Article regard bd sur l'éducation .pdf



Nom original: Article regard bd sur l'éducation.pdf
Titre: Microsoft Word - Article regard bd sur l'éducation.docx

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.10.1 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 10/01/2015 à 18:08, depuis l'adresse IP 77.207.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 506 fois.
Taille du document: 83 Ko (5 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Quelle   serait   une   éducation   juste   au   sens   de   la   philosophie   bouddhiste,   et   comment   y  
décrit-­‐on  l’enfant  ?  
 
«  Les   enfants   portent   en   eux-­‐mêmes   tout   le   potentiel   d’épanouissement   intellectuel   et  
émotionnel  »  
 
Selon  la  vue  fondamentale  du  bouddhisme,  tous  les  êtres,  et  donc  tous  les  enfants,  ont  une  
nature   profondément   bonne.   Ils   portent   en   eux   tout   le   potentiel   d’épanouissement  
intellectuel  et  émotionnel.  La  graine  est  déjà  là,  le  travail  de  l’éducateur  est  celui  du  jardinier  
qui  prend  soin,  arrose,  crée  un  environnement  propice  à  tous  les  niveaux  pour  que  la  fleur  
grandisse.    
 
 
Quelle  est  l’influence  du  déterminisme  familial  dans  la  constitution  de  l’enfant  ?  
 
Lorsqu’on   naît   dans   un   environnement   familial   donné,   on   est   comme   pré-­‐orienté.   Il   me  
semble   que   le   plus   important   pour   un   éducateur,   c’est   d’être   éclectique   pour   ne   pas   offrir   à  
l'enfant  un  modèle  unique  de  réalisation.  Sinon,  on  ne  permet  pas  à  l’enfant  de  trouver  sa  
vraie  nature.  L’école  est  un  exemple  probant.  Si  un  enfant  est  bon  en  mathématiques,  il  est  
considéré.  Si  ce  n’est  pas  le  cas,  il  sera  catalogué  comme  incapable.  C’est  très  formaté,  là  où  
il  faudrait  offrir  à  l’enfant  des  pistes  de  réussite  variées.    
 
Outre   l’ouverture   à   plusieurs   modèles,   que   peuvent   mettre   en   œuvre   les   parents   pour  
l’épanouissement  total  de  leurs  enfants  ?  
«  Il  faut  une  structure  mais  à  l’intérieur  de  celle-­‐ci,  une  flexibilité  permettant  d’évoluer  est  
nécessaire,  sinon  cela  relève  de  la  psychorigidité  ».  
 
Dans   le   bouddhisme   il   y   a   deux   qualités   capitales   qu’on   retrouve   notamment   dans  
l’éducation.   D’abord   la   présence,   qui   consiste   à   montrer   à   l’enfant   qu’on   est   là,   qu’il   peut  
compter   sur   notre   amour   inconditionnel.   Si   l’enfant   sent   qu’il   risque   d'être   délaissé   dès   qu’il  
n’est  pas  comme  il  faut,  il  se  conformera  à  un  modèle  qui  ne  lui  va  pas  forcément.  Il  aura  
peur  de  l’échec,  et  ne  parviendra  pas  à  s’épanouir.  
 Ensuite,   il   y   a   la   qualité   d’espace.   On   est   présent,   mais   on   laisse   l’enfant   exister   sans  
l’étouffer   ni   lui   plaquer   nos   projections.   Sans   quoi,   c’est   un   amour   conditionnel   qui   se  
transforme  vite  en  chantage  affectif.  Il  faut  une  structure  mais  à  l’intérieur  de  celle-­‐ci,  une  
flexibilité  permettant  d’évoluer  est  nécessaire  sinon  cela  relève  de  la  psychorigidité.    
 
Pierre  Rabbi  a  dit  que  nous  habitions  une  société  hors  sol.  Le  contact  avec  la  nature  est-­‐il  
important  pour  les  enfants  ?  
 
Grandir   en   milieu   rural   est   formidable   pour   un   enfant.   Le   contexte   avec   la   nature,   une  
activité  physique  de  plein  air,  ce  sont  des  facteurs  de  stabilité  ;  mais  je  ne  veux  pas  en  faire  
un   absolu.   Je   connais   des   enfants   qui   naissent   en   plein   Paris   dans   des   familles   merveilleuses  
et  qui  vivent  très  bien.  Le  plus  fondamental  reste  quand  même  l'environnement  humain.    
 
