƌĞƚƌŽƵǀĠ ůĂ ƚƌĂĐĞ ĚĞ ĐĞƚƚĞ ǀĞƌƐŝŽŶ ĚĂŶƐ ϳϬ
ŵĂŶƵƐĐƌŝƚƐ͕ ĐĞ ƋƵŝ ŵŽŶƚƌĞ ƋƵ͛Ğlle  a  eu  une  importance  tout  à  fait  particulière.    
 
2.3.1.4. Les  noyaux  primitifs  
 
 
Ŷ ϭϵϵϬ͕ ƵŶ ŚŝƐƚŽƌŝĞŶ Ă ŵŽŶƚƌĠ ƋƵ͛ă ĐĞƐ ƚƌŽŝƐ ŶŝǀĞĂƵdž͕ ŝů ĨĂƵƚ ĂũŽƵƚĞƌ ƵŶ ƋƵĂƚƌŝğŵĞ͕ ƋƵŝ ƐĞ
situe  avant  le  pactus.  Cette  toute  première  version  concerne  plus  ou  moins  60  titres  du  pacte,  et  elle  
ĚĂƚĞ ĚĞ ƉůƵƐ ŽƵ ŵŽŝŶƐ ϯϱϬ ;ĚŽŶĐ ŶĞƚƚĞŵĞŶƚ ĂǀĂŶƚ ů͛ĠŵĞƌŐĞŶĐĞ ĚĞ ůĂ ŵŽŶĂƌĐŚŝĞͿ͕ ĐĞ ƋƵŝ ŵŽŶƚƌĞ ƋƵĞ
ĐĞƚƚĞ ůĠŐŝƐůĂƚŝŽŶ ĠƚĠ ĨĂŝƚĞ ƐŽƵƐ ƉƌĞƐƐŝŽŶ ƌŽŵĂŝŶĞ͘ ůůĞ Ă ĠƚĠ ĨĂŝƚĞ ĚĂŶƐ ĐĞ ƋƵŝ ĞƐƚ ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ ůĂ
ĞůŐŝƋƵĞ ;,ĞƐďĂLJĞ Ğƚ ďƌĂďĂŶƚͿ ă ů͛ĠƉŽƋƵĞ Žƶ ůĞƐ  francs  étaient  sous  domination  romaine,  époque  à  
ůĂƋƵĞůůĞ ŝůƐ ĨŽƵƌŶŝƐƐĂŝĞŶƚ ƵŶĞ ďŽŶŶĞ ƉĂƌƚŝĞ ĚĞƐ ĂƵdžŝůŝĂŝƌĞƐ ŐĞƌŵĂŝŶƐ ĚĞ ů͛ĂƌŵĠĞ ƌŽŵĂŝŶĞ͘  
 
 
>͛ĂĚũĞĐƚŝĨ ƐĂůŝĞŶ ĞƐƚ ă ƌĂƉƉƌŽĐŚĞƌ ĚĞ ů͛ĂŶŐůĂŝƐ ͨ  to   sale  »,   donc   en   réalité   les   francs   saliens  
sont  ceux  qui  se  sŽŶƚ ǀĞŶĚƵƐ͕ ƋƵŝ ƐĞ ƐŽŶƚ ĚŽŶŶĠƐ ă ů͛ĂƵƚŽƌŝƚĠ ƌŽŵĂŝŶĞ͘  
 
 
Une  bonne  partie  des  premiers  titres  de  la  loi  salique  est  donc  une  série  de  règlements  qui  
ŽŶƚ ĠƚĠ ƉƌŝƐ ƐŽƵƐ ů͛ĂƵƚŽƌŝƚĠ ƌŽŵĂŝŶĞ Ğƚ ƋƵŝ ŽŶƚ ƚŽƵƐ ƵŶ ƐĞƵů ďƵƚ  ͗ ŵĂŝŶƚĞŶŝƌ ů͛ŽƌĚƌĞ͕ ũƵŐƵůĞƌ ůĂ
ǀŝŽůĞŶĐĞ͘ ͛ĞƐƚ ă ƉĂƌƚŝƌ ĚĞ ĐĞ ŶŽLJĂƵ ƉƌŝŵŝƚŝĨ ƋƵĞ ůĂ ůŽŝ ƐĂůŝƋƵĞ Ă ĠǀŽůƵĠ͘ ŶƐƵŝƚĞ ů͛ŚŝƐƚŽŝƌĞ ĚƵ ƚĞdžƚĞ ĞƐƚ
plus  facile  à  connaître.  Après  Clovis,  ses  successeurs  ajoutent  des  capitulaires  à  la  loi  salique  et  vers  
800,  Charlemagne  fait  une  refonte  de  la  loi.    
 
2.3.2. Les  caractéristiques  de  la  composition:  un  texte  associatif,  casuistique  et  concret  
 
 
>Ă ůŽŝ ƐĂůŝƋƵĞ ĞƐƚ ƵŶ ƚĞdžƚĞ ƋƵŝ Ă ƉŽƵƌ ĐĂƌĂĐƚĠƌŝƐƚŝƋƵĞ Ě͛ġƚƌĞ associatif,  casuistique  et  concret.  
ƐƐŽĐŝĂƚŝĨ ĐĂƌ Đ͛ĞƐƚ ƵŶĞ ĐŽŵďŝŶĂŝƐŽŶ ĚĞ ĐŚĂƉŝƚƌĞƐ ƋƵŝ ŶĞ ƐŽŶƚ ƉĂƐ ŵŝƐ ĞŶƐĞŵďůĞ ƉĂƌ ŵĂƚŝğƌĞ ŵĂŝƐ
12  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
ƐĞůŽŶ ĚĞƐ ĂƐƐŽĐŝĂƚŝŽŶƐ Ě͛ŝĚĠĞƐ͘ KŶ Ă ŵŝs   les   chapitres   les   uns   après   les   autres.   Ces   associations  
Ě͚ŝĚĠĞƐ ǀĂƌŝĞŶƚ Ě͛ƵŶ ŵĂŶƵƐĐƌŝƚ ă ů͛ĂƵƚƌĞ͘ ŽŶĐ ŽŶ Ă ĚĞƐ ƚĞdžƚĞƐ ƋƵŝ Ŷ͛ŽŶƚ Ă ƉƌŽƉƌĞŵĞŶƚ ƉĂƌůĞƌ ƉĂƐ
Ě͛ŽƌĚƌĞ͘ >͛ŽƌĚƌĞ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ĚĠĨŝŶŝ͕ ŝů ĞƐƚ ĂůĠĂƚŽŝƌĞ͕ ŝů ĞƐƚ ƐƵƐĐĞƉƚŝďůĞ ĚĞ ƐĞ ŵŽĚŝĨŝĞƌ͕ ĞŶ ƌĂŝƐŽŶ ĚĞ   ces  
ũĞƵdž Ě͛ĂƉƉƌŽdžŝŵĂƚŝŽŶ ĚĞƐ ĚŝĨĨĠƌĞŶƚƐ ƵƚŝůŝƐĂƚĞƵƌƐ ĚƵ ƚĞdžƚĞ͘  
 
 
Ensuite,   le   texte   est   casuistique  :   les   textes   sont   envisagés   sous   forme   de   casus  
extrêmement   concret.   On   envisage   une   hypothèse   et   on   impute   à   cette   hypothèse   une   certaine  
conséquence.  AinƐŝ͕ ĐĞůƵŝ ƋƵŝ Ă ǀŽůĠ ƵŶĞ ǀĂĐŚĞ͕ ƵŶ ƚĂƵƌĞĂƵ͕ ĞƚĐ͘ Ŷ ƌĠĂůŝƚĠ͕ ůĞ ƌĠĚĂĐƚĞƵƌ Ŷ͛ĞŶǀŝƐĂŐĞ
ƉĂƐ ůĞ ǀŽů ĚĞ ŵĂŶŝğƌĞ ĂďƐƚƌĂŝƚĞ͕ ŝů Ŷ͛LJ Ă ŵġŵĞ ƉĂƐ ƵŶĞ ĐĂƚĠŐŽƌŝĞ ǀŽů ĚĞ ďĠƚĂŝů ƋƵŝ ĞŶŐůŽďĞƌĂŝĞŶƚ ĐĞƚƚĞ
ƐĠƌŝĞ Ě͛ĞƐƉğĐĞƐ͘ /ů LJ Ă ƵŶĞ ĚĠĨŝŶŝƚŝŽŶ ĐŽŶĐƌğƚĞ ĚƵ ĐĂƐƵƐ͘  
 
2.3.3. Le   problème   de   l'interprétation   et   de   l'application   de   la   loi   au   haut   Moyen   Âge:   les  
indices   de   l'utilisation   des   textes   législatif   (nombre   des   manuscrits,   citations   des   lois  
dans  les  documents  judiciaires)  
 
 
Aussi,  ces  textes,  analysés  dans  le  détail  sont   difficiles   à  comprendre   car  la  langue   est  mal  
maîtrisée.  Le  pactus  legis  salicae  est  rédigé  dans  un  latin  très  mauvais  sur  le  plan  grammatical.  Ces  
ƚĞdžƚĞƐ Ŷ͛ŽŶƚ ƉĂƐ ĚĞ ƐĞŶƐ ůŝƚƚĠƌĂů͘ hŶĞ ƚƌĂĚƵĐƚŝŽŶ ůŝƚƚĠƌĂůĞ ĞƐƚ ŝŵƉŽƐƐŝďůĞ ĐĂƌ ŝů LJ Ă ĚĞƐ ĨĂƵƚĞƐ ĚĞ
grammaire  partout.  Quand  on  traduit,  on  donne  au  texte  la  version  la  plus  plausible  mais  on  ne  peut  
pas  traduire  de  manière  littérale.    
 
 
Si  on  compare  les  versions  de  Clovis  (le  pactus)  et  de  Charlemagne  (la  carolinaͿ͕ ŽŶ Ɛ͛ĂƉĞƌĕŽŝƚ
que  la  réforme  de  Charlemagne  a  consisté  à  refaire  de  la  grammaire  :  on  a  cherché  à  réécrire  le  texte  
de  manière  correcte.    
 
 
Il   y   aussi   un   problème   germanique  ͖ Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐dire   que   si   on   y   regarde   de   près,   ce   texte   est  
ƚƌƵĨĨĠ ĚĞ ŵŽƚƐ ŶŽŶ ůĂƚŝŶƐ͕ Ě͛ŽƌŝŐŝŶĞ ŐĞƌŵĂŶŝƋƵĞ͘ ƚ ƉůƵƐ ƉƌĠĐŝƐĠŵĞŶƚ ƋƵŝ ǀŝĞŶŶĞŶƚ Ě͛ƵŶĞ ůĂŶŐƵĞ
germanique  non  écrite.  Dans  le  pactus  legis  salicae,  les  mots  germaniques  sont  saisis  par  une  glose  
malbergique.   Mal  ĞƐƚ ƵŶ ƚĞƌŵĞ ƋƵŝ ĚĂŶƐ ůĞ ŵŽŶĚĞ ƐĂůŝĞŶ ĞƐƚ ů͛ĠƋƵŝǀĂůĞŶƚ ĚĞ thing,   le   «  tribunal  »  
germain.  Berg  signifie  la  montagne.  Malberg  signifie  donc  la  montagne  du  tribunal  :  cette  assemblée  
Ě͛ŚŽŵŵĞƐ ůŝďƌĞƐ ƋƵŝ ƚƌĂŶĐŚĂŝĞŶƚ ůĞƐ ĐŽŶĨůŝƚƐ ƐĞ ƌĠƵŶŝƐƐĂŝĞŶƚ ĚĂŶƐ ĚĞƐ ůŝĞƵdž ƉĂƌƚŝĐƵůŝĞƌƐ͕ ĚĞƐ
ŵŽŶƚŝĐƵůĞƐ ƐŝƚƵĠƐ ŐĠŶĠƌĂůĞŵĞŶƚ ă ů͛ĠŐĂƌĚ ĚĞƐ ŐĞŶƐ͘ >Ă ŐůŽƐĞ ŵĂůďĞƌŐŝƋƵĞ ƌĞŶǀŽŝĞ ă ƵŶ ůĂŶŐĂŐĞ
particulŝĞƌ ƋƵ͛ŽŶ ƉĂƌůĂŝƚ ƐƵƌ ůĞ ŵĂůďĞƌŐ͕ ůŝĞƵ Žƶ ƐĞ ƌĠƵŶŝƐƐĂŝĞŶƚ ůĞƐ ŚŽŵŵĞƐ ƉŽƵƌ ũƵŐĞƌ ĚĞƐ ĐĂƐ͘  
 
 
La  glose  malbergique  ne  se  retrouve  que  dans  le  pactus  (voir  texte  1,  §2)  :  on  y  trouve  des  
ŵŽƚƐ ƋƵŝ ŶĞ ƌĞƐƐĞŵďůĞŶƚ ă ƌŝĞŶ͘ /ůƐ ƐŽŶƚ Ě͛ŽƌŝŐŝŶĞ ŽƌĂůĞ Ğƚ ŽŶƚ ĠƚĠ ĚĠĨŽrmés  par  les  scribes.  La  glose  
ŵĂůďĞƌŐŝƋƵĞ ƉƌŽǀŝĞŶƚ ĚŽŶĐ Ě͛ƵŶĞ ůĂŶŐƵĞ ŽƌĂůĞ ĨŽƌŵĠĞ ƉĂƌ ĚĞƐ ĐŽŶƚĂĐƚƐ ĐƵůƚƵƌĞůƐ͕ ƵŶĞ ůĂŶŐƵĞ
ŽďƐĐƵƌĞ ŵġŵĞ ƉŽƵƌ ĐĞƵdž ƋƵŝ ŽŶƚ ƌĠĚŝŐĠ ůĞƐ ŵĂŶƵƐĐƌŝƚƐ͘ ͛ĞƐƚ ƉŽƵƌ ĐĞƚƚĞ ƌĂŝƐŽŶ ƋƵ͛ŽŶ ŶĞ ƚƌŽƵǀĞ ƉůƵƐ
de  glose  malbergique  dans  les  versions  ultérieures  de  la  loi  salique.    
 
2.3.4. /ŵƉŽƐƐŝďŝůŝƚĠ Ě͛ƵŶĞ ĂƉƉůŝĐĂƚŝŽŶ ƐƵƌ ůĞ ŵŽĚğůĞ ĚĞ ĐĞůůĞ ĚĞƐ ůŽŝƐ ĂĐƚƵĞůůĞƐ ŽƵ ƌŽŵĂŝŶĞƐ  
 
 
Que   peut-­‐on   faire   de   ces   textes  ?   Comment   les   comprendre  ?   Sont-­‐ils   une   loi  ?   Ils  
ƉƌŽǀŝĞŶŶĞŶƚ Ě͛ƵŶ ƌŽŝ ůĠŐŝƐůĂƚĞƵƌ͕ ŵĂŝƐ ƐŽŶƚ-­‐ils   comparables   au   droit   romain,   au   droit   actuel  ?  
^͛ĂƉƉůŝƋƵĞŶƚ-­‐ils   comme   on   applique   nos   textes   juridiques   actuels  ?   Et   étaient-­‐ils   destinés   à   être  
utilisés  ͍ DĂŶŝĨĞƐƚĞŵĞŶƚ ŽƵŝ͕ ĐĞƐ ƚĞdžƚĞƐ ĠƚĂŝĞŶƚ ĚĞƐƚŝŶĠƐ ă ġƚƌĞ ƵƚŝůŝƐĠ ŵĂŝƐ ůĂ ĨĂĕŽŶ ĚŽŶƚ ŽŶ Ɛ͛ĞŶ
ƐĞƌǀĂŝƚ Ŷ͛Ă ƌŝĞŶ ĂǀŽŝƌ ĂǀĞĐ ů͛ĂƉƉůŝĐĂƚŝŽŶ ĂĐƚƵĞůůĞ Ě͛ƵŶ ƚĞdžƚĞ ũƵƌŝĚŝƋƵĞ͘ KŶ Ă ůĂ ƉƌĞƵǀĞ ƋƵ͛ŽŶ ƐĞ ƐĞƌǀĂŝƚ
ĚĞ ĐĞƐ ƚĞdžƚĞƐ͘ KŶ Ă ĐŽŶƐĞƌǀĠ ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ ϳϬ ŵĂŶƵƐĐƌŝƚƐ ĚĂŶƐ ůĞƐƋƵĞůƐ ŽŶ ƉĂƌůĞ ĚĞ ůĂ ůŽŝ ƐĂůŝƋƵĞ
;ĐŚŝĨĨƌĞ ĐŽŶƐŝĚĠƌĂďůĞ ƉŽƵƌ ů͛ĠƉŽƋƵĞͿ͘ ƚ ĐĞƐ ŵĂŶƵƐĐƌŝƚƐ ƐŽŶƚ ŝƐƐƵƐ de  personnes  qui  avaient  un  rôle  
judiciaire.   Par   ailleurs,   on   a   conservé   quelques   jugements,   qui   permettent   de   constater   que,   de  
ƚĞŵƉƐ ĞŶ ƚĞŵƉƐ͕ ŽŶ ĐŝƚĞ ůĂ ůŽŝ ƐĂůŝƋƵĞ͘ Ŷ ĞĨĨĞƚ͕ ă ƉĂƌƚŝƌ ĚĞ ů͛ĠƉŽƋƵĞ ĐĂƌŽůŝŶŐŝĞŶŶĞ͕ ŽŶ Ă ƵŶ ƉĞƵ ƉůƵƐ
13  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
de  documentation.  Cette  documentation  permet  de  constater  que  de  temps  à  autres,  ces  lois  sont  
citées.  Parfois,  les  jugements  se  réfèrent  explicitement  à  un  texte  de  la  loi  salique.  Ces  textes  avaient  
donc  bien  un  impact  politique.  Mais  on  ne  peut  pas  imaginer  leur  application  comme  on  applique  la  
ůŽŝ ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ͕ Ğƚ ĐĞ ƉŽƵƌ ĚĞƵdž ƌĂŝƐŽŶƐ͘  
 
2.3.4.1. Première  raison  :  défectuosités  de  la  rédaction  (absence  d'abstraction  -­‐  impossibilité  du  
syllogisme  judiciaire)  
 
 
͛ĂďŽƌĚ͕ ŝů ĞƐƚ ŝŵƉŽƐƐŝďůĞ Ě͛ĂƉƉůŝƋƵĞƌ ĐĞƚƚĞ ůŽŝ ĐŽŵŵĞ ůĞƐ ŶƀƚƌĞƐ ƉŽƵƌ ƵŶĞ ƌĂŝƐŽŶ
ŝŶƚĞůůĞĐƚƵĞůůĞ͘ ĞƐ ƚĞdžƚĞƐ ƐŽŶƚ ĨƌĂƉƉĠƐ Ě͛ƵŶĞ ŵĂƵǀĂŝƐĞ ƋƵĂůŝƚĠ ĚĞƐ ƚĞdžƚĞƐ Ğƚ Ě͛ƵŶĞ ĂďƐĞŶĐĞ
Ě͛ĂďƐƚƌĂĐƚŝŽŶ ŶĠĐĞƐƐĂŝƌĞ ĂƵ ƐLJůůŽŐŝƐŵĞ ũƵĚŝĐŝĂŝƌĞ͘  
 
 
La   plupart   de   ces   textes   ont   ů͛ĂůůƵƌĞ ĚĞ ĚŝƐƉŽƐŝƚŝŽŶ ĚĞ ĚƌŽŝƚ ƉĠŶĂů͘ Ŷ ĞĨĨĞƚ͕ ŽŶ ĚĠĐƌŝƚ ƵŶĞ
«  infraction  »  et  il  y  a  une  somme  à  payer  pour  chaque  délit  commis.  Mais  ce  qui  est  impossible  à  
ĨĂŝƌĞ ƉƌĂƚŝƋƵĞŵĞŶƚ ĂǀĞĐ ĐĞƐ ƚĞdžƚĞƐ͕ Đ͛ĞƐƚ ĐĞ ƋƵŝ ĞƐƚ ůĂ ĐůĠ ĚƵ ĨŽŶĐƚŝŽŶŶĞŵĞŶƚ ĚƵ ĚƌŽŝƚ ƉĠŶĂů Ěe  nos  
ũŽƵƌƐ͕ Đ͛ĞƐƚ ƵŶ ƐLJůůŽŐŝƐŵĞ ;ƌĂŝƐŽŶŶĞŵĞŶƚ ůĞ ƉůƵƐ ƐŝŵƉůĞ ƋƵŝ ƐŽŝƚͿ ũƵĚŝĐŝĂŝƌĞ͘ WŽƵƌ ƋƵ͛ƵŶ ƐLJůůŽŐŝƐŵĞ
judiciaire   fonctionne,   il   faut   que   la   majeure   soit   rédigée   de   manière   relativement   abstraite   de  
manière  à  pouvoir  rencontrer  un  grand  nombre  de  cas  concrets  différents.  Or,  dans  la  loi  salique,  il  
Ŷ͛LJ Ă ƉĂƐ ĚĞ ĐĂƚĠŐŽƌŝĞ ĂďƐƚƌĂŝƚĞ ;ƉĂƌ ĞdžĞŵƉůĞ͕ ůĞ ǀŽů ƚŽƵƚ ĐŽŵŵĞ ƵŶĞ ĐĂƚĠŐŽƌŝĞ ƉŽƵƌ ĐŽƵƉƐ Ğƚ
ďůĞƐƐƵƌĞƐ ĞŶ ƚĂŶƚ ƋƵĞ ƚĞů Ŷ͛ĞdžŝƐƚĞŶƚ ƉĂƐͿ͘ >Ğ ƐLJůůŽŐŝƐŵĞ ũƵĚŝĐŝĂŝƌĞ ĞƐƚ ĚŽŶĐ ŝŵƉŽƐƐŝďůĞ͘ WĂƌ ĂŝůůĞƵƌƐ͕
souvent,  dans  une  affaire,  il  est  pour  ainsi  dire  impossible  que  le  juge  ait  devant  lui  exactement  ce  
que  décrit  le  texte.  
 
 
En  réalité,  ces  règles  ne  sont  pas  impératives  et  encore  moins  supplétives.  Ce  sont  des  règles  
indicatives,  ce  sont  des  exemples.  On  nous  proposĞ ƵŶ ŵŽĚğůĞ ƋƵ͛ŽŶ ŶŽƵƐ ŝŶǀŝƚĞ ă ƐƵŝǀƌĞ ŵĂŝƐ ƋƵ͛ŝů
ĞƐƚ ŝŵƉŽƐƐŝďůĞ Ě͛ĂƉƉůŝƋƵĞƌ ĚĞ ŵĂŶŝğƌĞ ŵĠĐĂŶŝƋƵĞ͘ ĞƐ ƚĞdžƚĞƐ ŶĞ ƉĞƵǀĞŶƚ ġƚƌĞ ƵƚŝůĞƐ ƋƵĞ Ɛŝ ŽŶ ŶĞ ůĞƐ
ƉƌĞŶĚ ƉĂƐ ă ůĂ ůĞƚƚƌĞ͘ KŶ ůĂŝƐƐĞ ĂƵ ũƵŐĞ ƵŶĞ ƚƌğƐ ŐƌĂŶĚĞ ŵĂƌĐŚĞ ĚĞ ŵĂŶƈƵǀƌĞ ĚĂŶƐ ůĂ ĨĂĕŽŶ ĚŽŶƚ ŝů ǀĂ
utiliser  ces  règles.    
 
2.3.4.2. Fonctionnement  de  la  procédure  
 
 
Ensuite,   la   deuxième   raison   est   technique.   A   quoi   correspond   le   fait   de   régler   un   litige   à  
ů͛ĠƉŽƋƵĞ ĨƌĂŶĐ  ͍ Ă Ŷ͛Ă ƌŝĞŶ ă ǀŽŝƌ ĂǀĞĐ ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ͘ KŶ Ă ĂĨĨĂŝƌĞ ă ƵŶĞ ƐŽĐŝĠƚĠ ƋƵŝ Ŷ͛Ă ƌŝĞŶ ă ǀŽŝƌ ĂǀĞĐ
le  droit  romain,  qui  connait  très  bien  la  vengeance  et  plus  particulièrement  la  vengeance  privée.  Les  
adversaires  utilisent  la  force  directement  les  uns  contre  les  autres.  On  règle  les  problèmes  par  des  
ĂĨĨƌŽŶƚĞŵĞŶƚƐ͘ >Ğ ďƵƚ ĚĞ ĐĞƐ ůŽŝƐ ĞƐƚ ĚğƐ ůŽƌƐ ĚĞ ůŝŵŝƚĞƌ ů͛Ğxercice  privé  de  la  violence.    
 
 
WƌŽďĂďůĞŵĞŶƚ͕ ůŽƌƐƋƵ͛ŽŶ Ă ƌĠĚŝŐĠ ůĂ ƉƌĞŵŝğƌĞ ůŽŝ ƐĂůŝƋƵĞ͕ ůĞ ďƵƚ ĠƚĂŝƚ Ě͛ŽďƚĞŶŝƌ ƵŶ ŵŝŶŝŵƵŵ
ĚĞ ŵĂŝŶƚŝĞŶƚ ĚĞ ů͛ŽƌĚƌĞ͕ ĚĞ ĐŽŚĠƐŝŽŶ ƐŽĐŝĂů͘ ͛ĞƐƚ ƉŽƵƌ ĐĞƚƚĞ ƌĂŝƐŽŶ ƋƵĞ ĐĞƐ ƚĞdžƚĞƐ ŽŶƚ ĚŽŶĐ ƚŽƵƐ ů͛Ăŝƌ
Ě͛ġƚƌĞ ĚĞƐ ƚĞdžƚĞƐ ƉĠŶĂƵdž͘ /ů LJ Ă ƉůƵƐ Ě͛ĂƐƉĞĐƚ ƉĠŶĂů ĐĂƌ ůĞ ďƵƚ ĞƐƚ ĚĞ ĐŽŶƚƌƀůĞƌ ůĂ ǀŝŽůĞŶĐĞ͘ KŶ ĐŚĞƌĐŚĞ
ă ĐŽŶƚƌƀůĞƌ ůĂ ǀŝŽůĞŶĐĞ ŵĂŝƐ ƉĂƌ ĚĞƐ ŵŽLJĞŶƐ ƋƵŝ ŶĞ ƐŽŶƚ ƉĂƐ ĚƵ ƚŽƵƚ ĐĞƵdž ƋƵ͛ŽŶ ƉĞƵƚ ƵƚŝůŝƐĞƌ ĚĂŶƐ ĚĞƐ
ƐŽĐŝĠƚĠƐ ĐŽŵŵĞ ůĞƐ ŶƀƚƌĞƐ͘ ͛ĞƐƚ ƉŽƵƌ ĐĞůĂ ƋƵ͛ŽŶ ŶĞ ƉĞƵƚ ƉĂƐ ă ƉƌŽƉƌĞŵĞŶƚ ƉĂrler  de  droit  pénal.    
 
 

14  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  

IV.

La  procédure  judiciaire  archaïque  

1. Le   monopole   de   la   contrainte   physique   comme   condition   de   fonctionnement   des  
procédures  modernes  et  même  déjà  de  la  procédure  romaine  
 
 
YƵ͛ĞƐƚ ĐĞ ƋƵĞ ũƵŐĞƌ  ?  Le  juge  est  celui  qui  détermine  qui  sera  le  vainqueur  et  le  vaincu,  qui  a  
raison  et  qui  a  tort.  Il  applique  au  litige  une  règle  de  droit.  Cette  définition  correspond  à  notre  vision  
des   choses.   Et   le   droit   romain   la   partage   plus   ou   moins.   Pour   que   cette   conception   du   juge  
ĨŽŶĐƚŝŽŶŶĞ͕ ŝů ĞdžŝƐƚĞ ƵŶĞ ĐŽŶĚŝƚŝŽŶ͘ /ů ĨĂƵƚ ƋƵĞ ůĞ ũƵŐĞ ƐŽŝƚ ĞŶ ŵĞƐƵƌĞ Ě͛ŝŵƉŽƐĞƌ ƐŽŶ ũƵŐĞŵĞŶƚ͘ ĂŶƐ
un  tribunal,  la  personne  qui  a  le  rôle  le  plus  important  est  le  gendarme  au  fond  de  la  salle.  En  effet,  
Ɛ͛ŝů Ŷ͛ĠƚĂŝƚ pas  là,  le  juge  ne  serait  pas  le  juge.    
 
 
>Ğ ĨĂŝƚ ĞƐƚ ƋƵĞ ƋƵĂŶĚ ĚĞƵdž ƉĞƌƐŽŶŶĞƐ ƐĞ ĚŝƐƉƵƚĞŶƚ͕ ĞůůĞƐ Ŷ͛ŝƌŽŶƚ ƉĂƐ ĚĞ ŵĂŶŝğƌĞ ŶĂƚƵƌĞůůĞ
ĚĞǀĂŶƚ ƵŶĞ ƚŝĞƌĐĞ ƉĞƌƐŽŶŶĞ ƋƵŝ ǀĂ ĚĠĐŝĚĞƌ ƋƵŝ Ă ƌĂŝƐŽŶ Ğƚ ƋƵŝ Ă ƚŽƌƚ͘ ŚĂĐƵŶ ǀĂ ĞƐƐĂLJĞƌ Ě͛ŝŵƉŽƐĞƌ
son  point  de  vue,  sa  solutŝŽŶ͘ ŝŶƐŝ͕ ĐĞůƵŝ ƋƵŝ ĞƐƚ ĞŶ ŵĞƐƵƌĞ Ě͛ŝŵƉŽƐĞƌ ƐĂ ǀŽůŽŶƚĠ ŶĞ ƉĂƐƐĞ ƉĂƐ ƉĂƌ ƵŶ
ũƵŐĞ͘ WĂƌ ĞdžĞŵƉůĞ͕ ůĞ ƉĂƚƌŽŶ Ă ƵŶ ĐĞƌƚĂŝŶ ƉŽƵǀŽŝƌ ƐƵƌ ů͛ŽƵǀƌŝĞƌ͘ /ů ů͛ƵƚŝůŝƐĞƌĂ ĞŶ ĐĂƐ ĚĞ ůŝƚŝŐĞ ƉŽƵƌ
imposer  sa  décision.  Mais  dans  nos  sociétés  il  existe  une  limite  :  on  ne  peut  pas  utiliser  la  violence  et  
se  faire  justice  à  soi-­‐même.  
 
