le rappel .pdf



Nom original: le rappel.pdfTitre: Le Rappel : echo de Bordj-bou-Arréridj, paraissant le mercredi de chaque semaine. 1896/10/28.

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Bibliothèque nationale de France / iText 1.4.8 (by lowagie.com), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 13/02/2015 à 10:29, depuis l'adresse IP 41.105.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 623 fois.
Taille du document: 1.6 Mo (8 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Le Rappel : echo de
Bordj-bou-Arréridj,
paraissant le mercredi
de chaque semaine
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Le Rappel : echo de Bordj-bou-Arréridj, paraissant le mercredi de chaque semaine. 1896/10/28.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la
BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 :
*La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source.
*La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits
élaborés ou de fourniture de service.
Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.
3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit :
*des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans
l'autorisation préalable du titulaire des droits.
*des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque
municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle.
5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur
de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays.
6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non
respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978.
7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.

-

année.

Première

1.



28

Mercredi,

Dtajoaotimes.

Octobre

1896.

LB

I-'

-

HWBi

MB

§

ECHO
,.:

Mut-BOU-

à

BIBAIS

PARAISSANT

MAADID8

>;
UN
|

OTVWWMWV
iàiàibuu

LE

MERCREDI

B

Par

le 28 octobre

Arrêté

DE

1896.

1

LE RAPPEL a été

Notre

bande

En

ibour

une

pas
le

dans

notre

contre

région

et

de

mar-

au
monde,
notre
venant
les traces
de leur
digne
l'Avenir
n'a
promis
confrère
point
et
armaître,
l'honorable
Bigonet,
chade leur servir,
à ses lecteurs
ainsi à la ruine
du
river
complète
de !uye
un quartier
que semaine,
tel
et
est
notre
programme
pays
à
Sur un
garantir
plat ou de leur
notre
but
nous
que
résumerons
,; bref
mille
délai
dix
livres
de
en ces
trois
mots :
Guerre
aux
le
chacun
!,', mUes à
retint
pour
abus !
il
néanmoins,
' 4e s$s jours. Njj&iis,
Nous
aurons
sans doute
fort
à
'
:" p;jj^
m*
y*m
#
faire
ici. Mais
nous
avons
pour
yçp
nous
encourager
dpns
notre oeu',>"r': '",t¡fÓ.ri)és$'s'
¡.' ! ',.I vil^'•
| ', i ,1;ï',r'
/1¡8:f.1"\:
:r'j' ., ': 'l'-t.\ i'
'1' tïi^
>.publie
tpttjes
vre de
salubtf^é
,>:.¡. ':uri:ès'!I.1",J""
'¡j'; i:,\
';..a'U/ 'J.ln;'
',
":(i(h..it<j
'10:, "0",
Jl:$",i '(:\':':iWJlt\t"¡\I
'i\
,Ill'
S.',,"
1
.h;. 1 ),t.es ©*
'.dI.¡.,.;I:..,:,
\1'
n'S'
'",
J"Y
,r'i¡J',",;'il
:\;1
Mi::.
.;,''
,'
iïMîM
:,I;',"
'b'
,:,
h
'\r' "'i <<;*!>
ikiikttk*<'ii .' ïy.i/tàtm.ùwprfàM'hu
• t.,./F,'r i ,'.;:".:",;",,
,'
1;f"'L
,'
:',"
"
ft',
'",l' ',<' ..t$
¡ii:" 'lIt
:¡,è't¥,f)i
Y9:s:,,4jJlb,'l'fft;ï}8
:
,','" i", ; ,' 'ni" ',y \,', ,l" ,t , ;'
\',.:,
..; , "j"¡¡lf, t':",
r..'!:
klcspnl^»parti. "1"
r,.t';J
il.,',,_"!I"j..):.'
''¡''-;'Jt'}
W"
W :iV"(11' M.V'JI'tI"e,.¡/,.f,
ÉP ':
.v!ll.. :'Ii.:,œ q:6f I\m
Aussi
sommes-uotts
assurés
de
pouftlè
'Ir
"ê$olu'1Ï(1:4;:
lMr,
mener
no^eœuvre
à bonne
fin.
tel
programme.
';,i-'}¡,t¡Q
d'un
Vive Bordj-bou-Arréridj
1
faiI),an:$i ce cas, notre concours, si
Vive
!
I
l'Algérie
lui serait
même
assuré.
ble soit-il,
LA REDACTION
un regard
Mais si
nous jetons
oblinous sommes
vers lç passé,
et de n'avoir
sceptiques
ges d'être
limitée
en ces mifoi bien
qu'une
du
inspirateurs
se sont
démasjournal
ont
déet
nous
qués euxrip^mes
ne
qu'ils
assez clairement
moptré
but
:
faire
seul
qu'un
poursuivent
la divisemer
des personnalités,
comdes
haines,
sion et fomenter
malheureux
si notre
me
pays
tel
ferd'un
avait encore
besoin
le

sortir

l'a plonlequel
reose encore

qui
gé un Bigonet
un défi
à
lever la tête et porter
avoir
l'honnêteté
après
publique
flétri
une
été à tout
par
jamais
et alors
Cour d'Assises,
qu'il est à
à Lamd'aller
la veille
rejoindre
bèse

Enfin

-

J '-.-:-:.

–r-<wr>^ChiVJ»
!

!

!

promesses.
les
reste,
l'Avenir

son

ami - Sapor.
ne voulions

plus nous
mais sa prode ce cadavre,
occuper
toute
indirecte
qu'elle
vocation
de la
à
sortir
est
nous
oblige
obréserve
comptions
que nous
à l'avenir.
server
fondons
nous
C'est
pourquoi
le Rappel.
aujourd'hui
Nous

L'interpellation

Flenry-Ravarin,
attendue
et toujours

si longtemps
sera portée
retardée,
à la tribune
blement
bre lundi
prochain.
Attendons-nous
bats
dront

très
de la
donc

commissaire
un
certain

nombre

entre

MM. Marcel

probaCham-

à des

intéressants
auxquels
le
Gouverneur
part

dé-

prencomme

du Gouvernement

autres

de

et

députés,
et
Habert

Viviani.
D'ores
prédire
de cette
pression
tifs aux

HSILA

SEMAINE

AII-TAIBOUT

et

nous
déjà
pouvons
le
résultat
que
principal
sera la su pinterpellation
des décrets
de 1881, relaraltachenlenls.

Et nous

ne

de
ce
que nous féliciter
pouvons
à
retour
une autonomie
prochain
au -moins - relative
tout
de notre
colonie
à être assez
qui commence
fille pour
grande
pouvoir
seule
sans
la tutelle
ger
de la Métropole.
sorbante
-

se diriab-

trop

,

l'Ift8e"

des aatianeea

Tout ce qui concerne l'administration du journal doit être
adressé à M. JMcph
CAILLE, gérant,
à BJrdj-bou-Arréridj.
Les manuscrits insérés ou non ne sont pas rendus.
légales

et Jadlelalrea.

