Etude physico chimique de deux variétés de figuier de barbarie .pdf



Nom original: Etude physico-chimique de deux variétés de figuier de barbarie.pdf
Titre: doi:10.1016/j.biombioe.2003.11.005
Auteur: Sunisa

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® Office Word 2007, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 17/03/2015 à 11:42, depuis l'adresse IP 41.107.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 583 fois.
Taille du document: 196 Ko (8 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


LES TECHNOLOGIES DE LABORATOIRE - 2014, Volume 8, N°34
Article original

Etude physico-chimique de deux variétés de figuier de barbarie ('Achefri' et
'Amouslem') du Sud marocain
Physico-chemical study of two varieties of prickly pear ('Achefri' and 'Amouslem') of
southern Morocco
1

Bouzoubaâ Z1., Essoukrati Y2., Tahrouch S2., Hatimi A2., Gharby S3*and Harhar H3.
Laboratoires d’Agrophysiologie et Physiologie de Poste récolte, UR Ressources Naturelles et Produits de
Terroirs; INRA-CRRA-Agadir- Maroc. B.P. 124 Inezgane.
2
Laboratoire de Biotechnologies Végétales, Université Ibn-Zohr; Faculté des Sciences Agadir
3
Laboratoire de Chimie des Plantes et de Synthèse Organique et Bioorganique, Faculté des Sciences,
Université Mohammed V-Agdal, BP 1014- Rabat, Morocco
*

Corresponding Authors: Email: bouzoubaa_zakia@yahoo.fr (Bouzoubaa Zakia)
Tel: + 212 66307370

Résumé:
Ce travail concerne la caractérisation
morphologique, des fruits de deux cultivars de
figuier de barbarie; Achefri et Amouslem
largement présents dans deux régions du Sud
marocain; Arbaâ Sahel et Asgherkiss. L’étude de
l’interaction entre le cultivar et le site montre
dans les deux localités que les Opuntia
présentent des adaptations propres à leur
environnement. Certains paramètres tels que la
couleur, le poids et le diamètre du fruit, le poids
de la pulpe et sa teneur en sucres présentent une
différence significative entre les cultivars des
deux sites étudiés.
Mots clés: Opuntia; Caractérisation; Amouslem;
Achefri ; Sud marocain.

Abstract:
This work concerns the morphological
characterization of fruits of two cultivars of
prickly pear; Achefri and Amouslem widely
present in two regions of southern Morocco;
Arbaa Sahel and Asgherkiss. The study of the
interaction between cultivar and the site shows in
both localities that Opuntia has specific
adaptations to their environment. Some
parameters such as color, weight and diameter of
the fruit, the weight of the pulp and sugar content
showed a significant difference between the
cultivars of the two studied sites.
Key
words:
Opuntia;
Characterization;
Amouslem; Achefri; South of Morocco.

Introduction:
Le cactus Opuntia est une plante originaire du
Mexique [1]. Il a été introduit au sud de
l'Espagne suite à la première expédition de
Colombus au nouveau monde. Par la suite, il a
été propagé dans tout le Bassin Méditerranéen
lors du 17éme siècle [2]. A l'exception des

zones sahariennes et montagneuses, les
Opuntia sont largement représentées dans le
paysage rural marocain, en plantations plus au
moins régulières, autour des villages ou en
plantes de clôture limitant les parcelles des
cultures ou les vergers [3].
137