Vous   êtes   très   proche   de   vos   deux   belles   filles.   A   l’adolescence,   une   forme   d’insécurité  
s’installe.  Comment  gérer  cela  ?  

Exergue   :   "Sans   avoir   trouvé   soi-­‐même   sa   propre   sécurité   intérieure,   il   est   difficile   de  
témoigner  un  amour  inconditionnel  en  temps  de  crise"  
 
J’ai   participé   à   leur   éducation   depuis   l’âge   de   sept   ans.   Je   les   ai   vues   évoluer   et  
effectivement,   l’adolescence   crée   une   grande   insécurité.   Outre   les   mutations   physiques   et  
psychologiques,  tout  reste  à  construire,  amoureusement  ou  professionnellement.  C’est  une  
période   délicate,   et   en   même   temps   pleine   de   promesses.   D’une   façon   ou   d’une   autre,   la  
«  crise  d’adolescence  »  est  rarement  évitable,  mais  bien  accompagnée  elle  peut  déboucher  
sur   quelque   chose   de   merveilleux.   Lorsque   mes   belles   filles   ont   passé   leur   crise  
d’adolescence,  cela  a  été  compliqué  mais  elles  ont  pu  devenir  de  jeunes  adultes  heureuses.  
Elles   ont   senti   qu'on   ne   les   lâchait   jamais,   qu’elles   étaient   toujours   les   bienvenues   et  
soutenues   inconditionnellement.   Cela   demande   un   lâcher   prise   difficile   car   on   va   toujours  
aimer  l’enfant  quand  bien  même  il  ne  se  comporte  pas  du  tout  comme  on  voudrait.  Cette  
attitude  permet  à  l’adolescent  de  traverser  l’insécurité,  mais  encore  faut-­‐il  être  soi-­‐même  en  
sécurité  intérieure,  sinon  on  ne  pourra  pas  lui  proposer  de  planche  d’appui  stable.  
 
La  méditation  peut-­‐elle  aider  à  contrer  le  sentiment  d’insécurité  chez  les  jeunes  ?  
 
Exergue     «  On   se   rend   compte   que   sans   poser   son   esprit,   non   seulement   on   ne   peut   rien  
accomplir   de   profond,   mais   en   plus   on   est   toujours   en   insécurité   et   en   perturbation  
émotionnelle  ».  
 
D’abord,  je  constate  une  diminution  de  la  durée  d’attention.  Ce  temps  se  raccourcit  car  les  
nouvelles  technologies  sont  basées  sur  un  rythme  très  rapide.  D’un  point  de  vue  bouddhiste,  
on   pourrait   presque   dire   que   c'est   l'opposé   de   l'entraînement   méditatif,   et   parler  
d’entraînement   à   la   distraction   !   Ce   zapping   perpétuel   créée   une   forme   d’anomie   et  
d’insécurité  car  on  ne  sait  plus  où  on  est,  étant  incapable  de  poser  son  esprit  sur  un  objet  
donné  plus  de  quelques  secondes.  C’est  là  que  la  méditation  intervient.  Dans  les  pays  anglo-­‐
saxons  la  «  mindfulness  »  (pleine  conscience),  mouvement  impulsé  par  John  Kabat  Zinn,  est  
entrée  dans  l’éducation.  On  se  rend  compte  que  sans  poser  son  esprit,  non  seulement  on  ne  
peut   rien   accomplir   de   profond,   mais   en   plus   on   est   toujours   en   insécurité   et   en  
perturbation   émotionnelle.   Cela   débouche   sur   l’impossibilité   de   trouver   une   quelconque  
stabilité   intérieure.   Je   crois   que   l’éducation   à   l’attention,   quelle   que   soit   sa   forme,   est   de  
plus  en  plus  urgente  et  indispensable.  
 
Comment  caractériseriez-­‐vous  votre  rapport  à  vos  belles-­‐filles  ?  
 
