cotedivoire .pdf



Nom original: cotedivoire.pdfTitre: II- MATERIELS ET METHODES Auteur: Diby

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Acrobat PDFMaker 6.0 for Word / Acrobat Distiller 6.0 (Windows), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 12/01/2015 à 12:55, depuis l'adresse IP 41.66.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 355 fois.
Taille du document: 1.5 Mo (60 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


RAPPORT D’ÉTUDE
THEME :

APPORT

DE

LA

D’INFORMATION

TÉLÉDÉTECTION
GEOGRAPHIQUE

ET

(SIG)

D’UN
À

LA

SYSTEME
GESTION

INTEGREE ET PARTICIPATIVE DES AIRES PROTEGEES EN
CÔTE D’IVOIRE : APPLICATION AU PARC NATIONAL DE
COMOE (RÉSERVE DE BIOSPHERE)

Étude

financée

par

le

programme

UNESCO/MAB

pour

Jeunes

Scientifiques 2006,
Réalisée par
Dr. Hélène Boyossoro KOUADIO
Enseignante-Chercheure au CURAT/UFR-STRM
Université de Cocody (Côte d’Ivoire)

Sous la direction de :
Professeur Martine Touao TAHOUX
Point Focal National du Programme UNESCO/MAB-Côte d’Ivoire

Professeur Jean BIEMI
Doyen de l’UFR-STRM, Université de Cocody (Côte d’Ivoire)

Novembre 2006
1

REMERCIEMENTS

Au terme de ce travail, je voudrais dire merci et témoigner toute ma
reconnaissance au Bureau du Conseil international de coordination du Programme
MAB de l’UNESCO qui a financé cette recherche grâce à une Bourse du MAB pour
Jeunes Scientifiques pour 2006. Grâce à ce financement, j’ai pu d’une part acquérir le
matériel et l’équipement nécessaires ; et d’autre part effectuer une mission sur le
terrain pour mener à bien cette recherche.
Je voudrais aussi témoigner toute ma reconnaissance et ma gratitude à Madame
Martine TAHOUX, Point focal pour les Réserves de Biosphère en Côte d’Ivoire, et
au Professeur Jean BIEMI qui m’ont assuré de leur confiance et de leur soutien
indéfectible pour la réalisation de ce projet. Grâce à leurs conseils, j’ai pu mettre en
place une équipe de recherche sans laquelle il aurait été difficile de réaliser ce projet.
Je voudrais par conséquent, remercier ici Messieurs Édouard Konan KOUASSI,
Hyppolite Dibi N’DA, Charles Yao SANGNE et Michel Kouadio YAO tous
Chercheurs respectivement au Laboratoire de Botanique, au Centre Universitaire de
Recherches et d’Applications en Télédétection (CURAT) de l’Université de Cocody
(Côte d’Ivoire) et au Centre de Recherches Écologique (CRE) associé à l’université
d’Abobo-Adjamé (Côte d’Ivoire) et qui ont accepté de travailler avec moi dans le
cadre de ce projet. L’engagement et la détermination de chacun, nous ont permis de
respecter le délai prescrit par le projet.
Je ne saurais terminer sans dire merci au Colonel Pierre KOFFI, Gestionnaire du parc
de Comoé qui a mis à notre disposition tous les moyens nécessaires pour la réalisation
de la mission sur le terrain et qui a contribué de façon efficace aux travaux de terrain.
A tous ceux qui ont participé de près ou de loin à l’élaboration de ce travail, je dis
merci.

2

TABLE DES MATIERES
INTRODUCTION.................................................................................................................... 7
I-GENERALTES SUR LA ZONE D’ETUDE................................................................. 10
I.1-Localisation du Parc................................................................................................. 10
I.2- Caractéristiques physiques..................................................................................... 11
I.2.1- Relief .................................................................................................................. 11
I.2.2- Hydrographie ...................................................................................................... 11
I.2.3- Sols ..................................................................................................................... 12
I.2.3-Climat .................................................................................................................. 13
I.3-Population ................................................................................................................. 13
I.4-Les activités socio-économiques .............................................................................. 14
I.4.1-L’agriculture ........................................................................................................ 14
I.4.2-L’élevage ............................................................................................................. 15
I.4.3-La chasse.............................................................................................................. 15
I.4.4-Le tourisme .......................................................................................................... 16
I.5-La gestion du parc national de Comoé ................................................................... 16
I.5.1. Les activités menées ou en cours de réalisation.................................................. 17
I.5.1.1-Les activités menées……………………………………………… ........... 17
I.5.1.2-Les activités en cours de réalisation……………………………… ........... 19
1.5.2- Les activités scientifiques menées dans le parc de Comoé................................ 19
II- MATERIELS ET METHODES .................................................................................. 23
II.1- Matériels ................................................................................................................. 23
II .1.1- Matériels pour l’étude de la flore et de la végétation....................................... 23
II .1.2- Matériels pour l’étude des sols......................................................................... 23
II.2- Méthodes................................................................................................................. 24
II.2.1-Méthode de télédétection et d’inventaires botaniques ....................................... 24
II.2.1.1- Identification des types de végétation à partir des images satellitaires….24
II.2.1.2- Description des types de végétation……………………………… ......... 25
II.2.1.3- Méthode des inventaires botaniques………………………………. ....... 25
II.2.2- Méthode d’échantillonnage des sols ................................................................. 26
II.2.2.1- Echantillonnage de sol ‘composite’ pour les analyses
physico-chimiques……………………………………………………... 27
II.2.2.2-Echantillonnage de sol ‘non composite’ pour la mesure de la densité
et de l'humidité………………………………………………..… ........... 27
II.2.3-Méthodes d’analyse............................................................................................ 28
II.2.3.1- Méthodes d’analyse botanique…………………………………. ............ 28
II.2.3.2- Méthodes d’analyse de la structure de la végétation………………........ 28
II.2.3.3- Méthode de cartographie de la végétation par télédétection………. ....... 29
II.2.3.4- Méthodes d’analyse des paramètres physico-chimiques du sol…….. ..... 29
III- RESULTATS ET DISCUSSION ............................................................................... 32
III.1-Types de végétation ............................................................................................... 32
III.1.1- Savanes type 1.................................................................................................. 34
III.1.2- Savanes de type 2............................................................................................. 34
III.1.3- Savanes type 3.................................................................................................. 35
III.1.4- Forêts galeries .................................................................................................. 35
III.1.5- Îlots forestiers................................................................................................... 36
III.2 – Richesse et diversité de la végétation ................................................................ 37
III.2.1- Richesse floristique.......................................................................................... 37
3

III.2.2- Diversité spécifique ......................................................................................... 37
III.3-Structure de la végétation..................................................................................... 38
III.3.1- Structure verticale ............................................................................................ 38
III.3.2- Structure horizontale........................................................................................ 39
III.3.2.1- Formations forestières…………………………………………............. 39
III.3.2.2- Formations savanicoles…………………………………………........... 40
III.4-Résultats de l’analyse des échantillons de sol ..................................................... 42
III.4.1- Densité apparente (Da) des sols étudiés........................................................... 42
III.4.2- Humidité pondérale (Hp) des sols étudiés ....................................................... 43
III.4.3- Matière organique (Mo) des sols étudiés ......................................................... 43
III.4.4- pH des sols étudiés........................................................................................... 44
III.5-Dynamique du couvert végétal du sud du Parc de Comoé de 1976 à 2002...... 45
III.5.1- Précision des traitements de télédétection ....................................................... 45
III.5.2- Cartographie de la végétation en 2002............................................................. 47
III.5.3- Dynamique de la végétation de 1976 à 2002 ................................................... 49
CONCLUSION ET PERSPECTIVES ................................................................................. 53
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES............................................................................. 55

4

LISTE DES FIGURES
Figure 1: Localisation du Parc national de Comoé et de la zone d’étude…………………………….
Figure 2: Carte d’altitude et du réseau hydrographique du sud du Parc de Comoé…………………..
Figure 3: Graphe des précipitations annuelles dans la région de Bouna……………………………...

10
12
13

Figure 4: Carte de densité de population des localités riveraines au sud du Parc de Comoé………...
Figure 5: Disposition des parcelles I et II sur le terrain………………………………………………

14
26

Figure 6: Localisation des Parcelles de relevés de surfaces à l’intérieur du PNC sur l’image de
composition colorée Landsat 7 ETM+4/5/3 de 2002………………………………………
Figure 7: Schéma du prélèvement des échantillons de sol…………………………………….
Figure 8: Savanes type 1……………………………………………………………………………
Figure 9: Savanes type 2……………………………………………………………………………
Figure 10: Savanes type 3……………………………………………………………………………
Figure 11a: forêt galerie……………………………………………………………………………..
Figure 11b : Rivière dans une forêt galerie….……………………………………………………….
Figure 11c: Sous bois de forêt galerie……………………………………………………………….
Figure 12a: Ilot forestier………………………………………………………………………………
Figure 12b: Sous bois d’un îlot……………………………………………………………………….
Figure 12c: Sous bois d’un îlot forestier présentant une ouverture…………………………………..
Figure 13: Richesse en nombres d’espèces des types de végétation…………………………………..
Figure 14: Diversités des types de végétation en fonction des indices de Shannon…………………..
Figure 15: Densités de tiges (A) et aires basales (B) des différentes formations forestières……….....
Figure 16: Distribution des tiges par classes de diamètres des formations forestières………..………
Figure 17: Densités de tiges (A) et aires basales (B) des différentes formations savanicoles………...
Figure 18: Distribution des tiges par classe de diamètre dans les formations savanicoles…………...
Figure 19: Graphe de la densité apparente des sols étudiés selon le couvert végétal……....................
Figure 20: Graphe de l’humidité pondérale des sols étudiés selon le couvert végétal………………...
Figure 21: Graphe du taux de la matière organique des sols étudiés selon le couvert végétal………..
Figure 22: pH des sols étudiés selon le couvert végétal………………………………………………
Figure 23: Carte de végétation du Parc de Comoé en 2002…………………………………………..
Figure 24: Evolution de la végétation de 1976 à 2002………………………………………………..
Figure 25: Evolution de la surface des types d’occupation de 1976 à 2002………………………….

26
27
34
34
34
35
35
36
36
36
36
37
38
39
40
41
41
42
43
44
44
48
50
51

LISTE DES TABLEAUX
Tableau I : Estimation de l’évolution des populations d’ongulés du PNC entre 1978 et 1998……..
Tableau II: Caractéristiques des capteurs utilisés.………………………………………………..…
Tableau III: Coordonnées des Parcelles de relevés de surfaces……………………………………
Tableau IV: Caractérisation floristique des types de végétation à l’aide des fréquences des
espèces inventoriées………………………………………………..………………….
Tableau V: Structure verticale des différentes formations végétales du Parc de Comoé…….……
Tableau VI: Quelques caractéristiques physico-chimiques des sols du Parc national de Comoé
sous savanes et forêts naturelles………………………………………………………..
Tableau VIIa: Matrice de confusion de la classification de l’image Landsat MSS de 1976……...
Tableau VIIb: Matrice de confusion de la classification de l’image Landsat TM de 1986…………
Tableau VIIc: Matrice de confusion de la classification de l’image Landsat ETM+ 2002…………
Tableau VIII: Proportion des différents types de végétation en 2002……………………………....
Tableau IXa: Surfaces des différents types de végétation………………………………………. …
Tableau IXb: Surfaces des types d’occupation…………………………………………………......

