Fichier PDF

Partagez, hébergez et archivez facilement vos documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Boite à outils PDF Recherche Aide Contact



yb02 01 .pdf



Nom original: yb02_01.pdf
Titre: Mémoires d'une ex-palladiste
Auteur: Diana Vaughan

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Bibliothèque nationale de France / iText 1.4.8 (by lowagie.com)[[[000000, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 16/03/2015 à 15:46, depuis l'adresse IP 93.1.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1669 fois.
Taille du document: 86 Mo (725 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Mémoires d'une expalladiste parfaite,
initiée, indépendante /
Miss Diana Vaughan
(Jeanne-MarieRaphaëlle)
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Taxil, Léo (1854-1907). Mémoires d'une ex-palladiste parfaite, initiée, indépendante / Miss Diana Vaughan (Jeanne-Marie-Raphaëlle). 1895-1897.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la
BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 :
*La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source.
*La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits
élaborés ou de fourniture de service.
Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.
3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit :
*des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans
l'autorisation préalable du titulaire des droits.
*des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque
municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle.
5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur
de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays.
6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non
respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978.
7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.

Dia~a

t"M:iss

f'D~iUiL-

VATJ~ï~

?'"

t

(Jeânne-Marie~Ba~

[.

MEMOIRES
'D'UNE

~PA~TE

"P~rMte
3~

Imtï~

'Ïnâ~pe~da~ie

'<M~&ti~~
'~0~M~~<BM~M;<M!M/()t.

Pnx

r~

du Numéro

.N~~e.

AB(~NËME~TS:'Un~n,~3Ïr.
d.ra~~adr

~uNtq~.poM-taua-Ms.

,'v"

.î~~

M.

~~SS~'Ï'~1~5.

PtËH.RË.T.Ë~

~~N~Ë~~B-MA~

;–g:~

PUBUMTtOSTRES RMOMMaNO~E,
paRAtSSANTA COTESFtXES

L'ANTt-MAÇON
REVUE SPÉCIALE DU MOUVEMENT ANTtMAÇONNîQUE
ORGAKEOFF!CJEI.DE LA H8UE DU LAB.ARCM
'PARAtSSANTTOUS LES SAMEDIS, A PARTIR DU )? OCTOBRE t8p6
Prix du numéro 15Centimes (franco). Seize pages.
Directeur
Alfred
PIERRET
Principaux coUaborateurs K. DB BORGIA, PAULDE'RÉGfS, Guy H'ANTAN
ABONNEMENTS. France et Colonies S fr. par an 3 fr. pour six mois
Etranger fr. par an 3 fr. SO pour six cnots.
L'Océan
Noir, souvenirs
publie dans ses cotonnes
L'~VT~-AL~ON
roman antim~çonnique d'un
occultistes, par K. DE BoRGtA, et Pour la Patrie,
directeur de ta ~t-~ de Q.uébec (Canada).
puissant intérêt. parJ.-P. TARDtVjEL,
Miss DtANA VAUGHAN puMie dans l'~ti'~M!
sous !c titre
LES
PALLADISTES
F~ÂMÇA!§
une série de rëveiatioas concernant particuHerement les Lucif~riens de France et
qui ne pourraient trouver place dans ses Af~M~.
{/MmmtO'C
est e)K'C)'e
à ?)' ~f !f/)Hi'K, MM~f
~e 0
1S
~f~/MMt)''HK
~M~rf-~O!~
~~r
M P/!M/77?<E.NOUVEL OUVRAGE de MISS VAUGHAN
<~xctMsife'tn<;nt
)[*6se!t*v6
aux jtS<*e<6s!.aat!<j[Mes
LA

~m
TRANSmûN

BËaTWBAT~OM
BU'

C~
B:
PAR LE SANCTUM
.BÈGRÈTËË
POH& MËPARER
R:

~ML!§$EMENT

(TexteQrjgiMaÏd'Â~

M

PUBL!C

REGNUM
OE

mC!~R

D'ALBERT
PIKE.'
de Diana Vaughan)

33"
L'ouvrag'e.~r~e.une~~
'in-oct&v&mêmefdrmatqueLe
Ctiapt'
chez
les
!ibraires
nos
qU
~.rix:
U~RA~Gf{da~
correspondants),
Par poste !fr,'40
(en paquet recon'tmande)
;Vt)\Ïa;nat~3e~
cet ouvrage n'est vendu et exp~
'~mery~~révélês
l'envoi en pH~~
~qu'aHx. EeGKsiastiqM's~ adoptons
/recpmmand~;s~
H
s'agit d'ouvrages ce
ou m<
/:ceMi-ci~
pins
i ~déto'urnente.nts
~in~r~J.
i%7'
,M~~M.~
?~<te~r~M

i s- os e qite'iconqiees-(Potir a&o~o~MM~,~~t!!x
fo~M, ~~t<'Mj;,
~io,
di-i
-au
,doiveàt
a f~<~
<&M. A, PfËRRET
Paris.

j.

.}


Miss

Diana

VAIJŒHAN
c

(Jeanne-Marie-Raphaëlle)

ME

01

M
~'i

R

E

S

D'UNE

~-j

~M /E~X

PAL

Par~ite

LAD

Initiée,

1

S

T

Indépendante

~Joli.c:ii.L

3ME~3a.s'uell~

Ceci

est

une

a'Mfy'6

PARIS
L!B~!E
A.

E

PIERRET,

~~MÇOK~OUE
Éditeur,

37,

TowsJt'ot~~j~M

RUE

ËTIENNE-MARCEL

de

bonne

foi.

Je ne suis plus des nôtres?.
Tout
devrait

est possible,
pas arriver.

M'est
attendre.

arrivée,
Qu'on

même

en effet,
la lise.

l'impossible
la

plus

tout

impossible

« Or \y de Londres,
« T\7

C'

S\7

Diana

arrive,
missive

Soit 1
même

que

ce

je

qui ne
pouvais

le :<) payni ooo8<)5.

Vaughan,

« Le Comité
de la Fédération
Palladiste
permanent
Indépendante
vient de prendre
connaissance
du troisième
numéro
mensuel
de la revue
à Paris
sous le titre le T~~M~
que vous avez fondée
et
./?~?~~
et
vous
Z~
en, vous
sur un des votes
du
que
rédigez,
appuyant
de Londres
Convent
du 2 mékir
(séance
oooSo/j.).
« Malgré
toute l'affection
du Comité
vous portent,
que les membres
sans en excepter
un seul, et tout en reconnaissant
la parfaite
de
loyauté
vos intentions,
ils ne peuvent
vous laisser
dire plus longtemps
que vous
le
bien
de
notre
et
ils se voient
agissez
pour
dans la pénible
cause,
de
vous désavouer
obligation
devant
les Triangles
de la,
complètement
Fédération.
« En publiant
dans votre deuxième
numéro
un document
à
destiné
demeurersecret,
quelle
vous
que soit l'opinion
qu'on en puisse
avoir,
aviez
commis
faute. La reproduction
déjà une grave
qui en a été faite,
avec autant
de joie que d'empressement,
de
par de nombreux
organes
dit
les éloges
rAdona.ïsme
romain,
catholique
publics
que le journal
moniteur
officiel du Pape de la superstition
l'M&
en France,
vom
dans
son
numéro
a adressés,
du 30 mai, pour
vous
féliciter
de cette
dû vous
auraient
faire
divulgation,
vous
étiez
comprendre
que vous
dans
unemauvaise
voie.
engagée
« Vous avez ainsi porté
le trouble
dans nos rangs.
Deux
membres
de notre
les plus dévoués
de paraître
Comité,
solidaires
de
craignant
vos écarts,
des
aux. yeux
donnèrent
leur
démisIndépendants
fédérés,
sion et ne l'ont
reprise
qu'à la suite de notre délibération
d'hier,
portant
tin bLame formel
de votre conduite.
avez appris
si vous n'aviez été égarée.
eëttedéti-iission,
tout sacriEer~
3t~ixze les intérêts
notre
à 1~
cause,
h~ine personnelle,
vous auriez
senti quelles
difficultés
et
de prudence
créait
à notre oeuvre,
sang-froid
dont
la propagande
seulement
sur de nouveaux
terrains,

-T~
par.I idée fixe de
,:satisfa.ction,
d'une
de
votre
manque
~butn

est

pas

4
maisaussi
la préparation
d'une entente
avec
plus ou moins
prochaine
nos 1'1~7 et
des concessions
SS\,7 séparés,
moyennant
et
réciproques
La démission
au
imposée
à notre union.
F\7 ~61, seul obstacle
« Loin de là, vous obstinant
dans la plus
malencontreuse
des tacne
voulant
tiques,
conseil
de
prendre
toute
que
vous-même,
perdant
travaillant
contre
le
mesure,
sens même des principaux
votes du Convent
de
vous avez publié
Indépendant
Londres,
ce troisième
numéro d" votre
tout
revue,
non
que
Palladiste,
comme
vous l'êtes,
égaré
condamnera
avec une juste sévérité.
« Dans
ce numéro,
vous portez
de véritables
déns
à quiconque,
parmi les Indépendants
ne
fédérés,
vous insérez
pense pas comme
vous
une lettre d'un ministre
en déclarant
d'Adonaï,
en êtes très
que vous
touchée
et lui promettant
de la mère
du Christ,
que, à l'égard
vous ne
vous
servirez
jamais
plus
heurter
la foi des
d'expressions
pouvant
vous
catholiques
annoncez
romains;
le récit de
que vous
publierez
« crimes odieux
s commis dans les Triangles;
vous représentez
le bon
a
se
génie
constituer
qui
votre
daigné
comme
irrité
protecteur,
fuyant
devant
le nom de Jeanne
dont
votre
d'Arc,
aveuglement
exagère
singulièrement
les mérites;
tout en expliquant
vous
avez
été
que
trompée
de nos croyances,
par un rénégat
vous
lui
avoir
fourni
des
reconnaissez
armes,
contre
nous et qu~ vous ne lui avez
qui ont été tournées
pas
alors
était
encore
reprises
de
qu'il
dans
une
temps
affaire;
enfin,
et dont le sëS
correspondance
est bien facile à comque vous insérez
vous ne vous cachez
prendre,
rendez-vous
pas de prendre
avec la
d'un
couvent
supérieure
adonaïte,
un séjour,
de vingtpour
y avoir
dites-vous.
quatre
heures,
« Nous avonsie
de vous le dire, T~ CV S\7,
regret
par ce troisième
vous
numerc,
avez
vous-même
votre
prononcé
condamnation.
Vous*
n avez plus le droit de vous dire des nôtres.
Convent
de Londres
n'a pus stipulé dans quelles
Indépendant
limites
il vous donnait
c'est qu'il
mandat,
venu
à la
ne serait
jamais
des
vous accordant
pensée
leur confiance
délégués
en
que vous pourriez
faire un tel abus.
«

aussi,

lunatumité/par
iaisons
dé&nse
~Z~qui
tenant..
« Nous

nous teaoas
nos pouvoirs
du même
et à
Convent,
délibération
nous
vous
désavouons
d'hier,
et vous
de vous servir
désormais
de ce titre
de T~
,t
et lui apparest
celui
adopté
par la Fëdéfâtion

vous donnons
détruire
tous les
sept jours
réQéchtr,
pour
non
exemplaires
distribués
des
numéMs 2 et 3 de votre
revue que
nous
nous
remettre
répudions,
dé déléguée
vot~ëdémission
à la propagande,
et prendre
l'engagement
p~r écrit de ne plus'aecomplir
une démarche
quelconque
sous votre
ni pubIter~Gique
ce goit,mê~~
responsabilité
morale
personnelle/sans
en
avoir
r~~ Féçléré11.
<:
dans
la
que nous nous voyons
C'es~avecuneprofbndedpuîeur
d'en ven)r là; mais,
nécessité
vous aurez
quand
de
repris
possession
votresang-frûid
tous
les
etquelàrécor~iliationde
et SSU
du
FF~7

5
Palladium
se sera faite par la démission
dont nous venons
de parler
plus
nous travaillons
sûrs
des
haut, et à laquelle
les
moyens
par
plus
que
vous comprendrez
en vue de vous
vôtres,
que nous avons eu uniquement
contre
c'est-à-dire
contre
les erreurs
de votre
vous-même,
protéger
ne supportant
aucun frein.
fougue,
« Nous espérons,
voudrez
bien méditer
cette
cependant,
que vous
est adressée
vos ~<MY/<
voûte,
qui, vous le savez, vous
par
Nous désirons
de tout notre
cœur
enfin
l'oreille
à la
que vous prêtiez
voix de la raison.
« Cette voûte devra
être tenue
secrète
nous
par vous,
l'exigeons
absolument.
Vous ferez simplement
une circulaire
à vos abonnés
par
vous leur annoncerez,
sans commentaires,
ordre
du
laquelle
que,
par
Comité
la publication
de la revue
le ~~<a'
Fédéral,
et
JP~
Z.?
ne se poursuit
de la propagande
pas, l'expérience
publique
ayant
été jugée
suffisante.
Le Comité
ses
d'autre
prendra
mesures,
part,
pour
un
sera
distribué
aux
seuls
et
imprimer
aux
organe-lien
qui
Triangles
Familiaux
donnant
des
de bon fonctionnement.
Groupes
preuves
« Que le G\y A~7 d\7
notre Dieu,
vous soit en aide
»
l'UV,
~5'M~!y<?/i:/les ~a/M~

Délicieuse
désavouons

celle
plaisanterie,
devant
les Triangles,

au public
1.
Et pourquoi

cela

donc?.

Il

de
mais
ne

me

la

fin

nous

de
vous

la

voûte

défendons

nous
de

vous
le dire

votre
gêne
pas du tout,
moi,
blâme.
A dire vrai, il m'a fort surprise
mais vous savez, chers amis, que
j'ai la résolution
du coup
de stupéfacprompte,
et, ma foi, sitôt remise
vous l'avouerai-je
tion,
éclats
de r~;
?
j'ai eu un des plus beaux
de mon existence.
Or, les meilleures
décisions
sont celles que l'on prend
en état de douce gaîté et
libre de tout souci.
l'esprit
Vous
m'avez
fait
savoir
vos volontés;
merci.
grand
Maintenant,
les
miennes.
apprenez
bien
de faire
détruire
Je me garderai
les exempar mon éditeur
lui
restent
des numéros
plaires
2 et 3 du 7~
qui
ils sont
la preuve
Z~~?;
de votre
intolérance.
exquise
Je les donne
donc à mon éditeur,
et je lui souhaite
de remettre
ces deux
numéros
souvent
sous
afin que soient
presse,
nombreuses
le plus possible
les
bien constater
personnes
qui voudront
des opinions s
que le fait d'avoir
tout
à l'opposé
de celtes
religieuses
des catholiques
romains
ne me
rendait
pas, moi, menteuse,
ni trouvant
malhonnête,
les
insupportables
convictions
contraires
aux miennes.
Ma démission
de déléguée
à la propagande?.
Je ne vous la. remets
mieux
pas. Je vous envoie
ma démission
de tout,
de tout,
de tout.

6
n'ai
–Je
à le dire

le droit

plus

je
donné

n'en

suis

de

me

plus,

dire

des

n'en

je

je ne tiens
bien
que,

à

s'expliquer

à paraître

ce

ridicule.
ce

ridicule,

ne

Je

plus être.
vivre en paix,
vous
êtes
venus

ma

car aucunement
public
nécessaire
sache
qu'on
<
suis.

