le rappel.pdf


Aperçu du fichier PDF le-rappel.pdf - page 6/8

Page 1 2 3 4 5 6 7 8



Aperçu texte


Le

nous en imposer
avez compté
êtes j1
vous vous
par de tels moyens,
étrangement.
trompé
toubien reconnaître
Nous voulons
tefois que ceux qui vous paient pour
faire la triste
besogne
que vous resont
gretterez bientôt d'avoir acceptée,
Mais
vous-même.
que
plus coupables
pas nous échapper
qu'ils ne croient
Et
derrière votre plume.
en s'abritant
veulent
et
consol
t9
les Galy
puisque
nous leur promettons
qu'ils
la guerre,
à
souhait.
servis
seront
-- la loi au
Vous nous avez rappelé
en
la
mettre
nous
saurons
talion :
vous

La

scie

commence

Rappel
tous. et je vois le
y passerons
jour proche où, tout comme aux prenous semiers temps de la conquête,
afin
rons obligés de nous
mobiliser
de garder notre bien et notre peau.
Sous un tel galimatias,
il faut noua
attendre
à tout,
aux choses
même
1
les plus extraordinaires.
Pauvre Bordj, dans quel guêpier estu encore
tombé !
Un vieux colon.
- u_nous

pour plaire à rarmir, mais tant pis. Les amla
de Bigonet devraient cependant être habitués
à ne pas prendre leurs désirs pour des réalités.

