Histoire du Droit Privé (Notes complètes) .pdf


À propos / Télécharger Aperçu
Nom original: Histoire du Droit Privé (Notes complètes).pdf
Titre: Untitled
Auteur: Louis ADAM

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Preview / Mac OS X 10.6.8 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 16/12/2014 à 08:12, depuis l'adresse IP 87.67.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 656 fois.
Taille du document: 2.4 Mo (161 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


HDP  ʹ  Introduction  

Histoire  du  droit  privé  
 

Contenu  et  objectif  du  cours  
 
 
Seront  principalement  étudiées  les  trois  composantes  de  la  culture  juridique  occidentale  :  le  
droit  romain  (examiné  ici  non  en  lui-­‐même  mais  à  travers  les  lectures  qu'en  ont  laissés  le  Moyen-­‐âge  
et  les  temps  modernes),  le  droit  canonique  (droit  de  l'église)  et  la  coutume,  ainsi  que  leur  influence  
respective  sur  la  formation  de  notre  droit.  
 
 
L'objectif   du   cours   est   de   faire   découvrir   les   bases   historiques   de   notre   droit   privé   en  
retraçant   l'évolution   de   cette   source   et   de   ses   institutions   entre   la   fin   de   l'Empire   romain   et   le  
tournant  des  19ème  et  20ème  siècles.    
 

Etude  du  cours  
 
 
Quelques  recommandations  relatives  à  l'étude  du  cours  :  ne  pas  mémoriser  mais  organiser  
intellectuellement  la  matière  en  revoyant  ses  notes,  en  élaborant  des  résumés,  etc.  Veillez  à  ce  que  
cette  mise  en  ordre  intègre  simultanément  :    
 
ͻ Un   axe   chronologique  :   ne   jamais   confondre   des   époques   différentes   et   donc   se   fixer   des  
repères   fermes,   identifier   les   grandes   dates   et   situer   précisément   les   uns   par   rapport   aux  
autres  les  événements,  les  courants  de  pensée,  etc.  
 
ͻ Un   axe   thématique  :   identifier   précisément   des   concepts   abstraits   et   leurs   éventuelles  
transformations,  repérer  les  différents  passages  du  cours  où  est  traitée  une  même  question  
(le   concept   de   propriété   par   exemple)   et   être   capable   d'en   dégager   tous   les   éléments   de  
manière  à  la  traiter  pour  elle-­‐même.  
 
 
Distinguer   soigneusement   les   registres   de   langage   et   les   niveaux   d'analyse  :   ne   pas  
confondre,   pour   le   même   problème,   les   questions   de   droit   et   les   questions   de   fait;   distinguer  
nettement   le   texte   du  code,   le  commentaire  qu'en  fait  la  doctrine,   l'interprétation  qu'en  donne   la  
jurisprudence,  les  conclusions  qu'en  tire  l'historien.  
 
 
Assimiler  la  "grammaire  élémentaire  du  droit"  :  les  notions  de  droit  réel  et  droit  de  créance,  
contrat  consensuel  et  formel,  etc.  auxquelles  la  première  candidature  initie  mais  qui  seront  utilisées  
constamment   par   la   suite.   Toute   erreur   d'utilisation   de   ces   notions   de   base   est   en   soi   indicative  
d'échec.  
 

Ouvrages  de  références  
 
 
Ouvrages   de   référence  :   >͛ŝŶƚƌŽĚƵĐƚŝŽŶ ŚŝƐƚŽƌŝƋƵĞ ĂƵ ĚƌŽŝƚ   de   Thireau   (droit   privé)   et  
>͛ŚŝƐƚŽŝƌĞĚĞƐŝŶƐƚŝƚƵƚŝŽŶƐĂǀĂŶƚϭϳϴϵ  de  François  Saint  Bonnet  (droit  public).  Ceux  deux  ouvrages  se  
situent  à  la  cave  de  la  bibliothèque.    
   

Examen  
 
 
L͛ĞdžĂŵĞŶ  comprend   six   questions  ;   trois   de   taille   moyenne   avec   des   explications   ou  
définition  et  trois  beaucoup  plus  larges  qui  concerne  tout  un  aspect,  tout  un  point  de  la  matière  où  il  
mieux  vaut  mettre  trop  que  pas  assez.    
 
 
1  
 

HDP  ʹ  Introduction  

Introduction  
 

1. >ŝĞŶĞŶƚƌĞů͛ŚŝƐƚŽŝƌĞĚƵĚƌŽŝƚƉƌŝǀĠĞƚĚ͛ĂƵƚƌĞƐĚŝƐĐŝƉůŝŶĞƐĚƵĚƌŽŝƚ
a) Avec  le  droit  romain  
 
 
Notre  code  civil  belge  a  hérité  de  pas  mal  de  principes  du  droit  romain  ainsi  que  de  plusieurs  
mécanismes  juridiques  propre  à  ce  droit.  Il  en  a  hérité  surtout  dans  la  matière  des  contrats  et  de  la  
propriété.   Au   fond,   le   droit   romain   est   dans   notre   droit   comme   une   grammaire   de   base.   Le   droit  
romain   commence   en   -­‐753   avant   J-­‐ Ğƚ ƐĞ ƚĞƌŵŝŶĞ ĞŶ ϰϳϲ ĂǀĞĐ ůĂ ĐŚƵƚĞ ĚĞ ů͛Empire   Romain  
Ě͛Occident.  Nous  nous  occuperons  durant  ce  cours  de  la  période  allant  de  la  fin  de  cet  empire  à  la  
rédaction  du  Code  civil,  autrement  dit  de  la  période  allant  de  plus  ou  moins  300  à  1804.  
 
 

b) Avec  le  droit  comparé    
 
 
>͛ŽďũĞƚ ĚƵ ĚƌŽŝƚ ĐŽŵƉĂƌĠ ĞƐƚ ĚĞ mettre   en   relation   les   traits   des   systèmes   juridiques  
étrangers  ainsi  que  les  différences  et  ressemblances  entre  les  systèmes  juridiques  actuels  et  passés.  
Il   faut   comprendre   que   les   conceptions   que   nous   nous   faisons   des   systèmes   juridiques   sont  
particulières  ͗ĞůůĞƐƐŽŶƚůĞĨƌƵŝƚĚĞů͛ŚŝƐƚŽŝƌĞ͘^ŽƵǀĞŶƚ͕ŽŶŶĞƉĞƵƚĐŽŵƉƌĞŶĚƌĞƵŶƐLJƐƚğŵĞũƵƌŝĚŝƋƵĞ
que  grâce  à  son  histoire.  
 
 
Par  exemple  :  les  Allemands  et  les   Français  ont  hérité  du  droit  romain,  pas  les  Anglais.  Pourquoi  ?  Les  systèmes  
juridiques  allemand  ĞƚĨƌĂŶĕĂŝƐĚŝƐƉŽƐĞŶƚƚŽƵƐůĞƐĚĞƵdžĚ͛ƵŶĐŽĚĞ͘Ŷ&ƌĂŶĐĞ͕ůĞCode  civil  date  de  1804.  En  Allemagne,  cela  
1
sera  fait  en  1900 .  ŶŶŐůĞƚĞƌƌĞ͕ŝůŶ͛LJĂƉĂƐĚĞĐŽĚĞ͘>͛ŶŐůĞƚĞƌƌĞĨŽŶĐƚŝŽŶŶĞĞŶĨĂŝƚ au  travers  des  décisions  des  juges.  
ème
ŽŵŵĞŶƚ ĞdžƉůŝƋƵĞƌ ĐĞƚƚĞ ĚŝĨĨĠƌĞŶĐĞ͕ ĐĞƚƚĞ ĂďƐĞŶĐĞ Ě͛ŝŶĨůƵĞŶĐĞ du   droit   romain  ͍ Ğ Ŷ͛ĞƐƚ ƋƵ͛ĂƵ ϭϯ   siècle   que   les  
pratiques  de  droit  romain  vont  arriver  dans  les  pratiques  judiciaires  après  avoir  fait  leur  retour  dans  les  universités.  A  ce  
ŵŽŵĞŶƚ͕ ĞŶ &ƌĂŶĐĞ͕ Đ͛ĞƐƚ ůĞ ŵŽŵĞŶƚ Žƶ ů͛ŽŶ ĐƌĠĞ ůĞƐ ũƵƌŝĚŝĐƚŝŽŶƐ ƌŽLJĂůĞƐ͘ ĞƐ ũƵƌŝĚŝĐƚŝŽŶƐ ƐĞƌŽŶƚ ŝŶĨůƵĞŶĐĠĞƐ ƉĂƌ le   droit  
ƌŽŵĂŝŶĞŶƉƌĞŵŝĞƌůŝĞƵĂƵŶŝǀĞĂƵĚĞůĂƉƌŽĐĠĚƵƌĞ͘/ůƐĞƉĂƐƐĞůĂ ŵġŵĞĐŚŽƐĞĞŶ ůůĞŵĂŐŶĞ͘ů͛ŽƉƉŽƐĠ͕ĚĂŶƐůĞƐLJƐƚğŵĞ
ème
ème
ĂŶŐůĂŝƐ͕ĐĞŶ͛ĞƐƚƉĂƐĂƵϭϯ  siècle  que  les  juridictions  se  créent  mais  au  12  siècle.  Celles-­‐ci  ont  donc  déjà  leur  mode  de  
fŽŶĐƚŝŽŶŶĞŵĞŶƚ͘ >ĞƵƌ ƉƌŽĐĠĚƵƌĞ ĞƐƚ ĚĠũă ƉĞŶƐĠĞ Ğƚ ĐŽŶƐƚƌƵŝƚĞ͕ Ğƚ ĚŽŶĐ ů͛ĂƌƌŝǀĠĞ͕ ŽƵ ƉůƵƚƀƚ ůĞ ƌĞƚŽƵƌ ĚƵ ĚƌŽŝƚ ƌŽŵĂŝŶ
Ŷ͛ŝŶĨůƵĞŶĐĞƌĂƉĂƐůĞƐLJƐƚğŵĞĂŶŐůĂŝƐ͘  

 
Cet  exemple  explique  les  différences  entre  les  deux  systèmes.    Ainsi,  certains  concepts  tels  
que  celui  de  propriété  ƐŽŶƚŝŶƚƌĂĚƵŝƐŝďůĞƐĚ͛ƵŶĞůĂŶŐƵĞăů͛ĂƵƚƌĞ͘ŶŶŐůĞƚĞƌƌĞ͕ůĂƉƌŽpriété  (maison,  
ƚĞƌƌĂŝŶ͕͙)  a  toujours  un  lien  avec  la  couronne.  Le  terrain  dépend  toujours  plus  ou  moins  de  la  Reine.  
͛ĞƐƚĐŽŶĕƵƵŶƉĞƵĐŽŵŵĞƵŶďĂŝů͘/ůŶ͛LJĂƉĂƐĚĞƉƌŽƉƌiété  absolue  contrairement  à  chez  nous  dans  
les  limites  du  légal.  On  pourrait  aussi  mentionner  le  cas  des  contrats.    
 
 
Souvent,  les  différences  entre  les  systèmes  juridiques  se  situent  au  niveau  du  droit  privé  car  
celui-­‐ci  régit  les  relations  entre  les  ƉĞƌƐŽŶŶĞƐĞƚĐ͛ĞƐƚĚŽŶĐůăƋƵĞůĞƐĚŝĨĨĠƌĞŶĐĞƐĞŶƚƌĞůĞƐĐƵůƚƵƌĞƐ
ĂƉƉĂƌĂŝƐƐĞŶƚůĞƉůƵƐĨŽƌƚ͛͘ĞƐƚĚĂŶƐůĞĚƌŽŝƚƉƌŝǀĠƋƵĞůĞƐĐŽŶĐĞƉƚƐũƵƌŝĚŝƋƵĞƐŶĂŝƐƐĞŶƚ͘KŶĚŝƚƋƵĞůĞ
droit  privé  est  une  matrice  conceptuelle.  
 
 

c) ǀĞĐů͛ĂŶƚŚƌŽƉŽůŽŐŝĞũƵƌŝĚŝƋƵĞ  
 
 
>͛ĂŶƚŚƌŽƉŽůŽŐŝĞ ĞƐƚ ůĂ ƐĐŝĞŶĐĞ ƋƵŝ ĠƚƵĚŝĞ ůĞ ĐŽŵƉŽƌƚĞŵĞŶƚ ĚĞƐ ŚŽŵŵĞƐ ĚĂŶƐ ůĞƐ ƐŽĐŝĠƚĠƐ͕
ĚŽŶĐů͛ĠƚƵĚĞĚĞů͛ġƚƌĞŚƵŵĂŝŶĚ͛ƵŶƉŽŝŶƚĚĞǀƵĞƐŽĐŝĂůĞ͘ƚĐĞĐŝĚ͛ƵŶƉŽŝŶƚĚĞǀƵĞůĂƌŐĞ;ĂƵŶŝǀĞĂƵĚĞ
ů͛ƚĂƚƉĂƌĞdžĞŵƉůĞͿŽƵĠƚƌŽŝƚ;ĂƵŶŝǀĞĂƵĚĞůĂĨĂŵŝůůĞͿ͘
 
 
>͛ĂŶƚhropologie   juridique   concerne   le   droit   dans   ces   sociétés,   il   chercher   à   expliquer  
                                                                                                                     
1

 http://www.rechtslexikon-­‐online.de/Buergerliches_Gesetzbuch_BGB.html  

2  
 

HDP  ʹ  Introduction  
ĐŽŵŵĞŶƚůĞĚƌŽŝƚĨŽŶĐƚŝŽŶŶĞĞƚƉŽƵƌƋƵŽŝůĞĚƌŽŝƚĞƐƚĐĞƋƵ͛ŝůĞƐƚĚĂŶƐƵŶĞƐŽĐŝĠƚĠăƚƌĂǀĞƌƐů͛ĠƚƵĚĞ
des   rapports   entre   les   êtres   humains.   Celle-­‐ci   est   vraiment   centrée   sur   les   populations   primitives,  
Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐ĚŝƌĞůĞƐƉŽƉƵůĂƚŝŽŶƐƐĂŶƐĠĐƌŝƚƵƌĞ͘>ĞƌƀůĞĚĞů͛ĂŶƚŚƌŽƉŽůŽŐŝĞĚƵĚƌŽŝƚsera  Ě͛ĂůůĞƌĞŶĨƌŝƋƵĞ͕
dans  des  îles  du  Pacifique  pour  étudier  la  façon  dont  fonctionnent  ces  sociétés.    
 
 
ĞƚƚĞ ĚŝƐĐŝƉůŝŶĞ ;ů͛ĂŶƚŚƌŽƉŽůŽŐŝĞͿ ĞƐƚ née   à   la   fin   du   19ème   siècle.   Au   début,   on   parle   de  
«  ů͛ĂŶƚŚƌŽƉŽůŽŐƵĞ   en   fauteuil  »   car   ceux-­‐ci   étudient   les   civilisations   à   travers   les   livres   qui   les  
décrivent  (récits  Ě͛ĂǀĞŶƚƵƌĞs,  historiques,  etc.)  mais  par  la  suite,  les  anthropologues  vont  se  rendre  
sur  le  terrain.    
 
 
Notons  que  lĂŶĂŝƐƐĂŶĐĞĚĞů͛ĂŶƚŚƌŽƉŽůŽŐŝĞĂƵŶůŝĞŶĂǀĞĐůĂĐŽůŽŶŝƐĂƚŝŽŶ͘KŶĚĞŵĂŶĚĞĂƵdž
ĂŶƚŚƌŽƉŽůŽŐƵĞƐ Ě͛ŽďƐĞƌǀĞƌ ůĞƐ ƐŽĐŝĠƚĠƐ ƉŽƵƌ ŵŝĞƵdž ůĞƐ ĐŝǀŝůŝƐĞƌ ;ĐŽŵŵĞŶƚ ůĞƐ ŐĞŶƐ ƐĞ ŵĂƌŝĞŶƚ͕ ůĞƐ
systèmes   de   parenté,   etc.)   Cependant,   ces   anthropologues   arrivent   là   avec   leur   conception  
européenne.  Ils  ont  essayé  de  replacer  leur  vocabulaire  là-­‐bas.  Ainsi,  chez  les  aborigènes,  on  a  parlé  
ĚĞƉƌŽƉƌŝĠƚĠĐŽůůĞĐƚŝǀĞĐĂƌŝůŶ͛LJĂƉĂƐĚ͛ĂƉƉƌŽƉƌŝĂƚŝŽŶĚĞůĂƚĞƌƌĞ͘ƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ͕ĐĞƚƚĞƐĐŝĞŶĐĞƐĞǀĞƵƚ
plus  neutre,  plus  objective.  
 
 
ŚĞnj ůĞƐ ŝŶĚŝĞŶƐ͕ ĚĞƐ ƚƌŝďƵƐ ƐŽŶƚ ŶŽŵĂĚĞƐ͕ Ě͛ĂƵƚƌĞƐ ƐŽŶƚ sédentaires   et   donc   des  
ĂŐƌŝĐƵůƚĞƵƌƐ͘ĞƐĚŝĨĨĠƌĞŶƚĞƐƚƌŝďƵƐŽŶƚĚĞƐƌğŐůĞƐĚĞĚƌŽŝƚĚŝĨĨĠƌĞŶƚĞƐ͘>͛ĂŶƚŚƌŽƉŽůŽŐŝĞũƵƌŝĚŝƋƵĞĞƐƚ
ĚŽŶĐƵŶƌĞŐĂƌĚĐƌŝƚŝƋƵĞƐƵƌůĞƐĐŝǀŝůŝƐĂƚŝŽŶƐ͘^ŽŶŝŶƚĠƌġƚƌĠƐŝĚĞĚĂŶƐůĞĨĂŝƚƋƵ͛ĞůůĞŵŽŶƚƌĞƋƵĞle  droit  
naît  en  fonction  des  rapports  humains.  

3  
 

HDP  ʹ  Introduction  

2. Objet  du  cours
 
 
 KŶ Ɛ͛ŝŶƚĠƌĞƐƐĞ ĚĂŶƐ ĐĞ ĐŽƵƌƐ ă ů͛ŚŝƐƚŽŝƌĞ ĞdžƚĞƌŶĞ Ğƚ ů͛ŚŝƐƚŽŝƌĞ ŝŶƚĞƌŶĞ͘ >͛ŚŝƐƚŽŝƌĞ ĞdžƚĞƌŶĞ
ĐŽŶĐĞƌŶĞůĂĨĂĕŽŶĚŽŶƚůĞĚƌŽŝƚƐĞƉƌĠƐĞŶƚĞĂůŽƌƐƋƵĞů͛ŚŝƐƚŽŝƌĞŝŶƚĞƌŶĞĐŽŶĐĞƌŶĞůĞĐŽŶƚĞŶƵĚƵĚƌŽŝƚ͘  

a) >͛ŚŝƐƚŽŝƌĞĞdžƚĞƌŶĞ  
 
Commençons  par  ů͛ŚŝƐƚŽŝƌĞĞdžƚĞƌŶĞ  où  il  est  question  des  sources  du  droit  (trois  sortes)  :  
-­‐
-­‐
-­‐

Au  sens  formel  ou  technique
Au  sens  documentaire
Au  sens  réel

 
Les  sources  au  sens  formel
 
 
Les  sources  au  sens  formel  concernent  la  manière  dont  le  droit  nait͕Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐dire  le  procédé  
ƚĞĐŚŶŝƋƵĞ ĚĞ ĐƌĠĂƚŝŽŶ ĚĞ ĐĞƚƚĞ ƌğŐůĞ͘ >Ă ĨĂĕŽŶ ĚŽŶƚ ůĞ ĚƌŽŝƚ ŶĂŝƚ Ɛ͛ĂƉƉĞůůĞ ůĂ ƐŽƵƌĐĞ ĨŽƌŵĞůůĞ͘ >ĞƐ
sources  formelles  les  plus  emblématiques  dans  notre  culture  sont  la  loi  et  la  coutume.  Ce  sont  elles  
qui  nous  ont  permis  une  transmission  du  ĚƌŽŝƚĚĞƉƵŝƐů͛AŶƚŝƋƵŝƚĠũƵƐƋƵ͛ăŶŽƐũŽƵƌƐ͘  
 
 
>ĂůŽŝĞƐƚƵŶĞƐŽƵƌĐĞƋƵŝǀŝĞŶƚĚ͛ƵŶƉŽƵǀŽŝƌƉŽůŝƚŝƋƵĞĂƵƐĞŶƐůĂƌŐĞ͘ĞƚƚĞůŽŝĞƐƚƉƌŝƐĞƐĞůŽŶ
ƵŶĞ ƉƌŽĐĠĚƵƌĞ ĚĠƚĞƌŵŝŶĠĞ Ğƚ ĞůůĞ ĞƐƚ ĠĐƌŝƚĞ͘ Ğ ƋƵŝ ĞƐƚ ƚŽƵƚ ů͛ŝŶǀĞƌƐĞ ĚĞ ůĂ ĐŽƵƚƵŵĞ͘ ^ĞůŽŶ ůĂ
doctrine,  la  coutume  est  censée  être  secrétée  par  le  peuple͘ĞƐŽŶƚůĞƐŚĂďŝƚƵĚĞƐĚ͛ƵŶĞƐŽĐŝĠƚĠƋƵŝ
se  transforment  en  règles  de  droit  selon  un  procédé  non  défini͛͘ĞƐƚdonc  une  source  non-­‐écrite.  La  
loi   par   contre   est   ŝƐƐƵĞ Ě͛ƵŶ ƉŽƵǀŽŝƌ ƉŽůŝƚŝƋƵĞ,   selon   un   procédé   déterminé,   et   est   écrite.   Cela   est  
ĂƐƐĞnjĐĂƌŝĐĂƚƵƌĂůŵĂŝƐĞŶŵġŵĞƚĞŵƉƐĞŶĚƌŽŝƚďĞůŐĞ͕ŝůLJĂĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝƚŽƵũŽƵƌƐƵŶĞƉůĂĐĞƉŽƵƌůĂ
coutume.    
 
 
Par  exemple,  il  y  a  les  usages  locaux  qui  touchent  plus  à  tout  ce  qui  est  forestier.  Ainsi,  on  a  le  drŽŝƚĚ͛ĂůůĞƌĐŽƵƉĞƌ
autant   de   mettre   cubes   de   bois   chaque   année   dans   un   grand   bois   proche.   La   coutume   est   également   présente   en   droit  
commercial.   En   droit   international   public,   la   coutume   est   une   des   plus   grandes   sources   de   droit.   Celle-­‐ci   concerne  
principalement  le  droit  de  la  mer  et  le  droit  humanitaire.  

 
 
Dans  les  systèmes  juridiques  anglais,  la  coutume  est  très  présente.  On  parle  de  common  law,  
Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐dire  le  droit  qui  est  dit  par  le  juge.  Quand  il  y  a  une  lacune  dans  le  droit,  le  juge  crée  du  droit.  
En  Angleterre,  il  y  a  aussi  les  statutes,  éditées  par  le  Parlement.  Mais  celles-­‐ĐŝŶĞĐŽŶƐƚŝƚƵĞŶƚƋƵ͛ƵŶĞ
petite  partie  du  droit,  et  portent  surtout  sur  des  matières  économiques.  
 
 
Quel  rapport  avec  le  droit  coutumier  ?  Au  Moyen-­‐âge,  on  dit  que  le  droit  coutumier  vient  du  
peuple  mais  en  fait  il  ƉƌŽǀŝĞŶƚĚƵũƵŐĞ͘ŶƚŚĠŽƌŝĞ͕ůĞũƵŐĞĚŝƚƋƵ͛ŝůĞƐƚů͛ŝŶƚĞƌƉƌğƚĞĚƵƉĞƵƉůĞƋƵŝĚŝĐƚĞ
la  coutume.  La  doctrine  a  cependant  ƉƌĠĨĠƌĠĚŝƌĞƋƵĞůĂĐŽƵƚƵŵĞǀŝĞŶƚĚĞů͛ŚĂďŝƚƵĚĞĚĞƐŐĞŶƐ͕ĂůŽƌƐ
ƋƵ͛ŝůĂƉƉĂƌĂŠƚƋƵ͛ĞůůĞĞƐƚŝƐƐƵĞĚĞƐĚĠĐŝƐŝŽŶƐĚĞƐũƵŐĞƐ͘
 
Les  sources  au  sens  documentaire
 
 
͛ĞƐƚůĞsupport  du  droit,  la  façon  dont  le  droit  se  présente.  Il   LJĂĚ͛ĂďŽƌĚůĞƐlivres  publiés  
tels  que  le  Moniteur  Belge  pour  la  loi  et  la  Pasicrisie  pour  la  Cour  de  cassation.  A  coté  de  ceux-­‐ci,  il  y  
a  les  manuscrits  (qui  étaient  surtout  importants  avant  le  16ème  siècle).  La  troisième  sorte  de  source  
documentaire  est  la  source  orale.  Par  exemple,  dans  les  populations  africaines,  il  peut  y  avoir  un  chef  
ƋƵŝ ǀĂ ƉƌĞŶĚƌĞ ĐĞ ƋƵ͛ŽŶ ĂƉƉĞůůĞƌĂŝƚ ƵŶĞ ůŽŝ͕ ŵĂŝƐ ĐĞůůĞ-­‐ci   n͛ĞƐƚ Ɖas   écrite.   Chez   nous,   durant   les  
colonisations,  on  a  créé  des  recueils  de  coutumes  africaines.    
 
4  
 

HDP  ʹ  Introduction  
 
En   conséquence,   la   coutume   peut   être   écrite   et   la   loi   peut   être   non   écrite.   La   source  
électronique  concerne  les  contrats  passés  via  internet,  la  jurisprudence  publiée  sur  le  net,  etc.  
 Les  sources  au  sens  réel
 
 
Celles-­‐ci  ĞdžƉůŝƋƵĞŶƚů͛ĞdžŝƐƚĞŶĐĞĚ͛ƵŶĚƌŽŝƚ  ainsi  que  son  contenu.  Ces  sources  réelles  sont  aussi  
appelées   sociologiques͘ŝŶƐŝůĂƌĞůŝŐŝŽŶƉĞƵƚ ġƚƌĞ ƵŶĨĂĐƚĞƵƌ͕ů͛ĠĐŽŶŽŵŝĞ ĞŶĞƐƚ ƵŶĂƵƐƐŝ͘ŶĞĨĨĞƚ͕
ƵŶĞƐŽĐŝĠƚĠƐ͛ŽƌŐĂŶŝƐĞƐĞůŽŶůĞĨŽŶĐƚŝŽŶŶĞŵĞŶƚĚ͛ƵŶĞĠĐŽŶŽŵŝĞƋƵŝůƵŝƉĞƌŵĞƚĚĞƐƵƌǀŝǀƌĞ͘>ĞĚƌŽŝƚ
doit  donc  permettre  à  cette  économie  de  se  développer.  
   

b) >͛ŚŝƐƚŽŝƌĞŝŶƚĞƌŶĞ  
 
 
>͛ŚŝƐƚŽŝƌĞ ŝŶƚĞƌŶĞ ĐŽŶĐĞƌŶĞ ůĞ ĐŽŶƚĞŶƵ ĚƵ ĚƌŽŝƚ͘ ͛ĞƐƚ ĐĞ ƋƵŝ ŝŶƚĠƌĞƐƐĞ ůĞƐ ĂĐƚĞƵƌƐ ĚƵ ĚƌŽŝƚ
(juges,  avocats),  ce  sont  les  règles  matérielles.    
 
 
La  première  grande  distinction  dans  le  contenu  du  droit  est  la  différence  entre  le  droit  privé  
et  le  droit  public.  Pour  ce  qui  est  du  droit  privé,  celui-­‐ci  traite  de  trois  grandes  matières  :  les  biens,  la  
ĨĂŵŝůůĞ Ğƚ ůĂ ƉƌŽƉƌŝĠƚĠ͘ >Ğ ĚƌŽŝƚ ƉƵďůŝĐ Ɛ͛ŝŶƚĠƌĞƐƐĞ quant   à   lui   aux   institutions,   à   la   succession   au  
trônĞ͕ĂŝŶƐŝƋƵ͛ĂƵŐŽƵǀĞƌŶĞŵĞŶƚ͕ĞƚĐ͘  
 
 
 

5  
 

HDP  ʹ  Introduction  
 

3. Le  fil  conducteur  du  cours    
 
 
 
Le  fil  conducteur  du  cours  est  le  rapport  entre  le  juge  et  la  norme,  ou  encore  la  lutte  entre  le  
pouvoir  judiciaire  et  le  pouvoir  politique.    
 
ŶĚƌŽŝƚďĞůŐĞ͕ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ͕ŽŶǀŽŝƚƋƵĞůĂũƵƌŝƐƉƌƵĚĞŶĐĞƉƌĞŶĚde  plus  en  plus  de  place  (les  
avocats   se   basent   de   plus   en   plus   sur   celle-­‐ci).   Et   ce   parce   que   la   loi   ne   parvient   pas   à   résoudre  
certains   problèmes   ĚĞ ŶŽƚƌĞ ƐŽĐŝĠƚĠ͘ ͛ĞƐƚ ůĞ ũƵŐĞ ůĞ ƉƌĞŵŝĞƌ ƋƵŝ ĞƐƚ ĐŽŶĨƌŽŶƚĠ ă ĐĞƐ ƉƌŽďůğŵĞƐ͕
avant   que   le   législateur   intervienne.   Le   juge   va   alors   soit   interpréter   la   loi,   soit   lui-­‐même   créer   le  
droit,  ce  qui  est  évidemment  en  contradiction  avec  notre  système.      
 
 
Cette   opposition   entre   la   loi   et   le   juge   créateur   de   normes   est   ancienne.   Elle   commence  
surtout  au  13ème  siècle  (époque  à  laquelle  se  développe  la  coutume).  A  partir  de  là,  il  va  y  avoir  une  
ůƵƚƚĞ ĐŽŶƐƚĂŶƚĞ ĞŶƚƌĞ ůĞ ƉŽƵǀŽŝƌ ĚĞƐ ũƵŐĞƐ Ğƚ ĐĞůƵŝ ĚƵ ƌŽŝ͘ ͛ƵŶĐƀƚĠ͕ ŝůLJ Ă ůĞ ũƵŐĞ ƋƵŝ͕ ƋƵĂŶĚ ŝů ƐĞ
ƉƌŽŶŽŶĐĞ͕ĐƌĠĞůĞĚƌŽŝƚĐŽƵƚƵŵŝĞƌĞƚĚĞů͛ĂƵƚƌĞĐƀƚĠ͕  ŝůLJĂůĞƌŽŝƋƵŝ͕ăů͛Ġpoque  donc  au  13ème  siècle,  
commence    à  prendre  des  ordonnances  (ce  qui  correspond,  durant  le  Moyen-­‐âge,  à  la  loi).  Le  roi  va  
ƚŽƵĐŚĞƌĚĞƐŵĂƚŝğƌĞƐĚĞĚƌŽŝƚƉƌŝǀĠ͘DĂŝƐůĞƉƌŽďůğŵĞ͕Đ͛ĞƐƚƋƵĞůĞĚƌŽŝƚĐŽƵƚƵŵŝĞƌĐŽŶĐĞƌŶĞĂƵƐƐŝůĞ
droit  privé.  A  partir  du  13ème,  il  y  a  donc  une  lutte,  une  concurrence  entre  ces  deux  pouvoirs.  Celle-­‐ci  
se  résout  en  1804  quand  le  Code  civil  est  promulgué.  Le  droit  privé  est  entièrement  contenu  dans  un  
seul  livre.  Le  juge  ne  peut  plus  créer  de  droit  et  on  opte  donc  pour  un  pays  où  le  droit  est  codifié.  Le  
droit  est  créé  par  le  pouvoŝƌƉŽůŝƚŝƋƵĞ͕ůĂůŽŝů͛ĞŵƉŽƌƚĞ͘
 

Plan  du  cours  
   
1.
2.
3.
4.
5.
6.

Fin  dĞů͛ŶƚŝƋƵŝƚĠ  
Début  du  Moyen-­‐âge  
ƉƌğƐů͛ĂŶϭϬϬϬũƵƐƋƵ͛ĂƵdžϭϯème  et  14ème  siècles  
La  coutume  
Les  temps  modernes  :  pouvoir  royal  et  ordonnances  
La  révolution  et  la  codification  

     
 

6  
 

HDP  ʹ  &ŝŶĚĞů͛ŶƚŝƋƵŝƚĠ  

&ŝŶĚĞů͛ŶƚŝƋƵŝƚĠ  
 

I.

Utrumque  ius  («  ů͛ƵŶĞƚů͛ĂƵƚƌĞĚƌŽŝƚ  »)  

 
 
Cette  expression  vise  la  dualité  ĞŶƚƌĞĚ͛ƵŶĞƉĂƌƚƵŶĚƌŽŝƚƉƌŽĚƵŝƚƉĂƌů͛ŐůŝƐĞ  ĞƚĚ͛ĂƵƚƌĞƉĂƌƚ
un   ĚƌŽŝƚ ƉƌŽĚƵŝƚ ƉĂƌ ů͛ĞŵƉŝƌĞ ƌŽŵĂŝŶ   ŵĂŝƐ ĂƵƐƐŝ ƉĂƌ ů͛ƚĂƚ ;ĚĞ ŵĂŶŝğƌĞ ŐĠŶĠƌĂůĞ͕ ƉĂƌ ůĞƐ ƉŽƵǀŽŝƌƐ
ƉŽůŝƚŝƋƵĞƐƋƵŝĂƌƌŝǀĞŶƚĂƉƌğƐƋƵĞů͛ĞŵƉŝƌĞƌŽŵĂŝŶƐĞƐŽŝƚĞĨĨŽŶĚƌĠͿ͘ĞƐĚĞƵdžĚƌŽŝƚƐ;ͨ  ů͛ƵŶĞƚů͛ĂƵƚƌĞ
droit  »)  vont  créer  un  système  :  ů͛utrumque  jus.  
 
 
Cette   première   partie   se   divise   en   4   sections  :   ŽŵŵĞŶƚ ŶĂŠƚ ů͛utrumque   jus  ?   Quelles  
conséquences   ce   système   a-­‐t-­‐il   sur   le   droit  ?   Quelles   forces   se   cachent   derrière   ce   système  ?  
ŽŵƉĂƌĂŝƐŽŶĂǀĞĐĚ͛ĂƵƚƌĞƐƐLJƐƚğŵĞƐ͕ĞƚĞŶƉĂƌƚŝĐƵlier  avec  la  culture  musulmane  
 

A. ŽŵŵĞŶƚŶĂŠƚů͛ƵƚƌƵŵƋƵĞũus  
 
 
Apparition   du   christianisme   au   1er   siècle   PCN.   Les   chrétiens   sont   au   départ   considérés  
comme  une  petite  secte  mais  ils  sont  de  plus  en  plus  nombreux  et  cela  inquiète  les  Romains.  Il  faut  
ƐĂǀŽŝƌƋƵ͛ăZŽŵĞŽŶĂƚŽƵũŽƵƌƐĂĐĐĞƉƚĠůĞƐĐƵůƚĞƐƉĂŢĞŶƐƉŽƵƌĂƵƚĂŶƚƋƵ͛ŝůƐƌĞƐƉĞĐƚĞŶƚůĞƐĚŝĞƵdžĚĞůĂ
ĐŝƚĠĞƚů͛ĞŵƉĞƌĞƵƌ͘Ŷ27  ACN͕ƵŐƵƐƚĞŝŶƐƚĂƵƌĞůĞĐƵůƚĞĚĞů͛ĞŵƉĞƌĞƵƌ.  Celui-­‐ci  veut  le  bien-­‐être  de  
la   Cité,   donc   un   bien-­‐ġƚƌĞ ĐŽůůĞĐƚŝĨ͘ Kƌ ůĂ ƌĞůŝŐŝŽŶ ĐŚƌĠƚŝĞŶŶĞ Ɛ͛ŽƉƉŽƐĞ ă ĐĞ ĐƵůƚĞ ĐĂƌ ĞůůĞ ĞƐƚ
monothéiste   et   puis   elle   est   conquérante.   De   plus,   le   but   final   du   christianisme   est   le   salut   de  
ů͛ŝŶĚŝǀŝĚƵ͕ƉĂƌŽƉƉŽƐŝƚŝŽŶĂƵƐĂůƵƚĐŽůůĞĐƚŝĨƌĞĐŚĞƌĐŚĠƉĂƌůĞƐRomains.  Les  hostilités  entre  chrétiens  et  
Romains   débutent   à   la   fin   du   1er   siècle   PCN.   Leurs   intensités   vont   varier   dans   le   temps   et   dans  
ů͛ĞƐƉĂĐĞ͘/ůĞdžŝƐƚĞƌĂĂƵƐƐŝƵŶŵŽƵǀĞŵĞŶƚƉŽƉƵůĂŝƌĞĐŽŶƚƌĞůĞƐĐŚƌĠƚŝĞŶƐ͘  

 
 
Les  choses  se  corsent  quand  Dioclétien  arrive  au  pouvoir  en  284.  On  a  alors  un  changement  
total  de  politique.  DiocléƚŝĞŶǀĂƉƌĞŶĚƌĞů͛ĞŵƉŝƌĞĚ͛ƵŶĞŵĂŝŶĚĞĨĞƌĞƚŝůǀĂƐĞĐŽŶƐŝĚĠƌĞƌĐŽŵŵĞƵŶ
ĚŝĞƵ͘ŶĐŽŶƐĠƋƵĞŶĐĞ͕ůĞĐƵůƚĞĚĞů͛ĞŵƉĞƌĞƵƌĞƐƚĞŶĐŽƌĞƉůƵƐŝŵƉŽƌƚĂŶƚ͘Le  non-­‐respect  du  culte  de  
ů͛ĞŵƉĞƌĞƵƌƐĞƌĂĚĠƐŽƌŵĂŝƐƌĠƉƌŝŵĠƉĂƌůĞĐŚĞĨĚ͛ĂĐĐƵƐĂƚŝŽŶĂƉƉĞůĠͨ  lèse-­‐majesté  ».  >ŽƌƐƋƵ͛ŽŶĞƐƚ
accusé   de   lèse-­‐majesté,   on   est   accusé   de   porter   atteinte   à   Rome   en   ne   faisant   pas   le   culte   de  
ů͛ĞŵƉĞƌĞƵƌ͘ĞĐŽŶĐĞƉƚĞƐƚƚƌğƐůĂƌŐĞ͕ŝůƉĞƌŵĞƚĚŽŶĐĚ͛ĂĐĐƵƐĞƌĚĞůğƐĞ-­‐majesté  beaucoup  de  gens,  
dont  les  chrétiens.  ͛ĞƐƚůĞĐƌŝŵĞůĞƉůƵƐŐƌĂǀĞ  ƋƵ͛ƵŶĐŝƚŽLJĞŶƉƵŝƐƐĞĐŽŵŵĞƚƚƌĞ͘ĞĐƌŝŵĞĐŽŶĐĞƌŶĞ
plus  le  droit  public.  >ĞũƵŐĞĂĂŝŶƐŝůĞĚƌŽŝƚĚ͛ŽƌĚŽŶŶĞƌƵŶĞĞŶƋƵġƚĞĞƚůĞĐŝƚŽLJĞŶƉĞƵƚġƚƌĞƚŽƌƚƵƌĠĐĂƌ
Đ͛ĞƐƚĐŽŶƐŝĚĠƌĠĐŽŵŵĞĚƵĚƌŽŝƚƉƵďůŝĐĞƚƉĂƐĐŽŵŵĞĚƵĚƌŽŝƚƉƌŝǀĠ͘  
   
 
Au   début   du   4ème   ƐŝğĐůĞ͕ ůĞƐ ĐŚŽƐĞƐ ĐŚĂŶŐĞŶƚ ĐĂƌ ĂƌƌŝǀĞ ů͛ĞŵƉĞƌĞƵƌ ŽŶƐƚĂŶƚŝŶ͘ ĞůƵŝ-­‐ci   se  
convertit  au  christianisme  sous  les  conseils  de  sa  mère  Sainte  Hélène.  Il  comprend  que  les  Chrétiens  
sont  une  force.  Son  but  sera  de  faire  accepter  la  religion  chrétienne.  En  313,  iůƉƌĞŶĚů͛édit  de  Milan.  
Celui-­‐ĐŝĂƉŽƵƌďƵƚĚĞƌĞĐŽŶŶĂŝƚƌĞůĂƚŽůĠƌĂŶĐĞĚƵĐŚƌŝƐƚŝĂŶŝƐŵĞ͕ŽŶƉĂƌůĞĂƵƐƐŝĚĞů͛ĠĚŝƚĚĞƚŽůĠƌĂŶĐĞ͘
Il  permet  la  liberté  de  culte  et  de  croyances  pour  toutes  les  religions.    
 
 
Ensuite,   le   christianisme   devient   la  religion  officielle.  On  avait   donc   une   liberté  de   culte  et  
puis,   peu   à   peu,   on   va   être   obligé   de   devenir   chrétien.   ͛ĞƐƚ ů͛ĞŵƉĞƌĞƵƌ dŚĠŽĚŽƐĞ ƋƵŝ͕ Ğn   380,  
ƉƌŽŵƵůŐƵĞ ů͛édit   de   Thessalonique͘ /ů LJ Ěŝƚ ƋƵĞ ƚŽƵƐůĞƐ ƉĞƵƉůĞƐ ŐŽƵǀĞƌŶĠƐ ƉĂƌ ů͛ĞŵƉĞƌĞƵƌ ĚŽŝǀĞŶƚ
être  chrétiens.  EƚƋƵĞůĂƌĞůŝŐŝŽŶĐŚƌĠƚŝĞŶŶĞĞƐƚŽƌŐĂŶŝƐĠĞƉĂƌůĞƐĠǀġƋƵĞƐĚĞZŽŵĞĞƚĚ͛ůĞdžĂŶĚƌŝĞ͘
WĂƌůĂƐƵŝƚĞ͕ů͛ĠǀġĐŚĠĚ͛ůĞdžĂŶĚƌŝĞĚŝƐƉĂƌĂŝƚĞƚŽŶĂƉƉĞůůĞĚĠƐŽƌŵĂŝƐͨ  pape  ͩů͛ĠǀġƋƵĞĚĞZŽŵĞ͘  
 
 
WĂƌĐĞƐĚĞƵdžĠĚŝƚƐ͕ŽŶĂĐĐĞƉƚĞů͛ŝĚĠĞƋƵĞůĂƌĞůŝŐŝŽŶƉƌŽĚƵŝƐĞĚƵĚƌŽŝƚ͘ĞƐĚĞƵdžĠĚŝƚƐƐŽŶƚůĞƐ
conditions  sine  qua  non  ĚĞů͛utrumque  jus͘ƉĂƌƚŝƌĚĞĐĞƐĚĞƵdžĂĐƚĞƐ͕ů͛ƵƌŽƉĞĚĞǀŝĞŶƚƵŶƐLJƐƚğŵĞă
deux  têtes  :  le  pape  Ě͛ƵŶĐƀƚĠĞƚů͛ĞŵƉĞƌĞƵƌ  ĚĞů͛ĂƵƚƌĞ.    
 
1  
 

HDP  ʹ  &ŝŶĚĞů͛ŶƚŝƋƵŝƚĠ  

B. Quelles  sont  les  conséƋƵĞŶĐĞƐĞŶĚƌŽŝƚĚĞů͛ƵƚƌƵŵƋƵĞũus  ?  
 
 
>͛utrumque   jus   produit   une   dualité   entre   les   deux   droits   produits   par   les   deux   pouvoirs  
politiques  distincts.    
 
 
>ĞĐŚƌŝƐƚŝĂŶŝƐŵĞ͕ǀŝĂů͛ŐůŝƐĞ͕ƉƌŽĚƵŝƚůĞĚƌŽŝƚĐĂŶŽŶŝƋƵĞ,  jus  canonici,  applicable  en  fonction  
ĚĞ ů͛ĂƉƉĂƌƚĞŶĂŶĐĞ Ě͛ƵŶĞ ƉĞƌƐŽŶŶĞ ă ĐĞƚƚĞ ƌĞůŝŐŝŽŶ͘ >͛ĞŵƉŝƌĞ ƌŽŵĂŝŶ ƉƌŽĚƵŝƚ ĠŐĂůĞŵĞŶƚ ƐŽŶ ĚƌŽŝƚ͕
ƋƵ͛ŽŶĂƉƉĞůůĞůĞjus  civile͘EŽƚŽŶƐƋƵ͛ĂƵϰème  siècle  PCN,  le  jus  civile  Ŷ͛ĞƐƚƉĂƐĞŶĐŽƌĞĐŽĚŝĨŝĠ͘  
 
 
Saint  Augustin  illustre  par  ses  propos  cette  dualité  du  droit.  Selon  lui,  le  monde  est  constitué  
de  deux  cités  :  la  cité  céleste  ĚĂŶƐůĂƋƵĞůůĞƐ͛ĂƉƉůŝƋƵĞůĞjus  canonici  et  la  cité  terrestre  dans  laquelle  
Ɛ͛ĂƉƉůŝƋƵĞůĞius  civile.    
 
 
EdžƉƌĞƐƐŝŽŶƐĚ͛ƵŶĞĚƵĂůŝƚĠĚĂŶƐůĞƐĠǀĂŶŐŝůĞƐ͗«  Rendez  à  César  ce  qui  est  à  César  et  à  Dieu  ce  
qui  est  à  Dieu  »  ;  «  Mon  royaume  n'est  pas  de  ce  monde  ».  
 
>ĂĚƵĂůŝƚĠĚƵĚƌŽŝƚƐ͛ŽƉğƌĞăƚƌŽŝƐŶŝǀĞĂƵdž  :    
x Au  niveau  des  sources  du  droit  
x Au  niveau  du  droit  public  
x Au  niveau  du  droit  privé  
 

a. Au  niveau  des  sources  du  droit  
 
 
>Ğ ĚƌŽŝƚ ƌŽŵĂŝŶ Ɛ͛ĞƐƚ Ě͛ĂďŽƌĚ ĐŽŵƉŽƐĠ ĚĞ ƉůƵƐŝĞƵƌƐ ͨ  couches  ».   Par   la   suite,   à   la   fin   de  
ů͛AŶƚŝƋƵŝƚĠ͕ů͛ŽƵǀƌĂŐĞĚĞƌĠĨĠƌĞŶĐĞsera  le  Corpus  juris  civile  adopté  par  Justinien.  
 
 
Le  droit  canonique,  quant  à  lui,  naît  avec  la  religion  chrétienne  mais  est  au  début  très  faible.  
Il  ne  se  structurera  que  vers  le  4ème  siècle.  Le  noyau  de  base  de  ce  droit  est  la  Bible,  qui  constitue  le  
ĚƌŽŝƚĚŝǀŝŶ͕ǀĞŶĂŶƚĚĞŝĞƵ͘>ĂŝďůĞĞƐƚů͛ĠƋƵŝǀĂůĞŶƚĚƵcorpus  juris  civile.  
 
Par  la  suite,  le  droit  humain  va  se  développer.  Dans  celui-­‐ci,  on  trouve  :    
 
x Les   décrétales  :   ce   sont   les   décisions   prises   par   le   pape.   Au   4ème   siècle,   le   pape   répond   en  
effet  à  des  questions  posées  par  les  évêques,  réponses  qui  serviront  à  résoudre  le  problème  
ĞŶƋƵĞƐƚŝŽŶ͘EŽƚŽŶƐƋƵ͛ŝůƐ͛ĂŐŝƚĚƵmême  système  que  celui  des  rescrits  en  droit  romain  :  un  
ƉĂƌƚŝĐƵůŝĞƌ ƉĞƵƚ ƉŽƐĞƌ ƵŶĞ ƋƵĞƐƚŝŽŶ ă ů͛ĞŵƉĞƌĞƵƌ͕ Ğƚ ůĂ ƌĠƉŽŶƐĞ ĚĞ ĐĞůƵŝ-­‐ci   vaudra   comme  
disposition   juridique.   Par   la   suite,   le   pape   prendra   des   actes   qui   auront   une   portée   plus  
générale.    
 
x Les  canons  des  Conciles  ͗ĐĞƐŽŶƚůĞƐƌğŐůĞƐĠĚŝĐƚĠĞƐƉĂƌůĞƐĂƐƐĞŵďůĠĞƐĚ͛ĠǀġƋƵĞƐ͘  
 
x La   ĚŽĐƚƌŝŶĞ ĚĞ ů͛ŐůŝƐĞ  ͗ ĞůůĞ ĞƐƚ ĐŽŵƉŽƐĠĞ Ě͛ƵŶĞ ůŝƚƚĠƌĂƚƵƌĞ ;ũƵƌŝĚŝƋƵĞ entre   autresͿ ƋƵ͛ŽŶ
appelle  la  patristique.  La  patristique  rassemble  tous  les  textes  des  pères  de  ů͛ŐůŝƐĞ͕ĐΖĞƐƚ-­‐à-­‐
ĚŝƌĞ ůĞƐ ĂƵƚĞƵƌƐ ĐŚŽŝƐŝƐ ƉĂƌ ů͛ŐůŝƐĞ ƐĞůŽŶ ĚŝĨĨĠƌĞŶƚƐ ĐƌŝƚğƌĞƐ ;ůĞƵƌ ƐĂŝŶƚĞƚĠ͕ ů͛ŽƌƚŚŽĚŽdžŝĞ ĚĞ
leur   pensée,   la   conformité   de   leur   pensée   au   dogme)   et   qui   forment   donc   la   «  pensée  
officielle  ͩĚĞů͛ŐůŝƐĞ͘>ĞƐƉğƌĞƐĚĞů͛ŐůŝƐĞ  (par  exemple,  Saint  Augustin)  ont  vécu  entre  le  1er  
et   le   6ème   siècle.   On   trouve   souvent   des   règles   juridiques   dans   leurs   écrits,   ce   qui   nous  
intéresse  ici.    
 
 
 
2  
 

HDP  ʹ  &ŝŶĚĞů͛ŶƚŝƋƵŝƚĠ  

b. Au  niveau  du  droit  public    
 
 
>͛ŐůŝƐĞ Ğƚ ů͛ƚĂƚ ŽŶƚ ĐŚĂĐƵŶ ďĞƐŽŝŶ ĚĞ ƌğŐůĞƐ ŝŶƚĞƌŶĞƐ ƉŽƵƌ ĨŽŶĐƚŝŽŶŶĞƌ͘ Ğs   règles   leur  
seront  spécifiques.  On  a  donc  bien  deux  droits  publics  différents.    
 

c. Au  niveau  du  droit  privé    
 
 
 ƉĂƌƚŝƌ ĚĞ ůĂ ĨŝŶ ĚĞ ů͛ntiquité,   on   a   vu   apparaître   la   distinction   entre   les   matières  
spirituelles,  dont  ů͛ŐůŝƐĞƐ͛ŽĐĐƵƉĞƌĂ͕ĞƚůĞƐŵĂƚŝğƌĞƐƚemporelles,  dont  ů͛ƚĂƚƐ͛ŽĐĐƵƉĞƌĂ͘  
 
 
ŶĞĨĨĞƚ͕ůŽƌƐƋƵĞůĞĐŚƌŝƐƚŝĂŶŝƐŵĞĂƉƉĂƌĂŠƚ͕ŝůǀĂƌĠŐůĞƌƵŶĞƐĠƌŝĞĚĞŵĂƚŝğƌĞƐƋƵĞů͛ŐůŝƐĞǀĂ
finalement  se  réserver.  Parmi  celles-­‐ci,  deux  matières  importantes  :  ce  qui  touche  au  mariage  et  ce  
qui   touche   à   la   filiation.   Ainsi,   ů͛ŐůŝƐĞ ǀĂ ƌĠƉŽŶĚƌĞ ĂƵdž ƋƵĞƐƚŝŽŶƐ  :   Comment   former   le   mariage  ?  
ŽŵŵĞŶƚů͛ĂŶŶƵůĞƌ  ?  Elle  ne  permet  pas  le  divorce,  mais  bien  la  séparation  des  époux.  Elle  va  aussi  
répondre  à  la  question  :  Quand  un  enfant  est-­‐il  légitime  ?    
 
