5 Les Mots Clandestins V1 2b .pdf



Nom original: 5 - Les Mots Clandestins V1 - 2b.pdf

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Writer / OpenOffice 4.1.1, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 10/02/2015 à 22:36, depuis l'adresse IP 90.46.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 336 fois.
Taille du document: 315 Ko (10 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


L'age des mosaïques kaléidoscopiques
Syndrome du Puzzle

Hiver An 2

Arlequin : l'enseignement de la sagesse par l'humour et la
fantaisie, dixit Aîle sur ses sources Wiki
La nouvelle année, malgré la symbolique communément
imposée du grand changement avec ses traditionnelles résolutions
(*) de début d'année, et donc inhérent à cette cassure de l'agenda le risque de
vouloir susciter une rupture radicale dans le rythme pris pour raccrocher sur des
objectifs de grande sagesse, de pieuse mesure et de nécessaire prudence, (plein
de trucs raisonnables) …
(*) et le cérémonial des joutes de bonne-année-tous-mes-voeux qu'il
faut se jouer avec des yeux qui disent je-men-fout-fait-ce-que-tuveux , et surtout penser à le servir à tout le monde sans faire des
doublons, jusqu'à fin janvier pas plus autorisé

Cette nouvelle année donc n'a pas entravé la dynamique initiée l’année
passée, ce compteur +1 dans les années défilant n’est pas forcément significatif
dans leurs mathématiques des affects, leurs vœux se confirment en veux et c’est
bienheureux

Le Plan B, un thème qui ne peut que séduire : une bandes de cadres
dynamiques qui se battent contre les lois de la gravité ! L'homme,
créature à l'équilibre aléatoire, rêve de hauteurs dans un monde en
mouvements, démonstration a été faite, la plus important depuis la
chute de la pomme de newton, la gravité est un leurre, ça fait chaud
au cœur, la légèreté va pouvoir revenir au pouvoir
Victoire splendide aux Garçons de Café sous les applaudissements
de la foule en liesse, je te dédie ce moment historique ! C'est beau
ici à la tombée de la nuit … Je flambe pour toi de l'intérieur avec de
grosses flammes qui ne savent plus se contenir ...

Cependant, par soucis de se donner un semblant d'impression de sérieux
dans leur petite entreprise autogérée, Elle-et-Il savent s’attacher à faire
l'inventaire et le bilan comptable de leurs prospérités sur l'année écoulée, sur
leur commerce en belles idées, bons sentiments et grandes folies, pour en
dégager tout naturellement des bénéfices luxueux et leurs dividendes dus,
empochés direct sans taxation par les deux actionnaires majoritaires, et déposés
sine-die au crédit de leur compte joint à la banque des sensations
Sur la base de ce capital acquis en fonds propres, il n'y a plus qu'à attaquer
la nouvelle année à prospecter de nouveaux marchés et y développer un business
pour s'en dégager de belles plus-values prometteuses en marge de la crise(*) qui
ne les atteindra pas
(*) c'est du moins l' étude du marché faite initialement et un peu
naïvement aussi certainement

Avec pugnacité, Elle-et-Il saurons aussi objectivement sans complaisance
inscrire les imperfections recensées dans leurs activités au déficit de leur bilan
comptable, à savoir faire leur autocritique sincère sur ce qui les oppose aussi, et
met un peu de désordre dans leur paysage qui serait sinon trop franchement trop
suspect en trop idéal
Dans le champs de mines de tous leurs conflits en
latence, le point d'accroche qui émerge outrageusement
est celui sur une antinomique addiction qui les oppose
radicalement sur un dilemme empoisonné : Aîle sur ses
chewing-gum et Île sur ses tic-tac, rien de moins ! Certes
sur des parfums menthol en commun mais sur des
aspirations tellement différentes entre le vulgaire
'mâcher' et le raffiné 'sucer', un vrai sujet de désaccord, caricatural, pour
pigmenter autant se faire que peu la symbiose un tant soit peu trop généralisée
C’est tout dire de l'étendue du péril auquel Elle-et-Il s’exposent si
d'urgence ils n'engagent pas des pourparlers en négociation pour résorber ce
différent, à prendre d'urgence le temps d'une discussion sérieuse et
constructive malgré leur intransigeance caractérielle, arc-boutés sur leurs vices
de si loin installés, de bien avant leur histoire et donc a
considérer qu'il devrait y avoir prescription dans les
justifications à s'en donner
La croisade belliqueuse se devra et sera donc
engagée, fatalement, à grands coups de flèches
caressantes et canonnades de baisers entre les assiégés
fanatisés sur le triomphe de leurs fantaisies, jusqu'à
capitulation finalement réciproque des deux guerriers

