Fichier PDF

Partagez, hébergez et archivez facilement vos documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Boite à outils PDF Recherche Aide Contact



ERILIIS V3 .pdf



Nom original: ERILIIS V3.pdf
Titre: ERILIIS V3
Auteur: Marine

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.8.5 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 21/12/2014 à 17:03, depuis l'adresse IP 90.32.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 406 fois.
Taille du document: 113 Ko (5 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


 
LABORATOIRE  JUNIOR  ERILIIS  
ÉQUIPE  DE  RECHERCHES  INTERLANGUES  :  INCARNATION,  INTERACTION,  
SIGNIFIANT    
 
 
 

Premier  thème  fédérateur  proposé  :  «  Le  signifiant,  enCorps  »  

 
 
***  
 
 
En   vue   de   favoriser   les  échanges  entre  les  doctorants  ayant  un  intérêt  commun  pour  
les   problématiques   linguistiques   centrées   sur   l’acte   de   langage   et   le   signifiant   dans   sa  
dimension   incarnée   et   sociale,   nous   souhaitons   profiter   des   facilités   offertes   par   les   Ecoles  
Doctorales   pour   la   formation   des   jeunes   chercheurs   et,   en   particulier,   des   financements  
disponibles  pour  la  création  de  «  laboratoires  juniors  ».    
 
Le  laboratoire  junior  ERILIIS  en  projet  aurait  vocation  à  regrouper  des  doctorants  de  
diverses   universités,   et   permettrait   aussi   de   créer   des   liens   entre   les   laboratoires   auxquels  
sont  affiliés  les  doctorants  dans  le  cadre  de  la  préparation  de  leur  thèse,  entre  leurs  directeurs  
de  thèse  respectifs  et  les   Écoles  Doctorales  auxquelles  ils  appartiennent.  Ce  regroupement  de  
doctorants,   spécialistes   de   différentes   langues,   autour   de   réflexions   actuellement   en   cours  
dans   plusieurs   communautés   de   linguistes,   s’inscrirait   ainsi   dans   le   prolongement   de   la  
logique   de   coopération   plus   large   déjà   amorcée   au   niveau   national   par   des   chercheurs  
confirmés   via,   en   particulier,   le   groupe   SAISIE   (Signifiant   –   Analogie   –   Interlocution   –  
Sémiogénèse   –   Incarnation   –   Enaction)   mis   en   place   à   l’initiative   de   Ph.   Monneret   et  
D.  Bottineau1.  Dans  cette  perspective,  le  laboratoire  junior  souhaiterait  offrir  aux  doctorants  
un  espace  d’échange  et  d’expérimentation  des  théories  linguistiques  centrées  sur  l’expérience  
du  signifiant,  ou  sur  le  signifiant  comme  expérience,  dans  sa  dimension  incarnée  et  sociale.    
 
Vous   trouverez   ci-­‐dessous   la   description   du   type   d’action   proposée,   qui   expose   les  
objectifs   et   le   mode   de   fonctionnement   d’un   «  laboratoire   junior  »,   un   argumentaire  
scientifique   ainsi   qu’un   tableau   des   membres   du   laboratoire   junior   en   attente   des  
manifestations  d’intérêt  des  doctorants  concernés  par  ces  thématiques,  qui  sont  invités  à  se  
faire  connaître  d’ici  le    10  janvier  2015   .  Toute  question,  requête,  proposition  sera  accueillie  
avec  plaisir  à  l’adresse  suivante  :  marine.poirier@uhb.fr  .    
 
 

                                                                                                               
1
 Voir  :  
http://cptc.u-­‐bourgogne.fr/toute-­‐lactualite/122-­‐journee-­‐d-­‐etudes-­‐table-­‐ronde-­‐saisie-­‐1-­‐
signifiant-­‐analogie-­‐interlocution-­‐semiogenese-­‐incarnation-­‐enaction.html   pour   la   première   journée  
SAISIE,  organisée  en  mai  2014  et  http://193.54.26.210/download/ArgumentaireSAISIE2-­‐09nov14.pdf  
pour  la  deuxième,  qui  aura  lieu  en  mars  2015.    

1  
 

 
 

Type  d’action  proposée    
 

 
 
Un   «  laboratoire   junior  »   est   une   action   limitée   dans   le   temps   –   généralement   deux  
années  civiles  –  ayant  un  objectif  thématique  et  méthodologique  à  décliner  lors  de  plusieurs  
activités   –   séminaires,   journées   d’étude,   publications   –,   un   budget   propre,   une   date   de   clôture  
et  une  possibilité  de  renouvellement  sur  le  même  thème  ou  un  thème  proche.    
 