LOÏJP-GAROU

sens

d'incapables
voudraient
qui

méchants
cher sur

pour

CIIAQUE

:

déalgné

sera

politique,
du mot.

Défendre
une

ne

journal

tribune

PROGRAMME

de discorde
ment
dans
du marasme

BRÉRIDJ

Caille
Joseph
On s'abonoe au bureau du journal, à Bordj-bou-Arréridj.

préfectoral,

HHIHlHi

RÉPUBLICAIN

DireeleiMiérail

exclusif

rifiques
Du

OU-A

Les abonnemeuts sont payables par trimestre et d'avance

PRIX DE L'ABONNEMENT
:
AN:
8
FRANCS

1

NOTRE

BORDJ-

JOURNAL

PRIX DES INSERTIONS:
Annonces diverses, 0 fr. 25 la ligne.
Réclames, 0 fr. 50.

Bordj,

DE

^HIHHB

-

Je me souviens
tout petit
qu'étant
et passablement
morveux
qui n'a
1 j'en connais
de
pas été inorveux
grands
qui le sont encore
je me
tout petit et
souviens,
dis-je, qu'étant
un carartèro
insunmorveux,
j'avais
porlabJe.
J'«»li\'«-î
ipterelleuv
au p<,;ni qn'il
de jouer ;';lHl mim'était jmjv.Msible
;-,<I.TInuo
nutes. avec 010S camarade,
des cris cr dos pleurs n'ann on cuisent,
à mes pat,'r'nh; que je vouaienroiv
de laiyo de
rnnnVneB.
Parnai mes peti,l-, camarados,
il en
était surtout
un i qui. je ue manquais
joumeUenimit
,er" nU,j.'))!:I;:t;>{':
jVUïiô,
',hr:,
jtmuiij»
4edistribuai*
\, l (,M(
ïriil',.. tlt
,' 'iç'J!t':;,t6¥
"",,"h',,:,o,
".ft.:,,,
f )â1t
;
r
;
Mon gtand-pèro.
ru Algérien
rj* Ja
i unirai. au errac.tVrc vvf,-compremière
rnela
h.HJ connue I t
pondre, mais
bonté ii'i'iim,
u
de me^ allures :
i\ lui h'njugn tiv
t.ù'
i no 1.» > H.>* parce que
•ïisai'-.i. toUi
u'iu amerait ;t riet,',l""
prit-il uno
auIre d •l.n..ir\ii)ali')if..

nous
malgré
je ne sais ce qu'il adviendra
de toi.
Brrrr,
encore
ces
je les entends
de mon
elles
paroles
grand-père,
sur moi un effet vraiproduisirent
ment miraculeux,
car à partir
de ce
devins
comme
jour je
sage
pas un ;
Mordekha
en profita
pour me rendre
avec usure ,,"',;::r¡'\dé0s rp!.~ je lui nvai
.-.uIi-'m»!-. :
oo'.r»•yéc'»
: i i - recevei-- s» •••:>ui)-.
quo :¡,. um;
'IH:ill'(' danr- I!,'
'.i' "1.1;;,'1..:v la v•site dr
J3i';'Il

l0i- uî•rth*-: • ~.i' - >iÎî l' cou
Í ',,! ,'":
.r.- '¡"hU ! ou[•••£•>(•••.o.
depuis t'a; .ip)
u'élitii dnii'' -jii'ijn vitînx
Mrtlf'-u. {? v
nom
de Caruiouu.
¡\T/)in[! eomoii:
LU'JcIjus. à
qui ui<«n i:rond-père,
avait
donné
? Irarios
^éauco
no<v
"',.,
pm.ns>a
"'fl'I!"
".(
J.:
,.-;,.
,
t.c loup-garou
qui fourbit sys- miowè..
cli atteixdanl. notre,
coup t ê
boutoirj
comuie
si I:.:'ithil nous
qui avons
des hures
bien
(\!i'e un
pourrait
OaDaeno
uuelcoL.quf m ',PI; I! ,tu'w('
ne ut-être
un peu ptus
! 1fnutï
i}:\ séance.
i,;), failli l'nit sortir
ne!.e
ies "'t¡I"
du !JoÎ::.:,
.1'.I).I

Un soir que la température
nous
réunissait
autour
de la grande
cheminée où llambait
une énorme
brassée
de celle bruyère
qui, au printemps,
les environs
embaume
de Russicada.
mon grand-père
et me
prit la parole
dit : Pelit, tu as aujourd'hui
encore,
tu as fait pleurer
été très méchant,
tu as giflé la petite Marie et
Ernest,
roué de coups
ce malheureux
Moril n'y aurait rien d'étonnant
à
dekha,
ce que le loup-garou,
rendu
furieux
ne vienne rôder
par tous les méfails,
ce soir autour
de la maison.
était pour moi un mot
Loup-garou
absolument
et je m'apprêinconnu,
tais à faire une question
mon
quand
d'une
voix basse :
ajouta
grand-père
écoute !
Il se lit un grand silence au milieu
on entendit
très distinctement
duquel
de chaînes
un bruit infernal
qui s'enen même
trechoquaient,
temps
que
des hurlements
mêlaient
elïroyablesse
à l'aigre bise de la nuit.
mes
Un frisson
parcourut
chairs,
mon
peur ;
grand-père
profita
j'eus
de ma frayeur
pour me dire :
petit,
sois sage ;
le loup-garou
est terrible,
ce
ce soir il ne se fait qu entendre,
mais
si
n'est
avertissement,
qu'un
tu es encore
le
demain
méchant,
ici
de
force, et
loup-garou
pénétrera

,:.

4 N.
Bédacleur

Edllond
en

Chef

UJJ-..

