SM 83 pdf déf .pdf



Nom original: SM 83 pdf déf.pdf
Titre: SM 33.qxd

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par QuarkXPress(R) 8.0, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 18/03/2015 à 13:35, depuis l'adresse IP 81.245.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 446 fois.
Taille du document: 8 Mo (48 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


SALUT
MAURICE !
83

MARS - AVRIL 2015



Bimestriel gratuit

SAINTE-MARGUERITE
DU FAUBOURG AU QUARTIER

Les

infos

du
quartier
de

S
A
I
N
T
E
M
A
R
G
U
E
R
I
T
E

Le livre, enfin !

Article en page 4

Ed. resp. : Sylviane Kech, Ville de Liège, Quai de la Batte, 10/5 e ét., 4000 Liège

AGENDA

Brocante de
Ste-Marguerite
Mercredi 13 mai 2015
8h à 15h
Parking Goffin-Bovy
Rue Ste-Marguerite, 28 - Liège
Renseignements et inscriptions :
04/224.34.26 (de 9h à 17h)
à partir du 1er avril
COORDINATION SOCIOCULTURELLE
DE SAINTE-MARGUERITE
Rue Sainte-Marguerite, 9
4000 LIÈGE
Une initiative du Panier de la Marguerite

Editeur Responsable: A. Dengis - CSCSM - rue Ste-Marguerite, 9 - 4000 LIEGE Impression réalisée par la Ville de Liège

1

SO M MAI RE
Edito

3

Cela se passe chez nous
- Le livre, enfin !

4

Histoire du quartier
- Rue Agimont

5

- Légia et rue Agimont

8

Poésie/art
- Désobéissance

9

Cela s’est passé chez nous
- Cela s’est passé en 1965 et en 1970

11

Cuisine du monde
- Soupe à l’oignon et au chorizo - Ragoût de boeuf

13

- les bienfaits de l’oignon

14

- Les Hubertises

15

- Les bonnes affaires du Père Maurice

16

Santé
Humour

Environnement
- Energ’hic : Micro-gaffe

18

Le petit Maurice
- Mots croisés

19

- Sudoku et jeu des sept erreurs

20

Rubrique des jeunes
- Jeunes avertis cherchent société bienveillante

21

- Le comité de rédaction du Salut Maurice descend sur la Baraka

25

Coordination
- Un abonnement à Salut Maurice

26

Page des aînés
- Les babas au rhum

27

Monsieur Dico
- Parlons français : qu’est-ce qu’une alternative ?

28

Annonces

29

Agenda

36

2

éDITORIAL

éDITORIAL
DEUX LIVRES SUR Ste-MARGUERITE !
Deux livres sur notre quartier viennent de sortir de presse ! Et pas n’importe
quoi ! Preuve, s’il le fallait encore, de la vitalité de notre quartier !
D’abord l’ouvrage de Xavier Hutsemekers relatant son expérience à la
maison des jeunes « La Baraka ». Une vision à la loupe de notre quartier et des
jeunes qui y vivent. Preuve du travail de fourmi réalisé par ces animateurs et de
leur courage sans faille dans la maîtrise journalière des milliers de petits et grands
problèmes vécus par ces jeunes gens.
Ensuite « le » livre sur le quartier lui-même, rédigé par Robert Ruwet, stimulé par Michel Bodson et aidé par une douzaine d’auteurs. Sorte d’encyclopédie
du quartier, de son histoire, de ses institutions, de ses rues, de son présent et
même un peu de son avenir. Ouvrage souhaité par tous depuis pas mal de temps
mais enfin paru, avec l’aide de la Ville de Liège ( Imprimerie et Ecole des Arts et
métiers) et sous la responsabilité de la Coordination.
Cet ouvrage paraîtra dès le mois de mars et sera disponible en plusieurs points
de la ville et notamment chez notre ami Jean Schellings et à la Coordination, bien
sûr. Il sera vendu au prix de 20 euros.
Ensuite ce sera le calme, le repos, presque la béatitude. Le livre est fait,
Michel Bodson peut dormir en paix, la tâche est accomplie. Et nous aussi, nous
pouvons lever la tête, regarder le ciel et rêver un peu. (Mais bon, c’est étrange,
quand tout est calme, quand on pense qu’on baigne dans le bonheur, il y a toujours
soit un moustique, soit un mail, soit un courant d’air … Mais quelque chose qui
cloche. Et on se dit que, soit c’est nous qui sommes un peu fous, soit c’est la vie
qui n’est jamais contente ! )
Bref, le bonheur, c’est toujours pour demain !
Jacques Van de Weerdt

Le «Salut Maurice» est édité par la Coordination SocioCulturelle
de Sainte-Marguerite avec le soutien de la ville de Liège.
Pourquoi avons-nous
appelé notre journal
«Salut Maurice» ?
Nous avons voulu rendre hommage
à Maurice Waha, notre héros local
qui, en septembre 1944, sauta sur
un char allemand en essayant de
désamorcer sa charge explosive.

3

çA SE pASSE CHEz NOUS

LE LIVRE, ENFIN !
On en parle depuis des mois ! Le livre sur le Quartier Sainte-Marguerite sort enfin
de presse ! Nous l’attendons pour ce mois de mars. Pourquoi « depuis des mois » ? Parce que, sous la pression de Michel Bodson, le comité de rédaction de « Salut Maurice ! »
y travaillait sans relâche. Le projet était ancien mais, devant l’énormité du travail, nous
reculions l’échéance, mois après mois.

Le quartier en 1926

Robert Ruwet fut sollicité pour conduire la rédaction, pour rédiger le fil conducteur qui,
de chapitre en chapitre, devait mener le lecteur au bout de ces … 430 pages ! Dès que
Robert accepta ce rôle, les choses s’accélérèrent. Michel Bodson mettant toujours la pression pour que ces paresseux que nous sommes exécutent leurs obligations.
La Ville de Liège, son école des Arts et Métiers et son imprimerie
nous furent de précieux alliés. Et il suffit de tenir l’ouvrage en main pour se rendre compte de la qualité du travail. Papier glacé, netteté de l’iconographie, reliure plastifiée …

Et le livre fut ! A la fois traité historique et répertoire des rues et grands hommes, traitant de l’urbanisme et de l’architecture aussi bien que de la BD et des associations, cet
ouvrage n’est pas loin de l’exhaustivité !
Il est en vente au prix de 20 euros dans les points suivants :
Magasin de Jean Schellings (fourreur) rue Sainte-Marguerite, 18
Librairie de Bruno Franchi, rue Sainte-Marguerite, 83
Magasin électroménager de Christian Fischer, rue Sainte-Marguerite, 70-80
La Coordination de quartier, rue Sainte-Marguerite, 9

Le livre… Enfin ! Car nous étions quasiment le seul quartier à ne pas l’avoir, notre livre.
Et, en cela, il nous faut encore remercier l’ami Bodson pour son dynamisme et sa persévérance. D’ailleurs, la première page de l’ouvrage porte la phrase : « En hommage à Michel
Bodson ».

4

Jacques van de Weerdt

HISTOIRE DU QUARTIER

Rue AGIMONT
De la rue de l’Académie à la rue Hocheporte
Si l’on parle d’Agimont, on est tenté de chercher un mont… or on est bel et bien dans la
vallée de la Légia. Il est vrai que les monts ne sont pas loin (voyez Xhovémont). Mais l’origine du nom est sans doute à chercher ailleurs.

par exemple, dans le sud du Namurois ! Il existe un village appelé… Agimont
dont la toponymie fait apparaître la contraction de "Au Givet Mont". Ce village est niché sur
un promontoire rocheux qui domine la plaine et la ville de Givet.
Or, le village d’Agimont fut la possession de l'Eglise de Liège dès le IXe siècle. Peut-être
un seigneur d’Agimont se fit-il construire une résidence au bord de la Légia…
Mais revenons
Liège…

à

Ce qui est certain, c’est
que notre rue Agimont est
l’une des plus anciennes
artères de la Cité. Elle suivait le cours de la Légia; le
ruisseau fut voûté en 1656
mais, selon Gobert, il
«roula ses eaux pures jusqu’aux dernières décennies du 19ème siècle».
Lorsque l’on parcourt ses
quelque cent-cinquante
mètres, on a un bel aperçu
de plusieurs siècles de
notre histoire. En particulier de notre histoire studieuse puisque pas moins
de quatre établissements
scolaires y ont (récemment, il est vrai) établi
leurs assises.

Les maisons «jumelles» rue Agimont
- La Meuse, samedi 29 et dimanche 30 avril 1978
Deux maisons ( XVIII è siècle) de la rue Agimont, à Liège, en voie de
classement. L’une au N° 20 et sa voisine du 22. Elles sont semblables.
Les façades sont en brique et pierre calcaire. Elles ont été construites
vers 1750. Les trois étages sont de hauteurs dégressives. (…)

5

En descendant le cours de
la Légia, on rencontre tout
d’abord, au numéro 26, le
bâtiment de l’école communale primaire. Il fut
construit en 1837. Ou plus
exactement re-construit
car il remplaçait l’Hospice
des Orphelins Saint-Eloi
qui datait de 1622.

HISTOIRE DU QUARTIER
En aval, voici à notre droite,
numéro 9, l’hôtel de Grady
de Bellaire, devenu hôtel de
Moffarts, puis école professionnelle communale du cuir et de
l’habillement. Le bâtiment actuel
date du 18ème
et fut érigé à
l’emplacement du couvent des
Bons Enfants. L’Ecole de cuir fut,
dans un premier temps, englobée
par l’Institut Léon Mignon (dont
nous allons dire deux mots) avant
de se diluer (et disparaître…)
dans les différentes réformes qui
ont (dé)(re)structuré l’enseignement communal. Actuellement,
c’est l’Ecole des Arts et Métiers
(cours de promotion sociale) qui
occupe les lieux.

Avant d’y installer son Ecole du cuir, la Ville avait
l’Ecole…Coloniale !

Autre fleuron, hélas disparu, de
cet enseignement communal, l’ancienne École du Livre qui occupait
les locaux de l’hôtel de Tornaco et de
Lannoy, sis au numéro 8. La façade
date du milieu du 18ème ; ce bâtiment vient d’être l’objet d’une remarquable rénovation. Heureusement,
les activités de l’ancienne école du
livre perdurent dans l’actuelle école
des Arts et Métiers !
Le quatrième établissement scolaire de la rue est celui
de l’Ecole d’Armurerie (maintenant
dénommée Centre Enseignement
Secondaire Léon Mignon) ; ou plus
exactement l’arrière de cet institut
dont la façade est située rue Léon
Mignon. Tous les bâtiments situés
entre les numéros 15 et 9 sont en
réalité des annexes de cette école.

6

HISTOIRE DU QUARTIER
Arrêtons-nous en face du numéro 15. Il
s’agit de l’ancien Cercle Saint-Hubert
qui fut édifié en 1875 à l’emplacement
d’un ancien hôtel canonial. Actuellement, il possède une seconde façade,
située rue Léon Mignon et datée de
1903 (cette date correspondant à l’érection de cette nouvelle artère bien rectiligne). Ce cercle paroissial était en fait
assez majestueux : un escalier monumental conduisait à une vaste salle de
spectacle située au premier étage.
Lorsque le Cercle renonça à ses activités, les bâtiments furent cédés à la
société du «Bon-Marché» (le rival du
«Grand Bazar» de la place Saint-Lambert) qui y entreposa ses marchandises. Au début des années 80, la Ville
de Liège acquit l’ensemble des locaux
et y installa des salles de gymnastique
pour les étudiants de Léon Mignon.

Mais il n’y a pas que des écoles, rue Agimont…. Ainsi au numéro 29, on
trouve le local de la Société « Amour et Charité – Philosophie et Philanthropie ». C’est en
réalité le siège d’une société de spirites. Et au numéro 35, la ville a magnifiquement
«retapé» un vieux bâtiment pour y installer une Mairie de quartier qui rend de nombreux
services aux habitants du coin.
Il ne faut pas quitter cette vieille rue sans admirer les immeubles numérotés de 16 à 24 qui
constituent de beaux exemples de l’architecture liégeoise du 18ème.
Ce qui est cependant perdu à tout jamais, ce sont les vieilles tavernes (« Le chien-de-chasse de France », « la Brassine du lévrier », celle du « Verd-cheval » et bien d’autres car
naguère les tavernes étaient innombrables !) que l’on rencontrait dans cet endroit
champêtre.