 
ĂŶƐ ŶŽƐ ƐŽĐŝĠƚĠƐ͕ ů͛ ƚĂƚ Ă ůĞ ŵŽŶŽƉŽůĞ ĚĞ ůĂ ǀŝŽůĞŶĐĞ͘ ͛ĞƐƚ ůĞ ŵŽŶŽƉŽůĞ ĠƚĂƚŝƋƵĞ ĚĞ ůĂ
violence  ͗ ĨŽƌŵƵůĞ ĂƐƐŽĐŝĠĞ ŐĠŶĠƌĂůĞŵĞŶƚ ĂƵ ƐŽĐŝŽůŽŐƵĞ ĂůůĞŵĂŶĚ DĂdž tĞďĞƌ͘ ^ĞůŽŶ ůƵŝ͕ ů͛ ƚĂƚ ĞƐƚ
ů͛ĞŶƚŝƚĠ Ƌui   revendique   sur   un   territoire   déterminé,   le   monopole   de   la   contrainte   physique.   Ainsi,  
ů͛ŚŽŵŝĐŝĚĞ ĞƐƚ ŝŶƚĞƌĚŝƚ ƉĂƌ ůĞƐ ƉĂƌƚŝĐƵůŝĞƌƐ ŵĂŝƐ Ɛ͛ŝů ĞƐƚ ĐŽŵŵŝƐ ƉĂƌ ů͛ ƚĂƚ ŝů ĞƐƚ ůŝĐŝƚĞ ĚĂŶƐ ůĂ ŵĞƐƵƌĞ Žƶ
ŝů ů͛Ă ĐŽŵŵĂŶĚĠ͘ ^͛ĞŵƉĂƌĞƌ ĚƵ ďŝĞŶ Ě͛ĂƵƚƌƵŝ ĞƐƚ ƵŶ ǀŽů ůŽƌƐƋƵ͛ŝů ĞƐƚ ĂĐĐŽŵƉůŝ ƉĂƌ ƵŶ ƉĂƌƚŝĐƵůŝĞƌ͘ ^ŝ
Đ͛ĞƐƚ ƵŶ ŚƵŝƐƐŝĞƌ ĚĞ ũƵƐƚŝĐĞ ƋƵŝ ƉƌŽĐğĚĞ ă ů͛ŽƉĠƌĂƚŝŽŶ͕ ŝů Ɛ͛ĂŐŝƚ Ě͛ƵŶĞ ƐĂŝƐŝĞ͘ >ĞƐ ŵġŵĞƐ ĂĐƚĞƐ ƐŽŶƚ
ŝŶƚĞƌĚŝƚƐ ĂƵdž ƉĂƌƚŝĐƵůŝĞƌƐ ŵĂŝƐ ŝůƐ ƐŽŶƚ ĐŽŶƐŝĚĠƌĠƐ ĐŽŵŵĞ ůŝĐŝƚĞƐ ůŽƌƐƋƵ͛ŝůƐ ƐŽŶƚ ŵŝƐ ĞŶ ƈƵǀƌĞ ƉĂƌ
ů͛ ƚĂƚ ŽƵ ĂƵ ŶŽŵ ĚĞ ů͛ ƚĂƚ͘  
 
 
Aucune   des   deux   parties   ne   peut  employer  la  violence,   mais  le   juge,   lui,  a  la  possibilité   de  
ĚĠĐůĞŶĐŚĞƌ ů͛ƵƐĂŐĞ ĚĞ ůĂ ĨŽƌĐĞ͘ KŶ Ŷ͛Ă ƉĂƐ ƐŽŝ-­‐même  les  moyens  de  coercition  physique,  cependant  
le  juge  les  a  et  peut  les  utiliser  licitement.    
 
 
Ŷ ƌĠĂůŝƚĠ͕ Đ͛ĞƐƚ ƉĞƵƚ-­‐ġƚƌĞ ĨůĂƚƚĞƌ ůĞ ũƵŐĞ ƋƵĞ ĚĞ ůƵŝ ĨĂŝƌĞ ĐƌŽŝƌĞ ƋƵĞ ĐĞ ƋƵ͛ŽŶ ůƵŝ ĚĞŵĂŶĚĞ ĞƐƚ
ĚĞ ĚŝƐƚŝŶŐƵĞƌ ůĞ ũƵƐƚĞ Ğƚ ůĞ ƚŽƌƚ͕ ůĞ ŵĂů ĚƵ ďŝĞŶ͘ dŽƵƚ ĐĞ ƋƵĞ ũĞ ǀĞƵdž ĞŶ ŵ͛ĂĚƌĞƐƐĂŶƚ ĂƵ ũƵŐĞ͕ ĐĞ Ŷ͛ĞƐƚ
ƉĂƐ ƋƵ͛ŝů ŵĞ ĚŝƐĞ ƋƵĞ ũ͛Ăŝ ƌĂŝƐŽŶ ŵĂŝƐ ďŝĞŶ ƋƵ͛ŝů ĨĂƐƐe  appel  à  la  coercition  pour  que   mon  débiteur  
Ɛ͛ĞdžĠĐƵƚĞ͘  
 
 
EŽƚƌĞ ĐŽŶĐĞƉƚŝŽŶ ĚƵ ũƵŐĞŵĞŶƚ ƌĞƉŽƐĞ ĚŽŶĐ ƐƵƌ ůĂ ĐŽŶƐŝĚĠƌĂƚŝŽŶ ŝŵƉůŝĐŝƚĞ ƋƵĞ ů͛ ƚĂƚ Ă ůĞ
ŵŽŶŽƉŽůĞ ĚĞ ůĂ ǀŝŽůĞŶĐĞ͘ DĂŝƐ ĐĞ ŵŽŶŽƉŽůĞ ĠƚĂƚŝƋƵĞ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ͨ  naturel  ͕ͩ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ŝƐƐƵ ĚĞ ůĂ
nature  des  choses.  Il  a  au  contraire  pris  plusieurs  siècles  à  se  créer.  Il  a  existé  dans  le  passé  mais  pas  
de  manière  irrégulière.    
 
 
KŶ ƉĞƵƚ ĂǀŽŝƌ ů͛ŝŵƉƌĞƐƐŝŽŶ ƋƵĞ ZŽŵĞ ĨŽŶĐƚŝŽŶŶĂŝƚ ĚĞ ůĂ ŵġŵĞ ŵĂŶŝğƌĞ ƋƵĞ ŶŽƐ ƐŽĐŝĠƚĠƐ͘
DĂŝƐ ůĞ ĚƌŽŝƚ ƌŽŵĂŝŶ Ɛ͛ĞƐƚ ĐŽŶƐƚŝƚƵĠ ƐƵƌ ƵŶĞ ďĂƐĞ   ĞdžƚƌġŵĞŵĞŶƚ ƌĠĚƵŝƚĞ ƋƵ͛ĠƚĂŝƚ ůĂ ǀŝůůĞ ĚĞ ZŽŵĞ͘
Celle-­‐Đŝ ĠƚĂŝƚ ƵŶ ƚĞƌƌŝƚŽŝƌĞ Ě͛ĞdžĐĞƉƚŝŽŶ͘ >Ğ ĚƌŽŝƚ ƌŽŵĂŝŶ ĠƚĂŝƚ ƵŶ ĚƌŽŝƚ Ě͛ĞdžĐĞƉƚŝŽŶ ƋƵŝ ƌĞƉŽƐĞ ƐƵƌ ů͛ŝĚĠĞ
ƋƵĞ ůĂ ǀŝŽůĞŶĐĞ ĂŝŶƐŝ ƋƵĞ ůĞ ƉŽƌƚ Ě͛ĂƌŵĞƐ ƐŽŶƚ ŝŶƚĞƌĚŝƚƐ ă ů͛ŝŶƚĠƌŝĞƵƌ ĚĞ ůĂ ǀŝůůĞ ;ĐĞ ƋƵŝ ĞdžƉůŝƋƵĞ ůa  
ƉƌĂƚŝƋƵĞ ĚĞƐ ƌŽŵĂŝŶƐ ĚĞ ů͛ĂƌĐ ĚĞ ƚƌŝŽŵƉŚĞ  :   à   la   base,   il  était   fait   de   feuillage).   Seuls   le   préteur  et  
quelques  magistrats  étaient  autorisés  à  porter  des  armes  dans  la  ville,  et  donc  à  exercer  la  violence.  
/ůƐ Ɛ͛ĂƉƉƵLJĂŝĞŶƚ ƐƵƌ ƵŶĞ ŵŝůŝĐĞ ƉŽƵƌ ĐĞ ĨĂŝƌĞ͘ >Ğ ĚƌŽŝƚ ƌŽŵĂŝŶ Ɛ͛ĞƐƚ ĚŽŶĐ ĐŽŶƐƚƌƵŝƚ ĚĂŶƐ ƵŶ ĞƐƉĂĐĞ
ƉĂƌƚŝĐƵůŝĞƌ͕ ĚĂŶƐ ůĞƋƵĞů ůĞƐ ƉƌĠƚĞƵƌƐ ƉĞƵǀĞŶƚ ĐƌĠĞƌ ĚƵ ĚƌŽŝƚ ƉƵŝƐƋƵ͛ŝůƐ ƐŽŶƚ ůĞƐ ƐĞƵůƐ ă ƉŽƵǀŽŝƌ ƵƚŝůŝƐĞƌ
la  violence.    
 
15  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  

2. Absence,  à  haute  époque,  de  ce  monopole  étatique  
 
 
Ƶ ĐŽƵƌƐ ĚĞ ů͛ŚŝƐƚŽŝƌĞ͕ ĚĂŶƐ ůĂ plupart  des  périodes  que  nous  rencontrons,  ces  conditions  ne  
ƐŽŶƚ ƉĂƐ ƌĠƵŶŝĞƐ͘ /ů Ŷ͛LJ Ă ƉĂƐ Ě͛ĂƵƚƌĞ ƚĂƚ ĐŽŵƉĂƌĂďůĞ͘  
 
 
ƉƌğƐ ů͛ĞŵƉŝƌĞ ƌŽŵĂŝŶ͕ ŽŶ ƌĞƚŽŵďĞ ĚĂŶƐ ƵŶĞ ƐŽĐŝĠƚĠ ĚĞ ƚLJƉĞ ĂƌĐŚĂŢƋƵĞ͘ /ů Ŷ͛LJ Ă ƉĂƐ ĚĞ
ŵŽŶŽƉŽůĞ ĠƚĂƚŝƋƵĞ ĚĞ ůĂ ǀŝŽůĞŶĐĞ ŵĂŝƐ ů͛ƵƐĂŐĞ ĚĞ ůĂ ǀŝŽůĞŶĐĞ ĞƐƚ ŐĠŶĠƌĂůŝƐĠ͘ >Ğ ƌĠŐŝŵĞ ĐŽŵŵƵŶ Đ͛ĞƐƚ
ƋƵĞ ůĞ ƌğŐůĞŵĞŶƚ Ě͛ƵŶ ůŝƚŝŐĞ ƉĂƐƐĞ ƉĂƌ ů͛ĂĨĨƌŽŶƚĞŵĞŶƚ ƉŚLJƐŝƋƵĞ ĚŝƌĞĐƚ ĚĞƐ ĂĚǀĞƌƐĂŝƌĞƐ͘ >Ğ ƌĠŐŝŵĞ
ĐŽŵŵƵŶ ĞƐƚ ĐĞ ƋƵ͛ŽŶ ĂƉƉĞůůĞ ůĂ ǀĞŶŐĞĂŶĐĞ͘ ŚĂĐƵŶ ĞŵƉůŽŝĞ ĚĞƐ ĂƌŵĞƐ ƉŽƵƌ ƌĠŐůĞƌ ƵŶ ůŝƚŝŐĞ͘  
 
2.1. Généralisation   dans   le   monde   franc   des   usages   de   la   force,   pratique   de   la   vengeance;  
faiblesse  congénitale  du  pouvoir  judiciaire  
 
 
Du  coup,  le  «  juge  ͩ ;ů͛ĂƐƐĞŵďůĠĞͿ ĞŶ ƌĠĂůŝƚĠ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ůĞ ƉůƵƐ ĨŽƌƚ͕ ŝů Ŷ͛Ă ƉĂƐ ĚĞƌƌŝğƌĞ ůƵŝ ƵŶĞ
ĂƌŵĠĞ ƋƵŝ ůƵŝ ƉĞƌŵĞƚƚĞ Ě͛ĞdžĞƌĐĞƌ ƐĂ ĚĠĐŝƐŝŽŶ͘ DġŵĞ Ɛ͛ŝů ĞƐƚ ƌĞƉƌĠƐĞŶƚĂŶƚ ĚƵ ƌŽŝ͕ ĐĞ Ŷ͛ĞƐƚ ũĂŵĂŝƐ
ƋƵ͛ƵŶ ŐƵĞƌƌŝĞƌ ƉĂƌŵŝ ůĞƐ ŐƵĞƌƌŝĞƌƐ͘ ͛ĞƐƚ ƵŶ ŚŽŵŵĞ ůŝďƌĞ ƋƵŝ ƉŽƌƚĞ ůĞƐ ĂƌŵĞƐ ƉĂƌŵŝ ƵŶĞ ĨŽƵůĞ
Ě͛ĂƵƚƌĞƐ Ě͛ŚŽŵŵĞƐ ůŝďƌĞƐ ƋƵŝ ƉŽƌƚĞŶƚ ĠŐĂůĞŵĞŶƚ ůĞƐ ĂƌŵĞƐ͘ /ů Ŷ͛Ă ĚŽŶĐ ƉĂƐ ƵŶĞ ƉŽƐŝƚŝŽŶ Ě͛ĂƵƚŽƌŝƚĠ͕ ŝů
Ŷ͛Ă ƉĂƐ de  position  absolue  vis-­‐à-­‐vis  des  parties.  Il  va  même  réfléchir  à  deux  fois  avant  de  prendre  
ƉĂƌƚŝ ĚĂŶƐ ƵŶ ůŝƚŝŐĞ ƉĂƌĐĞ ƋƵ͛ĞŶ ĚŽŶŶĂŶƚ ƌĂŝƐŽŶ ă ƵŶĞ ƉĂƌƚŝĞ͕ Đ͛ĞƐƚ ĐŽŵŵĞ Ɛ͛ŝů ũŽŝŐŶĂŝƚ ůĞ ĐůĂŶ ĚĞ ĐĞƚƚĞ
ƉĂƌƚŝĞ Ğƚ ĚŽŶĐ ŝů Ɛ͛ĞdžƉŽƐĞ ă ůĂ ǀŝŽůĞŶĐĞ͕ ĂƵdž ĐŽƵƉƐ ĚĞ ůĂ partie  qui  a  perdu.    
 
 
ĂŶƐ ƵŶĞ ƐŽĐŝĠƚĠ ĂƌĐŚĂŢƋƵĞ͕ ůĞ ũƵŐĞ Ŷ͛Ă Ă ƉƌŝŽƌŝ ĂƵĐƵŶĞ ƉŽƐŝƚŝŽŶ ĚĞ ĨŽƌĐĞ͘ /ů Ŷ͛Ă ƉĂƐ
Ě͛ŝŶƐƚƌƵŵĞŶƚ ĚĞ ĐŽĞƌĐŝƚŝŽŶ ƐƵƉĠƌŝĞƵƌ ă ĐĞůƵŝ ĚĞƐ ĚĞƵdž ƉĂƌƚŝĞƐ͘ >Ğ ƉŽƵǀŽŝƌ ũƵĚŝĐŝĂŝƌĞ ĞƐƚ ĞŶ ƉŽƐŝƚŝŽŶ ĚĞ
ĨĂŝďůĞƐƐĞ͕ ĂůŽƌƐ ƋƵ͛ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ ŝů ĞƐƚ ĞŶ Ɖosition  de  force.    

 
 
3. La  procédure  judiciaire  comme  alternative  fragile  à  la  vengeance,  le  problème  de  la  
cohésion  judiciaire  et  la  difficile  répression  du  défaut  
 
 
Pourtant,   les   sociétés   à   vengeance   ne   sont   pas   sans   procédure.   Elles   en  ont   toujours   une.  
AuũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ ĞŶĐŽƌĞ͕ ĚĂŶƐ ĐĞƌƚĂŝŶĞƐ ƌĠŐŝŽŶƐ ĚƵ ŵŽŶĚĞ͕ ů͛ ƚĂƚ Ŷ͛Ă ƉĂƐ ůĞ ŵŽŶŽƉŽůĞ ĚĞ ůĂ ǀŝŽůĞŶĐĞ Ğƚ
donc   la   vengeance   privée   existe   toujours.   Les   gens   qui   vivent   dans   les   sociétés   à   vengeance   ont  
conscience.   Quand   on   utilise   la   violence   contre   un   des   ses   adverƐĂŝƌĞƐ͕ ŽŶ Ɛ͛ĂƌƌġƚĞ ƌĂƌĞŵĞŶƚ ĂƵdž
ǀŝŽůĞŶĐĞƐ ŵŽLJĞŶŶĞƐ͘ KŶ ĐŚĞƌĐŚĞ ă ŶĞƵƚƌĂůŝƐĞƌ ů͛ĂƵƚƌĞ͘ KŶ ǀĂ ƚŽƵƚ ĚĞ ƐƵŝƚĞ ũƵƐƋƵ͛ĂƵ ďŽƵƚ͕ ĚŽŶĐ ĂƵ
meurtre.   Et   si   un   individu   du   clan   A   tue   un   membre   du   clan   B,   la   famille   de   la   victime   va   avoir  
tendance  à  la  venger  en  tuant.  Ce  qui  est  un  cercle  vicieux.  
 
 
͛ĞƐƚ ƉŽƵƌ ĐĞƚƚĞ ƌĂŝƐŽŶ͕ ƉŽƵƌ ĠǀŝƚĞƌ ů͛ĞƐĐĂůĂĚĞ ĚĞ ůĂ ǀŝŽůĞŶĐĞ ƋƵĞ ĐŚĂƋƵĞ ƐŽĐŝĠƚĠ ĚĞ
vengeance   connaît   un   mécanisme   de   sortie   de   la   vengeance  :   la   procédure.   Toutes   les   sociétés   à  
vengeance   sont   en   fait   des   sociétés   dans   ůĞƐƋƵĞůůĞƐ ŝů ĞdžŝƐƚĞ ĚĞƐ ƚĞĐŚŶŝƋƵĞƐ Ě͛ĂƐƐĂŝŶŝƐƐĞŵĞŶƚ ĚĞƐ
ůŝƚŝŐĞƐ ;ůĂ ƉƌŽĐĠĚƵƌĞͿ ŵĂŝƐ ĐĞƐ ƚĞĐŚŶŝƋƵĞƐ Ŷ͛ŽŶƚ ƌŝĞŶ ĂǀŽŝƌ ĂǀĞĐ ĐĞůůĞƐ Ě͛ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ͘  
 
 
WŽƵƌ ŶŽƵƐ͕ ůĂ ƉƌŽĐĠĚƵƌĞ͕ Đ͛ĞƐƚ ůĞ ĚƌŽŝƚ ŽďũĞĐƚŝĨ ă ů͛ĠƚĂƚ ĐŽŶƚĞŶƚŝĞƵdž͘ ͛ĞƐƚ ůĂ ŵŝƐĞ ĞŶ ĂĐƚĞƐ ĚƵ
ĚƌŽŝƚ ŽďũĞĐƚŝĨ͘ KŶ Ěŝƚ ĠŐĂůĞŵĞŶƚ ƋƵĞ ů͛ĂĐƚŝŽŶ ĞŶ ũƵƐƚŝĐĞ Đ͛ĞƐƚ ůĞ ĚƌŽŝƚ ƐƵďũĞĐƚŝĨ ă ů͛ĠƚĂƚ ĐŽŶƚĞŶƚŝĞƵdž͘
ů͛ĠƚĂƚ ŶŽƌŵĂů͕ ŽŶ ƌĞƐƉĞĐƚĞ ŵŽŶ ĚƌŽŝƚ ƐƵďũĞĐƚŝĨ͕ ƉĂƌ Ğxemple   un   droit   de   propriété.   On   fait   donc  
ĐŽŵŵĞ Ɛŝ ƵŶ ĚƌŽŝƚ ƉƌĠĞdžŝƐƚĂŝƚ ă ůĂ ƉƌŽĐĠĚƵƌĞ Ğƚ ă ů͛ĂĐƚŝŽŶ ĞŶ ũƵƐƚŝĐĞ͘  
 
 
ĂŶƐ ůĞƐ ƐŽĐŝĠƚĠƐ ĂƌĐŚĂŢƋƵĞƐ͕ ŽŶ ŶĞ ƉĞŶƐĞ ƉĂƐ ĚĞ ůĂ ŵġŵĞ ŵĂŶŝğƌĞ͘ /ů Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ŶĠĐĞƐƐĂŝƌĞ
ƋƵ͛ŝů ĞdžŝƐƚĞ ƵŶĞ ŶŽƌŵĞ ĂǀĂŶƚ ů͛ĂĐƚŝŽŶ͕ ƋƵ͛ŝů LJ Ăŝt  une  règle  préconstituée  destinée  à  régler  les  litiges.  
>Ğ ůŝƚŝŐĞ ĞƐƚ ůă͕ ůĞ ĚŝĨĨĠƌĞŶĚ ĂƉƉĂƌĂŝƚ Ğƚ ĐĞ ƋƵŝ ĐŽŵƉƚĞ͕ Đ͛ĞƐƚ Ě͛ĞƐƐĂLJĞƌ Ě͛ĂƌƌŝǀĞƌ ă ƵŶĞ ƐŽůƵƚŝŽŶ ĞŶ
évitant  le  recours  aux  armes  par  les  parties.    
16  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  

4. Les  conséquences  des  conditions  de  fonctionnement  de  la  procédure  
4.1. La   procédure   comme   technique   de   pacification:   la   dilution   du   procès   dans   le   temps;   le  
procès  comme  chaîne  de  décisions  "interlocutoires";  la  préoccupation  du  défaut  
 
 
Le  recours  à  la  justice  fonctionne  donc  comme  une  alternative  à  la  vengeance  indépendante  
ĚĞ ƚŽƵƚĞ ƌğŐůĞ ƉƌĠĐŽŶƐƚŝƚƵĠĞ͘ Ğ ƋƵŝ ĐŽŵƉƚĞ Đ͛ĞƐƚ Ě͛ŝŶƐƚĂůůĞƌ ƵŶ ĚŝĂůŽŐƵĞ ĞŶƚƌĞ ůĞƐ ĂĚǀĞƌƐĂŝƌĞƐ ƉŽƵƌ
ĂƌƌŝǀĞƌ ă ƵŶĞ ƌĠƐŽůƵƚŝŽŶ ƉĂĐŝĨŝƋƵĞ ĚƵ ĐŽŶĨůŝƚ͘ DĂŝƐ ĐĞƚƚĞ ĂůƚĞƌŶĂƚŝǀĞ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ŝƌƌĠǀĞƌƐŝďůĞ͘ >ŽƌƐƋƵ͛ŽŶ
est   entré   dans   la   procédure,   dans   ůĞ ĚŝĂůŽŐƵĞ͕ ƌŝĞŶ Ŷ͛ŝŶƚĞƌĚŝƚ ƋƵ͛ƵŶĞ ƉĂƌƚŝĞ ŶĞ ƌĞƉĂƐƐĞ ĚĂŶƐ ůĞ
système  de  la  vengeance  pour  régler  le  litige  par  les  armes.  Il  y  a  une  menace  sur  le  procès  et  aussi  
ƐƵƌ ůĞ ũƵŐĞ͘ Ğ ƋƵ͛ŽŶ ƌĞĐŚĞƌĐŚĞ ĚŽŶĐ ůŽƌƐ ĚƵ ƉƌŽĐğƐ͕ Đ͛ĞƐƚ ƋƵĞ ůĞƐ ƉĂƌƚŝĞƐ ĐŽŶƚŝŶƵĞŶƚ ă ĚŝĂůoguer,  peu  
importe  que  le  procès  soit  conclu  ou  pas.    
 
 
ƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ͕ ƵŶ ƉƌŽĐğƐ ƋƵŝ ĚƵƌĞ ƚƌŽƉ ůŽŶŐƚĞŵƉƐ ĞƐƚ ƉĞƌĕƵ ĐŽŵŵĞ ƵŶ ĚLJƐĨŽŶĐƚŝŽŶŶĞŵĞŶƚ͘
ĂŶƐ ƵŶĞ ůŽŐŝƋƵĞ ĂƌĐŚĂŢƋƵĞ͕ ůĂ ĚƵƌĠĞ ĚƵ ƉƌŽĐğƐ ƉŽƵƌƌĂŝƚ ƐŝŐŶĂůĞƌ ůĂ ƌĠƵƐƐŝƚĞ ĚƵ ƉƌŽĐğƐ͘ ^͛ŝů ĞƐƚ ůŽŶŐ͕
cela  veut  dire  que  les  parties  ne  font  pas  appel  à  la  violence.  Le  procès  interminable  ne  gène  donc  
ƉĂƐ ůĞƐ ŐĞŶƐ͘ WĂƌ ĐŽŶƚƌĞ͕ ůĂ ŐƌĂŶĚĞ ĐƌĂŝŶƚĞ ĚĞƐ ƉĂƌƚŝĞƐ ĞƐƚ ůĞ ĚĠĨĂƵƚ͕ ĚŽŶĐ ůĞ ĨĂŝƚ ƋƵ͛ƵŶĞ ƉĂƌƚŝĞ ŶĞ ƐĞ
présente   pas   au   procès.   Si   une   partie   ne   se   présente   pas,   cela   vĞƵƚ ĚŝƌĞ ƋƵ͛ŽŶ ǀĂ ƌĞǀĞŶŝƌ ĂƵ
ƌğŐůĞŵĞŶƚ ĚƵ ůŝƚŝŐĞ ƉĂƌ ůĞƐ ĂƌŵĞƐ͘ ͛ĞƐƚ ƉŽƵƌƋƵŽŝ ďĞĂƵĐŽƵƉ ĚĞ ͨ  dispositions  »  barbares  essaient  de  
réprimer   la   non-­‐ƉƌĠƐĞŶĐĞ ĂƵ ƉƌŽĐğƐ͘ KŶ Ŷ͛ĂƚƚĞŶĚ ƉĂƐ ĚĞ ƐŽůƵƚŝŽŶ ĨŝŶĂůĞ ƌĂƉŝĚĞ͘ Ğ ƋƵŝ ĞdžƉůŝƋƵĞ
ƉŽƵƌƋƵŽŝ ă ůĂ ůŝŵŝƚĞ ŝů Ŷ͛LJ Ă ƉĂƐ ĚĞ ũƵŐĞŵĞŶƚ ă ƉƌŽƉƌĞŵĞŶƚ ƉĂƌůĞƌ͘ >Ğ ƉƌŽĐğƐ Đ͛ĞƐƚ ƵŶĞ ĐŚĂŠŶĞ
Ě͛ĂƵĚŝĞŶĐĞ ĚĂŶƐ ůĂƋƵĞůůĞ ŝů LJ Ă ĚĞƐ ĚĠĐŝƐŝŽŶƐ ƐƵƌ ůĂ ŵĂƌĐŚĞ ŵġŵĞ ĚƵ ƉƌŽĐğƐ͘ KŶ ƉĂƌůĞƌĂŝƚ ŶŽƵƐ ĚĞ
décisions  interlocutoires.  Donc  la  décision  la  plus  commune  est  de  remettre  le  procès  à  plus  tard.  Et  
ƉŽƵƌ ĐĞůĂ͕ ŝů ĨĂƵƚ ƋƵĞ ůĞƐ ĚĞƵdž ƉĂƌƚŝĞƐ ƐŽŝĞŶƚ Ě͛ĂĐĐŽƌĚ͘  
 
4.2. Le  dédoublement  de  la  fonction  de  juger  et  la  recherche  d'une  pression  sociale  maximale    
 
 
Chez  les  Francs,  il  y  a  deux  thing  :  un  au  printemps  et  un  en  automne.  Très  fréquemment,  on  
a  des  remŝƐĞƐ ĚĞ ů͛ƵŶ ă ů͛ĂƵƚƌĞ͘ /ů LJ Ă ĚŽŶĐ ĚĞƵdž ĂƐƐĞŵďůĠĞƐ ƉĂƌ ĂŶ͘ >ĞƐ ũƵƌŝĚŝĐƚŝŽŶƐ ĨŝŶŝƌŽŶƚ Ɛŝ ƉĂƐ ƉĂƌ
devenir  permanente  en  tout  cas  par  se  réunir  de  plus  en  plus  souvent  et  les  remises  se  feront  selon  
un   calendrier   judiciaire   qui   repose   sur   la   semaine   et   les   multiples   de   sept   jours.   On   a   une   série  
Ě͛ĂƵĚŝĞŶĐĞ Ğƚ ŽŶ ĚĠĐŝĚĞ ĚĞ ƌĞƉŽƌƚĞƌ ůĂ ĐĂƵƐĞ Ě͛ĂƵĚŝĞŶĐĞ ĞŶ ĂƵĚŝĞŶĐĞ͘ ĞƐ ĚĠĐŝƐŝŽŶƐ ŽŶƚ ƉŽƵƌ
ĐĂƌĂĐƚĠƌŝƐƚŝƋƵĞ Ě͛ġƚƌĞ ƉƌŝƐĞƐ ŶŽŶ ƉĂƐ ƉĂƌ ĐĞůƵŝ ƋƵŝ ƉƌĠƐŝĚĞ ůĞ thing  ŵĂŝƐ ƉĂƌ ů͛ĂƐƐĞŵďůĠĞ ĞŶƚŝğƌĞ ;ƚŽƵƐ
les   hommes   libres   sonƚ ŝŶǀŝƚĠƐ ă ƉĂƌƚŝĐŝƉĞƌ ă ůĂ ĚĠĐŝƐŝŽŶͿ͘ >Ă ƌĂŝƐŽŶ Ě͛ġƚƌĞ ĚĞ ĐĞ ĚĠĚŽƵďůĞŵĞŶƚ ĚƵ
tribunal  (président-­‐assemblée)  est  de  faire  participer  le  plus  grand  nombre  de  personne  de  sorte  à  
ĂƉƉůŝƋƵĞƌ ƵŶĞ ƉƌĞƐƐŝŽŶ ƐŽĐŝĂůĞ ŵĂdžŝŵĂůĞ ƐƵƌ ůĞƐ ŝŶƚĠƌĞƐƐĠƐ͘ >Ğ ďƵƚ ĞƐƚ Ě͛ĂǀŽŝƌ une   pression  sociale  
ŵĂdžŝŵĂůĞ ƉŽƵƌ ƋƵ͛ŝů ĐŽŶƚŝŶƵĞ ůĞ ũĞƵ͘  
 
4.3. L'expression  du  consentement  des  deux  parties  :  source  formelle  de  la  décision  de  justice  
 
 
ĞůĂ ĠƚĂŶƚ͕ ĐĞ ũƵŐĞŵĞŶƚ͕ ĐĞƚƚĞ ĚĠĐŝƐŝŽŶ ŶĞ ƉĂƌĂŝƚ ůĠŐŝƚŝŵĞ ƵŶŝƋƵĞŵĞŶƚ ƋƵĞ ůŽƌƐƋƵ͛ĞůůĞ ĞƐƚ
acceptée   par   lĞƐ ĚĞƵdž ĂĚǀĞƌƐĂŝƌĞƐ͘ ŚĂƋƵĞ ĨŽŝƐ ƋƵ͛ŝů LJ Ă ƵŶĞ ĚĠĐŝƐŝŽŶ͕ ůĞ ƐĐƌŝďĞ ;ƋƵŝ ůĂ ƌĂĐŽŶƚĞ ĚĞ
manière   très   narrative)   note   très   précisément   ce   qui   a   été   décidé.   Tout   se   passe   comme   si   la  
ĚĠĐŝƐŝŽŶ ǀĞŶĂŝƚ Ě͛ƵŶ ĂĐĐŽƌĚ ĚĞ ǀŽůŽŶƚĠ ĚĞƐ ƉĂƌƚŝĞƐ͘  Cet  accord  de  volonté  est-­‐il  sincère  ou  non  ?  On  
ŶĞ ƐĂŝƚ ƉĂƐ͘ /ů LJ Ă Đ͛ĞƐƚ ƐƸƌ ƵŶĞ ƉƌĞƐƐŝŽŶ ƐŽĐŝĂůĞ ƋƵŝ Ă ĠƚĠ ĞdžĞƌĐĠĞ͕ ŵĂŝƐ ĐĞ ƋƵŝ ĞƐƚ ĐƌƵĐŝĂů Đ͛ĞƐƚ ƋƵ͛ŝů LJ
ait  eu  accord.    
 