Il  en  existe  de  deux  types  :    
 
• Les   laboratoires   junior   «  intrasites  »   rassemblent   les   doctorants   et   masterants   d’une  
même  université  –  voire  d’une  même  EA  ou  UMR  –  autour  d’un  thème  commun.  Ils  ont  
pour   but   de   faciliter   les   échanges   et   regroupements   réguliers   des   «  juniors  »   d’une  
équipe.   Ils   reçoivent   le   soutien   financier   du   Conseil   Scientifique   de   l’Université  
concernée,   de   l’École   Doctorale   et/ou   de   l’EA   ou   UMR   dont   ils   sont   une   sous-­‐
composante.    
Quelques  exemples  :    
à  Le  laboratoire  junior  Passages,  des  doctorants  de  l’UMR  Eur’ORBEM  de  Paris  IV-­‐
Sorbonne  :  http://eurorbem.paris-­‐sorbonne.fr/spip.php?article18  ;  
à   GenERe,   sur   les   études   de   genre   à   l’ENS-­‐Lyon,   http://www2.univ-­‐
paris8.fr/RING/spip.php?article3161  ;  
à   ALEF,   qui   regroupe   les   doctorants   en   arts   et   lettres   de   l’Université   Rennes   2,  
http://www.sites.univ-­‐rennes2.fr/arts-­‐pratiques-­‐poetiques/laboratoire-­‐des-­‐
doctorants-­‐alef-­‐arts-­‐litteratures-­‐echanges-­‐frontieres/  .    
 
• Les   laboratoires   junior   «  intersites  »   ont   pour   vocation   de   fédérer   les   jeunes  
chercheurs   qui,   répartis   dans   différentes   universités,   partagent   un   intérêt   commun  
(thématique   et/ou   méthodologique)   permettant   des   échanges   de   méthodes   et   de  
résultats   intermédiaires   dans   une   forte   cohérence   scientifique,   et   auquel   il   s’agit   de  
donner   une   visibilité.   Ils   reçoivent   le   soutien   financier   d’une   ou   plusieurs   Ecoles  
Doctorales,   d’une   ou   plusieurs   EA   ou   UMR   en   fonction   des   demandes   réalisées   par  
leurs  participants.    
à  A  titre  d’exemple,  le  CALEM  a  rassemblé  des  doctorants  de  l’Université  Rennes  2,  
l’UBS-­‐Lorient   et   l’ENS-­‐Lyon   autour   de   la   problématique   de   «  Norme   et  
transgression  »  dans  l’Europe  Moderne  (XVI-­‐XVIIe),  avec  un  financement  de  l’Ecole  
Doctorale   ALL   de   Rennes   2   et   a   abouti   à   la   publication   collective   suivante  :  
http://www.pur-­‐editions.fr/detail.php?idOuv=3250  .    
 
Le   laboratoire   junior   ERILIIS   s’inscrit   dans   cette   deuxième   dynamique   et   souhaite  
offrir  aux  doctorants  travaillant  sur  le  signifiant  –  incarné  et  social  ;  lexical  ou  grammatical,  
en   particulier   dans   sa   dimension   submorphémique   mais   aussi   syntaxique   et   prosodique,  
dans   quelque   langue   que   ce   soit   –   un   espace   de   rencontres   avec   doctorants   et   chercheurs  
confirmés   sur   le   sujet,   des   temps   d’échange   et   des   opportunités   de   présentation   de   leurs  
travaux   sous   forme   de   communications   en   séminaire   et   journées   d’étude   et   de   publication  
finale.  Un  financement  de  base  sera  demandé  à  l’ED  ALL  (Arts,  Lettres  et  Langues)  n°506  de  
l’Université   Rennes   2,   ainsi   qu’un   appui   de   la   part   de   l’EA   4327   ERIMIT   –   Équipe   de  
Recherches   Interlangues  :   Mémoire,   Identités,   Territoires,   afin   de   garantir   l’existence   et   le  
fonctionnement   du   laboratoire   junior   sur   deux   années   civiles   (2015   et   2016).   Le   format  
proposé  est  le  suivant  :    

2  
 



 
Un  séminaire  qui  prévoira,  à  chaque  séance,  l’intervention  d’un  chercheur  confirmé  et  
d’un  doctorant  membre  du  laboratoire  junior.  Les  séances  pourront  être  organisées  :    
v à   Rennes,   grâce   au   soutien   de   l’ED-­‐ALL   et   de   l’EA-­‐ERIMIT   –   qui   permettra   un  
défraiement   pour   les   déplacements   des   doctorants   membres   du   laboratoire  
junior  –  ;  
v en  visioconférence  entre  plusieurs  sites  ;  
v et/ou  dans  les  universités  partenaires  en  fonction  des  éventuelles  propositions  
des  participants.  
La  périodicité  du  séminaire  sera  déterminée  en  fonction  du  nombre  de  participants  ;    

 

 
 
 



Une  journée  d’étude  par  année  civile  (à  confirmer)  ;    
 
Une  publication  collective  à  l’issue  des  deux  années  d’existence  du  laboratoire.    