PROT
de

/'AVENIR

Vous êtes bien osé, Monsieur,
vous,
un débarqué
de la veille, qui ne connaît ni les gens ni les choses de ce
pays,
de vous permettre
de jeter votre venin
dans votre journal
du 11 octobre,
sur
un de nos plUS honorables
concitoyen,
qui n'a ii
que des
à
sympathies,
celles des gens de
part, bien entendu,
votre entourage.
Vous avez encore l'audace
de nous
Eh bien !
parler de vos petits papiers.
sur ce terrain
comme
sur tous les
autres, du reste, nous vous attendons.
Et même,
si vous le voulez,
comme
sur la planche,
nous compterons
les
COUDS.
Nous pensons
bien que vous n'aurez pas ensuite
la mauvaise
foi de
dire que nous vous
avons
cherchft
et que c'est
1*3 lapin qui a
querelle,
car alors nous vous jetcommencé;
terions
à la face la collection
de votre
si toutefois
elle n'a pas enjournal,
core été utilisée
dans un bwn rttircy
quelconque.
c'est un nouveau
Chaque semaine,
quo$ego dont vous nous
menacez.
Si
l

,
':'I(''
i

Le

nous en imposer
avez compté
êtes j1
vous vous
par de tels moyens,
étrangement.
trompé
toubien reconnaître
Nous voulons
tefois que ceux qui vous paient pour
faire la triste
besogne
que vous resont
gretterez bientôt d'avoir acceptée,
Mais
vous-même.
que
plus coupables
pas nous échapper
qu'ils ne croient
Et
derrière votre plume.
en s'abritant
veulent
et
consol
t9
les Galy
puisque
nous leur promettons
qu'ils
la guerre,
à
souhait.
servis
seront
-- la loi au
Vous nous avez rappelé
en
la
mettre
nous
saurons
talion :
vous

La

scie

commence

Rappel
tous. et je vois le
y passerons
jour proche où, tout comme aux prenous semiers temps de la conquête,
afin
rons obligés de nous
mobiliser
de garder notre bien et notre peau.
Sous un tel galimatias,
il faut noua
attendre
à tout,
aux choses
même
1
les plus extraordinaires.
Pauvre Bordj, dans quel guêpier estu encore
tombé !
Un vieux colon.
- u_nous

pour plaire à rarmir, mais tant pis. Les amla
de Bigonet devraient cependant être habitués
à ne pas prendre leurs désirs pour des réalités.

Voilà que l'historiographe
Bigonet
L
- _9
le besoin de faire connaitre
éprouve
et
l'histoire de Bordj aux Bordj iens.
UNE
VISITE
comme 1 illustrissime
don Quichotte,
avec qui il a beaucoup
de ressemJ'ai reçu
la semaine
dernière
la
il
dada
et
a
enfourché
son
blance,
visite
du citoyen Farny.
A son air,
le voilà parti en guerre
avec les épicomqu'il avait quelque
j'ai compris
sodes.
munication
à
me
importante
faire
; je
va durer
sa rengaine ?
Combien
ne
me
trompais
pas.
sans doute ; et les Bordlongtemps,
me
Mon
cher,
dit-il, je suis tradire 1
jiens n'ont pas fini d'en entendre
comme
un
il ne se passe
qué
fauve ;
sur leur pays.
Une
question
de
l'on
ne
me suscite
jour que
pas
Je parierais
volontiers
un caté sans
des ennuis ;
tantôt, c'est une lampe
pratique.
cognac contre une tasse de thé sans
à M. le
On nous prie de demander
chef
fume
de
leur
et
avons
eu
raison
pour
Nous
qui
laquelle on me mesucre, qu'era fin de compte
Bigonet
ne
Maire si les arrêtés
municipaux
ses
dire
nace
de
toutes
les
foudres
du cahier
que
de bande Bigonet : c'est
se donnera
comme le principal
créasont pas faits pour les frères et amis,
Et
des charges ;
tantôt c'est
effraient
ne nous
pas.
parce
associés
que
teur de Bordj.
diamais bien pour les seuls pauvres
à
Messieurs
les
n'éclairent
disons
comme
nous
maintenant
lampes
pas
Il dira que c'est grâce à lui, grâce
fortune
bles qui n'ont pas la bonne
le rideau
devraient
elles
éclairer.
Tout
cela est
: « En garde ;
les Bigonistes
à son intelligente
admio istration,
aloi s
de plaire à notre premier
magistrat?
faux, archi-faux,
je n'ai pas l'heur de
va se lever sur le théâtre des guignols
qu'il étdit maire, que Bordj a conquis
L'an dernier
M. Galy a fait
encore,
des
massacre
à
encore
et
le
moins à Roda,
vous
plaire
Galy,
êtes,
que
une première
place parmi les villes
en
à différentes
reprises,
remarquer
»
voilà
la
vérité.
Ma
va
commencer.
situation
n'est
marionnettes
de l'Algérie ;
il dira ça,
prospères
qu'on ne séplein conseil municipal,
on
me fait lever à toute
plus tenable,
RATAPLAN.
vous verrez I
vissait pas contre certains
marchands
heure
de
la
nuit;
pour une bagatelle
et malHeureusement
pour nous,
le msrché
de bois qui accaparaient
l
1.
'118
on
les
m'expédie
agents,
je suis à
heureusement
et il depour lui, tout le monde
avant l'heure réglementaire,
bout
de
patience.
-.
le connaît
ici, et je suis certain
que
alors une sévère
mandait
application
et gens honnêtes
Voleurs
fait
ce
Pourtant,
ajouta-t-il,
j'ai
sa prose somnifèl e sera accueillie
par
concernant
l'ade l'arrêté municipal
n'a
fait
:
qu'aucun
adjudicataire
d'éj'ai
un bâillement
et un haussement
en
chat du bois les jours de marché
toutes
les
vieilles
remplacé
lampes
très
de se
significatifs.
paules
Sait-on quel est le moyen
l ville.
de la commune
par de nouvelles
ne peut résister
au déclien
Si
et
solide
Bigonet
une
bonne
Que les temps sont changés !
procurer
à
mes frais, et sauf
neuves,
lampes
le pasEé,
sir de faire connaître
qu'il
sous
l'œil
tèle parmi la haute volée à Bordj-bouJeudi
c'était
dernier,
Roda
el
Cie, tout le monde est
Galy,
l'histoire
de
abandonne
l'idée d'écrire
de M. le Maire que le
bienveillant
Arréridj.
unanime
à déclarer que jamais Bordj
plus autoce beau résultat
Bordj que des historiens
obtenir
ici,
de la commune
Pour
fournisseur
faisait,
n'avait
été
aussi bien éclairé la nuit.
et
risés que lui avaient
honnête.
déjà faite,
commerçant
de nll, ménagères,
un
il faut être
au détriment
J'ai
là; du reste, une déclaration
il
signée$
au contraire,
i.voire :
qu'il nous parle un peu de ¡.,on :)a:::¡,
du
bois
À
\ous aa('
v;ri: able
accaparement
de
50
attestent
personnes
qui
mes H
l
VI-Met
de l'époque
où à PhUippeville
du rnptin.
brùi'T.
dès 8 heures
t'a». it é';v commerçant malhonnête,
-. et il déplia sous mes
dires,
ùait des allumettes
le compta
uno petite condampour
du reste, se renouvelle
yeu^;^
t?i vou £ ave', subi
Jlai s
réune pétition on due forme
d'un
Prussien
confiance
certain
attestant,
de
que la populasemaine.
nation pour Hl;, abus
èrement
cnatpie
giil
nffel. que l'éclairage
de la ville;
fit déguerp-r
cela
tion philippevilloise
chose de ce genre,
piut
"x::/¡
ou quelque
V est vrai de dire que sur la réquilaissait
rien
à
désirer.
vite qu'ii ne l'eût voulu; (rdlluc,jeUes,
d'
un
-–
Que
sition
do nos concitoyens,
pro
lau^|&
que je fasse, donnez-mot
3 boites pour un sou, zaaalumeeetes);
ce que j'écris
jé("I-is es
est
a été dressé contre un
des
n'en vaudra
que
pas; mieux.
oès-verbal
Je
où il transporou bien du temps
nnv;cpû™||$.
r a i.îîc- sou*.iaz
LiÉJtv::
contrevenants.
demourai
Uli,
pour la
tait les poteaux
vous
avez purgé votre
Or dore,
'tèlégtaph,iè':,.,\te"
QueBA. lo
qu'ici
r. k l
Màire
ûwt, .Il''l',