?.

veux

démission
je désirais
mes ~~V~~y
fois, vous,
a~~s,
reprendre
part au combat.
Aussi
de
bien, il est
opportun
j'avais
Deux

vôtres

n'est

songe
pas
Deux
fois déjà,
dans
la retraite.
me supplier

de

devant

le

sujet
Oui,
point

il me semble
moi

le

qui

La

à la suite
première
des scrutins
fois, je démissionnai
frauduleux
du Palais
Vous êtes venus vers moi alors,
avec bien d'autres,
Borghèse.
et vous m'avez
juré,
allait faire
par tous les dieux
de l'Olympe,
qu'on
Lemmi
dit Simon
une guerre
et que, quoiqu'il
implacable,
pût arriver,
on ne désarmerait
les belles
ardeurs
le zèle extraordinaire
pas. Oh
le magnifique
le triomphe
certain!
il a suffi
départ
Mais
pour

à

à

malins
allemands
de mettre
en avant
quelques
une combinaison
plus ou
moins
et qu'on
déshonorante,
pour
qu'on
baissât
pavillon
légitimât
du
thoth
l'usurpation
29
(20 septembre
1893).
En présence
d'un tel manquement
à la foi jurée
entre
les alliés de la
résistance,
je démissionnai
pour la seconde
la
fois, plutôt
que de subir
et vraiment
honte,
la tranquillité,
je crus avoir trouvé
pendant
septmois
environ.
De nouveau,
on est
venu me demander
de coopérer
à une autre
offensive
et défensive:
action,
cette ibis, vous
étiez
moins
nombreux
à
me

mais
solliciter
sacré
Il s'agissait
on attirerait

vous

étiez

de créer

la phalange
une Fédération

à soi les mécontents,
dans le monde
profane,

directement

des

le bataillon

irréductibles,

peu à peu
des adeptes
Familiaux

Indépendante
en recrutant
et, en outre,
on créerait
des Groupes

du F\7 Gaetano
transformerait
ensuite
S.),
qu'on
de façon à fortifier
solidement
la Fédération.
Après
quoi,
le Palladisme
quand
serait
il exigerait
la déchéance
Indépendant
fort,
de Simon,
avec les FF~
et SS'\7
pour faire l'union
séparés.
(ingénieuse
en Triangles,

trouvaille

Conception
A ceux qui
« C'est

sublime'plan
sont venus

excellent

d'être

superbe'prodige
me demander
mais
habiles,
le monde

c'est

il

d'habileté!
mon
faut

1

dit ?
adhésion,
qu'ai-je
d'abord
être
honnêtes
il faut pour
mais
cela.

derecruterdans
parfait
profane,
faire la propagande
au grand
» Et, pour être des vôtres,
jour.
j'ai posé
deux
conditions
de
la propagande,
et nettoyage
publicité
du
complet
rite. Vous
m'avez
:<rNous
sommes
d'accord.
»
répondu
Aujourd'hui,
Vous
n'osez
nettoyage.
que vous

c'est
pas
» Allons,

pensez.

vous

ajouter:
pas

qui dites
«Réflexion
de biais,

mes

<

Plus de propagande
publique
ne
faite,
procédons
pas
chers
au fond,
c'est

amis

»
au
ce

7
Je le maintiens
Pour
publicité.

vous

ne

voulez

qu'une
propagande
sans arrière-pensée,
montrant
l'erre~de
en
doute
la
de sa croyance
pas
sincérité
des personnes,
concédant
aux trompés
reniement
de sa propre
foi, s'abstenant
de polémique.
grands
coups
Mon œuvre
scandalisé

pas
soit

du

plus
bonne,

et par conséquent
honnêtes
tout
ce
descendre

De même,
pour faire du nettoyage
de balai
dans les ordures.

d'une

donc

n'était

pas

pas certains
encore
les ténèbres,
catacombes?.

autre.

propagande
de posséder
au

Vous

Je comprends
mais
publique
la vraie

moment

ne voulez

mais

l'adversaire,

de

que
vous ?.

les

ne

mettant

respectueuse
qui n'est
pas
aux
bassesses

efficace,

il faut

l'adversaire

donner
se

soit

vous n'êtes
Alors,
vous
réclamez
puisque

lumière,
nous
allions



que de la
être
loyale,

nettoyage
elle doit

enfin

sortir

de

nos

de balai
dans
le
coups
tas d'ordures
elle vous plaît donc encore,
alors,
la malpropreté?.
de ne plus me servir
de votre
je vous accorde
titre.
Il est
à vous
reprenez-le.
Mais, je vous le déclare,
entre
mes mains,
il était
sincère
vous, vous en faites un masque,
vous me désavouez.
Ah
puisque
vous
ne voulez
dévoile
et flétrisse
pas qu'on
les crimes?.
Eh
bien, je vous
refuse
le droit de dire que votre
Palladisme
est
Vous
me
de Simon,
parlez en esclaves
son fouet,
le ménageant
craignant
et tendant
eh bien,
Féchine;
refuse
le droit
je vous
de dire
votre
que
Palladisme
est ~M~
et //<~?.
c'est entendu:
Donc,
rends
votre
je vous
et je ne ferai
titre,
plus
aucune
aucun
propagande
Palladisme.
La
pour
de Lucifer
religion
nous
ne la comprenions
Dieu-Bon,
de même
pas
je ne le vois
que
trop.
Mais de ce que, à la suite de votre
inqualifiable
la
voûte,
je cesse
revue
~Z~etma
des principes
propagande
lucifériens
il ne résulte
orthodoxes,
dans le silence.
pas que je rentre
Je
ne suis pas, moi, une marionnette
automate
se
meut
ou demeure
qui
au
selon
repos,
ou démonte
que l'on monte
son mécanisme.
dans
le
J'étais
calme
de la retraite,
vous m'en avez fait sortir;
ne vous
imaginez
pas
étant
à présent
que ma plume
condamnée
par votre
délibération
du
18 paym,
vais
la
laisser
je
moisir
dans l'encrier,
en attendant
vous
que
me
de
la reprendre.
daigmez
prier
Non, non!
Maintenant
en
je suis
tram
)) je commençais
le nettoyage,
croyant
le bien
agir en cela pour
de la cause;
le
continuerai
je
le bien
pour
et ma satisfaction
public
voilà.
personnelle,
Au
dants,
~ee.

lieu
mes
Sous

d'une

pas

revue,

lecteurs
un autre

organe-lien
auront
me~
titre,

grands

des

groupes

lucifériens

indépen-

Mémoires

je publierai

d'Ex-Palladiste,
exactement
ce que

parfaite
je

comptais

8
seulement,

publier

je

du Palladisme
triomphe
du Comité
vous, messieurs
(Je me

hâte
ce

pas
plairait
hnmédiatement

ce

forces,

de

ceux

mes

indifférent,

à

~c<?

n'ont

de

programme
les remboursera

changement
mon éditeur

à

lecteurs-abonnés

tout
je dirai,
pour faire connaître
ce que j'ai
les Triangles,
empêché
blamé
et ce que
que
j'ai toujours

J'écrirai
dans
passe

le

propagande,

Fédéral.
que

d'ajouter

de

dans
un but
plus
tout-à-fait
devenu

n'agirai
m'étant

dans
je

le faire

qu'à
retour

par
à mon

qui ne
savoir

du

tour,
la mesure

courrier.)
ce qui
se
de

le
bien;
rancune.

être

croyais
même

mes

d'une
sans haine,
sans l'ombre
jugera.
Je parlerai
de la voûte
rédacteurs
haine pour personne.
Etonnez-vous,
votre
je le méprise.
dire, je ne hais pas Simon
19 payni
malgré
vous, je ne vous en veux pas non plus
je vous plains.

public
Je n'ai

du
Et

d'écrire,
que jamais;
plus
j'écrirai
je cesse
nous ne sommes
vous voyez
pas d'accord.
que cette
?. Ah
oublier
encore
pas une démarche
j'allais
Que vouliez-vous
ne vous
doutez
vous
référé!
sans vous en avoir
Tenez,
quelconque,
à quel point
vous êtes amusants.
amis,
pas, mes pauvres
fallu votre
il m'aurait
si j'étais
restée
des vôtres,
permission
Alors,
dont
la mère
et excellente
visite
à une digne
femme,
pour aller rendre
Votre

se trouve
ce
pelé
courtoise?.
dance
d'une
avez

du

est

volonté

avoir

été

souvenir
Vous

que
fois

l'amie

de la sœur

dans

une

avez

troisième

frémi,

numéro,

du
religieuse
le frémissement

de ma mère,

aînée

lettre

aussi

et

0

romain.

mes

m'a

rapet
bonne

que
en correspon-

spirituelle

lignes,
parce
que quelques
vous ont fait comprendre

catholicisme

qui

qu'il

ex-frères,

s'agissait
que vous

facile

d'horreur
sur vos têtes.
se dressent
J'aurais
que vos cheveux
ces quelques
à leur
destinataire,
directement,
par lettre,
pu envoyer
les insérer?
de correspondance.
Savez-vous
mots
pourquoi
j'ai préféré
relîmon numéro
à cette
un prétexte
d'adresser
C'était
pour avoir
et ma
d'un
le numéro
contenait
la lettre
prêtre-professeur
gieuse
ce numéro,
Eh bien,
avec
sûre,
j'étais
réponse
qui vous a fait bondir.
de ma
à la digne
femme.
de causer
Quelle
perversité
plaisir
grand
ô vous qui vous dites mes meilleurs
n'est-ce
Allons,
allons,
part,
pas?.
Or

ça,

pour

nous

entendre.

à ceci qu'il
Car,–c'est
toujours
Simon
et ses pratiques.
La vérité
de votre
caisse
ce n'est
pas l'intérêt

faut

revenir,
ne voulez

amis,

son

nous

n'étions

ne vous

Palladisme
Quelle

point

lutte

il

faits

répugne
m'a
fallu

vous

Mandrin

d'avoir

aucunement.Disons
soutenir,

au

Convent

vous ne méprisez
pas de lui, parce
pour
tout

caissier

pas
que
mais

vous y tendez.

Indépendant

de

9
faire

Londres,'pour

d'en

les

fixer
la

imposant

de

le

la Fédération

mais

discuté

peine
vous

de dire

avec

la

concession

me laissiez

le

en
séparés,
SS\7
l'attendez
avec

de reprendre
des traditions
le vrai
mais
Palladisme,
que

Régénéré
et Z~
Brefs
d'autorisation

les

suppression
~o~ les ~c~

vous

que

qualificatif

la

faire

les FF\7et
vous
contre,

par
surtout
afin

le

obtenir

pu

que
je croyais
vous réprouvent.
peu d'entre
souffrez
dise
que je vous

que bien
à ce propos,

le titre

fallu

Simon,

réconciliation,
contraires
à ce

déplorables,
traditions

il m'a

l'union

cette

impatience,

par
aux

déchéance

et non

J'ai
sans

Il est juste

symboles.

l'interprétation.
si vous désirez

Avouez-le

diquer

le programme

mais

~~zM~z~
d'en conserver

Et,

dans

au mot
ajouté
7~&
de certaines
pratiques,

régénéré
officielle

droit

inscrire

vous

pouvez
a été

puisqu'il
en Activité,

revenadopté
destinés

Groupes
Familiaux,
en toute
car c'est
m'appartiennent
propriété
moi qui ai tout payé,
sceaux.
gravure,
impression,
Certes,
maintenant,
ne
vais
en
user
vous
je
aider
à fonder
pas
pour
des
groupes
Je les
en les transformant
utiliserai,
en prime
mes
pour
lecteurs-abonnés
vous
toutefois,
afin
je
préviens,
que vous n'en ayez aucune
surprise,
que
dans
mes Mémoires
je publierai
de ces symboles,
telle que
l'explication
les simoniens
et la plupart
d'entre
vous la veulent
comme
z~M
dogme,
.M~M~
~~<?
étant
alors
(i). L'explication
au sens
dans
révélée,
vous retombez,
nous verrons
lequel
si vous pourrez
fonder
de
beaucoup
dis: non.
Groupes
Familiaux?.Je
Avec
on en eût créé un
l'honnêteté,
nombre.
En pratiquant,
grand
vous aussi,
un Palladisme
vous
vous
satanique,
condamnez
à l'impuiset moi, je vous condamne
sance
au mépris
public.
ce qui est
,(.) Je rappelle
dans
les Règlements
stipulé,
pour
les
Groupes
J~m~~
à l'article
au
des
Brefs
io,
sujet
d'autorisation
en Activité
« Le modèle
est celui que
le Convent
Indépendant
de Londres,
au 2 mékir
000894,
adopté
pour servir
taniformément
à tous Diplômes,
Brefs
et Patentes
de la Fédération
Palladium
et Libre,
Régénéré
c'est-à-dire
le modèle
des Patentes
de Hiérarque
et
au titre direct
Maîtresse
Templière
de Charleston,
attendu
ce
modèle
que
est celui
~t~
les symboles
complètement
du Palladisme;
toutefois,
l'explication
symboles
ne sera
r
aux
demandeurs
de Brefs
pour ~~o.
de fonder
»
Familial.
Groupe
même

bien
Mais,

=fè~==~
,mon gré.
tenir
dans
!~==:5S.S~
le satanisme

décidés
puisqu'on
Rien

ne

~i~rfS
pas donné
l'explication
à fonder
un groupe!
m'a
fait
tous les frais
payer
me

servira

les Triangles
des

soi-disant

et

symboles

de ces

Brefs,

aux
il est

simples

du
de
qui
des
un

p-

évident

qu'ils

sont

à
dispose
mainprétend
FamiGroupes
j'en

mieux
auquel

des

a

pour
on

démontrer

comptait

amener,

le

satanisme
malgré

qu'on
les
moi,
un

lucifériens.

coup

n~ortel

pour

tO–
Quant à vos Triangles,
je parle des vôtres aussi bien que de ceux
à leur
ma plus grande
soumis
à Simon,
joie sera de travailler
d'où je m'exerçais
dans le satanisme
vous rechûtez
destruction,
puisque
en parfaite
de destruction
de vous tirer; travail
placidité
que j'opèrerai
en certitude
de conscience,
de le
s'il est impossible
d'un écrivain
pittoresque

de faire
débarbouiller
adonaïte

Si le Palladisme

bien.

doit

être

&, pour
qui
vaut

autant
honnête,
je le jure:
croyante
1
l'universelle
réprobation
du docteur
Ah! contre les divulgations
les murailles
chez vous, des cris à ébranler
mieux que tout ce qu'a pu
je vous annonce

employer
l'expression
Flavio,
par ma foi de
signe
à jamais dans
qu'il s'effondre
Bataille

vous

avez

de vos temples ?.
dire ce catholique

poussé,
Eh bien,

romain,
il semble,
dont les révélations
par le fait
une part de valeur
perdaient,
avait été résolue
avec une idée préconçue,
immuable
que son enquête
m'accuser
de
avec des yeux d'adversaire.
Moi, nul ne pourra
accomplie
Et vous n'ignorez
que je
pas quelles sont les choses
parti pris adonaïte.
lui-même,
sais, c'est-à-dire
que rien ne m'a été caché, que le Dieu-Bon
secret.
Et je vous
assure
en personne,
n'a eu pour
moi aucun
que
sur ma bouche t
d'aucun
monde, ne mettra un bâillon
personne,
N'invoquez
pas contre moi mon serment.
A qui ai-je juré respect,
du mal, à un prince-souverain
serment
à Lucifer,
prêté
J'ai

fidélité?.
Est-ce
à Satan,
amour,
chef de diables?
Non, jamais,
du bien, dieu
en tant que principe

à un

roi

jamais 1
de bonté

suprême.
Je
Adonaï,
tactique,
devient

crois,

ou

j'essaie

le Dieu-Mauvais.
j'ai le devoir

de croire

encore

que

Lucifer

est le Dieu-Bon,
malencontreuse

Mais, vous qui appelez
de vous dire que c'est votre
tactique
me donnez sept
jours pour réfléchir:

et
ma

qui me
or, dans
manœuvres.

Vous
suspecte.
maréflexion
immédiate,
je vous vois n'opérer que tortueuses
Le nom de Lucifer
hélas
est sur vos lèvres
je comprends
que c'est un
Satan que vous adorez.
ri de votre prétention
vos tyranniques
et
Après avoir
à m'imposer
maintenant
en me demandant
volontés,
ineptes
je tremble.
Je tremble
si mon

bien-aimé

ne m'a pas infusé
l'erreur.
lui-même,
trompé
père,
écrites sur moi il y a un an par un adversaire
dont
Je relis ces lignes,
de coeur et la droiture,
et qui m'ont
l'élévation
j'ai toujours
apprécié
vivement
« Diana
se fait de Lucifer
une image
frappée
Vaughan
» absolument
contraire
à ce qu'il est réellement;
de sorte
que,
dans
» l'esprit
elle se figure,
non ce qu'il est, mais l'antithèse
de ce
mauvais,
» qu'il est. Elle s'imagine
un Lucifer
le bien, miséribon, protégeant
cordieux
et
de tmaière,
même,
tel, en uo mot, que sont les anges

II
3 c'est

en le revêtant

» lui
» fait

de sorte

que

de la divinité,
» l'infernal
ennemi
Cette

des perfections
n'est
son erreur
mais

})

ainsi
opinion
exprimée
ne m'apprenait
rien

L'écrivain

romain,
catholique
que
de l'orthodoxie
adonaïte.

ne

le mot,
c'est plutôt
Mais ces lignes
sont
et réflexions
londonienne
minent

m'avait

de

l'orthodoxie

aucunement
en

nouveau,

convaincue.
un style
exact

dans
disant,
est le contrepied

luciférienne

Pour

le palladiste
Lucifer
est le
orthodoxe,
au diable
de
bien, tandis
qu'Adonaï
équivaut
il est un diable
rival du Dieu-Bon
aux yeux

et l'auteur
de tout
principe
la religion
mais
chrétienne,
du palladiste
Lucifer
orthodoxe,
dire

se prosterne
devant
qu'elle
dans
la conception
se
qu'elle
à attribuer
les dons
à
divins

pas
consiste

elle

de Dieu.

divines

ne

saurait

donc

être

Satan,
et, pour
d'ordre
très-haut.

Adonaï

un Satan,
qui serait
à mon esprit,
revenues
lecture
après
sur ce que je sais des tendances

la pratique
du Palladisme.
vous savez
Réellement,
je le répète,–et
en Lucifer
vous adorez
et d'autre
un Satan,

de la voûte
qui

prédo-

dans

que

mens

ne

je

pas,
maudissez

vous

part

et

avec horreur
dieu des catholiques
romains.
repoussez
Adqnaï,
Ce n'est
c'est vous
raison
à
pas moi,
par conséquent,
qui donnez
l'écrivain
des
ci-dessus
en adorant
lignes
Si,
Lucifer,
reproduites.
le Satan
vos hommages,
alors
été trompée,
j'adorais
qui reçoit
j'ai
comme
le fut mon
comme
le sont
les quelques
père,
palladistes
qui
assuré
de même
m'ont
alors j'adorais
le diable.
penser
que moi
Or, je
ne veux

je n'ai jamais
est vraiment

pas,
Si Lucifer

voulu

de cette
mon

Satan,

d'aucun

Et
Bon,

si je n'étais
si mon serment

les pratiques
contre
Triangles,

satanistes

quant

ne

santes
je
satanistes.
Il m'a
tains

lesquelles
trahis
point,

été rapporté

Triangles

Inspectrice,
reprises
orthodoxes

pas dans
est donc

de

supprimaient
mais que, sitôt

plus
dont

cœur

déchiré.

nôtres,

au

que

belle.