LES TECHNOLOGIES DE LABORATOIRE - 2014, Volume 8, N°34

La culture des Opuntia existe presque dans
toutes les régions du pays avec des superficies
relativement
variables, elle occupe une
superficie estimé à 54 530 ha et représente
11,07 % de la superficie totale en arbres
fruitiers [4]. Sa répartition géographique est
assez vaste puisqu'on la trouve aussi bien dans
les régions côtières allant de Sidi Ifni jusqu’à
Tanger, que dans plusieurs régions continentales
[4]. Les meilleures plantations se trouvent dans
les zones côtières et plus précisément dans la
bande côtière de plus de 10 km de largeur
subissant l’influence maritime, la plante y
bénéficie en fait du brouillard nocturne et
matinal, très fréquent dans cette zone, tout au
long de l’année [4].
Dans la province de Tiznit la culture des Opuntia
occupe la plus grande superficie soit 17 600 ha
dont 65 % dans la région de Sidi Ifni et Aït
Baâmrane à elle seule [5]. Le cactus a été
largement ignoré par les scientifiques jusqu'au
début de 1980, ce regain d'intérêt est attribué
en partie à la multifonctionnalité des fruits de
figuier de barbarie. Des études récentes ont
révélé leurs teneurs élevées en certains
composants chimiques, qui peuvent apporter à ce
fruit une valeur nutritionnelle ajoutée, tels que
la taurine, le calcium, le magnésium, les
composés phénoliques et les bétalaines [6].
Le cactus connait également un regain d'intérêt
dans plusieurs pays en raison de son rôle
écologique,
environnemental
et
socioéconomique: lutte contre l’érosion et la
désertification, production de fruits et de
fourrage. Le figuier de barbarie est aussi à
l'origine des produits et sous produits à divers
usages industriel, médicinal, pharmaceutique et
cosmétique [7 ; 8].
Au Maroc, la nouvelle stratégie du
développement de l'agriculture concrétisée par
le Plan Maroc Vert (PMV) est une véritable
opportunité pour le développement des
différentes filières liées au cactus, sachant que
le PMV prévoit la consécration d'un million
d'hectares pour des espèces fruitières peu
exigeantes en eau, tel que l'olivier, le caroubier

ou encore le cactus. Les superficies réservées à
ce dernier au niveau de chaque région devront
connaître une augmentation remarquable,
notamment dans les régions de Guelmim-Smara
(70 000 ha supplémentaires) et Rhamna (50 000
ha).
Le cactus marocain représente une très grande
variabilité génétique, plusieurs cultivars existent
et se distinguent par la période de floraison
(précoce, tardive), la couleur de la fleur (jaune,
orange et rose), la couleur du fruit et de la
pulpe (verte, jaune, orange, rouge et pourpre),
la forme des fruits (ovoïde, ronde ou
oblongue),
les
caractéristiques
organoleptiques des fruits [4], et la teneur en
antioxydants [9; 10].
Les fruits de figuier de barbarie présentent une
variabilité dans la forme, la couleur, le poids, la
teneur en sucre, en acides et en antioxydants,
etc. Ces différents paramètres varient d’un
cultivar à l’autre et sont fortement influencés par
l’environnement. Dans ce cadre, nous nous
sommes intéressés à l’étude de quelques
paramètres physico-chimiques des différentes
composantes des fruits de deux cultivars
présents dans les régions de Tiznit et Ait Baha.
Il s’agit des cultivars 'Achefri' et 'Amouslem'.
2. Matériels et Méthodes
2.1. Sites de collecte:
Les échantillons de fruits ont été collectés à
partir de deux sites différents dans leurs reliefs et
climat; Arbaâ Sahel à influence maritime, situé à
15 km de la mer et 17 km au sud-ouest de la ville
de Tiznit et Asgherkis un site continental situé en
altitude à 57 km au sud de la ville d’Ait Baha,
province d’Agadir (tableau 1).
Tableau 1. Données géographiques
climatiques des deux sites étudiés

138

et

LES TECHNOLOGIES DE LABORATOIRE - 2014, Volume 8, N°34

Sites de collecte
Altitude (m)
Latitude
Longitude
Climat
Température
moyenne (°C)
Pluviométrie
(mm/an)