La photo de gauche n’est malheureusement pas datée. Elle fut prise rue Agimont, dos vers l’amont de la Légia. On distingue, à
droite, le portique de l’ancien hôtel de Moffarts ainsi que l’amorce de la rue des Bons Enfants. Dans le fond, on voit « Le café de
Hesbaye » ; il serait actuellement dressé en plein milieu de la voie rapide qui descend de Hocheporte. Mais où sont les bars d’antan ? Quant à la gravure (pratiquement la même vue) elle date de 1882. Elle est prise depuis la rue Agimont et, à droite, s’ouvre la
rue Table de Pierre (plus ou moins à l’emplacement de l’actuelle rue de Bruxelles). Au sommet, à gauche, les bâtiments de l’hôpital des Anglais et, vers la droite, au-dessus des toits, on voit pointer le sommet du clocher de Saint-Servais.

7

Robert Ruwet

HISTOIRE DU QUARTIER

Légia et rue Agimont

La Légia passait rue Agimont.
Après avoir épousé la courbe du Bas-Rhieux où elle faisait tourner la roue d’au moins 3
moulins (dont le moulin de St Laurent et le moulin du Doux-Flot), elle passait par le Corémolin (au fond de la rue du même nom) puis franchissait la porte de Ste Marguerite située
entre la rue des Fossés et les Degrés des Tisserands d’une part et en face entre les rues
Mississipi et des Cloutiers. C’est à cet endroit que la Légia se séparait en 2 gros filets d’eau
afin de créer un faux-rieu bien nécessaire pour nettoyer la rue Ste Marguerite encombrée
de déchets nauséabonds.
La distinction entre Légia et faux-rieu est facile à faire. La Légia va toujours aux moulins et
aux lavoirs, tandis que le faux-rieu cure les rues (dans le cas présent, rues Sainte-Marguerite et Saint-Séverin).
La Légia alimentait le moulin Paillet (dont les fondations sont encore à redécouvrir dans
l’ilot Firquet) , plongeait sous les constructions pour ressurgir rue Hocheporte. Elle la suivait un moment puis prenait à gauche dans la rue Agimont. Elle allait ensuite tout droit au
moulin des Bons-Enfans.
La rue Agimont a bien profité de la potabilité de la Légia à une époque où les communautés
religieuses étaient nombreuses dans le quartier (Hospice des Orphelins, des SourdsMuets…).
On retrouve encore dans quelques maisons des puits et des parties de caves voûtées,
témoins d’une époque où l’on a décidé de canaliser le ruisseau en 1656 pour mieux le maîtriser.
Joseph Deleuse

8

pOéSIE - ART

Désobéissance
ça sent le sapin. Ca sent la fin.

Je me souviens. C'était un mardi, aux
alentours de dix-neuf heures. Mon père
était parti à sa réunion de fabriciens, sous
un parapluie bouffant, et m'avait confié la
maison. Etrange, cette maison... Il suffisait que je m'y retrouve seul pour que la
demeure se métamorphose en manoir.
En une sorte de château difforme, gigantesque, noir.

Le bureau de mon père, construit de bois,
de parquet et de lambris, avait quelque
chose d'extraordinaire. C'était certainement dû au fait que son accès m'était
interdit. Une lourde porte en chêne me
séparait de lui. Et, incrustée dans le bois,
une grosse serrure à l'ancienne compliquait l'entrée. Depuis que j'étais tout petit,
la règle avait été bien établie. C'était une
sorte de commandement paternel. Un
règlement intérieur. Une loi morale.
Impossible à transgresser. Même si la clé
reposait sereinement au creux du verrou.

J'avais déjà le droit de toucher la faïence
bleue, de manipuler les soldats de plomb
du salon, de jouer un peu dans le grenier
avec des costumes et des chapeaux.
Mais, ce soir-là, ma curiosité me poussait
à profaner la loi paternelle. Je m'en souviens comme si c'était hier...

Je ne connaissais pas vraiment la sanction qui aurait pu en découler. Je devinais
aisément ce qu'aurait pu m'offrir les plaisirs du fouet. Mais l'idée même de son
existence suffisait à me dissuader d'enfreindre la règle.

Planté dans le couloir, j'éteins la lumière.
Sans doute pour accroître mes chances
de ne pas être vu. Je regarde vers l'escalier en colimaçon. Personne. Je fais pivoter la clé dans la serrure. Puis, sans réfléchir, je pousse la porte. Et là...

Je voyais comme un château, un donjon
inaccessible. A force de ne rien connaître
de cet endroit, j'imaginais des choses.
Toutes ces choses que, du haut de mes
dix ans, je ne pouvais pas comprendre.
Tout ce qui aurait pu s'y dérouler : une
relation extraconjugale avec une grande
blonde du cabaret, des réunions francmaçonniques, un réseau de grand-banditisme, un laboratoire secret financé par la
recherche d'entomologie. Mon imagination n'avait de cesse de travailler. D'inventer.
Dans ce cabinet des curiosités, je voyais,
souvent le soir, des taches sombres se
promener sous la porte, par intermittence
avec des faisceaux de lumière. Et, dès
l'aube, à travers la serrure, je devinais
des cartes routières, des lampes de
poches, des bouts de métal, comme des
canons de révolver. Que se cachait-il
dans ce grand coffre, au pied de la cheminée ? Ce grand coffre qui ressemblait
méchamment à un cercueil, dont je
n'apercevais jamais que l'angle. Un macchabée, certainement, bien enveloppé
dans son linceul.
Puis, un jour, j'y suis entré. J'ai désobéi.

9

pOéSIE - ART
Et là, un autre monde s'offre à moi. Une
chambre merveilleuse, avec une ambiance particulière. Un huis clos qui ressemble en tout point à un fumoir. La première chose qui me tient en haleine, c'est
la fenêtre du fond. Une belle fenêtre donnant sur le jardin et sur les campagnes. A
l'horizon, on aperçoit les croix bien alignées du cimetière. Mais aussi, une sapinière, un sous-bois et l'ombre d'un clocher. Plus près, le jardin et les branches
en mouvement de son cerisier. J'avance
légèrement, jusqu'à ce que je me retrouve devant le secrétaire. Un trésor pour les
yeux. On dirait une longue commode en
bois fruitier, bardée d'objets divers. Sur la
gauche, ce sont une mappemonde, un
presse-papier, un ouvre-lettres. Sur la
droite, un cendrier, une lampe vert bouteille, le vestige d'une tasse à café. Et
puis, ça et là, déposés de manière
incohérente sur un sous-main maculé de
taches d’encre, des livres, des photographies et des crayons.
Alors que la pluie commence à frapper
contre la vitre, je m'aventure un peu plus
loin, tout en prenant soin de ne pas
souiller la moquette bleu clair. Contre le
mur, il y a une armoire sans intérêt, supportant une horloge lourde, des statues
de la Vierge, quelques chapelets. Et puis,
un crucifix gigantesque au dessus de la
cheminée. A ses côtés, une bibliothèque
vomit des centaines de livres. Du Victor
Hugo, du Camus, du Balzac, du Mauriac.
Des dictionnaires, le petit manuel du catéchisme dogmatique et pratique. Puis, la
Bible...
Bourgeoise comme mon père, la maison
déborde de culture.
Mais je pense que cette histoire ne commence réellement qu'au moment où je
m'installe dans son fauteuil crapaud. Je
savais que d'enfreindre le règlement de
papa allait me coûter cher. Pourtant,
délibérément, après avoir entrouvert les
rideaux, je prends un crayon et commence à dessiner sur son buvard. Le crayon,
à force d’être taillé, entame un iris, un œil,
une tête. Puis, sous les traits appliqués,
un corps tout entier. Je me souviens, à ce
moment-là, j'ai la sensation d'avoir créé
quelqu'un. Une mère, peut-être...
Quand mon père revient, je prends peur.
Je sais que j'ai désobéi. Alors, je me lève,

remets les crayons en place et jette le
dessin à la poubelle. Mon père n'a jamais
rien su de mon intrusion dans son microcosme. Mais la culpabilité me rongeant,
j'ai de suite souhaité obtenir le pardon.
Après la première transgression donc, j'ai
couru à l'église du village pour demander
au prêtre la confession. On y jouait du
Jean-Sébastien Bach. Tout ce qu'il y a de
plus convenable. Puis, je suis allé enterrer mon crayon dans le cimetière du village. Entre deux petites tombes. J'avais
peur des représailles. Divines, astrales,
paternelles.
Longtemps, je suis resté dans l'attente
d'une répression qui n'est jamais arrivée.
Alors, souvent, malgré la clémence de l'église, je forçais le passage interdit. La
porte symbolisait un saut dans le monde
de la fantaisie. Une porte impassable,
mais pas impossible. A chaque absence
de mon père, j'enfreignais la règle pour
aller dessiner un peu dans son bureau.
Puis, je jetais le dessin à la poubelle.
Mais, mon père est mort si vite... Une crise cardiaque foudroyante, en nouant sa
cravate un matin. J'avais toujours
repoussé ce moment où je lui parlerais.
Ce moment saumâtre où je lui parlerais
de mes désobéissances successives.
Il ne m'en a jamais rien dit. Pourtant, il
savait. Sur son lit de mort, mon père était
étrange, mais lumineux. Etrange, parce
que son visage était cireux. Sa bouche,
cimentée. Ses mains, entrecroisées.
Lumineux, parce que, dans son habit du
dimanche, il semblait avoir tout compris
de mes mensonges.
A ses côtés, il y avait des bougies, des
chrysanthèmes. Les oncles, les cousins.
Et un notaire qui tenait sous son bras une
boîte :
- "Ton père m'a chargé de te remettre ceci
à sa mort. Fais-en bon usage..."
Et c'est ce que j'ai fait.
La boîte contenait tous mes dessins chiffonnés. Les réussis, les ratés. Ceux en
boule. Les pliés. Les gâchés, les tachés.
Puis, sur ce tas d'illustrations que mon
père avait pris soin de ficeler, il y avait un mot :
- " Maintenant, en plus du talent, tu as
mon approbation. Papa."

10

Hélène Delhamende

CELA S’EST pASSé CHEz NOUS

CELA S’EST pASSé EN 1965 ET EN 1970
Des scouts non seulement jeunes, dynamiques mais également
novateurs
- Vendredi 19 mars 1965
La troupe scoute « nouveau style » de la paroisse Saint-Martin a vendu plus de 300 objets
d’artisanat fabriqués par les scouts eux-mêmes lors de l’opération « Quatre vents ». Dans
leurs locaux, ils ont installé huit ateliers où ils fabriquent des meubles, travaillent le polyester, le cuivre, les émaux et le fer forgé, pratiquent la sculpture sur bois et font du cuir
repoussé. (…)

Attention : escroc !
- Jeudi 6 juin 1965
L’allemand Sternberg, le patron de la « Chaîne de financement », rue Bas-Rhieux, 46, prévenu de 254 escroqueries ou détournements. Sternberg avait engagé des démarcheurs
qui n’ont pas été inquiétés. Il s’adressait à des personnes (d’ordinaire de petits commerçants) qui avaient des dettes et devaient s’en libérer à raison d’une somme déterminée
par mois. (…)

Accident mortel rue Sainte-Marguerite
- Mercredi 28 juillet 1965
Un gosse tué dans une collision rue Sainte-Marguerite à Liège. Mardi vers 20h, le petit Bermondez Bengamy, (7 ans) qui habite rue Ste-Marguerite, 267, a traversé cette rue à proximité de l’hôpital Saint-Joseph. Un automobiliste n’a pas su l’éviter. (…) Immédiatement
transporté vers l’hôpital des Anglais, l’enfant a rendu son dernier soupir des suites de ses
nombreuses blessures.

11

CELA S’EST pASSé CHEz NOUS
Adieu, monsieur l’abbé !
- Samedi 11 septembre 1965
Les paroissiens de Sainte-Marguerite ont offert à l’abbé Paul Bourgeois (leur vicaire
nommé à Waremme) tout un matériel de cinéma : caméra, projecteur, écran. (…) Il y a eu
des discours, des chants avec « Les Chanterelles », des larmes et des centaines de poignées de main.