J'ai

je suis

sûre
formé

serment

d'aucun

prêtre
romain,
catholique
ni d'aucun
rabbin
marabout,
pour
radicalement
nul.

divinité-là.

m'en

est

nul.

délier
Lucifer

protestant,
il est nul de

si

valable,

je ne le trahis
constatées
avec

j'ai

besoin

ministre

l'erreur,

que

n'ai

Je

est

vraiment

d'aucun
lui-même,
le

Dieu-

en démaspoint
douleur
dans
le-~

mes meilleures
forces
employé
réagisvous
n'êtes
vous
êtes
pas
lucifériens,

j'ai
car

c'était
ces
après
tenu
j'a:

par

complaisance

moi

pour

su ainsi

de
J'avais
l'espoir
moins
les Indépendants
fédères,

cer-

les
en
quand
je
de la ville,
elles
étaient
vérifier
le fait par
quelques

pratiques,
mon
départ
à faire

que
visitais

ce qu'il
ramener

et j'en

es était,
peu

à l'orthodoxie,

à

eus

le

les
peu tous
c'est-à-dire

12

au dogme
sion,

par

hautement,
dites mes

pur

et aux

pratiques
incritiquables,
à glorifier
le bien

la persévérance
sans ambiguités,
meilleurs

L'obligation
un soupir
pousse

12

par la voix de la persuà-'
et à flétrir le mal, hardiment,
ô vous
cet espoir,
qui vous

au grand
jour;
vous venez
de le détruire.

amis,
de me désavouer

vous

est

dites-vous.
pénible,
avec vous à jamais;

de soulagement
en rompant
tandis
tout ceci, je respiré
mieux.
que j'écris
vos despotiques
fantaisies
mieux,
oui
Je respire
rire, oui encore.
Néanmoins,
quel bouleversement
le plus intime
de mon
Ma vie tout entière
sais

plus où j'en suis,
« Je suis la vérité
dit
mon oreille
« Il t'a
t'aime

ment

Qui

n'attend

écouter?

vous

passe

devant

d'où je viens,
reste avec
toujours

les

de ma

yeux
où je vais.
moi.
» Puis,

trompée,
de toi
prière

croire?.

l'oeuvre

conscience.

à lui

de pensée
des leurs,

et nécessaire.
urgente
Je ne suis plus
incontestable.
sans haine
ni rancune,
le livre
Ecrivons,
sans trembler,
ce qui est, tout,
tout.
disons,
Neutralise-toi,
courra
sur le papier.
pendant
que ma plume
me soutenir,

renonçant
n'invoquerai
que Celle
qui est, en
héroïnes
vécu sur cette
ayant
terre,
ment

auprès
Sainte

de l'Eternel
Jeanne

d'Arc;

à A?~
~M ~<y~c~
mon
la plus
sentiment,
et qui, où qu'elle
soit,

dans

Celui

ne

Je

me

cri, qui
murmure
qui
»
))

à
vrai-

a.
Songeons
voilà
le point
de

bonne
ô mon

sublime
est

Bien
combats

pour

moi

1

DIANA
1iz J~J.
J~M/M

mon

provoqué
avez porté

un
J'entends
c'est un doux

renonce

à présent,
je pleure.
1 ..jn, qui que tu sois, aie pitié de moi 1
Ah
de trouble,
de tourments
plus
plus

pour

tenez,

ses bras
pour t'ouvrir
Je ne le sais encore.
Je riais il n'y a qu'un
Est-ce
~blle?.
0 Dieuque je deviendrais

instant;

Et,

je

âme

qu'une

qui

ont

Moi,

VAUGHAN.

foi; i
âme,

je
des

certaine-

EX-PALLABtSTE
MEMOIRESo-uNE
Gloire à Dieu, le seul vrai Dieu
Gloire au Christ et à sa très sainte
Vive Jeanne
d'Arc 1

y~'M
la voûte

qu'on
mes premières
plus les mêmes
Hier
de

expirant

Mercredi,
qui a connu
m'attendait

les

le jour

romains,
hier
palladistes,

la

é~ait

troisième

un

portes

que

tes

vierges.

Oui,

le

j'ai

calme,
joie,

demandez

seuil

m'ont
du

furent

la fête

savoir

grande
ex-Sœurs
le

Christ

le

Christ

et sainte
aimée.

femme
Elle

ne


peu
que j'étais
Elle
et une autre

ouvertes.

qui j'étais.
du pieux
le
asile,
j'eus
le seul vrai Dieu.
Dieu,

l'ai

Car

Lucifer

Satan.

exulte,
Priez

inconnue.
aux

il ne saurait

est

j'ai ccmpris.
mon
âme

que je devrai
vivre
à l'heure
de ma mort

Elles

me

la vérité.
or

jusqu'alors
aux
anges,

tant

la digne
tendrement

parentes,
m'ayant
un billet
lui fit

vers

êtes

Dieu,
je

où demeure

le papier
ne sont

sentiment

que

je

créature
est
méconnu,
pardon
pardon
L'indigne
Pardon
ô Dieu de toute
bonté 1
encore,
il n'est
et c'est
vous.
L'autre
est le
Dieu,
qu'un

mensonge,
deux
dieux-mauvais
mon

la ville

connurent

Seigneur,
et vous

désormais

mes

nouveau

pas

Dieu

parmi

dans

à

le sens

de Fête-Dieu,

autres

encore
du couvent

point

seules,
religieuse,
En franchissant
faisais

deux

j'arrivais
une
de

les

après,

vierges

sur
j'ai
jeté
mes impressions

hier,

depuis

dans

mémoire-

et
où mes ex-Frères
jours
dieu sont
la Noël,
fête de blasphèmes
contre
et le Vendredi-Saint,
fête de réjouissances
contre
sur la croix.

naissant,

suave,
surtout

or,

les

Pour

de Lucifer
leur
célèbrent

douce

des

qu'avant-hier.
pour les catholiques

était,

fête

Le

ma réponse
écrites,
depuis
ne peuvent
plus être utilisées.

à l'improviste,

prise

impressions

l'Eucharistie.

0

pages

déjà ces page~
si tôt à publier

mais

londonienne;

avoir
comptais
pas
à ce terme
attache

ne

Je

Nombreuses

~<J'.

Mère

saints,
que

me
entourée,
prodiguant
Et la bonne
Seigneur.
causerie,

Merci,

mon

cœur

pour

à Dieu,
la mère

exister

ô vous
se

moi,

deux

fond

Satans,
qui serez
dans

nouveaux

une
amis

cette
que je garde
pai-s:
bénie
du Christ
m'assiste,
leurs
les

meilleurs
mains

dans

si

les
soins,
les mains..

14
avec

celle

d'entre

venirs
Le

elles

me

qui

un

rappelait

de

mes

meilleurs

sou-

laissons.

Mais,

cette
maison
où la paix règne
lendemain,
jeudi,
je devais
quitter
dans la vertu.
Aucune
des deux religieuses
dans la confidence
qui étaient
n'avait
tenté
acte
de prosélytisme;
mais
elles
quelque
prié,
beaucoup
prié, et moi aussi.
Nous
Elles
allait

déjà ? leur dis-je.
les yeux
humides.

séparerons-nous

me

regardèrent,

L'heure

de

leur

office

sonner.
Permettez-moi,
par excellence.

repris-je,
J'y serai

d'assister

à

la

bien recueillie;
prière
vous le promets,
ne soupçonnera
que je ne suis
Elles
se consultèrent.
d'elles
Puis,
deux,

est

messe,
qui
aucune
de vos

votre

sœurs,

je

chrétienne.

pas
la

en

plus

autorité

me dit
chère
enfant.
Venez,
à son
cou pour
la remercier.
Elle
Je me jetai
pleura
râmes
toutes
trois.
Combien
heureuse!
j'étais
Oh!
les inoubliables
dans
la
moments
que j'ai
passés
En
demandant
à entendre
la sainte
messe
des
pelle
un but,
j'avais
ce que j'aurais

romains,
religieuses
son

à

cause

à

et

hommes,
le

l'image

des

dont

plaça

là,

vers

ces

faire

dans

cha-

catholiques
aux
bonnes

l'autel,

dont

de

Celui

mon

le

tabernacle
a

qui

tant

sert

aimé

et élevant
corps
honorable
pour

amende

ce
de Satan,
le Christ
d'outrager
de Dieu

petite

de mes

les adorateurs

les

mon

âme

tous

les

de

même,

s'efforçaient
de monstrueuses

jour
par

me permettait

donc

de

pénétrer

folies.
dans

Bien.

la partie
de la chapelle
réservée
aux personnes
du
aux catholiques
du voisinage,
qui, en cette
grande
heureux
de faire leurs
en ce couvent,
dévotions
ïl semble
l'union
avec les.
privilégié.
que, dans

mêlée
j'étais
étaient
fête,
accourus,
en un temple
comme
de

de

expliquer
eût causé

pleu-

grand
chagrin,
ex-Frères
et ex-Sœurs.

Crucifié,

prosternant
lui

chrétiens,

dehors

prières
mieux

doux

du

en essayant
l'accabler,
La bonté
des vierges
le sanctuaire
de l'Eternel
On me

à cause

au pied

voulais,

je

Dieu

outrages

mais

certes,

m'agenouiller

piédestal

vers

moi,

voulais

Je
de

de

que
je ne pouvais
eu à leur dire leur

nous

saintes

femmes,

les

prières

des

moins

dignes

montent

le ciel.

La

mon amie, –jepuis
bienlui
donner
ce titre,
m'avait
religieuse,
un livre
de messe,
Elle m'avait
de suivrel'ofiice.
prêté
a6n qu'il me fûtaisé
« Vous n'aurez
faire comme
les personnes
de
dit, en outre
qu'à
auprès
vous vous assiérez,
vous vous agenouillerez
ou vous vous tiendrez
vous
debout,

quand

elles

feront

ainsi.

Mais

surtout

priez,

et,

de

notre

côté~

15
unirons

nous

nos

aux

prières

car je
guère
des changements

vôtres~.
dès

» J'avais
le début,

pris

il ne me
le livre,
ne me préoccupai

je
et son
des fidèles,
je ne vis que l'autel
point
dans le repentir
les coupables
aux bras tout
ouverts
Christ
pour attirer
tandis
fin dès longtemps,
et la messe
avait
que
et la miséricorde,
pris
du
mais
le livre,
sans
lire
dans
Dieu
à genoux,
encore
priant
j'étais
de mon cœur.
plus profond
fut ma prière
Voici
quelle
d'avoir
remercie
« 0 Dieu d'infinie
je vous
bonté,
je crois en vous
six ans
bientôt
Voici
des démons.
permis
que je ne sois plus au pouvoir
du
de moi une grande-prêtresse
fait
ennemis
avaient
pires
que vos
était
eu dans
et depuis
mon enfance
l'esprit
que Lucifer
j'avais
diable,
mon
de tout bien, et que vous étiez dieu du mal. Pardon,
divin
principe
mon père
car, vous
à ceux qui ont trompé
Pardonnez
Dieu, pardon
Sans
erreur.
foi dans son
fut de bonne
mon bien-aimé
le savez,
père
vous
mère
ma chère
une erreur
aussi
dans
être
profonde,
plongée
de Jésusbon Seigneur,
méconnut
par les mérites
aussi
pardonnez-lui,
de sa douce charité
en récompense
que ses œuvres
Christ
pardonnez-lui
dans
et celui de mon père,
terre
soient
son rachat
sur cette
de bien
a fixé
votre
au jour
et accordez-moi,
providence
l'autre
que
monde,
tous
de les retrouver
la grâce
existence
humaine,
pour le terme de mon
ô mon
est votre
du bonheur
deux
au séjour
éternel,
paradis,
qui
Dieu!
à tous
ceux
sainte
de votre
vérité
la lumière
qui sont
« Donnez
servit

si longtemps
de l'abîme
où Satan

o mon Dieu,
me

alors

voulez

donnez-moi
de

dogmes
Christ.

« 0 bon
victime
vous

je l'ai
me tenait

comme

aveugles,
fondeurs
servée

m'agenouillai
d'attitude

Je vois
vous m'en

maintenant
avez

les

arrachée:

promais,

m'avez
vous
à présent
préaime,
puisque
je vous
puisque
vous
des
en puissance
même que j'étais
démons,
puisque
en supplie,
donnez-moi
à vous;
encore,
encore;
je vous
sur les
doute
dans aucun
de lumière,
ne me laissez
plus
votre

Jésus,

religion,

agneau

expiatoire
pour
aime aussi de toutes

de croire

été.

à votre

présence
vers cette

sur
sans

les

de

enseignements
vous

tache,

qui

vous

êtes

l'Eglise
offert

de

Jésus-

à Dieu

en

du genre
humain,
oh'je
péchés
la grâce
Obtenez-moi
les forces
de mon âme.
du Saint
hostie
dans la blanche
que le prêtre

racheter

lès

et qui me rappelle
à vos bourreaux.
Tant
vous pardonniez
dernier
que je
soupir
qu'à votre
de la divine
n'aurai
Eucharistie,
je ne serai pas toutpas la foi au mystère
sainte
des
aimant
et aimable,
ô fils de la plus
0 Christ
à-fait heureuse.

des

Saints

élève

croix

où je vous

vois

attaché,

ï&

ô Messie

femmes,

vous, sainte
des affligés,

latrice

vous

Dieu,

du monde

entier,

aux

reine

Marie,

qui écrasez
sauvez-moi!

tégez-moi,
« Mon
foulant

Notre-Dame
la tête

il y a deux

pieds

des
des

mois,

ou
maçons
la croix;

cieux,

obtenez-moi

refuge

Victoires,

du serpent

la

non-maçons,
aujourd'hui,

me

qui

consopécheurs,
Notre-Dame
du Sacrépriez

pour

de Pâques,

outrageaient
en ce moment,

en exerçant
leurs sauvages
Vous le savez,
Seigneur,
je
déchaînement
de la palladique
haine

foi

des

maudit,

l'avant-veille

le meurtrir,
l'immoler
ment eucharistique.
ce dernier

monde,

encore.

manque
« Et

Cœur,

du

rédempteur

mais

pro-

les palladistes
votre
Christ
en
ils

s'imaginent
contre
le Sacre-

fureurs
n'ai

moi,

jamais
je

à
participé
n'en ai aucun

mérite,
puisque
je ne croyais
réelle.
pas à la présence
Eux, les autres,
ils disent
« Le Christ
est là! » et, la main. armée
du poignard,
ils se
de rage,
sur la blanche
ruent,
pleins
les misérables
hostie
Pardonnez.
leur, mon Dieu, car ils ne savent
ce qu'ils
font. Moi, j'ai besoin
de croire,
et c'est pour
adorer
votre
Christ
sous les mystiques
la
La foi
espèces.
foi tout entière,
oh! donnez-la,
divin Créateur,
à l'indigne
créature,
qui
vous implore!
la parfaite
Que je goûte
de ces saintes
femmes
allégresse
ici avec moi'
qui prient
o. Dieu
de bonté,
Je vous adore,
dans votre
clémence
et dans votre
vous
justice;
adorer
encore
je veux
dans vos
divins
Ne repoussez
mystères.
pas ma prière,
éclairez-moi
Seigneur
« Vous,
vaillante
et pure
Jeanne,
mon interprète
martyre,
soyez
céleste
et défendez
ma cause
devant
le
trône
de Dieu.
Portez
mon
amende
honorable
à Jésus,
dont
vous
inscriviez
le nom triomphant
à
côté d3 celui
de sa très sainte
sur votre
Mère,
et dites
au
étendard,
au seul Tout-Puissant
Tout-Puissant,
a admis
dans
sa gloire,
qui vous
que je lui offre ma vie pour la conversion
de quiconque
me hait.
« Oui, oui,
m'avoir
Seigneur,
après
éclairée,
prenez-moi.
Qu'à mon
tour je sois victime;
détourne
que mon sacrifice
votre
juste
colère;
que
des larmes
de douleur,
versées
mes
par
les offenses
yeux,enacent
de
mes ex-Frères
et de mes ex-Sceurs.
Pitié
eux tous,
ô mon Dieu 1
pour
lumière
à tous et pardon
même
aux plus coupables!
Ma santé,
ma vie,
mon
et qu'Adriano
sang,
prenez
tout,
Lemmi
devienne
se
honnête,
convertisse
à vous et vous bénisse
à jamais
»
demeurai

de plus en ce couvent.
La supéune femme
d'une
très haute,
d'un
des
intelligence
esprit
mieux
et encore
de la plus grande
cultivés,
elle avait
sagesse
~mpfi&.
dès mes premières
il était
explications,
nécessaire
pourquoi
le
que
~j~.
rieure
est

Je

deux

jours

–T7–
secret

de

ma

visite

fût

entre
les deux
seules
gardé
à qui
personnes
révélé
mon identité,
j'avais
et desquelles
elle était
elle comprit
l'une
aussH'impossibilité
ma résidence
pour moi d'établir
chez
elle,
pendant
mes Mémoires,
que j'écrirais
se rendit
de la manière
dont
compte
j'ai
mon travail
sans que ma retraite
organisé
être découverte,
et vit
puisse
bien qu'il n'en pourrait
être ainsi si je me fixais
ailleurs
cette
que dans
retraite.
lui
de lui faire quelquefois
Je
promis
encore
la surprise
d'une
et nous nous quittâmes.
visite,
Je me suis
écrites
j'avais
Londres;

cette

Mémoires,
tation
de

afin

en (hre
ï0

juin

fait

rendre

à la suite

mon

par
de ma

est
réponse
que les chrétiens
progrès

mon

réponse
du 8 juin.
fidèles

en cinq jours
toute
la cause.