Voilà que l'historiographe
Bigonet
L
- _9
le besoin de faire connaitre
éprouve
et
l'histoire de Bordj aux Bordj iens.
UNE
VISITE
comme 1 illustrissime
don Quichotte,
avec qui il a beaucoup
de ressemJ'ai reçu
la semaine
dernière
la
il
dada
et
a
enfourché
son
blance,
visite
du citoyen Farny.
A son air,
le voilà parti en guerre
avec les épicomqu'il avait quelque
j'ai compris
sodes.
munication
à
me
importante
faire
; je
va durer
sa rengaine ?
Combien
ne
me
trompais
pas.
sans doute ; et les Bordlongtemps,
me
Mon
cher,
dit-il, je suis tradire 1
jiens n'ont pas fini d'en entendre
comme
un
il ne se passe
qué
fauve ;
sur leur pays.
Une
question
de
l'on
ne
me suscite
jour que
pas
Je parierais
volontiers
un caté sans
des ennuis ;
tantôt, c'est une lampe
pratique.
cognac contre une tasse de thé sans
à M. le
On nous prie de demander
chef
fume
de
leur
et
avons
eu
raison
pour
Nous
qui
laquelle on me mesucre, qu'era fin de compte
Bigonet
ne
Maire si les arrêtés
municipaux
ses
dire
nace
de
toutes
les
foudres
du cahier
que
de bande Bigonet : c'est
se donnera
comme le principal
créasont pas faits pour les frères et amis,
Et
des charges ;
tantôt c'est
effraient
ne nous
pas.
parce
associés
que
teur de Bordj.
diamais bien pour les seuls pauvres
à
Messieurs
les
n'éclairent
disons
comme
nous
maintenant
lampes
pas
Il dira que c'est grâce à lui, grâce
fortune
bles qui n'ont pas la bonne
le rideau
devraient
elles
éclairer.
Tout
cela est
: « En garde ;
les Bigonistes
à son intelligente
admio istration,
aloi s
de plaire à notre premier
magistrat?
faux, archi-faux,
je n'ai pas l'heur de
va se lever sur le théâtre des guignols
qu'il étdit maire, que Bordj a conquis
L'an dernier
M. Galy a fait
encore,
des
massacre
à
encore
et
le
moins à Roda,
vous
plaire
Galy,
êtes,
que
une première
place parmi les villes
en
à différentes
reprises,
remarquer
»
voilà
la
vérité.
Ma
va
commencer.
situation
n'est
marionnettes
de l'Algérie ;
il dira ça,
prospères
qu'on ne séplein conseil municipal,
on
me fait lever à toute
plus tenable,
RATAPLAN.
vous verrez I
vissait pas contre certains
marchands
heure
de
la
nuit;
pour une bagatelle
et malHeureusement
pour nous,
le msrché
de bois qui accaparaient
l
1.
'118
on
les
m'expédie
agents,
je suis à
heureusement
et il depour lui, tout le monde
avant l'heure réglementaire,
bout
de
patience.
-.
le connaît
ici, et je suis certain
que
alors une sévère
mandait
application
et gens honnêtes
Voleurs
fait
ce
Pourtant,
ajouta-t-il,
j'ai
sa prose somnifèl e sera accueillie
par
concernant
l'ade l'arrêté municipal
n'a
fait
:
qu'aucun
adjudicataire
d'éj'ai
un bâillement
et un haussement
en
chat du bois les jours de marché
toutes
les
vieilles
remplacé
lampes
très
de se
significatifs.
paules
Sait-on quel est le moyen
l ville.
de la commune
par de nouvelles
ne peut résister
au déclien
Si
et
solide
Bigonet
une
bonne
Que les temps sont changés !
procurer
à
mes frais, et sauf
neuves,
lampes
le pasEé,
sir de faire connaître
qu'il
sous
l'œil
tèle parmi la haute volée à Bordj-bouJeudi
c'était
dernier,
Roda
el
Cie, tout le monde est
Galy,
l'histoire
de
abandonne
l'idée d'écrire
de M. le Maire que le
bienveillant
Arréridj.
unanime
à déclarer que jamais Bordj
plus autoce beau résultat
Bordj que des historiens
obtenir
ici,
de la commune
Pour
fournisseur
faisait,
n'avait
été
aussi bien éclairé la nuit.
et
risés que lui avaient
honnête.
déjà faite,
commerçant
de nll, ménagères,
un
il faut être
au détriment
J'ai
là; du reste, une déclaration
il
signée$
au contraire,
i.voire :
qu'il nous parle un peu de ¡.,on :)a:::¡,
du
bois
À
\ous aa('
v;ri: able
accaparement
de
50
attestent
personnes
qui
mes H
l
VI-Met
de l'époque
où à PhUippeville
du rnptin.
brùi'T.
dès 8 heures
t'a». it é';v commerçant malhonnête,
-. et il déplia sous mes
dires,
ùait des allumettes
le compta
uno petite condampour
du reste, se renouvelle
yeu^;^
t?i vou £ ave', subi
Jlai s
réune pétition on due forme
d'un
Prussien
confiance
certain
attestant,
de
que la populasemaine.
nation pour Hl;, abus
èrement
cnatpie
giil
nffel. que l'éclairage
de la ville;
fit déguerp-r
cela
tion philippevilloise
chose de ce genre,
piut
"x::/¡
ou quelque
V est vrai de dire que sur la réquilaissait
rien
à
désirer.
vite qu'ii ne l'eût voulu; (rdlluc,jeUes,
d'
un
-–
Que
sition
do nos concitoyens,
pro
lau^|&
que je fasse, donnez-mot
3 boites pour un sou, zaaalumeeetes);
ce que j'écris
jé("I-is es
est
a été dressé contre un
des
n'en vaudra
que
pas; mieux.
oès-verbal
Je
où il transporou bien du temps
nnv;cpû™||$.
r a i.îîc- sou*.iaz
LiÉJtv::
contrevenants.
demourai
Uli,
pour la
tait les poteaux
vous
avez purgé votre
Or dore,
'tèlégtaph,iè':,.,\te"
QueBA. lo
qu'ici
r. k l
Màire
ûwt, .Il''l',