 

Argumentaire  scientifique    
 

 
 
 
Le  premier     thème  présenté  se  veut  aussi  fédérateur  que  possible  et  propose  de  nous  
regrouper   autour   du   «  Signifiant   enCorps  ».   Il   s’agira   d’explorer   et   d’expérimenter   ensemble  
les   différentes   facettes   du   renouvellement,   actuellement   en   cours,   des   problématiques  
centrées   sur   l’acte   de   langage,   lesquelles   peuvent   être   regroupées   en   deux   axes  
intrinsèquement  liés  l’un  à  l’autre  par  la  notion  de  «  corps  »  :  
 
∗ L’étude  du  SIGNIFIANT  DANS  SA  DIMENSION  CORPORELLE  ET  SENSORI-­‐MOTRICE.    
 
Il   s’agit   ici   de   considérer   les   signifiants   comme   des   gestes,   à   étudier   dans   leur  
dimension  corporelle  et  sensori-­‐motrice,  en  ce  qu’ils  «  constituent  des  comportements  
vocaux   dont   l’exécution   suscite   des   effets   perceptuels   interprétables,   lesquels  
correspondent  à  l’activation  de  processus  cognitifs  de  structuration  du  sens  »,  faisant  
ainsi   «  parvenir   autrui   à   un   acte   cognitif-­‐sémantique   ciblé  »   ou   servant   à   «  se   faire  
parvenir   à   soi-­‐même   un   acte   de   conscience   complexe   en   simulant   mentalement   la  
vocalisation   motrice   des   formes,   leur   perception   associée,   et   les   effets   interprétatifs  
qu’elles  activent2  ».    
L’idée  qui  se  dégage  alors  rejoint  la  phénoménologie  de  Merleau-­‐Ponty,  à  savoir  
que   «  si   l’analyse   phénoménologique   [le]   conduit   à   considérer   que   ‘la   parole   est  
prégnante   d’une   signification   qui   est   lisible   dans   la   texture   même   du   geste  
linguistique’,   il   revient   au   linguiste   de   décrire   cette   texture   et   d’en   faire   apparaître   les  
similarités   à   la   signification   produite 3  ».   Nous   nous   intéresserons   ainsi   tout  
particulièrement   aux   théories   qui   étudient   le   rapport   de   similarité   entre   le   son   et   le  
sens,   à   la   phonosémantique  ;   aux   relations   de   similarité   qui   s’établissent   par  
iconicité   entre   les   formes   linguistiques   et   ce   qu’elles   expriment  ;   nous   pourrons  
                                                                                                               
2  Didier   Bottineau,   «  Concordance   temporelle   et   concordance   modale   dans   l’énoncé   breton  »,   Langages  

191,  n°  3  :  67–80.  
3  Philippe  Monneret,  «  Motivation  et  analogie :  enjeux  de  la  similarité  en  sciences  du  langage  »,  Studia  

Universitatis  Babes-­‐Bolyai-­‐Philologia,  n°  3  (2011)  :  27–38.  

3  
 

explorer   les   théories   traîtant   de   la   question   de   la   submorphémie   et   ses   effets   de  
corrélation  avec  les  signifiés.    
Nous  nous  intéresserons  dans  cet  axe  au  processus  fondamental  qui  sous-­‐tend  
l’ensemble  des  relations  de  similarités  citées,  à  savoir,  l’analogie,  propriété  cognitive  
«  sur   laquelle   repose   [...]   la   formation   de   concepts   et   catégories  »   ainsi   que   tous   les  
jeux  de  ressemblance,  et  parmi  eux  ceux  qu’impliquent  les  «  faits  de  motivation4  ».    
 
 

 

 
∗ L’importance   de   la   corporéité   de   l’acte   de   langage,   considéré   comme   la   manifestation  
physique  –  corporelle  –  d’une  INTERACTION  ENTRE  DEUX  SYSTEME  COGNITIFS.    
 