Quand y en a pour 250, y en a pour 500 !
- Vendredi 22 mai 1970
Le centre de rencontre et d’hébergement pour jeunes du parc Naimette-Xhovémont à Liège : 90 millions. La première pierre a été posée hier. Il pourra abriter 250 personnes en
temps normal et 500 en augmentant les lits. Il sera édifié sur les anciennes dépendances
du charbonnage de Bonne-Espérance situées entre le boulevard L. Philippet, les rues
Naniot, Isi Collin et Naimette. (…)

papa prosper fait du cinéma !
- Lundi 8 juin 1970
M. Prosper Lenders (71 ans) 148, rue de Hesbaye à Liège, dit «Papa Prosper», l’un des
plus vieux artistes du music-hall est la vedette du film réalisé par le cinéaste liégeois Marcel Thonnon. Ce film qui s’intitule « Les deux âges » sera projeté mercredi prochain à
Bruxelles. Il raconte la vie de Papa Prosper et de ses activités. On y voit Papa Prosper au
milieu des enfants de son quartier dont il s’occupe beaucoup : il a aménagé un petit théâtre
dans la cour de sa maison. Il y monte des spectacles avec l’aide des enfants auxquels il
apprend à chanter. (…)

Oh , la belle expo que voilà !
- Mardi 22 décembre 1970
Vu à la troisième foire des antiquaires (des objets exposés pour des dizaines de millions de
francs) qui s’est tenue à l’école moyenne de la rue Sainte-Marguerite à Liège : une menotte d’esclave romain, une statue de Sainte Barbe du XIV è siècle (…)

Merci au journal « La Meuse « et à ses journalistes anonymes ! ! !
Merci à la bibliothèque de l’Université de Liège ! ! !

Quelques faits divers récoltés par
Jean Catin

12

CUISINE DU MONDE
Une soupe bien connue de tous déclinée de façon originale, à vos fourneaux !

Soupe à l’Oignon et au Chorizo
Thiopropanethial S-oxyde est le nom de la molécule qui nous fait tant pleurer en épluchant
les oignons. Cette molécule se trouve juste sous la peau du bulbe de l’oignon. Pour l’éliminer, je vous conseille de passer sous l’eau l’oignon débarrassé de sa première peau.

pRépARATION

INGRéDIENTS (4 personnes)
-8 oignons
-1 noisette de beurre
-1 l de bouillon de volaille ou de légumes
-120 ml de crème
-100 ml de vin blanc sec
-1 cuillère à café de marjolaine + pour la déco
-1 filet d’Oxo
-100 g de macaroni
-300 g de chorizo
-75 g de fromage râpé
- poivre

Remarques : l’Oxo est un concentré
de jus de viande. Comme il est très
salé, il ne faut pas en mettre trop.
Pour donner une touche plus belge
au plat, remplacez le chorizo par
des pipes gaumaises.

Etape 1:
La veille Pelez les oignons et coupez-les en très
fines rondelles. Faites fondre le beurre dans une
grande poêle et faites-y revenir les oignons, à feu
moyen, jusqu’à ce qu’ils soient dorés.
Etape 2:
Versez les oignons poêlés dans une grande casserole. Ajoutez le bouillon de légumes ou de volaille, la
crème, le vin blanc et la marjolaine. Tout en mélangeant, portez à ébullition puis laissez mijoter à feu
doux 30 minutes. Versez un peu d’Oxo et de poivre.
Laissez refroidir et conservez la soupe au frigo.
Etape 3:
Le jour-même Réchauffez la soupe, ajoutez les
macaronis et faites bouillir 10 minutes. Retirez la peau
du Chorizo, coupez-le en cubes et ajoutez-le à la soupe. Rectifiez éventuellement l’assaisonnement et servez, saupoudré de fromage râpé et de marjolaine
fraîche, bon appétit.

Oignon, le baron
L'expression « se mettre en rangs d'oignons » n'a pas grand-chose à voir avec les
rangées d'oignons du jardin. Elle fait plutôt allusion au fait que le baron d'Oignon, maître
de cérémonie à la cour des Valois, avait l'habitude de crier, lorsqu'il assignait leur place
aux seigneurs : « Messieurs, serrez vos rangs ». Entre eux, les seigneurs se moquaient
des rangs d'Oignon.

Ragoût de bœuf
Une autre façon de savourer la cuisine de saison.

INGRéDIENTS (4 personnes)

pRépARATION

-1 orange non traitée.
-700 g de carbonnades de bœuf
-1 oignon émincé
-2 branches de céleri, en tranches
-2 carottes en rondelles
-400 g de tomates concassées en
boites
-1 botte de persil plat, finement
émincé
-2 gousses d’ail, pressées
-huile d’olive
-une pointe de cannelle
- sel, poivre

Etape 1:
Râpez le zeste de la moitié de l’orange et pressez-la.
Salez et poivrez la viande puis faites-la dorer dans de
l’huile à feu vif de tous les côtés.
Etape 2:
Ajoutez l’oignon, le céleri et les carottes dans la cocotte, avec la viande et faites revenir le tout en remuant,
2 à 3 minutes. Ajoutez le jus d’orange et les tomates
concassées. Couvrez et laissez mijoter à feu doux
2h30.
Etape 3:
Mélangez le zeste d’orange, le persil, l’ail et la cannelle et servez le ragoût saupoudré de cette préparation avec des pâtes, bon appétit.

13

Thierry Emany

SANTé

Les bienfaits de l'oignon.
Les scientifiques et les diététiciens nous l’affirment : on peut manger des oignons sous
toutes leurs formes : cru, avec du sel, dans une salade et évidemment cuit.
L’oignon est bon cru mais pas indiqué pour ceux qui ont des problèmes d’estomac. Cuisiné,
c’est un stimulant de l’appareil digestif avec des vertus « nettoyantes » qui a également des
effets calmants sur les palpitations cardiaques.
Certes, les intestins fragiles ont parfois du mal à les digérer. Mieux vaut ne pas se priver
pour autant de leurs bienfaits. Alors si vous aimez jardiner, plantez vite des oignons.
Cru ou cuit ?
La majorité des composés bienfaiteurs se
cache à la périphérie du bulbe. Pour en bénéficier, il faut donc juste enlever la pellicule
sèche qui l’entoure, et non la première
couche externe. L’oignon rouge et l’oignon
nouveau, plus doux, peuvent se manger crus.
Mais les variétés jaunes, de longue conservation, sont plus piquantes. Il est préférable de
les manger cuits plutôt que de les évincer de
votre cuisine. Mieux vaut les faire sauter à la
poêle ou rôtir au four. Bouillis, ils s’appauvrissent en antioxydants.

L’oignon au fil du temps
Le terme «ognon» est apparu dans la langue
française en 1273. La forme définitive,
«oignon», apparaîtra au XIVe siècle. Le mot
vient du latin populaire unio, unionis qui, en
Gaule, a éliminé caepa (d'où viennent «cive»,
«ciboule», «civette», «ciboulette»), mot
employé jusque-là pour décrire ce légume.
Pourquoi unio? Tout simplement parce que
l'oignon est l'une des rares alliacées dont le
bulbe ne se divise pas (on parle ici de l'oignon
dans le sens étroit du terme, ce qui exclut l'échalote) et est donc uni.

Un allié de la silhouette
Il est peu calorique (40 kcal/100g) et régule la
glycémie. Tout comme l’ail et le poireau, qui
font partie de la même famille botanique que
lui, l’oignon est également diurétique car il
contient des fructosanes et peu de sodium (2
mg/100g), ce qui favorise l’élimination urinaire. Mais gare aux intestins fragiles : il peut
être source de ballonnements.

C'est certainement l'un des légumes les
plus anciennement cultivés. On en fait mention dans des textes de l’Égypte antique
datant de plus de 4 000 ans, ainsi que dans la
Bible où l'on rapporte que, durant leur exode
(1 500 ans avant notre ère), les Hébreux pleuraient son absence, de même que celle de
l'ail et du poireau. En Grèce et à Rome, on en
cultivait déjà de nombreuses variétés. Les
Romains lui consacraient même des jardins
particuliers, les cepinae.

Cultivé depuis l’Antiquité pour ses vertus
fortifiantes, il regorge de sels minéraux. Il présente notamment des quantités intéressantes
de potassium (179 mg/100g), de phosphore
(30 mg) et de calcium (31 mg), essentiels à la
vigueur de notre organisme. Il diminue les
risques d’ostéoporose. Les grandes consommatrices d’oignons (1/jour) présentent une
densité osseuse 5 % supérieure à celle des
autres femmes. L’un de ses composés spécifiques– l’allicine – prévient aussi l’arthrose.
C’est un agent riche en vitamines qui permet de lutter efficacement contre le scorbut.
L’oignon favorise la sécrétion de la sueur et
l’élimination de toxines, ce qui est positif en
cas de maladie infectieuse.
Les propriétés anti-inflammatoires de l'oignon peuvent être vérifiées lorsque l'on subit
une piqûre d'insecte. La simple action de frotter une rondelle d'oignon crue soulagera,
même contre la redoutable piqûre de guêpe,
et fera disparaître l'inflammation.

14

Malgré tout, même si on en cultivait déjà
quelques variétés au IXe siècle, l'oignon ne
sera vraiment populaire en Europe qu'au
Moyen Âge. Ce sera l'une des premières
plantes européennes à être cultivées en
Amérique, d'abord dans les Caraïbes, où
Christophe Colomb l'y introduira. Au XVIIe
siècle, il est établi dans le nord des États-Unis
de même qu'au Canada, où il est cultivé tant
par les colons que par les Amérindiens. Les
Européens l'introduiront dans l'est de l'Asie
au XIXe siècle bien que, dans ces régions, on
préfère toujours consommer les nombreuses
espèces indigènes qui lui sont apparentées.
Aujourd'hui, on le produit dans toutes les
régions tempérées du globe.
À noter que, selon la nouvelle nomenclature
botanique, les plantes du genre Allium appartiennent désormais à la famille des alliacées,
même si on les trouve encore parfois
classées comme liliacées ou amaryllidacées.

Thierry Emany

HUMOUR

LES HUBERTISES
Un hold-up rue Agimont ! Deux types à
moto, deux types armés, ont dévalisé une
maison et ont filé en emportant le magot.
Sûrement encore des djihadistes qui font
ces coups pour financer leur combat. C’est
dans le « Salut Maurice ! » n°81, page 22.
Le quartier est tout retourné. Que fait la
police ? Eh bien, elle court après les types
parce que – circonstance aggravante – ils
ne portaient pas de casque (Voir croquis).
Qu’ils menacent la vie des autres est une
chose mais qu’ils risquent la leur, ca dépasse les bornes !
PV a été dressé à la date du 28 août 1984.

Mais ce magot, personne n’en parle
plus… Bizarre, vous ne trouvez pas. Il
venait d’où, ce fameux magot ? D’un
honnête commerçant, vous pensez ?
Qu’est-ce que vous êtes naïf ! (Notez,
c’est pour cela qu’on vous aime. Vous
croyez tout ce qu’on vous dit). Mais pas
du tout ! C’était le trésor d’un dealer,
caché dans le tiroir du buffet de sa vieille
maman qui ne s’était aperçue de rien. De
rien ?... Vraiment. Votre naïveté vous
tuera ! Mais non, la vieille, elle sniffait
avec son gamin, les soirs d’été, sur sa terrasse, ça sentait jusqu’ici ! Mais bon, elle
est conne aussi, la vieille, elle aurait pu
mettre les sous à la banque, comme tous
les honnêtes voleurs. On est un quartier
comme il faut, nous, ici, à Sainte-Mar !

Autre remarque. Si on fait bien
attention au croquis, on voit que des
billets s’échappent de la sacoche attachée à l’avant de la moto. Grossière
erreur ! C’est ça qui fait douter du sérieux
du quartier. Quand on holdupe, faut le
matériel adéquat. Si on ne veut pas rester dans la petite délinquance, faut se
donner des outils de pros. Sinon, on ne
nous prendra jamais au sérieux. On sera
toujours moqué par les vrais durs. Or,
vous l’avez vu, le quartier se redresse, on
crache moins par terre, les chiens ne font
plus leurs déjections que rue de la Légia,
coté pair, le soir. Alors, les gars, un peu
de tenue, achetez de vraies Kalachnikov
(un génie ce Kalach pour inventer une
arme pareille dans une URSS décadente,
pire que notre quartier ! Comme quoi,
c’est pas parce qu’on a l’air minable qu’on
ne peut pas faire tout péter !).
Dernière remarque. Après je vous
fiche la paix. Je reviens au « Salut Maurice ! » 81, page 22. Avez-vous remarqué
les techniques avancées des bandits,
déjà à cette époque ? Au lieu de se sauver bêtement, ils se sont « ENFOUIS »,
c'est-à-dire qu’ils ont pratiqué une fuite
UNDERGROUND comme on dit en
anglais. ça c’est géant. Car ils l’ont fait
à moto ! Vous vous rendez compte : s’enfuir, sous terre, à moto ! Total respect, les gars.