,:. 0ou^Saàda,;
ré,";":'
ïdall'tsob,l:'oi,!U.
Of.n,,:,f(Js':,'rre':r,,:y,fJ.:.:I\¡;'
,.,.
sortez
de prise n
de
;
ï'épôtiuS
\I
.'-f:\.
Bordj
f.
gros,
,r
f'
',!'"
l,
i,;.
r
/petne, vttus.
si
,rm.,.
,.'tfr.Jj'"
W,¡,.-'\Ç1:
,4\,
'1.
Í
t<
1y,.\M,f.'
''1;'
une
boite
!
Q
luisent
comme
tri.\
\;
,.iê..nQDttt8.Q1.ào',iéb''ID¡''Ùr.,
:.,:Q;;<'"
1
.,\
Ua$,;.
i<\-' (.' ; ,':I.r":'if:''ft "'t":'Õ''c"!J"¡''¡¡
1i("/i
't ,!f¡.
ft1',:';'iJ.l¡01\oi.,t
l?ïM;
?..:,,
'II
.J
'r1'i,J,,,
J"',,l
t\!,.q
¡,'
'n
(\.-t
:UJI:'
:.',
l
"I'"
U',l1..h
¡,r, "',-.-;"
t\&"'1
r¡g
if';
"'t i'
,;1
:",\1{iâ'ta.'
l;;"¡,'"
't'; :f,'"
", ';'.:,. :,: 'Jl'!' i: ,"'l'
.q.;.t\
ha,'-'¡lI:r.,,?;
ri\à';Vla8;'¡;"'Ot"Mj:!'b,_'
.,
,'"::."
.,..t'',:,.':_";;I,
>i,"1
'I\¡'¡",,
l,lt:cl:ltr:90Q),é'
monter
'aii^ÉSî
;
,\ÍtJ
1",r¡J..
:
;¡I"é.,\,,:
.\Io"";'!.;"t.',
;
"¡',",
l
têPOb
Sbl'('()lpQ,'.x,';tl
"1:,'
',f
tons coiljrut iuc.
1
îè^ arrêtés ; municipaux^
: '¡,\ ;;è: v:âl:'.,ti.',,,¡Pr6:
• *^4ei>
,d' 'fÍ
JI. plèmes ei ti1
Iila
votre femme qui peut att
ty, sont
au.ndâi da
ugleàar
':-:
it"f¡; ,{.¡,rU;
que
son ècharpei ;
..:\",.
notre
t.l'
.:
paisible -POP\J la.tl0. :,,'W;',.,.\;\'
au budget communal
rois. »
"','i: i:'y ",
".,!,:"f"f¡i\}\IS'}'Jir9f!!J
beeoiu émarger
':
',.'
Daris
le cas contraire,
on pourrait
'I,',;.r"7'df'fl
Je m'arrachais
à cette ,vitffoJ&!J
la
'':'<M
le lui permettent,
Pas mal, hein ! Bordjienô
si ses aptitudes
?
bien ne pas
attendre
les élections
et
m'attristait,
a
répondis
-.--.
FamY, :',i.,'!j:,:¡f"j
étant
très
-_.,----,.
bordjiep.ne
aux
municipalité
municipales
pour le faire rendre
Mon cher ami, lui dis-je, votre plus 4',
aux
principes
légués
de la vie privée.
coulante
grâce
douceurs
des
Formons
grand tort consiste selon moi, précisé:'::,:;",
patrouilles
!
maire
l'ancien
.-----..
-.
Bigonet.
-A .par
nient à ce que vous
voiut applitluez.,,
Gslu fait, astiquez-vous
proprement,
;
do
la
troj» cYfaire
lumière, alors
attenles voleurs
qu'au on cul de-poule,
et ta bouohe
Depuis quelques jours,
toupet
!
contraire
on voudrait
le
à sac que veux-tu ;
il ne Quel
s eo donnent
l'obscurité;
dez.
veut
voir
mais
peuple
y
ceux
ainsi
dire
de
nu
t
clair,
ne sera pas lonse passe pour
pas
Oh ! votre attente
L'Avenir a le cynisme
de s'en prenle contraire.
qui le dirigent désirent
le lendemain
on ne nous
du
sans
côtés
les
clients
de
tous
(pas
que
gue:
à
la
haute
administration
audre
qui
donc
vos
Remplacez
à
aflampes neuves
apprenne
qu'un vol a été commis
populo mais de la haute)
vulgaire
sans motifs
rait
éclairent
plausibles,
déplacé,
qui
trop
ou
tel
endroit.
bien,
par les vieux;
votre établissement.
tel
dans
flueront
de
la
commune
mixte
des
le
de
la
siège
lampions
commune
et vous ver-,
Notre municipalité
mais nous ne vouque rien n'émeut
Demandez
plutôt.
si
ce
comme
rez
Maàdids,
déplacement
tout
ira
que
le
mieux.
pour
laisse les choses aller leur petit bonlons pas faiie de personnalités.
dû uniquement
aux Bigon'était
Il
est
certain
pas
et
les
voleurs
à
que plus d'un citoyen
vous
verrez
de
homme
de
chemin,
A votre satisfaction
et
aux
à
la
suite
de
leurs
se
net
brisera
Galy,
bras
et
si ce n'est
jambes,
leurs occupations
