Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



naissance de l islam et invention de mahomet .pdf



Nom original: naissance-de-l-islam-et-invention-de-mahomet.pdf
Titre: CANAL DE TRANSMISSION :
Auteur: Appolinaire Noël KOULAMA

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Writer / OpenOffice 4.1.1, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 28/12/2014 à 05:51, depuis l'adresse IP 92.159.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 2263 fois.
Taille du document: 180 Ko (21 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


NAISSANCE DE L'ISLAM ET INVENTION DE MAHOMET.

Extrait du livre : « Un juif nommé Mahomet, Enquête sur les monothéismes » de Bernard
Louis Raquin.
Exposé par : Bernard Louis Raquin
Transcription : Appolinaire Noël KOULAMA
Date : 28 décembre 2014

1

LA FICTION D'ISMAËL
Comprendre les origines de l'Islam est devenue simple.
Abraham a donné naissance Isaac qui donne naissance à Israël (juif) et Ismaël (fille d'Agar,
servante et concubine d'Abraham. La tradition à propos de l'errance d'Abraham est une
technique rédactionnelle utilisée pour unifier les différentes traditions … La recherche du
personnage historique d'Abraham est une occupation fondamentalement stérile … Tout
comme Énée et Héraclès, Abraham est une figure de légende.
Afin de reconquérir Jérusalem (province romaine), le juifs persuadèrent les arabes qu'ils
descendirent d'Ismaël. Cela donnera le nom Ismaélien, puis transformé plus tard en Islam,
lors des traductions des corans en arabes.
Le Coran est une fiction à partir de l'histoire d'un apôtre, d'un disciple biblique appelé Moïse,
surnommé le Mhmt (Le loué), puisque les voyelles n'existaient pas en langue arabes de
l'époque, le nom de Moïse sera traduit par Mahomet puis par Mohamed.
Le message principal du Coran adressé aux ignares arabes est : « Vous êtes arabes et vous
êtes descendants d'Abraham par sa concubine Agar, et son fils Ismaël … Aidez-nous à
reprendre Jérusalem occupée par Rome, car c'est aussi votre terre promise ».
LES ORIGINES JUIVES DE L'ISLAM
Un chroniqueur chrétien Sozemenus du 15ème siècle explique comment des tribus arabes
avaient adoptés des coutumes juives en apprenant leurs origines ismaélites de la bouches
même des israélites eux-même. Les premières conversions au judaïsme ismaélites datent
bien avant Mahomet
À Noël 634, deux siècles plus tard, le patriarche de Jérusalem, Sophornos, évoque la ville
entourée par « le glaive barbare et sauvage des saracènes, dégainé et plein d'une cruauté
véritablement diabolique ». « Mon frère Abraamès m'a écrit qu'un faux prophète est
apparu » … « On disait le candidat (Chef de la garde impériale byzantine) a été tué et nous
les juifs, nous étions dans une grande joie ».
Dans les textes écrits deux siècles au moins, les soit-disant « faits », qui est le seul à décrire
Mahomet, que personne n'a jamais vu, Omar qui recevait aussi des sourates.
Pour savoir ce que valent les « traditions orales », demandez donc à 10 témoins d'un
incident de le raconter … Deux siècles après les faits !!!
Comment un prophète aurait-il pu demander avant de se convertir au judaïsme ismaélite,
alors que certains le faisaient le faisaient depuis le 5ème siècle.
UN PROPHÈTE INUTILE ET MAUVAIS
Et à quoi bon un prophète qui ne faisait que répéter, en beaucoup moins bien, des textes
existants, que chacun pouvait écouter à la synagogue et à l’Église ?
Un prophète appelant à commettre des crimes abominables ? Le monothéisme existe depuis
des millénaires. « Toi seul Dieu en dehors duquel, il n'en n'existe pas d'autres », s'exclame
Akhenaton, 20 siècle après le Coran.

2

Versatilité d'Allah : « Lorsque nous changeons un verset, contre un autre verset, Allah sait ce
qu'il révèle, ils disent : Tu n'es qu'un faussaire, Non ! La plus part d'entre eux ne savent
pas ». [Coran 6:101].
[C'est le changement d'esprit, le changement d'Allah]
Traduction : Allah dicte à l'ange Gabriel, qui dicte à Mahomet, qui dicte à des scribes. Puis
Allah annuelle sa parole divine, et la remplace par d'autres paroles divines qu'il dicte à
Gabriel, qui dicte à Mahomet, qui dicte à des scribes.
[Les scribes écrivent sur les peaux de chameaux].
Plus tard, on se rend compte que c'est aberrant, on dit alors qu'Othman (et Ali) a recensé le
Coran, 30 ans après la mort de Mahomet, et fait détruire le reste. Mais il existe des dizaines
et chacun y lit ce qu'il veut, puisque la langue arabe n'existe pas encore à cette époque.
Alors, on dit qu'Hajjâj, un siècle après, a fait une récession en détruisant les autres textes.
Ce qui est aussi faux ...
RÉGRESSON THEOLOGIQUE DE L'ISLAM
Dans la Bible, Yahvé est au début une divinité parme d'autre, un tyran irascible, hargneux,
vaniteux, qui manque de confiance en soi, craignant toujours qu'on lui désobéisse et qu'on
adore d'autres divinités : Les rédacteurs de la Bible lui prêtent leur névroses. Au fil des
siècles, Yahvé grandit et évolue positivement … Annule la violence et inscrit l'humanité dans
la paix.
Jésus marque une évolution théologique : Dieu amour, Dieu de proximité, Dieu partenaire de
l'humanité. Dieu de contact direct et non d'obéissance et de soumission aveugle. L'être
humain est libre et peux s'améliorer pour diffuser, pour diffuser le bien.
[La grande révolution théologique avec le christianisme, c'est que Dieu nous aime ].
L'Islam marque une régression théologique : Allah reprend les aspects caractériels de
l'antique Yahvé, mesquin et cruel, mélange de Moloch, de « Allah (Dieu de la lune) » et de
Satan.
[Allah c'est le Dieu antique de la lune].
L'Islam reprend aussi la croyance mésopotamienne puis talmudique, de la prédestination :
« Tous est écrit sur des tablettes gardées au ciel, l'être humain, n'est plus qu'une
marionnette soumise à l'ignorance, à la bassesse et à la violence d'une divinité demidémente ».
INVENTION DES DIVINITÉS POUR RECONQUERIR JÉRUSALEM
Mhmet, l'esprit de Moïse animait les guerriers pour conquérir la « terre promise » perdue.
Puis selon un mécanisme classique dans la formation des religions, cet esprit s'est incarné
sous l'aspect d'un prophète. Ensuite l'imagination populaire et des rédacteurs moyennant
finance, lui inventèrent une vie, des faits d'arme et des détails stupéfiants, édifiant ou
sordide …

3

[Soit c'est un prophète, soit c'est une divinité qui s'incarne. C'est d'abord un esprit, une chose invisible
et puis ça devient quelqu'un. Ensuite, l'imaginaire populaire des rédacteurs, moyennant finance, lui
inventèrent une vie, des faits d'armes, des détails stupéfiants, édifiants et sordides ].

