7.pdf


Aperçu du fichier PDF 7.pdf - page 5/56

Page 1...3 4 56756



Aperçu texte


COLAB CONCEPT
Colab Team
Bulletin N° 7

Colab Team
07/10/08

Description : BULLETIN DE COORDINATION N°7

Page
5/56

A2) Les aéronefs dont le domaine de vol peuvent atteindre la tropopause et dans certains cas
au-delà ; On peut en distinguer 2 catégories :

2.1 Les appareils qui privilégient le vol à faible énergie motrice et dans ce cas la finesse
aérodynamique de la voilure est le paramètre fondamental, il paraît judicieux qu’avec la
technologie actuelle elle soit supérieure à 40/1.
Les planeurs modernes sont très performants avec des finesses de 60/1, mais leur capacité de
charge d’apport est faible et leur vitesse limitée en atmosphère turbulante.les allongements
susceptibles de leur conférer des performances accrues ne sont pas réalisables dans la
technologie actuelle à base de structure Cantilever.

2.2 Les appareils fortement motorisés qui privilégient la poussé et les portances de forme.
Ce sont des engins rapides subsoniques ou supersoniques dans lesquels, au-delà d’une
certaine vitesse, la portance du fuselage devient notable (lifting bodies.)

B. les appareils à décollage et atterrissage verticaux :

B1) Les appareils à voilure mobile :

11) Les hélicoptères, performants mais très coûteux et complexes en conception, construction
et maintenance.

12) Les gyrocoptères dans lesquel il y a découplage entre les fonctions propulsion et
sustentation
Seuls les hélicoptères assurent réellement le décollage vertical. Les gyro. Ont besoin d’une
course de transition ou d’un vent debout adéquat, excepté » pour les modèles équipés du
couplage entre propulsion et rotor au décollage.

B 2) Les appareils à réaction :

21) les avions et les fusées

22) Les appareils à propulsion par turbine (le MOLLER en est la parfaite illustration)
Dans ces catégories les performances des moteurs notamment ont fait des progrès
considérables et dans le cadre strict de la consommation d’énergie les appareils de type
MOLLER sont de loin les plus gourmands.
Dans tous les cas l’énergie dont ils ont besoin pour être animés limite leur poids et leurs
performances, notamment leur autonomie.