fourbus de ces écheveaux sans queue ni tête, avec l'honneur préservé sans autre
atrocité commise qu'une atroce envie de se convaincre de leurs bien-fondés, de
s'en faire sans faire de prisonniers l'amour sans la guerre, à s'en évangéliser
leurs conquêtes pour une paix durable en leur beau royaume de nouveau réuni sur
des territoires où les les gentils petits tictac délicieusement acidulés pourront
cohabiter avec les gros chewing-gum tout mous collants dégoulinants de bave
(Aîle)
Aujourd'hui j'ai acheté ma première boite de tic-tac en 20 ans. Je
suis grave accro je crois!
(Île)
Mais tu ne te rends pas compte, c'est grave ce début de
tictacomania, on va s'en auto-intoxiquer à s'ajouter une
dépendances réciproque de plus, en s'en autodealer les excès, on va
finir toc-toc ! j'en suis à fumer 3 paquets de tic-tac par jour, c'est
pour dire ...

Canal 95 Bobigny
Je vais chatouiller ton enfance tout comme toi tu le fais sans
forcément le percevoir, il est peut être là le sens des choses, de nos
enfantillages innocemment insouciants, on se prend la main l'air de
rien vers le début de l'avant, à se déplier le chemin inverse de
l'avant les blessures et les fissures, ne sois pas inquiète, on se les
fera tous nos pèlerinages, en long en large, des hauts jusqu'aux plus
profonds, entre-temps faut rester indulgente pour ceux qui ne
savent pas la magie des vrais cotillons, ceux en tortillons d'envies
sur des folies !

La première semaine de Janvier, elle a été semaine de martyr en réclusion
imposée à s'impatienter, à s'en surprendre longtemps après sur cette perception
exacerbée des longueurs dans ce temps là, sachant ce qu'il pourra en être bien
autrement dans d'autres temps
Mais l'épreuve a du bon dans la démonstration, c'est acté validé confirmé
officialisé labellisé contresigné tamponné, Elle-et-Il peuvent le faire aussi,
permanence et constance dans tous les sens
jme dis (il est vrai que je me cause beaucoup, et surtout de toi !) que
je n'ai jamais eu un hiver aussi positivé et projeté, et ça c'est de ta
faute ! tu me manques et pourtant tu me combles, le grand paradoxe
.. ça doit faire depuis bien longtemps, quelque part de l'avant mes
premières guerres, que je n'ai connu un hiver si positivé. Il pourra
faire -40 degrés, 10 cm de glace, des pluies de stalactites et des
troupeaux de mammouths dans les rues, j'ai chaud de toi ....

Complémentaires à l'excellence
C'est quelque part dans les bouillonnements magnétiques de cette époque
initiatique, au dire des biographes les plus avertis, qu’émergea cette révélation
exprimée sur ces termes, l'excellence des complicités, les connivences qui
s’additionnent pour s'en multiplier d'autant, c’est l'image qui semble vouloir
caractériser au plus prêt la nature profonde de leur duo magique, lorsque euxmême en chercheurs attentifs de leur propre mystère tentent de vouloir en
qualifier les émanations singulières
Sur cette soirée au Réservoir, ce fut la première fois où
des gens sont venus spontanément leur témoigner de leur
impression ressentie sur leur harmonie troublante
Une forme de symbiose intrigante, non pas sur absolument une quête de
similitudes, même si elles existent deci-delà mais sans plus, mais en complément
et supplément chacun dans le prolongement naturel flatteur embellisseur de
l'autre, des univers qui s'ouvrent et se déplient à la juxtaposition exacte de leurs
surfaces de contact
je sais que nous avons à faire ensemble, et à défaire et à refaire
autrement, je ne sais comment ni quand mais je le sens avec le temps