Dans   le   livre   Esprit   zen,   esprit   neuf,   Suzuki   Roshi   a   une   phrase   très   à   propos.   Il   dit   «  esprit  
zen,   esprit   de   débutant.   Dans   l’esprit   de   l’expert   il   y   a   peu   de   possibilités,   alors   que   dans  
l’esprit   du   débutant   il   y   en   a   beaucoup  ».   Un   esprit   de   débutant   est   par   définition   ouvert,  
libre,   prêt.   Avec   ma   belle-­‐fille   Olivia   par   exemple,   le   lien   reste   toujours   neuf   parce   que   je   ne  
suis  pas  dans  une  optique  de  maturité  en  affirmant  «  j’ai  54  ans,  tu  verras  ma  chérie  je  vais  
t’expliquer  la  vie  car  tu  es  jeune…  ».  Au  contraire,  j’apprends  d’elle  autant  qu’elle  apprend  
de   moi,   ce   qui   rend   la   relation   fructueuse,   l'énergie   circule,   tout   est   en   création.   En   tant  
qu’adulte,  si  on  est  sur  un  chemin  spirituel,  on  se  rend  compte  qu’on  a  toujours  à  apprendre,  
qu’on   est   toujours   en   évolution,   et   l'âge   ne   signifie   pas   grand-­‐chose.   Par   opposition,   il   y   a  
l’esprit  de  l’expert,  de  l'adulte  qui  sait  tout,  et  qui  devient  vite  insupportable  !  

 
On   imagine   que   ce   n’est   pas   toujours   facile   de   trouver   le   ton   et   les   mots   justes   pour  
chaque  individu.  Comment  y  arriver  au  mieux  ?    
 
Exergue     «  je   voudrais   me   récrier   contre   l’idée   qu’il   faille   faire   des   années   d’études   pour  
devenir  une  sorte  d’expert  en  éducation  ».  
 
Je   crois   que   si   les   qualités   dont   j'ai   parlé   jusqu'ici   sont   dans   notre   cœur,   il   y   a   beaucoup   plus  
de  chances  d’être  naturellement  approprié  dans  une  situation  donnée.  Surtout,  je  voudrais  
me  récrier  contre  l’idée  qu’il  faille  faire  des  années  d’études  pour  devenir  une  sorte  d’expert  
en   éducation.   Cela   peut   être   utile,   mais   ce   n’est   pas   indispensable,   contrairement   aux  
qualités   humaines.   Parfois,   cela   peut   même   être   un   obstacle.   J’ai   côtoyé   des   gens   dans   le  
domaine   psychologique   ou   éducatif   qui   venaient   avec   beaucoup   de   diplômes   et   qui  
essayaient   d'appliquer   leur   recette.   Sûrs   de   détenir   la   vérité,   ils   expliquaient   quel   est   le  
blocage,   comment   le   surmonter…   pour   le   jeune,   c’est   très   limitant   d’avoir   affaire   à   ce   genre  
de  personnes.  C'est  encore  l'esprit  de  l'expert.    
 
Vous   êtes   professeur   depuis   de   nombreuses   années.   Outre   la   transmission   du   savoir,  
comment  avez-­‐vous  appréhendé  l’aspect  pédagogique  du  métier  ?  
 
Exergue   "  Dans   l'éducation   nationale,   nous   en   sommes   restés   à   un   enseignement   de   type  
Jules   Ferry,   avec   un   magister   transmettant   la   connaissance   du   haut   d'une   chaire,   dans   le  
style  IIIème  République  "  
 
Cela   fait   plus   de   vingt-­‐cinq   ans   que   j’enseigne   les   mathématiques   en   classes   préparatoires  
donc   je   connais   bien   le   système   français.   Quand   j’ai   pris   mon   premier   poste,   je   n’avais  
presque   aucune   préparation   pédagogique.   On   m’a   enseigné   à   être   un   expert   dans   la  
discipline  mathématique,  c’est  tout.  J’ai  bien  eu  quelques  cours  théoriques  de  pédagogie  à  
l’université,  mais  cela  ne  m’a  pas  du  tout  aidé  face  à  une  classe.  Pour  cela,  le  plus  utile  a  été  
mon   chemin   bouddhiste.   Durant   ce   parcours,   j’ai   développé   des   qualités   que   j’ai   pu  
expérimenter   dans   ma   relation   avec   les   jeunes,   qui   ont   une   vingtaine   d’années   dans   mon  
cas.  Grâce  à  cela  je  leur  étais  de  plus  en  plus  utile,  et  j’étais  de  plus  en  plus  à  l’aise.  Si  j’avais  
compté   sur   l’éducation   nationale…   De   ce   point   de   vue,   nous   sommes   très   en   retard   sur  
l’Europe   du   Nord   ou   les   Anglo-­‐Saxons,   qu’on   a   pourtant   tendance   à   critiquer.   Là-­‐bas   il   y   a  
plus  de  formation  au  relationnel,  au  développement  personnel.  Ils  sont  mieux  formés  pour  
faire   interagir   les   jeunes,   alors   que   nous   sommes   restés   à   un   enseignement   type   Jules   Ferry,  
avec  un  magister  transmettant  la  connaissance  théorique,  dans  le  style  IIIème  République.  
C’est  inadéquat  à  notre  époque,  et  ceci  explique  en  partie  la  déprime  des  enseignants  et  le  
désaveu  des  jeunes  pour  l'école  en  France.    
 