5

16
24
25
33
38
42
46
46
47
49
51
51

RESUME
Le parc National de Comoé (Réserve de Biosphère) est situé dans le Nord-est de la Côte
d’Ivoire. Sa superficie est d’environ 1.150.000 hectares. Son étendue et la diversité des
écosystèmes qui le composent en font un réservoir de biodiversité floristique et faunistique. Il
constitue la plus grande aire naturelle protégée de l’Afrique de l’Ouest et est classé patrimoine
mondial de l’UNESCO depuis 1983.
Depuis 2003, le parc de Comoé est désigné comme patrimoine mondial en péril par
l’UNESCO qui veut ainsi mettre l’accent sur la nécessité de renforcer la gestion de cette
Réserve de Biosphère.
Cette étude vise d’une part à faire l’état des lieux tant au niveau floristique que faunique, et
d’autre part à étudier la dynamique spatio-temporelle des états de surface dans le parc.
La télédétection satellitaire permet de répondre à de telles préoccupations.
Ainsi, le traitement numérique et l’interprétation des images satellitaires (Landsat 1 MSS,
scène N°210-54 du 18/01/1976, Landsat 5 TM, scène N° 196-54 du 09/01/1986 et Landsat 7
ETM+, scène N° 195-54 du 29/01/2002), suivis d’investigations de terrain ont permis
d’aboutir aux résultats suivants :
- Les feux récurrents sont à la base de la dégradation forestière au profit des savanes. Cette
situation peut à la longue conduire à une disparition totale des forêts à l’intérieur du parc de
Comoé et créer une réduction voire une simplification des populations animales.
- Hormis les zones dégradées par les feux en ce qui concerne la surface délimitée dans le
cadre de cette étude, il n’a été observé aucune exploitation agricole à l’intérieur du parc.
Par conséquent, la flore du sud de la Réserve de Biosphère de Comoé est dans son ensemble
bien conservée.
- La mise en place d’une base de données à référence spatiale concernant la diversité
floristique et la dynamique spatio-temporelle de la végétation de la Réserve de Biosphère
Comoé. Elle constitue un outil de décision fiable et facile à utiliser.
La dégradation des surfaces forestières étant la conséquence des feux de brousse récurrents,
nous proposons que l’initiative du programme MAB d’associer les différentes populations
vivant à la périphérie du parc à sa gestion soit renforcée. D’une part, un accent particulier
devra être mis sur la sensibilisation des populations sur les effets dommageables des feux sur
le parc à long terme et sur la matérialisation plus visible de ses limites en période de saison
sèche. D’autre part, l’accent devra être mis également sur la surveillance du parc par
l’augmentation du nombre d’agents des eaux et forêts et des équipes de patrouilles, par la
mise à la disposition des agents de moyens logistiques fiables, par la réhabilitation des
différents postes de garde et la création de nouveaux postes. De telles dispositions permettront
de prévenir les feux, de les réduire et de les circonscrire en en limitant les dégâts, mais aussi
de dissuader les braconniers qui en sont les principaux auteurs.

Mots clé : Parc National de Comoé, Réserve de Biosphère, Patrimoine Mondial en péril de
l’UNESCO, Télédétection, dynamique des états de surface, dégradation forestière

6

INTRODUCTION
Située en dessous du 10ème parallèle, la Côte d’Ivoire, pays de l’Afrique de l’Ouest
bénéficie de deux grands types de formations végétales climatiques qui se partagent
l’ensemble du territoire : les formations végétales de savanes au nord couvrent environ
200 000km² de la superficie totale du pays, tandis que la moitié méridionale est occupée par
les forêts denses sur une superficie d’environ 110 000 km². La politique de développement
basée sur l’exploitation forestière et sur l’agriculture a entraîné une régression drastique des
surfaces forestières et une modification profonde du milieu naturel ivoirien. Devant cette
dégradation galopante du milieu naturel ivoirien et à la faveur de conférences internationales
(conférence de Londres le 8 novembre 1953 ; conférence d’Alger le 15 septembre 1968) et de
plusieurs réunions au niveau national, plusieurs espaces répartis sur l’ensemble du territoire
du milieu naturel de la Côte-d’Ivoire ont été circonscrits et mis à l’écart de toute activité
d’exploitation. Cette volonté politique a été appuyée par la Communauté internationale qui a
érigé certains de ces espaces en réserves de biosphère puis plus tard en Patrimoine mondial de
l’UNESCO. Parmi eux, le Parc de Comoé, représentatif du biome de savane a été classé
Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1983. Cette aire est la plus vaste de l’Afrique de
l’Ouest avec une superficie d’environ 1.150.000 hectares. Son étendue et la diversité des
écosystèmes qui la composent en font un réservoir de biodiversité tant au niveau de sa flore
qu’au niveau de sa faune.
Malgré les efforts entrepris par la Communauté internationale à travers la Banque Mondiale,
les organismes tels la GTZ (Coopération technique allemande) le WWF (Fonds mondial pour
la nature) et le gouvernement de Côte d’Ivoire, la gestion efficace du Parc de Comoé demeure
une problématique à résoudre. Cette situation est devenue plus préoccupante depuis le début
de la crise sociopolitique que connaît le pays en septembre 2002. En effet, depuis cette date,
la surveillance du Parc est quasi inexistante et le braconnage s’y déroule sans crainte. Le Parc
est devenu un pâturage pour les grands troupeaux de bétail. Ces difficultés auxquelles s’ajoute
la suspension des fonds alloués pour sa gestion, mettent désormais le Parc de Comoé sur la
liste du patrimoine mondial en péril de l’UNESCO.
L’UNESCO entend ainsi attirer l’attention des Autorités ivoiriennes et de la Communauté
internationale sur la nécessité de protéger le Parc de Comoé. Dans cette perspective, il
apparaît indispensable de faire un état des lieux de la situation actuelle du Parc tant au niveau
de sa flore que de sa faune.
La télédétection satellitaire grâce à ses avantages se présente de nos jours comme un outil
capable de répondre à de telles préoccupations. Le projet, dont le thème est « apport de la
télédétection et des systèmes d’information géographique (SIG) à la gestion intégrée et
participative des aires protégées en côte d’ivoire : application au parc national de Comoé
(Réserve de Biosphère) », avait pour but l’étude des changements opérés aussi bien au niveau
de la flore que de la faune du parc.
Il faut préciser cependant que l’occupation actuelle du Parc de Comoé dans sa moitié nord
par les Forces Nouvelles rend inaccessible certaines zones entravant gravement la présente
étude notamment en ce qui concerne l’examen de sa faune. Cette étude de la faune a été
également entravée par le fait que l’étude de terrain s’est effectuée du 04 au 11 septembre
7

2006, en saison pluvieuse, plus propice à la végétation mais défavorable à l’étude des
animaux du fait de la couverture végétale. Le choix de cette période pour la mission de terrain
est essentiellement lié au retard accusé dans la mise en place de la bourse de recherche.
La flore du Parc National de la Comoé (PNC) a déjà fait l’objet de plusieurs études,
dont les plus récentes ont été initiées par le projet BIOTA (Biodiversity Monitoring Transect
Analysis). La particularité de celle que nous avons le privilège de conduire dans le cadre du
projet MAB/UNESCO pour Jeunes Scientifiques, réside d’une part dans le suivi des
changements opérés au niveau du couvert végétal du parc national de Comoé dans le temps.
Ainsi, à partir d’images satellitaires (Landsat 1 MSS, scène N°210-54 du 18/01/1976, Landsat
5 TM, scène N° 196-54 du 09/01/1986 et Landsat 7 ETM+, scène N° 195-54 du 29/01/2002),
la dynamique du couvert végétal a été étudié afin de rendre compte de l’état de conservation
de la végétation.
Par ailleurs, le développement et l’expression de la végétation étant commandés par les
propriétés physico-chimiques des sols, elles-mêmes influencées par les activités qui s’y
déroulent, il nous a paru nécessaire de compléter cette étude par l’analyse des sols qui
supportent la végétation.
La particularité de l’étude réside d’autre part dans le fait qu’une base de données à
référence spatiale sur la dynamique des états de surface est désormais mise en place sur la
Réserve de Biosphère de Comoé. Il devient alors aisé de mettre à jour et de suivre l’évolution
de la Réserve de Biosphère de Comoé. Les résultats (cartes, base de données) obtenus
constituent pour les gestionnaires du parc des outils de prise de décision et d’intervention
rapide dans le parc en vue d’une gestion meilleure de ce riche patrimoine naturel et d’en
garantir la pérennité pour les générations futures.
Outre l’introduction et la conclusion, le présent rapport se subdivise en trois grandes parties :
- les généralités sur le parc national de Comoé ;
- les matériels et méthodes utilisés pour conduire l’étude ;
- et enfin les résultats obtenus et leur discussion.

8

Première partie : GÉNÉRALITÉS

9

I-GENERALTES SUR LA ZONE D’ETUDE
I.1-Localisation du Parc
Le Parc national de Comoé est situé dans le Nord-est de la Côte d’Ivoire (figure 1)
entre les latitudes 8°30’ et 9°37’ Nord et les longitudes 3°07’ et 4°26’ Ouest. Il couvre une
superficie totale d’environ 1 150 000 hectares répartie sur les sous-préfectures de Bouna qu’il
occupe pour 900 000 hectares (soit 78,3%) et de Kong dans le département de
Ferkessédougou qu’il occupe pour 250 000 hectares (soit 21,7%).
Son périmètre est long d’environ 553 kilomètres dont 388 km de routes et pistes, 105 km de
cours d’eau permanents ou temporaires et 60 km de lignes conventionnelles non
matérialisées.
Il constitue la plus grande aire naturelle protégée de l’Afrique de l’ouest.
La zone soumise à la présente étude est située au Sud du Parc de Comoé dans le département
de Nassian (figure 1) et est estimée à une surface d’environ 67 000 hectares.

Figure 1 : Localisation du Parc national de Comoé et de la zone d’étude

10

I.2- Caractéristiques physiques
I.2.1- Relief
Le Parc de Comoé appartient à la région géophysique des « plateaux du nord », vaste
pénéplaine d’une altitude moyenne de 300 mètres. Cet ensemble de plateaux aplanis et
mollement ondulés est localement dominé par quelques collines et barres de roches vertes
d’orientation nord-sud dont l’altitude est comprise entre 500 et 600 m. Ces collines forment
les chaînes de Téhini dans le centre nord et les monts Yévélé et Wabélé dans le nord-ouest.
On distingue également des buttes tabulaires à sommets cuirassés au sud-est sur schistes
dépassant localement 500 m qui forment les monts Boutourou.
L’ensemble du relief du Parc de Comoé est dominé par le mont Yévélé qui culmine à 635 m
d’altitude.
I.2.2- Hydrographie
Le réseau hydrographique du Parc national de Comoé est presque entièrement
constitué par le fleuve Comoé dont il porte le nom. En effet, c’est environ 87% de la surface
totale du Parc qui sont drainés par le fleuve Comoé sur une longueur de 200 kilomètres
environ du nord au sud. Seule la frange orientale du Parc est drainée par des affluents de la
Volta noire, rivière frontalière entre la Côte d’Ivoire et le Ghana. Ces cours d’eau sont soumis
au régime tropical de transition.
A ces cours d’eau, il faut ajouter de nombreuses marres disséminées sur l’ensemble du Parc
mais dont la plupart s’assèchent pendant la saison sèche.
La figure 2 met en évidence les caractéristiques du relief et des différents cours d’eau de la
zone d’étude.