,:. 0ou^Saàda,;
ré,";":'
ïdall'tsob,l:'oi,!U.
Of.n,,:,f(Js':,'rre':r,,:y,fJ.:.:I\¡;'
,.,.
sortez
de prise n
de
;
ï'épôtiuS
\I
.'-f:\.
Bordj
f.
gros,
,r
f'
',!'"
l,
i,;.
r
/petne, vttus.
si
,rm.,.
,.'tfr.Jj'"
W,¡,.-'\Ç1:
,4\,
'1.
Í
t<
1y,.\M,f.'
''1;'
une
boite
!
Q
luisent
comme
tri.\
\;
,.iê..nQDttt8.Q1.ào',iéb''ID¡''Ùr.,
:.,:Q;;<'"
1
.,\
Ua$,;.
i<\-' (.' ; ,':I.r":'if:''ft "'t":'Õ''c"!J"¡''¡¡
1i("/i
't ,!f¡.
ft1',:';'iJ.l¡01\oi.,t
l?ïM;
?..:,,
'II
.J
'r1'i,J,,,
J"',,l
t\!,.q
¡,'
'n
(\.-t
:UJI:'
:.',
l
"I'"
U',l1..h
¡,r, "',-.-;"
t\&"'1
r¡g
if';
"'t i'
,;1
:",\1{iâ'ta.'
l;;"¡,'"
't'; :f,'"
", ';'.:,. :,: 'Jl'!' i: ,"'l'
.q.;.t\
ha,'-'¡lI:r.,,?;
ri\à';Vla8;'¡;"'Ot"Mj:!'b,_'
.,
,'"::."
.,..t'',:,.':_";;I,
>i,"1
'I\¡'¡",,
l,lt:cl:ltr:90Q),é'
monter
'aii^ÉSî
;
,\ÍtJ
1",r¡J..
:
;¡I"é.,\,,:
.\Io"";'!.;"t.',
;
"¡',",
l
têPOb
Sbl'('()lpQ,'.x,';tl
"1:,'
',f
tons coiljrut iuc.
1
îè^ arrêtés ; municipaux^
: '¡,\ ;;è: v:âl:'.,ti.',,,¡Pr6:
• *^4ei>
,d' 'fÍ
JI. plèmes ei ti1
Iila
votre femme qui peut att
ty, sont
au.ndâi da
ugleàar
':-:
it"f¡; ,{.¡,rU;
que
son ècharpei ;
..:\",.
notre
t.l'
.:
paisible -POP\J la.tl0. :,,'W;',.,.\;\'
au budget communal
rois. »
"','i: i:'y ",
".,!,:"f"f¡i\}\IS'}'Jir9f!!J
beeoiu émarger
':
',.'
Daris
le cas contraire,
on pourrait
'I,',;.r"7'df'fl
Je m'arrachais
à cette ,vitffoJ&!J
la
'':'<M
le lui permettent,
Pas mal, hein ! Bordjienô
si ses aptitudes
?
bien ne pas
attendre
les élections
et
m'attristait,
a
répondis
-.--.
FamY, :',i.,'!j:,:¡f"j
étant
très
-_.,----,.
bordjiep.ne
aux
municipalité
municipales
pour le faire rendre
Mon cher ami, lui dis-je, votre plus 4',
aux
principes
légués
de la vie privée.
coulante
grâce
douceurs
des
Formons
grand tort consiste selon moi, précisé:'::,:;",
patrouilles
!
maire
l'ancien
.-----..
-.
Bigonet.
-A .par
nient à ce que vous
voiut applitluez.,,
Gslu fait, astiquez-vous
proprement,
;
do
la
troj» cYfaire
lumière, alors
attenles voleurs
qu'au on cul de-poule,
et ta bouohe
Depuis quelques jours,
toupet
!
contraire
on voudrait
le
à sac que veux-tu ;
il ne Quel
s eo donnent
l'obscurité;
dez.
veut
voir
mais
peuple
y
ceux
ainsi
dire
de
nu
t
clair,
ne sera pas lonse passe pour
pas
Oh ! votre attente
L'Avenir a le cynisme
de s'en prenle contraire.
qui le dirigent désirent
le lendemain
on ne nous
du
sans
côtés
les
clients
de
tous
(pas
que
gue:
à
la
haute
administration
audre
qui
donc
vos
Remplacez
à
aflampes neuves
apprenne
qu'un vol a été commis
populo mais de la haute)
vulgaire
sans motifs
rait
éclairent
plausibles,
déplacé,
qui
trop
ou
tel
endroit.
bien,
par les vieux;
votre établissement.
tel
dans
flueront
de
la
commune
mixte
des
le
de
la
siège
lampions
commune
et vous ver-,
Notre municipalité
mais nous ne vouque rien n'émeut
Demandez
plutôt.
si
ce
comme
rez
Maàdids,
déplacement
tout
ira
que
le
mieux.
pour
laisse les choses aller leur petit bonlons pas faiie de personnalités.
dû uniquement
aux Bigon'était
Il
est
certain
pas
et
les
voleurs
à
que plus d'un citoyen
vous
verrez
de
homme
de
chemin,
A votre satisfaction
et
aux
à
la
suite
de
leurs
se
net
brisera
Galy,
bras
et
si ce n'est
jambes,
leurs occupations