4.4. Les  modes  de  résolution  du  litige  :  la  composition  
 
 
Il  faut  cependant  quand  même  être  capable  à  un  moment  Ě͛ĞŶƚĞƌƌĞƌ ůĂ ƋƵĞƌĞůůĞ͕ ĚĞ ƚĞƌŵŝŶĞƌ
le  procès.  Il  y  a  deux  possibilités  ͗ Ě͛ƵŶ ĐƀƚĠ͕ ŝů LJ Ă ůĂ ĐŽŵƉŽƐŝƚŝŽŶ Ğƚ ĚĞ ů͛ĂƵƚƌĞ ůĂ probatio.    
 
17  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
4.4.1. Ğ ů͛ĂƌŐĞŶƚ ĐŽŶƚƌĞ ůĂ ƉůĂŝŶƚĞ ŽƵ ůĞ ĚƌŽŝƚ ĚĞ ǀĞŶŐĞĂŶĐĞ  
 
 
>Ă ĐŽŵƉŽƐŝƚŝŽŶ Đ͛ĞƐƚ ƵŶ ŵŽĚĞ ĚĞ ƌğŐůĞŵĞŶƚƐ ĚĞƐ ůŝƚŝŐĞƐ ƋƵŝ ĞƐƚ ĞdžƚƌġŵĞŵĞŶƚ ƐŝŵƉůĞ͘ hŶĞ
ƉĂƌƚŝĞ ƉĂŝĞ ƵŶĞ ĐĞƌƚĂŝŶĞ ƐŽŵŵĞ ă ů͛ĂƵƚƌĞ ƋƵŝ ĐŽŵƉĞŶƐĞ ůĞ ƌĞƚƌĂŝƚ ĚĞ ůĂ ƉůĂŝŶƚĞ͘ ĞƚƚĞ ƉĂƌƚŝĞ ƌĂĐŚğƚĞ
ůĂ ƉƌĠƚĞŶƚŝŽŶ ĚĞ ů͛ĂƵƚƌĞ͕ ƐĂ ƉůĂŝŶƚĞ͘  
 
 
EŽƚŽŶƐ ƋƵ͛ă ů͛ĠƉŽƋƵĞ ŽŶ ŶĞ distingue   pas   le   pénal   du   civil.   La   composition   pouvait   par  
ĞdžĞŵƉůĞ ĠŐĂůĞŵĞŶƚ ġƚƌĞ ƵƚŝůŝƐĠĞ ůŽƌƐƋƵĞ ůĞ ůŝƚŝŐĞ ƉŽƌƚĂŝƚ ƐƵƌ ůĂ ƉƌŽƉƌŝĠƚĠ Ě͛ƵŶ ďŝĞŶ͘ hŶĞ ĚĞƐ ĚĞƵdž
ƉĂƌƚŝĞƐ͕ ƋƵŝ ƉƌĠƚĞŶĚĂŝƚ ġƚƌĞ ůĞ ƉƌŽƉƌŝĠƚĂŝƌĞ͕ ƉŽƵǀĂŝƚ ĂďĂŶĚŽŶŶĞƌ ƐĞƐ ƉƌĠƚĞŶƚŝŽŶƐ ĐŽŶƚƌĞ ĚĞ ů͛ĂƌŐĞnt.  
Ŷ ŐĠŶĠƌĂů͕ ŽŶ Ă ƚĞŶĚĂŶĐĞ ă ƉĞŶƐĞƌ ƋƵĞ Đ͛ĞƐƚ ůĞ ĚĠĨĞŶĚĞƵƌ ƋƵŝ ǀĞƌƐĞ ůĂ ƐŽŵŵĞ ĂƵ ƉůĂŝŐŶĂŶƚ͕
ĚĞŵĂŶĚĞƵƌ͘ DĂŝƐ ĕĂ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ƚŽƵũŽƵƌƐ ůĞ ĐĂƐ͘  
 
 
La  loi  salique  utilise  la  composition  ͗ ƉŽƵƌ ƚĞůůĞ ŝŶĨƌĂĐƚŝŽŶ͕ Đ͛ĞƐƚ ƚĞů ƚĂƌŝĨ͘ DĂŝƐ͕ ĐŽŵŵĞ ŽŶ ů͛Ă
dit,  ces  lois  ne  sont  pas  destinées  à  être  appliquées  comme  on  applique  le  Code  civil.  Ces  tarifs  sont  
ĚĞƐ ƚĂƌŝĨƐ ŝŶĚŝĐĂƚŝĨƐ͕ ĚĞƐ ĞdžĞŵƉůĞƐ͘ Ŷ ƌĠĂůŝƚĠ͕ ŝůƐ ƐĞ ĚŝƐĐƵƚĞŶƚ͕ ůĂ ĐŽŵƉŽƐŝƚŝŽŶ ĞƐƚ ƚŽƵũŽƵƌƐ ů͛ŽďũĞƚ
Ě͛ƵŶĞ ŶĠŐŽĐŝĂƚŝŽŶ͘ ƚ ĐĞƚƚĞ ŶĠŐŽĐŝĂƚŝŽŶ ƐĞ ĨĂŝƚ ƐƵƌ ůĞ Ĩŝů ĚƵ ƌĂsoir  ͗ Ě͛ƵŶ ĐƀƚĠ͕ ĐŽŵďŝĞŶ ĞƐƚ-­‐on  prêt  à  
payer  ͍ Ğ ů͛ĂƵƚƌĞ͕ ă ĐŽŵďŝĞŶ ĞƐƚŝŵĞ-­‐t-­‐on  son  honneur  (en  effet,  les  litiges  font  souvent  intervenir  
ƵŶĞ ƋƵĞƐƚŝŽŶ Ě͛ŚŽŶŶĞƵƌͿ  ?  Le  rôle  du  thing  ǀĂ ġƚƌĞ Ě͛ĂŵĞŶĞƌ ůĞƐ ƉĂƌƚŝĞƐ ă ƵŶ ĂĐĐŽƌĚ ƐƵƌ ƵŶ ĐŚŝĨĨƌĞ͘ /ů
va  y  avoir  décision  sur  un  chiffre,  décision  ratifiée  par  les  parties.  Les  adversaires  négocient  donc  la  
sortie  du  procès.    
 
4.4.2. Composition  pro  faida  et  composition  pro  freda  
 
 
Par  la  suite,  on  va  distinguer  deux  composition  (cette  distinction  apparaît  plus  ou  moins  avec  
Charlemagne)  :  la  composition  pro  faida  et  la  composition  pro  freda.    
 
 
Faida   est   un   terme   germanique   qui   veut   dire   la   vengeance.   Le   but   de   la   composition   pro  
faida   est  de  se   protéger  de   la  vengeance.  Tout   le  monde   comprend  que   racheter  la  prétention  de  
l͛ĂĚǀĞƌƐĂŝƌĞ Đ͛ĞƐƚ ĠƚĞŝŶĚƌĞ ů͛ĂĐƚŝŽŶ ĞŶ ũƵƐƚŝĐĞ ŵĂŝƐ ĠŐĂůĞŵĞŶƚ ƐĞ ƉƌŽƚĠŐĞƌ ĐŽŶƚƌĞ ůĞ ƌĞĐŽƵƌƐ ă ůĂ
vengeance.  La  composition  pro  faida  est  la  première  composition,  la  plus  ancienne.    
 
 
La  composition  pro  freda  («  pour  la  paix  »)  est  versée  au  juge.  Commence  ă ĂƉƉĂƌĂŠƚƌĞ ů͛ŝĚĠĞ
ĚĞ ů͛ŽƌĚƌĞ ƉƵďůŝĐ͕ ů͛ŝĚĠĞ ƋƵĞ ůĞƐ ƌĞƉƌĠƐĞŶƚĂŶƚƐ ĚĞ ů͛ͨ ƚĂƚ  ͩ ĚŽŝǀĞŶƚ ŵĂŝŶƚĞŶŝƌ ů͛ŽƌĚƌĞ ƉƵďůŝĐ͘ >ĞƐ ĨĂŝƚƐ
ƋƵŝ ƐŽŶƚ ĚĠĐƌŝƚƐ ĚĂŶƐ ůĞƐ ĐĂƐ Ě͛ĞƐƉğĐĞ ĚĞ ůĂ ůŽŝ ĐŽŵŵĞŶĐĞŶƚ ă ƌĞƐƐĞŵďůĞƌ ă ĚĞƐ ŝŶĨƌĂĐƚŝŽŶƐ  :  ils  lèsent  
ů͛ͨ  Etat  »,   ils   mettent   à   mĂů ů͛ŽƌĚƌĞ ƉƵďůŝĐ͘ >͛ ƚĂƚ ;ĞŵďƌLJŽŶ Ě͛ ƚĂƚ ă ů͛ĠƉŽƋƵĞ ĐĂƌŽůŝŶŐŝĞŶŶĞͿ
ĐŽŵŵĞŶĐĞ ĚŽŶĐ ă ƌĞǀĞŶĚŝƋƵĞƌ ƵŶĞ ŵŝƐƐŝŽŶ Ě͛ŽƌĚƌĞ ƉƵďůŝĐ͘  
 
 
La   préférence   des   juges   va   à   la   composition,   car   celle-­‐ci   est   une   négociation   entre   les  
parties  ͗ ůĞ ũƵŐĞ Ŷ͛ĞƐƚ ĚŽŶĐ ƉĂƐ ƚƌŽƉ ŝŵƉliqué.    
 
4.5. Les  modes  de  résolution  du  litige  :  la  probatio  
 
 
Le   deuxième   mode   de   règlement   des   litiges  :   la   probatio.   Une   des   parties   va  exécuter   une  
ĐĞƌƚĂŝŶĞ ƉƌĞƐƚĂƚŝŽŶ͕ Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐ĚŝƌĞ ƋƵ͛ĞůůĞ ǀĂ ƉĂƌ ĞdžĞŵƉůĞ ƉƌġƚĞƌ ƵŶ ƐĞƌŵĞŶƚ Žƶ ƋƵ͛ĞůůĞ ǀĂ ƉĂƐƐĞƌ ƵŶĞ
épreuve   ƉŚLJƐŝƋƵĞ ĂƉƉĞůĠĞ ŽƌĚĂůŝĞ ŽƵ ĞŶĐŽƌĞ ƋƵ͛ĞůůĞ ǀĂ ƉƌŽĚƵŝƌĞ ƵŶ ĐĞƌƚĂŝŶ ŶŽŵďƌĞ ĚĞ ƚĠŵŽŝŶƐ͘
ĞƚƚĞ ƉƌĞƐƚĂƚŝŽŶ ǀĂ ĚĠĐŝĚĞƌ ĚĞ ů͛ŝƐƐƵĞ ĚƵ ƉƌŽĐğƐ ĞŶ ƐĂ ĨĂǀĞƵƌ Ɛŝ ůĂ ƉƌĞƐƚĂƚŝŽŶ ĞƐƚ ƌĠƵƐƐŝĞ ŽƵ ĞŶ ƐĂ
défaveur  si  elle  échoue  à  la  réaliser.    
 
4.5.1. Le  problèmes  posé  par  la  traduction  du  terme  «  probatio  »  
 
 
Le   latin   «  probatio  ͩ Đ͛ĞƐƚ ůĞ ƐƵďƐƚĂŶƚŝĨ ĚƵ ǀĞƌďĞ ͨ  probare  »   qui   peut   avoir   trois   sens  
18  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
passablement   différent  ͗ Ě͛ĂďŽƌĚ ĐĞůĂ ƉĞƵƚ ǀŽƵůŽŝƌ ĚŝƌĞ ƉƌŽƵǀĞƌ͕ ĠƉƌŽƵǀĞƌ Ğƚ ĂƉƉƌŽƵǀĞƌ͘ Ŷ ĨĂŝƚ͕
ů͛ŝŶƚĞƌƌŽŐĂƚŝŽŶ ƋƵ͛ŽŶ ĞƐƚ ĞŶ ĚƌŽŝƚ ĚĞ ƉŽƐĞƌ͕ Đ͛ĞƐƚ ĚĞ ƐĂǀŽŝƌ ĐĞ ƋƵĞ ůĞƐ ŐĞŶƐ ĐŽŵƉƌĞŶĂŝĞŶƚ ƉĂƌ
«  probatio  ».  Il  existe  deux  thèses  à  ce  propos.    
 
 
͛ĂďŽƌĚ͕ ůĂ ƚĞŶĚĂŶĐĞ Ě͛ƵŶ ĐĞƌƚĂŝŶ ŶŽŵďƌĞ ĚĞ ũƵƌŝƐƚĞƐ ĞƐƚ ĚĞ ƌĞƚĞŶŝƌ ů͛ŝĚĠĞ ĚĞ ƉƌĞƵǀĞ͘
ŚĂĐƵŶĞ ĚĞƐ ƉĂƌƚŝĞƐ ĂĨĨŝƌŵĞ ĂǀŽŝƌ ƌĂŝƐŽŶ Ğƚ ƚĞŶƚĞ Ě͛ĞŶ ĐŽŶǀĂŝŶĐƌĞ ůĞ ũƵŐĞ͘ >ĞƐ ƉĂƌƚŝĞƐ Ɛ͛ĂĨĨƌŽŶƚĞŶƚ Ğƚ
il  faut  une  preuve  pour  les  départager.  Si  on  suit  cette  analyse,  le  fait  pour  une  partie  de  passer  une  
ĠƉƌĞƵǀĞ ĚĞ ƚLJƉĞ ŽƌĚĂůŝĞ ŽƵ ĚĞ ƉƌĠƐĞŶƚĞƌ ĚĞƐ ƚĠŵŽŝŶƐ Đ͛ĞƐƚ ƵŶĞ ƉƌĞƵǀĞ͕ Đ͛ĞƐƚ ƵŶ ŵŽĚĞ ĚĞ ǀĂůŝĚĂƚŝŽŶ
ũƵĚŝĐŝĂŝƌĞ ĚĞƐ ĨĂŝƚƐ ƚĞůƐ ƋƵ͛ŝůƐ ƐŽŶƚ ƉƌĠƐĞŶƚĠƐ ƉĂƌ ůĂ ƉĂƌƚŝĞ ĞŶ ƋƵĞƐƚŝŽŶ͘ ĞƚƚĞ ĂŶĂůLJƐĞ ĞŶ ƚĞƌŵĞƐ ĚĞ
preuve  est   une   analyse   qui  a  été   soutenue   par  de   nombreux  historiens  du  droit.  Cependant,   si  on  
traduit  probatio  par  preuve,  le  problème  historique  est  la  preuve  irrationnelle  (on  prouve  en  jurant  
ou  en  passant  des  épreuves  magiques).  Comment  se  fait-­‐ŝů ƋƵ͛ŽŶ Ăŝƚ ĂĚŵŝƐ ĚĞƐ Ɖreuves  irrationnelles  
;ƉƌĞƵǀĞƐ ƋƵŝ ƚŝĞŶŶĞŶƚ Ě͛ƵŶĞ ĨĂĕŽŶ ŽƵ Ě͛ƵŶĞ ĂƵƚƌĞ ĚĞ ůĂ ŵĂŐŝĞͿ ĞŶ ƉůƵƐ ĚĞ ƉƌĞƵǀĞƐ ƌĂƚŝŽŶŶĞůůĞƐ  ?    
 
 
Ensuite,   la   thèse   opposée   (celle   préférée   par   Monsieur   Jacob)   est   que   probare   veut   dire  
ĠƉƌŽƵǀĞƌ͘ ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐dire   que   pour   comprendre   le   fonctionnement   de   la   procédure   archaïque,   il   faut  
ŽƵďůŝĞƌ ů͛ŝĚĠĞ ĚĞ ƉƌĞƵǀĞ͕ ƋƵŝ ĞƐƚ ĐŽŶƐƵďƐƚĂŶƚŝĞůůĞ ă ŶŽƚƌĞ ĐŽŶĐĞƉƚŝŽŶ ĚĞ ů͛ĂĐƚŝǀŝƚĠ ũƵĚŝĐŝĂŝƌĞ͘ ĂŶƐ ůĞƐ
sociétés  archaïques,  on  ne  cherche  pas  à  prouver  un  fait,  on  cherche  à  admettre  une  parole  qui  sera  
vaůŝĚĠĞ ƉĂƌ ĚĞƐ ĠƉƌĞƵǀĞƐ ;ŽƌĚĂůŝĞ͕ ƐĞƌŵĞŶƚ͕ ƚĠŵŽŝŶƐͿ͘ /ů Ɛ͛ĂŐŝƚ ĚĞ ŵĞƚƚƌĞ ƵŶĞ ƉĂƌŽůĞ ă ů͛ĠƉƌĞƵǀĞ͘ >Ă
ƉĂƌŽůĞ Ě͛ƵŶĞ ĚĞƐ ĚĞƵdž ƉĂƌƚŝĞƐ ǀĂ ƚƌĂŶĐŚĞƌ ůĞ ůŝƚŝŐĞ ŵĂŝƐ ĐĞƚƚĞ ƉĂƌŽůĞ ŶĞ ǀĂ ġƚƌĞ ƌĞĐĞǀĂďůĞ ƋƵ͛ă
ĐĞƌƚĂŝŶĞƐ ĐŽŶĚŝƚŝŽŶƐ ĚĞ ǀĂůŝĚĂƚŝŽŶ ƋƵŝ ƐŽŶƚ ĐĞůůĞƐ Ě͛ƵŶĞ ĠƉƌĞuve  ͗ ůĞ ƐĞƌŵĞŶƚ͕ ů͛ŽƌĚĂůŝĞ ŽƵ ůĂ
production  de  témoins.  Une  des  deux  parties  remporte  le  litige  à  condition  que  sa  parole  ait  passé  
ƵŶ ĐĞƌƚĂŝŶ ƚLJƉĞ Ě͛ĠƉƌĞƵǀĞƐ ĚĠĨŝŶŝĞƐ ĚĞ ŵĂŶŝğƌĞ ĂƐƐĞnj ƉƌĠĐŝƐĞ͘  
 
4.5.2. Le  serment  
4.5.2.1. >͛ĠƉƌĞƵǀĞ ůĂ ƉůƵƐ ĨƌĠƋƵĞŶƚĞ  
 
 
>͛ĠƉƌĞƵǀĞ ůĂ ƉůƵƐ fréquente  est  incontestablement  le  serment.  Une  étude  statistique  (si  on  
peut  utiliser  ce  mot,  car  les  documents  du  Moyen-­‐âge  sont  en  nombre  réduit  et  ne  permettent  donc  
pas  une  réelle  étude  statistique)  montre  que  45%  des  procès  se  résolvent  par  composition,  et  45%  
ƉĂƌ ƐĞƌŵĞŶƚ͘ >Ă ĐŽŵƉŽƐŝƚŝŽŶ ;ŽŶ ƌĂĐŚğƚĞ ůĂ ƉůĂŝŶƚĞ ĚĞ ů͛ĂƵƚƌĞͿ Ğƚ ůĞ ƐĞƌŵĞŶƚ ;ŽŶ ƐĞ ůŝďğƌĞ ƉĂƌ ƐĂ
parole)  sont  donc  deux  outils  importants  de  la  justice  franque.    
 
4.5.2.2. Le   serment   comme   épreuve   magique   :   l'appel   à   la   sanction   divine   ou   automalédiction  
conditionnelle  
 
 
>Ğ ƐĞƌŵĞŶƚ ĞƐƚ ƵŶĞ ƉĂƌŽůĞ͕ ĚŽŶĐ ƵŶĞ ĚĞƐ ĚĞƵdž ƉĂƌƚŝĞƐ ǀĂ ŐĂŐŶĞƌ ƐŽŶ ƉƌŽĐğƐ ƐƵƌ ďĂƐĞ Ě͛ƵŶĞ
ƉĂƌŽůĞ͘ ĞƉĞŶĚĂŶƚ ĐĞ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ƵŶĞ ƉĂƌŽůĞ ƋƵĞůĐŽŶƋƵĞ͘ ͛ĞƐƚ ƵŶĞ ƉĂƌŽůĞ ƋƵŝ ĞƐƚ ůŝĠĞ ă ƵŶĞ ƉƵŝƐƐĂŶĐĞ
surnaturelle   et   divine.   Cette   puissance   divine   eƐƚ ŝŶǀŽƋƵĠĞ ă ů͛ĂƉƉƵŝ ĚĞ ůĂ ƉĂƌŽůĞ͘ :ƵƐƋƵ͛ĂƵ ϭϵème  
siècle,  on  disait  en  Belgique  «  :Ğ ůĞ ũƵƌĞ͕ ĂŝŶƐŝ ŵ͛ĂŝĚĞ ŝĞƵ Ğƚ ůĞƐ ^ĂŝŶƚƐ  ».  Je  fais  de  Dieu  et  des  Saints  
les  garants  de  ma  parole.    
 
 
ů͛ĂƌƌŝğƌĞ ƉůĂŶ͕ ŝů LJ Ă ĚŽŶĐ ĐĞƚƚĞ ŝĚĠĞ ƋƵĞ ĐĞƚƚĞ ƉƵŝƐƐĂŶĐĞ ƐƵƌŶĂƚƵƌĞůůĞ ŝŶǀŽƋƵĠĞ ĚĂŶƐ ůĞ
serment  (pour  garantir  sa  vérité),  qui,  si  la  parole  est  mensongère,  va  punir  celui  qui  a  menti,  celui  
ƋƵŝ Ŷ͛ĠƚĂŝƚ ƉĂƐ ƐŝŶĐğƌĞ͘ ĞůƵŝ ƋƵŝ ũƵƌĞ ŶŽŶ ƐĞƵůĞŵĞŶƚ ĂƉƉĞůůĞ ă ů͛ĂŝĚĞ ůĞƐ ƉƵŝƐƐĂŶĐĞƐ ƐƵƌŶĂƚƵƌĞůůĞƐ
ŵĂŝƐ Ɛ͛ĞdžƉŽƐĞ ĂƵƐƐŝ ă ůĞƵƌƐ ƐĂŶĐƚŝŽŶƐ Ɛŝ ƐĞƐ ƉĂƌŽůĞƐ ƐŽŶƚ ĨĂƵƐƐĞƐ͘ >Ğ ƐĞƌŵĞŶƚ ĞƐƚ ǀŽůŽŶƚŝĞƌƐ ĚĠĨŝŶŝ ƉĂƌ
les  historiens  comme  une  auto-­‐malédiction  conditionnelle.  Quand  je  jure,  je  me  maudis  moi-­‐même  
ŵĂŝƐ ƉĂƐ ĚĂŶƐ ů͛ĂďƐŽůƵ͕ ũĞ Ŷ͛ĂƉƉĞůůĞ ůĂ ǀĞŶŐĞĂŶĐĞ ĚŝǀŝŶĞ ĐŽŶƚƌĞ ŵŽŝ ƋƵĞ Ɛŝ ũĞ ŵĞŶƐ͘  
 
 
 
19  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
4.5.2.3. Histoire  des  formes  du  serment  :  brève  survivance  de  formes  païennes,  puis  serment  sur  
les  reliques,  la  Bible,  et  enfin  formes  laïcisées  :  paume  ouverte  en  face  du  tribunal  
 
 
A  partir  du  Haut  Moyen-­‐âge,  on  assiste  à  une  christianisation  assez  rapide  du  serment.  On  a  
encore   des   traces   de   serment   païen   donc   traités   en   invoquant   les   dieux   germaniques,   mais   la  
christianisation  de  la  société  franque  va  entraîner  une  christianisation  des  formes  du  serment.  On  va  
surtout   dorénavant   prêter   serment   sur   les   reliques   des   saints.   Cette   construction   mentale   qui   fait  
ĨŽŶĐƚŝŽŶŶĞƌ ůĞ ƐĞƌŵĞŶƚ ĞƐƚ ů͛ŝĚĠĞ ƋƵ͛ŝů LJ Ă ƵŶ ŐƌĂŶĚ ũƵŐĞ  :  Dieu.  Il  applique  une  justice  suprême  qui  
ĞƐƚ ƉĂƌĨĂŝƚĞ͕ ĚŽŶĐ ĐĂƉĂďůĞ Ě͛ƵŶĞ ĚŝƐĐrimination  parfaite  du  bien  et  du  mal  et  qui  par  ailleurs  connait  
tout  et  qui  peut  tout  :  il  y  a  une  omniscience  et  une  omnipotence  de  la  justice.  
 
 
EŽƚŽŶƐ ƋƵ͛ƵŶ ƐĂŝŶƚ ĞƐƚ ƵŶ ŚŽŵŵĞ ƋƵŝ ĠƚĂŝƚ ĂƵ ĚĠƉĂƌƚ ƵŶ ŚŽŵŵĞ ĐŽŵŵĞ ƵŶ ĂƵƚƌĞ ŵĂŝƐ ĚŽŶƚ
la  vie  a  été  transformée  par  un  contact  particulier  avec  la  divinité,  dont  la  vie  a  été  particulièrement  
exemplaire   et   qui   a   démontré   grâce   à   son   rapport   privilégié   avec   dieux   la   capacité   de   faire   des  
ŵŝƌĂĐůĞƐ ;ƐƵƌƚŽƵƚ ĂƉƌğƐ ƐĂ ŵŽƌƚͿ͘ KŶ ƐĂŝƚ ƋƵ͛ŝů ĞƐƚ ƵŶ ƐĂŝŶƚ ĐĂƌ ƐƵƌ ƐĂ ƚŽŵďe  se  produit  une  série  de  
ŵŝƌĂĐůĞƐ͘ >Ă ƌĞůŝƋƵĞ ĞƐƚ ƵŶĞ ƉĂƌƚŝĞ ĚƵ ĐŽƌƉƐ ĚƵ ƐĂŝŶƚ ŵĂŝƐ ůĞ ĐŽƌƉƐ Ě͛ƵŶ ƐĂŝŶƚ ĞƐƚ ƐĠƉĂƌĠ ĚƵ ƐŽƌƚ
commun  qui  est  la  décomposition  dans  la  terre.  Le  saint  connait  une  sorte  de  résurrection  charnelle  
anticipée,   sa   chaire   ne   se   putréĨŝĞ ƉĂƐ͘ Ŷ ĞĨĨĞƚ ů͛ąŵĞ ĚƵ ƐĂŝŶƚ ĞŶƚƌĞ ĚŝƌĞĐƚĞŵĞŶƚ ĂƵ ƉĂƌĂĚŝƐ͕
ĐŽŶƚƌĂŝƌĞŵĞŶƚ ĂƵdž ĂƵƚƌĞƐ ŚƵŵĂŝŶƐ ƋƵŝ ĚĞǀƌŽŶƚ ĂƚƚĞŶĚƌĞ ůĞ ũƵŐĞŵĞŶƚ ĚĞƌŶŝĞƌ ƉŽƵƌ ġƚƌĞ ĨŝdžĠ ;ů͛ŽĚĞƵƌ
de  sainteté  est  parfum  suave  qui  émane  de  la  tombe).  La  relique  va  fonctionner  comme  un  relais  de  
ůĂ ƐĂŝŶƚĞƚĠ͕ Đ͛ĞƐƚ ͨ  une  fenêtre  ouverte  sur  le  sacré  ͩ͘ :ƵƌĞƌ ƐƵƌ ƵŶĞ ƌĞůŝƋƵĞ͕ Đ͛ĞƐƚ ĚŽŶĐ ƐĞ ŵĞƚƚƌĞ ĞŶ
ĐŽŵŵƵŶŝĐĂƚŝŽŶ ĂǀĞĐ ŝĞƵ Ğƚ ĚĠĐůĞŶĐŚĞƌ ƐĂ ĨƵƌĞƵƌ Ɛŝ ů͛ŽŶ ŵĞŶƚ͘ ƉĂƌƚŝƌ ĚƵ ŚĂƵƚ ŵŽLJĞŶ-­‐âge,   le  
serment  se  fait  donc  sur  une  relique.    
 
 
/ů LJ Ă ƚƌŽŝƐ ŐƌĂŶĚĞƐ ƉĠƌŝŽĚĞƐ ĚĂŶƐ ů͛ŚŝƐƚŽŝƌĞ ĚƵ ƐĞƌŵĞŶƚ  :    
 
1) ͛ĂďŽƌĚ ůĞƐ ƐĞƌŵĞŶƚƐ ƐƵƌ ůĞƐ ƌĞůŝƋƵĞƐ ;ƉůƵƐ ŽƵ ŵŽŝŶƐ ũƵƐƋƵ͛ĂƵ ϭϮème  ƐŝğĐůĞͿ͕ ũƵƐƋƵ͛ĂƵ ŵŽŵĞŶƚ
Žƶ ů͛ ŐůŝƐĞ ǀĂ ĞƐƚŝŵĞƌ ƋƵ͛ŝů ĨĂƵƚ ŵĞƚƚƌĞ ĚĞ ů͛ŽƌĚƌĞ Ğƚ Žƶ ĞůůĞ ĂĚŽƉƚĞ ƵŶĞ ĨŽƌŵĞ ĚĞ ƐĞƌŵĞŶƚ ƋƵŝ
est  moins  immédiatement  naïve.  
 
2) >Ğ ƐĞƌŵĞŶƚ ƐƵƌ ůĂ ďŝďůĞ͕ ůĞ ƐĞƌŵĞŶƚ ƐƵƌ ů͛ĠĐƌŝƚƵƌĞ ƐĂŝŶƚĞ ;ƐĞƌŵĞŶƚ ƉůƵƐ ĂďƐƚƌĂŝƚͿ͘ KŶ Ŷ͛ŝŶǀŽƋƵĞ
plus  Dieu  de  manière  matérielle  mais  bien  spirituelle.  Notons  que   ce  serment  est  toujours  
utilisé  dans  la  justice  anglaise  et  américaine.    
 
3) La  troisième  phase  est  la  plus  contemporaine  (19ème  et  20ème  siècles).  La  bible  disparait  et  le  
ƌĂƉƉŽƌƚ͕ ů͛ĂůůƵƐŝŽŶ ă ůĂ ĚŝǀŝŶŝƚĠ ĂƵƐƐŝ͘ ĞůƵŝ ƋƵŝ ũƵƌĞ ĚŽŝƚ ůĞ ĨĂŝƌĞ ůĂ ŵĂŝŶ ĚƌŽŝƚĞ ŽƵǀĞƌƚĞ ĚĞǀĂŶƚ
le   tribunal   et   jure   sur   sa   propre   conscience   (le   rituel   du   serment   subsiste   donc   mais   il   y   a  
maintenant   un   espace   vide   devant   celui   qui   jure).   Le   rituel   est   désacralisé,   laïcisé   mais   ce  
rituel   a   une   longévité   étonnante   puisque   de   nos   jours   il   est   toujours   beaucoup   utilisé.   On  
jure  quand  on  devient  avocat,  quanĚ ŽŶ ĚĞǀŝĞŶƚ ŵĂŐŝƐƚƌĂƚ͕ ƋƵĂŶĚ ŽŶ Ɛ͛ĂƉƉƌġƚĞ ă ƉŽƌƚĞƌ ƵŶ
témoignage.    
 
