Trois incipits .pdf



Nom original: Trois incipits.pdf
Titre: Trois incipits
Auteur: Martins-Baltar

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.9.4 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 16/03/2015 à 21:17, depuis l'adresse IP 90.52.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 520 fois.
Taille du document: 47 Ko (3 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


Séquence  1  –  Incipit    
Textes  complémentaires  
Madame  de  La  Fayette,  La  Princesse  de  Clèves,  1678.  
 
La   magnificence   et   la   galanterie   n’ont   jamais   paru   en   France   avec   tant   d’éclat   que  
dans  les  dernières  années  du  règne  de  Henri  second.  Ce  prince  était  galant,  bien  fait  
et  amoureux.  Quoique  sa  passion  pour  Diane  de  Poitiers,  duchesse  de  Valentinois,  eût  
commencé   il   y   avait   plus   de   vingt   ans,   elle   n’en   était   pas   moins   violente,   et   il   n’en  
donnait  pas  des  témoignages  moins  éclatants.  
Comme  il  réussissait  admirablement  dans  tous  les  exercices  du  corps,  il  en  faisait  une  
de  ses  plus  grandes  occupations.  C’étaient  tous  les  jours  des  parties  de  chasse  et  de  
paume,   des   ballets,   des   courses   de   bagues,   ou   de   semblables   divertissements   ;   les  
couleurs   et   les   chiffres   de   madame   de   Valentinois   paraissaient   partout,   et   elle  
paraissait  elle-­‐même  avec  tous  les  ajustements  que  pouvait  avoir  mademoiselle  de  La  
Marck,  sa  petite-­‐fille,  qui  était  alors  à  marier.  
La  présence  de  la  reine  autorisait  la  sienne.  Cette  princesse  était  belle,  quoiqu’elle  eût  
passé  la  première  jeunesse  ;  elle  aimait  la  grandeur,  la  magnificence  et  les  plaisirs.  Le  
roi  mourut  à  Tournon,  prince  que  sa  naissance  et  ses  grandes  qualités  destinaient  à  
remplir  dignement  la  place  du  roi  François  premier,  son  père.  
L’humour  ambitieuse  de  la  reine  lui  faisait  trouver  une  grande  douceur  à  régner  ;  il  
semblait   qu’elle   souffrît   sans   peine   l’attachement   du   roi   pour   la   duchesse   de  
Valentinois,  et  elle  n’en  témoignait  aucune  jalousie  ;  mais  elle  avait  une  si  profonde  
dissimulation,  qu’il  était  difficile  de  juger  de  ses  sentiments,  et  la  politique  l’obligeait  
d’approcher  cette  duchesse  de  sa  personne,  afin  d’en  approcher  aussi  le  roi.  Ce  prince  
aimait   le   commerce   des   femmes,   même   de   celles   dont   il   n’était   pas   amoureux   :   il  
demeurait  tous  les  jours  chez  la  reine  à  l’heure  du  cercle,  où  tout  ce  qu’il  y  avait  de  
plus  beau  et  de  mieux  fait,  de  l’un  et  de  l’autre  sexe,  ne  manquait  pas  de  se  trouver.  
Jamais  cour  n’a  eu  tant  de  belles  personnes  et  d’hommes  admirablement  bien  faits  ;  
et   il   semblait   que   la   nature   eût   pris   plaisir   à   placer   ce   qu’elle   donne   de   plus   beau,  
dans  les  plus  grandes  princesses  et  dans  les  plus  grands  princes.  Madame  Elisabeth  
de   France,   qui   fut   depuis   reine   d’Espagne,   commençait   à   faire   paraître   un   esprit  
surprenant  et  cette  incomparable  beauté  qui  lui  a  été  si  funeste.  Marie  Stuart,  reine  
d’Ecosse,   qui   venait   d’épouser   monsieur   le   dauphin,   et   qu’on   appelait   la   reine  
Dauphine,   était   une   personne   parfaite   pour   l’esprit   et   pour   le   corps   :   elle   avait   été  
élevée  à  la  cour  de  France,  elle  en  avait  pris  toute  la  politesse,  et  elle  était  née  avec  
tant  de  dispositions  pour  toutes  les  belles  choses,  que,  malgré  se  grande  jeunesse,  elle  
les   aimait   et   s’y   connaissait   mieux   que   personne.   La   reine,   sa   belle-­‐mère,   et   Madame,  
sœur   du   roi,   aimaient   aussi   les   vers,   la   comédie   et   la   musique.   Le   goût   que   le   roi  
François  premier  avait  eu  pour  la  poésie  et  pour  les  lettres  régnait  encore  en  France  ;  
et   le   roi   son   fils   aimant   les   exercices   du   corps,   tous   les   plaisirs   étaient   à   la   cour.   Mais  
ce  qui  rendait  cette  cour  belle  et  majestueuse  était  le  nombre  infini  de  princes  et  de  
grands  seigneurs  d’un  mérite  extraordinaire.  Ceux  que  je  vais  nommer  étaient,  en  des  
manières  différentes,  l’ornement  et  l’admiration  de  leur  siècle.  
 
