Comuniqué presse 02220125 .pdf


Nom original: Comuniqué presse 02220125.pdf
Titre: Communiqué presse 02 220115
Auteur: CALACS de Baie-Comeau

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.9.5 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 22/01/2015 à 20:05, depuis l'adresse IP 207.134.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 584 fois.
Taille du document: 155 Ko (1 page).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


La justice a un prix
Baie-Comeau, le 22 janvier 2015- Lumière boréale * CALACS de Baie-Comeau doit renoncer à faire
appel de la décision du jugement 655-17-000222-104 de l’honorable juge Marc Paradis pour des
raisons financières.
C’est dans l’objectif d’alerter la population sur les décisions prises par le Conseil de discipline du
collège des médecins du Québec à propos des agressions à caractère sexuel perpétré par le docteur
Serge Grégoire en mai 2005 (7 chefs d’accusation) et juillet 2008 (4 chefs d’accusation additionnels)
et à propos du privilège de pratique au CSSSM quand s’est amorcé cette saga. Le CALACS est
intervenu à plusieurs reprises dans les médias, par des lettres envoyées aux décideurs, et autres
moyens légaux mis à sa disposition.
Considérant que le CALACS est le porte-parole des femmes et adolescentes qui ont vécu des
agressions à caractère sexuel et qui ne peuvent dénoncer publiquement par peur des représailles.
Museler le CALACS équivaut à faire taire la majorité des victimes puisque seulement 10 % d’entre
elles portent plainte.
Depuis octobre 2010, à la suite de la mise en demeure et de menaces qu’elle laissait planer, le
CALACS s’est senti dans l’obligation de cesser ses interventions publiques à propos des procédures
instaurées par le Serge Grégoire pour retrouver ses privilèges de pratique au CSSSM. Sous l’emprise
d’une poursuite en diffamation, le CALACS a dû pour assurer sa propre défense et protéger les
intérêts du CALACS et de ses membres, investir du temps précieux et considérablement d’argent
tenant compte de ses revenus.
Dans le rejet de la demande reconventionnelle (poursuite bâillon) par le juge Paradis, le CALACS
décèle des motifs d’appels. Il distingue des erreurs de droit sur la transaction du règlement hors cour,
des éléments faux lorsque le juge dit que les procédures du docteur Grégoire étaient terminées le 13
octobre 2010, et qu’il ne tient pas compte que le CALACS n’a pas été partie prenante dans les ententes
à l’amiable entre les compagnies d’assurances et monsieur Grégoire.
N’ayant plus la latitude financière nécessaire pour interjeter l’appel de la décision, et voulant
recommencer à défendre les droits des femmes et adolescentes ayant vécu des agressions à caractère
sexuel, le CALACS renonce à ses droits. La justice à un prix, il est trop élevé pour qu’il puisse être
accessible aux plus démunis.
Et dans la foulée, il a retrouvé son droit de parole, sa liberté d’expression. Le CALACS restera aux
aguets lorsque sortira le jugement du Conseil de discipline du Collège des médecins du Québec où une
autre plainte a été déposée contre le docteur Serge Grégoire.
-30Guilaine Levesque
Coordonnatrice
Lumière boréale * CALACS de Baie-Comeau
1 800 563 0443


Aperçu du document Comuniqué presse  02220125.pdf - page 1/1


Télécharger le fichier (PDF)

Comuniqué presse 02220125.pdf (PDF, 155 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP







Documents similaires


comunique presse 02220125
postes 2015
oc 0615 1
communique 01 2220115
invitation calacs la vigie
dossier djemila pdf

Sur le même sujet..