4.5.2.4. Deux  types  de  serment  :  promissoire  et  assertoire  
 
 
Le  serment  promissoire  porte  sur  le  futur  :  «  Je  promets  de  faire  quelque  chose,  et  je  serai  
puni  si  je  ne  le  fais  pas  ».  Par  contre,  le  serment  assertoire  ƉŽƌƚĞ ƐƵƌ ĐĞ ƋƵ͛ŝů Ɛ͛ĞƐƚ ƉĂƐƐĠ ͗ ͨ  je  jure  
ƋƵĞ ũ͛Ăŝ ĨĂŝƚ ŽƵ ƋƵĞ ũĞ Ŷ͛Ăŝ ƉĂƐ ĨĂŝƚ ƚĞůůĞ ĐŚŽƐĞ  ».    
 
 
ĂŶƐ ůĞ ƉƌŽĐğƐ ƉƌŝŵŝƚŝĨ͕ Đ͛ĞƐƚ ůĞ ƐĞƌŵĞŶƚ ĂƐƐĞƌƚŽŝƌĞ ƋƵŝ ĞƐƚ ůĞ ƉůƵƐ ŝŶƚĠƌĞƐƐĂŶƚ  :  par  exemple,  
ƵŶĞ ƉĂƌƚŝĞ ĂĨĨŝƌŵĞ ƋƵ͛ĞůůĞ ĞƐƚ ďĞů Ğƚ ďŝĞŶ ƉƌŽƉƌŝĠƚĂŝƌĞ ĚƵ ďŝĞŶ ĐŽŶƚĞƐƚĠ ŽƵ ƋƵ͛ĞůůĞ ĞƐƚ ŝŶŶŽĐĞŶƚĞ ĚĞ ĐĞ
ĚŽŶƚ ŽŶ ů͛ĂĐĐƵƐĞ͘ ͛ĞƐƚ ƵŶĞ ĂĨĨŝƌŵĂƚŝŽŶ ƐƵƌ ĐĞ ƋƵŝ ĞƐƚ ŽƵ ĐĞ ƋƵŝ Ă ĠƚĠ͕ ĚŽŶĐ ƵŶĞ ĂĨĨŝƌŵĂƚŝŽŶ ƐƵƌ ůĞ ƌĠĞů͘
20  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
Ce   serment  est  litisdécisoire  :  il  a  la  capacité  de  trancher  le  litige.  Il  éteint  (exactement  les  mêmes  
effets   que   la   composition)   la   prétention   adverse   non   pas   en   payant   son   adversaire   mais  en   jurant  
ƋƵĞ ũĞ ƐƵŝƐ ŝŶŶŽĐĞŶƚ ĚĞ ĐĞ ĚŽŶƚ ŝů ŵ͛ĂĐĐƵƐĞ͘  
 
4.5.2.5. Le  serment  comme  épreuve  sociale:  les  cojureurs  (significations  de  leur  participation  au  
serment  de  la  partie)  
 
 
Ce  serment  assertoire,  on  ne  le  prête  jamais  seul.  Je  jure  mais  je  ne  suis  pas  seul,  il  va  y  avoir  
Ě͛ĂƵƚƌĞƐ ŐĞŶƐ ƋƵŝ ũƵƌĞŶƚ ĂǀĞĐ ŵŽŝ ƐƵƌ ůĞƐ ƌĞůŝƋƵĞƐ ĚĞƐ ƐĂŝŶƚƐ͘ Ğ ƐŽŶƚ ůĞƐ ĐŽũƵƌĞƵƌƐ͕ ĐĞƵdž ƋƵŝ ĂƉƉƵŝĞŶƚ
le  serment  de  la  partie.  Le  nombre  des  cojureurs  va  varier  en  fonction  de  la  gravité  du  fait  reproché.  
ŝŶƐŝ͕ ƉŽƵƌ ůĞ ǀŽů ĚĞ ďĠƚĂŝů͕ ŝů ĨĂƵĚƌĂ ĚĞƵdž ĐŽũƵƌĞƵƌƐ͘ ^͛ŝů Ɛ͛ĂŐŝƚ Ě͛ƵŶ ŵĞƵƌƚƌĞ͕ ĐĞůĂ ĚĠƉĞŶĚƌĂ ĚƵ ƐƚĂƚƵƚ
ƐŽĐŝĂů ĚĞ ůĂ ǀŝĐƚŝŵĞ͘ /ů LJ Ă ĚĂŶƐ ĐĞƌƚĂŝŶƐ ƚĞdžƚĞƐ ĚĞƐ ƚĂƌŝĨƐ ĚĞ ĐŽũƵƌĞƵƌƐ Ğƚ Ě͛ĂŝůůĞƵƌƐ ĐĞƐ ƚĂƌŝĨƐ Ɛont  
parallèles  au  tarif  de  composition.  Le  serment  a  donc  le  même  fonctionnement  que  la  composition.    
 
 
ZĞŵĂƌƋƵŽŶƐ ƋƵ͛ŽŶ ƉĞƵƚ ƌĂƚĞƌ ů͛ĠƉƌĞƵǀĞ͘ ĂŶƐ ƵŶ ĐĞƌƚĂŝŶ ŶŽŵďƌĞ ĚĞ ĐĂƐ͕ ĐĞůƵŝ ƋƵŝ ĞƐƚ ĂĐĐƵƐĠ
Ŷ͛Ă ƉĂƐ ƌĠƵƐƐŝ ă ƌĠƵŶŝƌ ůĞ ŶŽŵďƌĞ Ě͛ŚŽŵŵĞƐ ƐƵĨĨŝƐĂŶƚƐ͕ ĂƵƋƵĞů   cas   il   doit   composer   (acheter   la  
ǀĞŶŐĞĂŶĐĞ ĚĞ ů͛ĂĚǀĞƌƐĂŝƌĞͿ͘  
 
 
>Ğ ƐĞƌŵĞŶƚ ĞƐƚ ƵŶĞ ĠƉƌĞƵǀĞ ă ĚŽƵďůĞ ƐĞŶƐ͘ ͛ĞƐƚ ƵŶĞ ĠƉƌĞƵǀĞ ŵĂŐŝƋƵĞ Ğƚ ƐŽĐŝĂůĞ ă ůĂ ĨŽŝƐ͘
Elle  est  magique  car  il  faut  toucher  les  reliques,  se  mettre  en  rapport  avec  la  divinité,  il  faut  accepter  
cette  prise  de  risques,  de  se  soumettre  à  la  puissance  divine.  Elle  est  aussi  sociale  car  elle  permet  de  
dire  «  je  ne  suis  pas  tout  seul  ͩ͘ ^ŝ ǀŽƵƐ Ŷ͛ĂĐĐĞƉƚĞnj ƉĂƐ ŵĂ ƉĂƌŽůĞ͕ ŝů LJ Ă ĚĞƌƌŝğƌĞ ŵŽŝ ĚĞƐ ƉĂƌĞŶƚƐ͕ ĚĞƐ
amis  qui  sont  aussi  prêts  à  prendre  les  ĂƌŵĞƐ Ɛ͛ŝů ůĞ ĨĂƵƚ͘ ů͛ĂƌƌŝğƌĞ ƉůĂŶ͕ ŝů LJ Ă ƵŶĞ ŝĚĠĞ ĚĞ ŵĞŶĂĐĞ͘
>͛ŽƉƚŝƋƵĞ ĚĞ ůĂ ǀĞŶŐĞĂŶĐĞ Ŷ͛ĞƐƚ ũĂŵĂŝƐ ƚŽƚĂůĞŵĞŶƚ ĠĐĂƌƚĠĞ͘  
 
4.5.2.6. Consensus  des  parties  
 
 
ĂŶƐ ĐĞ ŐĞŶƌĞ Ě͛ĠƉƌĞƵǀĞ͕ ŝů ĨĂƵƚ ƵŶ ĐŽŶƐĞŶƐƵƐ ĞŶƚƌĞ ůĞƐ ƉĂƌƚŝĞƐ͘ WŽƵƌ ƋƵĞ ĐĞůĂ ŵĂƌĐŚĞ ŝů ĨĂƵƚ
un  accord  ƐƵƌ ůĂ ƌğŐůĞ ĚƵ ũĞƵ͘ >͛ĂĐĐƵƐĠ ǀĂ ƐĞ ůŝďĠƌĞƌ ă ĐŽŶĚŝƚŝŽŶ ĚĞ ũƵƌĞƌ ĂǀĞĐ Ɛŝdž ĐŽũƵƌĞƵƌƐ͘ /ů LJ Ă ƵŶ
ĐŽŶƐĞŶƐƵƐ ĨŽƌŵĠ ĞŶƚƌĞ ůĞƐ ŚŽŵŵĞƐ ůŝďƌĞƐ͘ >ĞƐ ĂĚǀĞƌƐĂŝƌĞƐ ĨŽƌŵƵůĞŶƚ ƵŶĞ ĂĚŚĠƐŝŽŶ ă ů͛ĠƉƌĞƵǀĞ Ğƚ
ƉƵŝƐ Ɛŝ ů͛ĠƉƌĞƵǀĞ ĞƐƚ ƌĠƵƐƐŝĞ͕ ŝů ĨĂƵƚ ĞŶĐŽƌĞ ƵŶĞ ŵĂŶŝĨĞƐƚĂƚŝŽŶ ;ŐĞŶƌĞ ĚĞ ũƵŐĞŵĞŶƚ ĨŝŶĂůͿ Ě͛ĂĚŚĠƐŝŽŶ
ĚĞƐ ŚŽŵŵĞƐ ůŝďƌĞƐ͘ >Ğ ũƵŐĞ Ŷ͛Ă ƉĂƐ ĚĞ ƉŽƵǀŽŝƌ Ě͛ĂƉƉƌĠĐŝĂƚŝŽŶ ;ĂŶĂĐŚƌŽŶŝƐŵĞͿ͘ >Ğ ƉƌĠƐŝĚĞŶƚ ĚĞ
ƐĠĂŶĐĞ Ğƚ ůĞ ŐƌŽƵƉĞ Ě͛ŚŽŵŵĞ ůŝďƌĞƐ ƋƵŝ ů͛ĂƐƐŝƐƚĞŶƚ ƐŽŶƚ ůŝĠƐ ƉĂƌ ůĞ ƌĠƐƵůƚĂƚ ĚĞ ů͛ĠƉƌĞƵǀĞ͘ Ğ ƐĞƌŵĞŶƚ
est   la  forme   la  plus  répanĚƵĞ ĚĞ ƉƌŽďĂƚŝŽ ă ů͛ĠƉŽƋƵĞ ĨƌĂŶƋƵĞ Ğƚ ĐĞůĂ ĚƵƌĞƌĂ ũƵƐƋƵ͛ĂƵ ϭϮème,  13ème  
siècle.  On  recourt  très  abondamment  au  serment  pour  régler  les  litiges.    
 
4.5.3. L'ordalie   ou   jugement   de   Dieu:   sa   différence   avec   le   serment   (la   sanction   divine   n'est  
plus  différée  mais  rendue  actuelle  par  le  "miracle  judiciaire")  
 
 
DĂŝƐ ƵŶĞ ĂƵƚƌĞ ĨŽƌŵĞ ĚĞ ŵŝƐĞ ă ů͛ĠƉƌĞƵǀĞ  va  apparaître  et  prendre  de  plus  en  plus  de  place  :  
ů͛ŽƌĚĂůŝĞ͘ >Ğ ŵĠĐĂŶŝƐŵĞ ĞƐƚ ŝĚĞŶƚŝƋƵĞ͘ hŶĞ ƉĂƌƚŝĞ ǀĂ ġƚƌĞ ĐƌƵĞ ƐƵƌ ƉĂƌŽůĞ͕ ĐĞƚƚĞ ƉĂƌŽůĞ ĞŶƚƌĂŝŶĞ ůĞ
ŐĂŝŶ ĚƵ ƉƌŽĐğƐ Ɛŝ ů͛épreuve  est  réussie.    
 
 
>Ă ŐƌĂŶĚĞ ĚŝĨĨĠƌĞŶĐĞ ĞŶƚƌĞ ůĞ ƐĞƌŵĞŶƚ Ğƚ ů͛ŽƌĚĂůŝĞ͕ ĞƐƚ ƋƵĞ ĚĂŶƐ ůĞ ƐĞƌŵĞŶƚ ů͛ŝŶƚĞƌǀĞŶƚŝŽŶ
ĚŝǀŝŶĞ ĞƐƚ ĚĠĨĠƌĠĞ ƚĂŶĚŝƐ ƋƵĞ ĚĂŶƐ ů͛ŽƌĚĂůŝĞ ĞůůĞ ĞƐƚ ĂĐƚƵĂůŝƐĠĞ͘ >ŽƌƐƋƵ͛ŝů LJ Ă ƐĞƌŵĞŶƚ͕ ŽŶ ŶĞ ƐĂŝƚ ƉĂƐ Ɛŝ
la  personne  a  menti  ou  pas.  La  jusƚŝĐĞ ĚŝǀŝŶĞ͕ Ɛ͛ŝů LJ Ă ĞƵ ŵĞŶƐŽŶŐĞ͕ ƐĞ ŵĂŶŝĨĞƐƚĞƌĂ ƉůƵƐ ƚĂƌĚ͕ ƉĞut-­‐
être  même  après  la  mort.  Au  haut  Moyen-­‐ąŐĞ͕ ůŽƌƐƋƵĞ ƋƵĞůƋƵ͛ƵŶ Ă ũƵƌĠ͕ ŽŶ ĂŶĂůLJƐĞ ůĂ ƐƵŝƚĞ ĚĞ ƐĂ ǀŝĞ.  
Sŝ͕ ƉĂƌ ĞdžĞŵƉůĞ͕ ŝů ĨĂŝƚ ƵŶĞ ĐŚƵƚĞ ĚĞ ĐŚĞǀĂů Ğƚ ŵĞƵƌƚ͕ ůĂ ƉƌĞƵǀĞ ĞƐƚ ĨĂŝƚĞ ƋƵ͛ŝů Ă ŵĞŶƚŝ͘  On  ne  revient  
ƉĂƐ ƐƵƌ ůĞ ƉƌŽĐğƐ ŵĂŝƐ ƚŽƵƚ ůĞ ŵŽŶĚĞ ƉĞŶƐĞ ƋƵ͛ŝů Ă ŐĂŐŶĠ ĞŶ ŵĞŶƚĂŶƚ͘  
 
 
ĂŶƐ ů͛ŽƌĚĂůŝĞ͕ ů͛ŝĚĠĞ ĞƐƚ Ě͛ĂŵĞŶĞƌ ůĂ ũƵƐƚŝĐĞ ĚŝǀŝŶĞ ă ƐĞ ŵĂŶŝĨĞƐƚĞƌ ĂƵ ŵŽŵĞŶƚ ŵġŵĞ ĚƵ
21  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
procès.  On  va  donc  devoir  passer  une  épreuve  dangereuse,  périlleuse  et  on  va  supposer  que  cette  
ĠƉƌĞƵǀĞ ĞƐƚ ůĞ ũƵŐĞŵĞŶƚ ĚĞ ĚŝĞƵ͘ ŽŶĐ ů͛ĠƉƌĞƵǀĞ ŵĂŶŝĨĞƐƚĞ ĚĂŶƐ ůĞ ƉƌĠƐĞŶƚ ĚĞ ůĂ ƉƌŽĐĠĚƵƌĞ
ů͛ŝƌƌƵƉƚŝŽŶ ĚĞ ůĂ ũƵƐƚŝĐĞ ĚŝǀŝŶĞ͘ /ů LJ Ă ĚĞƵdž ƚLJƉĞƐ Ě͛ŽƌĚĂůŝĞ͗  
 
4.5.4. Essor  des  ordalies  et  diversité  de  leurs  formes  
 
 
͛ĂďŽƌĚ͕ ŝů LJ Ă ů͛ordalie   bilatérale   qui   est   en   fait   un   duel,   un   combat   judiciaire.   Les   deux  
ƉĂƌƚŝĞƐ Ɛ͛ĂĨĨƌŽŶƚĞŶƚ ĞŶ ƉĞƌƐŽŶŶĞ ŽƵ ƉĂƌ ĐŚĂŵƉŝŽŶƐ ;ůĞ ĐŚĂŵƉŝŽŶ ĞƐƚ ĐĞůƵŝ ƋƵŝ ƌĞŶƚƌĞ ĚĂŶƐ ůĞ ĐŚĂŵƉ
donc   celui   qui   se   bat   en   duel).   Il   y   a   deux   serments   contradictoires,   et   après   le   duel   il   ne   restera  
qƵ͛ƵŶĞ ƉĂƌŽůĞ͘ >Ğ ƐĞƌŵĞŶƚ ĞƐƚ ǀĂůŝĚĠ ƉĂƌ ůĞ ĨĂŝƚ ƋƵĞ ůĞ ĐŚĂŵƉŝŽŶ ŐĂŐŶĞ ŽƵ ŶŽŶ ĚĂŶƐ ůĂ ďĂƚĂŝůůĞ
organisée  par  le  juge.    
 
 
ŶƐƵŝƚĞ͕ ŝů LJ Ă ů͛Žrdalie   unilatérale.   Ici,   ƵŶĞ ĚĞƐ ĚĞƵdž ƉĂƌƚŝĞƐ ǀĂ ƉĂƐƐĞƌ ů͛ĠƉƌĞƵǀĞ ĚŽŶĐ ĚĞ
ŶŽƵǀĞĂƵ ƐŽƵƚĞŶŝƌ ů͛ĂĨĨŝƌŵĂƚŝŽŶ ĚĞ ůĂ ǀĂůŝĚŝté   de   sa   cause   en   passant   une   épreuve   qui   est  
spectaculaire,  douloureuse,  difficile,  etc.  Par  exemple  ͗ ů͛ŽƌĚĂůŝĞ ƉĂƌ ůĞ ĨĞƵ͘ >ŝŶŐŽƚ ĚĞ ĨĞƌ ƋƵ͛ŽŶ ƉĂƐƐĞ
ĂƵ ĨĞƵ Ğƚ ƋƵ͛ŽŶ ƉŽƌƚĞ ĂƵ ƌŽƵŐĞ͘ /ů ĨĂƵƚ ƉƌĞŶĚƌĞ ĞŶ ŵĂŝŶ ĐĞ ůŝŶŐŽƚ ĚĞ ŵĠƚĂů Ğƚ ĨĂŝƌĞ cinq   pas   en  
portant  ce  lingot.  Ou  bien  ĚĂŶƐ ƵŶĞ ĐƵǀĞ Ě͛ĞĂƵ ďŽƵŝůůĂŶƚĞ͕ on  a  mis  un  objet  (il  faut  aller  chercher  la  
ďĂŐƵĞ ŽƵ ů͛ŽďũĞƚ ƋƵŝ Ɛ͛LJ ƚƌŽƵǀĞͿ͘  
 
 
ĂŶƐ ů͛ŽƌĚĂůŝĞ ŝů ŶĞ ĨĂƵƚ ƉĂƐ ĂƚƚĞŶĚƌĞ ƋƵĞ ůĂ ũƵƐƚŝĐĞ ĚŝǀŝŶĞ ƐĞ ŵĂŶŝĨĞƐƚĞ ĐĂƌ ĞůůĞ ůĞ ĨĂŝƚ ƚŽƵƚ ĚĞ
ƐƵŝƚĞ͘ >Ğ ĨĂŝƚ Ě͛ĂǀŽŝƌ ƌĠƵƐƐŝ ă ĂĐĐŽŵƉůŝƌ ů͛ĠƉƌĞƵǀĞ ĂƚƚĞƐƚĞ ŝŵŵĠĚŝĂƚĞŵĞŶƚ ůĂ ǀĂůŝĚŝƚĠ ĚĞ ůĂ ƉĂƌŽůĞ ĐĂƌ
Dieu  a  directement  attesté  cette  validité.    
 
 
>ĞƐ ŽƌĚĂůŝĞƐ ƐŽŶƚ ĚĞƐ ĠƉƌĞƵǀĞƐ ĨĂŝƚĞƐ ƉŽƵƌ ĐŚŽƋƵĞƌ Ğƚ ƉƌŽǀŽƋƵĞƌ ů͛ĠŵŽƚŝŽŶ͘ DĂŝƐ ŝů ŶĞ ĨĂƵƚ
pas   si   laisser   prendre   par   ce   côté   spectaculaire.   Par   exemple,   le   duel   ne   se   termine   pas  
nécessairement  par  la  mort,  et  de  plus  le  recours  aux  champions  permet  de  transférer  les  risques.    
 
 
ŚĂƋƵĞ ĨŽŝƐ ƋƵ͛ŽŶ ƉĞƵƚ ĨĂŝƌĞ ĚĞƐ ƐƚĂƚŝƐƚŝƋƵĞƐ ƉŽƵƌ ůĞƐ ŽƌĚĂůŝĞƐ ƵŶŝůĂƚĠƌĂůĞƐ͕ ŽŶ Ă ƵŶ ƚĂƵdž ĚĞ
réussite   supĠƌŝĞƵƌ ĂƵ ƚĂƵdž Ě͛ĠĐŚĞĐƐ  :   exactement   deux   tiers   de   réussites,   et   un   tiers   Ě͛ĠĐŚĞĐƐ͘
Comment  cela  se  fait-­‐il  ͍ WĂƌĐĞ ƋƵ͛ŝů ĞdžŝƐƚĂŝƚ ĚĞƐ moyens  pour  tricher.  Comme  pour  le  serment,  on  a  
ĚŽŶĐ ƵŶ ƚĂƵdž ƉůƵƐ ŝŵƉŽƌƚĂŶƚ ĚĞ ƌĠƵƐƐŝƚĞƐ ƋƵĞ Ě͛ĠĐŚĞĐƐ͘  
 
 
ƚ Đ͛ĞƐƚ ƚŽƵũŽƵƌƐ ůĞ ĐĂƐ ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ͘ KŶ ƉƌĂƚŝƋƵĞ ƚŽƵũŽƵƌƐ ůĞƐ ŽƌĚĂůŝĞƐ͕ ƉĂƌ ĞdžĞŵƉůĞ͕ ĞŶ
Afrique  noire.  Certains  disent  même  que  la  pratique  des  ordalies  a  plutôt  augmenté  récemment  en  
ƌĂŝƐŽŶ ĚĞ ů͛ŝŶƐƚĂďŝůŝƚĠ ƉŽůŝƚŝƋƵĞ ĚĂŶƐ ĐĞƐ ƉĂLJƐ͘ hŶ Ĩŝůŵ ƚŽƵƌŶĠ ĞŶ ϭϵϵϱ  au  Togo  montre  cette  pratique.    
 
 

5. Le  scandale  que  constituent  les  procédures  magiques  ou  irrationnelles  à  l'égard  de  
l'aspiration  à  la  rationalité  du  droit  
 
 
ĂŶƐ ƚŽƵƚ ů͛ĂŶĐŝĞŶ ŵŽŶĚĞ ;ů͛ ĨƌŝƋƵĞ͕ ů͛ ƐŝĞ Ğƚ ů͛ ƵƌŽƉĞͿ ŝů Ŷ͛LJ Ă ƉƌĂƚŝƋƵĞŵĞŶƚ ĞƵ ĂƵĐƵŶĞ
culture  ƋƵŝ ă ƵŶ ŵŽŵĞŶƚ ĚŽŶŶĠ ŶĞ ƐŽŝƚ ƉĂƐ ƉĂƐƐĠ ƉĂƌ ů͛ŽƌĚĂůŝĞ͘ ŽŵŵĞŶƚ ĕĂ ƐĞ ĨĂŝƚ  ?  
 
 
>͛ŽƌĚĂůŝĞ ƉŽƵƌ ƵŶ ũƵƌŝƐƚĞ ĞƐƚ ƵŶĞ ĞƐƉğĐĞ ĚĞ ƐĐĂŶĚĂůĞ͕ ĚĞ ĚĠĨŝ ă ĐĞ ƋƵ͛ŽŶ ĐƌŽŝƚ ġƚƌĞ ůĞ ƐĞŶƐ
commun.   On   pense   que   le   droit   est   rationnel,   et   on   trouve   que   toutes   les   populations  
indépendamment   des   autres   ont   inventé   des   machines   à   faire   des   épreuves   (ordalie   du   feu).  
Comment  expliquer  ce  phénomène  ƋƵŝ ĂƉƉĂƌĂŝƚ ƉŽƵƌ ů͛ŚŝƐƚŽƌŝĞŶ ĚƵ ĚƌŽŝƚ ĐŽŵŵĞ ƵŶ ƐĐĂŶĚĂůĞ ͍  
 
5.1. La  thèse  classique  (H.  Lévy-­‐Bruhl):  l'idée  d'une  "preuve  irrationnelle",  comme  équivalent  de  
nos  preuves  rationnelles  dans  des  sociétés  que  domine  l'unité  des  croyances,  le  serment  ou  
l'ordalie  comme  "sérum  de  vérité"  
22  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
 
Une  explication  a  été  très  longtemps  soutenue  par  les  historiens  du  droit.  Cette  explication  
ĐŽŶƐŝƐƚĞ ă ĚŝƌĞ ƋƵ͛ŝů Ɛ͛ĂŐŝƚ ĚĞ ƉƌĞƵǀĞ ŝƌƌĂƚŝŽŶŶĞůůĞ͘ >͛ŝĚĠĞ ĞƐƚ ůĂ ƐƵŝǀĂŶƚĞ  ͗ ƉŽƵƌ ĨĂŝƌĞ ůĂ ƉƌĞƵǀĞ Ě͛ƵŶ
ĨĂŝƚ ŝů LJ Ă ƉůƵƐŝĞƵƌƐ ŵĂŶŝğƌĞƐ ĚĞ Ɛ͛LJ ƉƌĞŶĚƌĞ  :  il  y  a  la  preuve  rationnelle,  donc  la  nôtre  (on  interroge  
les  témŽŝŶƐ͕ ŽŶ ĨĂŝƚ ĚĞƐ ĞdžƉĞƌƚŝƐĞƐ͕ ͙)  et  puis  il  y  a  la  preuve  irrationnelle.  Ce  serait  la  même  chose  
ƐĂƵĨ ƋƵ͛ĂƵ ůŝĞƵ ĚĞ ĨĂŝƌĞ ƵŶ ƌĂƉƉŽƌƚ ĚĞ ĐĂƵƐĞ ă ĞĨĨĞƚ ;ŽŶ Ă ƌĞƚƌŽƵǀĠ ůĞƐ ĞŵƉƌĞŝŶƚĞƐ ĚĞ y ƐƵƌ ůĞ ůŝĞƵ ĚƵ
ǀŽů͕ ĚŽŶĐ y ĞƐƚ ůĞ ǀŽůĞƵƌͿ͕ ŽŶ ĨĂŝƚ ƵŶ ůŝĞŶ ŝƌƌĂƚŝŽŶŶĞů ;y Ŷ͛Ă ƉĂƐ ƌĠƵƐƐŝ ů͛ĠƉƌĞƵǀĞ͕ ĚŽŶĐ y ĞƐƚ ƵŶ ǀŽůĞƵƌͿ͘  
 
 
Un   historien   du   droit   français   (Henri   Lévy-­‐BruhlͿ Ă Ěŝƚ ƋƵ͛ƵŶĞ ƉƌĞƵǀĞ ŝƌƌĂƚŝŽŶŶĞůůĞ ŶĞ
ĨŽŶĐƚŝŽŶŶĞ ƉĂƐ ŶĠĐĞƐƐĂŝƌĞŵĞŶƚ ĚŝĨĨĠƌĞŵŵĞŶƚ Ě͛ƵŶĞ ƉƌĞƵǀĞ ƌĂƚŝŽŶŶĞůůĞ͘ ĞƌƚĞƐ͕ ŝů ǀĂ LJ ĂǀŽŝƌ ƵŶ ƚĂƵdž
Ě͛ĠĐŚĞĐƐ Ɛŝ ŽŶ ĂƉƉůŝƋƵĞ ĐĞƚƚĞ ƉƌŽĐĠĚƵƌĞ ;ĂĐĐƵƐĞƌ ƋƵĞůƋƵ͛ƵŶ ƋƵŝ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ coupable)  mais  chez  nous  
ĂƵƐƐŝ ŝů LJ Ă ĚĞƐ ĠĐŚĞĐƐ͘ >Ă ĚŝĨĨĠƌĞŶĐĞ͕ Đ͛ĞƐƚ ƋƵĞ ůĂ ƉƌĞƵǀĞ ŝƌƌĂƚŝŽŶŶĞůůĞ ĨŽŶĐƚŝŽŶŶĞ ĚĂŶƐ ůĞƐ ƐŽĐŝĠƚĠƐ Žƶ
il  y  a  unité  de  croyance.  Ce  sont  les  sociétés  où  tout  le  monde  croit  la  même  chose,  on  croit  en  Dieu,  
en  la  puissance  surnaturelle  des  sĂŝŶƚƐ͘ /ů LJ Ă ĚŽŶĐ ƵŶĞ ƉƌĞƐƐŝŽŶ ƉƐLJĐŚŽůŽŐŝƋƵĞ ĨŽƌƚĞ ƋƵŝ Ɛ͛ĞdžĞƌĐĞ ƐƵƌ
ĐĞůƵŝ ƋƵŝ ĞƐƚ ĂƉƉĞůĠ ă ũƵƌĞƌ͕ ŽƵ ƐƵƌ ĐĞůƵŝ ƋƵŝ ĞƐƚ ĂƉƉĞůĠ ă ƉĂƐƐĞƌ ů͛ŽƌĚĂůŝĞ͘ >Ă ĐƌŽLJĂŶĐĞ ǀĂ ĚŽŶĐ͕ ă
travers  cette  pression,  fonctionner  comme  un  sérum  de  vérité.  Si  je  mens,  la  pression  psychologique  
ǀĂ ũŽƵĞƌ ĞŶ ŵĂ ĚĠĨĂǀĞƵƌ ;ũ͛Ăŝ ƵŶ ŚĂŶĚŝĐĂƉ ĐĂƌ ũ͛Ăŝ ƉĞƵƌͿ Ğƚ ũĞ ǀĂŝƐ ƌĂƚĞƌ͘ WĂƌ ĐŽŶƚƌĞ͕ Ɛŝ ũĞ ƐƵŝƐ ŝŶŶŽĐĞŶƚ͕
ũĞ Ŷ͛Ăŝ ƉĂƐ ƉĞƵƌ ĚĞ ũƵƌĞƌ ŽƵ ĚĞ ƉĂƐƐĞƌ ů͛ŽƌĚĂůŝĞ͘  
 
 
Lévy-­‐Bruhů Ěŝƚ ĚŽŶĐ ƋƵ͛ŝů ĞƐƚ ůŽŐŝƋƵĞ ƋƵĞ ĚĞƐ ƐŽĐŝĠƚĠƐ ĚŝƚĞƐ ĂƌĐŚĂŢƋƵes   aient   pratiqué   la  
preuve   irrationnelle   parce   que  ĕĂ ŵĂƌĐŚĂŝƚ͕ ĕĂ ƉĞƌŵĞƚƚĂŝƚ Ě͛ĂďŽƵƚŝƌ ă ƵŶĞ ǀĠƌŝƚĠ ũƵĚŝĐŝĂŝƌĞ͘ ĞƚƚĞ
ƉƌŽĐĠĚƵƌĞ ĂǀĂŝƚ ƵŶ ƚĂƵdž Ě͛ĠĐŚĞĐƐ ĂĐĐĞƉƚĂďůĞ Ğƚ ƋƵŝ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ƚƌğƐ ĚŝĨĨĠƌĞŶƚ ĚƵ ƚĂƵdž Ě͛ĞƌƌĞƵƌƐ ĚĞ ŶŽƐ
sociétés  actuelles.    
 