prosjour ea jour votre établissement
intéressées
et
des
délations
le
mais
procédés
cou,
tel
semble
puisque
être
A voir l'état actuel
des choses,
on
pérer, tandis que les autres « les étaou moins
avouables
le vœu de nos édiles,
employés
plus
il
faut
vous
serait
tenté
de
croire
les
»
y
honnêtes
qu'elle
propéricliteront
blissements
bande depuis les dernières
élecla
conformer.
par
un
tantinet
et
tient
abso.
faute de clients.
tège
qu'elle
et fermeront
à ce
tions municipales
pour arriver
écouté sans mot dire,
Farny m'avait
?
!ument
à
ce
les
membres
de 1hodonc
raison
riez
que
ne
Vous
plus ; j'ai
résultat.
beau
sans
mot
dire
il
me quitta ; mais sa
du vol ne soient
norable
corporation
et comment
aurais-je tort, les faits que
la
le
de
commune
des
n'avait
départ
Après
ligure
plus la même
sont
visibles
dans
leurs
exprespas trop inquiétés
péréje livre à la publicité
celui
de
la
commune
deb
Bibans.
sion
:
elle
était
rayonnante.
nocturnes.
grinations
tous les jours, le matin de dix heuEt voilà
l'œuvre
de gens
Maàdids.
Tant
nous avions comme agents
le
soir
de
que
res à onze heures,
cinq
J. CAILLE.
des
intérêts
des coosent
qui
parler
les dénommés
Fuschenede police
à minuit.
heures
va !
lons 1 Pantins,
et Lakdar
ben
nous
la vie à Bordj ne
Ribah,
quer
Si cela continue,
vous
êtes
Continuez,
Messieurs,
dormir sur nos deux oreilsera plus tl" oable, et je ne vois dans
pouvions
A propos
d'an accident
en attendant
de voiture
bien dans votre
rôle,
leur surveillance
de
inees
issue
les ; grâce à
ce cas qu'une
pour sortir
vous
donpopulaire
que l'indignation
santé, les vols étaient très rares. Mais
cette pétaudière.
le
de
balai
final que je vois
ne
coup
on a trouvé que ces deux agents faiL'Avenir
nous parle, dans son
nos établissenuCe serait de céder
à l'horizon.
déjà
poindre
saient
bien
leur
et
on
méro
du
21
de
d'un
forçats
trop
service,
accident
il ne manque
octobre,
pas
ments ;
Un Bordjien.
s'est empressé
de les révoquer.
survenu,
par suite de la rupture
d'un
libérés qui ne demandent
pas mieux
Ncus croyons pouvoir anN. D. L. R.
& la diligence
Les
voleurs
n'ont
de
et
considération.
perdu
essieu,
fait
le
pas
serargent
qui
d'acquérir
noncer d'ores et déjà à ces lecteurs que le vice du courrier
ils
se
sont
immédiatement
mis
de
il
a
à
désormais
d'égards
temps,
Sétif.
n'y
Bordj
Puisque
déplacement du siège de la commune des
La feuille bigoniste,
à l'œuvre, et il nous
est facile
de
retironsnous
le
eux,
autres,
pour donner
pour
dans
un
au
que
Maâ
Ji îs n'aura lien que
environ,
attribue
constater
cet
change,
accident
à
qu'ils n'y vont pas de mainla
nous.
nécessaires
à
l'instalquand les constructions
de
dix
en
moins
tandis
jours
malveillance,
honnête
dans
la
morte,
puisque
et
des
bureaux
sera
terc'est
la
Un cafetier
lation du personnel
que
panade.
la
de
ils ont pu opérer
fois
dans
la
voiture
charge
est
la
cinq
minée à Gérez.
seule
qui
cause de la rupture
ville même
sans
être
le
Eu attendant, l'honorable M. de Villar resde l'essieu.
inquiétés
C'est miracle en effet qu'on n'ait eu
moins du monde.
jItera à Bordj.
n'est
laite
bon
Celte
nouvelle
décision
à
aucun accident
Si nous
mettons
ordre
l
point
déplorer
de personn'y