15

Père Hubert

HUMOUR

LES BONNES AFFAIRES
DU pèRE MAURICE
Grâce au père Maurice, trouvez la bonne voie dans les arcanes de
la législation sociale et sauvez vos droits au chômage.
Un cas nous est soumis par un de nos fidèles lecteurs
Par un beau matin de printemps de l’an de grâce 1990, Monsieur Joseph H..., épicier de
son état rue Saint-Séverin, et alors âgé de 30 ans, épousait Mademoiselle Marie B..., sans
profession diurne apparente, âgée de 41 ans et domicilié rue Bas-Rhieux.
Ce fut un beau mariage d’amour. Après l’office religieux, on se réunit dans la salle des
Waroux qui avait été louée pour la circonstance et pour la modique somme de 500 FB.
Quoi de plus normal ?
Or, Mademoiselle Marie B... était la mère d’une charmante jeune-fille, Anne, alors âgée de
20 ans. Marie B... avait eu cette enfant plutôt par distraction que par passion. Mais passons. Anne étant née de père inconnu, Joseph H... s’empressa de la reconnaître et, par
voie de conséquence notariale, devint le père d’Anne.
Quoi de plus normal ?
Anne était très jolie et, lors du mariage de Joseph et Marie, Monsieur Victor H..., le père
de Joseph, tomba terriblement amoureux d’elle. Le coup de foudre fut réciproque et eut
lieu dans les toilettes des Waroux. Malgré la différence d’âge – Victor était alors âgé de 52
ans et était veuf depuis belle lurette de la belle Lucette, sa première épouse et mère de
Joseph– Anne et Victor s’unirent quelques mois plus tard par les liens sacrés du mariage.
Ils relouèrent la salle des Waroux mais le prix de la location était passé à 520 FB.
Quoi de plus normal ?
Joseph dut alors constater que sa fille était ainsi devenue sa belle-mère. Et que, par voie
de conséquence logique, la mère de sa belle-mère était en quelque sorte sa grand-mère.
Mais que cette grand-mère n’était autre que sa propre épouse. L’époux d’une grand-mère
étant forcément le grand-père, il se retrouvait donc être son propre grand-père. Il s’offrit
donc un beau cadeau le jour de la fête des Grands-Parents.
Quoi de plus normal ?
Le temps passa.
Quoi de plus normal ?
Aujourd’hui, Anne et Victor ont une fille âgée de 19 ans. Elle se prénomme Alice. On voulut organiser une grande fête pour fêter l’anniversaire d’Alice mais la salle des Waroux se
louait alors au prix exorbitant 75 euros et l’on renonça. Quant à eux, Joseph et Marie ont
un grand garçon qui se prénomme... Arthur. Ce brave garçon n’appréciait guère ce prénom
et comme, par surcroît, il était affublé d’une paire d’oreilles hors normes particulièrement
décollées l’empêchant de sortir par temps de grand vent, il était doté d’une humeur assez
revêche. Tout comme Alphonse d’ailleurs.
Quoi de plus normal ?
Joseph et Marie se sont séparés. Et Joseph, maintenant âgé d’une petite soixantaine
d’années, va unir sa destinée à Alice. Alice étant la fille de son père, elle est donc sa demisœur mais comme elle est aussi la fille de sa fille, elle sa petite-fille.

16

HUMOUR
L’officier de l’Etat civil, n’y comprenant plus rien, reconnut ce mariage et Joseph devint ainsi le grand-père de sa femme qui était également sa sœur. Il comprit assez rapidement
–quoiqu’un peu tard...- que cette nouvelle épouse était la maîtresse d’Arthur et que cette
union illégitime –et que le ciel réprouve, oh lala !!- entre sa femme et son fils était née une
petite fille prénommée Virginie.

Quel beau prénom ! Dès lors, une question se pose :
Vu la nouvelle législation en vigueur, Joseph garde-t-il ses droits au chômage suite la faillite archi-frauduleuse de son épicerie ?

Selon moi, Oui !
Alors, qu’est-ce qu’on dit : Merci père Maurice !

Solutions aux mots croisés de la page 19
Horizontalement :
1. Agimontois
2. Nl - Ioulai
3. Torts - Mr
4. Ibères - Ebé
5. Quai - Eudes
6. Ulcéra
7. Iat - Ouater
8. Tiers - Mira
9. Eruditions
10. Seras - Enée

Verticalement :
1. Antiquités
2. Globulaire
3. Réacteur
4. Trie - RDA
5. Oise - Rosis
6. NO - Seau
7. Tus - Amie
8. Ol - Edition
9. Iambe - Erne
10. Sires - Rase

17

Solution sudoku de la page 20
8

1

2

7

3

9

6

5

4

9

6

7

2

4

5

3

1

8

5

4

3

6

8

1

2

9

7

2

8

6

1

5

4 7

3

9

4

3

9

8

6

7

1

2

5

7

5

1

9

2

3

8

4

6

6

2

4

5

1

8

9

7

3

1

9

5

3

7

6

4

8

2

3

7

8

4

9

2

5

6 1

ENVIRONNEMENT

Une initiative du Service public de Wallonie

18

LE pETIT MAURICE
1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

1
///////////// /////////////
///////////// /////////////

2

/////////////
/////////////

3
4
/////////////
/////////////

5

/////////////
/////////////

6
/////////////
/////////////

7

/////////////
/////////////

/////////////
/////////////

///////////// /////////////
///////////// /////////////

/////////////
/////////////

8
9

/////////////
/////////////

10

Horizontalement :
1.

Habitant d’une petite commune près de Givet dont il est question dans ce
Salut Maurice ou... habitant d’une rue du quartier.
2. Une des phases. Chantai dans les montagnes.
3. Préjudices que l’on se partage parfois. Petit Monsieur.
4. Ils s’installèrent sur la Costa Brava. Au cœur des bébés.
5. La Batte en est un. Il fut roi des Francs.
6. Vexa.
7. Demi-rapiat. Atténuer un bruit.
8. Les autres. Vit à contre-jour.
9. Elles s’étalent parfois pour faire bien...
10. Existeras. Fils de Vénus.

Verticalement :
1.

On en trouve dans l’ancien couvent des Ursulines, au pied de la Montagne
de Bueren.
2. En forme de sphère.
3. Il peut mettre le feu aux poudres.
4. Met de l’ordre. Ancien état européen.
5. Département français. Ne rougis pas mais presque...
6. Direction. Prend l’eau.
7. Ne dis rien. Chère.
8. Dans le bol. Monde du livre.
9. Pied composé d’une brève et d’une longue. Coule en Irlande.
10. Majestés. Embête.
Solutions page 17

19

LE pETIT MAURICE
Le but du Sudoku est de remplir une grille de 9×9 avec des nombres de sorte que chaque
ligne, colonne et carrés de 3×3 contiennent tous les nombres de 1 à 9. Au début du jeu, la
grille de 9×9 aura quelques cases remplies. Votre travail consiste à utiliser la logique pour
remplir les nombres manquants et compléter la grille. N’oubliez pas, un mouvement est
incorrect si :

Une (ou plus) des lignes contient plus d’une fois le même nombre

Une (ou plus) des colonnes contient plus d’une fois le même nombre

Une (ou plus) des sections 3×3 contient plus d’une fois le même nombre

7
9

2

5

9
1

3

2

7

8

7
9

2

2

4
5

3

4
6

9
6

4

3

2
4

6

6
8

7

6
2

4

8

2

6

1

Sudokugratuit/php
&
Turbulus.com

20

RUBRIQUE DES JEUNES

«Jeunes avertis cherchent
société bienveillante»
A l'honneur
Xavier Hutsemékers, responsable de la maison de jeunes du quartier de SainteMarguerite, reçu au Palais Provincial de Liège.
Excusez-moi, je me suis trompé de titre,
Xavier Hutsemékers, c'est le gars qui est
présent au 2ème étage du 51 de la rue
Sainte-Marguerite, et parfois devant celleci, à discuter avec des jeunes à l'heure où
les écoles ferment et où chacun rentre
d'un pas pressé vers son chez soi.
Eh bien notre Xavier, c'est à ce momentlà qu'il entre en piste, non comme un
dompteur mais comme un gars qui un
jour, après avoir essayé bien d'autres
métiers, s'est dit qu'accompagner les
jeunes dans leur recherche d'identité, de
"self "diraient certains, c'est un boulot
passionnant qui vaut bien un plein temps
d'architecte, de romaniste, de magasinier
et j'en passe.

Excusez-moi, je me reprends, je me suis
encore trompé de phrase; ce sont les
jeunes de la Baraka, certains qui en cravate, qui en tailleur y ont aussi et surtout
débattu entre eux et avec le public présent, de leur vie quotidienne, de leur fierté
d'avoir monté des chorégraphies de hip
hop, d'avoir appris à chanter en public.
Parce que la Baraka, c'est un lieu alternatif à une école beaucoup trop enseignante quand on a 14 ou 17 ans et la vie
devant soi.

Quand on l'interroge sur son boulot,
Xavier vous dit ou plutôt il l'a écrit dans un
bouquin passionnant, à lire comme un
roman, édité par la Fédération Wallonie
Bruxelles, que ce sont les jeunes qui fréquentent ladite maison qui en sont responsables. Et que lui, il n'est "que le coordinateur de leur envie de vivre", de leur
besoin d'être reconnus comme experts
de 16 ou 17 ans de vie, lui canalisateur de
leurs énergies précoces.
Qu'il est parfois aussi leur avocat ou leur
accoucheur des mots qu'ils ne trouvent
pas, parce que les jeunes dont les
parents ne plaident pas tous les jours au
Barreau, ils ont compris que le pouvoir,
sur soi et sur les autres, cela passe par
le langage des mots qu'ils ne possèdent
pas (encore), eux qui ont bien du mal à se
faire entendre à l'école, par le grand frère
ou par le juge.
Le livre de Xavier, primé en quelque sorte
par la Province de Liège puisqu'il a été
reçu au Palais Provincial de Liège ce
samedi 20 décembre par le député PaulÉmile Mottard en charge de la jeunesse.

es
eunes
de jjeun
on de
aisson
Mai
nM
en
urr e
ailleu
travaille
’un trav
d’un
nces d
érience
expérie
et exp
ons et
isions
Visi
V

ékerrss
seméke
Hutsem
Xavier Hut
Xav

sse
esse
eune
a JJeun
e lla
de
ice d
er vvice
Ser
uS
du
on d
icatiion
ubllicat
pub
Une p
Une
les
uxellles
-Brruxe
e-B
onie
allloni
Wal
on W
ratiion
érat
Fédé
la Féd
de la
de

COMMANDER LE LIVRE :
vincent.gallez@cfwb.be | 02/413.31.47

21

RUBRIQUE DES JEUNES
Xavier, c'est cela en fait , c'est un gars
qui, le cœur sous le bras gauche, a mis
son sens de l'écoute et probablement son
expérience de vie au service des jeunes
de la rue qui ne se reconnaissent pas
encore dans cette société qui semble ne
pas les comprendre et dont ils voudraient
lui dire leur rage de vie. Quitte à le faire
savoir avec les poings puisque quand on
n'a pas la parole et que personne ne vous
la donne cela passe parfois par là.
Xavier, l'arrangeur, celui qui met en
musique la partition des autres, parce
que, quand on n'est pas encore" maître
ès orthographe", c'est bien difficile de
rédiger une demande d'emploi.
Il s'est dit qu’accoucher de quelques
pages de son histoire personnelle, celle
qui colle avec son métier et celle du quartier, cela valait bien quelques prolongations, tard le soir au 2e étage de sa
deuxième maison, je veux dire la Maison
de Jeunes de la Baraka. Heures passées
à rédiger pour nous, pour les politiques et
autres confrères éducateurs de rue (et
nous le sommes tous puisque nous marchons sur le trottoir) quelques phrases

pleines de bon sens, le sort de ces jeunes
pas vraiment encore à l'aise dans ce
monde qu’ils voient comme trop adulte
pour eux.
Merci donc à Xavier de nous avoir fait
connaître une face mal connue de la jeunesse de notre quartier, des 6.000 jeunes
qui le fréquentent chaque jour et dont
nous ignorons bien souvent les désirs
profonds, les souffrances parfois, (lire "les
pulsions de vie qui ne parviennent pas à
trouver une issue").
Les intellectuels, les penseurs et autres
pédagogues trouveront aussi dans le livre
de Xavier («Jeunes avertis cherchent
sociétés bienveillantes ") de bien belles
réflexions et assertions qui valent le
détour: propos fondamentaux sur le
concept d'Education Populaire, objectifs
et rôles d'une Maison de Jeunes.
A lire bien détendu comme on rencontre
un ami
Merci, Xavier
Michel Bernard

Retrouvez l’horaire des
ateliers proposés par
l’asbl La Baraka dans
l’agenda en page 40.

