yb02 01.pdf



Nom original: yb02_01.pdf
Titre: Mémoires d'une ex-palladiste
Auteur: Diana Vaughan

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Bibliothèque nationale de France / iText 1.4.8 (by lowagie.com)[[[000000, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 16/03/2015 à 15:46, depuis l'adresse IP 93.1.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1458 fois.
Taille du document: 86 Mo (725 pages).
Confidentialité: fichier public





Aperçu du document


Mémoires d'une expalladiste parfaite,
initiée, indépendante /
Miss Diana Vaughan
(Jeanne-MarieRaphaëlle)
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Taxil, Léo (1854-1907). Mémoires d'une ex-palladiste parfaite, initiée, indépendante / Miss Diana Vaughan (Jeanne-Marie-Raphaëlle). 1895-1897.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la
BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 :
*La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source.
*La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits
élaborés ou de fourniture de service.
Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.
3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit :
*des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans
l'autorisation préalable du titulaire des droits.
*des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque
municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle.
5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur
de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays.
6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non
respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978.
7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.

Dia~a

t"M:iss

f'D~iUiL-

VATJ~ï~

?'"

t

(Jeânne-Marie~Ba~

[.

MEMOIRES
'D'UNE

~PA~TE

"P~rMte
3~

Imtï~

'Ïnâ~pe~da~ie

'<M~&ti~~
'~0~M~~<BM~M;<M!M/()t.

Pnx

r~

du Numéro

.N~~e.

AB(~NËME~TS:'Un~n,~3Ïr.
d.ra~~adr

~uNtq~.poM-taua-Ms.

,'v"

.î~~

M.

~~SS~'Ï'~1~5.

PtËH.RË.T.Ë~

~~N~Ë~~B-MA~

;–g:~

PUBUMTtOSTRES RMOMMaNO~E,
paRAtSSANTA COTESFtXES

L'ANTt-MAÇON
REVUE SPÉCIALE DU MOUVEMENT ANTtMAÇONNîQUE
ORGAKEOFF!CJEI.DE LA H8UE DU LAB.ARCM
'PARAtSSANTTOUS LES SAMEDIS, A PARTIR DU )? OCTOBRE t8p6
Prix du numéro 15Centimes (franco). Seize pages.
Directeur
Alfred
PIERRET
Principaux coUaborateurs K. DB BORGIA, PAULDE'RÉGfS, Guy H'ANTAN
ABONNEMENTS. France et Colonies S fr. par an 3 fr. pour six mois
Etranger fr. par an 3 fr. SO pour six cnots.
L'Océan
Noir, souvenirs
publie dans ses cotonnes
L'~VT~-AL~ON
roman antim~çonnique d'un
occultistes, par K. DE BoRGtA, et Pour la Patrie,
directeur de ta ~t-~ de Q.uébec (Canada).
puissant intérêt. parJ.-P. TARDtVjEL,
Miss DtANA VAUGHAN puMie dans l'~ti'~M!
sous !c titre
LES
PALLADISTES
F~ÂMÇA!§
une série de rëveiatioas concernant particuHerement les Lucif~riens de France et
qui ne pourraient trouver place dans ses Af~M~.
{/MmmtO'C
est e)K'C)'e
à ?)' ~f !f/)Hi'K, MM~f
~e 0
1S
~f~/MMt)''HK
~M~rf-~O!~
~~r
M P/!M/77?<E.NOUVEL OUVRAGE de MISS VAUGHAN
<~xctMsife'tn<;nt
)[*6se!t*v6
aux jtS<*e<6s!.aat!<j[Mes
LA

~m
TRANSmûN

BËaTWBAT~OM
BU'

C~
B:
PAR LE SANCTUM
.BÈGRÈTËË
POH& MËPARER
R:

~ML!§$EMENT

(TexteQrjgiMaÏd'Â~

M

PUBL!C

REGNUM
OE

mC!~R

D'ALBERT
PIKE.'
de Diana Vaughan)

33"
L'ouvrag'e.~r~e.une~~
'in-oct&v&mêmefdrmatqueLe
Ctiapt'
chez
les
!ibraires
nos
qU
~.rix:
U~RA~Gf{da~
correspondants),
Par poste !fr,'40
(en paquet recon'tmande)
;Vt)\Ïa;nat~3e~
cet ouvrage n'est vendu et exp~
'~mery~~révélês
l'envoi en pH~~
~qu'aHx. EeGKsiastiqM's~ adoptons
/recpmmand~;s~
H
s'agit d'ouvrages ce
ou m<
/:ceMi-ci~
pins
i ~déto'urnente.nts
~in~r~J.
i%7'
,M~~M.~
?~<te~r~M

i s- os e qite'iconqiees-(Potir a&o~o~MM~,~~t!!x
fo~M, ~~t<'Mj;,
~io,
di-i
-au
,doiveàt
a f~<~
<&M. A, PfËRRET
Paris.

j.

.}


Miss

Diana

VAIJŒHAN
c

(Jeanne-Marie-Raphaëlle)

ME

01

M
~'i

R

E

S

D'UNE

~-j

~M /E~X

PAL

Par~ite

LAD

Initiée,

1

S

T

Indépendante

~Joli.c:ii.L

3ME~3a.s'uell~

Ceci

est

une

a'Mfy'6

PARIS
L!B~!E
A.