A chacun tout un espace pour révéler et se révéler à l'autre et
réciproquement et alternativement et résolument, tout un univers à découvrir et
s'épanouir soi même avec des potentialités de s'en faire fructifier, en inflation
de ces complémentarités
Au plus manifeste, pour Île c'est la liberté qu'elle suscite de libérer les
Aîles de sa plume, et pour Aile la légèreté qu'il inspire de s'envoler l'esprit sur
ses Îles de fantaisies
Les deux pièces centrales d'un puzzle géant où de proche
en proche un nuage de pièces bigarrées voudront s'y raccrocher
sur la grande luxuriance d'un tout reconstitué dans son intégrité

tu es un bonheur douloureux, sur la valse de nos reviens et s'en va
mais il reste un fil invisible plus solide que bien des chaînes en acier
tu es le meilleur de moi-même, quand tu es toi-même
Complémentaires à l'excellence
Qui donne a imaginer tout un champs de possibilités insoupçonnées

Comme si un jour, soudain, un parachutiste ecchymosé de toute part de trop
de chutes mortelles, devait se voir doté d'un parachute en dépit de toute
attente, interloqué de découvrir qu'un tel objet puisse exister, et désormais de
pouvoir concevoir le plaisir de vivre sa passion sous un jour nouveau, avec la
liberté de se savoir pouvoir en abuser, sans limite dans les expérimentations de
figures inimaginables par avant, la chute libre et ses vols planés en ronds dans les
airs
En somme tout un potentiel possible de sensations en plénitude accessible
(Aîle)
Un grand rock treck dans les bandes originales de nos existences, un
voyage au long cours par les chemins escarpés de nos vies qui se
croisent, se décroisent et s’emmêlent. Avec des intensités
merveilleuses quand on atteint le sommet et parfois aussi des
moments de doute quand on se croirait perdu... Mais toujours
toujours la certitude de l'exaltante aventure de ce grand voyage
(Île)
La belle aventure, l'envie en intuition et une liberté en vouloir,
fabuleux tous ces paysages entre anciens et nouveaux qui se
tricotent entre nous, on s'en fait une belle tapisserie avec des
tonalités parfaites, tu me donnes le vertige, de nos hauteurs
toujours plus hauts, ta bague te ressemble, foisonnement d'idées
bigarrées non-conformes la tête haute et fièrement dressée, et une
perle égarée mais qui sait toujours se retrouver, tu me trek les
envies de toujours plus

Elle-et-Il vont devoir rester prudent, bientôt à finir par se causer comme
dans Cyrano de Bergerac, à se conter fleurette tout en rimes !

Jme dis que je deviendrais vite blafard
sans ton soleil dans cet hiver morose
De te savoir tu me fais les mots roses,
tout au fond de mon bureau à cafard ...
Pti blues en attendant nos rock'n roll,
l'ennuie les jours loin de nos farandoles ...
C'est toi qui me fait tout ce bien,
quand je pense à nos transports aériens,
à tes caresses sur mes seins,
à nos décollages en train...
L'hiver prendra bientôt fin !
Aîle, jme sens tomber grave d'....,
maladie incurable ! sans medic pour ....
Dans ma tête j'ai les idées boulgbour

et les énergies qui se tirent la bourre
rien de grave , mon virus le veux toujours
Pour que bouffon se fasse ton troubadour
Mais ne faisons pas d'excès d’angélisme, le feu couve, en contre coup d'un
janvier sordide sur son décembre torride
On s'est enflammé en ce joli mois de décembre... C'est presque
trop! Trop de déraisonnable, le retour au raisonnable est difficile.
Le malaise est profond. J'aime à le penser mais je me trompe peutêtre ... Envie de croire à d'autres possibles en ce moment
Tenter de laisser glisser un peu, ne pas trop prendre de voilure,
persuadé que les bonnes résolutions viendront naturellement dans le
bon sens. Après ces derniers mois fabuleux, demain la reprise on
s'en moque, de savoir tout le champs des possibles entre ces passetemps obligés, je me sens inoxydable et prêt à attraper le vent qui
se présentera pour m'échapper d'une façon ou d'une autre