 
Ce   qui   explique   selon   Lévy-­‐ ƌƵŚů ůĞ ƉĂƐƐĂŐĞ ă ůĂ ƉƌĞƵǀĞ ƌĂƚŝŽŶŶĞůůĞ͕ Đ͛ĞƐƚ ƉƌĠĐŝƐĠŵĞŶƚ ůĂ
ƌƵƉƚƵƌĞ ĚĞ ů͛ƵŶŝƚĠ ĚĞ ĐƌŽLJĂŶĐĞ͘ YƵĂŶĚ ŽŶ ĐŽŵŵĞŶĐĞ ă ŶĞ ƉůƵƐ ƉĞŶƐĞƌ ůĂ ŵġŵĞ ĐŚŽƐĞ͕ ƐƵƌ ůĂ
question  de  savoir  si  Dieu  existe  on  ne  peut  plus  faire  fonctionner  le  système  en  le  faisant  reposer  
ƐƵƌ ƵŶĞ ŝĚĠĞ ĚĞ ĐƌŽLJĂŶĐĞ ;ŽŶ Ŷ͛ĞƐƚ ƉůƵƐ ĂƐƐƵƌĠ ƋƵĞ ĐĞůƵŝ ƋƵŝ ŵĞŶƚ ĂƵƌĂ ƉĞƵƌ ĞŶ ƉĂƐƐĂŶƚ ů͛ĠƉƌĞƵǀĞͿ͘ /ů
faut  alors  inventer  autre  chose  :  analyser  les  faits  (rationalité)  qui  entre  dans  la  procédure.    
 
5.2. Objections  à  cette  théorie  
 
 
Cette   théorie   de   Lévy-­‐ ƌƵŚů͕ ŽŶ ĐŽŵŵĞŶĐĞ ă ů͛ĂďĂŶĚŽŶŶĞƌ Ğƚ :ĂĐŽď͕ ůƵŝ͕ ů͛Ă ĂďĂŶĚŽŶŶĠĞ
ĚĞƉƵŝƐ ůŽŶŐƚĞŵƉƐ͘ /ů ĞdžŝƐƚĞ ĞŶ ĞĨĨĞƚ ƵŶĞ ƐĠƌŝĞ Ě͛ŽďũĞĐƚŝŽŶƐ͘ EŽƵƐ ĞŶ ĚĠǀĞůŽƉƉĞƌŽŶƐ ƚƌŽŝƐ Ě͛ĞŶƚƌĞ
elles.    
 
5.2.1. Existence,   partout   attestée,   de   manipulations   et   de   tricheries   ainsi   que   de   critiques  
contre  le  caractère  aléatoire  de  ces  procédures  (critiques  des  théologiens  dès  le  temps  
de  Charlemagne)  
 
 
La  notion  de  preuve  ͗ Ɛ͛ĂŐŝƚ-­‐ŝů Ě͛ƵŶĞ ƉƌĞƵǀĞ ŽƵ Ě͛ƵŶĞ ĠƉƌĞƵǀĞ  ?  Pour  que  la  preuve  judiciaire  
ĨŽŶĐƚŝŽŶŶĞ͕ ŝů ĨĂƵƚ ƋƵ͛ŝů LJ Ăŝƚ ƵŶĞ ĐŽŶƐƚƌƵĐƚŝŽŶ ŝŶƚĞůůĞĐƚƵĞůůĞ ;ĐŽŶƐƚƌƵĐƚŝŽŶ ŝŶƚĞůůĞĐƚƵĞůůĞ ĚƵ ĨĂŝƚ Ğƚ ůĂ
distinction   entre   le   fait   et   le   droit).   La   notion   de   fait   doit   exister.   Finalement,   essayer   de   faire  
ů͛ŚŝƐƚŽŝƌĞ ĚĞ ůĂ ŶŽƚŝŽŶ ĚĞ ĨĂŝƚ ĞƐƚ ĞdžƚƌġŵĞŵĞŶƚ ĐŽŵƉůŝƋƵĠ͘ >ĞƐ ƌŽŵĂŝŶƐ ĨĂŝƐĂŝĞŶƚ ůĂ ĚŝƐƚŝŶĐƚŝŽŶ ĞŶƚƌĞ
le  fait  et  le  droit  de  manière  très  imprécise.  De  toute  façon,  cette  distinction  est  clairement  absente  
ă ů͛époque  franque  comme  elle  est  dans  les  époques  archaïques.  Ce  qui  permet  de  qualifier  les  faits  
est  une  opération  intellectuelle  complexe  inconnue  à  cette  époque.  Celui  qui  jure,  ne  jure  pas  sur  un  
fait  mais  sur  quelque  chose  que  nous  considérions  comme  une  espèce  de  combinaison  incertaine.    
 
 
WĂƌ ĞdžĞŵƉůĞ͕ Ɛŝ ũĞ ƐƵŝƐ ĂĐĐƵƐĠ ĚĞ ǀŽů͕ ũĞ ũƵƌĞ ƋƵĞ ũĞ ƐƵŝƐ ŝŶŶŽĐĞŶƚ͘ DĂŝƐ ƋƵ͛ĞƐƚ ĐĞ ƋƵĞ ġƚƌĞ
innocent  ?  Le  mot  innocent  vient  du  latin  innocere  :  ne  pas  nuire.  Cela  peut  vouloir  dire  ƋƵĞ ũĞ Ŷ͛ĂŝĞ
pas  commis  le  fait.  CĞůĂ ƉĞƵƚ ĂƵƐƐŝ ǀŽƵůŽŝƌ ĚŝƌĞ ũĞ ƐƵŝƐ ŝŶŶŽĐĞŶƚ ă ŵĞƐ LJĞƵdž ĐĂƌ ũ͛Ăŝ ƌĞƉƌŝƐ ŵĞƐ ŽďũĞƚƐ
23  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
ĐĂƌ ŽŶ ŵĞ ůĞƐ ĂǀĂŝƚ ǀŽůĠ ĂǀĂŶƚ͘ :Ğ ƉŽƵƌƌĂŝƐ ĂƵƐƐŝ ũƵƌĞƌ ġƚƌĞ ŝŶŶŽĐĞŶƚ ƉĂƌĐĞ ƋƵĞ ũ͛Ăŝ ǀŽůĠ ŵŽŶ ĚĠďŝƚĞƵƌ
qui  ne  me  remboursait  pas.  Les  cas  de  figure  ici  présentés  ne  sont  pas  distingués  dans  les  sociétés  
anciennes.  On  ne  distingue  pas  le  fait  et  la  justification  ͗ ŽŶ ũƵƌĞ ƐƵƌ ůĞ ƚŽƵƚ͘ ŽŶĐ ĐĞ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ƵŶĞ
ƉƌĞƵǀĞ ƉƵŝƐƋƵ͛ŝů ŶĞ Ɛ͛ĂŐŝƚ ƉĂƐ Ě͛ĠƚĂďůŝƌ ůĂ ǀĠƌŝƚĠ Ě͛ƵŶ ĨĂŝƚ ŵĂŝƐ Đ͛ĞƐƚ ďŝĞŶ ƵŶĞ ĠƉƌĞƵǀĞ ƉĂƌĐĞ ƋƵ͛ŝů Ɛ͛ĂŐŝƚ
Ě͛ƵŶĞ ŵŝƐĞ ă ů͛ĠƉƌĞƵǀĞ ĚĞ ĚĞƵdž ĐŚŽƐĞ ƋƵŝ ƐŽŶƚ ŝŶĚŝƐƚŝŶĐƚĞƐ  :   ma   personne   et   la   crédibilité   de   ma  
parole.    
 
5.2.2. Naïveté  des  historiens  quant  à  la  peur  de  la  justice  divine  
 
 
Dans  cette  deuxième  objection,  ŝů LJ Ă ĚĂŶƐ ů͛ŝĚĠĞ ƋƵĞ ů͛ŽƌĚĂůŝĞ ƐĞƌĂŝƚ ƵŶĞ ƐŽƌƚĞ ĚĞ ƐĠƌƵŵ ĚĞ
vérité,  ƵŶĞ ĞƐƉğĐĞ ĚĞ ƚƌğƐ ŐƌĂŶĚĞ ŶĂŢǀĞƚĠ ĚĞ ůĂ ƉĂƌƚ ĚĞ ů͛ŚŝƐƚŽƌŝĞŶ ƋƵŝ ƐĞ Ěŝƚ ƋƵĞ ůĞƐ ŐĞŶƐ LJ ĐƌŽLJĂŝĞŶƚ
ǀƌĂŝŵĞŶƚ͕ ĚŽŶĐ ĠƚĂŝĞŶƚ ƐƵũĞƚ ă ůĂ ƉĞƵƌ͘ Kƌ Ɛŝ ũĞ ƉĞƵdž ŐĂŐŶĞƌ ĞŶ ĚŝƐĂŶƚ ƵŶ ŵĞŶƐŽŶŐĞ͕ Ɛŝ Đ͛ĞƐƚ ĂƵƐƐŝ
simple   que   ça,   la   tentation   est   forte.   Est-­‐ce   que   le   menteur   a   plus   de   chance   de   flancher  
psychologiquement   dans  une   société  ancienne   que  dans  nos  sociétés  ͍ Ğ ƉůƵƐ͕ ůŽƌƐ Ě͛ƵŶ ĚƵĞů͕ ůĞƐ
chances  de  réussites  dépendent-­‐ĞůůĞƐ ĚĞ ůĂ ƐŝŶĐĠƌŝƚĠ ;Ğƚ ĚŽŶĐ ĚĞ ů͛ĂƐƐƵƌĂŶĐĞͿ ĚĞƐ ƉĂƌƚŝĞƐ ŽƵ ƉůƵƚƀƚ ĚƵ
maniement  des  armes  ?  Le  point  de  vue  du  sérum  de  vérité  est  extrêmement  naïf.    
 
 
En  outre,  Les  épreuves  étaient  trafiquées  ͗ ůĂ ƚƌŝĐŚĞƌŝĞ ĨĂŝƚ ƉĂƌƚŝĞ ĚĞ ů͛ĠƉƌĞƵǀĞ͘ ĞƚƚĞ ƚƌŝĐŚĞƌŝĞ
ĞdžƉůŝƋƵĞ ůĞ ƚĂƵdž ĚĞ ƌĠƵƐƐŝƚĞ ĠůĞǀĠ͘ ƚ ĞůůĞ ĞƐƚ Ě͛ĂŝůůĞƵƌƐ ĚĠŶŽŶĐĠĞ ƉĂƌ ůĞƐ ŐĞŶƐ͘ /ůƐ ĚŝƐĞŶƚ͕ ŶŽƚĂŵŵĞŶt  
ůĞƐ ŝŶƚĞůůĞĐƚƵĞůƐ ;ůĞƐ ĠǀġƋƵĞƐ ă ů͛ĠƉŽƋƵĞ ĚĞ ŚĂƌůĞŵĂŐŶĞͿ͕ ƋƵĞ Đ͛ĞƐƚ ƐĐĂŶĚĂůĞƵdž͕ ƋƵĞ ƚŽƵƚ ůĞ ŵŽŶĚĞ
triche.   On   a   une   justice   qui   favorise   le   mensonge.   Celui   qui   a   les   moyens   de   proférer   une   parole  
ĨĂƵƐƐĞ ĞŶ ĠƚĂŶƚ ĂƉƉƵLJĠ ƉĂƌ ƵŶ ŐƌĂŶĚ ŶŽŵďƌĞ Ě͛ĂŵŝƐ ĞƐƚ ĂƐƐƵré  de  passer  entre  les  mailles  du  filet.  
Ğ ƐŽŶƚ ůĞƐ ƉƵŝƐƐĂŶƚƐ ƋƵŝ Ɛ͛ĞŶ ƐŽƌƚĞŶƚ ŐƌąĐĞ ă ĚĞƐ ĂŝĚĞƐ͘ >ĞƐ ŐĞŶƐ ƐĞ ƉŽƐĞŶƚ ĚŽŶĐ ůĂ ƋƵĞƐƚŝŽŶ ĚĞ ƐĂǀŽŝƌ
si  ces  épreuves  sont  fiables.    
 
5.2.2.3. Chronologie  du  recul  de   ces  modes   de   résolution  des  litiges   :  il  se   produit  non   avec   la  
rupture   de   l'unité   des   croyances,   mais   avec   la   montée   des   pouvoirs   religieux   et  
politiques  :  interdiction  des  ordalies  (4e  concile  de  Latran  en  1215),  régression  nette  de  
l'emploi  du  serment  décisoire  en  matière  civile  à  la  même  époque  
 
 
Enfin,   si   la   théorie   de   Lévy-­‐Bruhl   était   exacte   on   devrait   avoir   une   chronologie   de   ces  
ĠƉƌĞƵǀĞƐ ŝŶĚĞdžĠĞ ƐƵƌ ů͛ŚŝƐƚŽŝƌĞ ƌĞůŝŐŝĞƵƐĞ͘ ^͛ŝů ĠƚĂŝƚ ĞdžĂĐƚ ƋƵĞ ůĞƐ ĐƌŽLJĂŶĐĞƐ ŐĂƌĂŶƚŝƐƐĞŶƚ ůĞ
ĨŽŶĐƚŝŽŶŶĞŵĞŶƚ ĚĞ ĐĞƐ ĠƉƌĞƵǀĞƐ͕ ŝů ĨĂƵĚƌĂŝƚ Ɛ͛ĂƚƚĞŶĚƌĞ ƋƵĞ ĐĞƐ ĠƉƌĞƵǀĞƐ ĚŝƐƉĂƌĂŝƐƐent  au  moment  
Žƶ ů͛ƵŶŝƚĠ ĚĞ ĐƌŽLJĂŶĐĞ ĚŝƐƉĂƌĂŝƚ͕ ĚŽŶĐ ŝů ĨĂƵĚƌĂŝƚ Ɛ͛ĂƚƚĞŶĚƌĞ ă ƵŶĞ ƌƵƉƚƵƌĞ ƋƵĞůƋƵĞ ƉĂƌƚ ĂƵ ϭϲème  
ƐŝğĐůĞ ;ƌĠĨŽƌŵĞͿ͕ ĠƉŽƋƵĞ ă ůĂƋƵĞůůĞ ĚĞƐ ŝĚĠĞƐ ĚŝǀĞƌŐĞŶƚĞƐ ƐƵƌ ĐĞ ƋƵ͛ĞƐƚ ŝĞƵ ĂƉƉĂƌĂŝƐƐĞŶƚ͘  
 
 
Kƌ ĐĞ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ĐŽŵŵĞ ĕĂ ƋƵĞ ĐĞůĂ Ɛ͛ĞƐƚ ƉĂƐƐĠ͘ >Ă ƌƵƉƚƵƌĞ ĚĂŶƐ ůĂ ƉƌĂƚŝƋƵĞ ĚĞ ů͛ĠƉƌĞƵǀĞ
magique  se  produit  aux  12ème  et  13ème  siècles͘ WŽƵƌƚĂŶƚ ă ĐĞ ŵŽŵĞŶƚ͕ ů͛ƵŶŝƚĠ ƌĞůŝŐŝĞƵƐĞ Ŷ͛Ă ƉĞƵƚ ġƚƌĞ
jamais   été   aussi   forte.   Les   hérésies   sont   punies.   Les   épreuves   magiques   reculent   en   fait   sous  
ů͛ŝŶĨůƵĞŶĐĞ ĚĞ ů͛ ŐůŝƐĞ͘ ^Ƶƌ ůĞ ƚĞƌƌĂŝŶ ĚƵ ƐĞƌŵĞŶƚ͕ ŽŶ Ă ǀƵ ůĞ ƌĞĐƵů ĚĞ ů͛ ŐůŝƐĞ ƐƵƌ ůĂ ƋƵĞƐƚŝŽŶ ĚƵ ĐƵůƚĞ  
ĚĞƐ ƐĂŝŶƚƐ͘ DĂŶŝƉƵůĂƚŝŽŶ ĚĞƐ ƌĞůŝƋƵĞƐ ĚĞƐ ƐĂŝŶƚƐ Ă ĠƚĠ ŝŶƚĞƌĚŝƚĞ ƉĂƌ ů͛ ŐůŝƐĞ͕ ƋƵŝ Ă ĚĠĐŝĚĠ ƋƵĞ ůĞ
serment  se  ferait  désormais  sur  la  Bible.  La  manipulation  des  reliques  est  contrôlée  de  très  près  par  
Rome.  Il  y  a  donc  recul  sur  le  serment,  transformation  des  formes  du  serment  et  en  même  temps  
ŝŶƚĞƌĚŝĐƚŝŽŶ ĚĞ ů͛ŽƌĚĂůŝĞ͘  
 
 
Ŷ ĞĨĨĞƚ͕ ů͛ ŐůŝƐĞ ĨĂŝƚ ƵŶĞ ĚŝƐƚŝŶĐƚŝŽŶ ĞŶƚƌĞ ůĞ ƐĞƌŵĞŶƚ Ğƚ ů͛ŽƌĚĂůŝĞ͘ ŝĞŶ ƋƵĞ ĐĞƐ ĚĞƵdž ĠƉƌĞƵǀĞƐ
utilisent  la  justice  divine,  elles  sont  différentes.  Celui  qui  jure  prend  la  justice  divine  à  témoin  mais  la  
justice   divine   est   libre   des   modalités   de   son   intervention  :   elle   intervient   comme   et   quand   elle   le  
souhaite.  Par  contre,  dans  les   ordalies,  on  impose   à  la  justice  divine   les  conditions  dans  lesquelles  
ĞůůĞ ĚŽŝƚ ƐĞ ŵĂŶŝĨĞƐƚĞƌ͘ >͛ŽƌĚĂůŝe  est  «  un  miracle  organisé  ͩ͘ >ĞƐ ŚŽŵŵĞƐ ĨŽŶƚ ĐŽŵŵĞ Ɛ͛ŝůƐ ŵĞƚƚĂŝĞŶƚ
ĞŶ ƐĐğŶĞ ƵŶ ŵŝƌĂĐůĞ͘ DĂŝƐ ĐĞůĂ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ƚŽůĠƌĂďůĞ ĐĂƌ ŝĞƵ ƉĞƵƚ ĨĂŝƌĞ ĚĞƐ ŵŝƌĂĐůĞƐ͕ ŵĂŝƐ ŝů ŶĞ ůĞƐ ĨĂŝƚ
24  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
pas  sur  commande.  La  justice  divine  est  transcendante  :  elle  ne  peut  pas  être  instrumentalisée  par  
les  hommes.  Une  disposition  législative  de  1215  (issue  du  4ème  concile  du  Latran)  interdit  la  pratique  
ĚĞƐ ŽƌĚĂůŝĞƐ ĐĂƌ ĞůůĞ ĞƐƚ ĐŽŶƚƌĂŝƌĞ ĂƵdž ĞŶƐĞŝŐŶĞŵĞŶƚƐ ĚĞ ů͛ ŐůŝƐĞ͘ >͛ŽƌĚĂůŝĞ ŶĞ ǀĂ ƉĂƐ ĚŝƐƉĂƌĂŠƚƌĞ ƚŽƵƚ
de  suite,  mais  une  régression  est  immédiatement  sensible,  et  à  la  fin  du  13ème  siècle  elle  a  disparu  de  
ŶŽƐ ƌĠŐŝŽŶƐ ;ĞůůĞ ĚŝƐƉĂƌĂŠƚ ƉůƵƐ ƚĂƌĚ ĚĞƐ ƉĂLJƐ ĚĞ ů͛ ƐƚͿ͘ KŶ ƉĞƵƚ ĚŽŶĐ ĚŝƌĞ ƋƵĞ ů͛ŽƌĚĂůŝĞ ŶĞ ĨŽŶĐƚŝŽŶŶĞ
ƉĂƐ ƐƵƌ ƵŶĞ ƵŶŝƚĠ ĚĞ ĐƌŽLJĂŶĐĞ͕ ŵĂŝƐ ƋƵĞ Đ͛ĞƐƚ ũƵƐƚĞŵĞŶƚ ĐĞƚƚĞ ƵŶŝƚĠ ĚĞ ĐƌŽLJĂŶĐĞ ƋƵŝ ů͛Ă ĨĂŝƚ
disparaître.  
 
5.3. Recherche  d'une  autre  explication  :  l'ordalie  et  le  serment  non  comme  preuve  de  la  vérité  
d'un  fait  (qui  serait  distinct  du  droit),  mais  comme  mise  à  l'épreuve  d'une  personne  et  de  sa  
parole  
 
 
Mais,   que   pourrait-­‐on   objecter   pour   soutenir   Lévy-­‐Bruhl  ?   Si   on   recourt   à   des   témoins,   ne  
Ɛ͛ĂŐŝƚ-­‐ŝů ƉĂƐ ĚĞ ĐŽŶǀĂŝŶĐƌĞ ůĞ ũƵŐĞ ĚĞ ůĂ ǀĠƌŝƚĠ Ě͛ƵŶ ĨĂŝƚ  ?  Non  car  le  témoignage  ne   fonctionne   pas  
ĐŽŵŵĞ ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ͘  
 
 
De  nos  jours,  le  témoignage  fait  la  distinction  entre  le  fait  et  le  droit.  On  distingue  en  matière  
ĚĞ ƉƌĞƵǀĞ ů͛ĂĐƚĞ Ğƚ ůĞ ĨĂŝƚ ũƵƌŝĚŝƋƵĞ͘ >Ğ ƚĠŵŽŝŐŶĂŐĞ ĞƐƚ ƵŶ ŵŽĚĞ ƉƌĞƵǀĞ ƚLJƉŝƋƵĞ ĚƵ ĨĂŝƚ ũƵƌŝĚŝƋƵĞ͕ Ğƚ
ů͛ĂĐƚĞ ũƵƌŝĚŝƋƵĞ͕ ůƵŝ͕ ƐĞƌĂ ƉƌŝŶĐŝƉĂůĞŵĞŶƚ ƉƌŽƵǀĠ ƉĂƌ ƵŶ ĠĐƌŝƚ͘   Dans   la   société   du   haut   Moyen   Age,  
Đ͛ĞƐƚ ůĞ ĐŽŶƚƌĂŝƌĞ͕ ĐĞ ƋƵ͛ŽŶ ǀĂ ƐƵƌƚŽƵƚ ƉƌŽƵǀĞƌ ƉĂƌ ƚĠŵŽŝŶƐ͕ ĐĞ ƐŽŶƚ ĚĞƐ ĐŽŶƚƌĂƚƐ͘ ĞƵdž ƋƵ͛ŽŶ ǀĂ
produire  comme  témoins  sont  ceux  qui  ont  assisté  au  contrat.  En  outre,  ils  vont  témoigner  ensemble  
ĐĞ ƋƵŝ ĞƐƚ ƵŶĞ ŐƌĂŶĚĞ ĚŝĨĨĠƌĞŶĐĞ ƉĂƌ ƌĂƉƉŽƌƚ ă ů͛ƵƐĂŐĞ ĚƵ ƚĠŵŽŝŐŶĂŐĞ Ě͛ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ͘ Ŷ ĞĨĨĞƚ͕ Ěe  nos  
jours,   le   témoignage   judiciaire   est   strictement   individuel.   Chaque   témoin   est   interrogé  
individuellement,   généralement   sous-­‐serment   mais   ce   serment   est   un   serment   promissoire.   Le  
ƚĠŵŽŝŶ ũƵƌĞ ƋƵ͛ŝů ǀĂ ĚŝƌĞ ůĂ ǀĠƌŝƚĠ ƚŽƵƚĞ ůĂ ǀĠƌŝƚĠ Ğƚ ƌŝĞŶ ƋƵĞ ůĂ ǀĠƌŝté.  Il  promet  son  comportement  
ĨƵƚƵƌ͕ ĐĞ ƋƵ͛ŝů ǀĂ ĚŝƌĞ͘ ƚ ůĞƐ ĚŝĨĨĠƌĞŶƚƐ ƚĠŵŽŝŶƐ ŶĞ ƉĞƵǀĞŶƚ Ɛ͛ŝŶĨůƵĞŶĐĞƌ ůĞƐ ƵŶƐ ůĞƐ ĂƵƚƌĞƐ͘  
 
 
ŶĨŝŶ͕ ůĞ ũƵŐĞ Ă ƵŶ ƉŽƵǀŽŝƌ Ě͛ĂƉƉƌĠĐŝĂƚŝŽŶ ƐƵƌ ůĞƐ ƚĠŵŽŝŐŶĂŐĞƐ ;ůĞ ƚĠŵŽŝŐŶĂŐĞ ĞƐƚ-­‐il  fiable  au  
regard  des  circonstances,  du  lieŶ ĞŶƚƌĞ ůĞ ƚĠŵŽŝŶ Ğƚ ů͛ĂĐĐƵƐĠ͕͙  ?).  Le  témoignage  archaïque  est  très  
différent.  Une  des  deux  parties  est  amenée  à  produire  ses  témoins  (acte  unilatéral).  Le  témoignage  
ƐĞƌĂ ĐŽůůĞĐƚŝĨ͕ ŝůƐ Ɛ͛ĞdžƉƌŝŵĞŶƚ ƚŽƵƐ Ě͛ƵŶĞ ƐĞƵůĞ ǀŽŝdž͘ ĞƵdž ƋƵŝ ŶĞ ƉĂƌůĞŶƚ ƉĂƐ ƐĞ ƌĂŶŐĞŶt  derrière  celui  
qui   parle.   Les   témoins   procèdent   à   un   serment   de   type   assertoire.   Le   témoignage,   si   le   rituel   est  
respecté,  va  lier  le  tribunal  et  donc  emporter  le  gain  du  procès.  Le  témoignage  a  donc  le  même  effet  
que  le  serment.  Témoignage  et  serment  soŶƚ ĨŽƌƚ ƉƌŽĐŚĞƐ͘ ͛ĂŝůůĞƵƌƐ͕ ƉĂƌĨŽŝƐ͕ ůĞƐ ƐĐƌŝďĞƐ ĚƵ Moyen  
AŐĞ ƐĞ ƐŽŶƚ ƚƌŽŵƉĠƐ Ğƚ ŝůƐ ĚŝƐĞŶƚ ƚĂŶƚƀƚ ƚĠŵŽŝŶƐ ƚĂŶƚƀƚ ĐŽũƵƌĞƵƌƐ͘ /ů Ŷ͛LJ Ă ĞŶ ĨĂŝƚ ƉƌĞƐƋƵ͛ĂƵĐƵŶĞ
ĚŝĨĨĠƌĞŶĐĞ͘ >Ğ ƚĠŵŽŝŐŶĂŐĞ Ŷ͛ĞƐƚ ĚŽŶĐ ƉĂƐ ůĂ ƉƌĞƵǀĞ Ě͛ƵŶ ĨĂŝƚ ŵĂŝƐ ďŝĞŶ ƵŶĞ ĠƉƌĞƵǀĞ ƌŝƚƵĞůůĞ ƋƵŝ
tranche  le  procès  à  condition  que  les  parties  se  soient  mises  d͛ĂĐĐŽƌĚ ƐƵƌ ůĞƐ ĐŽŶĚŝƚŝŽŶƐ ĚĞ ů͛ĠƉƌĞƵǀĞ͘  
 
5.4. L'explication   tient   pour   l'essentiel   dans   la   faiblesse   du   pouvoir   judiciaire,   qui   transfère   la  
fonction   de   juger   sur   les   puissances   surnaturelles,   tant   qu'il   ne   dispose   pas   d'un   corps  
d'exécutants  susceptible  de  mettre  son  autorité  en  position  de  nette  supériorité  et  à  l'abri  
des  parties,  mutation  qui  se  produira  à  partir  des  XIIe-­‐XIIIe  siècles  
 
 
Mais   alors,   pourquoi   recourt-­‐on   à   ces   méthodes   de   règlement   des   litiges  ?   Comment  
expliquer   les  ordalies  ?  Les  raisons  théologiques   de  condamner  la  pratique   des  ordalies  étaient  les  
ŵġŵĞƐ ĂƵ ŵŽŵĞŶƚ ĚĞ ŚĂƌůĞŵĂŐŶĞ ƋƵ͛ĞŶ ϭϮϭϱ͘ DĂŝƐ͕ ůĂ ŐƌĂŶĚĞ ĚŝĨĨĠƌĞŶĐĞ ĞƐƚ ƋƵ͛ă ů͛ĠƉŽƋƵĞ ĚĞ
Charlemagne,  le  juge  est  encore  en  situation  de  faiblesse  devant  les  parties  ͗ ŝů Ŷ͛Ă ƉĂƐ Ě͛ŝŶƐƚƌƵŵĞŶƚ
de   coercition   pour   imposer   sa   décision.   On   transfert   donc   de   la   fonction   de   juger   vers   Dieu  
;ƉƵŝƐƐĂŶĐĞ ƐƵƌŶĂƚƵƌĞůůĞͿ ĐĂƌ ůĞ ũƵŐĞ ĞƐƚ ĨĂŝďůĞ͘ ͛ĞƐƚ ĂƵ ŵŽŵĞŶƚ Žƶ ůĞ ũƵŐĞ ĐĞƐƐĞ Ě͛ġƚƌĞ ĨĂŝďůĞ ƋƵ͛ŝů
ĐĞƐƐĞ ĚĞ ƉƌĂƚŝƋƵĞƌ ů͛ŽƌĚĂůŝĞ͘ ŝŶƐŝ͕ ĂƵ ϭϯème   siècle,   non   seulĞŵĞŶƚ ů͛ŽƌĚĂůŝĞ Ɛ͛ĠƚĞŝŶƚ ;ĐĂƌ ĞůůĞ ĞƐƚ
ĐŽŶĚĂŵŶĠĞ ƉĂƌ ů͛ ŐůŝƐĞͿ ŵĂŝƐ ůĞ ƐĞƌŵĞŶƚ ĚĠĐŝƐŽŝƌĞ ƌĞĐƵůĞ ĠŐĂůĞŵĞŶƚ Ğƚ ůĞ ƚĠŵŽŝŐŶĂŐĞ ĐŚĂŶŐĞ ĚĞ
25  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
sens.  Et  ceci  est  dû  à  la  plus  grande  force  du  juge.    
 
 
Le  témoignage  change  de  sens,  donc  la  façon  dont  on  témoigne  au  13ème͕ Đ͛ĞƐƚ ĚĠũă ůĂ ĨĂĕŽŶ
ĚŽŶƚ ŽŶ ƚĠŵŽŝŐŶĞ ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ͘ >ĞƐ ƚĠŵŽŝŶƐ ƐŽŶƚ ĚĠƐŽƌŵĂŝƐ ŝŶƚĞƌƌŽŐĠƐ ŝŶĚŝǀŝĚƵĞůůĞŵĞŶƚ͕ ƐŽƵƐ
serment  promissoire,  et  le  juge  apprécie  la  force  probante  du  témoignage.  
 