11

Figure 2 : Carte d’altitude et du réseau hydrographique du sud du Parc de Comoé
I.2.3- Sols
Selon le substratum géologique et la topographie, les sols du Parc national de Comoé
appartiennent aux catégories suivantes :
- les sols ferralitiques moyennement désaturés issus de granites du groupe remanié,
sous-groupe modal qui se répartissent au sud et à l’est. Ils sont caractérisés par un horizon
gravillonnaire et/ou graveleux de 60 à 100 cm d’épaisseur et par un horizon humifère, peu
épais de texture sablo-argileuse et une structure grumeleuse.
Sur les pentes, ces sols évoluent vers le sous-groupe appauvri en argile avec apparition de
faciès d’induration.
- les sols ferralitiques moyennement désaturés issus des schistes du groupe remanié,
sous-groupe induré. Ces sols qui ont une grande prédisposition à la formation des bowé
(formation de savanes tabulaires dépourvues de ligneux) se répartissent du sud-ouest au centre
nord du Parc.
-les sols ferrugineux tropicaux sur granites caractérisés par un horizon humifère assez
épais se rencontrent au nord-est et à l’ouest.
On distingue aussi des complexes de sols ferralitiques ou ferrugineux et des sols
hydromorphes.
Par ailleurs, l’établissement de la carte morpho-pédologique dans le nord du Parc
national de Comoé dans le cadre du programme SALT (Savanes à long terme), a démontré
que seulement le quart des surfaces du département de Bouna serait favorable à l’agriculture.
Ce facteur est une des raisons qui justifient la faible densité de population dans la région et
qui a prévalu historiquement en faveur du classement du Parc national de Comoé.

12

I.2.3-Climat
Le climat qui prévaut sur l’ensemble du Parc de Comoé est du type tropical
subhumide. Pour les cinq (5) postes météorologiques les plus proches du Parc (Bouna,
Dabakala, Kong, Nassian et Téhini), les moyennes annuelles des précipitations se situent
entre 900 et 1200 mm avec une moyenne globale de 1084 mm par an (voir le graphe des
totaux pluviométriques annuels à la figure 3). Ce graphe met en évidence une important
baisse des pluies de 1970 à 1995.
Le nombre moyen de jours pluvieux varie selon les postes de 55 à 73 jours par an.
La température moyenne annuelle varie de 26°C à 27°C et le mois de mars est le plus chaud
de l’année avec une moyenne journalière de 37°C.
L’humidité atmosphérique relative moyenne est voisine de 65%.
2500

pluies annuelles (mm)

2000

1500

1000

500

19
23
19
27
19
31
19
35
19
39
19
43
19
47
19
51
19
55
19
59
19
63
19
67
19
71
19
75
19
79
19
83
19
87
19
91
19
95

0

Années

Figure 3 : Graphe des précipitations annuelles dans la région de Bouna.

I.3-Population
La région de Bouna est restée longtemps très faiblement peuplée du fait des
conditions agro-climatiques difficiles et surtout de l’exode massif des populations au cours
des années 60 vers les zones de forêts denses du sud de la Côte d’Ivoire en faveur des cultures
pérennes de café et de cacao. Le recensement général de la population en 1975 a révélé une
densité de population de 2 habitants/km². Aujourd’hui, la population totale du département de
Bouna est estimée à environ 195 500 habitants. La figure 4 donne une estimation de la
population des localités riveraines sur la base du dernier recensement de la population en
1998.

13

Figure 4 : Carte de densité de population des localités riveraines au sud du Parc de Comoé

I.4-Les activités socio-économiques
I.4.1-L’agriculture
Elle constitue la principale source de revenue des populations et occupe plus de 90% de la
population active. Elle est dominée par les exploitations familiales de type traditionnel. C’est
une agriculture itinérante utilisant les outils archaïques et les feux pour le défrichement des
parcelles. Les surfaces cultivées annuellement par exploitation varient en moyenne entre 0,77
hectares et 2,6 hectares.
Cette agriculture est dominée par les cultures vivrières dont l’igname occupe la première
place car supportant mieux que les autres cultures les irrégularités inter annuelles des
précipitations dans la région. Pour leur valeur marchande, la culture des ignames précoces
tréla et pkonan s’est fortement développée et constitue la source de revenue par excellence
des populations.
Par ailleurs, si l’introduction de la culture du coton dans la région fut un échec du fait des
basses précipitations, la culture de l’anacarde aujourd’hui suscite beaucoup d’espoir pour les
populations.
Hormis l’aménagement des bas-fonds pour la riziculture, les techniques et pratiques culturales
sont restées dans toute la région très rudimentaires et extensives et de ce fait peuvent avoir des
conséquences agro-écologiques graves, contraignant les paysans à migrer vers des terres
vierges d’où un danger pour les aires protégées notamment le parc national de Comoé.

14

I.4.2-L’élevage
Les traditions des peuples de la région et les conditions du milieu (formations boisées et cours
d’eau favorable au développement de la mouche tsé-tsé : vecteur de la trypanosomiase) ne
permettent pas l’élevage de zébus. Cependant, la région est soumise à des troupeaux conduits
par des éleveurs peuhls transhumant des pays du nord de la Côte d’Ivoire vers le sud du pays.
Ces divers passages des troupeaux causent souvent des dégâts aux cultures et sont
périodiquement à l’origine de conflits parfois sanglants entre les peuhls les populations
autochtones agriculteurs.
Les troupeaux étant de passage et la présence de la mouche tsé-tsé défavorable à leur
installation permanente, il n’est pour l’instant pas encore dénoncé des pratiques abusives de
pâturages. Ce qui constitue un avantage en faveur de la conservation du parc de Comoé.
I.4.3-La chasse
Officiellement interdits par une décision présidentielle en 1974, la chasse et le commerce de
gibiers sont deux activités qui constituent la principale menace à la biodiversité animale et
végétale et à la conservation du parc national de Comoé. Plus que la satisfaction des besoins
des populations riveraines en protéines animales, la chasse est devenue une activité
économique qui s’est accrue et s’est organisée. Elle est menée de façon individuelle ou de
façon collective par des autochtones (généralement les Lobis) ou les étrangers (généralement
les Burkinabés et les maliens). La chaîne de commercialisation des produits de la chasse
comprend trois maillons : en amont les chasseurs qui installent souvent des camps dans le
parc, ensuite les porteurs qui assurent le transport des animaux abattus auprès des grossistes
commerçantes dans les villages et les villes qui elles sont chargées revendre sur le marché et
dans les restaurants le gibier. L’argent de la vente du retour des porteurs doit servir à
approvisionner les chasseurs en munitions, en torches et en sources d’énergies (piles..).
Selon les enquêtes socio-économiques WWF et GEPRENAF, la consommation moyenne de
venaison est estimée à 4,3 kg/personne/an en milieu urbain et 11,3 kg/personne/an en milieu
urbain ; un bubale adulte peut rapporter environ 20 000 francs CFA et la location du service
de porteurs dans les villages riverains se négocie entre 50 000 francs CFA et
60 000 francs CFA/individu/saison.
Selon des études menées au sein des populations animales du parc de Comoé, la et régression
drastique des effectifs et voire la disparition de certaines espèces animales sont le fait du
braconnage (chasse clandestines non autorisée d’animaux). Le tableau I suivant donne une
estimation de l’évolution des populations d’ongulés du parc national de Comoé entre 1978 et
1998 selon Fischer (1999).

15

Tableau I : Estimation de l’évolution des populations d’ongulés du PNC entre 1978 et 1998
selon Fischer 1999
Effectifs estimés
Espèces
Cobe de Buffon
Ourébi
Bubale
Céphalophe à flancs roux
Guib harnaché
Céphalophe bleu
Phacochère
Céphalophe de Grimm
Buffle
Hippotrague
Cobe defassa
Total « 11 espèces »
Densité/km²

1978

1987

1995

1998

50 000
26 000
13 000
15 000
10 000
6 000
4 900
3 600
3 000
1 700
1 200
134 400
11,7

55 700
31 000
18 300
5 500
3 100
900 ?
5 200
4 000
900 ?
1 100
900
126 600
11,0

9 400
4 300
5 400
5 200
2 600
2 300
2 500
1 000
8 200
1 200
400
42 500
3,7

4 400
2 200
5 200
1 600
900
500
700
300
4 600
500
300
21 200
1,8

Variation
1998/1978
-91%
-92%
-60%
-89%
-91%
-92%
-86%
-92%
+53%
-71%
-75%
-84%

I.4.4-Le tourisme
Le tourisme devrait être une activité pourvoyeuse de revenus et d’emplois aux populations
riveraines du parc national de Comoé. Cependant, le mauvais état du parc dû aux trop faibles
effectifs des animaux difficilement perceptibles par les touristes, l’insécurité des touristes du
fait des braconniers et de l’insuffisance des agents forestiers, le mauvais état des
infrastructures déjà insuffisants : conséquences du déficit de protection et d’entretien dont
souffre le parc auxquelles s’ajoute la présente crise socio-politique que connaît la Côte
d’Ivoire ont fini par ternir l’image du parc national de Comoé qui ne suscite plus de curiosité
de la part des visiteurs. De sorte que toutes les autres activités liées au tourisme ne peuvent se
développer : la plupart des hôtels ont fermé, les produits de l’artisanat (pots en argiles
fabriqués par les potières de Katiola et Kapkélékaha, les étoffes tissées des tisserands de
Diologokaha) ne sont plus bien vendus, les restaurants ne connaissent plus leurs effervescence
d’antan et les guides touristiques formés pour accompagner les touristes ne peuvent plus
espérer toucher le moindre sou. Cette situation donc est très dommageable pour les
populations riveraines et pour les gestionnaires de ce patrimoine et appelle donc à véritable
prise de conscience de la part de tous, populations et Autorités.

I.5-La gestion du parc national de Comoé
Le parc national de la Comoé est géré par le Ministère d’Etat, Ministère de l’Environnement à
travers l’Office Ivoirien des Parcs et Réserves (OIPR) crée par décret n°2002 – 359 du 24
Juillet 2002. De façon pratique, ce site du patrimoine mondial, est géré par une cellule
d’Aménagement du parc national de Comoé (CAPNC) créée depuis le 25 avril 1998 par arrêté
n°59/MINEFOR/CAB dont les responsabilités sont les suivantes : assurer la protection et la
surveillance du parc, assurer le suivi de l’activité touristique et créer et entretenir les
16

infrastructures nécessaires à la protection et à la surveillance ainsi qu’à la valorisation du
tourisme.
La CAPNC comprend un effectif de 74 personnes dont 66 agents forestiers placés sous la
responsabilité de l’OIPR. Cet effectif par rapport à la superficie totale du parc national de
Comoé est très insuffisant assurer une meilleure gestion et une surveillance optimale du parc.
L’ensemble de ce personnel gère ce patrimoine tout en combinant les trois fonctions
essentielles que devra remplir une réserve de biosphère à savoir :
- la conservation : contribuer à la conservation des paysages, des écosystèmes, des espèces et
la variabilité génétique ;
- le développement : encourager un développement économique et humain durable du point
de vue socio-économique, culturel et écologique ;
- et enfin l’appui logistique : fournir des moyens pour des projets de démonstration, des
activités d’éducation environnementale et de formation, de recherche et de surveillance
continue.
I.5.1. Les activités menées ou en cours de réalisation
I.5.1.1-Les activités menées
En vue de poursuivre l’effort de protection et d’aménagement de ce site du patrimoine
mondial, le Gouvernement ivoirien avec l’aide de l’Union Européenne, a mis en place un
programme qui s’inscrit dans la stratégie d’ensemble de gestion des aires protégées de la Côte
d’Ivoire (PCGAP). Il a pour objectif de renforcer la capacité de gestion de la cellule
d’aménagement du Parc National de Comoé (CAPNC) en vue de préserver la biodiversité du
PNC avec un système de gestion durable.
Pour atteindre cet objectif, les activités de surveillance, d’aménagement et de suivi touristique
ont été menées :
- La surveillance
Le système de surveillance a été restructuré et redynamisé ; ce qui a entraîné un
renforcement des capacités des agents de surveillance par une formation à la lutte antibraconnage et une amélioration de leurs conditions de travail par l’acquisition de matériels
appropriés, l’instauration de primes et d’assurance maladie. La surveillance s’est effectuée
selon trois stratégies :
- la permanence au campement Gawi, avec une patrouille dans un rayon de 100 km,
- les équipes relais, non en patrouille, sont en satellite ou embuscade sur les pistes de
braconniers,
- l’équipe spéciale de lutte anti-braconnage patrouille dans tous les recoins du parc, le long
des rivières et dans les forêts galeries ; ce qui a contribué à la réduction d’environ 50% du
taux de braconnage.
Pour garantir la conservation de la diversité biologique, des zones de sécurité renforcée
on été crées et des survols aériens ont été effectués (65 heures) ; les survols ont un impact
psychologique très important dans la zone périphérique à cause de son caractère dissuasif, de