Un   tel   axe   nous   permettra   alors   d’articuler   la   considération   de   la   parole   comme  
une  «  technique  corporelle  incarnée  »,  permettant  non  d’encoder  des  représentations  
mais  de  déclencher  des  événements  mentaux  chez  l’allocutaire,  et  la  façon  dont  cela  se  
traduit   symptomatiquement   dans   l’interlocution.   Notre   regard   pourra   se   porter   sur  
les   théories   qui   voient   dans   cette   interaction   la   clef   et   le   fondement   des   systèmes  
grammaticaux,  en  particulier  la  Théorie  de  la  Relation  Interlocutive,  selon  laquelle  
«  [...]  le  langage  est  un  système  de  communication,  et  [...]  la  clé  de  sa  constitution  est  la  
relation   interlocutive   qu’il   établit   entre   deux   termes5  ».   Cela   nous   amènera   à   regarder  
dans   nos   langues   de   spécialité   comment   les   différents   «  effet[s]   intersubjectivement  
distribué[s]  »   produits   par   les   signifiants   permettent   et   sont   choisis   de   manière   à  
«  agir   sur   la   relation   interlocutive,   [à]   la   reconfigurer   selon   un   format   donné  
relativement   à   une   question   ciblée  »   et   à   «  coordonner,   par   cette   action  
morphématique,   les   points   de   vue   confrontés   en   termes   d’association   ou   de  
dissociation 6  ».     La   dimension   prosodique   du   signifiant   pourra   également   être  
interrogée,   en   ce   qu’elle   peut   permettre   de   mettre   en   scène   le   rapport   des  
interlocuteurs  à  ce  dont  ils  parlent.    
Nous   pourrons   regarder   comment,   au   gré   des   interactions,   se   jouent   des  
phénomènes  de  motivation  et  de  remotivation  par  la  force  de  l’analogie,  mécanisme  
fondamental  de  la  cognition  humaine  déjà  évoqué,  créateur  de  réseaux  signifiants.    
Nous  pourrons  nous  intéresser  aussi  aux  recherches  sur  les  neurones  miroirs,  
à   la   façon   dont   ils   assurent   la   coordination   entre   soi   et   autrui   dans   l’acte   de   langage,  
mais   aussi,   pour   boucler   la   boucle,   au   lien   qui   a   été   fait   entre   l’existence   de   ces   cellules  
du   cerveau   et   la   phonosémantique,   avec   l’idée   qu’elle   sont   pu   «  assurer   l'émergence  
des   premiers   gestes   imitatifs.   Ces   pantomimes   initialement   brachio-­‐manuelles   (par  
exemple,  écarter  les  mains  pour  indiquer  la  grandeur)  auraient  été  accompagnées,  puis  
remplacées,   par   des   pantomimes   oro-­‐buccales   analogues   (par   exemple,   écarter   les  
mâchoires),  capables,  elles,  de  graver  leur  trace  dans  le  spectre  acoustique  de  la  voix  
(une   articulation   se   rapprochant   du   [a]   aurait   ainsi   commencé   à   représenter   la  
grandeur)7  ».    

                                                                                                               
4  Ibid.  
5  Catherine  

Douay   &   Daniel   Roulland,   Théorie   de   la   relation   interlocutive :   sens,   signe,   réplication,  
Limoges  :  Lambert-­‐Lucas,  2014,  p.  9.  
6  Bottineau,  op.  cit.    
7  Luca   Nobile,   «  L’iconicité   phonologique   dans   les   neurosciences   cognitives   et   dans   la   tradition  
linguistique   française  »,   Le  Français  Moderne   1,   n°82   (2014)  :   131-­‐169,   faisant   référence   aux   travaux  
de  Rizzolati  en  neurosciences  cognitives.    

4  
 

Il  s’agira,  en  définitive,  de  faire  corps  ensemble  autour  de  ces  questions  afin  de  nous  former  au  
mieux  (via  l’échange,  lors  de  la  première  partie  des  séances  du  séminaire,  avec  des  chercheurs  
confirmés  travaillant  sur  ces  théories)  et  de  les  expérimenter  à   corps   perdus   sur  nos  propres  
sujets  et  corpus  (lors  de  la  seconde  partie  des  séances  du  séminaire,  qui  sera  consacrée  à  un  
exposé  proposé  par  un  membre  du  laboratoire  junior).    
 
 
 

 
 

Liste  des  membres  du  laboratoire  junior  
 

 
 
NOM   Prénom  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Qualité  

Directeur  de  thèse  et  unité  de  
recherche  de  rattachement  
 

 

 

 

 

 

5  
 


Documents similaires


Fichier PDF eriliis v3 1
Fichier PDF eriliis v3
Fichier PDF doctorales larlanco 2017 final
Fichier PDF la maison du doctorant
Fichier PDF appel a candidature master
Fichier PDF 000077


Sur le même sujet..