Arbaâ Sahel
327
29°38’00’’N
9°52’00’’O
Aride

Asgherkiss
709
29°49’00’’N
9°12’00’’O
Aride

25

18

143

222

A partir de l'échantillon conservé à froid, 30
fruits par cultivar ont été pris au hasard en vu de
déterminer les différents paramètres physicochimiques. La longueur (mm) et le diamètre
(mm) de chaque fruit ont été mesurés à l’aide
d’un pied à coulisse électronique (STAINLESS).
La longueur est prise du point d’attache du fruit
à la raquette jusqu’à l’extrémité du fruit. Le
diamètre a été mesuré au niveau de la partie
médiane du fruit. L'indice de forme (IF) a été
calculé selon la formule décrite par [11]. La
détermination de la couleur de l’écorce et de
la pulpe a été effectuée à l’aide d’un
chromamètre (KONICA MINOLTA CR-400).
Les valeurs a, b et L obtenues ont été utilisées
pour calculer l'indice de couleur (IC) selon la
formule décrite par [12]. La teneur en sucres du
jus a été déterminée à l’aide d’un réfractomètre
(DIGIT 032), les résultats sont exprimés en
Brix. Le pH a été déterminé par un pH-mètre,
préalablement étalonné avec des tampons de
pH= 4 et pH= 7 [13]. L’acidité libre, exprimé en
pourcentage d’acide citrique est déterminée par
une analyse volumétrique par une solution
basique NaOH (0,1N)[14]. Pour la détermination
de la matière sèche, 30g des pulpes obtenues ont
été pesés avec précision et placés dans des
boites de Petri propres et préalablement pesées.
Ensuite elles ont été placées dans une étuve à
100°C. Après 24h, des pesées périodiques ont
été poursuivies à des intervalles de deux heures
jusqu'à l'obtention d'un poids constant.

2.2. Matériel végétal
Les fruits étudiés ont été récoltés entre Juillet et
Septembre 2010. Seuls les fruits mûrs et sains
ont été sélectionnés, ces derniers ont été
immédiatement conservés dans une chambre
froide à une température de 4 °C. Le matériel
végétal présent dans les sites d’étude est
composé de deux populations :
a- Une population constituée d'individus ayant
des raquettes épineuses et des fruits ovoïdes de
petit calibre, de couleur jaune ou rouge, et une
pulpe de couleur jaune orangée avec une écorce
moins épaisse. Cette population est appelée
localement 'Achefri' (tableau 2).
Tableau 2. Caractérisation morphologique et
morphophysiologique des deux variétés
Achefri et Amouslem (caractères communes
aux deux sites)
Variétés

Présence
épines

Période
floraison

Période
maturité

Achefri

Epineuse

Mai - Juin

Juin – Août

Amouslem

Inerme

Mai - juin

Juin – Août

3- Analyses statistiques
L'analyse statistique descriptive a été réalisée par
le logiciel EXCEL, cette analyse s'est basée sur
le calcul de la moyenne et de l’écart-type pour
chacun des paramètres étudiés. L'analyse de la
variance (ANOVA) et la comparaison des
moyennes ont été réalisées par le logiciel
STATISTICA 6. Le test Newman et Keuls a été
utilisé pour déterminer les différences
significatives entre les moyennes avec un niveau
de signification p ≤ 0,05.

b- Une population constituée d'individus ayant
des raquettes inermes et des fruits ovoïdes de
grand calibre, de couleur jaune ou rouge, et une
pulpe de couleur orange avec une écorce plus
épaisse. Cette population est appelée localement
'Amouslem' (tableau 2).
2.3. Analyses physico-chimiques

139

LES TECHNOLOGIES DE LABORATOIRE - 2014, Volume 8, N°34

moyen de (87.04±19.05 g) (tableau-3).
Concernant la forme du fruit, la majorité des
individus étudiés avait un indice de forme
compris entre 0.70 et 0.79, ce qui correspond à
une forme ovoïde [11].
Les analyses statistiques montrent une
différence non significative des longueurs
moyennes des fruits des quatre cultivars, alors
que leurs diamètres et poids moyens montrent
une différence significative. La comparaison
intersites des deux populations indique que les
fruits d’Arbaâ Sahel sont caractérisés par un
calibre plus grand que celui des fruits
d’Asgherkiss (tableau 3). Cette différence peut
être expliquée par l’effet du climat côtier de la
région d’Arbaâ Sahel comparé à celui
d’Asghekiss qui est chaud et sec. Cependant, le
poids et la taille du fruit dépendent du nombre
de graines [15], de la charge de la raquette en
fruits [16 ], du temps d’émergence du bourgeon
floral [17] et aussi par les facteurs
environnementaux [11]. D’autre part, Felker et
al. [18] ont conclu que la taille des fruits n’est
pas
déterminée
par
les
facteurs
environnementaux ou édaphiques, mais plutôt
par des facteurs génétiques.