17

la démonstration du renforcement de la surveillance et de l’identification des campements de
braconniers.
Après ces patrouilles, des embuscades et contrôles de routine sont programmés pour
évaluer la présence des braconniers dans le parc.
Dans les zones de biodiversité GEPRENAF (Gestion Participative des Ressources
Naturelles et Fauniques) des patrouilles mixtes sont organisées avec les populations
riveraines. En cas de saisie et transaction, 70% des montants sont reversés aux populations et
30% à l’administration. Dans ce cadre, les populations du Sud et celles de l’Ouest du PNC
sont organisées en associations villageoises et bénéficient de micro - projets. Les retombées
financières servent aux populations riveraines à mener des actions d’intérêt général
(réparation des pompes villageoises, ravitaillement en médicaments de première nécessité
etc.).
-L’aménagement
Au cours de la mise en œuvre de ce programme, un plan d’aménagement et de
développement de la zone périphérique du PNC a été rédigé et adopté. Des réfections et
ouvertures des pistes en Thimo ont été également effectuées avec la collaboration des
populations riveraines pour les intégrer dans la gestion du parc ; ceci a favorisé l’émergence
d’un secteur privé villageois. C’est ainsi que :
- la piste principale a été aménagée sur 50 km par une entreprise privée villageoise ;
- 350 km de pistes ont été ouverts en Thimo dont 100 km d’ouverture nouvelle ;
- 8 transects de relevé de données de suivi écologique sont fonctionnels, et sont mis en
place par 06 Jeunes déscolarisés (de 2 villages du Sud du PNC) formés à cette tâche ;
- 1 campement permanent de surveillance a été construit au centre du PNC par une
autre entreprise villageoise ;
- 1 pont a été aménagé sur le tronçon Gawi – Kafolo avec la main d’œuvre locale.
Remarque : 20% des recettes issues de ces travaux sont versés dans les caisses
communautaires de chaque village pour effectuer des travaux d’intérêt général.
-Le suivi touristique
Le suivi et le contrôle de cette activité a consisté à :
- enregistrer les touristes à l’entrée du parc,
- prélever des taxes de visite (sauf visiteurs exonérés de taxes),
- fournir aux touristes des guides qualifiés (association des guides à Gansé),
- donner des renseignements utiles aux visiteurs du parc,
- identifier les infrastructures hôtelières les plus proches,
- assurer la sécurité des visiteurs.
De 1990 à 1996, nous enregistrons en moyenne 1000 touristes par an. A partir de 1997 à ce
jour cette moyenne a fortement chuté (453 visiteurs) à cause du mauvais état des pistes qui ne
permettent pas d’aller plus loin pour la vision des animaux et surtout de la situation
sociopolitique peu favorable.

18

-Le suivi écologique
Un programme de suivi écologique a démarré dans la partie Sud du parc. Six jeunes
villageois riverains ont été sélectionnés et formés en techniques de suivi écologique, huit sites
ont été identifiés avec la contribution des responsables locaux de la station de recherche
écologique de l’Université de Würzburg basée dans le parc. Sur ces sites, 8 transects de 2 km
chacun ont été matérialisés et des relevés de données de suivi écologique s’y déroulent depuis
l’an 2000 ; mais à cause de la situation socio-politique, ces activités ont été arrêtées.
Un programme de traitement de données et la cartographie des transects est en cours avec la
formation de 2 agents du parc. Une initiation de 4 jours aux techniques de suivi écologique de
14 villageois de la zone de biodiversité Geprenaf a été organisée par les gestionnaires du parc.
Il faut également signaler que depuis une dizaine d’années, il n’y a plus eu d’inventaire dans
le parc.
-La sensibilisation des populations riveraines
La sensibilisation a consisté à montrer à la population l’importance de ce site de
patrimoine mondial, les méfaits des feux de brousse et toute autre agression sur les
populations animales et végétales du parc et sur le personnel du parc. Il s’est agit donc de
créer une franche collaboration entre les gestionnaires directs du parc de Comoé et les
populations riveraines en associant celles-ci à sa gestion par leur participation active aux
travaux d’aménagement et de surveillance et par une rétribution juste des ressources générées
par le parc.
I.5.1.2-Les activités en cours de réalisation
Après la première phase du projet transitoire, une seconde a été mise en place. Elle
constituait le cadre pour débuter la mise en œuvre du Programme Cadre de Gestion des Aires
Protégées (PCGAP). Un plan d’action annuel a été élaboré à cet effet et basé sur le plan
d’opération de la 2ème phase du programme transitoire ; il devrait nous permettre d’atteindre
les objectifs et résultats mentionnés dans le Devis programme n° DP/IVC/2002/08.
Le plan d’opération devrait être actualisé selon les besoins futurs du parc et contient :
- un cadre logique avec formulation d’indicateurs ;
- les activités à mettre en œuvre ;
- les ressources à employer ;
- un chronogramme.
1.5.2- Les activités scientifiques menées dans le parc de Comoé
Plusieurs recherches scientifiques ont été réalisées dans la réserve de Biosphère
Comoé. Les premières recherches scientifiques dans le parc remontent aux années 1967-1968
grâce à des chercheurs Allemands. Elles ont été suivies plus tard par le Projet MAB-3 intitulé
« Fonctionnement et utilisation des savanes de Côte d’Ivoire » puis par le projet
« Productivité des savanes » respectivement en 1981 et en 1987. En 1999, à la demande du
Centre du Patrimoine Mondiale, une étude sur l’évaluation de l’impact du braconnage sur la
Réserve de Biosphère Comoé a été réalisée par une équipe de recherche de l’Université
d’Abobo-Adjamé. Cette étude a fait l’objet d’un DEA. En outre, plusieurs actions de
19

recherches relatives à l’étude de la biodiversité, initiées sur le Parc de Comoé grâce au
Programme allemand BIOTA se déroulent à la Station de recherche écologique construite par
des Chercheurs de l’Université de Würzburg. Par ailleurs, la Réserve de Biosphère Comoé
compte parmi les Réserves de Biosphère de la sous région qui bénéficient présentement du
projet régional initié par UNESCO/MAB-UNEP/GEF intitulé « Renforcement des capacités
scientifiques et techniques pour une gestion effective et une utilisation durable de la diversité
biologique dans les réserves de biosphères des zones arides d’Afrique de l’Ouest » qui a
démarré depuis 2002. Ce grand projet regroupe le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le
Mali, le Niger et le Sénégal.
Selon la nouvelle approche écosystémique prônée par le Programme MAB et qui place
l’homme au centre de sa préoccupation tout en associant le développement et la conservation,
plusieurs autres projets prioritaires ont été identifiés et attendent d’être exécutés. Ceux-ci
prennent en compte des activités de recherches appliquées et des activités menées par les
populations riveraines dans la zone périphérique de la Réserve de Biosphère Comoé. Ainsi,
ont été retenus douze (12) projets de recherche-action prioritaires qui sont :
- Systèmes agroforestiers et utilisation durable des ressources naturelles dans
l’espace Comoé.
- Femmes, valorisation et gestion des ressources naturelles dans l’espace Comoé.
- Sites sacrés et conservation des ressources biologiques dans l’espace Comoé.
- Inventaire des initiatives locales, conservation et utilisation durable dans l’espace
Comoé.
- Gestion et maîtrise des feux de brousse et réhabilitation dans l’espace Comoé
- Ressources bioénergétiques et gestion durable des ressources naturelles dans
l’espace Comoé
- Santé, population biodiversité et conservation des ressources naturelles dans
l’espace Comoé
- Inventaire et valorisation des produits non ligneux (champignons, insectes,
mollusques, etc.) dans l’espace Comoé.
- Gestion intégrée et impact du fleuve Comoé et conservation de la biodiversité dans
l’espace Comoé
- Intensification des systèmes d’agriculture dans l’espace Comoé.
- Stratégie de lutte contre le braconnage et valorisation de la faune sauvage dans
l’espace Comoé
- Elaboration du schéma de zonage et d’aménagement de l’espace Comoé.

Conclusion partielle
Bien que bénéficiant d’un statut de stricte protection, le PNC dans son état actuel
souffre de dégradations importantes à savoir :
- une diminution de plus en plus accentuée des gros gibiers (cobs, bubales, éléphants,
buffles,…)

20

- un important taux d’infiltration dans les PNC qui est d’environ 1% avec une pointe dans le
village de Gorowi.
- une dégradation de la flore et de la faune qui est causé par le braconnage, les infiltrations
clandestines à des fins de culture, les feux de brousse, les conflits politiques, etc.
Cette dégradation inquiétante du PNC et de sa diversité biologique est également due :
- aux limites du système actuel de gestion des parcs nationaux et réserves notamment ;
- à une insuffisance d'approche concertée ;
- au manque d'adhésion des populations des zones périphériques aux actions de conservation ;
- et aux limites du cadre institutionnel avec comme pour corollaire la démotivation du
personnel.
Les techniques spatiales de télédétection et Système d’Information Géographiques (SIG)
permettent d’appréhender la dégradation des ressources naturelles (Végétation, eau) afin
d’attirer l’attention des décideurs. Un ensemble de matériel et de techniques sont requis pour
effectuer les travaux proprement dits.

21

Deuxième partie : MÉTHODOLOGIE

22

II- MATERIELS ET METHODES
II.1- Matériels
II .1.1- Matériels pour l’étude de la flore et de la végétation
Deux types de matériels ont été utilisés : matériels biologiques et matériels techniques.
Le matériel biologique est constitué par les échantillons de plantes récoltés pour la
confection d’un herbier.
Le matériel technique pour l’étude de la flore est constitué d’instruments ou d’appareils
techniques tels que:
un GPS (Global Positioning system) pour l’enregistrement des coordonnées
géographiques des points;
une boussole pour l’orientation des placettes;
un sécateur pour prélever les échantillons de plantes pour l’herbier ;
un rouleau de fil sisal pour délimiter les Parcelles ;
des sachets en plastique pour transporter les spécimens récoltés ;
des sangles, des papiers journaux, des presses et un four portable Teslat pour
sécher les récoltes.
un ruban de 10 mètres de longueur pour délimiter les Parcelles;
un ruban dendrométrique pour mesurer les DBH (Diameter at Breast Height) des
ligneux de dix centimètres (10 cm) de diamètre et plus.
des fiches de relevé pour noter les noms des espèces et les informations utiles (lieu
et date de récolte, coordonnées géographiques de la Parcelle, etc).
-de données sur la flore telles que :
la flore de HUTCHINSON et DALZIEL (1954-1972) ;
les ouvrages de LEBRUN et STORK (1991, 1992, 1995, 1997)
et la flore de AKE ASSI ont été sollicités pour nommer les taxons.
-de la carte d’occupation du sol de la zone d’étude au 1/200000 (CCT, 1994).
-de trois images satellitaires
Landsat 1 MSS, scène n° 210-54 du 18/01/1976 ;
Landsat 5 TM, scène n° 196-54 du 09/01/1986 ;
et Landsat 7 ETM+, scène 196-54 du 29/01/2002.
-de logiciels informatiques : Envi 4.1, Excel et Arcview 3.2 ont été utilisés respectivement
pour le traitement numérique d’image, le traitement statistique des données sur la flore et la
cartographie de la couverture végétale du Parc National de Comoé.
II .1.2- Matériels pour l’étude des sols
Pour l’étude des sols, les matériels suivants ont été utilisés :
- des échantillons de sols prélevés dans chaque milieu écologique ;
- un cylindre pour échantillonner non composite, pour mesurer la densité apparente
et l’humidité pondérale ;