22

RUBRIQUE DES JEUNES

Aux grands maux les grands remèdes1
Je ne peux m’empêcher de vous faire partager une des plus belles pages de ce livre
(p. 48).
Un témoignage émouvant d'un jeune concernant la violence et sa difficulté de se dire.
Michel Bernard
« Eh bien, tu sais, quand je vois ce que je
vois, il y a un truc qui me monte là ! Je
trouve pas le mot, ça me prend et j’ai
envie de casser des trucs un peu partout,
de casser des trucs beaux. J’y peux rien
les trucs beaux me font chier. Mais quand
même, ce qui m’emmerde le plus, c’est
de pas trouver le mot pour ça. Je me sens
comme en révolte, mais c’est encore plus
fort. C’est nul, t’es un nul, quand tu sais
pas le mot, tu peux rien faire. Tu as juste
tes poings mais c’est pas suffisant, et tu
te fais mal aux os à taper contre les murs
pendant que les autres rigolent. Putain,
mais merde ! Les autres ils ont un tas de
mots, les docteurs, les juges, les garagistes, les instituteurs, les journalistes, les
politicards et les patrons. Des mots bien
précis qui veulent dire des trucs, mais
qu’ils comprennent entre eux. Comme
cela ils font ce qu’ils veulent, et moi je me
gonfle les couilles à trouver juste un mot
pour dire que j’en ai ma claque. Et je l’ai
pas, c’est ça la merde. C’est quand t’as
pas le mot pour dire, alors tu es
condamné à errer dans la rue, t’es dans
la marge. Ce mot, il doit bien exister
quelque part ? Mais ils sont trop cons, pour

le laisser traîner comme ça dans la rue. Ils
ont dû le mettre dans un coffre en Suisse.
Tu vois, il faudrait qu’il soit assez gros
pour faire peur, mais seulement à ceux
qui doivent avoir peur, pour les autres ça
doit faire un super mot à faire rouler dans
la bouche. Un truc que même les enfants
comprendraient, et qui leur éviterait de faire des conneries qui arrangent bien les
autres avec leurs mots. Des fois je voudrais être un écrivain. »
« Parce que je sens que j’ai des idées
dans ma tête, et que je sais qu’on a fait
exprès que je puisse pas les dire. ça fait
drôle, au début c’est une impression de
force, tu te dis putain t’as trouvé, t’essaye
de réfléchir et ça devient tout mou. ça
fond quelque part, et ça sort jamais. Tu
comprends qu’ils ont gagné, t’as peur
alors tu tapes pour te défendre, ou alors tu
as envie de casser du beau, parce que le
beau ça fait chier. »
Un jeune

1. Extrait de la conférence de Philippe
Lacadée, Rempart contre la violence, op. cit.

Je porte plainte contre la vie
Encore une page forte de ce livre que je voulais mettre en exergue. (p.122)
Ma façon de rendre hommage aux jeunes en leur donnant la parole, en reproduisant et en diffusant leurs textes .
Michel Bernard

Un stylo et une feuille me suffisent
Je vous décris le chagrin de ma vie
J'ai jamais compté sur les autres, j'ai toujours compté sur moi
Malgré mon cauchemar et mes pertes de
joies
A la school je ne trouve pas ma branche,
tellement il y'a trop d'arbres
Parfois j’ai la terre comme matelas, donc
je dors sur le marbre

Malgré la rue j'ai un langage soutenu, je
n'ai jamais été soutenu
Pour me soutenir c'est trop tard Ali casse
toi
Mais pourtant je ne l'aurais jamais voulu
quoi qu'il en soit
Les araignées n'ont pas toutes le don de
faire une toile
Redescends sur terre et pense à ton avenir pas aux étoiles

23

RUBRIQUE DES JEUNES
Parfois on craque on ne peut plus retenir
ses larmes
C'est dur de tenir ses rames
Combien ont échoué combien ont réussi
Combien ont voulu faire le bonhomme,
mais ils sont partis
C'est comme ça notre vie, on vit on meurt
On prend soin de notre life et la vie prend
son ampleur
Si j'avais du pouvoir je volerais dans les airs
Mais l'imagination ne ramène nulle part
comme une bouteille à la mer

Daronne, ne demande pas combien je
t'aime j'ai toujours eu des échecs en math
Les histoires de dames finissent toujours
par échec et mat
La vie me doit beaucoup pour tout ce que
j'ai vécu
J'ai combattu j'ai combattu, mais j'ai toujours été vaincu
Seigneur je t'en supplie trouve moi une
solution
Je porte plainte contre cette vie, ses
maux et ses agressions
Azof

Un homme
Texte chanté par son auteur Joseph Kompany, membre de la Baraka, en final de
l'après midi de présentation du livre de Xavier Hutsemékers au Palais Provincial de
Liège le 20 décembre 2014.
Je
Je
Je
Je

ne suis qu'un Homme.
suis l'Homme d'ici,
suis l'Homme d'ailleurs,
suis l'Homme qui te ressemble

J'ai quitté ma famille ,
Ma patrie, et mes amis
J'ai laissé les êtres de mon cœur,
J’ai abandonné les objets qui m'étaient chers
Parce que mon optimisme m'a poussé à croire que je suis un citoyen de la terre.
Que je pourrais vivre ce que vivent les autres ailleurs,
Que je pourrais vivre ce que tu vis.
Parce que je suis un Homme.
Je suis l'Homme d'ici,
Je suis l'Homme d'ailleurs,
Je suis l'Homme qui te ressemble
Est-ce important que je vienne d'Afrique,
Amérique, d'Europe ou d'Asie?
Le nom de mon Dieu, la couleur de ma peau,
La longueur de mon nez, l'épaisseur de mes lèvres,
font-ils de moi un être méprisable?
Ne suis-je pas humain?
Alors, pourquoi me mépriser,
Pourquoi me détester,
Pourquoi me haïr?
Pourtant on a tant à se donner,
Tant à partager
Tant à construire
Parce que je suis plus qu'un Homme
Je suis l'Homme d'ici.
Et d'ailleurs, je suis l'Homme qui te ressemble.
Joseph Kompany

24

RUBRIQUE DES JEUNES

Le comité de rédaction de Salut
Maurice descend sur la Baraka ....
Amateurs de romans policiers, détrompez-vous, ce n'est pas le titre du nouveau
roman de ValMcDermid ou de Jussi
Adler-Olsen, la nouvelle star du polar
scandinave, ou d'un ouvrage posthume
de notre liégeois Georges Simenon.
J'ai simplement voulu dire que je suis
descendu ce mercredi 25 février les 112
marches d'escalier plus 59, je les ai
comptées, qui relient mon domicile, celui
de la rue Henri Vieuxtemps, à la Baraka
où moi et mon compère "OldJack 007", le
plus prolixe des rédacteurs de S.M (Salut
Maurice pour les intimes), avions rendezvous avec les jeunes de la Baraka.
14 h 31. Dès notre entrée, les tables de
ping-pong se sont tues, les cannes se
sont allongées sur le velours vert des
billards : nous étions attendus.
Les éducateurs de la Baraka avaient visiblement préparé leurs troupes pour commencer d'emblée cette rencontre qui allait
s'avérer fructueuse.

presque un comité de rédaction élargi, comme le pratiquent nos
deux grands quotidiens belges « Le Soir
» et «La Libre». Assis à une table commune, pas encore en station debout pendant une heure comme le font depuis
1944, chaque matin à 7h30, les rédacteurs en chef du journal «Le Monde»
autour de leur directeur de rédaction;
mais quand même...
Mieux même, la rencontre de deux rédactions, la nôtre et celle du futur journal
interne de la Baraka.
Synergie opérationnelle de pensées.
Concomitance.
Comme dit Victor Hugo "Rien n'est plus
puissant qu'une idée dont l'heure est
venue".
Coïncidence heureuse, annoncée d'emblée par le nouveau dénicheur de talents
littéraires, j'ai nommé Dinis Caladeira,
fraîchement engagé pour cette tâche de
rédacteur interne du journal de la Baraka
par notre Xavier national.

Du coup, notre tâche de recrutement de
jeunes poètes, bédéistes et narrateurs
pour «Salut Maurice», était largement
facilitée.

Vous avez dit Rencontre ?
Au final, que retenir de ces 45 minutes
communes dans l'écoute et le dialogue ?
Le cadet de l'assemblée a fait l'unanimité
de sympathie par son franc parler.
Haut comme 6 pommes.
Multipliez par 3,1416 et vous aurez sa
taille.
Réponse dans le prochain numéro.
Il s'est proposé d'écrire une petite
bafouille comme dirait Pierre Perret. Non
revendicatrice mais comme un constat de
la situation actuelle de l'Agora, ce mini terrain de foot sur la place Goffin Bovy dont
les armatures de protection sont
défaillantes pour ses shoots Messi-niens,
ou Ronald'iens selon vos couleurs favorites.
J'ai eu beau lui expliquer que le mini foot
se joue au ras du sol, il n'en a pas moins
défendu son idée de réfection de son terrain de jeu favori. Il le voyait même recouvert d'un toit protecteur pour les jours de
pluie.
Un futur Roland Duchâtelet que je vous dis !
Le président actuel du Standard de Liège
étant par ailleurs à la tête de pas moins de
5 clubs européens, (excusez du peu), lui
le sera peut-être de 6 clubs plus grands
encore dans quelques années. Sait-on
jamais?
Voilà donc un jeune joueur qui a du plomb
dans la cervelle. Drôle d'expression tout
de même pour dire de quelqu’un qu'il a
des idées en tête et qu'il compte les réaliser, vous ne trouvez pas ?

Vous avez dit Jeunesse ?
Moi je dis avec Xavier Hutsemékers
"Jeunes Avertis Cherchent
Société Bienveillante"
Merci pour eux.
Michel Bernard

25

COORDINATION

Un abonnement à «Salut Maurice»
Un abonnement à «Salut Maurice»? Bien sûr, c’est possible !!
Si vous voulez recevoir «Salut Maurice» dans votre boîte-aux-lettres, vous pouvez souscrire un
abonnement au prix de 10 Euros pour l’année.
(à payer sur le compte BE77 0013 0780 6742 de la Coordination Socio-Culturelle de Sainte-Marguerite, rue Sainte-Marguerite, 9, 4000 Liège).

Je désire m’abonner à «Salut Maurice»
Nom :

Prénom :

Adresse :
Tel. :

Vous pouvez prendre contact avec le bureau de la Coordination pour le mode de paiement en appelant au numéro ci-dessous indiqué . Nous vous rappelons que les prochains exemplaires seront disponibles comme d’habitude, gratuitement, dans tous les commerces et associations du quartier ainsi
qu’à la Coordination Socioculturelle de Ste-Marguerite (CSCSM), rue Sainte-Marguerite, 9, 4000
Liège;
Téléphone: 04/224 34 26
E-Mail: cscsm@ymail.com

Robert Ruwet, membre du
comité de rédaction de votre
journal de quartier, a rassemblé
dans un «Salut Maurice hors
série», en papier glacé, svp, des
documents d’époque et des
témoignages sur l’événement du
7 septembre 1944.
Ce hors série de 44 pages, indispensable dans toute bonne
bibliothèque, est disponible gratuitement, sur demande, en
divers lieux du quartier :
- à la Coordination socioculturelle, rue Sainte-Marguerite, 9;
au
service
d’activités
citoyennes, rue Sainte-Marguerite, 28;
- à la Marguerite, rue SainteMarguerite, 362;
- à la maison intergénérationnelle, rue Saint-Séverin, 131.