 
^ŝ ŽŶ ƉĂƐƐĞ ĚŽŶĐ ǀƌĂŝŵĞŶƚ ĚĞ ů͛ĠƉƌĞƵǀĞ ă ůĂ ƉƌĞƵǀĞ ĂƵ ϭϯème  sièclĞ͕ Đ͛ĞƐƚ ĞŶ ƉĂƌƚŝĞ ƉŽƵƌ ĚĞƐ
raisons   religieuses,   mais   surtout   parce   que   désormais   le   juge   dispose   de   forces   de   coercition  
ŐĂƌĂŶƚŝĞƐ ƉĂƌ ů͛ĞŵďƌLJŽŶ Ě͛ ƚĂƚ ;ŝů LJ Ă ƵŶĞ ĐĞƌƚĂŝŶĞ ŽƌŐĂŶŝƐĂƚŝŽŶ ƐŽĐŝĂůĞ ƋƵŝ ƉƌĠĨŝŐƵƌĞ ů͛ ƚĂƚͿ͘ ƉĂƌƚŝƌ
du  13ème͕ ůĞ ũƵŐĞ Ŷ͛Ă ƉůƵƐ ďĞsoin  de  se  reposer  sur  Dieu.    
 
 
 
 
 
 
 

26  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  

V.

Conclusion  sur  les  rapports  du  juge,  du  procès  et  de  la  norme  

1. Le  "juge"  comme  médiateur  ou  comme  arbitre  
 
 
Peut-­‐on  parler  de  juge  ͍ KƵŝ Ɛŝ ũƵŐĞƌ ĐĞ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ĐĞ ƋƵ͛ŽŶ ĞŶƚĞŶĚ ƉĂƌ ũƵŐĞƌ ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ͘ Ğ
Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ĚĠĐŝĚĞƌ ƋƵŝ Ă ƌĂŝƐŽŶ Ğƚ ƋƵŝ Ă ƚŽƌƚ ;ŶŽƚƌĞ ĐŽŶĐĞƉƚŝŽŶͿ͘ >Ă ĨŽŶĐƚŝŽŶ ĚĞ ũƵŐĞƌ ĂƵ haut  Moyen  
AŐĞ ĞƐƚ ĞŶ ƌĠĂůŝƚĠ ďĞĂƵĐŽƵƉ ƉůƵƐ ƉƌŽĐŚĞ ĚĞ ůĂ ĨŽŶĐƚŝŽŶ Ě͛ĂƌďŝƚƌĂŐĞ ;ă ĐŽŶĚŝƚŝŽŶ ƋƵ͛ŽŶ Ɛ͛ĞŶƚĞŶĚĞ ƐƵƌ
ĐĞ ƋƵĞ ǀĞƵƚ ĚŝƌĞ ůĞ ŵŽƚ ĂƌďŝƚƌĞƌͿ͘ >͛ĂƌďŝƚƌĞ ĚƵ ŽĚĞ ũƵĚŝĐŝĂŝƌĞ ĞƐƚ ƵŶ ũƵŐĞ ĐŽŶǀĞŶƚŝŽŶŶĞů͕ ĐŚŽŝƐŝ ƉĂƌ ůĞƐ
parties  au  litigĞ͕ ŵĂŝƐ Đ͛ĞƐƚ ƵŶ ǀƌĂŝ ũƵŐĞ ƋƵŝ a  le  devoir  de  trancher.    
 
 
>͛ĂƌďŝƚƌĂŐĞ ĂƵ  Moyen   AŐĞ͕ Đ͛ĞƐƚ ƉůƵƚƀƚ ů͛ĂƌďŝƚƌĂŐĞ ƐƉŽƌƚŝĨ͘ >͛ĂƌďŝƚƌĞ ĚĞ ĨŽŽƚ ŶĞ ĚŽŝƚ ƉĂƐ
décider  qui  mérite  de  gagner  mais  on  lui  demande  de  vérifier  si  les  règles  du  jeu  ont  été  respectées.  
ŽŶĐ ůĞ ũƵŐĞ ĂƌĐŚĂŢƋƵĞ ǀĠƌŝĨŝĞ ůĞƐ ƌğŐůĞƐ ĚƵ ũĞƵ ƚŽƵƚ ĞŶ ƐĞ ƚĞŶĂŶƚ ă ů͛ĠĐĂƌƚ͕ ƚŽƵƚ ĞŶ ĠǀŝƚĂŶƚ Ě͛ġƚƌĞ
joueur  et  arbitre.  Soit  on  va  vers  une  composition  et  alors  le  juge  est  un  médiateur,  il  propose  des  
solutions   transactionnaires,   il   propose   des   chiffres.   Soit   on   va   vers   une   probatio,   et   le   juge   est  
ƌĠĞůůĞŵĞŶƚ ƵŶ ĂƌďŝƚƌĞ͘ /ů ŵĞƚ ĞŶ ƐĐğŶĞ ů͛ĠƉƌĞƵǀĞ Ğƚ ŝů ǀĠƌifie   la   loyauté   des   parties.   Le   résultat   se  
ĚĠŐĂŐĞ ĞŶ ĚĞŚŽƌƐ ĚĞ ůƵŝ͕ ŝů Ă ũƵƐƚĞ ă ǀĠƌŝĨŝĞƌ ůĞƐ ƌğŐůĞƐ͘ ZĞŵĂƌƋƵŽŶƐ ƋƵ͛ĠǀŝĚĞŵŵĞŶƚ ů͛ĂƌďŝƚƌĞ Ă ƵŶĞ
influence  sur  le  résultat,  comme  un  arbitre  de  foot,  mais  officiellement  il  est  hors  du  «  jeu  ».    
 
 
Dans   ce   type   ĚĞ ƉƌŽĐĠĚƵƌĞ͕ ůĞ ƌĂŝƐŽŶŶĞŵĞŶƚ Ŷ͛ŝŶƚĞƌǀŝĞŶƚ ƉĂƐ͘ >Ğ ũƵŐĞ ŶĞ ĨĂŝƚ ƉĂƐ ĚĞ ĚƌŽŝƚ
ŵĂƚĠƌŝĞů ƉƵŝƐƋƵĞ ůĞ ƌĠƐƵůƚĂƚ ĚƵ ůŝƚŝŐĞ ŶĞ ĚĠƉĞŶĚ ƉĂƐ ĚĞ ƐŽŶ ƌĂŝƐŽŶŶĞŵĞŶƚ͘ >Ă ƉƌŽĐĠĚƵƌĞ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ
ĨĂǀŽƌĂďůĞ ĂƵ ƌĂŝƐŽŶŶĞŵĞŶƚ ĚŽŶĐ ƉĂƐ ĨĂǀŽƌĂďůĞ ă ů͛ĠŵŝƐƐŝŽŶ ĂďƐƚƌĂŝƚĞ Ğƚ ŽƌĚŽŶŶĠĞ Ěe   règles  
ũƵƌŝĚŝƋƵĞƐ͘ /ů ĞdžŝƐƚĞ ĚĞƐ ƌğŐůĞƐ ĚĞ ƉƌŽĐĠĚƵƌĞ͕ ŵĂŝƐ ůĞƐ ĚƌŽŝƚƐ ĚĞ ƉƌŽƉƌŝĠƚĠƐ͕ ĚĞ ĐƌĠĂŶĐĞ͕ ĞƚĐ͘ Ŷ͛ŽŶƚ ƉĂƐ
Ě͛ŝŶƚĠƌġƚ͘ ͛ĞƐƚ ĐĞ ƋƵŝ ĞdžƉůŝƋƵĞ ůĂ ƌĠŐƌĞƐƐŝŽŶ ĚĞ ůĂ ƉĞŶƐĠĞ ũƵƌŝĚŝƋƵĞ ĞŶƚƌĞ ůĂ ĨŝŶ ĚĞ ů͛ĞŵƉŝƌĞ ƌŽŵĂŝŶ Ğƚ
la   Renaissance.   Il   y   a   donc,   en   plus   des   causes   intellectuelles,   des   causes   techniques   à   cette  
ƌĠŐƌĞƐƐŝŽŶ͘ >Ă ƉƌŽĐĠĚƵƌĞ ŶĞ ŶĠĐĞƐƐŝƚĞ Ğƚ Ŷ͛ĞŶĐŽƵƌĂŐĞ ĚŽŶĐ ƉĂƐ ůĂ ƉƌŽĚƵĐƚŝŽŶ ĚĞ ƌğŐůĞƐ ĚĞ ĚƌŽŝƚ͘  
 
 
2. Un  exemple  de  survivance  du  système  archaïque  de  procédure:  la  permanence  du  
serment  litisdécisoire  
 
 
>͛ĂďƐĞŶĐĞ ĚĞ ƌĂŝƐŽŶŶĞŵĞŶƚ ũƵƌŝĚŝƋƵĞ,   Đ͛ĞƐƚ ƵŶĞ ƐŝƚƵĂƚŝŽŶ ƋƵ͛ŽŶ ƌĞƚƌŽƵǀĞ ƋƵĂŶĚ ŵġŵĞ
ĞŶĐŽƌĞ ƉĂƌƚŝĞůůĞŵĞŶƚ ă ů͛ŚĞƵƌĞ ĂĐƚƵĞůůĞ͘ Ğ ƐLJƐƚğŵĞ ĂƌĐŚĂŢƋƵĞ ĞƐƚ ƚƌğƐ ůĂƌŐĞŵĞŶƚ ĂďĂŶĚŽŶŶĠ ǀĞƌƐ ůĞƐ
12  et  13  ème   ƐŝğĐůĞƐ͕ ŵĂŝƐ ŽŶ ŶĞ Ɛ͛ĞŶ ƉĂƐƐĞ ƉĂƐ ĐŽŵƉůğƚĞŵĞŶƚ͘ /ů ůĂŝƐƐĞ ƵŶĞ ƚƌĂĐĞ ƉĂƌ ĞdžĞŵƉůĞ ĚĂŶƐ ůĞ
droit  de  la  preuve  :  on  utilise  toujours  le  serment  décisoire  ou  litisdécisoire.  Il  reste  donc  encore  une  
ƉĞƚŝƚĞ ƉůĂĐĞ ƉŽƵƌ ů͛ƵƐĂŐĞ ĚĞƐ ƉƌŽĐĠĚƵƌĞƐ ĂƌĐŚĂŢƋƵĞƐ͘  
 
 
Conditions  de  fonctionnement  du  serment  décisoire  :  on  se  situe  dans  un  litige  pour  lequel  il  
Ŷ͛LJ Ă ƉĂƐ Ě͛ĂƵƚƌĞƐ ŵŽĚĞƐ ĚĞ ƉƌĞƵǀĞ ŽƉĠƌĂƚŽŝƌĞƐ͘ ĂŶƐ ĐĞ ŐĞŶƌĞ ĚĞ ƐŝƚƵĂƚŝŽŶ͕ ƵŶĞ ĨĂĐƵůƚĠ ĞƐƚ ůĂŝƐƐĠĞ
ĚĂŶƐ ůĞ ŽĚĞ Đŝǀŝů ă ĐŚĂĐƵŶĞ ĚĞƐ ƉĂƌƚŝĞƐ͕ Đ͛ĞƐƚ ůĂ ĨĂĐƵůƚĠ ĚĞ ĚĠĨĠƌer   le   serment.   À   ce   moment,   la  
partie  à  qui  le  serment  a  été  déféré  a  le  choix  entre  trois  possibilités  :    
 
ͻ Prêter  le  serment  et  gagner  le  procès  
ͻ Refuser  le  serment  et  perdre  le  procès  
ͻ La  partie  a  qui  le  serment  a  été  déféré  peut  référer  le  serment  
 
 
La  paƌƚŝĞ ĐŽŶƚƌĞ ůĂƋƵĞůůĞ ůĞ ƐĞƌŵĞŶƚ ĞƐƚ ƌĠĨĠƌĠ Ŷ͛Ă ƉůƵƐ ƋƵĞ ĚĞƵdž ƐŽůƵƚŝŽŶƐ  :  prêter  serment  
ŽƵ ƌĞĨƵƐĞƌ͘ >Ğ ƐĞƌŵĞŶƚ ĞƐƚ ĂůŽƌƐ ĚĠĐŝƐŽŝƌĞ͕ ĚŽŶĐ ůĞ ũƵŐĞ Ŷ͛Ă ƉĂƐ ĚĞ ƉŽƵǀŽŝƌ Ě͛ĂƉƉƌĠĐŝĂƚŝŽŶ͘ >Ğ ũƵŐĞ ŶĞ
peut   que   constater   le   dialogue   du   défi   de   jurer.   Le   juge   est   lié   par   la   parole   du   juré.   On   est  
exactement  (1357  et  s.  du  Code  civil)  revenu  dans  les  conditions  du  procès  archaïque.    
 
 
Est-­‐ce   que   cela   réellement   fonctionne  ?   Depuis   1804,   on   ne   cesse   de   prédire   la   mort  
27  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
prochaine  de  ce  serment.  En  effet,  on  ne  publie  aucun  ũƵŐĞŵĞŶƚ ĚĞ ĐĞ ƚLJƉĞ ŵĂŝƐ Đ͛ĞƐƚ ƉĂƌĐĞ ƋƵĞ ĕĂ
Ŷ͛Ă ƉĂƐ Ě͛ŝŶƚĠƌġƚ  ͗ ŝů Ŷ͛LJ Ă ƉĂƐ ĚĞ ƌĂŝƐŽŶŶĞŵĞŶƚ ũƵƌŝĚŝƋƵĞ͘ Ğ ƉůƵƐ͕ ĐĞ ŐĞŶƌĞ ĚĞ ƉƌĂƚŝƋƵĞ ŶĞ ůĂŝƐƐĞ ƉĂƐ
ĚĞ ƚƌĂĐĞ ĐĂƌ ƉĂƌĨŽŝƐ ůĂ ŵĞŶĂĐĞ ĚĞ ĚĠĨĠƌĞƌ ůĞ ƐĞƌŵĞŶƚ ƐƵĨĨŝƚ ƉŽƵƌ ƋƵĞ ů͛ĂƵƚƌĞ ĂĐĐĞƉƚĞ ĚĞ ƚƌĂŶƐŝŐĞƌ͘
͛ĞƐƚ ĚŽŶĐ ƐĞ ŵĠƉƌĞŶĚƌĞ ƋƵĞ ĐƌŽŝƌĞ ƋƵ͛ŝů Ŷ͛ĞƐƚ ƉůƵƐ ƵƚŝůŝƐĠ͘  
 
 
Dans   nos   sociétés   le   serment   décisoire   fonctionne   encore   et   ce   pour   deux   raisons.   Jurer  
devant   un   tribunal   reste   impressionnant   et   le   faux   serment   est   un   délit   puni   de   trois   ans  
Ě͛ĞŵƉƌŝƐŽŶŶĞŵĞŶƚ.  Si  oŶ ƉĞƵƚ ƉƌŽƵǀĞƌ ůĞ ĨĂƵdž ƐĞƌŵĞŶƚ ;ĐĞ ƋƵŝ ƐĞƌĂ ƋƵĂƐŝŵĞŶƚ ŝŵƉŽƐƐŝďůĞ ǀƵ ƋƵ͛ŽŶ
utilise  précisément  le  serment  car  on  ne  possède  pas  de  preuve  des  faits  invoqués),  il  y  aura  donc  
ƵŶĞ ƐĂŶĐƚŝŽŶ ƐŽƵǀĞŶƚ ĚŝƐƉƌŽƉŽƌƚŝŽŶŶĠĞ ƉĂƌ ƌĂƉƉŽƌƚ ă ů͛ĞŶũĞƵ ĚƵ ůŝƚŝŐĞ͘ ͛ĞƐƚ ůĞ ŵġŵe  mécanisme  que  
dans  la  société  archaïque  :  il  y  a  une  menace  de  sanction  pourtant  fort  peu  probable.    
 
 
En  pratique,  ce  type  de  procédure  est  utile  dans  deux  cas  de  figure.  D͛ƵŶ ĐƀƚĠ ůĞ ƉƌŽĐğƐ ďĂƐ
ĚĞ ŐĂŵŵĞ ;ŽŶ ƐĞ ĚŝƐƉƵƚĞ ƉŽƵƌ ƋƵĞůƋƵĞƐ ĞƵƌŽƐͿ Ğƚ ĚĞ ů͛ĂƵƚƌĞ   côté  le  gros  procès   où  on  se   dispute  
pour   quelque   millions   de   dollars.   Le   serment   marche   bien   pour   ces   deux  extrêmes,   et  moins   bien  
entre  les  deux.    
 
 
Un  exemple  de  procès  pour  quelques  euros  concerne  souvent  ůĞƐ ďĂƵdž ƉŽƵƌ ůĞƐƋƵĞůƐ ŽŶ Ŷ͛Ă
ƉĂƐ ƉƌĠǀƵ Ě͛ĠĐƌŝƚ Ğƚ Žƶ ůĞ ƉĂŝĞŵĞŶƚ ƐĞ ĨĂŝƚ ĚĞ ůĂ ŵĂŝŶ ă ůĂ ŵĂŝŶ͘ >͛ĂƵƚƌĞ ƚLJƉĞ  :   les   règlements  
Ě͛ĂĨĨĂŝƌĞƐ ĞŶƚƌĞ ŵƵůƚŝŶĂƚŝŽŶĂůĞƐ͘ ĂŶƐ ůĞ ŵŝůŝĞƵ ĚĞƐ ĂĨĨĂŝƌĞƐ͕ ůĂ ĐŽƵƚƵŵĞ ǀĞƵƚ ƋƵ͛ŽŶ ƐĞ ĨĂƐƐĞ
confiance   (sans  ménager   de   preuve   écƌŝƚĞͿ͘ WĂƌ ĞdžĞŵƉůĞ͕ ŝů LJ Ă ƵŶĞ ǀŝŶŐƚĂŝŶĞ Ě͛ĂŶŶĠĞ͕ ƵŶĞ ŐƌŽƐƐĞ
ĂĨĨĂŝƌĞ Ɛ͛ĞƐƚ ƌĠŐůĠĞ ĞŶ ŽƵƌ Ě͛ĂƉƉĞů ƉĂƌ ůĞ ƐĞƌŵĞŶƚ͘ ƚ͕ ƐŽƵǀĞŶƚ͕ ůĞ ƐŝŵƉůĞ ĨĂŝƚ ĚĞ ŵĞŶĂĐĞƌ ĚĞ ĚĠĨĠƌĞƌ
ůĞ ƐĞƌŵĞŶƚ͕ ĚĂŶƐ ĐĞ ŵŝůŝĞƵ͕ ƐƵĨĨŝƚ ă ƐĞ ŵĞƚƚƌĞ Ě͛ĂĐĐŽƌĚ ƉŽƵƌ ĞŶƚĂŵĞƌ ĚĞƐ ŶĠŐŽĐŝĂƚŝŽŶƐ͘ >Ă Ɖƌocédure  
ĂƌĐŚĂŢƋƵĞ Ă ĚŽŶĐ ƵŶĞ ĐĞƌƚĂŝŶĞ ůŽŐŝƋƵĞ ƋƵŝ Ă ĨĂŝƚ ƋƵ͛ŽŶ ů͛Ă ďĞĂƵĐŽƵƉ ĂƉƉůŝƋƵĠĞ ă ů͛ĠƉŽƋƵĞ Ğƚ ƋƵŝ ĨĂŝƚ
ƋƵ͛ĞůůĞ Ŷ͛Ă ƉĂƐ ƚŽƚĂůĞŵĞŶƚ ĚŝƐƉĂƌƵĞ ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ͘  
 
 
Conséquence   d'une   telle   conception   de   la   fonction   de   juger   :   l'atrophie   du   raisonnement  
juridique  et  donc  de  la  pensée  juridique  en  général.  Pour  que  cesse  cette  paralysie,  il  faut  attendre  la  
seconde   moitié   du   Moyen   Âge,   avec   le   renouveau   intellectuel   et   l'affirmation   de   l'autorité   du  
pouvoir   judiciaire.   La   procédure   judiciaire   va   changer   parce   que   tout   change.   La   société   franque,  
carolingienne  va  devenir  une  société  féodale.  On  parle  de  la  «  mutation  féodale  ».    
 

28  
 

HDP  ʹ  Le  Moyen  Age  central  et  le  bas  Moyen  Age  

Le  Moyen  Age  central  et  le  bas  Moyen  Age  
 

Chapitre  1  ʹ  La  mutation  féodale  et  ses  suites  
 

I.

L'avènement  de  la  société  féodale  

1. Le   fief,   conjonction   d'un   pouvoir   délégué   issu   de   la   puissance   publique,   d'un  
rapport  de  fidélité  personnelle  et  du  droit  réel  sur  une  terre  
 
 
La   société   franque   repose   sur   la   paysannerie,   et   il   y   a   dans   cette   société   une   classe  
Ě͛ŚŽŵŵĞƐ ƋƵ͛ŽŶ ĂƉƉĞůůĞ ă ů͛ŽƌŝŐŝŶĞ ůĞƐ ůŝďƌĞƐ ;ĂĨĨƌĂŶĐŚŝƐ ĚĞƐ ƐĞƌǀŝƚƵĚĞƐ ĚƵ ƚƌĂǀĂŝů ĚĞ ůĂ ƚĞƌƌĞͿ͘ ĞƚƚĞ
ĐĂƚĠŐŽƌŝĞ ĚĞ ůŝďƌĞ ǀĂ ĞŶ ƌĠƚƌĠĐŝƐƐĂŶƚ͘ ^ŽƵƐ ůŽǀŝƐ͕ Đ͛Ġtait  une  élite  militaire  à  pied.  Sous  Charlemagne,  
Đ͛ĞƐƚ ƵŶĞ ĠůŝƚĞ ŵŝůŝƚĂŝƌĞ ă ĐŚĞǀĂů͘  
 
 
>͛ĠůŝƚĞ ŵŝůŝƚĂŝƌĞ ƐĞ ƌĠƚƌĠĐŝƚ ĚĞ ƉůƵƐ ĞŶ ƉůƵƐ͕ ůĞ ŐƌŽƵƉĞ ŵŝůŝƚĂŝƌĞ ĚĞǀŝĞŶƚ ƵŶĞ ŶŽďůĞƐƐĞ͕ ƵŶĞ ƚƌğƐ
petite  minorité  de  la  population  et  en  même  temps,  les  structures  de  la  propriété  se  transforment  
ƚƌğƐ ƉƌŽĨŽŶĚĠŵĞŶƚ͘ >Ă ŵƵƚĂƚŝŽŶ ĨĠŽĚĂůĞ Đ͛ĞƐƚ ůĂ ĐƌĠĂƚŝŽŶ Ě͛ƵŶĞ ƐŽĐŝĠƚĠ Žƶ ů͛ĂƌŝƐƚŽĐƌĂƚŝĞ ƌĞƉŽƐĞ
ĞƐƐĞŶƚŝĞůůĞŵĞŶƚ ƐƵƌ ůĞ ĨŝĞĨ͘ >Ğ ƐŝŐŶĞ ĚĞ ůĂ ŶŽďůĞƐƐĞ͕ Đ͛ĞƐƚ ůĂ ƉŽƐƐĞƐƐŝŽŶ ĚƵ ĨŝĞĨ͘ ƚ ůĞƐ ĨŝĞĨƐ ƐŽŶƚ
organisés  selon  une  organisatŝŽŶ ƉLJƌĂŵŝĚĂůĞ ƋƵ͛ŽŶ ǀĂ ĂƉƉĞůĞƌ ůĂ ƉLJƌĂŵŝĚĞ ĨĠŽĚĂůĞ͘  
 
 
Ğ ƋƵ͛ŝů ƐĞ ƉĂƐƐĞ͕ Ğƚ ƋƵŝ ĞƐƚ ůĂ ĐůĠ ůĂ ƉůƵƐ ŝŵƉŽƌƚĂŶƚĞ ĚĞ ĐĞƚƚĞ ŵƵƚĂƚŝŽŶ ĨĠŽĚĂůĞ͕ Đ͛ĞƐƚ ůĂ
ƌĠƵŶŝŽŶ͕ ůĂ ŵŝƐĞ ĞŶ ƐLJƐƚğŵĞ ĚĞ ƚƌŽŝƐ ĠůĠŵĞŶƚƐ ƋƵŝ ă ů͛ĠƉŽƋƵĞ ĚĞ ŚĂƌůĞŵĂŐŶĞ ĠƚĂŝĞŶƚ ƌĞƐƚĠs  
distincts.  
   
1) Le  pƌĞŵŝĞƌ ĠůĠŵĞŶƚ ĞƐƚ ů͛office  public.  Les  fonctions  de  comte,  de  vicaire  sont  des  fonctions  
de   commandement   militaire,   des   fonctions  qui  dépendent  du  roi.  Mais  ces  offices  ne   sont  
pas   héréditaires   Ğƚ ŶĞ ƐŽŶƚ Ě͛ĂŝůůĞƵƌƐ ƉĂƐ ĨŝdžĠƐ ĚĂŶƐ ů͛ĞƐƉĂĐĞ͘ WĂƌ ĞdžĞŵƉůĞ͕ ůe   Comte   va  
ĞdžĞƌĐĞƌ ƐŽŶ ĐŽŵŵĂŶĚĞŵĞŶƚ ĞŶ &ůĂŶĚƌĞ͕ ŵĂŝƐ Ɛŝ ů͛ĂƌŵĠĞ ƐĞ ĚĠƉůĂĐĞ͕ ŝů suivra  celle-­‐ci  et  ira  
commander   par   exemple   en   Italie   du   nord͘ /ů Ŷ͛LJ Ă ĚŽŶĐ ƉĂƐ ĚĞ ŽŵƚĞ ĚĞ   Flandre.  
Cependant,   il   y   a   une   tendance   à   garder   les   titres   comtaux   dans   les   familles   mais   pas  
toujours.    
 
2) >Ă ĨŝĚĠůŝƚĠ ƉĞƌƐŽŶŶĞůůĞ ƌĞƉƌĠƐĞŶƚĠĞ ƉĂƌ ů͛hommage  ;ůŝĞŶ Ě͛ŚŽŵŵĞ ă ŚŽŵŵĞͿ͘ ͛ĞƐƚ ƵŶ ƉĂĐƚĞ
qui   lie   deux   personnes,   un   jeune   (vassus  :   jeune   gars)   et   un   vieux   (senior  :   seigneur).   Le  
vassus   (vassal,   de   la   même   racine   que   valet)   joint   les   mains   et   les   met   dans   les   mains  
ouvertes   du   seigneur,   ce   qui   crée   le   lien   personnel   entre   le   seigneur   et   le   vassal.   Par   ce  
pacte,  le  jeune  entre  dans  la  «  bande  »  du  vieux.  Ce  lien  est  strictement  personnel.  Quand  
un  des  deux  partenaires  meurt,  le  lien  ne  se  renouvelle  pas.    
 
3) Le  bénéfice  ĞƐƚ ƵŶĞ ƐŽƌƚĞ Ě͛ŝŵŵĞƵďůĞ ƋƵĞ ƋƵĞůƋƵ͛ƵŶ͕ ĞŶ ŐĠŶĠƌĂů ůĞ ƌŽŝ͕ ĚŽŶŶĞ ĞŶ ǀŝĂŐĞƌ ă ƵŶ
des   ses   fidèles.   Quand   Charles   Martel   arrive   à   confisquer   les   terres   aux   adversaires,   il  
redistribue  celles-­‐ci  à  ses  amis.  /ů ĠƚĂŝƚ ĚŽŶĐ Ě͛Ƶsage  de  conférer  le  bénéfice  à  ceux  qui  nous  
avaient   servis   ĚĂŶƐ ůĞƐ ŐƵĞƌƌĞƐ͕ ůĂ ĐŽŵƉĠƚŝƚŝŽŶ ƉŽƵƌ ůĞ ƉŽƵǀŽŝƌ͘ Ğ ďĠŶĠĨŝĐĞ Ŷ͛Ă ƌŝĞŶ
Ě͛ŚĠƌĠĚŝƚĂŝƌĞ͘  
 
 
Ğ ƋƵŝ Ɛ͛ĂƉƉĞůůĞ ůĂ ŵƵƚĂƚŝŽŶ ĨĠŽĚĂůĞ ĞƐƚ ůĞ ŵŽŵĞŶƚ Žƶ ĐĞƐ ƚƌŽŝƐ ĐŚŽƐĞƐ ǀŽŶƚ ĨĂŝƌĞ ƵŶ ƐLJƐƚğŵĞ
qui  se  stabilise  complètement.     ĞůƵŝ ƋƵŝ ĞƐƚ ŽŵƚĞ ĞŶ &ůĂŶĚƌĞ Ɛ͛ŝŶƐƚĂůůĞ ƐƵƌ ƉůĂĐĞ Ğƚ ŶĞ ƉĂƌƚ ƉůƵƐ
ĚĂŶƐ ĚĞ ůŽŝŶƚĂŝŶĞƐ ĐŽŶƚƌĠĞƐ͘ >͛ŽĨĨŝĐĞ ƉƵďůŝĐ ǀĂ ġƚƌĞ ĂƚƚƌŝďƵĠ ĂƵ ŽŵƚĞ ƉĂƌ ůĞ ZŽŝ͘ ƚ ůĞ ĐŽŵƚĞ ĚĞ
Flandre   va   faire   hommage   au   roi.   Le   comté   va   devenir   son   bénéfice,   son   fŝĞĨ ;ŵŽƚ ƋƵ͛ŽŶ ƵƚŝůŝƐĞ
désormais)  donc  son  immeuble  à  lui,  sa  propriété  à  lui.  Une  propriété  toujours  dépendante  du  roi  de  
&ƌĂŶĐĞ ŵĂŝƐ ĚĠƐŽƌŵĂŝƐ ŚĠƌĠĚŝƚĂŝƌĞ ;ĂƉƉĂƌĂŝƚ ůĞ ĚƌŽŝƚ Ě͛ĂŝŶĞƐƐĞͿ͕ ƋƵŝ ǀĂ ĚŽŶĐ ƉĂƐƐĞƌ ĂƵ ĨŝůƐ ĂŝŶĠ͘  
1  
 

HDP  ʹ  Le  Moyen  Age  central  et  le  bas  Moyen  Age  
 
Les   trois   éléments   sont   réunis   en   un.   Il   y   a   une   fidélité   personnelle   assise   sur   le   fief,   et   le  
Comte  exerce  sur  ce  fief  son  pouvoir.  Corolairement,  le  comte  de  Flandre  devient  une  sorte  de  petit  
roi  dans  son  comté.  Le  comté  passe  de  fils  ainé  en  fils  ainé  exactement  selon  une  règle  de  succession  
ĚLJŶĂƐƚŝƋƵĞ͘ >Ğ ƐĞŝŐŶĞƵƌ ĞƐƚ ƵŶ ƉĞƚŝƚ ƌŽŝ ĚĂŶƐ ƐĂ ƐĞŝŐŶĞƵƌŝĞ͘ Ğ ƋƵ͛ŝů ǀĂ ƐĞ ƉĂƐƐĞƌ ƉŽƵƌ ůĞ ĐŽŵƚĠ ǀĂ
également   se   passer   au   échelons   inférieurs.   Ainsi,   les   comtes   tiennent   leur   comté   du   roi,   les  
châtelains   tiennent   leurs   châtellenies   du   Comte,   et   les   seigneurs   tiennent   leurs   seigneuries   du  
Châtelain.    
 
 
Chaque  village  a  son  seigneur  qui  tient  sa  seigneurie  du  fief.  Le  seigneur  est  lui  aussi  un  petit  
ƌŽŝ ĚĂŶƐ ƐŽŶ ǀŝůůĂŐĞ͕ ŝů ĞƐƚ ĂƵ ďĂƐ ĚĞ ů͛ĠĐŚĞůůĞ ŵĂŝƐ ĞƐƚ ƐŽƵŵŝƐ ĂƵ ŵġŵĞƐ ƌğŐůĞƐ ĚĞ ƚƌĂŶƐŵŝƐƐŝŽŶ
dynastique.  Les  nobles  (2%  de  la  population)  sont  donc  des  guerriers  professionnels,  nourris  par  les  
paysans  (98%  de  la  population)  qui  produisent  donc  pour  eux-­‐mêmes  mais  qui  doivent  une  certaine  
partie  de  leur  récolte  aux  nobles.  
 