23

- une tarière pour échantillonner du sol composite en vue des analyses physicochimiques en laboratoire ;
- des sachets plastiques servant de contenant aux échantillons de sol prélevés ;
- une étuve pour sécher les échantillons de sol ;
- un pH-mètre la mesure du pH des différents sols ;
- un four à moufles pour la mesure de la matière organique des sols ;
- un ruban de 10m de longueur.
II.2- Méthodes
II.2.1-Méthode de télédétection et d’inventaires botaniques
II.2.1.1- Identification des types de végétation à partir des images
satellitaires
Un rééchantillonnage spatial des images satellitaires (tableau II) permet de les ramener tous à
une même résolution de 30m. Nous avons découpé dans chaque scène, une fenêtre d’étude de
1900 x 950 pixels centrée sur la zone d’étude. Cette fenêtre est limitée par les coordonnées :
8°41’37’’N et 3°49’22’’W puis 8°26’13’’ et 3°18’17’’W. Ce traitement pouvant entraîner des
pertes d’informations, nous avons opté pour un rééchantillonnage par la méthode du plus
proche voisin qui selon Calos et al. (1993), conserve les valeurs radiométriques originales de
l’image. Par la suite, l’analyse en composantes principales (ACP) des différentes bandes et le
calcul de divers indices de télédétection (NDVI, IB, ….) sur l’image de 2002, ont servi de
base pour la réalisation des compositions colorées sur les bandes ETM+4/ETM+5/ETM+3 et
ACP1/ACP2/ACP3. Ces dernières ont mis en évidence cinq (5) types de colorations majeures
qui correspondent à deux (2) types de forêts et à trois types de savanes. Mêmes les surfaces
brûlées et les sols nus ont été identifiés. Sur la base de ces différents types d’occupation,
trente (30) parcelles (soit 6 parcelles par formation végétale) ont été retenues pour une
caractérisation de la flore, de la végétation et des sols.
Les coordonnées des différents sites (30) ont été relevées puis enregistrées dans un GPS
(tableau III).
Tableau II: Caractéristiques des capteurs utilisées.
Capteurs
Landsat 1 MSS
Scène n° 210-54
Landsat 5 TM
Scène n°196-54
Landsat 7 TM
Scène n°196-54

Résolution

Date d’acquisition

57m

18/01/1976

28,5m

09/01/1986

28,5m

18/01/2002

24

Tableau III : Coordonnées des parcelles de relevés de surfaces
I F : Ilots forestiers
FG: Forêts galeries
SV1 : Savanes type 1
SV2 : Savanes type 2
SV3 : Savanes type 3


PARCELLES

X_COORD

Y_COORD

LONG

LAT

1

IF

449584.3637

948632.9285

-3° 27’ 29.39’’

8° 34’ 54.00’’

2

IF

439376.6105

952371.9275

-3° 33’ 03.51’’

8° 36’ 55.31’’

3

IF

456644.4721

950884.8501

-3° 23 38.49’’

8° 36’ 38.49’’

4

IF

442524.2554

945285.4599

-3° 31’ 20.21’’

8° 33’ 04.70’’

5

IF

448042.5063

946462.1404

-3° 28’ 19.74’’

8° 33’ 43.25’’

6

FG

441185.2622

943581.2868

-3° 32’ 03.94’’

8° 32’ 09.15’’

7

FG

431041.4224

956321.9434

-3° 37’ 36.43’’

8° 39’ 03.51’’

8

FG

428013.9277

954699.2937

-3° 39’ 15.40’’

8° 38’ 10.51’’

9

FG

437614.6302

948693.7861

-3° 34’ 00.98’’

8° 34’ 55.46’’

10

FG

455937.4817

950642.0396

-3° 24’ 01.61’’

8° 34’ 59.65’’

11

SV1

443342.5152

945903.2441

-3° 30’ 53.47’’

8° 33’ 24.86’’

12

SV1

447633.6031

946926.8458

-3° 28’ 33.14’’

8° 33’ 58.37’’

13

SV1

443220.5262

956231.6818

-3° 30’ 57.92’’

8° 39’ 01.16’’

14

SV1

441348.2331

942692.6976

-3° 31’ 58.56’’

8° 31’ 40.23’’

15

SV1

440003.2039

944051.1811

-3° 32’ 42.62’’

8° 32’ 24.40’’

16

SV2

451928.9376

947847.6983

-3° 26’ 12.66’’

8° 34’ 28.52’’

17

SV2

450938.8096

946108.2724

-3° 26’ 44.98’’

8° 33’ 31.84’’

18

SV2

454830.5843

948367.7025

-3° 24’ 37.75’’

8° 34’ 45.55’’

19

SV2

445509.8192

954027.6104

-3° 29’ 42.92’’

8° 37’ 49.49’’

20

SV1

458942.4900

951876.2200

-3° 22’ 23.34’’

8° 36’ 39.94’’

21

SV3

428787.9899

955741.0417

-3° 38’ 50.24’’

8° 39’ 49.59’’

22

SV3

442341.4038

957608.4816

-3° 31’ 26.75’’

8° 39’ 45.95’’

23

SV3

430405.1666

956203.0976

-3° 37’ 57.24’’

8° 38’ 59.60’’

24

SV3

430713.1884

952988.0021

-3° 37’ 46.99’’

8° 37’ 14.93’’

25

SV3

435064.1493

952756.9691

-3° 35’ 24.62’’

8° 37’ 07.64’’

26

IF

437953.1468

955944.4403

-3° 33’ 50.26’’

8° 38’ 51.57’’

27

SV3

429452.5389

956375.9524

-3° 38’ 28.42’’

8° 39’ 05.18’’

28

SV2

430235.6303

952475.1464

-3° 38’ 02.58’’

8° 36’ 58.21’’

29

FG

440504.0565

953334.9814

-3° 32’ 26.67’’

8° 37’ 26.72’’

30

SV2

440246.4069

955302.5109

-3° 32’ 35.19’’

8° 38’ 30.77’’

II.2.1.2-Description des types de végétation
Sur le terrain, la végétation en chacun des trente (30) points retenus a été décrite
visuellement à partir des descripteurs que sont : hauteur de la végétation, sa densité et son
recouvrement.
II.2.1.3- Méthode des inventaires botaniques
Nous avons utilisé deux méthodes de relevé de terrain. La méthode de relevé itinérant a
été associée à celle des surfaces. Les itinérants consistent à parcourir dans toutes les directions
tous les biotopes et à noter toutes les espèces rencontrées. Dans notre cas, nous avons suivi les
voies tracées par le guidage au GPS, pour aller d’une parcelle à l’autre. Les espèces aperçues
autour des parcelles sont elles aussi notées et récoltées.

25

La méthode de surface revient à délimiter deux types de parcelles carrées de 5m et 30m
de côté dans les différentes unités de végétation (figure 5). A l’intérieur de la parcelle de 5m
de côté, toutes les espèces de plantes rencontrées sont inventoriées. Les diamètres de hauteur
de poitrine (dbh) supérieur à 10 cm des ligneux sont mesurés dans un rayon de 12,5m autour
de la première parcelle puis un inventaire itinérant est effectué. La figure 6 montrent les
différentes placettes échantillonnées.

Figure 5 : Disposition des parcelles I et
II sur le terrain

Figure 6: Localisation des parcelles de relevés de surfaces à l’intérieur du PNC sur l’image de
composition colorée Landsat 7 ETM+4/5/3 de 2002.

II.2.2-Méthode d’échantillonnage des sols
Dans chaque type de végétation, un échantillon de sol a été prélevé au niveau superficiel (010 cm). Deux types d’échantillonnage ont été effectués.

26

II.2.2.1- Echantillonnage de sol ‘composite’ pour les analyses
physico-chimiques :
1. Le sol est prélevé dans cinq répliquâts par site à la profondeur 0-10 cm, afin de maximiser
les variations spatiales, car selon Baize (1988), le taux de carbone diminue
avec
la
profondeur ;
2. Sur le champ, quatre prélèvements sont effectués à l’aide d’une tarière, au bout de
deux
diamètres perpendiculaires d’un cercle de 10 mètres de rayon et mélangés directement pour
obtenir un échantillon composite, en tenant compte de l'hétérogénéité spatiale du milieu
(figure 7);
3. Le sol prélevé dans chaque site, est séché à l’air libre dans des plateaux et dans un endroit
suffisamment aéré;
5. Après séchage, le sol est tamisé à 2 mm pour les analyses chimiques ;
6. Tous les échantillons sont mis en sachet et soigneusement étiquetés au marker; ils sont
ensuite mis dans un carton pour prévenir d’éventuels dommages au cours du
transport.
II.2.2.2-Echantillonnage de sol ‘non composite’ pour la mesure de
la densité et de l'humidité
1. La litière grossière est dégagée et on insère le cylindre de volume V doucement dans le sol
pour prélever le niveau 0-10 cm ;
2. la terre autour du cylindre est creusée et on coupe le sol au-dessous de la tarière ;
3. on procède ensuite à l’enlèvement du sol dans le cylindre à l’aide d’un couteau il est mis
dans un sachet plastique qui est immédiatement fermé ;
4. Sur le site de conditionnement, le sol frais est pesé afin d'obtenir le poids frais (W1) ;
ensuite le sol est séché à l’étuve à 105°C pendant 48 heures pour obtenir le poids sec (W2) ;
5. On calcule alors la densité apparente du sol (Da):
Da = W2/V (g/cm3)
et l'humidité pondérale est obtenue par : Hp = (W1-W2)/W2 (%)

Figure 7 : Schéma du prélèvement des échantillons de sol

27

II.2.3-Méthodes d’analyse
II.2.3.1- Méthodes d’analyse botanique
La richesse floristique d’un territoire est mesurée par le nombre des espèces recensées à
l’intérieur de ses limites. La richesse floristique représente le plus simple caractéristique
floristique d’un territoire. Cette richesse est matérialisée par une liste de plantes appelée flore.
La diversité spécifique est une mesure de la composition en espèces d’un peuplement
qui tient compte du nombre d’espèces et de leur abondance relative. Plusieurs indices
permettent d’apprécier cette diversité. Nous avons choisi celui de Shannon pour effectuer nos
calculs. Si nous désignons par N l’effectif des S espèces considérées, ni l’effectif des
individus d’une espèce i et Pi (ni/N) l’abondance relative de l’espèce i, alors l’indice de
Shannon se résume à l’expression mathématique suivante :

s

I = − ∑ Pi × log 2 × Pi
i =1

Cet indice varie de 0 (une seule espèce présente) à log2 S (toutes les espèces présentes ont une
même abondance).
Pour un peuplement, l’équitabilité renseigne sur la répartition des effectifs entre les
différentes espèces. Ainsi, le calcul de l’indice de diversité spécifique doit toujours
s’accompagner de celui de l’équitabilité, car deux peuplements à physionomie différente,
peuvent avoir la même diversité. L’équitabilité E s’obtient en rapportant la diversité observée
à la diversité théorique maximale.
L’équitabilité varie de 0 à 1. Elle tend vers 0 quand la quasi-totalité des effectifs est
concentrée sur une espèce et vers 1 lorsque toutes les espèces ont la même abondance. Dans le
cas où cet indice tend vers 1, le milieu en question dit équilibré. Cet indice se calcule selon la
formule mathématique suivante :

E =

I
log 2 × S
II.2.3.2- Méthodes d’analyse de la structure de la végétation

Le traitement des données de terrain a consisté à mettre en évidence la différence
structurale entre les différents peuplements de plantes. La description de la structure verticale
a été faite autour de la hauteur de la végétation et de son recouvrement. Quant à la structure
horizontale elle a été analysée par différents indices.
28