Mahomet est adoré par des musulmans comme une divinité. Les musulmans sont des
polythéistes, des associateurs : Ils adorent Mahomet, le Coran et Allah. Mahomet est encore
plus divinisé et idolâtré plus qu'Allah. Les musulmans prient même pour sa « famille » .. Sans
avoir aucune preuve de son existence.
[Ils adorent Dieu et d'autres divinités, ils associent Allah, Mahomet et le Coran en tant livres.
C'est comme si les rédacteurs des Corans et des Hadiths voulaient vraiment, en faisant prier
pour sa famille, faire croire que Mahomet avait existé, que sa famille avait existé, or, si vous
cherchez, vous verrez que, c'est la confusion et la contradiction à toutes les lignes.]
Allah et Mahomet, comme les rédacteurs du Coran sont des païens. Ils jurent sans cesse :
« Je jure par le crépuscule, la nuit et la pleine lune ... ». « Par l'étoile, lorsqu'elle disparaît,
votre compagnon ne s'est pas égaré, il n'est pas dans l'erreur ». « Il jure par le figuier et
l'olivier, par le mont Sinaï … ». Le figuier n'existant pas en Arabie, cette image vient des
premiers rédacteurs juifs qui rédigeaient en araméen.
[Le Coran est un journal, profondément païen. Les juifs parlaient araméen et l’hébreu].
LA DOUBLE CONTRAINTE QUI REND FOU …
Une des marques de fabriques des contraintes du Coran en arabe, outre les superstitions, les
violences sataniques et l'ignorance est la contradiction à chaque ligne. Cela provoque la
schizophrénie. Exemple :
« Je cherche la protection du seigneur de l'aube, contre le mal qu'il a créer … Contre le mal
de ceux qui souffrent sur les nœuds ».
Interprétation de la névrose : Puisque dans le Coran c'est Allah qui dicte, ça veut dire :
Allah cherche ma protection du seigneur de l'aube (Allah) contre le mal qu'il (Allah) a créer
… Et contre les sorcières souffrant sur les nœuds.
[Qu'est ce qu'Allah qui cherche la protection d'Allah, contre le mal qu'Allah a créer ? Et en plus contre
les sorcières. On est dans un délire total].
Autre interprétation de la névrose : C'est normalement Mahomet lui même qui cherchait
la protection d'Allah contre le mal créer par Allah, en faisant parler Allah à sa place, dont le
pouvoir est concurrencé par celui des sorcières.
[Allah est une divinité et peux absolument pas prétendre au statut de Dieu dans le Coran, dans cette
deuxième névrose].
« Il n' y a donc de refuges contre Allah, qu'en lui ». [Coran 9:118]
Donc, pour se protéger d'Allah, on doit se soumettre ? Mécanisme de base de la tyrannie.
« Qui, vous défend de nuit et de jour contre le bienfaiteu r ». [Coran 21:42]
Ce qui veut dire : Que le bienfaiteur Allah est menaçant … Mais Allah nous défend contre luimême.

4

Rappelez-vous également : Allah dirige qui il veut et Allah égare qui il veut.
[Alors, le Coran nous interpelle de se défendre, curieusement, contre le bienfaiteur, et pourtant, un
bienfaiteur est celui qui fait du bien !!!. C'est dans toutes les lignes du Coran que vous avez ce genre
d'impasse de bon sens, que l'Islam l'Islam produit autant de psychopathes, des gens haineux qui
coupent les autres en morceaux, des gens profondément abjectes, les kamikazes de Satan, les
satanistes. Si on regarde spirituellement, c'est Satan qui fait ça … ça ne peut pas être Dieu, c'est
pourquoi Allah est un des noms de Satan ...]

L'INVENTION DE MAHOMET INDISPENSABLE POUR SE LÉGITIMISER
Cette invention de Mahomet n'a pu se faire, bien après, la conquête de Jérusalem, lorsque
tous les témoins étaient morts depuis longtemps.
Les ignobles massacres des juifs attribués par Mahomet datent forcément, d'après la
conquête de Jérusalem [Parce qu'on raconte Mahomet a massacré les gens etc ...]… Puisque
les ignares arabes (agarènes/ismaélites + descendant d'Agar et descendant d'Ismaélite +)
étaient des mercenaires convertis et payés par les juifs pour faire la guerre. Il s'agit là
encore, d'actes reculés dans le temps et déplacés géographiquement.
Les guerriers étaient incités aux massacres et à la prise des butins, par
la Torah, violèrent, pillèrent et tuèrent les vrais juifs. Ainsi les
attribuèrent leur crime à leur prophète imaginaire … Ils appliquèrent le
l'encontre des juifs, que celui dans lequel, ils avaient sombré … En
d'Abraham, sa campagne Agar et son fils Ismaël.

des textes repris de
agarènes/ismaélites
même mécanisme à
croyant à la fiction

Ils quittèrent la fonction juive, pour créer à leur tour, les mythes fondateur de l'Islam.
Puisqu'ils ne pouvaient être le « peuple élu », ils accusèrent les juifs d'avoir déformé les
textes … Et s'emparèrent de la généalogie juive, en déclarant, les prophètes ou héros juifs
de « musulmans », tels : Abraham, Salomé, Noé et Moïse.
[Abraham est musulman, Salomé est musulman, Noè également … On nage dans le délire complet
avec l'Islam. C'est tout-à-fait, normal, que le Coran et toutes les histoires affreuses qu'on raconte sur
Mahomet, que les histoires de viol, de pédophile, de pillage, de massacres, de trahison … C'est tout-àfait normal que ça produise autant de crimes. L'Islam c'est encore pire dans l'histoire de l'humanité
que le communisme. Le premier massacre roman, le premier génocide humain, ceux qui ont génocidé
plus, c'est évidemment les musulmans et les deuxièmes, c'est évidemment, les communistes ].

JUIFS ET ARABES CONVERTIS
Doctrina Jacobi, un écrit grec en Palestine, entre 634 et 640 évoque « les juifs mélangés aux
saracènes ». Saracène = Sarrasins (en français) = Arabes vivant dans les tentes.
Cela explique, le caractère violemment antichrétien de la conquête. Les chrétiens sont
considérés par les juifs/Israélites et les mercenaires arabes convertis à Ismaël/Agar, comme
des usurpateurs ayant violés la terre sainte des enfants d'Israël et d'Ismaël.
Cela explique, pourquoi, Allah (le Dieu de la lune) qui est le dieu qui a gagné contre la
foudre, est très proche du colérique antique Yahvé, jaloux, cruel et tyrannique. La Bible
hébraïque est largement une compilation des thèmes des textes égyptiens et
mésopotamiens. [C'est la fameuse Babylone qui est haï par les juifs]

5

La différence entre le Coran et la Bible juive, c'est que le Coran est essentiellement basé sur
la Torah. Les meilleures passages de la Bible, comme Osée, l'Ecclésiaste ou le cantique des
cantiques n'y sont, malheureusement, pas repris.
[Ça aussi, ça explique la haine des musulmans. Imaginez si les juifs aujourd'hui, n'avaient que les 5
premiers textes de la Torah de la Bible, qui sont vraiment les textes de la haine à l'état pur. Ensuite, la
sagesse apparaît dans les derniers textes de la Torah].

Or, la sagesse juive est absente du Coran … Ne reste hélas, que des cruautés, menaces et
malédictions. Quand à Jésus, sa présentation tellement grotesque dans le Coran arabe,
prouve que ces rédacteurs n'avaient jamais été chrétiens et n'avaient aucune notion de
spiritualité.
JUIFS ET NÉO-JUIFS
Certains documents prouvent que les juifs eux-même, loin d'être ennemis des musulmans
(comme on le raconte) ont accueilli ont accueilli la conquête arabe en terme messianique.
« Les preuves d'une complicité judéo-arabes sont complétées par des signes d'hostilités
marqués contre le christianisme ». Contrairement, aux allégations des musulmans, une
chronique des années 660 dément que la Mecque ait été la métropole religieuse des arabes
à l'époque des conquête. Au contraire, elle révèle, l'orientation palestinienne du mouvement.
[La Palestine n'existait pas à l'époque, il s'agit de la Palestine actuelle, mais de la Palestine au sens
géographique].
La chronique arménienne dite de Sébéos, fait de la conquête de la Palestine, l'objet d'un
véritable entre les fils d'Israël exilés en Arabie, suite aux persécutions d'Héraclius, et les fils
d'Ismaël venus d'Arabie. Elle indique, de plus, que le prince en charge de Jérusalem après la
réédition était juive.
[Et puis, les traditions parlent de beaucoup d'or, qui étaient fournis par les rabbins aux supplétifs
arabes, donc les agarènes/Ismaélites].
LES MUSULMANS, DES NÉO-JUIFS
Alfred Louis de Prémare évoque une chronique juive de 11ème siècle : « Lorsque les arabes
vinrent à Jérusalem, il y avait eux des hommes, dont les fils d'Israël montrèrent
l'emplacement du temple de Salomon ».
Ibn Warraq dans « The origins of Koran », évoque l'apocalypse hébraïque, document juif
du 8ème siècle, confirmant que les juifs et arabes étaient associés dans la conquête de
Jérusalem.
Le christianisme marque une rupture avec le Judaïsme plus ou moins archaïque (Rejet des
sacrifices, de la circoncision, des interdits alimentaires, de la lapidation, de la polygamie, de
la suprématie d'une race, Dieu d'amour et non Dieu des vengeances).
L'Islam marque un retour archaïque à l'intégrisme, à la Torah (Viande casher, circoncision,
prières communes, cultes d'Abraham et de Moïse, Lévitique, polygamie, lapidation, Dieu
capricieux, sadique et haineux).
[Il y a beaucoup de prières qui sont entièrement juives, il y a beauceronne de textes qui sont
entièrement juifs dans le Coran].