E

PIERRET,

~~MÇOK~OUE
Éditeur,

37,

TowsJt'ot~~j~M

RUE

ËTIENNE-MARCEL

de

bonne

foi.

Je ne suis plus des nôtres?.
Tout
devrait

est possible,
pas arriver.

M'est
attendre.

arrivée,
Qu'on

même

en effet,
la lise.

l'impossible
la

plus

tout

impossible

« Or \y de Londres,
« T\7

C'

S\7

Diana

arrive,
missive

Soit 1
même

que

ce

je

qui ne
pouvais

le :<) payni ooo8<)5.

Vaughan,

« Le Comité
de la Fédération
Palladiste
permanent
Indépendante
vient de prendre
connaissance
du troisième
numéro
mensuel
de la revue
à Paris
sous le titre le T~~M~
que vous avez fondée
et
./?~?~~
et
vous
Z~
en, vous
sur un des votes
du
que
rédigez,
appuyant
de Londres
Convent
du 2 mékir
(séance
oooSo/j.).
« Malgré
toute l'affection
du Comité
vous portent,
que les membres
sans en excepter
un seul, et tout en reconnaissant
la parfaite
de
loyauté
vos intentions,
ils ne peuvent
vous laisser
dire plus longtemps
que vous
le
bien
de
notre
et
ils se voient
agissez
pour
dans la pénible
cause,
de
vous désavouer
obligation
devant
les Triangles
de la,
complètement
Fédération.
« En publiant
dans votre deuxième
numéro
un document
à
destiné
demeurersecret,
quelle
vous
que soit l'opinion
qu'on en puisse
avoir,
aviez
commis
faute. La reproduction
déjà une grave
qui en a été faite,
avec autant
de joie que d'empressement,
de
par de nombreux
organes
dit
les éloges
rAdona.ïsme
romain,
catholique
publics
que le journal
moniteur
officiel du Pape de la superstition
l'M&
en France,
vom
dans
son
numéro
a adressés,
du 30 mai, pour
vous
féliciter
de cette
dû vous
auraient
faire
divulgation,
vous
étiez
comprendre
que vous
dans
unemauvaise
voie.
engagée
« Vous avez ainsi porté
le trouble
dans nos rangs.
Deux
membres
de notre
les plus dévoués
de paraître
Comité,
solidaires
de
craignant
vos écarts,
des
aux. yeux
donnèrent
leur
démisIndépendants
fédérés,
sion et ne l'ont
reprise
qu'à la suite de notre délibération
d'hier,
portant
tin bLame formel
de votre conduite.
avez appris
si vous n'aviez été égarée.
eëttedéti-iission,
tout sacriEer~
3t~ixze les intérêts
notre
à 1~
cause,
h~ine personnelle,
vous auriez
senti quelles
difficultés
et
de prudence
créait
à notre oeuvre,
sang-froid
dont
la propagande
seulement
sur de nouveaux
terrains,

-T~
par.I idée fixe de
,:satisfa.ction,
d'une
de
votre
manque
~butn

est

pas

4
maisaussi
la préparation
d'une entente
avec
plus ou moins
prochaine
nos 1'1~7 et
des concessions
SS\,7 séparés,
moyennant
et
réciproques
La démission
au
imposée
à notre union.
F\7 ~61, seul obstacle
« Loin de là, vous obstinant
dans la plus
malencontreuse
des tacne
voulant
tiques,
conseil
de
prendre
toute
que
vous-même,
perdant
travaillant
contre
le
mesure,
sens même des principaux
votes du Convent
de
vous avez publié
Indépendant
Londres,
ce troisième
numéro d" votre
tout
revue,
non
que
Palladiste,
comme
vous l'êtes,
égaré
condamnera
avec une juste sévérité.
« Dans
ce numéro,
vous portez
de véritables
déns
à quiconque,
parmi les Indépendants
ne
fédérés,
vous insérez
pense pas comme
vous
une lettre d'un ministre
en déclarant
d'Adonaï,
en êtes très
que vous
touchée
et lui promettant
de la mère
du Christ,
que, à l'égard
vous ne
vous
servirez
jamais
plus
heurter
la foi des
d'expressions
pouvant
vous
catholiques
annoncez
romains;
le récit de
que vous
publierez
« crimes odieux
s commis dans les Triangles;
vous représentez
le bon
a
se
génie
constituer
qui
votre
daigné
comme
irrité
protecteur,
fuyant
devant
le nom de Jeanne
dont
votre
d'Arc,
aveuglement
exagère
singulièrement
les mérites;
tout en expliquant
vous
avez
été
que
trompée
de nos croyances,
par un rénégat
vous
lui
avoir
fourni
des
reconnaissez
armes,
contre
nous et qu~ vous ne lui avez
qui ont été tournées
pas
alors
était
encore
reprises
de
qu'il
dans
une
temps
affaire;
enfin,
et dont le sëS
correspondance
est bien facile à comque vous insérez
vous ne vous cachez
prendre,
rendez-vous
pas de prendre
avec la
d'un
couvent
supérieure
adonaïte,
un séjour,
de vingtpour
y avoir
dites-vous.
quatre
heures,
« Nous avonsie
de vous le dire, T~ CV S\7,
regret
par ce troisième
vous
numerc,
avez
vous-même
votre
prononcé
condamnation.
Vous*
n avez plus le droit de vous dire des nôtres.
Convent
de Londres
n'a pus stipulé dans quelles
Indépendant
limites
il vous donnait
c'est qu'il
mandat,
venu
à la
ne serait
jamais
des
vous accordant
pensée
leur confiance
délégués
en
que vous pourriez
faire un tel abus.
«

