Memoire 1 JUIN 2012 FINALLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLL.pdf


Aperçu du fichier PDF memoire-1-juin-2012-finallllllllllllllllllllllllllllllll.pdf - page 8/63

Page 1...6 7 891063



Aperçu texte


I. Les situations d’appels.
1.1

Description de la première situation :

La première situation se déroule lors de mon dernier stage de première année dans un cabinet
d’infirmières libérales.
L’infirmière et moi-même nous rendons au domicile de Madame L. 48 ans. qui doit bénéficier
d’une réfection de pansement car elle vient de subir une mammectomie droite. C’est la
première fois que nous allons voir cette personne.
Au cours du soin j’ai choisi la position d’observateur en mettant sur le côté : assez proche
pour observer le soin mais relativement à l’écart par souci de discrétion.
J’assiste à ce soin avec beaucoup d’attention. Bien qu’ayant déjà rencontré des femmes qui
ont subi une mastectomie lors de mon parcours professionnel et d’étudiante, la vue et la
réfection d’un pansement de cette ablation est une découverte en soi.
L’infirmière qui exécute ce soin pour la première fois auprès de cette femme établit d’emblée
une relation duale. Les regards, les gestes, les silences m’ont amenée à concevoir qui s’est
directement établit une relation de confiance. Cette infirmière avait une attitude contenante
dans les prémices de la relation. Une relation de confiance semble s’installer progressivement
dans la mesure où l’infirmière est attentive aux paroles, au faciès, au non-verbal tout en
effectuant des gestes précis et efficaces. Madame L. semble à l’aise et détendue : elle est
souriante et communique librement avec l’infirmière sans porter réellement attention au soin
qui est en train de se dérouler.
De mon côté, j’observe ce soin à distance et beaucoup de sentiments et de questions
m’envahissent. Je ne dis rien, je m’oblige à tout contrôler : mon faciès reste stoïque, mon
regard le plus neutre possible, ma présence la plus discrète qui soit.
Le soin se termine. Nous quittons le domicile de Madame L. L’infirmière n’ayant pas perçu
mes difficultés et étant dans un souci organisationnel de ses prochains soins, je ne trouve pas
l’ occasion d’introduire le sujet afin de pouvoir verbaliser mon ressenti avec elle. Je décide
donc de garder ce questionnement et ce vécu pour moi.

Page 8