3. Résultats et Discussion
3.1. Etude physico-chimique
Dans cette étude plusieurs paramètres ont été
étudiés tels que le poids du fruit entier, de la
pulpe, de l’écorce et celui des graines,
l’épaisseur de l’écore, la teneur en sucres de la
pulpe, sa teneur en eau et en matière sèche, le pH
du jus et sa teneur en acide citrique, le nombre et
poids des graines et le pourcentage de celles
fécondées et celles avortées.
3.1.1 Fruit entier
Dans les deux sites étudiés (Arbaa Sahel et
Asgherkiss, nous avons remarqué que les fruits
de la population 'Amouslem' ont un calibre plus
grand que ceux de la population 'Achefri'. En
effet, et comme c’est montré dans le tableau 3;
dans le site d’Arbaâ Sahel, les fruits
d’'Amouslem' ont une longueur moyenne de
(73.33±7.55 mm), un diamètre moyen de
(54.94±3.46 mm) et un poids moyen de
(120.26±20.39 g). Alors que dans le site
d’Asgherkiss les fruits de ce cultivar ont une
longueur moyenne de (70.30±7.15 mm) et un
diamètre moyen de (55.54±4.15 mm) et un poids

Tableau 3. Comparaison des paramètres physico-morphologiques des fruits étudiés
Paramètres
Forme de fruit
Longueur du fruit (mm)
Diamètre du fruit (mm)
Poids du fruit (g)

Arbaa Sahel
Acherfi
Ovoide
67.84±5.13a
49.57±3.09 b
93.71±14.83 b

Amouslem
Ovoide
73.33±7.55 a
54.94±3.46 a
120.26±20.39 a

Asgherkiss
Acherfi
Ovoide
66.01±6.95 a
46.39±3.58 c
73.50±14.83 c

Amouslem
Ovoide
70.30±7.15 a
55.54±4.15 a
87.04±19.05 b

Les valeurs d’une même ligne affectées de la même lettre sont statistiquement identiques avec IC= 95%.

3.1.2. Écorce du fruit
Au niveau du site d’Arbaâ Sahel, les fruits du
cultivar 'Achefri' ont une écorce de couleur
jaune d’une épaisseur moyenne de (4.28±0.62
mm) et un poids moyen de (43.13±8.99 g), alors
que ceux du cultivar 'Amouslem' ont également

une écorce jaune d’une épaisseur moyenne de
(4.92±1.14 mm) et un poids moyen de
(55.70±11.82 g) (tableau 4). D’autre part, les
individus du site d’Asgherkiss ont produit des
fruits avec une écorce de couleur rouge, d’une
140

LES TECHNOLOGIES DE LABORATOIRE - 2014, Volume 8, N°34

épaisseur moyenne de (3.62±0.90 g) et un poids
moyen de (35.57±8.65 g) pour le cultivar
'Achefri' et d’une épaisseur moyenne de
(3.90±0.62 mm) et un poids moyen de
(43.80±10.19 g) pour le cultivar 'Amouslem'

(tableau 4). Cependant, l'analyse de la variance
entre les quatre cultivars montre que les deux
paramètres présentent une différence non
significative.

Tableau 4. Comparaison des paramètres physico-morphologiques de l’écorce des fruits étudiés
Paramètres

Achefri

Arbaâ Sahel
Amouslem

Couleur de l’écorce

Jaune

Jaune

Poids de l'écorce (g)

a
43.13±8.99
a
4.28±0.62

55.70±11.82
a
4.92±1.14

Epaisseur de l'écorce (mm)

Asgherkiss
Amouslem

Achefri
a

Rouge

Rouge

a
35.57±8.65
a
3.62±0.90

43.80±10.19
a
3.90±1.55

a

Les valeurs d’une même ligne affectées de la même lettre sont statistiquement identiques avec IC= 95%.