- La densité de ligneux ‘’D’’ exprimé par la formule suivante : (1) D = N/S
N = nombre de tige dans l’ensemble des placettes du milieu considéré et S = surface totale des
placettes en ha.
- L’aire basale de tiges ‘’AB’’ se calcule selon l’expression suivante : (2) AB = d2*Pi/4
d = diamètre de la tige et Pi = 3,14.
- La distribution des tiges par classes de diamètres ‘’DT’’ : (3) DT = N/I
N = nombre de tige pour un intervalle de classe de diamètre I en cm.
II.2.3.3- Méthode de cartographie de la végétation par télédétection
L’exploitation des informations de terrain (propriété structurales et biologiques de la
végétation) va permettre l’élaboration de la carte de végétation du PNC à partir de l’image
Landsat 7 ETM+ de 2002. En effet, l’image satellitaire a été classifiée par la méthode de
maximum de vraisemblance sur la base 50 parcelles d’entraînements représentant un
échantillon spectral de tous les types d’occupation du sol. Le processus d’entraînement a
utilisé les signatures spectrales calculées sur les canaux ETM+ 2, 3, 4, 5 et 7. La validation du
traitement a été faite par l’analyse de la matrice de confusion élaborée sur la base de 50 autres
Parcelles dites de contrôles. Ce rapport statistique tiré du comportement spectral des
différents peuplements est également confronté aux indices sur la structure de la végétation
pour évaluer le rapport entre la structure des peuplements et la capacité de discrimination de
l’image satellitaire. Un regroupement des classes par milieu écologique permet d’aboutir à
une carte de végétation présentant les forêts, les savanes et les zones dégradées (sols dénudés
par la sécheresse ou les feux).
II.2.3.4-Méthodes d’analyse des paramètres physico-chimiques du
sol
-Mesure du pH
Le pH renseigne sur la basicité ou l’acidité des sols. Sa mesure consiste à prendre 20g de sol
dans un bêcher de 100ml, ajouter 20 ml d’eau distillée, faire agiter énergiquement sur un
agitateur magnétique pendant 20mn et laisser reposer durant 2 heures (Baize, 1988). Avant
de procéder à la mesure du pH, il faut étalonner le pH-mètre, agiter le contenu du bêcher et
nettoyer l’électrode. Ensuite, plonger l’électrode dans la solution la solution de sol et
procéder à la lecture de la valeur affichée, après sa stabilisation.
-Mesure de la matière organique
La matière organique est la clef de la fertilisation des sols (Nacro et al., 1996). Nous l’avons
mesurée par la méthode de la perte au feu selon D. Baize (1988). Dans notre cas précis, nous
avons mis des échantillons de sol à l’étuve à 105°C, pour obtenir le poids sec (Ps). Ces
échantillons sont ensuite mis au four à 500°C pendant 2 heures. Après brûlage, ceux-ci sont
pesés pour obtenir le poids des cendres (Pc). La teneur en matière organique totale est donnée
par la formule suivante :
M.O (%) = (Ps – Pc)*100/Ps
29

- Analyses statistiques des paramètres physico-chimiques
Toutes les analyses statistiques ont été réalisées à partir du logiciel SAS (SAS Institute, 2001).
Les comparaisons entre les différents types de végétation ont été faites grâce à une procédure
d’analyse de variance (ANOVA), qui utilise une base de données équivalente dans tous les
traitements. Ainsi, l’analyse des variances a été utilisée pour comparer les propriétés
physiques et chimiques des sols selon les types de végétation. Les moyennes ont été
différenciées (p<0.05), en utilisant le test de comparaison LSD (Least Significant Difference).

Conclusion partielle
A l’issue de l’application de ces méthodes de laboratoire (traitement numérique d’images
satellitaires et analyses d’échantillons) et de terrain, divers résultats aussi bien sur la diversité
floristique que sur les sols qui supportent ces différentes espèces et sur la dynamique spatiotemporelle de la végétation ont été obtenus. Dans la partie qui suit, ces résultats seront
présentés et discutés.

30

Troisième

partie:

ET DISCUSSION

31

RÉSULTATS

III- RESULTATS ET DISCUSSION
III.1-Types de végétation
Les formations végétales visitées ont été regroupées en deux grands types végétation. Il
s’agit des forêts et des savanes. Les forêts se subdivisent en deux types (forêts galeries et îlots
forestiers) et les savanes en trois sous groupes (savanes type1, type 2 et type 3).
L’examen de la flore a permis de noter la présence simultanée de neuf (9) espèces dans les
trois types de savanes (tableau IV). Parmi elles, Andropogon 2 (Poaceae) et Ficus mucuso
(Moraceae) ont été aussi rencontrées en forêts galeries.
Nous avons recensé par ailleurs, dix-huit (18) espèces de plantes (tableau IV) rencontrées
exclusivement dans les formations forestières. Parmi elles, Pleiocarpa mutica (Apocynaceae)
et Chromolaena odorata (Asteraceae) ont été inventoriées dans les savanes de type 1 et
Cissus producta dans les savanes de type 3.
Les espèces typiques de forêt sont plus nombreuses que leurs homologues de savanes.
A l’opposée, les espèces de savanes sont plus constantes. Cela revient à dire que le contingent
de plantes caractérisant les savanes est partout le même. Seulement, ce sont les abondances
qui varient en fonction des facteurs du milieu (sol, eau, ombrage…). En forêt, ce nombre
d’espèces est plus grand et le type d’échantillonnage ne peut permettre de l’apprécier
rapidement.

32

Tableau IV: Caractérisation floristique des types de végétation à l’aide des fréquences des
espèces inventoriées.
FG : Forêts galeries
IF : Ilots forestiers
SV1 : Savanes de type 1
SV2 : Savanes de type 2
SV3 : Savanes de type 3
Groupes
d’espèces


Espèces
1 Andropogon 1

FG

IF

SV1
6

SV2
6

SV3
6

Total
18

4

6

3

13

3

2

6

12

4 Berlinia grandiflora

2

4

5

11

5 Lophira lanceolata

5

3

1

9

6 Parinari curatellifolia

1

3

4

8

7 Asteraceae

3

1

3

7

8 Aframomum melegueta

3

2

1

6

1

1

1

5

2

8

2 Pericopsis laxiflora
3 Andropogon 2
Espèces de
savanes

Espèces de
Forêts

1

9 Ficus mucuso

2

1 Cissus producta

3

3

2 Saba senegalensis

4

4

8

3 Antiaris toxicaria

1

6

7

4 Cola gigantea

4

3

7

5 Paullinia pinnata

3

4

7

6 Pleiocarpa mutica

1

4

7 Whitfieldia colorata

2

5

7

8 Rubiaceae

3

3

6

9 Vitex micrantha

2

4

6

10 Chromolaena odorata

1

2

11 Dialium guineense

1

3

4

12 Aphania senegalensis

2

1

3

13 Culcasia angolensis

1

2

3

14 Cercestis afzelii

1

1

2

15 Desmodium velutinum

1

1

2

16 Diospyros mespiliformis

1

1

2

17 Mezoneuron benthamianum

1

1

2

18 Orchidae

1

1

2

33

2

1

7

4

III.1.1- Savanes type 1
Les savanes de types 1 (Figure 8) sont des formations boisées formées de deux
strates bien distinctes. La première strate basse est constituée d’herbacées dominées par
Andropogon 1, Andropogon 2 (Poaceae) et Aframomum melegueta (Marantaceae). La
deuxième strate ligneuse, haute d’environ huit mètres, comporte les espèces comme Berlinia
grandiflora (Caesalpiniaceae) Maytenus senegalensis (Celastraceae) Piliostigma thonningii
(Caesalpiniaceae) Pleiocarpa mutica (Apocynaceae) et Vittelaria paradoxa (Sapotaceae).

Figure 8 : Savane type 1

III.1.2- Savanes de type 2
Les savanes de type 2 (figure 9) sont des formations dont la hauteur des ligneux est
comprise entre quatre mètres et huit mètres. Cette situation peut produire, dans certains cas,
un mélange de la strate herbacée basse et ligneuse au dessus. La strate herbacée est
composée de trois espèces d’andropogon (Poaceae) codées sous les noms d’andropogon 1,
2, 3, de Aframomum melegueta (Marantaceae), Mitracarpus scaber (Rubiaceae) et d’une
espèce d’Asteraceae. Les ligneux se composent de Berlinia grandiflora (Caesalpiniaceae),
Piliostigma thonningii (Caesalpiniaceae) Parinari curatellifolia (Chrysobalanaceae) Annona
senegalensis (Annonaceae) Gardenia erubescens (Rubiaceae) Vittelaria paradoxa
(Sapotaceae).

Figure 9: Savane type 2

34

III.1.3- Savanes type 3
Les savanes de type 3 (figure 10) sont des milieux très ouverts constitués d’une
couverture végétale à une seule strate combinée de ligneux et d’herbacées. Dans ce cas les
arbres sont tortueux, rabougris et portant les marques du passage régulier des feux. Les
herbacées de ces milieux sont Andropogon 1, Andropogon 2, Imperata cylindrica (Poaceae)
Cissus producta (Vitaceae) et d’une espèce d’Asteraceae. Les ligneux sont Hymenocardia
acida (Hymenocardiaceae) Berlinia grandiflora (Caesalpiniaceae), Parinari curatellifolia
(Chrysobalanaceae).

Figure 10 : Savane type 3
III.1.4-Forêts galeries
Les forêts galeries (figures 11) des cordons des végétaux de types forestiers, qui
bordent les cours d’eaux de moindre importance. Dans ce cas, les arbres formant la galerie
qui couvre totalement le lit du cours d’eau. La largueur de ce cordon n’excède pas les 50
mètres dans la plupart des cas. Ces forêts restent vertes toute l’année et sont donc moins
exposée aux effets des feux. Les espèces les plus fréquemment rencontrées sont Cola
gigantea (Sterculiaceae), Saba senegalensis (Apocynaceae), Anchomanes welwitschii
(Araceae), Cissus producta (Vitaceae), Elaeis guineensis (Arecaceae) et Paullinia pinnata
(Sapindaceae).

Figure 11b : Rivière dans une forêt

Figure 11a : forêt galerie

35

Figure 11c : Sous bois de forêt galerie
III.1.5 – Îlots forestiers
Les îlots forestiers (figures 12) sont des formations de ligneux, de superficie plus ou
moins grandes, incluses dans les savanes. Cette formation végétale renferme de grandes
ouvertures causées les feux au cours de la saison sèche. Les espèces caractéristiques sont :
Antiaris toxicaria (Moraceae), Mallotus oppositifolius (Euphorbiaceae), Millettia zechiana
(Mimoceae), Olyra latifolia (Poaceae), Whitfieldia colorata (Acantaceae), Aidia genipiflora
(Rubiaceae), Cola caricaefolia (Sterculiaceae), Dichapetalum heudelotii (Dichapetalaceae),
Paullinia pinnata (Sapindaceae), Pleiocarpa mutica (Apocynaceae), Saba senegalensis
(Apocynaceae), Scleria boivinii (Cyperaceae), Secamone afzelii (Apcynaceae), Vitex
micrantha (Verbenaceae), Cola gigantea (Sterculiaceae), Dialium guineense
(Caesalpiniaceae) et Neuropeltis acuminata (Convolvulaceae).

