qualite de l'air et nuisances vallees alpines de transit.pdf


Aperçu du fichier PDF qualite-de-l-air-et-nuisances-vallees-alpines-de-transit.pdf - page 4/10

Page 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10



Aperçu texte


Qualité de l’air et nuisances sonores dans les vallées alpines de transit

Figure 2. Moyennes annuelles des concentrations de NOx, de NO2, et de PM10 et nombre
de valeurs journalières moyennes au-dessus de 50µg/m3 dans les parties centrales et
supérieures des vallées, en 2004.

13

14

15

16

17

Dans certains cas, les seuils d’immission ont été dépassés. La distribution des
concentrations de NOxdans l’air ne reflète que partiellement les émissions de NOx. Dans
la mesure où les sources de pollution autres que la route jouent un rôle insignifiant pour
les émissions d’oxydes de nitrogène dans tous les sites de mesure, les différences de
distribution des émissions et des immissions peuvent seulement trouver leurs origines dans
des conditions de propagation différentes. Quant à la distribution des particules (PM10),
les autres sources jouent un rôle plus important. Comme les tests effectués aux alentours
du point de mesure de Roveredo (Grisons) l’ont montré, la distribution des particules à
Moleno (Tessin) provient pour une large part de nombreux fourneaux à bois ; ceci est aussi
probablement le cas dans la vallée d’Aoste (Châtillon et Courmayeur).
Bien que les émissions soient plus importantes en été, les immissions sont quant à elles plus
importantes en hiver, ceci s’explique par des conditions de propagation plus défavorables
durant cette saison.
Les variations de NOx suivent les variations de NO2, quoiqu’avec une intensité moindre ;
la raison en est que la part de NO2 dans la proportion totale de NOx baisse quand la
concentration de NOx augmente.
Depuis 2003, les concentrations de suie et de particules sont également mesurées dans des
régions suisses. La concentration des particules est dominée par des particules très fines
avec un diamètre jusqu’à 1µm, ce qui ne contribue que peu à la masse totale de PM10. La
suie (par exemple des moteurs diesel) est surtout comprise dans les catégories de particules
très fines.
L’illustration suivante (figure 3) montre la variation relative journalière de quatre
composants  : NOx, PM10, concentration de particule et de suie au point de mesure de
Erstfeld en 2004.

Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine, 95-1 | 2007

4