Les fruits de la population 'Amouslem' du site
d’Arbaâ Sahel ont présenté les pelures, les plus
épaisses et les plus lourd es. Le poids moyen de
l’écorce des fruits étudiés varie de 35,57 à 55,70
g, alors que leur épaisseur moyenne varie entre
3,62 et 4,92mm.

jaune d’un poids moyen de (50.58±10.11 g)
alors que les fruits d’'Amouslem' ont une
pulpe de couleur orange d’un poids moyen de
(64.55±11.94 g). D’autre part, les fruits
d’Asgherkiss ont une pulpe de couleur orange
d’un poids moyen de (37.92±9.26 g) pour la
population 'Achefri' et de (43.25±13.66 g) pour
la population 'Amouslem' (tableau 5). Les
analyses statistiques montrent une différence
significative entre ces différents poids moyens,
en effet, les cultivars du site d’Arbaâ Sahel
présentent des fruits avec des pulpes plus lourds
que ceux d’Asgherkiss (tableau 5).

3.2. Pulpe du fruit
3.2.1. Couleur et poids
Dans le site d’Arbaâ Sahel, les fruits du
cultivar 'Achefri' ont une pulpe de couleur

Tableau 5. Comparaison des paramètres physico-chimiques de la pulpe des fruits étudiés

Arbaâ Sahel

Asgherkiss

Paramètres
Achefri
Couleur de la pulpe
Poids de la pulpe (g)
Teneur en sucres
pH
Acidité (%)
Matières volatiles (%)
Matière sèche (%)

Jaune
50.58±10.11b
c
13.50±0.95
b
6.02±0.21
a
0.054±0.008
a
80.03±1.52
a
19.96±1.52

Amouslem

Achefri

Amouslem

Orange
64.55±11.94a
c
13.15±0.88
a
6.14±0.17
a
0.058±0.007
a
80.33±1.17
a
19.66±1.17

Orange

Orange

c
37.92±9.26
b
14.91±2.06
d
5.92±0.13
a
0.055±0.008
a
80.03±1.24
a
19.96±1.24

c
43.25±13.66
a
15.87±1.64
c
5.80±0.17
a
0.058±0.011
a
80.37±1.80
a
19.62±1.80

Les valeurs d’une même ligne affectées de la même lettre sont statistiquement identiques avec IC= 95%.

141

Shameia
(Egypt)[19]
Al Sharqiyah
Orange-Jaune
66.25
13.50
6.20
0.049
86.27
13.73

LES TECHNOLOGIES DE LABORATOIRE - 2014, Volume 8, N°34

de la neutralité et relativement élevé comparé
à celui des fruits citriques (orange et citron) [24].
D’autre part, les teneurs moyennes en acide
citrique comprises entre 0.054% et 0.058% ne
différent pas significativement (tableau 5), ces
résultats sont en accord avec les données
reportées dans la littérature (0.05-0.18%) [22;
23].

3.2.2. Teneur en sucres
Les fruits d’Asgherkiss présentent des teneurs
moyennes en sucres de 14,91°Brix pour le
cultivar 'Achefri' et de 15,87 °Brix pour le
cultivar 'Amouslem'. En effet, ces fruits sont
plus sucrés que ceux de la région d’Arbaâ Sahel,
ceci est expliqué par le degré de maturité
homogène et avancé des fruits d’Asgherkiss.
D’autre part, la comparaison intrasite montre
que les teneurs moyennes en sucres des deux
cultivars sont statistiquement identiques dans le
site d’Arbaâ Sahel, alors que dans le site
d’Asgherkiss, l’analyse de la variance montre
une différence significative entre ces deux
cultivars.
Les valeurs moyennes de °Brix comprises entre
13,15 et 15,87 pour les cultivars étudiés sont
identiques à celles indiquées par El-Samahy et al
[19] et Sepúlveda et Sáenz [20] qui varient de 12
à 17 °Brix. Cependant, la teneur en sucres est
fortement influencée par les pratiques culturales
(fertilisation, irrigation,….) et les facteurs
environnementaux, généralement les fruits des
zones sèches sont plus sucrés que ceux des
zones humides [21], ou irriguées [16].