 
ĞƐŽŶĐƀƚĠ͕ů͛ƚĂƚǀĂƐ͛ŽĐĐƵƉĞƌĚĞƐŵĂƚŝğƌĞƐƚĞŵƉŽƌĞůůĞƐ͘/ůĨĂƵƚƌĞŵĂƌƋƵĞƌƋƵ͛ŝůĞdžŝƐƚĞƵŶĞ
hiérarchie   (plus   ou   moins   implicite)   entre   les   matières   spirituelles   et   les   matières   temporelles,   les  
ƉƌĞŵŝğƌĞƐ ů͛ĞŵƉŽƌƚĂŶƚ ƐƵƌ ůĞƐ ƐĞĐŽŶĚĞƐ͘ >͛ƚĂƚ Ɛ͛ŽĐĐƵƉĞ ĚŽŶĐ ĞŶ ƋƵĞůƋƵĞ ƐŽƌƚe   des   compétences  
ƌĠƐŝĚƵĂŝƌĞƐ͕ĚĠůĂŝƐƐĠĞƐƉĂƌů͛ŐůŝƐĞ͘WĂƌŵŝĐĞůůĞƐ-­‐ci,  la  question  des  patrimoines,  par  exemple.  Ainsi,  
ů͛ŐůŝƐĞ Ɛ͛ŽĐĐƵƉĞƌĂ ĚƵ ŵĂƌŝĂŐĞ͕ Ğƚ ů͛ƚĂƚ͕ ůƵŝ͕ Ɛ͛ŽĐĐƵƉĞƌĂ ĚĞƐ ĐŽŶƐĠƋƵĞŶĐĞƐ patrimoniales   de   ce  
mariage  (régimes  matrimoniaux).    
 
 
Nous   avons   hérité   de   ce   dualisme   au   niveau   du   droit   privé,   que   ce   soit   au   niveau   de   la  
structure  ou  du  contenu.  Ainsi,      
 
x Au  niveau  du  contenu,  on  voit  que  les  conditions  énoncées  par  le  Code  civil  pour  se  marier  
sont   issues   du   droit   canonique.   Précisons   ƚŽƵƚĞĨŽŝƐ ƋƵĞ ĐĞƐ ĐŽŶĚŝƚŝŽŶƐ ƐŽŶƚ ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ
neutres,  dénuées  de  toutes  dispositions  religieuses.  
 
x Au   niveau   de   la   structure,   on   voit   que   les   dispositions   concernant   le   mariage   se   trouvent  
dans  le  premier  livre  1er  du  Code  civil,  alors  que  celles  concernant  les  régimes  matrimoniaux  
se  trouvent  au  troisième  livre.  Ces  deux  matières  sont  pourtant  liées,  mais  on  les  a  séparées  
ĐĂƌŽŶĂŐĂƌĚĠů͛ŝĚĠĞƋƵ͛ŝůƐ͛ĂŐŝƚĚĞŵĂƚŝğƌĞƐĚĞͨ  nature  »  différente.    
 
 

3  
 

HDP  ʹ  &ŝŶĚĞů͛ŶƚŝƋƵŝƚĠ  

C. Quelles  forces  ƐĞĐĂĐŚĞŶƚĚĞƌƌŝğƌĞů͛ƵƚƌƵŵƋƵĞũus  ?    
 
 
>͛Ğmpereur  et  le  pape  sont  en  perpétuelle  compétition.  Il  a  Ě͛ĂŝůůĞƵƌƐexisté  plusieurs  crises,  
plusieurs  grandes  tensions  qui  témoignent  de  cette  concurrence.    
 
 
 ƉƌĞŵŝğƌĞ ǀƵĞ͕ ŽŶ ƉŽƵƌƌĂŝƚ ĐƌŽŝƌĞ ƋƵĞ Đ͛ĞƐƚ ů͛ĞŵƉĞƌĞƵƌ ƋƵŝ Ă ƉĞƌŵŝƐ ĂƵ ĐŚƌŝƐƚŝĂŶŝƐŵĞ
Ě͛ĞdžŝƐƚĞƌ͘  DĂŝƐ͕ĞŶƌĠĂůŝƚĠ͕Đ͛ĞƐƚůĞĐŚƌŝƐƚŝĂŶŝƐŵĞƋƵŝĂĂĐĐĞƉƚĠƵŶĂƵƚƌĞƉŽƵǀŽŝƌăĐƀƚĠĚĞůƵŝ͘ĞůĂĞƐƚ
ĐƵƌŝĞƵdž͕ĐĂƌŐĠŶĠƌĂůĞŵĞŶƚůĞƐƌĞůŝŐŝŽŶƐǀĞƵůĞŶƚƌĠŐŝƌů͛ĞŶƚŝğƌĞƚĠĚĞƐƌĂƉƉŽƌƚƐŚƵŵĂŝŶƐ͘KŶƉĞƵƚǀŽŝƌ
ƋƵĞĐ͛ĞƐƚůĂƌĞůŝŐŝŽŶƋƵŝĂƚŽůĠƌĠƵŶĂƵƚƌĞƉŽƵǀŽŝƌĚĂŶƐůa  Bible  :  
 
x Jésus  a  dit  :  «  MŽŶƌŽLJĂƵŵĞŶ͛ĞƐƚƉĂƐĚĞĐĞŵŽŶĚĞ  ͩ͘/ůĂƉƌŽŶŽŶĐĠĐĞƚƚĞƉŚƌĂƐĞĂůŽƌƐƋƵ͛ŽŶ
ů͛ĂĐĐƵƐĂŝƚĚĞ ǀŽƵůŽŝƌƉƌĞŶĚƌĞ ůĞƉŽƵǀŽŝƌ͘WĂƌĐĞƚƚĞ ƉŚƌĂƐĞ͕ŝůĂĚĠĐůĂƌĠ ƋƵĞ ƐŽŶŵĞƐƐĂŐĞ ƐĞ
trouvait  dans  une  autre  sphère  que  notre  monde,  et  a  donc  décůĂƌĠů͛ŝŶĚĠƉĞŶĚĂŶĐĞĚĞƐĚĞƵdž  
«  royaumes  »,  celui  de  Dieu  et  celui  des  hommes.    
 
x Jésus  a  également  dit  :  «  Rendez  à  César  ce  qui  appartient  à  César  ».  Par  cette  déclaration,  
:ĠƐƵƐ Ěŝƚ Ě͛ŽďĠŝƌ ĂƵ ƉŽƵǀŽŝƌ ƚĞŵƉŽƌĞů͕ ĚĞ ƉĂLJĞƌ ůĞƐ ŝŵƉƀƚƐ ĐĂƌ ŝů Ğdžiste   deux   ordres  
ĚŝĨĨĠƌĞŶƚƐ͘ EŽƚŽŶƐ ƋƵ͛en   prononçant   cette   phrase,   Jésus   prend   un   denier   pour   montrer   la  
ƚġƚĞĚĞĠƐĂƌ͘/ůŶĞĚŝƚƉĂƐƉĂƌůăƋƵ͛ŝůĨĂƵƚƌĞŶĚƌĞăĠƐĂƌĞŶƉĞƌƐŽŶŶĞůĞƐŝŵƉƀƚƐ͕ŵĂŝƐďŝĞŶ
au  système  politique  dans  son  ensemble.  On  trouve  ici  la  distinction  entre  le  corps  physique  
du  souverain  et  son  corps  politique.  
 
 
La   Bible   (en   tout   cas   les   évangiles)   a   été   écrite   plusieurs   siècles   avant   les   deux   édits.   Elle  
anticipe  donc  ces  édits,  elle  tolère  avant  eux  la  dualité.  Dès  lors,  Đ͛ĞƐƚl͛ŐůŝƐĞƋƵŝƚŽůğƌĞů͛ƚat,  et  pas  
ů͛ŝŶǀĞƌƐĞ͘Précisons  cependant  que  ů͛ŐůŝƐĞƚŽůğƌĞƵŶƉŽƵǀŽŝƌƉŽůŝƚŝƋƵĞĞƚĚŽŶĐƵŶĚƌŽŝƚăĐƀƚĠĚ͛ĞůůĞ͕
ŵĂŝƐƉĂƐŶ͛ŝŵƉŽƌƚĞůĞquel  :  elle  tolère  le  pouvoir  romain  et  partant,  le  droit  romain.    
 
 
Ce  droit  romaiŶĂƚŽƵũŽƵƌƐƐƵƌǀĠĐƵ͕ĚĞƉƵŝƐů͛ŶƚŝƋƵŝƚĠũƵƐƋƵ͛ăĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ͘ƚĐĞůĂĂůŽƌƐƋƵ͛ŝů
a   été   édicté   par   un   pouvoir   politique   qui,   lui,   a   disparu.   Comment   cela   se   fait-­‐il  ?   On   a   donné  
plusieurs  explications  à  cela  :    
 
x >͛ĞdžƉůŝĐĂƚŝŽŶĐůĂƐƐŝƋƵĞĂĠƚĠĂǀĂŶĐĠĞƉĂƌůĞƐƌŽŵĂŶŝƐƚĞƐĨƌĂŶĕĂŝƐĂƵϭϳème  siècle,  et  ce  suite  à  
ƵŶ ĚĠďĂƚ ĂǀĞĐ ůĞƐ ƌŽŵĂŶŝƐƚĞƐ ĂůůĞŵĂŶĚƐ͘  ů͛ĠƉŽƋƵĞ͕ ĐĞƵdž-­‐Đŝ ƉƌĠƚĞŶĚĂŝĞŶƚ ƋƵĞ ů͛ĞŵƉĞƌĞƵƌ
allemand   était   le   continuateur   des   empereurs   romains,   et   que   donc   tous   les   pays   qui  
utilisaient  le  droit  romain  à  cette  époque  étaient  sous  son  pŽƵǀŽŝƌ͕ƉƵŝƐƋƵ͛ŝůĠƚĂŝƚůƵŝ-­‐même  
le   continuateur   du   pouvoir   politique   qui   avait   édicté   ce   droit.   Les   romanistes   français  
refusaient  évidemment   cette  théorie.  Les   allemands  disaient   «  Ratione  imperii  »  (en  raison  
ĚĞů͛ĞŵƉŝƌĞ),  donc  que  le  droit  romain  était  ĞŶǀŝŐƵĞƵƌĞŶǀĞƌƚƵĚĞů͛ĞŵƉĞƌĞƵƌ͘>ĞƐĨƌĂŶĕĂŝƐ
vont   alors   répondre   «  Non   ratione   imperii   sed   imperio   rationis  (ŶŽŶ ĞŶ ƌĂŝƐŽŶ ĚĞ ů͛ĞŵƉŝƌĞ͕
ŵĂŝƐƉĂƌů͛ĞŵƉŝƌĞĚĞ ůĂƌĂŝƐŽŶ).  Ceci  veut   dire  que,  selon  les   français,  le  droit   romain  était  
toujours  en  vigueur  nŽŶƉĂƐƉĂƌĐĞƋƵĞů͛ĞŵƉĞƌĞƵƌĂůůĞŵĂŶĚůĞǀŽƵůĂŝƚ͕ŵĂŝƐďŝĞŶƉĂƌĐĞƋƵ͛ŝů
est  tout  à  fait  rationnel,  et  donc  universel.  Par  sa  rationalité,  le  droit  romain  est  applicable  à  
tous,  indépendamment  du  pouvoir  en  place,  ce  qui  explique  sa  permanence  dans  le  temps.  
DĂŝƐŽŶƐĂŝƚĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝƋƵĞ ůĞĚƌŽŝƚ͕ƋƵĞůƋƵ͛ŝůƐŽŝƚ͕ŶĞǀĂƵƚũĂŵĂŝƐƉŽƵƌƚŽƵƐ͕ƋƵ͛ƵŶĚƌŽŝƚ
universel  est  impossible.    
 
x Une  autre  explication,  antérieure  au  17 ème  siècle,  au  pourquoi  le  droit  romain  a-­‐t-­‐il  subsisté  
est  donnée  par  les  glossateurs.  Ils  vont  poser  une  question  philosophique  et  vont  trouver  un  
fondement   théologique   pour   justifier   la   redécouverte   du   droit.   Les   glossateurs   ont  
redécouvert   le   digeste   de   Justinien   et   ils   le   travaillent.   Mais   ils   doivent   répondre   à   la  
question  du  pourquoi  ils  le  travaillent,  sur  quelle  légitimité  fondent-­‐ils  leur  travail  ?  Ils  vont  
4  
 

HDP  ʹ  &ŝŶĚĞů͛ŶƚŝƋƵŝƚĠ  
trouver  une  réponse  théologique  à  cette  question  :  par  ĐĞƋƵ͛ŝůĂĚŝƚ;ǀŽŝƌci-­‐dessus),  Jésus  a  
accepté,  a  validé  le  droit  romain,  et  pas  un  autre  droit.  Un  autre  argument  est  que  Jésus  est  
ŶĠăĞƚŚůĠĞŵƉĂƌĐĞƋƵĞƐŽŶƉğƌĞ:ŽƐĞƉŚĚĞǀĂŝƚƐĞƌĞŶĚƌĞăů͛ĞŶĚƌŽŝƚĚĞƐĂŶĂŝƐƐĂŶĐĞƉŽƵƌ
participer  au  recensement  organisé  par  les  Romains.  Ainsi,  le  lieu  de  naissance  de  Jésus  est  
du   au   droit   romain  :   par   là,   selon   les   glossateurs,   Dieu   a   montré   qƵ͛ŝů ĂĐĐĞƉƚĂŝƚ ůĞ ĚƌŽŝƚ
romain.  
 
 

 

5  
 

HDP  ʹ  &ŝŶĚĞů͛ŶƚŝƋƵŝƚĠ  

D. ComƉĂƌĂŝƐŽŶĂǀĞĐĚ͛ĂƵƚƌĞƐƐLJƐƚğŵĞƐ  et  en  particulier  avec  la  culture  musulmane    
 
 
>͛utrumque   jus   est   unique͘ ͛ĞƐƚ ĐĞ ƋƵŝ ĐĂƌĂĐƚĠƌŝƐĞ ŶŽƚƌĞ ŵŽĚĞ ĚĞ ƉĞŶƐĠĞ ũƵƌŝĚŝƋƵĞ
ĞƵƌŽƉĠĞŶ͘ŽŵŵĞŽŶů͛ĂĚŝƚ͕ůŽƌƐƋƵ͛ƵŶĞƌĞůŝŐŝŽŶŶĂŠƚ,  elle  a  en  général  vocation  à  produire  du  droit  
ƋƵŝƐ͛ĂƉƉůŝƋƵĞăƚŽƵƚĞůĂƐŽĐŝĠƚĠ,  ce  qui  est  le  cas  de  l͛ŚŝŶĚŽƵŝƐŵĞ  ou  encore,  le  confucianisme.    
 
 
Ce   dernier   à   proprement   parler   Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ƵŶĞ ƌĞůŝŐŝŽŶ ŵĂŝƐ ŝů ĐŽŶƐƚŝƚƵĞ ŶĠĂŶŵŽŝŶƐ ƵŶ
ensemble   de   règles   apƉůŝĐĂďůĞ ă ƚŽƵƐ ůĞƐ ƌĂƉƉŽƌƚƐ ŚƵŵĂŝŶƐ͘ >Ğ ĐŽŶĨƵĐŝĂŶŝƐŵĞ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ĚĂŶƐ ƵŶĞ
ŽƉƚŝƋƵĞĚĞũƵƐƚŝĐĞ͕ŵĂŝƐƉůƵƚƀƚĚ͛ŚĂƌŵŽŶŝĞ͕Ě͛ĠƋƵŝůŝďƌĞ͛͘ĞƐƚƉŽƵƌƋƵŽŝůĞƐũƵƌŝĚŝĐƚŝŽŶƐĐŚŝŶŽŝƐĞƐŶĞ
Ɛ͛ŽĐĐƵƉĞnt  quasiment  que  du  pénal,  et  pas  du  civil.  Dans  ces  deux  sociétés,  on  n͛ĂƉĂƐƵŶƚĞƌŵĞƋƵŝ
signifie   «  droit  »,   mais   un   terme   qui   recouvre   à   la   fois   le   droit   et   la   morale,   les   croyances.   Les  
religieux  y  sont  aussi  juristes͘/ůŶ͛ĞdžŝƐƚĞĚŽŶĐƉĂƐĚĞƵdžĐŽƌƉƐĚĞƌğŐůĞƐ͕ŵĂŝƐƵŶƐĞƵů͘  
 
 
Enfin,   il   y   a   l͛/ƐůĂŵ qui   est   né   au   début   du   7ème   siècle,   par   un   message   fondateur   reçu   par  
Mahomet   de   Dieu.  Il  écrit  ce   message  dans  les   sourates,  qui  forment   le   Coran.  A  cette  époque,   la  
région   est   éclatée   en   de   nombreuses   petites   tribus   guerrières   qui   veulent   conquérir   les   autres.  
Mahomet  va  prenĚƌĞůĂƚġƚĞĚĞů͛ƵŶĞĚ͛ĞůůĞƐ͕ĚĞǀĞŶĂŶƚĂŝŶƐŝƵŶĐŚĞĨăůĂĨŽŝƐƉŽůŝƚŝƋƵĞĞƚƌĞůŝŐŝĞƵdž͘
ŝŶƐŝ͕ĚğƐƐĂŶĂŝƐƐĂŶĐĞ͕ů͛/ƐůĂŵŶĞĚŝƐƚŝŶŐƵĞƉĂƐůĞ  politique  du  religieux.  
 
/ůŶ͛ĞdžŝƐƚĞĚŽŶĐƉĂƐĚĞĚƵĂůŝƚĠ͘ZĞƉƌĞŶŽŶƐůĞƐƚƌŽŝƐŶŝǀĞĂƵdžǀƵƐƉůƵƐŚĂƵƚ  :    
 
x Au  niveau  du  droit  public  :  quand  Mahomet  meurt,  on  se  demande  qui  va  lui  succéder,  qui  
va   gouverner   et   interpréter   le   Coran.   Son   successeur   sera   donc   bien   un   chef   politique   et  
religieux.  Les  luttes  pour  sa  succession  vont  créer  deux  grands  courants  :  les  sunnites  (90%)  
et  les  chiites  (10%).  Les  successeurs  de  Mahomet  sont  appelés  les  califes.    
 
x Au  niveau  du   droit   privé  :  le  droit  de   la  famille,   par  exemple,  est  réglé   par  le  Coran  et  son  
interprétation.  On  y  retrouve   les  mêmes   subdivisions  que   chez  nous  (bien,   personne,   etc.)  
mais,  en  plus  de   ces  matières,   on  retrouve  des   règles  concernant   les   prières,   ou  encore   le  
pèlerinage.  Ceci  est  normal  pour  les  musulmans  :  toutes  les  règles  énoncées  sont  issues  de  
Dieu,  alors  pourquoi  les  distinguer  ?    
 
x Au  niveau  des   sources  du  droit  :  le  calife  légifère   très  peu.  Le   droit  musulman  est  contenu  
ĚĂŶƐůĞŽƌĂŶĞƚƐĞƐŝŶƚĞƌƉƌĠƚĂƚŝŽŶƐ͕ĐĞƋƵ͛ŽŶĂƉƉĞůůĞůĞfiqh.  On  ne  peut  pas  traduire  ce  mot  
par  «  droit  »,  cela  ne  serait  pas  juste  car  le  fiqh  contient  des  dispositions  religieuses.  On  peut  
donc  plutôt  le  définir  comme  un  savoir  doctrinal,  élaboré  par  les  écoles.  Puisque  le  Coran  est  
ůĞŵĞƐƐĂŐĞĚĞŝĞƵ͕ůĞĚƌŽŝƚŵƵƐƵůŵĂŶŶ͛ĂĐĐĞƉƚĞƉĂƐů͛ŝŶĨůƵĞŶĐĞĞdžƚĠƌŝĞƵƌĞĚ͛un  autre  droit.  
Mais,  curieusement,  les  musulmans  trouvent  plus  ou  moins  les  mêmes  réponses  que  nous  
aux  problèmes  de  droit.    
 
 

6  
 

HDP  ʹ  &ŝŶĚĞů͛ŶƚŝƋƵŝƚĠ  

II.

Tableau  des  sources  du  droit  à  la  fin  de  l'Antiquité  et  à  l'aube  
du  Moyen  Âge    

 
 
EŽƵƐĂůůŽŶƐŵĂŝŶƚĞŶĂŶƚǀŽŝƌƵŶĞĐůĂƐƐŝĨŝĐĂƚŝŽŶĚĞƐƚƌŽŝƐƚLJƉĞƐĚĞĚƌŽŝƚƋƵŝƐ͛ĂƌƚŝĐƵůĞŶƚĐŚĞnj
ŶŽƵƐĚĞƉƵŝƐů͛ĂŶƚŝƋƵŝƚĠũƵƐƋƵ͛ĞŶϭϴϬϰ͘ĞƐƚƌŽŝƐƐŽƌƚĞƐĚĞĚƌŽŝƚƐŽŶƚĚŽŶĐůĞƐƐƵŝǀĂŶƚĞƐ  :    
 
1) Le   droit   canonique  ͗ ŝů ĞƐƚƉĞƵ ĚĠǀĞůŽƉƉĠ ĚƵƌĂŶƚ ů͛ĂŶƚŝƋƵŝƚĠ͕ ƉƵŝƐ ƐĞ   développe   de   plus   en  
plus.   Les   trois   sources   du   droit   humain   (voir   plus   haut)   vont   se   développer   et   prendre  
ĐŚĂĐƵŶĞ ĚĞ ů͛ĂŵƉůĞƵƌ͘ >ĞƐ ϭϮème   et   13ème   sŝğĐůĞƐ ĐŽƌƌĞƐƉŽŶĚĞŶƚ ă ů͛ąŐĞ Ě͛Žr   du   droit  
canonique.    En  1804,  nous  allons  laïciser  notre  droit  (cette  laïcisation  commence  en  réalité  
en   1789,  mais   la   période   de   1789   à  1804   est   une   période   floue)   et   rappelons   que   le   droit  
ĐĂŶŽŶŝƋƵĞŶĞƐ͛ĂƉƉůŝƋƵĞĚŽŶĐƋƵ͛ĂƵdžƉĞƌƐŽŶŶĞƐƋƵŝůĞĚĠĐŝĚĞŶƚ͘  
 
2) Le  droit  romain  :  iůĨŽŶĐƚŝŽŶŶĞďŝĞŶăůĂĨŝŶĚĞů͛ĂŶƚŝƋƵŝƚĠ͘/ůĚŝƐƉĂƌaît  quasiment  vers  les  5ème  
et  6ème  siècles,  pour  ne  revenir  que  vers  le  11ème,  12ème  siècle.    
 
3) La  coutume  :  elle  apparaît  aux  12ème  et  13ème  siècles,  avant  on  en  parle  peu.    
 
Comment  classer  ces  trois  composantes  de  notre  culture  juridique  ?    
 
a) Distinction  entre  droit  savant  et  droit  populaire  :  
 
 
LĞ ĚƌŽŝƚ ƐĂǀĂŶƚ ƌĞƉŽƐĞ ƐƵƌ ƵŶ ĐŽƌƉƵƐ ĠĐƌŝƚ͘ /ů ƉĞƵƚ ġƚƌĞ ĠƚƵĚŝĠ ă ů͛ƵŶŝǀĞƌƐŝƚĠ Ğƚ ĞƐƚ ĠĐƌŝƚ ĞŶ
ůĂƚŝŶ͘/ůƐ͛ĂŐŝƚĚƵĚƌŽŝƚĐĂŶŽŶŝƋƵĞĞƚĚƵĚƌŽŝƚƌŽŵĂŝŶ͘ů͛ŝŶǀĞƌƐĞ͕ůe  droit  populaire  vient  «  du  peuple  »  
(voir  plus  haut),  il  se  forme  petit  à  ƉĞƚŝƚ͘/ůƐ͛ĂŐŝƚĚĞůĂĐŽƵƚƵŵĞ͘  
   
b) Distinction   entre   les   matières   spirituelles   (le   droit   canonique)   et   les   matières  
temporelles  (le  droit  romain  et  la  coutume)  
 
 
Cette   configuration   apparait   au   13ème   siècle,   mais   ce   scénario   est   déjà   écrit   avant   cela.  
Pourquoi  apparait-­‐elle  si  tard  ?  Pourquoi  y  a-­‐t-­‐il  une  coupure  entre  le  moment  où  le  droit  romain  est  
le  plus  fort  et  le  moment  où  les  trois  composantes  apparaissent  ?  Deux  facteurs  expliquent  cela  :  un  
ĨĂĐƚĞƵƌĚ͛ŽƌĚƌĞŝŶƚĞůůĞĐƚƵĞůĞƚƵŶĨĂĐƚĞƵƌĚ͛ŽƌĚƌĞƉƌŽĐĞƐƐƵĞů͘  
 
 
>Ğ ĨĂĐƚĞƵƌ Ě͛ŽƌĚƌĞ ŝŶƚĞůůĞĐƚƵĞů  :   il   y   a   eu   une   régression   du   droit   romain   car   il   existait  
ďĞĂƵĐŽƵƉ Ě͛ŝůůĞƚƚƌĠƐ ĐŚĞnj ůĞƐ ĨƌĂŶĐƐ͕ ƋƵŝ ŽŶƚ ƐƵĐĐĠĚĠ ĂƵdž ƌŽŵĂŝŶƐ͘ >ĞƐ ĐŚĞĨƐ ĨƌĂŶĐƐ ĠƚĂŝĞŶƚ ĚĞƐ
guerriers,  pas  des  savants.  Seuls  ůĞƐŵĞŵďƌĞƐĚĞů͛ŐůŝƐĞƐĂǀĞŶƚůŝƌĞ͕ĞƚůĞƌĞƐƚĞĚĞůĂƐŽĐŝĠƚĠĞƐƚĞŶ
recul.  A  cette  époque,  le  centre  culturel  se  déplace  en  Orient,  où  les  Byzantins  se  développent.  Le  
droit  souffrira  de  cette  situation.    
 
 
>ĞĨĂĐƚĞƵƌĚ͛ŽƌĚƌĞƉƌŽĐĞƐƐƵĞů  :  la  régression  du  droit  est  aussi  due  à  la  procédure  judiciaire  
utilisée   par   les   francs,   qu͛ils   appellent   «  procédure   archaïque  »   (à   ne   pas   confondre   avec   la  
ƉƌŽĐĠĚƵƌĞ ĂƌĐŚĂŢƋƵĞ ĚĞƐ ZŽŵĂŝŶƐͿ͘ ĞƚƚĞ ƉƌŽĐĠĚƵƌĞ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ƌĂƚŝŽŶŶĞůůĞ͕ ĂƵ ĐŽŶƚƌĂŝƌĞ ĚĞ ĐĞůůĞ
utilisée  par  les  Romains.  Le  droit  en  souffrira  également.    
 
 
Cette  coupure  dont  a  parlé  correspond  donc  à  une  période  de  régression  du  droit.    
 

7  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  

Le  haut  Moyen  Age  
 
 
 
/ů Ɛ͛ĂŐŝƚ Ě͛ƵŶĞ ĠƉŽƋƵĞ ĐŚĂƌŶŝğƌĞ͕ Đ͛ĞƐƚ ůĂ ĨŝŶ ĚĞ ů͛ĞŵƉŝƌĞ ƌŽŵĂŝŶ Ğƚ ůĞ ĚĠďƵƚ ĚĞƐ ƚĞŵƉƐ
ďĂƌďĂƌĞƐ;ƉĠƌŝŽĚĞĨƌĂŶƋƵĞͿ͘ĞƚƚĞĞƚŚŶŝĞǀĂƐ͛ĂĨĨŝƌŵĞƌĞƚĚĞǀŝĞŶƚƉƌŽŐƌĞƐƐŝǀĞŵĞŶƚĚŽŵŝŶĂŶƚĞ͘  
Il  y  a  trois  périodes  qui  constituent  le  Moyen  Age  :    
 
ͻ Le  haut  Moyen  Age  :     CĞƐŽŶƚůĞƐƚĞŵƉƐƋƵŝƐƵĐĐğĚĞŶƚŝŵŵĠĚŝĂƚĞŵĞŶƚăůĂĨŝŶĚĞů͛ĞŵƉŝƌĞ
 
 
 
ƌŽŵĂŝŶĞƚƐ͛ĂĐŚğǀĞăů͛ĂŶϭϬϬϬ  
ͻ Le  moyen  Age  central  :    11  et  12ème  siècles  
ͻ Le  bas  Moyen  Age  :     C͛ĞƐƚĐĞůƵŝƋƵŝĞƐƚůĞƉůƵƐƉƌğƐĚĞŶŽƵƐ͕Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐dire  du  13ème  siècle  au  
 
 
 
15ème  siècle    
 
 

I.

Les  structures  économiques,  sociales  et  politiques  

1. Installation   des   peuples   germaniques   en   Europe,   un   système   de   production  
agricole  sur  les  bases  de  la  villa  romaine    
 
 
La  société  germanique  est  une  société  qui  repose  sur  des  structures  économiques  et  sociales  
et   qui   se   caractérisent   (au   départ)   par   une   régression   du   phénomène   urbain   (Rome   ou   Grèce).   A  
ƉĂƌƚŝƌ ĚĞƐ ƚĞŵƉƐ ďĂƌďĂƌĞƐ͕ ůĂ ǀŝůůĞ ĐŽŶƚŝŶƵĞ Ě͛ĞdžŝƐƚĞƌ ŵĂŝƐ ƵŶ ƉĞƵ ĚĞ ŵĂŶŝğƌĞ ĨĂŶƚŽŵĂƚŝƋƵĞ͘ ůůĞ
Ŷ͛ĞdžŝƐƚĞƉůƵƐƋƵĞĐŽŵŵĞƵŶůŝĞu  de  pouvoir  plus  ou  moins  fortifié.  La  vie  sociale  se  passe  désormais  
ă ůĂ ĐĂŵƉĂŐŶĞ Ğƚ Ɛ͛LJ ŵĞƚ ĞŶ ƉůĂĐĞ ƵŶ ƐLJƐƚğŵĞ ƋƵŝ ǀĂ ĚƵƌĞƌ ũƵƐƋƵ͛ă ůĂ ƌĠǀŽůƵƚŝŽŶ ĨƌĂŶĕĂŝƐĞ  :   la  
ƐĞŝŐŶĞƵƌŝĞ͛͘ĞƐƚƵŶĞĐŚŽƐĞƋƵĞů͛ŽŶƉĞƵƚƐĞƌĞƉƌĠƐĞŶƚĞƌĐŽŵŵĞƵŶĞĚĠĐŽŵƉŽƐŝƚŝŽŶĚĞĐĞƚƚĞunité  
Ě͛ĞdžƉůŽŝƚĂƚŝŽŶƋƵĞůĞƐƌŽŵĂŝŶƐĂǀĂŝĞŶƚĐƌĠĠ͘ĞƚƚĞƵŶŝƚĠĚ͛ĞdžƉůŽŝƚĂƚŝŽŶƋƵ͛ŽŶĂƉƉĞůůĞůĂǀŝůůĂ͘  
 
 
Une   villa   romaine   était,   selon   certains   historiens,   une   espèce   de   camp   de   concentration,  
Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐dire  que  dans  la  villa  romaine  il  y  a  une  seule  personne  qui  est  citoyen  romain,  on  parle  de  
dominus.  Il  est  le  seul  homme  libre  avec  sa  femme  et  ses  enfants  et  sous  ses  ordres  travaillent  une  
ĂƌŵĠĞĚ͛ĞƐĐůĂǀĞƐĚŽŶƚĐĞƌƚĂŝŶƐƐƵƌǀĞŝůůĞŶƚůĞƐĂƵƚƌĞƐ͘ĞƚƚĞĂƌŵĠĞĚ͛ĞƐĐůĂǀĞƐĐƵůƚŝǀĞůĂƚĞƌƌĞĂƵƉƌŽĨŝƚ
du  dominus  lequel  est  lui-­‐même  en  général  un  ancien  soldat  romain.  Il  verse  un  impôt  à  ce  qui  reste  
ĚĞ ů͛ƚĂƚ ƌŽŵĂŝŶ͘ ĞƚƚĞ ǀŝůůĂ ƌŽŵĂŝŶĞ ƐĞ ĚĠĐŽŵƉŽƐĞ ĚğƐ ůĂ ĨŝŶ ĚĞ ů͛ĞŵƉŝƌĞ ƌŽŵĂŝŶ͘ >͛ĞƐĐůĂǀĂŐĞ
(servuus)   tend   à   changer   de   statut.   Notons   que   servuus   va   donner   serf   en   français.   Le   serf   est  
ƋƵĞůƋƵ͛ƵŶ ƋƵŝ ĞƐƚ ƵŶĞ ĞƐƉğĐĞ Ě͛ĞƐĐůĂǀĞ ŵĂŝƐ ŝů Ŷ͛ĞƐƚ ƉůƵƐ ůŝĠ ϮϰŚͬϮϰ ĂǀĞĐ ƐŽŶ ŵĂŠƚƌĞ ;ƚŽƵũŽƵƌƐ
servile).  Il  commence  à  avoir  une  vie  privée.  Les  mots  servuus  et  dominus  changent  de  sens.  On  parle  
maintenant  de  seigneur  et  non  plus  de  propriétaire.    
 
 
͛ĂŝůůĞƵƌƐůĞƐƐĞƌĨƐŶĞĐŽŶƐƚŝƚƵĞŶƚƉůƵƐĚğƐĐĞƚƚĞĠƉŽƋƵĞůăůĂƚŽƚĂůŝƚĠĚĞůĂƉŽƉƵůĂƚŝŽŶĐĂƌăůĂ
ĨŝŶĚĞů͛ĞŵƉŝƌĞƌŽŵĂŝŶƐŽŶƚĂƉƉĂƌƵƐĚĞƐĐŽůŽŵďƐ.  Notons  que  «  serf  »  ne  veut  pas  dire  «  paysan  ».  
:ƵƐƋƵ͛ĞŶϭϳϴϵ͕ůĞƐĞƌĨĐĞŶ͛ĞƐƚƉĂƐůĞƉĂLJƐĂŶĚƵMoyen  AŐĞ͕Đ͛ĞƐƚůĂĐŽŶĚŝƚŝŽŶĚĞƉĂLJƐĂŶŶĞůĂƉůƵƐ
ĚĠĨĂǀŽƌĂďůĞƋƵŝĞdžŝƐƚĞĚĂŶƐĐĞƚƚĞƐŽĐŝĠƚĠŵĂŝƐĚ͛ƵŶĞƉĂƌƚĐĂƐŝŐŶŝĨŝĞƋƵ͛ŝůLJĞŶĂĚ͛ĂƵƚƌĞƐƋƵŝŶĞƐŽŶƚ
pas  sous  la  condition  servile.  Le  serf  lui-­‐ŵġŵĞŶ͛ĞƐƚƉůƵƐƵŶĞƐĐůĂǀĞ͘  
 
 

2. Le  village  :  la  réserve  et  le  manse;  le  seigneur  (dominus),  les  paysans  dépendants  et  
les  serfs  (servi)  
 
 
En   réalité,   cette   seigneurie   est   une   organisation   où   la   condition   des   personnes   importe  
moins  que  la  condition  des  terres  (réserve  seigneuriale)͛͘ĞƐƚ-­‐à-­‐dire  que  le  seigneur,  dominus,  a  en  
ƉƌŽƉƌĞ ůĂƉůƵƐŐƌĂŶĚĞ ƉĂƌƚŝĞĚĞƐ ƚĞƌƌĞƐĚĞ ĐĞ ƋƵ͛ŽŶĐŽŵŵĞŶĐĞ ăĂƉƉĞůĞƌ ůĞǀŝůůĂŐĞ ;ǀŝĞŶƚ ĚĞ ǀŝůůĂ  :  
1  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
mots  changent  de  sens).    
 
 
Les  paysans  qui  ĚĠƉĞŶĚĂŶƚĚĞůĂƐĞŝŐŶĞƵƌŝĞǀŽŶƚŽĐĐƵƉĞƌĐĞƋƵ͛ŽŶĂƉƉĞůůĞĚĞƐŵĂŶƐĞƐ  (unité  
ĚĞ ƐƵƉĞƌĨŝĐŝĞ ĂŐƌĂŝƌĞ ĐĂůĐƵůĠĞ ĚĞ ŵĂŶŝğƌĞ ƚĞůůĞ ƋƵ͛ĞůůĞ ĐŽƌƌĞƐƉŽŶĚĞ ă ůĂ ĐĂƉĂĐŝƚĠ ĚĞ   ƚƌĂǀĂŝů Ě͛ƵŶĞ
famille   et   de   ses   besoins   de   consommation).   Par   famille,   il   faut   comprendre   ĐĞ ƋƵ͛ŽŶ entend  
ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ;ĐŽƵƉůĞĞƚĞŶĨĂŶƚƐͿ͘  
 
 
Le  système  fonctionne  ƐƵƌů͛ĞƐƐĞŶƚŝĞůƐƵƌů͛ĂƵƚŽĐŽŶƐŽŵŵĂƚŝŽŶ͘Cependant,  on  produit  quand  
ŵġŵĞ ƵŶ ƉĞƵ ƉůƵƐ ƋƵĞ ĐĞ ƋƵ͛ŽŶ consomme.   Chaque   tenure   est   liée   à   la   seigneurie   par   une  
obligation  réelle  (assise  sur  la  terre),  qui  peut  être  une  obligation  de  service  (corvée)  et/ou  de  verser  
des  denrées  au  seigneur,  donc  la  seigneurie  se  nourrit  de  cette  obligation  de  service.  La  seigneurie  
ƌƵƌĂůĞĞƐƚůĞƐLJƐƚğŵĞƐƵƌůĞƋƵĞůǀĂĨŽŶĐƚŝŽŶŶĞƌů͛ĠĐŽŶŽŵŝĞĚĞƐĐĂŵƉĂŐŶĞƐƉĞŶĚĂŶƚĚĞƐƐŝğĐůĞƐ͘  
 
 

3. Le  régime  domanial  classique  et  formes  non  classiques  du  régime  domanial  
 
 
Il   y   à   côté   du   régime   classique,   des   régimes   non-­‐classiques   mais   ils   sont   très   difficiles   à  
ĐĞƌŶĞƌĐĂƌŶŽƵƐŶ͛ĂǀŽŶƐƉƌĞƐƋƵĞƉĂƐĚĞĚŽĐƵŵĞŶƚĂƚŝŽŶĠĐƌŝƚĞ͘>ĞƐseigneuries  que  nous  connaissons  
le   mieux   sont   les   seigneuries   ecclésiastiques͘  ů͛ĞdžƚĠƌŝĞƵƌ͕ ŝů ĞdžŝƐƚĂŝƚ ƐƸƌĞŵĞŶƚ ĚĞƐ ƌĂƉƉŽƌƚƐ ĚĞ
dépendance   qui   étaient   plus   larges.   Il   y   a   même   eu   cĞ ƋƵ͛ŽŶ ĂƉƉĞůůĞ ĚĞƐ ĂůůĞƵdž ;ƚĞƌŵĞ Ě͛ŽƌŝŐŝŶĞ
ŐĞƌŵĂŶŝƋƵĞͿ͕ Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐ĚŝƌĞ ĚĞƐ ƚĞƌƌĞƐ ĐŽŵƉůğƚĞŵĞŶƚ ůŝďƌĞƐ ĚŽŶĐ ƋƵŝ Ŷ͛ŽŶt   pas   de   seigneurs.   Il   est  
ŚĂƵƚĞŵĞŶƚ ǀƌĂŝƐĞŵďůĂďůĞ ƋƵ͛ŝů Ăŝƚ ƐƵďƐŝƐƚĠ ƵŶĞ ƉƌŽƉƌŝĠƚĠ ƉĂLJƐĂŶŶĞ ĚŽŶƚ ůĞ ƐƚĂƚƵƚ ĠǀŽƋƵĞ ůĂ
propriété  romaine  ou  actuelle  (544  Code  civil).  Cette  propriété  libre  a  existé  pour  sûr  au  Moyen  Age  
mais   on   ne   sait   pas   dans   quelle   proportion.   >͛ŽƌŐĂŶŝƐĂƚŝŽŶ ƉƌŝŶĐŝƉĂůĞ ƌĞƐƚĞ ĠǀŝĚĞŵŵĞŶƚ
ů͛organisation  en  seigneuries.    
 
 
Incontestablement   il   y   a   des   échanges   mais   ceux-­‐ci   sont   dans   une   faible   proportion,   le  
ƉƌŝŶĐŝƉĞ Đ͛ĞƐƚ ů͛ĂƵƚŽĐŽŶƐŽŵŵĂƚŝŽŶ Ğƚ ůĞ ƉƌĠůğǀĞŵĞŶƚ ƐĞŝŐŶĞƵƌŝĂůĞ͘ Une   grande   différence   entre   le  
haut   Moyen   AŐĞ Ğƚ ůĞ ĐĞŶƚƌĂů ĞƐƚ ƋƵ͛ŝů Ŷ͛LJ Ă ƉĂƐ ĚĞ ĐŽŵƉůĠŵĞŶƚĂƌŝƚĠ ĚƵ ƚƌĂǀĂŝů ĞŶƚƌĞ ǀŝůůĞƐ Ğƚ
campagne  ou  entre  telles  régions  et  telles  autres.    
 
 

4. L'organisation   politique   :   le   populus   francus   (extensions   successives   du   monde  
franc,  Clovis  soumet  les  royaumes  barbares  concurrents;  l'adjectif  "franc"  passe  de  
la  désignation  d'une  ethnie  à  celle  de  la  liberté)  
 
 
^ƵƌĐĞƚƚĞƐƚƌƵĐƚƵƌĞĠĐŽŶŽŵŝƋƵĞƋƵŝƐĞĨŽƌŵĞƐƵƌůĂĚĠĐŽŵƉŽƐŝƚŝŽŶĚĞů͛ĠƉŽƋƵĞƌŽŵĂŝŶĞ se  
met  en  place  un  système  politique  ƋƵŝĞƐƚĐŽŵƉůğƚĞŵĞŶƚĚŝĨĨĠƌĞŶƚĚƵƐLJƐƚğŵĞƌŽŵĂŝŶƉĂƌĐĞƋƵ͛ŝůĞƐƚ
ĨŽŶĚĠƐƵƌƵŶĞŝĚĠĞƋƵŝƐ͛ĞdžƉƌŝŵĞĂǀĞĐƵŶƚĞƌŵĞůĂƚŝŶ;ŽŶĠĐƌŝƚƚŽƵũŽƵƌƐƋƵĞůĞůĂƚŝŶ͕ŽŶŶ͛ĠĐƌŝƚƉĂƐůĞƐ
langues   du   peuple).   Le   populus   change   de   sens   parĐĞ ƋƵ͛ŝů ƌĞŶǀŽŝĞ ă ů͛ĞƚŚŶŝĞ͘ >Ğ populus   francus  
(peuple  franc)  va  être  une  grande  unité  politique  qui  renvoie  ăƵŶĞĞƚŚŶŝĞƋƵŝŶ͛ĞƐƚƉĂƐŶ͛ŝŵƉŽƌƚĞ
laquelle.  Chez  nous,  extrême  nord  dĞů͛ĞŵƉŝƌĞƌŽŵĂŝŶ͕ƐƵƌůĞƐďŽƌĚƐĚƵZŚŝŶĞƚĚĞůĂDĞƵƐĞĞƚƉƵŝƐ
progressivĞŵĞŶƚƐ͛ĠƚĞŶĚǀĞƌƐů͛ŽƵĞƐƚ͘  
 
 
Le   mot   franc   au   départ   est   un   mot   germanique   et   son   sens   semble   avoir   été   «  sauvage  »,  
ĚŽŶĐƵŶƌĞĚŽƵďůĞŵĞŶƚĚĞů͛ĂƉƉĞůůĂƚŝŽŶďĂƌďĂƌĞ͘&ƌĂŶĐƵƐĂĨŝŶŝƉĂƌĚĠƐŝŐŶĞƌƵŶŐƌŽƵƉĞ͕ůĞƐŐĞƌŵĂŝŶƐ
du  Nord  par  opposition  ăĚ͛ĂƵƚƌĞƐƉĞƵƉůes  barbares  (comme  les  visigots  qui  avaient  créé  un  royaume  
ĞŶ&ƌĂŶĐĞĚƵ^ƵĚĞƚƉƵŝƐĞŶƐƉĂŐŶĞͿ͘ůůĞĂƉƌŽŐƌĞƐƐŝǀĞŵĞŶƚĂďƐŽƌďĠůĞƐĂƵƚƌĞƐĞƚĚĞǀŝĞŶƚů͛ĞƚŚŶŝĞ
dominante.  Francus  change  encore  de  sens  et  veut  dorénavant  dire  libre.  Sont  assimilés  aux  francs,  
tous  les  homes  libres  dans  cet  espace.  Les  francs  sont  des  libres  mais  la  notion  de  liberté  associée  à  
ůĂŶŽƚŝŽŶĚ͛ĂƉƉĂƌƚĞŶĂŶĐĞĂƵƉĞƵƉůĞĨƌĂŶĐ͕ĐĞƚƚĞŶŽƚŝŽŶǀĂĠǀŽůƵĞƌ͘  
2  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
 
 
ĞŶŽƵǀĞĂƵ͕Đ͛ĞƐƚƵŶƉŚĠŶŽŵğŶĞƋƵ͛ŽŶĚĞǀŝŶĞăƚƌĂǀĞƌƐƵŶĞĚŽĐƵŵĞŶƚĂƚŝŽŶƋƵŝŶ͛ĞƐt  pas  
très  abondante.  Baptême  de  Clovis  en  496.  Au  début,  le  peuple  franc  ressemble  à  ce  que  devait  être  
ůĞƉĞƵƉůĞŐĞƌŵĂŶŝƋƵĞ͕Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐ĚŝƌĞƵŶƚƌğƐŐƌĂŶĚŶŽŵďƌĞĚ͛ŚŽŵŵĞs  libres  qui  combattent  à  pied.  Au  
fur   et   à   mesure   que   le   haut   Moyen   Age   se   développe   (dĞ ů͛époque   mérovingŝĞŶŶĞ ă ů͛ĠƉŽƋƵĞ
carolingienne),   pĞƵ ă ƉĞƵ͕ ů͛ŝŶĨĂŶƚĞƌŝĞ ĐĞƐƐĞ Ě͛ġƚƌĞ ůĂ ƌĞŝŶĞ ĚĞƐ ďĂƚĂŝůůĞƐ͘ ůůĞ ůĞ ĐğĚĞ ĚĞǀĂŶƚ ůĂ
ĐĂǀĂůĞƌŝĞ ƋƵŝ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ĞŶĐŽƌĞ ůĂ ĐŚĞǀĂůĞƌŝĞ͘ DĂŝƐ ă ů͛ĠƉŽƋƵĞ ĚĞ ŚĂƌůĞŵĂŐŶĞ͕ ů͛ĂƌŵĠĞ ĞƐƚ ƚƌğƐ
largement   composée   de   cavaliers͕ ů͛ŝŶĨĂŶƚĞƌŝĞ Ŷ͛ĠƚĂŶƚ ƉůƵƐ ƋƵ͛ƵŶĞ ƚƌŽƵƉĞ ĂĐĐĞƐƐŽŝƌĞ͘ >Ă ŶŽƚŝŽŶ ĚĞ
ůŝďĞƌƚĠ ƚĞŶĚ ă ƐĞ ƌĠĚƵŝƌĞ͘ KŶ ƉĂƐƐĞ Ě͛ƵŶ ƉĞƵƉůĞ ĨƌĂŶĐ ă ƵŶĞ ĂƌŝƐƚŽĐƌĂƚŝĞ ŵŝůŝƚĂŝƌĞ͕ ƵŶ ŶŽŵďƌĞ ĚĞ
personnes   qui   se   réduit,   ceux   qui   constituent   la   pièce   maîtresse   que   constitue   désormais   la  
cavalerie,  ceux-­‐là  forme  aussi  une  aristocratie  et  essaye  de  se  réserver  le  statut  de  libre,  ce  qui  tend  
ăƐĞƌĂƉƉƌŽĐŚĞĚĞů͛ŝĚĠĞĚĞŶŽďůĞƐƐĞ͘>Ğpopulus  est  un  cercle  de  personnes  (nombre  réduit  des  gens  
libres)  et  Ɛ͛ŝĚĞŶƚŝĨŝĞăĐĞƵdžƋƵŝŽŶƚĚĞƐƐĞŝgneuries.    
 
 

5. >ĂƌŽLJĂƵƚĠ͗ůĞƌŽŝĐŽŵŵĞĐŚĞĨŵŝůŝƚĂŝƌĞ;ƌĠƵŶŝŽŶƐĚĞƐĂƌŵĠĞƐ͕ŶŽƚŝŽŶĚ͛ĂůůĠŐĞĂŶĐĞͿ
et  charismatique  
 
 
Il   y   a   donc     une   convergence   entre   le   statut   de   libre,   de   combattants   à   cheval,   et   cette  
aristocratie   influente.   Ce   peuple   franc   a   une   structure   politique,   il   a   des   institutions.   Il   y   a   bien  
ĠǀŝĚĞŵŵĞŶƚůĞƌŽŝ͘ƵƉŽŝŶƚĚĞǀƵĞŐĞƌŵĂŝŶ͕ƵŶƌŽŝĞƐƚĚ͛ĂďŽƌĚƵŶĐŚĞĨĚĞŐƵĞƌƌĞ͕Đ͛ĞƐƚƉƌĠĐŝƐĠŵĞŶƚ
ĚĞŵĞŶĞƌĂƵĐŽŵďĂƚůĞƐŚŽŵŵĞƐůŝďƌĞƐ͛͘ĞƐƚaussi  en  même  temps  un  maître  de  la  paix,  et   de  la  
ƉƌŽƐƉĠƌŝƚĠăů͛ŝŶƚĠƌŝĞƵƌ͘  
 
 
͛ĞƐƚ ĚŽŶĐ ƵŶ ĐŚĞĨ ŝŶǀĞƐƚŝ ĚĞ ĐĞƌƚĂŝŶƐ ĂƚƚƌŝďƵƚƐ ƋƵŝ ƐĞ ƐŝƚƵĞŶƚ ĚĂŶƐ ů͛ŽƌĚƌĞ ĚƵ ƌĞůŝŐŝĞƵdž͘ /ů
ŐĂƌĂŶƚŝƚ ů͛équilibre   des   forces   naturelles.   Les   relations   entre   les   dieux   et   les   hommes.   Il   est  
ƌĞƐƉŽŶƐĂďůĞ ĚĞ ůĂ ƉƌŽƐƉĠƌŝƚĠ ĚĂŶƐ ƚŽƵƚĞƐ ůĞƐ ĚŝƌĞĐƚŝŽŶƐ Žƶ ŽŶ ƉĞƵƚ ů͛ĂƉĞƌĐĞǀŽŝƌ͘ ĞƐ ĨŽŶĐƚŝŽŶƐ
religieuses  ont  été  bien  observées  dans  les  monarchies  germaniques.  Au  10ème  siècle,  il  y  a  des  rois  
de   Suède   qui  ont   été   tué  par   leurs   sujets   les   années   de   mauvaise   récolte.   Il   est   considéré   comme  
ƌĞƐƉŽŶƐĂďůĞ͘^͛ŝůLJƵŶĞĐĂƚĂƐƚƌŽƉŚĞ͕Đ͛ĞƐƚůĂĨĂƵƚĞĚƵƌŽŝ͘/ůLJĂĂůŽƌƐƵŶƌĠŐŝĐŝĚĞƌŝƚƵĞů͘  
 
 
Notons   que   chez   les   mérovingiens,   les   traces   de   ce   côté   magique   Ŷ͛ĂƉƉĂraissent   pas   aussi  
nettement.    
 