6

LES MOSQUÉES VERS LA PALESTINE
Nous avons, également, de Jacob d'Edesse, une trentaine de lettres bien conservée … « Il
était très au fait des pratiques et des doctrines des Mahgraye d'une façon générale. Il s'agit
en occurrence de l'orientation de la prière islamique, dont dit-il, il a observé lui-même les
variations dans son propre pays et à Alexandrie ».
[Les Mahgraye sont des exilés, des conquérants qui vont conquérir les autres pays ].
Jacob fut évêque d'Edesse en Syrie, après 684. Dans une lettre conservée au « British
Museum », datant d'environ 705, alors qu'il se trouvait en Égypte, il déclare que les
Mahgraye se tournaient vers l'est pour prier, c'est-à-dire vers la Palestine.
AUCUNE MOSQUÉE DIRIGÉE VERS LA MECQUE
Au Kenya, dans l'Archipel de Lamu, Pemba et Zanzibar, des mosquées possèdent une
orientation [apparemment] vers Sichem (capitale des samaritains), plutôt que Jérusalem.
[C'était largement la guerre entre les samaritains et les judéens, le sud et le nord de la Judée n'était
pas unie. Les samaritains n'étaient pas considérés comme juifs par les juifs les plus orthodoxes. Tout
le monde se souvient de la parabole du bon samaritain de Jésus. Donc, il y avait des mosquées qui
étaient tournées vers Sichem, plutôt que vers Jérusalem, mais c'était pas du tout vers la Mecque ].

L'archéologue qui les découvrit pensait que l'orientation nord-ouest de la mosquée primitive
de Shanga était due à un manque des connaissances géographiques de la part des
bâtisseurs. Mais, nous en avons recensé d'autres cas similaires : Les grandes mosquées de
Gedi (Kenya) et de Manda, toutes les deux orientés comme Shanga. En fait, les bâtisseurs
étaient certainement, d'une origine ethnique et d'une confession différente, puisqu'on passe
au 14ème siècle des chiites venus des rivages du golf persique et de l'Inde à des sunnites
essentiellement hadrami.
[Il n'y avait pas que deux groupes Ali et Omar, il y avait énormément de tribus, avec énormément de
groupe juif qui travaillaient tous dans le sens de reconquérir Jérusalem, le grand Israël, le mythique
grand Israël. Ce qui explique, qu'il y avait énormément de sectes, énormément de Corans différents.
Et chaque, chef militaire faisait fabriqué des sourates et des hadiths qui convenaient à ses objectifs de
guerre].

Cela explique la guerre entre Chiite (groupe d'Ali) et les sunnites (groupe d'Omar). Les
rédacteurs sunnites eurent une idée générale en inventant Mahomet et en faisant rédigé des
sourates par Omar. Les compagnons de Mahomet sont des personnages fictifs, eux aussi ont
rédigé des sourates et des hadiths …
La tradition rapporte aussitôt à Jérusalem, Omar fait déblayer l'esplanade du temple. Il
installe un temple en bois et devant cet édifice, préside à un sacrifice. Ce qui est impossible,
puisqu'il n'était pas un Rabbin. Logiquement, ce fut le Rabbin Kaab, un des financiers de la
campagne militaire (Khadija était très riche), qui procéda à un sacrifice sur l'esplanade
retrouvée du temple mythique.
[Si l'on se fie à l’archéologie, ce temple retrouvé est largement mythique. Pouvez-vous me
dire, pourquoi Omar, c'est absolument absurde, car ça ne peut pas être un guerrier,
sûrement un religieux, puisqu'à cette époque, il n'y avait pas d'Imam et pourquoi c'est à
Jérusalem, qu'Omar fait ce sacrifice mythique ?]

7

LA MECQUE, UNE INVENTION TARDIVE
Les chiites ont maintenu bien plus longtemps que les sunnites, l'orientation vers Sichem et
Jérusalem, et non vers la Mecque. Les datations au carbone 14 ont indiqué des construction
du 12ème et 14ème siècle après Jésus-Christ.
[Longtemps des siècles après,7 siècles après le début de l'Islam, donc 7 siècles plus tard que les soitdisant les débuts de l'Islam. Pourquoi le Coran parle de l'orientation vers la Mecque ? C'est vraiment
un mensonge !]

Concernant la plus ancienne mosquée à Gedi :
« Le bâtiment principal situé sur la coupe orientale fait une dizaine de mètres. Il s'agit d'une
mosquée du 12ème siècle orientée nord-nord-ouest … Le mur principal est orienté nordnord-ouest, il s'agit du mur occidental de la mosquée du 12ème siècle … Son axe nord-nordouest laisse penser que le bâtiment suit l'axe d'orientation des mosquées dites de type
Shirazi, datées du 10ème et 12ème siècle ». (Shirazi de Shiraz anciennement Persépolis,
capitale de la Perse devenue l'Iran).
ENCORE AU 14ÈME SIÈCLE APRÈS JÉSUS-CHRIST
[Deux siècle après les soit-disant naissance de l'Islam]. Les deux mosquées les plus
anciennes d'Irak étaient orientées vers la Palestine et non vers l'Arabie. D'après la datation
au carbone 14, on a trouvé aucune mosquée du 7ème siècle orientée vers la Mecque …
D'après le professeur Hawting, aucune mosquée du 7ème siècle n'est tournée vers la
Mecque. Deux mosquées ont été construites sous le gouverneur Omeyyade Haccac à
Bagdad, et à Wasit (sud-ouest de Bagdad) au début du 7ème siècle.
La [Quiblah (ce qui indique la direction de la prière)] de la mosquée de Wasit est 33% plus
au nord, celle de Bagdad, 30% plus au nord que la Mecque. Il n'est pas impossible que l'une
indique Sichem et l'autre Jérusalem.
Certaines anciennes mosquées jordaniennes sont orientées vers le nord. Une autre
chercheuse, Patricia Carlier, a noté que les mosquées dans la capitale d'été des califes
omeyyades étaient, également, orientées vers Jérusalem et non vers la Mecque.
Les fouilles de la mosquée Amar Bin-Al-As, à Fustah, près du Caire, ont montré que la
Quiblah pointait vers le nord, et fut corrigé sous le gouvernement Ben Sharik. D'après
'auteur musulman, Ahmad Bin-Al-Makrizi (pourtant en 1326) Amar priait sud-est vers
Jérusalem, et non vers le sud(la Mecque).
LE CORAN ARABE EST UN FAUX
An-Nadîm, l'auteur d'Al-Fihrist (le catalogue) raconte, vers la fin du 4ème siècle de l'Hégire
(11ème siècle après Jésus-Christ), qu'il a vu plusieurs recueils d'Ibn Massoud, tous
divergents, les uns des autres.
[Et pourtant c'était soit-disant, un Coran attribué à une seule personne, ( Ibn Massoud) mais ils
étaient tous divergents les uns des autres, 4 siècle après la soit-disant rédaction du Coran par
Mahomet via ses scribes].

