Fichier PDF

Partagez, hébergez et archivez facilement vos documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Boite à outils PDF Recherche Aide Contact



Langlois .pdf


Nom original: Langlois.pdf
Titre: Langlois
Auteur: Martins-Baltar

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.9.4 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 16/03/2015 à 21:22, depuis l'adresse IP 90.52.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 378 fois.
Taille du document: 40 Ko (1 page).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Séquence  2  -­‐  Un  Roi  sans  divertissements,  J.  Giono  
Texte  1  
 
Langlois  à  son  retour  au  village  
C’est   ainsi   qu’on   vit   déboucher   de   la   tranchée   un   cavalier   qui   venait   de  
Saint-­‐Maurice.   Il   montait   un   cheval   vraiment   très   attirant   dans   lequel   on  
sentait   beaucoup   de   nerfs,   de   courbettes   et   de   pétarades   que   le   cavalier  
dominait   fort   bien,   n’en   laissant   passer   d’entre   ses   jambes   que   juste   ce   qu’il  
fallait   pour   une   très   jolie   parade.   Le   cavalier   avait   une   redingote   boutonnée  
jusqu’au   cou,   sanglée   très   étroit,   sans   brandebourgs   mais   un   gibus  
tromblon   d’une   insolence   rare.   Les   dimensions,   les   courbures,   le   poil,   la  
façon   dont   il   était   posé   sur   le   côté,   quoique   un   peu   sur   le   front,   l’habileté  
qu’il  fallait  pour  le  porter  en  équilibre  constant  dans  les  voltes  et  passe-­‐à-­‐
droite   du   cheval,   faisaient   de   ce   chapeau   comme   un   coup   de   pied   au   cul  
collectif  et  circulaire  à  tous  ceux  qui  le  regardaient.  
 
Vous  pensez  bien  qu’on  ne  le  perdit  pas  de  l’œil  pendant  qu’il  tournait  
avec  la  route  autour  de  Pré-­‐Villars.  Nous  n’avions  pas  l’habitude  d’être  ainsi  
chatouillés   sur   nos   terres.   On   se   dit  :   «  En   voilà   un  !  »,   on   ne   savait   pas   de  
quoi,  mais  c’en  était  un  sûrement.  
 
Non,  ça  n’en  était  pas  un  :  c’était  Langlois.  On  le  fêta,  mais  il  rompit  les  
fêtes  avant  qu’on  puisse  lui  frapper  sur  l’épaule  ;  ce  qu’on  aurait  bien  aimé  
faire.  Et  à  peine  il  dit  trois  mots  à  Frédéric  II  qui  s’était  claqué  les  cuisses  en  
le   voyant.   Trois   petits   mots,   ça   n’était   ni   bonjour,   ni   bonsoir   et   inattendus   à  
un   point   qu’on   fut   même   incapable   de   dire   ce   que   c’était   qu’il   avait   dit.   Il  
tourna  les  talons,  pénétra  dans  la  cuisine  de  Saucisse,  ferma  derrière  lui  la  
porte   vitrée   à   travers   laquelle   on   le   vit   prendre   l’escalier   qui   montait   à   la  
chambre  qu’il  avait  précédemment  occupée.  Saucisse  même  le  regarda  avec  
étonnement.  
 
Il   était   en   effet   bien   changé.   Il   n’était   pas   question   de   disgrâce   et   de  
rancœur  car,  dès  le  lendemain  de  son  arrivée,  toujours  coiffé  de  son  gibus  
(dont  nous  nous  disions  :  «  Quand  même,  pour  nous  il  aurait  pu  mettre  un  
autre  chapeau  !  »),  il  alla  rendre  visite  au  maire  pour  lui  notifier  les  patentes  
par  lesquelles  il  était  nommé  commandant  de  louveterie.  


Aperçu du document Langlois.pdf - page 1/1

Documents similaires


Fichier PDF langlois
Fichier PDF reglement mtha v11
Fichier PDF inscription sedc
Fichier PDF equissima today 2012 dimanche speakers
Fichier PDF affiche 1
Fichier PDF l homme qui parle au cheval


Sur le même sujet..