En marge de feu leurs temps forts faiblissants, les passe-temps laborieux
ont des velléités de vouloir reprendre le dessus et l'avantage sur les
vagabondages, la grande œuvre de lessivage de l'Institution, d'une inspection
jusqu'à son inquisition, à l'encontre des esprits qui en seraient trop sauvages, la
punition névrotique aux pénitents érotiques

Avec nos temps,
tout s'en va en marge d'un temps qui sera le notre,
l'autre qu'on adorera au détour d'un regard,
entre les lignes des mots, dans le lit de nos hasards,
avec le temps, les plus chouettes souvenirs sont toujours à venir,
avec le temps on finira par ne plus vendre son âme
à trop se la donner à s'en damner,
avec le temps, toutes ces nuits à se refaire notre monde
au loin des années d'ennui
(Ferré plagié)
Le grand dilemme entre se réaliser assurément et
les réalités assujettissement devient critique, ne pas aller
trop loin dans la compromission, ou sinon y perdre sa
dignité
Tentation de rebondir sur une situation de crise pour sortir de la voie toute
tracée, mais périlleux de devoir jongler avec les compromis, mais en restant
vigilant à ne pas y perdre son âme, mais trouver sa voie dans le labyrinthe des

renoncements et des anesthésiants, attraper un biais, être attentif lorsqu'il se
présente, tirer profit d'un système à ses dépends sans se mettre en danger, mais
ne pas se laisser digérer par la bête immonde ou alors pour mieux l'empoisonner
Questionnements se bousculant, entre prudence hésitante et détermination
en veille, sur une fond d'optimismes quoiqu'il en soit, a espérer une inspiration
salutaire sur un mieux, différent s'il le faut
Perdu/e/s Elle-et-Il, éperdu/e/s entre le nu des issues en vu
En remède à la cécité sinistre de cette sinécure, tous les Si sont de
sirconstance pour sillonner et s'inoculer de quelques symphonies
sinequanon et autres sirènes sirupeuses à se sidérer le sismomètre à
sensasions jusqua scission
Tes Si en désir dessinent un si délicieux dessein de délires en destin
de ce demain ...

La tentation régression n'est pas loin, retrouver l'esprit de ses
enfantillages, le jeu par nature sans les responsabilités de devoir s'en justifier,
se refaire à rebrousse-poil, bien encordés il ne devrait pas y avoir de danger, tous
ces chemins de traverse jusqu'à la source des choses, quitte à sortir la serpette
pour défricher un passage dans les ronces
Aîle malaise
Île lui biaise ; le positivisme, c'est juste de ne pas nourrir les charognard,
lorsqu'ils non plus rien à bouffer, ils crèvent, ça ne veut pas dire qu'il faut tout
gober accepter, endurer, mais plutôt tenter l'esquive et le coup bas, plutôt que se
prendre la baffe de face
Île, n'en déplaise, patauge tout de même malgré ses airs dégagés dans la
mélasse des envies contrariées, celles de trouver la bonne issue à la mesure de
leurs cauchemars réciproques au pourtour de leurs rêves

Cauchemar rêvolutionnaire
Rebelle J'en suis de toi
Du haut des barricades
Se danser la chamade
Folie sans foi ni loi
Sur un air de printemps
Aux écumes en torrent
Eau de vie, tu m'souris
Aux douces mutineries
Terroriste j'ai pour toi
Dans nos camps retranchés
A s'peaufiner nos armées

De moult mains aux dix doigts
Pour la conquête touchante
Des contrées indécentes
Terre de toi est la vie
Fertile en fleurs de nuit
Pyromane j'fais pour toi
Entre tes deux tours gratte-ciel
Jouer au feu essentiel
En salve de bombes d'émoi
Pour que vibre l'édifice
Aux seuls sons de nos vices
Feu de toi la folie
De tes boum si jolis
Pirate j'irais vers toi
A t'en tirer des bords
Pour voler les trésors
De tes ruines d'autrefois
Et jusqu'à Amsterdam
Se naviguer nos âmes
Vent vers toi je m'enfuis
La voile gonflée d'envies
(Aîle)
'L'insoutenable légèreté de l’être'
quelque chose de fort mais fragile, de fort donc fragile
(Île)
'Le Grand Meaulnes', a tatoué mes 17 ans et ma quête incessante de
ces lieux mystérieux en fêtes pas communes