Quand  on  est  enseignant,  la  mère  de  toutes  les  qualités  est  de  ne  pas  avoir  peur  de  l’autre.  
Les   jeunes,   surtout   les   adolescents,   sont   un   miroir   de   nos   peurs.   Si,   plus   ou   moins  
consciemment,   on   a   peur   au   fond   de   nous,   cela   ressort   et   crée   des   tensions.   Dans   l’idéal,  
l’enseignant   devrait   effectuer   un   travail   personnel   intérieur.   Le   bouddhisme   peut   y  
contribuer  bien  sûr,  mais  beaucoup  d'autres  démarches  sont  tout  aussi  efficaces  pour  cela.  
Le  fait  est  que  l’éducation  nationale  n’offre  aucun  chemin  de  ce  type.  Ainsi  on  se  retrouve  

désarmé  et  c’est  comme  envoyer  au  front  des  soldats  qui  n’auraient  fait  aucune  manœuvre  
avant,  mais  auraient  juste  lu  des  livres  sur  la  théorie  militaire.  
 
Donnez-­‐vous   à   vos   élèves   des   moyens   de   mieux   gérer   le   stress   lié   à   la   pression   des  
concours  aux  grandes  écoles,  et  lesquels  ?  
 
Exergue    «  Il  faut  donner  confiance  aux  jeunes,  pas  seulement  dans  leurs  capacités  purement  
intellectuelles,  mais  aussi  dans  ce  qu’ils  seront  en  mesure  de  développer  plus  tard  ».  
 
Je   suis   consterné   par   leur   manque   de   confiance.   A   partir   du   moment   où   ils   sont   en   prépa   ils  
ont  de  bonnes  raisons  d’avoir  confiance  en  eux  et  dans  leur  avenir.  Pourtant  ils  ont  peur  de  
se  tromper,  d’être  jugés,  notés.  Je  souhaite  instaurer  un  climat  sympathique  et  amical  pour  
qu’ils   sentent   qu’ils   ont   le   droit   de   faire   des   erreurs,   que   c'est   la   meilleure   façon  
d'apprendre.   On   est   justement   là   pour   s’entraîner,   c’est   donc   normal.   Le   droit   de   se  
tromper,  d'essayer,  sans  la  peur  d'être  jugé  ou  du  ridicule,  c'est  capital.    
Ensuite,   je   tente   de   leur   montrer   que   leur   avenir   ne   se   résume   pas   au   concours.   Prenons   un  
élève   pas   très   fort   en   science   théorique.   Il   aura   certainement   un   concours   moins   prestigieux  
mais   s’il   a   d’autres   qualités   humaines,   de   communication,   d’ingéniosité,   d’intelligence  
pratique,  sa  carrière  sera  peut-­‐être  infiniment  plus  réussie  que  celle  d’un  polytechnicien  ou  
d'un   enarque.   Il   faut   donner   confiance   aux   jeunes,   pas   seulement   dans   leurs   capacités  
purement  intellectuelles,  mais  aussi  dans  ce  qu’ils  sont  en  mesure  de  développer  au  niveau  
humain.    
Parfois,   j’ai   affaire   à   des   jeunes   vraiment   vifs,   mais   qui   n’accrochent   pas   avec   l’aspect  
intellectuel  et  abstrait  des  disciplines  enseignées.  Je  leur  dis  «  ne  vous  inquiétez  pas.  Peut-­‐
être   que   vous   ne   réussirez   pas   brillamment   le   concours,   mais   vous   vous   rattraperez   par   la  
suite  et  réaliserez  des  choses  fantastiques  ».  Un  tel  discours  est  très  nouveau  pour  eux.  
 
