Mémoire Mode:Janson.pdf


Aperçu du fichier PDF memoire-mode-janson.pdf - page 3/59

Page 1 2 34559



Aperçu texte


La Value-at-Risk depuis la crise : Une mesure cohérente du risque ?

3

Introduction
La mesure du risque en gestion de portefeuille est une question centrale qui a
largement été remise en cause lors de la crise. Habituellement, les traders couvrent
leur position en utilisant un très grand nombre d’indicateurs que l’on nomme les
grecques. Par conséquent, une institution financière se voyait dans l’obligation de
produire chaque jour des rapports volumineux ne donnant pas assez d’informations
utiles à la direction. Till Guldimann, alors chef du département recherche chez JP
Morgan, introduit dans les années 1980 le concept de Value-at-Risk aussi appelée
Valeur en Risque. Cette notion sera démocratisée tout au long des années 1990 et
est largement établie dans la profession dès 1993. Néanmoins, si chaque banque
possédait sa propre méthodologie de calcul de la VaR, c’est JP Morgan, en 1994,
qui publie RiskMetrics, une version simplifiée de son propre modèle interne. Sa
méthodologie a été développée en adaptant la théorie moderne de portefeuille
développée par Markowitz en 1952. Ainsi, la méthode de calcule de la VaR publiée
par JP Morgan considère aussi le risque global en tenant compte de l’effet de levier
et des effets de diversification. D’après la définition que nous donne RiskMetrics,
la VaR est une mesure statistique du risque qui évalue la perte potentielle
maximale notée V sur la valeur d’un portefeuille d’actifs financiers suivant un seuil
de confiance 𝛼 et un horizon temporel T donnés. Cette mesure permet désormais
de synthétiser le risque total d’un portefeuille d’actifs comprenant le risque de
marché, le risque de crédit ainsi que le risque opérationnel. Aussi, dans notre
mémoire, nous ne considèrerons que le risque de marché qui peut être évalué par la
VaR de marché.

Figure 1: Calcul de la VaR à partir de la distribution des probabilités de perte du portefeuille sur une période T.

Source: J.Hull, Gestion des risques & institutions financières