26

pAGE DES AÎNéS

LES BABAS AU RHUM
Nous revoici, tranquillement assis au
coin de la fenêtre, à regarder l’hiver s’étendre sur la ville, à blanchir les arbres, à
balayer les rues … Et nous pensons à
ceux qui, travailleurs ou SDF, n’ont pas le
choix : il leur faut affronter la froidure.
Une demi-heure c’est bien, mais quand
cela dure des heures, cela devient une
souffrance insupportable. Quand on sait
qu’il y a un pour cent de la population qui
possède les 50 pour cent de la richesse
du monde, cela fait frémir. Et on se dit
que ça ne peut pas durer.
Nous en voici revenus à l’état de la France, après les Louis : le 14, le 15 et enfin
le 16. C’était la famine. Il y avait Versailles, le plus grand palais du monde où
se prélassait une aristocratie cynique et
décadente et puis les campagnes
françaises où on crevait de faim. Où on
trouvait des bébés morts dans les
champs…

Alors ça a été la Révolution. Et,
comme toutes les révolutions, elle a
accouché du pire et du meilleur. Le pire
c’est le sang, la guerre et la guillotine. Le
meilleur ce sont les Droits de l’homme, la
laïcité (dont on parle tant pour le moment),

la liberté, l’égalité et la fraternité. Enfin, à
peu près, car, très vite, les hommes d’argent ont repris le pouvoir. Et ils ont
essayé d’effacer tout mais c’était trop tard
: le Monde entier avait appris la nouvelle,
venue des « Lumières » de France : les
hommes sont égaux, la démocratie est
possible, on peut, on pourrait vivre heureux quelque part sans un tyran au-dessus de notre tête.

C’était donc possible, de vivre à
côté d’un autre homme sans le dominer et
sans qu’il nous domine. Sans qu’il m’impose ses idées et sans que moi non plus,
je ne lui impose les miennes. C’était donc
possible de ne pas attendre le paradis
mais de le vivre ici et maintenant !
Le bon roi Henri 4, au 16e siècle,
avait ouvert la brèche en inventant la tolérance. Il avait stoppé la guerre avec les
Protestants en rédigeant son fameux Edit
de Nantes qui autorisait l’existence d’une
religion « dite réformée » à coté du catholicisme qui était la religion d’Etat. Les
révolutionnaires ont étendu l’idée en
inventant la laïcité : tout le monde peut
pratiquer la religion qu’il veut sans qu’on
l’en empêche.
pour en revenir au présent, je
disais que l’état des inégalités, actuellement, est revenu à la situation du 19e
siècle. Les riches plus riches que jamais
et les pauvres plus pauvres que jamais.
Sur papier, logiquement, cela ne doit pas
s’arrêter. Mais l’Histoire n’est pas en
papier. Elle crée des surprises, l’Histoire,
elle prend des virages inattendus. Qui
aurait pu prévoir l’effondrement du Mur de
Berlin, en 1989 ? Ou la crise financière
de 2008 ?
Donc quelque chose va changer, c’est obligé. En espérant que cela
se passera bien comme parfois cela est
arrivé. L’Espagne après Franco qui redevient démocratique, l’Afrique du Sud qui
supprime l’apartheid… Il faut y croire.

27

pAGE DES AÎNéS
Et puis, une dernière réflexion

On risquerait de mourir à table… Et donc,
Bill Gates, justement, a eu le bon réflexe.
Il se tape trois babas au rhum au petit
déjeuner et puis les cent mille autres, il
les distribue en Inde ! Quant aux autres
milliardaires, qu’ils fassent bien attention,
car les temps vont changer ….

du naïf que je suis. Ces multimilliardaires, ces Bill Gates, que peuvent-ils faire avec autant d’argent ? C’est comme
les pâtisseries. On peut se taper un baba
au rhum. Si on est riche, on peut en
prendre deux ou même trois. Mais bon,
on ne peut tout de même pas en ingurgiter vingt !

Jacques Van de Weerdt

MONSIEUR DICO

pARLONS FRANçAIS
C'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tort qu'ils ont raison!
Disait Coluche.
Le langage est un code qui nous permet de communiquer. D’échanger. Une méconnaissance du code rend, forcément, la communication floue, peu précise. Erronée.
Donc...
En utilisant correctement ce code qu’est la langue française nous risquons d’éliminer
quelques incompréhensions. Quelques intolérances...

Qu’est-ce qu’une ALTERNATIVE ?
Selon nos journalistes ertébéins, ou autres, il s’agit d’une espèce de solution de rechange.
Or que nenni ! Depuis que ce mot existe (et cela fait quelques siècles...), il désigne un
ensemble de deux possibilités. Il doit être employé au singulier puisqu’il désigne les deux
éventualités.
On se trouve donc placé devant UNE alternative lorsque l’on a le choix entre DEUX possibilités. C’est l’UN ou c’est l’AUTRE. (comme dans les rues à stationnement... alternatif).
Mais l’une n’est nullement la petite sœur, l’ersatz de l’autre...

Robert Ruwet

28

ANNONCES

«SALUT MAURICE!» N°84
est prévu pour : JUIN. Vos petites annonces doivent nous parvenir pour le: 15 MAI au plus tard.
Leur inser tion dans le jour nal est bien entendu gratuite!
BOÎTE AUX LETTRES :

CSCSM: 9 rue Sainte-Marguerite à 4000 Liège ou
par mail: cscsm@ymail.com
Nous recherchons d’urgence des bénévoles pour aider des
enfants et des adolescents dans leur travail scolaire quotidien.
Notre Ecole de Devoirs est par essence un lieu d’accrochage scolaire pour
que chaque jeune puisse être tiré vers le haut.
Une Ecole de Devoirs, ce ne sont pas simplement les devoirs mais un
ensemble d’activités pédagogiques, créatives et ludiques pour inciter à la
curiosité : activités artistiques, sportives, culinaires, extérieures (visites de
musées, bibliothèques…).
Le travail effectué à La Baraka s’inscrit dans une dynamique d’éducation
permanente et d’apprentissage à la citoyenneté pour des jeunes de 6 à 26
ans.

Centre de jeunes de l’Ouest, La Baraka ASBL
Rue Sainte-Marguerite, 51 - 4000 Liège
Tél. : 04/225.04.98. Gsm : 0470/226.083.
Courriel : edd@labaraka.be
Maison de Jeunes, Ecole de devoirs, Centre
d’Expression et de Créativité, Français
Langue Etrangère

Si vous avez quelques heures à consacrer aux jeunes pour faire part de
votre savoir et votre expérience, nous n’attendons plus que vous !
Laurent Hurtgen,
Responsable Ecole de Devoirs

LE pANIER DE MARGUERITE (GAC) recherche:
* pour son potager communautaire :
- des personnes ayant envie de jardiner bio
* pour son atelier «récup» :
- des idées (revues, fiches-brico, patrons,...)
- du matériel de couture (rubans, boutons, bobines de fil,...)
- des restants de pots de peinture.
Merci de contacter Sarah au 04/225 13 16

Vous cherchez...
un jouet, une poupée, un jeu de table, une auto
téléguidée, un jeu électronique, un harmonium, un vélo, etc.
Notre local vous est ouvert les jeudis de 9h30
à 12h.

“Les Mayélés”

rue Jacob Makoy, 40
4000 Liège
Tél.: 04/252.31.71.

Asbl La Marguerite

L’Asbl La Marguerite
Est à la recherche d’intervenants bénévoles ayant des
connaissances en math, sciences ou en langues (Anglais-Neerlandais)
de manière à apporter son aide les lundis, mardis jeudis et vendredis
de 15h30 à 18h00.
Contact: Asbl La Marguerite, rue Sainte-Marguerite, 362.
Tél: 04/225.04.73

29

Dans le cadre de ses futurs projets, l'asbl la Marguerite
recherche activement de la laine, des bouchons de

Liège et des boules de Noël en plastic.
Si vous désirez nous aider, contactez-nous au 04/225.04.73 ou
par mail à lamarguerite@skynet.be. Vous pouvez aussi pousser la porte de notre maison de quartier du lundi au vendredi,
du matin au soir!
D'avance un grand merci à tous !

COORDINATION
LA COORDINATION SOCIO-CULTURELLE DE
SAINTE-MARGUERITE
rue Sainte-Marguerite, 9 à 4000 Liège
Tél. : 04/224.34.26.
E-mail : cscsm@ymail.com
Personne de contact : Alain Dengis
http://www.coordinationsocioculturelledesaintemarguerite.sitew.com
La Coordination Socio-Culturelle de Sainte-Marguerite est une coordination de quartier créée en 1997 à l'initiative des associations qui souhaitaient travailler ensemble.
La Coordination est avant tout un lieu d'échanges où l'on définit
ensemble des projets communs. Il s'agit donc d'un partenariat entre
diverses associations du quartier dont l'objectif principal est l'harmonisation de leurs actions en vue de l'amélioration des conditions de vie
des habitants du quartier Sainte-Marguerite.
La Coordination regroupe actuellement 15 associations et travaille en
collaboration avec 6 services publics :

LES 15 ASSOCIATIONS
Le Centre de Jeunesse "La Baraka" et le Centre
de Créativité et d'Expression
Rue Sainte-Marguerite, 51
Tél.: 04/225.04.98.
E-mail : cj.labaraka@skynet.be
Personnes de contact : Xavier Hutsemekers (MJ), RaphaëlDi Domenico
(CEC).
Activités: centre d'expression et de créativité, maison de jeunes, école de
devoirs.
Public: principalement des jeunes à partir de 6 ans mais possibilité d'ateliers avec des adultes.
Quand? horaires variables en dehors des heures scolaires (fin d'aprèsmidi, début de soirée, week-end)

Le C.L.A.J - Les Frusques (Centre Liégeois d'Aide aux

Jeunes)

Rue Sainte-Marguerite, 9

Tél. : 04/223.70.49.

Le Club André Baillon
Rue des Fontaines Roland, 7.

Tél.: 04/221.18.50.

E-mail : claj.lesfrusques@hotmail.com
Personne de contact : Isabelle Van Kerkhoven
Activité: lieu de communication, d'échange et d'accompagnement pour
promouvoir son indépendance économique, sociale et culturelle, exercer
sa citoyenneté de manière responsable, établir un dialogue positif avec
son entourage, …
Public: Jeunes de 0 à 18 ans et leur famille.
Quand? le lundi, mardi et vendredi de 9h30 à 17h et le mercredi et jeudi de 9h30 à 18h30

E-mail: clubandrebaillon.csm@skynet.be
Personne de contact : Anne-Catherine Gigot
Activités : activités sociothérapeutiques de groupe afin
de
se
(re)construire une identité, de retrouver une vie relationnelle et d'évoluer
et prises en charge individuelles (psychologiques, psychiatriques et
sociales)
Public: le service s'adresse à une population adulte en souffrance psychique.
Quand? tous les jours de 9h à 17h, le jeudi jusqu'à 21h

30

COORDINATION
Espace M
Rue des Fontaines Roland, 29.

Tél. : 04/226.37.51.

E-mail : espacem.liege@mutsoc.be
Personnes de contact : Dominique Brassinne et Virginie Esser
Activités: lieu de dialogue, d'écoute et de prévention en matière de vie
affective, relationnelle et sexuelle, consultations MGF (mutilations
génitales féminines) le vendredi.
Permanences sociales, accueil, animations. Initiative des FPS, en partenariat avec le centre de planning familial des FPS.
Public: ouvert à tout public
Quand? Le mercredi de 12h à 16h et le vendredi de 9h à 13h.

Le G.A.S.S. (Groupe d'Action Sociale et Scolaire)
Degrés des Tisserands, 33.
Tél.: 04/226.84.84.
E-mail : gass.edd@gmail.com
mimieke46@gmail.com (alpha)
Personnes de contact : Sylvia Puma (EDD), Mimie Meunier(alpha)
Activités : école de devoirs (EDD) et alphabétisation adultes (dames)
Public : enfants de 6 à 12 ans et adolescents de 12 à 18 ans (EDD);
femme à partir de 18 ans (Alpha et Fle)
Quand? EDD: le lundi, mardi, jeudi et vendredi de 15h30 à 18h30 et le
mercredi de 13h30 à 17h30
ALPHA et FLE: le mardi, mercredi, jeudi et vendredi de 9h30
à 11h30.

La Maison Médicale "Le Cadran"
Rue Sainte-Marguerite, 124.
Tél.: 04/224.94.44.
Email : mmcadran@cadran.be
Personne de contact : Claude Parmentier
Centre de santé intégré pour soins médicaux au forfait chez médecins
généralistes, kinés et infirmiers. Egalement possibilité de consultations
chez psychologue et assistant social.
Horaire : lundi au vendredi de 8h30 à 18h30 uniquement sur rendezvous et permanence médicale le samedi de 9h à 10h.

