Les villageois .pdf


Nom original: Les villageois.pdfTitre: Les villageoisAuteur: Martins-Baltar

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.9.4 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 16/03/2015 à 21:22, depuis l'adresse IP 90.52.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 539 fois.
Taille du document: 40 Ko (1 page).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Séquence  2  -­‐  Un  Roi  sans  divertissements,  J.  Giono  
Texte  3  
 
Portrait  du  narrateur  :  les  villageois  pendant  la  battue  au  loup  
Avant   d’arriver   à   la   lisière   nous   sortîmes   tous   de   nos   gibecières   les  
grosses   crécelles   de   bois   avec   lesquelles,   pendant   le   temps   de   Pâques,   on  
remplace  les  cloches.  
 
Encore   une   idée,   tenez,   qui   m’est   venue.   On   est   entré   dans   le   bois.  
Silence   et   solennité.   Des   indications   fort   claires   que   nous   n’avions   rien   à  
foutre  dans  un  endroit  pareil.  Et  on  venait  pourquoi  ?  
 
Je   voyais   Romuald,   Félix   Petit,   un   peu   plus   loin   Ravanel   père,   de  
l’autre   côté   Ravanel   fils  ;   des   troncs   de   sapins   givrés   à   la   nielle   et   des  
feuillages   grossis   de   neige   me   cachaient   Frédéric   II  ;   je   pouvais   imaginer  
dans   le   bois   la   longue   file   de   tirailleurs   et   chacun   faisait   comme   moi,  
marchait   à   pas   de   serpent   en   guettant   de   droite   et   de   gauche,   crécelle   en  
main.  Pierre  le  Brave  avait  embouché  son  cor.  Et,  du  lointain,  par-­‐dessus  la  
cime   des   arbres,   comme   un   oiseau,   arriva   de   nouveau   sur   nous   le   soupir   de  
veau   enrhumé.   Alors   Pierre   déclencha   sa   propre   fanfare   dans   nos   oreilles,  
dans   nos   avenues,   dans   l’écho   des   arbres   qui   nous   touchaient,   dans   les  
profondeurs   du   vallon   qui   nous   faisait   face.   Et   tous   ensemble   on   commença  
à  faire  craquer  nos  grosses  crécelles,  à  écraser  dans  nos  crécelles  le  silence  
et  la  solennité.  
 
Et   si   je   vous   disais   qu’à   ce   moment-­‐là   on   s’est   redressé   comme   des  
chevaux  à  qui  on  asticote  la  croupe.  Et  qu’on  s’est  bourré  en  avant  et  que,  
plus  il  y  avait  de  bruit,  plus  on  voulait  en  faire,  et  qu’on  aurait  été  capable  
(peut-­‐être)  de  déchirer  un  loup  avec  les  dents.  En  tout  cas,  l’envie  y  était.  Et  
pire   que   l’envie  :   pendant   que   ce   cor   cornait,   que   les   crécelles   craquaient,  
qu’on  guettait  les  buissons  là-­‐bas  devant  pour  voir  si,  de  l’un  d’eux,  n’allait  
pas   jaillir   le   fuseau   noir   et   rouge   d’un   loup,   gueule   ouverte,   nous   nous  
regardions   furtivement   les   uns   et   les   autres,   et   si   je   ne   sais   pas   de   quelle  
qualité  était  mon  regard  je  sais  de  quelle  qualité  était  le  regard  des  autres  
posé  sur  moi.  Oui,  sur  moi.  Qui  n’ai  jamais  fait  de  mal  à  personne.  


Aperçu du document Les villageois.pdf - page 1/1




Télécharger le fichier (PDF)


Les villageois.pdf (PDF, 40 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP Texte



Documents similaires


les villageois
img 20131119 0005 1
mg493xo
t lobsang rampa je crois 1
lmodern without t1
sans nom 1

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.009s