Figure 12b : Sous bois d’un îlot forestier

Figure 12a : Ilot forestier

Figure 12c : Sous bois d’un îlot forestier
présentant des ouvertures
36

III.2 – Richesse et diversité de la végétation
III.2.1-Richesse floristique
Les inventaires effectués en cinq (5) jours sur les 30 Parcelles, ont produit une flore
riche de 177 espèces végétales. En y ajoutant les taxons récoltés hors Parcelles, le nombre
espèces inventoriées atteint 266 espèces.
Lorsqu’on considère chaque milieu écologique, les îlots forestiers sont les plus
riches avec 73 espèces, ils sont suivis les forêts galeries (70 espèces), les savanes type 1 (43
espèces), les savanes type 2 (31 espèces) et les savanes type 3 (30 espèces). Le graphe de la
figure 13 donne une illustration de la richesse floristique de chaque milieu.
Les forêts prises dans leur ensemble sont plus riches que les savanes. A la taille de
notre échantillonnage (six Parcelles dans chaque milieux), les deux forêts ont des richesses
semblables. Il en est de même pour les savanes.
80

70

73

Nombres d'espèces

70
60
50

43

40

31

30

30
20
10
0
SV 1

SV 2
SV 3
Fo Gal
Types devégétation

Ilo Fo

Figure 13: Richesse en nombres d’espèces des formations végétales
III.2.2-Diversité spécifique
A l’aide des indices de shannon, la courbe en couleur bleue de la figure 14 montre
que les forêts sont plus diversifiées que les savanes. Spécifiquement les forêts galléries sont
plus hétérogènes que les îlots forestiers. Dans les savanes la diversité respecte le même ordre
que la richesse. Les valeurs de l’équitabilité sont toutes proches de 1.

37

Shannon

Equitabilité

6,00
Valeurs des indices

5,96
5,00

5,87

5,20

4,00

4,66

4,55

0,94

0,93

0,97

0,95

SV 2

SV 3

Fo Gal

Ilo Fo

3,00
2,00
0,96
1,00
0,00
SV 1

Types de végétation

Figure 14: Diversités des types de végétation en fonction des indices de Shannon
La valeur de l’équitabilité calculée dans chaque milieu écologique proches de 1,
traduit une bonne conservation de la flore du Parc de Comoé. Les diversités faibles
observées au niveau des savanes et principalement les savanes de type 2 et 3, témoignent de
la dominance de certaines espèces comme celles de la famille des Poaceae (Gramineae)
dans ces milieux.
III.3-Structure de la végétation
III.3.1-Structure verticale
Tableau V : Structure verticale des différentes formations végétales du Parc de Comoé
Type de formation

Hauteur de la
strate supérieure

Hauteur des
strates inférieures

Hauteur des
herbacées

Taux de
recouvrement

30 ≤ h ≤ 35 m
ouverte

2 ≤ h ≤ 25 m
fermée

0 ≤ h≤ 2m
Peu dense

30 à 40% pour la
strate supérieure

25 ≤ h ≤ 30 m
relativement
fermée
8 ≤ h ≤ 10 m
ouverte

2 ≤ h ≤ 20 m
peu fermée

0 ≤ h≤ 2m.
Peu dense

40 à 70% pour la
strate supérieure

2≤h≤6m
très ouverte

0 ≤ h ≤ 2m
Dense

40 à 50% pour la
strate supérieure

Savanes type 2

5≤h≤6m
ouverte

0 ≤ h ≤ 2m
Dense

35 à 40% pour la
strate supérieure

Savanes type 3

3≤h≤4m
très ouverte

0 ≤ h ≤ 2m
Dense

0 à 5% pour la
strate supérieure

Îlots forestiers

Forêts galeries
Savanes type 1

38

Le tableau V nous permet de faire les observations suivantes :
Au niveau des forêts, l’organisation de la structure verticale permet de noter globalement
que Îlots forestiers sont plus hauts que les Forêts galeries. Ces dernières en revanche sont plus
fermées que les îlots forestiers. Cette fermeture de la strate supérieure des forêts galeries
explique le caractère ouvert de son sous bois comparativement aux îlots forestiers qui
présentent un sous bois plus dense.
Au niveau des savanes, la hauteur de la strate ligneuse permet de discriminer effectivement
les savanes type 1, 2 et 3. En effet, les savanes type 1 ou savanes arborées présentent une
strate ligneuse qui dépasse par fois 10m de hauteur, alors que les savanes type 2 ont une
strate ligneuse qui atteint à peine 6m de hauteur.
Par ailleurs, si les savanes type 2 et 3 ont des strates arbustives de hauteurs voisines, elles
sont différentes par la densité des ligneux qu’elles renferment.
III.3.2-Structure horizontale
III.3.2.1-Formations forestières
Les îlots forestiers diffèrent des forêts galeries par des valeurs de densité de tiges et
d’aire basale des ligneux plus élevées (figure 15 A et B). Les densités de tiges sont
parfaitement corrélées aux aires basales dans les formations forestières. Cette densité de
tiges élevée dans les forêts galeries peut s’expliquer par une stabilité du milieu écologique.
En effet, les îlots forestiers sont en fait des forêts denses sèches. Elles sont très marquées
par les saisons sèches (décembre à mars) qui les rendent vulnérables aux feux pratiqués par
les populations (notamment les braconniers). Au cours de la période sèche, ces feux
ravagent les îlots forestiers et entraînent ainsi une dégradation de la strate ligneuse. Quant
aux forêts galeries, elles restent vertes toute l’année grâce à l’humidité des sols qui leur
assure une protection contre la sécheresse et les des feux. Elles représentent donc des
milieux écologiques plus stables.

Figure 15 : Densités de tiges (A) et aires basales (B) des
différentes formations forestières du PNC
39

La répartition des tiges par classe de diamètres à la figure 16 indique que globalement, les
îlots forestiers et les forêts galeries ont une structure en J inversé, caractéristique des forêts
tropicales. Une observation plus minutieuse permet de noter que dans les classes de faibles
diamètres (10 à 30 cm), la densité de tiges est plus importante dans les îlots forestiers. Dans
les classes de grands diamètres (30 à 80 cm), c’est plutôt les forêts galeries qui ont les
densités de tiges les plus élevées. Cette observation confirme, l’hypothèse de la stabilité de
ces milieux. En effet, les peuplements qui les composent ne subissent ni la sècheresse, ni les
feux. Ils y trouvent donc de meilleures conditions pour leur développement, d’où la
présence de ligneux de diamètres plus importants.

Forêts galeries
Ilots Forestiers

Figure 16: Distribution des tiges par classes de diamètres des formations forestières du PNC

III.3.2.2-Formations savanicoles
Les savanes type 2 ont une densité de tiges plus élevée que les savanes type 1 (figure
17 A et B). Cette dernière (savane type 1) présente une densité de ligneux plus importante
que la savane type 3. Au niveau des aires basales, nous avons dans l’ordre décroissant, les
savanes type 1, les savanes type 2 et les savanes type 3. La corrélation entre la densité de
tiges et l’aire basale dans les formations savanicoles n’est pas aussi parfaite que dans les
formations forestières. En effet, les savanes type 2 ont une densité de tiges supérieure à la
savane type 1, or cette dernière affiche une aire basale plus importante.
Ce résultat indique la présence de ligneux peu nombreux mais de diamètres plus importants
dans les savanes type 1. En effet, les savanes type 1 sont arborées, alors que les savanes
type 2 sont arbustives. Quant aux savanes type 3, la faiblesse de la densité des ligneux serait
liée aux effets des feux plus marqués et qui ont eu pour conséquence la réduction voire la
destruction de la strate ligneuse au profit de la strate herbacée.

40

Figure 17 : Densités de tiges (A) et aires basales (B) des différentes
formations savanicoles du PNC
La répartition des tiges par classes de diamètre permet de noter que les savanes type 1 ont
une structure en J inversé (figure 18). Ces savanes sont différentes des deux autres par la
présence de tiges dans les classes de diamètre de 30 à 60 cm. En effet, les savanes type 2 et
type 3 ont une strate ligneuse qui reste confinée dans les classes de diamètres (10 à 30 cm).
Si les savanes type 2 et type 3 ont des graphes même allure, elles sont différentes par la
densité de tiges qui composent chacune d’elles. En effet, comme nous l’avons souligné plus
haut, l’effet dommageable des feux sur les structures ligneuses en savanes serait à la base de
la faible densité de tiges dans les savanes type 3.

Figure 18 : Distribution des tiges par classe de diamètre dans les formations savanicoles

41

III.4-Résultats de l’analyse des échantillons de sol
Les caractéristiques des horizons superficiels (0-10 cm) des sols étudiés sont
résumées dans le tableau VI.
Tableau VI : Quelques caractéristiques physico-chimiques des sols du Parc National de
Comoé sous savanes et forêts naturelles.
Types de
végétation
Savane type 1
Savane type 2
Savane type 3
Îlots forestiers
Forêts galeries

Densité apparente
-3
(g.cm )
0,50 ± 0,11
0,62 ± 0,10
0,53 ± 0,07
0,52 ± 0,19
0,65 ± 0,19

Humidité
pondérale (%)
7,05 ± 0,05 b
9,90± 1,19 c
5,80 ± 0,72 d
11,38 ± 3,15 e
14,3 ± 1,14 f

Matière organique
(%)
0,96 ± 0,22 g
1,73 ± 0,23 h
1,09 ± 0,03 i
2,8 ± 0,55 j
1,63 ± 0,37 k

pH
7,0 ± 0,46 l
6,52 ± 0,46 l
6,62 ± 0,98 l
6,94 ± 0,14 l
6,40 ± 0,97 l

III.4.1- Densité apparente (Da) des sols étudiés

(g/cm3)

Densité apparente

La densité apparente du sol est l’expression de la structure et de la porosité, en
particulier de l’agrégation et de l’adhésion de ce sol. Les résultats obtenus sur les horizons
superficiels des sols étudiés montrent (Figure 19) une faible variation de la densité
apparente entre les différents types de sol des savanes aux forêts. Les horizons superficiels
des sols étudiés ont en conditions climaxiques une densité apparente entre 0,5 et 0,7 g.cm-3 ;
ceci avec des teneurs en matière organique variant de 0,9 à 2,8 %. Ce résultat corrobore
avec les ceux de Kauffman et al. (1998), Yemefack et al. (2004), Russel et al. (2004) et
Elberling et al. (2003). Ainsi, les valeurs les plus faibles concernent les savanes type 1 et
type 3 et les îlots forestiers ; tandis que les savanes type 2 et les galeries forestières ont les
valeurs de densité apparentes les plus élevées. Cependant, ces différences observées ne sont
pas significatives (p>0,05).

1
0 ,5

a

a

a

a

a

0

S V1

S V2

S V3

IF

FG

T y p e s d e c o u v e rt v é g é ta l

Figure 19: Graphe de la densité apparente des sols étudiés selon le couvert végétal
SV1 : savanes type 1 ; SV2 : savanes type 2 ; SV3 : savanes type 3 ; IF : îlots forestiers ;
FG : forêts galeries.

Les lettres identiques indiquent (a) que les différences observées entre les
différents sols étudiés ne sont pas significatives

42

III.4.2-Humidité pondérale (Hp) des sols étudiés

H u m id ité p o n d érale
(% )

L’humidité pondérale est la masse d’eau contenue dans un échantillon de sol,
rapportée à la masse des particules de sol sec. Les résultats obtenus sur les sols étudiés
montrent (Figure 20) des valeurs généralement faibles comprises entre 5,8 et 14,3 %. Les
îlots forestiers et les forêts galeries ont les valeurs les plus élevées avec respectivement
11,38% et 14,3% grâce à la couverture végétale de ligneux. Les résultats obtenus sont
similaires avec ceux de Hernandez-hernandez et Lopez-Hernandez (2002), trouvés sous
savane en saison des pluies. Les variations observées sont hautement significatives
(p<0,001) et l’influence du couvert végétal est également très importante (R²=0,83).