 
6. L'évolution  de  la  royauté,  religion  chrétienne  et  renforcement  du  pouvoir  royal  
 
 
Cette   dimension   un   peu   extraterrestre   de   la   monarchie   il   va   falloir   la   reconstruire   dans   le  
monde  chrétien.  Cette  reconstruction  se  fait  en  trois  temps.    
 
6.1. Le  baptême  de  Clovis  (496)  
 
 
Le  chef  franc  le  plus  remarquable  a  été  Clovis  ƋƵŝƐ͛ĞƐƚĐŽŶǀĞƌƚŝ  au  christianisme.  Il  reçoit  le  
ďĂƉƚġŵĞĞŶϰϵϲĞƚŝůĞƐƚĚ͛ĂŝůůĞƵƌƐůĞƉƌĞŵŝĞƌĐŚĞĨďĂƌďĂƌĞăġƚƌĞǀƌĂŝŵĞŶƚĐĂƚŚŽůŝƋƵĞ;à  proprement  
parler).  La  conversion  de  Clovis  est  un  événement  majeur  car  il  entraîne  ipso  facto  la  conversion  de  
tout  le  peuple.    
 
6.2. Le  sacre  (750)  
   
 
La  deuxième  étape  se  situe  au  moment  du  changement  de  dynastie  où  des  officiers  du  palais  
ĨŽŶƚ ƵŶĞĞƐƉğĐĞĚĞĐŽƵƉĚ͛ĠƚĂƚ͘ Il   réduise  le  rôle   du  roi  et  finisse  par  les   faire  disparaître.   En  750,  
3  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
Pépin   le   Bref   décide   de   se   faire   sacrer,   il   invente   un   rituel   chrétien   qui   permet   de   conférer   au   roi  
cette  dimension  charismatique  (charisma  :  huile).    
 
 
La   bible   enseigne   que   les   rois   hébreux   ont   été   institués   dans   leur   fonction   royale   par   un  
ƌŝƚƵĞůĚĞů͛ŽŶĐƚŝŽŶ;ƌŝƚƵĞůĚƵƐĂĐƌĞͿ͘ĞƌŝƚƵĞůĚƵƐĂĐƌĞĞƐƚƌĞĐŽŶƐƚƌƵŝƚƉĂƌWĠƉŝŶůĞƌĞĨĞƚăƉĂƌƚŝƌĚĞůă
ŝůŶĞƐŽƌƚŝƌĂƉůƵƐĚĞů͛ƵŶŝǀĞƌƐŵĞŶƚĂůĞĚĞů͛ŽĐĐŝĚĞŶƚ͕ƋƵ͛ƵŶƌŽŝůĠŐŝƚŝŵĞĞƐƚƵŶƌŽŝƋƵŝ  ĂƌĞĕƵů͛ŽŶĐƚŝŽŶ
ƐĂĐƌĠĞ͘ YƵ͛ƵŶ ƌŽŝ Ăŝƚ quelque   chose   ĚĞ ĚŝǀŝŶ͕ ƋƵ͛ŝů ƐŽŝƚ ƉůƵƐ ĞŶ ĐŽŵŵƵŶŝĐĂƚŝŽŶ ĂǀĞĐ ŝĞƵ ƋƵĞ ůĞƐ
autres  hommes  entre  dans  la  tête  des  gens.    
 
6.3. Le  couronnement,  renovatio  imperii  (800)  
 
 
Ŷ ϴϬϬ͕ ŚĂƌůĞŵĂŐŶĞ ĞƐƚ ĐŽƵƌŽŶŶĠ ĞŵƉĞƌĞƵƌ͘ ͛ĞƐƚ ĐĞ ƋƵ͛ŽŶ ĂƉƉĞůůĞ ĞŶ ůĂƚŝŶ ůĂ renovatio  
imperii  ;ƌĞŶŽƵǀĞůůĞŵĞŶƚĚĞů͛ĞŵƉŝƌĞͿ͛͘ĞƐƚů͛ŝĚĠĞƋƵĞŚĂƌůĞŵĂŐŶĞĞƐƚƌŽŝĞƚĞŵƉĞƌĞƵƌet  après  lui,  
ƐĞƐ ƐƵĐĐĞƐƐĞƵƌƐ ĂůůĞŵĂŶĚƐ ƐŽŶƚ ĠŐĂůĞŵĞŶƚ ƌŽŝ Ğƚ ĞŵƉĞƌĞƵƌ͘ >͛ŝĚĠĞ ŝŶŝƚŝĂůĞ ĞƐƚ ĚĞ ƌĞŶĚƌĞ ǀŝĞ ă
ů͛ĞŵƉŝƌĞƌŽŵĂŝŶĚ͛ŽĐĐŝĚĞŶƚ.  Charlemagne  et  le  clergé  romain  essayent  de  reformer  le  couple  existant  
ăůĂĨŝŶĚĞů͛ĞŵƉŝƌĞƌŽŵĂŝŶ;ƵŶĐŚĞĨƐƉŝƌŝƚƵĞůĞƚƵŶĐŚĞĨƚĞŵƉŽƌĞůͿ͘ĞůĂŶ͛ĂũŽƵƚĞƉĂƐŐƌĂŶĚ-­‐chose  du  
ĨĂŝƚĚĞĐĞƚƚĞƉƌŽĐůĂŵĂƚŝŽŶĚ͛ƵŶƌĞŶŽƵǀĞĂƵĚĞƚLJƉĞŝŵƉĠƌŝĂůĞŵĂŝƐŝůLJĞŶgerme  quelque  chose͕Đ͛ĞƐƚ
la  renaissance  du  droit  romain.  
 
 
ŽŶĐŽŶĂƐƐŝƐƚĞĨŝŶĂůĞŵĞŶƚăƵŶƉƌŽĐĞƐƐƵƐĚ͛ƵŶĞĞƚŚŶŝĞ͕ĚĞĐŚƌŝƐƚŝĂŶŝƐĂƚŝŽŶĚĞĐĞƚƚĞĞƚŚŶŝĞ
et  de  construction  christianisée  de  la  fonction  de  monarque,  de  chef.    
 
 

4  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  

II.

L'organisation  et  le  personnel  judiciaires  

1. Les  officiers  locaux  du  roi  :  comtes,  évêques  et  vicaires  (ou  centeniers)  
 
 
ĞƚƚĞ ŵŽŶĂƌĐŚŝĞ ĨƌĂŶƋƵĞ Ă ĠŐĂůĞŵĞŶƚ ƵŶ ĐĞƌƚĂŝŶ ŶŽŵďƌĞ Ě͛ŝŶƐƚŝƚƵƚŝŽŶƐ͘ /ů LJ Ă ĚĞƐ
ŝŶƐƚƌƵŵĞŶƚƐ ĚĞ ƚƌĂŶƐŵŝƐƐŝŽŶ͘ ͛ĞƐƚ ĞƐƐĞŶƚŝĞůůĞŵĞŶƚ ƵŶ ĐŽƌƉƐ Ě͛ŽĨĨŝĐŝĞƌƐ ƌŽLJĂƵdž ƋƵŝ ƉĞƌŵet   au  
ƉŽƵǀŽŝƌĚĞƐ͛ĞdžƉƌŝŵĞƌƐƵƌů͛ĞŶƐĞŵďůĞĚƵƚĞƌƌŝƚŽŝƌĞ͘  
 
 
Le   royaume   est   divisé   en   un   certain   nombre   de   pagus   ;ƉĂLJƐͿ͘ >Ă ƐƵƉĞƌĨŝĐŝĞ Ě͛ƵŶ ƉĂŐƵƐ
ĐŽƌƌĞƐƉŽŶĚ ƉƵƐ ŽƵ ŵŽŝŶƐ ă ů͛ĞdžƚĞŶƐŝŽŶ ƚĞƌƌŝƚŽƌŝĂůĞ Ě͛ƵŶĞ ƉƌŽǀŝŶĐĞ ĂĐƚƵĞůůĞ͘ ĂŶƐ ĐŚĂƋƵĞ ƉĂLJƐ͕ ŽŶ
trouve  un  comte  et  chaque  comté  est  aussi  divisé.    
 
 
Centena  (la  centaine)  est  une  unité  qui  au  départ  comprenait  une  centaine  de  combattants  
et  puis  qui  devient   une   subdivision  du  comté.  Ce  baillage   territorial  du  royaume,   sur  ces  unités   se  
forme   une   organisation   judiciaire   embryonnaire.   Le   comte   ou   le   centenier   (=   vicaire,   vicaria)  
convoque  les  militaires.  Cette  subdivision  militaire  est  aussi  une  subdivision  judiciaire.    
 
 

2. Le  thing  comme  assemblée  des  hommes  libres  
 
 
Cette  subdivision  militaire  est  également  judiciairĞ͕Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐ĚŝƌĞƋƵ͛ăĐŚĂƋƵĞŶŝǀĞĂƵ͕ŝůLJĂƵŶ
tribunal   :   une   des   fonctions   de   cette   assemblée   est   de   trancher   les   différends   entre   les   hommes  
libres  de  la  Centaine  ou  du  Comté.  
 
 
A   date   fixe,   deux   fois   par   an   au   début   (printemps   et   automne),   le   Comte   ou   le   Centenier  
ƌĠƵŶŝƚůĞƐŚŽŵŵĞƐƋƵŝƐŽŶƚĚĂŶƐƐĂĚĠƉĞŶĚĂŶĐĞƉŽƵƌƚĞŶŝƌƵŶĞĂƐƐĞŵďůĠĞƋƵ͛ŽŶĂƉƉĞůůĞůĞͨthing  
͕ͩŝůƐ͛ĂŐŝƚĚ͛ƵŶŵŽƚŐĞƌŵĂŶŝƋƵĞ͕ƉĂƌĨĂŝƚĞŵĞŶƚĐŽŶƐĞƌǀĠƉĂƌůĂĚŽĐƵŵĞŶƚation.  Les  textes  juridiques  
ŽŶƚ ĐŽŶƐĞƌǀĠ  ůĞ ŵŽƚ ŐĞƌŵĂŶŝƋƵĞ ƋƵŝ ĞdžŝƐƚĞ Ě͛ĂŝůůĞƵƌƐ ƚŽƵũŽƵƌƐ ĚĂŶƐ ůĞƐ ůĂŶŐƵĞƐ ŐĞƌŵĂŶŝƋƵĞƐ
actuelles  (das  thing  :  tribunal  en  allemande).  
 
 
>ĂĐĂƌĂĐƚĠƌŝƐƚŝƋƵĞĚƵƐLJƐƚğŵĞĞƐƚƋƵ͛ŽŶĞƐƚăůĂĨŽŝƐjuge  et  justiciable.  Il  y  a  dans  la  société  
de   cette   époque   une     justice   à   deux   vitesses   :   les   non-­‐ůŝďƌĞƐ͕ Ě͛ƵŶĞ ƉĂƌƚ Ğƚ ĐĞƵdž ƋƵŝ ƐŽŶƚ ĚĂŶƐ ůĂ
ƐĞŝŐŶĞƵƌŝĞ͕ Ě͛ĂƵƚƌĞ ƉĂƌƚ͘ /ů LJ Ă ƵŶĞ ŐƌĂŶĚĞ ƉĂƌƚŝĞ ĚĞ ůĂ ƉŽƉƵůĂƚŝŽŶ ĚŽŶƚ ŶŽƵƐ ŶĞ ƉŽƵǀŽŶƐ ƉĂƐ
ƉĞƌĐĞǀŽŝƌĐŽŵŵĞŶƚƐ͛ŽƌŐĂŶŝƐĂŝƚƐĂǀŝĞũƵĚŝĐŝĂŝƌĞ͕ŵĂis  nous  pouvons  voir  la  partie  supérieure  de  la  
société.  
 
 
Ces   gens-­‐ůă ƐŽŶƚ ă ůĂ ĨŽŝƐ ũƵŐĞƐ Ğƚ ũƵƐƚŝĐŝĂďůĞƐ ͗ Đ͛ĞƐƚ ů͛ĂƐƐĞŵďůĠĞ ĚĞƐ ŚŽŵŵĞƐ ůŝďƌĞƐ ƋƵŝ
tranche   des   litiges.   Dans   son   ressort,   sa   circonscription,   le   centenier   ou   le   comte   est   juge  
(représentant  du  Roi)  mais  ne  fait  en  réalité  que  présider  le  tribunal,  présider  les  débats.  
 
Ŷ ĨŝŶ ĚĞ ƉĂƌĐŽƵƌƐ͕ ƋƵĂŶĚ ŝů LJ Ă ƵŶĞ ĚĠĐŝƐŝŽŶ ă ƉƌĞŶĚƌĞ͕ Đ͛ĞƐƚ ů͛ĞŶƐĞŵďůĞ ĚĞ ů͛ĂƐƐĞŵďůĠĞ ƋƵŝ ƐĞ
ƉƌŽŶŽŶĐĞ ĚĂŶƐ ƵŶ ƐĞŶƐ ŽƵ ĚĂŶƐ ƵŶ ĂƵƚƌĞ Ğƚ ĐĞ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ůĞ ƉƌĠƐŝĚĞŶƚ ƋƵŝ ĚĠĐŝĚĞ͘   Dans   les   autres  
causes,   tous   les   hommes   libres   sont   assesseurs   de   ce   Comte,   de   ce   Centenier   qui   dirige   les  
opérations.  
 
 

3. Hiérarchie  judiciaire  correspondant  à  la  hiérarchie  sociopolitique  et  militaire,  mais  
absence  d'appel  
 
 
La   structure   des   institutions   judiciaires   donne   une   impression   de   structure   en   pyramide   :  
Ě͛ĂďŽƌĚůĞƌŽŝĞƚůĞƚƌŝďƵŶĂůĚƵƉĂůĂŝƐ͕ĞŶƐƵŝƚĞůĞƐƚƌŝďƵŶĂƵdžĚĞĐŚĂƋƵĞĐŽŵƚĞĚĂŶƐƐŽŶĐŽŵƚĠĞƚĞŶĨŝŶ
les  tribunaux  de  chaque  centenier  ou  vicaire  dans  sa  circonscription.    
5  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
 
 
 
Mais   il   ne   faudrait   ƉĂƐ ƐĞ ƌĞƉƌĠƐĞŶƚĞƌ ĐĞƚƚĞ ƐƚƌƵĐƚƵƌĞ ĞŶ ƉLJƌĂŵŝĚĞ ă ů͛ŝŵĂŐĞ ĚĞ ůĂ ŶƀƚƌĞ͕
Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐ĚŝƌĞƋƵ͛ŽŶŶĞǀĂƉĂƐĞŶĂƉƉĞůĚ͛ƵŶĞũƵƌŝĚŝĐƚŝŽŶăů͛ĂƵƚƌĞ͗ĐŚĂƋƵĞũƵƌŝĚŝĐƚŝŽŶĂƵŶĐŚĂŵƉĚĞ
ĐŽŵƉĠƚĞŶĐĞĚĠƚĞƌŵŝŶĠƉĂƌůĞŶŝǀĞĂƵĚĞƐŝŶĚŝǀŝĚƵƐĚĂŶƐů͛ĠĐŚĞůůĞƐŽĐŝĂůĞ͘  
 
 

4. Le  dédoublement  de  la  fonction  judiciaire:  le  thunginus  (roi,  comte,  vicaire)  et  les  
"jugeurs":  liberi  homines,  rachimbourgs  (avant  780),  échevins  (après  780)  
 
 
La  fonction  de  juger,  à  cette  époque,  est  dédoublée.  Elle  est  exercée  non  pas  par  une  seule  
personne  ou  un  collège  de  personnes  qui  feraient  la  même  chose  mais  elle  est  cassée  en  deux.  
 
 
ů͛ŝŶƚĠƌŝĞƵƌĚƵdŚŝŶŐ͕ůĂƌĠĂůŝƚĠĚƵƉŽƵǀŽŝƌĞƐƚĞdžĞƌĐĠĞŶŽŶƉĂƐƉĂƌĐĞůƵŝƋƵŝƉƌĠƐŝĚĞ,  donc  
ĐĞůƵŝƋƵ͛ŽŶĂƉƉĞůůĞƚŚƵŶŐŝŶƵƐ;ZŽŝ͕ĐŽŵƚĞ͕ǀŝĐĂŝƌĞͿ͕mais  par  la  collectivité  de  tous  les  hommes  libres,  
tout  le  monde.  Cependant,  on  commence,  au  fil  du  temps,  par  voir  apparaître  des  personnages  qui  
sont  des  «  ĂƐƐĞƐƐĞƵƌƐ͕ͩĚĞƐŐĞŶƐƋƵŝǀŽŶƚŝŶƚĞƌǀĞŶŝƌăů͛ĂƉƉƵŝĚƵũƵŐĞ͘  
 
 
Avant  780,  on  parle  de  rachimbourgs.  Ce  terme  est  formé  sur  deux  termes  germaniques,  le  
ďƵƌŐ͕ Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐ĚŝƌĞ ůĂ ĐĂƵƚŝŽŶ Ğƚ ƌĂĐŚĞŶ͕ Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐ĚŝƌĞ ƉĂLJĞƌ͘  ^ŝ ů͛ŽŶ ĐŽŶĚĂŵŶĞ ƋƵĞůƋƵ͛ƵŶ͕ ĐĞƐ ŐĞŶƐ
garantissent  le  paiement.  
 
 
Après   780,   on   parle   des   scabini   (=   échevins)   :   schaffenreden   (auteurs   des   règlements   des  
conflits)  =  assesseurs  dans  un  tribunal.  
 
 

5. Exemple  du  dédoublement  (survivance)  :  origines  du  jury  
 
 
Le  thunginus  (Roi,  Comte,  Vicaire)  a  donc  également  une  fonction  de  sentence,  distinguée  de  
la  fonction  de  présidence  :  ce  système  a  subsisté  en  Angleterre,  et  par  la  suite  aux  Etats-­‐hŶŝƐ͘/ůƐ͛ĂŐŝƚ
du  jury.  
 
 
Continuité   complète   depuis   le   haut   Moyen   Age,   le   personnage   qui   dirige   le   «   thing   »   va  
Ɛ͛ĂĐĐŽŵƉĂŐŶĞƌĚĞdouze  autres  qui    vont    remplacer    les    échevins,    constituer    un    jury    avec    cette    
ĚŝƐƚŝŶĐƚŝŽŶĚĞƐĚĞƵdžĨŽŶĐƚŝŽŶƐ͗ƉƌĠƐŝĚĞŶƚĚĞƐĠĂŶĐĞƋƵŝƐƵƉĞƌǀŝƐĞů͛ĠǀŽůƵƚŝŽŶĚĞƐĚĠďĂƚƐĞƚůĞũƵƌLJ
qui  est  le  véritable  organe  de  décision.  
 
 
Cette  division  entre  le  juge  unique  et  le  jury  remonte  sans  aucune  interruption  à  la  situation  
au  Moyen  Age.    
 
 
 
 
 
 
 

6  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  

III.

Les  sources  du  droit  

 
 
ĞƐ ƉŽƉƵůĂƚŝŽŶƐ ƐŽƵŵŝƐĞƐ ă ů͛ŵƉŝƌĞ ĚĞ ůŽǀŝƐ Ğƚ ĚĞ ƐĞƐ ƐƵĐĐĞƐƐĞƵƌƐ͕ŽŶƚ ů͛ĠƋƵŝǀĂůĞŶƚ Ě͛ƵŶ
ĚƌŽŝƚĞƚŽŶƚĚĞƐƐŽƵƌĐĞƐĚƵĚƌŽŝƚ͗ͨYƵĞĚĞǀŝĞŶƚůĞĚƌŽŝƚĞƚůĞƐƐŽƵƌĐĞƐĚƵĚƌŽŝƚăůĂĨŝŶĚĞů͛ŵƉŝƌĞ
romain  »  ?  Il  y  a  deux  grandes  branches  des  sources  du  droit  :  la  branche  canonique  et  la  branche  
laïque.    
 
 
1. Droit  canonique  
1.1. La  formation  du  droit  canonique    
1.1.1. Droit  divin  
1.1.1.1. Le  droit  divin  révélé  :  l'Ancien  et  le  Nouveau  Testament  
 
 
>Ğ ĚƌŽŝƚ ĐĂŶŽŶŝƋƵĞ ĞƐƚ ƉŽƐĠ ƉĂƌ ů͛ŐůŝƐĞ Ğƚ ĐŽŶĐĞƌŶĞ ůĞƐ ŵĂƚŝğƌĞƐ ƐƉŝƌŝƚƵĞůůĞƐ͕ ĐĞůůĞƐ-­‐ci   sont  
ƉŽƵƌƌĂƉƉĞůĚĠĐůĂƌĠĞƐƐƉŝƌŝƚƵĞůůĞƐƉĂƌů͛ŐůŝƐĞ͘/ůLJĂƵŶĞ ŝŶƐƉŝƌĂƚŝŽŶƌĞůŝŐŝĞƵƐĞ ĞƚĐ͛ĞƐƚ ƉŽƵƌƋƵŽŝůĞƐ
ĐĂŶŽŶŝƐƚĞƐĚĠĨŝŶŝƐƐĞŶƚůĂƐŽĐŝĠƚĠĞŶĨŽŶĐƚŝŽŶĚ͛ƵŶĂƵƚƌĞ  ŵŽŶĚĞ͕ĚĞů͛ĂƵ-­‐delà,  un  autre  monde  que  les  
chrétiens  sont  amenés  à  atteindre.  Par  les  règles  canoniques,  on  veut  assurer  le  bien  des  hommes  
ĚĂŶƐů͛ĂƵƚƌĞŵŽŶĚĞ͘  
 
 
La  théologie,  science  du  divin,  se  divise  en  deux  grandes  branches  :    
 
ͻ Théologie  dogmatique  ͗ĞŶƐĞŝŐŶĞĐĞƋƵ͛ŝůĨĂƵƚĐƌŽŝƌĞ  
ͻ Théologie   morale  ͗ ĞŶƐĞŝŐŶĞ ĐĞ ƋƵ͛ŝů ĨĂƵƚ ĨĂŝƌĞ͕ ĚŽŶĐ ůĞƐ ƉƌĠĐĞƉƚĞƐ ƋƵĞ ĚŽŝǀĞŶƚ ƐƵŝǀƌĞ ůĞƐ
chrétiens  pour  gagner  le  salut.  Cette  théologie  morale  se  divise  elle-­‐même  entre  
o For  interne  :  tribunal  de  la  conscience  
o For   externe  :   Tribunal     tout     court   :     les     prescriptions     de     droit     canonique     qui    
définissent    à    quelles  conditions    un    mariage    existe    juridiquement    ou    pas,    sont    
ƐƵƐĐĞƉƚŝďůĞƐĚ͛ġƚƌĞĂƉƉůŝƋƵĠĞƐĚĞǀĂŶƚůĞƐƚƌŝďƵŶĂƵdž  
 
 
Le  droit  divin  est  un  droit  légiféré.  /ůLJĂƵŶůĠŐŝƐůĂƚĞƵƌ͕ŝůƐ͛ĂŐŝƚĚĞŝĞƵ͘WŽƵƌůĞƐ,ĠďƌĞƵdž͕ĞŶ
intervenant  de  différentes  manières  à  travers  les  prophètes.  Pour  les  chrétiens,  à  travers  les  paroles  
de  Jésus-­‐Christ  retranscrites  dans  le  nouveau  testament.    
 
 
>͛ĂŶĐŝĞŶ ƚĞƐƚĂŵĞŶƚ  ĞƐƚ ů͛ĞŶƐemble   des   révélations   faites   avant   le   Christ   aux   Hébreux.  
Ensuite,  la  deuxième  partie  est  ce  qui  se  rapporte  à  la  vie  du  Christ,  le  nouveau  Testament,  qui  en  
ŐƌĂŶĚĞ ƉĂƌƚŝĞ Ě͛ĂŝůůĞƵƌƐ ĞƐƚ ƵŶĞ ƌĠǀĠůĂƚŝŽŶ ĂƵ ƐĞŶƐ ƉƌĞŵŝĞƌ ĚƵ ƚĞƌŵĞ ;ƌĞǀĞůĂƌĞ  =   retirer   le   voile).  
Jésus  dévoile  le  sens  des  anciens  textes.  
 
1.1.1.2. Le  droit  divin  naturel,  construction  intellectuel  du  bas  Moyen  Age  visant  à  l'intégration  
de  la  philosophie  antique  et  à  la  conciliation  de  la  foi  et  de  la  raison  
 
 
Au  fil  du  temps,  mais  surtout  au  milieu  du  MoyĞŶŐĞ͕ŽŶĂĚŽƉƚĞů͛ŝĚĠĞƋƵĞůĞĚƌŽŝƚĚŝǀŝŶƐĞ
ŶĞƐ͛ĞdžƉƌŝŵĞƉĂƐƐĞƵůĞŵĞŶƚƉĂƌůĂƌĠǀĠůĂƚŝŽŶŵĂŝƐƋƵ͛ŝůƐ͛ĞdžƉƌŝŵĞĂƵƐƐŝƉĂƌůĂŶĂƚƵƌĞ͘ĞůůĞ-­‐ci  ayant  
ĠƚĠĐƌĠĠĞƉĂƌŝĞƵ͕ĞůůĞƌĞĨůğƚĞůĂǀŽůŽŶƚĠĚĞĐĞůƵŝƋƵŝů͛ĂĐƌĠĠĞ͘  
 
 
^͛ŝů ĞƐƚ ƉŽƐƐŝďůĞ ĚĞ ƐĂƵǀĞƌ ů͛ƈƵǀƌĞ Ě͛ƵŶ ĐĞƌƚĂŝŶ ƉŚŝůŽƐŽƉŚĞ ĚĞ ů͛ŶƚŝƋƵŝƚĠ͕ ƋƵŽŝƋƵ͛ŝů Ăŝƚ ĠƚĠ
ƉĂŢĞŶƐ͕ Đ͛ĞƐƚ ƉĂƌĐĞ ƋƵĞ ĚĂŶƐ ůĂ ŵĞƐƵƌĞ Žƶ ĐĞƐ ƉŚŝůŽƐŽƉŚĞƐ ƐĞ ƐŽŶƚ ƉĞŶĐŚĠƐ ƐƵƌ ůĂ ŶĂƚƵƌĞ͕ ŝůƐ ŶĞ
pouvaient  pas  se  tromper  de  beaucoup.  Donc  leur  travail  peut  être  conservé  dans  la  mesure  où  il  est  
suƐĐĞƉƚŝďůĞĚĞƐ͛ŝŶĐŽƌƉŽƌĞƌĂƵƌĞƐƚĞĚƵsystème  chrétien.  
 
 
ĞƚƚĞ ŝĚĠĞ Ě͛ƵŶ ĚƌŽŝƚ ĚŝǀŝŶ ŶĂƚƵƌĞů͕ ĞůůĞ Ă ƐƵƌƚŽƵƚ ĠƚĠ ĚĠǀĞůŽƉƉĠĞ ă ƉĂƌƚŝƌ ĚƵ DŽLJĞŶ ŐĞ͘
7  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
Dans   le   premier   christianisme,   donc   celui   qui   suit   la   résurrection   du   Christ,   le   droit   divin   repose  
presque  ƋƵ͛ĞdžĐůƵƐŝǀĞŵĞŶƚƐƵƌůĞƐƚĞdžƚĞƐƌĠǀĠůĠƐ͘  
 
1.1.2. Droit  humain:  le  ius  humanum  antiquum  (première  période:  droit  ancien  de  l'antiquité)  
1.1.2.1. La  patristique  
 
 
La  doctrine  se  demande  comment  donner  sens  à  ces  textes  qui  composent  la  Bible,  qui  sont  
un  héritage   du  passé,   parfois  très  lointain,  qui  sont  parfois  contradictoires.  Et   puis  il  faut   arriver  à  
révéler  la  couche  nouvelle  qui  parfois  est  dans  la  lignée  de  l͛ĂŶĐŝĞŶŶĞĞƚƉĂƌĨŽŝƐƐ͛ĞŶĂĨĨƌĂŶĐŚŝƚ͘  
 
 
>ĂƉĂƚƌŝƐƚŝƋƵĞĞƐƚůĂĚŽĐƚƌŝŶĞĚĞƐƉğƌĞƐĚĞů͛ŐůŝƐĞ͘hŶƉğƌĞĚĞů͛ŐůŝƐĞĞƐƚƋƵĞůƋƵ͛ƵŶƋƵŝƐĞ
signale  par  deux  caractéristiques  :  sainteté  de  sa  vie  et  il  faut  que  la  doctrine  ait  été  reconnue  par  
ů͛ŐůŝƐĞ͘&ŝŶĂůĞŵĞŶƚ͕ůĞƉƌŽĐĞƐƐƵƐĚĞƌĞĐŽŶŶĂŝƐƐĂŶĐĞĚĞůĂƋƵĂůŝƚĠĚĞůĂĚŽĐƚƌŝŶĞĚĞƐƉğƌĞƐĚĞů͛ŐůŝƐĞ
Ă ĠƚĠ ĞdžƚƌġŵĞŵĞŶƚ ĐŽŵƉůŝƋƵĠ͘ >ĞƐ ƉğƌĞƐ ĚĞ ů͛ŐůŝƐĞ ĚĞ ů͛ŶƚŝƋƵŝƚĠ ;^ĂŝŶƚ ƵŐƵƐƚŝŶ͕ ͙Ϳ ŶĞ ƐĂǀĂŝĞŶƚ
ĠǀŝĚĞŵŵĞŶƚ ƉĂƐ ƋƵ͛ŝů ĂůůĂŝƚ ůĞ ĚĞǀĞŶŝƌ͘ YƵĂŶĚ ŽŶ ůŝƚ ůĞƵƌ ƈƵǀƌĞ͕ ŽŶ ƐĞ ƌĞŶĚ ĐŽŵƉƚĞ ƋƵ͛ŝůƐ ĠƚĂŝĞŶƚ
ĂŶdžŝĞƵdž ;ĐŽŵŵĞŶƚ ĚŝƐĐƌŝŵŝŶĞƌ ůĞ ũƵƐƚĞ ĚĞ ů͛ŝŶũƵƐƚĞͿ͕ Đ͛ĠƚĂŝƚ ĚĞƐ ŐĞŶƐ ƚŽƵƌŵĞŶƚĠ ĐŽŵŵĞ ů͛ĞƐƚ ůĞƵƌ
ƈƵǀƌĞ ŐĠŶĠƌĂůĞŵĞŶƚ͘ YƵĂŶĚ ŽŶ ůĞƐ ƌĞůŝƚ͕ ŝůƐ Ŷ͛ŽŶƚ ũĂŵĂŝƐ ĠƚĠ ŽƌƚŚŽĚŽdžĞƐ ĚĞ ďŽƵƚ ĞŶ ďŽƵƚ͘ >Ğ
processus  de  sélection  a  été  très  long,  ƋƵŝƐ͛ĞƐƚĨĂŝƚĂƉƌğƐĐŽƵƉ͕ƋƵŝƉĞƌŵĞƚĚĞĚĠƚĞƌŵŝŶĞƌƋƵĞƉĂƌ
ĞdžĞŵƉůĞ^ĂŝŶƚƵŐƵƐƚŝŶĞƐƚŝŶĐŽŶƚĞƐƚĂďůĞŵĞŶƚƵŶƉğƌĞĚĞů͛ŐůŝƐĞ͘  
 
 
ƵĨŝůĚƵƚĞŵƉƐ͕Ɛ͛ŝŵƉŽƐĞƵŶĐŽƌƉƐĚĞ ĚŽĐƚƌŝŶĞ͕ƵŶĐŽƌƉƐĚ͛ŚŽŵŵĞƐ ĂƵdžƋƵĞůƐ ƐĞ ƌĞĐŽŶŶĂŝƚ
cette  orthodoxie.  Une  tradition  qui  implŝƋƵĞů͛ŝĚĠĞĚ͛ƵŶĞŚŝĠƌĂƌĐŚŝĞĞĐĐůĠƐŝĂƐƚŝƋƵĞĞƚĚŽŶĐĐĂƉĂďůĞ
de  faire  ce  travail  de  tri.    
 
1.1.2.2. La   tradition   :   principe   d'interprétation   par   voie   d'autorité   de   l'Ecriture   sainte   (principe  
que  rejettera  plus  tard  le  protestantisme)  
 
 
>Ğ ƉƌŽďůğŵĞ Ě͛ŝŶƚĞƌƉƌĠƚĂƚŝŽŶ de   la   Bible   ne   relève   pas   de   la   conscience   individuelle   du  
ĐŚƌĠƚŝĞŶ͘ Ğ ƉƌŽďůğŵĞ ƌĞůğǀĞ Ě͛ƵŶĞ ĚŽĐƚƌŝŶĞ ĂƵƚŽƌŝƐĠĞ͘ >ĞƐ ƚĞdžƚĞƐ ĚĞ ůĂ ŝďůĞ ƐŽŶƚ ĚŝĨĨŝĐŝůĞƐ͕ ŝů ĨĂƵƚ
ƉĂƌĨŽŝƐƐ͛ĠůŽŝŐŶĞƌďĞĂƵĐŽƵƉĚƵƐĞŶƐůŝƚƚĠƌĂů͘>Ğ ƉƌŽĐĞƐƐƵƐĚĞ ƐĠůĞĐƚŝŽŶĚĞƐ ƉğƌĞƐ ĚĞ ů͛ŐůŝƐĞ repose  
sur  la  tradition.    
 
 
Ğ ƋƵĞ ǀŽŶƚ ĚŝƌĞ ůĞƐ ƉƌŽƚĞƐƚĂŶƚƐ͕ ů͛ŐůŝƐĞ ĚğƐ ůĞƐ ƉƌĞŵŝĞƌƐ ƚĞŵƉƐ Ɛ͛ĞƐƚ ĞŶƚŝğƌĞŵĞŶƚ
fourvoyée͕ ƉĂƌĐĞ ůĂ ƚƌĂĚŝƚŝŽŶ Ŷ͛ĞdžŝƐƚĞ ƉĂƐ͕ ůĂ ŚŝĠƌĂƌĐŚŝĞ ĞĐĐůĠƐŝĂƐƚŝƋƵĞ Ŷ͛ĞdžŝƐƚĞ ƉĂƐ Ğƚ ůĞƐ ƉğƌĞƐ ĚĞ
ů͛ŐůŝƐĞƐŽŶƚĚĞƐŚŽŵŵĞƐĐŽŵŵĞůĞƐĂƵƚƌĞƐet  ont  pu  se  tromper.    
 
 
ĞƋƵŝĞŶƚƌĂŝŶĞƌĂĐŽŵĞĐŽŶƐĠƋƵĞŶĐĞƋƵĞĚ͛ƵŶƉŽŝŶƚĚĞǀƵĞƉƌŽƚĞƐƚĂŶƚƉƵƌ͕ŝůŶ͛LJĂƉůƵƐĚĞ
droit  canonique.  /ůŶ͛ĞƐƚƉĂƐƉŽƐƐŝďůĞĚĞƚŝƌĞƌƵŶĚƌŽŝƚƚŝƌĠĚĞů͛ĠĐƌŝƚƵƌĞƐĂŝŶƚĞ͘>ĂŵŽƌĂůĞŶĞƐ͛ĂĚƌĞƐƐĞ
ƉůƵƐ ƋƵ͛ĂƵ ĨŽƌ ŝŶƚĞƌŶĞ͘ DĂƌƚŝŶ >Ƶƚher   a   dit  :   tout   juriste   est   un   ennemi   du   Christ.   Ce   qui   concerne  
ƐƵƌƚŽƵƚůĞƐĐĂŶŽŶŝƐƚĞƐŵĂŝƐŝůŶĞĨĂŝƐĂŝƚƉĂƐůĂĚŝƐƚŝŶĐƚŝŽŶ͘>ĂƐĞƵůĞƌğŐůĞƋƵŝŝŵƉŽƌƚĞĐ͛ĞƐƚůĂŵŽƌĂůĞ͘    
 
1.1.2.3. La  législation:  canons  des  conciles  et  décrétales  des  papes  
 
 
La   patristique   est   devenue   la   première   source   du   droit   canonique.   Ensuite,   la   deuxième  
grande   source   de   droit   canonique͕ Đ͛ĞƐƚ ůĂ ůŽŝ͕ Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐ĚŝƌĞ ůĂ ŶŽƌŵĞ ƋƵŝ ĞƐƚ ƉŽƐĠĞ ƉĂƌ ů͛ĂƵƚŽƌŝƚĠ
ĞĐĐůĠƐŝĂƐƚŝƋƵĞ͘/ůLJĂĚĞƐĐŽŶĐŝůĞƐƋƵŝƐĞƌĠƵŶŝƐƐĞŶƚƋƵŝƐŽŝƚƐŽŶƚƈĐƵŵĠŶŝƋƵĞƐĚŽŶĐƌĠƵŶŝssent  tous  
ůĞƐ ĠǀġƋƵĞƐ ĚĞ ůĂ ĐŚƌĠƚŝĞŶƚĠ͕ ƐŽŝƚ ƌĠŐŝŽŶĂƵdž͘  ĐƀƚĠ ĚĞƐ ĐŽŶĐŝůĞƐ͕ ĠŵĞƌŐĞ ů͛ŝĚĠĞ ĚĞ ƉĂƉĞ͘ /ů ĞƐƚ ǀƵ
ĐŽŵŵĞ ůĞ ƐƵĐĐĞƐƐĞƵƌ ĚĞ WŝĞƌƌĞ͘ >͛ĠǀġƋƵĞ ĚĞ ZŽŵĞ ƉƌĞŶĚƌĞ ůĞ ŶŽŵ ĚĞ ƉĂƉĞ Ğƚ ƉƌĞŶĚƌĂ ĚĞƐ
ĚĠĐƌĠƚĂůĞƐ͕Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐dire  des  législations  pontificales.    
 
 
8  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
1.2. Le  déclin    
 
 
>Ğ ĐŽƌƉƐ ĚĞ ů͛ŐůŝƐĞ ĂƵ ŵŽŵĞŶƚ Žƶ ů͛ĞŵƉŝƌĞ ƌŽŵĂŝŶ Ɛ͛ĞĨĨŽŶĚƌĞ ĞƐƚ ƚƌğƐ ďŝĞŶ ŽƌŐĂŶŝƐĠ͘ ƚ
maîtrise  un  droit  écrit  qui  est  déjà  très  technique  et  très  profondément  pensé  avec  une  organisation  
des  sources  du  droit.    
 
 
A  partir  du  haut  Moyen  Age,  ů͛ŐůŝƐĞĞƐƚĨƌĂƉƉĠĞƉĂƌůĞĨĂŝƚƋƵĞĚ͛ĂďŽƌĚůĂƐŽĐŝĠƚĠůĂŢƋƵĞƐĞ
ĚĠĐŽŵƉŽƐĞ͘ /ů ŶĞ ƌĞƐƚĞ ƋƵĞ ůĞƐ ďĂƌďĂƌĞƐ͘ >͛ŐůŝƐĞ ĞƐƚ ĂƵƐƐŝ ĨƌĂƉƉĠĞ ƉĂƌ ůĞ ƌĞĐƵů ĐƵůƚƵƌĞů ŐĠŶĠƌĂů͘
>͛ĂŶĐŝĞŶŶĞĐƵůƚƵƌĞĂŶƚŝƋƵĞŶĞƐĞƚƌĂŶƐŵĞƚƉůƵƐ͛͘ĞƐƚĚĂŶƐů͛ŐůŝƐĞƋƵ͛ŽŶƚƌŽƵǀĞůĞƐŐĞŶƐƋui  écrivent  
ĞŶĐŽƌĞ͘ƉĂƌƚŝƌĚƵŚĂƵƚDŽLJĞŶŐĞ͕ů͛ĂůƉŚĂďĠƚŝƐĂƚŝŽŶŶ͛ĞdžŝƐƚĞƉŽƵƌĂƵƐƐŝĚŝƌĞƉůƵƐƉĂƌŵŝůĞƐůĂŢĐƐ͘/ůƐ
ŶĞƌĞĐŽŵŵĞŶĐĞƌŽŶƚăůŝƌĞĞƚăĠĐƌŝƌĞƋƵ͛ăƉĂƌƚŝƌĚƵϭϮèmesiècle.    
 
 
Désormais,   ce   sont   surtout   les   moines   qui   sont   les   conservateurs   et   continuateurs   de   la  
culture.   Seuls   les   moines   vont   finalement   copier   les   textes   et   assurer   la   transmission   des  
ĐŽŶŶĂŝƐƐĂŶĐĞƐ͘/ůŶ͛LJĂƉůƵƐŐƌĂŶĚĐŚŽƐĞĚƵĐƀƚĠĚĞůĂƉƌŽĚƵĐƚŝŽŶ͘ĂŶƐůĞŵġŵĞƚĞŵƉƐ͕ůĂĚŝƐĐŝƉůŝŶĞ
ĞĐĐůĠƐŝĂƐƚŝƋƵĞƐĞƌĞůąĐŚĞ͘>͛ĂƵƚŽƌŝƚĠĚƵƉĂƉĞĚĞůĂĨŝŶĚĞů͛ĂŶƚŝƋƵŝƚĠĚŝŵŝŶƵĞ͕ůĞƐĠǀġƋƵĞƐƐŽŶƚůŽŝŶĚĞ
lui  obéir  en  fermant  les  yeux.  
 
 
hŶƌĞĐƵůĚĞůĂůŽŝ͘>ĞƉĂƉĞŶ͛ĂƉůƵƐƋƵ͛ƵŶƉƌĞƐƚŝŐĞƐLJŵďŽůŝƋƵĞ͘/ůĠŵĞƚĞŶĐŽƌĞĚĞƚĞŵƉƐĞŶ
ƚĞŵƉƐĚĞƐĚĠĐƌĠƚĂůĞƐŵĂŝƐŝůŶ͛ĞƐƚƉĂƐƚƌğƐŽďĠŝ͘>ĞƐĐŽŶĐŝůĞƐƐĞŵďůĞŶƚĂĨfranchis  complètement  de  la  
ƚƵƚĞůůĞƉŽŶƚŝĨŝĐĂůĞ͘/ůŶ͛LJĂƉůƵƐĚĞĐŽŶĐŝůĞăů͛ĠĐŚĞůůĞĚĞůĂĐŚƌĠƚŝĞŶƚĠĞŶƚŝğƌĞ͘  
 
 
ŽŵŵĞƉĞƌƐŽŶŶĞŶ͛ĠĐƌŝƚƉůƵƐ͕ůĞƐƌŽŝƐďĂƌďĂƌĞƐ͕ĐĞƵdžƋƵŝƐĂǀĞŶƚĞŶĐŽƌĞĠĐƌŝƌĞ͕Ɛ͛ĂƉƉƵŝĞŶƚƐƵƌ
les  élites  et  demandent  aux  conciles  de  jouer  lĞĚ͛ƵŶĞƐŽƌƚĞĚ͛ŝŶƐƚĂŶĐĞůĠŐŝƐůĂƚŝǀĞ͘/ůůĞƵƌĚĞŵĂŶĚĞĚĞ
ĨĂŝƌĞůĞƵƌƚƌĂǀĂŝůĚŽŶĐĚĞƉƌŽĚƵŝƌĞĚĞůĂŶŽƌŵĞƉŽƵƌů͛ĞŶƐĞŵďůĞĚĞůĂƐŽĐŝĠƚĠ͘YƵĂŶĚŽŶƌĞŐĂƌĚĞůĞƐ
ĐĂŶŽŶƐ ĚĞƐ ĐŽŶĐŝůĞƐ ĚĞ ů͛ĠƉŽƋƵĞ͕ ŽŶ ƐĞ Ěŝƚ ƋƵ͛ŝŶĐŽŶƚĞƐƚĂďůĞŵĞŶƚ ŝů LJ Ă ƵŶĞ ƐŽƌƚĞ ĚĞ ĚŝƐĐŽŶƚŝŶƵŝƚĠ͘
ŝŶƐŝ͕ ĞŶ ŵĂƚŝğƌĞ ĚĞ ŵĂƌŝĂŐĞ͕ ů͛ŐůŝƐĞ ƉƌŝŵŝƚŝǀĞ ĂǀĂŝƚ ĨŽŶĚĠ ůĞ ƉƌŝŶĐŝƉĞ ĚĞ ů͛ŝŶĚŝƐƐŽůƵďŝůŝƚĠ Ğƚ ă
ů͛ĠƉŽƋƵĞĐĂƌŽůŝŶŐŝĞŶŶĞ͕ŽŶŶ͛LJƌĞŐĂƌĚĞƉůƵƐĚĞƐŝƉƌğƐ͘  
 
1.3. Les  collections  canoniques    
 
 
ĂŶƐĐĞƐƐŽĐŝĠƚĠƐ͕Žƶů͛ĠĐƌŝƚƵƌĞƐ͛ĞƐƚƌĂƌĠĨŝĠĞ͕ŽŶŶ͛ĂƌƌŝǀĞƉůƵƐăĚŽminer  les  textes  laissés,  on  
Ŷ͛ĂƌƌŝǀĞƉůƵƐăĚŽŵŝŶĞƌůĂĚŽĐƵŵĞŶƚĂƚŝŽŶůĂŝƐƐĠĞƉĂƌůĂƉĂƚƌŝƐƚŝƋƵĞĂƵƚŽƌŝƐĠĞ͘KŶǀĂĂůŽƌƐƐĞŵĞƚƚƌĞă
ĨĂŝƌĞĚĞƐĂďƌĠŐĠƐ͘KŶǀĂƉƌĞŶĚƌĞůĞƐƉĂƐƐĂŐĞƐŝŵƉŽƌƚĂŶƚƐŽƶƐ͛ĞdžƉƌŝŵĞƵŶĞŶŽƌŵĞ͕ƵŶĞŽƉŝŶŝŽŶ͘KŶ
va  prendre  ses  passages  de  ů͛ƈƵǀƌĞĚ͛ŽƶŝůƐƐŽŶƚĞdžƚƌĂŝƚƐĞƚŽŶǀĂůĞƐŵĞƚƚƌĞďŽƵƚăďŽƵƚ͘  
 
 
WƌĞŶŽŶƐ ů͛Ğxemple   de   la   Dionysiana,   la   première   des   grandes   collections  
canoniques.  Denis   le   Petit   est   un   personnage   célèbre   en   tant   que   chronologiste   (et   moins   en   tant  
que  juriste).  Il  se  posait  le  problème  du  temps  :   Quand   le   Christ   est-­‐il   né  ?   Pâques  ?   ͛ĞƐƚ   lui   qui   a  
fixé   le   moment   de   la   naissance   du   Christ.   Il   était   un   homme   qui   avait   le   sens   du   système,   mais  
surtout  du  temps.  Sa  collection  canonique  est  dominée  par  l͛Žďsession  du  temps  :  situe  les  auteurs  
par  rapport  au   temps.  Les  fragments  extraits  des  différents  auteurs   (auctoritates)   sont   classés   par    
ordre   chronologique   (si   on   cherchait   le   droit   du   mariage,   il   fallait   tourner   les  pages   pour   noter   où  
un   fragment   extrait   d͛ƵŶ   père   de   l͛glise   qui   concernait   le   mariage)   et   non   par   ordre  
systématique   (classement   par   thèmes).   Même   défaut   qui   va   durer   pendant   cinq   siècles   :   ces  
fragments  ne  sont  pas  regroupés  par  thèmes,  et  il  est  donc  impossible  de  classer  le  droit  canonique  
en  systèmes.    
 
 
Justinien,  lui,  avait  regroupé  les  fragments  par  thème.  
 
 
9  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
1.4. Les  falsifications:  les  fausses  décrétales  
 
 
L͛Ğffet  de  brouillard  sera  encore  accentué  par  la  production  de  faux  :  les  falsifications.  On  va  
voir   arrivé   des   législateurs   occultes   qui   introduisent   des   faux   canons,   des   faux   fragments.   La  
ĐŽůůĞĐƚŝŽŶůĂƉůƵƐĐŽŶŶƵĞĞƐƚĐĞůůĞĚ͛Isidore  le  marchand.  ͛ĞƐƚůĂƉĠŶƵƌŝĞĚĞŶŽƌŵĞ;ŝůŶ͛LJĂƉůƵƐĚĞ
législateur   qui   fait   autorité)   qui   explique   ces   falsifications.   On   fabrique   des   règles   au   nom   de  
légŝƐůĂƚĞƵƌƐƋƵŝŽŶƚǀĠĐƵŝůLJĂůŽŶŐƚĞŵƉƐ͘ĞƐĨĂƵƐƐĞƐĚĠĐƌĠƚĂůĞƐƐ͛ŝŶĐŽƌƉŽƌĞŶƚĂƵdž ǀƌĂŝƐƚĞdžƚĞƐ͘>Ă
norme  est  aussi  le  produit  de  ces  falsifications.    
 