 

2. L'éclatement  du  manse  et  la  généralisation  de  la  censive  comme  tenure  roturière  
 
 
Le   manse   ;ů͛ŝŵŵĞƵďůĞ ƉĂLJƐĂŶ ĐŚĞnj ůĞƐ ĨƌĂŶĐƐͿ ǀĂ ĂƵƐƐŝ ƐĞ ƚƌĂŶƐĨŽƌŵĞƌ ŵĂŝƐ ŝů ǀĂ
essentiellement  se  transformer  par  éclatement.  Les  anciennes  propriétés  se  divisent.  On  perd  de  vue  
cette  unité  de  production  idéale.  Le  manse  ĠƚĂŝƚ ƵŶĞ ƵŶŝƚĠ ĚĞ ƐƵƉĞƌĨŝĐŝĞ ƋƵŝ ĐŽƌƌĞƐƉŽŶĚ ă ĐĞ ƋƵ͛ƵŶĞ
famille   peut   travailler.   Il   va   éclater   à   cause   de   la   croissance   démographique   et   des   règles  
successorales.    
 
 
ƉƉĂƌĂŠƚ ĚŽŶĐ ůĂ ĐĞŶƐŝǀĞ͕ Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐ĚŝƌĞ ůĂ ƚĞŶƵƌĞ ;ů͛ŝŵŵĞƵďůĞͿ ƋƵi   est   possédée   à   charge   de  
ĐĞŶƐ͘ >Ğ ƉĂLJƐĂŶ ĐĞŶƐŝƚĂŝƌĞ ĚŽŝƚ ƵŶĞ ƉĂƌƚŝĞ ĚĞ ůĂ ƌĠĐŽůƚĞ ĂƵdž ƐĞŝŐŶĞƵƌƐ͘ >Ă ƐŽĐŝĠƚĠ ĨĠŽĚĂůĞ Đ͛ĞƐƚ ĚŽŶĐ
un  ensemble  de  tenures  qui  structurent  toute  une  société,  y  compris  en  fin  de  parcours  la  société  
politique.    
 
 

3. La  tenure  comme  mode  d'appropriation  des  immeubles  
 
 
YƵ͛ĞƐƚ ĐĞ ƋƵĞ ůĂ ƚĞŶƵƌĞ  ?   La   propriété   actuelle   (544   CC)   est   finalement   plus   proche   de   la  
ƉƌŽƉƌŝĠƚĠ ƌŽŵĂŝŶĞ ƋƵ͛ĞůůĞ ŶĞ ů͛ĞƐƚ ĚĞ ůĂ ƚĞŶƵƌĞ ;ĂďŽůŝĞ ĞŶ ϭϳϴϵͿ͘ KŶ ǀĂ ĚĠĨŝŶŝƌ ůĂ ƚĞŶƵƌĞ ƉĂƌ
opposition  à  la  propriété  romaine  Ğƚ ƉĂƌ ŽƉƉŽƐŝƚŝŽŶ ă ĐĞ ƋƵ͛ĞƐƚ ĚĞǀĞŶƵĞ ůĂ ƉƌŽƉƌŝĠƚĠ ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ͘ Ğ
qui  caractérise  la  tenure  :    
 
3.1. Absence  d'abusus  
 
 
͛ĞƐƚ ů͛ĂďƐĞŶĐĞ ĚĞ ĐĞ ƋƵĞ ůĞƐ ƌŽŵĂŶŝƐƚĞƐ Ğƚ ĚĞ ĐĞ ƋƵĞ ůĞƐ ũƵƌŝƐƚĞƐ ĂƉƉĞůůĞŶƚ ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ
«  ů͛ĂďƵƐƵƐ  ͩ ;ĐĂƉĂĐŝƚĠ ĚĞ ĚŝƐƉŽƐĞƌ Ě͛ƵŶ ďŝĞŶͿ͘ Ŷ Ɖrincipe,   dans   un   régime   pareil,   les   tenures   sont  
indisponibles  matériellement  et  juridiquement.    
 
 
Matériellement,  si  un  paysan  a  une  tenure  qui  doit  une  certaine  quantité  de  céréales,  il  ne  
ĚŽŝƚ ƉĂƐ ĐŚĂŶŐĞƌ ĐĞ ƋƵ͛ŝů ĨĂŝƚ͕ ŝů ŶĞ ƉĞƵƚ ƉĂƐ ƐĞ ŵĞƚƚƌĞ ă ĠůĞǀĞƌ  ĚĞƐ ĂŶŝŵĂƵdž͘ >Ğ ŵŽĚĞ Ě͛ĞdžƉůŽŝƚĂƚŝŽŶ
ĞƐƚ ĚĠƚĞƌŵŝŶĠ ƉĂƌ ůĂ ƚĞŶƵƌĞ Ğƚ ŝů Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ĚŝƐƉŽŶŝďůĞ͘  
 
 
:ƵƌŝĚŝƋƵĞŵĞŶƚ͕ ŽŶ ŶĞ ƉĞƵƚ ƉĂƐ ŝŵĂŐŝŶĞƌ ƋƵ͛ƵŶ ǀĂƐƐĂů ƉƵŝƐƐĞ ĚŽŶŶĞƌ ŽƵ ǀĞŶĚƌĞ ƵŶĞ ƚĞŶƵƌĞ ă
une  personne  qui  serait  un  ennemi  du  seigneur.  Les  tenures  paysanne  et  noble  sont  inaliénables.    
 
 
 
2  
 

HDP  ʹ  Le  Moyen  Age  central  et  le  bas  Moyen  Age  
3.2. Un  droit  non  exclusif  
 
 
La   deuxième   caractéristique  ĞƐƚ ƋƵĞ ůĂ ƚĞŶƵƌĞ ĞƐƚ ƵŶ ŵŽĚĞ Ě͛ĂƉƉƌŽƉƌŝĂƚŝŽŶ ƋƵŝ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ
ĞdžĐůƵƐŝĨ͘ ZŽŵĞ ĐŽŵŵĞ Ě͛ĂŝůůĞƵƌƐ ĐŚĞnj ŶŽƵƐ͕ ŝů LJ Ă ƵŶ Ğƚ ƵŶ ƐĞƵů ƉƌŽƉƌŝĠƚĂŝƌĞ ƉŽƵƌ ƵŶ ĨŽŶĚƐ
ĚĠƚĞƌŵŝŶĠ͕ Đ͛ĞƐƚ ůĂ ƌğgle   de   principe   (exception  :   copropriété  ͖ ŝů ĂƵƐƐŝ ĂƌƌŝǀĞ ƋƵ͛ŽŶ ĚĠŵĞŵďƌĞ ƵŶ
droit   de   propriété).   Ces   démembrements   de   propriété   sont   exceptionnels   et   sont   destinés   à  
ĚŝƐƉĂƌĂŝƚƌĞ ƵŶ ũŽƵƌ ;ů͛ƵƐƵĨƌƵŝƚ͕ ƉĂƌ Ğdž͕ ĞƐƚ ǀŝĂŐĞƌͿ͘ >Ğ ƉƌŝŶĐŝƉĞ ĞƐƚ ƋƵ͛ŽŶ ƉĞƵƚ ĂǀŽŝƌ ĚĞs  
ĚĠŵĞŵďƌĞŵĞŶƚƐ ĞdžĐĞƉƚŝŽŶŶĞůƐ ŵĂŝƐ ƋƵ͛ŽŶ ƌĞǀŝĞŶƚ ƚŽƵũŽƵƌƐ ă ů͛ƵŶŝƚĠ ĚĞ ůĂ ƉƌŽƉƌŝĠƚĠ͘  
 
 
ĂŶƐ ů͛ĂŶĐŝĞŶ ĚƌŽŝƚ͕ Đ͛ĞƐƚ ƚƌğƐ ĚŝĨĨĠƌĞŶƚ͕ ůĂ ƚĞŶƵƌĞ Ă ƚŽƵũŽƵƌƐ ŶŽƌŵĂůĞŵĞŶƚ ĚĞƵdž ĂLJĂŶƚƐ ĚƌŽŝƚƐ͕
ůĞ ƐĞŝŐŶĞƵƌ Ğƚ ůĞ ƚĞŶĂŶĐŝĞƌ͘ >Ă ƉƌŽƉƌŝĠƚĠ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ƵŶĞ Ğƚ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ĞdžĐlusive.   Du   coup,   si   on   veut  
démembrer   encore   un   peu   plus,   on   peut   le   faire,   et   ce   sans   aucune   limite   (contrairement   à  
ĂĐƚƵĞůůĞŵĞŶƚͿ͘ /ů Ŷ͛LJ Ă ƉĂƐ ĚĞ ůŝŵŝƚĞ ĂƵ ŶŽŵďƌĞ ĚĞ ĚƌŽŝƚ ƌĠĞůƐ ƐƵƌ ƵŶ ŝŵŵĞƵďůĞ͘ ĞƚƚĞ ƐŝƚƵĂƚŝŽŶ
correspond  aux  régimes  américain  et  anglais.  Droit  common  law  ͗ ŝů Ŷ͛Ă ƉĂƐ ĞƵ ĚĞ ƌĠǀŽůƵƚŝŽŶ͘ KŶ ĞƐƚ
ƐŽƌƚŝ ĚĞ ů͛ĠƉŽƋƵĞ ĨĠŽĚĂůĞ ƉĂƌ ĠƚĂƉĞƐ͘  
 
 
Ƶ ĐŽƵƉ͕ ĚĂŶƐ ů͛ ŶŐůĞƚĞƌƌĞ ĂĐƚƵĞůůĞ͕ ů͛ŝĚĠĞ ĞƐƚ ƋƵĞ ůĞ ƚĞƌƌŝƚŽŝƌĞ ĞƐƚ ůĂ ƉƌŽƉƌŝĠƚĠ ĚĞ ůĂ ĐŽƵƌŽŶŶĞ
Ě͛ ŶŐůĞƚĞƌƌĞ͘ ƵƐƐŝ͕ ůĞƐ ĚĠŵĞŵďƌĞŵĞŶƚƐ ĚĞ ůĂ ƉƌŽƉƌŝĠƚĠ ƐŽŶƚ   en   nombre   infini.   La   capacité   de  
ĐƌĠĂƚŝŽŶ ĚĞ ĚƌŽŝƚƐ ƌĠĞůƐ ĞƐƚ ƐĂŶƐ ůŝŵŝƚĞ͘ >Ă ƉƌŽƉƌŝĠƚĠ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ƉĞŶƐĠĞ ƐĞůŽŶ ƵŶ ŵŽĚğůĞ ƵŶŝƋƵĞ Ğƚ
exclusif  mais  selon  un  modèle  collégial  et  démembré.  
 
3.3. Tenure  et  justice  (l'appareil  judiciaire  féodo-­‐seigneurial)  
 
 
Chaque  seigneur  exerce  un  pouvoir  de  juridiction  sur  les  questions  foncières  (droit  des  biens)  
et   de   manière   annexe   sur   les   biens   de   la   famille   (les   régimes   matrimoniaux   par   exemple).   Une  
grande  partie  du  droit  civil  est  exercée  par  les  seigneurs.    
 
3.4. Les  obligations  de  service,  la  servitus  in  faciendo  et  la  pyramide  féodale  comme  système  de  
propriété  et  d'organisation  sociopolitique  
 
 
ŶĨŝŶ͕ ĚĞƌŶŝğƌĞ ĐĂƌĂĐƚĠƌŝƐƚŝƋƵĞ͕ Đ͛ĞƐƚ ĐĞ ƋƵ͛ŽŶ ƉĞƵƚ ĂƉƉĞůĞƌ ůĂ ĚĞƚƚĞ ƌĠĞůůĞ͘ ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐dire  une  
obligation   dont   le   débiteur   est   un   fonĚƐ͘ ǀŝĚĞŵŵĞŶƚ͕ ů͛ŽďůŝŐĂƚŝŽŶ ŶĞ ƉĞƵƚ ġƚƌĞ ĞdžĠĐƵƚĠĞ ƋƵĞ ƉĂƌ
ƵŶĞ ƉĞƌƐŽŶŶĞ ŵĂŝƐ ƚŽƵƚ ƐĞ ƉĂƐƐĞ ĐŽŵŵĞ Ɛŝ ũƵƌŝĚŝƋƵĞŵĞŶƚ ůĂ ƚĞƌƌĞ ĠƚĂŝƚ ĚĠďŝƚƌŝĐĞ͘ >͛ŽďůŝŐĂƚŝŽŶ ĞƐƚ ůĂ
cause  du  fond  et  est  transmise  par  le  fond.  Chaque  propriétaire  devient  assujetti  au  service.    
 
 
Ŷ ĚƌŽŝƚ ƌŽŵĂŝŶ ĐŽŵŵĞ ĞŶ ĚƌŽŝƚ ĂĐƚƵĞů͕ ůĞ ƉƌŝŶĐŝƉĞ ĞƐƚ ů͛ŝŶƚĞƌĚŝĐƚŝŽŶ ĚĞ ůĂ ƐĞƌǀŝƚƵĚĞ ƉŽƐŝƚŝǀĞ͕
ĞdžƉƌŝŵĠ ƉĂƌ ů͛ĂĚĂŐĞ ůĂƚŝŶ servitus   in   faciendo   consistere   nequit,   donc   interdiction   de   créer   une  
servitude  qui  porterait  sur  une  obligation  de  faire  (obligation  de  payer  ou  obligation  de  service).  Le  
ƉƌŽƉƌŝĠƚĂŝƌĞ ĚƵ ĨŽŶĚ ƐĞƌǀĂŶƚ ŶĞ ƉĞƵƚ ġƚƌĞ ƚĞŶƵ ƋƵ͛ă ƵŶĞ ŽďůŝŐĂƚŝŽŶ ĚĞ ŶĞ ƉĂƐ ĨĂŝƌĞ ŽƵ ĚĞ ƚŽůĠƌĞƌ͕
jamais  à  une  obligation  positive.    
 
 
ĂŶƐ ůĂ ƐŽĐŝĠƚĠ ĨĠŽĚĂůĞ͕ ĂƵ ĐŽŶƚƌĂŝƌĞ͕ ŝů Ŷ͛LJ Ă ƋƵĞ ĚĞƐ ƐĞƌǀŝƚƵĚĞƐ ƉŽƐŝƚŝǀĞƐ ĚĞ fond.  La  tenure  
ƉĂLJƐĂŶŶĞ ĚŽŝƚ ĚĞƐ ƐĞƌǀŝĐĞƐ ŽƵ ĚĞƐ ƉƌĞƐƚĂƚŝŽŶƐ ă ůĂ ƐĞŝŐŶĞƵƌŝĞ͘ >Ă ƐĞŝŐŶĞƵƌŝĞ Đ͛ĞƐƚ ůĞ ĨŽŶĚƐ ĚŽŵŝŶĂŶƚ͘  
 
 
Finalement,   la   société   féodale   est   une   société   de   rapports   de   fonds   à   fonds   (dominant   et  
servant)  où  tout  est  organisé  en  pyramide  et  où  les  prestations  se  transfèrent  du  bas  vers  le  haut.  Du  
plus  petit  seigneur  vers  le  roi.  Tout  culmine  donc  vers  le  Roi,  sur  qui  sont  assises  toutes  les  terres  du  
royaume.    
 
 
 
3  
 

HDP  ʹ  Le  Moyen  Age  central  et  le  bas  Moyen  Age  

4. Les  trois  ordres  
 
 
La  caractéristique  essentielle  du  système  féodal  est,  comme  oŶ ů͛Ă ǀƵ͕ ůĞ ĨĂŝƚ ƋƵĞ ůĞƐ ƌĞůĂƚŝŽŶƐ
ƌĞƉŽƐĞŶƚ ƐƵƌ ůĂ ƚĞƌƌĞ͕ ůĂ ƉƌŽƉƌŝĠƚĠ͘ ŚĂĐƵŶ ƚŝĞŶƚ ƐĂ ƚĞƌƌĞ Ě͛ƵŶĞ ƉĞƌƐŽŶŶĞ ƐƵƉĠƌŝĞƵƌĞ͘ ĂŶƐ ůĂ
ƉLJƌĂŵŝĚĞ ĨĠŽĚĂůĞ͕ ŝů LJ Ă ĚĞƐ ƉĞƌƐŽŶŶĞƐ ƋƵŝ ƚŝĞŶŶĞŶƚ ůĂ ƐƚƌƵĐƚƵƌĞ ƉŽůŝƚŝƋƵĞ͕ ŵĂŝƐ ŝů Ŷ͛LJ Ă ƉĂƐ ƋƵ͛ĞƵdž͘ /ů
existe  en  effet  trois  ordres.    
 
La  classe  des  producteurs  (98%  de  la  population)  garantit  la  subsistance  de  la  classe  militaire  
;ů͛ĂƌŝƐƚŽĐƌĂƚŝĞ͕ ůĞƐ ĐŚĞǀĂůŝĞƌƐͿ͕ ƋƵŝ ĚĠĨĞŶĚ ůĂ ƐŽĐŝĠƚĠ͘ >Ğ ĐůĞƌŐĠ͕ ůƵŝ͕ ƉƌŝĞ ƉŽƵƌ ůĞ ƐĂůƵƚ ĚĞ ůĂ ƐŽĐŝĠƚĠ͘  
ů͛ŝŶƚĠƌŝĞƵƌ ĚĞ ůĂ ĐůĂƐƐĞ ŵŝůŝƚĂŝƌĞ͕ ůĞs   services   militaires   sont   dus   de   la   base   vers   le   sommet   de   la  
pyramide  :  au  niveau  du  Roi  (sommet)  il  y  a  une  convergence  de  toutes  les  forces  économiques  et  
militaires.  Il  y  a  donc  une  tête  :  le  Roi.  
 
 
WŽƵƌ ůĂ ƉƌĞŵŝğƌĞ ĨŽŝƐ͕ ĂƵdž ĞŶǀŝƌŽŶƐ ĚĞ ů͛ĂŶ ϭϬϬϬ͕ ĚĞs   textes   relatent   cette   division   de   la  
société  en  trois  ordres  (appelés  plus  tard  les  trois  Etats)  :    
 
ͻ Ceux  qui  prient  (Eglise)  :  ce  service  garantit  le  salut  de  tout  le  monde  
ͻ Ceux  qui  travaillent  (paysans)  :  ils  nourrissent  ceux  qui  combattent  et  ceux  qui  prient  
ͻ Ceux  qui  combattent  (aristocratie)  :  ils  protègent  les  deux  autres  ordres  
 
 

5. Chronologie  et  géographie  de  la  mutation  féodale  avec  la  singularité  de  l'Empire,  
qui  perpétue  les  formes  carolingiennes  de  la  société  politique  
 
 
Il  faut  apporter  une  nuanĐĞ ă ĐĞƚƚĞ ĚĞƐĐƌŝƉƚŝŽŶ ĚĞ ůĂ ƐŽĐŝĠƚĠ ĨĠŽĚĂůĞ͘ Ŷ ĞĨĨĞƚ͕ ĞůůĞ ŶĞ Ɛ͛ĞƐƚ
ƉĂƐ ŝŶƐƚĂůůĠĞ ƉĂƌƚŽƵƚ͕ Ğƚ ƐƵƌƚŽƵƚ ĞůůĞ ŶĞ Ɛ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ŝŶƐƚĂůůĠĞ ƉĂƌƚŽƵƚ ĚĞ ůĂ ŵġŵĞ ŵĂŶŝğƌĞ͘    
 
En   Angleterre,   une   féodalité   artificielle   se   développe,   créée   de   toutes   pièces   en   1066   par  
Guillaume  le  Conquérant  lors  de  la  bataille  de  Hastings.  En  effet,  celui-­‐ci,  après  avoir  gagné  la  bataille  
Ğƚ ƉƌŝƐ ůĞ ƉŽƵǀŽŝƌ͕ ĐŽŶĨŝƐƋƵĞ ƚŽƵƚĞƐ ůĞƐ ƚĞƌƌĞƐ ĚĞƐ ŶŽďůĞƐ ĂŶŐůĂŝƐ ƋƵ͛ŝů Ă ǀĂŝŶĐƵƐ͕ Ğƚ ƌĠƉĂƌƚŝƚ ĐĞƐ ƚĞƌƌĞƐ
entre  ceux  qui  ont  combattu  avec  lui  :  il  crée  ainsi  une  noblesse.  Un  nouveau  système  apparaît  donc.  
Il  y  a  création  de  fiefs,  et  sur  ces  fiefs  les  nouveaux  nobles  construisent  des  châteaux  forts  pour  se  
protéger  des  révoltes  paysannes,  qui  voient  leur  fonctionnement  bouleversé.    
 
 
En  France,  la  société  est  différente  selon  les  régions.  Cependant,  ĞůůĞ Ŷ͛ĞƐƚ ũĂŵĂŝƐ ĂƌƚŝĨŝĐŝĞůůĞ͘    
 
 
En   Allemagne,   l͛ mpire   (qui   apparaît   vers   la   moitié   du   10ème   siècle)   va   très   peu   sentir   la  
féodalité.   Celle-­‐Đŝ LJ ĞƐƚ ĨƌĂŐŝůĞ ĐĂƌ ů͛ĞŵƉŝƌĞ ŐĂƌĚĞ ƵŶĞ ŐƌĂŶĚĞ ƚƌĂĚŝƚŝŽŶ ĂůůĞƵŐiale   (terres   libres,   qui  
Ŷ͛ĂƉƉĂƌƚŝĞŶŶĞŶƚ ă ƉĞƌƐŽŶŶĞͿ͘ >͛ĞŵƉŝƌĞ͕ ŵĂůŐƌĠ ĚĞƐ ƚĞŶĚĂŶĐĞƐ ĨĠŽĚĂůĞƐ͕ ƌĞƉƌŽĚƵŝƚ ůĞ ƐLJƐƚğŵĞ
ĐĂƌŽůŝŶŐŝĞŶ͘ hŶĞ ĚĞƐ ŐƌĂŶĚĞ ĐĂƌĂĐƚĠƌŝƐƚŝƋƵĞƐ ĚĞ ĐĞ ƐLJƐƚğŵĞ ĞƐƚ ů͛ŝŶƚĠŐƌĂƚŝŽŶ ĚĞ ů͛ ŐůŝƐĞ ĂƵ ƐLJƐƚğŵĞ
politique  :  présence  donc  à  la  fois  des  pouvoirs  temporels  et  spirituels.    
 
 
/ů ĞdžŝƐƚĞ ĚŽŶĐ ƵŶĞ ǀĠƌŝƚĂďůĞ ƐŝŶŐƵůĂƌŝƚĠ ĚĂŶƐ ů͛ĞŵƉŝƌĞ ŐĞƌŵĂŶŝƋƵĞ ͗ ůĞƐ ĠǀġƋƵĞƐ ĐŽŶƚŝŶƵĞŶƚ
ĐĞƚƚĞ ĨŽŶĐƚŝŽŶ ƚĞŵƉŽƌĞůůĞ ƋƵ͛ŝůƐ ĂǀĂŝĞŶƚ ă ů͛ĠƉŽƋƵĞ ĐĂƌŽůŝŶŐŝĞŶŶĞ͘ >ĞƐ ĠǀġƋƵĞƐ ŽŶƚ ĞŶĐŽƌĞ ƉĂƌĨŽŝƐ ĚĞƐ
ƚĞƌƌŝƚŽŝƌĞƐ͘ >͛ĞŵƉĞƌĞƵƌ ǀĞƵƚ ƉŽƵǀŽŝƌ Ɛ͛ĂƉƉƵLJĞƌ ƐƵƌ ĞƵdž͘ >ĞƐ ƉŽƵǀŽŝƌƐ ůĂŢĐƐ Ğƚ ƌĞůŝŐŝĞƵdž ƐŽŶƚ ŝŵďƌŝƋƵĠƐ͕
à  la  différence  de  ce  qui  se  passe  en  France.    

4  
 

HDP  ʹ  Le  Moyen  Age  central  et  le  bas  Moyen  Age  

II.

L'essor  économique    

1. La  société  féodale  comme  société  stabilisée  
 
 
La  société  féodale  (de  type  France  et  Angleterre),  durera  du   11ème  au  12ème  siècle.  Elle  naît  
ǀĞƌƐ ů͛ĂŶ ϭϬϬϬ Ğƚ deux  cents  ans  plus  tard  elle  va  déjà  moins  bien.    
 
 
Il  existe  donc  un  paradoxe  dans  la  société  féodale  :  cette  société  semble  avoir  été  élaborée  
pour  durer  à  jamais.  Chacun  a  sa  place  et  il  y  reste.  La  placĞ ĚĞ ů͛ŝŶĚŝǀŝĚƵ ĞƐƚ ĚĠƚĞƌŵŝŶĠĞ ƉĂƌ ƐĂ ƚĞƌƌĞ͕
ƚĞƌƌĞ ŚĠƌŝƚĠĞ ĚĞ ƐĞƐ ĂŶĐġƚƌĞƐ ;ƉğƌĞͿ͘ >͛ŝĚĠĞ Ě͛ƵŶĞ ƉƌŽŵŽƚŝŽŶ ƐŽĐŝĂůĞ ƐĞŵďůĞ ĚŽŶĐ ŝŵƉŽƐƐŝďůĞ ͗ ƵŶ ĨŝůƐ
ĚĞ ĐŚĞǀĂůŝĞƌ ƐĞƌĂ ĐŚĞǀĂůŝĞƌ Ğƚ Ŷ͛ĂĐĐğĚĞƌĂ ũĂŵĂŝƐ ă ůĂ ƉŽƐŝƚŝŽŶ ĚĞ ĐŚąƚĞůĂŝŶ͘ ƚ ůĞ ĐŚąƚĞůĂŝŶ͕ ƉƵŝƐƋƵ͛ŝů
est  sûr  de  le  rester  à  jamais,  défend  son  territoire.  Chaque  chevalier  garde  son  territoire.  Ainsi,  en  
cas  de  guerre,  les  structures  ne  sont  pas  détruites.  La  population  paysanne  aussi  reste  table,  car  elle  
garde  toujours  le  même  chef,  et  il  y  a  moins  de  guerre  :  elle  peut  donc  envisager  sa  culture  à  long  
terme.    
 
 
Cette   société   est   parvenue   à   réaliser   une   stabilisation   des   rapports   sociaux.   En   effet,   les  
positions  dans  la  société  garantissent  une  certaines  stabilité  :  la  distribution  des  pouvoirs  ayant  eu  
lieu  ĚĂŶƐ ůĞ ƉĂƐƐĠ͕ ĞůůĞ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ƌĞŵŝƐĞ ĞŶ ĐĂƵƐĞ͘ >͛ŝŶĐƌŽLJĂďůĞ ƉĂƌĂĚŽdžĞ ĞƐƚ ƋƵĞ Đ͛ĞƐƚ ĐĞƚƚĞ ŵġŵĞ
stabilité  qui  sera  la  cause  du  changement.  En  effet,  elle  va  permettre  la  croissance  économique.    
 

2. Conséquence  :  la  croissance  économique  
 
 
La   croissance   économiqƵĞ ĞƐƚ ƵŶ ƉŚĠŶŽŵğŶĞ ƵŶŝƋƵĞ ă ů͛ĠƉŽƋƵĞ͘ ǀĂŶƚ͕ ŝů Ŷ͛LJ ĂǀĂŝƚ ƉĂƐ
Ě͛ĠĐŚĂŶŐĞ ĞŶƚƌĞ ůĞƐ ǀŝůůĂŐĞƐ͕ ĚŽŶĐ ƉĂƐ ĚĞ ĐƌŽŝƐƐĂŶĐĞ͘   La   croissance   économique   sépare   la   société  
franque  de  la  société  féodale  :  cette  croissance  économique,  une  fois  le  producteur  stabilisé  dans  le  
long  terme,  débute  vers  1050  et  se  développe  de  manière  continue.  Cette  croissance  est  constatée  
dans  divers  domaines.    
 
2.1. Croissance  rurale    
 
 
>͛Ăugmentation  démographique  qui  se  manifeste  par  la  construction  de  nouveaux  villages  et  
le   défrichement   de   ŶŽƵǀĞůůĞƐ ƚĞƌƌĞƐ͘ sĞƌƐ ϭϮϬϬ͕ ůĂ ĨŽƌġƚ ĞƐƚ ŵŽŝŶƐ ŝŵƉŽƌƚĂŶƚĞ ƋƵ͛ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ͕ ĐĂƌ
pour  mettre  en  culture  tout  ce  qui  en  est  possible,  le  paysan  fait  reculer  la  forêt.  On  peut  aussi  voir  
un  progrès  technique  qui  engendre  un  accroissement  du  rendement  des  surfaces  cultivées.    
 
2.2. Croissance  urbaine    
 
 
Vers  1100,  les  villes  se  développent.  Les  paysans  quittent  leur  terre  pour  y  emménager.  La  
ville   devient   le   lieu   du   commerce   et   du   marché,   ainsi   que   le   lieu   de   productions   spécifiques  
;ů͛ĂƌƚŝƐĂŶĂƚ ƐĞ ĚĠǀĞůŽƉƉĞͿ͘ ĞƐ foires   commerciales   sont   organisées   dans   les   grandes   villes.   Il   y   a  
ĐƌĠĂƚŝŽŶ Ě͛ƵŶĞ ĚLJŶĂŵŝƋƵĞ ĐŽŵŵĞƌĐŝĂůĞ͘  
 
 
Par   exemple,   pour   le   textile,   ůĂ ůĂŝŶĞ ǀŝĞŶƚ Ě͛ ĐŽƐƐĞ͕ ĞůůĞ ĞƐƚ ƚƌĂŶƐƉŽƌƚĠĞ ĚĂŶƐ ůĞƐ ƉŽƌƚƐ
anglais,   les   cargaisons   arrivent   dans   les   villes   flamandes   qui   à   leur   tour   diffusent   le   produit   dans  
ƚŽƵƚĞ ů͛ ƵƌŽƉĞ͘ ŝŶƐŝ ůĂ ůĂŝŶĞ ƉĂƌƚ Ě͛ ĐŽƐƐĞ ƉŽƵƌ ĂůůĞƌ ƉĂƌĨŽŝƐ ũƵƐƋƵ͛ă :ĠƌƵƐĂůĞŵ͘  
 
 
Avec   tous   ces   échanges,   la   manipulation   de   monnaie   devient   plus   courante.   Des   gens  
ĚĞǀŝĞŶŶĞŶƚ ƉůƵƐ ƌŝĐŚĞƐ͕ Ě͛ĂƵƚƌĞƐ ƉůƵƐ ƉĂƵǀres.    
 