prosjour ea jour votre établissement
intéressées
et
des
délations
le
mais
procédés
cou,
tel
semble
puisque
être
A voir l'état actuel
des choses,
on
pérer, tandis que les autres « les étaou moins
avouables
le vœu de nos édiles,
employés
plus
il
faut
vous
serait
tenté
de
croire
les
»
y
honnêtes
qu'elle
propéricliteront
blissements
bande depuis les dernières
élecla
conformer.
par
un
tantinet
et
tient
abso.
faute de clients.
tège
qu'elle
et fermeront
à ce
tions municipales
pour arriver
écouté sans mot dire,
Farny m'avait
?
!ument
à
ce
les
membres
de 1hodonc
raison
riez
que
ne
Vous
plus ; j'ai
résultat.
beau
sans
mot
dire
il
me quitta ; mais sa
du vol ne soient
norable
corporation
et comment
aurais-je tort, les faits que
la
le
de
commune
des
n'avait
départ
Après
ligure
plus la même
sont
visibles
dans
leurs
exprespas trop inquiétés
péréje livre à la publicité
celui
de
la
commune
deb
Bibans.
sion
:
elle
était
rayonnante.
nocturnes.
grinations
tous les jours, le matin de dix heuEt voilà
l'œuvre
de gens
Maàdids.
Tant
nous avions comme agents
le
soir
de
que
res à onze heures,
cinq
J. CAILLE.
des
intérêts
des coosent
qui
parler
les dénommés
Fuschenede police
à minuit.
heures
va !
lons 1 Pantins,
et Lakdar
ben
nous
la vie à Bordj ne
Ribah,
quer
Si cela continue,
vous
êtes
Continuez,
Messieurs,
dormir sur nos deux oreilsera plus tl" oable, et je ne vois dans
pouvions
A propos
d'an accident
en attendant
de voiture
bien dans votre
rôle,
leur surveillance
de
inees
issue
les ; grâce à
ce cas qu'une
pour sortir
vous
donpopulaire
que l'indignation
santé, les vols étaient très rares. Mais
cette pétaudière.
le
de
balai
final que je vois
ne
coup
on a trouvé que ces deux agents faiL'Avenir
nous parle, dans son
nos établissenuCe serait de céder
à l'horizon.
déjà
poindre
saient
bien
leur
et
on
méro
du
21
de
d'un
forçats
trop
service,
accident
il ne manque
octobre,
pas
ments ;
Un Bordjien.
s'est empressé
de les révoquer.
survenu,
par suite de la rupture
d'un
libérés qui ne demandent
pas mieux
Ncus croyons pouvoir anN. D. L. R.
& la diligence
Les
voleurs
n'ont
de
et
considération.
perdu
essieu,
fait
le
pas
serargent
qui
d'acquérir
noncer d'ores et déjà à ces lecteurs que le vice du courrier
ils
se
sont
immédiatement
mis
de
il
a
à
désormais
d'égards
temps,
Sétif.
n'y
Bordj
Puisque
déplacement du siège de la commune des
La feuille bigoniste,
à l'œuvre, et il nous
est facile
de
retironsnous
le
eux,
autres,
pour donner
pour
dans
un
au
que
Maâ
Ji îs n'aura lien que
environ,
attribue
constater
cet
change,
accident
à
qu'ils n'y vont pas de mainla
nous.
nécessaires
à
l'instalquand les constructions
de
dix
en
moins
tandis
jours
malveillance,
honnête
dans
la
morte,
puisque
et
des
bureaux
sera
terc'est
la
Un cafetier
lation du personnel
que
panade.
la
de
ils ont pu opérer
fois
dans
la
voiture
charge
est
la
cinq
minée à Gérez.
seule
qui
cause de la rupture
ville même
sans
être
le
Eu attendant, l'honorable M. de Villar resde l'essieu.
inquiétés
C'est miracle en effet qu'on n'ait eu
moins du monde.
jItera à Bordj.
n'est
laite
bon
Celte
nouvelle
décision
à
aucun accident
Si nous
mettons
ordre
l
point
déplorer
de personn'y