 
͛ĂŝůůĞƵƌƐ͕Đ͛ĞƐƚĚĞǀĞŶƵĚĞƐƐŽƵƌĐĞƐĚƵĚƌŽŝƚƋƵŝŶŽƵƐŽŶƚŝŶĨůƵĞŶĐĠĞƐ͘WƌĞŶŽŶƐů͛ĞdžĞŵƉůĞĚĞ
la   réintégrĂŶĚĞ͘ >ŽƌƐƋƵĞ ƋƵĞůƋƵ͛ƵŶ ƐĞ ǀŽŝƚ ĚĠƉŽƐƐĠĚĞƌ͕ ŝů ĚŽŝƚ ƉƌŽƵǀĞƌ ůĂ ǀŽŝĞ ĚĞ ĨĂŝƚ Ğƚ ŶŽŶ ƉĂƐ
ƉƌŽƵǀĞƌ ƋƵ͛ŝů ĠƚĂŝƚ ĞŶ ƉŽƐƐĞƐƐŝŽŶ ĚĞ ůĂ ĐŚŽƐĞ͘ /ů ĚŽŝƚ ũƵƐƚĞ ƉƌŽƵǀĞƌ ƋƵ͛ŝů Ă ĠƚĠ ƵƐĠ ĚĞ ůĂ ǀŝŽůĞŶĐĞ
ĞŶǀĞƌƐ ůƵŝ ƉŽƵƌ ůĞ ĚĠƉŽƐƐĠĚĞƌ ĚĞ ůĂ ĐŚŽƐĞ͘ ĞĐŝ ǀŝĞŶƚ Ě͛ƵŶĞ ĨĂƵƐƐĞ ĚĠĐƌĠƚĂůĞ ƋƵ͛ŽŶ ĂƉƉĞůůĞ
reintegranda.   En   cas   de   dépossession   par   la   violence,   celui   qui   a   été   dépossédé   doit   être   rétabli  
ĂǀĂŶƚ ƚŽƵƚĞ ĂƵƚƌĞ ĐŚŽƐĞ͘ ĞƚƚĞ ĂĐƚŝŽŶ ĞŶ ũƵƐƚŝĐĞ Ɛ͛ĞƐƚ ƚƌĂŶƐŵŝƐĞ Ğƚ ĚĞ Ĩŝů ĞŶ ĂŝŐƵŝůůĞ͕ ĞůůĞ Ă ĨŝŶŝ ƐĞ
ƚƌŽƵǀĞƌ ĚĞƐ ƚĞƌƌĂŝŶƐ Ě͛ĞdžƉůŽŝƚĂƚŝŽŶ Ğƚ ĂǀŽŝƌ ĚĞƐ ƵƚŝůŝƚĠƐ ƉƌĂƚŝƋƵĞƐ ĂƵ ƉŽŝŶƚ ƋƵ͛ŽŶ ƉĞƵƚ ĞŶĐŽƌĞ
ů͛ŝŶǀŽƋƵĞƌ͘  
 
 
Le  bƵƚĚĞů͛ĂĐƚŝŽŶƉŽƐƐĞƐƐŽŝƌĞĞƐƚĚĞƉƌŽƚĠŐĞƌůĞƉƌŽƉƌŝĠƚĂŝƌĞůƵŝ-­‐même.  Le  plus  souvent,  celui  
qui  a  la  chose  en  main  est  le  véritable  propriétaire.  Il  est  en  effet  difficile  de  prouver  la  propriété  de  
son   titre.   En   droit   actuel   ou   en   ancien   droit   français,   on   distingue   trois   différentes   actions  
possessoires  ͗ůĂĐŽŵƉůĂŝŶƚĞ͕ůĂĚĠŶŽŶĐŝĂƚŝŽŶĚĞŶŽƵǀĞůůĞƈƵǀƌĞĞƚůĂƌĠŝŶƚĠŐƌĂŶĚĞ͘  
 
 
>Ă ĚĠŶŽŶĐŝĂƚŝŽŶ ĚĞ ŶŽƵǀĞůůĞ ƈƵǀƌĞ Ŷ͛ĞƐƚ ƋƵ͛ƵŶĞ ǀĂƌŝĂŶƚĞ ĚĞ ůĂ ĐŽŵƉůĂŝŶƚĞ͘ ůůĞ ŝŶƚĞƌǀŝĞŶƚ
lorsque  le  trouble  possessoire  est  lié  à  une  construction.  Par  exemple,  mon  voisin  construit  sur  mon  
ƚĞƌƌĂŝŶ͕ũ͛ŝŶƚĞŶƚĞƵŶĞĂĐƚŝŽŶƋƵŝĚĠŶŽŶĐĞůĂŶŽƵǀĞůůĞƈƵǀƌĞƋƵŝǀĂĂǀŽŝƌƉŽƵƌĞĨĨĞƚĚ͛ĂƌƌġƚĞƌůĞƚƌĂǀĂŝů
ĚĞ ĐŽŶƐƚƌƵĐƚŝŽŶ ĞŶ ĐŽƵƌƐ Ğƚ Ě͛ŽďůŝŐĞƌ ůĂ ĚĠŵŽůŝƚŝŽŶ ũƵƐƋƵ͛ă ĐĞ ƋƵĞ ůƵŝ ĂŐŝƐƐĞ ĂƵ ƉĠƚŝƚŽŝƌĞ Žƶ ŝů
apportera   la   preuve   de   sa   propriété.   Le   demandeur   doit   démontrer   que   pendant   une   année   au  
moins  (celle   qui  précède   le  trouble  possessoire)   il  a  été   pleinement   en  possession  de   la  chose   (en  
ŐĠŶĠƌĂů ŝŵŵĞƵďůĞͿ ĚŽŶĐ ƋƵ͛ŝů Ă ĞdžĞƌĐĠ ƐƵƌ ĐĞƚ ŝŵŵĞƵďůĞ ƚŽƵƚĞƐ ůĞƐ ƉƌĠƌŽŐĂƚŝǀĞƐ ĞdžĞƌĐĠĞƐ
normalement  par  un  propriétaire.    
 
 
hŶĞĐŽŶƐĠƋƵĞŶĐĞĚĞů͛ĞdžŝŐĞŶĐĞĚĞĚĠŵŽŶƚƌĞƌƐĂƉŽƐƐĞƐƐŝŽŶĞƐƚƋƵ͛ŽŶĚŽŝƚĂǀŽŝƌĞdžĞƌĐĠůĞƐ
ƉƌĠƌŽŐĂƚŝǀĞƐĚ͛ƵŶƉƌŽƉƌŝĠƚĂŝƌĞĞŶŶŽŵƉƌŽƉƌĞ͘ĞƋƵŝĞdžĐůƵƚĚŽŶĐĚƵďĠŶĠĨŝĐĞĚĞů͛ĂĐƚŝŽŶƉŽƐƐĞƐƐŽŝƌĞ
ƋƵĞůƋƵ͛ƵŶƋƵŝŶĞƉŽƐƐğĚĞƉĂƐƉŽƵƌůƵŝ-­‐ŵġŵĞ͘WĂƌĞdžĞŵƉůĞ͕ůĞůŽĐĂƚĂŝƌĞŶ͛ĞƐƚƉĂƐƚŝƚƵůĂŝƌĞĚ͛ƵŶĚƌŽŝƚ
réel.  Il  a  juste  un  contrat  ĂǀĞĐůĞďĂŝůůĞƵƌ͘/ůŶ͛ĂƉĂƐĚĞƚŝƚƌĞƐƵƌůĂĐŚŽƐĞ͘/ůŶĞƉŽƐƐğĚĞƉĂƐ pro  suo  
mais   pro   alieno͕ ĚŽŶĐ Ɛ͛ŝů ĞdžĞƌĐĞ ĚĞƐ ƉƌĠƌŽŐĂƚŝǀĞƐ ƋƵŝ ƉĞƵǀĞŶƚ ƐĞ ĐŽŶĨŽŶĚƌĞ ĂǀĞĐ ĐĞůůĞƐ ĚƵ
propriétaire,   il   ne   les   exerce   pas   en   son   nom.   Un   locataire   ne   peut   en   conséquence   exercer   une  
ĂĐƚŝŽŶ ƉŽƐƐĞƐƐŽŝƌĞ͘ ^ŝ ĐĞ ĚĞƌŶŝĞƌ ĐŽŶƐƚĂƚĂŝƚ ƵŶ ƚƌŽƵďůĞ ƉŽƐƐĞƐƐŽŝƌĞ͕ ŝů ĂůŽƌƐ ĚĞǀƌĂŝƚ Ɛ͛ĂĚƌĞƐƐĞƌ ĂƵ
propriétaire,  le  bailleur,  qui  pourra  intenter  une  action  possessoire.    
 
 
La   complainte   et   sa   variante   sont   des   actions   possessoires   au   sens   étroit,   elles   protègent  
donc   le   possesseur.   En   revanche,   la   réintégrande,   bien   que   considérée   comme   action   possessoire  
;ĐĂƌ ĞůůĞ Ă ůĞ ŵġŵĞ ďƵƚͿ Ŷ͛ĞŶ ĞƐƚ ƉĂƐ ƵŶĞ ĂƵ ƐĞŶƐ ĠƚƌŽŝƚ ĐĂƌ ůĞ ĚĞŵĂŶĚĞƵƌ Ŷ͛Ă ƉĂƐ ă ƉƌŽƵǀĞƌ ƐĂ
ƉŽƐƐĞƐƐŝŽŶ͘/ůŶ͛ĂƉĂƐăĨĂŝƌĞůĂƉƌĞƵǀĞƋƵĞƉĞŶĚĂŶƚů͛ĂŶŶĠĞƋƵŝƉƌĠĐğĚĞůĞƚƌŽƵďůĞŝůĂĞdžĞƌĐĠĞŶƐŽŶ
ŶŽŵƉƌŽƉƌĞůĞƐƉƌĠƌŽŐĂƚŝǀĞƐĚ͛ƵŶƉƌŽƉƌŝĠƚĂŝƌĞ͘/ůĚŽŝƚũƵƐƚĞƉƌŽƵǀĞƌƋƵ͛ŝůLJĂĞƵƵŶĂĐƚĞĚĞǀŝŽůĞŶĐĞ͕
que  le  trouble  possessoire  est  dû  à  une  violence,  à  une  voie  de  fait.  Le  demandeur  en  réintégrande  
Ŷ͛ĂƉĂƐăƉƌŽƵǀĞƌƐĂƉŽƐƐĞƐƐŝŽŶ͘ŝŶƐŝĚŽŶĐ͕ůĞůŽĐĂƚĂŝƌĞ;ƐŝŵƉůĞĚĠƚĞŶƚĞƵƌ͕ƋƵŝƉŽƐƐğĚĞpro  alieno)  a  
ůĂĨĂĐƵůƚĠĚ͛ŝŶƚĞŶƚĞƌůĂƌĠŝŶƚĠŐƌĂŶĚĞĐĂƌŝůŶ͛ĂƉĂƐăĨĂŝƌĞůĂƉƌĞƵǀĞĚĞƐĂƉŽƐƐĞƐƐŝŽŶ͘  
 
 
͛ŽƶǀŝĞŶŶĞŶƚĐĞƐĂĐƚŝŽŶƐ  ͍ůůĞƐƉƌŽǀŝĞŶŶĞŶƚĚ͛ƵŶĞƚƌğƐǀŝĞŝůůĞŚŝƐƚŽŝƌĞ͘>ĂĐŽŵƉůĂŝŶƚĞĂƐĂ
10  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
source   dans   une   action   anglaise,   une   action   de   common   law.   Elle   a   ensuite   été   copiée   sur   le  
continent   par   les   rois   français   vers   le   13ème   siècle.   La   réintégrande   a   quant   à   elle   une   origine   plus  
ancienne.  Les  textes  sur  lesquels  les  juges  français  se  sont  basés  sont  de  droit  canonique.  Mais  en  
ĨĂŝƚĐ͛ĞƐƚƵŶĨĂƵdžƋƵŝĂĠƚĠĨĂďƌŝƋƵĠǀĞƌƐůĞŵŝůŝĞƵĚƵϵème  siècle  par  un  moine  qui  souffrait  (comme  
pas  mal  de  moines  de  l͛ĠƉŽƋƵĞͿĚĞƐĞdžĂĐƚŝŽŶƐĨĂŝƚĞƐƉĂƌůĞƐůĂŢĐƐ͕ůĞƐƐĞŝŐŶĞƵƌƐƋƵŝŵĞƚƚĂŝĞŶƚƉĂƌĨŽŝƐ
ůĂŵĂŝŶƐƵƌůĞƐďŝĞŶƐĚĞů͛ŐůŝƐĞ;ƋƵŝŶ͛ĂǀĂŝƚƉĂƐůĂƉŽƐƐŝďŝůŝƚĠĚĞƌĠƉůŝƋƵĞƌƉĂƌůĂĨŽƌĐĞͿ͘hŶŵŽŝŶĞĂ
donc  fait  un  faux  décret  qui  dit  que  celui  qui  a  été  dépouillé  par  la   force  doit  être  rétablit  dans  sa  
ƉŽƐƐĞƐƐŝŽŶ͕ƉĞƵŝŵƉŽƌƚĞĚŽŶĐůĂƋƵĞƐƚŝŽŶĚĞƐĂǀŽŝƌƐ͛ŝůĞƐƚƉƌŽƉƌŝĠƚĂŝƌĞŽƵŶŽŶ͘/ůLJĂƵŶĞƐĞƵůĞĐŚŽƐĞ
à  faire  ;  corriger  les  effets  de  la  force  et  rétablir  les  choses  antérieures.  Ce  principe  a  été  posé  par  ce  
faussaire  qui  a  rédigé  des  «  décrétales  ͩ͛͘ĞƐƚƵŶĨĂƵdžŚŝƐƚŽƌŝƋƵĞŵĂŝƐĐ͛ĞƐƚĚĞǀĞŶƵƵŶǀƌĂŝũƵƌŝĚŝƋƵĞ
car  les  décrétales  ont  été  intégrées  au  droit  canonique.    
 
 
>͛ĠƉŽƋƵĞĚƵŵŽLJĞŶ-­‐âge  est  une  époque  de  recul  intellectuel  par  rapport  à  ce  qui  se  mettait  
en  place  à  lĂĨŝŶĚĞů͛ĂŶƚŝƋƵŝƚĠ͘ŶĚƌŽŝƚĐĂŶŽŶŝƋƵĞ͕ůĞƐLJƐƚğŵĞĚĞƐŽƵƌĐĞŵĂƌĐŚĂŝƚďŝĞŶ͕ŵĂŝƐŝůŶ͛ĞƐƚ
maintenant  plus  respecté.    
 
 

2. Droit  laïc  
2.1. Les   lois   des   royaumes   barbares   du   sud   (Visigoths,   Burgondes,   Lombards)   :   l'influence   du  
modèle  législatif  romain  
 
 
En  droit   laïc,   que   se   passe-­‐t-­‐il  ͍>ĞƐ ďĂƌďĂƌĞƐĞŶǀĂŚŝƐƐĞŶƚ ů͛ĞŵƉŝƌĞ ƌŽŵĂŝŶ͘ŽŵŵĞŶƚ ĐƌĠĞƌ
du   droit  ͍ >Ğ ƉŚĠŶŽŵğŶĞ ƋƵŝ ƐĞ ŵĂŶŝĨĞƐƚĞ ă ů͛ĠƉŽƋƵĞ͕ Đ͛ĞƐƚ ƵŶĞ ĞƐƉğĐĞ ĚĞ ƚĞŶƚĂƚŝǀĞ ĚĞƐ ƌŽŝƐ
barbares  de  se  créer  un  ordre  législatif  à  la  romaine  et  de  se  donner  des  lois  écrites  calquées  sur  les  
ĐŽĚĞƐƌŽŵĂŝŶƐ;ĐŽĚĞƐĚ͛ĂǀĂŶƚ:ƵƐƚŝŶŝĞŶͿ͕ůĞƐĐŽĚĞƐŚĞƌŵŽŐĠŶŝĞŶĞƚŐƌĠŐŽƌŝĞŶĞƚůĞĐŽĚĞƚŚĠŽĚŽƐŝĞŶ͘
KŶƌĞƚƌŽƵǀĞĚŽŶĐů͛ŝĚĠĞĚƵƌŽŝůĠŐŝƐůĂƚĞƵƌ͘  
 
2.2. Les  leges  romanae  et  la  conservation  d'éléments  de  droit  romain  
 
 
Cette  législation  va  être  construite  de  manière  différente  dans  les  royaumes  barbares  du  sud  
et   ceux   du   nord.   Chez   les   barbares   du   sud,   les   visigots,   les   rois   promulguent   à   peu   près  
simultanément  deux  catégories  de  lois,  une  lex  romana  ;ůŽŝăů͛ƵƐĂŐĞĚĞƐƌomains,  en  fait  un  abrégé  
ĚĞ ƐŽƵƌĐĞƐ ƌŽŵĂŝŶĞƐ͕ ĚĞĐŽĚĞƐ ƌŽŵĂŝŶƐĚŽŶƚůĞĐŚĂŵƉĚ͛ĂƉƉůŝĐĂƚŝŽŶĞƐƚŶŽƌŵĂůĞŵĞŶƚ ƌĠƐĞƌǀĠ ĂƵdž
romains  conquis)  et  une  lex  barbara  (une  loi  qui  se  définit  par  elle-­‐même  comme  non  romaine  et  à  
ů͛ƵƐĂŐĞĚĞƐďĂƌďĂƌĞƐĞƚƋƵŝĞdžƉƌŝŵĞů͛ĠŵĞƌŐĞŶĐĞĚĞƌğŐůĞƐŶŽƵǀĞůůĞƐ͕ĚĞƌğŐůĞƐƋƵŝŶ͛ŽŶƚƉůƵƐƌŝĞŶă
ǀŽŝƌĂǀĞĐů͛ĂƉƉŽƌƚĚĞů͛ĂŶƚŝƋƵŝƚĠ͘ůůĞĞƐƚĠĐƌŝƚĞĞŶůĂƚŝŶ͕ĂǀĞĐƋƵĞůƋƵĞƐŵŽƚƐŐĞƌŵĂŶŝƋƵĞƐͿ͘KŶƐĞŶƚ
ƋƵ͛ŝůĂƚŽƵƚĚĞŵġŵĞƵŶĞŝŶĨůƵĞŶĐĞĚĞƐƉŽƉƵůĂƚŝŽŶƐŐĞƌŵĂŶŽƉŚŽŶĞƐŵĂŝƐů͛ŝĚĠĞƋƵŝĚŽŵŝŶĞĞƐƚque  
Đ͛ĞƐƚůĞƌŽŝƋƵŝůĠŐŝĨğƌĞƉŽƵƌĚĞƵdžĐĂƚĠŐŽƌŝĞƐĚĞůĂƉŽƉƵůĂƚŝŽŶ͛͘ĞƐƚůĞƉƌŝŶĐŝƉĞĚĞůĂƉĞƌƐŽŶŶĂůŝƚĠĚĞƐ
lois,  un  principe  qui  est  sous-­‐ũĂĐĞŶƚĂƵƐLJƐƚğŵĞƋƵŝĞdžŝƐƚĞƌĂũƵƐƋƵ͛ĂƵdžĞŶǀŝƌŽŶƐĚĞů͛ĂŶϭϬϬϬ͛͘ĞƐƚƵŶ
ƉƌŝŶĐŝƉĞĚŽŶƚŝůĞƐƚƚƌğƐĚŝĨĨŝĐŝůĞĚ͛ŝŵĂŐiner  le  fonctionnement  si  on  le  prend  au  pied  de  la  lettre,  mais  
il  est  quand  même  sous-­‐jacent  au  système.  Le  modèle  du  roi  législateur  est  un  modèle  romain.  Les  
ƌŽŝƐďĂƌďĂƌĞƐŽŶƚĐŽƉŝĠůĞƐĞŵƉĞƌĞƵƌƐƌŽŵĂŝŶƐ͘>ĞƵƌůĠŐŝƐůĂƚŝŽŶƐ͛ĞdžƉƌŝŵĞĚ͛ĂŝůůĞƵƌƐĞŶůĂƚŝŶ͘    
 
2.3. La  législation  des  Francs  saliens  :  le  problème  de  l'origine  de  la  Loi  salique  
 
 
ǀĂŶƚƚŽƵƚĞĂƵƚƌĞĐŚŽƐĞ͕ŶŽƚŽŶƐƋƵĞůŽƌƐƋƵ͛ŽŶƉĂƌůĞĚĞůĂ>ŽŝƐĂůŝƋƵĞ͕ĚĂŶƐĐĞĐŽŶƚĞdžƚĞ͕ŽŶ
est  très  loin  du  droit  belge  actuel.    
 
 
>͛ƵŶĞ ĚĞƐ ůŽŝƐďĂƌďĂƌĞƐůĂƉůƵƐŝŵƉŽƌƚĂŶƚĞ ĞƐƚůĂůŽŝƐĂůŝƋƵĞ ;ĚŽŶĐ ůĂůŽŝĚĞƐ ƐĂůŝĞŶƐͿ͘Ɛƚ-­‐ce  
que  cette  loi  salique  correspond  au  même  modèle  que  les  lois  barbares  du  Sud  ?  Pendant  longtemps  
ŽŶů͛ĂĐƌƵ;ũƵƐƋƵĞĚĂŶƐůĞƐĂŶŶĠĞƐϭϵϵϬͿ͘ĞƋƵŝĠƚĂŝƚĞŶƐĞŝŐŶĠ͕Đ͛ĞƐƚůĂŵġŵĞĐŚŽƐĞƋƵ͛ŽŶĚŝƐĂŝƚĚĞƐ
11  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
visigots  ͗ŝůLJĂƵŶĞŵŽŶĂƌĐŚŝĞ ƋƵŝĠŵĞƌŐĞĞƚƋƵŝƐ͛ĂĨĨŝƌŵĞƐƵƌƚŽƵƚ ĂǀĞĐůŽǀŝƐƋƵŝƉƌŽŵƵůŐƵĞůĂůŽŝ
salique   en   507-­‐ϱϭϭ͘ KŶ Ɛ͛ĞƐƚ ƚŽƵƚ ĚĞ ŵġŵĞ ĂƉĞƌĕƵ ƋƵ͛ŝů LJ ĂǀĂŝƚ ƵŶĞ ĚŝĨĨĠƌĞŶĐĞ ĞŶƚƌĞ ĐĞ ƋƵ͛ŽŶ
observait  dans  le  monde  des  francs  et  ailleurs.  Il  existe  une  loi  romaine  chez  les  bourbons,  il  y  a  une  
ůŽŝƌŽŵĂŝŶĞƉƵďůŝĠĞƉĂƌůĞƐƌŽŝƐǀŝƐŝŐŽƚŵĂŝƐŝůŶ͛LJĂƉĂƐĚĞůŽŝƌŽŵĂŝŶĞƉƵďůŝĠĞƉĂƌůĞƐƌŽŝƐĚĞƐĨƌĂŶĐƐ͘
De  plus,  cette  loi  salique  est  de  toutes  les  lois  barbares  celle  qui  Ăů͛ĂŝƌĚ͛ġƚƌĞůĂƉůƵƐƉƌŝŵŝƚŝǀĞ͘ůůĞ
est   dépouillée   de   toute   construction   stylistique   (elle   a   le   texte   le   plus   primaire)   et   elle   est   le   plus  
imprégnée  de  vocabulaire  germanique.    
 
2.3.1. Les  couches  rédactionnelles  de  la  Loi  salique  
 
 
Il  y  a  dans  cette  loi  salique  une  chronologie  du  texte.  Avant  1990,  on  distinguait  trois  niveaux  
dans  cette  chronologie  :    
 
2.3.1.1. Le  Pactus  legis  salicae  (507-­‐511)  et  les  gloses  malbergiques  
 
 
Le  pactus  legis  salicae  qui  est  composé  de  65  titres.    
 
2.3.1.2. La  version  longue  et  les  capitulaires  (VIe-­‐VIIIe  s.)  
 
 
De   ce   noyau   primitif   on   a   ensuite   fait   une   version   longue   composée   de   100   titres.   Cette  
version  contient   donc   le  pacte  primitif  augmenté   des  capitulaires,   qui  sont   les  législations  des   rois  
postérieurs  à  Clovis.    
 
2.3.1.3. La  version  réformée  de  Charlemagne  (lex  salica  emendata)  
 
 
Enfin,  il  y  a  la  troisième  version  dite  «  caroline  »  ou  la  carolina  en  latin.  Elle  est  une  refonte  
ĚƵ ƚĞdžƚĞ ƉƌŽĚƵŝƚĞ ă ů͛ĠƉŽƋƵĞ ĚĞ ŚĂƌůĞŵĂŐŶĞ͘ KŶ Ă ƌĞƚƌŽƵǀĠ ůĂ ƚƌĂĐĞ ĚĞ ĐĞƚƚĞ ǀĞƌƐŝŽŶ ĚĂŶƐ ϳϬ
ŵĂŶƵƐĐƌŝƚƐ͕ĐĞƋƵŝŵŽŶƚƌĞƋƵ͛Ğlle  a  eu  une  importance  tout  à  fait  particulière.    
 
2.3.1.4. Les  noyaux  primitifs  
 
 
ŶϭϵϵϬ͕ƵŶŚŝƐƚŽƌŝĞŶĂŵŽŶƚƌĠ ƋƵ͛ăĐĞƐƚƌŽŝƐŶŝǀĞĂƵdž͕ ŝůĨĂƵƚ ĂũŽƵƚĞƌƵŶƋƵĂƚƌŝğŵĞ͕ ƋƵŝƐĞ
situe  avant  le  pactus.  Cette  toute  première  version  concerne  plus  ou  moins  60  titres  du  pacte,  et  elle  
ĚĂƚĞĚĞƉůƵƐŽƵŵŽŝŶƐϯϱϬ;ĚŽŶĐŶĞƚƚĞŵĞŶƚĂǀĂŶƚů͛ĠŵĞƌŐĞŶĐĞĚĞůĂŵŽŶĂƌĐŚŝĞͿ͕ĐĞƋƵŝŵŽŶƚƌĞƋƵĞ
ĐĞƚƚĞ ůĠŐŝƐůĂƚŝŽŶ ĠƚĠ ĨĂŝƚĞ ƐŽƵƐ ƉƌĞƐƐŝŽŶ ƌŽŵĂŝŶĞ͘ ůůĞ Ă ĠƚĠ ĨĂŝƚĞ ĚĂŶƐ ĐĞ ƋƵŝ ĞƐƚ ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ ůĂ
ĞůŐŝƋƵĞ;,ĞƐďĂLJĞĞƚďƌĂďĂŶƚͿăů͛ĠƉŽƋƵĞŽƶůĞƐ  francs  étaient  sous  domination  romaine,  époque  à  
ůĂƋƵĞůůĞŝůƐĨŽƵƌŶŝƐƐĂŝĞŶƚƵŶĞďŽŶŶĞƉĂƌƚŝĞĚĞƐĂƵdžŝůŝĂŝƌĞƐŐĞƌŵĂŝŶƐĚĞů͛ĂƌŵĠĞƌŽŵĂŝŶĞ͘  
 
 
>͛ĂĚũĞĐƚŝĨ ƐĂůŝĞŶ ĞƐƚ ă ƌĂƉƉƌŽĐŚĞƌ ĚĞ ů͛ĂŶŐůĂŝƐ ͨ  to   sale  »,   donc   en   réalité   les   francs   saliens  
sont  ceux  qui  se  sŽŶƚǀĞŶĚƵƐ͕ƋƵŝƐĞƐŽŶƚĚŽŶŶĠƐăů͛ĂƵƚŽƌŝƚĠƌŽŵĂŝŶĞ͘  
 
 
Une  bonne  partie  des  premiers  titres  de  la  loi  salique  est  donc  une  série  de  règlements  qui  
ŽŶƚ ĠƚĠ ƉƌŝƐ ƐŽƵƐ ů͛ĂƵƚŽƌŝƚĠ ƌŽŵĂŝŶĞ Ğƚ ƋƵŝ ŽŶƚ ƚŽƵƐ ƵŶ ƐĞƵů ďƵƚ  ͗ ŵĂŝŶƚĞŶŝƌ ů͛ŽƌĚƌĞ͕ ũƵŐƵůĞƌ ůĂ
ǀŝŽůĞŶĐĞ͛͘ĞƐƚăƉĂƌƚŝƌĚĞĐĞŶŽLJĂƵƉƌŝŵŝƚŝĨƋƵĞůĂůŽŝƐĂůŝƋƵĞĂĠǀŽůƵĠ͘ŶƐƵŝƚĞů͛ŚŝƐƚŽŝƌĞĚƵƚĞdžƚĞĞƐƚ
plus  facile  à  connaître.  Après  Clovis,  ses  successeurs  ajoutent  des  capitulaires  à  la  loi  salique  et  vers  
800,  Charlemagne  fait  une  refonte  de  la  loi.    
 
2.3.2. Les  caractéristiques  de  la  composition:  un  texte  associatif,  casuistique  et  concret  
 
 
>ĂůŽŝƐĂůŝƋƵĞĞƐƚƵŶƚĞdžƚĞƋƵŝĂƉŽƵƌĐĂƌĂĐƚĠƌŝƐƚŝƋƵĞĚ͛ġƚƌĞassociatif,  casuistique  et  concret.  
ƐƐŽĐŝĂƚŝĨ ĐĂƌ Đ͛ĞƐƚ ƵŶĞ ĐŽŵďŝŶĂŝƐŽŶ ĚĞ ĐŚĂƉŝƚƌĞƐ ƋƵŝ ŶĞ ƐŽŶƚ ƉĂƐ ŵŝƐ ĞŶƐĞŵďůĞ ƉĂƌ ŵĂƚŝğƌĞ ŵĂŝƐ
12  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
ƐĞůŽŶ ĚĞƐ ĂƐƐŽĐŝĂƚŝŽŶƐ Ě͛ŝĚĠĞƐ͘ KŶ Ă ŵŝs   les   chapitres   les   uns   après   les   autres.   Ces   associations  
Ě͚ŝĚĠĞƐ ǀĂƌŝĞŶƚ Ě͛ƵŶ ŵĂŶƵƐĐƌŝƚ ă ů͛ĂƵƚƌĞ͘ ŽŶĐ ŽŶ Ă ĚĞƐ ƚĞdžƚĞƐ ƋƵŝ Ŷ͛ŽŶƚ Ă ƉƌŽƉƌĞŵĞŶƚ ƉĂƌůĞƌ ƉĂƐ
Ě͛ŽƌĚƌĞ͘>͛ŽƌĚƌĞ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐĚĠĨŝŶŝ͕ŝůĞƐƚĂůĠĂƚŽŝƌĞ͕ŝůĞƐƚ ƐƵƐĐĞƉƚŝďůĞĚĞ ƐĞ ŵŽĚŝĨŝĞƌ͕ ĞŶƌĂŝƐŽŶĚĞ   ces  
ũĞƵdžĚ͛ĂƉƉƌŽdžŝŵĂƚŝŽŶĚĞƐĚŝĨĨĠƌĞŶƚƐƵƚŝůŝƐĂƚĞƵƌƐĚƵƚĞdžƚĞ͘  
 
 
Ensuite,   le   texte   est   casuistique  :   les   textes   sont   envisagés   sous   forme   de   casus  
extrêmement   concret.   On   envisage   une   hypothèse   et   on   impute   à   cette   hypothèse   une   certaine  
conséquence.  AinƐŝ͕ĐĞůƵŝƋƵŝĂǀŽůĠƵŶĞǀĂĐŚĞ͕ƵŶƚĂƵƌĞĂƵ͕ĞƚĐ͘ŶƌĠĂůŝƚĠ͕ůĞƌĠĚĂĐƚĞƵƌŶ͛ĞŶǀŝƐĂŐĞ
ƉĂƐůĞǀŽůĚĞŵĂŶŝğƌĞĂďƐƚƌĂŝƚĞ͕ŝůŶ͛LJĂŵġŵĞƉĂƐƵŶĞĐĂƚĠŐŽƌŝĞǀŽůĚĞďĠƚĂŝůƋƵŝĞŶŐůŽďĞƌĂŝĞŶƚĐĞƚƚĞ
ƐĠƌŝĞĚ͛ĞƐƉğĐĞƐ͘/ůLJĂƵŶĞĚĠĨŝŶŝƚŝŽŶĐŽŶĐƌğƚĞĚƵĐĂƐƵƐ͘  
 
2.3.3. Le   problème   de   l'interprétation   et   de   l'application   de   la   loi   au   haut   Moyen   Âge:   les  
indices   de   l'utilisation   des   textes   législatif   (nombre   des   manuscrits,   citations   des   lois  
dans  les  documents  judiciaires)  
 
 
Aussi,  ces  textes,  analysés  dans  le  détail  sont   difficiles   à  comprendre   car  la  langue   est  mal  
maîtrisée.  Le  pactus  legis  salicae  est  rédigé  dans  un  latin  très  mauvais  sur  le  plan  grammatical.  Ces  
ƚĞdžƚĞƐ Ŷ͛ŽŶƚ ƉĂƐ ĚĞ ƐĞŶƐ ůŝƚƚĠƌĂů͘ hŶĞ ƚƌĂĚƵĐƚŝŽŶ ůŝƚƚĠƌĂůĞ ĞƐƚ ŝŵƉŽƐƐŝďůĞ ĐĂƌ ŝů LJ Ă ĚĞƐ ĨĂƵƚĞƐ ĚĞ
grammaire  partout.  Quand  on  traduit,  on  donne  au  texte  la  version  la  plus  plausible  mais  on  ne  peut  
pas  traduire  de  manière  littérale.    
 
 
Si  on  compare  les  versions  de  Clovis  (le  pactus)  et  de  Charlemagne  (la  carolinaͿ͕ŽŶƐ͛ĂƉĞƌĕŽŝƚ
que  la  réforme  de  Charlemagne  a  consisté  à  refaire  de  la  grammaire  :  on  a  cherché  à  réécrire  le  texte  
de  manière  correcte.    
 
 
Il   y   aussi   un   problème   germanique  ͖ Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐dire   que   si   on   y   regarde   de   près,   ce   texte   est  
ƚƌƵĨĨĠ ĚĞ ŵŽƚƐ ŶŽŶ ůĂƚŝŶƐ͕ Ě͛ŽƌŝŐŝŶĞ ŐĞƌŵĂŶŝƋƵĞ͘ ƚ ƉůƵƐ ƉƌĠĐŝƐĠŵĞŶƚ ƋƵŝ ǀŝĞŶŶĞŶƚ Ě͛ƵŶĞ ůĂŶŐƵĞ
germanique  non  écrite.  Dans  le  pactus  legis  salicae,  les  mots  germaniques  sont  saisis  par  une  glose  
malbergique.   Mal  ĞƐƚ ƵŶ ƚĞƌŵĞ ƋƵŝ ĚĂŶƐ ůĞ ŵŽŶĚĞ ƐĂůŝĞŶ ĞƐƚ ů͛ĠƋƵŝǀĂůĞŶƚ ĚĞ thing,   le   «  tribunal  »  
germain.  Berg  signifie  la  montagne.  Malberg  signifie  donc  la  montagne  du  tribunal  :  cette  assemblée  
Ě͛ŚŽŵŵĞƐ ůŝďƌĞƐ ƋƵŝ ƚƌĂŶĐŚĂŝĞŶƚ ůĞƐ ĐŽŶĨůŝƚƐ ƐĞ ƌĠƵŶŝƐƐĂŝĞŶƚ ĚĂŶƐ ĚĞƐ ůŝĞƵdž ƉĂƌƚŝĐƵůŝĞƌƐ͕ ĚĞƐ
ŵŽŶƚŝĐƵůĞƐ ƐŝƚƵĠƐ ŐĠŶĠƌĂůĞŵĞŶƚ ă ů͛ĠŐĂƌĚ ĚĞƐ ŐĞŶƐ͘ >Ă ŐůŽƐĞ ŵĂůďĞƌŐŝƋƵĞ ƌĞŶǀŽŝĞ ă ƵŶ ůĂŶŐĂŐĞ
particulŝĞƌƋƵ͛ŽŶƉĂƌůĂŝƚƐƵƌůĞŵĂůďĞƌŐ͕ůŝĞƵŽƶƐĞƌĠƵŶŝƐƐĂŝĞŶƚůĞƐŚŽŵŵĞƐƉŽƵƌũƵŐĞƌĚĞƐĐĂƐ͘  
 
 
La  glose  malbergique  ne  se  retrouve  que  dans  le  pactus  (voir  texte  1,  §2)  :  on  y  trouve  des  
ŵŽƚƐƋƵŝŶĞƌĞƐƐĞŵďůĞŶƚăƌŝĞŶ͘/ůƐƐŽŶƚĚ͛ŽƌŝŐŝŶĞŽƌĂůĞĞƚŽŶƚĠƚĠĚĠĨŽrmés  par  les  scribes.  La  glose  
ŵĂůďĞƌŐŝƋƵĞ ƉƌŽǀŝĞŶƚ ĚŽŶĐ Ě͛ƵŶĞ ůĂŶŐƵĞ ŽƌĂůĞ ĨŽƌŵĠĞ ƉĂƌ ĚĞƐ ĐŽŶƚĂĐƚƐ ĐƵůƚƵƌĞůƐ͕ ƵŶĞ ůĂŶŐƵĞ
ŽďƐĐƵƌĞŵġŵĞƉŽƵƌĐĞƵdžƋƵŝŽŶƚƌĠĚŝŐĠůĞƐŵĂŶƵƐĐƌŝƚƐ͛͘ĞƐƚƉŽƵƌĐĞƚƚĞƌĂŝƐŽŶƋƵ͛ŽŶŶĞƚƌŽƵǀĞƉůƵƐ
de  glose  malbergique  dans  les  versions  ultérieures  de  la  loi  salique.    
 
2.3.4. /ŵƉŽƐƐŝďŝůŝƚĠĚ͛ƵŶĞĂƉƉůŝĐĂƚŝŽŶƐƵƌůĞŵŽĚğůĞĚĞĐĞůůĞĚĞƐůŽŝƐĂĐƚƵĞůůĞƐŽƵƌŽŵĂŝŶĞƐ  
 
 
Que   peut-­‐on   faire   de   ces   textes  ?   Comment   les   comprendre  ?   Sont-­‐ils   une   loi  ?   Ils  
ƉƌŽǀŝĞŶŶĞŶƚ Ě͛ƵŶ ƌŽŝ ůĠŐŝƐůĂƚĞƵƌ͕ ŵĂŝƐ ƐŽŶƚ-­‐ils   comparables   au   droit   romain,   au   droit   actuel  ?  
^͛ĂƉƉůŝƋƵĞŶƚ-­‐ils   comme   on   applique   nos   textes   juridiques   actuels  ?   Et   étaient-­‐ils   destinés   à   être  
utilisés  ͍ DĂŶŝĨĞƐƚĞŵĞŶƚ ŽƵŝ͕ ĐĞƐ ƚĞdžƚĞƐ ĠƚĂŝĞŶƚ ĚĞƐƚŝŶĠƐ ă ġƚƌĞ ƵƚŝůŝƐĠ ŵĂŝƐ ůĂ ĨĂĕŽŶ ĚŽŶƚ ŽŶ Ɛ͛ĞŶ
ƐĞƌǀĂŝƚŶ͛ĂƌŝĞŶĂǀŽŝƌĂǀĞĐů͛ĂƉƉůŝĐĂƚŝŽŶĂĐƚƵĞůůĞĚ͛ƵŶƚĞdžƚĞũƵƌŝĚŝƋƵĞ͘KŶĂůĂƉƌĞƵǀĞƋƵ͛ŽŶƐĞƐĞƌǀĂŝƚ
ĚĞ ĐĞƐ ƚĞdžƚĞƐ͘ KŶ Ă ĐŽŶƐĞƌǀĠ ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ ϳϬ ŵĂŶƵƐĐƌŝƚƐ ĚĂŶƐ ůĞƐƋƵĞůƐ ŽŶ ƉĂƌůĞ ĚĞ ůĂ ůŽŝ ƐĂůŝƋƵĞ
;ĐŚŝĨĨƌĞĐŽŶƐŝĚĠƌĂďůĞƉŽƵƌů͛ĠƉŽƋƵĞͿ͘ƚĐĞƐŵĂŶƵƐĐƌŝƚƐƐŽŶƚŝƐƐƵƐ de  personnes  qui  avaient  un  rôle  
judiciaire.   Par   ailleurs,   on   a   conservé   quelques   jugements,   qui   permettent   de   constater   que,   de  
ƚĞŵƉƐĞŶƚĞŵƉƐ͕ŽŶĐŝƚĞůĂůŽŝƐĂůŝƋƵĞ͘ŶĞĨĨĞƚ͕ăƉĂƌƚŝƌĚĞů͛ĠƉŽƋƵĞĐĂƌŽůŝŶŐŝĞŶŶĞ͕ŽŶĂƵŶƉĞƵƉůƵƐ
13  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
de  documentation.  Cette  documentation  permet  de  constater  que  de  temps  à  autres,  ces  lois  sont  
citées.  Parfois,  les  jugements  se  réfèrent  explicitement  à  un  texte  de  la  loi  salique.  Ces  textes  avaient  
donc  bien  un  impact  politique.  Mais  on  ne  peut  pas  imaginer  leur  application  comme  on  applique  la  
ůŽŝĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ͕ĞƚĐĞƉŽƵƌĚĞƵdžƌĂŝƐŽŶƐ͘  
 
2.3.4.1. Première  raison  :  défectuosités  de  la  rédaction  (absence  d'abstraction  -­‐  impossibilité  du  
syllogisme  judiciaire)  
 
 
͛ĂďŽƌĚ͕ ŝů ĞƐƚ ŝŵƉŽƐƐŝďůĞ Ě͛ĂƉƉůŝƋƵĞƌ ĐĞƚƚĞ ůŽŝ ĐŽŵŵĞ ůĞƐ ŶƀƚƌĞƐ ƉŽƵƌ ƵŶĞ ƌĂŝƐŽŶ
ŝŶƚĞůůĞĐƚƵĞůůĞ͘ ĞƐ ƚĞdžƚĞƐ ƐŽŶƚ ĨƌĂƉƉĠƐ Ě͛ƵŶĞ ŵĂƵǀĂŝƐĞ ƋƵĂůŝƚĠ ĚĞƐ ƚĞdžƚĞƐ Ğƚ Ě͛ƵŶĞ ĂďƐĞŶĐĞ
Ě͛ĂďƐƚƌĂĐƚŝŽŶŶĠĐĞƐƐĂŝƌĞĂƵƐLJůůŽŐŝƐŵĞũƵĚŝĐŝĂŝƌĞ͘  
 
 
La   plupart   de   ces   textes   ont   ů͛ĂůůƵƌĞ ĚĞ ĚŝƐƉŽƐŝƚŝŽŶ ĚĞ ĚƌŽŝƚ ƉĠŶĂů͘ Ŷ ĞĨĨĞƚ͕ ŽŶ ĚĠĐƌŝƚ ƵŶĞ
«  infraction  »  et  il  y  a  une  somme  à  payer  pour  chaque  délit  commis.  Mais  ce  qui  est  impossible  à  
ĨĂŝƌĞƉƌĂƚŝƋƵĞŵĞŶƚĂǀĞĐĐĞƐƚĞdžƚĞƐ͕Đ͛ĞƐƚĐĞƋƵŝĞƐƚůĂĐůĠĚƵĨŽŶĐƚŝŽŶŶĞŵĞŶƚĚƵĚƌŽŝƚƉĠŶĂůĚe  nos  
ũŽƵƌƐ͕ Đ͛ĞƐƚ ƵŶ ƐLJůůŽŐŝƐŵĞ ;ƌĂŝƐŽŶŶĞŵĞŶƚ ůĞ ƉůƵƐ ƐŝŵƉůĞ ƋƵŝ ƐŽŝƚͿ ũƵĚŝĐŝĂŝƌĞ͘ WŽƵƌ ƋƵ͛ƵŶ ƐLJůůŽŐŝƐŵĞ
judiciaire   fonctionne,   il   faut   que   la   majeure   soit   rédigée   de   manière   relativement   abstraite   de  
manière  à  pouvoir  rencontrer  un  grand  nombre  de  cas  concrets  différents.  Or,  dans  la  loi  salique,  il  
Ŷ͛LJ Ă ƉĂƐ ĚĞ ĐĂƚĠŐŽƌŝĞ ĂďƐƚƌĂŝƚĞ ;ƉĂƌ ĞdžĞŵƉůĞ͕ ůĞ ǀŽů ƚŽƵƚ ĐŽŵŵĞ ƵŶĞ ĐĂƚĠŐŽƌŝĞ ƉŽƵƌ ĐŽƵƉƐ Ğƚ
ďůĞƐƐƵƌĞƐ ĞŶ ƚĂŶƚ ƋƵĞ ƚĞůŶ͛ĞdžŝƐƚĞŶƚ ƉĂƐͿ͘ >Ğ ƐLJůůŽŐŝƐŵĞ ũƵĚŝĐŝĂŝƌĞĞƐƚ ĚŽŶĐ ŝŵƉŽƐƐŝďůĞ͘WĂƌ ĂŝůůĞƵƌƐ͕
souvent,  dans  une  affaire,  il  est  pour  ainsi  dire  impossible  que  le  juge  ait  devant  lui  exactement  ce  
que  décrit  le  texte.  
 
 
En  réalité,  ces  règles  ne  sont  pas  impératives  et  encore  moins  supplétives.  Ce  sont  des  règles  
indicatives,  ce  sont  des  exemples.  On  nous  proposĞƵŶŵŽĚğůĞƋƵ͛ŽŶŶŽƵƐŝŶǀŝƚĞăƐƵŝǀƌĞŵĂŝƐƋƵ͛ŝů
ĞƐƚŝŵƉŽƐƐŝďůĞĚ͛ĂƉƉůŝƋƵĞƌĚĞŵĂŶŝğƌĞŵĠĐĂŶŝƋƵĞ͘ĞƐƚĞdžƚĞƐŶĞƉĞƵǀĞŶƚġƚƌĞƵƚŝůĞƐƋƵĞƐŝŽŶŶĞůĞƐ
ƉƌĞŶĚƉĂƐăůĂůĞƚƚƌĞ͘KŶůĂŝƐƐĞĂƵũƵŐĞƵŶĞƚƌğƐŐƌĂŶĚĞŵĂƌĐŚĞĚĞŵĂŶƈƵǀƌĞĚĂŶƐůĂĨĂĕŽŶĚŽŶƚŝůǀĂ
utiliser  ces  règles.    
 
2.3.4.2. Fonctionnement  de  la  procédure  
 
 
Ensuite,   la   deuxième   raison   est   technique.   A   quoi   correspond   le   fait   de   régler   un   litige   à  
ů͛ĠƉŽƋƵĞĨƌĂŶĐ  ͍ĂŶ͛ĂƌŝĞŶăǀŽŝƌĂǀĞĐĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ͘KŶĂĂĨĨĂŝƌĞăƵŶĞƐŽĐŝĠƚĠƋƵŝŶ͛ĂƌŝĞŶăǀŽŝƌĂǀĞĐ
le  droit  romain,  qui  connait  très  bien  la  vengeance  et  plus  particulièrement  la  vengeance  privée.  Les  
adversaires  utilisent  la  force  directement  les  uns  contre  les  autres.  On  règle  les  problèmes  par  des  
ĂĨĨƌŽŶƚĞŵĞŶƚƐ͘>ĞďƵƚĚĞĐĞƐůŽŝƐĞƐƚĚğƐůŽƌƐĚĞůŝŵŝƚĞƌů͛Ğxercice  privé  de  la  violence.    
 
 
WƌŽďĂďůĞŵĞŶƚ͕ůŽƌƐƋƵ͛ŽŶĂƌĠĚŝŐĠůĂƉƌĞŵŝğƌĞůŽŝƐĂůŝƋƵĞ͕ůĞďƵƚĠƚĂŝƚĚ͛ŽďƚĞŶŝƌƵŶŵŝŶŝŵƵŵ
ĚĞŵĂŝŶƚŝĞŶƚĚĞů͛ŽƌĚƌĞ͕ĚĞĐŽŚĠƐŝŽŶƐŽĐŝĂů͛͘ĞƐƚƉŽƵƌĐĞƚƚĞƌĂŝƐŽŶƋƵĞĐĞƐƚĞdžƚĞƐŽŶƚĚŽŶĐƚŽƵƐů͛Ăŝƌ
Ě͛ġƚƌĞĚĞƐƚĞdžƚĞƐƉĠŶĂƵdž͘/ůLJĂƉůƵƐĚ͛ĂƐƉĞĐƚƉĠŶĂůĐĂƌůĞďƵƚĞƐƚĚĞĐŽŶƚƌƀůĞƌůĂǀŝŽůĞŶĐĞ͘KŶĐŚĞƌĐŚĞ
ăĐŽŶƚƌƀůĞƌůĂǀŝŽůĞŶĐĞŵĂŝƐƉĂƌĚĞƐŵŽLJĞŶƐƋƵŝŶĞƐŽŶƚƉĂƐĚƵƚŽƵƚĐĞƵdžƋƵ͛ŽŶƉĞƵƚƵƚŝůŝƐĞƌĚĂŶƐĚĞƐ
ƐŽĐŝĠƚĠƐĐŽŵŵĞůĞƐŶƀƚƌĞƐ͛͘ĞƐƚƉŽƵƌĐĞůĂƋƵ͛ŽŶŶĞƉĞƵƚƉĂƐăƉƌŽƉƌĞŵĞŶƚƉĂrler  de  droit  pénal.    
 
 

14  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  

IV.

La  procédure  judiciaire  archaïque  

1. Le   monopole   de   la   contrainte   physique   comme   condition   de   fonctionnement   des  
procédures  modernes  et  même  déjà  de  la  procédure  romaine  
 
 
YƵ͛ĞƐƚĐĞƋƵĞũƵŐĞƌ  ?  Le  juge  est  celui  qui  détermine  qui  sera  le  vainqueur  et  le  vaincu,  qui  a  
raison  et  qui  a  tort.  Il  applique  au  litige  une  règle  de  droit.  Cette  définition  correspond  à  notre  vision  
des   choses.   Et   le   droit   romain   la   partage   plus   ou   moins.   Pour   que   cette   conception   du   juge  
ĨŽŶĐƚŝŽŶŶĞ͕ŝůĞdžŝƐƚĞƵŶĞĐŽŶĚŝƚŝŽŶ͘/ůĨĂƵƚƋƵĞůĞũƵŐĞƐŽŝƚĞŶŵĞƐƵƌĞĚ͛ŝŵƉŽƐĞƌƐŽŶũƵŐĞŵĞŶƚ͘ĂŶƐ
un  tribunal,  la  personne  qui  a  le  rôle  le  plus  important  est  le  gendarme  au  fond  de  la  salle.  En  effet,  
Ɛ͛ŝůŶ͛ĠƚĂŝƚpas  là,  le  juge  ne  serait  pas  le  juge.    
 
 
>Ğ ĨĂŝƚ ĞƐƚ ƋƵĞ ƋƵĂŶĚ ĚĞƵdž ƉĞƌƐŽŶŶĞƐ ƐĞ ĚŝƐƉƵƚĞŶƚ͕ ĞůůĞƐ Ŷ͛ŝƌŽŶƚ ƉĂƐ ĚĞ ŵĂŶŝğƌĞ ŶĂƚƵƌĞůůĞ
ĚĞǀĂŶƚ ƵŶĞƚŝĞƌĐĞƉĞƌƐŽŶŶĞ ƋƵŝǀĂĚĠĐŝĚĞƌƋƵŝĂƌĂŝƐŽŶĞƚ ƋƵŝĂƚŽƌƚ͘ŚĂĐƵŶǀĂĞƐƐĂLJĞƌĚ͛ŝŵƉŽƐĞƌ
son  point  de  vue,  sa  solutŝŽŶ͘ŝŶƐŝ͕ĐĞůƵŝƋƵŝĞƐƚĞŶŵĞƐƵƌĞĚ͛ŝŵƉŽƐĞƌƐĂǀŽůŽŶƚĠŶĞƉĂƐƐĞƉĂƐƉĂƌƵŶ
ũƵŐĞ͘ WĂƌ ĞdžĞŵƉůĞ͕ ůĞ ƉĂƚƌŽŶ Ă ƵŶ ĐĞƌƚĂŝŶ ƉŽƵǀŽŝƌ ƐƵƌ ů͛ŽƵǀƌŝĞƌ͘ /ů ů͛ƵƚŝůŝƐĞƌĂ ĞŶ ĐĂƐ ĚĞ ůŝƚŝŐĞ ƉŽƵƌ
imposer  sa  décision.  Mais  dans  nos  sociétés  il  existe  une  limite  :  on  ne  peut  pas  utiliser  la  violence  et  
se  faire  justice  à  soi-­‐même.  
 