8

« Les arabes de chaque tribu ou région avaient leur dialecte et prononçaient le Coran avec
leur accent. Cette multitude de dialectes engendraient des différences considérables sur la
signification des mots ».
D'autres Coran sont attribués à Salim Ibn Maqil, Abdallah Ibn Abbas, Ocba Ibn Amir, Miqdad
Ibn Amr (en Syrie) Abu Mussa Al-Ashari (Bassorah) et plusieurs à Ali. Sans oublier le Coran
ascétique d'Ubbay Ibn Kab et celui d'Abdallah Ibn Massoud, ancien berger, qui s'imposa à
Koufa, en Irak, la ville d'Ali (ville qui n'existait pas au temps des soit-disant Mahomet) … Ces
Corans étaient encore d'usage au 11ème siècle, mais fut finalement détruits.
[La ville de Koufa n'existait même pas au temps de Mahomet, pas plus que Médine et la
Mecque]
« On déchire et on brûle dans cette histoire perturbée du Coran ».
Des livres entiers on été écrits par des érudits musulmans, évoquant les différents Corans de
Médine, Koufa Bassorah, Damas, de l'Hedjaz, de l'Irak. Le Coran utilisé aujourd'hui par des
musulman est le Coran d'Hajjaâj remanié, à partir d'une version dite d'Othman, considérée
par les musulmans, comme un faux et par les érudits comme un mythe, une fable.
L'important n'étant pas la vérité des écritures saintes antécédentes et encore moins la
spiritualité, mais la servilité au pouvoir tyrannique.
[Évidemment faire parler des Dieux, c'est pas seulement, dans l'Islam, c'est général dans les religions
païennes].
LES PREMIERS CORANS
Les originaux du « recueil » ne sont manifestement pas nés à la Mecque, dont aucun indice
ne vient attester l'existence de la Mecque à l'époque, ni même à Yatrib, qui n'était guerre
plus qu'une étape caravanière sur la route de Sanna à Damas, mais dans les contrées du
« croissant » fertile .. Les recherches historiques approfondies de Patricia Crone, il y a
plusieurs décénnies, suivie de celles du prêtre Bruno Bonnet Eymard et de Alfred Luis de
Prémare, sont des contributions décisives à l'appui de cette thèse :
Les Corans anciens sont très différents. Et ... Plus les légendes sur Mahomet sont récentes,
plus elles contiennent des détails absents des textes anciens du Coran.
[C'est comme ça que, lorsque les européens ont commencé à traduire le Coran, ils ont vu que le
texte, plus il était ancien, moins il avait de détails, et de siècle en siècle, on a rajouté, rajouté, rajouté
les détails. C'est le principe même des contes des milles nuits. C'est le principe en Europe, des romans
de la table ronde et tous es romans populaires qu'on racontait, qui n'étaient toujours pas écrits.
Évidemment, chacun rajoutait avec son talent en interprétation, où des besoin, des ordres du rois,
chacun ajoutait ses détails évidemment].

Les rédacteurs des Hadiths et du Coran étaient payés par les guerriers, pour servir leur tribu
[des objectifs politiques]. Et par le peuple qui voulait entendre des comtes à la mode perse.
LE CORAN, CONFUS, REND FOU …
Par exemple, la sourate 18 mélange l'histoire de deux amis de Gilgamesh et la légende juive
d’Élisée et du rabbin Josué Ben Lévi. Les rédacteurs du Coran confondent, également, Josué
Ben Lévi avec Joshua Ben Nun, élève de Moïse. [C'est une histoire mésopotamienne qui date
des siècles avant Jésus-Christ]

9

Ce dernier à sont tour est confondu à Gilgamesh datant de plus de 6 siècles avant Moïse (en
réalité plus de deux mile ans) et Alexandre Le Grand (fiction populaire du premier siècle).
Ensuite, on prend quelques morceaux de l'histoire de Gog et Magog (Ezéchiel 38) et
l’Évangile de Jean (21:25) et on saupoudre avec les morceaux talmudistes, le Massekhet
Soferim (16:17).
Aujourd’hui les musulmans sont priés de croire qu'Alexandre Le Grand, roi macédonien du
4ème siècle avant Jésus-Christ est un musulman contemporain … de Moïse … qui lui-même
est musulman.
Jésus est un prestidigitateur qui fait descendre une table garnie … Il n'est pas mort sur la
croix, donc, sa présence sur terre est inutile …
[On est dans l'ignorance théologique absolue dans le Coran].
Dans le Coran, Salomon comprend la langue des fourmis … La terre est plate … L'esclavage,
la lapidation, l'égorgement, les mutilations, la polygamie, la pédophilie … Faut-il s'étonner de
la schizophrénie et la haine diffusée par ce livre ?
LA LANGUE ARABE N'EXISTAIT PAS
Le Coran est écrit dans une scripta défectiva. En conséquence, une grande variété de
lectures sont possibles, selon la manière dont les points ont été ajoutés. Les voyelles
présentent un problème encore pire. Originellement, les arabes n'avaient pas de signes pour
les voyelles courtes : L'écriture arabes étaient consonantique … La scripta plena (écriture
complète), qui permettait à un texte de comporter tous les points et voyelles, n'était pas
achevé avant la fin du 9ème siècle. ..
Comme le dit, Charles Adams : « On doit insister sur le fait qu, loin d'un texte unique
transmis tel quel,, depuis l'époque de la Commission d'Othman, ce sont littéralement, des
milliers de lectures diverses, de versets particuliers qui étaient connus au cours des trois
premiers siècles » …
Finalement, sous l'influence du grand lettré coranique, Ibn Mujahid (mort en 935), il y eut
une codification définitive du système de consonnes et une limite posée aux variations des
voyelles dans le texte, dont le résultat fut d'accepter 7 systèmes. Mais d'autres érudits
acceptaient 10 lectures et d'autres continuaient d'accepter 14 lectures.
En clair, on pouvait lire encore au 10ème siècle, les Corans, selon 7 système de
prononciation, et au moins 10 systèmes d'interprétation. L'idée que le Coran a été transmis
par un prophète est un mythe sans fondement.
[3 siècles après la soit-disant révélation de l'ange Gabriel à Mahomet, on pouvait lire encore 7 système
de prononciation, et au moins 10 systèmes d'interprétation ].
RIEN A AVOIR AVEC L'ARABIE
Des spécialistes ont montré que tout, concernant, l'activité du supposé Mahomet, pointe vers
le nord-ouest de l'Arabie : La Syrie.

10

La tribu, à laquelle, Mahomet est censé appartenir vivait en Syrie. La Mecque est un nom
syrien qui signifie : Ville basse, désignant à l'origine, la ville basse de Madian ou de Damas.
Mots et images du Coran font référence au décor syrien et palestinien. D'autres noms font
références à la Jordanie, aux châteaux syriens, à l’Égypte, au Liban …
Aucun élément ne fait référence à l'Arabie, à la Mecque, pas plus que Médine ou à Yatrib.
FICTION GÉOGRAPHIQUE
De plus, l'action a été déplacée de 100 kilomètres. Le manuscrit de Sanaa (Yémen) évoque
deux tribus citées dans la géographie de Ptolémée : As-Sahab Ar-Rass (les compagnons des
puits) vivaient au Liban, bien avant Mahomet. L'autre As-Sahab Al-Aiqua (les compagnons
des buissons épineux) vivait dans la région d'Assouan, en Egypte vers l'an 150, soit 5 siècle
avant le supposé Mahomet.
Le Coran est rempli de références juives. Il semble que les deux principaux groupes juifs qui
convertissaient les arabes au judaïsme ismaélite, n'utilisait pas la Bible au sens moderne,
mais surtout la partie de la Torah, on trouve même :
« Élie était de nombre des envoyés. Il dit à son peuple, ne craindrez-vous pas Dieu ?
Invoquerez-vous Baal ? [Coran 37:124].
Ce récit est repris d’Élie [1Roi 18 : 24-40]. Or, depuis des siècles, le nom de Dieu babylonien
Baal avait disparu dans la région.
Le chroniqueur arménien Sébéos (vers 660) situe ensuite la rupture avec les juifs
immédiatement, après la conquête arabe de Jérusalem.
Les sourates coraniques antisémites et les hadiths antisémites ont, probablement, été
rajoutés après la conquête de Jérusalem …
[Donc, ces sourates antisémitiques ne peuvent pas provenir d'un quelconque prophète ou le supposé
Mahomet, c'est absolument impossible, c'est évident …].
LE MOT « ISLAM » N'EXISTAIT PAS …

Pour désigner les guerriers déchaînés, « les auteurs syriaques du premier siècle de l'Islam
durent ajouter un terme nouveau à leur vocabulaire, celui de [Mahgrâyê]. Ils distinguait par
cela ces conquérantes d'un type nouveau, des arabes qu'ils connaissaient, qu'ils furent
chrétiens ou non. Ce vocable est probablement, issu du terme [Muhâjirûn] qui appartenait
au vocabulaire des conquérants … Il est à peu près sûr que ce fut par ce terme, que les
conquérants se désignèrent eux-même ».
[La racine de Muhâjirûn c'est Hégire. Hégire qui veut dire Exode. Donc, ils étaient en exil, ou en
exode, il revenait dans la terre promise, comme dans la fiction juive, les juifs étaient en exil,
prisonniers dans les camps des pharaons, ce n'est pas le cas, on le sait aujourd'hui. L'archéologie l'a
démontré que le pharaon n'utilisait pas d'esclaves. C'est la même fiction : Les juifs sont revenus
d’Égypte et ont gagné la terre promise qui ont été occupée par d'autres et eux-même c'est pareil ].