La Marguerite
Rue Sainte-Marguerite, 362.

Tél.: 04/265.51.61.

E-mail : lamarguerite@skynet.be
Personne de contact : Déborah Schoebben
Activités: la Marguerite est une maison de quartier: écoles de devoirs,
activités extra-scolaire (enfants), cours de FLE (ados) , cours d'alpha et
de FLE (femmes), groupe de vie (femmes): lieu de rencontre, d'échange, de construction de projets,..+ permanence sociale et écrivain
public.
Public: enfants et ados: de 6 à 18 ans, Adultes: femmes
Quand? du lundi au vendredi de 9h à 18h.

Nature, Sciences et Cultures
Rue du Général Bertrand, 40. Tél. : 0476.78.31.85.
Email : naturesciencescultures@yahoo.com
Personnes de contact : Hanane Assal et Pascal Baute
Activités : des ateliers et des formations pédagogiques d’éducation
relative à l’environnement, au développement durable, à la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité ainsi que l’éducation à la
citoyenneté.
Public : enfants et ados à partir de 6 à 18 ans, des groupes scolaires et
des adultes.
Quand ? tous les jours de 9h à 18h, le mercredi de 14h à 18h

31

COORDINATION

L'Orchidée Rose
Rue Sainte-Marguerite, 233.

Tél. : 04/229.58.93.

E-mail : asblorchideerose@hotmail.com
Personne de contact : Chantal Bils
Activités: Alpha et FLE
Public: toute personne, priorité aux personnes du quartier.
Quand?
Groupe de femmes : tous les jours de 13h à 15h00 (débutantes) et de 11h à
13h00 (avancées)
Groupe mixte : lundi, mardi, mercredi et vendredi de 19h à 21h (débutant et
avancé)

Les petits Tisserands
Rue Sainte-Marguerite, 122. Tél. : 04/224.07.19.
E-mail: petitstisserands@skynet.be
Personne de contact: Martine Wégria
Activités : maison d’accueil petite enfance
Public : enfants de 9 mois à 2 ans et demi (en période extra-scolaire, jusqu’à
4 ans) dont les parents sont en réinsertion socio-professionnelle, en formation
et pour les enfants en socialisation.
Horaire : du lundi au vendredi de 7h à 18h

Santé Nord-Sud
Rue Sainte-Marguerite, 86. Tél. : 04/225.29.07.
E-mail : administration@santenordsud.org
Personne de contact : Angus Lames
Activités: FLE, informatique,
relations publiques auprès des sponsors
(contacts téléphoniques, courriels, rencontres sur sites), des sorties culturelles,
organisation matérielle et planification des ateliers santé, aide juridique, écrivain public,
Public: public mixte maîtrisant ou pas la langue française
Quand?
Groupe A (Avancé): le lundi et jeudi matin de 13h00 à 16h00
Groupe B (Intermédiaire): le mardi et vendredi matin de 13h00 à 16h00
Groupe C (Débutant): le mardi et jeudi matin de 9h30 à 12h00

S.A.C. (Service d’Activités Citoyennes)
Rue Sainte-Marguerite, 28.
Tél. : 04/229.97.05.
E-mail : sac@stemarguerite.be
Personnes de contact : Stéphane Laruelle et AnhTuan Bui
Activités: préformation aux métiers du bâtiment (maçonnerie, électricité, …) ou
bureautique/ au métier d’agent d’accueil. Les personnes formées suivront également des cours de français, de math et d’informatique ; établiront leur bilan
et projet professionnels, réaliseront des visites d’entreprises, de centres de formations, … ; entameront leur recherche d’un emploi et participeront aux
différents projets développés dans le quartier.
Public: demandeur d’emploi âgé d’au moins 18 ans, (en priorité des habitants
du quartier Sainte-Marguerite)
Quand? du lundi au vendredi. Pour plus de précisions contactez le service au
04/229.97.05.

32

COORDINATION

Le Service Social Liège-Ouest (SSLO)
Rue Sainte-Marguerite, 51.
Tél. : 04/225.13.16.
E-mail : clss_sslo@yahoo.fr
Personnes de contact : Sarah Graindorge
Activités : Suivi social global avec une assistante sociale (logement,
gestion budgétaire, aide administrative, aide alimentaire, vestiaire
social), tables de conversation, activités socio-culturelles, accompagnement par des volontaires.
Public: habitants du quartier pour tout type de problèmes.
Quand : permanence sociale le mardi et le jeudi entre 9h et 12h (se présenter avant 11h)
les Tables de Conversation : du lundi au vendredi de 9h30 à 11h30.

Le Val de la Légia
Siège social : Rue Sainte-Marguerite, 70
Personne de contact : Christian Fischer (président) Tél.: 0475/70.50.74.
E-mail : fischer-chris@swing.be
Activités: Comité de quartier. A pour but la défense, l’amélioration du
cadre de vie, le développement et la promotion du Quartier.
Public : toute personne majeure domiciliée ou exerçant une activité dans
le quartier.
Quand ? Réunion le 3ème lundi du mois.

VIEWS (Visually Impaired’s Educational World Support)

Rue de La Légia, 62bis 4430 Ans

Tél. : 04/375.35.20.

office@viewsinternational.eu
Personne de contact: Anca David
Activités: mise en place de projets européens adaptés à la déficience
visuelle pour des jeunes Belges et des jeunes Européens (18 à 30 ans) :
échanges de jeunes, services volontaires européens (individuels, pour
des périodes de 4 à 9 mois), rencontres internationales. Il y a aussi des
activités locales le plus souvent le samedi, avec des jeunes Belges, handicapés visuels ou non: activités sportives, culturelles, visites, rencontres
Public: prioritairement aux jeunes avec un handicap visuel.
Quand? Chaque fois qu’il y a des places disponibles, elles seront
annoncées sur leur site (www.views.be et www.viewsinternational.eu/),
mais aussi dans le VIEWS Info mensuel ; le volontaire devra leur
envoyer une lettre de motivation, un certificat de compétence linguistique et un CV.

33

COORDINATION

LES 6 SERVICES pUBLICS
CLE (Coordination Locale pour l'Enfance) Service
Jeunesse, Ville de Liège

86, Féronstrée à 4000 Liège

Tél: 04/221.87.78.

E-mail: gwenaelle.laureys@liege.be
Personne de contact: Gwenaëlle Laureys
Il s’agit d’une coordination des acteurs extra-scolaires (garderie scolaire et
associations locales) pour les enfants de 2 ans et demi à 12 ans.

Maison de la Citoyenneté du C.p.A.S. de Liège
Rue du Général Bertrand, 35. Tél. : 04/229.21.90.

E-mail : maisondelacitoyennete@cpasdeliege.be
Personne de contact : Julien Etienne
Activités: Ateliers Créatifs (Peinture, couture, créativité et calligraphie latine),
ateliers Sports (gymnastique douce, relaxation et Aquagym, natation), atelier
Informatique (apprendre à son propre rythme les bases de l’informatique,
PMTIC (Word, Internet, E-mailing,…))
ALPHA-CITOYEN: Ce projet met sur pied un programme d’activités, afin
d’outiller la personne étrangère à mieux appréhender l’environnement du pays
d’accueil, des cours de français et des modules de citoyenneté.
Quand? sans rendez-vous à la permanence du lundi matin.

Maison intergénérationnelle de la ville de Liège
Rue Saint-Séverin, 131. Tél. : 04/238.54.96.
E-mail : stephanie.singer@liege.be
Infos : www.liege.be/social/famille/seniors/service-intergenerationnel
Personne de contact : Stéphanie Singer
Lieu d'accueil et d'échanges ayant pour but de (re)créer des liens sociaux
autour d'activités diverses permettant d'améliorer le bien-être, de développer
de nouveaux talents ou tout simplement de sortir de chez soi et lier de nouvelles connaissances. Ces activités sont organisées en collaboration avec le tissu associatif du quartier. Nous sommes également ouverts aux demandes des
habitants!
Activités :couture, atelier créatif, tricot, bébés-rencontres, petit-déjeuner, réparation de jouets, atelier lecture ...
Quand? en fonction des activités.

pFGV (plan Fédéral pour les Grandes Villes)
Rue Saint-Séverin, 131. Tél.:04/238.54.96.
Personnes de contact : Anne Christophe (animatrice jeunesse) et
Julien Mattina (animateur sportif)
E-mail : anne.christophe@liege.be - julien.mattina@liege.be
L'équipe PFGV de quartier consulte et recense les attentes et le projets des
citoyens. Le PFGV subventionne des projets qui ont pour but d'améliorer le
cadre de vie, de favoriser la cohésion et la convivialité au sein du quartier.

34

COORDINATION
Relais de l'Emploi (Forem)
Rue Sainte-Marguerite, 28
Tél. : 04/229.98.00.
E-mail : vanessa.cibour@forem.be
E-mail : irene.tapai@forem.be
Personnes de contact : Irène Tapai et Vanessa Cibour
Activités: démarches administratives: ((ré) inscription, changement
d’adresse,...), Vous conseiller et vous aider dans votre recherche d’emploi.
Public: ouvert à tous chercheurs d’emploi, travailleurs, étudiants,
employeurs, stagiaires, bénéficiaires AWIPH, …
Quand? tous les jours de 9h à 12h00 et le lundi de 14h à 16h00

Rénovation urbaine de Sainte-Marguerite - ville
de Liège
Quai de la Batte, 10.
Tél. : 04/221.91.17.
E-mail : sylviane.kech@liege.be
Personne de contact : Sylviane Kech
La ZIP/QI - rénovation urbaine de Sainte-Marguerite est un service
communal en charge de la mise en oeuvre du Projet de quartier
Sainte-Marguerite c'est-à-dire essentiellement du développement de
projets de rénovation du bâti et d'aménagement d'espaces publics. Elle
représente les intérêts du quartier auprès de différents pouvoirs publics
et d'instances privées, via la Commission de Rénovation urbaine rassemblant des habitants, des représentants du monde associatif et des
commerçants, et les autorités publiques (membres des Collège et
Conseil communaux).

Mairie de quartier Sainte-Marguerite
Place Saint-Séverin, 46
Tél : 04/221.42.90.
Ouverte du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 et de 14h à 16h30

Un blog du quartier Sainte-Marguerite a été créé par Jean Catin,
membre du comité de rédaction du Salut Maurice :

quartiersaintemarguerite.blogspot.be

D’autres coordonnées utiles
- Le panier de Marguerite (GAC)
Contact : Stéphanie Singer : 04/221.83.95.
E-mail : stephanie.singer@liege.be
Groupe d'achat en commun (GAC) ouvert à tous, visites de fermes, potager, rencontres
conviviales.

- Ecrivain public (pAC)
Contacts :
Oumar Diallo au 04/225.04.73. (mercredi de 9h à 12h à l’Asbl La Marguerite)
Claude Collinet au 04/225.29.07. (jeudi de 13h30 à 15h30 à l’Asbl Santé Nord-Sud)
Oumar Diallo au 04/229.98.00. (vendredi de 9h à 12h au Relais de l’emploi du Forem)

35

AGENDA

AVIS D’ENQUêTE pUBLIQUE
Le Collège communal de la Ville de Liège porte à la connaissance du
public que le projet de Master plan du projet de quartier de
Sainte-Marguerite, réalisé par la SCRL PLURIS, rue de Fétinne 85
à 4020 LIEGE, est soumis à enquête publique.
Les réclamations et observations éventuelles sont à adresser par écrit
au Collège communal de la Ville de Liège, Département de l’Urbanisme, La Batte, 10, 4ème étage à 4000 Liège ou par courriel à enquete.urbanisme@liege.be en mentionnant le numéro du dossier (2256)
et vos coordonnées complètes (nom, prénom et adresse postale complète) du 8 avril au 8 mai 2015.
Le Master plan du projet de quartier de Sainte-Marguerite peut être consulté au Service des Permis d’Urbanisme, La Batte
10, 4ème étage à 4000 Liège, où chacun pourra en prendre connaissance tous les lundis, mardis et vendredis de 9 à 12 h et le mercredi
de 14 à 17 h (fermeture le jeudi) ou sur rendez-vous (Madame Sylviane KECH: 04/221.91.17 ou Madame Anne-Marie VEITHEN :
04/221.90.69). Des informations techniques seront fournies, sur rendez-vous, le jeudi 30 avril de 16 à 20 heures à la Maison de l’Habitat, rue Léopold, 37 à 4000 Liège. Le rendez-vous doit être pris 24
h à l’avance auprès des personnes mentionnées ci-dessus.