 
ĂŶƐ ŶŽƐ ƐŽĐŝĠƚĠƐ͕ ů͛ƚĂƚ Ă ůĞ ŵŽŶŽƉŽůĞ ĚĞ ůĂ ǀŝŽůĞŶĐĞ͘ ͛ĞƐƚ ůĞ ŵŽŶŽƉŽůĞ ĠƚĂƚŝƋƵĞ ĚĞ ůĂ
violence  ͗ ĨŽƌŵƵůĞ ĂƐƐŽĐŝĠĞ ŐĠŶĠƌĂůĞŵĞŶƚ ĂƵ ƐŽĐŝŽůŽŐƵĞ ĂůůĞŵĂŶĚ DĂdž tĞďĞƌ͘ ^ĞůŽŶ ůƵŝ͕ ů͛ƚĂƚ ĞƐƚ
ů͛ĞŶƚŝƚĠ Ƌui   revendique   sur   un   territoire   déterminé,   le   monopole   de   la   contrainte   physique.   Ainsi,  
ů͛ŚŽŵŝĐŝĚĞĞƐƚŝŶƚĞƌĚŝƚƉĂƌůĞƐƉĂƌƚŝĐƵůŝĞƌƐŵĂŝƐƐ͛ŝůĞƐƚĐŽŵŵŝƐƉĂƌů͛ƚĂƚŝůĞƐƚůŝĐŝƚĞĚĂŶƐůĂŵĞƐƵƌĞŽƶ
ŝů ů͛Ă ĐŽŵŵĂŶĚĠ͘ ^͛ĞŵƉĂƌĞƌ ĚƵ ďŝĞŶ Ě͛ĂƵƚƌƵŝ ĞƐƚ ƵŶ ǀŽů ůŽƌƐƋƵ͛ŝů ĞƐƚ ĂĐĐŽŵƉůŝ ƉĂƌ ƵŶ ƉĂƌƚŝĐƵůŝĞƌ͘ ^ŝ
Đ͛ĞƐƚ ƵŶ ŚƵŝƐƐŝĞƌ ĚĞ ũƵƐƚŝĐĞ ƋƵŝ ƉƌŽĐğĚĞ ă ů͛ŽƉĠƌĂƚŝŽŶ͕ ŝů Ɛ͛ĂŐŝƚ Ě͛ƵŶĞ ƐĂŝƐŝĞ͘ >ĞƐ ŵġŵĞƐ ĂĐƚĞƐ ƐŽŶƚ
ŝŶƚĞƌĚŝƚƐ ĂƵdž ƉĂƌƚŝĐƵůŝĞƌƐ ŵĂŝƐ ŝůƐ ƐŽŶƚ ĐŽŶƐŝĚĠƌĠƐ ĐŽŵŵĞ ůŝĐŝƚĞƐ ůŽƌƐƋƵ͛ŝůƐ ƐŽŶƚ ŵŝƐ ĞŶ ƈƵǀƌĞ ƉĂƌ
ů͛ƚĂƚŽƵĂƵŶŽŵĚĞů͛ƚĂƚ͘  
 
 
Aucune   des   deux   parties   ne   peut  employer  la  violence,   mais  le   juge,   lui,  a  la  possibilité   de  
ĚĠĐůĞŶĐŚĞƌů͛ƵƐĂŐĞĚĞůĂĨŽƌĐĞ͘KŶŶ͛ĂƉĂƐƐŽŝ-­‐même  les  moyens  de  coercition  physique,  cependant  
le  juge  les  a  et  peut  les  utiliser  licitement.    
 
 
ŶƌĠĂůŝƚĠ͕Đ͛ĞƐƚƉĞƵƚ-­‐ġƚƌĞĨůĂƚƚĞƌůĞũƵŐĞƋƵĞĚĞůƵŝĨĂŝƌĞĐƌŽŝƌĞƋƵĞĐĞƋƵ͛ŽŶůƵŝĚĞŵĂŶĚĞĞƐƚ
ĚĞĚŝƐƚŝŶŐƵĞƌůĞũƵƐƚĞĞƚůĞƚŽƌƚ͕ůĞŵĂůĚƵďŝĞŶ͘dŽƵƚĐĞƋƵĞũĞǀĞƵdžĞŶŵ͛ĂĚƌĞƐƐĂŶƚĂƵũƵŐĞ͕ĐĞŶ͛ĞƐƚ
ƉĂƐƋƵ͛ŝůŵĞ ĚŝƐĞ ƋƵĞ ũ͛ĂŝƌĂŝƐŽŶŵĂŝƐďŝĞŶƋƵ͛ŝůĨĂƐƐe  appel  à  la  coercition  pour  que   mon  débiteur  
Ɛ͛ĞdžĠĐƵƚĞ͘  
 
 
EŽƚƌĞ ĐŽŶĐĞƉƚŝŽŶ ĚƵ ũƵŐĞŵĞŶƚ ƌĞƉŽƐĞ ĚŽŶĐ ƐƵƌ ůĂ ĐŽŶƐŝĚĠƌĂƚŝŽŶ ŝŵƉůŝĐŝƚĞ ƋƵĞ ů͛ƚĂƚ Ă ůĞ
ŵŽŶŽƉŽůĞ ĚĞ ůĂ ǀŝŽůĞŶĐĞ͘ DĂŝƐ ĐĞ ŵŽŶŽƉŽůĞ ĠƚĂƚŝƋƵĞ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ͨ  naturel  ͕ͩ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ŝƐƐƵ ĚĞ ůĂ
nature  des  choses.  Il  a  au  contraire  pris  plusieurs  siècles  à  se  créer.  Il  a  existé  dans  le  passé  mais  pas  
de  manière  irrégulière.    
 
 
KŶ ƉĞƵƚ ĂǀŽŝƌ ů͛ŝŵƉƌĞƐƐŝŽŶ ƋƵĞ ZŽŵĞ ĨŽŶĐƚŝŽŶŶĂŝƚ ĚĞ ůĂ ŵġŵĞ ŵĂŶŝğƌĞ ƋƵĞ ŶŽƐ ƐŽĐŝĠƚĠƐ͘
DĂŝƐ ůĞ ĚƌŽŝƚ ƌŽŵĂŝŶ Ɛ͛ĞƐƚ ĐŽŶƐƚŝƚƵĠ ƐƵƌ ƵŶĞ ďĂƐĞ   ĞdžƚƌġŵĞŵĞŶƚ ƌĠĚƵŝƚĞ ƋƵ͛ĠƚĂŝƚ ůĂ ǀŝůůĞ ĚĞ ZŽŵĞ͘
Celle-­‐ĐŝĠƚĂŝƚƵŶƚĞƌƌŝƚŽŝƌĞĚ͛ĞdžĐĞƉƚŝŽŶ͘>ĞĚƌŽŝƚƌŽŵĂŝŶĠƚĂŝƚƵŶĚƌŽŝƚĚ͛ĞdžĐĞƉƚŝŽŶƋƵŝƌĞƉŽƐĞƐƵƌů͛ŝĚĠĞ
ƋƵĞ ůĂ ǀŝŽůĞŶĐĞ ĂŝŶƐŝ ƋƵĞ ůĞ ƉŽƌƚ Ě͛ĂƌŵĞƐ ƐŽŶƚ ŝŶƚĞƌĚŝƚƐ ă ů͛ŝŶƚĠƌŝĞƵƌ ĚĞ ůĂ ǀŝůůĞ ;ĐĞ ƋƵŝ ĞdžƉůŝƋƵĞ ůa  
ƉƌĂƚŝƋƵĞ ĚĞƐ ƌŽŵĂŝŶƐ ĚĞ ů͛ĂƌĐ ĚĞ ƚƌŝŽŵƉŚĞ  :   à   la   base,   il  était   fait   de   feuillage).   Seuls   le   préteur  et  
quelques  magistrats  étaient  autorisés  à  porter  des  armes  dans  la  ville,  et  donc  à  exercer  la  violence.  
/ůƐ Ɛ͛ĂƉƉƵLJĂŝĞŶƚ ƐƵƌ ƵŶĞ ŵŝůŝĐĞ ƉŽƵƌ ĐĞ ĨĂŝƌĞ͘ >Ğ ĚƌŽŝƚ ƌŽŵĂŝŶ Ɛ͛ĞƐƚ ĚŽŶĐ ĐŽŶƐƚƌƵŝƚ ĚĂŶƐ ƵŶ ĞƐƉĂĐĞ
ƉĂƌƚŝĐƵůŝĞƌ͕ĚĂŶƐůĞƋƵĞůůĞƐƉƌĠƚĞƵƌƐƉĞƵǀĞŶƚĐƌĠĞƌĚƵĚƌŽŝƚƉƵŝƐƋƵ͛ŝůƐƐŽŶƚůĞƐƐĞƵůƐăƉŽƵǀŽŝƌƵƚŝůŝƐĞƌ
la  violence.    
 
15  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  

2. Absence,  à  haute  époque,  de  ce  monopole  étatique  
 
 
ƵĐŽƵƌƐĚĞů͛ŚŝƐƚŽŝƌĞ͕ĚĂŶƐůĂplupart  des  périodes  que  nous  rencontrons,  ces  conditions  ne  
ƐŽŶƚƉĂƐƌĠƵŶŝĞƐ͘/ůŶ͛LJĂƉĂƐĚ͛ĂƵƚƌĞƚĂƚĐŽŵƉĂƌĂďůĞ͘  
 
 
ƉƌğƐ ů͛ĞŵƉŝƌĞ ƌŽŵĂŝŶ͕ ŽŶ ƌĞƚŽŵďĞ ĚĂŶƐ ƵŶĞ ƐŽĐŝĠƚĠ ĚĞ ƚLJƉĞ ĂƌĐŚĂŢƋƵĞ͘ /ů Ŷ͛LJ Ă ƉĂƐ ĚĞ
ŵŽŶŽƉŽůĞĠƚĂƚŝƋƵĞĚĞůĂǀŝŽůĞŶĐĞŵĂŝƐů͛ƵƐĂŐĞĚĞůĂǀŝŽůĞŶĐĞĞƐƚŐĠŶĠƌĂůŝƐĠ͘>ĞƌĠŐŝŵĞĐŽŵŵƵŶĐ͛ĞƐƚ
ƋƵĞ ůĞ ƌğŐůĞŵĞŶƚ Ě͛ƵŶ ůŝƚŝŐĞ ƉĂƐƐĞ ƉĂƌ ů͛ĂĨĨƌŽŶƚĞŵĞŶƚ ƉŚLJƐŝƋƵĞ ĚŝƌĞĐƚ ĚĞƐ ĂĚǀĞƌƐĂŝƌĞƐ͘ >Ğ ƌĠŐŝŵĞ
ĐŽŵŵƵŶĞƐƚĐĞƋƵ͛ŽŶĂƉƉĞůůĞůĂǀĞŶŐĞĂŶĐĞ͘ŚĂĐƵŶĞŵƉůŽŝĞĚĞƐĂƌŵĞƐƉŽƵƌƌĠŐůĞƌƵŶůŝƚŝŐĞ͘  
 
2.1. Généralisation   dans   le   monde   franc   des   usages   de   la   force,   pratique   de   la   vengeance;  
faiblesse  congénitale  du  pouvoir  judiciaire  
 
 
Du  coup,  le  «  juge  ͩ;ů͛ĂƐƐĞŵďůĠĞͿĞŶƌĠĂůŝƚĠŶ͛ĞƐƚƉĂƐůĞƉůƵƐĨŽƌƚ͕ŝůŶ͛ĂƉĂƐĚĞƌƌŝğƌĞůƵŝƵŶĞ
ĂƌŵĠĞ ƋƵŝ ůƵŝ ƉĞƌŵĞƚƚĞ Ě͛ĞdžĞƌĐĞƌ ƐĂ ĚĠĐŝƐŝŽŶ͘ DġŵĞ Ɛ͛ŝů ĞƐƚ ƌĞƉƌĠƐĞŶƚĂŶƚ ĚƵ ƌŽŝ͕ ĐĞ Ŷ͛ĞƐƚ ũĂŵĂŝƐ
ƋƵ͛ƵŶ ŐƵĞƌƌŝĞƌ ƉĂƌŵŝ ůĞƐ ŐƵĞƌƌŝĞƌƐ͘ ͛ĞƐƚ ƵŶ ŚŽŵŵĞ ůŝďƌĞ ƋƵŝ ƉŽƌƚĞ ůĞƐ ĂƌŵĞƐ ƉĂƌŵŝ ƵŶĞ ĨŽƵůĞ
Ě͛ĂƵƚƌĞƐĚ͛ŚŽŵŵĞƐůŝďƌĞƐƋƵŝƉŽƌƚĞŶƚĠŐĂůĞŵĞŶƚůĞƐĂƌŵĞƐ͘/ůŶ͛ĂĚŽŶĐƉĂƐƵŶĞƉŽƐŝƚŝŽŶĚ͛ĂƵƚŽƌŝƚĠ͕ŝů
Ŷ͛ĂƉĂƐde  position  absolue  vis-­‐à-­‐vis  des  parties.  Il  va  même  réfléchir  à  deux  fois  avant  de  prendre  
ƉĂƌƚŝĚĂŶƐƵŶůŝƚŝŐĞƉĂƌĐĞƋƵ͛ĞŶĚŽŶŶĂŶƚƌĂŝƐŽŶăƵŶĞƉĂƌƚŝĞ͕Đ͛ĞƐƚĐŽŵŵĞƐ͛ŝůũŽŝŐŶĂŝƚůĞĐůĂŶĚĞĐĞƚƚĞ
ƉĂƌƚŝĞĞƚĚŽŶĐŝůƐ͛ĞdžƉŽƐĞăůĂǀŝŽůĞŶĐĞ͕ĂƵdžĐŽƵƉƐĚĞůĂpartie  qui  a  perdu.    
 
 
ĂŶƐ ƵŶĞ ƐŽĐŝĠƚĠ ĂƌĐŚĂŢƋƵĞ͕ ůĞ ũƵŐĞ Ŷ͛Ă Ă ƉƌŝŽƌŝ ĂƵĐƵŶĞ ƉŽƐŝƚŝŽŶ ĚĞ ĨŽƌĐĞ͘ /ů Ŷ͛Ă ƉĂƐ
Ě͛ŝŶƐƚƌƵŵĞŶƚĚĞĐŽĞƌĐŝƚŝŽŶƐƵƉĠƌŝĞƵƌăĐĞůƵŝĚĞƐĚĞƵdžƉĂƌƚŝĞƐ͘>ĞƉŽƵǀŽŝƌũƵĚŝĐŝĂŝƌĞĞƐƚĞŶƉŽƐŝƚŝŽŶĚĞ
ĨĂŝďůĞƐƐĞ͕ĂůŽƌƐƋƵ͛ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝŝůĞƐƚĞŶƉosition  de  force.    

 
 
3. La  procédure  judiciaire  comme  alternative  fragile  à  la  vengeance,  le  problème  de  la  
cohésion  judiciaire  et  la  difficile  répression  du  défaut  
 
 
Pourtant,   les   sociétés   à   vengeance   ne   sont   pas   sans   procédure.   Elles   en  ont   toujours   une.  
AuũŽƵƌĚ͛ŚƵŝĞŶĐŽƌĞ͕ĚĂŶƐĐĞƌƚĂŝŶĞƐƌĠŐŝŽŶƐĚƵŵŽŶĚĞ͕ů͛ƚĂƚŶ͛ĂƉĂƐůĞŵŽŶŽƉŽůĞĚĞůĂǀŝŽůĞŶĐĞĞƚ
donc   la   vengeance   privée   existe   toujours.   Les   gens   qui   vivent   dans   les   sociétés   à   vengeance   ont  
conscience.   Quand   on   utilise   la   violence   contre   un   des   ses   adverƐĂŝƌĞƐ͕ ŽŶ Ɛ͛ĂƌƌġƚĞ ƌĂƌĞŵĞŶƚ ĂƵdž
ǀŝŽůĞŶĐĞƐ ŵŽLJĞŶŶĞƐ͘ KŶ ĐŚĞƌĐŚĞ ă ŶĞƵƚƌĂůŝƐĞƌ ů͛ĂƵƚƌĞ͘ KŶ ǀĂ ƚŽƵƚ ĚĞ ƐƵŝƚĞ ũƵƐƋƵ͛ĂƵ ďŽƵƚ͕ ĚŽŶĐ ĂƵ
meurtre.   Et   si   un   individu   du   clan   A   tue   un   membre   du   clan   B,   la   famille   de   la   victime   va   avoir  
tendance  à  la  venger  en  tuant.  Ce  qui  est  un  cercle  vicieux.  
 
 
͛ĞƐƚ ƉŽƵƌ ĐĞƚƚĞ ƌĂŝƐŽŶ͕ ƉŽƵƌ ĠǀŝƚĞƌ ů͛ĞƐĐĂůĂĚĞ ĚĞ ůĂ ǀŝŽůĞŶĐĞ ƋƵĞ ĐŚĂƋƵĞ ƐŽĐŝĠƚĠ ĚĞ
vengeance   connaît   un   mécanisme   de   sortie   de   la   vengeance  :   la   procédure.   Toutes   les   sociétés   à  
vengeance   sont   en   fait   des   sociétés   dans   ůĞƐƋƵĞůůĞƐ ŝů ĞdžŝƐƚĞ ĚĞƐ ƚĞĐŚŶŝƋƵĞƐ Ě͛ĂƐƐĂŝŶŝƐƐĞŵĞŶƚ ĚĞƐ
ůŝƚŝŐĞƐ;ůĂƉƌŽĐĠĚƵƌĞͿŵĂŝƐĐĞƐƚĞĐŚŶŝƋƵĞƐŶ͛ŽŶƚƌŝĞŶĂǀŽŝƌĂǀĞĐĐĞůůĞƐĚ͛ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ͘  
 
 
WŽƵƌŶŽƵƐ͕ůĂƉƌŽĐĠĚƵƌĞ͕Đ͛ĞƐƚůĞĚƌŽŝƚŽďũĞĐƚŝĨăů͛ĠƚĂƚĐŽŶƚĞŶƚŝĞƵdž͛͘ĞƐƚůĂŵŝƐĞĞŶĂĐƚĞƐĚƵ
ĚƌŽŝƚŽďũĞĐƚŝĨ͘KŶĚŝƚĠŐĂůĞŵĞŶƚƋƵĞů͛ĂĐƚŝŽŶĞŶũƵƐƚŝĐĞĐ͛ĞƐƚůĞĚƌŽŝƚƐƵďũĞĐƚŝĨăů͛ĠƚĂƚĐŽŶƚĞŶƚŝĞƵdž͘
ů͛ĠƚĂƚ ŶŽƌŵĂů͕ ŽŶ ƌĞƐƉĞĐƚĞ ŵŽŶ ĚƌŽŝƚ ƐƵďũĞĐƚŝĨ͕ ƉĂƌ Ğxemple   un   droit   de   propriété.   On   fait   donc  
ĐŽŵŵĞƐŝƵŶĚƌŽŝƚƉƌĠĞdžŝƐƚĂŝƚăůĂƉƌŽĐĠĚƵƌĞĞƚăů͛ĂĐƚŝŽŶĞŶũƵƐƚŝĐĞ͘  
 
 
ĂŶƐůĞƐƐŽĐŝĠƚĠƐĂƌĐŚĂŢƋƵĞƐ͕ŽŶŶĞƉĞŶƐĞƉĂƐĚĞůĂŵġŵĞŵĂŶŝğƌĞ͘/ůŶ͛ĞƐƚƉĂƐŶĠĐĞƐƐĂŝƌĞ
ƋƵ͛ŝůĞdžŝƐƚĞƵŶĞŶŽƌŵĞĂǀĂŶƚů͛ĂĐƚŝŽŶ͕ƋƵ͛ŝůLJĂŝt  une  règle  préconstituée  destinée  à  régler  les  litiges.  
>Ğ ůŝƚŝŐĞ ĞƐƚ ůă͕ ůĞ ĚŝĨĨĠƌĞŶĚ ĂƉƉĂƌĂŝƚ Ğƚ ĐĞ ƋƵŝ ĐŽŵƉƚĞ͕ Đ͛ĞƐƚ Ě͛ĞƐƐĂLJĞƌ Ě͛ĂƌƌŝǀĞƌ ă ƵŶĞ ƐŽůƵƚŝŽŶ ĞŶ
évitant  le  recours  aux  armes  par  les  parties.    
16  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  

4. Les  conséquences  des  conditions  de  fonctionnement  de  la  procédure  
4.1. La   procédure   comme   technique   de   pacification:   la   dilution   du   procès   dans   le   temps;   le  
procès  comme  chaîne  de  décisions  "interlocutoires";  la  préoccupation  du  défaut  
 
 
Le  recours  à  la  justice  fonctionne  donc  comme  une  alternative  à  la  vengeance  indépendante  
ĚĞƚŽƵƚĞƌğŐůĞƉƌĠĐŽŶƐƚŝƚƵĠĞ͘ĞƋƵŝĐŽŵƉƚĞĐ͛ĞƐƚĚ͛ŝŶƐƚĂůůĞƌƵŶĚŝĂůŽŐƵĞĞŶƚƌĞůĞƐĂĚǀĞƌƐĂŝƌĞƐƉŽƵƌ
ĂƌƌŝǀĞƌăƵŶĞƌĠƐŽůƵƚŝŽŶƉĂĐŝĨŝƋƵĞĚƵĐŽŶĨůŝƚ͘DĂŝƐĐĞƚƚĞĂůƚĞƌŶĂƚŝǀĞŶ͛ĞƐƚƉĂƐŝƌƌĠǀĞƌƐŝďůĞ͘>ŽƌƐƋƵ͛ŽŶ
est   entré   dans   la   procédure,   dans   ůĞ ĚŝĂůŽŐƵĞ͕ ƌŝĞŶ Ŷ͛ŝŶƚĞƌĚŝƚ ƋƵ͛ƵŶĞ ƉĂƌƚŝĞ ŶĞ ƌĞƉĂƐƐĞ ĚĂŶƐ ůĞ
système  de  la  vengeance  pour  régler  le  litige  par  les  armes.  Il  y  a  une  menace  sur  le  procès  et  aussi  
ƐƵƌůĞũƵŐĞ͘ĞƋƵ͛ŽŶƌĞĐŚĞƌĐŚĞĚŽŶĐůŽƌƐĚƵƉƌŽĐğƐ͕Đ͛ĞƐƚƋƵĞůĞƐƉĂƌƚŝĞƐĐŽŶƚŝŶƵĞŶƚăĚŝĂůoguer,  peu  
importe  que  le  procès  soit  conclu  ou  pas.    
 
 
ƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ͕ ƵŶ ƉƌŽĐğƐ ƋƵŝ ĚƵƌĞ ƚƌŽƉ ůŽŶŐƚĞŵƉƐ ĞƐƚ ƉĞƌĕƵ ĐŽŵŵĞ ƵŶ ĚLJƐĨŽŶĐƚŝŽŶŶĞŵĞŶƚ͘
ĂŶƐƵŶĞůŽŐŝƋƵĞĂƌĐŚĂŢƋƵĞ͕ůĂĚƵƌĠĞĚƵƉƌŽĐğƐƉŽƵƌƌĂŝƚƐŝŐŶĂůĞƌůĂƌĠƵƐƐŝƚĞĚƵƉƌŽĐğƐ͘^͛ŝůĞƐƚůŽŶŐ͕
cela  veut  dire  que  les  parties  ne  font  pas  appel  à  la  violence.  Le  procès  interminable  ne  gène  donc  
ƉĂƐůĞƐŐĞŶƐ͘WĂƌĐŽŶƚƌĞ͕ůĂŐƌĂŶĚĞĐƌĂŝŶƚĞĚĞƐƉĂƌƚŝĞƐĞƐƚůĞĚĠĨĂƵƚ͕ĚŽŶĐůĞĨĂŝƚƋƵ͛ƵŶĞƉĂƌƚŝĞŶĞƐĞ
présente   pas   au   procès.   Si   une   partie   ne   se   présente   pas,   cela   vĞƵƚ ĚŝƌĞ ƋƵ͛ŽŶ ǀĂ ƌĞǀĞŶŝƌ ĂƵ
ƌğŐůĞŵĞŶƚĚƵůŝƚŝŐĞƉĂƌůĞƐĂƌŵĞƐ͛͘ĞƐƚƉŽƵƌƋƵŽŝďĞĂƵĐŽƵƉĚĞͨ  dispositions  »  barbares  essaient  de  
réprimer   la   non-­‐ƉƌĠƐĞŶĐĞ ĂƵ ƉƌŽĐğƐ͘ KŶ Ŷ͛ĂƚƚĞŶĚ ƉĂƐ ĚĞ ƐŽůƵƚŝŽŶ ĨŝŶĂůĞ ƌĂƉŝĚĞ͘ Ğ ƋƵŝ ĞdžƉůŝƋƵĞ
ƉŽƵƌƋƵŽŝ ă ůĂ ůŝŵŝƚĞ ŝů Ŷ͛LJ Ă ƉĂƐ ĚĞ ũƵŐĞŵĞŶƚ ă ƉƌŽƉƌĞŵĞŶƚ ƉĂƌůĞƌ͘ >Ğ ƉƌŽĐğƐ Đ͛ĞƐƚ ƵŶĞ ĐŚĂŠŶĞ
Ě͛ĂƵĚŝĞŶĐĞ ĚĂŶƐůĂƋƵĞůůĞ ŝůLJĂĚĞƐ ĚĠĐŝƐŝŽŶƐƐƵƌůĂŵĂƌĐŚĞ ŵġŵĞ ĚƵƉƌŽĐğƐ͘KŶƉĂƌůĞƌĂŝƚŶŽƵƐĚĞ
décisions  interlocutoires.  Donc  la  décision  la  plus  commune  est  de  remettre  le  procès  à  plus  tard.  Et  
ƉŽƵƌĐĞůĂ͕ŝůĨĂƵƚƋƵĞůĞƐĚĞƵdžƉĂƌƚŝĞƐƐŽŝĞŶƚĚ͛ĂĐĐŽƌĚ͘  
 
4.2. Le  dédoublement  de  la  fonction  de  juger  et  la  recherche  d'une  pression  sociale  maximale    
 
 
Chez  les  Francs,  il  y  a  deux  thing  :  un  au  printemps  et  un  en  automne.  Très  fréquemment,  on  
a  des  remŝƐĞƐĚĞů͛ƵŶăů͛ĂƵƚƌĞ͘/ůLJĂĚŽŶĐĚĞƵdžĂƐƐĞŵďůĠĞƐƉĂƌĂŶ͘>ĞƐũƵƌŝĚŝĐƚŝŽŶƐĨŝŶŝƌŽŶƚƐŝƉĂƐƉĂƌ
devenir  permanente  en  tout  cas  par  se  réunir  de  plus  en  plus  souvent  et  les  remises  se  feront  selon  
un   calendrier   judiciaire   qui   repose   sur   la   semaine   et   les   multiples   de   sept   jours.   On   a   une   série  
Ě͛ĂƵĚŝĞŶĐĞ Ğƚ ŽŶ ĚĠĐŝĚĞ ĚĞ ƌĞƉŽƌƚĞƌ ůĂ ĐĂƵƐĞ Ě͛ĂƵĚŝĞŶĐĞ ĞŶ ĂƵĚŝĞŶĐĞ͘ ĞƐ ĚĠĐŝƐŝŽŶƐ ŽŶƚ ƉŽƵƌ
ĐĂƌĂĐƚĠƌŝƐƚŝƋƵĞĚ͛ġƚƌĞƉƌŝƐĞƐŶŽŶƉĂƐƉĂƌĐĞůƵŝƋƵŝƉƌĠƐŝĚĞůĞthing  ŵĂŝƐƉĂƌů͛ĂƐƐĞŵďůĠĞĞŶƚŝğƌĞ;ƚŽƵƐ
les   hommes   libres   sonƚ ŝŶǀŝƚĠƐ ă ƉĂƌƚŝĐŝƉĞƌ ă ůĂ ĚĠĐŝƐŝŽŶͿ͘>Ă ƌĂŝƐŽŶ Ě͛ġƚƌĞ ĚĞ ĐĞ ĚĠĚŽƵďůĞŵĞŶƚ ĚƵ
tribunal  (président-­‐assemblée)  est  de  faire  participer  le  plus  grand  nombre  de  personne  de  sorte  à  
ĂƉƉůŝƋƵĞƌ ƵŶĞ ƉƌĞƐƐŝŽŶƐŽĐŝĂůĞ ŵĂdžŝŵĂůĞƐƵƌůĞƐ ŝŶƚĠƌĞƐƐĠƐ͘>Ğ ďƵƚ ĞƐƚĚ͛ĂǀŽŝƌ une   pression  sociale  
ŵĂdžŝŵĂůĞƉŽƵƌƋƵ͛ŝůĐŽŶƚŝŶƵĞůĞũĞƵ͘  
 
4.3. L'expression  du  consentement  des  deux  parties  :  source  formelle  de  la  décision  de  justice  
 
 
ĞůĂ ĠƚĂŶƚ͕ ĐĞ ũƵŐĞŵĞŶƚ͕ ĐĞƚƚĞ ĚĠĐŝƐŝŽŶ ŶĞ ƉĂƌĂŝƚ ůĠŐŝƚŝŵĞ ƵŶŝƋƵĞŵĞŶƚ ƋƵĞ ůŽƌƐƋƵ͛ĞůůĞ ĞƐƚ
acceptée   par   lĞƐ ĚĞƵdž ĂĚǀĞƌƐĂŝƌĞƐ͘ ŚĂƋƵĞ ĨŽŝƐ ƋƵ͛ŝů LJ Ă ƵŶĞ ĚĠĐŝƐŝŽŶ͕ ůĞ ƐĐƌŝďĞ ;ƋƵŝ ůĂ ƌĂĐŽŶƚĞ ĚĞ
manière   très   narrative)   note   très   précisément   ce   qui   a   été   décidé.   Tout   se   passe   comme   si   la  
ĚĠĐŝƐŝŽŶǀĞŶĂŝƚĚ͛ƵŶĂĐĐŽƌĚĚĞǀŽůŽŶƚĠĚĞƐƉĂƌƚŝĞƐ͘  Cet  accord  de  volonté  est-­‐il  sincère  ou  non  ?  On  
ŶĞƐĂŝƚƉĂƐ͘/ůLJĂĐ͛ĞƐƚƐƸƌƵŶĞƉƌĞƐƐŝŽŶƐŽĐŝĂůĞƋƵŝĂĠƚĠĞdžĞƌĐĠĞ͕ŵĂŝƐĐĞƋƵŝĞƐƚĐƌƵĐŝĂůĐ͛ĞƐƚƋƵ͛ŝůLJ
ait  eu  accord.    
 
4.4. Les  modes  de  résolution  du  litige  :  la  composition  
 
 
Il  faut  cependant  quand  même  être  capable  à  un  moment  Ě͛ĞŶƚĞƌƌĞƌůĂƋƵĞƌĞůůĞ͕ĚĞƚĞƌŵŝŶĞƌ
le  procès.  Il  y  a  deux  possibilités  ͗Ě͛ƵŶĐƀƚĠ͕ŝůLJĂůĂĐŽŵƉŽƐŝƚŝŽŶĞƚĚĞů͛ĂƵƚƌĞůĂprobatio.    
 
17  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
4.4.1. Ğů͛ĂƌŐĞŶƚĐŽŶƚƌĞůĂƉůĂŝŶƚĞŽƵůĞĚƌŽŝƚĚĞǀĞŶŐĞĂŶĐĞ  
 
 
>Ă ĐŽŵƉŽƐŝƚŝŽŶ Đ͛ĞƐƚ ƵŶ ŵŽĚĞ ĚĞ ƌğŐůĞŵĞŶƚƐ ĚĞƐ ůŝƚŝŐĞƐ ƋƵŝ ĞƐƚ ĞdžƚƌġŵĞŵĞŶƚ ƐŝŵƉůĞ͘ hŶĞ
ƉĂƌƚŝĞƉĂŝĞƵŶĞĐĞƌƚĂŝŶĞƐŽŵŵĞăů͛ĂƵƚƌĞƋƵŝĐŽŵƉĞŶƐĞůĞƌĞƚƌĂŝƚĚĞůĂƉůĂŝŶƚĞ͘ĞƚƚĞƉĂƌƚŝĞƌĂĐŚğƚĞ
ůĂƉƌĠƚĞŶƚŝŽŶĚĞů͛ĂƵƚƌĞ͕ƐĂƉůĂŝŶƚĞ͘  
 
 
EŽƚŽŶƐ ƋƵ͛ă ů͛ĠƉŽƋƵĞ ŽŶ ŶĞ distingue   pas   le   pénal   du   civil.   La   composition   pouvait   par  
ĞdžĞŵƉůĞ ĠŐĂůĞŵĞŶƚ ġƚƌĞ ƵƚŝůŝƐĠĞ ůŽƌƐƋƵĞ ůĞ ůŝƚŝŐĞ ƉŽƌƚĂŝƚ ƐƵƌ ůĂ ƉƌŽƉƌŝĠƚĠ Ě͛ƵŶ ďŝĞŶ͘ hŶĞ ĚĞƐ ĚĞƵdž
ƉĂƌƚŝĞƐ͕ƋƵŝƉƌĠƚĞŶĚĂŝƚġƚƌĞůĞƉƌŽƉƌŝĠƚĂŝƌĞ͕ƉŽƵǀĂŝƚĂďĂŶĚŽŶŶĞƌƐĞƐƉƌĠƚĞŶƚŝŽŶƐĐŽŶƚƌĞĚĞů͛ĂƌŐĞnt.  
Ŷ ŐĠŶĠƌĂů͕ ŽŶ Ă ƚĞŶĚĂŶĐĞ ă ƉĞŶƐĞƌ ƋƵĞ Đ͛ĞƐƚ ůĞ ĚĠĨĞŶĚĞƵƌ ƋƵŝ ǀĞƌƐĞ ůĂ ƐŽŵŵĞ ĂƵ ƉůĂŝŐŶĂŶƚ͕
ĚĞŵĂŶĚĞƵƌ͘DĂŝƐĕĂŶ͛ĞƐƚƉĂƐƚŽƵũŽƵƌƐůĞĐĂƐ͘  
 
 
La  loi  salique  utilise  la  composition  ͗ƉŽƵƌƚĞůůĞŝŶĨƌĂĐƚŝŽŶ͕Đ͛ĞƐƚƚĞůƚĂƌŝĨ͘DĂŝƐ͕ĐŽŵŵĞŽŶů͛Ă
dit,  ces  lois  ne  sont  pas  destinées  à  être  appliquées  comme  on  applique  le  Code  civil.  Ces  tarifs  sont  
ĚĞƐ ƚĂƌŝĨƐ ŝŶĚŝĐĂƚŝĨƐ͕ ĚĞƐ ĞdžĞŵƉůĞƐ͘ Ŷ ƌĠĂůŝƚĠ͕ ŝůƐ ƐĞ ĚŝƐĐƵƚĞŶƚ͕ ůĂ ĐŽŵƉŽƐŝƚŝŽŶ ĞƐƚ ƚŽƵũŽƵƌƐ ů͛ŽďũĞƚ
Ě͛ƵŶĞŶĠŐŽĐŝĂƚŝŽŶ͘ƚĐĞƚƚĞŶĠŐŽĐŝĂƚŝŽŶƐĞĨĂŝƚƐƵƌůĞĨŝůĚƵƌĂsoir  ͗Ě͛ƵŶĐƀƚĠ͕ĐŽŵďŝĞŶĞƐƚ-­‐on  prêt  à  
payer  ͍Ğů͛ĂƵƚƌĞ͕ăĐŽŵďŝĞŶĞƐƚŝŵĞ-­‐t-­‐on  son  honneur  (en  effet,  les  litiges  font  souvent  intervenir  
ƵŶĞƋƵĞƐƚŝŽŶĚ͛ŚŽŶŶĞƵƌͿ  ?  Le  rôle  du  thing  ǀĂġƚƌĞĚ͛ĂŵĞŶĞƌůĞƐƉĂƌƚŝĞƐăƵŶĂĐĐŽƌĚƐƵƌƵŶĐŚŝĨĨƌĞ͘/ů
va  y  avoir  décision  sur  un  chiffre,  décision  ratifiée  par  les  parties.  Les  adversaires  négocient  donc  la  
sortie  du  procès.    
 
4.4.2. Composition  pro  faida  et  composition  pro  freda  
 
 
Par  la  suite,  on  va  distinguer  deux  composition  (cette  distinction  apparaît  plus  ou  moins  avec  
Charlemagne)  :  la  composition  pro  faida  et  la  composition  pro  freda.    
 
 
Faida   est   un   terme   germanique   qui   veut   dire   la   vengeance.   Le   but   de   la   composition   pro  
faida   est  de  se   protéger  de   la  vengeance.  Tout   le  monde   comprend  que   racheter  la  prétention  de  
l͛ĂĚǀĞƌƐĂŝƌĞ Đ͛ĞƐƚ ĠƚĞŝŶĚƌĞ ů͛ĂĐƚŝŽŶ ĞŶ ũƵƐƚŝĐĞ ŵĂŝƐ ĠŐĂůĞŵĞŶƚ ƐĞ ƉƌŽƚĠŐĞƌ ĐŽŶƚƌĞ ůĞ ƌĞĐŽƵƌƐ ă ůĂ
vengeance.  La  composition  pro  faida  est  la  première  composition,  la  plus  ancienne.    
 
 
La  composition  pro  freda  («  pour  la  paix  »)  est  versée  au  juge.  Commence  ăĂƉƉĂƌĂŠƚƌĞů͛ŝĚĠĞ
ĚĞů͛ŽƌĚƌĞƉƵďůŝĐ͕ů͛ŝĚĠĞƋƵĞůĞƐƌĞƉƌĠƐĞŶƚĂŶƚƐĚĞů͛ͨƚĂƚ  ͩĚŽŝǀĞŶƚŵĂŝŶƚĞŶŝƌů͛ŽƌĚƌĞƉƵďůŝĐ͘>ĞƐĨĂŝƚƐ
ƋƵŝƐŽŶƚĚĠĐƌŝƚƐĚĂŶƐůĞƐĐĂƐĚ͛ĞƐƉğĐĞĚĞůĂůŽŝĐŽŵŵĞŶĐĞŶƚăƌĞƐƐĞŵďůĞƌăĚĞƐŝŶĨƌĂĐƚŝŽŶƐ  :  ils  lèsent  
ů͛ͨ  Etat  »,   ils   mettent   à   mĂů ů͛ŽƌĚƌĞ ƉƵďůŝĐ͘ >͛ƚĂƚ ;ĞŵďƌLJŽŶ Ě͛ƚĂƚ ă ů͛ĠƉŽƋƵĞ ĐĂƌŽůŝŶŐŝĞŶŶĞͿ
ĐŽŵŵĞŶĐĞĚŽŶĐăƌĞǀĞŶĚŝƋƵĞƌƵŶĞŵŝƐƐŝŽŶĚ͛ŽƌĚƌĞƉƵďůŝĐ͘  
 
 
La   préférence   des   juges   va   à   la   composition,   car   celle-­‐ci   est   une   négociation   entre   les  
parties  ͗ůĞũƵŐĞŶ͛ĞƐƚĚŽŶĐƉĂƐƚƌŽƉŝŵƉliqué.    
 
4.5. Les  modes  de  résolution  du  litige  :  la  probatio  
 
 
Le   deuxième   mode   de   règlement   des   litiges  :   la   probatio.   Une   des   parties   va  exécuter   une  
ĐĞƌƚĂŝŶĞƉƌĞƐƚĂƚŝŽŶ͕Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐ĚŝƌĞƋƵ͛ĞůůĞǀĂƉĂƌĞdžĞŵƉůĞƉƌġƚĞƌƵŶƐĞƌŵĞŶƚŽƶƋƵ͛ĞůůĞǀĂƉĂƐƐĞƌƵŶĞ
épreuve   ƉŚLJƐŝƋƵĞ ĂƉƉĞůĠĞ ŽƌĚĂůŝĞ ŽƵ ĞŶĐŽƌĞ ƋƵ͛ĞůůĞ ǀĂ ƉƌŽĚƵŝƌĞ ƵŶ ĐĞƌƚĂŝŶ ŶŽŵďƌĞ ĚĞ ƚĠŵŽŝŶƐ͘
ĞƚƚĞ ƉƌĞƐƚĂƚŝŽŶ ǀĂ ĚĠĐŝĚĞƌ ĚĞ ů͛ŝƐƐƵĞ ĚƵ ƉƌŽĐğƐ ĞŶ ƐĂ ĨĂǀĞƵƌ Ɛŝ ůĂ ƉƌĞƐƚĂƚŝŽŶ ĞƐƚ ƌĠƵƐƐŝĞ ŽƵ ĞŶ ƐĂ
défaveur  si  elle  échoue  à  la  réaliser.    
 
4.5.1. Le  problèmes  posé  par  la  traduction  du  terme  «  probatio  »  
 
 
Le   latin   «  probatio  ͩ Đ͛ĞƐƚ ůĞ ƐƵďƐƚĂŶƚŝĨ ĚƵ ǀĞƌďĞ ͨ  probare  »   qui   peut   avoir   trois   sens  
18  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
passablement   différent  ͗ Ě͛ĂďŽƌĚ ĐĞůĂ ƉĞƵƚ ǀŽƵůŽŝƌ ĚŝƌĞ ƉƌŽƵǀĞƌ͕ ĠƉƌŽƵǀĞƌ Ğƚ ĂƉƉƌŽƵǀĞƌ͘ Ŷ ĨĂŝƚ͕
ů͛ŝŶƚĞƌƌŽŐĂƚŝŽŶ ƋƵ͛ŽŶ ĞƐƚ ĞŶ ĚƌŽŝƚ ĚĞ ƉŽƐĞƌ͕ Đ͛ĞƐƚ ĚĞ ƐĂǀŽŝƌ ĐĞ ƋƵĞ ůĞƐ ŐĞŶƐ ĐŽŵƉƌĞŶĂŝĞŶƚ ƉĂƌ
«  probatio  ».  Il  existe  deux  thèses  à  ce  propos.    
 
 
͛ĂďŽƌĚ͕ ůĂ ƚĞŶĚĂŶĐĞ Ě͛ƵŶ ĐĞƌƚĂŝŶ ŶŽŵďƌĞ ĚĞ ũƵƌŝƐƚĞƐ ĞƐƚ ĚĞ ƌĞƚĞŶŝƌ ů͛ŝĚĠĞ ĚĞ ƉƌĞƵǀĞ͘
ŚĂĐƵŶĞĚĞƐƉĂƌƚŝĞƐĂĨĨŝƌŵĞĂǀŽŝƌƌĂŝƐŽŶĞƚƚĞŶƚĞĚ͛ĞŶĐŽŶǀĂŝŶĐƌĞůĞũƵŐĞ͘>ĞƐƉĂƌƚŝĞƐƐ͛ĂĨĨƌŽŶƚĞŶƚĞƚ
il  faut  une  preuve  pour  les  départager.  Si  on  suit  cette  analyse,  le  fait  pour  une  partie  de  passer  une  
ĠƉƌĞƵǀĞĚĞƚLJƉĞŽƌĚĂůŝĞŽƵĚĞƉƌĠƐĞŶƚĞƌĚĞƐƚĠŵŽŝŶƐĐ͛ĞƐƚƵŶĞƉƌĞƵǀĞ͕Đ͛ĞƐƚƵŶŵŽĚĞĚĞǀĂůŝĚĂƚŝŽŶ
ũƵĚŝĐŝĂŝƌĞĚĞƐ ĨĂŝƚƐ ƚĞůƐƋƵ͛ŝůƐƐŽŶƚ ƉƌĠƐĞŶƚĠƐ ƉĂƌůĂƉĂƌƚŝĞĞŶƋƵĞƐƚŝŽŶ͘ĞƚƚĞ ĂŶĂůLJƐĞĞŶƚĞƌŵĞƐ ĚĞ
preuve  est   une   analyse   qui  a  été   soutenue   par  de   nombreux  historiens  du  droit.  Cependant,   si  on  
traduit  probatio  par  preuve,  le  problème  historique  est  la  preuve  irrationnelle  (on  prouve  en  jurant  
ou  en  passant  des  épreuves  magiques).  Comment  se  fait-­‐ŝůƋƵ͛ŽŶĂŝƚĂĚŵŝƐĚĞƐƉreuves  irrationnelles  
;ƉƌĞƵǀĞƐƋƵŝƚŝĞŶŶĞŶƚĚ͛ƵŶĞĨĂĕŽŶŽƵĚ͛ƵŶĞĂƵƚƌĞĚĞůĂŵĂŐŝĞͿĞŶƉůƵƐĚĞƉƌĞƵǀĞƐƌĂƚŝŽŶŶĞůůĞƐ  ?    
 
 
Ensuite,   la   thèse   opposée   (celle   préférée   par   Monsieur   Jacob)   est   que   probare   veut   dire  
ĠƉƌŽƵǀĞƌ͘ ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐dire   que   pour   comprendre   le   fonctionnement   de   la   procédure   archaïque,   il   faut  
ŽƵďůŝĞƌů͛ŝĚĠĞĚĞƉƌĞƵǀĞ͕ƋƵŝĞƐƚĐŽŶƐƵďƐƚĂŶƚŝĞůůĞăŶŽƚƌĞĐŽŶĐĞƉƚŝŽŶĚĞů͛ĂĐƚŝǀŝƚĠũƵĚŝĐŝĂŝƌĞ͘ĂŶƐůĞƐ
sociétés  archaïques,  on  ne  cherche  pas  à  prouver  un  fait,  on  cherche  à  admettre  une  parole  qui  sera  
vaůŝĚĠĞƉĂƌĚĞƐĠƉƌĞƵǀĞƐ;ŽƌĚĂůŝĞ͕ƐĞƌŵĞŶƚ͕ƚĠŵŽŝŶƐͿ͘/ůƐ͛ĂŐŝƚĚĞŵĞƚƚƌĞƵŶĞƉĂƌŽůĞăů͛ĠƉƌĞƵǀĞ͘>Ă
ƉĂƌŽůĞ Ě͛ƵŶĞ ĚĞƐ ĚĞƵdž ƉĂƌƚŝĞƐ ǀĂ ƚƌĂŶĐŚĞƌ ůĞ ůŝƚŝŐĞ ŵĂŝƐ ĐĞƚƚĞ ƉĂƌŽůĞ ŶĞ ǀĂ ġƚƌĞ ƌĞĐĞǀĂďůĞ ƋƵ͛ă
ĐĞƌƚĂŝŶĞƐ ĐŽŶĚŝƚŝŽŶƐ ĚĞ ǀĂůŝĚĂƚŝŽŶ ƋƵŝ ƐŽŶƚ ĐĞůůĞƐ Ě͛ƵŶĞ ĠƉƌĞuve  ͗ ůĞ ƐĞƌŵĞŶƚ͕ ů͛ŽƌĚĂůŝĞ ŽƵ ůĂ
production  de  témoins.  Une  des  deux  parties  remporte  le  litige  à  condition  que  sa  parole  ait  passé  
ƵŶĐĞƌƚĂŝŶƚLJƉĞĚ͛ĠƉƌĞƵǀĞƐĚĠĨŝŶŝĞƐĚĞŵĂŶŝğƌĞĂƐƐĞnjƉƌĠĐŝƐĞ͘  
 
4.5.2. Le  serment  
4.5.2.1. >͛ĠƉƌĞƵǀĞůĂƉůƵƐĨƌĠƋƵĞŶƚĞ  
 
 
>͛ĠƉƌĞƵǀĞůĂƉůƵƐfréquente  est  incontestablement  le  serment.  Une  étude  statistique  (si  on  
peut  utiliser  ce  mot,  car  les  documents  du  Moyen-­‐âge  sont  en  nombre  réduit  et  ne  permettent  donc  
pas  une  réelle  étude  statistique)  montre  que  45%  des  procès  se  résolvent  par  composition,  et  45%  
ƉĂƌ ƐĞƌŵĞŶƚ͘ >Ă ĐŽŵƉŽƐŝƚŝŽŶ ;ŽŶ ƌĂĐŚğƚĞ ůĂ ƉůĂŝŶƚĞ ĚĞ ů͛ĂƵƚƌĞͿ Ğƚ ůĞ ƐĞƌŵĞŶƚ ;ŽŶ ƐĞ ůŝďğƌĞ ƉĂƌ ƐĂ
parole)  sont  donc  deux  outils  importants  de  la  justice  franque.    
 
4.5.2.2. Le   serment   comme   épreuve   magique   :   l'appel   à   la   sanction   divine   ou   automalédiction  
conditionnelle  
 
 
>ĞƐĞƌŵĞŶƚĞƐƚƵŶĞƉĂƌŽůĞ͕ĚŽŶĐƵŶĞĚĞƐĚĞƵdžƉĂƌƚŝĞƐǀĂŐĂŐŶĞƌƐŽŶƉƌŽĐğƐƐƵƌďĂƐĞĚ͛ƵŶĞ
ƉĂƌŽůĞ͘ĞƉĞŶĚĂŶƚĐĞŶ͛ĞƐƚƉĂƐƵŶĞƉĂƌŽůĞƋƵĞůĐŽŶƋƵĞ͛͘ĞƐƚƵŶĞƉĂƌŽůĞƋƵŝĞƐƚůŝĠĞăƵŶĞƉƵŝƐƐĂŶĐĞ
surnaturelle   et   divine.   Cette   puissance   divine   eƐƚ ŝŶǀŽƋƵĠĞ ă ů͛ĂƉƉƵŝ ĚĞ ůĂ ƉĂƌŽůĞ͘ :ƵƐƋƵ͛ĂƵ ϭϵème  
siècle,  on  disait  en  Belgique  «  :ĞůĞũƵƌĞ͕ĂŝŶƐŝŵ͛ĂŝĚĞŝĞƵĞƚůĞƐ^ĂŝŶƚƐ  ».  Je  fais  de  Dieu  et  des  Saints  
les  garants  de  ma  parole.    
 
 
 ů͛ĂƌƌŝğƌĞ ƉůĂŶ͕ ŝů LJ Ă ĚŽŶĐ ĐĞƚƚĞ ŝĚĠĞ ƋƵĞ ĐĞƚƚĞ ƉƵŝƐƐĂŶĐĞ ƐƵƌŶĂƚƵƌĞůůĞ ŝŶǀŽƋƵĠĞ ĚĂŶƐ ůĞ
serment  (pour  garantir  sa  vérité),  qui,  si  la  parole  est  mensongère,  va  punir  celui  qui  a  menti,  celui  
ƋƵŝ Ŷ͛ĠƚĂŝƚ ƉĂƐ ƐŝŶĐğƌĞ͘ ĞůƵŝ ƋƵŝ ũƵƌĞ ŶŽŶ ƐĞƵůĞŵĞŶƚ ĂƉƉĞůůĞ ă ů͛ĂŝĚĞ ůĞƐ ƉƵŝƐƐĂŶĐĞƐ ƐƵƌŶĂƚƵƌĞůůĞƐ
ŵĂŝƐƐ͛ĞdžƉŽƐĞĂƵƐƐŝăůĞƵƌƐƐĂŶĐƚŝŽŶƐƐŝƐĞƐƉĂƌŽůĞƐƐŽŶƚĨĂƵƐƐĞƐ͘>ĞƐĞƌŵĞŶƚĞƐƚǀŽůŽŶƚŝĞƌƐĚĠĨŝŶŝƉĂƌ
les  historiens  comme  une  auto-­‐malédiction  conditionnelle.  Quand  je  jure,  je  me  maudis  moi-­‐même  
ŵĂŝƐƉĂƐĚĂŶƐů͛ĂďƐŽůƵ͕ũĞŶ͛ĂƉƉĞůůĞůĂǀĞŶŐĞĂŶĐĞĚŝǀŝŶĞĐŽŶƚƌĞŵŽŝƋƵĞƐŝũĞŵĞŶƐ͘  
 
 
 
19  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
4.5.2.3. Histoire  des  formes  du  serment  :  brève  survivance  de  formes  païennes,  puis  serment  sur  
les  reliques,  la  Bible,  et  enfin  formes  laïcisées  :  paume  ouverte  en  face  du  tribunal  
 
 
A  partir  du  Haut  Moyen-­‐âge,  on  assiste  à  une  christianisation  assez  rapide  du  serment.  On  a  
encore   des   traces   de   serment   païen   donc   traités   en   invoquant   les   dieux   germaniques,   mais   la  
christianisation  de  la  société  franque  va  entraîner  une  christianisation  des  formes  du  serment.  On  va  
surtout   dorénavant   prêter   serment   sur   les   reliques   des   saints.   Cette   construction   mentale   qui   fait  
ĨŽŶĐƚŝŽŶŶĞƌůĞƐĞƌŵĞŶƚĞƐƚů͛ŝĚĠĞƋƵ͛ŝůLJĂƵŶŐƌĂŶĚũƵŐĞ  :  Dieu.  Il  applique  une  justice  suprême  qui  
ĞƐƚƉĂƌĨĂŝƚĞ͕ĚŽŶĐĐĂƉĂďůĞĚ͛ƵŶĞĚŝƐĐrimination  parfaite  du  bien  et  du  mal  et  qui  par  ailleurs  connait  
tout  et  qui  peut  tout  :  il  y  a  une  omniscience  et  une  omnipotence  de  la  justice.  
 