 
 
5  
 

HDP  ʹ  Le  Moyen  Age  central  et  le  bas  Moyen  Age  

3. Le  déclin  de  l'aristocratie  moyenne  et  inférieure  
 
 
>ĞƐ ƉĞƌĚĂŶƚƐ ƐĞƌŽŶƚ ůĂ ƉĞƚŝƚĞ Ğƚ ůĂ ŵŽLJĞŶŶĞ ĂƌŝƐƚŽĐƌĂƚŝĞ͘ ůůĞ Ŷ͛Ă ƋƵĞ ƐĞƐ ƚĞƌƌŝƚŽŝƌĞƐ ƉŽƵƌ
vivre,  elle  ne  vit  que  du  prélèvement  sur  les  récoltes.  Or,  lĞƐ ƉĂLJƐĂŶƐ Ɛ͛ŽƉƉŽƐĞŶƚ ŵaintenant  plus  à  
ce   prélèvement,   les   armes   sont   de   plus   en   plus   chères   (car   elles   sont   faites   dans   un   métal   de  
meilleure   qualité,  elles  sont   plus  travaillées)  et  de   nouveaux   produits  apparaissent,  or  la  noblesse,  
pour  garder  son  standing,  doit  acheter  ces  nouveaux  produits.  
 
 
>Ă ƉĞƚŝƚĞ Ğƚ ŵŽLJĞŶŶĞ ĂƌŝƐƚŽĐƌĂƚŝĞ Ɛ͛ĂƉƉĂƵǀƌŝƚ ĚŽŶĐ͘ ͛ĂƌŝƐƚŽĐƌĂƚĞ͕ ŽŶ ƉĞƵƚ ĚŝƌĞ ƋƵ͛ĞůůĞ ƉĂƐƐĞ
à  un  statut  de  paysan  puissant.  
 
 

4. La  nouvelle  richesse  des  monarchies,  des  principautés  territoriales  et  des  villes  
 
 
La   très   haute   aristocratie   qui,   possédant   de   grands   territoires,   a   compris   que   maintenant  
faire  des  prélèvements  sur  les  échanges  rapporte  plus  que  le  prélèvement  sur  les  terres.  Les  routes  
du  commerce  deviennent  ainsi  contrôlées,  et  les  commerçants  vont  être  taxés  sur  la  circulation  des  
marchandises.    
 
 
Les   hauts   aristocrates   deviennent   riches,   ce   qui   va   entraîner   une   métamorphose   de  
ů͛ĂƉƉĂƌĞŝů ũƵĚŝĐŝĂŝƌĞ͘  
 

5. Apparition  d'un  personnel  judiciaire  spécialisé:  juges  et  sergents  
 
EŽƵƐ ĂǀŝŽŶƐ ǀƵ ƋƵ͛ĂƵ Moyen   Age,   le   droit   régressait   en   raison,   notammenƚ͕ Ě͛ƵŶ ŽďƐƚĂĐůĞ
processuel  :   le   juge   était   en   position   de   faiblesse   par   rapport   aux   parties,   il   avait   un   rôle   surtout  
passif.    
 
Or,  lĞ ZŽŝ Ě͛ ŶŐůĞƚĞƌƌĞ͕ ůĞ ĐŽŵƚĞ ĚĞ Flandre,  le  Roi  de  France,  etc.  tous  engagent  à  présent  
des   fonctionnaires.   Ils   en   ont   déƐŽƌŵĂŝƐ ůĞƐ ŵŽLJĞŶƐ͘ ͛ĞƐƚ ůĞ ĚĠďƵƚ ĚĞ ůĂ ƌĠŵƵŶĠƌĂƚŝŽŶ ƉĂƌ ƵŶ
ĞŵďƌLJŽŶ Ě͛ͨ ƚĂƚ ͩ ĚĞ ƉĞƌƐŽŶŶĞƐ ƐƉĠĐŝĂůŝƐĠĞƐ͘ ^ŽƵƐ ŚĂƌůĞŵĂŐŶĞ͕ ŝů Ŷ͛LJ ĂǀĂŝƚ ƉĂƐ ĚĞ ŐĞŶƐ ƌĠŵƵŶĠƌĠƐ͕
ůĞƐ ũƵŐĞƐ Ŷ͛ĠƚĂŝĞŶƚ ƉĂƐ ƉĂLJĠƐ͘  
 
 
>͛ĂƉƉĂƌŝƚŝŽŶ ĚƵ ƐĞƌŐĞŶƚ Ă ƵŶĞ ĞdžƚƌġŵĞ ŝŵƉŽƌƚĂŶĐĞ ͗ Đ͛ĞƐƚ ů͛ĂŶcêtre  de  notre  gendarme  et  de  
notre  huissier.  >͛ĂŶĐġƚƌĞ ĚĞ ů͛ŚƵŝƐƐŝĞƌ,  Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐dire  ƋƵ͛ŝů ƌğŐůĞ ůĞƐ ĂĐƚĞƐ ĚĞ ƉƌŽĐĠĚƵƌĞ͕ ƌĠĚŝŐĞ ůĞƐ ĂĐƚĞƐ
de  la  saisie,  se  déplace  pour  porter  les  citations  etc.  Et  ancêtre  du  gendarme  car  il  a  une  fonction  de  
force,  un  équipement  (fixé  par  les  règlements).  LŽƌƐƋƵ͛ŝů ƌĞŶĐŽŶƚƌĞ ƵŶĞ ƌĠƐŝƐƚĂŶĐĞ͕ ŝů Ă ƉŽƵƌ ŵŝƐƐŝŽŶ
ĚĞ ůĂ ƐƵƌŵŽŶƚĞƌ͘ /ů ƉĞƵƚ ĨŽƌĐĞƌ ƋƵĞůƋƵ͛ƵŶ ă Ɛ͛ĞdžĠĐƵƚĞƌ͘ >͛ĂƉƉĂƌŝƚŝŽŶ ĚƵ ƐĞƌŐĞŶƚ ĞƐƚ ŝŵƉŽƌƚĂŶƚĞ͕ ĐĂƌ ŝů
représente  la  force  publique  manquante  au  Moyen  Age  et  à  la  période  franque.    
 
 
Chaque   sergent   est   attaché   à   une   juridiction   qui   va   le   payer.   Ce   sont   donc   les   juridictions  
ƌŝĐŚĞƐ ƋƵŝ ƉĞƵǀĞŶƚ Ɛ͛ŽĨĨƌŝƌ ůĞƐ ƐĞƌǀŝĐĞƐ Ě͛ƵŶ ƐĞƌŐĞŶƚ͘ Notons  par  ailleurs  que  lĞ ƚƌĂǀĂŝů ĚĞ ƐĞƌŐĞŶƚ Ŷ͛ĞƐƚ
pas  un  travail  à  temps  plein.  Il  est  souvent  également  boucher,  aubergiste  ou  autre.  Ainsi,  il  est  bien  
ŝŶƚĠŐƌĠ ĚĂŶƐ ůĂ ƐŽĐŝĠƚĠ ŵĂŝƐ ƌĞƉƌĠƐĞŶƚĞ ĞŶ ŵġŵĞ ƚĞŵƉƐ ů͛ ƚĂƚ͘  
 
 
En   tant   que   sergent,   il   a   deux   types   de   rémunération,   le   salaire   fixe   annuel   et   la  
rémunération  de  prestation  supplémentaire͕ Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐dire,  la  rémunération  par  service  produit.    
 
 
>Ğ ũƵŐĞ ĚŝƐƉŽƐĞ Ě͛ƵŶĞ ĂƌŵĠĞ ĚĞ ƐĞƌŐĞŶƚƐ͕ ůƵŝ ƉƌŽĐƵƌĂŶƚ ĂŝŶƐŝ ƵŶĞ ƉŽƐŝƚŝŽŶ ĚĞ ĨŽƌĐĞ ƉĂƌ
rapport  aux  parties.  Les  justices  recrutent  de  plus  en  plus  de  sergents.  Ce  nouveau  rassemblement  
6  
 

HDP  ʹ  Le  Moyen  Age  central  et  le  bas  Moyen  Age  
Ě͛ƵŶĞ ĨŽƌĐĞ ƉƵďůŝƋƵĞ ĞŶŐĞŶĚƌĞ ƵŶĞ ŵƵƚĂƚŝŽŶ ƉƌŽĨŽŶĚĞ ĚĞ ů͛ĂĐƚŝǀŝƚĠ ũƵĚŝĐŝĂŝƌĞ͘ >Ă ƉĞƵƌ ĚƵ ŐĞŶĚĂƌŵĞ
apparaît.   Les   juridictions   vont   prendre   de   plus   en   plus   de   poids.   Elles   vont   participer,   grâce   aux  
sergents,   à   la   reconnaissance   du   droit.   Cette   mutation   est   ressentie   dès   le   13ème   siècle,  
ƐŝŵƵůƚĂŶĠŵĞŶƚ ă ů͛ŝŶƚĞƌĚŝĐƚŝŽŶ ĚĞ ů͛ŽƌĚĂůŝĞ  ͗ ĐĞ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ƵŶ ŚĂƐĂƌĚ.  
 
 
ƚƚĞŶƚŝŽŶ͕ ŝů Ŷ͛LJ Ă ƉĂƐ ĞŶĐŽƌĞ ĚĞ ŵŽŶŽƉŽůĞ ĚĞ ůĂ ǀŝŽůĞŶĐĞ ƉŚLJƐŝƋƵĞ͘ ^Ƶƌ ůĞ ƉůĂŶ Đŝǀŝů͕ ůĂ
ǀĞŶŐĞĂŶĐĞ ĚŝƐƉĂƌĂŠƚ ƋƵĂƐŝŵĞŶƚ͕ ƚĂŶĚŝƐ ƋƵ͛ĞůůĞ ƉĞƌƐŝƐƚĞ ĚĂŶƐ ůĞ ƉĠŶĂů ŵĂŝƐ ĨĂŝďůŝƚ ƋƵĂnd   même,   au  
profit  de  la  justice.    
 
 
ƵƉĂƌĂǀĂŶƚ͕ ŽŶ ĐŽŶƐŝĚĠƌĂŝƚ ůĞ ũƵŐĞŵĞŶƚ ĐŽŵŵĞ ƵŶĞ ƐŽƌƚĞ ĚĞ ĐŽŶƚƌĂƚ ƋƵŝ ŶĠĐĞƐƐŝƚĂŝƚ ů͛ĂĐĐŽƌĚ
des   deux   parties.   A   présent,   le   consentement   des   parties   apparaît   de   moins   en   moins   dans   les  
ũƵŐĞŵĞŶƚƐ͘ >͛ĂƵƚĞƵƌ ĚƵ ũƵŐĞŵĞŶƚ ĞƐƚ  le  juge  :  il  est  le  maître  car  il  est  le  plus  fort.  Une  des  conditions  
de   la   renaissance   de   la   pensée   juridique   apparaît.   La   procédure   commence   à   ressembler   à   notre  
procédure  civile  actuelle.  
 
 
ZĞŵĂƌƋƵŽŶƐ ƋƵ͛ĞŶ ŵġŵĞ ƚĞŵƉƐ ƋƵĞ ůĞ ƐĞƌŐĞŶƚ͕ Ě͛ĂƵƚƌĞƐ ĐĂƚĠŐŽƌŝes   de   «  personnel  
administratif  »  apparaissent.    
 
 
^ĂŶƐ ůĂ ŵƵƚĂƚŝŽŶ ĨĠŽĚĂůĞ͕ ůĞƐ ĚĞƵdž ƉŚĠŶŽŵğŶĞƐ ƋƵĞ ƐŽŶƚ͕ ĂƵ ŶŝǀĞĂƵ ƉŽůŝƚŝƋƵĞ͕ ů͛ŽƌŐĂŶŝƐĂƚŝŽŶ
ƉLJƌĂŵŝĚĂůĞ͕ Ğƚ ĂƵ ŶŝǀĞĂƵ ĠĐŽŶŽŵŝƋƵĞ͕ ůĂ ĐƌŽŝƐƐĂŶĐĞ͕ Ŷ͛ĂƵƌĂŝĞŶƚ ũĂŵĂŝƐ ĠƚĠs  possible.  DĂŝƐ Ě͛ĂƵƚƌĞƐ
phénomènes  vont  influencer  la  structure  du  droit  en  Europe.    
 
 

7  
 

HDP  ʹ  Le  Moyen  Age  central  et  le  bas  Moyen  Age  

Chapitre  2  ʹ  La  "révolution  pontificale"  et  le  moment  scolastique  
 

I.

La  révolution  pontificale  

1. Le  concept  de  "révolution  pontificale"  (H.J.  Berman)  
 
 
Traditionnellement,   on   parle   de   révolution   pontificale   pour   désigner   ce   courant   de  
ĐŚĂŶŐĞŵĞŶƚƐ ƌĂĚŝĐĂƵdž ƋƵ͛Ă ǀĠĐƵ ů͛ ŐůŝƐĞ ĞŶƚƌĞ ϭϬϬϬ Ğƚ ϭϮϬϬ͘ WŽƵƌƚĂŶƚ͕ ůĞƐ ĐŚĂŶŐĞŵĞŶƚƐ ŶĞ
ƉƌŽǀŝĞŶŶĞŶƚ ƉĂƐ ƵŶŝƋƵĞŵĞŶƚ ĚĞƐ ƉĂƉĞƐ͕ ŵĂŝƐ ĂƵƐƐŝ ĚĞ ů͛ ŐůŝƐĞ ĚĂŶƐ ƐŽŶ ĞŶƐĞŵďůĞ͘  
 
 
H.J.  Berman  (professeur  américain  spécialiste  du  droit  commuŶŝƐƚĞ͕ Đ͛ĞƐƚ ůƵŝ ƋƵŝ Ă ĂĚŽƉƚĠ ůĞƐ
termes   de   révolution   pontificale)   affirme,   dans   un   ouvrage   paru   en   1983   et   intitulé   «  Law   and  
revolution  »  ƋƵ͛ă ůĂ ďĂƐĞ ĚĞ ĐŚĂƋƵĞ ƐLJƐƚğŵĞ ũƵƌŝĚŝƋƵĞ͕ ŝů LJ Ă ƵŶĞ ƌĠǀŽůƵƚŝŽŶ͘ ͛ĞƐƚ ĐĞ ƋƵŝ ĞdžƉůŝƋƵĞ͕
selon  lui,  la  spécificité  de  chaque  ordre  juridique  (par  exemple,  pour  nous,  le  droit  est  pure,  distinct,  
Žƌ ĐŚĞnj ůĞƐ ĐŚŝŶŽŝƐ͕ ŝů Ŷ͛LJ Ă ƉĂƐ ĚĞ ĚŝƐƚŝŶĐƚŝŽŶ ĞŶƚƌĞ ůĞ ĚƌŽŝƚ Ğƚ ůĞƐ ŐƌĂŶĚƐ ƉƌŝŶĐŝƉĞƐͿ͘  
 
 
Quelle  révolution  explique,  selon  Berman,  le  droit  occidental  ͍ >ŽƌƐƋƵ͛ŽŶ ƌĞŵŽŶƚĞ ĚĂns  les  
temps   précédant   la   révolution   russe,   on   y   retrouve   les   révolutions   française,   américaine   et   celle  
Ě͛ ŶŐůĞƚĞƌƌĞ ;ůĂ ŐůŽƌŝĞƵƐĞ ƌĠǀŽůƵƚŝŽŶ  :  le  17ème   siècle   voit   le  Roi  et  le  Parlement  anglais  se   disputer  
pour   le   pouvoir   législatif).   En   168ϵ͕ Đ͛ĞƐƚ ůĞ Parlement   qui   gagne  :   il   proclame   sa   souveraineté  
législative͘ DĂŝƐ ĞƌŵĂŶ ƌĞũĞƚƚĞ ĐĞƐ ƌĠǀŽůƵƚŝŽŶƐ ĐŽŵŵĞ ĞdžƉůŝƋƵĂŶƚ ŶŽƚƌĞ ĚƌŽŝƚ͕ Ğƚ ƐŽƵƚŝĞŶƚ ƋƵĞ Đ͛ĞƐƚ
ůĂ ƌĠǀŽůƵƚŝŽŶ ƉŽŶƚŝĨŝĐĂůĞ ƋƵŝ ů͛ĞdžƉůŝƋƵĞ͘ >Ă ƌĠǀŽůƵƚŝŽŶ ƉŽŶƚŝĨŝĐĂůĞ Ă ĞƵ ůŝĞƵ ĂƵ ŵŝůŝĞƵ ĚƵ Doyen   Age  
(11ème  siècle).  Cette  révolution  a  façonné  le  droit  comme  on  le  connaît.  
 
 
>͛ŚLJƉŽƚŚğƐĞ ĚĞ ĞƌŵĂŶ ĞƐƚ ƋƵĞ͕ ĂǀĂŶƚ ůĞ ϭϭème   ƐŝğĐůĞ͕ ů͛ ŐůŝƐĞ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ƵŶŝĨŝĠĞ Ğƚ ƉĂƐ
ĐĞŶƚƌĂůŝƐĠĞ͘ ƚ ƋƵĞ Đ͛ĞƐƚ ĂƵ ϭϭème   ƐŝğĐůĞ ƋƵ͛ĞůůĞ ĐŚĂŶŐĞ  :   le   pĂƉĞ Ă ƵŶ ƉůƵƐ ŐƌĂŶĚ ƉŽƵǀŽŝƌ͕ ů͛ Őůise  
Ɛ͛ƵŶŝĨŝĞ Ğƚ ĚĞǀŝĞŶƚ ƉůƵƐ ĨŽƌƚĞ͘ ĞƌŵĂŶ ŝŶƚĞƌƉƌğƚĞ ůĞ ŵŽƚ ͨ  révolution  »  de  manière  extensive.  
 
 
ĞƌŵĂŶ Ă ůĞ ŵĠƌŝƚĞ Ě͛ĞŶƚĂŵĞƌ ƵŶĞ ŐƌĂŶĚĞ ƌĠĨůĞdžŝŽŶ ƐƵƌ ůĞƐ ŽƌŝŐŝŶĞƐ ĚƵ ĚƌŽŝƚ͕ ĐĞ ƋƵe  peu  on  
ĨĂŝƚ͘ /ů Ă ƌĂŝƐŽŶ ƋƵĂŶĚ ŝů Ěŝƚ ƋƵ͛ŝů LJ Ă͕ ĂƵ ŶŝǀĞĂƵ ĚĞ ů͛ ŐůŝƐĞ͕ un  grand  changement  au  11ème  siècle.  Mais  
ĞƌŵĂŶ ƐĞ ƚƌŽŵƉĞ ůŽƌƐƋƵ͛ŝů Ěŝƚ ƋƵĞ Đ͛ĞƐƚ ůĞ WĂƉĞ ƐĞƵů ƋƵŝ Ă ĐŚĂŶŐĠ  :   en   effet,   ce   sont   tous   les  
ĠĐŚĞůŽŶƐ ĚĞ ů͛ ŐůŝƐĞ ƋƵŝ ŽŶƚ ĐŚĂŶŐĠ͕ ƉĂƐ ƐĞƵůĞŵĞŶƚ ůĞ WĂƉĞ͘  
 
 

2. Les  transformations  de  l'Église  entre  1000  et  1200  
 
 
VeƌƐ ů͛ĂŶ 1000,   les   structures   de   nos   Eglises   sont   assez   simples,   comme   la   structure   de  
ů͛ ŐůŝƐĞ ŐƌĞĐƋƵĞ ŽƌƚŚŽĚŽdžĞ actuelle.  Il  y  a  un   clergé  séculier  :  ce   sont   les  gens  qui  sont   en  relation  
avec  le  monde,  avec  les  laïcs.  Il  y  a  les  prêtres,  qui  tiennent  les  paroisses,  et  les  évêques,  qui  tiennent  
les   diocèses.   Tous   les   deux   peuvent   se   marier.   Il   y   a   également   un   clergé   régulier  :   ce   sont   les  
ŵŽŝŶĞƐ͕ ƋƵŝ ǀŝǀĞŶƚ ĞŶ ƌĞƚƌĂŝƚ ĚĞ ůĂ ƐŽĐŝĠƚĠ͘ /ů Ŷ͛LJ Ă ƋƵ͛ƵŶ ƐĞƵů ŽƌĚƌĞ ŵŽŶĂĐĂů ;ůĞƐ ďĠŶĠĚŝĐƚŝŶƐͿ Ğƚ ůĞƐ
nommés  sont  peu  nombreux.    
 
 
/ů Ŷ͛LJ Ă ƉĂƐ ĚĞ ƉŽƵǀŽŝƌ ĐĞŶƚƌĂů͘ hŶĞ ƐƵƉƌĠŵĂƚŝĞ ĞƐƚ ƌĞĐŽŶŶƵĞ ă ů͛ƵŶ ĚĞƐ ĠǀġƋƵĞƐ͕ ŵĂŝƐ ĐĞƚƚĞ
primauté   symbolique   ne   lui   confère   aucun   pouvoir   de   légiférer.   Ce   pouvoir   de   légiférer   revient  
encore  aux  conciles.    
 
 
L͛activité   judiciaire   est   chose   essentielle   pour   l͛Eglise,   car   toutes   ces   personnes   qui  
participent  à  la  vie  de  l͛Eglise  vont  entrer  en  litige  Ě͛une  manière  oƵ Ě͛une  autre  et  on  aura  besoin  
Ě͛une  procédure  pour  régler  les  litiges  au  sein   du  Clergé.  Cette  procédure  n͛ĞƐƚ  pas  encore  fixe,  ni  
déterminée  comme  aux  siècles  postérieurs.  
 
8  
 

HDP  ʹ  Le  Moyen  Age  central  et  le  bas  Moyen  Age  
 
Après   l͛an   1000,   le   système   de   l͛Eglise   se   transforme   Ğƚ Đ͛est   un   processus   qui   va   durer  
longtemps   (Ɛ͛Ġtaler   sur   200   ans).   Il   faut   comprendre   ce   processus   dans   tout   le   changement   de   la  
société  (nouvelle  société  féodale),  et  le  changement  de  l͛Eglise   est  une  des  conséquences  de  cette  
nouvelle  société  féodale  (une  des  réactions  en  chaîne  qui  va  avoir  de  l͛ŝnfluence  sur  notre  droit).  Ce  
changement   est   une   des   conséquences   de   la   mutation   féodale.   Le   système   va   se   transformer   de  
ů͛ŝŶƚĠƌŝĞƵƌ͕ ŵĂŝƐ ůĞ WĂƉĞ͕ ƉĂƌ ƐĞƐ ĂĐƚŝŽŶƐ͕ ǀĂ ĠŐĂůĞŵĞŶƚ ƉƌŽĚƵŝƌĞ ĚƵ ĐŚĂŶŐĞŵĞŶƚ͘  
 
 
Au   niveau   du   clergé   séculier,   une   nouvelle   structure   se   met   en   place  :   le   chapitre   des  
chanoines  apparaît.  Les  chanoines  sont  les  gens  qui  viennent  aider,  assister  les  évêques.  Ils  vont  eux-­‐
mêmes  par  la  suite  commencer  à  avoir  du  pouvoir.  Dans  le  clergé  régulier,  le  nombre  de  moine,  mais  
aussi   de   femmes   dans   les   ordres   augmente   (ce   sont   souvent   de   jeunes   aristocrates   placées   là   par  
leurs  mères).  De  nouveaux  ordres  sont  créés.    
 
 
Ŷ ƌĂŝƐŽŶ ĚĞ ĐĞƚƚĞ ĂƵŐŵĞŶƚĂƚŝŽŶ ĚƵ ŶŽŵďƌĞ ĚĞ ĐůĞƌĐƐ͕ ůĞ ŶŽŵďƌĞ ĚĞ ĐŽŶĨůŝƚƐ ĚĂŶƐ ů͛ ŐůŝƐĞ ǀĂ
ĠŐĂůĞŵĞŶƚ ĂƵŐŵĞŶƚĞƌ͘ >ĞƐ ůŝƚŝŐĞƐ ĂƵ ƐĞŝŶ ĚĞ ů͛ ŐůŝƐĞ ƌĞƐƚĞŶƚ ĚĂŶƐ ů͛ ŐůŝƐĞ  ͗ ŽŶ Ŷ͛ƵƚŝůŝƐĞ ƉĂƐ ůĂ
ƉƌŽĐĠĚƵƌĞ ĐŝǀŝůĞ͘ ͛ĞƐƚ ƵŶĞ ƉƌŽƚĞĐƚŝŽŶ ƉŽƵƌ ůĞƐ  clercs  :  par  exemple,  les  sanctions  sont  moins  sévères  
que  dans  la  procédure  civile.    
 
 
>Ğ ĨŽŶĚĞŵĞŶƚ ĚĞ ůĂ ũƵƐƚŝĐĞ ĚĞ ů͛ ŐůŝƐĞ ŶĞ ƐĞ ƚƌŽƵǀĞ ƉĂƐ ĚĂŶƐ ůĂ ĨŽƌĐĞ͕ ŵĂŝƐ ďŝĞŶ ĚĠƐŽƌŵĂŝƐ
ĚĂŶƐ ůĂ ĚŝƐĐŝƉůŝŶĞ͘ Ŷ ĞĨĨĞƚ͕ ƉĂƌ ů͛ŝŶƚĞƌŵĠĚŝĂŝƌĞ ĚƵ WĂƉĞ͕ ů͛ ŐůŝƐĞ ĚĠĐŝĚĞ Ě͛ŝŵƉŽƐĞƌ ƵŶĞ ŶŽƵǀĞůůĞ
ĚŝƐĐŝƉůŝŶĞ͕ ĚĞ ĨĂŝƌĞ ĐŽŵƉƌĞŶĚƌĞ͕ ƐĞŶƚŝƌ ĂƵdž ĐůĞƌĐƐ ůĂ ƌŝŐƵĞƵƌ ĚĞ ů͛ ŐůŝƐĞ Ğƚ ůĂ ĨŽƌĐĞ ͨ  mentale  »  de  son  
droit.    
   
 
/ů ĂƉƉĂƌĂŝƚ ĚŽŶĐ ƵŶĞ ǀĠƌŝƚĂďůĞ ŵŽŶƚĠĞ ĞŶ ƉƵŝƐƐĂŶĐĞ ĚĞ ů͛ĂƵƚŽƌŝƚĠ ƉŽŶƚŝĨŝĐĂůĞ͕ ƋƵŝ ǀĂ ĚĞ ƉĂŝƌĞ
avec  une  montée  en  puissĂŶĐĞ ĚĞ ů͛ŝŶƐƚŝƚƵƚŝŽŶ ĞĐĐůĠƐŝĂƐƚŝƋƵĞ ĚĂŶƐ ƐŽŶ ĞŶƐĞŵďůĞ͘ >Ğ ƉĂƉĞ ƉƌĞŶĚ ƵŶĞ
ƐĠƌŝĞ ĚĞ ĚŝƐƉŽƐŝƚŝŽŶƐ ƋƵŝ ǀŽŶƚ ůƵŝ ĚŽŶŶĞƌ ƉůƵƐ ĚĞ ƉŽƵǀŽŝƌ Ğƚ ƌĞŵĞƚƚƌĞ ĚĞ ůĂ ĚŝƐĐŝƉůŝŶĞ ĚĂŶƐ ů͛ ŐůŝƐĞ͘
͛ĞƐƚ ĐĞ ƋƵŝ ĚĠďŽƵĐŚĞƌĂ ƐƵƌ ůĂ ƌĠĨŽƌŵĞ ŐƌĠŐŽƌŝĞŶŶĞ͘  
 
 

3. La  Réforme  grégorienne  (ca.  1070)  et  les  dictatus  papae  
 
 
Le   concept   de   révolution   pontificale   est   historiquement   lié   au   concept   de   réforme  
grégorienne,  laquelle  fut  accomplie  en  1070  par  Grégoire  VII  (pape  de  1073  à  1085).  En  réalité,  au  
ůŝĞƵ Ě͛ƵŶĞ ŐƌĂŶĚĞ ƌĠĨŽƌŵĞ͕ ŝů Ɛ͛ĂŐŝƚ ƉůƵƐ Ě͛ƵŶĞ ƐĠƌŝĞ ĚĞ ĚŝƐƉŽƐŝƚŝŽŶƐ ĂƉƉĞůĠĞƐ ͨ dictatus  papae  »  («  ce  
que   dit   le   pape  »)   :   espèce   de   programme   de   réforme   qui   suppose   une   révision   des   pouvoirs  
ůĠŐŝƐůĂƚŝĨ Ğƚ ũƵĚŝĐŝĂŝƌĞ ĂƵ ƐĞŝŶ ĚĞ ů͛ ŐůŝƐĞ͘ >Ğ ƉĂƉĞ ǀĂ ĂĨĨŝƌŵĞƌ ů͛ƵŶŝƚĠ ĂƵƚŽƵƌ ĚĞ ƐĂ ƉĞƌƐŽŶŶĞ͘ Analyse  
des  trois  facettes  importantes  de  cette  réforme.    
 
3.1. Principe  de  l'unité  du  pouvoir  législatif  et  du  pouvoir  judiciaire  (appel  à  Rome)  
 
 
Dans  le  droit  canon,  il  y  a  traditionnellement  des  normes  non  issues  du  pouvoir  législatif  (le  
droit   divin   et   la   doctrine)   et   des   normes   issues   de   ce   pouvoir   (les   canons   des   conciles   et   les  
ĚĠĐƌĠƚĂůĞƐͿ͘ ǀĂŶƚ ů͛ĂŶ ϭϬϬϬ͕ ůĞƐ ĚĠĐƌĠƚĂůĞƐ ŶĞ ƐŽŶƚ ƉĂƐ ĐŽƵƌĂŶƚĞƐ͘  
 
 
Les   «   dictatus  papae   »  imposent  de   modifier  les  structures   existantes,  pour  laisser  place   à  
une  seule  source  de  loi  :  le  pape  (unica  fons  legis  papae).  Ainsi,  le  pouvoir  législatif  ecclésiastique  est  
ƵŶŝĨŝĠ Ğƚ ĐĞŶƚƌĂůŝƐĠ͘ Ğ ƉŽƵǀŽŝƌ ůĠŐŝƐůĂƚŝĨ Ɛ͛ĞdžƉƌŝŵĞ ƐŽŝƚ ĚŝƌĞĐƚĞŵĞŶƚ ƉĂƌ ůĞƐ ĚĠĐƌĠƚĂůĞƐ ĚƵ pape,  soit  
ŝŶĚŝƌĞĐƚĞŵĞŶƚ ƉĂƌ ů͛ŝŶƚĞƌŵĠĚŝĂŝƌĞ ĚĞƐ ĐŽŶĐŝůĞƐ ƈĐƵŵĠŶŝƋƵĞƐ ;с ĐŽŶĐŝůĞs   qui   se   tiennent  
ŐĠŶĠƌĂůĞŵĞŶƚ ă ZŽŵĞ͕ ƌĠƵŶŝƐƐĂŶƚ ƚŽƵƐ ůĞƐ ĠǀġƋƵĞƐ ĚĞ ůĂ ĐŚƌĠƚŝĞŶƚĠ ůĂƚŝŶĞ Ğƚ ƉůĂĐĠƐ ƐŽƵƐ ů͛ĂƵƚŽƌŝƚĠ ĚƵ
pape).  >ĞƐ ĐŽŶĐŝůĞƐ ƈĐƵŵĠŶŝƋƵĞƐ qui  touchent  à  des  matières  essentielles  et  qui  réunissent  tous  les  
évêques  sont  à  distinguer  des  conciles  ordinaires.    
9  
 


Aperçu du document Histoire du Droit Privé (Notes complètes).pdf - page 1/161

 
Histoire du Droit Privé (Notes complètes).pdf - page 3/161
Histoire du Droit Privé (Notes complètes).pdf - page 4/161
Histoire du Droit Privé (Notes complètes).pdf - page 5/161
Histoire du Droit Privé (Notes complètes).pdf - page 6/161
 




Télécharger le fichier (PDF)





Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.03s