Découvrir un lieu nouveau, c'est déjà en soi la fête, surtout quand
beaucoup d'autres ferment, ce Pan Piper a belle allure, bien taillé
pour cet aniv de longueur d'onde, respect pour les découvreurs de
talents

Au Grand Parquet, au 'bal monté', l'histoire d'Hélène de Troie, la
plus belle femme, dit la légende, de ce monde antique, celle qui osa
abandonner son palais doré pour un amour de Pâris ... Coïncidence
étrange en pèlerinage, ce spectacle installé au pied du palais qui fut
investi d'un cheval de Troie singulier, celui d'un vouloir s'en investir

25 Janvier
Un jour chargé
Jour d’anniversaire pour Lîne
Jour de porte ferme à ce qui fut le camp
retranché au large du donjon d'autrefois, au cœur du
Paname, au prêt de tant de souvenirs, la fin d'une
époque mais tellement à construire ailleurs et autrement et toujours mieux
Ce quartier, il est teinté, plus que de mes passe-temps, de mes ptits boulot
du soir, et de nos ptis commerces à nous ... faudra penser à s'y refaire des
pèlerinages aux bonnes occasions.
Là bas à Val-de-Moche, ya même pas un lieu où ramasser des flyers !! Le
désert culturel, en revanche ya tout pour se nipper moche et bouffer gros et se
mater des télés démesurées

Le point bas est atteint, le ground zero de l'environnement ambiant dans le
monde des pesanteurs, mais c'est pas le leur
Quand le fond est atteint, il n'y a plus qu'une issue, une pichenette et hop
remonter à la surface, leur printemps les tirera vers les hauts très haut, ça va
bourgeonner comme une acnée juvénile !

Intermède
La grande imposture

La plus grande imposture depuis le tout début de l'humanité, elle est celle
de la féminité planquée à l'affût derrière les présomptions du sexe dit fort, un
faux-semblant habile sur ce leurre de sexe dit faible mais fort des faiblesses
qu'il inspire au sexe dit fort bien trop hardiment trop ardemment convaincu de sa
surpuissance
Le piège absolu a qui se laisse prendre dans les filets de la sirène, à
s'imaginer sûr de sa force à la posséder mais y a perdre toute liberté de pouvoir
s'en extraire, et même la conscience de succomber esclave à tous ses caprices,
marionnette de ses propres turpitudes
Le piège fatal pour l'homme objet à tous ses désirs en laissant l'impression
d'en être soumise, avec le talent d'un jeu de qui-est-pris-de-qui-croyais-prendre
L'homme fort derrière ses virilités de surface sous conditionnement à la
fois génétique et culturel ne saura que se résigner à l'aliénation aux puissances de
la féminité
Ça fait des millénaires que cette inégalité des sexes perdure, malgré toutes
les bonnes intentions, l'homme sera bien en mal d'égaler un jour la femme, si
inaccessible du haut des charmes envoûtants de sa puissance suggestive, de ses
profondeurs d'esprits aux sensibilités extrêmes
Torture, à toujours être soumis à tout un tas de mises à l'épreuve de sa
virilité, et ensuite subir des empêchements répétés de s'en reposer un peu
Devoir, à assurer ses travaux forcés, corvéable à merci tout le jour durant
jusqu'à la nuit venue, où fatalement il va encore falloir en supporter la déconvenue
nocturne du repos tant attendu, ses ptits boulots manuels dans la chaleur moite
du fond de la mine jusqu'à ses souffrances en rêveries dénormées une fois le
coup de grisou passé, et le réveil matin dès les 5h17 pour remettre ça sur le
terrain de la lutte des classes, celle de l'exploitation indécente de l'homme par la
femme



Documents similaires


5 les mots clandestins v1 2b 1
obama 5 novembre 2008 et 20 janvier 2009 projet de livre
le grand monarque serviteur de dieu
18 ans doudou
la mouche
mariages 2018


Sur le même sujet..