publiquement
étaient
insuffisantes,

éditeur

les

premières
du Comité

à la voûte

Je la conserve
aient
sous
les

peut-être
Mais
mes

mes

quelque
pages
n'étant

pages
Fédéral

en tête

de

que
de
ces

yeux

la

consta-

jour
écrites

je

pourrai
les
9 et

impressions
plus les mêmes
à la sainte
depuis
que j'assistai
messe
de la Fête-Dieu.
Donc
à la hâte
je rassemble
mes matériaux
l'indulje réclame
une
gence
œuvre
pour
à moi, sans plan
qui s'est
imposée
et
préconçu
commence
ici.
Ce
je
travail
sera forcément
un peu décousu;
n'en
lecteur,
veuille
circonstances.
qu'aux
En tout cas,
ait la certitude
que chacun
que pas un mot ne scandalisera;
on sait que je n'ai
à ma
jamais
manaué
parole.
A tous ceux
qui me liront
de ne pas m'oublier
je demande
dans leurs
prières.
faites
Surtout,
amis,
les prêtres,
prier
les religieux
et religieuses
qui appartiennent
à vos familles,
et pour
les plus
que les voix
s élèvent
pures
ainsi vers le ciel, faites
prier les petits
avec
les
enfants,
ministres
et les
de Dieu.
vierges
f

J'ai

quitté

le couvent

.plu~eurs
prêtres,
afin d obtenir
par
~r~
prêtres,
d'aucune
vie plutôt.

hier

Notre-Dame

moi.
*6* T
)T Jeanne

d'Arc,

On

à mon
m'y apprit,
départ,
que
et religieuses,
religieux
avaient
offert à Dieu leur vie,
ce sacrifice
que je ne sois plus luciférienne.
Je ne le
Dieu,
ne prenez
la vie d'aucun
de vos saints
de vos
religieuses
si pures,
si méritantes;
ma
prenez

t Notre-Dame des Victoires,
pour

soir.

combats

pour

moi.

du

Sacré-Cœur,

priez

–I~–

I"

CHAPITRE

Lucifer au Sanctum Regnum
J'avais
d'une

présentation
fois
la première
éternel

supérieur.
le 8 avril

mage
de Charleston.
j'ai

tiré

un

ans

vingt-cinq

officielle
Celui
Trois

qui

pendant
gloire
Dans de nombreux

plus

et huit

à Lucifer,
se dit le rival

jours

1889, jour
Date funeste,

mois

jours,
c'est-à-dire

auparavant,

du

Dieu
il

avait

lorsque

je

je
lorsque
des
chrétiens
demandé

je le lui offris, au Sanctum
et dont,
je maudis,
qu'aujourd'hui

de lundi,
de six

fus

l'objet

vis

pour
et son

mon

hom-

Regnum
trompée,

ans 1

de moi, en ces
on s'est occupé
et livres,
journaux
le 2~
dans
récemment
Tout
encore,
années.
je lisais
dernières
sur le satanisme
de M. Huysmans
un article
1895, supplément)
~juin
à la
les yeux
d'ouvrir
eu le bonheur
et~ta magie
ignorant
que j'ai
l'auteur
àSatan
pour toujours,
du vrai Dieu et que j'ai renoncé
lumière
rancune.
mais aucunement
je ne lui en garde
me malmène
peu
quelque
et dont
sensible,
une erreur
à mon égard
il commet
qui m'est
Toutefois,
M. Huysmans,
de ces Mémoires.
par
le début
dès
je &is rectification
et sa dissur le Palladisme,
assez bien renseigné
me paraît
son article,
il dit
Sataniques,
et les Satanistes,
les Luci~ériens
entre
tinction
des deux camps.
absolue
la séparation
en ce qui concerne
est très exacte
le vol
Lucifériens
aux
en attribuant
palladistes
il se trompe
Mais
de
à Notre-Dame
audace
avec une rare
d'hosties
consacrées,
accompli
du monde
ému les catholiques
il y a un an, qui a tant et justement
Paris,
de la revue
mêlées
à une citation
que j'ai
entier.
De ses déductions
forme
d'insinuation,
sous
au moins
même
il semble
ressortir,
cessée,
de ce sacriest coupable
dont je faisais
dissident
partie
<me le groupe
de
le soupçon
de ceux qui adopteraient
àîa
réflexion
lège vol. Alors,
une
c'est
leur
dans
par
que
il s'ensuivrait,
pensée,
M. Huysmans,
ont été
mes protestations
quand
protesté,
que j'ai
hypocrisie
indigne
Ce soupçon,
je
des Saintes-Espèces.
les profanations
contre
publiques,
hauen confessant
tout
sur ma vie passée,
ne dois pas le laisser
planer
erreurs.
mes autres
tement
de jouret beaucoup
de la Rive,
Margiotta,
Bataille,
MM. le docteur
rendu
meilleure
je ne
m'ont
justice;
à leur
suite,
nalistes
catholiques,
ceux-ci.
saurais
trop remercier

19

Ils m'ont

tenue

de ces

en dehors

du

et adoratrices

adorateurs

diable

un
le sacrement
à poignarder
et souiller
eucharistique
qui éprouvent
un ennemi.
cannibales
massacrant
à celui
des
bonneur
comparable
à les voir
aujourd'hui,
j'ai tendance
Longtemps,
j'ai vu en eux des fous
coupables.

grands
M.

serait
Huysmans
Lucifériens
et Satanistes,

dans

s'il

vérité,

l'intégrale

disait

tous,
que,
saintes
hosties

des
procurent
il n'y a pas
de
et leur source,
recourent
Les uns et les autres

en général,
se
sur ces profanations

n'importe
distinction

comment
à faire

aux

les uns et
le pain
mystique
po~r faire
se
à leur
ils n'ont
discrétion,
apostat
quand
pas un prêtre
à l'indignation
des
des hosties
par des moyens
déjà dénoncés

les

apostats

prêtres
autres,

procurent
honnêtes

gens.
Palladistes

Les

les deux

entre

dans
les
commis
des
vols
charge
bien
on le verra
les défendre
aucunement
par
Je n'entends
dans ces pages.
des crimes
odieux,
atroces,
qui sera écrite
sont
il faut que je dise que ces sacrilèges
vols, de leur part,
à ces
la presque
et doivent
être imputés,
totalité,
pour

?.
églises
la révélation
Néanmoins,

à

ont-ils

exceptionnels
satanistes
groupes

expression
si peu
défends
d'un

l'aperçu
applicable
« Z~M'
~~7~7~

du

à toutes

les

l'acte

de

~M~

f~M.~ÏMXf~y
f~c~~

précieux,
<'x'i!c<?.

une

Grand

du

camp

universelle,
selon
Très-Bas,

~H'M'.yf

~M~M
t~MP~y

il est

je

vais

donner

de Naples.

Ce

décret,

ex-Soeurs,

que

Central

Triangulaires
se ~?'<7CM~
~~y~?,

ne

de jour

leur

~g~M~y
~M* reculer

devra
ou de

~j~~
contenants
de

stipule

européennes,
~M/

<?%

<?~ j~i~~M~
.M'~
~TM,

~:M.<?.y<<?:M:
somme
~M double

? » Donc,

valeur

~~7

dans

la

être

ë.K~'M~

.s-<7~ en métal
sera

/~M~<&

en

et même
possible
en voleurs
dans

aient
pénétré
paUadistes
des Saintes-Espèces
de s'emparer
le

le deuxième

Directoire

Provinces

aux

<~s'Pd;~

en fédération

ensemble

Huysmans.
ex-Frères
et



~<?~M

reliés

formant

mes

décret

cas

leur

de M.

l'heureuse
Je

non

épars,
associations

les

sont

qui

camps.
consacrer

probable
que des Lucifériens
afin
les temples
catholiques,
et les
contenues
dans
les custode"

~0!Ï
est
celui
sous lequel,
en corres<:j%
on désigne
une hostie
consacrée.
il est à croire
que
pondance,
J'ajoute
du mal, capables
ces extrémités,
n'ont
les fanatiques
d'arriverà
jamais
laissé
la double
valeur
des custodes
et ciboires
sur l'autel
empor'és.
cette opinion;
elle est personnelle.
Toutefois,
pas
je ne pense
J'émets
ciboires

porter
sacrilèges

une

terme

accusation
pillages,

une

has&rdée
trop
somme
d'argent

de
car, si, dans
quelqu'un
avait
été laissée,
la chose

ces
eût

20
à un tel point
de l'église,
qu'il n'aurait
inouï
fait extraordinaire,
comme
or, rien

le curé

.étonné

signaler
~mentionné
Voilà

jamais.
les vols
pour

ne s'en

On

auxPalladistes.

les

dans

commis

est jamais

les transpercements
d'hosties
réprouvé
ont pu, ont dû avoir
de ce genre
pour
Mais je répète
qu'il y a là exception.
écrit dans le T~
M. Huysmans
Lucifériens,
une curie,

qui peuvent
églises,
à moi,
vanté
puisque
pourtant,
je crois,
auteurs
des affiliés

englobe
un collège

cardinaux,
» Il
du Vatican.

n'a

été

être

Imputés

j'ai

toujours
des vols

que
aux Triangles,

d'armée
du Pallacorps
de
haute
franc-maçonnerie
un antipape,
monde,
possède

<: Le Palladisme,
le vieux
et le nouveau
de

de la

« Les

»

nombreux.

sont

disme

pas manqué
de ce genre

une
sorte,
quelque
formidable
organidans le
des associés

en
qui est,
constate
cette

de la cour
n'a-t-il
comment
que
Alors,
pas compris
et si bien
si nombreux
aisément,
du mal,
fanatisme
peuvent
organisés,
se prode mes ex-Sœurs,
surtout
sacrilèges
par les communions
sans
recourir
aux
autant
les Saintes-Espèces
veulent,
curer
qu'ils
parodie
sation.

des tribunaux
?
t
passibles
soixantede 1803 relatait
cent
le recensement
En France
seulement,
de
du Palladium
varie
l'effectif
des Sœurs
deux
Triangles
(huit à Paris);
en province,
et dans ce pays les Chevaà cinquante
par Triangle,
vingt
Maîtresses
lières Elues
degré,
passent
rapidement
Palladiques,
premier
en comptant
il y a. près de six mille Sœurs,
deuxième
degré;
Templières,
sont
les Maîtresses
dans la capitale,
aux deux degrés
plus
Templières
moisson

l'abominable
à l'heure
de trois
Voyez
cents,
j'écris.
effractions

récoltée

d'hosties,

par

cents

trois

femmes

allant

communier

chacune

ou
en la même
matinée,.un
jour
de Pâques
paroisses
avait
des Palladis~s
Croit-on
français
de Fête-Dieu!
que la Sophia
décommander
la Semaine-Sainte,
un vo~àNot~'e-Dame,
besoin,
pendant
la fête du Baphomet?.
l,
célébrer
sataniquement
pour
à
s'est trompé.
Par
réflexion
M. Huysmans
Sur ce point,
Laissons.
dans

deux

l'organisation
ont
distes
Christ
Les
personne

trois

ou

et aux

chiffres,
de
facilité

toute

sans 'se

compromettre,
de l'auteur

lignes
entraînent

Je
Sophia

sans
de

un soupçon
ces Mémoires

je commence
à Lucifer,
cielle
quoique
d'avoir
connu
visiblement
motif,

que les
infernales

on comprendra
satisfaire
leurs

j'aie
leur

l'atteinte

encourir

Là-Bas
dont

et
j'ai

d'En
été

Lucifériens
rages
du Code
qui me
aSëctée.

Route
vivement

de ma
par le récit
vu d'autres
daimons

présentation

pénal.
visent

en

Pour

ce
offi-

avant

chef.

de la première
à plus loin l'histoire
querelle
rccti6cations
l'aventure
est connue
quelques
déjà

remets

longtemps

pallacontre
le

que me fit la
ont
de dates

21
été
a

accueillies
bien

courtoisie

avec

rectifier
aussi,
une
d'après
légende
à ajouter
à
choses

voulu,

Bataille
d'autres

narrateur
par le premier
un incident,
rapporté
très
mais
accréditée,

M.

de

la Rive

par M. le docteur
Il y a
inexacte.
à modifier
comme
ou

qui a été
dit,
retrancher.
tout au point,
Quand
j'en serai là, je remettrai
par quelques
détails
inédits
et par production
du principal
document
de l'affaire.
le fond le mieux
à présent,
à retenir
connu
de
Quant
je me borne
de Maîtresse
l'histoire.
Présentée
le 2~ mars 188~ à l'initiation
Templière,
ce

à

auG~7T'yM~deParIs,j'eus
à ce degré
proclamation

subir

un

de

ajournement
refusé
de

satispalladique,
parce
que j'avais
faire à l'une des deux essentielles
du rituel
la formelle
volonté
épreuves
de mon
à son lit de mort,
m'avait
l'autre
exprimée
père,
épargné
et d'ailleurs
non plus.
épreuve,
je ne l'aurais
pas acceptée
Conséquence
luciféricnne
contre
les
de
j'étais
d'âme,
je
m'insurgeais
pratiques
satanisme.
refusée,
cement.
Frères

dont

L'épreuve
c'était
l'outrage

je

n'avais

été

pas

aux

Saintes-Espèces
à Paris
ajournée

Ma proclamation
de ~K'~<?.s'
et Soeurs

le P \7 T
père à Louisville,
rèrent
l'honorariat
du grade
dont les Palladistes
il y eut une crise
fort aiguë,
Alors,
indigne.
de cette

l'historique
La conclusion

de

la

et que j'avais
et transper-

un conflit
entre
les
provoqua
et les membres
du Triangle
fondé
par
les
ceux-ci
me confé(9~?~

mon

C'est

dispensée
par souillure

crise
crise

que je tracerai
c'est
Lucifer

parisiens
qui dura
plus

me déclaraient
jusqu'en

1889.

loin.

lui-même

les
qui trancha
et se prononça
en ma faveur
difficultés
avoir
après
reçu mon hommage.
Voilà ce qui n'a pas été publié
les écrivains
de mon
cas
qui ont par~é
auteur
de la solution
dans
quel était le véritable
ignoraient
intervenue,
ce conflit
inextricable.
Le décret,
rendu
le 8 avril iSSp par
qui paraissait
Albert

le général

Souverain
Pontife
de la haute-maçonnerie
luciPike,
leur a donné
à croire
moi
férienne,
était
un
que son intervention
pour
acte de sa seule autorité;
c'est cela qui a été répété
c'est
cela
partout,
dans les deux mondes.
qui a été imprimé
J'ai
jours,

laissé
liée

d'hui,
est

ce

malédictions
Le

narré

au Sanctum
grand

et écrire,

par un serment
la grâce
du seul

par
nul. Rendons

à Dieu

~e'

dire

qui

parce
que je me
de secret
sur les
vrai

Dieu,

ces
croyais,
jusqu'à
faits
de cet ordre.

j'ai

que

derniers
Aujourserment

mon

à Pike
est

à

ce qui est à Pike,
à Satan
ce qui est à Satan,
et
Dieu.
Une
Albert
toutes
prière
mes
pour
Pike
toute
ma reconnaissance
à Dieu

à Satan;
de ma présentation

à Lucifer,

en solennelle

ce qui a été
même,
Regnum
expliquera
nombre.
On s'est demandé
comment
je pouvais,

tenue

spéciale,

un problème
ne voyant

pour
autour

22
de

moi

qu'infamies
et nourrir,
luciférienne

et

croire

crimes,
durant

à

l'excellence

années,

plusieurs

l'espoir

de

la

religion

de régénérer

le

Palladisme.

Albert

PtKE

extrait du numéro spécial du Bulletin du Suprême Conseil desPortrait authentique,
Etats-Unis (juridiction
Sud), publié après la mort d'Albert Pike et contenant tous
et dépêches ayant trait au décès du Souverain Pontife Luciférien
les documents
~OcM.s:0)M< Bulletin of the Supreme Council /bf the 5o«tAeftt ./Mn~)'ct)OM of ~te
n* x2; May tS~t)*
United-States;

le fumier,
et mon
Je constatais
au milieu
de ce fumier,
je croyais
doctrine.
que le fumier
Je me disais
Dieu-Mauvais

et

temps.
J'en
être l'apôtre

gémissais.
de cette

four
rongez

me faire
un instant

de

ses

je pensais

régénération.
mieux
comprendre:
aux

prédictions

mais
dégoût
la
un diamant:
l'idée,

se soulevait

apercevoir
était
accumulé
et

maléakhs,

Mais

cœur

du.
par la malice
n'aurait
ordure
qu'un

que cette
lire dans l'avenir,

catholiques
appliquées

par

de

qui
vous

je

me

lisez

ces

à la

sentais

lignes,
lamentable;

–23–
époque

de

la venue

une
imaginer
Ce sera l'abomination

Pouvez-vous

de l'Ante-Christ.