Le

Rappel

secondaire
Bachelier de renseignement
tibrairie,
mathéon
lettres
iBprnerie,
Papeterie
classique (leUrel philosophie
matiques ;
EMILE
ROCCA
Bachelier de renseignement secondaire tooRue
Trajan et place du Marché
derne (lettres philosophie oa lettres sciences
A SÉTIF
ou lettres mathématiques) ;
Bachelier de l'enseignement secondaire spécial.
de bureaux
et scolaire..
Fournitures
Les candidats ayant subi les épreuves da
GRAND
ASSORTIMENT
1
concours pour l'école' navale, et ayant été
de servielles.
d'écoliers,
sous
mains,
compris dansles 150 premiers de la liste géetc.
cartables,
plumiers,
compas,
nérale de classement de cette école sont disCahiers
cartonnés.
Correspondance
1 pensés de la justification du grade de bachelier.
Le registre d'inscription des candidatures
A uns
amis
de
ALMANACHS
ET
On nous
adresse
la lettre
suiAGENDAS
Bordj
sera clos le 31 décembre 1896. L?s demandes
1897
pour
vante
:
formées après cette date n'auront d'effet que
Monsieur
le Rédacteur,
Des renseignements
pour le concours de 1898.
particuliers
têtes
de lettres,
circulaiFactures,
L'examen est divisé en deux parties e» res, affiches,
de
Paris
nous
Une
Il
a
im
venus
hier
remarque :
y
quelques
registres,
brochures,
permetdes épreuves écrites et des épreucomprend
militaires
et
administratifs.
me
trouvais
hasard
sous
primés
à nos
amis
de
jours,
je
par
d'annoncer
tent
ves orales.
les arcades
de la Mairie,
CARTES
DE
VISITE
quand
je
va
stale
Conseil
d'Etat
Les premières sont subies par l'ensemble
Bordj
que
à
2
francs
le cent.
vis sortir
la
de
de
Bigonet
justice
des candidats autorisés à concourir; les épreuincessamment
sur le pourvoi
tuer
d'une quinzaine
paix; il était entouré
ves orales auxquelles prennent
seulement
olre gratuitemnt
de
du
Conseil
contre
l'arrêté
formé
d'Arabes !
le cheick
parmi
iesqueis
UN MONSIEUR
MONSIEUR
faire connaître à tous
part les jeunes gens déclarés admissibles, ont
des conceux qui sont atteints d'une maladie de peau:
de Préfecture
de Bordj.
Sa figure
était
souriante
par quatre
pour objet de décider de leur admission défi •
dartres, eczémas, boutons,
démangeaisons,
et
une
confiance
inaccoutudont
l'élecrespirait
oitive.
seillers
municipaux
bronchites chroniques, maladies do la poitrimée.
ne et de l'estomac, et de rhumatismes,
tour a été annulée.
un
tion au second
Est-ce que par hasard
ce vieux comoyen infaillible de se guérir promptement
donc
n'avons
Nous
plus
que
AVIS
ainsi qu'il l'a été radicalement lui-même après
sortir
indemne
de
espérerait
quin
avoir souffert et essayé en vain tous les reattendre
à
semaines
l'information
quelques
contre
judiciaire
dirigée
mèdes préconisés. Cette offre dont on appréle
secouer
à tout
et beaucoup
jamais
lui ? Je le crains,
de perUn fermier
une forte
ciera 1h but humanitaire, est la conséquence
pour
ayant
provid'un vœu.
sonnes
le craignent
comme
moi.
On
sion de fourrage
et de tebben,
des bigonistes.
dispojoug
Ecrire par lettre ou carte postale à M.
va
dire
même
en
sortira
de
bons
de
sant
désire
troul'heure
jusqu'à
qu'il
pâturages,
donc,
amis,
Vincent,
8, place Victor Hugo, à Grenoble,
Courage
Ce serait écœurant.
réhabilité.
ver
une
lui
achèterait
personne
qui
qui
répondra
gratis et franco par courrier, et
est proche.
la délivrance
enverra les indications demandées.
50 bœufs et 100 moutons,
à partage
Agréez, etc.
|
LA RÉDACTION.
UN AMI.
du bénéfice.
Anciens
et Modernes
N. D. L. R.
En effet,
depuis
affaire
Excellente
Journal
musical
semble
ravi
mensuel, grand format
Bigonet
quelque
temps
au bureau
de la onrnure
l'informaS'adresser
du journal.
Simple
question
que prend
i;
tiort judiciaire ; mpJ:-;
que les honnê
240 pages de musique et 48 pages de texte.
sa joie
tes gens se rassurent,
,-!e
devenus
les
4 francs
l'an
sont
cinq
procva',', Que
cour'.e duiée ;
nous veillons
au grûn.
de
Bons
de
1900
d'un
rExposiUolI
Adresser
le*,demandes
3 ¡"é(!itrur ROSOORdressés
depuis
plus
verbaux
et rira bien qui rira le dernier.
w imisiDELATT.'Uï,
éditeur
i
t
iu
miour
autorités
de
l'une
.-.--.
-.
contre
de*
'8
.--,
mois
a Tv,;.rco:o£ Iç;-(L
'IU't
la police
Prix
net
fr.
&f»
notre ville pc»ur ui|Taclion
â
11-.t 99
4fis
aux
et colons
franco par la yoste.
::,:
,
propriétaires
coniro rerubours1
fit* C'<'.
,"¡ 14ia;h',p',':fI
,',
-7
nous- t si
tL
s.
sr
LOTEaïE
d« l'Kpnirxae
mfjMMr'.}*
/l^eàUoo'qui
fOl.
Uanqne
frttnçMko.
t/t- i h.
;.i> ij?ii i «-i rJnlo do
la majeuruo
11."
,',
18,
iWIUS.
<,\
d6~ec<t~3.
Ùf:
ProveuetJ,
",
f;('f9,,:T'd ressée
'Í,.:I..,
par
désireul, L'administratiou
da flappci
'i*
siontI 'x-SO.OOfJk
1
t T'.l
," "il.'!;
o' ,'0 l'{''
\,',"'1,.1"": "f,''::,'>
U.~-u-t.ooo • ! »r s OO.OC.O
!.
,' "1.,,"
1,:'1',
,':ft"',
'J""
'I:.;,<"b"',¡/¡¡"',j
.,
i.,:Ó.l:!.l,ve;.blij}
",;jtttl),
:t,U)
),
,,""
¡,
'D"'
.l','; 'JJ;'
'- ,..;:,i
,""I"\
, 'Ijii:''a\,t'\4)ri"HatiQJ)\Ij/i
n¡,J
&"
:
ts
.,.,..t
nûùiunbre'tSQS
c
1
CS1(';!JiU
'II
;"
\'<;":ill"
:',1
tt)1l1¡ftl
1\(:, il- ,;
'Jt.I'"
i'i
:1;,:' ,1A.miotlr..4-':CI't.,,,,,
",, :ê,";.:Cçalf11:1
,,, t";
J"
¡t',!,:
": E Sl3Uip.
¡1fb8 1131'
re .':
r
'¥1fAf!o'ft!/',
MAKCUË
, ",
lili
SËTtF
!,.":',
l'J
',l.. J '1 ," ', "'{)\'1û'*.9 .1 I't!."";I'!;,\éa''ft''f),,,:,,:.:¡¡,,'","','t'
l,"t

JtâWt4
¡'
que
"':',.1
o,'¡:
-'-'
t
(Ii"fJ,"1<1',,'
tl\:,.f,1I',flh:,"
;J,I" :
:
••
èt. :..le" tit.ité*'î< £ • Off'ôi H demandts <»,
,Conlpoi.,
le
dfesoompU^
dëmaùtié
',
'âjM/5
.,
,C"
,j,."
fi;
'"urille
il 18 al 24 OCltobrfJ
I 896.
.I
elle insérera
toutes
les
gratuitement
DE
LA
EKG-IO?î
)/':!.:bbUmS$a-i'(Ài" d'a police
'f l F.' t -:E 'N Nfi;
Blé 534 h. 00 de 26,00 A;'¡.i)O les 100iitres.
à la vente ou à rachat
offres relatives
pas
pourtant
que
C0
,n'h¡"'oron
ClK)h.
Orge
de
11,50
à
1-2,50
ii!.
au
^i'iïéné
Mipui
'::/,'!Xi fr.
de grains,
tous produits
nu
bestiaux,
ont été faites auprès
Huile* 14 h, 92 de 0,00 à le
liLrt».
{'¡"de" démarches
location
oa
vente
de terres
et
Laine: 32 q. 20 de 72 a lî£>?•-, Les 100kilos.
pays,
d'obtenir
à i effet
Maiigoan.
,':' de M,
Lo ( lomptOK j)';t).'
IOllP.1bn.
de maisons
Bœufs,
vaches.h00
lêU;>
j'"
à
ces
aui'.o ne soit donnée
Veaux
84 id.
qu'aucuno
tonctioffii.:?:

-<«'•
ÔCCV}>Î;if-j
Les demandes
d'insertions
cleviont
Moutoos.,.,;ÜO
ici.
, que ces démarches
dépôts on cniL pli ut ;'!/{,s
pvbflts-verbaux
être
faites
au
bureau
du
rua
Chèvres
200 id.
journal,
et
an
des
i
'intéressé
par
faites
par
Cbev;¡()x
ou
MD¡tS.,
1204
de la Poste, maison
id.
Bachmayer.
de notre
ioiiCtioonaires
hauts
0-,'4.
-"
Aooas.
plus
353 id.
et recouvrements
sur lequel nous serons
obligés
Banque
ville 1
Le
Turco
restées
intructueusont
revenir
, de
de l'honorable
ses grâce à l'intégrité
)DABOUX
Eviter
les contrefaçons
Le succès du joyebx Turco est sans précéde police.
commissaire
W
Ouincalllena, Jouets - d'Enfants en Fonte
Preau..
copier,
etc.
dent dans la presse algérienne. Il faut dire
CH. MOUTON.
convaincus
sommes
ICERSa
REPASSER
S
que le
Nous
àM
CHOCOLAT
Laplus ancienne
T.J"ri.,ne..auz-Bois
la plus Importantede(Ardenlles).
aussi
n'ivait
créé
un
du
France
pour
cette
n
entend
qu'on
jamais
journal
fabrication.
de
M.
Malignan
successeur
format du Figaro, entièrement
deux poids et
rempli de
pas qu'il y ait à Bordj
HEWIER
choses drôles, de chroniques
Le Gérant,
J. CAlLLE.
des
humoristiques
et
sous
mesures,
que
peu
deux
et d'iUostrations sensationnelles.
le
véritable
nom
Sétif.
Exiger
E. HOCCA.
aux
dits
Imprimerie
données
seront
prosuites
Une pléiade d'écrivains spirituels et d'exsatisfaction
de
à
la
cès-verbaux,
cellents dessinateurs collabore à cet attrayant
bordjienne.
toute la population
hebdomadaire dont le tirage égale aujourd'hui
celui des grands journaux politiques de la coCAMBRÉE
lonie.
BOTTINE
? ? ?
- Un conPourquoi
Contributions
directes.
cours sera ouvert au mois de janvier 1891
dans l'administration
pour le surnumèrariat
qui sait si bien deM. le màite,
des Contributions directes.
jo»P.
SONDIG
des malheureux
la révocation
mander
Les jeunes gens qui auraient l'intention de
se
de
SETIF
agents de police qui
permettent
s'y présenter trouveront auprès du Directeur
tabac
à
M.
Jaude
une ptise
des Contributions directes de leur départedonner
la f aute gra
ment tous les renseignements
relatifs aux
Cette bottine, d'une seule pièce, offre des avantages multiples sur tous ceux qui l'ont prémon, ou qui commettent
son
conditions du concours et aux pièces à fournir
ailleurs
que chez
ve de boire
cédée, comme chaussure de fatigue surtout. Le seul assemblage consiste en UDe petite couà l'appui de leur demande d'admission.
n'a
ami Boucheron
pas
ture placée un peu en avant de la cheville, eudroit creux du pied, ce qui le garantit de toute
excellent
Pour
être
admis
a
les
de
concourir,
candidats
la révocation
son
blessure de ce côté.
demandé
encore
ne
devront
être
de
moins
de
18
ans
pas
âgés
Salem du douar
Cambrée en tous sens, elle prend aussi bien le pied que la bottine la mieux confectioncheick
trop fameux
ou
de
de
24
ans
au
1"
plus
janvier
1897.
nombreux
née, et n'a pasles inconvénients du rétrécissement do la chaussure par suite de la disséeaainsi que de ses
Bordj,
La limite d'âge est étendue toutefois justion du fil, après lequel accident la couture blesse inévitablement.
les kébirs,
qu'il a reconnus
acolytes,
de vingt-sept ans pour les jeunes
qu'à
l'âge
Tout chasseur a pu se rendre compte de cet inconvénient;
aussi, comme soulier de chasde nomcommis
d'avoir
coupables
gens qui ont accompli plus d'une année de
eu de précédent comme hygiène et solidité.
n'a-t-il
se,
jamais
pour ne pas due vols
breux délits
service militaire dans l'armée active.
Le système de patte formant gouttière et tenant le iaçage sur le côté, ne permet pas que
de Bordj.
- sur le marché
Les candidats devront être pourvus de Pan
du soulier.
l'eau ou le sabie pénètrent dans l'intrieur
prique les mesures
des grades suivants :
Nous savons
ft rencontre
de
ce jour
Bachelier ès-lettres ;
DE CHAUSSURES
GRAND
ASSORTIMENT
ses jusqu'à
D'HIVER
à
leur
avoir
Bachelier
ès-sciences
consistent
PRIX TRÈS AVANTAGEUX.
complet ;
cet escarpes
l

nous
il y avait,
nés. Et
cependant
de 30 voyageurs
assors-t-on,
plus
dans une diligence
pas
qui ne devrait
de
20.
en contenir
plus
et M. le préfet
M. le gouverneur
aux
doooô
récemment
ont cependant
forinstructions
locales
des
autorités
des
la
stricte
observation
melles pour
du
sur la police
roulage.
règlements
de Bordj n'en auraient-ils
Les agents
?
pu eu connaissance
--.-_ - -o.. ---1-.

voilà
interdit
l'entrée
du marché
et.
tout.
Une fois de plus il nous est donné
de prendre
l'honorable
en
flaGaly
Ne
délit.
d'inconséquence.
grant
nous avait-il
et repromis
pas promis
d'être juste et impartial
?
va !
Menteur,
La Ramèa.

:,'

Le

A

Rappel

A

vendre
E.

BORDJ-BOU-ARRÉRIDJ
Cours

verais

cinq

S'adresser

SERVICE

au bureau
journal.

On désire

de

à

farine

PAIRE

Correspondance
et

DE

charrue

TRÈS

de

Rayons

et

poissons

A

la

que

Entreprise
;,

A.

Bonneterie,

,"

v

et

-

vitrerie.

et

et

m, A.

mesure

,.

,'"

et

.,",¡,,",
,..
8ï7
'-;,''I
("Í'}'

GUiGNEBOURG

Rue Saint-Claude
BORDJ-BOU-ARRÉIUUJ (Algérie)
et de pèche
de chasse
Articles
de
fumeurs
Articles
et de bureaux
scolaires
Articles

/,


t'"
;" :";"r'

'Y.';¡:'}
","','-'>'
de

peints

BON

Brosserie

Bureaux

et

parterres
pour
potagers
jardins

sur

rue

Magasins :

de J.
filtres,

Instruments

(Algérie)

rue

Bottines
de

de

défiant

VINICOLES
de Ninies
(Gard)

11

pulvérisateurs,

elc

et matériel
agricoles
d eBtreprMeoM
de E.-L.
MALLET, de Marseille.

DE

CONSTRUCTION

ET

de J.-B.

maison

toute

Vigliano,
sur

très

tous

TONNELLERIE

GAIRARD, fils.

genres

BOBDIAtil, TIIISTI

II Mil

concurrence

ET

de

toutes

FOURNITURES

Bordj-bou-Arréridj.
mesure

et

POUR

CAVES

vides.
DE

SOUFRE

Raphia,

pour

Greffage.

élégante,
Dépôt

et

de fûts

COMPOSÉS

Lhomme-Lefort

Mastic

coupe

ET

SOUFRE

dimensions

COMPLETES

Location

très soignée,
ex Ira. fnçon
65 francs.
depuis
en

DE

fantaisie

TORRE

Habillements

Réparations

8.

Ûufaourg,
4.

fouloirs,

pressoirs,

chasse

el

en drap,

Prospec
Bugeaud,

VIGOUROUX,

TAILL.B-QTR
Saint-Claude,

esmêciaHiue^
';,,,;:'
'J""+'1':\
;V
J,;,!,\I;;'Í

mesure
BOIS

-

MARC

Rue

piét
<.