3.2.4. Teneur en eau et en matière sèche
Les fruits des quatre cultivars étudiés présentent
un pourcentage en eau de 80 %. Cette teneur en
eau est élevée mais en accord avec El-Samahy
et al qui ont trouvé 86.27% pour le cactus
d’Egypte [19]. Pour sa part, le taux de matière
sèche de 19 % est supérieur à la valeur théorique
16 % [25]. Cette teneur en eau très élevée des
figues de barbarie est un paramètre qui traduit
la grande périssabilité de ce type de fruit et
limite son aptitude à l’entreposage à la
température ambiante.
3.3. Graines
Dans le site d’Arbaâ Sahel, les fruits de la
population 'Achefri' comprennent en moyenne
281 graines dont 59.55 % sont fertiles et ceux
de la population 'Amouslem' comprennent 358
graines dont 55.82 % sont fertiles. Alors que
dans le site d’Asghekiss, les fruits du cultivar
'Achefri' comprennent en moyenne 259 graines
dont 65.78 % sont fertiles et ceux de la
population 'Amouslem' comprennent 256
graines dont 63.03 % sont fertiles (tableau 6).
La comparaison intracultivars du nombre
moyen des graines montre une légère
différence non significative entre les fruits de la
population 'Achefri', alors que cette différence
est très hautement significative entre les fruits
de la population 'Amouslem'. En effet, les
fruits du cultivar 'Amouslem' du site Arbaâ
Sahel montre un nombre de graines
statistiquement très supérieur que celui des trois
autres cultivars (tableau 6). Les valeurs
moyennes oscillent entre 256 et 358 graines
par fruit (tableau 6), ces résultats sont
largement supérieurs à ceux reportés par d’autre

3.2.3. Acidité et pH
Dans le site d’Asgherkiss, le pH moyen du
jus de fruit est de 5.92 pour la population
'Achefri' et de 5.80 pour la population
'Amouslem'. Alors que dans le site d’Arbaâ
Sahel, les pH moyens sont de 6.02 et 6.14 pour
les populations 'Achefri' et 'Amouslem',
respectivement (tableau 5).
En effet, les fruits de la région d’Asgherkiss
sont plus acides que ceux de la région d’Arbaâ
Sahel, quatre classes distinctes sortent de la
comparaison des moyennes des quatre cultivars
par le test de Newman et Keuls (tableau 5). Les
valeurs de pH moyens obtenues comprises
entre 5.80 et 6.14 sont en accord avec les
résultats des travaux réalisés dans ce cadre
[19 ;22;23]. Ces résultats ont apporté que le jus
des figues de barbarie présente un pH proche
142

LES TECHNOLOGIES DE LABORATOIRE - 2014, Volume 8, N°34

auteurs [26;27]. Cependant, le nombre de
graines varie en fonction de l'âge et du nombre
de fleurs par plante [28]. Tout comme des

études précédentes [26], nos données montrent
une corrélation positive entre le nombre de
graines et le poids du fruit (r = 0,80).

Tableau 6. Comparaison des paramètres liés aux graines des fruits étudiés
Paramètres

Nombre de graines
Graines fécondées (%)
graines avortées (%)
Poids des graines (g)

Arbaâ Sahel
Achefri
Amouslem
281±44.38b
358±42.03a

Asgherkiss
Achefri
Amouslem
259±59.29b
256±85.91b

59.55±4.80a
40.44±4.80a
3.27±0.51b

65.78±6.20a
34.21±6.20a
2.56±0.63c

55.82±5.1a
44.1±5.10a
4.44±0.65a

63.03±6.05a
36.96±6.05a
3.04±0.91b

Les valeurs d’une même ligne affectées de la même lettre sont statistiquement identiques avec IC= 95%.

de 2.2 à 6.4 g.
Conclusion :

