Chapitres 1 5.pdf


Aperçu du fichier PDF chapitres-1-5.pdf - page 6/67

Page 1...4 5 67867



Aperçu texte


I. GÉO-GRAPHIE, UNE HISTOIRE DE FRONTIÈRES

!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!

1. Des frontières et des géographes : une question fractale

menés des travaux communs sur des terrains non occidentaux. Les uns et
les autres, intéressés aux pays lointains et aux sociétés longtemps
qualifiées de traditionnelles ont montré, dès les années 1950, que celles-ci
avaient un rapport aux frontières extrêmement distinct de celui des
sociétés occidentales.

Modif° de la représentation
mentale des front.
Trouve des résonnances
symboliques

En effet, les frontières, dans les sociétés traditionnelles, ne sont jamais
fixes et linéaires. Elles sont au contraire, de manière générale, des marges
floues, aboutissement d'une sorte d'emboîtement d'espaces allant d'un
espace fortement approprié (l'espace cœur) vers des zones étranges et
souvent considérées comme dangereuses. Loin d'être ignorées, refoulées,
ces zones de marges sont au contraire incluses dans l'imaginaire des
populations autochtones. Elles sont, dans le même sens, à la fois des lieux
de pratiques, d'échanges et de conflits permettant une vitalité du social,
de la connaissance de l'autre, du renforcement de l'identité et un espace
propice à la diffusion cultuelle possédant une forte valeur symbolique. De
plus les fonctions attribuées par ces sociétés aux zones frontière montrent
qu'elles fonctionnent en réseau et qu'elles ne connaissent pas de
véritables ruptures spatiales.

Fins de la géopolitique classique
Obsolète

De plus, les recherches menées par les géographes, encore qualifiés
d'africanistes, sur les zones frontière entre États africains (frontières
tracées par les empires en 1885 lors du congrès de Berlin), en parallèle
aux travaux transdisciplinaires relatifs aux discontinuités entre sociétés
traditionnelles, dévoilent la difficulté de ne traiter la frontière que selon
une seule perspective géopolitique.

Densification considérable de la q°
Originellement les front. étaient
syn. d’ordre ms la situation
contemp. exige de nvll approches

En effet, les frontières internationales et imposées sont ourlées de zones
de flux illicites, qui encouragent les échanges de tous ordres. Elles
permettent aussi la mise en réseaux qui favorisent tant les relations entre
groupes de part et d'autre de la frontière (échelle micro-locale) qu'entre
pays (échelle nationale voire continentale). Il apparaît que la multiplicité
des échanges licites et surtout illicites soit une adaptation des populations
frontalières qui leur permet de vivre dans un contexte de crise économique
et sociale sans précédent en temps de paix.

d/ Enjeu contemporain
Fractalisation des
problématiques relatives
aux frontières

!!
!!
!!
!!
!!
!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!

CONCLUSION
[Question fractale]

L'idée qui surgit aujourd'hui est que les populations transfrontalières, par
leurs pratiques ordinaires, jouent avec et de la frontière qu'elles réinventent
et dont elles adaptent les fonctions (de séparation ou de contact) qui lui
sont attribuées. On voit par là que l'étude d'une frontière ne peut en aucun
cas faire l'économie d'une analyse des territorialités des populations qui la
côtoient.

VELASCO-GRACIET, Hélène. « Des frontières et des géographes », La frontière, discontinuités et dynamiques [en ligne]. Lyon : Géoconfluences, 2008.
<http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/typespace/frontier/FrontScient.htm>.

!

État des lieux des frontières en Europe et situation de la France

5/10