Aucun chroniqueur n'utilise les mots « Islam » et « musulman », mais [Mahgrâyê]
participant à l'Hégire, c'est-à-dire à la conquête des pays voisins, Saracènes (arabes des
tentes), Agarènes (descendant d'Agar) ou Ismaéliens (descendant de son fils Ismaël).

11

LE CORAN N'EXISTAIT PAS EN 874
[Le Coran n'existait pas en 874, donc encore une fois, 3 siècles après, le supposé Mahomet,
il n'y a toujours pas de Coran.
Un manuscrit syriaque de 874 évoque la controverse que le patriarche jacobite, monseigneur
Jean 1, eut le dimanche 09 mai 644 avec l’Émir des Mahgroïê, Saïd Ibn Amir, qui voulait que
les chrétiens adhèrent à la loi de Mahgrâ … Il [Saïd Ibn Amir] n'évoque pas plus qu'un
Coran, qu'il n'évoque pas plus Mahomet, mais, il se réfère à la Torah en Hébreux.
[Donc, si Mahomet avait existé en 644, si le coran avait existé en 644, il est évident qu'il y aurait fait
référence].
La loi Mahgrâ de l’Émir des Mahgroïê est la loi agarène (de Agar), de l’Émir des agarènes.
Pourquoi, évoquer cette loi en 644 et en 874, évoquer cette loi, si parce que ce n'était pas
encore devenu l'Islam ?
Les grecs et les syriaques utilisent les arabes convertis au judaïsme ismaélites, le mot
[Magaritai], [Mahgre], [Mahgraye]. Mais ce terme possède un autre sémantisme associé au
terme arabe [Muhajirun]. Les Muhajirun sont ceux qui prennent part à l'Hégire, donc à
l'exode.
Les [Mahgraves] peuvent être considérés comme des agarènes, c'est-à-dire des participants
à une Hégire vers la terre promise. Dans ce jeu de mot, repose, la première identité de la
croyance, qui deviendra avec le temps l'Islam.
IMPOSSIBILITÉ DE LIRE LE CORAN
« Les premières génération des musulmans ne possédaient pas de texte coranique de
référence, puisqu'il n'en a jamais existé. Pour s'en consoler, la tradition a purement et
simplement créer le mythe de l'archange Gabriel rencontrant Mahomet annuellement, pour
une mise au point des textes révélés au cours de l'année précédente », nous dit un érudit.
Au cours du premier siècle de l'Islam, il n'existait pas encore de texte écrit unifié quand à sa
graphie, et les plus grands savants versés dans la connaissance du texte coranique était dans
l'impossibilité de décider parmi les variantes qui s'offraient à eux.
Les premiers « recueils » de la poésie arabe n'ont vu le jour qu'au 9ème siècle. Le Coran n'a,
donc, pas pu être écrit en arabe.
[Le Coran n'a pas pu être écrit en arabe, puisqu'il n'existait pas encore de langue arabe].
LES RÉFÉRENCES CORANIQUES
Moïse est cité 136 fois. Abraham 139 fois. Jésus 36 fois. Marie 34 fois. Et Noé 33 fois (Le
déluge est aussi un mythe mésopotamien). Le Coran utilise 41 fois, l'expression « fils
d'Israël ». Plusieurs citations sont directement recopiées d'ouvrages bibliques. Une centaine
de passages viennent du Talmud (Commentaires rabbiniques datant de l'époque de Jésus).
La sourate 2 est directement recopiée de la Bible et des midrashim. Les sourates 20 et 26
contiennent 21 versets recopiés du pentateuque (5 premiers livres de l'ancien testament) …
Comme les versets sur Moïse. Qui peut, donc, doter, de l'origine juive du Coran ?

12

[Si on a un minimum de connaissance biblique, en lisant le Coran, on voit très bien qu'il y a de
l'aspiration juive la dans, évidemment, du début de la Bible hébraïque et non de la totalité de la Bible
hébraïque].

Le Coran ajoute un nombre impressionnant des superstitions. Le mot [âya] signifie [divin]
est employé 382 fois. Il cite 88 fois les [malaks (sorte d'esprits)], 88 fois les Satans, 29 fois
les Djinns (créatures hybrides bonnes ou mauvaises), 11 fois le Diable et 50 fouis les
Démons.
[On est dans un conte très moyenâgeux. Les djinns sont des croyances très moyenâgeuse : Votre
mari peut devenir un Djinn et vous trompe, votre patron peut se transformer en Djinn etc … On est
dans les délires. Surtout dans les hadiths, les commentaires du Coran, on est en plein délire des
contes moyenâgeux. Un conte moyenâgeux peut être magnifique, un conte moyenâgeux ne peut pas
être une religion].

Les musulmans vivent dans un monde empli de fantômes, et sont obligés de se protégés par
des rituels, développant des troubles obsessionnels compulsifs.
[C'est pour ça que les musulmans sont les plus superstitieux du monde et il semblerait que les
musulmans sont encore plus superstitieux que les Hindous ].
En additionnant 382 signes divins, 88 signes malaks, 88 signes de Satan, 29 signes de
Djinns, 11 signes de Diable et 50 signes de Démons et quelques ogres coraniques, on arrive
à 650 références se rapportant à des perceptions fantasmatiques de la réalité. Plus des
centaines d'appels à la haine : Prendre le Coran pour une vérité, c'est vivre das un conte
moyenâgeux, devenir schizophrène, s'éloigner de Dieu et courir le risque de perdre son âme.
[La Coran est très polythéistes, ils ont hiérarchisés les diables, les démons.Il y a des divinités, toutes
sortes d'esprit. Il y a la guerre entre Allah (le Dieu de la lune qui a vaincu le Dieu de la foudre) avec
les anges, les djinns, les démons etc … C'est pour cela l'islam est très très proche de l’hindouisme en
terme de superstition].

[Il y a même des ogres coraniques, on est loin de la réalité scientifique, les appels à la haine ne
concernant pas uniquement le Coran, on les trouve, également, dans les hadiths, dans la Charia ..
Beaucoup, beaucoup de haine de l'autre. Il suffit de voir, les gens qui appliquent le plus le Coran dans
la pratique, sont les gens les plus sataniques de la planète].

AUTRE EXEMPLE DE FICTION
« Ö Jésus, dès le berceau, tu parlais aux hommes comme un vieillard … Tu crées de terre,
une forme d'oiseau … Tu souffles en elle, et elle est oiseau … [Coran 2:110].
Cette idée est répétée : « Je vais pour vous, dit Jésus, créer l'argile comme une forme
d'oiseau. Je souffle en lui et il est oiseau ! ». [Coran 3:48] répété en [Coran 4:171].
Ce conte de fée coranique, dont aucun chrétien moderne n'a entendu parler, devrait
beaucoup plaire au scribe. Quel prestidigitateur ce Jésus !
Cette idée est reprise du livre de Enoch : « Mathusalem dit à son père Enoch + Mon fils vient
d'avoir un fils qui ne lui ressemble nullement +… Et aussitôt, après, qu'il est sorti des mains
de la sage femme, il a ouvert la bouche et béni le seigneur ».
L’Évangile du pseudo Thomas, venu d'une source syriaque antérieure à l'an 400, eut un
retentissement considérable : Il fut traduit en grec, latin, géorgien, slavon, arménien. Ce livre

13

a servi d'inspiration pour le « livre arménien de l'enfance » et l’« Évangile arabe de
l'enfance », encore plus extravagants, qui ont servi de base pour rédiger des sourates …
[C'est-à-die, on a rédigé des sourates à partir des romans populaires, ils ont pris des romans
populaires et ils ont rajouté dans un livre religieux. On n'est même pas dans le cadre de la mythologie
mésopotamienne, comme l'a fait la Bible qui reprend les termes égyptiens et mésopotamiens, dans le
Coran, on est carrément dans les fictions, dans les fables qui circulent].