aussi,

lunatumité/par
iaisons
dé&nse
~Z~qui
tenant..
« Nous

nous teaoas
nos pouvoirs
du même
et à
Convent,
délibération
nous
vous
désavouons
d'hier,
et vous
de vous servir
désormais
de ce titre
de T~
,t
et lui apparest
celui
adopté
par la Fëdéfâtion

vous donnons
détruire
tous les
sept jours
réQéchtr,
pour
non
exemplaires
distribués
des
numéMs 2 et 3 de votre
revue que
nous
nous
remettre
répudions,
dé déléguée
vot~ëdémission
à la propagande,
et prendre
l'engagement
p~r écrit de ne plus'aecomplir
une démarche
quelconque
sous votre
ni pubIter~Gique
ce goit,mê~~
responsabilité
morale
personnelle/sans
en
avoir
r~~ Féçléré11.
<:
dans
la
que nous nous voyons
C'es~avecuneprofbndedpuîeur
d'en ven)r là; mais,
nécessité
vous aurez
quand
de
repris
possession
votresang-frûid
tous
les
etquelàrécor~iliationde
et SSU
du
FF~7

5
Palladium
se sera faite par la démission
dont nous venons
de parler
plus
nous travaillons
sûrs
des
haut, et à laquelle
les
moyens
par
plus
que
vous comprendrez
en vue de vous
vôtres,
que nous avons eu uniquement
contre
c'est-à-dire
contre
les erreurs
de votre
vous-même,
protéger
ne supportant
aucun frein.
fougue,
« Nous espérons,
voudrez
bien méditer
cette
cependant,
que vous
est adressée
vos ~<MY/<
voûte,
qui, vous le savez, vous
par
Nous désirons
de tout notre
cœur
enfin
l'oreille
à la
que vous prêtiez
voix de la raison.
« Cette voûte devra
être tenue
secrète
nous
par vous,
l'exigeons
absolument.
Vous ferez simplement
une circulaire
à vos abonnés
par
vous leur annoncerez,
sans commentaires,
ordre
du
laquelle
que,
par
Comité
la publication
de la revue
le ~~<a'
Fédéral,
et
JP~
Z.?
ne se poursuit
de la propagande
pas, l'expérience
publique
ayant
été jugée
suffisante.
Le Comité
ses
d'autre
prendra
mesures,
part,
pour
un
sera
distribué
aux
seuls
et
imprimer
aux
organe-lien
qui
Triangles
Familiaux
donnant
des
de bon fonctionnement.
Groupes
preuves
« Que le G\y A~7 d\7
notre Dieu,
vous soit en aide
»
l'UV,
~5'M~!y<?/i:/les ~a/M~

Délicieuse
désavouons

celle
plaisanterie,
devant
les Triangles,

au public
1.
Et pourquoi

cela

donc?.

Il

de
mais
ne

me

la

fin

nous

de
vous

la

voûte

défendons

nous
de

vous
le dire

votre
gêne
pas du tout,
moi,
blâme.
A dire vrai, il m'a fort surprise
mais vous savez, chers amis, que
j'ai la résolution
du coup
de stupéfacprompte,
et, ma foi, sitôt remise
vous l'avouerai-je
tion,
éclats
de r~;
?
j'ai eu un des plus beaux
de mon existence.
Or, les meilleures
décisions
sont celles que l'on prend
en état de douce gaîté et
libre de tout souci.
l'esprit
Vous
m'avez
fait
savoir
vos volontés;
merci.
grand
Maintenant,
les
miennes.
apprenez
bien
de faire
détruire
Je me garderai
les exempar mon éditeur
lui
restent
des numéros
plaires
2 et 3 du 7~
qui
ils sont
la preuve
Z~~?;
de votre
intolérance.
exquise
Je les donne
donc à mon éditeur,
et je lui souhaite
de remettre
ces deux
numéros
souvent
sous
afin que soient
presse,
nombreuses
le plus possible
les
bien constater
personnes
qui voudront
des opinions s
que le fait d'avoir
tout
à l'opposé
de celtes
religieuses
des catholiques
romains
ne me
rendait
pas, moi, menteuse,
ni trouvant
malhonnête,
les
insupportables
convictions
contraires
aux miennes.
Ma démission
de déléguée
à la propagande?.
Je ne vous la. remets
mieux
pas. Je vous envoie
ma démission
de tout,
de tout,
de tout.



Télécharger le fichier