UN SACRE BON COPAIN .pdf


Aperçu du fichier PDF un-sacre-bon-copain.pdf

Page 1...3 4 56737




Aperçu texte


(Ils  se  remettent  à  rire)    
 
FRANCK  (Qui  reprend)  :  «Du  coup  pour  qu’on  puisse  quand  même  se  balader  un  peu  elle  
a  loué  un  bateau  et  là,  patatras,  le  bateau  tombe  en  panne  et  impossible  de  trouver  la  
pièce    car  il  fallait  la  commander  en  Norvège.»  
 
THEO  (Toujours  rigolard)  :  «C’était  quoi  ce  rafiot,  un  Drakkar  ?  »  
 
FRANCK  (Qui  poursuit)  :  «Mais  c’est  pas  là  le  pire.»  
 
THEO  (Toujours  rigolard)  :  «Ha  bon  !  Et  bien  dit  donc  çà  tourne  au  gag  ton  histoire.  »  
 
FRANCK  (Qui  poursuit)  :  «Donc  puisqu’il  n’y  avait  plus  de  bateau  on  nous  a  fait  faire  un  
petit  circuit  à  pied  afin  de  voir  un  village  typique  et  déguster  les  spécialités  locales,  mais  
manque  de  bol  j’ai  glissé  sur  le  sentier  et  en  tombant  je  me  suis  démis  l’épaule.»  
 
THEO  (Qui  porte  la  main  à  sa  bouche)  :  «AYAYAYE  !  »  
 
FRANCK  (Qui  poursuit)  :  «Et  je  me  retrouve  illico  au  bloc  opératoire  de  l’hosto  le  plus  
proche  pour  me  faire  remettre  l’épaule  en  place  pendant  que  le  groupe  se  goinfrait  de  
spécialités  locales.»  
 
THEO  (Qui  plaisante)  :  Mais  en  somme,  toi  aussi  tu  l’as  eu  ta  spécialité  locale,    à  part  que  
c’était  une  anesthésie  «  locale  »  bien  sûr  »  !  »  
 
FRANCK  (Vexé)  :  «C’est  çà  !  Fiches  toi  de  moi.»  
 
THEO  (Qui  l’entraine)  :  «  Allez  vient,  fait  pas  la  gueule,  pour  me  faire  pardonner  je  
t’invite  à  prendre  un  verre.  »  
 
FRANCK  (Lugubre)  :  «  Avec  un  comprimé  d’aspirine  alors…  »  
 
THEO  (Intraitable)  :  «Pas  question  d’aspirine,  une  bonne  pinte  de  bière  fera  beaucoup  
mieux  l’affaire.  »  
 
FRANCK  (Dramatique)  :  «  J’en  ai  pas  vraiment  envie,    tu  sais  ce  qui  est  super  dur  pour  
moi  c’est  pas  que  ma  femme  m’ait  abandonné,  c’est  qu’elle  m’ait  abandonné  après  
m’avoir  donné  des  goûts  de  luxe…  »  
 
THEO  (Qui  lui  prend  le  bras)  :  «  Allez  !  J’insiste,  pour  enterrer  sa  vie  d’homme  marié  quoi  
de  plus  approprié  qu’une  petite  bière,  tient  on  est  juste  à  côté  du    bistrot    où  l’on  s’est  vu  
la  dernière  fois,    allez  zou  !  Allons  nous  asseoir.    »  
 
FRANCK  (Pensif)  :  «  Cà  me  fait  penser  que  la  dernière  fois  qu’on  s’est  vu,    tu  étais  avec  
ton  chien,  tu  l’amenais  chez  le  vétérinaire,    au  fait,  maintenant  comment  va  t  il  ?  »  
 
THEO  (Sarcastique)  :  «  Mon  véto  !  Très  bien  il  est  même  beaucoup  plus  riche  grâce  à  
moi.  »  
 
 
 

5