époque
de la

chrétienne
? Non.
pour la religion
même
désastreuses,
navrantes,
des
il y aura
apostasies
les saints de la
Pourtant,
sera partout.
la
les
corruption
évêques
parmi
dans une époque
Eh bien, je me croyais
terre désespéreront-ils
? Non.
de
une sainte
me croyais
luciférienne;
la
je
semblable
religion
pour
s'est faite,
de Lemmi
je n'ai plus
l'élection
Lucifer.
Surtout,
lorsque
et
infamies
Les
de boue.
premières
douté
l'épreuve
les signes
à mes yeux,
étaient,
crimes
les premiers
que j'ai constatés
voir
Et il me semblait
tcujours
ordure.
de cette
suprême
précurseurs
du fumier.
au milieu
le diamant,
luire
mise.
J'y ai
c'est Lucifer
m'y avait

qui
état
Cet
j'étais,
d'esprit
mon
déchirait
sans me rebuter
par ce qui
six
années,
pendant
persévéré
même
me semblait
désolée
l'accomplissement
dont
car
ce
j'étais
cœur
foi, en qui mon éducation
de Celui en qui j'avais
des attristées
paroles
enfin les esprits
Il m'a fallu voir
le Dieu-Bon.
me montrait
luciférienne
beauté,
éclat et de leur trompeuse
de leur faux
de mensonge
dépouillés
les
sont
et que ses anges
Satan
n'est
Lucifer
que
que
pour comprendre
sans
cela,
dans
encore
l'erreur;
Sans cela, je serais
mauvais
anges.
de
Fédéral
du Comité
voûte
la
ainsi
rageuse
qu'avant
aujourd'hui
l'irréaliréaliser
à vouloir
aveugle,
m'obstinerais,
toujours
Londres,
je
en ne
des
immondices,
en le lavant
le Palladisme
sable
régénérer
à sa
en donnant
être le diamant,
de lui que ce que je croyais
conservant
à l'invaconforme
en tous points
honnête,
une traduction
doctrine
pure,

plus triste
désolation:

du bien.

morale

riable

Disons
Les

cette

présentation.
du Sérénissime

membres
à Charleston.

venir
réputé

apparaître
selon ce qui

J'y arrivai
au Sanctum

Grand

Collège
4 avril.

le jeudi
Regnum
et qui

est rapporté
Là,
et donne
il parle
les Triangles,
même s'ils ne sont pas au complet,

ses

m'invitèrent
On

sait

vendredi,
chaque
comme
est admis
instructions

c'est-à-dire

à

d'abord

est
que Lucifer
à trois heures.
véridique

dans

aux

chefs,
premiers
du
Pontife
le Souverain

membres
et les dix Anciens et Emérites,
Directoire
Dogmatique
Suprême
car Albert
Pike,
jouisGrand
quoique
Collège;
à vie du Sérénissime
à toutes
instantané,
pas exactement
n'y venait
sant du don de transport
Mais ce vendredi,
dites divines.
5 avril
1889, il y fut présent.
les tenues
autre
réunion
convoquée
personne
Ce n'est pas à cette
que j'étais
hebdomaà la tenue
divine
chefs ne peut assister
que les onze premiers

daire.
Le soir
:s'étaît

passé.

du vendredi,
Le Dieu-Bon,

l'un

des Emérites
me dit-il,

avait

vint me
écouté

faire
avec

part de ce qui
intérêt
l'exposé

24
de

mon

il avait
ordonné
le
après
quoi,
que je lui fusse
présentée
troisième
un grand
à cette
nouvelle.
jour suivant.
J'éprouvai
bonheur,
dès le lendemain,
Donc,
de suivre
les presje me préparai,
joyeuse
de la part d'Albert
Pike.
criptions
qui me furent
communiquées
Le samedi
et le dimanche,
le soir,
le
je ne pris qu'un
repas,
après
cas

coucher
d'un

du

plat
l'eau

de

fermée

ce

soleil

de sang frit
de source,

dans

était

repas
fortement
pas

uniquement
et d'une
épicé

de

vin.

Je

de
composé
salade
d'herbes

demeurai,

ces

deux

ma

laiteuses

pour
statuette
image

de

Labyrinthe
tenant
un
crocodile

la légère
éclairage
du Dieu-Bon;
cette
Lucifer,
Sacré
flambeau
à

trois

j'avais
générale
favorisées.
Le

sur

moi
et l'aide

statuette

est

brûlant
veilleuse,
une réduction
de

huit

par
couchais
était

~e

j'avais.
une
devant
la grande
centre
du

têtes.

7 avril,
ma méditation
du

d'une

que
Couchée

de la Vraie
qui est au Sanctuaire
Lumière,
le dieu des Triangles,
les ailes
ayant
déployées~
et une corne d'abondance,
foulant
du pied
droit
un

Ce dimanche

interrompre
d'offrir
en vue

lumière

ren-

jours-là,
à dormir

où je priai et méditai.
chambre,
Je n'avais
trois
et ce sommeil
était
heures,
fois.
interrompu
par deux
sans me dévêtir
sur un lit dur, à sept heures,
réveillée
à
j'étais
une des femmes
commises
à ma garde
à onze heures,
je me
de même,
à minuit
le dernier
pour être réveillée
enfin,
repos
trois heures
à quatre
du matin.
Pendant
les heures
nocturnes,
seul

noir,. t

pain

le trésorier
pour
de

triomphe
ce fut mon
à

la

du Sérénissime

me demander
la sainte

Grand

quels métaux
cause.
Je donnai

vint

Collège
j'avais
tout

résolu
ce

que

versement
la propagande
premier
pour
création
de Triangles
dans
les provinces
mal

lundi,
aucun
Pour me soutenir,
je ne pris
dans la journée,
repas.
de
à plusieurs
je bus une infusion
chènevis,
trois
Émérites
reprises
vinrent
de moi et bénirent
la boisson.
auprès
oublier
de dire que
J'allais
la chambre
était
dans
l'immeuble
que j'occupais
au
qui
appartient
Conseil.
A sept heures
du soir, deux
Suprême
membres
de la Masonic
Veteran
Association
et me dirent
de les suivre;
mais alors,
parurent
si heureuse
j'étais
ils durent
me soutenir,
que je chancelai
tandis
que je
marchai.
Je me rappelle
de moi;
mon
que je ne voyais
plus rien autour
était tout-à.fait
absorbé
esprit
face
par la pensée
que j'allais
contempler
à face le Dieu-Bon.
Dans combien
de temps?
encore.
Je l'ignorais
Quand
au dernier
je fus arrivée
les portes
de fer du Sanctum
parvis,
mes deux accompagnateurs
Regnum
s'ouvrirent
demeurèrent
au dehors,
et j'entendis
la voix d'Albert
Pike,
qui me disait
aucune
chère
-–N'ayez
entrez.
crainte,
Sœur,

25
aéchissaient
mais,
je le
jambes
la peur
nullement
qui paraCe n'était
aucune
frayeur.
froide
la sueur
est en ce que, loin d'avoir
La preuve
mes forces.
lysait
sous ma peau,
brûlants
par tout
des frissons
de l'épouvante,
je ressentais
ardente
d'une
il était
tant
rempli
et mon
cerveau
éclatait,
le corps,
sous

Je succombais
répète,
je n'avais

allégresse.
Les onze
tourèrent,
été

avaient

L'heure
sur

fixés

recueillement
grand
votre
assise
pendant

de

accordée
Mon
veillerais
Les
J'étais
Il

rouvrez

aussitôt,
esprit
aisément

vos

les

que
et

interpar
est
qui vous
vous
gagner,

fermer

faveur
sommeil

marchez.

levez-vous,

ne
le sommeil
alerte,
répondis-je;
s'il le fallait.
la nuit entière,
dans
de nouveau
fer se refermèrent

est

de
portes
en présence
seule,

portes

elle durera
jusqu'à
vos yeux
et tenez

méditation,

paupières,

les

m'en-

langue
le dernier

sortant

venue;

néanmoins,
pourrez,
à l'extraordinaire
réiléchir
le
sentiez
si vous
mais

aujourd'hui

secouez-le

Pike

est

une

dans

vous

mieux

ils

empressement;
dont
de la pièce

chant

paroles
du plus

le Palladium

afin

valles,

un
Ils psalmodièrent
ils se retirèrent,
Puis,

pas.

Demeurez

minuit.

avec

central

au point

asseoir

refermées.

je ne comprenais
ces
m'adressant

à moi

vinrent

chefs

premiers
me firent

mes

l'émotion,

viendra
un

je

pas

bruit

sourd.

du Palladium.

le
c'est
le Palladium,
de l'ignorer
aujourd'hui,
permis
dont
même
l'idole
est réputé
de Charleston
Celui
Baphomet
templier.
de
à Paris;
le sauvetage
fut le dernier
conservateur
de Molay
Jacques
les Baphoon a fabriqué
Sur ce modèle,
est légendaire.
cet emblème
mets
dans

n'est

plus

dans
un grand
qui trônent
tous les Grands
Triangles

de la haute-maçonnerie
ce hideux
Le

symbole

Baphomet

fois

au Triangle

tion

interrompue

les

~.s~-tS~.
et dans
raire,

nombre
mais

c'est

que le Baphomet
a donné
son nom

qui
ne m'était

pas

ne m'avaient

Inconnu.
de ,Paris
pas



je fus proclamée
les Grands
Triangles

d'Aréopages
seulement
est intitulé

de

Kadoschs

au sein

et

des Ateliers

s

». C'est

« Palladium

au Rite
Je

Suprême.
l'avais
vu pour

là, les incidents
de le considérer

permis
Maîtresse

en relations

Templière
d'amitié

la
de

première
ma récep-

de près.
à titre
avec

celui

Chez
honofondé

d'examiner
loisir
moi, j'eus tout
qui prirent
parti
pour
père,
par mon
des C~?mon père à la présidence
Le Frère
l'idole.
301, qui remplaça
une explication
de ce symbolisme
donné
décente,
quoique
tS'<?~, m'avait
une satisfaction
bien
elle ne m'avait
tard,
je
grande;
plus
pas causé
et j'en
encore,
pour
explication
rougis
compris
qu'il y avait une autre
mes

Frères

et mes

Sœurs.

Mais,

au temps

même

où je

n'avais

rien

soup-

-.20–
et où je croyais
m'était
fort
Baphomet
çonné

car
ridicule,
et néanmoins

artistiques.
je fus seule,

Lorsque
devant
moi,
et sert

onze

de modèle

à tous

et de Jacques
distes.
La

de Molay,

salle

dans

le Palladium

encore

n'avait

du

Frère

cette

301,

statue

du

Non seulement
antipathique.
je la trouvais
laide,
sans art ~Mc~,
plus loin
je la jugeais
grotesque,
des figures
qu'il est de belles
horreurs,
effrayantes

j'allais
on sait

repoussante;

à l'interprétation

donc

j'avaîs

Regnum,

là,

fois

martyr,

aucun

le Sanctum

le Baphomet
servi
sacré,
qui avait
le Baphomet
du Temple
de Paris
autres,
au sentiment
des maçons
et des pallaaucune

flambeau,

aucun

lampe,

foyer
n'étais

quelconpas dans

naturelle
et pourtant
que de lumière
pour l'éclairer,
je
l'obscurité.
me rendre
de ce qui produisait
cet éclaiJe voulus
compte
H y avait comme
une nappe
de lueurs,
rage étrange,
incompréhensible.
moins
intenses
plus vives
celles
que les phosphorescences,
que
qui se
seraient
de transparents
et cela était étendu
sur les
dégagées
lumineux
trois

murailles

qui forment
sanctuaire

ce premier
salle de forme
grande
que

épais

comme

des

les trois

côtés

du Sanctum

du Palladisme,
aux
triangulaire,

culées

Regnum.
est
vénéré,

et le plus
murs d'une épaisseur
et tout en granit.

de pont,

On
une

sait
assez

formidable,

Cette

de lueurs
les murailles
nappe
latérales
me surprequi tapissait
nait, d'autant
restaient
noirs.
plus que le sol et le plafond
La
sombres,
assise
m'avait
un peu
position
et j'allai
au mur. On,
reposée
je me levai,
m'avait
de demeurer
sur mon siège,
dit, il est vrai,
pour méditer;
je ne
l'ordre
de Pike,
pensais
pas transgresser
puisque
je n'avais
pas encore
commencé
ma méditation.
La

muraille

grosses
blottait

que
pas

ma main,

des

était

parsemée

têtes

d'épingles.
cela était

non

plus;
une
je sentis
sans
produire

épide'-me
étaient
vertes.

très
aux

nettement;
monstrueuses

Je revinsm'asseoir.
tantôt
les fermant.
tête

d'immense
ïl

s'efforçait

me

aucune

J'entrepris
Quand

bouc.

paraissait
de lire dans

flammes,

Cela

ne jaillissait
comme
une sueur

pas,
de feu.

douce

flammes
les petites
brûlure.
Il me sembla
que
rien vu de semblable.

Je n'avais
jamais
au fond de l'un des

Cependant,
se distinguait
cette
statue

chaleur

de minuscules

angles

plus
que
formes.

aigus
jamais,

maméditation,

je regardais,
Il semblait
parfois

je voyais
s'animer,

à peine
cela ne

plus
trem-

J'approchais
léchaient
mon
ces

flammes

de la salle,
je

le Baphomet
considérais
horrible

tantôt

les yeux

le Palladium,
le monstre

ouverts,
avec
sa
1

dardait
sur moi un regard
qu'il
scrutateur,
ma pensée.
Oh
ma pensée
ne lui ê
pas

qu'il'
favo--

27
à sa laideur
n'existait
l'art
été sculptée
avait
l'icone
magique
artistes
que des
ouvriers
des
plutôt
étaient
où les statuaires
guère,
de fantaisies
groshanté
cerveau
le
avaient
ils

le
génie,
on
par
inspirés
cathédrales
des antiques
les
dans
sculptures
Cela se constate
sières.
d~
la
splendeur
d'ensemble
architecturale,
la belle harmonie
y admire
dans les proinvraisemblables
sont
statues
les
y
mais souvent
l'édifice,
fort laides.
des figures'
même
y voit
du
:=rr~
les injures
en outre,
avait
subi,
templier
que le Baphomet
Ajoutez
un peu, bien peu.
diminuait
l'horreur
que j'éprouvais
dit de méditer
m'avait
Pike
pourquoi
Toutefois,
je r..e demandais
là aucun
sujet
ne trouvais
le
Palladium.
Je
sur
fixés
mes yeux
en tenant
des Templiers
sort
au malheureux
de songer
n'est
ce
si
de méditation,
ces pages,
les chrétiens
qui liront
n'attristerai
pas
Je
et de les plaindre.
ces
mon
alors
esprit;
assaillirent
idées
les
qui
en leur communiquant
à jamais
repoussées.
loin de moi,
sont
idées
aujourd'hui
ce
à contempler
me reprenais
de Lucifer
Ma pensée
principale,
quand
je
font
Les catholiques
était celle-ci
obsédant,
être que
Baphomet
ES~=~
va daigner
le verrai,
puisqu'il
bientôt
je
beauté.
Puisque
la suprême
Dieu,
ce qu'il en est. 0 mon
moi,.tl1,ême
connaîtrai
par
je
m'apparaître,
de votre
je sens
l'éclat
gloire
tout
dans
moi
à
montrez-vous
et
,disais-je,
vilaine
à cette
ressembliez
,que

je

que j'accordais

en une époque

c.rc.n.nc..t.<;nuan.e

La seule

r.bk.

de

cesserais

en

cr0ire

si

vous,

tTo115

ont jamais
compris.
qui ne vous
~r~c
mais 'ir,
les
~e~~pas~r.pp~M.
rouvrais
Quand
je
profond.
plus
~p'
réflexion
cette
avec
c'était
le Baphomet,
encore
regarder
pour
des
yeux
icone
affreuse
cette
tel
n'êtes
que
pas
afin de donner
une légende,
et ils y ont attaché
l'ont taillée,
ignorants
ô Dieu.bon.qm
provous-même,
C'est
leur ouvrage.
à
prix
quelque
raison
ce bloc mal dégrossi
non
et
pas
fidèles,
tégez vos enfants
ma
vous le frangerez
bloc
hideux,
Ce
œuvre.
votre
à y voir
se refuse
et ce miracle
admirable,
e.ceUenuuent
statue
une
en
delphique,
un jour
tous.
de la lumière
pour
de l'ère
de
le
départ
point
parquera
faites
qu il soit ainsi!
ne
me
trompe
point
ô
mon
je
Dieu,
que
moi
du
bruit
Nul
heures
les
passaient.
se
minutes
Les
précipitaient,
à
rien
n'avais
qui put m'aider
mon oreille.
à
Je
ne
dehors
parvenait
le moment
toujours
de confiance,
Pleine
j'attendais
le temps.
mesurer
de Mages

de l'apparition.
Voici que
plus

fortes

des

rétrogrades

les minuscules
épaisses

murailles,

flammes
voici

grandirent,
que

le

voici
plafond

«
qu'elles
et

le

sol

'n'
jailbrent
s

enuam.

<-

28
mèrent

à

leur

tour.

ressentis

Je

une

elle ne provoquait
incommode
pas
naient
n'étaient
point
consumantes,
mes vêtements,
sans rien
détruire.

non

Je
cœur

les flammes
L'infâme

et tout
mon
divines,
combien
il m'a trompée!
la foudre

Soudain,

tonna

l'espace,

le Baphomet

au-dessus

A l'instant,
je vis Lucifer
sans qu'aucun
mouvement
mants,
Saisie

de respect,

qu'il

elles

pensai
brûlait

avec

avait
j'allai

léchaient

mon

siège,
dans
que j'étais
Lucifer.
pour

joie
d'amour

d'une

cinq génies
de l'endroit


Les cinq
disparu.
avaient
des ailes
blanches,
flottantes,
leurs mains vers la place
du Palladium
coup de tonnerre
éclata,
plus formidable

surgi

plus

se succédant
avec
éclatèrent,
coups
deux
d'une vioensuite,
coups consécutifs
souffles
brûlants
sur mon
je sentis
cinq

avait

il semblait

non
pourtant
qui m'environ-

chaleur,
flammes

trois

rapidité;
puis, un coup seul;
lence
extraordinaire.
Alors,
et je vis cinq esprits,
visage,
dans

grande
la sueur.
Les

devant
de

radieuse

le Baphomet
vêtus
esprits
ils étaient
devenue
que
moi,
venue

été
toujours
me précipiter

vide.

beauté,
était
érigé

de

longues

en

cercle,

tuniques
étendant
un

Enfin,

les précédents.
assis
sur un trône
ait

eu lieu.