FICTION CONCERNANT LES CHRÉTIENS
Je crois utile de faire connaître à nos frère d'origine païenne, les actions enfantines de notre
seigneur Jésus-Christ. … « Ayant pris la terre glaise, Jésus pétrit 12 petits moineaux. C'était
un jour de Sabbat. Une foule de gamins jouait avec Jésus. Un juif voyant à quoi s'occupait
Jésus ce jour-là, s'empressa de tout apporter à son père. Joseph se rendit dans les lieux et
gronda son fils Jésus : Pourquoi te livres-tu à des activités interdites le jour de Sabbat ? Mais
Jésus frappa dans ses mains et cria aux oiseaux : Partez ! Les oisillons déployèrent leurs
ailes et s'envolèrent en pépiant ».
[là on est dans les milles et nuits, les arabes adorent ça, mais on n'est pas dans la religion]
Dans le même texte : « Jésus dessèche sur pied, un enfant qui le contrarie, puis tue un
enfant qui le bouscule. Il humilie son maître, rallonge par la magie, une poutre pour son
père charpentier, libère un enfant transformé en âne ». Vieux conte d'Apulée où le jeune
homme est délivré du maléfice par Isis.
[C'est vraiment un Jésus mauvais, et tueur. Tout le monde connaît le conte d'Apulée, la version
moderne c'est Pinocchio. Est-ce-qu'on peut mettre ça dans un livre religieux et l'attribué à Jésus ? Estce- qu'on peut mettre dans un livre religieux, des fictions qui circulent ? C'est ce que les musulmans
ont fait, longtemps après l’existence du supposé Mahomet, puisqu'ils étaient ignorants de tout, de la
Bible, ils ont ramassé tout ce qui traînait et comme ils avaient aucune connaissance du christianisme,
aucune connaissance intérieure de la spiritualité juive, ils ont fait du Coran une compilation de Patch
Box].

Ces sources expliquent, pourquoi durant les premiers siècles de l'Islam, les chrétiens
voyaient les maures (mauritaniens) et les sarrasins (Saracènes syriens ou arabes des tentes),
comme des chrétiens hérétiques ou des juifs hérétiques.
INVENTION TARDIVE DE LA FICTION
J. Wansbrough a montré que : « Les traditions biographiques sur le prophète de l'Islam sont
en grande partie composées ou recomposées ... Elles reflètent ce que leurs auteurs,
appartenaient à un milieu de clercs spécialisés, estimant devoir présenté de la figure de
l'+ envoyé de Dieu + et la + destination singulière +» de la communauté qu'il avait fondée.
L'écriture est mise sous le couvert de la tradition sur des événements présentés comme
historique, mais, elle consiste en fait, (à mettre en image des allusion du Coran) sous la
forme de la + circonstance de la révélation + ».
« La tonalité dominante dans ce qui va devenir le Coran, est celle d'une apologétique ou
d'une polémique … En, l’occurrence, l'intention est celle d'un milieu producteur des textes,
dont les auteurs écriant deux siècles après, les événements rapportés, sont animée par le
sentiment de leur appartenance à une communauté nouvelle, soucieuse de promouvoir et de
défendre sa singularité propre contre d'autres communautés ».

14

[la polémique engagée, c'est-à-dire se disputer et argumenter avec les autres croyances,
c'est ce qui se passe dans le Coran]
Traduction : Des scribes, eux siècles après les supposés faits, inventent le contexte des
sourates, en inventant la vie de Mahomet, car, ils ne veulent être Agarènes ou Ismaéliens. Ils
rejettent, l'autorité de leurs rabbins et égorgent les juifs. Ils ont conquis Jérusalem pour le
compte des juifs et continuent leur razzias à leur propres comptes.
[Là c'est évident pour les chercheurs, pour les islamologues, il y a vraiment une piste, car en aucun
cas, avant cela, jusqu'à la conquête de Jérusalem, il ne pouvait y avoir des sourates antisémites ou
des hadiths antisémites. Ce qui a pu apparaître, bien longtemps après, lorsque les « pas encore
musulmans » ont créer leur propre identité et ont voulu se séparer complètement de leur identité
juive ismaélite pour devenir eux-même les descendants des fondateurs, c'est-à-dire Abraham et
Moïse].

PAS DE CORAN AU 9ÈME SIÈCLE
J. Wansbrough a étudié les origines samaritaines du Coran, dans « Quranic Studies,
Oxford, 1977 » et « The sectarian milieu, Oxford, 1979 ». Il a montré que : « Le texte
définitif du Coran n'était toujours pas achevé au 9ème siècle. Il en déduisit qu'une origine
arabe de l'Islam était hautement improbable. Il note aussi, l'absence de toute référence au
Coran dans le [Fiqh Akbar I], document daté du milieu du 8ème siècle, représentant
pourtant, l'orthodoxie dogmatique ». Il ajoute que : « Le Coran est le produit d'un
développement organique de traditions originellement indépendante, au cours d'une longue
période de transmission (fusion des différents Corans écrits par différentes tribus) ».
[Samaritain c'est à coté de Jérusalem et le milieu sectaire. Sectaire, il faut le prendre comme à
l'ancienne, c'est-à-dire d'une foi particulière. Au milieu du 8ème siècle, le dogme ne faisait pas
référence au Coran, donc, il n'y avait pas de Coran].

[Quand à la fusion des différents Corans, on voit bien aujourd'hui, le conflit entre les chiites, les
sunnites et les différentes tribus, la fusion entre tous ces groupe n'a toujours pas lieu et n'aura pas
lieu].

L'islamologue A-L de Prémare considère que la « bataille du fossé » a eu lieu en 683 et que
l'on aurait transposé dans la légende de Salman, un fait concernant Yazid le persan. Cet
épisode a été reculé dans le temps et déplacé, comme tant d'autre, en inventant Mahomet.
Goldziher dans « On the Developement of Hadiths » démontre : « Qu'un vaste nombre
de Hadiths, acceptés même dans les recueils musulmans, les plus rigoureusement critiques,
sont les faux complets de la fin du 8ème et du 9ème siècle, et qu'en conséquence, les
chaînes de transmetteurs méticuleux qui les étayaient sont totalement fictifs ».
Au milieu du 8ème siècle, le commentateur du Coran, Mûqatil (mort en 765, soit 103 ans
après le supposé Mahomet), ne mentionnait aucune chaîne de transmetteurs à l'appui de ses
récits.
[Soit disant l'ange Gabriel a dicté à Mahomet et Mahomet a dicté à des scribes, et il y a beaucoup de
chose et des guerres sans arrêts entre chiites et autres, au lieu de détruire, on écrit, on efface, on
rajoute sur les manuscrits par dessus sans arrêt et pour justifier que c'est vraiment dicté par
Mahomet, on citait, ensuite, bien longtemps après, des transmetteurs : Untel a dit ça, parce qu'il le
tenait d'untel, qui le tenait d'untel etc … Et tout ça est complètement fictif comme le reste ].