 
 
 
 

Séquence  1  –  Incipit    
Textes  complémentaires  
Émile  Zola,  Germinal,  1885.  
 
Dans   la   plaine   rase,   sous   la   nuit   sans   étoiles,   d'une   obscurité   et   d'une   épaisseur  
d'encre,   un   homme   suivait   seul   la   grande   route   de   Marchiennes   à   Montsou,   dix  
kilomètres  de  pavé  coupant  tout  droit,  à  travers  les  champs  de  betteraves.  Devant  lui,  
il  ne  voyait  même  pas  le  sol  noir,  et  il  n'avait  la  sensation  de  l'immense  horizon  plat  
que  par  les  souffles  du  vent  de  mars,  des  rafales  larges  comme  sur  une  mer,  glacées  
d'avoir   balayé   des   lieues   de   marais   et   de   terres   nues.   Aucune   ombre   d'arbre   ne  
tachait  le  ciel,  le  pavé  se  déroulait  avec  la  rectitude  d'une  jetée,  au  milieu  de  l'embrun  
aveuglant  des  ténèbres.      
L'homme  était  parti  de  Marchiennes  vers  deux  heures.  Il  marchait  d'un  pas  allongé,  
grelottant   sous   le   coton   aminci   de   sa   veste   et   de   son   pantalon   de   velours.   Un   petit  
paquet,  noué  dans  un  mouchoir  à  carreaux,  le  gênait  beaucoup;  et  il  le  serrait  contre  
ses  flancs,  tantôt  d'un  coude,  tantôt  de  l'autre,  pour  glisser  au  fond  de  ses  poches  les  
deux   mains   à   la   fois,   des   mains   gourdes   que   les   lanières   du   vent   d'est   faisaient  
saigner.   Une   seule   idée   occupait   sa   tête   vide   d'ouvrier   sans   travail   et   sans   gîte,  
l'espoir   que   le   froid   serait   moins   vif   après   le   lever   du   jour.   Depuis   une   heure,   il  
avançait   ainsi,   lorsque   sur   la   gauche,   à   deux   kilomètres   de   Montsou,   il   aperçut   des  
feux   rouges,   trois   brasiers   brûlant   au   plein   air,   et   comme   suspendus.   D'abord,   il  
hésita,   pris   de   crainte;   puis,   il   ne   put   résister   au   besoin   douloureux   de   se   chauffer   un  
instant  les  mains.      
Un   chemin   creux   s'enfonçait.   Tout   disparut.   L'homme   avait   à   droite   une   palissade,  
quelque   mur   de   grosses   planches   fermant   une   voie   ferrée;   tandis   qu'un   talus   d'herbe  
s'élevait   à   gauche,   surmonté   de   pignons   confus,   d'une   vision   de   village   aux   toitures  
basses   et   uniformes.   Il   fit   environ   deux   cents   pas.   Brusquement,   à   un   coude   du  
chemin,   les   feux   reparurent   près   de   lui,   sans   qu'il   comprit   davantage   comment   ils  
brûlaient  si  haut  dans  le  ciel  mort,  pareils  à  des  lunes  fumeuses.  Mais,  au  ras  du  sol,  
un  autre  spectacle  venait  de  l'arrêter.    
C'était  une  masse  lourde,  un  tas  écrasé  de  constructions,  d'où  se  dressait  la  silhouette  
d'une  cheminée  d'usine;  de  rares  lueurs  sortaient  des  fenêtres  encrassées,  cinq  ou  six  
lanternes   tristes   étaient   pendues   dehors,   à   des   charpentes   dont   les   bois   noircis  
alignaient   vaguement   des   profils   de   tréteaux   gigantesques;   et,   de   cette   apparition  
fantastique,  noyée  de  nuit  et  de  fumée,  une  seule  voix  montait,  la  respiration  grosse  
et  longue  d'un  échappement  de  vapeur,  qu'on  ne  voyait  point.    
Alors,  l’homme  reconnut  une  fosse.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Séquence  1  –  Incipit    
Textes  complémentaires  
Albert  Camus,  L’Étranger,  1942.  
 