(Algérie

INSTRUMENTS

BOU-ARRERIDJ

};j
:t,','

,'

ASSIÈ

modérés

et

ET DETAIL
DEMI-GROS
La maison veuve GUIGNEBOURG
t punr principe de ne faire venir Ils
mirchanriises que par petite quantité
et par commandes souvent répétées,
de min ore à ne livrer à la consom.
maliou que des produits de première
Ses achats étant toujours
tricheur.
fai's "te comptaot, elle est à même
de vendre à itas prix défiant toute
concurrence.

E

Entrepôt :

EOUOB

l'écuyère.

Vins

j

LAUZUR

Fûts

porcelaine
coloniales

hommes,

MODÉRÉS

MAISONSA MARSEILLE,ClflE,
Prix

pour

,..r

paix

modérés.

Chaussures

Papeterie
fines et ordinaires

;.

VAPEUR

réparations

D'APPABTBIIDTS

BORDJ

à

A

PAUL
-

ordinaires.

Chaussures
Bottes

dames

hommes,

.,:;;,ct;I?
t
",\;'t,jm;
n,
q 'O.: 1'
,\Jl,,h',I.,..
:IL"
.', ,..
-:
"-"'&;8'"
",.
:" ,' ;1:''I'A"-I"'t;tfii
"'¡:':':i
';'Í"jJI\<''('I!1:;.,;,'!i..
SeierIè"
','
-,.t'
'r>*,:v',):.
,\Jr'1yt<IXH"
.n\ti}/FiJn'l
0',':,0"
¿iIIl.¡;,y,,::/\j/"i.¡;'!!1;;;1

marbres.

Papiers

BOTTE

Bottier,

Chapellerie

CAILLPi,U:."C,(.,
BORDJ-BOU-ARRÉRIDJ

Pompes,

régie
DU TIMBRE

Draperies,

pour
et enfants.

sur

location

Lingerie.

filages.

-

RÊFARâTIOHS

A.

et

Chaussures,
hommes
et enfants,

Vêtements

.-A
¡,l

Bois
et

vernis.

fines

Eponges

Ventes

Lainages,

pour
confectionnés

T Atelier

Couleurs

romaine

et spiritueux
de marques
Liqueurs
ordinaires

commande

Mercerie,

Peinture

-'
CAILLE
BORDJ-BOU-ARRÊRIDJ

la

et denrées

kilos.

dinière

sacs,

ailleurs

-

JULES

et

sur

5

CONFIANCE

Ornements

NEUFS
en tous genres

faïence

et

mer

Jar

de
Nouveautés,

livrées

de

Tenture

et lÍéparations
Prix modérés

Cannes

Grand-entrepôt

FIRMIN

Prix

ET

mandarines

kilos

de

USINE

fils

de

de

JfESGllICBB:

premières

partout

DE

MAISON

IJACHMAYER,

Bureau

3

Belle

Françaises

marché

de charronnage

TRAVAUX

des

extra-supérieures

meilleur

la Fontaine

et

et à l'Etranger.

de

Veuve

alimentaires

conserves

Marchandises

suite

BORDJ-BOU-ARRÉRIDJ
de

France

postaux
Fruits

BOU-ARRÉRIDJ

& CAFÉ
avec

et

forge

Graines

Colis

Vêtements

Ateliers

Epicerie

commission.

dattes

et rue .Nationale

maisons

et
vastes
cave
dépendances
actuellement
accupé
par
le propiiétaiie.
S'adresser pour traiter à Monsieur
BACHMAYER,
à Diirej-bou-Arréridj.
propriétaire

Poterie,

la

en

10

MODjRÉ.
de

COLONIALES

de

Expéditions

SaAda

se recommande
tout
absolument
Cette maison,
Française,
aux
amateurs
de
bonnes
denrées.
spécialement
et au
de faire
venir
Son système
par
quantité
petite
constamment
des
marchandilui
d'avoir
comptant,
permet
traichenr.
ses de première

ÉTABLISSEMENT

Vve

Bou

FRANÇAISE

Saint-Claude

ET ORDINAIRES

BORDJ-BOU-ARRÉRIDJ

UN

Route

à

grains

BORDJ

à ti et
s'aiteler
chevaux,
le défrichement.
pour

D'HOTEL

FINES

ALIMENTAIRES

ROLLIN
rue

llombals

A louer

de

de

ordinaires

ville

et

AUGUSTE

vendre

PRIX

et

LIQUEURS

f U bureau du journal.

à

bonne

fins

SPIRITUEUX,

ROUES

PRIX MODÉRÉ

pouvant

Sélif

par

vente

ESSIEU

une

Vins

COMESTIBLES

LOCATION

EPICERIE

DE CHARRETTE

S'adresser

ET

ÉPICERIE

CONSERVES
EN

Achat

la

de

BUEA.CK1S

vendre

AVEC

PUBLIQUES

Camionnage

MEULES

011190 à lmOO, en bon élit.
Adresser les oltres au hureau
du journal.

UNE

BORDJ-BOU-ARRÉRIDJ

Théodose,

DENRÉES

moulin

A

VOITURES

du matin et à 5 ht tires du soir.
Dépait
pour M'sila à 7 heurei
à 7 heuet Bordj R'dir,
Bel
Iniour
Départ
pour El Anasser,
res du matin.
du
du matin et à 2 heures
à 7 heures
Départ
pour Medjdna
soir.

acheter

DE

de

DE

du

UNE
PAIRE

BOUTHEGESË

FRANÇOIS

PLEINES
et

1

Concurrence

JAUMON

TRUIES

QUATRE

la

à

des

prix

Vente

général :

et achat

à

Alcools
la

du Nord,

commission

Rhum
de

Saint-James
vins

et

modérés

sa clientèle
des environs
désorM. TORRE
prévient
que,
tous
les
trail
se
rendra
à
domicile
effectuer
mais,
pour y
vaux qu'on voudra
bien
1\Irt)
,',
,.' ::. '- - Pour
lui VUconfier.
pou:'
~;.i'

tous
DRBSSBR

AU

renseignements
BUREAU

DU

:
JOIJRNjL.

céréalçs.


Aperçu du document le rappel.pdf - page 1/8
 
le rappel.pdf - page 2/8
le rappel.pdf - page 3/8
le rappel.pdf - page 4/8
le rappel.pdf - page 5/8
le rappel.pdf - page 6/8
 




Télécharger le fichier (PDF)


le rappel.pdf (PDF, 1.6 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


le rappel
ambassader gabon cherif rahmani et zoubida des voleur
dans les yeux de la folie
postes ouverts dems 2012
dans les yeux de la folie
programme des emissions philatelique annee 2018