15

CHAÎNE DE « TRANSMETTEURS » FICTIFS
Traduction : Au 4ème siècle de l'Hégire, un recueil fait référence à un recueil du 3ème
siècle, en affirmant que les paroles ont été garanties par les compagnons de Mahomet,
lesquels, ont clairement, déclaré illicite de propager ces paroles qui nuisent au Coran ! Les
musulmans sont infidèles comme les autres. Des chercheurs concluent que les parole des
Mahomet ont été rédigé vers Bassorah, entre le 9ème et le 10ème siècle.
[Hégire, les gens qui en exode, en exil et qui revenait reconquérir la terre promise].
Enfin, les conteurs gagnaient bien leur vie, en inventant des Hadiths divertissants, que les
masses crédules gobaient avec empressement. Pour attirer les foules, ils ne reculaient
devant rien .. Et, avec une demande croissante, surgit un désir encore plus croissant d'être
payé en liquide pour les Hadiths fournis .. Le cas typique est celui d'Abou Hurayra, dont la
prolifération dans la narration est devenue proverbiale.
Abou Baktari fabriquait les Hadiths la nuit, et Zabala, autre compilateur était connu comme
fausseur.
LE CORAN, COMPILATION DES FABLES
Patricia Crone avec Michaël Cook dans « Hagarism », « The making of the islamic
world » déclare : « La tradition fondamentalement historique à laquelle les conteurs sont
supposés ajoutés simplement leurs fables, n'existe pas. Vu qu'un conteur en suivait un autre,
le souvenir du passé se réduisait à un passé commun d'histoires, des thèmes et des motifs
propres à être combinés ou recombinés à une profusion de faits apparents. Cette
combinaison et recombinaison créait alors de nouveaux détails,et, dans la mesure même où
les informations fausses s'accumulaient, de l'information authentique était perdue ».
Elle [Patricia Crone] a publié « Meccan Trade and the rise of Islam (Le commerce
mécquois et la montée de l'Islam) », démontrant que le berceau de l'Islam ne peut avoir été
la Mecque. D'après elle, l'existence de la Mecque est très incertaine, avant que les califes
n'en fassent un centre de pèlerinage. Ces deux auteurs Crone et Cook considèrent que
l'histoire islamique, au mois jusqu'à Al-Malik (mort en 705) est une invention tardive.
[Comme la Mecque n'existait pas, Mahomet n'existait pas non plus ].
RECHERCHE À FAIRE PAR DES ÉRUDITS
- Traduire le Coran ancien depuis le syriaque et l'araméen. Cela limiterait la criminalité
islamique
- L'histoire des sourates abrogées et le mythe de l'errance juive dans le désert, ont été
transposée dans l'histoire de l'Islam (exil fictif à Médine et la Mecque, villes qui n'existaient
pas).
[Parmi, les traductions de Coran qu'on a en français, les vrais Coran d'origine étaient
beaucoup moins haineux, que les Corans actuels réécrits en arabe].
- Fusion des deux des principaux Corans de l'époque : L'un reprenant des banalités
courantes, puis les versets haineux abrogeant les précédents. Comme si Dieu reprenait ses
textes : L'erreur est Allah-humaine !

16

[Comme on l'a déjà vu, il y avait des dizaines de Coran à l'époque avant la fusion. Et puis
avec la fusion, on vous montre les versets ordinaires du Coran, sans vous dire qu'ils ont été
abrogés, et les versets qui suivent sont beaucoup plus haineux, comme si Dieu réécrivait ses
textes]
- Pour les archéologues, il suffit de vérifier les photos.
FICTION DE L'HISTOIRE MUSULMANE
« C'est un fait de constatation étrange, que la majorité des porteurs des sciences dans
l'Islam ait été constitué de non-arabe », écrivit Ibn Khaldoum au 14ème siècle. La raison est
que les arabes intervinrent tardivement dans la création de l'Islam, lorsqu'il devient
nécessaire de déplacer la fiction dans une vallée déserte pour éviter les combats incessants
entre les différentes tribus de guerriers convertis.
La Mecque est située à 80 kilomètres de la mer. On l'a dit « incontournable » pour les
caravanes. On a dressé un tableau chatoyant digne de mille et une nuit : Centaines d'idoles,
foules bigarrées de pèlerins, caravanes poussiéreuses, tripots avec danseuse où les bédouins
jouent leur fortunes … Les perses qui rédigèrent ces textes, ignoraient tout de la géographie
des lieux. Construit-on une ville sans eau ?
[Tout est perse, juifs dans le Coran, pas d'arabes].
Évidemment c'est faux, la Mecque est une vallée stérile, d'environ 3 kilomètres de long sur
un et demi de large, entourée de 5 petites montagnes, où rien ne pousse. La température
dépasse de 40° en été.
[Rien ne pousse à la Mecque, pas d'eau. Comment il pouvait y avoir à l'époque des milliers d'artisans
juifs, des centaines de joailliers etc … Ça n'a pas de sens !]
On sait que les routes caravanières pour le « grand commerce international » à travers la
péninsule avait été abandonnées depuis l'époque romaine au profit des voies maritimes. Les
yéménites eux-même étaient concurrencés commercialement par les éthiopiens, lesquels
transitaient par la mer rouge.
[C'est qu'on appelle la route des épices, la route des soies etc … Évidemment, c'était plus facile de
traverser la mer que de traverser un désert, où il n'y avait pas d'eau, c'est vraiment pas logique ].

SUPERSTITION DES PIERRES …
« Les arabes adorent les pierres », disait Clément d'Alexandrie à la fin du 2ème siècle.
Maximum Tyrius complétait : « Les arabes rendent hommage, à je ne sais quel Dieu, qu'ils
représentent à une pierre quadrangulaire ».
La forme de la Kaaba vient aussi des formes des Synagogues anciennes et de certains
temples sumériens, comme « l'arche », dans le déluge mésopotamien. Les premières églises
chrétiennes étaient carrées.
Après leur conquête sur Jérusalem, sur l'emplacement du temple, « les saracènes
fréquentent maintenant une maison de prière quadrangulaire ». Le temple de Salomon était
aussi construit sur une pierre noire … ».

17

Pour s'approprier Jérusalem, au détriment des juifs, les Saracènes/Agarènes/Mahgrôïê
inventèrent le voyage céleste de Mahomet …
LE PAGANISME DE LA KAABA
[Kaaba] vient du grec [Kibos]. Saint Épiphanie appelait la déesse mère khaabou (Cybèle). Ce
mot a donné à un cube, en français, en anglais en arabe … Dès le 4ème siècle avant JésusChrist, Appolon était adoré sous la forme d'un cube. Trois siècles avant Jésus-Christ, Rome
accepta solennellement un sanctuaire pour y vénérer Cybèle sous l'aspect d'une pierre noire.
Un autre sens de la [Kaaba] dérive de [Ka'ib], vierge, ou sein d'une vierge. Les divinités
« vierges » n'étaient pas d'innocentes jeunes filles, mais de redoutables célibataires.
Ironie du sort, ou vengeur des Dieux farceurs : La Mecque proclame la grande déesse
mère. La couleur verte de l'Islam vient de la déesse égyptienne Naphté, couleur des eaux
vitales et surtout d'Osiris, couleur de la résurrection.
[Méconnaissance totale de la spiritualité par les inventeurs, car la [Kaaba], c'est le culte de la déessemère qui a été inversée en Dieu-mâle. Ça explique en grande partie la névrose islamique. La Mecque
proclame la grande déesse-mère. La pierre noire est une météorite, parce que les gens recevaient des
météorites de temps en temps et ils pensaient que Dieu les envoyait des signes ]

À Rome, Cybèle était vêtue de vert ; On retrouve le langage habituel des symboles
religieux : La pierre noire boursouflée, lors de son entrée dans l'atmosphère, représente le
visage masqué de la déesse ; On l'habille d'un drap vert, puisque le ciel ouvre ses vannes
pour verdir la terre.
[Dans le Coran, les étoiles c'est les gardiens du ciel, et qui nous protègent des démons etc … Ce culte
de la pierre noire, retrouve dans le christianisme avec la vierge noire, qui était au départ, aussi une
pierre noire, bien sûr !]