 
EŽƚŽŶƐƋƵ͛ƵŶƐĂŝŶƚĞƐƚƵŶŚŽŵŵĞƋƵŝĠƚĂŝƚĂƵĚĠƉĂƌƚƵŶŚŽŵŵĞĐŽŵŵĞƵŶĂƵƚƌĞŵĂŝƐĚŽŶƚ
la  vie  a  été  transformée  par  un  contact  particulier  avec  la  divinité,  dont  la  vie  a  été  particulièrement  
exemplaire   et   qui   a   démontré   grâce   à   son   rapport   privilégié   avec   dieux   la   capacité   de   faire   des  
ŵŝƌĂĐůĞƐ;ƐƵƌƚŽƵƚĂƉƌğƐƐĂŵŽƌƚͿ͘KŶƐĂŝƚƋƵ͛ŝůĞƐƚƵŶƐĂŝŶƚĐĂƌƐƵƌƐĂƚŽŵďe  se  produit  une  série  de  
ŵŝƌĂĐůĞƐ͘ >Ă ƌĞůŝƋƵĞ ĞƐƚ ƵŶĞ ƉĂƌƚŝĞ ĚƵ ĐŽƌƉƐ ĚƵ ƐĂŝŶƚ ŵĂŝƐ ůĞ ĐŽƌƉƐ Ě͛ƵŶ ƐĂŝŶƚ ĞƐƚ ƐĠƉĂƌĠ ĚƵ ƐŽƌƚ
commun  qui  est  la  décomposition  dans  la  terre.  Le  saint  connait  une  sorte  de  résurrection  charnelle  
anticipée,   sa   chaire   ne   se   putréĨŝĞ ƉĂƐ͘ Ŷ ĞĨĨĞƚ ů͛ąŵĞ ĚƵ ƐĂŝŶƚ ĞŶƚƌĞ ĚŝƌĞĐƚĞŵĞŶƚ ĂƵ ƉĂƌĂĚŝƐ͕
ĐŽŶƚƌĂŝƌĞŵĞŶƚĂƵdžĂƵƚƌĞƐŚƵŵĂŝŶƐƋƵŝĚĞǀƌŽŶƚĂƚƚĞŶĚƌĞůĞũƵŐĞŵĞŶƚĚĞƌŶŝĞƌƉŽƵƌġƚƌĞĨŝdžĠ;ů͛ŽĚĞƵƌ
de  sainteté  est  parfum  suave  qui  émane  de  la  tombe).  La  relique  va  fonctionner  comme  un  relais  de  
ůĂƐĂŝŶƚĞƚĠ͕Đ͛ĞƐƚͨ  une  fenêtre  ouverte  sur  le  sacré  ͩ͘:ƵƌĞƌƐƵƌƵŶĞƌĞůŝƋƵĞ͕Đ͛ĞƐƚĚŽŶĐƐĞŵĞƚƚƌĞĞŶ
ĐŽŵŵƵŶŝĐĂƚŝŽŶ ĂǀĞĐ ŝĞƵ Ğƚ ĚĠĐůĞŶĐŚĞƌ ƐĂ ĨƵƌĞƵƌ Ɛŝ ů͛ŽŶ ŵĞŶƚ͘  ƉĂƌƚŝƌ ĚƵ ŚĂƵƚ ŵŽLJĞŶ-­‐âge,   le  
serment  se  fait  donc  sur  une  relique.    
 
 
/ůLJĂƚƌŽŝƐŐƌĂŶĚĞƐƉĠƌŝŽĚĞƐĚĂŶƐů͛ŚŝƐƚŽŝƌĞĚƵƐĞƌŵĞŶƚ  :    
 
1) ͛ĂďŽƌĚůĞƐƐĞƌŵĞŶƚƐƐƵƌůĞƐƌĞůŝƋƵĞƐ;ƉůƵƐŽƵŵŽŝŶƐũƵƐƋƵ͛ĂƵϭϮème  ƐŝğĐůĞͿ͕ũƵƐƋƵ͛ĂƵŵŽŵĞŶƚ
Žƶů͛ŐůŝƐĞǀĂĞƐƚŝŵĞƌƋƵ͛ŝůĨĂƵƚŵĞƚƚƌĞĚĞů͛ŽƌĚƌĞĞƚŽƶĞůůĞĂĚŽƉƚĞƵŶĞĨŽƌŵĞĚĞƐĞƌŵĞŶƚƋƵŝ
est  moins  immédiatement  naïve.  
 
2) >ĞƐĞƌŵĞŶƚƐƵƌůĂďŝďůĞ͕ůĞƐĞƌŵĞŶƚƐƵƌů͛ĠĐƌŝƚƵƌĞƐĂŝŶƚĞ;ƐĞƌŵĞŶƚƉůƵƐĂďƐƚƌĂŝƚͿ͘KŶŶ͛ŝŶǀŽƋƵĞ
plus  Dieu  de  manière  matérielle  mais  bien  spirituelle.  Notons  que   ce  serment  est  toujours  
utilisé  dans  la  justice  anglaise  et  américaine.    
 
3) La  troisième  phase  est  la  plus  contemporaine  (19ème  et  20ème  siècles).  La  bible  disparait  et  le  
ƌĂƉƉŽƌƚ͕ů͛ĂůůƵƐŝŽŶăůĂĚŝǀŝŶŝƚĠĂƵƐƐŝ͘ĞůƵŝƋƵŝũƵƌĞĚŽŝƚůĞĨĂŝƌĞůĂŵĂŝŶĚƌŽŝƚĞŽƵǀĞƌƚĞĚĞǀĂŶƚ
le   tribunal   et   jure   sur   sa   propre   conscience   (le   rituel   du   serment   subsiste   donc   mais   il   y   a  
maintenant   un   espace   vide   devant   celui   qui   jure).   Le   rituel   est   désacralisé,   laïcisé   mais   ce  
rituel   a   une   longévité   étonnante   puisque   de   nos   jours   il   est   toujours   beaucoup   utilisé.   On  
jure  quand  on  devient  avocat,  quanĚŽŶĚĞǀŝĞŶƚŵĂŐŝƐƚƌĂƚ͕ƋƵĂŶĚŽŶƐ͛ĂƉƉƌġƚĞăƉŽƌƚĞƌƵŶ
témoignage.    
 
4.5.2.4. Deux  types  de  serment  :  promissoire  et  assertoire  
 
 
Le  serment  promissoire  porte  sur  le  futur  :  «  Je  promets  de  faire  quelque  chose,  et  je  serai  
puni  si  je  ne  le  fais  pas  ».  Par  contre,  le  serment  assertoire  ƉŽƌƚĞƐƵƌĐĞƋƵ͛ŝůƐ͛ĞƐƚƉĂƐƐĠ͗ͨ  je  jure  
ƋƵĞũ͛ĂŝĨĂŝƚŽƵƋƵĞũĞŶ͛ĂŝƉĂƐĨĂŝƚƚĞůůĞĐŚŽƐĞ  ».    
 
 
ĂŶƐůĞƉƌŽĐğƐƉƌŝŵŝƚŝĨ͕Đ͛ĞƐƚůĞƐĞƌŵĞŶƚĂƐƐĞƌƚŽŝƌĞƋƵŝĞƐƚůĞƉůƵƐŝŶƚĠƌĞƐƐĂŶƚ  :  par  exemple,  
ƵŶĞƉĂƌƚŝĞĂĨĨŝƌŵĞƋƵ͛ĞůůĞĞƐƚďĞůĞƚďŝĞŶƉƌŽƉƌŝĠƚĂŝƌĞĚƵďŝĞŶĐŽŶƚĞƐƚĠŽƵƋƵ͛ĞůůĞĞƐƚŝŶŶŽĐĞŶƚĞĚĞĐĞ
ĚŽŶƚŽŶů͛ĂĐĐƵƐĞ͛͘ĞƐƚƵŶĞĂĨĨŝƌŵĂƚŝŽŶƐƵƌĐĞƋƵŝĞƐƚŽƵĐĞƋƵŝĂĠƚĠ͕ĚŽŶĐƵŶĞĂĨĨŝƌŵĂƚŝŽŶƐƵƌůĞƌĠĞů͘
20  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
Ce   serment  est  litisdécisoire  :  il  a  la  capacité  de  trancher  le  litige.  Il  éteint  (exactement  les  mêmes  
effets   que   la   composition)   la   prétention   adverse   non   pas   en   payant   son   adversaire   mais  en   jurant  
ƋƵĞũĞƐƵŝƐŝŶŶŽĐĞŶƚĚĞĐĞĚŽŶƚŝůŵ͛ĂĐĐƵƐĞ͘  
 
4.5.2.5. Le  serment  comme  épreuve  sociale:  les  cojureurs  (significations  de  leur  participation  au  
serment  de  la  partie)  
 
 
Ce  serment  assertoire,  on  ne  le  prête  jamais  seul.  Je  jure  mais  je  ne  suis  pas  seul,  il  va  y  avoir  
Ě͛ĂƵƚƌĞƐŐĞŶƐƋƵŝũƵƌĞŶƚĂǀĞĐŵŽŝƐƵƌůĞƐƌĞůŝƋƵĞƐĚĞƐƐĂŝŶƚƐ͘ĞƐŽŶƚůĞƐĐŽũƵƌĞƵƌƐ͕ĐĞƵdžƋƵŝĂƉƉƵŝĞŶƚ
le  serment  de  la  partie.  Le  nombre  des  cojureurs  va  varier  en  fonction  de  la  gravité  du  fait  reproché.  
ŝŶƐŝ͕ƉŽƵƌůĞǀŽůĚĞďĠƚĂŝů͕ŝůĨĂƵĚƌĂĚĞƵdžĐŽũƵƌĞƵƌƐ͘^͛ŝůƐ͛ĂŐŝƚĚ͛ƵŶŵĞƵƌƚƌĞ͕ĐĞůĂĚĠƉĞŶĚƌĂĚƵƐƚĂƚƵƚ
ƐŽĐŝĂů ĚĞ ůĂ ǀŝĐƚŝŵĞ͘ /ů LJ Ă ĚĂŶƐ ĐĞƌƚĂŝŶƐ ƚĞdžƚĞƐ ĚĞƐ ƚĂƌŝĨƐ ĚĞ ĐŽũƵƌĞƵƌƐ Ğƚ Ě͛ĂŝůůĞƵƌƐ ĐĞƐ ƚĂƌŝĨƐ Ɛont  
parallèles  au  tarif  de  composition.  Le  serment  a  donc  le  même  fonctionnement  que  la  composition.    
 
 
ZĞŵĂƌƋƵŽŶƐƋƵ͛ŽŶƉĞƵƚƌĂƚĞƌů͛ĠƉƌĞƵǀĞ͘ĂŶƐƵŶĐĞƌƚĂŝŶŶŽŵďƌĞĚĞĐĂƐ͕ĐĞůƵŝƋƵŝĞƐƚĂĐĐƵƐĠ
Ŷ͛Ă ƉĂƐ ƌĠƵƐƐŝ ă ƌĠƵŶŝƌ ůĞ ŶŽŵďƌĞ Ě͛ŚŽŵŵĞƐ ƐƵĨĨŝƐĂŶƚƐ͕ ĂƵƋƵĞů   cas   il   doit   composer   (acheter   la  
ǀĞŶŐĞĂŶĐĞĚĞů͛ĂĚǀĞƌƐĂŝƌĞͿ͘  
 
 
>ĞƐĞƌŵĞŶƚĞƐƚƵŶĞĠƉƌĞƵǀĞăĚŽƵďůĞƐĞŶƐ͛͘ĞƐƚƵŶĞĠƉƌĞƵǀĞŵĂŐŝƋƵĞĞƚƐŽĐŝĂůĞăůĂĨŽŝƐ͘
Elle  est  magique  car  il  faut  toucher  les  reliques,  se  mettre  en  rapport  avec  la  divinité,  il  faut  accepter  
cette  prise  de  risques,  de  se  soumettre  à  la  puissance  divine.  Elle  est  aussi  sociale  car  elle  permet  de  
dire  «  je  ne  suis  pas  tout  seul  ͩ͘^ŝǀŽƵƐŶ͛ĂĐĐĞƉƚĞnjƉĂƐŵĂƉĂƌŽůĞ͕ŝůLJĂĚĞƌƌŝğƌĞŵŽŝĚĞƐƉĂƌĞŶƚƐ͕ĚĞƐ
amis  qui  sont  aussi  prêts  à  prendre  les  ĂƌŵĞƐƐ͛ŝůůĞĨĂƵƚ͘ů͛ĂƌƌŝğƌĞƉůĂŶ͕ŝůLJĂƵŶĞŝĚĠĞĚĞŵĞŶĂĐĞ͘
>͛ŽƉƚŝƋƵĞĚĞůĂǀĞŶŐĞĂŶĐĞŶ͛ĞƐƚũĂŵĂŝƐƚŽƚĂůĞŵĞŶƚĠĐĂƌƚĠĞ͘  
 
4.5.2.6. Consensus  des  parties  
 
 
ĂŶƐĐĞŐĞŶƌĞĚ͛ĠƉƌĞƵǀĞ͕ŝůĨĂƵƚƵŶĐŽŶƐĞŶƐƵƐĞŶƚƌĞůĞƐƉĂƌƚŝĞƐ͘WŽƵƌƋƵĞĐĞůĂŵĂƌĐŚĞŝůĨĂƵƚ
un  accord  ƐƵƌůĂƌğŐůĞĚƵũĞƵ͘>͛ĂĐĐƵƐĠǀĂƐĞůŝďĠƌĞƌăĐŽŶĚŝƚŝŽŶĚĞũƵƌĞƌĂǀĞĐƐŝdžĐŽũƵƌĞƵƌƐ͘/ůLJĂƵŶ
ĐŽŶƐĞŶƐƵƐ ĨŽƌŵĠ ĞŶƚƌĞ ůĞƐ ŚŽŵŵĞƐ ůŝďƌĞƐ͘ >ĞƐ ĂĚǀĞƌƐĂŝƌĞƐ ĨŽƌŵƵůĞŶƚ ƵŶĞ ĂĚŚĠƐŝŽŶ ă ů͛ĠƉƌĞƵǀĞ Ğƚ
ƉƵŝƐƐŝů͛ĠƉƌĞƵǀĞĞƐƚƌĠƵƐƐŝĞ͕ŝůĨĂƵƚĞŶĐŽƌĞƵŶĞŵĂŶŝĨĞƐƚĂƚŝŽŶ;ŐĞŶƌĞĚĞũƵŐĞŵĞŶƚĨŝŶĂůͿĚ͛ĂĚŚĠƐŝŽŶ
ĚĞƐ ŚŽŵŵĞƐ ůŝďƌĞƐ͘ >Ğ ũƵŐĞ Ŷ͛Ă ƉĂƐ ĚĞ ƉŽƵǀŽŝƌ Ě͛ĂƉƉƌĠĐŝĂƚŝŽŶ ;ĂŶĂĐŚƌŽŶŝƐŵĞͿ͘ >Ğ ƉƌĠƐŝĚĞŶƚ ĚĞ
ƐĠĂŶĐĞĞƚůĞŐƌŽƵƉĞĚ͛ŚŽŵŵĞůŝďƌĞƐƋƵŝů͛ĂƐƐŝƐƚĞŶƚƐŽŶƚůŝĠƐƉĂƌůĞƌĠƐƵůƚĂƚĚĞů͛ĠƉƌĞƵǀĞ͘ĞƐĞƌŵĞŶƚ
est   la  forme   la  plus  répanĚƵĞ ĚĞ ƉƌŽďĂƚŝŽăů͛ĠƉŽƋƵĞ ĨƌĂŶƋƵĞ ĞƚĐĞůĂ ĚƵƌĞƌĂũƵƐƋƵ͛ĂƵϭϮème,  13ème  
siècle.  On  recourt  très  abondamment  au  serment  pour  régler  les  litiges.    
 
4.5.3. L'ordalie   ou   jugement   de   Dieu:   sa   différence   avec   le   serment   (la   sanction   divine   n'est  
plus  différée  mais  rendue  actuelle  par  le  "miracle  judiciaire")  
 
 
DĂŝƐƵŶĞĂƵƚƌĞĨŽƌŵĞĚĞŵŝƐĞăů͛ĠƉƌĞƵǀĞ  va  apparaître  et  prendre  de  plus  en  plus  de  place  :  
ů͛ŽƌĚĂůŝĞ͘ >Ğ ŵĠĐĂŶŝƐŵĞ ĞƐƚ ŝĚĞŶƚŝƋƵĞ͘ hŶĞ ƉĂƌƚŝĞ ǀĂ ġƚƌĞ ĐƌƵĞ ƐƵƌ ƉĂƌŽůĞ͕ ĐĞƚƚĞ ƉĂƌŽůĞĞŶƚƌĂŝŶĞ ůĞ
ŐĂŝŶĚƵƉƌŽĐğƐƐŝů͛épreuve  est  réussie.    
 
 
>Ă ŐƌĂŶĚĞ ĚŝĨĨĠƌĞŶĐĞ ĞŶƚƌĞ ůĞ ƐĞƌŵĞŶƚ Ğƚ ů͛ŽƌĚĂůŝĞ͕ ĞƐƚ ƋƵĞ ĚĂŶƐ ůĞ ƐĞƌŵĞŶƚ ů͛ŝŶƚĞƌǀĞŶƚŝŽŶ
ĚŝǀŝŶĞĞƐƚĚĠĨĠƌĠĞƚĂŶĚŝƐƋƵĞĚĂŶƐů͛ŽƌĚĂůŝĞĞůůĞĞƐƚĂĐƚƵĂůŝƐĠĞ͘>ŽƌƐƋƵ͛ŝůLJĂƐĞƌŵĞŶƚ͕ŽŶŶĞƐĂŝƚƉĂƐƐŝ
la  personne  a  menti  ou  pas.  La  jusƚŝĐĞĚŝǀŝŶĞ͕Ɛ͛ŝůLJĂĞƵŵĞŶƐŽŶŐĞ͕ƐĞŵĂŶŝĨĞƐƚĞƌĂƉůƵƐƚĂƌĚ͕ƉĞut-­‐
être  même  après  la  mort.  Au  haut  Moyen-­‐ąŐĞ͕ůŽƌƐƋƵĞƋƵĞůƋƵ͛ƵŶĂũƵƌĠ͕ŽŶĂŶĂůLJƐĞůĂƐƵŝƚĞĚĞƐĂǀŝĞ.  
Sŝ͕ƉĂƌĞdžĞŵƉůĞ͕ŝůĨĂŝƚƵŶĞĐŚƵƚĞĚĞĐŚĞǀĂůĞƚŵĞƵƌƚ͕ůĂƉƌĞƵǀĞĞƐƚĨĂŝƚĞƋƵ͛ŝůĂŵĞŶƚŝ͘  On  ne  revient  
ƉĂƐƐƵƌůĞƉƌŽĐğƐŵĂŝƐƚŽƵƚůĞŵŽŶĚĞƉĞŶƐĞƋƵ͛ŝůĂŐĂŐŶĠĞŶŵĞŶƚĂŶƚ͘  
 
 
ĂŶƐ ů͛ŽƌĚĂůŝĞ͕ ů͛ŝĚĠĞ ĞƐƚ Ě͛ĂŵĞŶĞƌ ůĂ ũƵƐƚŝĐĞ ĚŝǀŝŶĞ ă ƐĞ ŵĂŶŝĨĞƐƚĞƌ ĂƵ ŵŽŵĞŶƚ ŵġŵĞ ĚƵ
21  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
procès.  On  va  donc  devoir  passer  une  épreuve  dangereuse,  périlleuse  et  on  va  supposer  que  cette  
ĠƉƌĞƵǀĞ ĞƐƚ ůĞ ũƵŐĞŵĞŶƚ ĚĞ ĚŝĞƵ͘ ŽŶĐ ů͛ĠƉƌĞƵǀĞ ŵĂŶŝĨĞƐƚĞ ĚĂŶƐ ůĞ ƉƌĠƐĞŶƚ ĚĞ ůĂ ƉƌŽĐĠĚƵƌĞ
ů͛ŝƌƌƵƉƚŝŽŶĚĞůĂũƵƐƚŝĐĞĚŝǀŝŶĞ͘/ůLJĂĚĞƵdžƚLJƉĞƐĚ͛ŽƌĚĂůŝĞ͗  
 
4.5.4. Essor  des  ordalies  et  diversité  de  leurs  formes  
 
 
͛ĂďŽƌĚ͕ ŝů LJ Ă ů͛ordalie   bilatérale   qui   est   en   fait   un   duel,   un   combat   judiciaire.   Les   deux  
ƉĂƌƚŝĞƐƐ͛ĂĨĨƌŽŶƚĞŶƚĞŶƉĞƌƐŽŶŶĞŽƵƉĂƌĐŚĂŵƉŝŽŶƐ;ůĞĐŚĂŵƉŝŽŶĞƐƚĐĞůƵŝƋƵŝƌĞŶƚƌĞĚĂŶƐůĞĐŚĂŵƉ
donc   celui   qui   se   bat   en   duel).   Il   y   a   deux   serments   contradictoires,   et   après   le   duel   il   ne   restera  
qƵ͛ƵŶĞ ƉĂƌŽůĞ͘ >Ğ ƐĞƌŵĞŶƚ ĞƐƚ ǀĂůŝĚĠ ƉĂƌ ůĞ ĨĂŝƚ ƋƵĞ ůĞ ĐŚĂŵƉŝŽŶ ŐĂŐŶĞ ŽƵ ŶŽŶ ĚĂŶƐ ůĂ ďĂƚĂŝůůĞ
organisée  par  le  juge.    
 
 
ŶƐƵŝƚĞ͕ ŝů LJ Ă ů͛Žrdalie   unilatérale.   Ici,   ƵŶĞ ĚĞƐ ĚĞƵdž ƉĂƌƚŝĞƐ ǀĂ ƉĂƐƐĞƌ ů͛ĠƉƌĞƵǀĞ ĚŽŶĐ ĚĞ
ŶŽƵǀĞĂƵ ƐŽƵƚĞŶŝƌ ů͛ĂĨĨŝƌŵĂƚŝŽŶ ĚĞ ůĂ ǀĂůŝĚŝté   de   sa   cause   en   passant   une   épreuve   qui   est  
spectaculaire,  douloureuse,  difficile,  etc.  Par  exemple  ͗ů͛ŽƌĚĂůŝĞƉĂƌůĞĨĞƵ͘>ŝŶŐŽƚĚĞĨĞƌƋƵ͛ŽŶƉĂƐƐĞ
ĂƵ ĨĞƵ Ğƚ ƋƵ͛ŽŶ ƉŽƌƚĞ ĂƵ ƌŽƵŐĞ͘ /ů ĨĂƵƚ ƉƌĞŶĚƌĞ ĞŶ ŵĂŝŶ ĐĞ ůŝŶŐŽƚ ĚĞ ŵĠƚĂů Ğƚ ĨĂŝƌĞ cinq   pas   en  
portant  ce  lingot.  Ou  bien  ĚĂŶƐƵŶĞĐƵǀĞĚ͛ĞĂƵďŽƵŝůůĂŶƚĞ͕on  a  mis  un  objet  (il  faut  aller  chercher  la  
ďĂŐƵĞŽƵů͛ŽďũĞƚƋƵŝƐ͛LJƚƌŽƵǀĞͿ͘  
 
 
ĂŶƐů͛ŽƌĚĂůŝĞŝůŶĞĨĂƵƚƉĂƐĂƚƚĞŶĚƌĞƋƵĞůĂũƵƐƚŝĐĞĚŝǀŝŶĞƐĞŵĂŶŝĨĞƐƚĞĐĂƌĞůůĞůĞĨĂŝƚƚŽƵƚĚĞ
ƐƵŝƚĞ͘>ĞĨĂŝƚĚ͛ĂǀŽŝƌƌĠƵƐƐŝăĂĐĐŽŵƉůŝƌů͛ĠƉƌĞƵǀĞĂƚƚĞƐƚĞŝŵŵĠĚŝĂƚĞŵĞŶƚůĂǀĂůŝĚŝƚĠĚĞůĂƉĂƌŽůĞĐĂƌ
Dieu  a  directement  attesté  cette  validité.    
 
 
>ĞƐŽƌĚĂůŝĞƐƐŽŶƚĚĞƐĠƉƌĞƵǀĞƐĨĂŝƚĞƐƉŽƵƌĐŚŽƋƵĞƌĞƚƉƌŽǀŽƋƵĞƌů͛ĠŵŽƚŝŽŶ͘DĂŝƐŝůŶĞĨĂƵƚ
pas   si   laisser   prendre   par   ce   côté   spectaculaire.   Par   exemple,   le   duel   ne   se   termine   pas  
nécessairement  par  la  mort,  et  de  plus  le  recours  aux  champions  permet  de  transférer  les  risques.    
 
 
ŚĂƋƵĞĨŽŝƐƋƵ͛ŽŶƉĞƵƚĨĂŝƌĞĚĞƐƐƚĂƚŝƐƚŝƋƵĞƐƉŽƵƌůĞƐŽƌĚĂůŝĞƐƵŶŝůĂƚĠƌĂůĞƐ͕ŽŶĂƵŶƚĂƵdžĚĞ
réussite   supĠƌŝĞƵƌ ĂƵ ƚĂƵdž Ě͛ĠĐŚĞĐƐ  :   exactement   deux   tiers   de   réussites,   et   un   tiers   Ě͛ĠĐŚĞĐƐ͘
Comment  cela  se  fait-­‐il  ͍WĂƌĐĞƋƵ͛ŝůĞdžŝƐƚĂŝƚĚĞƐmoyens  pour  tricher.  Comme  pour  le  serment,  on  a  
ĚŽŶĐƵŶƚĂƵdžƉůƵƐŝŵƉŽƌƚĂŶƚĚĞƌĠƵƐƐŝƚĞƐƋƵĞĚ͛ĠĐŚĞĐƐ͘  
 
 
ƚ Đ͛ĞƐƚ ƚŽƵũŽƵƌƐ ůĞ ĐĂƐ ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ͘ KŶ ƉƌĂƚŝƋƵĞ ƚŽƵũŽƵƌƐ ůĞƐ ŽƌĚĂůŝĞƐ͕ ƉĂƌ ĞdžĞŵƉůĞ͕ ĞŶ
Afrique  noire.  Certains  disent  même  que  la  pratique  des  ordalies  a  plutôt  augmenté  récemment  en  
ƌĂŝƐŽŶĚĞů͛ŝŶƐƚĂďŝůŝƚĠƉŽůŝƚŝƋƵĞĚĂŶƐĐĞƐƉĂLJƐ͘hŶĨŝůŵƚŽƵƌŶĠĞŶϭϵϵϱ  au  Togo  montre  cette  pratique.    
 
 

5. Le  scandale  que  constituent  les  procédures  magiques  ou  irrationnelles  à  l'égard  de  
l'aspiration  à  la  rationalité  du  droit  
 
 
ĂŶƐ ƚŽƵƚ ů͛ĂŶĐŝĞŶ ŵŽŶĚĞ ;ů͛ĨƌŝƋƵĞ͕ ů͛ƐŝĞ Ğƚ ů͛ƵƌŽƉĞͿ ŝů Ŷ͛LJ Ă ƉƌĂƚŝƋƵĞŵĞŶƚ ĞƵ ĂƵĐƵŶĞ
culture  ƋƵŝăƵŶŵŽŵĞŶƚĚŽŶŶĠŶĞƐŽŝƚƉĂƐƉĂƐƐĠƉĂƌů͛ŽƌĚĂůŝĞ͘ŽŵŵĞŶƚĕĂƐĞĨĂŝƚ  ?  
 
 
>͛ŽƌĚĂůŝĞ ƉŽƵƌ ƵŶ ũƵƌŝƐƚĞ ĞƐƚ ƵŶĞ ĞƐƉğĐĞ ĚĞ ƐĐĂŶĚĂůĞ͕ ĚĞ ĚĠĨŝ ă ĐĞ ƋƵ͛ŽŶ ĐƌŽŝƚ ġƚƌĞ ůĞ ƐĞŶƐ
commun.   On   pense   que   le   droit   est   rationnel,   et   on   trouve   que   toutes   les   populations  
indépendamment   des   autres   ont   inventé   des   machines   à   faire   des   épreuves   (ordalie   du   feu).  
Comment  expliquer  ce  phénomène  ƋƵŝĂƉƉĂƌĂŝƚƉŽƵƌů͛ŚŝƐƚŽƌŝĞŶĚƵĚƌŽŝƚĐŽŵŵĞƵŶƐĐĂŶĚĂůĞ͍  
 
5.1. La  thèse  classique  (H.  Lévy-­‐Bruhl):  l'idée  d'une  "preuve  irrationnelle",  comme  équivalent  de  
nos  preuves  rationnelles  dans  des  sociétés  que  domine  l'unité  des  croyances,  le  serment  ou  
l'ordalie  comme  "sérum  de  vérité"  
22  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
 
Une  explication  a  été  très  longtemps  soutenue  par  les  historiens  du  droit.  Cette  explication  
ĐŽŶƐŝƐƚĞăĚŝƌĞƋƵ͛ŝůƐ͛ĂŐŝƚĚĞƉƌĞƵǀĞŝƌƌĂƚŝŽŶŶĞůůĞ͘>͛ŝĚĠĞĞƐƚůĂƐƵŝǀĂŶƚĞ  ͗ƉŽƵƌĨĂŝƌĞůĂƉƌĞƵǀĞĚ͛ƵŶ
ĨĂŝƚŝůLJĂƉůƵƐŝĞƵƌƐŵĂŶŝğƌĞƐĚĞƐ͛LJƉƌĞŶĚƌĞ  :  il  y  a  la  preuve  rationnelle,  donc  la  nôtre  (on  interroge  
les  témŽŝŶƐ͕ŽŶĨĂŝƚĚĞƐĞdžƉĞƌƚŝƐĞƐ͕͙)  et  puis  il  y  a  la  preuve  irrationnelle.  Ce  serait  la  même  chose  
ƐĂƵĨƋƵ͛ĂƵůŝĞƵĚĞĨĂŝƌĞƵŶƌĂƉƉŽƌƚĚĞĐĂƵƐĞăĞĨĨĞƚ;ŽŶĂƌĞƚƌŽƵǀĠůĞƐĞŵƉƌĞŝŶƚĞƐĚĞyƐƵƌůĞůŝĞƵĚƵ
ǀŽů͕ĚŽŶĐyĞƐƚůĞǀŽůĞƵƌͿ͕ŽŶĨĂŝƚƵŶůŝĞŶŝƌƌĂƚŝŽŶŶĞů;yŶ͛ĂƉĂƐƌĠƵƐƐŝů͛ĠƉƌĞƵǀĞ͕ĚŽŶĐyĞƐƚƵŶǀŽůĞƵƌͿ͘  
 
 
Un   historien   du   droit   français   (Henri   Lévy-­‐BruhlͿ Ă Ěŝƚ ƋƵ͛ƵŶĞ ƉƌĞƵǀĞ ŝƌƌĂƚŝŽŶŶĞůůĞ ŶĞ
ĨŽŶĐƚŝŽŶŶĞƉĂƐŶĠĐĞƐƐĂŝƌĞŵĞŶƚĚŝĨĨĠƌĞŵŵĞŶƚĚ͛ƵŶĞƉƌĞƵǀĞƌĂƚŝŽŶŶĞůůĞ͘ĞƌƚĞƐ͕ŝůǀĂLJĂǀŽŝƌƵŶƚĂƵdž
Ě͛ĠĐŚĞĐƐƐŝŽŶĂƉƉůŝƋƵĞĐĞƚƚĞƉƌŽĐĠĚƵƌĞ;ĂĐĐƵƐĞƌƋƵĞůƋƵ͛ƵŶƋƵŝŶ͛ĞƐƚƉĂƐcoupable)  mais  chez  nous  
ĂƵƐƐŝŝůLJĂĚĞƐĠĐŚĞĐƐ͘>ĂĚŝĨĨĠƌĞŶĐĞ͕Đ͛ĞƐƚƋƵĞůĂƉƌĞƵǀĞŝƌƌĂƚŝŽŶŶĞůůĞĨŽŶĐƚŝŽŶŶĞĚĂŶƐůĞƐƐŽĐŝĠƚĠƐŽƶ
il  y  a  unité  de  croyance.  Ce  sont  les  sociétés  où  tout  le  monde  croit  la  même  chose,  on  croit  en  Dieu,  
en  la  puissance  surnaturelle  des  sĂŝŶƚƐ͘/ůLJĂĚŽŶĐƵŶĞƉƌĞƐƐŝŽŶƉƐLJĐŚŽůŽŐŝƋƵĞĨŽƌƚĞƋƵŝƐ͛ĞdžĞƌĐĞƐƵƌ
ĐĞůƵŝ ƋƵŝ ĞƐƚ ĂƉƉĞůĠ ă ũƵƌĞƌ͕ ŽƵ ƐƵƌ ĐĞůƵŝ ƋƵŝ ĞƐƚ ĂƉƉĞůĠ ă ƉĂƐƐĞƌ ů͛ŽƌĚĂůŝĞ͘ >Ă ĐƌŽLJĂŶĐĞ ǀĂ ĚŽŶĐ͕ ă
travers  cette  pression,  fonctionner  comme  un  sérum  de  vérité.  Si  je  mens,  la  pression  psychologique  
ǀĂũŽƵĞƌĞŶŵĂĚĠĨĂǀĞƵƌ;ũ͛ĂŝƵŶŚĂŶĚŝĐĂƉĐĂƌũ͛ĂŝƉĞƵƌͿĞƚũĞǀĂŝƐƌĂƚĞƌ͘WĂƌĐŽŶƚƌĞ͕ƐŝũĞƐƵŝƐŝŶŶŽĐĞŶƚ͕
ũĞŶ͛ĂŝƉĂƐƉĞƵƌĚĞũƵƌĞƌŽƵĚĞƉĂƐƐĞƌů͛ŽƌĚĂůŝĞ͘  
 
 
Lévy-­‐Bruhů Ěŝƚ ĚŽŶĐ ƋƵ͛ŝů ĞƐƚ ůŽŐŝƋƵĞ ƋƵĞ ĚĞƐ ƐŽĐŝĠƚĠƐ ĚŝƚĞƐ ĂƌĐŚĂŢƋƵes   aient   pratiqué   la  
preuve   irrationnelle   parce   que  ĕĂ ŵĂƌĐŚĂŝƚ͕ ĕĂ ƉĞƌŵĞƚƚĂŝƚ Ě͛ĂďŽƵƚŝƌ ă ƵŶĞ ǀĠƌŝƚĠ ũƵĚŝĐŝĂŝƌĞ͘ ĞƚƚĞ
ƉƌŽĐĠĚƵƌĞĂǀĂŝƚƵŶƚĂƵdžĚ͛ĠĐŚĞĐƐĂĐĐĞƉƚĂďůĞĞƚƋƵŝŶ͛ĞƐƚƉĂƐƚƌğƐĚŝĨĨĠƌĞŶƚĚƵƚĂƵdžĚ͛ĞƌƌĞƵƌƐĚĞŶŽƐ
sociétés  actuelles.    
 
 
Ce   qui   explique   selon   Lévy-­‐ƌƵŚů ůĞ ƉĂƐƐĂŐĞ ă ůĂ ƉƌĞƵǀĞ ƌĂƚŝŽŶŶĞůůĞ͕ Đ͛ĞƐƚ ƉƌĠĐŝƐĠŵĞŶƚ ůĂ
ƌƵƉƚƵƌĞ ĚĞ ů͛ƵŶŝƚĠ ĚĞ ĐƌŽLJĂŶĐĞ͘ YƵĂŶĚ ŽŶ ĐŽŵŵĞŶĐĞ ă ŶĞ ƉůƵƐ ƉĞŶƐĞƌ ůĂ ŵġŵĞ ĐŚŽƐĞ͕ ƐƵƌ ůĂ
question  de  savoir  si  Dieu  existe  on  ne  peut  plus  faire  fonctionner  le  système  en  le  faisant  reposer  
ƐƵƌƵŶĞŝĚĠĞĚĞĐƌŽLJĂŶĐĞ;ŽŶŶ͛ĞƐƚƉůƵƐĂƐƐƵƌĠƋƵĞĐĞůƵŝƋƵŝŵĞŶƚĂƵƌĂƉĞƵƌĞŶƉĂƐƐĂŶƚů͛ĠƉƌĞƵǀĞͿ͘/ů
faut  alors  inventer  autre  chose  :  analyser  les  faits  (rationalité)  qui  entre  dans  la  procédure.    
 
5.2. Objections  à  cette  théorie  
 
 
Cette   théorie   de   Lévy-­‐ƌƵŚů͕ ŽŶ ĐŽŵŵĞŶĐĞ ă ů͛ĂďĂŶĚŽŶŶĞƌ Ğƚ :ĂĐŽď͕ ůƵŝ͕ ů͛Ă ĂďĂŶĚŽŶŶĠĞ
ĚĞƉƵŝƐ ůŽŶŐƚĞŵƉƐ͘ /ů ĞdžŝƐƚĞ ĞŶ ĞĨĨĞƚ ƵŶĞ ƐĠƌŝĞ Ě͛ŽďũĞĐƚŝŽŶƐ͘ EŽƵƐ ĞŶ ĚĠǀĞůŽƉƉĞƌŽŶƐ ƚƌŽŝƐ Ě͛ĞŶƚƌĞ
elles.    
 
5.2.1. Existence,   partout   attestée,   de   manipulations   et   de   tricheries   ainsi   que   de   critiques  
contre  le  caractère  aléatoire  de  ces  procédures  (critiques  des  théologiens  dès  le  temps  
de  Charlemagne)  
 
 
La  notion  de  preuve  ͗Ɛ͛ĂŐŝƚ-­‐ŝůĚ͛ƵŶĞƉƌĞƵǀĞŽƵĚ͛ƵŶĞĠƉƌĞƵǀĞ  ?  Pour  que  la  preuve  judiciaire  
ĨŽŶĐƚŝŽŶŶĞ͕ŝůĨĂƵƚƋƵ͛ŝůLJĂŝƚƵŶĞĐŽŶƐƚƌƵĐƚŝŽŶŝŶƚĞůůĞĐƚƵĞůůĞ;ĐŽŶƐƚƌƵĐƚŝŽŶŝŶƚĞůůĞĐƚƵĞůůĞĚƵĨĂŝƚĞƚůĂ
distinction   entre   le   fait   et   le   droit).   La   notion   de   fait   doit   exister.   Finalement,   essayer   de   faire  
ů͛ŚŝƐƚŽŝƌĞĚĞůĂŶŽƚŝŽŶĚĞĨĂŝƚĞƐƚĞdžƚƌġŵĞŵĞŶƚĐŽŵƉůŝƋƵĠ͘>ĞƐƌŽŵĂŝŶƐĨĂŝƐĂŝĞŶƚůĂĚŝƐƚŝŶĐƚŝŽŶĞŶƚƌĞ
le  fait  et  le  droit  de  manière  très  imprécise.  De  toute  façon,  cette  distinction  est  clairement  absente  
ăů͛époque  franque  comme  elle  est  dans  les  époques  archaïques.  Ce  qui  permet  de  qualifier  les  faits  
est  une  opération  intellectuelle  complexe  inconnue  à  cette  époque.  Celui  qui  jure,  ne  jure  pas  sur  un  
fait  mais  sur  quelque  chose  que  nous  considérions  comme  une  espèce  de  combinaison  incertaine.    
 
 
WĂƌĞdžĞŵƉůĞ͕ƐŝũĞ ƐƵŝƐĂĐĐƵƐĠ ĚĞ ǀŽů͕ũĞ ũƵƌĞ ƋƵĞ ũĞ ƐƵŝƐŝŶŶŽĐĞŶƚ͘DĂŝƐƋƵ͛ĞƐƚĐĞ ƋƵĞ ġƚƌĞ
innocent  ?  Le  mot  innocent  vient  du  latin  innocere  :  ne  pas  nuire.  Cela  peut  vouloir  dire  ƋƵĞũĞŶ͛ĂŝĞ
pas  commis  le  fait.  CĞůĂƉĞƵƚĂƵƐƐŝǀŽƵůŽŝƌĚŝƌĞũĞƐƵŝƐŝŶŶŽĐĞŶƚăŵĞƐLJĞƵdžĐĂƌũ͛ĂŝƌĞƉƌŝƐŵĞƐŽďũĞƚƐ
23  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
ĐĂƌŽŶŵĞůĞƐĂǀĂŝƚǀŽůĠĂǀĂŶƚ͘:ĞƉŽƵƌƌĂŝƐĂƵƐƐŝũƵƌĞƌġƚƌĞŝŶŶŽĐĞŶƚƉĂƌĐĞƋƵĞũ͛ĂŝǀŽůĠŵŽŶĚĠďŝƚĞƵƌ
qui  ne  me  remboursait  pas.  Les  cas  de  figure  ici  présentés  ne  sont  pas  distingués  dans  les  sociétés  
anciennes.  On  ne  distingue  pas  le  fait  et  la  justification  ͗ŽŶũƵƌĞƐƵƌůĞƚŽƵƚ͘ŽŶĐĐĞŶ͛ĞƐƚƉĂƐƵŶĞ
ƉƌĞƵǀĞƉƵŝƐƋƵ͛ŝůŶĞƐ͛ĂŐŝƚƉĂƐĚ͛ĠƚĂďůŝƌůĂǀĠƌŝƚĠĚ͛ƵŶĨĂŝƚŵĂŝƐĐ͛ĞƐƚďŝĞŶƵŶĞĠƉƌĞƵǀĞƉĂƌĐĞƋƵ͛ŝůƐ͛ĂŐŝƚ
Ě͛ƵŶĞ ŵŝƐĞ ă ů͛ĠƉƌĞƵǀĞ ĚĞ ĚĞƵdž ĐŚŽƐĞ ƋƵŝ ƐŽŶƚ ŝŶĚŝƐƚŝŶĐƚĞƐ  :   ma   personne   et   la   crédibilité   de   ma  
parole.    
 
5.2.2. Naïveté  des  historiens  quant  à  la  peur  de  la  justice  divine  
 
 
Dans  cette  deuxième  objection,  ŝůLJĂĚĂŶƐů͛ŝĚĠĞƋƵĞů͛ŽƌĚĂůŝĞƐĞƌĂŝƚƵŶĞƐŽƌƚĞĚĞƐĠƌƵŵĚĞ
vérité,  ƵŶĞĞƐƉğĐĞĚĞƚƌğƐŐƌĂŶĚĞŶĂŢǀĞƚĠĚĞůĂƉĂƌƚĚĞů͛ŚŝƐƚŽƌŝĞŶƋƵŝƐĞĚŝƚƋƵĞůĞƐŐĞŶƐLJĐƌŽLJĂŝĞŶƚ
ǀƌĂŝŵĞŶƚ͕ ĚŽŶĐ ĠƚĂŝĞŶƚ ƐƵũĞƚ ă ůĂ ƉĞƵƌ͘ Kƌ Ɛŝ ũĞ ƉĞƵdž ŐĂŐŶĞƌ ĞŶ ĚŝƐĂŶƚ ƵŶ ŵĞŶƐŽŶŐĞ͕ Ɛŝ Đ͛ĞƐƚ ĂƵƐƐŝ
simple   que   ça,   la   tentation   est   forte.   Est-­‐ce   que   le   menteur   a   plus   de   chance   de   flancher  
psychologiquement   dans  une   société  ancienne   que  dans  nos  sociétés  ͍Ğ ƉůƵƐ͕ůŽƌƐĚ͛ƵŶĚƵĞů͕ůĞƐ
chances  de  réussites  dépendent-­‐ĞůůĞƐĚĞůĂƐŝŶĐĠƌŝƚĠ;ĞƚĚŽŶĐĚĞů͛ĂƐƐƵƌĂŶĐĞͿĚĞƐƉĂƌƚŝĞƐŽƵƉůƵƚƀƚĚƵ
maniement  des  armes  ?  Le  point  de  vue  du  sérum  de  vérité  est  extrêmement  naïf.    
 
 
En  outre,  Les  épreuves  étaient  trafiquées  ͗ůĂƚƌŝĐŚĞƌŝĞĨĂŝƚƉĂƌƚŝĞĚĞů͛ĠƉƌĞƵǀĞ͘ĞƚƚĞƚƌŝĐŚĞƌŝĞ
ĞdžƉůŝƋƵĞůĞƚĂƵdžĚĞƌĠƵƐƐŝƚĞĠůĞǀĠ͘ƚĞůůĞĞƐƚĚ͛ĂŝůůĞƵƌƐĚĠŶŽŶĐĠĞƉĂƌůĞƐŐĞŶƐ͘/ůƐĚŝƐĞŶƚ͕ŶŽƚĂŵŵĞŶt  
ůĞƐŝŶƚĞůůĞĐƚƵĞůƐ;ůĞƐĠǀġƋƵĞƐăů͛ĠƉŽƋƵĞĚĞŚĂƌůĞŵĂŐŶĞͿ͕ƋƵĞĐ͛ĞƐƚƐĐĂŶĚĂůĞƵdž͕ƋƵĞƚŽƵƚůĞŵŽŶĚĞ
triche.   On   a   une   justice   qui   favorise   le   mensonge.   Celui   qui   a   les   moyens   de   proférer   une   parole  
ĨĂƵƐƐĞĞŶĠƚĂŶƚĂƉƉƵLJĠƉĂƌƵŶŐƌĂŶĚŶŽŵďƌĞĚ͛ĂŵŝƐĞƐƚĂƐƐƵré  de  passer  entre  les  mailles  du  filet.  
ĞƐŽŶƚůĞƐƉƵŝƐƐĂŶƚƐƋƵŝƐ͛ĞŶƐŽƌƚĞŶƚŐƌąĐĞăĚĞƐĂŝĚĞƐ͘>ĞƐŐĞŶƐƐĞƉŽƐĞŶƚĚŽŶĐůĂƋƵĞƐƚŝŽŶĚĞƐĂǀŽŝƌ
si  ces  épreuves  sont  fiables.    
 
5.2.2.3. Chronologie  du  recul  de   ces  modes   de   résolution  des  litiges   :  il  se   produit  non   avec   la  
rupture   de   l'unité   des   croyances,   mais   avec   la   montée   des   pouvoirs   religieux   et  
politiques  :  interdiction  des  ordalies  (4e  concile  de  Latran  en  1215),  régression  nette  de  
l'emploi  du  serment  décisoire  en  matière  civile  à  la  même  époque  
 
 
Enfin,   si   la   théorie   de   Lévy-­‐Bruhl   était   exacte   on   devrait   avoir   une   chronologie   de   ces  
ĠƉƌĞƵǀĞƐ ŝŶĚĞdžĠĞ ƐƵƌ ů͛ŚŝƐƚŽŝƌĞ ƌĞůŝŐŝĞƵƐĞ͘ ^͛ŝů ĠƚĂŝƚ ĞdžĂĐƚ ƋƵĞ ůĞƐ ĐƌŽLJĂŶĐĞƐ ŐĂƌĂŶƚŝƐƐĞŶƚ ůĞ
ĨŽŶĐƚŝŽŶŶĞŵĞŶƚĚĞĐĞƐĠƉƌĞƵǀĞƐ͕ŝůĨĂƵĚƌĂŝƚƐ͛ĂƚƚĞŶĚƌĞƋƵĞĐĞƐĠƉƌĞƵǀĞƐĚŝƐƉĂƌĂŝƐƐent  au  moment  
Žƶ ů͛ƵŶŝƚĠ ĚĞ ĐƌŽLJĂŶĐĞ ĚŝƐƉĂƌĂŝƚ͕ ĚŽŶĐ ŝů ĨĂƵĚƌĂŝƚ Ɛ͛ĂƚƚĞŶĚƌĞ ă ƵŶĞ ƌƵƉƚƵƌĞ ƋƵĞůƋƵĞ ƉĂƌƚ ĂƵ ϭϲème  
ƐŝğĐůĞ;ƌĠĨŽƌŵĞͿ͕ĠƉŽƋƵĞăůĂƋƵĞůůĞĚĞƐŝĚĠĞƐĚŝǀĞƌŐĞŶƚĞƐƐƵƌĐĞƋƵ͛ĞƐƚŝĞƵĂƉƉĂƌĂŝƐƐĞŶƚ͘  
 
 
Kƌ ĐĞ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ĐŽŵŵĞ ĕĂ ƋƵĞ ĐĞůĂ Ɛ͛ĞƐƚ ƉĂƐƐĠ͘ >Ă ƌƵƉƚƵƌĞ ĚĂŶƐ ůĂ ƉƌĂƚŝƋƵĞ ĚĞ ů͛ĠƉƌĞƵǀĞ
magique  se  produit  aux  12ème  et  13ème  siècles͘WŽƵƌƚĂŶƚăĐĞŵŽŵĞŶƚ͕ů͛ƵŶŝƚĠƌĞůŝŐŝĞƵƐĞŶ͛ĂƉĞƵƚġƚƌĞ
jamais   été   aussi   forte.   Les   hérésies   sont   punies.   Les   épreuves   magiques   reculent   en   fait   sous  
ů͛ŝŶĨůƵĞŶĐĞĚĞů͛ŐůŝƐĞ͘^ƵƌůĞƚĞƌƌĂŝŶĚƵƐĞƌŵĞŶƚ͕ŽŶĂǀƵůĞƌĞĐƵůĚĞů͛ŐůŝƐĞƐƵƌůĂƋƵĞƐƚŝŽŶĚƵĐƵůƚĞ  
ĚĞƐ ƐĂŝŶƚƐ͘ DĂŶŝƉƵůĂƚŝŽŶ ĚĞƐ ƌĞůŝƋƵĞƐ ĚĞƐ ƐĂŝŶƚƐ Ă ĠƚĠ ŝŶƚĞƌĚŝƚĞ ƉĂƌ ů͛ŐůŝƐĞ͕ ƋƵŝ Ă ĚĠĐŝĚĠ ƋƵĞ ůĞ
serment  se  ferait  désormais  sur  la  Bible.  La  manipulation  des  reliques  est  contrôlée  de  très  près  par  
Rome.  Il  y  a  donc  recul  sur  le  serment,  transformation  des  formes  du  serment  et  en  même  temps  
ŝŶƚĞƌĚŝĐƚŝŽŶĚĞů͛ŽƌĚĂůŝĞ͘  
 
 
ŶĞĨĨĞƚ͕ů͛ŐůŝƐĞĨĂŝƚƵŶĞĚŝƐƚŝŶĐƚŝŽŶĞŶƚƌĞůĞƐĞƌŵĞŶƚĞƚů͛ŽƌĚĂůŝĞ͘ŝĞŶƋƵĞĐĞƐĚĞƵdžĠƉƌĞƵǀĞƐ
utilisent  la  justice  divine,  elles  sont  différentes.  Celui  qui  jure  prend  la  justice  divine  à  témoin  mais  la  
justice   divine   est   libre   des   modalités   de   son   intervention  :   elle   intervient   comme   et   quand   elle   le  
souhaite.  Par  contre,  dans  les   ordalies,  on  impose   à  la  justice  divine   les  conditions  dans  lesquelles  
ĞůůĞĚŽŝƚƐĞŵĂŶŝĨĞƐƚĞƌ͘>͛ŽƌĚĂůŝe  est  «  un  miracle  organisé  ͩ͘>ĞƐŚŽŵŵĞƐĨŽŶƚĐŽŵŵĞƐ͛ŝůƐŵĞƚƚĂŝĞŶƚ
ĞŶƐĐğŶĞƵŶŵŝƌĂĐůĞ͘DĂŝƐĐĞůĂŶ͛ĞƐƚƉĂƐƚŽůĠƌĂďůĞĐĂƌŝĞƵƉĞƵƚĨĂŝƌĞĚĞƐŵŝƌĂĐůĞƐ͕ŵĂŝƐŝůŶĞůĞƐĨĂŝƚ
24  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
pas  sur  commande.  La  justice  divine  est  transcendante  :  elle  ne  peut  pas  être  instrumentalisée  par  
les  hommes.  Une  disposition  législative  de  1215  (issue  du  4ème  concile  du  Latran)  interdit  la  pratique  
ĚĞƐŽƌĚĂůŝĞƐĐĂƌĞůůĞĞƐƚĐŽŶƚƌĂŝƌĞĂƵdžĞŶƐĞŝŐŶĞŵĞŶƚƐĚĞů͛ŐůŝƐĞ͘>͛ŽƌĚĂůŝĞŶĞǀĂƉĂƐĚŝƐƉĂƌĂŠƚƌĞƚŽƵƚ
de  suite,  mais  une  régression  est  immédiatement  sensible,  et  à  la  fin  du  13ème  siècle  elle  a  disparu  de  
ŶŽƐƌĠŐŝŽŶƐ;ĞůůĞĚŝƐƉĂƌĂŠƚƉůƵƐƚĂƌĚĚĞƐƉĂLJƐĚĞů͛ƐƚͿ͘KŶƉĞƵƚĚŽŶĐĚŝƌĞƋƵĞů͛ŽƌĚĂůŝĞŶĞĨŽŶĐƚŝŽŶŶĞ
ƉĂƐ ƐƵƌ ƵŶĞ ƵŶŝƚĠ ĚĞ ĐƌŽLJĂŶĐĞ͕ ŵĂŝƐ ƋƵĞ Đ͛ĞƐƚ ũƵƐƚĞŵĞŶƚ ĐĞƚƚĞ ƵŶŝƚĠ ĚĞ ĐƌŽLJĂŶĐĞ ƋƵŝ ů͛Ă ĨĂŝƚ
disparaître.  
 