Une séance d’information sera organisée le jeudi 23 avril
à 18h à la Maison Intergénérationnelle, rue Saint
Séverin 131 à 4000 LIEGE.
Les réclamations et observations orales pourront être formulées lors
de la séance de clôture qui se tiendra le lundi 11 mai 2015 à 10
heures, en la salle Michel OTE, Ilot Saint-Georges, la Batte, 10,
4ème étage à 4000 Liège.

36

AGENDA

37

AGENDA

Ce journal est réalisé à l’initiative et avec le soutien de la Ville de Liège, dans le cadre du projet
de quartier de la Zone d’Initiative Privilégiée - Quartier d’Initiative (ZIP/QI) Ste-Marguerite.
Avec également le soutien du Fonds du logement, de la Région wallonne et du FIPI.

Editeur responsable :
Sylviane Kech, Ville de Liège, Quai de la Batte, 10/5° ét. à 4000 Liège
Impression : Le Centre d’Impression et de Micro-Image de la Ville de Liège
Comité de Rédaction : Sylviane Kech, Jacques van de Weerdt, Jean Catin, Robert Ruwet,
Michel Bernard, Joseph Deleuse, Thierry Emany, Alain Dengis
Mise en page : Thierry Emany, Alain Dengis (CSCSM)
Dessins: Henry Denis
Remarque : les articles n’engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

38

AGENDA

DéCOUVRIR SON QUARTIER
L'Office du Tourisme a programmé, pour 2015, les promenades thématiques commentées par Joseph Deleuse :

Le samedi 25 avril: Hubert Goffin Chevalier de la Mine.
Le dimanche 28 juin: La Légia.
Le dimanche 12 juillet: Hubert Goffin ...
Le dimanche 4 octobre: Les Fontaines Roland.

Fontaine Roland adossée au mur de l'Abbaye
de Saint-Laurent dans le jardin Wiket.

Statue représentant Hubert Goffin, place Nicolaï
à Ans

La réservation se fera à partir de janvier à l'Office du Tourisme
(04/221.92.21).
Le départ est à 14h30 au parking de l'ancienne piscine d'Ans pour "La
Légia" et "Hubert Goffin". Place du Flot (haut de Sainte Marguerite)
pour "Les Fontaines Roland".
Durée +/- 2h30 pour chaque promenade.
Joseph Deleuse animera également ces 3 activités pour le festival de
promenades du 17 au 29 août organisé par la Maison du Tourisme.

39

AGENDA

Asbl La BARAKA

Rue Sainte-Marguerite, 51
04/225.04.98.
cj.labaraka@skynet.be

----------------------------------------------------------------------------------------------

Le GROUpE DE DANSES « KALINKA »
Vous voulez participer à une activité conviviale et envoûtante, venez nous
rejoindre tous les mardis dès 19 heures à dater du mois d’octobre pour entrer
dans la féérie des Danses RUSSES – chez « KALINKA » rue Saint Séverin, 32.
Cours donnés par Svetlana qui propose toujours des danses abordables pour
tout le monde (jeunes et moins jeunes)
Renseignements : SVETLANA 0474.18.71.50.

----------------------------------------------------------------------------------------------

Maison du conte et de la parole de
Liège-Verviers asbl
vous invite à sa Veillée du 7 de chaque mois, à 20h.

Au théâtre à Denis, 302, rue Ste-Marguerite à 4000 Liège.
Ni réservation ni inscription. 2 euros pour tout le monde.
Tél :04/367.27.06.; 0473/82.53.31.; 04/223.78.57. maisonconte.liege@skynet.be
Bienvenue à tous les conteurs, à tous les amis des contes, aux amateurs d’une soirée pas
comme les autres!

40

AGENDA

41

AGENDA

place aux Cultures - 2ème édition
Si vous passez à Sainte-Marguerite, Place de l'Eglise, ce 20 mai,
entre 14 et 17h, venez nous rejoindre pour participer à la 2ème édition
de Place aux Cultures. Cette manifestation, entièrement gratuite est
ouverte à tous les enfants du quartier.
Ce projet, initié par la coordination ATL (Accueil Temps Libre) et l'équipe de quartier de la Ville de Liège, est l'occasion pour les enfants
et les travailleurs des garderies scolaires et des associations participantes de montrer tout leur savoir faire. Durant 1 an, chacun dans sa
structure a eu l'occasion de découvrir, de créer, de jouer autour d'un
pays. Vous pourrez découvrir le résultat de leur travail et participer à
différentes animations ludiques, créatives et sportives.
Au programme de cette année, l'Egypte, le Kenya, l'Angleterre, la
Thaïlande, l'Alaska, l'Inde et le Mexique.
Les associations et écoles participantes : les écoles fondamentales
d'Agimont et Waroux, l'école de Fontainebleau, le GASS, la Marguerite, l'EDD de la Baraka et l'Orchidée Rose.
Anne Christophe

42

AGENDA

Théâtre Le Moderne
Rue Sainte-Walburge, 1 – 4000 Liège
Tél : 04/225.16.06 E-mail : info@lemoderne.be
Site : www.lemoderne.be
Le Lieutenant d’Inishmore
Théâtre : du 30/4 au 23/5
Une farce dérangeante sur la stupidité des extrêmes, déconseillée aux âmes
(trop) sensibles.
Musique de scène composée et arrangée par James Scott et enregistrée par le
Celtic Arts Trio, elle se compose d’airs folkloriques de toute l’Irlande avec une
mélodie qui vient d’Écosse
.

Spectacle des ateliers ados
Théâtre : du 29 au 31 mai

Ados 1(13-15 ans). Animé par Simon Drahonnet
VE 29-18h, SA 30-15h
Orphelins à temps partiel
Avoir une famille de huit enfants c’est beau !...Mais ce n’est pas tous les jours
simple… Et des parents débordés qui décident de prendre des vacances chacun de leur côté… sans prévenir l’autre… ça n’arrange rien… et pourquoi pas ?
Ados 2 (15-17 ans). Animé par Dominique Renkens
SA 30-18h, DI 31-15h
La Fontaine Rock and Roll
Quand les fables de La Fontaine sont revisitées par les ados ça promet d »être
délirant
Ados 3 et adultes débutants. Animé par Dominique Renkens
SA 30-20h30, DI 31-18h
Le dossier BMK
Ce n’est pas politiquement correct, c’est un théâtre de révolte, c’est une perpétuelle tentative de communication entre les hommes.

Stage de pâques
Théâtre : pour les 6-12 ans
Du mardi 7 au vendredi 10 avril 2015
Le vendredi 10 avril à 15h30, les parents seront les bienvenus. En plus du thème développé durant la semaine, une sortie au cinéma est également prévue le
mardi après-midi.
Renseignements et inscriptions : 04/225 16 06 ou
isabelle@lemoderne.be -Prix: 45€
Activités de 9h30 à 17h. Garderie à partir de 8h et jusque 17h30.
La programmation complète est disponible sur le site internet du
théâtre.

43

AGENDA

44

AGENDA

Théâtre à Denis
Rue Sainte-Marguerite, 302 - 4000 Liège
Tél : 04/235.94.95. gsm : 0475/70.10.04.
site : www.tchantches.com

programme d’avril

Mer. 1 15h00 Les deux compagnons de route
Ven. 3 20h00 Soirée adulte - Cette année pour nos 20 ans nous vous proposons un drame
dramatique : «Y a-t-il quelqu’un pour sauver Liège ?». Et oui, le gouvernement wallon rempli de dettes, décide de vendre notre bonne cité ardente aux américains. Mais cela ne plait
pas à notre Tchantchès qui fera tout ce qu’il peut pour que nous restions liégeois !
Dim. 5 15h00 Tchantchès contre Fantômas
Mar. 7 15h00 L’ogre de Worm
Mer. 8 15h00 Tchantchès contre Fantômas
Jeu. 9 15h00 le roi du soleil
Dim. 12 10h30 Tchantchès contre Fantômas
Mar. 14 15h00 La légende de la cathédrale de Cologne
Mer. 15 15h00 La belle de Calabre
Jeu. 16 15h00 La pierre de Pluton
Dim. 19 15h00 Le dragon qui muait
Mer. 22 15h00 Le dragon qui muait

Stage pour les enfants à Pâques du 13 au 17 avril.
Sam. 25 et dim. 26, dès 10h, WE spécial 20 ans (voir affiche ci-contre)

20 ans de passion ...
750 marionnettes liégeoises et de plus de 100 marionnettes du monde composent la collection actuelle de Denis Fauconnier; ce qui est certainement la plus belle collection privée de Belgique.
A côté du Théâtre, un musée a été créé, 3 pièces, chacune dédiée à : Marionnettes du monde, Marionnettes liégeoises, Tchantchès autre que marionnettes, peintures, statues.
Lors du festival vous pourrez assister à des démonstrations de fabrication. Le bois de Tilleul se
travaille bien et se comporte bien, léger, idéal pour la fabrication, vers 1850 les ébénistes liégeois
l’utilisaient déjà, de même que les statuaires.
Vous découvrirez aussi certains textes originaux ainsi que le Guignol (français) et d’autres
troupes belges wallonnes.
Christian Deville et José Maquet seront de la partie.
Qui peut être intéressé ? En particulier les enfants de 4 à 10 ans, mais ce festival est aussi destiné à tous.
La réservation est souhaitée.
Lors de ce week-end, un accueil important sera organisé allant de la place à l’école voisine, la
salle de gym de cette dernière, la cour. Rendez-vous est donné à certaines confréries. Chapiteau et restauration assurée.
Charlemagne, Tchantchès, Roland, 3 mousquetaires, D’Artagnan intronisé, 3 petits cochons,
Richelieu, Rochefort, Atos, Portos, Aramis vous attendront le samedi 25 et le dimanche 26 avril.
Sans oublier les grands classiques tels St-Nicolas, Noël, Li Naissance …

45

AGENDA

Festival de marionnettes
à l’occasion des 20 ans
du Théâtre à Denis de Liège
Samedi 25 avril

Dimanche 26 avril

10h00
10h30
11h30
12h30
13h30

10h00 Ouverture
10h30 Théâtre à Denis
11h30 Les marionnettes de Martine et Alain
(Guignol)
12h30 Tchantchès qui Rèye
13h30 Egidia
14h30 Zigomars : Raoul - Petits contes au
musée (Par la maison des contes )
15h30 Maison des contes de liège Verviers
16h30 DWISH
17h30 Théâtre Royal Ancien Impérial de La
RLOM
18h30 Théâtre à Matthî

14h30
15h30
16h30
17h30
18h30

Ouverture
Théâtre à Denis
Maison des contes de liège Verviers
Théâtre à Matthî
Magic Club Belge - Petits contes au
musée (Par la maison des contes )
Les marionnettes de Martine et Alain
(Guignol)
DWISH
Egidia
Tchantchès qui Rèye
Les jeunes apprentis du théâtre
à Denis

Sans oublier les 2 jours: orgues de barbarie, grimages, confréries , et autres animations

RENSEIGNEMENTS ET RÉSERVATIONS
Tél. 04 235 94 95 | Gsm 0475 70 10 04
Rue Sainte-Marguerite 302 | 4000 Liège
P A F 5€

46

RUBRIQUE DES JEUNES

es
unes
jeun
de je
son de
aiso
en Mai
ur en
lleur
lle
i
a
ai
v
av
a
r
t
tr
n
u
un

d’
d
s
es
e
c
n
nc
rie
périe
exxpé
ett e
ons e
Viissiion
V

mékers
sem
utse
err Hut
vie
Xavi
Xa

e
esssse
ne
un
eu
a JJe
e lla
de
ce d
errvviice
Se
du S
tion du
catio
blliica
pub
Une pu
Un
s
e
le
l
l
e
el
uxx
Brru
e--B
niie
on
allllo
ion Wa
attio
érra

éd

aF
e lla
d
de

COMMANDER LE LIVRE :
vincent.gallez@cfwb.be | 02/413.31.47

47



Documents similaires


sm 88 pdf def
sm 85 pdf def
sm72 pdf
sm73 def
sm 93 def
sm 97


Sur le même sujet..