Arculfe, évêque gaulois, décrit la [Kaaba] vers 670, un bâtiment en dur fut construit vers
691, probablement encore, une synagogue, dans laquelle, les [Agarènes] allaient prier. Cette
construction ne comportaient pas de [Qiblah], puisqu'on se tournait alors vers l'extrémité du
Dôme où Abraham avait failli sacrifier son fils en Israël … L'idée que Mahomet ait pu
indiquer la direction est un autre mythe, car,il était soit disant mort depuis 60 ans.
[Se tourner alors vers où Abraham avait failli sacrifier son fils en Israël, c'est le judaïsme samaritain ].
AUCUN ARABE AU DÉBUT DE L'ISLAM
Les grammairiens et les commentateurs ne sont pas des arabes du Hedjaz, mais des persans
vivant à Bagdad. Ils n'ont aucune de la société et du système juridique de l'Arabie avant
l'Islam .. Mais un fait massif reste là, qui accuse bien des soupçons : Les plus anciennes
sources musulmanes datées que nous possédons sur l'histoire des débuts de l'Islam, ne
remontent pas à moins des deux siècles, des événements qu'ils prétendent raconter.
En clair, l'invention de Mahomet et de l'histoire du Coran datent d'au moins 2 siècles après
les « supposés faits ». Pour justifier leurs crimes abominables, les guerriers firent parler leurs
divinités Allah, à travers leur prophète imaginaire.

18

Voila pourquoi, les islamistes inventent le mythe du Coran « incréé », ils sont terrifiés par la
réalité historique, par la réalité archéologique. Ils veulent garder le droit de faire le mal,
selon les préceptes coraniques.
Au début, les sourates sont des compilations incohérentes. Puis, elles sont séparées les unes
des autres. Puis, elles reçoivent un nom :
D'abord : Fin de la sourate [X]
Puis : Fin de la sourate [X] et début de la sourate [Y]
Puis : Début de la sourate [X],
Puis Sourate[X]
[Un autre exemple de la fabrication du Coran, au début, les sourates sont des compilations
incohérentes, des grandes discussion, quelle était la première, la deuxième etc … Puis, elles ont été
enfilées les unes après les autres].

Enfin, pour les sacraliser, on ajoute une majuscule : La vache, les Factions, l’Étoile.
[C'est une telle confusion, que ça plonge, les musulmans dans une obscurité totale ].
LA MECQUE N'EXISTE PAS

[Cette photo montre les travaux à la Mecque, vous constatez que la Mecque n'existait pas. Pourquoi ?
Les archéologues le savent bien. Si la Mecque existait à l'époque, il suffit de creuser 3 mètres
seulement, on découvre les civilisations disparues, on découvre des centaines des choses, des milliers
des choses].

[S'il y avait eu des quantités des juifs qui habitaient à la Mecque, avec des artisans, comment ça fait-il
qu'il n'y ait ni construction, ni taisons de bouteilles, ni de taisons de vase, des graines conservés, des
rouleaux, des parchemins, des bijoux entassés. Toutes sorte de choses imaginable ].

[Il y avait donc des milliers d'habitants à la Mecque ? Ou sont-ils ? Vous voyez bien dans la photo de
la Mecque en construction, il n'y avait pas d'habitants. Il suffirai de creuser 3 mètres, voir 10 mètres, à
la Mecque et on verra bien qu'il n'y a pas d'habitants].

19

[Personne n'habitait là, probablement avant le 8ème siècle ou le 9ème siècle, le reste c'est une
reconstruction tardive projetée dans le temps, en arrière, pour faire croire que la Mecque existait. Il
suffit de regarder la photo de la Mecque en construction, pour constater que Mahomet n'a jamais
habité].

[On nous dit que la moitié de l'Arabie était juive ou ¾ juive à l'époque, c'est tout-à-fait absurde. Ou
sont ils ? Ou sont les rouleaux, ou sont les meubles, ou sont les cimetières. Il y en a pas. C'était un
désert stérile. Même aujourd'hui, toute la nourriture est importée, il n'y a rien surplace ].

[Donc, croire, des milliers d'habitants à l' »poque, où, il n'y avait aucune technologie ont ou habiter à
la Mecque, vraiment, il faut prendre des gens pour des demeurés ].
LES DANGERS DU RAMADAN
Une des raisons du nombre des délits et crimes commis par les musulmans pendant le
ramadan est le faux jeûne.
[On en parle jamais dans les médias].
Si vous jeûnez, soit vous mangez. Ne pas boire dans la journée, puis manger et manger en
excès le soir est dangereux pour la santé mentale et physique.
[Si vous désirez de jeûner, d'abord en plein désert, c'est criminel, c'est complètement criminel. Et
donc, il faut décider de boire et de manger très très peu et de manger un peu le soir et vous pouvez
faire cela pendant 1 mois].
[Le cas échéant, vous ne mangez pas la journée, et vous mangez très peu le soir, essentiellement, des
légumes, mais pas de viande et là vous faîtes un demi-jeûne, pas un vrai jeûne. Mais, ensuite, au bout
d'1 mois de ramadan, il faut au moins 1 mois normal, pour reprendre une alimentation équilibrée,
progressivement et progressivement. Le ramadan, si c'est manger un peu le soir, OK ! À condition de
prendre 1 mois pour récupérer progressivement en quelque sorte, après la sortie du ramadan ].

[Mais, si c'est pour bafouer le soir en excès, ça dérègle la santé psychique].
Cela explique le dérèglement musulman pendant cette période. Le ramadan a été imposé par
des musulmans et non par Dieu.
[Jamais, vous rencontrerez quelqu'un qui pratique le jeûne et qui fait le ramadan ! Les spécialistes du
jeûne sont les chrétiens et surtout les hindous, jamais, vous n'entendrez dire, qu'il faut manger le soir.
Le jeûne, c'est le jeûne. Encore, une preuve que le Coran et les préceptes religieux du Coran ne
viennent pas de Dieu].

[Si vous voulez jeûnez d'une manière saine, la manière totale se trouve dans le livre « Total Detox »
et vous trouverez toutes les méthodes de désintoxication pour santé idéale].
INVENTION DES FEMMES DE MAHOMET
- Après le personnage fictif de Mahomet ait été considéré comme vrai, chaque tribu a voulut
l'épouser, d'où l'idée de son Harem.
[C'est pour cela on entend, Ali est son cousin etc … C'était l'objet des négociations .. Moi, je suis aussi
du prophète, on le voit jamais, c'est un caravanier … On donnait une fille à marier, et la tribu

20

considérait qu'elle était mariée et elle était légitimée par le mariage avec un prophète, or qui n'était
qu'un personnage fictif ].

L'idée d'un prophète violant une fillette de 9 ans aurait révolté ses concitoyens, comme tous
les humains. Ce qui confirme que Mahomet n'a jamais existé.
[Quand vous voyez Moïse qui est quand même caractériel, qui a des côtés quand même limite. Quand
vous voyez Abraham qui n'est pas totalement saint. Parce que c'est la religion, la religion n'est pas
une zone de non droit, c'est aussi un objet d'étude de l'humanité., puisque c'est une création de
humain à sa tête. Enfin, que c'était des pédophiles ? Mais non ! Jamais les juifs auraient accepté
d'avoir un prophète pédophile. C'est pourquoi, beaucoup de musulmans prônent la pédophilie,
beaucoup qui la pratique que l'on pourrait s'imaginer].

[C'est simplement parce que une tribu avait une fille de 6 ans, on a dit on va l'épouser et
n'importe qui a raconter n'importe quoi].
Et comment Aïcha savait-elle écrire sa vie ? Elle était éduquer en se mariant à 6 ans, alors
que Mahomet était analphabète.
[C'est-à-dire, la divinité Allah choisit un prophète analphabète, qui épouse une fille de 6 ans qui sait
lire … enfin, soyons sérieux].
Car sinon … Mahomet aurait écrit le Coran lui même ! Voilà pourquoi les rédacteurs l'ont
rendu analphabète … C'était indispensable pour la fiction.
[Si Mahomet savait lire, il aurait inventé le Coran lui-même, c'est pourquoi, ils l'ont inventé qu'il était
analphabète et ils lui ont inventé une famille : Tout le monde mourait, tout le monde serait mort, lui
même orphelin … Ça sent la fiction la ligne à toutes les lignes. Nous connaissons tous les mécanismes
de la création de la fiction. Quand on lit le Coran, on voit bien c'est une fiction, quand on lit le reste,
on voit bien c'est encore pire].

21


Documents similaires


Fichier PDF decoupage sequence cps
Fichier PDF presentation islam
Fichier PDF droit et islam
Fichier PDF l islam et le statut de la femme
Fichier PDF 4fhbpgl
Fichier PDF naissance de l islam et invention de mahomet


Sur le même sujet..