5.3. Recherche  d'une  autre  explication  :  l'ordalie  et  le  serment  non  comme  preuve  de  la  vérité  
d'un  fait  (qui  serait  distinct  du  droit),  mais  comme  mise  à  l'épreuve  d'une  personne  et  de  sa  
parole  
 
 
Mais,   que   pourrait-­‐on   objecter   pour   soutenir   Lévy-­‐Bruhl  ?   Si   on   recourt   à   des   témoins,   ne  
Ɛ͛ĂŐŝƚ-­‐ŝůƉĂƐĚĞĐŽŶǀĂŝŶĐƌĞůĞũƵŐĞ ĚĞůĂǀĠƌŝƚĠ Ě͛ƵŶĨĂŝƚ  ?  Non  car  le  témoignage  ne   fonctionne   pas  
ĐŽŵŵĞĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ͘  
 
 
De  nos  jours,  le  témoignage  fait  la  distinction  entre  le  fait  et  le  droit.  On  distingue  en  matière  
ĚĞƉƌĞƵǀĞů͛ĂĐƚĞĞƚůĞĨĂŝƚũƵƌŝĚŝƋƵĞ͘>ĞƚĠŵŽŝŐŶĂŐĞĞƐƚƵŶŵŽĚĞƉƌĞƵǀĞƚLJƉŝƋƵĞĚƵĨĂŝƚũƵƌŝĚŝƋƵĞ͕Ğƚ
ů͛ĂĐƚĞ ũƵƌŝĚŝƋƵĞ͕ ůƵŝ͕ ƐĞƌĂ ƉƌŝŶĐŝƉĂůĞŵĞŶƚ ƉƌŽƵǀĠ ƉĂƌ ƵŶ ĠĐƌŝƚ͘   Dans   la   société   du   haut   Moyen   Age,  
Đ͛ĞƐƚ ůĞ ĐŽŶƚƌĂŝƌĞ͕ ĐĞ ƋƵ͛ŽŶ ǀĂ ƐƵƌƚŽƵƚ ƉƌŽƵǀĞƌ ƉĂƌ ƚĠŵŽŝŶƐ͕ ĐĞ ƐŽŶƚ ĚĞƐ ĐŽŶƚƌĂƚƐ͘ ĞƵdž ƋƵ͛ŽŶ ǀĂ
produire  comme  témoins  sont  ceux  qui  ont  assisté  au  contrat.  En  outre,  ils  vont  témoigner  ensemble  
ĐĞƋƵŝĞƐƚƵŶĞŐƌĂŶĚĞĚŝĨĨĠƌĞŶĐĞƉĂƌƌĂƉƉŽƌƚăů͛ƵƐĂŐĞĚƵƚĠŵŽŝŐŶĂŐĞĚ͛ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ͘ŶĞĨĨĞƚ͕Ěe  nos  
jours,   le   témoignage   judiciaire   est   strictement   individuel.   Chaque   témoin   est   interrogé  
individuellement,   généralement   sous-­‐serment   mais   ce   serment   est   un   serment   promissoire.   Le  
ƚĠŵŽŝŶũƵƌĞƋƵ͛ŝůǀĂĚŝƌĞůĂǀĠƌŝƚĠƚŽƵƚĞůĂǀĠƌŝƚĠĞƚƌŝĞŶƋƵĞůĂǀĠƌŝté.  Il  promet  son  comportement  
ĨƵƚƵƌ͕ĐĞƋƵ͛ŝůǀĂĚŝƌĞ͘ƚůĞƐĚŝĨĨĠƌĞŶƚƐƚĠŵŽŝŶƐŶĞƉĞƵǀĞŶƚƐ͛ŝŶĨůƵĞŶĐĞƌůĞƐƵŶƐůĞƐĂƵƚƌĞƐ͘  
 
 
ŶĨŝŶ͕ůĞũƵŐĞĂƵŶƉŽƵǀŽŝƌĚ͛ĂƉƉƌĠĐŝĂƚŝŽŶƐƵƌůĞƐƚĠŵŽŝŐŶĂŐĞƐ;ůĞƚĠŵŽŝŐŶĂŐĞĞƐƚ-­‐il  fiable  au  
regard  des  circonstances,  du  lieŶĞŶƚƌĞůĞƚĠŵŽŝŶĞƚů͛ĂĐĐƵƐĠ͕͙  ?).  Le  témoignage  archaïque  est  très  
différent.  Une  des  deux  parties  est  amenée  à  produire  ses  témoins  (acte  unilatéral).  Le  témoignage  
ƐĞƌĂĐŽůůĞĐƚŝĨ͕ŝůƐƐ͛ĞdžƉƌŝŵĞŶƚƚŽƵƐĚ͛ƵŶĞƐĞƵůĞǀŽŝdž͘ĞƵdžƋƵŝŶĞƉĂƌůĞŶƚƉĂƐƐĞƌĂŶŐĞŶt  derrière  celui  
qui   parle.   Les   témoins   procèdent   à   un   serment   de   type   assertoire.   Le   témoignage,   si   le   rituel   est  
respecté,  va  lier  le  tribunal  et  donc  emporter  le  gain  du  procès.  Le  témoignage  a  donc  le  même  effet  
que  le  serment.  Témoignage  et  serment  soŶƚĨŽƌƚƉƌŽĐŚĞƐ͛͘ĂŝůůĞƵƌƐ͕ƉĂƌĨŽŝƐ͕ůĞƐƐĐƌŝďĞƐĚƵMoyen  
AŐĞ ƐĞ ƐŽŶƚ ƚƌŽŵƉĠƐ Ğƚ ŝůƐ ĚŝƐĞŶƚ ƚĂŶƚƀƚ ƚĠŵŽŝŶƐ ƚĂŶƚƀƚ ĐŽũƵƌĞƵƌƐ͘ /ů Ŷ͛LJ Ă ĞŶ ĨĂŝƚ ƉƌĞƐƋƵ͛ĂƵĐƵŶĞ
ĚŝĨĨĠƌĞŶĐĞ͘ >Ğ ƚĠŵŽŝŐŶĂŐĞ Ŷ͛ĞƐƚ ĚŽŶĐ ƉĂƐ ůĂ ƉƌĞƵǀĞ Ě͛ƵŶ ĨĂŝƚ ŵĂŝƐ ďŝĞŶ ƵŶĞ ĠƉƌĞƵǀĞ ƌŝƚƵĞůůĞ ƋƵŝ
tranche  le  procès  à  condition  que  les  parties  se  soient  mises  d͛ĂĐĐŽƌĚƐƵƌůĞƐĐŽŶĚŝƚŝŽŶƐĚĞů͛ĠƉƌĞƵǀĞ͘  
 
5.4. L'explication   tient   pour   l'essentiel   dans   la   faiblesse   du   pouvoir   judiciaire,   qui   transfère   la  
fonction   de   juger   sur   les   puissances   surnaturelles,   tant   qu'il   ne   dispose   pas   d'un   corps  
d'exécutants  susceptible  de  mettre  son  autorité  en  position  de  nette  supériorité  et  à  l'abri  
des  parties,  mutation  qui  se  produira  à  partir  des  XIIe-­‐XIIIe  siècles  
 
 
Mais   alors,   pourquoi   recourt-­‐on   à   ces   méthodes   de   règlement   des   litiges  ?   Comment  
expliquer   les  ordalies  ?  Les  raisons  théologiques   de  condamner  la  pratique   des  ordalies  étaient  les  
ŵġŵĞƐ ĂƵ ŵŽŵĞŶƚ ĚĞ ŚĂƌůĞŵĂŐŶĞ ƋƵ͛ĞŶ ϭϮϭϱ͘ DĂŝƐ͕ ůĂ ŐƌĂŶĚĞ ĚŝĨĨĠƌĞŶĐĞ ĞƐƚ ƋƵ͛ă ů͛ĠƉŽƋƵĞ ĚĞ
Charlemagne,  le  juge  est  encore  en  situation  de  faiblesse  devant  les  parties  ͗ŝůŶ͛ĂƉĂƐĚ͛ŝŶƐƚƌƵŵĞŶƚ
de   coercition   pour   imposer   sa   décision.   On   transfert   donc   de   la   fonction   de   juger   vers   Dieu  
;ƉƵŝƐƐĂŶĐĞ ƐƵƌŶĂƚƵƌĞůůĞͿ ĐĂƌ ůĞ ũƵŐĞ ĞƐƚ ĨĂŝďůĞ͘ ͛ĞƐƚ ĂƵ ŵŽŵĞŶƚ Žƶ ůĞũƵŐĞ ĐĞƐƐĞ Ě͛ġƚƌĞ ĨĂŝďůĞ ƋƵ͛ŝů
ĐĞƐƐĞ ĚĞ ƉƌĂƚŝƋƵĞƌ ů͛ŽƌĚĂůŝĞ͘ ŝŶƐŝ͕ ĂƵ ϭϯème   siècle,   non   seulĞŵĞŶƚ ů͛ŽƌĚĂůŝĞ Ɛ͛ĠƚĞŝŶƚ ;ĐĂƌ ĞůůĞ ĞƐƚ
ĐŽŶĚĂŵŶĠĞ ƉĂƌ ů͛ŐůŝƐĞͿ ŵĂŝƐ ůĞ ƐĞƌŵĞŶƚ ĚĠĐŝƐŽŝƌĞ ƌĞĐƵůĞ ĠŐĂůĞŵĞŶƚ Ğƚ ůĞ ƚĠŵŽŝŐŶĂŐĞ ĐŚĂŶŐĞ ĚĞ
25  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
sens.  Et  ceci  est  dû  à  la  plus  grande  force  du  juge.    
 
 
Le  témoignage  change  de  sens,  donc  la  façon  dont  on  témoigne  au  13ème͕Đ͛ĞƐƚĚĠũăůĂĨĂĕŽŶ
ĚŽŶƚ ŽŶ ƚĠŵŽŝŐŶĞ ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ͘ >ĞƐ ƚĠŵŽŝŶƐ ƐŽŶƚ ĚĠƐŽƌŵĂŝƐ ŝŶƚĞƌƌŽŐĠƐ ŝŶĚŝǀŝĚƵĞůůĞŵĞŶƚ͕ ƐŽƵƐ
serment  promissoire,  et  le  juge  apprécie  la  force  probante  du  témoignage.  
 
 
^ŝŽŶƉĂƐƐĞĚŽŶĐǀƌĂŝŵĞŶƚĚĞů͛ĠƉƌĞƵǀĞăůĂƉƌĞƵǀĞĂƵϭϯème  sièclĞ͕Đ͛ĞƐƚĞŶƉĂƌƚŝĞƉŽƵƌĚĞƐ
raisons   religieuses,   mais   surtout   parce   que   désormais   le   juge   dispose   de   forces   de   coercition  
ŐĂƌĂŶƚŝĞƐƉĂƌů͛ĞŵďƌLJŽŶĚ͛ƚĂƚ;ŝůLJĂƵŶĞĐĞƌƚĂŝŶĞŽƌŐĂŶŝƐĂƚŝŽŶƐŽĐŝĂůĞƋƵŝƉƌĠĨŝŐƵƌĞů͛ƚĂƚͿ͘ƉĂƌƚŝƌ
du  13ème͕ůĞũƵŐĞŶ͛ĂƉůƵƐďĞsoin  de  se  reposer  sur  Dieu.    
 
 
 
 
 
 
 

26  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  

V.

Conclusion  sur  les  rapports  du  juge,  du  procès  et  de  la  norme  

1. Le  "juge"  comme  médiateur  ou  comme  arbitre  
 
 
Peut-­‐on  parler  de  juge  ͍KƵŝƐŝũƵŐĞƌĐĞŶ͛ĞƐƚƉĂƐĐĞƋƵ͛ŽŶĞŶƚĞŶĚƉĂƌũƵŐĞƌĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ͘Ğ
Ŷ͛ĞƐƚƉĂƐĚĠĐŝĚĞƌƋƵŝĂƌĂŝƐŽŶĞƚƋƵŝĂƚŽƌƚ;ŶŽƚƌĞĐŽŶĐĞƉƚŝŽŶͿ͘>ĂĨŽŶĐƚŝŽŶĚĞũƵŐĞƌĂƵ haut  Moyen  
AŐĞĞƐƚĞŶƌĠĂůŝƚĠďĞĂƵĐŽƵƉƉůƵƐƉƌŽĐŚĞĚĞůĂĨŽŶĐƚŝŽŶĚ͛ĂƌďŝƚƌĂŐĞ;ăĐŽŶĚŝƚŝŽŶƋƵ͛ŽŶƐ͛ĞŶƚĞŶĚĞƐƵƌ
ĐĞƋƵĞǀĞƵƚĚŝƌĞůĞŵŽƚĂƌďŝƚƌĞƌͿ͘>͛ĂƌďŝƚƌĞĚƵŽĚĞũƵĚŝĐŝĂŝƌĞĞƐƚƵŶũƵŐĞĐŽŶǀĞŶƚŝŽŶŶĞů͕ĐŚŽŝƐŝƉĂƌůĞƐ
parties  au  litigĞ͕ŵĂŝƐĐ͛ĞƐƚƵŶǀƌĂŝũƵŐĞƋƵŝa  le  devoir  de  trancher.    
 
 
>͛ĂƌďŝƚƌĂŐĞ ĂƵ  Moyen   AŐĞ͕ Đ͛ĞƐƚ ƉůƵƚƀƚ ů͛ĂƌďŝƚƌĂŐĞ ƐƉŽƌƚŝĨ͘ >͛ĂƌďŝƚƌĞ ĚĞ ĨŽŽƚ ŶĞ ĚŽŝƚ ƉĂƐ
décider  qui  mérite  de  gagner  mais  on  lui  demande  de  vérifier  si  les  règles  du  jeu  ont  été  respectées.  
ŽŶĐ ůĞ ũƵŐĞ ĂƌĐŚĂŢƋƵĞ ǀĠƌŝĨŝĞ ůĞƐ ƌğŐůĞƐ ĚƵ ũĞƵ ƚŽƵƚ ĞŶ ƐĞ ƚĞŶĂŶƚ ă ů͛ĠĐĂƌƚ͕ ƚŽƵƚ ĞŶ ĠǀŝƚĂŶƚ Ě͛ġƚƌĞ
joueur  et  arbitre.  Soit  on  va  vers  une  composition  et  alors  le  juge  est  un  médiateur,  il  propose  des  
solutions   transactionnaires,   il   propose   des   chiffres.   Soit   on   va   vers   une   probatio,   et   le   juge   est  
ƌĠĞůůĞŵĞŶƚ ƵŶ ĂƌďŝƚƌĞ͘ /ů ŵĞƚ ĞŶ ƐĐğŶĞ ů͛ĠƉƌĞƵǀĞ Ğƚ ŝů ǀĠƌifie   la   loyauté   des   parties.   Le   résultat   se  
ĚĠŐĂŐĞĞŶĚĞŚŽƌƐĚĞůƵŝ͕ŝůĂũƵƐƚĞăǀĠƌŝĨŝĞƌůĞƐƌğŐůĞƐ͘ZĞŵĂƌƋƵŽŶƐƋƵ͛ĠǀŝĚĞŵŵĞŶƚů͛ĂƌďŝƚƌĞĂƵŶĞ
influence  sur  le  résultat,  comme  un  arbitre  de  foot,  mais  officiellement  il  est  hors  du  «  jeu  ».    
 
 
Dans   ce   type   ĚĞ ƉƌŽĐĠĚƵƌĞ͕ ůĞ ƌĂŝƐŽŶŶĞŵĞŶƚ Ŷ͛ŝŶƚĞƌǀŝĞŶƚ ƉĂƐ͘ >Ğ ũƵŐĞ ŶĞ ĨĂŝƚ ƉĂƐ ĚĞ ĚƌŽŝƚ
ŵĂƚĠƌŝĞů ƉƵŝƐƋƵĞ ůĞ ƌĠƐƵůƚĂƚ ĚƵ ůŝƚŝŐĞ ŶĞ ĚĠƉĞŶĚ ƉĂƐ ĚĞ ƐŽŶ ƌĂŝƐŽŶŶĞŵĞŶƚ͘>ĂƉƌŽĐĠĚƵƌĞ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ
ĨĂǀŽƌĂďůĞ ĂƵ ƌĂŝƐŽŶŶĞŵĞŶƚ ĚŽŶĐ ƉĂƐ ĨĂǀŽƌĂďůĞ ă ů͛ĠŵŝƐƐŝŽŶ ĂďƐƚƌĂŝƚĞ Ğƚ ŽƌĚŽŶŶĠĞ Ěe   règles  
ũƵƌŝĚŝƋƵĞƐ͘/ůĞdžŝƐƚĞĚĞƐƌğŐůĞƐĚĞƉƌŽĐĠĚƵƌĞ͕ŵĂŝƐůĞƐĚƌŽŝƚƐĚĞƉƌŽƉƌŝĠƚĠƐ͕ĚĞĐƌĠĂŶĐĞ͕ĞƚĐ͘Ŷ͛ŽŶƚƉĂƐ
Ě͛ŝŶƚĠƌġƚ͛͘ĞƐƚĐĞƋƵŝĞdžƉůŝƋƵĞůĂƌĠŐƌĞƐƐŝŽŶĚĞůĂƉĞŶƐĠĞũƵƌŝĚŝƋƵĞĞŶƚƌĞůĂĨŝŶĚĞů͛ĞŵƉŝƌĞƌŽŵĂŝŶĞƚ
la   Renaissance.   Il   y   a   donc,   en   plus   des   causes   intellectuelles,   des   causes   techniques   à   cette  
ƌĠŐƌĞƐƐŝŽŶ͘>ĂƉƌŽĐĠĚƵƌĞŶĞŶĠĐĞƐƐŝƚĞĞƚŶ͛ĞŶĐŽƵƌĂŐĞĚŽŶĐƉĂƐůĂƉƌŽĚƵĐƚŝŽŶĚĞƌğŐůĞƐĚĞĚƌŽŝƚ͘  
 
 
2. Un  exemple  de  survivance  du  système  archaïque  de  procédure:  la  permanence  du  
serment  litisdécisoire  
 
 
>͛ĂďƐĞŶĐĞ ĚĞ ƌĂŝƐŽŶŶĞŵĞŶƚ ũƵƌŝĚŝƋƵĞ,   Đ͛ĞƐƚ ƵŶĞ ƐŝƚƵĂƚŝŽŶ ƋƵ͛ŽŶ ƌĞƚƌŽƵǀĞ ƋƵĂŶĚ ŵġŵĞ
ĞŶĐŽƌĞƉĂƌƚŝĞůůĞŵĞŶƚăů͛ŚĞƵƌĞĂĐƚƵĞůůĞ͘ĞƐLJƐƚğŵĞĂƌĐŚĂŢƋƵĞĞƐƚƚƌğƐůĂƌŐĞŵĞŶƚĂďĂŶĚŽŶŶĠǀĞƌƐůĞƐ
12  et  13  ème   ƐŝğĐůĞƐ͕ŵĂŝƐŽŶŶĞƐ͛ĞŶƉĂƐƐĞƉĂƐĐŽŵƉůğƚĞŵĞŶƚ͘/ůůĂŝƐƐĞƵŶĞƚƌĂĐĞƉĂƌĞdžĞŵƉůĞĚĂŶƐůĞ
droit  de  la  preuve  :  on  utilise  toujours  le  serment  décisoire  ou  litisdécisoire.  Il  reste  donc  encore  une  
ƉĞƚŝƚĞƉůĂĐĞƉŽƵƌů͛ƵƐĂŐĞĚĞƐƉƌŽĐĠĚƵƌĞƐĂƌĐŚĂŢƋƵĞƐ͘  
 
 
Conditions  de  fonctionnement  du  serment  décisoire  :  on  se  situe  dans  un  litige  pour  lequel  il  
Ŷ͛LJĂƉĂƐĚ͛ĂƵƚƌĞƐŵŽĚĞƐĚĞƉƌĞƵǀĞŽƉĠƌĂƚŽŝƌĞƐ͘ĂŶƐĐĞŐĞŶƌĞĚĞƐŝƚƵĂƚŝŽŶ͕ƵŶĞĨĂĐƵůƚĠĞƐƚůĂŝƐƐĠĞ
ĚĂŶƐ ůĞ ŽĚĞ Đŝǀŝů ă ĐŚĂĐƵŶĞ ĚĞƐ ƉĂƌƚŝĞƐ͕ Đ͛ĞƐƚ ůĂ ĨĂĐƵůƚĠ ĚĞ ĚĠĨĠƌer   le   serment.   À   ce   moment,   la  
partie  à  qui  le  serment  a  été  déféré  a  le  choix  entre  trois  possibilités  :    
 
ͻ Prêter  le  serment  et  gagner  le  procès  
ͻ Refuser  le  serment  et  perdre  le  procès  
ͻ La  partie  a  qui  le  serment  a  été  déféré  peut  référer  le  serment  
 
 
La  paƌƚŝĞĐŽŶƚƌĞůĂƋƵĞůůĞůĞƐĞƌŵĞŶƚĞƐƚƌĠĨĠƌĠŶ͛ĂƉůƵƐƋƵĞĚĞƵdžƐŽůƵƚŝŽŶƐ  :  prêter  serment  
ŽƵƌĞĨƵƐĞƌ͘>ĞƐĞƌŵĞŶƚĞƐƚĂůŽƌƐĚĠĐŝƐŽŝƌĞ͕ĚŽŶĐůĞũƵŐĞŶ͛ĂƉĂƐĚĞƉŽƵǀŽŝƌĚ͛ĂƉƉƌĠĐŝĂƚŝŽŶ͘>ĞũƵŐĞŶĞ
peut   que   constater   le   dialogue   du   défi   de   jurer.   Le   juge   est   lié   par   la   parole   du   juré.   On   est  
exactement  (1357  et  s.  du  Code  civil)  revenu  dans  les  conditions  du  procès  archaïque.    
 
 
Est-­‐ce   que   cela   réellement   fonctionne  ?   Depuis   1804,   on   ne   cesse   de   prédire   la   mort  
27  
 

HDP  ʹ  Le  haut  Moyen  Age  
prochaine  de  ce  serment.  En  effet,  on  ne  publie  aucun  ũƵŐĞŵĞŶƚĚĞĐĞƚLJƉĞŵĂŝƐĐ͛ĞƐƚƉĂƌĐĞƋƵĞĕĂ
Ŷ͛ĂƉĂƐĚ͛ŝŶƚĠƌġƚ  ͗ŝůŶ͛LJĂƉĂƐĚĞƌĂŝƐŽŶŶĞŵĞŶƚũƵƌŝĚŝƋƵĞ͘ĞƉůƵƐ͕ĐĞŐĞŶƌĞĚĞƉƌĂƚŝƋƵĞŶĞůĂŝƐƐĞƉĂƐ
ĚĞ ƚƌĂĐĞ ĐĂƌ ƉĂƌĨŽŝƐ ůĂ ŵĞŶĂĐĞ ĚĞ ĚĠĨĠƌĞƌ ůĞ ƐĞƌŵĞŶƚ ƐƵĨĨŝƚ ƉŽƵƌ ƋƵĞ ů͛ĂƵƚƌĞ ĂĐĐĞƉƚĞ ĚĞ ƚƌĂŶƐŝŐĞƌ͘
͛ĞƐƚĚŽŶĐƐĞŵĠƉƌĞŶĚƌĞƋƵĞĐƌŽŝƌĞƋƵ͛ŝůŶ͛ĞƐƚƉůƵƐƵƚŝůŝƐĠ͘  
 
 
Dans   nos   sociétés   le   serment   décisoire   fonctionne   encore   et   ce   pour   deux   raisons.   Jurer  
devant   un   tribunal   reste   impressionnant   et   le   faux   serment   est   un   délit   puni   de   trois   ans  
Ě͛ĞŵƉƌŝƐŽŶŶĞŵĞŶƚ.  Si  oŶƉĞƵƚƉƌŽƵǀĞƌůĞĨĂƵdžƐĞƌŵĞŶƚ;ĐĞƋƵŝƐĞƌĂƋƵĂƐŝŵĞŶƚŝŵƉŽƐƐŝďůĞǀƵƋƵ͛ŽŶ
utilise  précisément  le  serment  car  on  ne  possède  pas  de  preuve  des  faits  invoqués),  il  y  aura  donc  
ƵŶĞƐĂŶĐƚŝŽŶƐŽƵǀĞŶƚĚŝƐƉƌŽƉŽƌƚŝŽŶŶĠĞƉĂƌƌĂƉƉŽƌƚăů͛ĞŶũĞƵĚƵůŝƚŝŐĞ͛͘ĞƐƚůĞŵġŵe  mécanisme  que  
dans  la  société  archaïque  :  il  y  a  une  menace  de  sanction  pourtant  fort  peu  probable.    
 
 
En  pratique,  ce  type  de  procédure  est  utile  dans  deux  cas  de  figure.  D͛ƵŶĐƀƚĠůĞƉƌŽĐğƐďĂƐ
ĚĞ ŐĂŵŵĞ ;ŽŶƐĞ ĚŝƐƉƵƚĞ ƉŽƵƌƋƵĞůƋƵĞƐ ĞƵƌŽƐͿ Ğƚ ĚĞ ů͛ĂƵƚƌĞ   côté  le  gros  procès   où  on  se   dispute  
pour   quelque   millions   de   dollars.   Le   serment   marche   bien   pour   ces   deux  extrêmes,   et  moins   bien  
entre  les  deux.    
 
 
Un  exemple  de  procès  pour  quelques  euros  concerne  souvent  ůĞƐďĂƵdžƉŽƵƌůĞƐƋƵĞůƐŽŶŶ͛Ă
ƉĂƐ ƉƌĠǀƵ Ě͛ĠĐƌŝƚ Ğƚ Žƶ ůĞ ƉĂŝĞŵĞŶƚ ƐĞ ĨĂŝƚ ĚĞ ůĂ ŵĂŝŶ ă ůĂ ŵĂŝŶ͘ >͛ĂƵƚƌĞ ƚLJƉĞ  :   les   règlements  
Ě͛ĂĨĨĂŝƌĞƐ ĞŶƚƌĞ ŵƵůƚŝŶĂƚŝŽŶĂůĞƐ͘ ĂŶƐ ůĞ ŵŝůŝĞƵ ĚĞƐ ĂĨĨĂŝƌĞƐ͕ ůĂ ĐŽƵƚƵŵĞ ǀĞƵƚ ƋƵ͛ŽŶ ƐĞ ĨĂƐƐĞ
confiance   (sans  ménager   de   preuve   écƌŝƚĞͿ͘ WĂƌ ĞdžĞŵƉůĞ͕ ŝů LJ Ă ƵŶĞ ǀŝŶŐƚĂŝŶĞ Ě͛ĂŶŶĠĞ͕ ƵŶĞ ŐƌŽƐƐĞ
ĂĨĨĂŝƌĞƐ͛ĞƐƚƌĠŐůĠĞĞŶŽƵƌĚ͛ĂƉƉĞůƉĂƌůĞƐĞƌŵĞŶƚ͘ƚ͕ƐŽƵǀĞŶƚ͕ůĞƐŝŵƉůĞĨĂŝƚĚĞŵĞŶĂĐĞƌĚĞĚĠĨĠƌĞƌ
ůĞƐĞƌŵĞŶƚ͕ĚĂŶƐĐĞŵŝůŝĞƵ͕ƐƵĨĨŝƚăƐĞŵĞƚƚƌĞĚ͛ĂĐĐŽƌĚƉŽƵƌĞŶƚĂŵĞƌĚĞƐŶĠŐŽĐŝĂƚŝŽŶƐ͘>ĂƉƌocédure  
ĂƌĐŚĂŢƋƵĞĂĚŽŶĐƵŶĞĐĞƌƚĂŝŶĞůŽŐŝƋƵĞƋƵŝĂĨĂŝƚƋƵ͛ŽŶů͛ĂďĞĂƵĐŽƵƉĂƉƉůŝƋƵĠĞăů͛ĠƉŽƋƵĞĞƚƋƵŝĨĂŝƚ
ƋƵ͛ĞůůĞŶ͛ĂƉĂƐƚŽƚĂůĞŵĞŶƚĚŝƐƉĂƌƵĞĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ͘  
 
 
Conséquence   d'une   telle   conception   de   la   fonction   de   juger   :   l'atrophie   du   raisonnement  
juridique  et  donc  de  la  pensée  juridique  en  général.  Pour  que  cesse  cette  paralysie,  il  faut  attendre  la  
seconde   moitié   du   Moyen   Âge,   avec   le   renouveau   intellectuel   et   l'affirmation   de   l'autorité   du  
pouvoir   judiciaire.   La   procédure   judiciaire   va   changer   parce   que   tout   change.   La   société   franque,  
carolingienne  va  devenir  une  société  féodale.  On  parle  de  la  «  mutation  féodale  ».    
 

28  
 

HDP  ʹ  Le  Moyen  Age  central  et  le  bas  Moyen  Age  

Le  Moyen  Age  central  et  le  bas  Moyen  Age  
 

Chapitre  1  ʹ  La  mutation  féodale  et  ses  suites  
 

I.

L'avènement  de  la  société  féodale  

1. Le   fief,   conjonction   d'un   pouvoir   délégué   issu   de   la   puissance   publique,   d'un  
rapport  de  fidélité  personnelle  et  du  droit  réel  sur  une  terre  
 
 
La   société   franque   repose   sur   la   paysannerie,   et   il   y   a   dans   cette   société   une   classe  
Ě͛ŚŽŵŵĞƐƋƵ͛ŽŶĂƉƉĞůůĞăů͛ŽƌŝŐŝŶĞůĞƐůŝďƌĞƐ;ĂĨĨƌĂŶĐŚŝƐĚĞƐƐĞƌǀŝƚƵĚĞƐĚƵƚƌĂǀĂŝůĚĞůĂƚĞƌƌĞͿ͘ĞƚƚĞ
ĐĂƚĠŐŽƌŝĞĚĞůŝďƌĞǀĂĞŶƌĠƚƌĠĐŝƐƐĂŶƚ͘^ŽƵƐůŽǀŝƐ͕Đ͛Ġtait  une  élite  militaire  à  pied.  Sous  Charlemagne,  
Đ͛ĞƐƚƵŶĞĠůŝƚĞŵŝůŝƚĂŝƌĞăĐŚĞǀĂů͘  
 
 
>͛ĠůŝƚĞŵŝůŝƚĂŝƌĞƐĞƌĠƚƌĠĐŝƚĚĞƉůƵƐĞŶƉůƵƐ͕ůĞŐƌŽƵƉĞŵŝůŝƚĂŝƌĞĚĞǀŝĞŶƚƵŶĞŶŽďůĞƐƐĞ͕ƵŶĞƚƌğƐ
petite  minorité  de  la  population  et  en  même  temps,  les  structures  de  la  propriété  se  transforment  
ƚƌğƐ ƉƌŽĨŽŶĚĠŵĞŶƚ͘ >Ă ŵƵƚĂƚŝŽŶ ĨĠŽĚĂůĞ Đ͛ĞƐƚ ůĂ ĐƌĠĂƚŝŽŶ Ě͛ƵŶĞ ƐŽĐŝĠƚĠ Žƶ ů͛ĂƌŝƐƚŽĐƌĂƚŝĞ ƌĞƉŽƐĞ
ĞƐƐĞŶƚŝĞůůĞŵĞŶƚ ƐƵƌ ůĞ ĨŝĞĨ͘ >Ğ ƐŝŐŶĞ ĚĞ ůĂ ŶŽďůĞƐƐĞ͕ Đ͛ĞƐƚ ůĂ ƉŽƐƐĞƐƐŝŽŶ ĚƵ ĨŝĞĨ͘ ƚ ůĞƐ ĨŝĞĨƐ ƐŽŶƚ
organisés  selon  une  organisatŝŽŶƉLJƌĂŵŝĚĂůĞƋƵ͛ŽŶǀĂĂƉƉĞůĞƌůĂƉLJƌĂŵŝĚĞĨĠŽĚĂůĞ͘  
 
 
Ğ ƋƵ͛ŝů ƐĞ ƉĂƐƐĞ͕ Ğƚ ƋƵŝ ĞƐƚ ůĂ ĐůĠ ůĂ ƉůƵƐ ŝŵƉŽƌƚĂŶƚĞ ĚĞ ĐĞƚƚĞ ŵƵƚĂƚŝŽŶ ĨĠŽĚĂůĞ͕ Đ͛ĞƐƚ ůĂ
ƌĠƵŶŝŽŶ͕ ůĂ ŵŝƐĞ ĞŶ ƐLJƐƚğŵĞ ĚĞ ƚƌŽŝƐ ĠůĠŵĞŶƚƐ ƋƵŝ ă ů͛ĠƉŽƋƵĞ ĚĞ ŚĂƌůĞŵĂŐŶĞ ĠƚĂŝĞŶƚ ƌĞƐƚĠs  
distincts.  
   
1) Le  pƌĞŵŝĞƌĠůĠŵĞŶƚĞƐƚů͛office  public.  Les  fonctions  de  comte,  de  vicaire  sont  des  fonctions  
de   commandement   militaire,   des   fonctions  qui  dépendent  du  roi.  Mais  ces  offices  ne   sont  
pas   héréditaires   Ğƚ ŶĞ ƐŽŶƚ Ě͛ĂŝůůĞƵƌƐ ƉĂƐ ĨŝdžĠƐ ĚĂŶƐ ů͛ĞƐƉĂĐĞ͘ WĂƌ ĞdžĞŵƉůĞ͕ ůe   Comte   va  
ĞdžĞƌĐĞƌ ƐŽŶĐŽŵŵĂŶĚĞŵĞŶƚ ĞŶ&ůĂŶĚƌĞ͕ ŵĂŝƐƐŝů͛ĂƌŵĠĞ ƐĞ ĚĠƉůĂĐĞ͕ ŝů suivra  celle-­‐ci  et  ira  
commander   par   exemple   en   Italie   du   nord͘ /ů Ŷ͛LJ Ă ĚŽŶĐ ƉĂƐ ĚĞ ŽŵƚĞ ĚĞ   Flandre.  
Cependant,   il   y   a   une   tendance   à   garder   les   titres   comtaux   dans   les   familles   mais   pas  
toujours.    
 
2) >ĂĨŝĚĠůŝƚĠƉĞƌƐŽŶŶĞůůĞƌĞƉƌĠƐĞŶƚĠĞƉĂƌů͛hommage  ;ůŝĞŶĚ͛ŚŽŵŵĞ㌎ŵŵĞͿ͛͘ĞƐƚƵŶƉĂĐƚĞ
qui   lie   deux   personnes,   un   jeune   (vassus  :   jeune   gars)   et   un   vieux   (senior  :   seigneur).   Le  
vassus   (vassal,   de   la   même   racine   que   valet)   joint   les   mains   et   les   met   dans   les   mains  
ouvertes   du   seigneur,   ce   qui   crée   le   lien   personnel   entre   le   seigneur   et   le   vassal.   Par   ce  
pacte,  le  jeune  entre  dans  la  «  bande  »  du  vieux.  Ce  lien  est  strictement  personnel.  Quand  
un  des  deux  partenaires  meurt,  le  lien  ne  se  renouvelle  pas.    
 
3) Le  bénéfice  ĞƐƚƵŶĞƐŽƌƚĞĚ͛ŝŵŵĞƵďůĞƋƵĞƋƵĞůƋƵ͛ƵŶ͕ĞŶŐĠŶĠƌĂůůĞƌŽŝ͕ĚŽŶŶĞĞŶǀŝĂŐĞƌăƵŶ
des   ses   fidèles.   Quand   Charles   Martel   arrive   à   confisquer   les   terres   aux   adversaires,   il  
redistribue  celles-­‐ci  à  ses  amis.  /ůĠƚĂŝƚĚŽŶĐĚ͛Ƶsage  de  conférer  le  bénéfice  à  ceux  qui  nous  
avaient   servis   ĚĂŶƐ ůĞƐ ŐƵĞƌƌĞƐ͕ ůĂ ĐŽŵƉĠƚŝƚŝŽŶ ƉŽƵƌ ůĞ ƉŽƵǀŽŝƌ͘ Ğ ďĠŶĠĨŝĐĞ Ŷ͛Ă ƌŝĞŶ
Ě͛ŚĠƌĠĚŝƚĂŝƌĞ͘  
 
 
ĞƋƵŝƐ͛ĂƉƉĞůůĞůĂŵƵƚĂƚŝŽŶĨĠŽĚĂůĞĞƐƚůĞŵŽŵĞŶƚŽƶĐĞƐƚƌŽŝƐĐŚŽƐĞƐǀŽŶƚĨĂŝƌĞƵŶƐLJƐƚğŵĞ
qui  se  stabilise  complètement.    ĞůƵŝ ƋƵŝ ĞƐƚ ŽŵƚĞ ĞŶ &ůĂŶĚƌĞ Ɛ͛ŝŶƐƚĂůůĞ ƐƵƌ ƉůĂĐĞ Ğƚ ŶĞ ƉĂƌƚ ƉůƵƐ
ĚĂŶƐ ĚĞ ůŽŝŶƚĂŝŶĞƐ ĐŽŶƚƌĠĞƐ͘ >͛ŽĨĨŝĐĞ ƉƵďůŝĐ ǀĂ ġƚƌĞ ĂƚƚƌŝďƵĠ ĂƵ ŽŵƚĞ ƉĂƌ ůĞ ZŽŝ͘ ƚ ůĞ ĐŽŵƚĞ ĚĞ
Flandre   va   faire   hommage   au   roi.   Le   comté   va   devenir   son   bénéfice,   son   fŝĞĨ ;ŵŽƚ ƋƵ͛ŽŶ ƵƚŝůŝƐĞ
désormais)  donc  son  immeuble  à  lui,  sa  propriété  à  lui.  Une  propriété  toujours  dépendante  du  roi  de  
&ƌĂŶĐĞŵĂŝƐĚĠƐŽƌŵĂŝƐŚĠƌĠĚŝƚĂŝƌĞ;ĂƉƉĂƌĂŝƚůĞĚƌŽŝƚĚ͛ĂŝŶĞƐƐĞͿ͕ƋƵŝǀĂĚŽŶĐƉĂƐƐĞƌĂƵĨŝůƐĂŝŶĠ͘  
1  
 

HDP  ʹ  Le  Moyen  Age  central  et  le  bas  Moyen  Age  
 
Les   trois   éléments   sont   réunis   en   un.   Il   y   a   une   fidélité   personnelle   assise   sur   le   fief,   et   le  
Comte  exerce  sur  ce  fief  son  pouvoir.  Corolairement,  le  comte  de  Flandre  devient  une  sorte  de  petit  
roi  dans  son  comté.  Le  comté  passe  de  fils  ainé  en  fils  ainé  exactement  selon  une  règle  de  succession  
ĚLJŶĂƐƚŝƋƵĞ͘>Ğ ƐĞŝŐŶĞƵƌĞƐƚ ƵŶƉĞƚŝƚƌŽŝĚĂŶƐƐĂƐĞŝŐŶĞƵƌŝĞ͘Ğ ƋƵ͛ŝůǀĂƐĞ ƉĂƐƐĞƌ ƉŽƵƌůĞĐŽŵƚĠǀĂ
également   se   passer   au   échelons   inférieurs.   Ainsi,   les   comtes   tiennent   leur   comté   du   roi,   les  
châtelains   tiennent   leurs   châtellenies   du   Comte,   et   les   seigneurs   tiennent   leurs   seigneuries   du  
Châtelain.    
 
 
Chaque  village  a  son  seigneur  qui  tient  sa  seigneurie  du  fief.  Le  seigneur  est  lui  aussi  un  petit  
ƌŽŝ ĚĂŶƐ ƐŽŶ ǀŝůůĂŐĞ͕ ŝů ĞƐƚ ĂƵ ďĂƐ ĚĞ ů͛ĠĐŚĞůůĞ ŵĂŝƐ ĞƐƚ ƐŽƵŵŝƐ ĂƵ ŵġŵĞƐ ƌğŐůĞƐ ĚĞ ƚƌĂŶƐŵŝƐƐŝŽŶ
dynastique.  Les  nobles  (2%  de  la  population)  sont  donc  des  guerriers  professionnels,  nourris  par  les  
paysans  (98%  de  la  population)  qui  produisent  donc  pour  eux-­‐mêmes  mais  qui  doivent  une  certaine  
partie  de  leur  récolte  aux  nobles.  
 
 

2. L'éclatement  du  manse  et  la  généralisation  de  la  censive  comme  tenure  roturière  
 
 
Le   manse   ;ů͛ŝŵŵĞƵďůĞ ƉĂLJƐĂŶ ĐŚĞnj ůĞƐ ĨƌĂŶĐƐͿ ǀĂ ĂƵƐƐŝ ƐĞ ƚƌĂŶƐĨŽƌŵĞƌ ŵĂŝƐ ŝů ǀĂ
essentiellement  se  transformer  par  éclatement.  Les  anciennes  propriétés  se  divisent.  On  perd  de  vue  
cette  unité  de  production  idéale.  Le  manse  ĠƚĂŝƚƵŶĞƵŶŝƚĠĚĞƐƵƉĞƌĨŝĐŝĞƋƵŝĐŽƌƌĞƐƉŽŶĚăĐĞƋƵ͛ƵŶĞ
famille   peut   travailler.   Il   va   éclater   à   cause   de   la   croissance   démographique   et   des   règles  
successorales.    
 
 
ƉƉĂƌĂŠƚ ĚŽŶĐ ůĂ ĐĞŶƐŝǀĞ͕ Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐ĚŝƌĞ ůĂ ƚĞŶƵƌĞ ;ů͛ŝŵŵĞƵďůĞͿ ƋƵi   est   possédée   à   charge   de  
ĐĞŶƐ͘>ĞƉĂLJƐĂŶĐĞŶƐŝƚĂŝƌĞĚŽŝƚƵŶĞƉĂƌƚŝĞĚĞůĂƌĠĐŽůƚĞĂƵdžƐĞŝŐŶĞƵƌƐ͘>ĂƐŽĐŝĠƚĠĨĠŽĚĂůĞĐ͛ĞƐƚĚŽŶĐ
un  ensemble  de  tenures  qui  structurent  toute  une  société,  y  compris  en  fin  de  parcours  la  société  
politique.    
 
 

3. La  tenure  comme  mode  d'appropriation  des  immeubles  
 
 
YƵ͛ĞƐƚ ĐĞ ƋƵĞ ůĂ ƚĞŶƵƌĞ  ?   La   propriété   actuelle   (544   CC)   est   finalement   plus   proche   de   la  
ƉƌŽƉƌŝĠƚĠ ƌŽŵĂŝŶĞ ƋƵ͛ĞůůĞ ŶĞ ů͛ĞƐƚ ĚĞ ůĂ ƚĞŶƵƌĞ ;ĂďŽůŝĞ ĞŶ ϭϳϴϵͿ͘ KŶ ǀĂ ĚĠĨŝŶŝƌ ůĂ ƚĞŶƵƌĞ ƉĂƌ
opposition  à  la  propriété  romaine  ĞƚƉĂƌŽƉƉŽƐŝƚŝŽŶăĐĞƋƵ͛ĞƐƚĚĞǀĞŶƵĞůĂƉƌŽƉƌŝĠƚĠĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ͘Ğ
qui  caractérise  la  tenure  :    
 
3.1. Absence  d'abusus  
 
 
͛ĞƐƚ ů͛ĂďƐĞŶĐĞ ĚĞ ĐĞ ƋƵĞ ůĞƐ ƌŽŵĂŶŝƐƚĞƐ Ğƚ ĚĞ ĐĞ ƋƵĞ ůĞƐ ũƵƌŝƐƚĞƐ ĂƉƉĞůůĞŶƚ ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ
«  ů͛ĂďƵƐƵƐ  ͩ ;ĐĂƉĂĐŝƚĠ ĚĞ ĚŝƐƉŽƐĞƌ Ě͛ƵŶ ďŝĞŶͿ͘ Ŷ Ɖrincipe,   dans   un   régime   pareil,   les   tenures   sont  
indisponibles  matériellement  et  juridiquement.    
 
 
Matériellement,  si  un  paysan  a  une  tenure  qui  doit  une  certaine  quantité  de  céréales,  il  ne  
ĚŽŝƚƉĂƐĐŚĂŶŐĞƌĐĞƋƵ͛ŝůĨĂŝƚ͕ŝůŶĞƉĞƵƚƉĂƐƐĞŵĞƚƚƌĞăĠůĞǀĞƌ  ĚĞƐĂŶŝŵĂƵdž͘>ĞŵŽĚĞĚ͛ĞdžƉůŽŝƚĂƚŝŽŶ
ĞƐƚĚĠƚĞƌŵŝŶĠƉĂƌůĂƚĞŶƵƌĞĞƚŝůŶ͛ĞƐƚƉĂƐĚŝƐƉŽŶŝďůĞ͘  
 
 
:ƵƌŝĚŝƋƵĞŵĞŶƚ͕ŽŶŶĞƉĞƵƚƉĂƐŝŵĂŐŝŶĞƌƋƵ͛ƵŶǀĂƐƐĂůƉƵŝƐƐĞĚŽŶŶĞƌŽƵǀĞŶĚƌĞƵŶĞƚĞŶƵƌĞă
une  personne  qui  serait  un  ennemi  du  seigneur.  Les  tenures  paysanne  et  noble  sont  inaliénables.    
 
 
 
2  
 

HDP  ʹ  Le  Moyen  Age  central  et  le  bas  Moyen  Age  
3.2. Un  droit  non  exclusif  
 
 
La   deuxième   caractéristique  ĞƐƚ ƋƵĞ ůĂ ƚĞŶƵƌĞ ĞƐƚ ƵŶ ŵŽĚĞ Ě͛ĂƉƉƌŽƉƌŝĂƚŝŽŶ ƋƵŝ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ
ĞdžĐůƵƐŝĨ͘  ZŽŵĞ ĐŽŵŵĞ Ě͛ĂŝůůĞƵƌƐ ĐŚĞnj ŶŽƵƐ͕ ŝů LJ Ă ƵŶ Ğƚ ƵŶ ƐĞƵů ƉƌŽƉƌŝĠƚĂŝƌĞ ƉŽƵƌ ƵŶ ĨŽŶĚƐ
ĚĠƚĞƌŵŝŶĠ͕ Đ͛ĞƐƚ ůĂ ƌğgle   de   principe   (exception  :   copropriété  ͖ ŝů ĂƵƐƐŝ ĂƌƌŝǀĞ ƋƵ͛ŽŶ ĚĠŵĞŵďƌĞ ƵŶ
droit   de   propriété).   Ces   démembrements   de   propriété   sont   exceptionnels   et   sont   destinés   à  
ĚŝƐƉĂƌĂŝƚƌĞ ƵŶ ũŽƵƌ ;ů͛ƵƐƵĨƌƵŝƚ͕ ƉĂƌ Ğdž͕ ĞƐƚ ǀŝĂŐĞƌͿ͘ >Ğ ƉƌŝŶĐŝƉĞ ĞƐƚ ƋƵ͛ŽŶ ƉĞƵƚ ĂǀŽŝƌ ĚĞs  
ĚĠŵĞŵďƌĞŵĞŶƚƐĞdžĐĞƉƚŝŽŶŶĞůƐŵĂŝƐƋƵ͛ŽŶƌĞǀŝĞŶƚƚŽƵũŽƵƌƐăů͛ƵŶŝƚĠĚĞůĂƉƌŽƉƌŝĠƚĠ͘  
 
 
ĂŶƐů͛ĂŶĐŝĞŶĚƌŽŝƚ͕Đ͛ĞƐƚƚƌğƐĚŝĨĨĠƌĞŶƚ͕ůĂƚĞŶƵƌĞĂƚŽƵũŽƵƌƐŶŽƌŵĂůĞŵĞŶƚĚĞƵdžĂLJĂŶƚƐĚƌŽŝƚƐ͕
ůĞ ƐĞŝŐŶĞƵƌ Ğƚ ůĞ ƚĞŶĂŶĐŝĞƌ͘ >Ă ƉƌŽƉƌŝĠƚĠ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ƵŶĞ Ğƚ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ĞdžĐlusive.   Du   coup,   si   on   veut  
démembrer   encore   un   peu   plus,   on   peut   le   faire,   et   ce   sans   aucune   limite   (contrairement   à  
ĂĐƚƵĞůůĞŵĞŶƚͿ͘ /ů Ŷ͛LJ Ă ƉĂƐ ĚĞ ůŝŵŝƚĞ ĂƵ ŶŽŵďƌĞ ĚĞ ĚƌŽŝƚ ƌĠĞůƐ ƐƵƌ ƵŶ ŝŵŵĞƵďůĞ͘ ĞƚƚĞ ƐŝƚƵĂƚŝŽŶ
correspond  aux  régimes  américain  et  anglais.  Droit  common  law  ͗ŝůŶ͛ĂƉĂƐĞƵĚĞƌĠǀŽůƵƚŝŽŶ͘KŶĞƐƚ
ƐŽƌƚŝĚĞů͛ĠƉŽƋƵĞĨĠŽĚĂůĞƉĂƌĠƚĂƉĞƐ͘  
 
 
ƵĐŽƵƉ͕ĚĂŶƐů͛ŶŐůĞƚĞƌƌĞĂĐƚƵĞůůĞ͕ů͛ŝĚĠĞĞƐƚƋƵĞůĞƚĞƌƌŝƚŽŝƌĞĞƐƚůĂƉƌŽƉƌŝĠƚĠĚĞůĂĐŽƵƌŽŶŶĞ
Ě͛ŶŐůĞƚĞƌƌĞ͘ ƵƐƐŝ͕ ůĞƐ ĚĠŵĞŵďƌĞŵĞŶƚƐ ĚĞ ůĂ ƉƌŽƉƌŝĠƚĠ ƐŽŶƚ   en   nombre   infini.   La   capacité   de  
ĐƌĠĂƚŝŽŶ ĚĞ ĚƌŽŝƚƐ ƌĠĞůƐ ĞƐƚ ƐĂŶƐ ůŝŵŝƚĞ͘ >Ă ƉƌŽƉƌŝĠƚĠ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ƉĞŶƐĠĞ ƐĞůŽŶ ƵŶ ŵŽĚğůĞ ƵŶŝƋƵĞ Ğƚ
exclusif  mais  selon  un  modèle  collégial  et  démembré.  
 