Aujourd’hui,   maman   est   morte.   Ou   peut-­‐être   hier,   je   ne   sais   pas.   J’ai   reçu   un  
télégramme  de  l’asile  :  «  Mère  décédée.  Enterrement  demain.  Sentiments  distingués.»  
Cela  ne  veut  rien  dire.  C’était  peut-­‐être  hier.  
L’asile   de   vieillards   est   à   Marengo,   à   quatre-­‐vingts   kilomètres   d’Alger.   Je   prendrai  
l’autobus  à  deux  heures  et  j’arriverai  dans  l’après-­‐midi.  Ainsi,  je  pourrai  veiller  et  je  
rentrerai  demain  soir.  J’ai  demandé  deux  jours  de  congé  à  mon  patron  et  il  ne  pouvait  
pas  me  les  refuser  avec  une  excuse  pareille.  Mais  il  n’avait  pas  l’air  content.  Je  lui  ai  
même   dit   :   «   Ce   n’est   pas   de   ma   faute.   »   Il   n’a   pas   répondu.   J’ai   pensé   alors   que   je  
n’aurais   pas   dû   lui   dire   cela.   En   somme,   je   n’avais   pas   à   m’excuser.   C’était   plutôt   à   lui  
de  me  présenter  ses  condoléances.  Mais  il  le  fera  sans  doute  après-­‐demain,  quand  il  
me  verra  en  deuil.  Pour  le  moment,  c’est  un  peu  comme  si  maman  n’était  pas  morte.  
Après  l’enterrement,  au  contraire,  ce  sera  une  affaire  classée  et  tout  aura  revêtu  une  
allure  plus  officielle.  
J’ai  pris  l’autobus  à  deux  heures.  Il  faisait  très  chaud.  J’ai  mangé  au  restaurant,  chez  
Céleste,   comme   d’habitude.   Ils   avaient   tous   beaucoup   de   peine   pour   moi   et   Céleste  
m’a   dit   :   «   On   n’a   qu’une   mère.   »   Quand   je   suis   parti,   ils   m’ont   accompagné   à   la   porte.  
J’étais   un   peu   étourdi   parce   qu’il   a   fallu   que   je   monte   chez   Emmanuel   pour   lui  
emprunter   une   cravate   noire   et   un   brassard.   Il   a   perdu   son   oncle,   il   y   a   quelques  
mois.  
J’ai   couru   pour   ne   pas   manquer   le   départ.   Cette   hâte,   cette   course,   c’est   à   cause   de  
tout  cela  sans  doute,  ajouté  aux  cahots,  à  l’odeur  d’essence,  à  la  réverbération  de  la  
route  et  du  ciel,  que  je  me  suis  assoupi.  J’ai  dormi  pendant  presque  tout  le  trajet.  Et  
quand   je   me   suis   réveillé,   j’étais   tassé   contre   un   militaire   qui   m’a   souri   et   qui   m’a  
demandé  si  je  venais  de  loin.  J’ai  dit  «  oui  »  pour  n’avoir  plus  à  parler.  
 
 


Trois incipits.pdf - page 1/3
Trois incipits.pdf - page 2/3
Trois incipits.pdf - page 3/3

Documents similaires


trois incipits
lmodern without t1
times without t1
palatino without t1
kpfonts without t1
kitaru saison 1 pdf 1


Sur le même sujet..