 Je   veux   introduire   un   autre   élément   dans   mon   enseignement.   Une   des   instructions   de  
méditation   dans   le   bouddhisme   est   d’être   attentif,   vigilant,   et   cependant   détendu.   Or   ce  
précepte  est  difficile  à  mettre  en  œuvre  chez  les  étudiants.  Soit  ils  sont  trop  détendus  et  font  
excessivement   la   fête  :   ceux-­‐là   ne   réussissent   pas.   Soit   ils   sont   trop   vigilants   et   travaillent  
jusqu’à   très   tard,   dormant   peu,   ce   qui   engendre   fatigue   et   angoisse.   Le   résultat   est   aussi  
l'échec.  La  clé  de  la  réussite  est  dans  l’équilibre  entre  vigilance  et  détente.  J’ai  appris  cela  en  
chemin  bouddhiste,  et  j’essaie  de  retranscrire  cet  équilibre  dans  la  classe.    
Je  prends  plaisir  à  travailler  avec  les  jeunes  mais  je  suis  encombré  par  la  structure,  car  un  des  
deux  grands  défauts  de  la  prépa  réside  dans  l’unique  valorisation  des  capacités  abstraites  de  
théorisation  aux  dépens  de  l’intelligence  émotionnelle.  D’autre  part,  elle  adoube  la  réussite  
purement  individuelle.  Ceci  est  en  contradiction  avec  le  monde  actuel  de  la  recherche  et  de    
l’entreprise  où,  globalement,  le  succès  se  construit  en  équipe.  Je  rêve  d’une  université  où  on  
puisse   distinguer   un   groupe   d’étudiants   pour   la   création   d’un   projet   par   exemple,   et   leur  
octroyer  un  diplôme  pour  récompenser  une  réalisation  collective.  Cela  changerait  tout.  
 
Quelles  seraient  selon  vous  trois  valeurs  essentielles  à  transmettre  aux  enfants  ?  
 
Exergue:    "la  confiance  en  soi  et  la  sécurité  intérieure  ;  la  bienveillance  et  la  tolérance  ;  enfin,  
l'attitude  d’amour  et  de  générosité."  
 

Premièrement  la  confiance  en  soi  et  la  sécurité  intérieure.  Ensuite  je  pense  à  la  bienveillance  
et   la   tolérance.   Enfin,   il   y   a   une   attitude   d’amour   et   de   générosité.   Mais   pour   transmettre  
toutes  ces  valeurs,  même  si  le  discours  peut  compter,  notre  qualité  d’être  est  beaucoup  plus  
parlante.  Au  bout  du  compte  c'est  elle  qui  fait  que  ces  valeurs  s'ancrent  dans  le  subconscient  
de  l'enfant  et  lui  donneront  un  atout  formidable  dans  toute  sa  vie.    
A  court  terme,  on  peut  avoir  l’impression  de  faire  du  surplace  malgré  les  efforts  déployés.  
Par   contre   à   long   terme,   cela   se   révèle   être   du   gagnant-­‐gagnant,   seulement   il   faut   de   la  
patience.   Or   nous   avons   trop   tendance   à   vouloir   des   résultats   rapides.   Il   ne   faut   pas   se  
décourager   ni   se   juger   en   fonction   des   réactions   des   adolescents   mais   persévérer   avec  
beaucoup  de  lâcher  prise,  en  restant  stable  sur  ses  valeurs.  Une  fois  j’ai  demandé  à  Sogyal  
Rinpoché   ce   qu’il   fallait   faire   face   aux   adolescents.   Il   m’a   répondu   «   soyez   ferme   sur  
quelques  valeurs  fondamentales,  mais  sinon  laissez  beaucoup  d’espace,  continuez  à  donner  
de   l’amour   inconditionnel,   et   vous   verrez   :   lentement,   lentement,   cela   fonctionnera  ».   Ce  
«  slowly  slowly  »  en  anglais  dans  le  texte,  il  l’avait  prononcé  avec  une  telle  profondeur…  Cela  
nous  avait  beaucoup  aidés,  ma  compagne  et  moi.  Aujourd’hui  on  en  voit  les  fruits  et  c’est  
extraordinaire.   Sur   le   moment   on   est   un   peu   dubitatifs,   mais   la   patience   inculquée   par   le  
bouddhisme   est   une   qualité   en   voie   de   disparition   dont   on   a   grand   besoin   :   sur   le   long  
terme,  tout  le  monde  est  gagnant.      
 
 



Télécharger le fichier (PDF)










Documents similaires


education affective par l art
4ansrapport vf avec liens
c est quoi l amour par ledy 02
pere joseph
lessecretsdelaconfianceenvous
traduction myaspergerchild

Sur le même sujet..