Concernant le poids de graines, les fruits
d’Arbaâ Sahel présentent un poids moyen de
(3.27±0.51 g) et de (4.44±0.65 g) pour les
cultivars
'Achefri'
et
'Amouslem',
respectivement.
Alors
que
les
fruits
d’Asgherkiss présentent un poids moyen de
(2.56±0.63 g) et de (3.04±0.91 g) pour les
cultivars
'Achefri'
et
'Amouslem',
respectivement. En effet, le poids moyen de
graines de la population 'Amouslem' est
supérieur à celui de la population 'Achefri' dans
les deux sites. D’autre part, la comparaison
intersites montre que le poids de graines des
cultivars du site d’Arbaâ Sahel est
statistiquement supérieur à celui des cultivars
d’Asgherkiss. Les valeurs moyennes obtenues
comprises entre 2.56 et 4.44 g sont en
adéquation avec les résultats rapportés par
Parish et Felker [27] qui ont présenté des valeurs

L’étude physico-chimique montre que certains
paramètres tels que la couleur, le poids et la taille
du fruit, le poids de la pulpe et sa teneur en
sucres sont influencés par les facteurs
environnementaux. D’autres paramètres tels que
le poids et l’épaisseur de l’écorce, l’acidité
titrable et la teneur en eau ne diffèrent pas
significativement entre les cultivars des deux
localités étudiés. Nos résultats montrent
également que les fruits du cultivar 'Amouslem'
de la région d’Arbaâ Sahel sont caractérisés par
un grand calibre et une teneur importante en
sucres. Ceci est ressenti du point de vue
commercial puisque cette figue de barbarie est la
plus vendue et recherchée au niveau du marché
local.

REFERENCES
[1] Mulas M, D'Hallewin G, et
Canu D, 1992. Osseervazioni sulla
radicazione di cladodi di un anno di
Opuntia ficus indica Mill." Rivista
di frutticoltura 10: 67-60.
[2] Ayouz M, Alary V, Mekersi S,
2012. Analyse par enquête et
modélisation de la place et du rôle

de l'Opuntia (Opuntia ficus-indica)
dans les systèmes agraires algériens
semi-arides. Cahier Agriculture 21,
438-447.
[3] Arba M, EL Aich A, Sarti B,
Belbahri L, Boubkraoui A, Aït
Hammou
A,
et
al,
2000.
Valorisation du figuier de barbarie

143

en élevage. Bull. Mens. Inf. et de
Liaison du PNTTA 68: 1- 4.
[4] Boujghagh M, et Chajia L, 2001.
Le cactus: outil de gestion de la
sécheresse dans le Sud Marocain.
Terre et Vie 52: 1-7.

LES TECHNOLOGIES DE LABORATOIRE - 2014, Volume 8, N°34

REFERENCES
[5] Dehbi Z, et Radouane A, 2000.
Le figuier de barbarie à Aït
Baâmrane Atouts et perspectives de
développement
IIème Journée
nationale sur
la culture du cactus
DPA El Kelaâ: 2-5.
[6] Piga A, 2004. Cactus pear: a
fruit of nutraceutical and functional
importance.
Journal
of
the
Professional Association for Cactus
Development 6: 9-22.
[7] Barbera G, 1995. History,
Economic and Agro-Ecological
Importance.
Agro-ecology,
cultivation and uses of cactus pear
132, FAO, Rome: 1-11.
[8] Zine S, Gharby S, and El Hadek
M,
2013.
Physicochemical
Characterization of Opuntia ficusindica Seed Oil from Morocco.
Biosciences
Biotechnology
Research Asia 10(1), 1-7.
[9] Kuti JO, 2004. Antioxidant
compounds from four Opuntia
cactus pear fruit varieties. Food
chemistry 85(4): 527-533.
[10] Tesoriere L, Fazzari M, Allegra
M., et Livrea M, 2005. Biothiols,
taurine,
and
lipid-soluble
antioxidants in the edible pulp of
Sicilian cactus pear (Opuntia ficusindica) fruits and changes of
bioactive juice components upon
industrial processing. Journal of
Agricultural
and Food
Chemistry.53(20): 7851-7855.
[11]
Mashope,
Barbara
K.,
Herselman, Liezel, & Labuschagne,
Maryke T.
2011. Genetic diversity among
South American cactus pear
genebank accessions using AFLP
markers. 29: 103-114.
[12] Jiménez-Cuesta M, Cuquerella
J, et Martínez-Jávega J, 1981.
Determination of a color index for
citrus fruit degreening. Proceedings
International Society of Citriculture
2: 750-753.
[13]
Chavez-Santoscoy
R,
Gutierrez-Uribe J, et Serna-Saldíva

