Fichier PDF

Partagez, hébergez et archivez facilement vos documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Boite à outils PDF Recherche Aide Contact



FORb021 MULTI redux.pdf


Aperçu du fichier PDF forb021-multi-redux.pdf

Page 1...61 62 636465100

Aperçu texte


Un forum pour faciliter
la culture entrepreneuriale
De gauche à droite : Saholy Malet, présidente
de l’agence Malet & Malet, organisatrice du
forum ; Dr Rolland Jules Etienne, ministre
de l’Industrie et du Secteur privé ; Zaza
Ramandimbiarison, conseiller technique.

Les 4, 5 et 6 décembre 2014, à Antananarivo, se tenait
le 1er Forum international des investisseurs à Madagascar
et en Afrique (FIIMA). Réservée aux chefs d’entreprise et
fonds d’investissement, la manifestation, initiative privée,
entendait déboucher sur des projets concrets pour relancer
l’économie malgache.
PAR HERY ANDRIAMIANDRA

internationaux en prospection.
Concrètement, le fonds
d’investissement I&P a identifié
plusieurs projets sérieux avec au
total un financement de 3 268 228 $
dont le principal, celui de la firme
HDI (Holding de Développement
d’Industrie d’innovation), favorisant
la production de biocarburant à base
d’algues.
Selon son promoteur Richard
Ratsimbazafy, l’utilisation de
microalgues s’avère rentable –
20 000 à 60 000 litres/hectare
(l/ha), contre 5 950 litres/hectare
pour l’huile de palme et seulement
1 892 l/ha pour le jatropha.
Ce projet nécessite un
investissement total sur dix ans
de 2 165 613 euros, avec un taux de
profitabilité de 27 % au bout de la
deuxième année, dégageant 263 000
euros de cash-flow dès la première
année, 16 % de taux de rentabilité
interne dès la 3e année.
IMPRESSIONS DES PARTICIPANTS
Keita S.Cheick, président
de la Chambre d’initiative
pour le développement des
investissements des groupements

en Afrique (CIDIGA) dont c’est la
deuxième visite dans la Grande
Ile, rappelle l’importance d’un tel
événement : « Madagascar reste
incontestablement un passage de
relais avec l’Afrique. Ma vision
panafricaniste m’amène à soutenir
cette initiative, les opportunités
étant exponentielles dans cette terre
d’Afrique. » Le businessman guinéen
s’intéresse à mettre en place des
logements sociaux préfabriqués en
utilisant des matériaux composites à
Madagascar, pour les fonctionnaires,
comme au Bénin, au Liberia.
La comtesse Emmanuelle Vidal
Simoës de Fonseca, présidente
de la Maison des arts Douta
Seck (MADS), sociétaire au sein
de la Société des gens de lettres
de France, compte fonder à
Antananarivo une Maison des
arts Douta Seck dans laquelle
on enseignerait l’architecture,
le cinéma, le journalisme, tout
en mettant en place un studio de
cinéma sur les collines d’Ilafy (nordest de la capitale).
Maminiaina Rasolondraibe,
PDG du groupe Funreco, s’est
impliqué, dès le départ, pour aider

Saholy Malet dans l’organisation
du FIIMA 2014. « Au-delà de
certains corporatismes, nous tenons
à souligner l’importance d’un tel
événement pour créer de la valeur
ajoutée à Madagascar. »
L’avocate Olivia Rajerison du
cabinet éponyme (cabinet Rajerison)
a rappelé, dans ce contexte de
redynamisation, la prise en compte
de la culture entrepreneuriale, qui
devrait être facilitée par les pouvoirs
publics. « On incite de plus en plus
les Malgaches à entreprendre, à
étoffer le secteur privé national,
mais les crises politiques et socioéconomiques cycliques que subit la
Grande Ile ont été particulièrement
néfastes au secteur privé
national. Selon le rapport Doing
Business 2014, Madagascar a perdu
six places dans ce classement… Le
pays rend la création d’entreprises
plus difficile en augmentant le
coût d’immatriculation au Centre
national des statistiques, en
passant de la 142e place en 2013 à
la 148e en 2014. Une raison de plus
d’interpeller les autorités pour
qu’elles prennent en compte ces
données. »
JANVIER 2015 FORBES AFRIQUE | 63