Il

planant
mais

septième
de

dia-

n'avait

pas

là, et non le Baphomet.
à ses pieds.
Il me retint

du

geste.
Demeure

ma fille chérie,
me dit-il
la prosternation
debout,
est
et je n'humilie
humiliante,
et qui m'aiment.
pas ceux que j'aime
maintenant
son imposture.
ô seul
J'ai compris
vrai
Dieu
Merci,
qui
m'avez
éclairée
sur les fourberies
de Satan
Il était
le suprême
il m'apparaissait
superbe,
bien tel que
menteur
le l'avais
désiré.
Sa mâle beauté,
en ce jour
est indicible
inoubliable,
Sous ma plume,
aucune
faire
je ne trouve
expression
pour
comprendre
cette
et
nulle comparaison
splendeur
ravissante
aussi
n'est
imposante
avec les statues
célèbres
ou autres,
les plus parfaites.
possible
d'Apollon
Des pieds
à la tête,
visibles
en chair,
ainsi
les
qui seuls étalent
que
il était vêtu
ou pour mieux
ma'as,
d'or,
dire, des ors éblouissants
qu'une
variété
rendait
agréable
une
sorte
plus magnifiques
encore
imaginez
de cotte
de mailles
ou un maillot
tout en parcelles
comme
d'or,
grosses
des perles
et tout ces ors rouges,
ordinaires,
moujaunes,
verts,
mêlés,
laissant
les formes
vants,
bien dessinées,
irréprochablement
académiques
d'un effet de richesse
tout ce' qu'un artiste
céleste,
aimant
la somptuosité
à la fois de plus fastueux
et de plus beau.
peut rêver
Ah!
combien
combien
victime
de l'erreur,
j'étais
égarée,
j'étais
voir en Satan
un dieu, quand je lui donnais,
quand
je croyais
dans mon
le nom de divin
maître!
aveugle
adoration,
effacent
Que mes larmes

–2p–
de mon

à qui je dois cette
cécité
douce
Sainte
du
qu'une
Christ
a enfin guérie!
Sois
ô Lucifer,
toutes
les
âmes
maudit,
pour
1. Toi, le divin maître ?.
Révolté
qne tu perds
par tes mensonges
plus
le dernier
des
déchu
même
vil que
les
esclaves,
plus
dégradé
que
sois maudit,
maudit!
infamies
qui sont ton ceuvre,
la faute

père,

~<?

(La

au

~<7~~M'~

numéro).

LEMM)AU PALAIS BORGHÈSE
rersonne

des
malheurs
du
que Lemmi,
n'ignore
profitant
prince
Paul
'a installé,
sa haute-maçonnerie
au
Borghèse,
par
subterfuge,
du palais
de cette
illustre
famille
romaine.
premier
étage
L'inauguration
officielle
des appartements
eut lieu le
occupés
par la secte
maçonnique
20 septembre
dans
la soirée
18~,
par conséquent,
après
en secret,
Souverain
dans la salle
qui fut tenu
l'après-midi,
et auquel
en qualité
de
Conseil,
de
j'assistai
déléguée
et Brooklyn.
de New-York
triangulaire
On sait
grâce
retour

aussi

Lemmi

que

à une clause
de fortune

insérée

et sa bande
dans

le bail

vont

être

en prévision

le

Convent

du

Suprême
Province

la

de ce
expulsés
de la possibilité

palais,
d'un

à la famille

Borghèse.
lecteurs
s'intéresseraient

à connaître,
J'ai
pensé
que mes
par une
vue de façade
et par un plan, la partie
du palais
où le Vicaire
Borghèse
de Satan
a pu, pendant
se livrer
à ses infernales
près de deux
années,
de maçonnerie
occulte.
Sur le plan,
pratiques
la partie
occupée
par
et sa bande
Lemmi
est tranchée
d'une
manière
bien visible,
et je donne
en outre
la distribution
très détaihée
des
diverses
au
servant
pièces
culte et aux réjouissances
de la secte.
On

a tiré parti
remarquera
que Lemmi
de l'ensemble
des appartements.
d'équerre
à l'angle
de deux
des galeries
donnant
sur
a fait
initiés
des
~$'
tiennent

établir

un parvis
ne peuvent
ainsi

fêtes,

au temple
Rosé-Croix
pas

au
ai,

Palladisme
~w,AC

de
Au

et

Loges
ceux
se
âc

et aux
des
trouvent

pièces

Kadqschs
arrêtés,

en

disposition

point

la grande
la circulation.

ce qui interrompt
se rendre
qu'à la salle

des

la

forme

D, qui est
marqué
cour
du palais,
il
Les

imparfaits
à la salle

de récréation,
réservées
à

l'administra-

eux-mêmes

qui

quoique

ayant

n'apparle

droit
droit

–30–
de pénétrer
les
laissant

dans

ce parvis

D;

il suffit

d'en

fermer

une

poj-'ec,

tout

en

initiés
ne
des
imparfaits
qu'aucun
ouvertes,
pour
Chevalier
s'il est
même
le Temple
Palladique,
soupçonner
puisse
à ce que le Suprême
a nul inconvénient
il n'y
contre,
Par
Kadosch.
sur la même
leurs entrées
aient
galerie,
Conseil
et le Temple
Palladique
Souverain
Lemmi
pour
Ecossais,
ayant
attendu
que tout 33" du Rite
est en même temps
palladiste.
Grand-Maître
italien,
Commandeur
la partie
de
de donner
seulement
il importait
du palais,
De la façade
en angle
légèrement
qui vient
partie
droite
Borghèse),
(vue de la place
obtus.
Pendant
la
des fêtes et banquets.
à la salle
Le balcon
appartient
la
du 20 septembre
1893, on y fit flotter
Souverain
du Convent
tenue
de la Loge
et celle
Ecossais
Conseil
Symbolique
du Suprême
bannière
bannières
ces deux
dal Medico
Umberto
le F.
pour Vénérable
ayant
Initiés.
aux imparfaits
le change
donnaient
autres

f

PALAIS BOMHËSE.

Partie

de la façade vue de la Place Borghèse,

à droite.

g2-CORRESPONDANCE
D'abord
je dois des remerciements
aux personnes
qui, pour préserver
ma
vie de tout danger, m'ont offert
chez elles, ou chez des
l'hospitalité
parents,
ou
divers autres asiles. J'ai
reçu cinquante-trois
et j'en suis très
offres,
car
touchée;
la presque
totalité
est évidemment
ne cachant
sincère,
désintéressée,
aucun but
de trahison.
Ces offres émanent
en grande
de
majorité
personnes
~uuebcamouqueh,
catholiques;
de personnes
quelques-unes,
protestantes.
Que tous, sans
sachent que je leur en sais
distinction,
gré du fond du cœur
et que
Dans
ma
nul ne s'offense,
si je n accepte pas.
situation,
je n'ai de déS
vis-à-vis d'aucun
en particulier;
mais on comprendra
aussi qu'au point de vue
général je ne dois me confier qu'aux
personnes
qui m'ont
dé~dansd~~
circonstances,
prouvé leur dévouement,
que je connais bien
Ili
avec qui
j'ai eu des relations
suivies.
Donc, que mes nouveaux
amis, connus ou inconnus,
n'aient
aucune inquiéLe péril s'est aggravé
tude à mon sujet.
il
est
pour moi,
vrai, depuis ma rupture
même avec le Comité
Fédéral
de Londres;
Indépendant
mais la vérité aussi,
c'est que le péril a commencé
avec ma déclaration
de guerre
à Simon, dès le
à
ma sécurité.
~o~,
j'ai
pourvu
En dehors des
des
palladistes,
amis
j'avais
fidèles. J'ai pu aisément
choisir
dont les relations
avec moi étaient
~smem
entre
famillesme sont
toréer
bres dequelques
l'une d'elles
dévoués
tuer pour moi, tant iis
tous, se feraient
d'autre
m'aiment;
part, ces amis insoupçonnés
une grande
ayant
<:
prudence
les
possédant
de
se
!acer
moyens
discrètement
tous
les besoins
pour
de ma
contre le Palladisme,
campagne
je ne pouvais pas trouver
un asiles
sûr que
chez eux, en même
temps que leur situation
de famille et
d'affaires
me garantit
de toutes
l'accomplissement
sans
guerre,
donner jamais
l'éveil aux espions des
Triangles:
Je dois mes remerciements
encore aux écrivains
qui ont annoncé
mon heureuse
venue à la lumière,
dans les termes les plus
en divers
sympathiques,
organes
de.la
presse
française,
anglaise,
allemande
italienne,
et ~P~espagnole.
Jusqu'à présent, je n'ai pas connaissance
d'autres
articles ailleurs
Ces excellents
m'ont
journaux
valu beaucoup
trop de lettres,
pour que je
puisse
en
ce
directement
répondre,
moment,
à tous mes correspondants
me
félicitant.
Je remercie
tous, ici, en attendant
que je puisse écrire
à chacun
un
petit mot. Je demande
à tous de ne
dans leurs
pas m'oublier
prières, et je ne les
oublierai
dans
les
pas
miennes.
Plus
avant de pouvoir
particulièrement,
écrire, je remercie
les personnes
de
la
(Maison
Bonne
le Rosaire
d'un
Presse)
~~S~~?&
chanoine
Ribet
(je l'ai lu avidement
et quels traits de lumière
c'est certainement
uu des
les plus remarouvrages
sur la question
quables
du surnaturel
l'admirable
diabolique)
crucifix
italien;
S~
dans la
Franc~Maçonnerie
de
M.
de
la Rive
{j'avais déjà reçu, il y a un an, ce livre de l'auteur universelle,
et je profite de
lui-même,
cette
parenthèse
pour remercier
encore de tout le bien
qu'il a dit de moi dans
son ouvrage
et dans les
l'encrier
journaux)
avec statuette
de :ann
d'Arc;
l'Imitation
de Jésus-Christ;
les sept volumes
de Drumont
les avais lus déjà,
(je
et je suis heureuse
de les tenir d'un fervent
admirateur
du célèbre
auteur antisé-~
le Grand Jouimite);
et
la
approche
collection
des a;uvres de
Mgr Dupanloup.
-A-

MËKRET,
Pnris.

Imprimerie,

S?,

rua

Ëtioane-MM~

tmprtmetu-.

Ëdtte~MrMt.

MÉMOIRES
D-~EEX-PALLADISTE
1~

CHAPITRE

Lucifer au Sanctum Regnum
f~
Oui,
j'aurai
que

été

j'ai

exposé
tout autre,

Il était

bien

roi
trompée
par le surnaturel
éducation
plus loin quelle
je reçus,
dans les mêmes
serait
conditions,
exactement

là,

Je sens
car le seul

Lucifer,
maintenant

combien

tel

de l'imposture.
on comprendra
tombé

dans

Quand
mieux
le

piège.

souhaité.
je l'avais
de Dieu
sont
insondables
à jamais,
avait
permis
que

que
les desseins

mon
Très-Haut,
Seigneur
immortel
ennemi
me parût
bon et beau.
Pourquoi
dée à Satan?
Ah
sans
le Tout-Pu~ant
doute,

cette
voulait

licence

accor-

qu'un
jour je
les bas-fonds

à la vérité
il fallait
pusse rendre
témoignage
que je visse
terrestres
de l'enfer.
« Agis
à ta guise,
des damnés
livre-toi
prince
ton mensonge
et emploie
toutes
les subtiles
ressources
de
déploie
les

hommes

ne

son

à
ta

viennent

pas à la vérité,
puisqu'ils
de Jésus-Christ,
mon Divin
eh bien,
fonde
à
dédaignent
l'Eglise
Fils,
ton aise
et organise
ton église,
ton culte,
ô Satan.
du moins,
Mais,
mon heure,
et des voix
sortiront
des profondeurs
j'aurai
même
de ton
abîme pour dire au monde
ce que tu es. »
perversité.

Pour
sous

Puisque

montrer

la réserve

un autre

la grandeur
du salut,
attenter
qu'il ne pourrait

Dieu

livra

à la vie

autrefois
du saint

Job à Satan,
homme.
Dans

a permis
les circonstances
auxquelles
je dois un long
me couvrant
aveuglement,
et, en son infinie
d'une
bonté,
protection
toute
il préserva
ce qui
est
paternelle,
la vie.
plus
précieux
que
Comment
ne me dirai-je
votre
pas votre
fille, ô mon Dieu,
quand
grâce
tutébure
a agi
moi
en
manifestation
d'amour
pour
du meilleur
des
but,

Dieu

pères?.
11 était

le Très-Bas.
là, l'Autre,
Son regard
me couvait
je croyais
voir dans ses yeux
une expression
de tendresse.
Ah!
tu
non,
Satan,
ne connais
de l'avenir
ton maître,
que ce que Dieu,
veut
bien t'en laisser
savoir;
car, si tu avais deviné
que je ne devais
à toi,
pas être toujours
tu ne m'aurais
pas reg-ardée,
contemplée
ainsi.
D'abord,

j'avais

été

embarrassée,

confondue

je

tremblais,
3

non

de

34
m'avait
l'émotion
crainte
de
au-dessus
je l'aimais
fait

encore

son

ma

ferveur

alors

mon

rien

abusée

sa haine
hypocrisie,
méchanceté.
épouvantable

ne

dieu
m'avait

de la créature,

son

sa malice,

soupçonner
de l'homme,

sa jalousie

en

tout,

Il était

et me secouait.

saisie

humaii
ne
Le mensonge
est la sienne!
en effet,
Quelle
hypocrisie,
on en va juger.
ce degré
de scélératesse
saurait
atteindre
la plus
de la douceur
était
Sa voix
Il commença
par me rassurer.
causée
L'émotion
et me charmait.
elle me pénétrait
première,
exquise
se calmait.
présence,
par sa subite
entre
toutes.
me dit-il,
Mon enfant
bien-aimée,
je t'ai distinguée
Je veux que personne,
vues
J'ai de grandes
t'inspire.
Ces

ment

intellectuels
gnement
mon esprit
le mieux

des

l'intensité
la mission

pour

renia,

à personne,
chimère,
d'Adonaï
est

lui

aimable,

Je rapporterai
divine
que je tiens de votre
a cultivés
de mon père
reçu

azyme ?.
du Thabor,
vous

tout

bon,

remercier.

dans
suis-je
les adonaïtes
tenir

tout

une
contrariété.
ne te suscite
fidèles,
ma pensée
Ne crains
et va! C'est
qui
rien,
mes

enhardie.

m'avaient

paroles
0 Dieu

vous

parmi
sur toi.

deux

lumières

d'apostolat
en refusant

le vrai

voir
prétendent
mentale
aberration
En

que vous me
de transpercer
leur
cet

Christ
acte

communiqué,
il n'a pu lui donner

l'ubiquité,

pas même à l'Etre
sacerdotale
invention

Suprême
des

seul
le

cieux,

déifié
d'hostilité

Seigneur

Dieu
et
vôtre

l'ubiquité
de
celui

en

cesse

pour

je remplisse

que
donnez.
le

sans

adoré,

eucharistique
? N'ai-je
pas raison
pain

contre

un

ait réellement,
que le Dieu-Mauvais
sa divinité
comme
en un partage,

admettant

se disant

afin

com-

sais

les dons
gloire
et que l'ensei-

toute-puissance
mais
augmentez

célestes,

ne

je

répondis-je,
à votre
toujours


de

inoffensit

par le pacte
à Jésus
qui

l'ubiquité
n'appartient
puisque
ainsi mon père me l'expliqua
mauvais,
est

d'orgueil
mensonge
à la raison.
Car
contraire

votre

inférieur

rival,

il

m'a-t-on

l'un l'autre
donc
co-exister
par pénétration
peuvent
en
ni vous-même
être
en tout,
Adonaï
ne saurait
et infinie
vous êtes
ici devant
adoré.
En ce moment,
moi, je vons
tout,
Seigneur
votre
c'est une faveur
m'accordez,
immense
présence
vois
que vous
les forces
de
à moi qui vous aime de toutes
et tangible,
visible
réelle,
Vous
avez la personnalité
n'êtes
ailleurs.
vous
mon
âme
donc,
pas
tout
Dieu
Me trompé-je,
exclut
et la personnalité
l'ubiquité.
suprême,
éclairez-moi.
bon
Si je suis dans l'erreur,
enseigné
mutuelle

ils

sans anxiété sa réponse.

J'attendais
Il croisa

ne

ses

bras

sur sa poitrine

son

regard

plongeait

dans

le mien.