20
10

e

c

15

b

f

d

5
0

SV1 SV2 SV3

IF

FG

T yp es d e co u vert vég étal
Figure 20: Graphe de l’humidité pondérale des sols étudiés selon le couvert végétal
SV1 : savanes type 1 ; SV2 : savanes type 2 ; SV3 : savanes type 3 ; IF : îlots forestiers ;
FG : forêts galeries.

Les lettres différentes indiquent que les différences observées entre les sols
étudiés sont significatives.

III.4.3- Matière organique (Mo) des sols étudiés
La matière organique est considérée comme la clef de la fertilité des sols. Les
concentrations des sols étudiés en matière organique obtenues montrent (Figure 21) que les
valeurs sont élevées tant en savanes (savanes type 1, type 2 ou type 3) qu’en forêts (îlots
forestiers ou galeries forestière). Cependant, elles les plus élevées pour les îlots forestiers et
les savanes type 2 avec respectivement 2,8 et 1,73%.
De telles concentrations en matière organique (0,9 – 2,8 %), révèlent la non perturbation du
potentiel de matière organique des sols du fait de leur protection.
En effet, les valeurs obtenues en savane sont plus élevées que celles trouvées par Yao
(2001) en zone de savane naturelle et cultivée. Par contre, celles obtenues sous îlot forestier
sont similaires à celles trouvées par Yao et al. (2004) et Yemefack et al. (2004), sous forêt
naturelle. Les différences observées sont hautement significatives (p<0,001) et l’effet du
couvert végétal est fortement marqué (R²=0,85).

43

k

T au x d e m atière
o rg an iq u e (% )

3
2,5

i

2
1,5
1

m
j

h

0,5
0

SV1

SV2

SV3

IF

FG

T yp e d e co u vert vég étal

Figure 21: Graphe du taux de la matière organique des sols étudiés selon le couvert végétal
SV1 : savane densément boisée ; SV2 : savane moyennement boisée ; SV3 : savane
faiblement bisée ; IF : îlot forestier ; FG : forêt galerie

Les lettres différentes indiquent que les différences observées entre les sites
étudiés sont significatives.

III.4.4- pH des sols étudiés
Le pH mesure l’acidité ou la basicité des sols. Les sols étudiés sont neutres à
légèrement acides. Les valeurs varient entre 6,4 sous forêt galerie et 7,0 sous savanes type 1
(Figure 22). Les résultats obtenus corroborent avec ceux de Yao (2001 et 2004), Elberling
et al. (2003), sous savanes et forêt naturelles. Par contre, des valeurs de pH acide (5,25 à
5,9) de sols sous culture en savane et en forêt par Yao (2001), Yao et al. (2004), Elberling et
al. (2003) n’ont pas été observées.
Ces résultats confirment une bonne conservation des sols et l’absence de cultures dans
l’espace du sud du Parc de Comoé soumis à cette étude.
Cependant, les différences observées ne sont pas significatives (p>0,05).
pHeau des sols étudiés

7,2
7

g

g

6,8

g

6,6

g
g

6,4
6,2
6

SV1

SV2

SV3

IF

FG

T yp es d e co u vert vég étal

Figure 22 : pH des sols étudiés selon le couvert végétal
SV1 : savanes type 1 ; SV2 : savanes type 2 ; SV3 : savanes type 3 ; IF : îlots forestiers ;
FG : forêts galeries.

Les lettres identiques indiquent (g) que les différences observées entre les
sols étudiés ne sont pas significatives.
44

III.5-Dynamique du couvert végétal du sud du Parc de Comoé de 1976 à 2002
L’analyse de la dynamique du couvert végétal du sud du Parc de Comoé permet de rendre
compte de l’évolution des superficies des différents milieux écologiques dans le temps et
dans l’espace, et donc l’état de conservation de la végétation. Cette dynamique sera basée
sur les images satellitaires Landsat MSS, Landsat TM et Landsat ETM+ obtenues de la
zone respectivement aux dates de 1976, 1986 et 2002, et qui nous ont permis grâce à des
calculs statistiques de produire une carte de la végétation à chacune de ces périodes. Ces
mêmes calculs statistiques nous ont permis d’estimer la superficie occupée par chacun des
milieux écologiques à chacune des périodes.
III.5.1- Précision des traitements de télédétection
Les tableaux VIIa, VIIb et VIIc représentant les matrices de confusion réalisées pour les
traitements numériques d’images indiquent que les précisions cartographiques varient de 79
à 86%.
Dans ces différents tableaux, les valeurs en diagonale en gras indiquent pour chaque classe
(milieu écologique) les pixels bien classés, puis hors diagonales les pixels mal classés.
Ces tableaux révèlent pour toutes les années une confusion entre les îlots forestiers et les
forêts galeries d’une part et une confusion entre les savanes type 1 et les savanes type 2
d’autre part. Ces confusions qui se traduisent par une faiblesse du taux de précision
cartographique des différentes classes résultent d’une similarité au niveau de la structure
des différentes classes.
L’importance de la structure aérienne et de l’activité chlorophyllienne de la végétation dans
la discrimination spectrale de la végétation dans la discrimination spectrale des peuplements
par les images satellitaires ont été signalées par plusieurs auteurs dont Girard et Girard
(1999) ; Masahiro et al. (2001) ; Pierre Defourny (1990). Aussi, une comparaison des
caractéristiques structurales de la végétation aux résultats de la classification ont montré que
si quantitativement (densité de tiges et aire basale), les îlots forestiers et les forêts galeries
semblent présenter des différences, la répartition des tiges par classes de diamètres qui est
plus qualitative indique une similarité (ou ressemblance) dans la structure horizontale de ces
deux formations. En ce qui concerne les savanes type 1 et type 2, les confusions observées
résultent surtout de la difficulté à établir une limite nette entre ces deux types de savanes sur
le terrain. Aussi, au niveau structural, les densités de tiges observées dans les savanes type 1
et type 2 sont très proches. Toutes les autres classes sont relativement bien discriminées.
La faiblesse relative de la précision globale de traitement (79 à 86%) résulte des confusions
interclasses dans les formations végétales (forêt ou savanes), comme l’ont fait remarquer
Achard et Blasco (1990) dans le Parc national de la Marahoué. Ces valeurs obtenues
restent cependant très proches de celles obtenues par Achard et Blasco (1990) et Chevalier
(1998) qui ont respectivement obtenu des précisions globales de classification de 81,5% et
82% en traitant des images Landsat et Spot XS couvrant le Parc national de la Marahoué.
N’guessan et N’da (2003) ont quant à eux obtenu une précision de 87% en classifiant une
image Landsat couvrant la forêt classée de Bouaflé.

45

Par ailleurs, la distinction des savanes type 1 et type 2 n’a pas été possible sur l’image de
1976. Les caractéristiques du capteur (une seule bande dans l’infrarouge) à cette époque
seraient la cause d’une telle situation. D’où elles ont été regroupées en une seule classe
comme l’indique le tableau VIIa.
Tableau VIIa: Matrice de confusion de la classification de l’image Landsat MSS de 1976
Précision globale = 83.4357%
Classes

Îlots
forestier

Forêts
galeries

Savanes type
1& 2

Savanes type 3

Brûlis

Sols nus

Îlots forestiers

78.08

34.39

0.25

0.96

0.65

0.00

Forêts galeries
Savanes type 1
&2

21.78

64.87

0.00

0.00

0.65

0.00

0.00

0.74

88.62

13.01

1.29

0.00

Savane type 3

0.00

0.00

11.13

83.96

1.03

0.71

brûlis

0.00

0.00

0.00

0.00

95.60

0.00

Sols nus

0.15

0.00

0.00

2.08

0.78

99.29

Tableau VIIb: Matrice de confusion de la classification de l’image Landsat TM de 1986
Précision globale = 79.2436%
Classes

Îlots forestiers

Forêts
galeries

Savanes
type 1

Savanes
type 2

Savanes
type 3

brûlis

Sols nus

Îlots forestiers

67.08

8.78

0.00

0.00

0.00

0.00

0.00

Forêts galeries

32.92

90.79

0.51

0.00

0.00

0.00

0.00

Savanes type 1

0.00

0.43

74.05

18.33

0.95

0.00

0.00

Savanes type 2

0.00

0.00

23.29

79.60

0.00

0.00

0.00

Savanes type 3

0.00

0.00

0.00

1.78

81.90

0.00

0.00

brûlis

0.00

0.00

0.00

0.00

0.00

100.00

0.00

Sols nus

0.00

0.00

0.00

0.06

17.14

0.00

100.00

46

Tableau VIIc: Matrice de confusion de la classification de l’image Landsat ETM+ 2002
Précision globale = 86.5445%

Classes

Îlots
forestiers

Ilots forestiers

78.81

Forêts galeries

Forêts
galeries

Savanes
type 1

Savanes
type 2

Savanes type
3

9.12

0.32

0.00

0.00

0.00

0.00

21.19

89.22

6.48

0.00

0.00

0.50

0.00

Savanes type 1

0.00

1.27

65.92

2.51

0.00

1.09

0.00

savanes type 2

0.00

0.00

22.59

95.25

1.67

2.28

0.00

Savanes type 3

0.00

0.00

1.93

1.78

92.68

0.00

0.80

brûlis

0.00

0.00

0.13

0.46

0.00

96.13

0.00

Sols nus

0.00

0.00

1.60

0.00

5.47

0.00

99.20

brûlis

sols nus

III.5.2-Cartographie de la végétation en 2002
La figure 23 donne une cartographie détaillée de la zone d’étude (sud du Parc de Comoé) à
partir de la classification de l’image satellitaire Landsat ETM+ de 2002. Le tableau VIII
indique que pour la zone considérée dans cette étude, les forêts ensemble (îlots forestiers et
galeries forestières) représentent une proportion de 17% soit une surface de 11 950 hectares,
tandis que les savanes (savanes type 1, 2 et 3) représentent une proportion de 76% qui
correspond à une surface de 51 153 hectares. On ne note pas la présence de cultures dans le
Sud du Parc de Comoé. Cette carte issue de l’image Landsat ETM+ 2002 (image la plus
récente) est celle qui reflète mieux la réalité sur le terrain.

47

Figure 23 : Carte de végétation du Parc de Comoé en 2002

48

Tableau VIII : Proportion des différents types de végétation en 2002

Classes
Îlots forestiers
Forêts galeries
Savanes type 1
Savanes type 2
Savanes type 3
Brûlis
Sols nus
Total

Proportions
(%)
8
9
24
38
14
3
4
100

17
76

7
100

Surfaces (ha)
5671
6279
16238
25598
9317
1847
2539
67490

III.5.3-Dynamique de la végétation de 1976 à 2002
Cette étude a pour but de montrer dans le temps et dans l’espace l’évolution des différents
types de végétation décrits. Les caractéristiques du capteur MSS de 1976 ne nous ayant pas
permis de conserver les différents types de végétation tels que précédemment définis, il
nous a paru nécessaire d’adopter une nomenclature plus simple des différentes occupations
de l’espace en forêts (îlots forestiers et forêts galeries), savanes (savanes type 1, 2 et 3)
comme l’illustre la figure 24.
Les tableaux IXa et IXb donnent pour chaque année une estimation des proportions et des
surfaces occupées par les types de végétation nouvellement définis.
Ces différentes surfaces nous ont permis de construire le graphe de l’évolution de surface
des types d’occupation de 1976 à 2002 (figure 25).

49

Figure 24 : Evolution de la végétation de 1976 à 2002

50


cotedivoire.pdf - page 1/60
 
cotedivoire.pdf - page 2/60
cotedivoire.pdf - page 3/60
cotedivoire.pdf - page 4/60
cotedivoire.pdf - page 5/60
cotedivoire.pdf - page 6/60
 




Télécharger le fichier (PDF)


cotedivoire.pdf (PDF, 1.5 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


cotedivoire
travail final
travail final frances
ecologie
010007351
partie 3 chap1

Sur le même sujet..