3.3. Tenure  et  justice  (l'appareil  judiciaire  féodo-­‐seigneurial)  
 
 
Chaque  seigneur  exerce  un  pouvoir  de  juridiction  sur  les  questions  foncières  (droit  des  biens)  
et   de   manière   annexe   sur   les   biens   de   la   famille   (les   régimes   matrimoniaux   par   exemple).   Une  
grande  partie  du  droit  civil  est  exercée  par  les  seigneurs.    
 
3.4. Les  obligations  de  service,  la  servitus  in  faciendo  et  la  pyramide  féodale  comme  système  de  
propriété  et  d'organisation  sociopolitique  
 
 
ŶĨŝŶ͕ĚĞƌŶŝğƌĞĐĂƌĂĐƚĠƌŝƐƚŝƋƵĞ͕Đ͛ĞƐƚĐĞƋƵ͛ŽŶƉĞƵƚĂƉƉĞůĞƌůĂĚĞƚƚĞƌĠĞůůĞ͛͘ĞƐƚ-­‐à-­‐dire  une  
obligation   dont   le   débiteur   est   un   fonĚƐ͘ ǀŝĚĞŵŵĞŶƚ͕ ů͛ŽďůŝŐĂƚŝŽŶ ŶĞ ƉĞƵƚ ġƚƌĞ ĞdžĠĐƵƚĠĞ ƋƵĞ ƉĂƌ
ƵŶĞƉĞƌƐŽŶŶĞŵĂŝƐƚŽƵƚƐĞƉĂƐƐĞĐŽŵŵĞƐŝũƵƌŝĚŝƋƵĞŵĞŶƚůĂƚĞƌƌĞĠƚĂŝƚĚĠďŝƚƌŝĐĞ͘>͛ŽďůŝŐĂƚŝŽŶĞƐƚůĂ
cause  du  fond  et  est  transmise  par  le  fond.  Chaque  propriétaire  devient  assujetti  au  service.    
 
 
ŶĚƌŽŝƚƌŽŵĂŝŶĐŽŵŵĞĞŶĚƌŽŝƚĂĐƚƵĞů͕ůĞƉƌŝŶĐŝƉĞĞƐƚů͛ŝŶƚĞƌĚŝĐƚŝŽŶĚĞůĂƐĞƌǀŝƚƵĚĞƉŽƐŝƚŝǀĞ͕
ĞdžƉƌŝŵĠ ƉĂƌ ů͛ĂĚĂŐĞ ůĂƚŝŶ servitus   in   faciendo   consistere   nequit,   donc   interdiction   de   créer   une  
servitude  qui  porterait  sur  une  obligation  de  faire  (obligation  de  payer  ou  obligation  de  service).  Le  
ƉƌŽƉƌŝĠƚĂŝƌĞ ĚƵ ĨŽŶĚ ƐĞƌǀĂŶƚ ŶĞ ƉĞƵƚ ġƚƌĞ ƚĞŶƵ ƋƵ͛ă ƵŶĞ ŽďůŝŐĂƚŝŽŶ ĚĞ ŶĞ ƉĂƐ ĨĂŝƌĞ ŽƵ ĚĞ ƚŽůĠƌĞƌ͕
jamais  à  une  obligation  positive.    
 
 
ĂŶƐůĂƐŽĐŝĠƚĠĨĠŽĚĂůĞ͕ĂƵĐŽŶƚƌĂŝƌĞ͕ŝůŶ͛LJĂƋƵĞĚĞƐƐĞƌǀŝƚƵĚĞƐƉŽƐŝƚŝǀĞƐĚĞfond.  La  tenure  
ƉĂLJƐĂŶŶĞĚŽŝƚĚĞƐƐĞƌǀŝĐĞƐŽƵĚĞƐƉƌĞƐƚĂƚŝŽŶƐăůĂƐĞŝŐŶĞƵƌŝĞ͘>ĂƐĞŝŐŶĞƵƌŝĞĐ͛ĞƐƚůĞĨŽŶĚƐĚŽŵŝŶĂŶƚ͘  
 
 
Finalement,   la   société   féodale   est   une   société   de   rapports   de   fonds   à   fonds   (dominant   et  
servant)  où  tout  est  organisé  en  pyramide  et  où  les  prestations  se  transfèrent  du  bas  vers  le  haut.  Du  
plus  petit  seigneur  vers  le  roi.  Tout  culmine  donc  vers  le  Roi,  sur  qui  sont  assises  toutes  les  terres  du  
royaume.    
 
 
 
3  
 

HDP  ʹ  Le  Moyen  Age  central  et  le  bas  Moyen  Age  

4. Les  trois  ordres  
 
 
La  caractéristique  essentielle  du  système  féodal  est,  comme  oŶů͛ĂǀƵ͕ůĞĨĂŝƚƋƵĞůĞƐƌĞůĂƚŝŽŶƐ
ƌĞƉŽƐĞŶƚ ƐƵƌ ůĂ ƚĞƌƌĞ͕ ůĂ ƉƌŽƉƌŝĠƚĠ͘ ŚĂĐƵŶ ƚŝĞŶƚ ƐĂ ƚĞƌƌĞ Ě͛ƵŶĞ ƉĞƌƐŽŶŶĞ ƐƵƉĠƌŝĞƵƌĞ͘ ĂŶƐ ůĂ
ƉLJƌĂŵŝĚĞĨĠŽĚĂůĞ͕ŝůLJĂĚĞƐƉĞƌƐŽŶŶĞƐƋƵŝƚŝĞŶŶĞŶƚůĂƐƚƌƵĐƚƵƌĞƉŽůŝƚŝƋƵĞ͕ŵĂŝƐŝůŶ͛LJĂƉĂƐƋƵ͛ĞƵdž͘/ů
existe  en  effet  trois  ordres.    
 
La  classe  des  producteurs  (98%  de  la  population)  garantit  la  subsistance  de  la  classe  militaire  
;ů͛ĂƌŝƐƚŽĐƌĂƚŝĞ͕ůĞƐĐŚĞǀĂůŝĞƌƐͿ͕ƋƵŝĚĠĨĞŶĚůĂƐŽĐŝĠƚĠ͘>ĞĐůĞƌŐĠ͕ůƵŝ͕ƉƌŝĞƉŽƵƌůĞƐĂůƵƚĚĞůĂƐŽĐŝĠƚĠ͘  
 ů͛ŝŶƚĠƌŝĞƵƌ ĚĞ ůĂ ĐůĂƐƐĞ ŵŝůŝƚĂŝƌĞ͕ ůĞs   services   militaires   sont   dus   de   la   base   vers   le   sommet   de   la  
pyramide  :  au  niveau  du  Roi  (sommet)  il  y  a  une  convergence  de  toutes  les  forces  économiques  et  
militaires.  Il  y  a  donc  une  tête  :  le  Roi.  
 
 
WŽƵƌ ůĂ ƉƌĞŵŝğƌĞ ĨŽŝƐ͕ ĂƵdž ĞŶǀŝƌŽŶƐ ĚĞ ů͛ĂŶ ϭϬϬϬ͕ ĚĞs   textes   relatent   cette   division   de   la  
société  en  trois  ordres  (appelés  plus  tard  les  trois  Etats)  :    
 
ͻ Ceux  qui  prient  (Eglise)  :  ce  service  garantit  le  salut  de  tout  le  monde  
ͻ Ceux  qui  travaillent  (paysans)  :  ils  nourrissent  ceux  qui  combattent  et  ceux  qui  prient  
ͻ Ceux  qui  combattent  (aristocratie)  :  ils  protègent  les  deux  autres  ordres  
 
 

5. Chronologie  et  géographie  de  la  mutation  féodale  avec  la  singularité  de  l'Empire,  
qui  perpétue  les  formes  carolingiennes  de  la  société  politique  
 
 
Il  faut  apporter  une  nuanĐĞăĐĞƚƚĞĚĞƐĐƌŝƉƚŝŽŶĚĞůĂƐŽĐŝĠƚĠĨĠŽĚĂůĞ͘ŶĞĨĨĞƚ͕ĞůůĞŶĞƐ͛ĞƐƚ
ƉĂƐŝŶƐƚĂůůĠĞƉĂƌƚŽƵƚ͕ĞƚƐƵƌƚŽƵƚĞůůĞŶĞƐ͛ĞƐƚƉĂƐŝŶƐƚĂůůĠĞƉĂƌƚŽƵƚĚĞůĂŵġŵĞŵĂŶŝğƌĞ͘    
 
En   Angleterre,   une   féodalité   artificielle   se   développe,   créée   de   toutes   pièces   en   1066   par  
Guillaume  le  Conquérant  lors  de  la  bataille  de  Hastings.  En  effet,  celui-­‐ci,  après  avoir  gagné  la  bataille  
ĞƚƉƌŝƐůĞƉŽƵǀŽŝƌ͕ĐŽŶĨŝƐƋƵĞƚŽƵƚĞƐůĞƐƚĞƌƌĞƐĚĞƐŶŽďůĞƐĂŶŐůĂŝƐƋƵ͛ŝůĂǀĂŝŶĐƵƐ͕ĞƚƌĠƉĂƌƚŝƚĐĞƐƚĞƌƌĞƐ
entre  ceux  qui  ont  combattu  avec  lui  :  il  crée  ainsi  une  noblesse.  Un  nouveau  système  apparaît  donc.  
Il  y  a  création  de  fiefs,  et  sur  ces  fiefs  les  nouveaux  nobles  construisent  des  châteaux  forts  pour  se  
protéger  des  révoltes  paysannes,  qui  voient  leur  fonctionnement  bouleversé.    
 
 
En  France,  la  société  est  différente  selon  les  régions.  Cependant,  ĞůůĞŶ͛ĞƐƚũĂŵĂŝƐĂƌƚŝĨŝĐŝĞůůĞ͘    
 
 
En   Allemagne,   l͛mpire   (qui   apparaît   vers   la   moitié   du   10ème   siècle)   va   très   peu   sentir   la  
féodalité.   Celle-­‐ĐŝLJ ĞƐƚ ĨƌĂŐŝůĞ ĐĂƌ ů͛ĞŵƉŝƌĞ ŐĂƌĚĞ ƵŶĞ ŐƌĂŶĚĞ ƚƌĂĚŝƚŝŽŶ ĂůůĞƵŐiale   (terres   libres,   qui  
Ŷ͛ĂƉƉĂƌƚŝĞŶŶĞŶƚ ă ƉĞƌƐŽŶŶĞͿ͘ >͛ĞŵƉŝƌĞ͕ ŵĂůŐƌĠ ĚĞƐ ƚĞŶĚĂŶĐĞƐ ĨĠŽĚĂůĞƐ͕ ƌĞƉƌŽĚƵŝƚ ůĞ ƐLJƐƚğŵĞ
ĐĂƌŽůŝŶŐŝĞŶ͘hŶĞĚĞƐ ŐƌĂŶĚĞ ĐĂƌĂĐƚĠƌŝƐƚŝƋƵĞƐĚĞĐĞ ƐLJƐƚğŵĞĞƐƚů͛ŝŶƚĠŐƌĂƚŝŽŶĚĞů͛ŐůŝƐĞ ĂƵƐLJƐƚğŵĞ
politique  :  présence  donc  à  la  fois  des  pouvoirs  temporels  et  spirituels.    
 
 
/ů ĞdžŝƐƚĞ ĚŽŶĐ ƵŶĞ ǀĠƌŝƚĂďůĞ ƐŝŶŐƵůĂƌŝƚĠ ĚĂŶƐ ů͛ĞŵƉŝƌĞ ŐĞƌŵĂŶŝƋƵĞ ͗ ůĞƐ ĠǀġƋƵĞƐ ĐŽŶƚŝŶƵĞŶƚ
ĐĞƚƚĞĨŽŶĐƚŝŽŶƚĞŵƉŽƌĞůůĞƋƵ͛ŝůƐĂǀĂŝĞŶƚăů͛ĠƉŽƋƵĞĐĂƌŽůŝŶŐŝĞŶŶĞ͘>ĞƐĠǀġƋƵĞƐŽŶƚĞŶĐŽƌĞƉĂƌĨŽŝƐĚĞƐ
ƚĞƌƌŝƚŽŝƌĞƐ͘>͛ĞŵƉĞƌĞƵƌǀĞƵƚƉŽƵǀŽŝƌƐ͛ĂƉƉƵLJĞƌƐƵƌĞƵdž͘>ĞƐƉŽƵǀŽŝƌƐůĂŢĐƐĞƚƌĞůŝŐŝĞƵdžƐŽŶƚŝŵďƌŝƋƵĠƐ͕
à  la  différence  de  ce  qui  se  passe  en  France.    

4  
 

HDP  ʹ  Le  Moyen  Age  central  et  le  bas  Moyen  Age  

II.

L'essor  économique    

1. La  société  féodale  comme  société  stabilisée  
 
 
La  société  féodale  (de  type  France  et  Angleterre),  durera  du   11ème  au  12ème  siècle.  Elle  naît  
ǀĞƌƐů͛ĂŶϭϬϬϬĞƚdeux  cents  ans  plus  tard  elle  va  déjà  moins  bien.    
 
 
Il  existe  donc  un  paradoxe  dans  la  société  féodale  :  cette  société  semble  avoir  été  élaborée  
pour  durer  à  jamais.  Chacun  a  sa  place  et  il  y  reste.  La  placĞĚĞů͛ŝŶĚŝǀŝĚƵĞƐƚĚĠƚĞƌŵŝŶĠĞƉĂƌƐĂƚĞƌƌĞ͕
ƚĞƌƌĞŚĠƌŝƚĠĞĚĞƐĞƐĂŶĐġƚƌĞƐ;ƉğƌĞͿ͘>͛ŝĚĠĞĚ͛ƵŶĞƉƌŽŵŽƚŝŽŶƐŽĐŝĂůĞƐĞŵďůĞĚŽŶĐŝŵƉŽƐƐŝďůĞ͗ƵŶĨŝůƐ
ĚĞĐŚĞǀĂůŝĞƌƐĞƌĂĐŚĞǀĂůŝĞƌĞƚŶ͛ĂĐĐğĚĞƌĂũĂŵĂŝƐăůĂƉŽƐŝƚŝŽŶĚĞĐŚąƚĞůĂŝŶ͘ƚůĞĐŚąƚĞůĂŝŶ͕ƉƵŝƐƋƵ͛ŝů
est  sûr  de  le  rester  à  jamais,  défend  son  territoire.  Chaque  chevalier  garde  son  territoire.  Ainsi,  en  
cas  de  guerre,  les  structures  ne  sont  pas  détruites.  La  population  paysanne  aussi  reste  table,  car  elle  
garde  toujours  le  même  chef,  et  il  y  a  moins  de  guerre  :  elle  peut  donc  envisager  sa  culture  à  long  
terme.    
 
 
Cette   société   est   parvenue   à   réaliser   une   stabilisation   des   rapports   sociaux.   En   effet,   les  
positions  dans  la  société  garantissent  une  certaines  stabilité  :  la  distribution  des  pouvoirs  ayant  eu  
lieu  ĚĂŶƐůĞƉĂƐƐĠ͕ĞůůĞŶ͛ĞƐƚƉĂƐƌĞŵŝƐĞĞŶĐĂƵƐĞ͘>͛ŝŶĐƌŽLJĂďůĞƉĂƌĂĚŽdžĞĞƐƚƋƵĞĐ͛ĞƐƚĐĞƚƚĞŵġŵĞ
stabilité  qui  sera  la  cause  du  changement.  En  effet,  elle  va  permettre  la  croissance  économique.    
 

2. Conséquence  :  la  croissance  économique  
 
 
La   croissance   économiqƵĞ ĞƐƚ ƵŶ ƉŚĠŶŽŵğŶĞ ƵŶŝƋƵĞ ă ů͛ĠƉŽƋƵĞ͘ ǀĂŶƚ͕ ŝů Ŷ͛LJ ĂǀĂŝƚ ƉĂƐ
Ě͛ĠĐŚĂŶŐĞ ĞŶƚƌĞ ůĞƐ ǀŝůůĂŐĞƐ͕ ĚŽŶĐ ƉĂƐ ĚĞ ĐƌŽŝƐƐĂŶĐĞ͘   La   croissance   économique   sépare   la   société  
franque  de  la  société  féodale  :  cette  croissance  économique,  une  fois  le  producteur  stabilisé  dans  le  
long  terme,  débute  vers  1050  et  se  développe  de  manière  continue.  Cette  croissance  est  constatée  
dans  divers  domaines.    
 
2.1. Croissance  rurale    
 
 
>͛Ăugmentation  démographique  qui  se  manifeste  par  la  construction  de  nouveaux  villages  et  
le   défrichement   de   ŶŽƵǀĞůůĞƐ ƚĞƌƌĞƐ͘ sĞƌƐ ϭϮϬϬ͕ ůĂ ĨŽƌġƚ ĞƐƚ ŵŽŝŶƐ ŝŵƉŽƌƚĂŶƚĞ ƋƵ͛ĂƵũŽƵƌĚ͛ŚƵŝ͕ ĐĂƌ
pour  mettre  en  culture  tout  ce  qui  en  est  possible,  le  paysan  fait  reculer  la  forêt.  On  peut  aussi  voir  
un  progrès  technique  qui  engendre  un  accroissement  du  rendement  des  surfaces  cultivées.    
 
2.2. Croissance  urbaine    
 
 
Vers  1100,  les  villes  se  développent.  Les  paysans  quittent  leur  terre  pour  y  emménager.  La  
ville   devient   le   lieu   du   commerce   et   du   marché,   ainsi   que   le   lieu   de   productions   spécifiques  
;ů͛ĂƌƚŝƐĂŶĂƚ ƐĞ ĚĠǀĞůŽƉƉĞͿ͘ ĞƐ foires   commerciales   sont   organisées   dans   les   grandes   villes.   Il   y   a  
ĐƌĠĂƚŝŽŶĚ͛ƵŶĞĚLJŶĂŵŝƋƵĞĐŽŵŵĞƌĐŝĂůĞ͘  
 
 
Par   exemple,   pour   le   textile,   ůĂ ůĂŝŶĞ ǀŝĞŶƚ Ě͛ĐŽƐƐĞ͕ ĞůůĞ ĞƐƚ ƚƌĂŶƐƉŽƌƚĠĞ ĚĂŶƐ ůĞƐ ƉŽƌƚƐ
anglais,   les   cargaisons   arrivent   dans   les   villes   flamandes   qui   à   leur   tour   diffusent   le   produit   dans  
ƚŽƵƚĞů͛ƵƌŽƉĞ͘ŝŶƐŝůĂůĂŝŶĞƉĂƌƚĚ͛ĐŽƐƐĞƉŽƵƌĂůůĞƌƉĂƌĨŽŝƐũƵƐƋƵ͛ă:ĠƌƵƐĂůĞŵ͘  
 
 
Avec   tous   ces   échanges,   la   manipulation   de   monnaie   devient   plus   courante.   Des   gens  
ĚĞǀŝĞŶŶĞŶƚƉůƵƐƌŝĐŚĞƐ͕Ě͛ĂƵƚƌĞƐƉůƵƐƉĂƵǀres.    
 
 
 
5  
 

HDP  ʹ  Le  Moyen  Age  central  et  le  bas  Moyen  Age  

3. Le  déclin  de  l'aristocratie  moyenne  et  inférieure  
 
 
>ĞƐ ƉĞƌĚĂŶƚƐ ƐĞƌŽŶƚ ůĂ ƉĞƚŝƚĞ Ğƚ ůĂ ŵŽLJĞŶŶĞ ĂƌŝƐƚŽĐƌĂƚŝĞ͘ ůůĞ Ŷ͛Ă ƋƵĞ ƐĞƐ ƚĞƌƌŝƚŽŝƌĞƐ ƉŽƵƌ
vivre,  elle  ne  vit  que  du  prélèvement  sur  les  récoltes.  Or,  lĞƐƉĂLJƐĂŶƐƐ͛ŽƉƉŽƐĞŶƚŵaintenant  plus  à  
ce   prélèvement,   les   armes   sont   de   plus   en   plus   chères   (car   elles   sont   faites   dans   un   métal   de  
meilleure   qualité,  elles  sont   plus  travaillées)  et  de   nouveaux   produits  apparaissent,  or  la  noblesse,  
pour  garder  son  standing,  doit  acheter  ces  nouveaux  produits.  
 
 
>ĂƉĞƚŝƚĞĞƚŵŽLJĞŶŶĞĂƌŝƐƚŽĐƌĂƚŝĞƐ͛ĂƉƉĂƵǀƌŝƚĚŽŶĐ͛͘ĂƌŝƐƚŽĐƌĂƚĞ͕ŽŶƉĞƵƚĚŝƌĞƋƵ͛ĞůůĞƉĂƐƐĞ
à  un  statut  de  paysan  puissant.  
 
 

4. La  nouvelle  richesse  des  monarchies,  des  principautés  territoriales  et  des  villes  
 
 
La   très   haute   aristocratie   qui,   possédant   de   grands   territoires,   a   compris   que   maintenant  
faire  des  prélèvements  sur  les  échanges  rapporte  plus  que  le  prélèvement  sur  les  terres.  Les  routes  
du  commerce  deviennent  ainsi  contrôlées,  et  les  commerçants  vont  être  taxés  sur  la  circulation  des  
marchandises.    
 
 
Les   hauts   aristocrates   deviennent   riches,   ce   qui   va   entraîner   une   métamorphose   de  
ů͛ĂƉƉĂƌĞŝůũƵĚŝĐŝĂŝƌĞ͘  
 

5. Apparition  d'un  personnel  judiciaire  spécialisé:  juges  et  sergents  
 
EŽƵƐ ĂǀŝŽŶƐ ǀƵ ƋƵ͛ĂƵ Moyen   Age,   le   droit   régressait   en   raison,   notammenƚ͕ Ě͛ƵŶ ŽďƐƚĂĐůĞ
processuel  :   le   juge   était   en   position   de   faiblesse   par   rapport   aux   parties,   il   avait   un   rôle   surtout  
passif.    
 
Or,  lĞZŽŝĚ͛ŶŐůĞƚĞƌƌĞ͕ůĞĐŽŵƚĞĚĞFlandre,  le  Roi  de  France,  etc.  tous  engagent  à  présent  
des   fonctionnaires.   Ils   en   ont   déƐŽƌŵĂŝƐ ůĞƐ ŵŽLJĞŶƐ͘ ͛ĞƐƚ ůĞ ĚĠďƵƚ ĚĞ ůĂ ƌĠŵƵŶĠƌĂƚŝŽŶ ƉĂƌ ƵŶ
ĞŵďƌLJŽŶĚ͛ͨƚĂƚͩĚĞƉĞƌƐŽŶŶĞƐƐƉĠĐŝĂůŝƐĠĞƐ͘^ŽƵƐŚĂƌůĞŵĂŐŶĞ͕ŝůŶ͛LJĂǀĂŝƚƉĂƐĚĞŐĞŶƐƌĠŵƵŶĠƌĠƐ͕
ůĞƐũƵŐĞƐŶ͛ĠƚĂŝĞŶƚƉĂƐƉĂLJĠƐ͘  
 
 
>͛ĂƉƉĂƌŝƚŝŽŶĚƵƐĞƌŐĞŶƚĂƵŶĞĞdžƚƌġŵĞŝŵƉŽƌƚĂŶĐĞ͗Đ͛ĞƐƚů͛ĂŶcêtre  de  notre  gendarme  et  de  
notre  huissier.  >͛ĂŶĐġƚƌĞĚĞů͛ŚƵŝƐƐŝĞƌ,  Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐dire  ƋƵ͛ŝůƌğŐůĞůĞƐĂĐƚĞƐĚĞƉƌŽĐĠĚƵƌĞ͕ƌĠĚŝŐĞůĞƐĂĐƚĞƐ
de  la  saisie,  se  déplace  pour  porter  les  citations  etc.  Et  ancêtre  du  gendarme  car  il  a  une  fonction  de  
force,  un  équipement  (fixé  par  les  règlements).  LŽƌƐƋƵ͛ŝůƌĞŶĐŽŶƚƌĞƵŶĞƌĠƐŝƐƚĂŶĐĞ͕ŝůĂƉŽƵƌŵŝƐƐŝŽŶ
ĚĞůĂƐƵƌŵŽŶƚĞƌ͘/ůƉĞƵƚĨŽƌĐĞƌƋƵĞůƋƵ͛ƵŶăƐ͛ĞdžĠĐƵƚĞƌ͘>͛ĂƉƉĂƌŝƚŝŽŶĚƵƐĞƌŐĞŶƚĞƐƚŝŵƉŽƌƚĂŶƚĞ͕ĐĂƌŝů
représente  la  force  publique  manquante  au  Moyen  Age  et  à  la  période  franque.    
 
 
Chaque   sergent   est   attaché   à   une   juridiction   qui   va   le   payer.   Ce   sont   donc   les   juridictions  
ƌŝĐŚĞƐƋƵŝƉĞƵǀĞŶƚƐ͛ŽĨĨƌŝƌůĞƐƐĞƌǀŝĐĞƐĚ͛ƵŶƐĞƌŐĞŶƚ͘Notons  par  ailleurs  que  lĞƚƌĂǀĂŝůĚĞƐĞƌŐĞŶƚŶ͛ĞƐƚ
pas  un  travail  à  temps  plein.  Il  est  souvent  également  boucher,  aubergiste  ou  autre.  Ainsi,  il  est  bien  
ŝŶƚĠŐƌĠĚĂŶƐůĂƐŽĐŝĠƚĠŵĂŝƐƌĞƉƌĠƐĞŶƚĞĞŶŵġŵĞƚĞŵƉƐů͛ƚĂƚ͘  
 
 
En   tant   que   sergent,   il   a   deux   types   de   rémunération,   le   salaire   fixe   annuel   et   la  
rémunération  de  prestation  supplémentaire͕Đ͛ĞƐƚ-­‐à-­‐dire,  la  rémunération  par  service  produit.    
 
 
>Ğ ũƵŐĞ ĚŝƐƉŽƐĞ Ě͛ƵŶĞ ĂƌŵĠĞ ĚĞ ƐĞƌŐĞŶƚƐ͕ ůƵŝ ƉƌŽĐƵƌĂŶƚ ĂŝŶƐŝ ƵŶĞ ƉŽƐŝƚŝŽŶ ĚĞ ĨŽƌĐĞ ƉĂƌ
rapport  aux  parties.  Les  justices  recrutent  de  plus  en  plus  de  sergents.  Ce  nouveau  rassemblement  
6  
 

HDP  ʹ  Le  Moyen  Age  central  et  le  bas  Moyen  Age  
Ě͛ƵŶĞĨŽƌĐĞƉƵďůŝƋƵĞĞŶŐĞŶĚƌĞƵŶĞŵƵƚĂƚŝŽŶƉƌŽĨŽŶĚĞĚĞů͛ĂĐƚŝǀŝƚĠũƵĚŝĐŝĂŝƌĞ͘>ĂƉĞƵƌĚƵŐĞŶĚĂƌŵĞ
apparaît.   Les   juridictions   vont   prendre   de   plus   en   plus   de   poids.   Elles   vont   participer,   grâce   aux  
sergents,   à   la   reconnaissance   du   droit.   Cette   mutation   est   ressentie   dès   le   13ème   siècle,  
ƐŝŵƵůƚĂŶĠŵĞŶƚăů͛ŝŶƚĞƌĚŝĐƚŝŽŶĚĞů͛ŽƌĚĂůŝĞ  ͗ĐĞŶ͛ĞƐƚƉĂƐƵŶŚĂƐĂƌĚ.  
 
 
ƚƚĞŶƚŝŽŶ͕ ŝů Ŷ͛LJ Ă ƉĂƐ ĞŶĐŽƌĞ ĚĞ ŵŽŶŽƉŽůĞ ĚĞ ůĂ ǀŝŽůĞŶĐĞ ƉŚLJƐŝƋƵĞ͘ ^Ƶƌ ůĞ ƉůĂŶ Đŝǀŝů͕ ůĂ
ǀĞŶŐĞĂŶĐĞ ĚŝƐƉĂƌĂŠƚ ƋƵĂƐŝŵĞŶƚ͕ ƚĂŶĚŝƐ ƋƵ͛ĞůůĞ ƉĞƌƐŝƐƚĞ ĚĂŶƐ ůĞ ƉĠŶĂů ŵĂŝƐ ĨĂŝďůŝƚ ƋƵĂnd   même,   au  
profit  de  la  justice.    
 
 
ƵƉĂƌĂǀĂŶƚ͕ŽŶĐŽŶƐŝĚĠƌĂŝƚůĞũƵŐĞŵĞŶƚĐŽŵŵĞƵŶĞƐŽƌƚĞĚĞĐŽŶƚƌĂƚƋƵŝŶĠĐĞƐƐŝƚĂŝƚů͛ĂĐĐŽƌĚ
des   deux   parties.   A   présent,   le   consentement   des   parties   apparaît   de   moins   en   moins   dans   les  
ũƵŐĞŵĞŶƚƐ͘>͛ĂƵƚĞƵƌĚƵũƵŐĞŵĞŶƚĞƐƚ  le  juge  :  il  est  le  maître  car  il  est  le  plus  fort.  Une  des  conditions  
de   la   renaissance   de   la   pensée   juridique   apparaît.   La   procédure   commence   à   ressembler   à   notre  
procédure  civile  actuelle.  
 
 
ZĞŵĂƌƋƵŽŶƐ ƋƵ͛ĞŶ ŵġŵĞ ƚĞŵƉƐ ƋƵĞ ůĞ ƐĞƌŐĞŶƚ͕ Ě͛ĂƵƚƌĞƐ ĐĂƚĠŐŽƌŝes   de   «  personnel  
administratif  »  apparaissent.    
 
 
^ĂŶƐůĂŵƵƚĂƚŝŽŶĨĠŽĚĂůĞ͕ůĞƐĚĞƵdžƉŚĠŶŽŵğŶĞƐƋƵĞƐŽŶƚ͕ĂƵŶŝǀĞĂƵƉŽůŝƚŝƋƵĞ͕ů͛ŽƌŐĂŶŝƐĂƚŝŽŶ
ƉLJƌĂŵŝĚĂůĞ͕ĞƚĂƵŶŝǀĞĂƵĠĐŽŶŽŵŝƋƵĞ͕ůĂĐƌŽŝƐƐĂŶĐĞ͕Ŷ͛ĂƵƌĂŝĞŶƚũĂŵĂŝƐĠƚĠs  possible.  DĂŝƐĚ͛ĂƵƚƌĞƐ
phénomènes  vont  influencer  la  structure  du  droit  en  Europe.    
 
 

7  
 

HDP  ʹ  Le  Moyen  Age  central  et  le  bas  Moyen  Age  

Chapitre  2  ʹ  La  "révolution  pontificale"  et  le  moment  scolastique  
 

I.

La  révolution  pontificale  

1. Le  concept  de  "révolution  pontificale"  (H.J.  Berman)  
 
 
Traditionnellement,   on   parle   de   révolution   pontificale   pour   désigner   ce   courant   de  
ĐŚĂŶŐĞŵĞŶƚƐ ƌĂĚŝĐĂƵdž ƋƵ͛Ă ǀĠĐƵ ů͛ŐůŝƐĞ ĞŶƚƌĞ ϭϬϬϬ Ğƚ ϭϮϬϬ͘ WŽƵƌƚĂŶƚ͕ ůĞƐ ĐŚĂŶŐĞŵĞŶƚƐ ŶĞ
ƉƌŽǀŝĞŶŶĞŶƚƉĂƐƵŶŝƋƵĞŵĞŶƚĚĞƐƉĂƉĞƐ͕ŵĂŝƐĂƵƐƐŝĚĞů͛ŐůŝƐĞĚĂŶƐƐŽŶĞŶƐĞŵďůĞ͘  
 
 
H.J.  Berman  (professeur  américain  spécialiste  du  droit  commuŶŝƐƚĞ͕Đ͛ĞƐƚůƵŝƋƵŝĂĂĚŽƉƚĠůĞƐ
termes   de   révolution   pontificale)   affirme,   dans   un   ouvrage   paru   en   1983   et   intitulé   «  Law   and  
revolution  »  ƋƵ͛ăůĂďĂƐĞĚĞĐŚĂƋƵĞƐLJƐƚğŵĞũƵƌŝĚŝƋƵĞ͕ŝůLJĂƵŶĞƌĠǀŽůƵƚŝŽŶ͛͘ĞƐƚĐĞƋƵŝĞdžƉůŝƋƵĞ͕
selon  lui,  la  spécificité  de  chaque  ordre  juridique  (par  exemple,  pour  nous,  le  droit  est  pure,  distinct,  
ŽƌĐŚĞnjůĞƐĐŚŝŶŽŝƐ͕ŝůŶ͛LJĂƉĂƐĚĞĚŝƐƚŝŶĐƚŝŽŶĞŶƚƌĞůĞĚƌŽŝƚĞƚůĞƐŐƌĂŶĚƐƉƌŝŶĐŝƉĞƐͿ͘  
 
 
Quelle  révolution  explique,  selon  Berman,  le  droit  occidental  ͍>ŽƌƐƋƵ͛ŽŶƌĞŵŽŶƚĞĚĂns  les  
temps   précédant   la   révolution   russe,   on   y   retrouve   les   révolutions   française,   américaine   et   celle  
Ě͛ŶŐůĞƚĞƌƌĞ;ůĂŐůŽƌŝĞƵƐĞƌĠǀŽůƵƚŝŽŶ  :  le  17ème   siècle   voit   le  Roi  et  le  Parlement  anglais  se   disputer  
pour   le   pouvoir   législatif).   En   168ϵ͕ Đ͛ĞƐƚ ůĞ Parlement   qui   gagne  :   il   proclame   sa   souveraineté  
législative͘DĂŝƐĞƌŵĂŶƌĞũĞƚƚĞĐĞƐƌĠǀŽůƵƚŝŽŶƐĐŽŵŵĞĞdžƉůŝƋƵĂŶƚŶŽƚƌĞĚƌŽŝƚ͕ĞƚƐŽƵƚŝĞŶƚƋƵĞĐ͛ĞƐƚ
ůĂƌĠǀŽůƵƚŝŽŶƉŽŶƚŝĨŝĐĂůĞ ƋƵŝů͛ĞdžƉůŝƋƵĞ͘>ĂƌĠǀŽůƵƚŝŽŶƉŽŶƚŝĨŝĐĂůĞ ĂĞƵůŝĞƵĂƵŵŝůŝĞƵĚƵDoyen   Age  
(11ème  siècle).  Cette  révolution  a  façonné  le  droit  comme  on  le  connaît.  
 
 
>͛ŚLJƉŽƚŚğƐĞ ĚĞ ĞƌŵĂŶ ĞƐƚ ƋƵĞ͕ ĂǀĂŶƚ ůĞ ϭϭème   ƐŝğĐůĞ͕ ů͛ŐůŝƐĞ Ŷ͛ĞƐƚ ƉĂƐ ƵŶŝĨŝĠĞ Ğƚ ƉĂƐ
ĐĞŶƚƌĂůŝƐĠĞ͘ ƚ ƋƵĞ Đ͛ĞƐƚ ĂƵ ϭϭème   ƐŝğĐůĞ ƋƵ͛ĞůůĞ ĐŚĂŶŐĞ  :   le   pĂƉĞ Ă ƵŶ ƉůƵƐ ŐƌĂŶĚ ƉŽƵǀŽŝƌ͕ ů͛Őůise  
Ɛ͛ƵŶŝĨŝĞĞƚĚĞǀŝĞŶƚƉůƵƐĨŽƌƚĞ͘ĞƌŵĂŶŝŶƚĞƌƉƌğƚĞůĞŵŽƚͨ  révolution  »  de  manière  extensive.  
 
 
ĞƌŵĂŶĂůĞŵĠƌŝƚĞĚ͛ĞŶƚĂŵĞƌƵŶĞŐƌĂŶĚĞƌĠĨůĞdžŝŽŶƐƵƌůĞƐŽƌŝŐŝŶĞƐĚƵĚƌŽŝƚ͕ĐĞƋƵe  peu  on  
ĨĂŝƚ͘/ůĂƌĂŝƐŽŶƋƵĂŶĚŝůĚŝƚƋƵ͛ŝůLJĂ͕ĂƵŶŝǀĞĂƵĚĞů͛ŐůŝƐĞ͕un  grand  changement  au  11ème  siècle.  Mais  
ĞƌŵĂŶ ƐĞ ƚƌŽŵƉĞ ůŽƌƐƋƵ͛ŝů Ěŝƚ ƋƵĞ Đ͛ĞƐƚ ůĞ WĂƉĞ ƐĞƵů ƋƵŝ Ă ĐŚĂŶŐĠ  :   en   effet,   ce   sont   tous   les  
ĠĐŚĞůŽŶƐĚĞů͛ŐůŝƐĞƋƵŝŽŶƚĐŚĂŶŐĠ͕ƉĂƐƐĞƵůĞŵĞŶƚůĞWĂƉĞ͘  
 
 

2. Les  transformations  de  l'Église  entre  1000  et  1200  
 
 
VeƌƐ ů͛ĂŶ 1000,   les   structures   de   nos   Eglises   sont   assez   simples,   comme   la   structure   de  
ů͛ŐůŝƐĞ ŐƌĞĐƋƵĞ ŽƌƚŚŽĚŽdžĞ actuelle.  Il  y  a  un   clergé  séculier  :  ce   sont   les  gens  qui  sont   en  relation  
avec  le  monde,  avec  les  laïcs.  Il  y  a  les  prêtres,  qui  tiennent  les  paroisses,  et  les  évêques,  qui  tiennent  
les   diocèses.   Tous   les   deux   peuvent   se   marier.   Il   y   a   également   un   clergé   régulier  :   ce   sont   les  
ŵŽŝŶĞƐ͕ƋƵŝǀŝǀĞŶƚĞŶƌĞƚƌĂŝƚĚĞůĂƐŽĐŝĠƚĠ͘/ůŶ͛LJĂƋƵ͛ƵŶƐĞƵůŽƌĚƌĞŵŽŶĂĐĂů;ůĞƐďĠŶĠĚŝĐƚŝŶƐͿĞƚůĞƐ
nommés  sont  peu  nombreux.    
 
 
/ůŶ͛LJĂƉĂƐĚĞƉŽƵǀŽŝƌĐĞŶƚƌĂů͘hŶĞƐƵƉƌĠŵĂƚŝĞĞƐƚƌĞĐŽŶŶƵĞăů͛ƵŶĚĞƐĠǀġƋƵĞƐ͕ŵĂŝƐĐĞƚƚĞ
primauté   symbolique   ne   lui   confère   aucun   pouvoir   de   légiférer.   Ce   pouvoir   de   légiférer   revient  
encore  aux  conciles.    
 
 
L͛activité   judiciaire   est   chose   essentielle   pour   l͛Eglise,   car   toutes   ces   personnes   qui  
participent  à  la  vie  de  l͛Eglise  vont  entrer  en  litige  Ě͛une  manière  oƵĚ͛une  autre  et  on  aura  besoin  
Ě͛une  procédure  pour  régler  les  litiges  au  sein   du  Clergé.  Cette  procédure  n͛ĞƐƚ  pas  encore  fixe,  ni  
déterminée  comme  aux  siècles  postérieurs.  
 
8  
 

HDP  ʹ  Le  Moyen  Age  central  et  le  bas  Moyen  Age  
 
Après   l͛an   1000,   le   système   de   l͛Eglise   se   transforme   Ğƚ Đ͛est   un   processus   qui   va   durer  
longtemps   (Ɛ͛Ġtaler   sur   200   ans).   Il   faut   comprendre   ce   processus   dans   tout   le   changement   de   la  
société  (nouvelle  société  féodale),  et  le  changement  de  l͛Eglise   est  une  des  conséquences  de  cette  
nouvelle  société  féodale  (une  des  réactions  en  chaîne  qui  va  avoir  de  l͛ŝnfluence  sur  notre  droit).  Ce  
changement   est   une   des   conséquences   de   la   mutation   féodale.   Le   système   va   se   transformer   de  
ů͛ŝŶƚĠƌŝĞƵƌ͕ŵĂŝƐůĞWĂƉĞ͕ƉĂƌƐĞƐĂĐƚŝŽŶƐ͕ǀĂĠŐĂůĞŵĞŶƚƉƌŽĚƵŝƌĞĚƵĐŚĂŶŐĞŵĞŶƚ͘  
 
 
Au   niveau   du   clergé   séculier,   une   nouvelle   structure   se   met   en   place  :   le   chapitre   des  
chanoines  apparaît.  Les  chanoines  sont  les  gens  qui  viennent  aider,  assister  les  évêques.  Ils  vont  eux-­‐
mêmes  par  la  suite  commencer  à  avoir  du  pouvoir.  Dans  le  clergé  régulier,  le  nombre  de  moine,  mais  
aussi   de   femmes   dans   les   ordres   augmente   (ce   sont   souvent   de   jeunes   aristocrates   placées   là   par  
leurs  mères).  De  nouveaux  ordres  sont  créés.    
 
 
ŶƌĂŝƐŽŶĚĞĐĞƚƚĞĂƵŐŵĞŶƚĂƚŝŽŶĚƵŶŽŵďƌĞĚĞĐůĞƌĐƐ͕ůĞŶŽŵďƌĞĚĞĐŽŶĨůŝƚƐĚĂŶƐů͛ŐůŝƐĞǀĂ
ĠŐĂůĞŵĞŶƚ ĂƵŐŵĞŶƚĞƌ͘ >ĞƐ ůŝƚŝŐĞƐ ĂƵ ƐĞŝŶ ĚĞ ů͛ŐůŝƐĞ ƌĞƐƚĞŶƚ ĚĂŶƐ ů͛ŐůŝƐĞ  ͗ ŽŶ Ŷ͛ƵƚŝůŝƐĞ ƉĂƐ ůĂ
ƉƌŽĐĠĚƵƌĞĐŝǀŝůĞ͛͘ĞƐƚƵŶĞƉƌŽƚĞĐƚŝŽŶƉŽƵƌůĞƐ  clercs  :  par  exemple,  les  sanctions  sont  moins  sévères  
que  dans  la  procédure  civile.    
 
 
>Ğ ĨŽŶĚĞŵĞŶƚ ĚĞ ůĂ ũƵƐƚŝĐĞ ĚĞ ů͛ŐůŝƐĞ ŶĞ ƐĞ ƚƌŽƵǀĞ ƉĂƐ ĚĂŶƐ ůĂĨŽƌĐĞ͕ ŵĂŝƐ ďŝĞŶ ĚĠƐŽƌŵĂŝƐ
ĚĂŶƐ ůĂ ĚŝƐĐŝƉůŝŶĞ͘ Ŷ ĞĨĨĞƚ͕ ƉĂƌ ů͛ŝŶƚĞƌŵĠĚŝĂŝƌĞ ĚƵ WĂƉĞ͕ ů͛ŐůŝƐĞ ĚĠĐŝĚĞ Ě͛ŝŵƉŽƐĞƌ ƵŶĞ ŶŽƵǀĞůůĞ
ĚŝƐĐŝƉůŝŶĞ͕ĚĞĨĂŝƌĞĐŽŵƉƌĞŶĚƌĞ͕ƐĞŶƚŝƌĂƵdžĐůĞƌĐƐůĂƌŝŐƵĞƵƌĚĞů͛ŐůŝƐĞĞƚůĂĨŽƌĐĞͨ  mentale  »  de  son  
droit.    
   
 
/ůĂƉƉĂƌĂŝƚĚŽŶĐƵŶĞǀĠƌŝƚĂďůĞŵŽŶƚĠĞĞŶƉƵŝƐƐĂŶĐĞĚĞů͛ĂƵƚŽƌŝƚĠƉŽŶƚŝĨŝĐĂůĞ͕ƋƵŝǀĂĚĞƉĂŝƌĞ
avec  une  montée  en  puissĂŶĐĞĚĞů͛ŝŶƐƚŝƚƵƚŝŽŶĞĐĐůĠƐŝĂƐƚŝƋƵĞĚĂŶƐƐŽŶĞŶƐĞŵďůĞ͘>ĞƉĂƉĞƉƌĞŶĚƵŶĞ
ƐĠƌŝĞ ĚĞ ĚŝƐƉŽƐŝƚŝŽŶƐ ƋƵŝ ǀŽŶƚ ůƵŝ ĚŽŶŶĞƌ ƉůƵƐ ĚĞ ƉŽƵǀŽŝƌĞƚ ƌĞŵĞƚƚƌĞ ĚĞ ůĂ ĚŝƐĐŝƉůŝŶĞ ĚĂŶƐ ů͛ŐůŝƐĞ͘
͛ĞƐƚĐĞƋƵŝĚĠďŽƵĐŚĞƌĂƐƵƌůĂƌĠĨŽƌŵĞŐƌĠŐŽƌŝĞŶŶĞ͘  
 
 

3. La  Réforme  grégorienne  (ca.  1070)  et  les  dictatus  papae  
 
 
Le   concept   de   révolution   pontificale   est   historiquement   lié   au   concept   de   réforme  
grégorienne,  laquelle  fut  accomplie  en  1070  par  Grégoire  VII  (pape  de  1073  à  1085).  En  réalité,  au  
ůŝĞƵĚ͛ƵŶĞŐƌĂŶĚĞƌĠĨŽƌŵĞ͕ŝůƐ͛ĂŐŝƚƉůƵƐĚ͛ƵŶĞƐĠƌŝĞĚĞĚŝƐƉŽƐŝƚŝŽŶƐĂƉƉĞůĠĞƐͨdictatus  papae  »  («  ce  
que   dit   le   pape  »)   :   espèce   de   programme   de   réforme   qui   suppose   une   révision   des   pouvoirs  
ůĠŐŝƐůĂƚŝĨĞƚũƵĚŝĐŝĂŝƌĞĂƵƐĞŝŶĚĞů͛ŐůŝƐĞ͘>ĞƉĂƉĞǀĂĂĨĨŝƌŵĞƌů͛ƵŶŝƚĠĂƵƚŽƵƌĚĞƐĂƉĞƌƐŽŶŶĞ͘Analyse  
des  trois  facettes  importantes  de  cette  réforme.    
 
3.1. Principe  de  l'unité  du  pouvoir  législatif  et  du  pouvoir  judiciaire  (appel  à  Rome)  
 
 
Dans  le  droit  canon,  il  y  a  traditionnellement  des  normes  non  issues  du  pouvoir  législatif  (le  
droit   divin   et   la   doctrine)   et   des   normes   issues   de   ce   pouvoir   (les   canons   des   conciles   et   les  
ĚĠĐƌĠƚĂůĞƐͿ͘ǀĂŶƚů͛ĂŶϭϬϬϬ͕ůĞƐĚĠĐƌĠƚĂůĞƐŶĞƐŽŶƚƉĂƐĐŽƵƌĂŶƚĞƐ͘  
 
 
Les   «   dictatus  papae   »  imposent  de   modifier  les  structures   existantes,  pour  laisser  place   à  
une  seule  source  de  loi  :  le  pape  (unica  fons  legis  papae).  Ainsi,  le  pouvoir  législatif  ecclésiastique  est  
ƵŶŝĨŝĠĞƚĐĞŶƚƌĂůŝƐĠ͘ĞƉŽƵǀŽŝƌůĠŐŝƐůĂƚŝĨƐ͛ĞdžƉƌŝŵĞƐŽŝƚĚŝƌĞĐƚĞŵĞŶƚƉĂƌůĞƐĚĠĐƌĠƚĂůĞƐĚƵpape,  soit  
ŝŶĚŝƌĞĐƚĞŵĞŶƚ ƉĂƌ ů͛ŝŶƚĞƌŵĠĚŝĂŝƌĞ ĚĞƐ ĐŽŶĐŝůĞƐ ƈĐƵŵĠŶŝƋƵĞƐ ;с ĐŽŶĐŝůĞs   qui   se   tiennent  
ŐĠŶĠƌĂůĞŵĞŶƚăZŽŵĞ͕ƌĠƵŶŝƐƐĂŶƚƚŽƵƐůĞƐĠǀġƋƵĞƐĚĞůĂĐŚƌĠƚŝĞŶƚĠůĂƚŝŶĞĞƚƉůĂĐĠƐƐŽƵƐů͛ĂƵƚŽƌŝƚĠĚƵ
pape).  >ĞƐĐŽŶĐŝůĞƐƈĐƵŵĠŶŝƋƵĞƐqui  touchent  à  des  matières  essentielles  et  qui  réunissent  tous  les  
évêques  sont  à  distinguer  des  conciles  ordinaires.    
9  
 


Aperçu du document Histoire du Droit Privé (Notes complètes).pdf - page 1/161

 
Histoire du Droit Privé (Notes complètes).pdf - page 2/161
Histoire du Droit Privé (Notes complètes).pdf - page 3/161
Histoire du Droit Privé (Notes complètes).pdf - page 4/161
Histoire du Droit Privé (Notes complètes).pdf - page 5/161
Histoire du Droit Privé (Notes complètes).pdf - page 6/161
 




Télécharger le fichier (PDF)




Sur le même sujet..





Ce fichier a été mis en ligne par un utilisateur du site. Identifiant unique du document: 00287496.
⚠️  Signaler un contenu illicite
Pour plus d'informations sur notre politique de lutte contre la diffusion illicite de contenus protégés par droit d'auteur, consultez notre page dédiée.