–35–
Puis,

instants
de cette
quelques
ses lèvre!,
pénétrante
observation,
de nouveau,
et il me dit:
La foi, ma fille, doit être
de la raison,
inséparable
ou, si elle es~
contraire
à la raison,
elle est une foi d'erreur.
La voix
de ta raison,
éc mte-la
toujours.
toi seule,
Oui, je suis ici pour
et je ne suis qu'ici..
un réel attribut
Oui, loin d'être
divin,
est
une invention
l'ubiquité
de
folie et d'orgueil.
il
est
deux
Oui,
éternels
le Bien et le Mal,
principes,
qui constituent
l'essence
de l'être,
et dont
qui sont la divinité,
le plus
haut des deux, c'est-à-dire
le bien qui est la
est l'Être
lumière,
Suprême,
tandis
l'autre
est inférieur
et ténèbres.
que
des deux éternels
Oui, chacun
a sa personnalité
principes
c'est
distincte;
ainsi qu'ils
se combattent
et
l'un
contre
ce qui ne saurait
agissent
J'autre,
être
s'ils
s'absorbaient
et
se confondaient
l'un l'autre,
ensemble
ayant
l'entière
de
possession
l'infini.
Personnalité
oui donc
suprême,
ubiquité,
non, non, non. Fille
tu es dans le vrai.
bien-aimée,
Adonaï
et son Christ
ne sont pas
dan<;
les millions
l'eucharistie
d'azymes,
des superstitieux,
ai ls~
fAl
t
9 Y`"aa~üC
le 6,.IIrâS~C
Christ
puisque
ni Adonaï
ne peuvent
être raisonnablement
en plusieurs
endroits
à la
fois.
L'eucharistie
n'est
ainsi qu'un
de la religion
symbole
d'erreur.
l'hostie
Transpercer
en s'imaginant
adonaïte,
meurtrir
le Dieu-Mauvais
et son Christ,
c'est une faiblesse
née d'un bon
d'esprit,
mais
sentiment,
c'est une faiblesse
d'esprit:
et persévère
dédaigne-la
aujourd'hui,
dans
ta saine opinion
l'heure
sera venue,
quand
les interprétations
erronées
des dogmes
de la religion
sainte
seront
redressées
à toi cet
par toi
honneur.
ma fille, la lumière
Comprends-le,
la plus
ne parvient
pure
à
tous
sans quelque
pas
les âmes d'élite
obscurcissement;
sont rares
C'est
Adonaï
les esprits,
qui affaiblit
même parmi
mes fidèles;
c'est lui
à beaucoup
qui inspire
l'absurdité
de la haine
contre
ces azymes,
car il
les pousse
ainsià
croire
à son ubiquité,
premier
pas vers la croyance
en
un dieu unique.
Aie patience,
ma préférée
Diana,
entre
toutes.
Fordonne
tu
sois
ma grande-prêtresse,
que
et que personne
n'élève
la voix
contre
tes Interprétations
de mes dogmes.
Va, ma bien-aimée,
va! C'est
ma pensée
qui t'inspire.
Après
cela, je le demande,
comment
n'aurais-je
si
pas cru posséder,
1 on peut s'exprimer
l'infalHibi'ité
ainsi,
iuciférienne
Aujourd'hui,
le
je comprends
de Satan
n~r.onge
comtous,
aussi,
prendront
telle hypocrisie
qu'une
~st surhumaine
Convaincue
de l'existence
d'un
Dieu
la foi en son
unique,
j'ai
en
sa présence
ubiquité,
partout;
je le crois
dans le Saintprésent
Sacrement,
devant
qui je me suis prosternée,
le voyant
en
exposé
humble
après
s'ouvrirent

chapelle

d'un

couvent.

Je

prie

donc

les

nouveaux

amis

qui

-,e

-36démonslettres
longues
bienveillants
mes trop
sur lesquels
où sont
points
tratives,
à aucun
Ne voulant
prix
de ma pensée.
l'état
ignorent
correspondants
en un écrit
je ne dois pas,
catholiques,
la foi des bons et dignes
heurter
et pour lever lesquelles
je
les difficultés
qui me restent,
expose
public,
encore
détails,
je souffre
de tous. Oui, sur quelques
les prières
demande
Mais, si je dépeignais,
que le doute.
car je ne sais rien de plus douloureux
sans
de mon âme, je sèmerais
peut-êtœ,
l'état
actuel
dans ces
à
se refuse
ma
loyauté
de ce doute
affreux
des germes
le vouloir,
ne soit
involontaire,
action.
telle
une
Que le mal, même
commettre
arrachée
m'avez
Vous
bénis
par moi, ô mon Dieu que je
jamais produit
de jeter
dès
demain
mourir
que risquer
du démon;
aux griffes
plutôt
la vraie
toute
d'avoir
dans
les âmes si fortunées
une semence
hérétique
d'un exposé
forme
sous
difficultés,
Mes dernières
je les inscrirai
foi
l'un et l'autre
à deux
théologiens,
soumettrai
en
double,
que
je
privé,
combattre
laissez-moi
En
attendant
confiance.
amis en qui j'ai
pleine
l'instrument.
infernaux,
dont je tus, hélas
secte et ses inspirateurs
l'Infâme
et des
des crimes
des infamies,
la révélation
c'est
combat,
Le premier
consommée.
d'une
astuce
œuvres
diabolique
de tromperies,
prodiges
ces paroles
entendu
que je
et fière d'avoir
heureuse
Alors,
j'étais
elles
me
bouche
d'une
tombées
pour moi divine,
viens de retranscrire
me
semblait
Il
que
d'une
inexprimable.
allégresse
remplissaient
à
les entendaient
et les Emérites
si Pike
doublé
serait
mon bonheur
de ma

réjouissent

leur

tour.

0
quoi ?.
les onze.
tous
ni

de

je
stupéfaction
étalent-Ils
Quand
n'avait

pas
en

Quoiqu'il
s'inclinaient

parlait.

Mon

bas,

Albert

me

et je les
bruit
? Aucun

retourne,

rentrés

vois,

eux

de

porte
Lucifer

tandis
mon
que
oreille,
frappé
entendu
les dernières
ils avaient
phrases,
de
aux
ordres
de soumission
une attitude

vous
approche,;
du
celui
devenu
Pike

fit deux

pas
Très-Haut

écoutez
autres,
commandement.

bien.
Tous

s'inclinèrent

en avant.

le plus haut,
le Dieu
moi,
est mon élue de prédilection
je la consacre
enfant
de ma meilleure
elle sera
l'organe
Je l'inspire;
en profond
à sa garde
Asmodée
que tous l'aient
C'est

le

répétais

il insista:

vicaire,
ton était

Son

fut,
dans

puisqu'ils
l'Excelsus-Excelsior.
D'ailleurs,

si je leur

? Me croiraient-ils,

?.

Dieu-Bon

Mais
aussi,
s'ouvrant

retirés

s'étaient-Ils

Pourquoi
du
langage

plus

des

de s'abstenir

conversion,
des
discutés

Cette
qui vous parle.
ma grande-prêtresse.
commis
pensée.
J'ai
respect.

–37–

le

Les

flammes

sol

sous

murs

se développaient
mes
mais
pieds,

latéraux

je

ne

membres

le feu,

un

brûlait

pas, un feu à flammes
vivacité.

feu

ne

le

de moi.

voyais



vertes,

je ne pus plus me soutenir.
Le Dieu-Bon
n'était
plus assis
en même
temps
que moi.

descendions-nous
d'une

~'eus l'impression
les yeux.

Où suis-je
que je les rouvre.
sur une
Mes pieds
posent
merveilleusement
beau,
plus
la nature
est dans
admirable,

Voici
Regnum.
de moi,
site

douce

est

toute

fiques,

Ma

d'une
parée
fille bien-aimée,

végétation
me dit

?.

tes

sais

Tu

yeux.

haut,

et que

votre

le

rien

n'ajoutera
vraiment
l'Être

odieux

rival

sera

crains

une

ni leur

Rien

les

par

flammes

?.

D'instinct,

je fermai

ne me rappelle
Lucifer
fleurie.

le Sanctum
est auprès

Dieu-Bon,
je veux
de ma toute-puissance.
par deux
infériorité.

Le

tout-à-l'heure.

que

et mag'ni-

te

une

donner

te
Je vais
que tu verras

spectacles

à ma conviction,
répondis-je.
le
le Très-Haut
Suprême,

Je
plus

J'aime

que

à une

tu assistes

Adonaï.
règne
vos anges
de

des

défaite

lumière,

tu

et je

ne

roi.

du feu déscenditdu
de génies
ciel
Asmodée,
Il mit un genou
à terre,
à la tête de ces phalanges.
prêt
les ordres
de Lucifer.

A ce moment,
mon fiancé,
était
à recevoir
Je
s'adressant
là-bas,
Aucun

adoré.

Faites,
Seigneur
ni les maléakhs

Pike,
dans

vaincu.
par vous dénnitivemect
m'est
mais
inébranlable
connue

ta fidélité
répllqua-t-11,
es ma préférée
entre
et je veux
toutes,
tu verras
comment
maléakhs.
Ensuite,
Oui,

les

J'enfonçais;
de diamants,

délicieux
un de ses jours
embaumée
et riante.

de son

te convaincras

adoré,
Seigneur
que vous êtes bien

Qu'arrivait-il?
sur son trône

pelouse
beau encore

et
de ma haute
prédilection
marque
faire connaître
l'abomination
d'Adonaï
de

encore

plafond,
Albert

Lucifer,

environnés
toujours
chûte
dans l'espace.

ainsi,

le

plus

davantage.

Tout-à-coup,
non.
les autres,
il descendait

sentais

Je

et moi, nous étions
Collège
à celui d'un incendie,
un feu qui ne
sans
et d'une
pétillement,
larges,

semblable

nullement

autour

pas
Grand

s'apercevaient
du Sérénissime

les dix

extrême

tout

t'ai

nuée

conduite

à moi.

vois-tu

?

Le

Paradis

de Paymon

région

Terrestre,

son doigt

humain

n'y peut
de maléakhs.

des légions
mauvais
anges

la

dans

d'Adonaï

te transportera

désignait
car
pénétrer
Eh

de

où vécurent
un point
les abords

Asmodée
bien,
et t'introduira
dans
en Oolis.

l'Eden,

va

le Dieu-Bon,
reprit
est
Adam
et Eva,

lointain,

à l'horizon.

sont

partout
par
gardés
devant
toi, les
vaincre,

l'Eden;

puis,

l'aigle

blanc

-38-

n'obscurcissait
lumière.

un
flottant
lésions,
mais
bien rangées,

quatorze

l'expectative,
nombre
Leur
de combattre.
impatientes
des
on le sait,
chaque
légion
pourtant,
étincelants
de
ils étaient
daimons
6666

ciel;

compte

combien

Oh!

Ses

dans

tenaient

étaient
le

pas
Lucifer

de

armées

se

du sol
elles

relevé.

s'était

Asmodée

Il disparut.
peu au dessus
tumultueuses

j'étais

d'avoir

joyeuse

de

auprès

si belle

moi

compagnie
vint à moi.
Asmodée
et empressé,
avec
entraîner
vous
nous allons
fit-il,

Respectueux
Diana,

entre

rend

et

mauvais

aucun

invulnérable,

Tout

mon

n'être

que

d'être

est

regret

La

danger.

protection

nulle
N'ayez
de Lucifer

la
pendant
assister.
allez

corporellement,
vous
à laquelle

esprits,
de mes légions
au centre
placer
0 mon cher
Asmodée,
je c'a!

vous

bataille
vais

Je

ne vous
point
et

corporelle

pas.
épouvantez
de crainte,
croyez-le
ainsi l'obligation
d'avoir

bien.
de

spectatrice.
vous voudriez
Quoi
SI cela est possible,

De
un

vous

bons

ne court

vie

votre

inquiétude
Dieu-Roi

nous.

son

grand

épée

triangle
au milieu

des esprits
?
part au combat
prendre
tel est mon vœu le plus ardent.
l'air trois cercles,
dans
de feu, il traça rapidement
demeura
ce signe
les trois
contenant
cercles
de

Alors,

l'espace.
unies à celle

boyant
chefs de légions,

d'Asmodée,

les voix
j'entendis
crier d'une seule

puis
flam-

des

quatorze
et formidable

clameur

immense

Us

une

comme

vide,
dont

je

diques,

magique
bien

connaissais
aux

Que

des

donc

demandes-tu,

cieux,
qui ne se montrait
son
étendit
Asmodée

pour
c'était

père,
du Dieu-Bon.

armées

"était

en feu aussi,
à cet
réponse

le tracé

de mon

mains

généralissisme
Baal-Zéboub

tout

signe,

îà,

mais

épée

invisible

la

le

ce signe,
des daimons
appel
l'avoir
va sur des rituels
pallale
de Baal-Zéboub,
la signature
moi.

pour

? interrogea
voix éclatante

vers

dans

instantanément

parut

la voix

Asmodée
pas,

1

Baal-Zéboub

Baal-Zéboub

Baal-Zéboub'

comme
qui

signature

du

des

vice-roi

un clairon.
toujours

fulgurait,.

et dit
ma fiancée
qui veut
Spiritualise
et la signature
d'Asmodée
Le signe
de feu. Cette
en une boule
ensemble,
heurtant

le

front,

entra

en

ma

tête,

combattre.
de Baal-Zéboub
boule
et aussitôt

se

se confondirent

précipita
je ne me

sur
sentis

moi,
plus

me
la

même.
~e vivais

d'une

autre

vie.

H me

semblait

ne plus

avoir

ni

poids

ai

volume.
grandis,
revenir
sorte,

Mon

corps

je grossis,

je

spectral,

Oui,

satisfaite,
je brûle

transformée

J'étais
longtemps
avoir été

oui,

à la réalité
esprit

du

la vie

céleste,
quel
Et me voilà
aux
volant
Placez-vous

Non,
qui est dans
brûle au so

avec

aérien,

me rapetissai,

ensuite,
reparaître.
J'étais
une électricité
surnaturelle;
Etes-vous

tanéité,

était

chère

cette

ieu, avoir
rêve

du

sus

moins

aux
je

diabolique.
heures
quelques

vécu

d'Asmodée,
lui à la tête des

au centre,
je suis digne

Sus,

illusion

côtés

me

volonté,

je

je me supprimai
totalement,
pour
du feu vivant.
en quelque
Je dégageais,
cette électricité
j'étais
moi-même.
Diana ? me demanda
Asmodée.

de combattre.
en daimone;

de

A ma

fluidique.

traversant
quatorze

maléakhs
le

croyais;
Avoir
été

daimone,

de ce que

j'appelais

j'ai

avec

l'espace

cru

instan-

légions.

répétait-il.

du premier
non,
cette
rang.
Voyez
épée de feu
ma main, venue je ne sais
cette
comment;
flamme
voyez
qui
-net de ma chevelure
mon corps
voyez
fluidique
qui a pris
des proportions
colossales.
d'élite.
Je suis esprit
à la tête de
Je vaincrai
vos vaillantes
En avant
sus aux maléakhs
t
légions.
Sus,
Nous étions
arrivés
de l'Eden.
auprès
les maléakhs
en
J'apercevais
et
lignes
épaisses
entourant
l'immense
multipliées,
jardin,
plus grand
que
Paris
et
Pékin,
New-York
Londres,
réunis:
c'était
un large
cordon
de
défense,
monstrueux.
horrible,
Je dirai tout à l'heure
comment,
aujourd'hui éclairée,
traduisce
je
que j'ai
vu; comment
l'infernale
je comprends
comédie
jouée ce jour-là
pour me tromper.
me permette,
Qu'on
pour le
de raconter
moment,
l'aventure
avec
les
termes
de l'erreur
des palladistes
rectificative
l'explication
sera mieux
saisissante,
après.
Les maléakhs,
c'est-à-dire
les esprits
les mauvais
maltaisants,
génies
à
mon
dAdonaï,
sentiment
les
quoiqu'étant
aux catholiques,
anges chers
n'étaient
tels que les catholiques
pas les anges
se les représentent.
Je
les voyais
ainsi
l'orthodoxie
que
les
> affreux,
palladique
dépeint
repoussants,
la face jaunâtre
abjects,
dragonneux,
ayant
ou verdâtre
teintée
du livide des cholériques,
le corps
doté d'une
contorsionné,
queue
les
oreilles
et
ridicule,
larges
le haut
pointues
de la tête,
dépassant
l'aspect
Ils s'agitaient,
grotesque,
laid, méchant.
montaient
grouillaient,
les uns sur les autres.
Il y en avait
qui ne se composaient
tête
que d'une
entre
deux
plantée
ailerons
de chauve-scuris
et du cou
fantastique,
une
pendait
terminée
poche
en queue
flasque.
de colossale
sangsue.
au contraire,
D'autres,
possédaient
de bras et
plusieurs
paires
de jambes,
un ventre
ou triple,
ou quadruple,
double,
un dos
bossu
en pointe
couverte
d'écaillés
le aez
absent
feddcs,
un
remplacé

par

trou

tnMgn.

–~0–
laire

qui
cela

Tout

ainsi

bavait,

et pourris.
irréguliers
de splendides
étaient
daimons
les plus
réalisaient
épouvancrocs

aux

gueule

Nos
menaçait.
grognait,
maléakhs
les ténébreux

hurlait,

de lumière;

anges
tables

la

que

cauchemars.

Terrestre.
du Paradis
étaient
les gardiens
quels
chet
Leur
de bataille.
un front
nous
Ils se massèrent
opposer
pour
et les
ses noires
légions
parcourant
était Zachariel
je le vois encore
Voilà

Par

ce cri

devait

qui

sur
élançons
en des
heurtions

nous

les

dans

les autres,

le combat.

engager
l'ennemi.

nous

Nous

de

poussées

esprits,
les uns

on se traversait

lutte

cette

demeurant

en

tout

Alors,
formidables;

chocs

Asmodée.

clama

la victoire

sera

à nous

Lucifer,

C'était

nous

nous.

contre

excitant

surnaturelle,
si l'on
comme

incompréhenétait descorps

se ressentent,
Lescoups
l'humain.
des
arrachaient
Les
maléakhs
blessé.
on n'est
mais
pas
matériels;
on
plongeaient
nous
les
et
quelques-uns
lançaient
des
rochers,
arbres,
crocodiles,
des animaux
féroces,
tigres,
tenant
ne sait où, reparaissaient
n'étant
ces bêtes,
esprits,
pas
en lapidaient;
et nous
hippopotames,
de feu
mais,
de nos épées
projectiles
au contact
étaient
foudroyées
avant
vacarme,
d'expirer
l'air
elles remplissaient
d'effroyable
vivants,
sous nos coups.
Asmodee
Dans la mêlée,
nous ne combattions
que par l'épée.
Nous,
et
surtout
7achariel,
côte à côte,
nous recherchions
et moi,
nous tenant
si
comme
nous-mêmes,
sur lui, le traversant
fondions
fois
nous
chaque
alors
et il poussait
en lui
un passage
n~
énées
de feu nous ouvraient
étant
célestes
nos natures
de douleur,
des
de
cris
rugissements
des
rage,
sible

pour

le

mutuelle

la place.
Le but n'était

esprits,
celui qui est

est

soufrant

lassés,

Enfin,

tout

entre

combats

ces

Dans

terrible.