S, 2009. Phenolic composition,
antioxidant capacity and in vitro
cancer cell cytotoxicity of nine
prickly pear (Opuntia spp.) juices.
Plant Foods for Human Nutrition
(Formerly Qualitas Plantarum)
64(2): 146-152.
[14] Medina EM, Rodríguez EM, et
Romero CD, 2007. Chemical
characterization of Opuntia dillenii
and Opuntia ficus indica fruits.
Food chemistry 103(1): 38-45.
[15] Barbera G, Inglese P, et La
Mantia T, 1994, Influence of seed
content on some characteristics of
the fruit of cactus pear (Opuntia
ficus-indica (L) Miller, cactaceae)
in agriculture of Sicily. Economic
botany 46: 10-20.
[16] Inglese P, Barbera G, Le
Mantia T, et Protoleuo S, 1995.
Crop production, growth and
ultimate size of cactus pear fruit
following
fruit
thinning.
HortScience 30: 227–230.
[17] Wessels AB, et Swart E, 1990.
Morphogenesis of the reproductive
bud and fruit of the prickly pear
(Opuntia ficus indica L. Mill. CV
Morado).
Acta
Horticulturae.
Tropical and subtropical fruits 275:
245-253.
[18] Felker P, Soulier C,
Leguizamon G, et Ochoa J. 2002. A
comparison of the fruit parameters
of 12 Opuntia clones grown in
Argentina and the United States.
Journal of Arid Environments
52(3): 361-370.
[19] El-Samahy S. K., Abd El-Hady
E. A., Habiba R. A., and Moussa T.
E., 2006. Chemical and Rheological
Characteristics of Orange-Yellow
Cactus-Pear Pulp from Egypt,
Journal
of
the
Professional
Association
for
Cactus
Development, vol8, p39-51
[20] Sepúlveda E, et Sáenz C, 1990.
Chemical
and
physical
characteristics of prickly pear
(Opuntia ficus-indica) pulp. Revista.

144

de Agroquimica. y Tecnologia de
Alimentos . 30: 551-555.
[21] Mondragón J, 2001. Cactus
pear domestication and breeding."
Plant breeding reviews 20: 135-166.
[22] Sepúlveda E, 1998 "Cactus
pear
fruit
potential
for
industrialization. Proceedings of the
International Symposium: cactus
pear and nopalitos processing and
uses.
[23] C. Saenz (ed.), Santiago, Chile:
17-21.
Sáenz
C,
2000.
Processing
technologies: an alternative for
cactus pear (Opuntia spp.) fruits and
cladodes.
Journal
of
Arid
Environments 46: 209-225.
[24] Kelebek H, Canbas A, et Selli
S, 2008. Determination of phenolic
composition
and
antioxidant
capacity of blood orange juices
obtained from cvs. Moro and
Sanguinello (Citrus sinensis (L.)
Osbeck) grown in Turkey. Food
chemistry 107(4): 1710-1716.
[25] Askar A, et El Samahy S,
1981. Chemical composition of
prickly pear fruits. Deutsche
Lebensmittel
Rundschau
77:
279−281.
[26] Barbera G, Carimi F, et
Ingelese P, 1991. The reflowing of
prickly pear Opuntia ficus-indica
(L.) Miller, cactaceae in the
agriculture of Sicily. Economie
Botany 46: 10-20.
[27] Parish J, et Felker P, 1997.
Fruit quality and production of
cactus pear (Opuntia spp.). Fruit
clones selected for increased frost
hardiness.
Journal
of
Arid
Environments .37 ( 1 ): 123 -143.
[28] Feugang J, Konarski P, Zou D,
Stintzing F, et Zou C, 2006.
Nutritional and medicinal use of
Cactus pear (Opuntia spp.) cladodes
and fruits. Frontiers in bioscience
11: 2574-2589.



Documents similaires


etude physico chimique de deux varietes de figuier de barbarie
officinal 89 figuier de barbarie
opuntia ficus indica english presentation
grenade
vari t de mangue
kaki


Sur le même sujet..