C'était

à la sienne.

contraires

les

vaincus,

battus,

défaite

après
ainsi.

maléakhs;

Les

quatorze
à
obstacle

mettre

de

trente-trois
pénétrâmes
Asmodee
beautés
des

des

se

maléakhs

dans
était

la volonté
daimons

ses

pour
légionnaires
Terrestre.
le Paradis
mon

guide.

Il

me

de me le faire
donc

l'ennemi.

de
me

servir

inconnues.
des

p~s

nous

visiter,.

exprimée
de
là, afin
choisit

Asmodée

d'escorte:
avec

montra

été

avait

demeurèrent

offensif

et

dispersèrent

Il s'agissait
de Lucifer

sont
de l'hiver
où les glaces
au varié
ptumage
d'oiseaux,

du lieu,

n~lli~

l'Eden.

de
légions
retour
tout

pénétration

traversé.

cédèrent

pas d'occuper

cette

dans

est

alors,

nous

complaisance
milliers
Des
riches

couleurs,

les
et

–4ï–
chantaient

dans

les branches,
et quelle
harmonie
en leur
joyeuse
concert
belles
fleurs
du printemps
étalaient
leur
profusion,
les plus beaux
parmi
fruits
de l'été
et de l'automne.
Le parfait
accord
entre
les
diverses
régnait
de la gent
animale
les faisans
espèces
d'or et
les superbes
d'argent
ignoraient
l'effroi
à la crinière
luisante
lions,
et
avec
les gracieuses
propre,
jouaient
biches.
partout
Les plus

émerveillée.
J'étais
Asmodéc
me fit
tira

nique,

l'Adam

Bon,

apparaissant

qu'eue

appelât

palladistes
souvenirs
chés

voir

la mare

d'où

prétend
des dogmes

intérêt
puissant
pas, un nouveau

la légende
apadet le bosquet
où le Dieu-

créé par Adonaï,
imparfait,
à Eva,
sous le nom d'Eblis,

« Caïn

à l'Eden.

selon

Lucifer,

» son premier-né,
ne fut pas
qu'Adam

dont

voulut

affectueusement

la tradition

le père.
qui sont

adoptée
Il me remémora

parles
tous les

lue! ferions, ceux
particulièrement
Et moi, je buvais
ses paroles,
je regardais
tout
ce que son
me désignait;
à chacun
doigt
ravissement.

attaavec

un

de

mes

les siècles,
Malgré
rien ne subït
les atteintes
m'expliqua-t-il,
de
la
vieillesse
en ce lieu
de la Terre.
Les arbres
privilégié
s'y sont développés

la
jusqu'au
point
maturité
est
dans
toute
sa force,
mais
pour y
demeurer
en état
loin
d'avoir
stationnaire;
leur
tronc
et leurs
rameaux
et rongés
dépouillés
le
par
année
la sève
temps,
chaque
les
puissante
Il
en
serait
rajeunit.
de même
des animaux,
s'ils
restaient
dans
l'Eden; i
mais, n'ayant
pas
l'intelligence,
franchissent
les limites
beaucoup
du
de
délices
et
se trouvent
jardin
dès lors dans les conditions
malheureuses
de toutes
les autres
créatures.
Toujours

d'après
a

qu'Adonaï
Terrestre.

placé

Cependant,
malfaisante

influence
quelques-uns
qu'il

mirage

trompeur

decequ~e'
de ce qu'elle
rmo~t~
inondation

qui

pour
ailleurs

~ue
des flots.

ils sont
les

s'aventurent

çonner

Terre

le système
ses lignes

y a là 1-Eden
que

c'est par
lucifénen,
de maléakhs
tout
invisibles

éloigne,
dans ces
béni.

produisent

pour

les

Irrésistiblement
sans

parages,

Aux yeux
de
les maléakhs,
déserte,

haine
autour
hommes;
les

qu'ils

l'humain,
la nature

c'est-à-dire

de l'humanité
du

Paradis

seule,

leur
si

repousse
puissent

par
en
tout

l'effet
cet
le

soup.
d'un
endroit

contraire

est,
miracle

générale;
noyer

tout,

multipliaient
infranchissable

de

Lucifer,
l'Eden
fut Préservé
de
les eaux,
dont Adonaï
versa
des
torrents
sur la
n'y tombèrent
point,
et les vagues
diluviennes,
les
s'arrêtèrent
ravages,
aux abords
comme
si
s'élevait
au fur et à mesure
de la croissance
ra

42
d'avoir
heureuse
et j'étais vraiment
me rappela,
ce qu'Asmodée
si merveilleux.
en un séjour
de pénétrer
eu ce privilège
eut à
du Dieu-Bon
seconde
la
promesse
ravie,
quand
Je l'écoutais,
des plus
au-dessus
bien
d'une
taille
Un
aigle,
magnifique
s'accomplir.
devant
moi,
s'abattre
vint
de neige,
et d'une blancheur
connus,
grands
sur son
à m'étendrc
m'invitant
avec grâce
et, par l'attitude,
se baissant
daimone
la plus
après
de Paymon,
puissante
blanc
dos. C'était
l'aigle
Voilà

Astarté.
redevenue
corporelle.
j'étais
me dit Asmodée.
Je vous
ce jour est remplie,
en Oolis.
blanc qui doit vous transporter
à l'aigle
confie, chère Diana,
mon bras
aérienne
sur ma monture
je tenais
Aussitôt,
je pris place
alors
s'éleva
de Paymon
sacré
de son beau cou. L'oiseau
autour
passé
d'ailes,
sans battement
une rapidité
avec
prodigieuse;
dans
l'espace,
oblique,
il avait
pris une ligne ascensionnelle
étendues,
mais les tenant
je distinrond,
peine
qu'à
ne fut plus qu'un
point
la Terre
et bientôt
alors
Je sentis
Ma mission

que
de

là-bas.

guais

Mais
monde

je
solaire
au

adoré,
retournai

ne

raconterai
des

ignoré
de
dire
autre

une

la

profanes,
légende

fois,

ici

pas

portée

excursion

ce

d'un
planète
règne et seul est

en Oolis,

voyage

Adonaï

sur laquelle

tirée
duZ~
palladique
lui-même
dans les bras de Lucifer
nécessaires.
avec tous les détails

J'y
c'est

que je narrerai,
mon retour.
dire aujourd'hui:
L'importants,
nous
Quand
blanc de Paymon
qui me rapporta.
Ce fut aussi l'aigle
d'une
au-dessus
un instant
il plana
de la Terre,
nous rapprochâmes
de
descente
élan,
en un invraisemblable
puis,
montagneuse;
région
en
volcan
le cratère
d'un
dans
il plongea
à peine,
secondes
quelques

cette

éruption.
pleine
La lave jaillissait
étaient

projetées

rochers

craquaient
intérieure

mensité

incandescentes
pierres
les
du gouffre
des profondeurs
de feu,
avec violence
l'imsillonner
des éclairs
et se fendaient,
je voyais
ni ma
ne m'atteignait,
rien
mais
que je traversais
à

flots

bouillonnants,

des

monture.
Et

dans

volait

l'aigle
brûlure;

les tourbillons

de flammes

qui ne nous causent
ni
suffocation
sans

le
tranquille,
calme,
j'étais
en un endroit
qu'immédiate
Et enfin nous arrivâmes
malaise.
moindre
de forme
lieu clos aux murs suant le feu, appartement
ment je reconnus
blanc
du
y
fond
à l'angle
l'aigle
le Baphomet
avec
triangulaire,
de
te Sanctum
bien
Rcgnum
c'était
du sol
béant
pénétra
par un trou
Charleston.

aucune

et

–4.3–
Le

souverain

prières,

auprès
le sol
Alors,
j'étais

lequel
Paymon

de Lucifer
pontife
du Palladium.
fut subitement

tation,

revenue

Je me

trouvais

comme

Pike

que

je demandai,
mon absence
avait
En

une

Emérites

sans

et

Quand
temps
heure

dix

et
brèche,
ne se pouvait

partie

disparut.
sur le siège

et les

assise,
m'avait
fait

le lendemain,
il me
duré,

nulle

Albert

examiner

les

du

par
de

distinguer.
au début

trou

L'aigle
de ma~médi.

donner.
à l'un

des

assistants
« Une

répondit:

combien

heure.

heure

le Grand

des

trace

le départ
seulement,
avec
Lucifer,
la région
terrestre
la bataille
inconnue,
contre
les maléakhs
la visite
par Zachariel,
de l'Eden,
le voyage
en Oolis,
Charleston
et le centre
par le volcan
de la Terre
C'était
Le résultat

récitaient

»

de
Une

l'arrivée

dans

commandés
le

retour

à

fantastique.
du 8 avril
fSSg

les décrets
signa
l'un
ordonnant
la cessation
du conflit
entre
les
les
TT~7
&
et
l'autre
ratifiant
mon
honorariat
à Louisville
et imposant
ma
proclamation
officielle
comme
Maîtresse
Templière
à mon
premier
à
Paris.
voyage
c'était
bien
Or,
Lucifer
qui m'avait
des
dispensé
profanations
d hosties;
m'avait
même
l'hypocrite
donné raison.
ici dans quel but le
Je ne rechercherai
point
suprême
imposteur
agit
de la sorte à mon
dirai
seulement
égard.
Je
est pour
que grande
moi la
consolation,
de n'avoir
aujourd'hui,
pas le remords
des exécrables
sacridans les Triangles.
lèges commis

<3M~

Mais

il

faut

prestiges

relater.
je dirai

Loyalement
K avril

ce que

Longtemps
a mon sens,

1889;

j'ai
c'était

diaboliques

Le
je pense.
cru à la réalité
tout

autant

que

voici:
des

faits

viens

je

n'est
merveilleux

de miracles,

et

de

qu'une
de ce

de

l'ordre
plus
haut, opérés
le
Dieu-Bon
par
en ma faveur,
pour me marquer
mieux
sa prédilection.
Depuis
que je sais
Lucifer
n'être
que le déchu
Satan,
la foi en
depuis
que j'ai
seul
l'unique
Dieu,
seul
Très-Haut,
vraiment
la conviction
Tout-Pui.sant.
j'ai
les faux
que
miracles
du
Maudit
sont des
rien
prestiges,
autre;
par conséquent,
j'ai été mystinée,
comme
le sont tous les
palladistes.
le

La

première

splendeur,
e

combî

~1~
la légère,
Je

qui
se

de Satan
tromperie
ne lui appartient

montrent

en

ni pour
répéter
c.rtame
que Lucifer

a
pas.

cté

son

apparition
daimons
sont

Les

lumière,
c'est
on verra
bientôt
une

leçon qu'on
m'est
apparu

de leur

que
m'aurait

réellement,

je

en

état

de

aH-reux,

et

part

supercherie
ne dis pas cela

apprise
comme

au couvât
il appa~t

à

--44–
à tant
dans
pour
d'une

surtout

à Charleston

il a voulu

la perpétuer
à mes yeux,

d'autres,
l'erreur,
ne pas

démériter

mais,
c'est

parce

que

j'avais

été élevée

à mon désir,
répondre
et
éclat usurpé
s'est
paré d'un
qu'il
donc
qu'il est.
vu, mais autrement
pour

mensongère.
Je l'ai
exécutées
d'illusions,
le reste,
Tout
je ne l'ai pas vu. J'ai été victime
les flammes,
dans
descendre
adresse.
une surnaturelle
avec
J'ai cru
des
en une région
de Lucifer,
arriver
en compagnie
traverser
l'espace
côtés
aux
les
vaincre
des maléakhs,
j'ai cru combattre
plus belles
du feu
de quatorze
à la tête
j'ai cru
d'esprits
légions
d'Asmodée,
les explications
entendre
le visiter,
dans le Paradis
Terrestre,
pénétrer
en Oolis
blanc,
par un aigle
d'un céleste
j'ai cru être transportée
guide;
aviation
revenir
sur et sous Terre
par cette
de création
luciférienne,
d'un volcan
l'embrasement
indemne
de fées, traverser
digne d'un conte
croit ce qu'il
l'halluciné
et le feu central
oui, j'ai cru tout cela, comme
voit

beauté

n'est
qui pourtant
Tout
cela est mensonge,
et

au

pouvoir
transformer

de

Satan

pas.
donc

ni

de

monstres

en hideux

mystification
ses daimons
les

anges
Ces

car
de
de

il n'est

reconstituer

Dieu,
faits
trois

et de

aucune
l'Eden,

ment
de

leur

infliger
de
la preuve

sont
à corps.
corps
à
s'était
borné
se déguisant
en ange,
du tout.
Si le diable,
l'imposture
et
extrêmement
dans les airs à des distances
éloignées
me transporter
car
de la foudre,
pas eu illusion
n'y aurait-il
avec la rapidité
peut-être
sur lesquels
Mais les trois points
j'incela ne dépasse
pas son pouvoir.
a la foi chrétienne.
dès qu'on
siste sont trois impossibilités
manifestes,
illusion.
Donc
illusion,
illusion,
aussi extraordinaires
voir des choses
L'halluciné
que celles
s'imagine
les
dans
Par tel état maladif,
par tel dérangement
par moi rapportées.
extraordinaire
dans
et erreur
il y a ainsi absolue
perturbation
organes,
Satan
individu
le sens visuel.
détraqué,
Or, ce qui a lieu pour l'halluciné,
de cerveau,
saine
entièrement
une
le produire
personne
pour
peut
en
fonctionnement
tous
ses
parfait.
nullement
organes
folle,
ayant
elle dure ce q;ieDieu
est un incident
illusion
permet
Cette
exceptionnel
une

défaite

au Maudit
est dans

en combat

de la faire
son état

durer

normal.

une
Ainsi,

fois

qu'elle
l'hallucination

de Satan
la victime
a cessé,
d'un individu
accidentelle

les médecins,
dont s'occupent
l'halluciné
rien de ce qui distingue
n'ayant
du surnaturel
au domaine
bien ce qui appartient
diabolique.
voilà
été
à mon sens, que le 8 avril ~889, à Charleston,
j'ai
Il est certain,
mais que j'ai été posséselon le terme
médical,
non pas une hallucinée
menti en hypocrite
m'avoir
dée au plus haut degré
qui, après
par Lucifer,
à ~brti~er
illusions
de nature
les plus habiles
m'a prodigué
consommé,

–45–
formidablement
chait

de

mon

soupçonner
au roi des

miracles,
Tous

ceux

Sanctum

Re~'num,

divers

a fait

De même

qu'il

sont

ainsi

tous
sanctuaires

le Sanctum

palladiste
fanatique
Une prière
et voilà une
fervente,
vous emportent,
vous rassasient
les

que

autres;
fermement

croyant

de

m'empêdes faux

ceux-ci

comme
été.
sont
dupés
je l'ai
chrétiens
où les miracles
privilégiés,
de Charleston
a le plus
haut
Regnum
toute
l'année.
le
s'y multiplient
Là,

et les prestiges
est en communication

infernal,

privilège

ainsi

servais

reçue
j'avais
au prince
jouet

prestiges.
venant
à

appeler,
y a des

fréquents,

je

que

que

sont admis
aux
du
Charleston,
mystères
à qui les
je ne parle
pas des visiteurs
haut-gradés
de l'immeuble
sont montrés
à titre de curiosité,
je
Elus
et des Maîtresses
le prétendu
que
Templières

qui,

appartements
des Mages

parle
Dieu-Bon

et l'éducation

erreur;

ou,

on a sucé

directe

Satan

en personne.
vous saisissent,

les daimons

apparition
d'aventures

du

de ce lieu
moins,
à tout ce dont
vous avez

les unes
plus merveilleuses
ultramaléficié
vous
sortez
eu l'illusion.

le lait, quand
on a eu dès le berceau
la
en une divinité
en deux
éternels
croyance
double,
principes
contraires
se combattant
sans répit,
on est inébranlable
dans
à moins
l'erreur,
d'un miracle
de la grâce.
Tous
les raisonnements
se brisent
échouent,
contre
ce roc:
avoir
vu Lucifer
en splendeur
la plus
avoir
magnifique,
des daimons
comblent
de bontés
protecteurs
et qui
qui vous
vous
bouleverser
vous
toutes
paraissent
les lois
pour
de la nature,
avoir
assisté
en témoin
oculaire
à des luttes
victorieuses
du feu
d'esprits
contre
maléakhs.
Quand

Comment
même
se

défaite
des
en

par
pure
de ceux-ci?.
elles

Triangles
sont

Moi,

avec

pouvez-vous
soupçonner
les uns
qui se montrent

ordre

battent

l'erreur

avec

car

témoins

eu toutes

j'ai
à qui

comédie
Ces
laissent
tous

une
ne

vous

pour

batailles

voient

les illusions

que
beaux

entre
impression

ce
et
faire

esprits

sont

des

les autres

daimons
hideux

constater
sont

fréquentes
chez
ineffaçable

du
et

qui

l'invariable
au

sein

ceux

qui

pas.

possibles
il enest
et impossibles
peu,
Satan
ait prodigué
je crois,
autant
les prodiges,
les uns par trom~
les autres
perie du sens visuel,
vrais jusque-dans
une certaine
mesure.
Parmi
ces derniers,
et dûmentconstatés:
l'extase
avec ascension,
j'avais
le plus souvent
horizontale;
sur l'eau,
je marchais
etc.
Tant
le Maudit
avait
à cœur
de me retenir,
m'a même,
un jour.
qu'il
en son
emportée
du
feu
royaume
mais
éternel;
ceci,
a été
une illusion,
certainement,
son prétendu
puisque
n'était
royaume
de damnation
pas l'enfer
tel que
le décrit
l'Eglise.


Documents similaires


Fichier PDF yb00 01
Fichier PDF satan lucifer
Fichier PDF prieres pour votre restauration
Fichier PDF sathan
Fichier PDF lmodern without t1
Fichier PDF satanisme


Sur le même sujet..